Version classiqueVersion mobile

La fin du IVe millénaire dans le bassin parisien

 | 
Richard Cottiaux
, 
Laure Salanova

Troisième partie

Méthodologie des techniques et chaînes opératoires céramiques étudiées dans ce volume

Rémi Martineau

Texte intégral

1L’objectif est de reconstituer les différents paramètres des chaînes opératoires. Les études ont concerné la nature des matériaux, la préparation des pâtes, les modes de cuisson, le façonnage et les traitements de surface. La reconstitution des chaînes opératoires céramiques est basée sur des observations macroscopiques et binoculaires, associées à des expériences de fabrication, selon des critères diagnostics et une procédure présentés ailleurs (Martineau, 2000,2002a et b, 2003).

2L’objectif général des études technologiques est de réaliser ces observations sur chaque corpus céramique afin de reconstituer autant d’étapes possibles de chaque chaîne opératoire, dans le but de comparer ensuite ces données techniques entre les différents sites. Cette méthode permet alors de répondre à des problématiques archéologiques concernant d’éventuels déplacements de population, de poteries et/ou de matériaux, ou bien de caractériser des groupes culturels et techniques, dans l’espace et dans le temps (Martineau, 2000). En ce qui concerne les études présentées ici, la principale problématique consistait à mettre en évidence des caractères techniques communs entre des périodes ou des zones géographiques différentes, ou au contraire à montrer des différences notables entre celles-ci. Le principe a donc consisté à reconstituer des fragments de chaîne opératoire aussi longs et nombreux que possible et à les comparer ensuite afin de définir des entités techno-culturelles. Ces entités s’apparentent en partie aux traditions techniques céramiques telles qu’elles ont été définies en ethno-archéologie.

ÉTUDES DES MATIÈRES PREMIÈRES ET IDENTIFICATION DES INCLUSIONS DANS LES PÂTES

3Toutes les observations ont été effectuées à l’œil nu et, dans certains cas, à la loupe binoculaire. Ainsi, certains types d’inclusions ont parfois posé des problèmes d’identification précise. Ceux-ci pourront être résolus par des observations à la loupe binoculaire (grossissements x 10 à 50), ou par la fabrication de lames minces et leur étude microscopique. Les grains de chamotte, notamment, peuvent parfois être confondus avec des inclusions argileuses, formées lors des mélanges effectués pendant la préparation de la pâte et pouvant résulter d’un malaxage insuffisant, ou bien peut-être à des ajoûts d’eau à un moment particulier du processus. Les observations uniquement macroscopiques réalisées pour l’instant sur les corpus étudiés ne permettent pas toujours de distinguer chamotte véritable et inclusions d’argile.

4L’objectif des études de matériaux consistait à identifier la ou les nature(s) des inclusions dans les pâtes céramiques. La détermination de la nature des inclusions devrait permettre de mettre en évidence des groupes chronologiques et/ou géographiques. À partir d’études précédentes réalisées sur le Néolithique français (CONSTANTIN, Courtois, 1985 ; Échallier, Courtin, 1994 ; MARTINEAU, 2000, entre autres), on postule en effet que la nature des inclusions est cohérente à une période donnée, évolue dans le temps sous forme de fréquences quantitatives et présente une répartition géographique régionale. Dans un second temps et seulement si cela comporte un intérêt archéologique pour la compréhension de tel ou tel site, il sera possible de rechercher la provenance des matériaux céramiques utilisés. Ce travail n’a encore été réalisé pour aucun des sites étudiés.

RECONSTITUTION DES TECHNIQUES DE FAÇONNAGE DES POTERIES

5Elle consiste en une série d’observations très détaillées des tranches et des surfaces des poteries. La procédure suit les étapes suivantes :

  • observations macroscopiques, dessins et photos techniques ;

  • expériences de façonnage permettant les interprétations et identifications techniques et la reconstitution détaillée des chaînes opératoires.

