Version classiqueVersion mobile

La fin du IVe millénaire dans le bassin parisien

 | 
Richard Cottiaux
, 
Laure Salanova

Deuxième partie

Le mobilier de l’hypogée 2 du Mont-Aimé au Val-des-Marais (Marne) dans son cadre régional : nouvelles données

Richard Donat, Maïténa Sohn, Angélique Polloni, Audrey Maingaud, Guy Mazière et Éric Crubézy

Résumé

Fouillé entre 1988 et 1989 par É. Crubézy et G. Mazière, l’hypogée 2 du Mont-Aimé est l’un des rares hypogées de la Marne, découvert quasiment intact, à avoir fait l’objet d’une fouille méticuleuse. C’est en outre l’une des seules tombes de ce type à révéler des datations14C exploitables.

Le monument, qui comprend une chambre funéraire bipartite précédée d’une antichambre et d’un couloir d’accès, a livré les restes d’au moins 57 individus, hommes, femmes et enfants d’âges au décès variés. Le mobilier mis au jour, comprenant 253 pièces, est l’un des plus conséquents qui soit parmi les hypogées champenois. Malgré l’absence de céramique, les principales catégories de mobilier sont représentées : industrie lithique (armatures de flèches, lames, haches polies...), industrie osseuse (gaines de haches, manches d’outils et un lissoir) et parure (dentalium, parures biforées en coquillage, perles en calcaire...).

L’analyse croisée des données typologiques, technologiques et spatiales du mobilier issu de cette tombe, et sa comparaison avec le mobilier provenant d’autres sépultures collectives de la Marne, puis du reste du Bassin parisien, permettent de mettre en évidence un Néolithique récent au caractère régional particulièrement prononcé. Sur le plan de la culture matérielle, l’hypogée 2 du Mont-Aimé participe à la définition d’un véritable “faciès Marne”, dissociable de l’ancien bloc culturel “Seine-Oise-Mame” (Augereaü et alii, 2004 et 2007). Des dates14C jusqu’alors inédites témoignent d’une utilisation de l’hypogée très ancienne (milieu du IVe millénaire av.J.-C.), ce qui est d’un intérêt majeur pour la définition même du Néolithique récent de l’est du Bassin parisien.

Texte intégral

INTRODUCTION

1L’hypogée 2 du Mont-Aimé à Val-des-Marais (Marne) a été fouillé en 1988 et 1989 sous la direction d’É. Crubézy et G. Mazière. L’intervention, qui a duré plus de 10 mois, a été suivie de deux publications préliminaires présentant le site, l’architecture du monument et son remplissage ; une étude partielle du mobilier était également proposée, de même que des hypothèses sur le fonctionnement de la sépulture (Crubézy, Mazière, 1990 et 1991). Cette tombe est exceptionnelle à plus d’un égard. Il s’agit en effet d’un des rares hypogées à nous être parvenu quasiment intact et à avoir été fouillé selon des méthodes modernes. Sur les quelques 150 hypogées inventoriés aujourd’hui dans le département de la Marne, dont la plupart ont été explorés et vidés de leur contenu par J. de Baye entre 1872 et 1874 (De Baye, 1874, 1880 ; Bailloud, 1974), on ne peut citer à ce jour que quatre autres monuments de même type exploitables sur le plan anthropologique et mobilier : le Mont-Aimé 1 au Val-des-Marais (Chertier, 1983), les Gouttes-d’Or à Loisy-en-Brie (Chertier et alii, 1994), les Mournouards 2 au Mesnil-sur-Oger (Leroi-Gourhan et alii, 1962) et l’Homme-Mort à Tinqueux (Bailloud, Brézillon, 1968). Son intérêt ne s’arrête pas là puisque les données anthropologiques, ainsi que celles du Mont-Aimé 1, un hypogée voisin fouillé en 1982 par B. Chertier et É. Tappret, ont été reprises dans leur intégralité (travaux R. Donat). Enfin, dans le cadre du PCR sur le IIIe millénaire dans le Centre-Nord de la France (dir. R. Cottiaux et L. Salanova), nous avons pu reprendre l’étude du mobilier, puisqu’il n’avait pas été publié dans son intégralité, plus particulièrement de l’industrie lithique, de l’industrie osseuse et de la parure (conservé au Service régional de l’Archéologie de Châlons-en-Champagne), ainsi que sa répartition spatiale dans la tombe. Bénéficiant d’une base de données des plus étoffées sur les sépultures collectives du Bassin parisien et de la Marne en particulier, nous avons pu projeter nos observations à l’échelle microrégionale et régionale, et souligner ainsi l’apport de l’hypogée 2 du Mont-Aimé à la connaissance du Néolithique récent de l’est du Bassin parisien.

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE L’HYPOGÉE

2L’hypogée 2 a été entièrement creusé par l’homme dans le substrat crayeux du versant sud de la butte du Mont-Aimé (237 m d’altitude). Cette dernière est située en bordure orientale de la région des Marais-de-Saint-Gond, où se concentre la grande majorité des hypogées champenois, le plus souvent rassemblés au sein de véritables nécropoles (le Razet à Coizard, les Houyottes et les Vignes-Basses à Courjeonnet, les Ronces à Villevenard...).

3Le monument, orienté sud-nord (ouverture au sud), est installé à flanc de coteau à une altitude de 180 m. L’hypogée comprenait un couloir d’accès, détruit par les terrassements à l’origine de sa découverte, une antichambre (ou antégrotte) et une chambre funéraire allongée constituée de deux salles disposées en enfilade dans l’axe longitudinal du monument.

4L’antégrotte, de plan sommairement ovale, mesure 1,20 m de largeur, un peu moins d’un mètre de hauteur en son milieu et environ 0,70 m de profondeur. Elle était fermée, du côté du couloir, par une dalle subcirculaire (0,85 x 0,70 x 0,10 m) de calcaire gréseux, calée par un amas de pierre. L’antégrotte communiquait avec la chambre sépulcrale par une étroite chatière, dont l’ouverture est de forme ovoïde, de 0,45 m de largeur sur 0,80 m de hauteur et 0,70 m de développement.

5La chambre funéraire, d’une superficie totale d’un peu plus de 16 m2, mesure 7,40 m de longueur maximale sur 2,30 m de largeur dans sa partie antérieure et 3 m dans sa partie postérieure. Elle est divisée en deux salles rectangulaires de dimensions inégales par un pilier latéral massif ménagé dans la paroi ouest. La salle antérieure (salle 1), la plus grande des deux, est longue d’environ 4 m pour une largeur maximale de 2,30 m. La salle du fond (salle 2), dont le grand axe est perpendiculaire à celui de l’hypogée, mesure environ 3 m sur 2,20 m. Le passage entre les deux salles, large d’un peu plus d’un mètre, ne montre aucun aménagement particulier (porte ou marche d’accès). Les parois de la chambre sont verticales mais présentent un aspect très irrégulier en raison du délitage du banc de craie encaissant. Le plafond, d’une hauteur de 1,70 à 1,80 m, est légèrement cintré ; il conserve, par endroits, quelques traces d’outil(s) ayant servi à l’excavation. Le sol présente quant à lui une légère déclivité, de quelques centimètres, du fond vers l’entrée. Enfin, on mentionnera qu’aucun aménagement interne, comme des logettes, des banquettes ou des niches, n’a été reconnu.

6Le plan de l’hypogée 2 est très proche, de même que ses dimensions générales, de celui de l’hypogée 1, situé 30 m à l’ouest (fouillé en 1982 par É. Tappret et B. Chertier). Ces deux tombes ont une architecture qui leur est propre, sans équivalent véritable parmi les hypogées champenois : elles s’en distinguent par leur forme très allongée mais surtout par leur plan, comportant deux salles précédées d’une antichambre. Si les monuments à antégrotte sont assez fréquents, la présence d’une chambre funéraire double constitue, quant à elle, une particularité architecturale qui n’est attestée qu’aux Mournouards 2 (Leroi-Gourhan et alii, 1962) et dans trois monuments de Saran à Chouilly explorés en 1921-1922 (Favret, 1923). Tous les autres hypogées champenois – tout au moins ceux dont on dispose du plan – possèdent une chambre unique.

