Version classiqueVersion mobile

La fin du IVe millénaire dans le bassin parisien

 | 
Richard Cottiaux
, 
Laure Salanova

Deuxième partie

La sépulture collective de la Pente-des-Courcelles (Nanteau-sur-Essonne, Seine-et-Marne)

Laure Salanova et Rémi Martineau

Résumé

Bien qu’achevée en 1995, les résultats de la fouille de la sépulture collective de la Pente-des-Courcelles (Nanteau-sur-Essonne, Seine-et-Mame) étaient restés en grande partie inédits. Cet abri sous roche, aménagé sous une dalle en position naturelle, présente des aspects très proches des allées sépulcrales du Bassin parisien. Le mobilier funéraire, très pauvre, recèle néanmoins un vase attribuable au Néolithique récent. Les caractères typologiques et technologiques de celui-ci permettent de le rapprocher de sites contemporains plus méridionaux, attribués au groupe du Montet.

Texte intégral

  • 1 Coordonnées Lambert : x = 605,075, y = 69,230.

1Située dans la vallée de l’Essonne, à la limite entre les départements de la Seine-et-Marne, de l’Essonne et du Loiret, la sépulture de la Pente-des-Courcelles (Nanteau-sur-Essonne, Seine-et-Marne) a été identifiée en 1991 par B. Quinet et A. Senée dans le cadre de prospections systématiques des abris menées par le Groupe d’Études, de Recherches et de Sauvegarde de l’Art Rupestre1 (figure 1). Quelques tombes du même type avaient déjà été signalées dans la région (Senée, 1991), en particulier sur la commune de Buno-Bonnevaux, localisée au nord de Nanteau (figure 1).

2Au moment de sa découverte, elle se présentait comme un abri sous roche implanté au sommet d’un versant, comblé presque entièrement par le sable et obturé par un amoncellement de pierres (figure 2). Ce sont quelques ossements humains, déplacés par des animaux fouisseurs et retrouvés épars devant l’abri, qui ont attiré l’attention des inventeurs du site. Signalée au Service régional de l’archéologie d’île-de-France, cette découverte donna lieu à une fouille de sauvetage menée par P. Chambon et L. Salanova entre 1993 et 1995 et une équipe de trois à cinq personnes (Chambon, Salanova, 1993,1995 et 1996a).

3Malgré les profonds remaniements subis par le caveau aux époques ancienne et moderne, le fonctionnement de la tombe a pu être partiellement reconstitué au terme de la fouille. Excepté les données sur les ossements humains (Chambon, 2003), les résultats de cette fouille sont cependant restés en grande partie inédits. Ils sont d’autant plus intéressants que ce type de tombe, à mi-chemin entre l’allée sépulcrale et l’hypogée, est par ailleurs très mal connu. Le mobilier funéraire est très pauvre. Nous axerons la deuxième partie de l’article sur le vase, seul élément matériel retrouvé en place au sein des couches archéologiques.

LA SÉPULTURE DE NANTEAU-SUR-ESSONNE (L. SALANOVA)

Architecture de la tombe

  • 2 L’identification exacte du propriétaire et de la parcelle sur laquelle se trouvait le site n’a pas (...)

4Située au sommet d’un versant boisé, au lieu-dit la Pente-des-Courcelles2, la tombe avait été très bouleversée avant l’intervention archéologique, soit par les animaux fouisseurs soit par l’activité humaine. De nombreux terriers de lapins avaient déplacé vers l’extérieur de la tombe certains vestiges, essentiellement des ossements humains. En outre, plusieurs indices matériels retrouvés au cours de la fouille (cartouches, broc émaillé, fragments de journaux...) témoignaient de l’utilisation de la cavité comme halte de chasse au début du XXe siècle. Au moment de sa découverte, la sépulture était comblée de sable jusqu’à 30 cm sous la dalle de couverture, mais ce n’est qu’à 80 cm sous cette même dalle que le premier niveau archéologique intact est apparu.

Figure 1 – Localisation géographique de la tombe de Nanteau-sur-Essonne et des sépultures collectives avoisinantes. [Fond de carte : L. Costa]

5La tombe se présentait comme une cavité aménagée dans les sables stampiens, implantée sous une lourde table de grès en position naturelle constituant le toit de la tombe (figure 2). Les Néolithiques ont donc eu recours à un investissement minimal au niveau architectural : ils ont surcreusé et parementé une cavité existante, utilisant des matériaux disponibles dans l’environnement immédiat du caveau : grès, calcaire de Brie et poudingue.

