Version classiqueVersion mobile

La fin du IVe millénaire dans le bassin parisien

 | 
Richard Cottiaux
, 
Laure Salanova

Deuxième partie

La nécropole de Tours-sur-Marne (Marne), 140 ans plus tard

Ewen Ihuel, Benoît Mille, Richard Cottiaux, Duncan R. Hook et Catherine Higgitt

Résumé

Le gisement de Tours-sur-Marne a été découvert lors du creusement du canal de la Marne au Rhin au milieu du xixe siècle. Les sept structures exhumées ont toujours été interprétées depuis lors comme des “puits funéraires”, c’est-à-dire des réutilisations de mines comme sépultures collectives. 140 ans après la découverte, les auteurs proposent de revenir sur cette hypothèse et de faire un nouveau bilan des connaissances sur ce gisement. L’article présente une étude critique de la documentation, complétée par une révision technologique et typologique des artefacts lithiques, osseux et métalliques conservés au British Muséum. L’interprétation générale du gisement est modérée en faveur de sépultures collectives de type hypogées, structures largement documentées dans la région de la Marne.

Texte intégral

1La révision récente des sources documentaires disponibles pour le IIIe millénaire av. n. è. dans la moitié nord de la France, offre de nouvelles perspectives. Elle remet notamment en cause le concept de la culture Seine-Oise-Marne (SOM) (Augereau et alii, 2007).

2Dans le cadre du PCR sur le IIIe millénaire, cette démarche nous a conduits à considérer avec un œil neuf des collections apparentées au SOM et anciennement publiées. Parmi ces collections, celle de Tours-sur-Marne a retenu notre attention et c’est le réexamen de ce gisement qui fait l’objet de cet article.

3L’ensemble de Tours-sur-Marne, aujourd’hui partiellement conservé au British Muséum, offrait certains avantages qui nous ont poussés à reprendre son étude. Il s’agit d’une petite collection, apparemment chronologiquement cohérente et contenant un échantillon représentatif des divers types de matériel rencontrés habituellement en sépulture collective : restes humains, pièces lithiques, éléments de parure, céramique et pièces d’industrie osseuse. Tous ces éléments rendaient cette collection attractive dans la perspective d’établir des comparaisons régionales avec d’autres ensembles cohérents.

4Les sépultures “en puits” de Tours-sur-Marne ont été découvertes lors du creusement du canal de la Marne au Rhin à partir de 1840 (figure 1) et explorées successivement et simultanément par MM. Cuqu, Morel et Nicaise (Nicaise, 1876 ; Bailloud, 1974).

Figure 1 – Carte de situation du Gisement de Tours-sur-Marne (Marne).

Figure 2 – Planche 1 de la publication de Nicaise en 1876 dans le Bulletin de la Société d’Agriculture du département de la Marne.

5Dès la fin du XIXe siècle, à l’issue des fouilles, le mobilier fut partagé entre trois collections. Ainsi, la part conservée au British Muséum est non seulement la seule qui soit encore connue, mais en plus elle ne représente qu’un tiers du matériel issu de la fouille de cet ensemble de sept tombes. Le reste n’est que très partiellement connu par les planches publiées par Nicaise (Nicaise, 1876).

6D’après la publication originale et la présentation de G. Bailloud, ces sépultures semblaient contenir à la fois des éléments du Néolithique récent bien identifiables (armatures) et d’autres plus récents du Néolithique final (poignards). De surcroît, l’interprétation générale de “puits funéraire” défendue en 1876 par les explorateurs de ces sept tombes est plutôt en contradiction avec le bilan documentaire actuel des pratiques funéraires de la région (Blanchet, 1984 ; Burnez-Lanotte, 1987 ; Chambon, 2003 ; Cottiaux coord., 2004). Une discussion sur le problème de l’identification de ces structures mérite également d’être engagée (Charpy, 2000), même si la tâche n’est pas facile faute d’un retour impossible aux observations de terrain.

7Une mission d’étude d’une journée a été réalisée en août 2005 à Londres, dans le cadre du PCR IIIe millénaire. Ce fut l’occasion de faire un bilan critique des documents publiés et conservés, désormais seuls témoignages du gisement.

LECTURE CRITIQUE DE LA PUBLICATION D’A. NICAISE, 1876

8En 1876, A. Nicaise publie un article qui compile les informations issues des différentes découvertes néolithiques effectuées sur la commune de Tours-sur-Marne (figures 2 et 3). Les premières trouvailles datent des années 1840 lors des travaux d’aménagement du canal de la Marne au Rhin. Entre 1875 et 1876, sept “puits” funéraires furent découverts. Les cinq premiers ont été fouillés par A. Cuqu seul, le sixième par A. Cuqu, A. Nicaise et L. Morel, et le dernier par A. Nicaise et L. Morel. À l’issue des opérations de terrain, le mobilier exhumé dans les sept sépultures est séparé en trois lots sans que l’on connaisse les critères de partage et, semble-t-il, en mélangeant le mobilier des sépultures. Aujourd’hui, seule la collection Morel est accessible, car rachetée en 1901 par le British Muséum (figure 4). Parmi ce mobilier, seule la perle métallique peut être attribuée avec certitude à la dernière sépulture découverte (figure 4).

