Version classiqueVersion mobile

La fin du IVe millénaire dans le bassin parisien

 | 
Richard Cottiaux
, 
Laure Salanova

Deuxième partie

La collection du baron Joseph de Baye au musée d’archéologie nationale

Caroline Renard, Angélique Polloni, Maïténa Sohn, Ewen Ihuel, Fabien Langry-François, Pierre Magne, Audrey Maingaud, Rémi Martineau et Laure Salanova

Résumé

La collection J. de Baye, conservée au musée d’Archéologie nationale, est incontournable pour l’étude du Néolithique récent en Bassin parisien. Même si la localisation des vestiges n’est pas très précise, la grande quantité d’objets qu’elle recèle, issus d’une zone géographique circonscrite aux Marais-de-Saint-Gond (Marne), n’a pas d’équivalent pour la période considérée.

Chacune des catégories de mobilier a fait l’objet d’une étude détaillée. Les résultats conduisent à préciser la chronologie des vestiges et à replacer cette collection dans un contexte culturel plus large, au sein duquel les Marais-de-Saint-Gond se distinguent du reste du Bassin parisien par certaines caractéristiques de la culture matérielle.

Texte intégral

1La réputation des hypogées de la Marne est née de l’acharnement d’un érudit et notable marnais, le baron Joseph de Baye (commune située dans les Marais de Saint-Gond), qui fut actif à la fin du XIXe siècle, allant défendre ses visions de la Préhistoire locale devant la société académique pour que soit reconnue l’importance du département de la Marne à “l’Âge de pierre”.

2Bien que ses méthodes de fouille expéditives, ou plutôt celles de ses ouvriers, laissent aujourd’hui de vastes zones d’ombre sur ces anciennes découvertes, la collection conservée au musée d’Archéologie nationale (anciennement “musée des Antiquités nationales” : MAN) de Saint-Germain-en-Laye reste incontournable pour l’analyse de la fin du Néolithique dans le département de la Marne. Aussi quand nous avons abordé les problèmes liés au Néolithique récent dans le cadre de notre Programme collectif de recherche (PCR), avons nous souhaité réexaminer la collection J. de Baye.

3Dans le cadre de sa thèse, Laurence Burnez-Lanotte avait déjà étudié et redessiné une grande partie de ce mobilier, dans une optique davantage liée aux rituels funéraires (Burnez-Lanotte, 1987). Dans le cadre du PCR, nous avons préféré mener un travail collectif, grâce auquel un inventaire exhaustif des pièces a été dressé et des analyses spécialisées ont été menées. Ce sont les principaux résultats de ces différentes études que cet article ambitionne de présenter.

HISTOIRE DE LA COLLECTION J. DE BAYE (M. SOHN)

Les découvertes de la vallée du Petit Morin

4Le Baron Joseph de Baye, issu d’une longue lignée de la ville de Baye dans la Marne, a commencé ses collectes d’objets archéologiques dans les années 1870, à l’âge de 17 ans, lors de prospections pédestres dans les Marais-de-Saint-Gond et sur le site de la Vieille-Andecy (figure 1). Après la guerre de 1870, il poursuit ses recherches avec la caution de G. de Mortillet, du Dr Hamy et d’E. Cartailhac, qui ont pu juger de l’ancienneté des pièces recueillies. Son objectif est alors de découvrir les sépultures des populations dont il recueille les vestiges (Baye, 1880). Ses recherches le conduisent d’abord à exhumer du sol de la région des nécropoles mérovingiennes et gauloises (Bergères-les-Vertus, Mareuil-le-Port, Vert-la-Gravelle), puis à découvrir en mars 1872 le premier hypogée, au

Figure 1 – Carte de la vallée du Petit Morin.
[Fond de carte : L. Costa ; C. Renard d’après Mégnien, 1983, simplifié]

lieu-dit la Pierre-Michelot à Villevenard, à partir de sondages effectués dans une cavité que lui avait signalé M. Eugène Ferrât, cultivateur de Courjeonnet.

5Ce type de structure avait déjà été rencontré par des cultivateurs de Coizard en 1842 et 1858 mais n’avait jamais été exploré. Les recherches de J. de Baye mettent donc en évidence un type de sépulture jusqu’alors inconnu pour la fin du Néolithique, l’hypogée. Malgré des problèmes de reconnaissance dus à son jeune âge et les oppositions scientifiques créées par de telles découvertes, J. de Baye poursuit ses investigations et fait état, lors d’une séance de l’Académie des Sciences en juin 1872, de la découverte de 35 grottes sépulcrales. En dépit des nombreux frais engendrés par ses fouilles (le ministère de l’instruction publique ne lui ayant octroyé qu’une mission gratuite), le baron fait le bilan enmars 1874, lors d’une séance de la Société d’Anthropologie de Paris, de l’exploration de 120 hypogées, sur un secteur de 10 km dans la vallée du Petit Morin. Ce sera la fin des explorations du baron dans la vallée du Petit Morin, ce dernier se consacrant désormais à des missions archéologiques à l’étranger.

Du château de Baye au musée des Antiquités nationales

6G. de Mortillet, attaché au musée des Antiquités nationales sous la direction du conservateur A. Bertrand entre 1866 et 1885, évoque en janvier 1874 pour la première fois l’idée d’une donation des collections champenoises au MAN. Au départ, J. de Baye n’y répond pas favorablement.

7À l’occasion de la 42e session du congrès d’Archéologie de France, qui se tient à Châlons-sur-Marne la même année, J. de Baye inaugure son musée, installé dans l’aile nord du château de Baye, au premier étage. Les objets et les ossements sont réunis par grottes et par vitrines. La présence du musée à Baye et les interventions dans les sociétés savantes et les congrès internationaux (Bruxelles, Stockholm 1875, Budapest 1876, Lisbonne 1880) permettent l’organisation des visites des sites et des collections pour différents savants s’intéressant à la Préhistoire et aux autres époques pour lesquelles le baron possède des collections.

8Le musée de Baye fonctionne pendant 30 ans puis, après la mort de son père, J. de Baye décide de suivre sa mère à Paris, celle-ci ne désirant plus résider au château. Son éloignement de la ville de Baye pose rapidement le problème du devenir des vestiges. De nombreuses propositions sont faites par l’Angleterre et l’Amérique pour l’achat de ses objets archéologiques, mais le baron J. de Baye ne désire pas que ses collections quittent la France. Il fait alors un testament léguant le produit de ses fouilles champenoises et de ses différentes missions à l’État. L’acte de donation est signé en 1906 par le cabinet du ministre de l’instruction publique. Les collections issues de ses fouilles champenoises et de ses missions en Russie, ainsi que des publications sont progressivement léguées à différents musées ; le musée des Antiquités nationales acquiert les “antiquités préhistoriques” des hypogées de la Marne, mais aussi des collections gauloises, gallo-romaines et franques provenant de Champagne. En janvier 1906, la Direction des musées nationaux demande à S. Reinach, alors conservateur du musée des Antiquités nationales, d’accepter la donation de Baye et d’ouvrir un crédit pour le transport des objets.

9J. de Baye expose alors clairement les conditions de sa donation au musée

  • garder la collection réunie dans une salle portant son nom et où sera placé son portrait (choix de la salle attenant à celle de Frédéric Moreau) ;

  • les séries provenant d’une même grotte, d’une même nécropole, doivent être groupées ;

  • les séries ostéologiques ne doivent pas être séparées des collections et prendront place dans des armoires et des tiroirs, pour permettre aux personnes désirant étudier les trouvailles archéologiques et anthropologiques de ne pas quitter la salle.

10Malgré les précautions prises par J. de Baye, plusieurs dysfonctionnements et problèmes contrarient l’installation de la collection au musée. Tout d’abord, le déplacement des collections de Baye à Saint-Germain-en-Laye par une équipe technique du musée, en juillet 1906, se fait en l’absence du baron, occupé par une mission archéologique à l’étranger. À son retour, J. de Baye constate une grande confusion et de nombreuses négligences : des ossements ont été oubliés et d’autres objets, non destinés au musée des Antiquités nationales, emportés par erreur, alors que tous les objets étaient répertoriés par vitrines correspondant à des sites et des nécropoles et qu’aucun mélange n’aurait dû avoir lieu.

11À l’automne 1906, J. de Baye envoie au musée les pièces manquantes, divers dessins du mobilier, ainsi qu’une carte situant les grottes de la vallée du Petit Morin. En novembre 1908, il complète sa donation en léguant tous ses croquis et dessins du mobilier, conservés actuellement dans le fond de Baye.

12Face à la lenteur des travaux et les nombreux courriers de J. de Baye, le conservateur principal des musées insiste auprès de S. Reinach, en avril 1907, pour que les conditions du legs soient respectées et que les collections soient présentées au public. Néanmoins, la salle de Baye ne sera inaugurée qu’en janvier 1909 par E. Dujardin– Breumetz, sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts, qui promet par ailleurs à J. de Baye d’être récompensé de son précieux don par une nomination de Chevalier de la légion d’Honneur, reconnaissance qu’il ne reçoit que douze ans plus tard...

13Pour des raisons budgétaires, auxquelles s’ajoute le peu d’intérêt de S. Reinach pour les collections néolithiques, la salle de Baye ne sera pas ouverte tous les jours au public. De plus, aucun portrait ou buste représentant le baron J. de Baye ne figurera dans les salles. Le non respect d’une partie des conditions exigées par J. de Baye lors du legs et le peu de reconnaissance accordé à son travail lui feront dire à la fin de sa vie : “il me semble que mon Néolithique est totalement oublié, à tel point que j’ai l’air de lui survivre”.

L’état de la collection aujourd’hui

14Les archives du baron, conservées au château de Baye, ont subi quelques bouleversements suite aux pillages et à l’occupation allemande durant la guerre. Des documents qui composent le fond de Baye au musée des Antiquités nationales, tout n’a pas été retrouvé, notamment la carte de localisation des hypogées explorés. Les différentes stations et le nombre de grottes qui les composaient n’ont pas été clairement précisés par l’inventeur (120 à 140 ?). Au travers des écrits du baron (Roux, 1994), on peut compter en effet :

Villevenard, la Pierre-Michelot

= 14 hypogées

Courjeonnet, le Trou-Blériot

= 11 hypogées

Coizard, le Razet

=  50 hypogées

Villevenard, la Vigne-Basse

= 6 hypogées

Courjeonnet, la Vigne-Basse

= 7 hypogées

Villevenard, les Ronces

= 18 hypogées

Villevenard, la Craïère

= 5 hypogées

Oyes, la Butte-du-Moulin

= 5 hypogées

Vert-la-Gravelle

=?

15Les registres du musée des Antiquités nationales mentionnent d’autres lieux (Voisy, Champ-Machault à Coizard...)... mais le déchiffrage des registres est difficile et aucune logique ne permet de mettre àjour un réel dénombrement par site. Certaines pièces sont inscrites sur les cahiers de registre avec un chiffre romain attribué aux grottes. Même si l’on peut supposer que cela renvoie à un classement établi par le baron à partir de son musée à Baye, toutes les pièces ne se rapportent pas à un numéro de grotte et pour de nombreux éléments la seule mention “Grottes” est portée sur les cahiers. Dans ses travaux, J. de Baye emploie successivement les termes de “station” et de “grotte”, ce qui ne permet pas d’en retrouver le nombre précis.

16Il est aussi probable que le rangement qu’il avait établi dans son musée a été modifié pendant le déménagement et que l’attribution méthodique qui ressort de ses écrits n’a pas été, pour des raisons d’incompréhension, reportée à Saint-Germain-en-Laye. Le baron aurait procédé à quelques croquis et relevés précis mais, pour des raisons difficiles à comprendre, il ne les a pas communiqués officiellement. Aucun plan montrant la disposition intérieure des tombes n’a été retrouvé : un seul croquis est conservé à ce jour.

17En l’absence quasi-totale de données précises sur la constitution des stations, le nombre de grottes artificielles qu’elles comprenaient, les secteurs investis, la répartition précise des sujets et du mobilier, il est impossible, à l’heure actuelle, de discuter sérieusement de l’organisation sépulcrale des sites de la vallée du Petit Morin fouillés par l’archéologue champenois.

18Quant au mobilier conservé au musée des Antiquités nationales, la collection compte aujourd’hui 4 554 objets de la fin du Néolithique (n° d’inventaire compris entre 67110 et 68 826), dont près de la moitié (2 056 objets) sont de provenance inconnue. Pour ceux dont le lieu de

Figure 2 – Représentation des principales catégories de mobiliers se rapportant à la fin du Néolithique dans la collection J. de Baye du MAN.

provenance a été indiqué sur le registre d’inventaire, il s’agit principalement des ramassages de surface dans les environs de la Vieille-Andecy (les Buissons, la Croix-Jeanne, la Villeneuve, Voizy) et des sépultures de la vallée du Petit Morin (2 072 objets) :

  • Coizard, le Champ-Marchaud ;

  • Coizard, la Haye-Jeanneton ;

  • Courjeonnet ;

  • Joches ;

  • Oyes, la Butte-du-Moulin ;

  • Oyes ;

  • Vert-la-Gravelle ;

  • Villevenard, les Vignes-Basses ;

  • Villevenard, les Ronces ;

  • Villevenard, la Pierre-Michelot ;

  • Villevenard ;

  • Villevenard ;

  • Grottes du Petit-Morrain sans précision : 222 objets.

Figure 3 – Représentation des principales catégories de mobilier de la collection J. de Baye au MAN provenant avec certitude des hypogées de la vallée du Petit Morin.

19En somme, seulement 14 hypogées ont pu être identifiés avec précision sur la centaine de grottes que mentionne J. de Baye dans ses écrits. Le reste du mobilier est attribuable à une commune mais pas à une sépulture en particulier. De plus, J. de Baye indique que certains hypogées ne contenaient pratiquement pas de restes humains ou mobiliers tandis que d’autres étaient abondamment fournis (Roux, 1994), de sorte qu’il est impossible de savoir aujourd’hui à combien de tombes exactement se rapporte le mobilier provenant de la vallée du Petit Morin.

