Version classiqueVersion mobile

La fin du IVe millénaire dans le bassin parisien

 | 
Richard Cottiaux
, 
Laure Salanova

Deuxième partie

La sépulture collective du Néolithique récent de Congy, les Hayettes (Marne)

Rémi Martineau, Jean-Jacques Charpy, Fabien Langry-François et Angélique Polloni

Résumé

Publiée peu après sa découverte par son inventeur (Schmit, 1907a, b, c, d ; 1909 ; 1924 ; 1929), la sépulture collective sous dalles mégalithiques des Hayettes à Congy (Marne) n’a jamais fait l’objet d’une publication exhaustive du mobilier, ni d’une étude de la structure. Un peu plus de cent ans après la fouille, le site des Hayettes nécessitait d’entreprendre une relecture des sources documentaires et du mobilier. L’inventaire des sites dans l’environnement local, la recherche en archives et la synthèse des articles publiés anciennement ont permis de contextualiser le site. L’étude de la structure a permis de mieux comprendre son architecture. Pour la première fois, la publication exhaustive du mobilier découvert dans la tombe permet une étude typologique et technologique détaillée des objets. La parure, la poterie, les outils lithiques et les objets en matière dure animale sont illustrés, analysés et caractérisés, permettant ainsi des comparaisons typo-technologiques à l’échelle du Bassin parisien. Il s’avère que le mobilier des Hayettes constitue un assemblage tout à fait caractéristique du Néolithique récent. Les résultats confirment et précisent l’attribution culturelle proposée par G. Bailloud en 1974.

Texte intégral

En hommage à Émile Schmit
“On se dit chaque fois que l’on fouille qu’une autre fois, on fera mieux, mais le temps pressant, on va toujours trop vite” (É. Schmit, 1909, p. 209)

CONTEXTE LOCAL DES DÉCOUVERTES

Figure 1 – Carte de localisation de Congy, Les Hayettes et des sites néolithiques de la commune.
[Infographie : B. Baudoin]

1Le contexte néolithique de la commune de Congy (Schmit, 1929) est particulièrement riche et assez bien documenté, même si les fouilles sont relativement anciennes. Le contexte mégalithique y est essentiellement connu par des écrits de la première moitié du XIXe siècle. S’il a subi de sévères destructions, une série de dessins datés entre 1872 et 1907 vient à l’appui des mentions publiées. Il semblerait donc que le terroir de Congy représente le plus important complexe mégalithique du département de la Marne. Ainsi trouve-t-on les sites suivants, indiqués sur la carte (figure 1) :

2– Les Hayettes. Ce site est l’objet du présent développement. Il se situe sur la route qui relie Joches à Congy, dans un vallon orienté, du bas vers le haut, du sud-est au nord-ouest. La pente de droite en remontant constitue celle où furent mises au jour les structures funéraires des Cornabeaux, celle de gauche est celle des Hayettes. Au bas du vallon, côté droit de la route se trouve encore le menhir de Pierre-Frite qui était accompagné d’un second, couché, qui fut détruit en 1901 (Schmit, Manuscrit F 92 ; Schmit, 1907c).

– Les Cornabeaux sont souvent orthographiés à tort Cornambeaux. Le site comprend plusieurs structures funéraires : un hypogée à une seule chambre, la structure 3 fouillée par É. Schmit, mais aussi deux autres sépultures collectives dans des galeries de mine avec accès (sic). Les fouilles ont été opérées les 15 et 20 novembre 1906 (structures 1 et 2) puis en 1907 (Schmit, 1907a-b et 1909). Le mobilier est conservé au musée de Châlons-en-Champagne.

– La Mousseronnière est localisé sur les pentes nord des Cornabeaux. Quatre dalles verticales de grès formant une structure quadrangulaire ont été mises au jour par Augustin Roland et Pierre Hu, dans le début des années 1930 (Roland, Hu, 1934 ; Drioux, 1935). Une poterie et de nombreux ossements humains ont été découverts dans cette structure qui pourrait s’apparenter aux coffres de la fin du Néolithique, construits en petites dalles peu épaisses. Mais il s’agit peut-être d’une structure différente dont la fonction pourrait être liée aux sépultures collectives proches. Le mobilier est conservé au musée Saint-Rémi de Reims.

  • 1 Comprenez “structure excavée”.

– La Garenne. En ce lieu-dit, Schmit signale une grotte1 effondrée. On ignore s’il en a récupéré le mobilier (Schmit, 1929).

  • 2 Cette affirmation de Schmit est totalement fausse. Les deux communes ne se touchent pas dans ce sec (...)
  • 3 Nos remerciements vont à M. Miguel, Maire de Congy, pour ses précisions et la vérification cadastra (...)

– Les Terres-Rouges. Il existe des incertitudes sur la localisation de la découverte. D’après les notes de Schmit, le site se trouve tantôt sur la commune de Congy, tantôt sur celle de Villevenard dont le lieu-dit est limitrophe. Mais il est aussi signalé par le même auteur sur celui de Courjeonnet2, ce qui paraît beaucoup plus difficile à comprendre car le terroir de Joches vient s’intercaler entre les deux communes3. Un lot de six objets lithiques conservés au musée de Châlons-en-Champagne semble correspondre à la découverte mentionnée par Schmit (Manuscrit F 92 ; Schmit, 1913, p. 36) qui écrit : “à Villevenard (Marne) au lieu-dit des Terres-Rouges, j’ai trouvé en 1904, sous un large foyer, à 50 cm de profondeur, un corps isolé absolument entier, complètement incinéré et accompagné de silex. Ma collection a recueilli les ossements et les silex témoins de cette incinération.” (Schmit, 1913, p. 36).

– Un dolmen est signalé dans le parc du château de Congy (Bosteaux-Paris, 1908). Son authenticité est souvent remise en cause. Il s’agirait d’une construction ou d’une reconstruction du XIXe siècle.

– Un cromlech de 70 mégalithes avec une table mégalithique centrale, appelée la Pierre-du-Pouvoir, à Durpenne, sur le chemin de Courjeonnet (Schmit, 1907 ; Bosteaux-Paris, 1908). Le site, détruit en 1901 par les travaux routiers, était signalé route de Villevenard et en limite du mur de clôture du château. Schmit en a réalisé un croquis.

  • 4 Ce menhir a été photographié par Émile Schmit (1906 ou 1907) puis peint par Amaury Thiérot (aquarel (...)
  • 5 Collection Robert Doublet (donation 2005) et autres prospections de bénévoles.

– Un menhir dit de Pierre-Frite4 ou Pierre-Fritte ou encore menhir de l’Étang de Chenevry subsiste près des marais de Chenevry (Schmit, 1907c-d ; Gastebois, 1872). Le second était couché mais a été détruit. Aucune représentation n’en est connue. Schmit les localise à 200 m en face des Cornabeaux. Il faut comprendre en face vers le sud. Autour du monument, des pièces lithiques ont été trouvées et sont signalées par des ramassages de B. Chertier mais aussi à l’inventaire du musée d’Épernay5. On notera que l’association des deux menhirs de Pierre-Frite et des structures funéraires à proximité a été remarquée par A. Villes (1998) qui n’a pas hésité à proposer un lien symbolique entre les deux types de monuments. Dans le cadre de cette publication, on se limite seulement à rappeler l’organisation spatiale des vestiges et monuments néolithiques sur la commune de Congy. Le menhir était visible des Cornabeaux et des Hayettes.

– Un menhir simple, dit Pierre-Nue, était localisé sur la route de Baye et signalé dès 1827. Il est connu par plusieurs dessins signés Émile Gastebois dont l’un est daté du 17 mai 1875. Ils sont conservés à la bibliothèque Carnegie de Reims et à la médiathèque d’Épernay (Schmit, Manuscrits F 59 et F 92 ; Touchais– Yanca, Guyot, 2006 ; Gastebois, 1872).

  • 6 Ce site est connu par les explorations du baron de Baye. C’est à la Vielle-Andecy qu’il a fait ses (...)

– Plusieurs zones riches en silex sont signalées, l’une à proximité de la ferme de la Cense-Rouge (y est signalé aussi un menhir) et l’autre près du bois de Troncenord. Une autre zone est en limite de la Vieille-Andecy à Villevenard6 (Schmit, 1929 ; Doublet, Villes, 1977).

– D’autres ramassages de surface ont été effectués au lieu-dit des Hauts-Savarts (collections du musée d’Épernay, fonds Jouron et Gillain), très proche des Cornabeaux et de la Mousseronnière.

– Schmit suppose un autre atelier au lieu-dit des Châtaigniers suite à un ramassage de menus silex (Schmit, 1929).

  • 7 De Baye écrit “Chemin des Fortras”.

– D’après une note de Jean Fromols, conservée aux archives du musée de Reims, un polissoir de Congy, non localisé avec précision, aurait été donné par le baron de Baye au musée d’Archéologie nationale (MAN n° inv. 50072-5). À l’évidence, il s’agit d’une confusion. Le polissoir dit du Chemin-des-Forteras7 à Congy est signalé par de Baye comme détruit avant 1880 (de Baye 1880, p. 113). Le monument évoqué par Fromols doit être celui du site de finage de la Vieille-Andecy à Villevenard, comportant cinq encoches de polissage (de Baye, 1880, p. 125) dont on sait qu’il a d’abord été transporté au château de Baye, puis au MAN. Les trouvailles de la Vieille-Andecy sont souvent indiquées : Congy/Villevenard.