Figure 3 – Planche 2 de la publication de Nicaise en 1876 dans le Bulletin de la Société d’Agriculture du département de la Marne.

9Les six premiers gisements fouillés par A. Cuqu ont livré en moyenne une vingtaine individus par sépulture. On sait par ailleurs que toutes les haches découvertes proviennent des cinq premières fouilles.

10La dernière sépulture fouillée par L. Morel et A. Nicaiseest celle pour laquelle nous disposons le plus d’informations. La structure mesurait 3 m de diamètre pour 0,70 m de hauteur et contenait au moins 40 individus (40 crânes découverts), une perle en tôle de cuivre et deux ossements animaux teintés de vert sans doute au contact du métal.

INVENTAIRE DU MOBILIER CITÉ DANS NICAISE, 1876 (figure 5)

Industrie lithique

1134 haches ont été comptabilisées dans les cinq premières sépultures fouillées par A. Cuqu, dont 30 étaient en silex, deux en jadéite ( ? ) et une en roche schisteuse (? ). Quatre sont conservées au British Muséum sous les numéros d’inventaires ML516 à 519 (figure 6). À cet ensemble, il faut ajouter trois “haches-marteaux” qui se sont révélées être des ébauches de haches.

12Une cinquantaine de lames provenait des sept sépultures et furent réparties entre les trois fouilleurs (figure 2). Seulement quatre sont conservées au British Muséum (figure 7, ML525, ML528, 529 et 530). Parmi ces lames, neuf proviennent de la dernière fouille (coll. Nicaise, perdue).

13Deux racloirs sont figurés sur les illustrations originales de Morel (figure 2, nos 5 et 8, coll. Morel) mais ils ne sont pas conservés au British Muséum.

14Le total des armatures trapézoïdales s’élève à 70 exemplaires environ pour les sept sépultures. Dix-neuf seulement ont pu être examinées dans la collection Morel (figure 7, ML533 à 552).

15Il est important de souligner que les deux poignards ML531 et ML532 (figure 8) de la collection Morel (figure 2, nos 4 et 7) ont été découverts vers 1840 lors des premiers travaux de creusement du canal et n’appartiennent donc pas à cet ensemble. De même, le grand poignard (figure 2, n° 6) présent dans la collection Morel et inventorié au British Muséum sur la commune de Tours-sur-Marne ne provient probablement pas de la nécropole. Il n’est d’ailleurs pas mentionné dans la publication de Nicaise.

Figure 4 – Extrait de l’inventaire de la collection Morel au British Muséum, Londres.

Parure

16Une pendeloque en gypse de la collection Morel (figure 9, ML559, figure 2, n° 11) était accompagnée de perles biforées en os (figure 3, n° 1 bis) et en matière schisteuse (figure 3, n° 6), collection Cuqu. Une autre perle biforée en nacre non signalée dans la publication originale, est présente dans la collection Morel (figure 9, ML560). Un collier de perles en roche calcaire est associé à une coquille perforée, collection Cuqu (figure 3, n° 24). Deux autres coquilles perforées sont conservées dans la collection Morel (figure 9, ML561 et 562) ainsi qu’une dent perforée (figure 9, ML558).

Industrie osseuse

17Quatre éléments d’emmanchement sont décrits, mais seulement trois sont dessinés (figure 3, nos 3, 4 et 15), ainsi qu’une pointe en os (figure 3, n° 22), tous appartenant à la collection Cuqu. Il faut noter que deux autres exemplaires de manche (figure 10, ML555 et ML556) et une autre pointe d’outil (figure 10, ML557) sont également présents dans la collection Morel au British Muséum.

Céramique

18La présence de tessons est relatée sans que leur nombre soit précisé. Un seul élément est décrit, il s’agit d’un petit vase entier, en forme de “biberon”, découvert par A. Cuqu (donc pas dans la dernière des sept sépultures) près des ossements d’un enfant (figure 3, n° 2). Cet objet n’a pas été retrouvé.

Métal

19Une perle en tôle de cuivre a été découverte par L. Morel et A. Nicaise dans la dernière sépulture (figure 9, ML554 ; figure 2, n° 12, collection Morel). Les seuls autres éléments que l’on peut associer avec certitude à cette sépulture sont les deux ossements animaux colorés en vert par l’oxydation du métal : un “fragment de radius” qui est en fait un fragment distal de fibula (figure 10, ML564) et une “portion de côte” (figure 10, ML563).

Conclusion

20Une première conclusion s’impose à l’issue de cet examen, il faut séparer du mobilier de la nécropole les trois poignards découverts sur le territoire de la commune de Tours-sur-Marne sans plus de précisions.