20Le mobilier de la collection J. de Baye est exceptionnellement fourni et varié en terme de types d’objets et de matériaux. Tous sites confondus, il se rapporte en majorité à de l’industrie lithique (figure 2), laquelle se compose pour plus de la moitié des effectifs d’armatures de flèches tranchantes (1064 exemplaires). La parure est également abondante tandis que la céramique et le mobilier en cuivre (parure, armes et outils) sont beaucoup plus rares.

21Si l’on ne considère que le mobilier provenant avec certitude des hypogées de la vallée du Petit Morin (figure 3), on constate que la quantité d’industrie lithique est moindre, ce qui est logique compte tenu du fait que l’industrie lithique de la collection de Baye provient essentiellement de ramassages de surface. Néanmoins, industrie lithique et parure représentent à parts égales l’essentiel du mobilier provenant des hypogées.

22La collection J. de Baye conservée au musée des Antiquités nationales comprend également de nombreux restes humains que nous n’avons pas inventoriés, et de faune, provenant des hypogées du Petit Morin et se rapportant à 98 éléments (bois de cerfs, défenses de suidés et dents essentiellement).

ANALYSE DU MOBILIER

La céramique

Analyse typologique (L. SALANOVA)

23La collection de Baye comporte 29 vases attribuables au Néolithique récent, parmi lesquels 23 sont entiers (figures 8-15) Cette collection constitue ainsi une série non négligeable au sein du corpus céramique du Néolithique récent en Bassin parisien qui ne comporte au total qu’une centaine de vases reconstituables.

24La majorité des vases de la collection de Baye ont été numérotés par lot au musée d’Archéologie nationale : la plupart sont inventoriés sous le numéro MAN 67 792. C’est pourquoi nous avons attribué un numéro “De Baye 1” à “De Baye n” à chacun des individus.

Typométrie des vases

25La série de Baye est composée de vases de formes et de tailles très variées. Seules quatre formes basses (De Baye 1, 6, 15, 18 et 20) sont attestées, l’essentiel se rapportant à des formes hautes type gobelet (figure 4).

N° vase

Hauteur

Diamètre ouverture

Diamètre fond

Diamètre maxi. panse

De Baye 1

10

9,5

6

10,2

De Baye 2

18,8

11,8

8,8

13

De Baye 3

19

14,5

8,8

14,8

De Baye 4

18

11,8

9,2

13,8

De Baye 5

15,4

14,2

7,8

12,8

De Baye 6

13

13,2

8,6

14,2

De Baye 7

21,6

15

8,8

16,2

De Baye 8

14,8

12

6,4

13,4

De Baye 9

14,2

12

9,4

13

De Baye 10

15,8

13

7,8

14

De Baye 11

15,8

10

7,6

12,8

De Baye 12

15,4

14,2

?

15

De Baye 13

12,8

12,2

6

12,6

De Baye 14

12,2

9

6,2

8

De Baye 15

7

6,2

3,6

6,2

De Baye 16

16,8

12,2

8

14,6

De Baye 17

15

11,4

8,4

12,2

De Baye 18

7,6

8,2

6,6

9,4

De Baye 19

10,8

10,4

5,2

10,8

De Baye 20

8,2

11,2

8,4

11,2

De Baye 21

11,8

12,2

7

12,2

De Baye 22

19,2

13,8

11,2

15,2

De Baye 23

25,8

17,4

12,4

21,2

Figure 4 – Dimensions des vases entiers de la collection J. de Baye (mesures en cm).

26La hauteur des vases varie entre 7 et 26 cm, sans qu’il soit possible d’identifier de catégories selon la capacité des récipients (figure 5). Les formes sont d’ailleurs peu nombreuses, déclinées en plusieurs calibres, mais la série ne reflète pas une gamme fonctionnelle étendue.

Figure 5 – Hauteurs et diamètres des ouvertures des vases entiers de la collection J. de Baye.

Typologie des vases

27La série comporte quatre types de vases (figure 6) :

  • type 1 : des vases à col court, à bords éversés ou droits et panse piriforme ;

  • type 2 : des vases à col court, à bords éversés ou droits et panse ovalaire ;

  • type 3 : des vases à col long, à bords éversés et panse piriforme plus ou moins rectiligne ;

  • type 4 : des vases à col long, bords éversés et panse rectiligne ;

  • type 5 : des vases sans col à profil en tonneau.

28Les types 1 et 2 forment l’essentiel de la série. On ne peut pas pour autant qualifier celle-ci d’homogène : les bords sont plus ou moins éversés selon les vases, les fonds plus ou moins débordants. On n’observe d’ailleurs aucune corrélation entre la morphologie du vase et celle des fonds (figure 7), si bien qu’il ressort de la collection de Baye une impression de grande diversité d’exécution.

29On soulignera enfin qu’à l’instar de la majorité des vases du Néolithique récent en Bassin parisien, les surfaces ne sont pas régulières (figure 8), de même que les profils qui sont rarement symétriques.

30Au final, la collection de Baye livre un assemblage céramique somme toute très classique, qui trouve des comparaisons dans l’ensemble des sépultures collectives du Bassin parisien. Aucune caractéristique propre aux hypogées de la Marne ne se dégage de la typologie des vases.

N° vase

Type

N° vase

Type

De Baye 1

1

De Baye 13

1

De Baye 2

2

De Baye 14

4

De Baye 3

3

De Baye 15

5

De Baye 4

1

De Baye 16

1

De Baye 5

3

De Baye 17

2

De Baye 6

2

De Baye 18

2

De Baye 7

1

De Baye 19

5

De Baye 8

1

De Baye 20

2

De Baye 9

2

De Baye 21

5

De Baye 10

1

De Baye 22

1

De Baye 11

1

De Baye 23

2

De Baye 12

5

Figure 6 – Typologie des vases de la collection J. de Baye.

Matériaux, techniques et chaînes opératoires des poteries de la collection de Baye (R. MARTINEAU)

31Les très nombreuses restaurations des poteries de la collection de Baye empêchent les observations sur les tranches, ce qui limite considérablement l’étude du façonnage et des cuissons. Néanmoins, un certain nombre d’observations techniques ont pu être réalisées.

Matières premières et préparation des pâtes

32À l’œil nu, 23 des 29 poteries de la collection de Baye montrent des inclusions de chamotte ; celle-ci constitue le type d’inclusion principal, très souvent associé à des inclusions de silex (annexe 1). L’observation des inclusions est difficile sur les poteries entières. Un examen à la loupe binoculaire serait indispensable pour confirmer ces observations. Dans les six autres cas, la présence de silex comme inclusion principale ne fait pas de doute. Dans deux cas, ces inclusions majoritaires de silex sont associées à de la chamotte, présente en moindre quantité.

33Ainsi, selon les cas, les poteries des hypogées de la Marne contiennent soit de la chamotte, soit du silex, soit les deux associés. Lorsque les deux types de dégraissants sont associés, les proportions de l’un par rapport à l’autre peuvent varier, ce qui entraîne la constitution de deux sous-groupes, fondés sur les quantités respectives de chaque type d’inclusion. Il est probable que ces deux sous-groupes ne constituent que des variations dans les modes de préparation des pâtes. Ce qui est plus significatif, c’est la présence de chamotte ou de silex

Figure 7 – Corrélation des types morphologiques aux types de
fonds des vases de la collection J. de Baye.

Figure 8 – Vases, collection J. de Baye 1, 3, 7, 8, 21 et 23.
[Clichés : P. Magne]

dans toutes les pâtes des poteries des hypogées de la collection de Baye. Dans un cas (De Baye 1, figure 9), le silex est associé à des inclusions majoritaires de fossiles (coquilles ?). Les inclusions fossilifères de cette poterie constituent un cas particulier dans cette collection.

Techniques et chaîne opératoire de façonnage

34Les structures de façonnage sont peu lisibles et rarement observables sur les poteries de la collection, sauf pour de Baye 8 (figure 10), de Baye 9 (figure 11), de Baye 20 (figure 13), de Baye 22 (figure 14), de Baye 24, 25 et 29 (figure 15). Les structures des fonds sont rares et difficilement identifiables, sauf pour de Baye 22 pour lequel une structure, peu visible, montrerait une possible jonction externe du premier colombin (figure 14). La poterie de Baye 9 présente une structure de jonction fond/panse de morphologie concave. Surtout, on observe sur cette poterie l’utilisation du procédé de mise en forme par lissage de la pâte de la panse vers le fond (figure 11). La mise en évidence de ce procédé de façonnage est très intéressante car elle constitue une particularité. Notons d’ailleurs qu’elle correspond à une poterie dont le fond possède un pied. La pâte est déplacée en surface du haut vers le bas, à l’extérieur de la poterie (de Baye 9), de même qu’à l’intérieur des poteries de Baye 11 et 13 (figures 11 et 12).

Figure 9 – Vases 1 à 4, hypogées de la Marne, collection J. de Baye, MAN.
[Dessins : P. Magne et R. Martineau]

Figure 10 – Vases 5 à 8, hypogées de La Marne, collection J. de Baye, MAN.
[Dessins : P. Magne et L. Salanova]

Figure 11 – Vases 9 à 12, hypogées de la Marne, collection J. de Baye, MAN.
[Dessins : P. Magne, R. Martineau et L. Salanova]

Figure 12 – Vases 13 à 16, hypogées de La Marne, collection J. de Baye, MAN.
[Dessins : P. Magne et L. Salanova]

Figure 13 – Vases 17 à 20, hypogées de la Marne, collection J. de Baye, MAN.
[Dessins : P. Magne et R. Martineau]

Figure 14 – Vases 21 à 23, hypogées de la Marne, collection J. de Baye, MAN.
[Dessins : R. Martineau]

Figure 15 – Vases 25 à 29, hypogées de la Marne, collection J. de Baye, MAN.
[Dessins : R. Martineau]

35Les structures de façonnage de la panse de la poterie de Baye 22 correspondent à des jonctions obliques, externes, sur des surfaces convexes (figure 14). Mais il existe surtout des structures concaves et internes, notamment de Baye 8, 20, 24, 25 (Villevenard, le Dolmen-du-Chenail) et 29 (figures 10,13 et 15).

36Les surfaces des poteries des hypogées de la Marne de la collection de Baye ont été lissées à la main mouillée (figure 8), avec une faible quantité d’eau ajoutée ou sur des surfaces assez sèches. Dans de nombreux cas, il apparaît nettement que les cols ont été formés en positionnant le pouce sur la surface externe. Cette observation est parfaitement cohérente avec les gestes nécessaires à la formation des cannelures ou des cols par pression continue et mouvement circulaire. Il semble exister un lien gestuel entre la formation des cannelures et la formation des cols.

37Outre les quelques observations techniques développées ci-dessus, il paraît très difficile d’aller plus loin dans la reconstitution des chaînes opératoires céramiques des poteries de cette collection. Le fait que ces poteries soient entières et très souvent restaurées limite les observations sur les structures de montage. Sur ces poteries complètes, des radiographies aux rayons X permettraient d’identifier des limites de jonction entre éléments associés et d’aider ainsi à la reconstitution du façonnage.

Morphologie et technologie

38Sur les 23 poteries de la collection J. de Baye dont la forme est reconstituable, six ont une ouverture ovale. Le pot de l’hypogée de Chouilly dit Saran-les-Tombeaux (Marne) et celui de Bisseuil (Marne), conservés au musée d’Épernay, ont également des ouvertures ovales. Ces huit ouvertures ovales incitent à penser qu’il ne s’agit pas d’un hasard. Soit les pots ont été directement façonnés de cette façon, soit l’ouverture a été déformée volontairement, par compression latérale du bord, à la fin du montage, lorsque la pâte était encore plastique.

39Ces deux procédés de façonnage ont été testés expérimentalement et ne posent pas plus de problèmes l’un que l’autre. Les déformations de ce type lors du séchage (différentiel par exemple) sont extrêmement improbables, tandis que les déformations à la cuisson ou postérieurement à la cuisson sont tout à fait impossibles dans les cas étudiés ici. De telles déformations au séchage ou à la cuisson n’ont jamais été observées expérimentalement, à moins que les poteries aient subi une très haute température, par incendie par exemple, ce qui n’est pas le cas pour ces poteries. Il est possible qu’il s’agisse d’habitudes techniques particulières de façonnage, entraînant l’obtention d’une ouverture ovale.

40Il n’est pas certain que ce critère morphologique ait été noté systématiquement par les dessinateurs qui ont étudié les poteries des différents sites du Néolithique récent. Il serait certainement très utile d’effectuer ces observations de façon systématique, car il est possible que l’ouverture ovalaire des poteries constitue une caractéristique géographique ou chronologique de certains groupes culturels. Elle semble en tous cas constituer une caractéristique de la céramique du Néolithique récent dans le nord-est de la France.

Modes et atmosphères de cuisson

41L’état de conservation et la restauration des poteries provenant des hypogées de la collection J. de Baye n’a pas toujours permis d’identifier les phases de cuisson. Les tranches sont souvent inobservables parce que les poteries sont entières ou restaurées. Le mode de cuisson a dû alors être déduit à partir de l’observation des surfaces. Dans les cas où la tranche n’était pas visible, les surfaces étaient “claires” ou oxydées, ce qui permet de déduire qu’il s’agit soit d’une phase terminale de cuisson IVa, soit d’une phase V (Martineau, Pétrequin, 2000) (figure 16).

42Ainsi, la moitié des poteries de la collection de Baye (16 individus) est placée dans une catégorie qui regroupe les phases finales de cuisson IVa ou V, sans qu’il soit possible de les distinguer. Ces deux phases sont de toute façon très proches en terme de processus de cuisson. Onze autres poteries correspondent à une phase terminale de cuisson de type IVa, déterminée sans aucun doute. Une seule est de type V. Ainsi, les phases terminales de cuisson des poteries des hypogées de cette collection correspondent à 90,4 % aux phases IVa et V (figure 16). Notons deux cas particuliers avec la présence de deux poteries noires, tout à fait différentes de toutes les autres cuissons. Techniquement, ces pâtes noires peuvent être obtenues de différentes manières : soit par cuisson réductrice, soit par enfumage, soit par imprégnation à cœur de matière organique. Il n’en reste pas moins que ces deux poteries de Baye 24 et 26 constituent des cas particuliers au sein de ce corpus. Étant donné que ces deux individus céramiques sont deux bords, il est tout à fait possible qu’il s’agisse d’imprégnation progressive de carbone dans la pâte au fur et à mesure des utilisations répétées des poteries. Ces phénomènes sont fréquents sur les bords à cause des débordements des aliments bouillis lors des cuissons notamment. Or, la présence de “caramels alimentaires” sur un tiers des poteries permet de penser que beaucoup d’entre elles ont justement servies à cuire des aliments sur le feu.