CIRCONSTANCES DES DÉCOUVERTES

3Au terme de l’analyse des diverses sources permettant de dresser un bilan de l’environnement néolithique, il apparaît utile de rappeler les découvertes effectuées sur le site des Hayettes. Le site des Hayettes se situe sur la commune de Congy, à gauche de la route qui relie Joches à Congy. Comme la majeure partie des sites explorés au début du XXe siècle, celui des Hayettes n’a pas fait l’objet de fouilles minutieuses. Aucun enregistrement stratigraphique ni spatial des objets n’a été pratiqué. Les observations de terrain consistent uniquement en une description de la structure funéraire et du mobilier recueilli au fur et à mesure des travaux. À partir du compte-rendu d’Émile Schmit (1907a, b et c et 1924), les informations qui paraissaient utiles pour replacer le mobilier dans le contexte des fouilles pratiquées les 19 et 26 février et le 8 mars 1906 ont été reprises de manière synthétique. Une vérification minutieuse des autres sources disponibles relatives à la commune a également été réalisée. Elles sont conservées dans les musées de Châlons et d’Épernay, aux Archives départementales de la Marne et à la médiathèque de Châlons.

4Le site est documenté directement par É. Schmit dans son manuscrit (Archives départementales cote F 92). On extrait le passage qui suit du vol. 3, cahier 11, p. 3 dont on donne la transcription intégrale : “M. Schmit avait fait antérieurement aux fouilles de Cornabeaux au lieu-dit les Hayettes à Congy une découverte qu’il avait révélée au Congrès préhistorique d’Autun sous le titre : Émile Schmit : un ossuaire néolithique sous dalles funéraires. Cet ossuaire ajout en bas de page : sous forme d’un caveau entaillé dans la craie et recouvert de deux larges dalles présente deux couches distinctes d’époques différentes. Robenhausienne en-dessous avec un riche mobilier funéraire. La couche Carnacienne au-dessus ne donna qu’une belle pointe en os et le crâne d’un adulte porteur d’une admirable trépanation aux rebords parfaitement cicatrisés”.

5Lorsque Schmit arrive sur les lieux, plusieurs blocs de grès ont été retirés. C’est au milieu d’une large aire perturbée sur 0,90 m de profondeur environ, du fait de l’extraction des blocs, que Schmit décide de creuser en puits “vers le milieu du terrain qui paraissait fouillé”. La fouille semble avoir causé quelques difficultés dues “à 2 mètres environ de déblais formés de petits éclats de craie qui s’étaient à nouveau agglomérés et durcis [...] La couche, dis-je, formait une gangue si compacte que celle-ci ne se laissait entamer qu’à la pioche. D’après les indices laissés par du charbonnement et les craies calcinées, fait déjà observé antérieurement, je crois devoir conclure que, pour assainir l’ossuaire, on dut faire du feu, et, la craie se délitant et subissant tour à tour l’influence de la flamme et de l’humidité, il s’était produit un véritable béton” (Schmit, 1907a et 1924, p. 1-2). On sait que ce phénomène de formation d’une sorte de “mortier” ou de “ciment” a été signalé dans les hypogées des Marais-de-Saint-Gond par de Baye (1880) qui interprétait cette craie très compacte et très résistante comme de la chaux qui aurait été utilisée pour reboucher le couloir d’accès des hypogées. Ces observations ont été confirmées, entre autres, à Villevenard (ROLAND, 1909 et 1910), à Villeneuve-Saint-Vistre (Roland, Hu, 1933) et à Oyes, au-dessus du Moulin (Leblanc, 1984). Une étude a montré “qu’il s’agit en fait d’une forme spéciale de dégradation de la craie, en partie reconsolidée, ultérieurement, sous l’action de l’eau” (Crubézy, Mazière, 1991, p. 120). Mais ce processus n’explique absolument pas la présence de cendres charbonneuses et de l’os brûlé mélangés à cette craie compacte. Une autre étude antérieure a porté sur un sédiment blanc en partie carbonaté qui a de grandes chances d’être de la chaux, bien que la démonstration en milieu crayeux ne puisse être effectuée (Masset, Van Vliet, 1974). L’hypothèse de l’utilisation de chaux dans les sépultures collectives du Néolithique récent est donc probable et semble également concerner la sépulture des Hayettes.

  • 8 Les mesures données par Schmit pour cette fosse et celles données pour les blocs font penser à une (...)

6Schmit a mis au jour une fosse taillée dans la craie, de forme probablement rectangulaire8 (6mxl,80m). En reprenant les indications de profondeur, on note une pente assez douce pour un terrain naturel de 11 à 12 %. Pour preuve du bouleversement des lieux à la suite des terrassements, Schmit précise que dans la journée du 8 mars, les ossements humains trouvés dans la partie basse de la zone la moins profonde de la fosse étaient presque en surface. C’est donc en tirant les blocs vers le bas et la route qu’un nouvel arasement de la structure s’est opéré. Il trouve dans cette fosse une belle série d’objets et ne mentionne pas d’allée d’accès. On peut donc sans aucun doute exclure l’idée d’une sépulture collective de type hypogée. L’auteur de la fouille a par ailleurs précisé que des murettes de moellons ont été observées dans le remplissage du niveau inférieur. Lorsque É. Schmit évoque le “menhir anthropomorphe” de fermeture, il indique ces constructions à environ 80 cm de part et d’autre de la pierre qui ne peut absolument pas être le bloc de fermeture de l’entrée d’un hypogée puisqu’il la place aux deux tiers de la longueur de la fosse, vers l’aval de la pente.

  • 9 C’est certainement celle qui figure sur la planche de dessin en couleur (figure 3) et sur une photo (...)

7Au cours de la fouille de la sépulture des Hayettes, É. Schmit explique qu’il avait observé deux couches distinctes séparées par environ un mètre de graveluche crayeuse. Dans la couche inférieure le mobilier était abondant et appartenait à, on cite, “l’époque robenhausienne”. La couche supérieure “carnacienne” ne contenait en revanche ni mobilier archéologique ni “pierres pour protéger les têtes”, mais seulement une pointe en os9 (Schmit, 1909, p. 213). Une telle séparation entre deux couches a été observée sous la forme d’un mélange de blocs de craie, de plaquettes calcaires, de limon et de terre à Barbonne-Fayel, les Mardelles ou dans le niveau IV de La Chaussée-Tirancourt sous la forme d’un blocage léger de fragments de craie de petite taille (BurnezLanotte, 1987, p. 164). D’autre part, l’hypothèse de pierres plates disposées sous les corps des défunts est une question évoquée à plusieurs reprises dans ces contextes funéraires (Burnez-Lanotte, 1987, p. 151) et a été indiquée comme possible à Tinqueux, l’Homme-Mort.

8C’est dans la couche supérieure qu’a été découvert le crâne qui présente une trépanation de 5 cm2 environ (Schmit, 1909). L’auteur précise : “les bords de cette ouverture sont atténués et arrondis et témoignent que l’opération a été faite sur un sujet en vie et que celui-ci a survécu à cette trépanation” (Schmit, 1909, p. 213 et photographie p. 212). Seize crânes au moins et des os longs furent découverts puis envoyés au docteur Manouvrier, professeur à l’École d’Anthropologie de Paris. Depuis, les ossements devraient avoir été déménagés au musée de l’Homme ou à l’Institut de Paléontologie humaine (IPH) à Paris, comme l’ensemble des collections de la Société d’Anthropologie de Paris. Mais après vérifications il s’avère qu’ils ne s’y trouvent pas. D’après les estimations d’É. Schmit, 40 à 50 individus auraient été inhumés dans cette sépulture collective (Schmit, 1907a et b, 1909 et 1924).

  • 10 À l’époque de la fouille, l’industrie lainière de Champagne était déjà moribonde depuis plus de deu (...)
  • 11 Pour Schmit, trouver un menhir anthropomorphe, c’est se poser en égal au baron de Baye qui a mis au (...)

9É. Schmit précise que “les préhistoriques avaient taillé en pleine craie une fosse, large de 1,80 m sur 6 m de longueur” (Schmit, 1907a, p. 5). L’auteur mentionne clairement la présence de 2 à 6 dalles (le nombre varie selon les textes) de 3 m par 70 cm de haut et de large environ, retirées avant son arrivée, sans doute dans le cadre de travaux agricoles10. La présence d’un bloc de pierre effondré de 1,25 m de long sur 45 cm à la base et considéré comme un “menhir” par Schmit11 (Schmit, 1907a et b et 1924) pourrait beaucoup plus vraisemblablement correspondre à un pilier soutenant partiellement une des dalles de couverture. L’auteur évoque également une “ligne de moellons” (Schmit, 1907a et b et 1924) qui pourrait en réalité provenir d’un ancien mur en pierres sèches qui aurait soutenu les dalles de couverture, comme c’est souvent le cas dans ce type de monument funéraire. Le fait que Schmit n’a pas pu observer le monument dans son état de conservation originel, car il était déjà en partie détruit par les travaux agricoles, empêche de dire si les dalles de grès étaient en position naturelle ou s’il s’agissait d’un aménagement architecturé. Néanmoins, le fait que le fond était plan et que la hauteur de la fosse variait entre 1,80 m et 2,50 m incite à penser que les Néolithiques ont pu creuser sous des blocs naturels inclinés qui suivaient la pente du terrain.