7La fouille de la chambre funéraire a révélé, à la base de son remplissage, un niveau sépulcral épais de 20 à 40 cm et occupant presque tout l’espace disponible. Les restes humains, prés de 20000 os et dents, forment un ensemble complexe, d’une lecture délicate de prime abord, dans lequel ils sont apparus tous complètement disloqués, aucun squelette ou partie de squelette n’ayant conservé sa cohérence anatomique. Les ossements humains sont par ailleurs mêlés à des artefacts (parures, outils en os et en silex), des restes d’animaux (peu abondants), des fragments de craie et des dalles de calcaire gréseux de différentes dimensions. Le tout a été considérablement perturbé par la faune ambiante (blaireaux, renards...) dont les nombreux terriers et les traces de “grignotage” et de griffade relevées sur les os témoignent de l’activité soutenue. D’un autre côté, des interventions humaines sur les ossements, qui ont été déplacés, regroupés ou extraits de la tombe, sont également bien perceptibles. L’ensemble était surmonté par une couche de terre pulvérulente (30 cm d’épaisseur en moyenne), incluant des fragments de craie, quelques dalles de calcaire et de rares os humains déplacés du niveau sous-jacent par les animaux fouisseurs.

  • 1 Le sexe a été déterminé à partir des caractères morphologiques et de la morphométrie des os coxaux (...)
  • 2 L’âge au décès des sujets adultes a été estimé à partir des modifications de la morphologie des sur (...)
  • 3 D’après la maturation dentaire (Moorrees et alii, 1963 ; Ubelaker, 1978).

8Le groupe humain inhumé dans l’hypogée rassemble au moins 57 individus se déclinant en 16 enfants (0-14 ans), dénombrés à partir des restes dentaires, et 41 adultes et adolescents (≥ 15 ans) identifiés à partir d’éléments appartenant au squelette du pied (talus gauches, calcanéus droits, deuxièmes métatarsiens gauches et quatrièmes métatarsiens droits). Il se compose par ailleurs d’hommes et de femmes1 (au moins 10 hommes et autant de femmes), de tous âges2, et d’enfants d’âges au décès variés. Ont été ainsi reconnus3 un sujet de moins de 1 an, six enfants décédés entre 1 et 4 ans, six autres entre 5 et 9 ans et trois individus âgés de 10 à 14 ans. En dépit de la faible représentation des enfants morts en bas âge (ceux de moins de 4 ans), en désaccord avec les données de la démographie pré-jennériennes, caractérisée par une forte mortalité infantile, un tel recrutement s’apparente à celui d’une “population” naturelle. Le déficit, voire l’absence des jeunes enfants, phénomène fréquent dans les populations archéologiques, est le plus souvent interprété comme relevant d’une pratique socio-culturelle, largement répandue dans les sociétés traditionnelles, consistant à exclure les enfants décédés en bas âge du lieu d’inhumation dévolu à la communauté.

9L’assemblage osseux, dans lequel toutes les régions anatomiques sont illustrées, montre que la représentation des différents éléments du squelette (profil ostéologique) est globalement équilibrée et, par là même, que les individus sont pour la plupart complets (Donat, 2002). Cette situation plaiderait en faveur de l’apport de cadavres entiers (dépôts primaires), malgré la dislocation complète des squelettes. La principale disparité relevée dans la représentation des ossements concerne les blocs crânio-faciaux adultes dont vingt d’entre eux font défaut. Les atlas et les mandibules étant bien représentés, il semble donc qu’une partie des blocs crânio-faciaux ait été prélevée après la décomposition des corps. D’autres indices, comme le regroupement d’os volumineux (crâne, os longs des membres...) contre les parois de la cavité, sous forme d’amas plus ou moins organisés, témoignent de la manipulation des restes humains in situ. En définitive, le monument révèle une histoire complexe, qui rejoint par certains aspects celle de l’hypogée 2 des Mournouards où, comme au Mont-Aimé, l’accès à la tombe s’est limité à une soixante d’individus, et dans lequel on a prélevé après la décomposition des corps le crâne de certains d’entre eux (sur cette question, voir Chambon, 1999).

LE MOBILIER

10Le mobilier provenant de l’hypogée 2 du Mont-Aimé est abondant. Il représente en effet 253 pièces comprenant de l’industrie lithique, de l’industrie osseuse et de la parure. À la différence de l’hypogée 1, qui a livré quelques vestiges céramiques, l’hypogée 2 en était totalement dépourvu. L’industrie osseuse est représentée par une dizaine de pièces : deux manches d’outils cylindriques courts en bois de cerf et un autre plus long, un lissoir en os, trois gaines de haches en bois de cerf fortement endommagées et quelques autres fragments. Les manches d’outils et le lissoir ont été dessinés et publiés (Crubézy, Mazière, 1991). Les gaines de haches, inédites, font quant à elles l’objet d’une note dans la présente étude (étude d’A. Maingaud). L’industrie lithique se compose d’un ensemble de 130 pièces, comprenant divers artefacts (armatures de flèches, lames, haches polies...) ainsi que des silex non taillés. Elle a fait l’objet d’une analyse préliminaire dans les publications antérieures d’É. Crubézy et G. Mazière (1990 et 1991), mais n’a pas été dessinée dans son intégralité. Son étude a donc été reprise dans le cadre du PCR sur le IIIe millénaire dans le Centre-Nord de la France et d’un diplôme universitaire consacré au mobilier lithique des hypogées de la Marne (Langry-François, 2003 et 2004). Concernant la parure, constituée de 112 éléments, le terrain était on ne peut plus vierge puisque celle-ci n’avait jamais été examinée dans son ensemble (seules quelques pièces avaient été présentées dans les articles cités précédemment). A. Polloni en a réalisé l’étude dans le cadre d’une thèse consacrée à la parure des sépultures collectives du Bassin parisien (Polloni, 2007). Enfin, les informations sur la répartition spatiale des objets dans la tombe permettent d’aborder, par comparaison avec d’autres hypogées environnants, la question des gestes funéraires accompagnant les défunts (Sohn, 2002).

L’industrie lithique en matière siliceuse

Présentation

  • 4 L’inventaire de l’industrie lithique de l’hypogée 2 de Val-des-Marais diffère quelques peu des donn (...)

11La fouille de l’hypogée 2 du Mont-Aimé a révélé un ensemble de 130 pièces en silex, dont 91 sont retouchées ou façonnées, ainsi qu’un élément en roche tenace qui ne sera pas détaillé dans la présente étude4 (cf. infra).

Matière première

  • 5 Sur les principales caractéristiques de cette pièce, voir Crubézy, Mazière, 1990 (p. 72) et 1991 (p (...)

12La précision de l’origine des matières n’étant pas l’objet principal de la présente étude, la détermination effectuée sur les pièces est exclusivement visuelle et macroscopique. La matière première siliceuse qui constitue cette série est exclusivement issue des formations secondaires des plateaux crayeux locaux : silex blond et gris, à patine blanche et au fin cortex crayeux, lorsqu’il est conservé. Il n’y a aucun élément en silex de formation tertiaire caractéristique de l’Est du Bassin parisien (brun à zonations litées beiges). En dehors du silex, on trouve dans l’hypogée 2 du Mont-Aimé une petite hache polie en roche tenace verte. Le matériau dans lequel a été conçu cet objet (non présenté dans cet article5) n’a pas fait l’objet d’une détermination pétrographique avancée.

13L’approvisionnement en matière siliceuse est donc probablement entièrement local. Ce silex se trouve abondamment en banc dans la craie dans toute la région. Les sites et les modes d’extraction proches sont peu connus, contrairement aux minières du Pays d’Othe, situées à plus de 100 km au sud-ouest du Mont-Aimé. On cite cependant quelques affleurements sénoniens dans la vallée du Grand Morin et davantage encore “au nord des Marais de Saint-Gond, entre Coizard et le Mont Aimé” (Allard, 2003).

Typologie et technologie

14La série se compose de 91 éléments retouchés et 13 non retouchés : 1 grattoir, 5 racloirs, 1 hache polie, 2 armatures perçantes, 82 armatures tranchantes, 7 éclats bruts et 6 lames brutes. Il faut leur adjoindre 26 silex non taillés, parmi lesquels figure un rognon dont la présence ne peut être le fruit du hasard. L’étude a été menée par une détermination visuelle et macroscopique, excepté les deux haches polies qui ont fait l’objet d’une analyse tracéologique réalisée par H. Plisson (Crubézy, Mazière, 1990 et 1991).

Le grattoir

15Le support est un éclat de 65 mm de long, portant les stigmates d’un débitage par percussion directe au percuteur tendre. La retouche est directe sur le bord gauche, cortical, et présente un léger émoussé résultant peut-être d’une utilisation (figure 1). Cette pièce est la seule de l’ensemble qui porte une retouche en grattoir seule, mais deux autres pièces montrent des retouches multiples associant une retouche en grattoir (cf racloirs).

Les racloirs

16Sur les cinq pièces portant une retouche en racloir, trois sont portées sur des éclats et deux sur des lames (figures 1 et 2). Deux éclats ont été débités par percussion directe au percuteur dur ; le troisième, à dos poli, l’a été par percussion indirecte. Il en est de même pour les lames. La morphologie des supports est très variée : courte ou allongée et peu régulière pour les éclats, plutôt allongée (97 et 132 mm) et plus ou moins régulière pour les lames.