43Les accidents de cuisson sont assez nombreux. Il s’agit de fissures verticales à partir du bord sur deux poteries (de Baye 9 et 15) et d’une autre (de Baye 3) avec deux trous de réparation de part et d’autre d’une fissure verticale à partir du bord (figures 8, 9,11 et 12). De tels accidents ont été fréquemment obtenus lors de cuissons expérimentales en aire ouverte. Il semble que c’était également le cas au Néolithique récent dans la vallée du Petit Morin. Notons que ce type d’accident est extrêmement rare sur les poteries Horgen de Chalain (jura) (Martineau, 2000).

Discussion concernant la technologie

44La présence de coquilles dans les pâtes céramiques est attestée au Néolithique récent et final. Dans le Bassin parisien, les inclusions de coquilles fossiles sont par exemple attestées dans les poteries du site du Gord, au Néolithique final (Cottiaux, 1995). Cependant, dans l’Est de la France, ce type d’inclusion est présent en moindre quantité au Horgen que dans le groupe de Clairvaux, phases ancienne et moyenne (Martineau, 2000 ; MARTINEAU et alii, 2007).

45Le cas particulier de la poterie de Baye 1 pose évidemment la question récurrente de l’attribution chronologique des objets de cette collection. Néanmoins, la présence d’inclusions fossilifères dans la pâte d’une poterie typologiquement attribuée au Néolithique récent incite à rechercher des comparaisons de ce type d’inclusion dans d’autres contextes du Bassin parisien. Rappelons toutefois qu’il ne s’agit que d’une seule poterie de la collection de Baye. Il est également important de noter le caractère particulier des ouvertures ovalaires de ce corpus. Les observations sur les structures ont été très limitées par les nombreuses restaurations, ce qui empêche de reconstituer les techniques de façonnage. Pour résoudre ce problème, il faudrait développer des analyses radiographiques qui permettraient de donner une image des jonctions d’éléments notamment.

46De manière générale, la collection est techniquement homogène, mais typologiquement hétérogène. Deux types d’inclusions sont présentes, silex et chamotte, et semblent caractéristiques. Cependant il est tout à fait possible que ces deux types d’inclusions cachent en réalité deux périodes différentes, comme nous le pressentons à partir d’une série d’observations réalisées sur des poteries de plusieurs sites du Néolithique récent et final du Bassin parisien. La présence de vases sans col à profil en tonneau pourrait aller dans le même sens.

Figure 16 – Décompte des phases de cuisson.

Les armatures de flèches et les produits laminaires de la collection J. de Baye (C. RENARD)

  • 1 Les dessins publiés par L. Burnez-Lanotte ont été intégrés à cette présentation aux côtés de ceux r (...)

47Malgré le manque d’informations relatives au contexte de découverte du mobilier (position dans la sépulture mais surtout localisation géographique de la sépulture), l’étude de la série de Baye présente un intérêt majeur, car elle regroupe un très grand nombre de pièces, provenant de sites de même nature et localisés dans un petit secteur géographique (moins de 5 km autour de Villevenard, figure 1). Ce matériel a été étudié et dessiné en partie dans la thèse de L. Burnez-Lanotte (BurnezLanotte, 1987), mais l’industrie lithique n’y a pas fait l’objet d’une étude exhaustive1. Un second travail sur cette même collection a été mené par A. Polloni et M. Sohn au sein du PCR, sous la forme d’un inventaire.

  • 2 Je tiens à remercier A. Samzun pour la description des lames, ainsi que P. Allard pour avoir relu e (...)

48Devant l’ampleur du corpus (plus de 2 200 artefacts lithiques dont 1800 produits retouchés provenant d’hypogées et de ramassages), nous avons choisi d’étudier en priorité les armatures de flèches et les lames découvertes en fouille2. Plusieurs raisons expliquent ce choix. Six cents lames inédites ont été retrouvées récemment par E. Ihuel au sein des réserves du MAN, justifiant ainsi une étude globale de tous les produits laminaires. Une étude synthétique a déjà mis en évidence les principaux traits typologiques et technologiques de la série, mais elle est restée inédite et sans illustration (Langry-françois, 2004b). Quant aux armatures de flèches, plusieurs études ont montré que certaines formes étaient typiques d’une zone ou d’une culture (Cordier et alii, 1972 ; Durand, 1999 ; Honegger, 2001). Cette particularité ne s’applique pas aux autres outils de la fin du Néolithique dans le bassin de la Seine. Leur nombre élevé au sein de la collection (plus de 1100) permettra donc de connaître la variabilité de cet outil dans ce secteur de la Marne, pour la fin du Néolithique.

49Cette étude vise donc à compléter les différents travaux et surtout à confronter les résultats à ceux de travaux récents sur les bassins de la Seine et de la Marne. Concernant les armatures, des données plus précises sur la nature des matières premières, le schéma de fabrication ainsi que le gabarit et le support autorisent des comparaisons à l’échelle du bassin de la Seine (Renard, 2004) et avec la totalité du mobilier lithique des hypogées de la Marne (Langry-François, 2004a). Quant aux lames, on donnera des informations sur la technique de taille, mais aussi sur l’origine de la matière première employée et le gabarit des produits. Au final, les résultats doivent conforter ou non l’existence du “groupe Champagne” déterminé en 2004 (Augereau et alii, 2007).

Les matières premières

50Parmi les matières premières rencontrées, c’est le silex secondaire crétacé qui domine largement. Différentes variétés sont distinguées : le Crétacé supérieur (Campanien) blond translucide (patinant en blanc bleuté, à grain fin à très fin), un autre gris clair ou brun clair translucide à zones grenues gris clair (patinant en blanc, à grain fin) et le Crétacé de couleur jaune et beige miel (opaque, grain assez fin) dont un gîte a été localisé près de Vertus (Allard, 2003). Il semble que toutes ces matières soient locales ou régionales (le gîte de Vertus est situé à 20 km environ). Des affleurements primaires de silex crétacé à zones grenues sont en effet présents dans plusieurs secteurs de la Marne (Allard et alii, à paraître). De même, le silex blond sénonien (Campanien) est disponible dans les Marais-de-Saint-Gond à proximité des hypogées. On trouve aussi plus rarement des silex secondaires exogènes : un Crétacé Sénonien (Coniacien) de couleur brun noir (translucide, à grain et cortex fin) peut-être issu des formations qui longent la Vanne, un affluent de l’Yonne (Allard, 2005) et un Crétacé Turonien gris noir (opaque, grain fin et zones grenues grises), provenant des environs de Rethel (Ardennes : Allard et alii, 2005). Enfin, quelques pièces sont en Crétacé Turonien de la région du Grand-Pressigny.

51En outre, plusieurs types de Tertiaire ont été rencontrés. Parmi eux, on trouve le Tertiaire marron à beige translucide ou opaque avec des zonations en forme de rubans contenant parfois des oogones de charophytes et d’autres fossiles en quantité variable (patinant en beige rosé, à grain plus ou moins fin). Le second est proche du précédent, mais le grain est un peu moins fin, les zonations sont absentes et il est généralement assez opaque. Enfin, plusieurs pièces sont réalisées dans un Tertiaire de couleur brune (proche d’un caramel foncé), à grain assez fin, plutôt opaque avec parfois des inclusions. Le silex tertiaire du corpus pourrait provenir de formations situées sur les plateaux du Tardenois où affleurent les niveaux du Ludien (Bartonien supérieur). Un centre d’extraction serait ainsi situé à Lhéry (Marne) (Bostyn, 2003). À environ 20 km à vol d’oiseau des hypogées, ce même silex a aussi été repéré à Condé-en-Brie (Allard et alii, 2005). Les différences macroscopiques observées pourraient correspondre à deux origines différentes : “dans la région de Jablines (Seine-et-Marne), le silex de couleur brun foncé a un grain plus grenu que celui de la région de Lhéry (Marne) qui non seulement a un grain plus fin, mais présente aussi un aspect zoné” (Bostyn, 2003). Dans notre étude, les gîtes les plus proches (Condé-en-Brie) sont considérés comme les plus probables.

Les armatures de flèches

52Les armatures sont conservées dans plusieurs vitrines d’une même salle. Cependant, seuls 5 % des pièces portent un numéro d’inventaire. Celui-ci renvoie à des communes, parfois à un lieu-dit, très rarement à un hypogée précis. Quelquefois, plusieurs numéros se rapportent à une même commune, sans que l’on sache pourquoi des numéros différents ont été utilisés.

53Les numéros notés sur quelques-unes des pièces renvoient à 24 occupations connues, réparties sur sept communes (annexe 2). Ces sept communes se trouvent dans la vallée du Petit Morin, affluent de la Marne, et plus précisément à proximité des Marais-de-Saint-Gond (figure 1). Seul Oyes est situé sur la rive gauche du Petit Morin. Ce secteur fait partie de la Champagne dite “Crayeuse” ou “Sèche”, à cause de son substrat friable et très perméable dans lequel ont été creusés les hypogées.

Typologie des armatures

54La domination des armatures trapézoïdales est nette dans ce lot (figure 17). Cependant, la surreprésentation de ce type par rapport aux autres est assez courante en contexte sépulcral. D’après notre inventaire, cette classe d’armatures domine dans 66 % des cas dans la vallée de la Seine et de la Somme, au Néolithique récent et final. Cette affirmation est aussi valable si l’on élargit le cadre géographique au nord-ouest de l’Allemagne et aux Pays-Bas (Sohn, 2006a). En revanche, au sud de cette zone, les perçantes dominent dans les contextes sépulcraux (trapézoïdales et triangulaires au centre de l’Allemagne, losangiques et foliacées dans les Causses et en région Provence-Alpes-Côte d’Azur).

55Le classement des armatures par famille, classe et type est fondé en partie sur la forme générale des armatures. La dichotomie entre armatures tranchantes et perçantes est flagrante lorsque l’on observe les dimensions des pièces entières. Les figures 18 et 19, réalisées sur la base des 568 armatures entières de la série (33 perçantes, 535 tranchantes), montrent qu’à deux exceptions près, celles dont la longueur est supérieure à 40 mm sont toujours perçantes et que la moitié d’entre elles sont plus lourdes que les tranchantes. Ce résultat est lié en grande partie au support initial : la lame pour les armatures tranchantes et l’éclat probablement pour une majorité de perçantes. Cependant, il renforce la distinction entre ces deux familles, dont la forme de la partie active, la pénétration et le module (longueur et poids surtout) sont différents. D’après les deux figures, il semble que ces deux familles soient complémentaires : les contraintes liées aux deux supports permettent d’avoir une gamme de longueur et de poids quasiment deux fois plus large, permettant d’adapter le projectile en fonction de paramètres extérieurs.

Parmi les quinze armatures à pédoncule et ailerons, sept sont à ailerons naissants. Leur pédoncule étant assez large par rapport à l’ensemble de la pièce, les ailerons sont de ce fait peu marqués. La retouche varie d’une pièce à l’autre : certaines pièces possèdent une retouche courte, subparallèle et bifaciale (67 736-1, 67 638-14, figure 23) ; ailleurs, elle est envahissante à couvrante, parallèle, bifaciale et régulière (67 638-6, figure 23). Cette dernière pièce, manifestement terminée, permet de confirmer l’existence de ce type : les armatures à pédoncule et ailerons naissants ne sont pas des ébauches d’armatures à ailerons dégagés ou récurrents.

Figure 17 – Les différentes classes d’armatures.

Figure 18 – Largeur des armatures entières en fonction de leur longueur et de leur famille.

Figure 19 – Longueur des armatures entières en fonction de leur poids et de leur famille.

56La catégorie des armatures à ailerons dégagés regroupe des pièces dont les ailerons sont bien individualisés par rapport au pédoncule qui est étroit, mais il n’y a pas d’encoche formant une cavité à la base des ailerons. Les deux exemplaires (67 714-1, figure 22 ; 67 638-7, figure 23) possèdent une retouche assez semblable (bifaciale, couvrante, subparallèle). Seules leurs dimensions varient nettement, de 10 mm environ (longueur entre 33 et 42 mm, largeur entre 17 et 26 mm), sans que l’on puisse trouver une raison à cet écart. Les deux pièces semblent terminées, ce ne sont apparemment pas des reprises d’armatures d’un autre type.

57Quant aux armatures à pédoncule et ailerons récurrents, elles sont très peu nombreuses au sein de la collection. On note que sur les six pièces appartenant à ce type, toutes ne possèdent pas de profondes encoches qui permettent d’individualiser clairement les ailerons (67 744-1, figure 21).

58Avec 39 pièces, les armatures losangiques sont la classe la plus fréquemment représentée après les armatures trapézoïdales. Il est très délicat de distinguer le pédoncule de la partie active sur ces pièces, puisqu’ils ont la même forme : l’hypothèse retenue est que la partie plus large, plus épaisse et donc plus robuste est celle qui est emmanchée, tandis que l’extrémité acérée et fine est la partie active. Les dimensions varient d’une armature à l’autre, entre 39 et 67 mm de long pour 15 à 28 mm de large. Cette forte variation de longueur est visible surtout au sein des losangiques, beaucoup moins parmi les armatures à pédoncule et ailerons. Toutes ces pièces ne sont pas des losanges à proprement parler puisque les quatre bords ne sont pas toujours de même longueur : la partie la plus large n’est pas forcément située à égale distance des deux extrémités. Quelques-unes se rapprochent morphologiquement des armatures foliacées, lorsque les angles sont très obtus. Environ trois armatures sur quatre ne possèdent pas d’ergot (par exemple 67 729-1,-2, -3, -4, -6,67 636-1,-2, figure 21 ; 67 636-3, -4, -5, figure 22). Dans un cas sur deux, la retouche est couvrante, parfois uniquement sur la face supérieure : elle vise alors à faire disparaître les nervures des enlèvements précédents et à diminuer l’épaisseur de la pièce. Lorsque la face supérieure n’est pas entièrement retouchée, celle-ci présente rarement des arêtes saillantes : au contraire, elle est plane et c’est probablement pourquoi il n’a pas semblé nécessaire de réaliser une retouche couvrante. La retouche finale se fait le plus souvent à la pression, d’après les enlèvements rasants, subparallèles et couvrants. Ces négatifs réguliers, étroits, parallèles ainsi que l’alignement des bords dénotent un investissement important. L’absence d’ébauche et la retouche couvrante des armatures ne permettent pas de distinguer facilement le support d’origine. Sur les exemplaires où la retouche de la face supérieure n’est pas couvrante, il n’y a pas d’arête parallèle à l’un des bords ou orientée dans le sens longitudinal indiquant que le support est une lame. Celles dont l’épaisseur reste élevée (jusqu’à 8-9 mm) en dépit d’une retouche couvrante sont très probablement réalisées sur éclat.