10Les Hayettes appartiennent au type C de la typologie des structures de construction définie par L. Burnez-Lanotte (1987, p. 76-77 et figure 6). Ce type C correspond à “la structure d’une excavation portant une couverture plate en appui sur les parois naturelles de fouilles ouvertes” (Burnez-Lanotte, 1987, p. 81). Le type de couverture en dalles correspond à son type 1b (p. 84). D’après l’analyse détaillée des publications de Schmit, nous pensons également que le monument des Hayettes correspond parfaitement à cette description et à cette typologie des structures de construction. Néanmoins, dans la typologie définitive de l’architecture des sépultures du Néolithique récent de L. Burnez-Lanotte (1987, p. 322-327), le type de sépulture des Hayettes n’est pas conservé comme un type à part entière. D’autre part l’auteur évoque (p. 315) une bipartition du monument des Hayettes avec une première partie de dimensions moins importantes que la seconde. Cette observation est très étonnante car rien dans les publications ou les archives d’É. Schmit ne permet de supposer cela.

11Avant de présenter les résultats des différentes études menées sur le mobilier des Hayettes, rappelons brièvement que depuis celles d’É. Schmit les publications concernant ce site sont très rares. G. Bailloud (1974, p. 264-265) présente une description rapide de la sépulture qu’il appelle “allée couverte” et un inventaire du mobilier qui semble avoir été réalisé d’après les publications de Schmit. G. Bailloud mentionne alors la présence de “couche inférieure : percuteurs, pics ou retouchoirs, perçoirs, une hache polie dans sa gaine, une pointe foliacée, une flèche tranchante, une gaine de hache en corne, une canine de loup percée, perles de craie [...], deux pots entiers du type SOM, deux défenses de sanglier ; bois de cerf. Couche supérieure : un poinçon en os” (Bailloud, 1974, p. 265). Seules les deux poteries des Hayettes sont alors dessinées (p. 204, figure 45, nos 6 et 9). L’inventaire de G. Bailloud est repris tel quel par L. Burnez-Lanotte (1987, figure 62). Le site a également été mentionné dans l’inventaire de sites, non publié, réalisé sur le Néolithique de la Marne par Th. Gé (1989). Nous allons voir en détail le contenu de la tombe à partir des publications et archives de Schmit et des inventaires de musée.

ÉTUDES DU MOBILIER

Recoupements des inventaires et des données d’archive

12La description des découvertes réalisées au fur et à mesure des travaux archéologiques d’É. Schmit et son équipe permet de dresser un inventaire des objets qui avaient été déposés dans la sépulture (Schmit, 1907a et b) : 2 poteries, 1 hache emmanchée dans sa gaine en bois de cerf, quelques lames de silex, 1 tranchet avec son manche en bois de cerf, 1 pointe de flèche, 2 pics en silex dont 1 retouché, 1 poinçon en silex, 1 percuteur, 1 pointe en os de 13,7 cm de long, 1 canine de loup percée, des rondelles de craie percées, des ossements animaux et des ossements humains.

N° inv

Type d’objet

930.10.165

Dent de porc

930.10.166

Gobelet en terre cuite, ht. 10,4 cm (sic) (Bailloud, 1974, figure 45, n° 6)

930.10.167

Gobelet en terre cuite, ht. 13,8 cm (sic) (Bailloud, 1974, figure 45, n° 9)

930.10.168

Dent de loup

930.10.169

Hache polie et sa gaine en bois de cerf, L 10 cm gaine, 13 cm en tout

930.10.170

Flèche à tranchant transversal

930.10.171

Pointe foliacée "d’allure solutréenne", selon Schmit

930.10.172

Pendentif en "branche de corail en pyrite sulfureuse", selon Schmit

930.10.173

Crâne de putois

930.10.174

0s (radius animal)

930.10.175

0s (humérus animal)

930.10.176

Perle*

930.10.177

Perle

930.10.178

Perle

930.10.179

Perle

930.10.180

Perle

930.10.181

Perle

930.10.182

Perle

930.10.183

Perle

930.10.184

Perle

930.10.185

Perle

930.10.186

Perle

930.10.187

Perle

930.10.188

Perle

930.10.189

Perle

930.10.190

Éclat de silex "poinçon en silex"

930.10.191

Poinçon en os, L 13,7 cm

930.10.192

Lame de silex

Figure 2 – Inventaire des objets de Congy, les Hayettes conservés au musée de Châlons-en-Champagne. [D’après J.-P. Ravaux]
*J.-P. Ravaux (1943-2008), ancien conservateur du musée de Châlons-en-Champagne, précise dans ses notes que l’on trouve
un groupe de trois perles collées et deux groupes de deux. Ce tableau a pu être réalisé grâce à La copie de l’inventaire sommaire qu’il a donnée au musée d’Épernay.

  • 12 Sous la cote 6113 ES DOC ARCH 5 77 et 6114 ES DOC ARCH 5 78. L’une a été publiée intégralement, l’a (...)
  • 13 L’une des deux canines de suidé a été restituée dans son état originel puisque, dans les descriptio (...)

13J.-P. Ravaux a réalisé l’inventaire des objets des Hayettes, tous conservés au musée de Châlons-en-Champagne (figure 2). D’autre part, une planche de mobilier a été retrouvée dans le Manuscrit de Schmit (Archives départementales, cote F 92). Il s’agit d’une esquisse, signée de Schmit, préparatoire à l’une des deux exceptionnelles planches de dessin du mobilier, mises en couleur à l’aquarelle, conservées à la médiathèque de Châlons-en-Champagne12. Ces planches avaient en réalité été réalisées pour le projet de publication d’un ouvrage composé d’illustrations aquarellées à la manière de l’album de Caranda dont la souscription a été lancée en 1905. Sur la première planche figurent un crâne trépané, 12 pièces lithiques (dont 1 pointe foliacée, 2 lames, 1 pic, 5 éclats, 2 armatures de flèche à tranchant transversal, 1 hache polie), 1 poinçon en os, 1 manche d’outil ou son ébauche en bois de cerf, 1 gaine de hache à perforation transversale dans laquelle est conservée la lame polie, 12 perles en calcaire, 1 pendeloque surcanine perforée et 1 “branche de corail en pyrite sulfureuse” (selon la détermination de Schmit) (figure 3). Sur la seconde planche figurent 2 poteries, 2 canines de suidé13 et 3 ossements animaux (figure 4).

  • 14 Dans l’inventaire informatique de Ravaux, face au n° 172, il existe un vide qui peut laisser suppos (...)

14Si on confronte l’inventaire des publications de Schmit, l’inventaire du musée de Châlons-en-Champagne réalisé par J.-P. Ravaux et les objets dessinés par É. Schmit (figures 3 et 4), on se rend compte que Schmit avait dessiné tout le mobilier sauf deux des quatorze perles en calcaire qui sont inventoriées au musée. En revanche, en ce qui concerne les pièces en silex, sur les 12 pièces dessinées par Schmit, seules quatre ont été retrouvées au musée de Châlons-en-Champagne. Il semblerait alors qu’il manque huit pièces en silex listées et dessinées par É. Schmit comme provenant des Hayettes et figurant à l’inventaire Ravaux des années 1980. Des recherches dans les collections du musée permettraient certainement de les retrouver. Si on peut totalement exclure la perte, on envisage un mauvais rangement lors des déménagements de collections. Par ailleurs, il semble qu’une petite confusion règne sur la présence ou non d’un pendentif en forme de quille dans ce site. Cet objet semble avoir été réintroduit dans l’ensemble suite à une interprétation trop hâtive de Bailloud (1974). L’inventaire Ravaux témoigne à Congy de la présence de deux pendentifs mis au jour hors des Hayettes (n° inv. 930.10.258 : pendentif en os et 930.10.260 : pendentif arciforme). Tous les deux appartiennent, sans équivoque, au lot d’objets sans origine de Congy. Schmit n’évoque pas la présence de cet objet en os et ne le représente pas sur les planches réalisées peu après la fouille. Dans les notes de récolement des collections, face au n° 930.10.172, J.-P. Ravaux renvoie explicitement à la branche de polypier en pyrite de fer14, considéré comme un pendentif par Schmit et non à une pendeloque en forme de quille.

  • 15 Le cas est différent quand il calque des objets photographiés.

15Sur les planches de Schmit, les poteries sont dessinées avec un réalisme très naturaliste comme d’ailleurs l’ensemble des objets figurés. Au-dessous des céramiques, on note la réunion des ossements comprenant la canine de suidé brisée, la tête d’un carnassier, un os long et une omoplate. On peut s’étonner de la qualité de ces planches si on les compare aux simples croquis15 qui émaillent les pages des manuscrits de Schmit. On peut conclure sur la correspondance parfaite entre l’inventaire du mobilier décrit dans les manuscrits, le mobilier encore conservé au musée de Châlons-en-Champagne, les planches de dessins dont la qualité autorise les identifications et la liste dressée à partir des publications de Schmit (Schmit, 1907a, b, c et d et 1924). Par recoupement des archives manuscrites, des clichés d’archive, des planches de dessins et des descriptions de fouilles, on peut être certain de l’attribution des objets au site des Hayettes.