17La localisation et l’aspect des retouches diffèrent selon chaque pièce, et deux d’entre elles portent des retouches en grattoir émoussées :

  • en racloir, distale gauche, retouche en grattoir distale droite, retouche inverse proximale émoussée en grattoir ;

  • en racloir, directe gauche, retouche inverse distale très émoussée en grattoir ;

  • en racloir, bifaciale gauche et directe droite ;

  • en racloir, inverse droite ;

  • en racloir, bifaciale droite.

18En dehors des pièces dont la retouche en grattoir est émoussée, signe d’une utilisation, les retouches ne sont pas significativement usées.

Hache polie

19Il s’agit d’une hache polie dont le talon est brisé et sur laquelle subsistent de très légères facettes dues au polissage (les bords en sont presque droits). Le tranchant est intact mais présente une dissymétrie : l’angle droit est davantage arrondi que le gauche. Elle mesure 72 mm de longueur pour 45 mm de tranchant (figure 1). L’analyse tracéologique menée par H. Plisson sur cettepièce a montré qu’elle ne portait aucune trace d’utilisation (Crubézy, Mazière, 1990 et 1991).

Armatures perçantes

20La série compte deux armatures perçantes lancéolées. Ce type est identifié comme pointe lancéolée (classe 150) dans la classification établie par M. Honegger (Honegger, 2001) et comme pointe foliacée dans la typologie de C. Renard (type 400 : Renard, 2003). Bien que les retouches soient plutôt très envahissantes, voire couvrantes sur ce genre de pièces, il est courant qu’elles soient façonnées sur éclat.

Figure 1 – Val-des-Marais, Mont-Aimé 2. 1. Grattoir ; 2. Hache polie ; 3. Racloir ; 4-5. Armatures perçantes. [Dessins : C. Duval, CNRS, UMR 7055]

Figure 2 – Val-des-Marais, Mont-Aimé 2. 1-4. Racloirs.
[Dessins : C. Duval, CNRS, UMR 7055]

21La première mesure 49 mm de longueur pour 20 mm de largeur et 6 mm d’épaisseur (figure 1). La face supérieure porte une retouche couvrante sub-parallèle (menée de manière périphérique à partir de la pointe), accompagnée de retouches écailleuses pour régulariser les bords. La face inférieure porte une retouche plus écailleuse et envahissante (la partie centrale de la pièce laisse apparaître le support). La base est légèrement appointée (bien moins que la tête de flèche).

22La seconde a été façonnée d’une manière similaire, mais dans des dimensions un peu inférieures : 35 mm de longueur pour 17 mm au plus large et 5 mm d’épaisseur. L’extrémité proximale est brisée, d’une cassure ancienne.

23Seule la typologie de la première peut être affiliée à la classe 152 de M. Honegger (type 410 de C. Renard), foliacée à base appointée, qui n’a pas été rencontrée auparavant dans ce secteur du Bassin parisien dans les séries de la fin du Néolithique (Langry-François, 2003). M. Honeggerconsidèrecetypecommed’origineméridionale (essentiellement de Provence) et entrant plutôt dans une composante Horgen (comprise entre 3300 et 3000 avant J.-C.).

Armatures tranchantes

24Le corpus comporte 82 armatures tranchantes trapézoïdales à tranchant transversal (figure 3). Ces armatures sont dans une très large proportion des fragments de lames fracturées, et pour moins d’une dizaine d’entre elles des fragments avérés d’éclats. Ce type est identifié dans la classe 500 de C. Renard, mais n’a pas d’équivalent dans la typologie de M. Honegger (type très peu présent en Suisse).

25Le tranchant se compose du fil de la lame ou de l’extrémité de l’éclat, les bords fracturés étant retouchés de manière principalement directe, abrupte et rectiligne. Les retouches sont donc bilatérales par rapport au sens de l’armature, et pas toujours au sens de la lame ou de l’éclat. De ce fait, toute trace de fracturation a été effacée par les retouches, de sorte qu’on ne peut distinguer le type de fracturation (pas de microburin mis en évidence).

Figure 3 – Val-des-Marais, Mont-Aimé 2. 1-14. Armatures tranchantes. [Dessins : C. Duval, CNRS, UMR 7055]

26Plus précisément, les retouches des bords d’armatures sont de délinéation irrégulière pour six pièces seulement, les autres étant systématiquement rectilignes. Il n’y a donc pas dans cet ensemble d’armature tranchante trapézoïdale à bord convexe ou concave exclusivement. De la même manière, bien que les tranchants soient bruts issus du support, sur les 82 pièces, la majeure partie des tranchants sont rectilignes : neuf sont concaves et deux sont retouchés par une retouche rasante.

27On notera enfin quelques pièces particulières, attestant de la variété des choix de supports : six armatures ont été réalisées sur des supports à cortex couvrant, dont deux ont même le tranchant cortical.

28Les dimensions moyennes sont de 25,5 mm de longueur pour 14,7 mm de largeur de tranchant (figure 4). La longueur maximum observée est de 44 mm, contre un minimum de 15 mm et la distribution majeure se situe entre 20 et 30 mm. La largeur minimale rencontrée est de 10 mm, contre un maximum de 21 mm, et la distribution principale est comprise entre 11 et 15 mm.

29Huit armatures sont esquillées (7 en partie distale, 1 latérale), ce qui représente un taux inférieur à 10 %. Il reste cependant difficile d’affirmer que toutes ces esquilles sont dues à des impacts d’utilisation, certaines pièces ayant pu être endommagées lors de la circulation dans la tombe, au cours de son fonctionnement.

30Les bords sont quasiment sécants pour toutes les armatures de la série qui se rapportent donc au type 530 de C. Renard. Attribué au Néolithique récent, ce type serait plutôt présent dans le nord du bassin de la Seine et rare au sud de la rivière Marne (Renard, 2003) où se situe le Mont-Aimé en l’occurrence.

Éclats bruts

31Sept éclats non retouchés sont présents au sein de l’hypogée : trois sont en partie couvert de cortex et un l’est intégralement (figure 5). Ces éclats sont irréguliers et de morphologie variée. Les mesures ne montrent pas non plus de sélection particulière en fonction de la taille des pièces. La modalité de débitage est clairement visible pour deux pièces, par percussion directe au percuteur dur, et suspectée pour une troisième, par percussion directe au percuteur tendre. Ces éclats n’ont pas été retouchés, ne sont pas esquillés et aucun lustré n’est visible à l’œil nu. Cependant, en l’absence d’analyse tracéologique, on ne saurait attester ou réfuter leur utilisation fonctionnelle éventuelle.

Lames brutes

32La série a livré un petit ensemble de cinq lames et un fragment distal de lame non retouchées (figure 6). L’une porte un cortex envahissant et quelques enlèvements transversaux : cette pièce semble provenir de

Figure 4 – Val-des-Marais, Mont-Aimé 2. Rapport des longueurs, largeurs et épaisseurs des armatures tranchantes. [F. Langry-François]

Figure 5 – Val-des-Marais, Mont-Aimé 2. Éclats.
[Dessins : C. Duval, CNRS, UMR 7055]

l’épannelage du nucléus. Deux autres ont été obtenues sous la zone corticale, dont elles gardent une part marginale. Les autres sont brutes de débitage, sans cortex.

33Pour les cinq lames entières, les stigmates de débitage observés sont caractéristiques d’une percussion indirecte. Les lames sont plutôt régulières et allongées, à l’exception de la lame corticale. Trois ont une courbure importante et deux autres ont un profil quasiment rectiligne. Elles présentent majoritairement deux pans, voire trois, selon l’emplacement de la coupe. Les négatifs d’enlèvements laminaires antérieurs lisibles sur les faces supérieures sont unipolaires.

Figure 6 – VaL-des-Marais, Mont-Aimé 2. Lames.
[Dessins : C. Duval, CNRS, UMR 7055]

34Les dimensions relevées sont peu élevées (hors fragment) : elles oscillent entre 85 et 127 mm de longueur, pour des largeurs comprises entre 22 et 33 mm.

35Bien que ces lames n’aient pas été retouchées et qu’aucune esquille ou abrasion, de même qu’aucun lustré ne soit visible sur les tranchants, on ne peut exclure une utilisation en l’absence d’étude tracéologique.