Figure 5 – Répartition du mobilier de Tours-sur-Marne par collection, d’après Nicaise, 1876 ; le cas échéant, le numéro d’inventaire du British Muséum est reporté.

Figure 6 – Les haches polies de la collection Morel conservée au British Muséum, Londres. [Clichés : B. Mille]

Figure 7 - Les armatures et les petites lames. Collection Morel, conservée au British Museum, Londres. [Dessin : E. Ihuel]

Figure 8 – Les deux poignards découverts en 1840 lors du creusement du canal de la Marne au Rhin. Collection Morel, conservée au British Muséum, Londres. [Dessin : E. Ihuel]

LES POIGNARDS DÉCOUVERTS LORS DU CREUSEMENT DU CANAL

21Découverts vers 1840, ces deux éléments sans lien direct avec les sépultures de Tours-sur-Marne méritent d’être commentés (figure 8). Il s’agit de deux pièces en silex du Grand-Pressigny. La matière est de couleur cire, tachetée de blanc (débris de coquilles micritisées). Le silex est moyennement transparent et contient de nombreux quartz détritiques. Le grain est grossier. Les deux pièces portent un voile de patine blanc.

22Le poignard ML532 présente une section triangulaire. Le support est épais, il s’agit probablement d’une lame de livre-de-beurre (Pelegrin, 1997). Elle a été réaffûtée de nombreuses fois et porte à la base la trace d’une fracture ancienne qui n’est pas complètement oblitérée par la retouche. Les tranchants sont fortement émoussés, résultat visible d’une utilisation intensive.

23Le poignard ML531 est réalisé sur un fragment distal de grande lame de livre-de-beurre. C’est un support à section triangulaire et profil rectiligne, appartenant à la dernière série de lames débitées après un ré-épannelage complet du nucléus (Pelegrin, 1997). La base du poignard est équarrie, la retouche masque partiellement une cassure en languette inférieure. Et elle est abrupte jusqu’au premier tiers de la pièce. Dans la partie distale, la retouche est couvrante, en écharpe réalisée à la pression, selon le style défini par N. Mallet, c’est-à-dire une exécution irrégulière et imparfaite (Mallet, 1992).

24Les informations relatives au grand poignard se limitent au seul dessin publié dans Nicaise (figure 2, n° 6). Il présente une languette à base équarrie, les bords sont sub-rectilignes, le matériau n’a pas été déterminé.

25Ces trois poignards par leur méthode de débitage et leur typologie se rattachent au Néolithique final (2800 / 2400-2300 av. J.-C.). Ils sont connus indifféremment dans les cultures Gord et Deûle-Escaut (Brunet et alii, 2004b ; Martial et alii, 2004).

UN NOUVEL EXAMEN DU MATÉRIEL DES SEPT "PUITS FUNÉRAIRES"

26Il est évident que la collection Morel est le résultat d’une sélection qualitative très nette au sein des artefacts livrés par ces gisements. Toutefois, on notera que des petites lames non retouchées sont présentes au sein du corpus, ce qui exclut, un tri systématique qui ne conserverait que les pièces retouchées ou les objets de grandes dimensions.

Le mobilier Lithique

27Quatre haches polies ont pu être examinées au British Muséum (figure 6). Elles sont réalisées dans un silex gris, patiné blanc, faiblement translucide et qui présente des tâches grises unies aux contours nets. Le grain est fin et quelques tâches blanches (micritisation ?) sont visibles. Il pourrait s’agir du silex Crétacé supérieur, probablement Sénonien, fréquent dans la région. Ces petites haches sont de dimensions équivalentes, assez courtes, de formes sub-rectangulaire et présentant de légers pans (ML516), ou sub-ovalaire à section ovale (ML517). L’une d’entre elles présente un enlèvement post-dépositionnel et son éclat correspondant (ML519). Ces deux éléments résultant vraisemblablement d’un coup de pioche témoignent de la vigueur des techniques de fouilles employées mais, tout de même aussi du soin apporté au ramassage des artefacts.

28Les quatre lames (figure 7) sont taillées dans un silex blond-gris faiblement translucide, fortement altéré par un voile de patine blanc qui fait apparaître de grandes tâches grises uniformes aux contours nets. La texture est fine et grenue. Il pourrait s’agir d’un silex Sénonien. Toutes ces lames sont des supports de dimensions moyennes (10 à 12 cm de longueur avec un indice d’allongement assez marqué). Elles sont de sections triangulaires (exceptée ML538). Parmi ces objets se trouve une lame à crête (ML530). La crête à deux pans est constituée d’enlèvements transversaux assez étroits qui dessinent une arête médiane assez régulière. L’observation attentive de ces pièces a permis de noter que certaines ont été utilisées brutes. La lame ML525 par exemple porte des stigmates évidents d’utilisation, ce sont quelques retouches rasantes ponctuelles et un léger émoussé de la moitié distale du bord droit. Ce n’est pas le cas de la pièce ML538 qui a servi de briquet et qui a été aménagée par une retouche abrupte irrégulière et continue. Le support épais est complètement poli, assez régulièrement avec de profondes stries, il s’agit d’une lame débitée dans la tranche d’une hache polie.