59Avec trois pièces, la classe des armatures triangulaires est la moins pourvue des cinq classes présentes au sein du corpus. Elles ont toutes été identifiées comme des armatures triangulaires à base rectiligne, mais elles sont en fait bien différentes les unes des autres tant au niveau de la retouche, des dimensions que de la morphologie générale (67 635-1, 67529-2, 67 771-3, figure 23).

60Les armatures foliacées quant à elles ne représentent qu’une part minime au sein de la collection (moins de 1 %). La moitié d’entre elles possèdent une base pointue, souvent plus épaisse et moins acérée que l’extrémité servant de tête de flèche. Les deux côtés sont régulièrement convexes et la partie médiane de la pièce est la plus large. Pour deux de ces quatre pièces (67 636-20, 67 636-21, figure 22) la retouche est remarquable : étroite, parallèle, couvrante (ou envahissante sur la face inférieure) avec des bords dont le fil est très régulier. Leur support est assez fin (6 à 8 mm). Sur ces deux pièces, l’investissement technique est élevé.

61Enfin, au sein de la classe largement dominante des armatures trapézoïdales, le type à bords divergents est le plus fréquent (figures 22 et 23). De ces 900 armatures environ, l’impression qui se dégage est celle d’une production “à la chaîne”, stéréotypée. Ainsi, certains exemplaires dont les zonations, l’aspect et la position des plages corticales sont identiques proviennent probablement des mêmes nucléus. D’autre part, la majorité des pièces possèdent le même type de retouche (figure 20).

Retouche du bord gauche

Retouche du bord droit

Directe

Inverse

Croisée

Directe

388

5

18

Inverse

7

2

1

Croisée

18

1

9

Figure 20 – Décompte des différentes positions de la retouche, pour les armatures trapézoïdales à bords divergents entières.

Figure 21 – Collection J. de Baye. 67 744. Coizard, le Champ-Machault ; 67 729. Grotte de Courjeonnet ; 67 636. Coizard ou Courjeonnet, la Pierre-Michelot. [Dessins : L. Burnez-Lanotte]

Figure 22 – Collection J. de Baye. 67 636. Coizard ou Courjeonnet, la Pierre-Michelot ; 67 714. Courjeonnet; 67 766. Oyes ; 67 727. Grotte d’Oyes. [Dessins : L. Burnez-Lanotte]

Figure 23 – Collection J. de Baye. 67 736. Oyes, la Butte-du-Moulin ; 67 737. Oyes ; 67 635. Coizard ; 67 638. Coizard ou Oyes ; 67 751. Villevenard, les Ronces ; 67 529. Baye ou Voizy ; 67618, 67622, 67 623, 67 624. Villevenard, la Pierre-Michelot ; 67 771. Joches.
[Dessins : L. Burnez-Lanotte, sauf 67 529, 67 618, 67 622, 67 623, 67 624, 67 771 : C. Renard]

62Plus de 85 % des armatures trapézoïdales à bords divergents et entières présentent une retouche directe abrupte sur les deux bords. Au total, ces pièces représentent plus du tiers de la série (sans même prendre en compte les exemplaires comparables mais cassés). Si la retouche directe est manifestement la “norme”, toutes les combinaisons sont possibles, sans que l’on puisse déterminer pourquoi la position de la retouche est différente sur tel ou tel exemplaire. Dans le cas où un des deux bords est plus épais (à cause de la proximité du bulbe), une retouche inverse permet de diminuer cette épaisseur. Ce cas est parfois attesté, mais il n’est pas systématique.

63Les armatures trapézoïdales à bords divergents se divisent en deux sous-types : celles à bords rectilignes et celles à bords concaves (67 727-13 et -14, figure 22 ; 67 751-16 et -21, figure 23). On dénombre dix de ce dernier sous-type dans la collection. Généralement, elles sont découvertes au sein d’habitats ou de sépultures dans lesquelles tout le matériel diagnostique se rapporte à du Néolithique récent (Vignely, la Porte-aux-Bergers en Seine-et-Marne et Montivilliers, Grand-Épaville en Seine-Maritime) ou bien au sein de sépultures collectives à utilisation longue contenant du matériel du Néolithique récent et final (Lesches, Montigny-Esbly, Marolles-sur-Seine, les Gours-aux-Lions 2 en Seine-et-Marne, le Mesnil-sur-Oger, les Mournouards 3 (ou Hypogée 2), Marne, Argenteuil, le Désert, Val-d’Oise, Malesherbes, Mailleton, Loiret).

64Les armatures trapézoïdales à bords quasiment sécants possèdent deux côtés qui tendent à se rejoindre : la base est alors quasiment inexistante (67 727-1, 67 727-24 et -25, figure 22 ; 67 618-7, 67 622-104 et -106, figure 23). Ces armatures, proches de la forme triangulaire, possèdent cependant les caractéristiques des armatures trapézoïdales : une retouche abrupte, un module comparable et le même support (l’arête parallèle au tranchant et à la base, très souvent présente, est celle de la lame initiale). Quant aux armatures trapézoïdales à bords quasiment parallèles, elles sont minoritaires ici (67766-37, figure 22 ; 67 622-107, 67 623-92 et 67 624-91, figure 23). Leurs angles entre les bases et les côtés sont proches de 90°. Les variations de la retouche sur ces deux types sont comparables à celles des armatures à bords divergents. Une attention particulière a été portée à la présence éventuelle d’armatures de type Sublaines. Aucune pièce ne semble appartenir à ce type, fréquent au sein des sépultures de la région Centre.

65Le module des armatures trapézoïdales a déjà été évoqué par l’intermédiaire de la figure 18. Leur longueur est généralement comprise entre 18 et 34 mm pour 11 à 20 mm de large. Les armatures sont préférentiellement plus longues que larges (avec un rapport moyen entre longueur et largeur d’environ 1,7). Aux extrémités du graphique, il existe bien sûr des armatures dont le module est atypique, mais pas incompatible avec la fonction de l’outil. D’après Junkmanns, la hampe est la partie la plus lourde d’une flèche. Son poids total est compris entre 20 et 40 g (Junkmanns, 2001). Le fait que le projectile ne pèse que quelques grammes ne provoque donc pas de déséquilibre. D’autre part, la présence de colle pour fixer l’armature à la hampe permet aussi de la protéger et de ne laisser visible que la partie active. Dans ces conditions il semble possible d’utiliser toutes sortes de module d’armature. Malgré la protection que semble apporter la colle, la zone la plus fréquemment cassée est la base, puis le tranchant et enfin les bords. Les cassures de la base sont probablement liées aux forces qui s’opposent au moment de la pénétration et de l’arrêt de la flèche dans la proie (Fischer, 1990).

66Six armatures trapézoïdales à bords divergents ont été fabriquées à partir d’éclats ou de lames de haches polies : trois sont en Tertiaire, deux en Crétacé sénonien, une est patinée. Il ne s’agit pas d’un cas unique, puisqu’il a déjà été observé à Bazoches-sur-Vesle (Aisne) et que, par ailleurs, la collection de Baye comporte un grand nombre de haches polies (environ 150) dans des matériaux variés.

67Ces trois types de trapézoïdale sont réalisés le plus souvent à partir d’une lame. Plusieurs indices permettent de le déterminer : le tranchant et la base sont bruts et parallèles, les arêtes de la face supérieure sont parallèles entre elles ainsi qu’à la base et au tranchant. Les lames sont le plus souvent fracturées par flexion directe : parfois, des parties de face de fracture sont encore visibles. Sur certaines armatures trapézoïdales à bords quasiment sécants, c’est la partie distale de la lame ou de l’éclat laminaire qui est utilisée : un seul des bords est retouché (celui créé lors de la cassure par flexion), l’autre est laissé brut. La forme générale de l’armature est alors triangulaire. De manière générale, toutes les parties du support sont utilisées, sauf l’extrémité proximale (aucun talon n’a été observé). Le tiers proximal de la pièce peut être transformé si le bulbe n’est pas trop proéminent.

68Comme on l’a vu, la catégorie des “trapézoïdales” recouvre des formes variées, allant du rectangle au triangle. Ces deux dernières formes résultent selon nous non pas d’un choix délibéré, mais d’une simple adaptation au support. De ce fait, les trois types seraient contemporains, à la différence des types d’armatures à pédoncule et ailerons, pour lesquels la finesse des ailerons et du pédoncule aurait une valeur chronologique (Ihuel, Pelegrin, 2005).

Matière première et classe d’armatures

69Dans la majorité des cas, le silex a été déterminé, sauf dans 9 % des cas, en raison de la patine (figure 24). Seules quatre pièces sont brûlées, mais la nature du silex a été déterminée.

70Les armatures de flèches sont majoritairement en silex secondaire, rarement en Tertiaire. Sept variétés de silex secondaire ont été déterminées. Parmi elles, les plus fréquentes sont le Crétacé Sénonien (Campanien) blond translucide ou gris clair à zones grenues gris clair et le Crétacé de Vertus. On trouve aussi plus rarement des silex secondaires exogènes : le Crétacé Sénonien de l’Aube et le Turonien de Rethel. Enfin, deux pièces sont en Crétacé Turonien de la région du Grand-Pressigny. Trois types de Tertiaire ont été distingués : le plus courant est celui aux zonations en forme de rubans au détriment de celui sans zonation.

71Les matières les plus fréquentes sont locales ou situées à moins de 20 km. Outre le silex du Grand-Pressigny, localisé à au moins 300 km, les hypogées sont distantes de 100 km environ des gîtes de Rethel et quasiment la même distance séparent les hypogées des formations coniaciennes de l’Aube.

72La figure 25 indique que les matériaux sont variés, pour toutes les classes d’armatures. Même lorsque le nombre de pièces est faible, au moins deux silex différents sont présents (comme pour les losangiques, les foliacées). Le matériau dominant dans chaque classe est toujours l’un des plus fréquents au sein de l’ensemble de la série : soit le sénonien blond soit celui à zones grenues. Mais l’écart entre le corpus de chaque classe est trop différent pour que l’on puisse avancer d’autres conclusions pertinentes.

73La figure 26 montre plus clairement que proportionnellement, les armatures perçantes sont réalisées dans des silex plus variés que les tranchantes. La fréquence des trois silex dominants varie significativement d’une famille à l’autre : alors que le silex Sénonien blond domine parmi les tranchantes, il ne représente que 20 % des perçantes. Au détriment de celui-ci, les autres silex sont plus fréquents, notamment le Tertiaire. L’écart entre le nombre d’exemplaires des deux familles demeure élevé (il y a environ 17 fois plus de tranchantes que de perçantes).

Figure 26 – Matières premières des armatures en fonction de leur famille.

Figure 24 – Les matières premières des armatures de la collection J. de Baye.

Figure 25 – Les matières premières selon les classes d’armatures de la collection J. de Baye.

Conclusion sur les armatures

74Les types d’armatures déposés dans les sépultures de la Marne ne diffèrent pas de ceux découverts ailleurs dans les bassins de la Seine et de la Somme : il n’existe pas de type particulier attaché à ce secteur. Si la typologie effectuée en 2004 paraît pertinente (Renard, 2004), certaines pièces de la série sont problématiques car situées à mi-chemin entre deux types : c’est le cas des foliacées à base appointée, parfois très proches des losangiques sans ergot. Comme on l’a vu, les trois pièces triangulaires sont aussi douteuses puisque malgré des différences de module et de retouches, elles appartiennent théoriquement au même type. La présence d’ébauche et de pièces plus anciennes se pose aussi avec certaines foliacées à base convexe ou concave. Mais, au total, seule une dizaine de pièces sur plus de 1100 sont concernées par ces questions.

75Cette étude a permis en outre de mettre en évidence les différences et la complémentarité entre armatures perçantes et tranchantes. Le fait que ces dernières soient produites en très grand nombre était déjà connu, mais cette série permet d’affirmer que plusieurs armatures peuvent être réalisées successivement à partir de supports issus d’un même nucléus. D’autre part, il semble que les trois types de trapézoïdales définis soient contemporains et ne résultent que d’une adaptation au support.

76D’après nos connaissances, une large majorité des armatures de la série se rapporte au Néolithique récent : la présence de trapézoïdales à bords divergents concaves et de losangiques à ergots va dans ce sens. Quant aux armatures trapézoïdales à bords divergents, présentes durant toute la fin du Néolithique, elles nous semblent plus fréquentes au Néolithique récent. Cependant, la présence d’un élément en silex Turonien supérieur de la région du Grand-Pressigny et les armatures à pédoncule et ailerons dégagés ou récurrents indiquent que les sépultures ont été fréquentées au début du Néolithique final. Cette hypothèse se fonde sur la présence de huit pièces sur 1124. Cette fréquentation apparaît alors être très ponctuelle. Cependant on sait que les modes de dépôt changent durant le Néolithique final : le nombre d’armatures diminue alors fortement dans les tombes, elles ne sont plus laissées par lots, ni dans les espaces réservés comme auparavant (Sohn, 2006a). Cette évolution nous incite à être prudents sur nos hypothèses concernant l’importance de la réutilisation de la sépulture.