Autres silex

36L’hypogée 2 du Mont-Aimé a livré quelques éléments davantage problématiques. Il s’agit de 26 silex non retouchés et ne portant aucun stigmate visible de débitage : 25 de ces pièces ont une face couverte ou quasi couverte de cortex, la dernière pièce étant un fragment de rognon en grande partie cortical. Ces éléments sont, comme le reste de la série, en silex issu de formations secondaires locales. La variété des dimensions répertoriées permet d’avancer que là n’était pas le critère de sélection de ces éclats. Ces cassons paraissent provenir d’un débitage, mais aucun remontage n’a pu être effectué.

Conclusions

37Le corpus issu de l’hypogée 2 du Mont-Aimé conserve donc 104 pièces présentant des stigmates de taille intentionnelle et vingt-six cassons. Toutes sont en silex issu de formations secondaires dont les gisements sont peu connus à proximité immédiate de la sépulture, mais restent cependant d’origine locale.

38Les outils, en dehors des armatures, ne sont pas standardisés et sont somme toute assez communs pour la période. Les armatures tranchantes, représentées en grand nombre, et perçantes sont en revanche caractéristiques du Néolithique récent : les armatures tranchantes trapézoïdales sont typiques dans le nord du Bassin parisien et les armatures perçantes lancéolées reconnues dans le Horgen de Suisse, en provenance très probable de Provence. Il faut ajouter à cet outillage 7 éclats et 6 lames non retouchées, ainsi que 26 cassons attestant d’une sélection dans un ou plusieurs amas de débitage.

39Les données technologiques recueillies sur cette série sont assez limitées, mais donnent cependant un aperçu des modalités de débitage et des techniques de taille en usage dans le groupe humain utilisant la sépulture.

40Il n’y a pas de nucléus dans cette série et trop peu d’éclats : la mise en œuvre de leur débitage reste donc inconnue. Les éclats ont été débités par percussion directe au percuteur dur principalement, mais il ne s’agit pas d’une technique unique. Pour autant, la suspicion d’utilisation de percuteur tendre ne saurait être absolument certaine au sein d’un si petit ensemble.

41Le débitage laminaire présente quant à lui un faciès mieux déterminé : un débitage par percussion indirecte majoritaire, avec une préférence pour un débitage unipolaire. Les produits obtenus sont assez réguliers (bords quasiment parallèles), mais avec une courbure marquée. Les lames entières ne dépassent pas 132 mm, ce qui reste assez petit au regard de certaines productions contemporaines extra régionales. Cette technique de taille, qui est tout à fait ancrée dans les productions du Néolithique récent (Langry-François, 2003), est absente de tout contexte postérieur (Ihuel et alii, 2005), et s’insère dans le cadre géographique de ce secteur est du Bassin parisien (Augereau et alii, 2004). Par ailleurs, on note que cette technique de débitage laminaire se rencontre dans le Michelsberg de Belgique, au moins jusqu’au milieu du IVe millénaire (Vanmonfort et alii, 2008), ainsi que dans le Horgen de Suisse occidentale, sans pour autant qu’on puisse établir d’origine évidente entre ces différentes influences.

42Quelques pièces ont été clairement utilisées (émoussé des retouches et esquilles), alors que d’autres, comme les deux haches polies, ne l’ont pas été. Par ailleurs, l’aspect non standardisé du mobilier lithique ne laisse pas entrevoir de choix qualitatif. Le caractère domestique de l’outillage peut donc être avancé, à l’exception éventuelle de la hache polie en silex (peut-être à rapprocher de la même intention de dépôt que la hache en roche verte, cf. infra). La présence de lames et d’éclats bruts ne dépareille pas de cette notion d’ensemble domestique, même si les lames non retouchées sont assez courantes en contexte funéraire. Il faut qui plus est attirer l’attention sur les cassons, issus visiblement d’une phase d’épannelage, qui ont sans nul doute été apportés dans la sépulture de manière intentionnelle.

43En résumé, la série d’industrie lithique en matière siliceuse de l’hypogée 2 du Mont-Aimé s’inscrit complètement, tant par sa typologie que par sa technologie, dans un cadre chronologique et géographique de l’est du Bassin parisien au Néolithique récent.

La parure

Présentation

44L’hypogée 2 du Mont-Aimé a livré de nombreux objets de parure. Parmi les 112 éléments recensés, nous avons pu en étudier 106. La grande majorité de ces objets a été réalisée dans des matières animales (os, dents et coquillages). Les matériaux d’origine minérale ne sont représentés que par quelques éléments en calcaire, en schiste ou en roche indéterminée (figure 7).

45La parure en coquillage est de loin la plus abondante et se compose de 62 Dentalium, 2 fragments de Turritella et 19 pendeloques biforées en nacre. La majorité des Dentalium a été tronquée à l’extrémité la plus étroite, sans doute pour faciliter le passage d’un lien (figure 7, n° 2). Neuf d’entre eux étaient cassés au moment de notre étude.

Figure 7 – Val-des-Marais, Mont-Aimé 2. Objets de parure. 1. Pendeloque biforée en
coquillage ; 2. Dentalium ; 3. Perle en os ; 4. Fragment de calcaire percé ; 5. Pendeloque en
schiste ; 6-7. Fragments de bracelet ; 8-9. PendeLoques longues en os ; 10. Canine d’ours.
[Clichés : A. Polloni]

46Tout comme de nombreuses Turritella découvertes dans des sépultures collectives du département de la Marne, les deux exemplaires trouvés dans l’hypogée 2 de Mont-Aimé ont subi un traitement très particulier transformant en tous points la morphologie et la taille du coquillage. En effet, ce n’est pas la coquille entière qui a été employée, mais seulement un petit fragment correspondant à une demi-spire. D’après les traces de sciage observées sur les extrémités, il ne s’agit pas de fragments de Turritella collectés en l’état, mais bien d’une action volontaire visant à découper ou à régulariser des demi-spires de coquilles. Les petits éléments ainsi obtenus ont la forme d’un tube coudé ouvert aux deux extrémités, permettant aisément le passage d’un lien.

47Les dix-neuf pendeloques biforées en coquille ont été réalisées dans des valves d’Unionidés, facilement reconnaissables à leur face nacrée (figure 7, n° 1). Dix d’entre elles sont cassées au niveau d’une ou des perforations.

48Parmi les objets en os, on compte une perle, trois pendeloques longues et une pendeloque biforée. La perle est de forme cylindrique (figure 7, n° 3) et a très certainement été réalisée dans un os long d’oiseau. Elle possède une incision placée au centre de l’objet, couvrant la moitié de sa circonférence.

49L’une des pendeloques longues a été confectionnée dans un fragment de crâne, très probablement d’origine humaine. Elle est de forme triangulaire et mesure près de 5 cm de longueur (figure 7, n° 8).

50Une autre des pendeloques longues en os présente une forme très originale, qui ne semble pas avoir d’équivalent dans les sépultures collectives du Bassin parisien. Cette pendeloque très allongée, mesurant plus de 8 cm de longueur, se termine en pointe à l’extrémité distale (figure 7, n° 9). Elle n’a pas été polie. Sa surface présente donc de nombreuses aspérités.

51La pendeloque biforée en os est cassée en deux au niveau de ses perforations. Il ne reste d’ailleurs plus qu’une moitié de l’objet.

52L’hypogée 2 de Mont-Aimé a également livré une dent d’ours percée (figure 7, n° 10). Ce type d’objet, très imposant par sa taille, est peu fréquent à la fin du Néolithique. À l’exception de celle-ci, nous n’en connaissons que deux exemplaires dans des sépultures collectives du Bassin parisien. L’une a été trouvée à Vignely, la Porte-aux-Bergers, en Seine-et-Marne (Allard et alii, 1998) et l’autre à Châlons-en-Champagne, l’Ilet 2, dans la Marne (Schmit, 1910 ; Polloni, 2007).

53La parure en calcaire est représentée par douze éléments. Huit sont des perles discoïdes et les quatre autres sont des morceaux de calcaire très tendre, peut-être naturellement percés, dont la forme n’a pas été travaillée. Ces éléments pourraient grossièrement s’apparenter à des perles, la perforation étant placée au centre de l’objet (figure 7, n° 4).

54L’unique objet en schiste est une petite pendeloque de forme rectangulaire (de 2,5 cm sur 2 cm), munie d’une perforation biconique à chaque extrémité (figure 7, n° 5). Il s’agissait peut-être à l’origine d’une pendeloque arciforme qui aurait été réparée et retaillée. Les pendeloques arciformes sont en effet des objets très entretenus, qui subissent fréquemment des réparations entraînant une diminution de leur taille initiale (Polloni, 2007).

55Quatre fragments de bracelets en roche indéterminée ont également été découverts dans la tombe (figure 7, nos 6 et 7). Ils représentent chacun entre le tiers et le quart d’un bracelet. Deux d’entre eux appartenaient d’ailleurs peut-être au même bracelet.