29Les 19 armatures conservées au British Muséum (figure 7) forment un ensemble très homogène. Elles sont toutes réalisées dans un silex blond à gris, très translucide à cortex mince. Le grain est fin et la surface est presque savonneuse. La matrice mudstone est presque vide et n’est ponctuée que par quelques petites taches blanches de micritisation. Toutes ces pièces portent une légère patine brillante, attribuée généralement à l’eau (Inizan et alii, 1995). Les armatures sont réalisées aux dépens de petites lames. Leur forme est inscrite dans un trapèze assez fermé. Les bitroncatures sont directes et abruptes et à délinéation rectiligne. La plupart de ces armatures sont entières et aucune ne présente de symptôme d’utilisation (fracture burinante, etc.).

Le mobilier métallique (figure 9)

30La perle en cuivre décrite par Nicaise se trouvait dans le matériel conservé au British Muséum (figure 9). Ses caractéristiques sont les suivantes : masse 1,29 g ; long. max. : 13,4 mm ; diamètre externe max. : 8,7 mm ; diam. ext. min. : 7,1 mm ; diam. interne : 5,5 mm à 6,5 mm, épaisseur de la tôle : 0,3 mm sur les bords, env. 1,4 mm au centre. Il s’agit d’une perle en tôle enroulée sur un tour avec recouvrement des bords sur environ 5 mm. La forme générale de l’objet est en tonnelet. La section est aujourd’hui ovalaire, mais circulaire initialement (aplatissement probablement post-dépositionnel créant des “faces”). Le métal est plus épais au centre que sur les bords, la lumière (l’ouverture centrale) de la perle est sub-cylindrique avec un léger resserrement au centre.

31L’analyse du métal effectuée au laboratoire du British Muséum (annexe 1) a montré que la perle est en cuivre marqué par des impuretés d’arsenic, de nickel et d’antimoine.

32Par l’ensemble de ses caractéristiques, la perle en cuivre de Tours-sur-Marne s’inscrit parfaitement dans le groupe des perles en tôle en forme de tonnelet à bords amincis (Augereau et alii, 2007 ; contribution collective de ce volume). Les perles de ce type sont très majoritairement retrouvées dans le secteur des hypogées de la Marne.

La parure (figure 9)

33Une pendeloque en gypse de forme sub-rectangulaire à perforation biconique était présente (figure 9, ML559). L’objet est régulièrement poli. Ce type de matériau est rarement rencontré dans le Nord de la France. En fait, seuls deux autres objets en gypse sont connus, localisés en Seine-et-Marne à Montigny-Esbly sur la commune de Lesches et à Cannes-Écluse (information A. Polloni). En ce qui concerne la forme de la pendeloque de Tours-sur-Marne, une comparaison peut être établie à partir des éléments, en roche verte et de plus grandes dimensions, de l’allée sépulcrale de l’Usine Vivez à Argenteuil dans le Val-d’Oise (Mauduit, 1977).

34Trois pendeloques en coquillage ont été examinées, une rondelle de coquillage nacré à double perforation biconique (figure 9, ML560) semblables à celles découvertes à Oyes et Vert-la-Gravelle (Polloni et alii, 2004) et deux coquilles (Cardium, figure 10, ML561 et ML562) percées à la charnière par polissage de la valve comme à Oyes (Polloni et alii, 2004).

L’industrie osseuse (figure 10)

35Au British Muséum se trouvait également un manche en bois de cerf (figure 10, ML556). Il s’agit d’un objet cylindrique de petites dimensions (à peine 5 cm de long) dont une extrémité est évidée selon une forme conique, comme une douille ou une petite gaine. Côté externe, cette extrémité paraît polie. La partie opposée, le canal médullaire présente une section rectangulaire sans qu’il soit possible de déterminer s’il a été travaillé ou non. Deux autres objets étaient également présents : un fragment distal d’outil perçant en os (figure 10, ML557) de 4 cm de long et une dent à double perforation biconique de porc (Sus domesticus) ou de sanglier (Sus scrofa). Cet objet semble avoir fait l’objet d’une réparation (qui consiste dans une deuxième perforation) après une fragmentation au niveau de la perforation initiale.

36En définitive, les objets de la collection Morel examinés, échantillon du mobilier provenant de la nécropole de Tours-sur-Marne, s’inscrivent parfaitement dans les viatiques découverts dans les hypogées de la Marne attribués au Néolithique récent (Bailloud, 1974 ; Langry-François, 2004 ; Augereau et alii, 2007). La parure métallique conforte cette attribution, puisque l’ancienneté de certaines perles en tonnelet, obtenues par martelage d’une tôle de cuivre, à été récemment réévaluée (Mille, Bouquet, 2004 ; et contribution collective dans ce volume). La présence de manches d’outil, de gaines de hache, de dent de sanglier perforée et de coquillages entiers et perforés est un élément récurrent des assemblages du Néolithique récent au nord de la Loire et correspond à des dépôts collectifs et individuels (POLLONI et alii, 2004).