77Le matériel des autres hypogées de la Marne, étudiés par F. Langry-François, se rapporte sensiblement aux mêmes époques (Néolithique récent surtout et ponctuellement Néolithique final). Des comparaisons sont donc possibles avec ce corpus. Elles révèlent que le matériel de la collection J. de Baye s’intégre parfaitement à l’ensemble formé par les sépultures des Dimaines à Avize, l’Ilet à Châlons-en-Champagne, les Mournouards 3 au Mesnil-sur-Oger, le Gros-Chêne à Oyes, Mont-Aimé 1 et 2 au Val-des-Marais. Sur ces sites, les pièces tranchantes dominent largement les perçantes, avec un rapport encore plus grand qu’au sein de notre corpus (340 pour 8). Les perçantes, bien que peu nombreuses, sont de type varié (foliacées, losangiques, à pédoncule et ailerons naissants, dégagés et récurrents). Les tranchantes présentent aussi des similitudes au niveau de la retouche : “les retouches opérées sont très standardisées : il s’agit à 96 % de retouches directes bilatérales abruptes, de délinéation rectiligne” (Langry-François, 2004a). Concernant le module, les données sont aussi comparables (7 à 46 mm de long, 7 à 29 mm de large dans les hypogées de la Marne, 13 à 44 mm de long et 8 à 24 mm de large dans la vallée du Petit Morin). L’absence d’armatures de type Sublaines est aussi notée. Les points communs sont donc nombreux, mais il existe une différence notable : le silex tertiaire est absent des collections lithiques des autres hypogées de la Marne, dont deux sont pourtant situées à proximité : Oyes et Val-des-Marais. Le fait qu’Oyes soit sur la rive opposée est-il une raison suffisante ? Cela paraît peu probable. Quant à Val-des-Marais, situé sur la même rive que les autres hypogées, aucune explication d’ordre “géographique” ne peut être évoquée. L’utilisation d’un silex différent dans ce secteur de la Marne n’est pas un choix anodin, mais il est assez marginal concernant les armatures : le silex tertiaire ne représente que 3 % du corpus. En revanche, il est beaucoup plus prononcé parmi les lames, étudiées dans la partie suivante.

78La plus grande variété de silex parmi les perçantes est un autre résultat qui mérite d’être replacé dans le contexte chronologique. L’apparition des types évolués d’armature à pédoncule et ailerons s’accompagne en effet d’une évolution dans les dépôts de mobilier, tout d’abord au niveau de leur nature, du nombre d’objets déposés mais encore du lieu de dépôt au sein de la sépulture (Sohn, 2006a). On suppose alors que parallèlement à ces changements, la circulation entre groupes est aussi plus intense et se traduit par cette diversification des matières. Cette variabilité du silex parmi les perçantes mériterait de faire l’objet d’une étude plus précise à partir des autres hypogées de Champagne, afin d’être confirmée.

79En dépit de ces deux traits particuliers à la vallée du Petit Morin, les armatures déposées dans l’ensemble des sépultures de la Marne sont comparables, tant au niveau des types présents que de leur fréquence. Peut-on alors confirmer l’existence du groupe Champagne uniquement à partir des armatures de flèches ? Rien ne permet de l’affirmer : s’il existe une indéniable homogénéité parmi les sépultures de la Marne, on ne perçoit actuellement pas de différence notable avec les autres sépultures de la moitié inférieure du bassin de la Seine : pas de type particulier, pas de type plus fréquent ou de type absent uniquement dans cette zone. Quant à la présence de silex tertiaire, il s’agit selon nous plus d’une particularité à l’échelle du groupe lui-même. La suite de l’étude permet d’apporter des données nouvelles sur ce point.

Les lames

80Une partie des pièces étudiées (600 exactement) provient des réserves du musée d’Archéologie nationale, plus précisément d’un tiroir portant les indications “hypogées de la Marne fouillés par le baron J. de Baye”. Il n’y a aucune précision toponymique, mais la distance entre les hypogées n’excède jamais 6 km. Ces pièces ont été rassemblées probablement car elles présentaient des caractéristiques comparables : sauf exception, il s’agit en effet de lames brutes. Cependant, toutes n’en sont pas au sens strict du terme : environ 3,5 % sont des éclats ou des éclats laminaires (longueur inférieure à deux fois leur largeur, enlèvements antérieurs et bords non parallèles).

81Parallèlement à ce lot de 600 pièces, on a étudié 26 lames exposées dans la salle “de Baye” du musée et portant un numéro d’inventaire (68 801). En face de ce numéro, on peut lire dans le registre du musée : “Collection J. de Baye, complément à l’inventaire, grottes du Petit Morin”.

82On part donc de l’hypothèse que toutes ces lames (celles retrouvées et celles exposées) forment un tout cohérent, puisqu’elles proviennent d’hypogées situés sur un territoire restreint, utilisés durant un laps de temps plus ou moins long, mais situé entre la fin du IVe millénaire et le milieu du IIIe millénaire av. J.-C.

83L’objectif de cette étude est de présenter une synthèse sur la production laminaire (matières premières, techniques de taille et caractéristiques des produits) découverte en contexte sépulcral, dans la vallée du Petit Morin. Les éclats sont exclus de l’étude : le lot de lames étudiées ici se compose donc de 605 pièces (600 retrouvées, moins les 21 éclats, plus les 26 lames exposées).

Matière première et état de conservation

84Parmi les différentes matières premières rencontrées (figure 27), certaines sont déjà présentes sous forme d’armatures de flèche. Parmi elles, les deux silex du Crétacé supérieur (Campanien). Une troisième matière est largement représentée ici : le silex tertiaire. Le silex crétacé turonien supérieur de la région du Grand-Pressigny est représenté par plusieurs lames exposées (moins d’une dizaine de pièces), décrites ci-après par E. Ihuel (cf. “Les poignards en silex”, p. 349).

85De manière plus anecdotique, on note aussi la présence d’une pièce en chaille, d’une autre en Crétacé (couleur jaune et beige miel, opaque, grain assez fin) dont un gîte a été localisé près de Vertus (communication orale, P. Allard). Une dernière pièce partiellement patinée est peut-être en Crétacé, mais différent de celui déjà rencontré (blond, assez opaque, à grain fin avec un ruban opaque couleur miel, patinant en beige). La matière d’une partie des pièces n’a pu être déterminée à cause de la patine.

86Concernant l’origine de ces matières premières, il semble qu’elles soient toutes locales (voir supra “Les matières premières”, p. 328). Seul le silex du Grand-Pressigny est d’origine extrarégionale.

Présentation générale

87L’aspect extérieur des lames est satisfaisant : les arêtes sont vives, seules trois pièces possèdent des traces orangées de rouille et sept des cupules thermiques.

88Le corpus se partage entre pièces transformées, outils clairement identifiés ou avec de possibles retouches d’utilisation, et non transformées, pièces techniques et pièces brutes (figure 28).

Figure 27 – Les matières premières des lames de la collection J. de Baye.

Figure 28 – Présentation générale des lames étudiées.

89Au sein de ce lot plusieurs techniques de taille sont employées : percussion directe à la pierre dure, percussion directe organique et percussion indirecte. La percussion directe à la pierre tendre est probable sur un nombre limité de pièces. La détermination des différentes techniques s’appuie sur les résultats expérimentaux de la taille du silex (Pelegrin, 2000 et 2006).

90Le nombre élevé de pièces permet de donner des résultats assez fiables concernant les techniques de percussion : seuls les stigmates les plus fréquents et admis de tous sont retenus (annexe 3). Les pièces dont la technique est dite “indéterminée” possèdent des stigmates moins courants ou peu prononcés : éviter de faire un choix pour ces pièces problématiques limite ainsi les erreurs et les biais. Les stigmates de la percussion directe à la pierre tendre nous semblent les plus difficiles à reconnaître : il est possible que cette technique soit sous-estimée ici.

91Précisons à nouveau que ce corpus est issu de plusieurs sépultures collectives : à ce titre, les pièces sont examinées au cas par cas, indépendamment les unes des autres. Les lames sont ici les produits de plusieurs débitages menés sur un nombre inconnu de nucléus. Nous ne sommes pas dans le cas d’un habitat avec des produits des différentes étapes de la chaîne opératoire et une technique dominante au moment du plein débitage. Ici, les pièces ont probablement été fabriquées et déposées pendant toute la durée d’utilisation des sépultures, durée difficile à estimer. D’après la céramique, les outils en os et la parure, les sépultures ont été fréquentées majoritairement durant le Néolithique récent.

92La figure 29 donne un aperçu global des différentes techniques employées. La présence de quatre des cinq techniques connues semble illustrer les précisions développées plus haut : au vu de la quantité de pièces, le corpus est probablement composé de produits variés pour lesquels différentes techniques ont été employées, notamment la percussion indirecte qui domine nettement.

93La dimension des produits est très variable (figure 30) : entre la lamelle et la grande lame large, tous les stades sont représentés. Un grand nombre de pièces possèdent des dimensions comprises entre 15 et 25 mm de large pour 50 à 80 mm de long. Au-delà de ces dimensions, on trouve des produits de longueurs comparables mais plus étroits et des produits plus longs, assez nombreux jusqu’à 130 mm. Six lames mesurent ou dépassent les 150 mm de long.

94Les caractéristiques des pièces techniques et brutes sont présentées de manière globale. Quant aux 50 pièces transformées retrouvées parmi les lames, elles ont été exclues de l’étude, car elles ont été classées dans ce lot de lames par erreur et elles mériteraient une étude à part en prenant en compte l’ensemble des pièces retouchées de la collection, soit 300 pièces environ.

95Les pièces techniques présentes au sein de ce corpus se composent de lames à crête et sous-crête (n° 466, figure 32 ; n° 68801-13, figure 35 ; n° 38, figure 36). L’enlèvement d’une lame à crête est un moment clef de la chaîne opératoire durant lequel tout accident doit être évité : la technique employée est donc essentielle. Pour deux des trois lames à crête identifiées, la percussion directe organique a été préférée (n° 38, figure 36). L’une d’elles possède une petite surface corticale (recouvrant moins d’un quart de la surface supérieure). La seule pièce entière mesure 75 mm sur 18. L’épaisseur des trois pièces est comprise entre 6 et 10 mm.

Figure 29 – Techniques de taille employées pour débiter les lames.

Figure 30 – Largeur des lames entières en fonction de leur longueur.

Figure 31 – Produits Laminaires, collection J. de Baye, MAN.
[Dessins : F. Langry-François, encrage : C. Renard]

Figure 32 – Produits laminaires, collection J. de Baye, MAN.
466. Lame sous crête ; 459. Grattoir ; 462. Troncature sur lame. [Dessins : C. Renard]

Figure 33 – Produits laminaires, collection J. de Baye, MAN. [Dessins : C. Renard]

Figure 34 – Produits Laminaires, collection J. de Baye, MAN. 550. Faucille sur troncature. [Dessins : C. Renard]

Figure 35 – Produits laminaires, collection J. de Baye, MAN.
68801-13. Néo-crête, débitée à la percussion directe organique. 68801-1. Grattoir distal. [Dessins : C. Renard]

Figure 36 – Produits Laminaires, collection J. de Baye, MAN. 180. Retouche d’utilisation ; 38. Lame à crête, percussion directe organique ; 307. Faucille sur troncature ; 588. Coche. [Dessins : C. Renard]

96524 pièces appartiennent à la catégorie des pièces brutes dont la majorité (plus de 60 %) ne possède pas de cortex. Environ 30 % ont une zone corticale inférieure ou égale à un quart de la face supérieure (le cortex recouvre rarement plus de la moitié des lames).

97Plus de 86 % des lames indiquent que le débitage est unipolaire. Dans 7 % des cas, un ou deux enlèvements ont été débités perpendiculairement à cet axe, probablement pour faciliter le débitage. L’existence de deux plans de frappe opposés est possible mais anecdotique (3 % de supports). Environ trois quarts des pièces brutes possèdent deux ou trois négatifs d’enlèvements réguliers unipolaires.

98Environ 40 % des pièces possèdent une fracture. Or, d’après les données issues des armatures, une partie des trapézoïdales est réalisée sur des supports laminaires. On peut à présent tester cette hypothèse : dans la figure 37, l’épaisseur et la longueur des armatures sont comparées à l’épaisseur et à la largeur des lames (pour plus de précision, l’épaisseur a été mesurée au niveau de la fracture et non au milieu de la pièce). 184 lames fracturées et 629 armatures trapézoïdales ont été mesurées (le nombre de lames et d’armatures n’est pas comparable, mais il est suffisamment élevé pour être exploitable). L’épaisseur des armatures et celle des lames est globalement équivalente, la majorité se situant dans une fourchette de 2 à 6 mm. En revanche, une partie des armatures trapézoïdales semble provenir de supports plus larges que les lames étudiées ici : passée une certaine longueur, les armatures ont certainement été réalisées sur des éclats laminaires assez fins. En effet, les lames très larges sont peu nombreuses et bien plus épaisses que les armatures mesurées. Les armatures trapézoïdales dont la longueur se situe entre 17 et 27 mm environ, proviendraient quant à elles de lames comparables à celles étudiées ici.

99Si une partie des armatures ne semble pas avoir été fabriquée à partir de lames pour des raisons de dimensions, on peut aussi mentionner des différences au niveau des matières premières utilisées. La figure 38 indique que leur nature est comparable (Crétacé sénonien et Tertiaire sont les plus fréquents) mais que les proportions divergent. Ainsi, l’abondance d’armatures trapézoïdales ne semble pas être liée à la profusion de lames brutes découvertes au sein des hypogées de la vallée du Petit Morin : les lames cassées ne constituent pas l’unique support pour les armatures trapézoïdales. Les lames (notamment celles plus étroites, plus épaisses ou trop fines) sont fabriquées dans divers buts comme le prouve la présence de retouches d’utilisation, de zones lustrées ou émoussées.

100Douze pièces brutes possèdent ce lustre, situé le plus souvent dans la partie mésiale (8 cas : n° 9, figure 39, n° 68 801-12, figure 35, n° 68 801-26, figure 40). La brillance s’étend aussi à la partie proximale dans deux cas. Sur quatre pièces, un émoussé est aussi attesté, toujours dans la partie proximale, parfois aussi sur l’extrémité distale. Il affecte les bords ou les nervures de la face supérieure.

Figure 37 – Longueur des armatures et largeur des lames cassées en fonction de leur épaisseur.

Figure 38 – Matière première des armatures trapézoïdales et des lames.