56En plus de ces 106 objets, les publications antérieures (Crubézy Mazière, 1990 et 1991) font état de six autres pendeloques biforées, réalisées en os ou en nacre, non retrouvées lors de la présente étude.

L’usure des objets

57La grande majorité des éléments de parure examinés présente des traces d’usure. Celles-ci sont particulièrement prononcées au niveau des perforations, qui montrent des échancrures ou des sillons. Les orifices sont souvent déformés et agrandis.

58De nombreux objets présentent également des émoussés. Ce type d’usure des volumes se caractérise par une déformation plus ou moins prononcée du contour initial des objets. Cette transformation du modelé peut être locale ou couvrir une grande partie de la pièce.

59Les objets ébréchés ou cassés sont nombreux. Nous entendons par ébréchures une perte de fragments de matière n’ayant aucune incidence sur l’utilisation de l’objet, alors que nous considérons comme cassure des pertes de matières, généralement au niveau des perforations, rendant l’objet inutilisable en l’état. Les éléments cassés représentent pour leur part 20 % de l’assemblage, ce qui est un chiffre particulièrement important. Il est toutefois difficile de savoir si tous ces objets ont été introduits cassés dans la tombe où si une partie a pu être endommagée lors du fonctionnement de la sépulture ou, beaucoup plus récemment, lors de la fouille ou de leur manipulation post-fouille. À cet égard, parmi les 23 objets cassés, seize sont en coquillage, ce qui peut s’expliquer par la fragilité du test et la finesse des pièces réalisées dans ce matériau.

60Les traces d’usure mises en évidence sont dues à leur emploi en tant que parure. Ils ont donc été portés avant leur dépôt dans la tombe. Notons que ce constat est loin d’être exceptionnel, puisque 95 % des objets de parure découverts dans les sépultures collectives du Bassin parisien présentent des traces d’usure visibles à l’œil nu (POLLONI et alii, 2004).

La parure de l’hypogée 2 du Mont-Aimé et celle des sépultures environnantes

61Afin de caractériser au mieux la parure de l’hypogée 2 du Mont-Aimé, sa composition a été confrontée aux assemblages d’objets provenant d’une dizaine d’autres tombes, indifféremment de leur type architectural (la plupart sont toutefois des hypogées), installées dans un rayon d’un vingtaine de kilomètres autour de l’hypogée. Les sépultures prises en compte sont le Mont-Aimé 1 au Val-des-Marais (Chertier, 1983), les Mournouards 1 (Coutier, Brisson, 1959) et les Mournouards 2 (Leroi-GouRHAN et alii, 1962) au Mesnil-sur-Oger, les Dimaines à Avize (Bailloud, 1974), les Gouttes-d’Or à Loisy-en-Brie (Chertier et alii, 1994), les Hayettes à Congy (Schmit 1924), les Cornembaux 1 et 3 (Bailloud, 1974), la Plaque à Aulnay-aux-Planches (GÉ, 1989) et le Chemin-des-Bretons (Brisson, 1947).

62Les perles en calcaire et les coquillages aménagés constituent une part très importante de la parure de ces sépultures (figure 8). Les pendeloques biforées en coquille sont numériquement moins nombreuses que ces derniers, mais néanmoins très fréquentes car présentes dans huit des onze tombes considérées. Les dents percées, les perles en os et les pendeloques biforées en os y sont également bien représentées. La parure de l’hypogée 2 s’intégre donc bien dans son environnement puisqu’elle se compose de tous ces objets typiques, qui représentent d’ailleurs l’essentiel de la parure de cette tombe.

63Les matières premières utilisées pour la confection de ces parures sont essentiellement d’origine locale (coquillages fossiles, coquilles d’eau douce, os, dents et calcaire), à l’exception possible du schiste, dont l’origine n’a pas été déterminée.

Bilan

64Les objets découverts dans l’hypogée 2 du Mont-Aimé sont tout à fait caractéristiques de la parure des sépultures collectives environnantes, mais aussi de l’ensemble des tombes de l’est du Bassin parisien. On y retrouve en effet l’association de coquillages aménagés, pendeloques biforées et perles en calcaire. Cet assemblage type est en effet présent dans un quart des tombes du département de la Marne, qu’il s’agisse d’hypogées ou d’allées sépulcrales.

65Les sépultures collectives du département de la Marne se distinguent, par leur parure en tout cas, des autres tombes du Bassin parisien. Six objets de parure sont caractéristiques de ces tombes. Il s’agit des pendeloques en quille en os et en bois de cervidé, des pendeloques biforées en coquille et en os, des perles discoïdes en calcaire et des coquillages aménagés, et plus particulièrement les coquilles fossiles. La répartition de ces dernières, tout comme celle des pendeloques en quille, est d’ailleurs quasiment circonscrite au département de la Marne. Les pendeloques biforées en os, assez rares dans l’ensemble, décrivent une répartition assez proche de celle des pendeloques biforées en coquillage, de nombreuses sépultures ayant livré des pendeloques biforées en os contenant également des pendeloques biforées en coquille. Quant aux perles en calcaire, bien que présentes dans l’ensemble du Bassin parisien, elles proviennent à plus de 90 % du département de la Marne.

Figure 8 – Objets de parure découverts dans des sépultures situées à proximité de l’hypogée 2 du Mont-Aimé.

66A contrario, d’autres objets de parure, très fréquents dans l’ensemble du Bassin parisien, sont peu fréquents, voire quasiment absents, des tombes du département de la Marne. C’est le cas des épingles en os et en bois de cervidé, des perles massives en cuivre, des perles en lignite, en os, en schiste et en coquille, des haches-pendeloque en roche verte ainsi que des galets percés. À l’exception d’une perle en os, aucun de ces objets n’a été trouvé dans l’hypogée 2 du Mont-Aimé, ce qui corrobore son affinité avec les tombes situées dans sa zone géographique.

67En définitive, si l’on constate des différences significatives entre la parure du département de la Marne et celle du reste du Bassin parisien, on relève d’un autre côté des similitudes entre la parure des tombes de l’est du Bassin parisien (dont le Mont-Aimé) et celle provenant de sites localisés plus à l’est, plus particulièrement en Suisse et dans le Jura, et attribuables au Horgen (Augereau et alii, 2007).

68Les pendeloques biforées, qui sont très fréquentes dans le Néolithique récent de l’est du Bassin parisien, sont représentées dans le Horgen par quelques exemplaires nacrés, dont sept à Montilier, Platzbünden, par exemple (Ramseyer, Michel, 1990). À l’inverse, les pendeloques en quille sont extrêmement nombreuses en contexte Horgen, alors qu’elles ne figurent qu’à de rares exemplaires au sein des assemblages du Néolithique récent de l’est du Bassin parisien.

69De telles analogies ont également été constatées pour certains types d’outils lithiques ou osseux (Augereau et alii, 2007). On assiste donc, à la fin du Néolithique, à la circulation d’objets circonscrits et choisis, soit de l’est du Bassin parisien vers la Suisse et le Jura, soit dans le sens inverse.

L’industrie osseuse

  • 6 L’étude étant en cours, on précisera qu’il s’agit là de résultats préliminaires, qui seront probabl (...)

70En plus des pièces déjà publiées, à savoir trois manches d’outils en bois de cerf et un lissoir en os, il convient d’ajouter six nouveaux éléments, tous réalisés en bois de cerf6. Parmi ces pièces, deux fragments sont indéterminés. Toutefois, l’un d’eux porte des traces de débitage s’apparentant à de l’entaillage assez soigné et devait certainement appartenir à un outil. Ont été également identifiés au moins trois morceaux de gaines désignant vraisemblablement trois pièces distinctes.

71La première est typique des gaines du Néolithique récent du Bassin parisien : prise sur un segment médian de bois de cerf (certainement le merrain B), elle appartient au type des gaines à perforation transversale dont il ne reste ici qu’une partie (figure 9). Le traitement de surface est fréquent, de même que les dimensions de l’objet qui mesure approximativement 15 cm de longueur.

72Les deux autres fragments sont plus surprenants. Le premier est un petit morceau de 5 cm de longueur, qui correspond à la partie distale d’une gaine (figure 10). L’objet est fragmentaire, mais il pourrait bien s’agir d’une gaine à tenon non décortiqué. Les seuls exemplaires de ce type connus dans la région proviennent de l’habitat de Morains-le-Petit, le Pré-à-Vaches. La présence de cet objet est d’autant plus inattendue que les gaines à tenon sont plus typiques du Néolithique moyen Bourguignon que du Néolithique récent du Bassin parisien. Si ce morceau s’avère appartenir effectivement à une gaine à tenon, alors cela soulignerait une nouvelle fois le caractère particulier des assemblages en matières dures d’origine animale de l’est de la France, en décalage par rapport à ceux du reste du Bassin parisien (Maingaud, 2003 et 2004). Le second fragment dénote également. Il s’agit d’un fragment distal de gaine du type à perforation transversale mesurant un peu plus de 5 cm de longueur. Le choix du support est peu commun, puisqu’on remarque le départ d’un andouiller, dont la croissance a été avortée, à l’extrémité distale de l’objet. Les traces de débitage y sont encore visibles et la segmentation pourrait avoir été réalisée par sciage et/ou par entaillage.