37Le dépôt de la perle de gypse s’inscrit dans une tradition beaucoup plus locale centrée sur la vallée de la Marne et qui s’étend peut-être jusqu’à la rencontre de la Seine (cf. supra).

38Il n’y a guère que la petite céramique en forme de “biberon” (absente de la collection conservée au British Muséum) qui n’ait pas de comparaison directe, locale ou régionale.

140 ANS APRÈS, QUE PEUT-ON DIRE DE LA NATURE DU GISEMENT DE TOURS-SUR-MARNE ?

39Dans la lignée de la publication originale de 1876, l’ensemble des chercheurs qui ont travaillé sur la régionde la Marne ont considéré la découverte de ces sépultures creusées dans la craie Crétacé supérieur campanienne sous un jour un peu particulier. En effet, la structure de ces tombes est décrite comme “une chambre circulaire de 3 m de diamètre et de 0,70 m de hauteur, surmontée d’un puits vertical de 1,50 à 2 n de hauteur et de 0,50 à 0,60 m de diamètre. D’étroites galeries, de direction divergentes et pouvant se poursuivre sur plus de 3 m de longueur, s’ouvrent à l’intérieur des chambres” (Bailloud, 1974, p. 278). À l’instar de MM. Morel et Nicaise, G. Bailloud (1974) et J. Peek (1975) considéraient explicitement les sept tombes découvertes à Tours-sur-Marne – et plus particulièrement le niveau sépulcral où furent trouvés les ossements et le mobilier funéraire en 1876 – comme la réutilisation d’une structure initialement destinée à l’extraction du silex. Pour cela, ils s’appuyaient sur la présence évidente d’un puits surplombant au moins une des tombes et sur la présence de deux “galeries” qui débouchaient dans la chambre, ces détails figurant sur les planches originelles extraites de l’album de M. Morel et publiées en 1876 par Nicaise (figure 1, planche II).

Figure 9 – Les coquilles percées (ML561 et ML562) La coquille biforée (ML560), la dent de cochon perforée (ML558), la pendeloque en gypse (ML559, dessin et photo), et la perle métallique (ML554, dessin et photos). [Clichés : B. Mille ; dessin : ML559 : A. Polloni
et ML554 : B. Mille]

Figure 10 – Les manches (ML555 et ML556), la pointe d’outil en os (ML557), les restes de faune, côte de suidé (ML 563) et fragment de radius marqué par l’oxydation (ML 564). Collection Morel, conservée au British Muséum, Londres. [Clichés : B. Mille]

40140 ans après, l’originalité de ces découvertes ne s’est pas estompée et rien dans la documentation régionale ne vient faire écho aux interprétations de 1876 concernant des structures d’extraction de silex transformées en sépultures collectives.

41La présence d’inhumation en contexte de mine n’est pas fréquente mais elle n’est non plus inconnue dans la documentation actuelle. L’exemple le mieux documenté est celui du complexe minier de Spiennes (Belgique), distant de plusieurs centaines de kilomètres de Tours-sur-Marne. Une cinquantaine de découvertes isolées d’ossements humains ont été dénombrées au sein de ce vaste gisement sillonné d’un réseau de galeries (Toussaint et alii, 1997 ; Collet, 1997 ; Collet, Toussaint, 1998).

42Toutefois, plusieurs différences fondamentales apparaissent immédiatement entre le statut des restes humains de Spiennes et de Tours-sur-Marne. Dans le complexe minier belge, la majorité des ossements humains furent retrouvés isolés ou épars et ne peuvent pas correspondre à des sépultures primaires, même bouleversées, et encore moins à des accidents d’exploitation (De Heinzelin et alii, 1993 ; Collet, Van Neer, 2002). Le statut de ces restes n’est pas encore établi : s’agit-il de sépultures secondaires, de restes de cannibalisme comme cela fut suggéré dans les années 70 (Clason, 1971) ou de simples reliquats apportés par les éboulis, au même titre que la céramique, la faune domestique et les outils d’extraction ? (Collet, 1997).

43La littérature ancienne fait tout de même état d’une dizaine d’individus, isolés et presque intégralement conservés qui auraient été découverts au fond des galeries, mais parmi lesquels se trouvent également des falsifications modernes, comme celles d’Obourg et de Strépy (Collet, 1997). Ici encore, le réemploi de la structure d’extraction à des fins fùnéraires n’est nullement attesté. Aucune structure n’a été mise en évidence pour protéger les cadavres et H. Collet note à juste titre que le matériel qui accompagnait les défunts ne se singularisait en aucune façon d’un comblement détritique (Collet, 1997). Dans ce cas précis également, la position primaire ne peut donc pas être attestée. La découverte récente par cet auteur de deux individus dans le comblement d’un puits de mine à Petit-Spiennes apporte quelques éclaircissements supplémentaires. La présence de ces deux corps sous 4 à 5 m de remplissage indique un traitement plutôt sommaire de la mort. Ces deux individus, que l’on sait par ailleurs datés du Néolithique (Bêta 110683 : 4500 BP ± 50, soit 3360-3030 av. J.-C.), un adulte et un péri-natal (Collet, 1997), ont été vraisemblablement jetés d’une grande hauteur dans un puits désaffecté. Il n’est pas possible d’établir si cet acte a motivé le remblaiement final du puits.