Matériaux, techniques, chaînes opératoires et morphologie des poteries

16É. Schmit (1907a et b, p. 324) a réalisé une description très précise des formes et des dimensions des deux poteries découvertes dans la sépulture. Néanmoins, les dimensions qu’il a fournies dans ses différentes publications sur le site ne correspondent pas exactement à celles des poteries étudiées. Des erreurs de 1 à 2 cm sont fréquentes et une des mesures (“63 cm de haut”) ne correspond à rien et constitue une erreur inexplicable. En revanche, les proportions et les descriptions générales des formes concordent bien avec les poteries des Hayettes inventoriées et conservées au musée de Châlons-en-Champagne. Surtout, les planches aquarellées de Schmit (figures 5 et 6) confirment, malgré les imprécisions constatées, que les deux poteries conservées proviennent sans aucun doute possible des Hayettes.

Figure 3 – Planche au crayon, préparatoire à la planche aquarellée identique. Il est étonnant de voir l’esquisse signée Schmit Émile délit tandis que la planche finalisée en couleur ne l’est pas (sans Légende). [Conservée dans le manuscrit Schmit, Archives départementales de la Marne]

Figure 4 – Planche aquarellée (39 x 27,5 cm) regroupant le mobilier des Hayettes à Congy (sans légende). Tous les objets sont figurés en grandeur naturelle, une seule fois, sauf la pointe lancéolée en haut à gauche. On notera le crâne trépané, la présence de deux armatures de flèches à tranchant transversal et seulement la représentation de 12 perles sur 14 comprenant bien les trois groupes de perles collées. La lame située à droite est cassée dans sa partie proximale. Cette planche était vraisemblablement destinée à l’album archéologique projeté dès 1905 par É. Schmit. [Conservée à la médiathèque de Châlons-en-Champagne, cote 6114 ES DOC ARCH 5 78 (hors tout 54 x 36 cm ; cadre 27,7 x 38,9 cm)]

Figure 5 – Planche au crayon inachevée, non signée, présentant la seconde partie du mobilier : les deux vases dont
celui de gauche inachevé et le mobilier osseux animal (sans légende). [Conservée à la médiathèque de Châlons-en-Champagne, cote 6033 ES DOC ARCH 2 23 (hors tout 49,5 x 32,1 cm ; cadre 27,7 x 39,1 cm)]

Figure 6 – Seconde planche aquarellée présentant la seconde partie du mobilier de la sépulture des Hayettes : deux poteries
et cinq ossements animaux (sans légende). [Conservée à la médiathèque de Châlons-en-Champagne, cote 6033 ES DOC ARCH 2 23 (hors tout 49,5 x 32,1 cm ; cadre 27,7 x 39,1 cm)]

17Ces deux poteries ont un fond plat, l’une à profil en S, l’autre en forme de tonneau (figures 5 à 7). La première, en S, comporte un pied légèrement débordant et un col court bien marqué (n° inv. 930.10.167). La seconde (n° inv. 930.10.166) présente une lèvre biseautée aplatie. Les morphologies de ces deux poteries sont tout à fait caractéristiques des types fréquemment rencontrés dans les sépultures collectives de la Marne ou du Bassin parisien. Selon la typologie établie dans le cadre du PCR (Augereau et alii, 2007), la poterie n° 1 appartient aux bols à col court de forme en S avec un diamètre maximum haut (type C212) et la poterie n° 2 aux pots/gobelets sans col en forme de tonneau (type Alll). Les poteries à col court proviennent des contextes funéraires (Augereau et alii, 2007), ce que confirme l’exemplaire des Hayettes. Celle-ci est parfaitement comparable à celle de l’hypogée des Gouttes-d’Or à Loisy-en-Brie (Chertier et alii, 1994), situé d’ailleurs à seulement 8 km environ.

Le façonnage

18Aucune structure de façonnage n’est observable sur la tranche de la poterie n° 1 des Hayettes car elle est entière. En revanche, le fond a été mis en forme selon un procédé technique particulier. Sur la poterie retournée, la pâte a été déplacée de la panse vers le fond, sur la surface externe (figure 7). Puis elle a été lissée de façon centripète. Le potier n’a pas terminé ce lissage et a laissé la partie centrale en réserve. L’épaisseur entre les deux couches de pâte est de plusieurs millimètres (figure 7). Les traces en sont caractéristiques. Ce travail inachevé nous permet aujourd’hui de mettre en évidence les gestes pratiqués et leur succession. L’argile appliquée avait une quantité d’eau plus importante que celle du fond sur lequel elle a été ajoutée. Cet apport de pâte plus humide et le fait que le lissage n’a pas été réalisé sur toute la surface a entraîné un séchage différent entre les deux parties associées. Ce séchage différentiel des deux parties associées a eu pour conséquence la formation d’une importante fissure qui traverse l’épaisseur du fond de part en part (figure 7). Les expériences montrent que de tels accidents de séchage sont caractéristiques lorsque des parties sont associées à des degrés de séchage différents de celui du support, ou lorsque les poteries sont mises à sécher dans un courant d’air. Ces observations correspondent à une étape de la mise en forme du fond. L’absence d’écrasement visible de la pâte ajoutée sur la surface du fond permet de déduire que cette opération a eu lieu à la fin du montage de la poterie, soit après le façonnage du bord si la poterie a été montée du fond vers le bord, soit après la pose du fond si le montage a été réalisé du bord vers le fond. L’existence de cette fissure attestant d’un séchage différentiel plaiderait plutôt pour un montage du fond vers le bord. Lors de la mise en forme du fond par lissage du haut vers le bas, puis par lissage centripète, celui-ci aurait alors déjà séché suffisamment pour entraîner cette différence d’humidité de la pâte et créer cette fissure. Tandis que dans le cas d’un montage du bord vers le fond, la pâte utilisée pour le façonnage du fond aurait justement eu la même quantité d’eau que la partie mise en forme. De plus, la première épaisseur de pâte du fond a été écrasée lors du façonnage tandis que l’épaisseur rapportée ne l’a pas été du tout. Après un montage “à l’endroit”, la poterie a été retournée et probablement tenue dans les mains, sans support, pour la mise en forme du pied.

19Ces observations permettent de reconstituer une portion de la chaîne opératoire. L’ébauche a été réalisée du fond vers le bord. La mise en forme du fond a été effectuée par lissage de haut en bas en direction du centre du fond, sans doute dans l’objectif de masquer les jonctions ou les traces de l’ébauche. Le rabat de pâte a été poursuivi jusque sur la surface inférieure du fond, sans que le lissage ne soit totalement terminé. Ce procédé de mise en forme du fond est très caractéristique et participe à une tradition qui doit être recherchée ailleurs. Elle devrait également permettre des comparaisons avec d’autres méthodes de façonnage.

Matériaux et cuisson

20La poterie n° 1 des Hayettes a été dégraissée au silex pilé. La cuisson a été arrêtée en phase IVa ou V (figure 8). La restauration de la poterie n° 2 des Hayettes a empêché l’observation des inclusions et la lecture du mode de cuisson sur la tranche. Néanmoins, la description des teintes et couleurs de cuisson par É. Schmit (1907a et b) permet de penser que la phase de cuisson correspond au type IVa. Il n’est actuellement pas possible de vérifier cette observation.

21La poterie n° 1 montre de nombreuses cupules thermiques de formes à peu près circulaires, sur la surface externe (figure 7). Ces cupules, rares au Néolithique, sont dues à des accidents de cuisson assez fréquents lorsque les céramiques sont mises à cuire avant d’être totalement sèches. Les cupules thermiques, comme la fissure de séchage ou le surplus de pâte lié au repli sur le fond, nous indiquent que ce(tte) potier(ère) investissait peu de temps et de soin à la fabrication des poteries. Ceci peut tout aussi bien être dû à de faibles connaissances techniques qu’à une absence d’intérêt pour investir techniquement dans la production céramique.

22Les accidents de séchage et de cuisson comportent des risques réels pour une bonne utilisation des poteries, c’est pourquoi nous sommes enclins à penser que cette mauvaise maîtrise des savoir-faire de fabrication de la céramique était involontaire. Ce constat a déjà été souligné pour les poteries du SOM sur la base d’observations générales (Leclerc, Masset, 1985).

Figure 7 – Poteries de Congy, les Hayettes, musée de Châlons-en-Champagne.
[Dessins : P. Magne ; clichés : R. Martineau et Hervé Maillot]

Le fond de la poterie 1 présente des traces techniques montrant un repli de la surface externe, de haut en bas, sur le fond déjà ébauché. Cette opération a été réalisée sur le pot retourné, au moment de la mise en forme du fond.

N° poterie

Inclusion ajoutée

Mode de cuisson

Observations

Les Hayettes à Congy
Poterie 1 n° inv. 930.10.167

silex pilé

phase IVa ou V

fente interne de séchage + cupules thermiques

Les Hayettes à Congy
Poterie 2 n° inv. 930.10.166

?

phase IVa (d’après observation de É. Schmit, 1907a et b)

restaurée

Figure 8 – Données technologiques observées sur les poteries des Hayettes à Congy.

Industrie lithique

  • 16 Ces planches ont été réalisées immédiatement après la fouille alors que Schmit avait lancé dès 1905 (...)

23Selon les descriptions de Schmit, le corpus d’origine de la sépulture de Congy, les Hayettes comportait 12 pièces (Schmit, 1907), dont 1 hache polie, 1 pointe de flèche à tranchant transversal, 1 tranchet, 1 armature, 2 pics, 1 poinçon, 1 percuteur et “quelques lames” (figure 3). De ce mobilier, il ne subsiste que quatre pièces attribuées à cette sépulture dans les collections du musée de Châlons-en-Champagne : une armature tranchante trapézoïdale à tranchant transversal, une pièce appointée, une lame brute ainsi qu’un fragment proximal d’éclat (figures 3, 4, 7 et 8). Les documents d’archive conservés aux Archives départementales et à la médiathèque de Châlons-en-Champagne représentent donc la source majeure qui confirme la présence de certains mobiliers dans cette sépulture16. On note cependant une différence de comptage entre l’inventaire et le dessin du fouilleur : au moins neuf pièces dans l’inventaire (si on considère que “quelques” vaut au moins deux), douze présentes sur le dessin.