Figure 39 – Produits laminaires, collection J. de Baye, MAN.
145. Grattoir ; 124. Pièce à retouche continue ; 591. Percussion directe organique ; 486. Troncature. [Dessins : C. Renard]

Figure 40 – Produits Laminaires, collection J. de Baye, MAN.
[Dessins : C. Renard]

Conclusion sur les lames

101L’analyse de cette série en partie inédite a fourni des données nouvelles, résumées ici, sur le mobilier laminaire brut et les armatures déposées au sein des hypogées de la vallée du Petit Morin. Le débitage unipolaire s’effectue principalement à la percussion indirecte, mais d’autres techniques de taille sont attestées. Sauf exception, les matériaux utilisés sont d’origine locale, mais les caractéristiques des produits varient selon le silex. Ainsi, ceux en Tertiaire sont moins nombreux, mais plus réguliers, plus grands et plus souvent réalisés à la percussion indirecte. Les pièces possédant un lustre sont préférentiellement réalisées avec ce silex. Quant aux armatures, elles ont été en partie fabriquées sur des éclats laminaires, plutôt en Crétacé sénonien, rarement en Tertiaire.

102Les choix sont liés à la fonction de la pièce et aux qualités de la matière première. Le Tertiaire a peut-être été préféré pour des travaux de coupe pour sa robustesse, tandis que c’est un tranchant aigu qui est recherché pour les armatures trapézoïdales. Cela peut expliquer la différence dans le choix du matériau.

103Nos résultats viennent aussi conforter les observations réalisées sur les autres hypogées de la Marne (Langry-François, 2003) où le débitage unipolaire et la percussion indirecte sont aussi majoritaires. Les dimensions des produits sont comparables (85 mm de long en moyenne, 81 mm dans la collection de Baye). En revanche, le nombre de pièces en silex tertiaire constitue une différence majeure. Pour saisir l’importance de cette absence, les grandes étapes de l’utilisation de ce silex dans cette zone sont grossièrement résumées, sur la base de travaux récents (Bostyn, 2003 ; Allard et alii, 2005). Durant le VSG, le Tertiaire du sud de l’Aisne a été récolté pour produire des éclats et des lames, mais aussi des lames de grande dimension qui ont fait l’objet d’une large diffusion. Pendant le Néolithique moyen, l’exploitation en minière se met en place et les lieux d’extraction deviennent aussi des lieux de production de haches taillées, diffusées et retrouvées au sein d’occupations dans les Ardennes, la vallée de l’Oise et en Normandie. Les lames restent fréquentes dans la vallée de l’Aisne et Lhéry en est probablement un des lieux d’extraction ou de récolte. Le Bartonien est largement utilisé pendant le Michelsberg, mais la diffusion des lames est limitée. Pour la fin du Néolithique, les données sont peu nombreuses. La production de haches se maintient mais l’aire de diffusion est moins étendue, contrairement aux grandes lames découvertes bien au delà de la Marne (nord-ouest de l’Allemagne, Pays-Bas, Belgique, Luxembourg : Delcourt-Vlaeminck, 1998 et 1999 ; Mallet, 2006). Ce matériau, dont l’origine est connue mais pas les lieux de production, est alors employé pour réaliser des imitations de poignards pressigniens. Mais le mobilier des hypogées du Petit Morin ne s’intégre pas exactement à ce contexte : il n’y a pas d’imitation de poignards pressigniens et ce ne sont pas des “grandes lames” (aucune ne dépasse les 18 cm). Cela indiquerait que les dernières utilisations des hypogées ne dépassent guère la fin du Néolithique récent ou le tout début du Néolithique final, puisque les exportations de lames en silex turonien du Grand-Pressigny ont débuté au plus tôt vers 3100-2800 av. J.-C. (Ihuel, Pelegrin, 2005).

104Enfin, malgré l’absence d’informations sur le contexte de découverte de ce mobilier, il semble que le statut de ces lames et des armatures trapézoïdales soit différent : les premières, en silex tertiaire, sont peu nombreuses, issues de gîtes limités ou relativement éloignés (Condé-en-Brie) et manifestement utilisées. Les autres sont réalisées dans un silex local facilement disponible, peu investies et produites en masse. Cette différence a déjà été mentionnée et précisée (Sohn, 2006a) : la lame n’est pas l’objet le plus représenté parmi le mobilier sépulcral, mais il est le plus fréquemment associé aux inhumés, devant les armatures.

105D’après les types d’armatures et le calibre des lames, l’ultime utilisation des hypogées serait légèrement antérieure au plein Néolithique final. Pour cette phase, l’étude a mis en évidence des choix effectués par les Néolithiques au niveau de la matière première. Elle a aussi conforté la présence d’un débitage laminaire en percussion indirecte déjà mentionné pour les hypogées de la Marne : cette tradition se distingue des techniques observées dans les secteurs voisins et confirme donc l’existence d’un groupe différent en Champagne durant le Néolithique récent (AüGEREAü et alii, 2007). D’autre part, la production de supports en silex tertiaire (localisation et calibre des produits) avant le début des imitations pressigniennes est méconnue actuellement et mériterait aussi d’être traitée sur un secteur plus vaste en direction du sud et de l’est.

Conclusion

106L’étude de l’industrie lithique révèle que les sépultures ont surtout été utilisées durant le Néolithique récent. Cependant, certains types d’armatures et le mobilier en silex turonien de la région du Grand-Pressigny trahissent une fréquentation plus tardive. Cette fréquentation a dû être ponctuelle, car moins de vingt pièces sur un total de 1700 sont attribuables au Néolithique final.

107L’existence d’un groupe Champagne semble plus confirmée par l’étude des lames que par celle des armatures. En effet, aucun type d’armature n’est typique de cette zone : les types présents sont attestés ailleurs dans le bassin de la Seine. En revanche, la présence de lames de grande dimension en silex tertiaire, débitées par percussion indirecte, est actuellement un phénomène inconnu en dehors de cette zone pour cette période. De même, si les types d’armatures ne sont pas spécifiques, en revanche, la présence d’exemplaires en silex tertiaire est, d’après nos connaissances, rare dans cette zone.

Les poignards en silex (E. IHUEL)

Introduction

108Les connaissances sur la production et l’utilisation des poignards en silex se sont fortement enrichies ces dernières années et nous ont amené à distinguer deux séquences majeures, une phase ancienne et une phase classique. Cette proposition concerne l’ensemble de production de poignards de la moitié nord de la France et elle est fondée principalement sur les ateliers de la région du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire), ceux-là même qui ont produit l’ensemble des poignards exhumés par le baron de Baye dans les hypogées de la Marne.

109Dès 1992, la parution de la thèse de N. Mallet fixe entre 2900 et 2400 av. J.-C. la période de fonctionnement des ateliers pressigniens grâce aux gisements de Suisse et de l’est de la France (Mallet, 1992). Des découvertes plus récentes font aujourd’hui remonter au xxxie siècle av. J.-C. les toutes premières productions de ces ateliers. Les datations des gisements lacustres de la Motte-aux-Magnins, à Clairvaux vers 2890 av. J.-C. ou Chalain 4 (jura) vers 3040 av. J.-C. nous donnent des témoignages dendrochronologiques fiables sur l’ancrage de ces productions dans les derniers siècles du IVe millénaire (PÉTREQUIN dir., 1995 ; Viellet, 2005 ; Ihuel, Pelegrin, 2005 ; Pelegrin, à paraître).

110Cette longue perduration de l’exploitation pressignienne a enregistré plusieurs évolutions techniques à la fois dans la production et l’utilisation de poignards. Cet aspect est particulièrement intéressant à mettre en avant car il est perceptible dans la série de Baye.

111Deux principales modalités de productions sont distinguées et se succèdent dans le temps :

  • les NaCAL (nucléus à crête[s] antéro-latéralef[s]). “Les nucléus à crête(s) antéro-larérale (s) ou NaCAL sont, dans l’attente de séries homogènes, des nucléus à lames assez longues (17 à 23 cm ?), plutôt larges et minces, de forme rectangulaire avec crête(s) et néo-crête(s) en position antérolatérale tôt et répétitivement enlevées sous forme de lames débordantes, avec plan de frappe opposé d’aménagement ou de débitage" (Pelegrin, Ihuel, 2005, p. 46) ;

  • les livres de beurre. La livre de beurre est un “nucléus à longues lames (>22-24 cm), de forme oblongue asymétrique à un seul plan de frappe, dont le volume à débiter est formé par des éclats transversaux tirés de deux crêtes en position latérale qui restent préservées pendant le débitage afin de participer à l’entretien de la surface de débitage. De plus, pour chaque lame d’un débitage qui commence par une lame d’entame centrale et s’étend vers les crêtes sans les atteindre, le plan de frappe est préparé en dièdre aigu piqueté” (Pelegrin, Ihuel, 2005, p. 46).

112Le passage d’un mode de production à l’autre semble s’effectuer aux alentours de 2800 av. J.-C. En effet, les plus anciens indices de lames de livre de beurre se placent vers 2800-2750 av. J.-C. (MALLET, 1992 ; Ihuel, Pelegrin, 2005)

Les poignards de la phase ancienne

Le poignard de la nécropole de Courjeonnet (Marne) (figure 41, n° 67 714)

113Le poignard de Courjeonnet provient d’un hypogée indéterminé. Il mesure 147 x 44 x 9 mm. Un choc récent a fortement abimé la pièce sur le bord distal gauche. Le support laminaire présente un certain nombre de caractères propres aux productions de NaCAL. La largeur des lames est importante tandis que proportionnellement la longueur et l’épaisseur sont faibles ; la section est majoritairement triangulaire et le talon est facetté rectiligne.

114La languette est plutôt arrondie et conserve le talon. La retouche dans son ensemble est régulière, assez courte et est obtenue par pression. L’arête de cette pièce a été polie sur la moitié distale. L’intensité du polissage s’accentue dans la région de l’apex. Le poignard ne présente pas de stigmate d’utilisation.

Le poignard de la nécropole à hypogées des Ronces à Villevenard (Marne) (figure 41, n° 67 625)

115Le mobilier de la nécropole étant réuni en un seul lot, nous n’avons pas d’indication précise sur l’hypogée qui a livré ce poignard de 178 x 45 x 8 mm. Outre des caractéristiques proches de l’exemplaire précédent, le support du poignard des Ronces présente trois enlèvements laminaires opposés. Le nucléus qui a produit cette lame était donc à débitage de conception bipolaire et sans doute proche du nucléus de la Bonnetière conservé au musée de Poitiers ou du nucléus 306 exhumé dans les murs d’une ruine à la Claisière (Pelegrin, Ihuel, 2005).

116La languette et la base sont arrondies. La base est amincie par une retouche inverse obtenue par percussion tendre tandis que la retouche directe est réalisée par pression. Elle ne porte aucune trace de réaffûtage.

Les poignards de la phase classique

Le poignard de la nécropole à hypogées des Vignes Basses à Villevenard (Marne) (figure 42, n° 67 650)

117Lors de notre inventaire de 2002, nous avions attribué par erreur cette lame à la commune du Grand-Pressigny ; cette erreur nous a été indiquée par N. Mallet.

118Nous ne disposons pas d’indications contextuelles précises sur cette pièce qui mesure 210 x 31 x 13 mm. Le support présente un négatif central laminaire recoupé par un réépannelage distal bilatéral. La faible inflexion

Figure 41 – Les poignards de La phase ancienne. 67 714. Courjeonnet (Marne) ; 67 625. Hypogée des Ronces à ViLlevenard (Marne), Collection J. de Baye, MAN. [Dessins : E. Ihuel]

de la flèche indique qu’il s’agit d’une lame centrale de la dernière série, sans doute une lame de rang 13 (d’après Pelegrin, 1997, figure 7, n° 6).

119La lame a été intégralement polie avant d’être retouchée dans son état final. Le soin de ce polissage qui s’étend à la languette est incompatible avec une simple fonction de préparation pour la retouche couvrante. Il s’agit bien là de l’apprêt initial de l’objet.

120La languette est rectangulaire et la base est rectiligne ; ces deux parties sont retouchées par des enlèvements courts, abrupts et assez peu réguliers. La moitié distale est retouchée par pression. Les enlèvements couvrants sont d’orientations assez désordonnées mais soignés et complétés par une retouche courte de finition qui régularise le bord. Dans cet état final, cette pièce semble avoir peu ou pas fonctionnée.

Le poignard des Marais-de-Saint-Gond dans la vallée du Petit Morin (Marne) (figure 42, n° 68 393)

121Nous ne disposons pas d’autre information pour ce poignard que la mention écrite “marais de Saint-Gond” qu’il portait sur la face inférieure. Il s’agit d’une pièce très fortement patinée, de couleur blanche, presque entièrement décalcifiée qui mesure 182 x 28 x 12 mm. Le support présente trois enlèvements laminaires réguliers. Le profil rectiligne indique que cette lame se place dans l’extrême fin du débitage d’une livre de beurre, de rang 10 à 14, d’après les critères mis en place par J. Pelegrin sur le dépôt de la Creusette (Pelegrin, 1997, figure 7).

122Cette lame présente une languette rectangulaire à base en anse de panier (notre type 2A3). La régularité de cette base est obtenue grâce à une préparation de petits enlèvements rasants inverses. La retouche semi-abrupte de la languette est réalisée par percussion, au contraire de la retouche oblique en écharpe réalisée par pression sur la moitié distale de la lame. Cette retouche bien exécutée n’a toutefois pas la régularité des réalisations pressigniennes (style 1) de poignards tels que celui de Baden (Morbihan) ou Neuilly-sur-Eure (Hébert, Verron, 1980 ; Ihuel, 2004 ; Marcigny et alii, 2007). Elle s’apparente au style 2 défini par N. Mallet, style qui reflète des imitations locales (Mallet, 1992).

123Cette lame n’a pas été réaffûtée, elle n’a probablement jamais servie.

Discussion

124Les poignards de la collection de Baye sont tous sur du silex d’origine pressignienne. Ce fait pourrait être étonnant compte tenu de la présence d’atelier tertiaire dans la région de Romigny-Lhéry (Allard, Pelegrin, 2007). Pourtant, le département de la Marne, bien dotée en poignards, ne recèle que peu d’éléments en silex concurrents du Tertiaire et du Secondaire (Villes, 2006). L’essentiel des témoignages du silex tertiaire de tradition technique pressignienne est plus tardif et s’apparente à la méthode livre de beurre. Les produits se retrouvent au nord de la Marne, en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne du Nord.