44L’exemple de Spiennes se situe donc aux antipodes du fonctionnement probable des couches sépulcrales décrites à Tours-sur-Marne. Pour le dernier “puits” fouillé par A. Nicaise et L. Morel, l’accumulation des corps dans un niveau situé à la base du remplissage est très proche de la situation décrite dans la majorité des nombreux hypogées environnants fouillés à la même époque, comme par exemple Coizard, Courjeonnet ou Villevenard (Bailloud, 1974).

45De surcroît, la couche d’os semble reposer sur le fond de la structure et non sur un niveau d’abandon de l’activité d’extraction des ressources siliceuses. De même, hormis “le puits et ses galeries”, on ne retrouve aucun indice matériel de l’exploitation du silex, ni dans la relation de fouille, ni dans la collection Morel : les déchets de taille, préformes, outils etc. sont absents (Nicaise, 1876).

46La profondeur des mines à silex est fonction des matériaux, la logique est de chercher en profondeur le silex sain. La profondeur n’est donc pas un bon élément pour apprécier le caractère funéraire ou non d’une structure. À Breteville-le-Rabais, ces puits n’atteignent que 1,50 à 2,60 m. Dans la région de Mons en Belgique une grande part de l’exploitation est constituée de puits s’enfonçant de 3 à 6 m de moyenne dans le sous-sol. Il est vrai que certains puits peuvent atteindre 8 à 10 m à Jablines (Bostyn, Lanchon, 1992) et jusqu’à 16 m à Camp-à-Cagnaux sur la commune de Spiennes, Belgique (Collet, 1997).

47De plus, le nombre de puits à Tours-sur-Marne, sept d’après les explorateurs, est étonnamment faible pour un contexte minier.

48En effet, l’extraction du silex en puits s’inscrit dans un contexte économique particulier. Les efforts importants consentis à l’extraction de l’encaissant pour atteindre la matière première nécessitent au préalable l’assurance de trouver la matière première recherchée. Une des conséquences immédiates de ce postulat de rationalité économique est que dans un tel contexte d’extraction minière, une exploitation intensive, spatialement limitée est privilégiée au dépens d’un modèle extensif plus aléatoire en terme de ressource. Ce modèle explique la proximité et la forte concentration des puits en contexte minier et le fait que les nouveaux puits sont toujours établis à proximité immédiate des derniers. L’organisation systématique des puits à Breteville-le-Rabais dans le Calvados (Desloges, 1986) obéit à cette règle tout comme Jablines en Seine-et-Marne où une progression de l’exploitation du sud vers le nord a pu être mise en évidence grâce à l’étude des comblements complétée par un programme de datation (BOSTYN, Lanchon, 1992, p. 216). C’est sans doute la raison pour laquelle la documentation actuelle fournit si peu d’exemples d’exploitations ponctuelles ou limitées à quelques puits. En fait, si un puits a été exploité de façon positive, il donnera suite à beaucoup d’autres. Les complexes miniers du pays d’Othe (Aube), de Breteville-le-Rabais, Spiennes ou encore de Jablines illustrent parfaitement ce propos (Bostyn, Lanchon, 1992 ; De Labriffe, Thibault, 1995 ; De Labriffe, Sidéra, 1995 a et b) puisque leurs inventeurs estiment à plusieurs centaines le nombre de puits pour chaque gisement, qui individuellement s’étendent de 1 à 16 ha. Les “puits” de Tours-sur-Marne sont dépourvus d’indices d’extractions dans un voisinage immédiat et sont par conséquent très éloignés de ces modèles.

CONCLUSION : DES HYPOGÉES ?

49Le fait que le matériel issu de ces sept structures s’apparente étroitement aux mobiliers des hypogées et notamment aux dépôts typiques du Néolithique récent ne fait qu’augmenter nos doutes quant à l’hypothèse avancée par les inventeurs sur leur interprétation. La quantité même des “puits funéraires” de Tours-sur-Marne s’accorde beaucoup plus avec l’image d’une petite nécropole qu’à un complexe minier. Ce secteur de la Marne est notamment célèbre pour avoir développé un type particulier d’architecture funéraire, les grottes artificielles ou hypogées. Dans de nombreux cas, ces sépultures sont regroupées en nécropoles dont le nombre d’unités est variable, généralement inférieur à la dizaine. L’ensemble de Tours-sur-Marne se situerait dans la moyenne des nécropoles réparties le long des marais de Saint-Gond, à Villevenard, Coisard, Oyes ou encore Courjeonnet (Bailloud, 1974 ; Langry-François, 2004). Il est vrai que l’implantation de ce type de structure se fait plus volontiers à flanc de coteau, la pente permettant peut-être de ménager quelques forces. Mais cette situation n’est pas exclusive, F. Langry-François dénombre tout de même cinq cas d’hypogées implantés en plaine alluviale pour le seul département de la Marne, à Châlons-en-Champagne, Saint-Souplet-sur-Py et Livry-Louvercy (Langry-François, 2004, p. 92).