24Si on compare les éléments étudiés, l’inventaire du fouilleur et le dessin aquarellé, on peut faire corréler certains éléments :

  • la hache polie : inventaire, dessin, absente du musée,

  • deux armatures tranchantes sur le dessin : une seule en inventaire et au musée,

  • un tranchet inventorié : cette pièce, la plus intéressante parmi les absentes du musée, pourrait être celle dessinée en bas à droite de la planche aquarellée ; même s’il serait plus prudent d’avoir observé la pièce pour s’assurer qu’elle constitue un réel tranchet, le dessin très bien rendu laisse peu de doutes,

  • deux pics en inventaire : aucun au musée, peut-être un sur le dessin mais la pièce évoque davantage un retouchoir ou briquet, très fréquemment retrouvé en sépulture collective,

  • le poinçon de l’inventaire : probablement la lame appointée visible sur le dessin et présente au musée,

  • deux lames visibles sur le dessin : une seule au musée et non dénombrées dans l’inventaire,

  • quatre éclats dessinés : aucun dans l’inventaire, un retrouvé au musée,

  • un percuteur dans l’inventaire : absent du musée et non dessiné.

25La matière première utilisée ici est un silex secondaire local. Les quatre pièces présentent une patine envahissante à couvrante blanc cassé. Le fragment d’éclat et la lame conservent une petite portion de cortex fin blanc crayeux. Deux des supports et la pièce appointée présentent une zone de mauvaise silicification.

26L’armature tranchante (au milieu, recto seulement, près de la gaine sur la figure 3 et figures 9-10) est du type à bords divergents rectilignes, définit par C. Renard (type 511, Renard, 2003). Elle mesure 25 mm de long, 28 mm de largeur au tranchant pour moins de 5 mm à la base et 4 mm d’épaisseur. Les retouches sont bilatérales abruptes par rapport au sens de l’armature et le tranchant est légèrement convexe. La pièce présente trois négatifs d’enlèvements parallèles et unipolaires sur la face supérieure, de même direction que les ondulations lisibles sur la face inférieure, ce qui laisse supposer que le support utilisé était une lame. Elle ne montre aucune fracture d’utilisation. Cette armature est comparable aux centaines d’autres du même type qui ont été observées dans les séries des hypogées de la Marne (Renard et alii, ce volume) et peut parfaitement s’intégrer à un corpus du Néolithique récent.

27Le second outil est une pièce appointée dont la retouche envahissante n’a permis de déterminer ni le support, ni la technique d’obtention de ce dernier (en haut à gauche, recto-verso, l’un au-dessus de l’autre sur la figure 3). Il s’agit d’une pièce de 75 mm de long pour 22 mm de largeur maximum et 8 mm d’épaisseur maximum. Les retouches en écailles sont bifaciales périphériques, principalement rasantes. Ces retouches laissent une pièce asymétrique et légèrement courbe, mais de forme appointée, qui ne s’approche d’aucun des éléments rencontrés jusqu’ici dans les séries du Néolithique récent des sépultures collectives de la Marne (Langry-François, 2003). Sans qu’un lien ne puisse être établi sur la base d’un corpus si restreint et l’unique pièce de ce type, notons que le Horgen de Suisse occidentale recèle quand à lui de nombreuses pièces appointées qui opposent un bord retouché à un bord non aménagé (Augereau et alii, 2004c).

28La lame brute mesure 10 cm de long et un maximum de 29 mm de large (seconde en partant du haut, à droite, recto seulement sur la figure 3). Si le module est plutôt régulier sur les deux premiers tiers, la pièce se rétrécit en partie distale. Les bords sont sinueux, de même que les arêtes des trois négatifs d’enlèvements unipolaires visibles sur la face supérieure. Elle porte une petite plage de cortex en partie distale, jointive à une zone plus grenue du silex. Son épaisseur est de 5 mm. L’extrémité distale est légèrement tronquée et le profil est peu arqué. Cette lame ne porte pas de retouche ou d’esquil– lement d’utilisation. Malgré tout, en l’absence d’analyse tracéologique, on ne saurait infirmer son éventuelle utilisation. La morphologie du talon, large et concave, évoque plutôt un débitage par percussion indirecte, malgré un angle d’éclatement inférieur à 90°. Cette lame, débitée par percussion indirecte et laissant apparaître des négatifs d’enlèvements unipolaires, se rapproche du schéma opératoire préférentiel observé dans les autres sépultures collectives du département de la Marne (Langry-François, 2003). En l’absence de série plus conséquente il faut malgré tout rester prudent sur l’attribution chronologique de cette unique lame.

Figure 9 – Industrie Lithique de Congy, Les Hayettes : éclat (930.10.190), Lame (930.10.192), armature tranchante (930.10.170), pointe (930.10.171).
[Dessins : F. Langry-François]

Figure 10 – Inventaire des pièces lithiques de la sépulture des Hayettes.

29Le dernier élément est un fragment proximal d’éclat irrégulier de 55 mm de longueur conservée, obtenu par percussion directe au percuteur dur (en haut à droite, recto seulement sur la figure 3). Le talon est cortical. L’éclat n’a pas été retouché et les cassures sont anciennes. On peut par contre s’interroger sur la présence d’une telle pièce dans cette sépulture. En effet, il ne s’agit en l’occurrence ni d’un outil domestique, ni d’une lame brute comme c’est généralement le cas.

La parure

  • 17 Il apparaît fort improbable qu’il ait pu y avoir substitution. Le laps de temps entre la découverte (...)

30La sépulture collective de Congy, les Hayettes a livré seize éléments de parure (figure 11). Quinze d’entre eux ont pu être étudiés au musée de Châlons-en-Champagne. Il s’agit de quatorze perles en calcaire et d’une dent de truie percée (détermination P. Méniel ; figure 3). Cette dernière a été décrite par É. Schmit (1924) comme étant une dent de loup, mais il est probable qu’il s’agit d’une erreur de détermination de sa part plutôt que d’un échange involontaire avec une autre dent17. Le dernier élément de parure n’a pas été retrouvé. 11 s’agit d’une “branche de corail tournée en pyrite sulfureuse” (Schmit 1924) qui est en réalité un polypier fossile.

31Les quatorze perles ont été confectionnées dans un calcaire tendre (figures 11-13). Elles sont de forme discoïde et calibrées entre elles, puisqu’elles mesurent toutes entre 9 et 12 mm de diamètre pour une épaisseur variant de 3 à 5 mm. La dent de truie percée est une canine mesurant 49 mm de longueur pour 13 mm de largeur et 9 mm d’épaisseur (figures 3, 11-13). Il s’agit donc d’une pièce de grande dimension, qui devait être assez voyante une fois suspendue. Sa perforation, de forme biconique, c’est-à-dire amorcée par les deux faces, est située à l’extrémité de la racine de la dent.

  • 18 Dans la Marne, les cendrières sont généralement des carrières de lignite, matière première utilisée (...)

32Ces objets de parure ont tous été confectionnés à partir de ressources locales. Le fragment tubulaire et creux de branche de corail en pyrite sulfureuse tel que décrit et dessiné par Schmit (figure 3) semble bien correspondre à un fragment de polypier fossile de la craie. La forme du fragment est suffisamment claire pour cette identification. On ajoutera que dans la description du terroir de Congy (Chalette, 1845, p. 255), il est mentionné dans le ravin de Boucha, la présence de pyrite et de houille sulfureuse. Une source sulfureuse est aussi signalée dans la cendrière18 de Congy. Là encore, l’élément décoratif, récupéré pour sa forme insolite et inexplicable pour l’époque, trouve son origine dans les ressources locales.

Usure des objets

33Les objets de parure découverts dans la sépulture des Hayettes présentent tous des traces d’usure. Les perles en calcaire sont usées, mais à différents degrés. L’usure la plus fréquente se situe au niveau de la perforation et se manifeste par des échancrures. L’orifice est ainsi déformé et agrandi. Dans quelques cas, l’usure a complètement décentré la perforation, la perle ne pouvant plus alors tourner autour de son axe. De nombreuses perles présentent également une transformation de leur modelé initial qui se manifeste par des contours émoussés et adoucis. Ces perles sont aplaties sur leurs faces. Leur profil est donc aminci et leur épaisseur inégale sur l’ensemble de la pièce. Les faces de ces perles paraissent parfois polies, ce qui pourrait être dû aux frottements des perles entre elles. Ce type d’usure est extrêmement fréquent sur les nombreuses perles en calcaire issues des sépultures collectives du département de la Marne ; le calcaire tendre utilisé pour leur fabrication marquant facilement.