Figure 2 – Vue de l’extérieur de L’abri : 1. Avant la fouille ; 2. Au cours de la fouille.
[Clichés : N. Lebar]

6L’espace interne s’apparente à un rectangle de 2 m de large et de 4 m de long, orienté nord-sud (figure 3). Sur ce rectangle se greffe un diverticule triangulaire de 1,50 m de côté au sud-est et une banquette délimitée par des blocs verticaux sur le côté occidental.

7Sur les parois naturelles, creusées dans le sable, des orthostates ont été plaqués à l’intérieur du sépulcre. Pour cet habillage, des matériaux différents ont été utilisés. Dans la zone du chevet, au nord, des blocs de poudingue, présents naturellement sous la dalle de couverture en position horizontale, ont été cassés et dressés à la verticale (figure 4). Dans la zone du diverticule, les orthostates sont en grès. Entre ces deux zones, dans les espaces intermédiaires, des murets composés de blocs calcaires ont fait office de paroi. Aucune fosse de calage n’a été repérée pour les orthostates. Ils ont été simplement enfoncés dans le substrat sableux, à 25 cm sous le niveau du dallage et donc avant la pose de celui-ci. Quelques blocs assuraient le maintien des orthostates en grès.

Figure 3 – Plan de l’architecture de La tombe.
[Infographie : P. Chambon et L. Salanova]

Figure 4 – Vue des orthostates en poudingue dans la zone du chevet.
[Cliché : N. Lebar]

Figure 5 – Vue de la banquette, sur le côté occidental de la chambre funéraire.
[Cliché : N. Lebar]

8La présence de ces orthostates peut être interprétée de différentes façons : des raisons pratiques tout d’abord (empêcher le sable de fluer à l’intérieur du sépulcre), un soucis esthétique ensuite de la part des constructeurs, un rôle plus symbolique enfin (imiter l’architecture des allées sépulcrales constituant une sorte de norme architecturale dans le domaine funéraire pour la fin du Néolithique).

9À l’instar de la plupart des allées sépulcrales du Bassin parisien, le sol de la tombe était en effet dallé, sauf dans la partie centrale où deux alignements de blocs en pendage délimitaient une surface non dallée (figure 3). L’un de ces alignements est double et délimite une rigole d’une dizaine de centimètres de large, interprétée comme les vestiges d’un cloisonnement interne en matière périssable. Le dallage quant à lui était constitué d’une seule couche de minces plaquettes calcaires de 25 cm de côté environ, soigneusement ajustées et posées directement sur le substrat. Seule la partie dallée de la tombe a livré des restes osseux en connexion.

10Deux dispositifs permettaient l’accès au caveau. L’un, axial, était matérialisé lors de la découverte de la tombe par une interruption dans le muret externe. L’autre, plus discret, est situé à l’extrémité méridionale du diverticule (figure 3).

11Mis à part ces données rudimentaires, il est évident que les divers remaniements et l’érosion ont détruit certains vestiges architecturaux. Malgré nos recherches, aucun aménagement n’a été repéré dans la pente, devant le monument. De même, les opérations de condamnation ont été fortement perturbées par les fréquentations de l’abri à l’époque moderne. Il est ainsi probable que la structure en pierres sèches que nous nommons “muret externe” (il ne s’agit en fait que d’un tas de sable sur lequel des pierres sont plaquées) a assuré la fermeture du monument lors d’une étape de condamnation de la tombe. Il reste cependant difficile de placer précisément cette étape de fermeture dans l’histoire du monument. Il ne semble pas correspondre à l’ultime opération de condamnation, car une entrée axiale sera aménagée tardivement dans ce muret par les Néolithiques (voir plus loin). De même, trois niveaux de pierres en pente comblaient le diverticule dans les niveaux supérieurs. Ce dispositif s’apparente à un bouchon, fréquent dans les opérations de condamnation des sépultures collectives. Il ne s’agit pas, là encore, d’une étape finale dans le fonctionnement de la tombe, puisque de nouveaux dépôts sont réalisés après l’obturation du diverticule et alors que l’entrée axiale est remise en service. Enfin, le rôle de la banquette reste énigmatique. Son remplissage sableux et stérile de tout vestige ne donne aucune information quant à sa fonction (figure 5). Tout au plus peut-on souligner que sa présence sur le côté occidental assure une certaine symétrie au caveau en lui conférant un plan rectangulaire peut-être recherché à tout prix par les constructeurs.