50Le plan d’un hypogée type dans la Marne est dérivé des allées sépulcrales ; il comprend une à deux chambres parfois précédées d’une antichambre (hypogée 2, Mont-Aimé à Val-des-Marais (Masset, Soulier, dir., 1995 ; Chambon et alii, 1997 ; Villes, 1997). Les structures ne sont pas très étendues. La chambre des Mournouards au Mesnil-sur-Oger (Marne) par exemple mesurait environ 13 m (Chambon, 2003). La circulation entre chaque espace se fait par des portes ou des boyaux. La description faite par Nicaise en 1876 (p. 73) n’est donc pas sans d’étroites ressemblances architecturales avec la tradition funéraire locale : “N’oublions pas de mentionner l’existence, dans l’intérieur et à la base de chaque puits, de une ou deux galeries dans le sol et se dirigeant vers des points opposés au centre du puits. Ce sont de véritables terriers par lesquels une mince créature pouvait seule s’introduire en rampant comme un reptile.” Le dessin publié en 1876 (figure 3, n° 1) présente d’ailleurs deux taches sombres qui évoquent le départ de ces galeries.

51Il est indéniable que la forme de la chambre de Tours-sur-Marne est moins nette que dans un hypogée, ce qui explique qu’elle n’a pas été identifiée. Ces contours ne sont pas inscrits dans un quadrilatère régulier mais c’est aussi le cas de l’hypogée du Mont-Aimé (Müller-karpe, 1974 ; Chambon et alii, 1997). En fait, ce problème d’identification à la fouille peut également résulter des difficultés de lecture suite aux effondrements. En effet, les matériaux qui se sont effondrés sont les mêmes que le substrat. La cuvette ainsi créée a nécessairement piégé l’humidité, or, le ruissellement de l’eau sur les calcaires campaniens meubles à tendance à les compacter et les recimenter (Cojan, Renard, 1999, p. 204). Si ces matériaux se sont effondrés en conservant les grandes lignes du litage initial, il n’était pas forcément simple de faire la différence entre des remblais anciens solidifiés liés à un effondrement et le substrat réellement en place. Enfin, l’effondrement du toit d’un hypogée n’est pas une première, il suffit de rappeler que l’hypogée des Mournouards (Grotte 1) au Mesnil-sur-Oger avait été découvert en 1845 de cette façon, son plafond ayant cédé sous les pas d’un âne (Brisson, Coutier, 1961).

52À l’issue de ce réexamen, on peut donc poser la question suivante ; une nécropole constituée d’hypogées creusés dans des craies à silex, dont le toit se serait effondré, ne pourrait-elle pas fournir des éléments de confusion avec des structures d’extraction ? Selon cette hypothèse, l’effondrement du toit de la chambre aurait pu être mal interprété en donnant l’illusion qu’il s’agissait d’un puits, perception renforcée par la présence naturelle de silex dans les parois et par la présence de boyaux susceptibles de correspondre autant à une galerie de mine qu’aux structures d’accès et de circulation d’une tombe collective.

53L’implantation en plaine est peut-être un facteur déterminant dans la ruine de ces ouvrages. En effet, l’humidité ambiante en fond de vallée associée à des alternancesde hautes et basses températures a pu fragiliser l’encaissant, la craie Crétacé supérieur campanienne. L’absence de matériel tardif est peut-être le signe d’une détérioration rapide de ces structures avant le Néolithique final.

54Certes, sans nouvelle observation de terrain, les limites de l’exercice critique sont rapidement atteintes et il est difficile d’étayer cette nouvelle interprétation d’une nécropole constituée d’hypogées. Il nous paraît au moins tout aussi ardu de soutenir l’hypothèse de puits funéraires.

REMERCIEMENTS

55Il nous est agréable de remercier Mrs. S. Needham et B. Roberts, du département Préhistoire européenne du British Muséum, pour leur accueil. Nous remercions également A. Polloni pour ses informations sur la parure, et J.-J. Charpy, qui a mis à notre disposition l’ensemble de sa documentation.