N° d’inventaire

Type de parure

Dimensions (en mm)

930.10.168

Canine de truie percée (détermination A. PoLloni confirmée par P. Méniel)

Lg :49 ; lg:13;E:9

930.10.172

Fragment de polypier fossile de la craie

Dimensions non connues

930.10.176

Perle discoïde en calcaire

D: 10 ; E:5

930.10.177

Perle discoïde en calcaire

D: 11 ; E:5

930.10.178

Perle discoïde en calcaire

D: 12 ; E:5

930.10.179

Perle discoïde en calcaire

D:11 ; E:4

930.10.180

Perle discoïde en calcaire

D: 12 ; E:4

930.10.181

Perle discoïde en calcaire

D: 12 ; E:4

930.10.182

Perle discoïde en calcaire

D: 10 ; E:3

930.10.183

Perle discoïde en calcaire

D: 11 ; E:5

930.10.184

Perle discoïde en calcaire

D:10 ; E:4

930.10.185

Perle discoïde en calcaire

D: 10 ; E:4

930.10.186

Perle discoïde en calcaire

D:10 ; E:4

930.10.187

Perle discoïde en calcaire

D:10;E:4

930.10.188

Perle discoïde en calcaire

D:10 ; E:4

930.10.189

Perle discoïde en calcaire

D:9 ; E:4

Figure 11 – Inventaire des objets de parure de la sépulture des Hayettes.

34La canine de suidé est pour sa part usée au niveau de l’orifice, agrandi et déformé, ce qui est très fréquent sur ce type de pièce. Les traces d’usure constatées sur les éléments sont dues à leur emploi en tant que parure. Le fait que ces objets aient été portés par des vivants avant d’accompagner des inhumés dans la tombe n’a rien d’insolite, puisque c’est le cas de l’écrasante majorité des objets de parure trouvés dans les sépultures collectives du Bassin parisien (POLLONI et alii, 2004).

Position des objets dans la sépulture

35La sépulture a livré deux couches d’inhumation. Tous les objets de parure ont été découverts dans la couche inférieure. Les perles en calcaire ont toutes été trouvées à proximité les unes des autres. Certaines étaient soudées entre elles, par deux ou par trois, au moment de leur découverte. Ce phénomène, sans doute dû à l’humidité, ajouté à l’usure importante observée sur les faces des perles, laisse penser que ces objets ont été suspendus par un lien, les uns contre les autres. D’après le fouilleur (Schmit, 1924), ces perles étaient associées à un squelette d’enfant. Ce fait n’est pas exceptionnel. Dans l’hypogée du Mesnil-sur-Oger, les Mournouards 3, situé à une trentaine de kilomètres de la tombe des Hayettes, les nombreuses perles en calcaire étaient elles aussi en relation avec des corps d’enfants (Leroi-Gourhan et alii, 1962). La dent de suidé percée fut pour sa part récoltée à l’intérieur d’un crâne. Nous n’avons toutefois aucune information sur l’âge ou le sexe de cet individu.

Faune et outils en matières dures animales

  • 19 Cet objet, qui n’a pas pu être étudié, devra être comparé avec le n° inv. 930.10.256 (manche en os (...)
  • 20 Les déterminations de Patrice Méniel ont été réalisées à partir des planches aquarellées (figures 3 (...)

36Le site a livré une hache dans sa gaine à perforation transversale en bois de cerf (Schmit, Manuscrits F 59 et F 92, figure 3). Ce type de gaine de hache, très fréquent dans les sépultures collectives (Renard et alii, ce volume) ou dans le seul habitat connu de cette période dans la Marne (MARTINEAU et alii, ce volume), semble caractéristique du Néolithique récent. Le manche d’outil19 (figure 3) est également un type assez fréquent à la fin du Néolithique. Le poinçon en os a été réalisé à partir d’un métapode de petit ruminant, peut-être du chevreuil (détermination Patrice Méniel20) (figure 4).

Figure 12 – Pertes en calcaire et dent de suidé de Congy, les Hayettes. 1-14. Perles en calcaire ; 15. Dent de suidé.

Figure 13 – Dessins des objets de parure de Congy, les Hayettes. 1-14. Perles en calcaire ; 15. Dent de suidé. [Dessins : A. Polloni]

37Trois ossements animaux ont également été découverts dans la sépulture. Il s’agit d’un crâne de blaireau, d’une scapula gauche de porc et d’un métatarse de mouton (déterminations Patrice Méniel) (figure 4). On peut éventuellement douter de l’origine anthropique du crâne de blaireau qui peut avoir creusé dans la fosse. Les blaireaux semblent avoir occupé certains hypogées comme cela a été montré pour celui du Mont-Aimé 2 à Val-des-Marais (Crubézy, Mazière, 1991). En revanche, pour la scapula de porc, le métatarse de mouton et les deux canines de suidés, il s’agit certainement d’un dépôt intentionnel (offrandes funéraires ?). Au moins trente sépultures collectives du Néolithique récent du Bassin parisien ont livré des restes de faune (Burnez-Lanotte, 1987, p. 271), dont pour la Marne les sites de la Mousseronnière à Congy et de l’Homme-Mort à Tinqueux.

38La canine inférieure gauche de sanglier mâle et la canine droite de suidé mâle juvénile (figure 4, à droite sur la planche) (déterminations Patrice Méniel) sont sans doute des outils. À partir de la station 3 de Chalain (Fontenu, Jura), presque contemporaine, il a été montré que les canines de suidé peuvent aussi bien être utilisées dans leur état naturel que modifiées par réaffûtage ou par percussion (Chiquet et alii, 1997). En ce qui concerne les Hayettes, une étude tracéologique serait nécessaire pour déterminer si elles ont été utilisées. Leur utilisation comme outil est en tous cas très fréquente au Néolithique, en particulier au Horgen et mentionné dans plusieurs sites du Néolithique récent de la Marne (BurnezLanotte, 1987). Le site des Hayettes illustre un nouvel exemple de l’intérêt des populations néolithiques pour ces canines de suidé. L’originalité du site vient peut-être du fait que ces canines de suidé ne semblent pas présentes dans les assemblages d’outils en matière dure animale des sépultures collectives du Bassin parisien, tandis que tous les autres outils présents aux Hayettes sont caractéristiques des corpus étudiés dans cette région (Polloni et alii, 2004).

DISCUSSION

Le monument funéraire

39La structure archéologique pose quelques problèmes d’interprétation. Il est incontestable qu’il s’agit d’une sépulture collective. D’autre part, É. Schmit indique clairement qu’une fosse a été creusée en pleine craie. Cela permet d’exclure l’hypothèse d’une allée couverte. Les allées couvertes sont peu nombreuses en Champagne (Villes, 1998b), mais surtout, dans le cas des Hayettes, il n’est jamais mentionné l’existence d’orthostats.

  • 21 Malgré un examen très attentif des publications il subsiste un doute concernant l’existence d’une o (...)

40S’il s’agissait d’un hypogée, Schmit aurait su l’identifier et aurait inévitablement mentionné la présence d’un couloir, ce qui n’est pas le cas. D’autre part, il aurait fait référence aux hypogées de Coizard qu’il avait visités. La présence de dalles de couverture ne coïncide pas bien avec un hypogée. Il est beaucoup plus vraisemblable qu’il s’agit d’une structure excavée recouverte de dalles mégalithiques, expliquant ainsi le terme de Schmit d’“ossuaire néolithique sous dalles funéraires” (Schmit, 1907a, b et c)21. La particularité de ce type de sépulture collective explique sans doute la difficulté de compréhension du site par les fouilleurs, évidente aujourd’hui à la lecture des publications (Schmit, 1907a, b, c et d, 1924). il reste en revanche très difficile de savoir si le creusement a été réalisé sous des dalles en position naturelle ou si ces dalles ont été déplacées dans un second temps.

41Il s’agit à l’évidence d’un monument excavé de type sépulture collective, couvert par des dalles mégalithiques. C’est d’ailleurs également comme cela que L. Burnez-Lanotte (1987, p. 449) a interprété le monument : une tombe creusée dans le substrat crayeux, l’utilisation de dalles ou blocs et un mode de construction mixte de type A et B. Ce type de monument funéraire est bien connu en Île-de-France où il se présente généralement sous la forme d’une excavation, parfois couverte de dalles et assez fréquemment aménagée par un pavage de pierres et surtout des murets de pierres sèches pouvant supporter les dalles de couverture (Bailloud, 1974 ; Blanchet, 1998). Ces dernières sont souvent en position naturelle et le creusement a alors été effectué sous celle-ci, comme cela a été proposé pour un certain nombre de sites du Bassin parisien (Ermenonville, Pleignes à La Genevraye, le Chesnois à la Grande Paroisse, la Chapelle-sous-Crécy à Crécy-la Chapelle, la Pente-de-Courcelles à Nanteau-sur-Essonne (ce volume), Bassin de la Fontaine Saint-Léger à Buno-Bonnevaux, lieu-dit inconnu à Nogent-l’Artaud, les Hautes-Selles à Thorigny-sur-Oreuse, Belleville à Vendrest) (Masset, Soulier, 1995 ; Soulier dir., 1998 ; base de données du PCR). Mais dans d’autres cas les dalles ont très bien pu être déplacées, voire taillées à cet effet. Malheureusement, découvertes presque toujours de manière fortuite et souvent anciennement, ces sépultures collectives, avec ou sans dalles de couverture, ont très rarement fait l’objet de fouilles minutieuses. Dans la plupart des cas ces monuments présentent des murs de pierres sèches mais souvent aucune couverture n’a été conservée, soit parce qu’elle était en bois, soit parce que les dalles ont été récupérées.