125Les poignards “anciens” de la collection de Baye ne sont pas les seuls au nord de la Loire, mais ils constituent tout de même les éléments les plus septentrionaux de cette production. Dans la vallée de la Marne, l’exemplaire de l’allée couverte de Bannay, le Reclus constitue le plus proche parent. Il présente une languette en “V” (ou pisciforme qui correspond à notre type 1D) qui est un type beaucoup plus fréquent dans le nord du Poitou et sur la façade atlantique.

126Dans la vallée de la Seine, par contre, les allées couvertes du Blanc-Val et de la Justice à Nerville-la-Forêt (figure 43) contiennent toutes les deux un poignard ancien de morphologie très similaire aux exemplaires des hypogées de la Marne (Basse de Ménorval, 1965a et b).

127Le dolmen de la Pierre-à-Mousseau à Vigneux-sur– Seine (Essonne) en a également livré un exemplaire, associé à des éléments plus tardifs, comme à la Justice. Il présente un apex partiellement poli, à l’instar du poignard de Courjeonnet. Ce polissage, sans être une caractéristique des vallées de la Seine et de la Marne, est quantitativement à peine plus représenté dans l’ensemble du Centre-Ouest de la France pour un corpus dix fois supérieur.

128Pour cette période, les vallées de la Seine et de la Marne ne semblent pas avoir réinvesti les poignards après acquisition. Il semble que ces pièces étaient encore trop rares pour développer des styles régionaux qui permettent une différenciation inter-ethnique. Le polissage de certains exemplaires, le fait de préserver d’un usage commun et surtout le fait de les déposer dans les sépultures font de ces poignards des objets socialement valorisés. Dans ce contexte, ils répondent donc probablement à un besoin de différenciation sociale à l’intérieur du groupe.

129La datation précise de l’adoption des poignards anciens dans les vallées de la Seine et de la Marne ne peut s’appuyer sur des bases locales solides. L’habitat du Pré-aux-Vaches à Morain-le-Petit dans la Marne (Villes, 1983) n’en a pas fourni et le locus 8 de Videlles dans l’Essonne a fourni un fragment de poignard si petit qu’il n’est pas attribuable à l’une ou l’autre phase de production pressignienne (Bailloud, Coiffard, 1967).

130Les vallées de la Seine et de la Marne ne sont pas au cœur de la genèse et du mécanisme de généralisation des poignards mais plutôt en périphérie. Pour la moitié nord et ouest de la France, les premières impulsions ont lieu entre le nord du Poitou (groupe de Taizé) et le sud de la Touraine (Grand-Pressigny). C’est là que s’observent les premiers balbutiements de poignards sur lame à partir d’éléments techniquement moins aboutis et d’une variété de matières premières. Les éléments les plus septentrionaux sont ceux des Marais-de-Pouline à Villérable dans le Loir-et-Cher (Cordier, 1968).

Figure 42 – Les poignards de la phase classique. 67 650. Hypogée des Vignes-Basses à Villevenard (Marne) ; 68 393. Vallée du Petit Morin (Marne), Collection J. de Baye, MAN. [Dessins : E. Ihuel]

Figure 43 - Poignard de la phase ancienne. 15 793. Dolmen de la Justice à Nerville-la-Forêt (Val d’Oise), MAN [Dessins : E. Ihuel]

Figure 44 – Poignard de la phase ancienne. 71869. Dolmen de la Pierre-à-Mousseaux à Vigneux-sur-Seine (Essonne), MAN.
[Dessins : E. Ihuel]

Figure 45 - Poignard de la phase ancienne (à gauche) et classique (à droite). 71 869. Dolmen de la Pierre-à-Mousseuax à Vigneux-sur-Seine (Essonne); MAN. [Dessins : E. Ihuel]

131En ce qui concerne ces mécanismes d’adoption, il est difficile de mesurer l’éventuel retard, pourtant attendu entre un centre et sa périphérie, pour la Touraine, le nord du Poitou ou encore la façade atlantique. Ces régions adoptent les poignards entre 3200 et 3000 av. J.-C. Comme dans ces régions, les poignards anciens de la Seine et la Marne sont associés à des armatures tranchantes issues de la tradition technique précédente et des armatures nouvelles losangiques à Nerville-la-Forêt (Val-d’Oise) ou à ailerons naissants à la Pierre-à-Mousseau (Essonne). Il est probable que l’adoption de ces deux éléments (armature à ailerons et poignards) soient simultanées dans ces régions (Renard, 2004).

132In fine, le temps de réception des premiers poignards est peut-être infime, compte tenu que ces objets s’inscrivent dans des échanges à longue distance dont la visée est sociale.

133Les deux poignards, celui des Marais de Saint-Gond et celui des Vignes-Basses à Villevenard présentent les caractéristiques typiques des poignards après 2800 av. J.-C. au nord de la Loire. Ils possèdent une languette équarrie, ce qui a nécessité une réduction du poignard par la retouche de la base rectiligne. D’autres exemples sont connus dans la sépulture de Caranda ou au sein de l’habitat du Clos à Écury-le-Repos dans la Marne (Villes, 1983). Il ne s’agit pas d’un style régional à proprement parler ; toutefois cette exclusivité de la forme de languette équarrie ne se rencontre qu’au nord de la Loire. Plus au sud, plusieurs types d’emmanchement coexistent comme notamment les languettes en “V” (type 2C ou 2D).

134Ces deux poignards illustrent également l’évolution des modes d’affichage des poignards. Deux types d’apprêt se développent, le polissage ou une retouche couvrante par pression. Ces pratiques étaient peu répandues à la phase ancienne. Ainsi le polissage est plus fréquent et surtout beaucoup plus extensif.

135In fine, malgré les lacunes documentaires sur les conditions de dépôts de ces objets, les poignards nous livrent de précieuses informations économiques et sociales sur les usages funéraires de la Marne durant le IIIe millénaire. Leur présence dans les hypogées indique la poursuite ponctuelle de leur fréquentation durant la fin du Néolithique récent et le Néolithique final. Plus à l’ouest, les allées couvertes de Nerville-la-Forêt ou la sépulture de la Pierre-à-Mousseaux à Vigneux-sur-Seine montrent la même continuité de dépôts de poignards anciens et classiques (figures 44 et 45). Dans le contexte de la Marne, il faut néanmoins reconnaître que le nombre limité de poignards tranche singulièrement avec la richesse de la collection de Baye, dans son ensemble plus ancienne. Le dépôt de poignards n’y apparaît donc que très marginal. En cela, il contraste fortement avec la richesse en poignards classiques de l’allée sépulcrale de l’Usine Vivez à Argenteuil (Val-d’Oise), dont la richesse est unique pour le Néolithique final (Mauduit et alii, 1977). La rareté des poignards dans les hypogées reflète fidèlement la discrétion des armatures perçantes, notamment les types évolués (Renard, 2004). Il est difficile de soutenir que cette rareté puisse traduire une évolution des viatiques funéraires d’où le lithique s’éclipserait progressivement, dans la mesure où sur le plan national, le dépôt des poignards dans les tombes voit son apogée entre 2800 et 2400 av. J.-C. (Mallet, 1992 ; Ihuel, 2004). Il est plutôt envisageable que cette tendance illustre une transformation des pratiques funéraires dans la Marne et l’abandon progressif des hypogées dans les premiers siècles du IIIe millénaire. Bien que la documentation soit encore lacunaire dans la Marne, les pratiques locales du Néolithique final pourraient se tourner vers de nouveaux sépulcres comme les sépultures en fosse, collectives ou individuelles, comme celle de Bisseuil (Marne) ou de Neuville-sur-Vanne (Aube) (Villes, 2006b, p. 43).

L’industrie osseuse (A. MAINGAUD)

136En ce qui concerne l’industrie osseuse, la collection J. de Baye regroupe 277 artefacts dont 101 en os, 166 en bois de cervidés et 10 en dents. L’ampleur numérique constitue le point fort de cette collection qui n’a aucun parallèle dans le Bassin parisien (Maingaud, 2003 a et b). Les imprécisions relatives au contexte de découverte, évoquées plus haut, en constituent le point faible. Malgré tout, nous sommes en mesure de localiser plus ou moins précisément 156 des 277 pièces à l’intérieur des cinq nécropoles d’hypogées de la vallée du Petit Morin dans les Marais-de-Saint-Gond (Coizard-Joches, Courjeonnet, Villevenard, Oyes, Vert-la-Gravelle) (MAINGAUD, 2003a). Pour les 121 pièces restantes, nous n’avons aucune précision.

Les outils en os

137Le corpus se compose de 101 pièces (dont 10 sont indéterminables) s’inscrivant dans un horizon Néolithique récent par leur morphologie mais aussi par leur technologie. Parmi ces 101 pièces en os, les plus représentatives sont les poinçons sur métapodes (Camps-Fabrer et alii, 1990) qui représentent près de la moitié du corpus (55 pièces, figure 46, n° 1). D’autres outils diversifient ce corpus comme les lissoirs (figure 46, n° 2), les “armes” (tranchants à languette, figure 46, n° 3), les pics sur radius ou cubitus de bœuf (figure 46, n° 4) ou encore les manches en segment de cercle en os perforés à une extrémité (figure 46, n° 5). Seuls les “armes” et les manches constituent une innovation typologique. Les autres pièces sont typologiquement ubiquistes, mais se distinguent technologiquement des outils d’autres périodes par l’utilisation du sciage longitudinal par quadripartition, technique de base au Néolithique récent.

Figure 46 – Outils en os. 1. Poinçon, 67 645, sans provenance;
2. Lissoir, 67 645, sans provenance; 3. "Arme", Coizard-Joches,
67747 ; 4. Pioche, 67730, sans provenance ; 5. Manche en segment de cercle, Courjeonnet, 67 714. [Dessins : A. Maingaud]

Figure 47 – Pièces en bois de cerf. 1. Gaine, 67 562, sans provenance ; 2. Biseau à perforation transversale en bois de cerf, Courjeonnet, 67 612 ; 3. Outil pointu à perforation transversale, Courjeonnet, 67 612 ; 4. Manche à insertion longitudinale, Courjeonnet, 67 712. [Dessins : A. Maingaud]

Les outils en bois de cervidé

138Les outils en bois de cervidés sont eux aussi représentatifs du Néolithique récent. Les gaines à perforation transversale, fossile directeur de cette période, représentent la moitié du corpus des pièces en bois de cervidés (54 pièces, figure 47, n° 1). A côté de ce premier type de réceptacle, on trouve les manches droits à insertion longitudinale (40 pièces, figure 47, n° 4), qui foisonnent eux aussi en contexte Néolithique récent, et qui se trouvent en proportion assez importante dans la collection de Baye. Enfin, d’autres pièces semblent plus originales : outil pointu à perforation centrale (figure 47, n° 3), biseaux à perforation transversale sur segment basilaire (figure 47, n° 2), outil tranchant de type lissoir.

Les dents

139Dix défenses de suidés s’ajoutent au corpus. Cinq d’entre elles sont fragmentaires et il est impossible de voir quelle technologie de débitage a été employée. Elles sont mal conservées et l’étude des traces est délicate. Cependant, nous avons relevé des traces de raclage latérales qui nous laissent envisager une utilisation comme outil raclant, voire tranchant. L’état de conservation rend les conclusions difficiles.

Bilan sur l’industrie osseuse de la collection J. de Baye

140La collection J. de Baye offre un corpus important dans la compréhension des industries osseuses de la fin du Néolithique. Cette importance est non seulement liée au nombre conséquent d’artefacts, mais aussi à la situation géographique des Marais-de-Saint-Gond, zone frontalière entre le Bassin parisien et le Centre-Est de la France où les influences se mêlent.

141En effet, des similitudes tant typologiques (manches en segment de cercle en os, ou des biseaux à perforation transversale sur segment basilaire) que technologiques apparaissent entre les corpus de la Marne, plus particulièrement des Marais-de-Saint-Gond, et ceux du Jura et de la Suisse. Cela nous laisse envisager des contacts étroits entre ces régions. En cela, la Marne se différencie du reste du Bassin parisien où ces influences n’apparaissent pas, ou du moins pas aussi clairement. Il est cependant utile de préciser que le Centre-Est de la France et la Suisse constituent nos seuls points de comparaison pour la période. Nous ne savons presque rien de l’industrie osseuse du Néolithique récent du Centre-Ouest ou du Sud de la France.

142L’importance de la collection J. de Baye est donc bien réelle. Elle a permis d’une part de préciser les caractéristiques des corpus d’industrie osseuse de la fin du Néolithique tant technologiquement que typologiquement (Maingaud, 2004) : poinçons en os obtenus par quadripartition, gaines à perforation transversale, biseaux, manches à insertion longitudinale auxquels se greffent des éléments plus rares comme les biseaux à perforation transversale sur segment basilaire de bois de cerf. D’autre part, elle nous permet d’envisager des influences entre la Suisse et le Jura et la Marne qui se distingue ainsi du reste du Bassin parisien.

La parure (A. POLLONI)

143La collection J. de Baye déposée au musée d’Archéologie Nationale comprend 1101 éléments de parure, tous issus de sépultures collectives situées dans le département de la Marne : 104 objets proviennent des Vignes-Basses 1 à 7 à Courjeonnet, 99 de la Butte-du-Moulin à Oyes, 5 des Ronces 1 à 16 à Villevenard, 3 du Razet 1 à 37 à Coizard, 1 des Vignes-Basses 1 à 6 à Villevenard, 67 de divers hypogées de Vert-la-Gravelle, 232 de divers hypogées d’Oyes et 590 d’hypogées inconnus, cependant tous situés dans la vallée du Petit Morin. Comme nous pouvons le constater, très peu de ces objets sont attribués à une sépulture précise. Le mobilier de nombreuses tombes a été mélangé et nous n’avons aucun renseignement sur la position de ces éléments dans les monuments. Nous ne pouvons donc pas faire de lien entre les parures et les inhumés qui les portaient.

Les objets de parure représentés

144La figure 48 montre la composition de la parure dans la collection de Baye. Nous n’avons figuré sur ce graphique que les modèles d’objets représentés par plus de deux exemplaires. On constate que dans l’ensemble, la parure est dominée par un objet, en l’occurrence les perles en calcaire. Les coquillages aménagés, les pendeloques en coquillage et les dents percées sont très nombreux, alors que les autres modèles d’objets ne sont représentés que par une vingtaine d’exemplaires au maximum.