73La dernière pièce est un peu à part et correspond à un outil aménagé sur un segment de bois basilaire dont il ne reste que la partie proximale et un départ de perforation (figure 11). Dans la mesure où la partie active est absente, nous ne pouvons dire de quel type d’outil il s’agit précisément : gaine ou merlin ? Nous avons, par ailleurs, noté des traces d’usure très forte de la meule, avec des arrachements qui pourraient être liés à une utilisation en percussion.

74Pour conclure sur ces quelques objets en bois de cervidé, on retiendra que des pièces typiques des assemblages du Bassin parisien se mêlent à des éléments caractéristiques de la Marne, telles les gaines à tenon, et participent ainsi à la différenciation de la Marne par rapport au reste du Bassin parisien.

Figure 9 - Val-des-Marais, Mont-Aimé 2. Fragment de gaine de hache à perforation transversale en bois de cerf. [Cliché : R. Donat]

Figure 10 - Val-des-Marias, Mont-Aimé 2.
Fragment de gaine à tenon en bois de cerf.
[Cliché : R. Donat]

Figure 11 - Val-des-Marais, Mont-Aimé 2.
Fragment d’outil perforé en bois de cerf : gaine ou merlin ? [Cliché : R. Donat]

La répartition spatiale du mobilier

75Dans le cadre de cette étude, la question de la répartition spatiale du mobilier a principalement été abordée à partir de la distribution des pièces au mètre carré. Elle pourra être approfondie dans l’avenir et comparée avec la répartition des restes humains, puisque la plupart des vestiges osseux et mobiliers ont fait l’objet d’un enregistrement précis de leurs coordonnées. La somme de ces informations permet de proposer un plan de répartition schématique du mobilier dans l’hypogée (figure 12), et de le comparer avec celui de tombes semblables, déjà publiées, comme les hypogées des Mournouards 2 au Mesnil-sur-Oger, des Gouttes-d’Or à Loisy-en-Brie et de l’Homme-Mort à Tinqueux.

76Au Mont-Aimé 2, le mobilier se distribue dans toute la chambre sépulcrale, c’est-à-dire dans chacune des deux salles de l’hypogée, à l’exception du secteur situé

Figure 12 – Val-des-Marais, Mont-Aimé 2.
Plan de répartition du mobilier. [Infographie : M. Sohn]

immédiatement à l’entrée de la première salle (partie sud des carrés B3 et C3), qui n’a révélé en outre aucun ossement humain. À la différence de l’antégrotte, qui a livré une spatule en os mais aucun reste humain, le mobilier de la chambre est étroitement lié à la couche sépulcrale. Il est particulièrement dense dans la partie centrale de la chambre funéraire (travées 5, 6 et 7) : le carré B6 livre à lui seul treize armatures de flèches, trois lames et deux haches polies. La parure se concentre principalement dans les carrés C5, C6 et C7, où se superposent presque la totalité des Dentalium et des huit perles en calcaire de la cavité. La dent d’ours percée ainsi qu’une des pendeloques en os voisinent avec cette concentration : elles proviennent toutes deux du carré C8. Alors que les armatures de flèches se répartissent dans toute la cavité, avec toutefois une plus grande abondance dans la partie centrale de la chambre, les lames et autres types d’outils en silex sont bien plus nombreux dans la salle 1 (11 exemplaires) que dans la salle 2, qui ne livre que deux pièces. Dans l’ensemble, on constate que la quantité de mobilier est plus importante dans la salle antérieure que dans celle du fond, ce qui pourrait être mis en relation avec le nombre de défunts déposés dans chacune d’elles : la salle 1 contenant près de deux fois plus d’individus que la salle 2. Enfin, on constate que les gaines de haches en bois de cerf et les haches polies se trouvent toutes dans la salle 1 et dans le passage entre les deux salles. Ces pièces sont relativement peu éloignées les unes des autres (gaines en B5, C5 et C4 ; haches en B6 et C5). Les fouilleurs signalent à ce titre la position “privilégiée” de la hache en roche verte, placée contre le pilier latéral (carré B6), et proposent de rattacher les deux haches découvertes dans la tombe à des dépôts collectifs comparables à ceux effectués dans l’hypogée des Mournouards 2 (CRUBÉZY, MAZIÈRE, 1990, p. 77).

77De manière générale, la répartition spatiale du mobilier dans l’hypogée 2 du Mont-Aimé présente de nombreuses similitudes avec celle des hypogées des Mournouards 2, de Loisy-en-Brie ou de Tinqueux et ce, à plusieurs égards. Tout d’abord, la quantité d’armatures de flèches et leur concentration dans certains carrés n’est pas sans évoquer la distribution des armatures aux Mournouards 2 et le dépôt probable de carquois (Leroi-Gourhan et alii, 1962). De même, l’assemblage de dentales et de perles en calcaire rappelle les lots de parures découverts aux Mournouards, parfois même encore enfilées et associées soit aux crânes, soit aux squelettes d’enfants. Une telle distribution spatiale montre que certains individus devaient être dotés de parures composées de dizaines d’éléments, alors que la plupart des autres défunts de l’hypogée en possédaient peu, voire pas du tout.

78Quant aux haches et aux gaines en bois de cerf, leur localisation contre les parois de la chambre sépulcrale trouve de nombreux échos aux Mournouards, à Loisy-en-Brie et à Tinqueux. La position préférentielle de ces objets dans la chambre et non dans l’antichambre, comme c’est le cas dans de nombreuses allées sépulcrales du Bassin parisien, est un fait caractéristique des hypogées de la Marne (Bailloud, 1974 ; Sohn, 2002) et a été maintes fois signalée par le baron J. De Baye lors de ses recherches menées au xixe siècle dans les hypogées de la région (Roux, 1994). Cette observation ne remet toutefois pas en cause la vocation “collective” ou “cultuelle” que l’on attribue aux haches et aux gaines de haches déposées dans les hypogées (Sohn, 2002 et 2006a) : dépôts systématiques contre des piliers ou les parois des chambres, position fréquente des tranchants de haches vers le haut (Bailloud, 1974 ; Leroi-Gourhan et alii, 1962), représentations gravées de haches emmanchées dans plusieurs hypogées de la région (Razet 23 et 24 à Coizard, les Houyottes 1 à Courjeonnet, cf. Bailloud, 1974), qui confèrent à ces objets un rôle particulier au sein des pratiques funéraires.

79En somme, la répartition spatiale du mobilier dans l’hypogée 2 du Mont-Aimé et sa comparaison avec d’autres grottes artificielles de la région révèlent la présence d’un mobilier collectif (gaines et haches) et d’un mobilier individuel (parure, lames et armatures de flèches en silex). La distribution du mobilier individuel dans la cavité montre de fortes disparités dans l’équipement des défunts : la parure, concentrée dans une seule zone de l’hypogée, constitue le principal facteur de différences entre les inhumés, différences dont la nature reste difficile à apprécier, mais qui trouvent de nombreux parallèles avec l’hypogée des Mournouards.

LE MOBILIER DE L’HYPOGÉE 2 DU MONT-AIMÉ DANS SON CONTEXTE RÉGIONAL

80Tant par son architecture que son mobilier, l’hypogée 2 du Mont-Aimé s’intégre complètement à l’ensemble des sépultures collectives connues dans la Marne à la fin du Néolithique, dont il partage les principales caractéristiques, mais aussi les principaux points de divergences avec les tombes collectives de l’aire “Seine” et “Oise”, autrement dit de Picardie et d’île-de-France.

