Version classiqueVersion mobile

La fin du IVe millénaire dans le bassin parisien

 | 
Richard Cottiaux
, 
Laure Salanova

Troisième partie

Le Néolithique récent dans le Bassin parisien (3600-2900 avant notre ère) : périodisation et faciès régionaux

Richard Cottiaux, Laure Salanova, Paul Brunet, Tony Hamon, Fabien Langry-François, Audrey Maingaud, Rémi Martineau, Benoît Mille, Angélique Polloni, Caroline Renard et Maïténa Sohn

Résumé

À partir des nouvelles données publiées dans cet ouvrage et des études thématiques menées dans le cadre du Programme Collectif de Recherche “Du Néolithique récent à l’Âge du Bronze ancien dans le Centre-Nord de la France” (2001-2008), cet article final propose une image synthétique du Néolithique récent dans le Bassin parisien. La confrontation des données conduit à préciser la périodisation de cette période, découpée désormais en trois étapes. Les caractéristiques des assemblages mobiliers permettent d’esquisser les contours de trois faciès régionaux qui se développent durant l’étape moyenne du Néolithique récent.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le terme Seine-Oise-Marne, désignant l’un des plus anciens ensembles culturels définis pour le Néolithique français (Bosch-Gimperra, Serra-Rafols, 1926), avait masqué pendant longtemps l’importante variabilité que l’on identifie de nos jours dans les productions matérielles. La nature des contextes, très majoritairement des sépultures collectives, et l’absence de cadre chronologique précis expliquent en grande partie cette perception du Seine-Oise-Marne comme un bloc monolithique très homogène, peu évolutif, et qui était devenu de fait la culture archéologique la plus durable et la plus stable de tout le Néolithique du Bassin parisien.

Les données présentées dans cet ouvrage contribuent à faire évoluer cette image. En premier lieu, de nouvelles datations radiocarbone permettent de fixer les limites du cadre chronologique. En second lieu, les ensembles domestiques récemment étudiés brisent la monotonie des ensembles funéraires jusqu’alors à la base des raisonnements sur la période. L’...

Auteurs

Inrap, UMR 8215-Trajectoires

© ARTEHIS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search