42G. Bailloud (1974) n’avait pas tenté de réaliser une typologie selon leur plan, mais avait fait une distinction en fonction des types de couverture : revêtement constitué de pierres sèches, de grandes dalles et pierres sèches, grandes dalles uniquement ou encore aucune couverture. Les dimensions de ces sépultures sont généralement de l’ordre de 2 à 4,50 m de long par 1,50 à 2,50 m de large en moyenne, ce qui correspond assez bien aux dimensions de la structure des Hayettes (6 m par 1,80 m environ). Dans son inventaire de ce type de sépultures, G. Bailloud (1974) ne mentionne pas le site des Hayettes dont il n’interprète par ailleurs pas la structure dans la description qu’il en fait (p. 264-265). L. Burnez-Lanotte (1987, p. 498-499) a rapproché la tombe des Hayettes du type Niederzeuzheim du massif hercynien (Allemagne), notamment par les proportions et les dimensions de ce type de sépulture, mais aussi par l’existence de couches d’inhumation successives et la présence de morts le plus fréquemment allongés sur le dos.

Céramique

43Les formes des poteries s’intègrent parfaitement dans la typologie céramique du Néolithique récent de la Marne et plus généralement du Bassin parisien. L’étude technologique apporte des informations importantes sur une tradition particulière de façonnage des fonds des poteries au Néolithique récent. Ce type de mise en forme du fond a également été identifié sur une poterie de la collection J. de Baye (Renard et alii, ce volume) et surtout aux Bois-Plantés à Presles-et-Boves (Aisne) où 16 des 45 fonds présentent cette méthode de mise en forme (Thouvenot et alii, ce volume). Les autres fonds de ce site n’ont pas permis ce type d’observation, ce qui ne signifie pas qu’ils ont été fabriqués différemment.

44Les poteries de ces trois sites possèdent des fonds avec des pieds assez marqués (figure 7 et ce volume). Il est possible qu’il existe une relation entre la morphologie des fonds et les gestes appliqués pour leur mise en forme. On peut en effet envisager que, sur une poterie retournée, les pieds ont été mis en forme par des pressions discontinues verticales de la pâte, du haut vers le bas de la panse. Puis, lorsque la quantité de pâte déplacée était trop importante pour former le pied de la poterie, la pâte était lissée sur la surface externe du fond, suivant une direction centripète. Il s’agirait alors de traces correspondant à des surplus de pâte lorsque celle-ci a été déplacée au moment de la mise en forme du pied. Hormis ces traces de déplacement de la pâte, aucun traitement de surface n’a été observé.

45Ces trois cas montrent l’existence d’une tradition de façonnage parce que ce procédé de mise en forme du fond n’est certainement pas aléatoire. Cette particularité du façonnage des fonds permet de rapprocher les trois sites concernés par cette méthode de montage. Cette méthode de mise en forme particulière du fond se distingue très bien des autres méthodes identifiées pour le Néolithique récent, comme cela est discuté dans la synthèse de ce volume. La question reste de savoir si cette tradition technique sous-tend un groupe géographique dont il resterait à préciser la répartition spatiale ou comporte un sens chronologique.

Lithique

46Les éléments manquants font particulièrement défaut dans l’analyse du mobilier, surtout si les déterminations typologiques réalisées par les fouilleurs sont correctes. La présence d’une hache polie ainsi que sa gaine est très fréquente dans les sépultures collectives du Néolithique récent. Elles sont même considérées comme partie intégrante du dépôt collectif (Sohn, 2006a). Le “pic” dessiné sur l’aquarelle (figure 3) semble davantage être un retouchoir ou un briquet, type fréquent également dans ces contextes. Le perçoir ne dénote pas non plus des ensembles habituels, essentiellement composés d’outils à caractère domestique et d’armatures. Le percuteur et le (ou les) “pic(s)” seraient dans ce cadre de nouveaux types de témoins de l’outillage domestique en contexte sépulcral puisque ni l’un ni l’autre n’avaient encore été observés dans un contexte funéraire. Quant à la présence du tranchet, si sa provenance était assurée, elle atténuerait l’attribution exclusive de ce type au Néolithique moyen, déjà soupçonnée à Villevenard, les Ronces 21 (Burnez-Lanotte, 1987). Dans ce secteur du Bassin parisien, parmi les nombreuses séries attribuées au Néolithique récent et final qui ont été étudiées, seul l’habitat de Morains-le-Petit, le Pré-à-Vaches (ce volume) a livré une pièce qui s’apparente à un tranchet. Ce dernier n’est d’ailleurs pas sans rappeler celui figuré pour les Hayettes, en terme de dimension et de préparation du support. Ces tranchets se détachent donc des modules et aménagements réalisés pour les grandes bitroncatures sur éclat du Néolithique moyen des Ve et IVe millénaire av. n. è. dans le sud-est du Bassin parisien : “pièces retouchées sur éclat épais, aménagées par retouche transversale (bitroncature) visant à inscrire la pièce dans une forme trapézoïdale, plus rarement triangulaire” (Augereau, 2004C). D’une manière globale, il faut rappeler qu’aucun objet ni aucune datation n’a témoigné d’une utilisation des sépultures collectives des Marais-de-Saint-Gond durant le Néolithique moyen. On peut citer enfin les deux tranchets découverts à Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Allard, ce volume), qui ne semblent pas liés à l’occupation du Néolithique récent, et sont par bien des aspects plus proches de ceux fréquemment rencontrés dans les contextes plus anciens.

47En conclusion, le mobilier qui nous est parvenu tout comme celui connu par la planche de Schmit, est plutôt réduit. La quantité initiale n’a pas pu être clairement estimée, mais si on prend en compte les douze pièces en silex dessinées par l’inventeur, ce corpus intègre la moyenne de ce qui est observé dans la région. Les éléments en présence ne permettent pas à eux seuls une attribution chronologique ou culturelle, mais l’armature tranchante et l’identification de la percussion indirecte sont tout à fait compatibles avec les séries des sépultures collectives de la Marne, attribuées au Néolithique récent. La pièce appointée est davantage originale dans ce type de corpus, bien que des comparaisons puissent être réalisées avec le Horgen. Enfin, le très probable tranchet serait soit un témoignage inédit de fréquentation antérieure au Néolithique récent de certaines sépultures collectives de la Marne, soit une première indication de la perduration de ce type d’outil au Néolithique récent, sous un aspect légèrement différent de ceux du Néolithique moyen. Son caractère quasi unique doit malgré tout nous amener à une grande prudence dans ce contexte de fouille ancienne.

Parure

48Malgré le faible nombre d’objets découverts dans cette tombe, la parure est très proche de celle trouvée dans les sépultures collectives environnantes, caractérisée par la présence massive de perles en calcaire. Quant aux dents percées, ubiquistes à la fin du Néolithique, elles sont également très nombreuses dans les sépultures du département de la Marne, où elles font partie des objets de prédilection. Nombre de tombes collectives de ce département contenaient elles aussi des dents de suidé percées (les Vignes-Basses 1 à 7 et les Vignes-Jaunes à Courjeonnet, les Mournouards 2 et 3 au Mesnil-sur-Oger, la Plaque à Aulnay-aux-Planches, Saran 5 et 6 à Chouilly, le Razet à Coizard ou encore Warmery-Haut à Ay-Champagne). La parure des Hayettes s’intégre donc bien dans son environnement géoculturel.

49Cette sépulture a livré peu d’ornements. Si l’on part du postulat que les 14 perles en calcaire formaient en fait une seule et même parure et que la dent percée a pu appartenir à un autre individu, on arrive à la conclusion que sur la quarantaine de défunts supposés présents dans la tombe, seuls 2 individus au maximum étaient parés. Ceci représente un faible pourcentage. Ce constat est néanmoins tout à fait comparable à celui qui a été effectué pour les autres sépultures collectives du Bassin parisien, où seule une faible part des défunts était inhumée avec des parures (Polloni, 2007).

50L’étude de la parure a permis de préciser la nature et la quantité d’objets présents dans la tombe et de les comparer avec les sépultures collectives de la Marne et du Bassin parisien. Les perles discoïdes en calcaire et les canines de truie percées y sont fréquentes. Ces objets sont connus dans l’ensemble des tombes collectives du Bassin parisien, mais ils sont plus fréquents dans les sépultures collectives localisées dans sa partie orientale.

Attribution chronologique de la sépulture des Hayettes

51L’ensemble du mobilier de cette sépulture peut être considéré comme culturellement et chronologiquement homogène. En effet, l’assemblage découvert aux Hayettes est tout à fait caractéristique, sur tous les plans, des objets du Néolithique récent, principalement connus à partir des sépultures collectives de la région des Marais-de-Saint-Gond (collection J. de Baye notamment, Renard et alii, ce volume). Les outils en matière dure animale (gaine de hache à emmanchement transversal, manche d’outil, canines de suidés), la parure (canine de truie, perles discoïdes en calcaire) et les deux poteries sont tout à fait caractéristiques de cette période. Les armatures à tranchant transversal et la percussion indirecte, autant que la gaine de hache à perforation transversale en bois de cerf caractérisent également très bien le Néolithique récent. Les éclats et les lames sont plus ubiquistes mais peuvent tout à fait s’insérer dans cette période. Seul le tranchet indiquerait plutôt le Néolithique moyen, bien qu’une perduration de ce type d’outil au Néolithique récent soit possible. Ainsi, le mobilier de la sépulture des Hayettes, attribuable au Néolithique récent, trouve parfaitement sa place dans ce type de sépulture collective excavée, sous dalles mégalithiques, qui semble assez caractéristique de cette période. La concordance entre la datation de la structure et celle du mobilier est très satisfaisante pour une étude fondée sur une fouille qui a plus de cent ans.