Un "faciès Marne" bien caractérisé

81En considérant, tout d’abord, les proportions d’objets déposés dans les tombes par catégorie et type de mobilier, il apparaît que l’hypogée 2 du Mont-Aimé se distingue nettement des sépultures collectives du domaine Seine-Oise. En effet, l’hypogée livre un mobilier conséquent (253 pièces), ce qui est un caractère commun à la plupart des sépultures de la Marne, dans lesquelles la quantité moyenne d’objets par tombe est près de deux fois supérieure à celle des ensembles funéraires des vallées de la Seine et de l’Oise (63 objets en moyenne par tombe dans la Marne contre 38 dans les secteurs de la Seine et de l’Oise ; Sohn, 2006a). D’autre part, l’hypogée 2 du Mont-Aimé était dépourvu de mobilier céramique, mais livre à l’inverse beaucoup de parures, ce qui constitue également une des caractéristiques de nombreux hypogées champenois (figure 13, n° 1). L’industrie lithique est, quant à elle, marquée par la prédominance des armatures de flèches qui sont, dans la Marne, presque deux fois plus abondantes que dans les sépultures de la zone Seine et Oise (figure 13, n° 2). De plus, certains types sont absents au Mont-Aimé et quasiment pas représentés localement, comme les poignards en silex et les armatures perçantes à pédoncule et ailerons (figure 13, n° 3). Concernant la parure, l’hypogée 2 se distingue des autres sépultures collectives de la région par une faible représentation des éléments en roche, notamment en calcaire (seulement 8 perles), par rapport aux parures en coquillage, ce qui caractérise habituellement les tombes de la zone Seine et Oise (figure 13, n° 4). En revanche, il livre une trentaine de parures biforées en os et en coquillage, type de mobilier qui se rencontre en grandes quantités dans l’est du Bassin parisien et les hypogées champenois (figure 13, n° 5 ; Burnez Lanotte, 1987 ; Sohn, 2002). Enfin, bien que les poinçons soient absents au sein de l’assemblage du Mont-Aimé 2, contrairement au Mournouards 2 et Loisy-en-Brie, la présence de trois manches d’outils cylindriques participe à un phénomène régional très marqué : sur 75 manches de ce type inventoriés dans les sépultures du Bassin parisien, 65 proviennent de l’est de la zone (soit près de 85 %), dont 42 des hypogées de la Marne (Sohn, 2002, Polloni et alii, 2004). Au contraire, les gaines de haches, bien représentées au Mont-Aimé 2, répondent à une dynamique commune aux sépultures collectives de l’aire Seine, Oise et Marne (figure 13, n° 6).

82D’un point de vue strictement typologique, le mobilier de l’hypogée 2 du Mont-Aimé s’inscrit également, comme nous l’avons déjà évoqué, dans une dynamique propre à l’est du Bassin parisien et aux hypogées de la Marne, dynamique qui affiche de fortes relations avec des régions plus à l’est, comme le Jura ou la Suisse (parure), ou au sud-est, comme la Bourgogne (gaine à tenon) ou la Provence (armatures foliacées).

83La répartition spatiale du mobilier dans l’hypogée permet également de faire des observations qui, dans l’état actuel de nos connaissances, sont circonscrites à l’est du Bassin parisien. La quantité d’armatures de flèches déposées au Mont-Aimé 2 comme dans les autres hypogées de la Marne, à laquelle s’ajoute leur concentration et parfois même l’orientation identique du tranchant de certains lots (les Mournouards), permet, on l’a dit supra, d’envisager le dépôt de carquois. De telles observations n’ont été faites pour l’instant que dans la Marne (les Mournouards, Loisy-en-Brie, Mont-Aimé), et ses départements limitrophes, comme la Seine-et-Marne (Vignely, la Porte-aux-Bergers ; Allard et alii, 1994 ; Chambon, 2003) et l’Aisne (Bazoches-sur-Vesle ; SOHN, 2002). Rappelons enfin la position privilégiée des haches polies contre les parois des chambres sépulcrales des hypogées de la Marne, à défaut des antichambres ou des seuils, comme on l’observe généralement entre Seine et Oise.

84Par de nombreux aspects, le mobilier de l’hypogée 2 du Mont-Aimé, et par extension le mobilier des sépultures collectives de l’est du Bassin parisien, confirme la distinction d’un “faciès Marne” du bloc communément appelé “Seine-Oise-Marne” (Augereau et alii, 2004 et 2007).

L’hypogée 2 du Mont-Aimé et le "Néolithique récent de la Marne"

85Si le mobilier de l’hypogée 2 présente plusieurs caractéristiques propres à l’est du Bassin parisien, on remarque par ailleurs son ancrage profond dans le Néolithique récent du Bassin parisien, voire même dans une de ses étapes les plus anciennes (milieu et seconde moitié du IVe millénaire av. J.-C.). Les principaux arguments sont les suivants :

  • présence d’un probable fragment d’une gaine à tenon (cf. supra), objet plutôt typique du Néolithique Moyen Bourguignon ;

  • présence de gaines de haches à perforation transversale en bois de cerf, objets caractéristiques du Néolithique récent, comme le prouvent leur position dans les stratigraphies des sépultures collectives de La Chaussée-Tirancourt (Masset, 1995 ; Sohn, 2006b) et de Vers-sur-Selle dans la Somme (Piningre, Bréart,
    1985), ainsi que la datation radiocarbone d’une gaine provenant de l’habitat du Pré-à-Vaches à Morains-le-Petit dans la Marne (Martineau et alii, ce volume) ;

  • similitudes de nombreux objets avec les mobiliers Horgen de Suisse (groupe daté approximativement entre 3300, voire 3250 et 3000 av. J.-C.), comme les armatures de flèches foliacées (Honegger, 2001) et les parures biforées en coquillage (Ramseyer, Michel, 1990) ;

  • type de débitage des lames par percussion indirecte, caractéristique du Néolithique récent de l’est du Bassin parisien (Langry-François, 2003 ; Augereau et alii, 2004) et les armatures de flèches à bords quasiment sécants, propres au Néolithique récent (Renard, 2003) ;

  • enfin, l’absence de tout mobilier attribuable au Néolithique final, comme les poignards, les scies à encoches, les armatures de flèches à pédoncule et ailerons, les épingles en os ou les éléments de la panoplie Campaniforme.

86Ainsi le mobilier de l’hypogée 2 de Val-des-Marais atteste-t-il d’une occupation relativement courte de la cavité (de quelques générations à quelques siècles) durant les premières étapes du Néolithique récent du Bassin parisien. Cette remarque est aussi valable pour la plupart des hypogées de la Marne, dont le mobilier plaide en faveur d’une période de construction et d’utilisation située principalement durant le Néolithique récent : liens de parenté des mobiliers avec le Horgen, quasi absence de mobiliers du Néolithique final, absence totale de mobiliers campaniformes ou Bronze ancien.

Figure 13 – Graphiques comparant les proportions d’objets provenant du Mont-Aimé 2 avec celles des autres sépultures de l’est du Bassin parisien, tous types confondus.
[M. Sohn]

87Par ailleurs plusieurs hypogées de la Marne livrent des perles en tôle de cuivre (douze exemplaires sont connus dont un à Loisy-en-Brie), objets que des études récentes placent dorénavant dans la deuxième moitié du IVe millénaire av. J.-C., ce que corroborent plusieurs dates radiocarbone récentes (Mille, Bouquet, 2004 ; Moinat, 2007).

88Les rares exemples connus d’hypogées livrant des objets du Néolithique final semblent correspondre à des réutilisations postérieures (première moitié du IIIe millénaire av. J.-C.) et exceptionnelles, comme à Loisy-en-Brie, où un dépôt tardif de corps dans l’antichambre était accompagné d’un poignard en silex (Chertier et alii, 1994).

89À la lumière de ces données et du caractère régional fort prononcé du mobilier des sépultures collectives de la Marne, on peut légitimement parler d’un “Néolithique récent de la Marne”.

90Par ailleurs, si l’étude du mobilier de l’hypogée 2 du Mont-Aimé offre de nombreux arguments en faveur d’une utilisation du monument durant la seconde moitié du IVe millénaire av. J.-C., deux datations au radiocarbone jusqu’alors inédites viennent étayer cette proposition.

Les datations absolues de l’hypogée 2 du Val-des-Marais

91Dans le cadre des recherches menées par R. Donat sur les restes humains des hypogées 1 et 2 du Mont-Aimé, deux datations14C sur ossements humains ont été réalisées par le laboratoire de Groningen (Pays-Bas). Les prélèvements ont été effectués sur les fémurs de deux individus, situés à la base du remplissage de la couche d’ossements, l’un dans la salle 2 (carré B10/C10) et l’autre dans la salle 1 (carré B4). Les dates suivantes ont été obtenues :

  • salle 2 (GrN 28995) : 4790 ± 30 BP, soit 3650-3510 av. J.-C. (95,4 % de probabilités : calibration à 2 sigma).

  • salle 1 (GrN 28996) : 4760 ± 30 BP, soit 3640-3380 av. J.-C. (95,4 % de probabilités : calibration à 2 sigma).