Ossements humains et mobilier

12La fouille de la tombe et de ses abords a livré 2000 restes osseux. L’étude menée par P. Chambon a permis de reconstituer l’histoire d’un minimum de seize cadavres (Chambon, 2003). Au moins trois phases d’utilisation peuvent être distinguées. La plus ancienne voit le dépôt d’au moins quatre individus dans la zone du chevet. Il n’en restait, au moment de la fouille, que des portions de pieds, car cette première phase a vraisemblablement été suivie d’une vidange. C’est suite à cette vidange que le dallage est retiré dans partie centrale et que le cloisonnement interne est aménagé, de même que l’entrée par le diverticule. Cinq ou six sujets sont alors déposés, puis, au moment de la condamnation du diverticule, deux très jeunes sujets sont déposés au milieu des pierres. Cette deuxième phase est suivie d’un bref abandon, matérialisé sur le terrain par un faible comblement de sable anthropique ou naturel. Au-dessus de ce comblement, quatre sujets au moins sont déposés, alors que l’on accède désormais à la tombe par l’entrée axiale.

13Le mobilier funéraire est très pauvre, mais aucun élément ne renvoie à une date plus récente que le IVe millénaire avant J.-C. Dans le domaine de l’industrie lithique, un grattoir et une grande lame en silex ont été retrouvés en position remaniée, à l’extérieur du monument (le grattoir en G12 et la lame en G8 : figures 3 et 7). Ils sont fréquents dans les sépultures collectives du Bassin parisien et généralement découverts près des corps, mais la date de leur probable retrait du sépulcre ne peut être précisée. Le grattoir sur éclat mesure 4,2 cm de long et 2,5 cm de large. Le front est aménagé par retouche abrupte à semi abrupte. Une retouche abrupte à sa base pourrait signaler un aménagement lié à un éventuel emmanchement de l’outil. La lame quant à elle mesure 13 cm de long et 3 cm de large. Elle est retouchée et son talon est droit.

14Enfin, les différents tessons d’un gobelet ont tous été découverts dans un périmètre restreint, dans les carrés E12 et surtout E13 pour l’essentiel, dans le comblement supérieur du diverticule (figure 6). Le vase n’est pas complet. Les 57 tessons issus de la fouille permettent de proposer une reconstitution graphique satisfaisante, mais il manque au moins la moitié du vase (figure 7). Étant donné les nombreux remaniements modernes repérés à l’intérieur de la tombe, il est difficile d’interpréter ces manques. Pourtant, sa localisation, dans une des entrées de la tombe, est conforme aux dépôts opérés au Néolithique récent dans les sépultures collectives (Chambon, Salanova, 1996a). À Nanteau, le vase a néanmoins dû être déplacé avant l’abandon de la tombe par les Néolithiques, au cours de l’étape de condamnation du diverticule.

m2

Nb tessons

E11

1

E12

16

E13

36

F12

2

F13

2

total

57

Figure 6 – Répartition des tessons par carré.

LE VASE DE NANTEAU-SUR-ESSONNE

Caractéristiques typologiques (L. SALANOVA)

15La reconstitution graphique du gobelet de Nanteau permet d’estimer sa hauteur à 18 cm et le diamètre de l’ouverture à 12 cm. L’épaisseur des parois varie de 0,6 à 1 cm. Le vase présente un profil peu segmenté, quasi rectiligne, avec un col peu marqué et un fond plat peu débordant. Les surfaces sont rugueuses, irrégulières et de couleur rougeâtres.

16Par rapport aux “pots de fleur” connus dans les autres tombes du Bassin parisien, l’aspect du vase de Nanteau est plus soigné et le profil plus élancé. Il partage cependant avec ces homologues l’irrégularité des surfaces et le gros calibre des inclusions non plastiques.

Matériaux, techniques et chaîne opératoire (R. MARTINEAU)

17La poterie de la Pente-des-Courcelles a fait l’objet d’une étude technologique afin de comparer ses caractéristiques techniques à celles d’autres sites du Néolithique récent. La pâte est sableuse et contient des quartz émoussés brillants dont l’origine dans la pâte est probablement naturelle et fluviatile, liée à la matrice elle-même. Des inclusions de silex ou de calcédoine semblent avoir été ajoutées à cette matrice qui contenait déjà des inclusions naturelles. Ceci atteste clairement du caractère techno-culturel des inclusions ajoutées (dégraissant) qui, dans ce cas au moins, n’était pas techniquement nécessaire. La forte quantité d’inclusions sableuses siliceuses de 2-3 mm dans la pâte de cette poterie constitue une particularité par rapport aux autres corpus du Néolithique récent étudiés dans ce volume. Ce critère doit être retenu comme une caractéristique particulière et devra être recherché dans les autres sites de cette période.

18La base de la panse semble avoir été posée sur la surface du fond, dont la périphérie a été creusée afin de permettre la jonction entre les deux parties. La poterie de Nanteau-sur-Essonne présente clairement des jonctions obliques externes convexes, sur toute la hauteur (figure 7). De telles structures de jonction des éléments sont obtenues en préparant des surfaces convexes servant à coller les colombins en anneaux.