CONCLUSION

52La fouille et les publications anciennes du site des Hayettes nécessitaient cette nouvelle étude. Les recherches en archives ont permis de compléter les informations fournies par É. Schmit dans ses publications et surtout de publier ses dessins originaux.

53La sépulture collective a été replacée dans son contexte archéologique local. La commune de Congy et l’environnement du site des Hayettes présentent une forte densité de découvertes néolithiques et sans doute la plus forte concentration de mégalithes de toute la Marne. La partie sud et sud-est de la commune de Congy a livré sept monuments funéraires, dont certains au moins sont contemporains, dans une zone assez circonscrite. Cette importante concentration de structures funéraires permet d’évoquer l’existence d’une nécropole néolithique dans cette partie de la commune. La diversité apparente des types d’architecture funéraire du Néolithique récent nécessiterait, à l’instar du travail réalisé par L. Burnez-Lanotte (1987) dans le Bassin parisien, d’en reprendre l’étude détaillée dans la Marne afin de préciser les caractéristiques de chaque type de monument. D’autre part, la proximité de nombreux mégalithes amène à poser la question d’une éventuelle relation avec la nécropole néolithique de Congy. Tous les sites mentionnés, prospectés ou fouillés sur cette commune constituent un riche patrimoine archéologique qui n’a certainement pas fini de livrer de nouvelles surprises et mériterait sans conteste des vérifications sur le terrain et de nouvelles études.

Remerciements

54Les auteurs remercient chaleureusement le personnel du musée de Châlons-en-Champagne qui conserve les objets du site des Hayettes pour son accueil et sa disponibilité, celui de la médiathèque de Châlons-en-Champagne et des Archives départementales qui conservent les notes et dessins exceptionnels d’É. Schmit. Que soient également remerciés Pierre Magne qui a réalisé les dessins des deux poteries et Patrice Méniel qui a déterminé les ossements animaux à partir des planches de É. Schmit.

Notes

1 Comprenez “structure excavée”.

2 Cette affirmation de Schmit est totalement fausse. Les deux communes ne se touchent pas dans ce secteur.

3 Nos remerciements vont à M. Miguel, Maire de Congy, pour ses précisions et la vérification cadastrale qu’il a bien voulu faire. Il s’agit donc d’une erreur d’approximation géographique à mettre sur le compte d’Émile Schmit.

4 Ce menhir a été photographié par Émile Schmit (1906 ou 1907) puis peint par Amaury Thiérot (aquarelle conservée au musée d’Épernay).

5 Collection Robert Doublet (donation 2005) et autres prospections de bénévoles.

6 Ce site est connu par les explorations du baron de Baye. C’est à la Vielle-Andecy qu’il a fait ses premières recherches archéologiques.

7 De Baye écrit “Chemin des Fortras”.

8 Les mesures données par Schmit pour cette fosse et celles données pour les blocs font penser à une couverture partielle du monument excavé et non à une couverture totale, sauf à imaginer que d’autres blocs avaient été enlevés antérieurement et à une date inconnue.

9 C’est certainement celle qui figure sur la planche de dessin en couleur (figure 3) et sur une photographie tirée sur papier à partir d’une plaque en verre sur laquelle figurent, outre la pointe d’un andouiller de cerf, un petit polissoir et un pendentif quille. Ce cliché, très certainement de Schmit, est conservé à la médiathèque Georges Pompidou de Châlons-en-Champagne.

10 À l’époque de la fouille, l’industrie lainière de Champagne était déjà moribonde depuis plus de deux décennies. Les mauvaises terres dites savarts laissées à la pâture des moutons étaient progressivement défrichées depuis déjà un quart de siècle pour devenir cultivables. Ces changements ont commencé à s’opérer avec l’introduction des plantations de sapins vers 1830-1840. C’est ainsi qu’à été mis au jour, par exemple, le cimetière gaulois de Montaignesson à Bergères-les-Vertus.

11 Pour Schmit, trouver un menhir anthropomorphe, c’est se poser en égal au baron de Baye qui a mis au jour les représentations féminines dans les hypogées.

12 Sous la cote 6113 ES DOC ARCH 5 77 et 6114 ES DOC ARCH 5 78. L’une a été publiée intégralement, l’autre en partie (Basset, Vanmoerkerke, 2008, p. 59 et 60). Dans cette publication, l’origine du mobilier n’est pas indiquée et les planches ne sont pas attribuées à É. Schmit. Le mobilier y est daté du Néolithique récent ou final et attribué à un hypogée indéterminé.

13 L’une des deux canines de suidé a été restituée dans son état originel puisque, dans les descriptions publiées, l’une d’entre elles a été brisée par le fouilleur lors de la découverte. Le dégagement du second vase est, on cite : “cause de la brisure d’une magnifique défense de sanglier”.

14 Dans l’inventaire informatique de Ravaux, face au n° 172, il existe un vide qui peut laisser supposer que l’objet est égaré depuis longtemps ou non identifié. A contrario, face au n° 258, il est précisé “en os”. Il convenait donc dans le cadre de cette publication de rectifier une erreur déjà ancienne.

15 Le cas est différent quand il calque des objets photographiés.

16 Ces planches ont été réalisées immédiatement après la fouille alors que Schmit avait lancé dès 1905 une souscription pour l’édition d’une monographie sur l’archéologie marnaise.

17 Il apparaît fort improbable qu’il ait pu y avoir substitution. Le laps de temps entre la découverte et la réalisation des planches a été fort court.

18 Dans la Marne, les cendrières sont généralement des carrières de lignite, matière première utilisée pour la combustion de chauffage et comme amendement pour les sols.

19 Cet objet, qui n’a pas pu être étudié, devra être comparé avec le n° inv. 930.10.256 (manche en os signalé par J.-P. Ravaux dans son inventaire comme Congy, sans précision). D’autre part, on notera la vague similitude de forme entre le dessin de Schmit et celui de Bailloud (figure 41/5).

20 Les déterminations de Patrice Méniel ont été réalisées à partir des planches aquarellées (figures 3 à 6).

21 Malgré un examen très attentif des publications il subsiste un doute concernant l’existence d’une ou de deux structures aux Hayettes. Il découle de la différence entre les deux titres de la communication faite au Congrès de l’AFAS de Reims en 1907. Le titre d’annonce du vol. 1 laisse entrevoir deux structures ; celui du vol. 2 non. Mais il est aussi possible que cette ambigüité provienne du titre qui annonce les deux sites funéraires néolithiques de Congy fouillés par É. Schmit, les Hayettes et les Cornabeaux, qui les présente ensuite dans un seul et même article.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Carte de localisation de Congy, Les Hayettes et des sites néolithiques de la commune.[Infographie : B. Baudoin]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16788/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Figure 3 – Planche au crayon, préparatoire à la planche aquarellée identique. Il est étonnant de voir l’esquisse signée Schmit Émile délit tandis que la planche finalisée en couleur ne l’est pas (sans Légende). [Conservée dans le manuscrit Schmit, Archives départementales de la Marne]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16788/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Figure 4 – Planche aquarellée (39 x 27,5 cm) regroupant le mobilier des Hayettes à Congy (sans légende). Tous les objets sont figurés en grandeur naturelle, une seule fois, sauf la pointe lancéolée en haut à gauche. On notera le crâne trépané, la présence de deux armatures de flèches à tranchant transversal et seulement la représentation de 12 perles sur 14 comprenant bien les trois groupes de perles collées. La lame située à droite est cassée dans sa partie proximale. Cette planche était vraisemblablement destinée à l’album archéologique projeté dès 1905 par É. Schmit. [Conservée à la médiathèque de Châlons-en-Champagne, cote 6114 ES DOC ARCH 5 78 (hors tout 54 x 36 cm ; cadre 27,7 x 38,9 cm)]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16788/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Figure 5 – Planche au crayon inachevée, non signée, présentant la seconde partie du mobilier : les deux vases dontcelui de gauche inachevé et le mobilier osseux animal (sans légende). [Conservée à la médiathèque de Châlons-en-Champagne, cote 6033 ES DOC ARCH 2 23 (hors tout 49,5 x 32,1 cm ; cadre 27,7 x 39,1 cm)]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16788/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Figure 6 – Seconde planche aquarellée présentant la seconde partie du mobilier de la sépulture des Hayettes : deux poterieset cinq ossements animaux (sans légende). [Conservée à la médiathèque de Châlons-en-Champagne, cote 6033 ES DOC ARCH 2 23 (hors tout 49,5 x 32,1 cm ; cadre 27,7 x 39,1 cm)]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16788/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Figure 7 – Poteries de Congy, les Hayettes, musée de Châlons-en-Champagne.[Dessins : P. Magne ; clichés : R. Martineau et Hervé Maillot]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16788/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Figure 9 – Industrie Lithique de Congy, Les Hayettes : éclat (930.10.190), Lame (930.10.192), armature tranchante (930.10.170), pointe (930.10.171).[Dessins : F. Langry-François]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16788/img-7.png
Fichier image/png, 842k
Légende Figure 10 – Inventaire des pièces lithiques de la sépulture des Hayettes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16788/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 12 – Pertes en calcaire et dent de suidé de Congy, les Hayettes. 1-14. Perles en calcaire ; 15. Dent de suidé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16788/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Figure 13 – Dessins des objets de parure de Congy, les Hayettes. 1-14. Perles en calcaire ; 15. Dent de suidé. [Dessins : A. Polloni]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16788/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search