92L’apport de ces deux dates est fondamental, aussi bien à l’échelle de la tombe elle-même que des sépultures de la Marne et du Bassin parisien en général. Tout d’abord, ce sont les dates les plus anciennes connues à ce jour pour les sépultures collectives du Bassin parisien : elles se rapportent sans équivoque au milieu du IVe millénaire av. J.-C. Leur ancienneté n’est toutefois pas aberrante, puisque plusieurs dates fiables (datations sur os en connexion anatomique, contexte précis) issues des niveaux les plus anciens d’autres sépultures collectives, sont comparables à celles du Mont-Aimé 2 : Val-de-Reuil, les Varennes, La Chaussée-Tirancourt (Chambon, Salanova, 1996b) ; Vignely, la Porte-aux-Bergers (Brunet et alii, ce volume). Cependant, l’écart de probabilité de ces dates, souvent bien plus large qu’au Mont-Aimé 2, ne permet pas de préciser si elles appartiennent au milieu ou au dernier quart du IVe millénaire av. J.-C.

93Des datations au radiocarbone ont également été faites dans d’autres hypogées : aux Mournouards 2, à Tinqueux et à Loisy-en-Brie. Mais le contexte des prélèvements, souvent inconnu ou douteux (charbons, localisation non précisée), les rend difficilement exploitables (Chambon, Salanova, 1996b). L’hypogée 2 du Mont-Aimé est donc à ce jour le seul hypogée dont la première phase d’utilisation soit datée.

94Ces deux dates corroborent par ailleurs l’attribution du mobilier du Mont-Aimé 2 au Néolithique récent, voire à une de ses étapes les plus anciennes. Si la gaine à tenon, dont nous avons souligné à plusieurs reprise le caractère “ancien” (Néolithique moyen), a été déposée durant cette phase, cela attesterait une nouvelle fois de la pratique des dépôts “collectifs” de haches et de gaines à la fin de la construction ou au tout début de l’utilisation des tombes (Leroi-Gourhan et alii, 1962 ; Sohn, 2002 et 2006b). De plus, l’existence de deux dates presque identiques pour chacune des deux salles de l’hypogée, permet de proposer l’hypothèse selon laquelle les différences dans la distribution du mobilier entre les deux parties de la chambre funéraire auraient une signification plus sociale que chronologique.

95Pour résumer, il est important d’insister sur les implications qu’ont les dates absolues de l’hypogée 2 du Mont-Aimé sur la chronologie de la fin du Néolithique dans la Bassin parisien. Pour la première fois est attestée, à partir d’un échantillon fiable, la première phase d’utilisation d’un hypogée. Même si ces résultats ne sont pas transposables à l’ensemble des sépultures collectives du Bassin parisien et devront être étayés par de nouvelles datations, ils permettent d’ores et déjà d’envisager les débuts de l’utilisation des hypogées et la construction de nombreuses autres tombes de la Marne et du Bassin parisien dès le milieu du IVe millénaire av. J.-C., comme l’avaient proposé P. Chambon et L. Salanova (1996b).

CONCLUSION

96Grâce à son état de conservation exceptionnel et à une fouille méticuleuse, l’hypogée 2 de Val-des-Marais est d’un apport précieux pour la compréhension de la chronologie du Néolithique récent de l’est du Bassin parisien. Ses particularités architecturales, les premiers résultats de l’étude anthropologique et le réexamen du mobilier permettent de mettre en évidence de nombreux points communs avec l’hypogée 2 des Mournouards, mais aussi avec d’autres momuments de même type ayant fait l’objet de fouilles assez récentes (Loisy-en-Brie et Tinqueux), et de projeter les observations à l’échelle de l’ensemble des sépultures collectives connues à ce jour dans le département de la Marne. Le mobilier funéraire que livre l’hypogée 2 de Val-des-Marais s’inscrit complètement dans les tendances propres au Néolithique récent du Bassin parisien en général (armatures de flèches tranchantes, gaines de haches à perforation transversale) et n’indique aucune occupation de la cavité au Néolithique final ou au Bronze ancien, comme l’avait proposé F. Langry-François (2003) pour le reste des hypogées de la Marne. Par de nombreux aspects, le mobilier de l’hypogée témoigne de tendances régionales très marquées au Néolithique récent dans l’est du Bassin parisien et plus particulièrement dans la Marne : morphologie des armatures tranchantes et mode de débitage des lames propres à cette zone géographique, proximité de certains objets avec le mobilier Horgen de Suisse (armatures foliacées), présence d’objets dont le type est circonscrit à l’est du Bassin parisien (parures biforées), répartition spatiale des gaines en bois de cerf et des haches particulière aux hypogées de la Marne. Corroborées par l’analyse comparative des mobiliers de 64 sépultures collectives de la Marne et de 140 tombes des zones Seine et Oise, mais aussi par deux datations radiocarbones, ces observations contribuent à confirmer l’existence d’un véritable “Néolithique récent de la Marne”, profondément ancré dans le milieu et la seconde moitié du IVe millénaire av. J.-C.

Notes

1 Le sexe a été déterminé à partir des caractères morphologiques et de la morphométrie des os coxaux (Bruzek, 1991, 2002 ; Murail et alii, 2005).

2 L’âge au décès des sujets adultes a été estimé à partir des modifications de la morphologie des surfaces sacro-pelvienne iliaques (Schmitt, 2005).

3 D’après la maturation dentaire (Moorrees et alii, 1963 ; Ubelaker, 1978).

4 L’inventaire de l’industrie lithique de l’hypogée 2 de Val-des-Marais diffère quelques peu des données publiées dans la note préliminaire des actes du colloque de Châlons-sur-Marne (Mazière, Crubézy, 1991). Toutefois, la numérotation et le conditionnement des pièces que nous avons examinées permettent de les attribuer avec certitude à cet hypogée.

5 Sur les principales caractéristiques de cette pièce, voir Crubézy, Mazière, 1990 (p. 72) et 1991 (p. 126-127).

6 L’étude étant en cours, on précisera qu’il s’agit là de résultats préliminaires, qui seront probablement étoffés ultérieurement.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Val-des-Marais, Mont-Aimé 2. 1. Grattoir ; 2. Hache polie ; 3. Racloir ; 4-5. Armatures perçantes. [Dessins : C. Duval, CNRS, UMR 7055]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16773/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure 2 – Val-des-Marais, Mont-Aimé 2. 1-4. Racloirs.[Dessins : C. Duval, CNRS, UMR 7055]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16773/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 3 – Val-des-Marais, Mont-Aimé 2. 1-14. Armatures tranchantes. [Dessins : C. Duval, CNRS, UMR 7055]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16773/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 4 – Val-des-Marais, Mont-Aimé 2. Rapport des longueurs, largeurs et épaisseurs des armatures tranchantes. [F. Langry-François]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16773/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 5 – Val-des-Marais, Mont-Aimé 2. Éclats.[Dessins : C. Duval, CNRS, UMR 7055]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16773/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Figure 6 – VaL-des-Marais, Mont-Aimé 2. Lames.[Dessins : C. Duval, CNRS, UMR 7055]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16773/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 7 – Val-des-Marais, Mont-Aimé 2. Objets de parure. 1. Pendeloque biforée encoquillage ; 2. Dentalium ; 3. Perle en os ; 4. Fragment de calcaire percé ; 5. Pendeloque enschiste ; 6-7. Fragments de bracelet ; 8-9. PendeLoques longues en os ; 10. Canine d’ours.[Clichés : A. Polloni]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16773/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 8 – Objets de parure découverts dans des sépultures situées à proximité de l’hypogée 2 du Mont-Aimé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16773/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 9 - Val-des-Marais, Mont-Aimé 2. Fragment de gaine de hache à perforation transversale en bois de cerf. [Cliché : R. Donat]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16773/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 10 - Val-des-Marias, Mont-Aimé 2.Fragment de gaine à tenon en bois de cerf.[Cliché : R. Donat]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16773/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Figure 11 - Val-des-Marais, Mont-Aimé 2.Fragment d’outil perforé en bois de cerf : gaine ou merlin ? [Cliché : R. Donat]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16773/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Figure 12 – Val-des-Marais, Mont-Aimé 2.Plan de répartition du mobilier. [Infographie : M. Sohn]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16773/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 13 – Graphiques comparant les proportions d’objets provenant du Mont-Aimé 2 avec celles des autres sépultures de l’est du Bassin parisien, tous types confondus.[M. Sohn]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16773/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

Auteurs

Inrap
4 bis avenue Marcelin-Albert, 66000 PERPIGNAN

1 place du Clos des Carmes, 86000 POITIERS

Université Toulouse 3 – Paul Sabatier, UMR 5288-AMIS 37 allée Jules Guesde, 31073 TOULOUSE CEDEX 7

© ARTEHIS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search