Figure 7 – Mobilier funéraire de la sépulture de Nanteau-sur-Essonne : grattoir et lame (dessins : P. Chambon) ; gobelet.
[Dessins : L. Salanova, complété par R. Martineau]

19Les différentes études de sites du Néolithique récent semblent montrer que ces jonctions de façonnage sur surfaces convexes (exemples : le Pré-à-Vaches 6 et de Baye 20 et 22, Marne) sont beaucoup moins fréquentes que les jonctions sur surfaces concaves. Dans les sites marnais, les jonctions sur surfaces convexes sont associées au procédé de jonction sur surfaces concaves. Ces procédés de jonction des colombins, qu’on appelle “jonction sur surface convexe”, ont été observés de façon récurrente sur le site du Montet à Déols (Indre) (Martineau, à paraître).

20Le vase de Nanteau présente la particularité que toutes les jonctions ont été effectuées sur des surfaces convexes. Cela signifie que ce procédé de façonnage constituait une habitude liée à la tradition de fabrication de cette poterie et représente une de ses caractéristiques techniques. Cette particularité pourrait avoir une signification culturelle, chronologique ou géographique qu’il sera intéressant de mieux cerner.

21Aucune trace de traitement de surface n’a été conservée sur cette poterie. La cuisson, quant à elle, a été arrêtée en phase IVa. Des résidus carbonisés sont visibles sur la surface interne.

CONCLUSION

22Au final et malgré son originalité architecturale, l’histoire de la tombe de Nanteau-sur-Essonne n’est pas très différente de celles de la plupart des tombes collectives du Bassin parisien. Aménagé probablement dans la deuxième moitié du IVe millénaire avant J.-C., l’espace interne de l’abri s’apparente à celui d’une petite allée sépulcrale qui connaît des dépôts et des condamnations successives, entraînant des remaniements architecturaux.

23En l’absence de datation absolue, il est difficile de lier ce schéma à une échelle chronologique précise. On soulignera cependant l’absence de tout vestige rattachable au Néolithique final. L’industrie lithique et surtout le vase renvoient à une période ancienne des sépultures collectives dans le Bassin parisien, le Néolithique récent. Les points communs, au niveau technique et typologique, entre le vase de Nanteau et ceux du site du Montet (Déols, Indre) permettent de confirmer cette attribution chronologique. L’utilisation de l’abri à des fins sépulcrales a donc été relativement courte et celui-ci n’a accueilli qu’un faible nombre d’individus.

24Par ailleurs, les caractéristiques communes des céramiques de Nanteau et de certains sites de la région Centre permettent des rapprochements culturels. Ainsi, le site du Clos des Sablons à Sandillon (Loiret : Hamon, 2007), situé seulement à 70 km environ de Nanteau, ou celui du Montet (Hamon, 1997) présentent également des poteries à pâte sableuse, caractérisées par des jonctions de colombins externes et convexes (Hamon, 2007 ; Martineau, à paraître). Ces caractéristiques pourraient refléter une tradition techno-culturelle, définie par T. Hamon sous le nom de groupe du Montet (Hamon, 1997).

Notes

1 Coordonnées Lambert : x = 605,075, y = 69,230.

2 L’identification exacte du propriétaire et de la parcelle sur laquelle se trouvait le site n’a pas été chose aisée, le terrain étant découpé dans cette zone de forêt en d’étroites lanières aux limites mal connues par les propriétaires eux-mêmes. C’est pourquoi dans les premières publications, la tombe de Nanteau-sur-Essonne apparaît au lieu-dit Château-Renard. Après vérification, elle est bel et bien localisée sur la Pente-des-Courcelles”.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Localisation géographique de la tombe de Nanteau-sur-Essonne et des sépultures collectives avoisinantes. [Fond de carte : L. Costa]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16794/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Figure 2 – Vue de l’extérieur de L’abri : 1. Avant la fouille ; 2. Au cours de la fouille.[Clichés : N. Lebar]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16794/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Figure 3 – Plan de l’architecture de La tombe.[Infographie : P. Chambon et L. Salanova]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16794/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Figure 4 – Vue des orthostates en poudingue dans la zone du chevet.[Cliché : N. Lebar]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16794/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 5 – Vue de la banquette, sur le côté occidental de la chambre funéraire.[Cliché : N. Lebar]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16794/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Figure 7 – Mobilier funéraire de la sépulture de Nanteau-sur-Essonne : grattoir et lame (dessins : P. Chambon) ; gobelet.[Dessins : L. Salanova, complété par R. Martineau]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16794/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

© ARTEHIS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search