6La codification des traces techniques utilisée pour les dessins de ce volume est présentée dans la figure 1.

MODES ET ATMOSPHÈRES DE CUISSON

7L’étude des cuissons est réalisée sur la base des travaux de M. Picon (1973), complétés par les résultats expérimentaux de R. Martineau et P. Pétrequin (2000), permettant ainsi de décrire précisément cinq modes de cuisson différents (figure 2). La présence éventuelle de recuit(s) est également mentionnée.

Figure 1 – Légendes des traces techniques représentées sur les dessins céramiques dans ce volume.

Figure 2 – Modes de cuisson définis expérimentalement. Chaque phase représente l’étape finale du processus de cuisson. Elle permet alors de définir un mode de cuisson caractérisé par des atmosphères, des techniques et des processus opératoires particuliers. [Martineau, Pétrequin, 2000]

FONCTIONS ET UTILISATIONS DES POTERIES

8L’observation détaillée des surfaces a permis de décrire la présence de traces de carbone superficiel déposé lors de l’utilisation des poteries au contact d’un feu de cuisine. Ces dépôts de carbone peuvent soit être très superficiels, sous la forme de dépôts de suie par exemple, ou bien se présenter sous la forme de couches plus épaisses, appelées généralement “caramels alimentaires”, ou plus exactement “résidu alimentaire carbonisé” (RAC).

9L’enregistrement systématique de ces dépôts carbonés permet de préciser si les poteries ont connu un usage utilitaire et domestique comme “vase de cuisson”. D’autre part, il permet d’évaluer le degré et la qualité de conservation des pots en fonction du contexte ou de repérer certains processus post-dépositionnels tels que les incendies (présence éventuelle de tessons recuits).

ÉCHANTILLONNAGE – CORPUS DE L’ÉTUDE

État du corpus étudié. Problèmes spécifiques liés à une analyse technologique céramique

10Les sites ont été sélectionnés pour une étude technologique en fonction des inventaires “site” et “céramique”, établis au cours des années précédentes du PCR. À partir d’une première sélection, nous avons réalisé les études en fonction de l’accessibilité du matériel. 92 poteries individualisées typologiquement ont été étudiées technologiquement, ce qui constitue une première base solide. Le corpus reste cependant encore un peu faible et demandera à être complété.

11La collection J. de Baye du MAN est une série numériquement et qualitativement intéressante pour l’étude typologique (29 individus). Cependant, les tranches des poteries complètes ne sont pas observables, ce qui limite largement les possibilités d’étude des techniques de façonnage, et dans une moindre mesure des modes de cuisson. De plus, une grande partie des poteries a été restaurée, ce qui entraîne la même conséquence en ce qui concerne les observations sur tranche. Une série très intéressante à plusieurs titres est constituée par Morains-le-Petit, le Pré-à-Vaches, qui comprend 38 individus dont tous les aspects techniques sont étudiables. À côté de cela, la plupart des sites ne comprennent chacun que quelques poteries, comme c’est souvent le cas pour la fin du Néolithique. Ainsi, il est nécessaire de multiplier les études de sites, afin d’acquérir un corpus suffisamment important numériquement. Quelques sites, comme Argenteuil, le Désert (Seine-et-Oise) ou Bisseuil (Marne), n’ont pratiquement apporté aucun résultat technologique. En revanche, d’autres sites ne possédant parfois qu’une ou deux poteries apportent des informations techniques très importantes pour la reconstitution des chaînes opératoires.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Légendes des traces techniques représentées sur les dessins céramiques dans ce volume.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 2 – Modes de cuisson définis expérimentalement. Chaque phase représente l’étape finale du processus de cuisson. Elle permet alors de définir un mode de cuisson caractérisé par des atmosphères, des techniques et des processus opératoires particuliers. [Martineau, Pétrequin, 2000]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16806/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

© ARTEHIS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search