Annexes

ANNEXE. THE BRITISH MUSEUM DEPARTMENT OF CONSERVATION AND SCIENTIFIC RESEARCH. Report on the examination and XRF analysis of a Copper Age copper alloy bead, from Tours-sur-Marne, France (Reg. No. ML.554). CDS ANALYTICAL REQUEST NO. AR2007/94

INTRODUCTION AND METHOD OF ANALYSIS

A request was received from Dr Benoit Mille of the Centre de recherche et de restauration des musées de France, to analyse a Copper Age, copper-alloy bead from Tours-sur-Marne, as part of a wider programme of analysis of the earliest copper-based metalwork from continental North West Europe. It was proposed that the analysis was made using particle induced X-ray émission spectrometry (PIXE) using equipment based in Paris.

However, examination of the bead under the binocular microscope revealed that the bead was very fragile and made of métal only c. 0.3 mm thick which now appears to be totally corroded. It was therefore thought to be too fragile to travel to Paris. Addition– ally, the heavily corroded State of the bead with no likelihood of finding clean, solid métal underneath the corrosion- limits the likely accuracy of the proposed analysis using PIXE.

Again, due to its small size and corroded State, the bead was also thought to be unsuitable for sampling for analysis using inductively coupled plasma-atomic émission spectrometry.

The bead was therefore analysed using X-ray fluorescence (XRF), and as no cleaning of the bead was undertaken prior to analysis, the resuit below should be regarded as semiquantitative only. The equipment used was a Bruker Artax XRF spectrometer fitted with a molybdenum target tube, operating at 50 kV and 0.8 mA, emitting a collimated beam of 0.65 mm diameter. Further details of the technique can be found, for example, in Cowell (1998).

RESULT AND CONCLUSIONS

The XRF analysis shows that the bead consists of copper containing small amounts of arsenic and nickel, and a trace of antimony (the spectrum obtained is shown in figure 11). Quantification of the spectrum gave the following approximate result:

Cu 99 %, As 0.5 %, Ni 0.5 %, Sb 0.1 %.

A small amount of iron (c. 0.1%) was also detected, but this could in part hâve resulted from contamination during burial; similarly a small amount of calcium was also detected. The following éléments were also sought but not found to be présent above their respective détection limits: Ag< 0.03 % ; Co, Pb, Sn < 0.05 % ; Zn < 0.2 %. The above resuit should hâve a précision of c. ±1-2% relative for copper, c. ±10-20% for arsenic and nickel, and c. ±50% for antimony. The accuracy of ananalysis on cleaned métal would normally be expected to be of a similar order. However, as the potentially unrepresentative surface metal/corrosion was not removed prior to analysis, it is not possible to give meaningful figures for the accuracy in this case.

Thus the bead has been shown to be copper rather than tin bronze, and therefore has a composition consistent with the accepted Copper Age date. Although the analysis was limited by the poor State of préservation of the bead, the presence of small amounts of arsenic, nickel and antimony and the absence of silver may well allow significant comparisons to be made with other analyses of early metalwork in the programme.

Figure 11 – X-ray fluorescence spectrum obtained from the Tours-sur-Marne copper bead.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Carte de situation du Gisement de Tours-sur-Marne (Marne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16764/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Figure 2 – Planche 1 de la publication de Nicaise en 1876 dans le Bulletin de la Société d’Agriculture du département de la Marne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16764/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Figure 3 – Planche 2 de la publication de Nicaise en 1876 dans le Bulletin de la Société d’Agriculture du département de la Marne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16764/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Figure 4 – Extrait de l’inventaire de la collection Morel au British Muséum, Londres.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16764/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure 5 – Répartition du mobilier de Tours-sur-Marne par collection, d’après Nicaise, 1876 ; le cas échéant, le numéro d’inventaire du British Muséum est reporté.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16764/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Figure 6 – Les haches polies de la collection Morel conservée au British Muséum, Londres. [Clichés : B. Mille]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16764/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Figure 7 - Les armatures et les petites lames. Collection Morel, conservée au British Museum, Londres. [Dessin : E. Ihuel]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16764/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Figure 8 – Les deux poignards découverts en 1840 lors du creusement du canal de la Marne au Rhin. Collection Morel, conservée au British Muséum, Londres. [Dessin : E. Ihuel]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16764/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Figure 9 – Les coquilles percées (ML561 et ML562) La coquille biforée (ML560), la dent de cochon perforée (ML558), la pendeloque en gypse (ML559, dessin et photo), et la perle métallique (ML554, dessin et photos). [Clichés : B. Mille ; dessin : ML559 : A. Polloniet ML554 : B. Mille]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16764/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Figure 10 – Les manches (ML555 et ML556), la pointe d’outil en os (ML557), les restes de faune, côte de suidé (ML 563) et fragment de radius marqué par l’oxydation (ML 564). Collection Morel, conservée au British Muséum, Londres. [Clichés : B. Mille]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16764/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Figure 11 – X-ray fluorescence spectrum obtained from the Tours-sur-Marne copper bead.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16764/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

Auteurs

Department of Conservation and Scientific Research The British Muséum, London, WC1B 3DG, UK

Department of Conservation and Scientific Research The British Muséum, London, WC1B 3DG, UK

© ARTEHIS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search