145Les perles en calcaire de la collection de Baye, tout comme celles de l’ensemble des sépultures collectives du Bassin parisien, sont en très grande majorité de forme discoïde (figure 49, n° 1). Ces perles ont un diamètre compris entre 6 et 15 mm et une épaisseur variant de 1 à 11 mm. Quelques perles de forme biconique et ovoïde ont également été inventoriées (figure 49, nos 2 et 3). Ces dernières ont des dimensions plus importantes que leurs homologues discoïdes.

146Les coquillages aménagés sont très nombreux, puisqu’ils apparaissent en deuxième position de ce classement. La variabilité morphologique des coquillages est importante. Dix espèces différentes ont en effet été identifiées. Parmi les 183 coquilles recensées, nous avons reconnu : 38 Nucella, 35 Dentalium, 20 Vénéricardia, 17 Natica, 13 Cardium, 11 Glycymeris, 9 Oliva (Ancillaria ou Ancilla), 9 Unio, 1 Trivia et 1 Sycum (figure 49, nos 4 à 15). Tous ces coquillages ont subi des aménagements différents pour devenir objets de parure. Pour les Dentalium, coquilles en forme de tube, le travail a été plutôt rapide car ceux-ci ont simplement été tronqués à l’extrémité la plus étroite afin d’en agrandir l’ouverture, et ce certainement pour faciliter le passage d’un lien (figure 50, n° 1).

147Les valves de lamellibranches, qu’il s’agisse de Vénéricardia, de Cardium, de Glycymeris ou encore d’Unio, ont toutes été munies d’une perforation au niveau du crochet (figure 49, nos 7,10,11 et 13 ; figure 50, nos 2 et 3).

148Les Nucella et les Natica ont parfois été perforés près de l’ouverture naturelle (figure 49, nos 4 et 8 ; figure 50, nos 4 et 5). Néanmoins, dans la plupart des cas, ils ont subi un façonnage particulier et plus intensif qui consiste à découper le coquillage de manière à découvrir la columelle, et cela à l’aide de deux techniques : l’abrasion ou la cassure (figure 49, nos 5 et 9 ; figure 50, n° 9). Après ce travail intensif, il ne subsiste parfois plus qu’une moitié de la coquille et les dernières spires, voire la totalité, sont manquantes. Une fois mise au jour, la columelle pouvait être employée pour y attacher ou y enrouler un lien.

149Les quelques Oliva et Sycum ont pour leur part été perforés près de l’ouverture (figure 49, nos 12 et 15 ; figure 50, nos 6 et 7). Quant à l’unique Trivia représenté, il possède trois orifices placés sur son dos (figure 49, n° 14 ; figure 50, n° 8). L’un d’eux ne nous paraît pas d’origine anthropique mais s’apparente plutôt à un stigmate d’usure. Nous pensons qu’à force de frottements, contre un support ou un autre objet, un émoussé de surface est apparu et s’est progressivement transformé en un nouvel orifice. Ce Trivia devait donc à l’origine être muni de deux orifices installés côte à côte au milieu du dos, dans sa partie la moins large, de la même manière que tous les Trivia découverts dans des sépultures collectives du Bassin parisien. Les pendeloques biforées en coquillages sont également très bien représentées. Elles ont été confectionnées à partir de valves d’Unio, reconnaissables à leur face nacrée. Il est possible d’en individualiser deux variantes : les petits éléments ronds ou ovalaires et les modules de grande taille (figure 49, nos 16 et 17). Les petits éléments ronds ou ovalaires sont percés au centre et mesurent en moyenne 3,5 cm de longueur, alors que ceux de grande taille peuvent atteindre 7 cm de longueur et tout autant de largeur. Ces deux types de pendeloques biforées en coquillage ont cependant en commun d’avoir été peu ou pas retouchés sur leurs faces, les décors naturels de la coquille restant apparents.

150Les dents percées sont représentées pour les deux tiers par des dents de suidé (incisives et canines) (figure 49, n° 18). Les autres espèces employées comme supports de parure sont des canidés, des bovidés et des cervidés (figure 49, n° 19). Une demi-mandibule de mustélidé a également été transformée en parure (figure 49, n° 20). Parmi les 42 dents de suidé inventoriées, 41 proviennent de l’une des sépultures des Vignes-Basses à Courjeonnet. Elles étaient toutes associées au même individu. D’après le fouilleur, ces dents étaient disposées de telle manière qu’elles semblent avoir formé une ceinture autour de l’un des squelettes.

151À côté de ces quatre modèles d’objets récurrents, la parure de la collection de Baye comporte des pendeloques arciformes en schiste (figure 51, n° 1), des pendeloques biforées en os (figure 51, n° 2), des galets percés (figure 52, n° 3), des perles en os (figure 52, n° 4), des pendeloques arciformes en serpentine (figure 52, n° 5), des perles en schiste (figure 52, n° 6), des pendeloques en quille en bois de cervidé (figure 52, n° 8), mais aussi quelques objets représentés par un ou deux exemplaires seulement, Il s’agit de deux perles en coquillage (figure 52, n° 7), deux

Figure 48 – Représentativité des différents objets de parure de la collection J. de Baye.

Figure 49 – Objets de parure de la collection J. de Baye. 1-3. Calcaire ; 4-17. Coquillage (4-5. Nucella ; 6. Dentalium ; 7. Venericardia ;
8-9. Nucella ; 10.
Cardium ; 11. Glycymeris ; 12. Oliva ; 13, 16-17. Unio ; 14. Trivia ; 15. Sycum) ; 18-20. Dent (18. Incisive
de suidé ; 19. Canine de canidé ; 20. Demi-mandibule de mustélidé). 1 à 3, 9, 12 et 16 : Oyes, La Butte-du-Moulin ; 4 à 6, 8, 13 à 15
et 20 : sépulture indéterminée ; 7, 10, 11 et 17 : hypogée indéterminé d’Oyes ; 18 et 19 : Courjeonnet, les Vignes-Basses 1 à 7.
[Dessins : A. Polloni]

Figure 50 – Aménagement des coquillages. 1, 3, 4, 5, 7 et 8. Hypogées indéterminés ;
2. Hypogée d’Oyes ; 6 et 9. Oyes, la Butte-du-Moulin. [Clichés : A. Polloni]

Figure 51 – Usure et réparation des pendeloques arciformes.
1-3. Sépulture indéterminée. [Clichés : A. Polloni]

pendeloques en quille en os (figure 52, n° 9), deux pendeloques longues en os (figure 52, n° 10), deux pendeloques biforées en schiste (figure 52, n° 11), deux perles en ambre, deux perles en cuivre (figure 52, n° 12), deux hache-pendeloques en roche tenace (dont une d’origine incertaine, étiquetée ‘Artonges’ au MAN) (figure 52, n° 13), une pendeloque arciforme en calcaire, une pendeloque cannelée en calcaire (figure 52, n° 14), une pendeloque biforée en calcaire, une perle discoïde en callaïs et une pendeloque longue en quartz.

Provenance des matières premières

152Dans l’ensemble, les matières premières les mieux représentées sont le calcaire (629 objets) et les coquillages (348 éléments). Parmi les différentes coquilles utilisées comme support, certaines sont d’origine fossile et d’autres ont été collectées fraîches. Les sources d’approvisionnement sont locales (cours d’eau et gîtes fossilifères) ou exogènes (côtes de la Méditerranée ou de l’Atlantique). Les objets façonnés sur test de coquillage (pendeloques biforées et perles) ont tous été réalisés sur des coquilles d’Unionidés, certainement ramassés dans des cours d’eau. Les coquillages simplement percés ou découpés sont en majorité des coquilles fossiles, provenant probablement de gîtes fossilifères de la région de Châlons-en-Champagne/Épernay (Marne) (Taborin, 1974). Les coquilles qui ont pu être collectées dans des gîtes fossilifères sont : Cardium, Dentalium, Glycymeris, Natica, Oliva, Sycum, Unio et Venericardia. Parmi celles-ci, seuls Natica, Sycum, Oliva et Venericardia sont sans conteste d’origine fossile. Pour les autres espèces, il n’a pas été possible de trancher entre une origine fossile ou sub-actuelle. Tout d’abord parce que les caractères morphologiques des coquilles fraîches ou fossiles sont identiques chez de nombreuses espèces. Ensuite, parce qu’il ne faut pas se fier à l’aspect extérieur du coquillage car certaines coquilles fossiles, telles que les coquilles éocènes de la Marne que nous avons pu observer, ne présentent pas un aspect crayeux, mais de belles couleurs, parfois brillantes, semblables aux coquillages fraîchement ramassés. Les coquillages indiscutablement d’origine marine, qui sont Nucella et Trivia, sont pour leur part loin d’être absents, puisqu’ils représentent au moins 20 % des coquilles aménagées en parure. Ces coquillages peuvent provenir de l’Atlantique comme de la Méditerranée (Taborin, 1974, p. 339).

153Si l’on s’intéresse à l’origine de tous les matériaux transformés en parure, on constate une très forte utilisation de matières premières locales. Le calcaire, les coquillages fossiles et les coquillages actuels d’eau douce représentent en effet une part très importante des matières premières employées. Les matières premières de provenances exogènes forment au moins 5 % des supports employés. Elles sont représentées par des éléments en roche tenace (pendeloques arciformes et haches-pendeloque), des coquilles marines (Nucella et Trivia) et des perles en cuivre. Le Bassin parisien étant une zone sédimentaire où les minéralisations métallifères de cuivre sont totalement absentes, les perles de la collection de Baye sont de ce fait des objets importés. Les perles en cuivre recensées sont toutes deux en tôle enroulée (figure 52, n° 12). Elles sont constituées d’un rectangle de tôle de faible épaisseur (moins d’un millimètre) enroulé sur lui-même avec un léger recouvrement des bords. D’après B. Mille et L. Bouquet (2004), les perles en tôle de cuivre trouvent leurs homologues dans le répertoire métallique de l’Europe centrale et septentrionale de la fin du IVe au milieu du IIIe millénaire av. J.-C. Ces perles sont fréquemment rencontrées en Allemagne, aux Pays-Bas, en Pologne, en Autriche, en République Tchèque ou encore en Slovaquie.

Usure des éléments de parure et mode de suspension de quelques objets

154Une part importante des objets de parure de la collection est usée. Les stigmates d’usure les plus courants concernent la perforation, généralement déformée par la tension du lien, mais aussi le contour initial de l’objet, souvent modifié au fil de l’usage. De nombreux objets très usés combinent plusieurs stigmates d’usure localisés à divers endroits et dont l’étendue et l’intensité varient.

155Sur les objets en matières tendres, tels que l’os ou le coquillage, les traces d’usure se forme plus rapidement que sur les objets en matières dures, c’est pourquoi elles sont plus facilement observables. La grande majorité des pendeloques biforées en coquille présente des traces d’usure. Celles-ci peuvent être de différentes natures : effacement du décor naturel des coquilles, usure de la perforation, transformation du modelé initial de l’objet, ébréchures ou encore cassures. Les traces d’usure au niveau de la perforation, facilement observables à l’œil nu, se matérialisent par des échancrures ou des sillons. L’examen de la position de ces stigmates permet d’envisager le mode de suspension des objets. Dans la plupart des cas, le sillon s’est formé entre les deux perforations, sur la face nacrée du coquillage (figure 53, n° 1). On peut alors supposer que l’élément était cousu sur un support. Dans d’autres cas, au sillon localisé entre les orifices de la face nacrée du test s’ajoutent des échancrures sur le côté externe des perforations et particulièrement bien marquées sur la face non nacrée (figure 53, nos 2 et 3). On peut envisager pour cet exemple que la pendeloque était suspendue par un lien. Cousue ou suspendue, il semble que dans la majorité des cas ce soit la face nacrée de la pendeloque qui ait été mise en avant.

156Les pendeloques arciformes sont sans aucun doute les objets qui présentent le plus fort pourcentage d’éléments usés. Les stigmates, parfois très prononcés, sont principalement marqués au niveau des perforations. Les orifices, parfois considérablement agrandis, présentent le plus souvent des échancrures, particulièrement prononcées sur le côté extérieur des perforations, c’est-à-dire sur la surface reliant l’orifice au contour de l’objet (figure 51, nos 1 à 3). Ces pendeloques devaient être suspendues à l’aide d’un ou deux liens, de manière libre ou contrainte par des nœuds. De nombreuses pendeloques arciformes, cassées au niveau d’une perforation, ont été réparées par l’ajout d’un nouvel orifice, placé à quelques millimètres de l’ancien (figure 51, nos 2 et 3). Ce type de traitement n’était pas réservé aux pendeloques arciformes, puisque quelques pendeloques biforées ont également été réparées de la sorte.

Figure 52 – Objets de parure de La collection J. de Baye. 1. Schiste ; 2, 4, 8, 10. Os ; 3. Galet indéterminé ; 5 et 13. Roche tenace ; 6. Schiste ; 7. Coquillage ; 9. Bois de cervidé ; 11. Schiste ; 12. Cuivre ; 14. Calcaire ; 1-5 et 10-13. Sépulture indéterminée ; 6. Hypogée indéterminé d’Oyes ; 7. Oyes, la Butte-du-Moulin ; 8. Vert-La-Gravelle ; 9. Coizard, le Razet ; 13. Villevenard, les Vignes-Basses. [Dessins : A. Polloni]

157Le fait que la majorité des parures déposées dans les tombes soit usée signifie que nous n’avons pas affaire à des objets fabriqués spécifiquement pour les défunts, mais à des parures ayant été portées du vivant des individus. Certains objets étaient entretenus pour en prolonger l’usage, ce qui témoigne de l’intérêt porté par les hommes à ces parures.

Les parures de la collection J. de Baye dans leur contexte chrono-culturel

158On connaît, dans le département de la Marne, une cinquantaine de tombes collectives ayant livré de la parure. Les objets de la collection J. de Baye sont très représentatifs des parures retrouvées dans l’ensemble de ces tombes collectives. Celles-ci livrent en effet en grand nombre des coquillages aménagés, des dents perforées, des perles en calcaire, des pendeloques biforées en coquille, des perles en os et des pendeloques biforées en os, et ce sont ces mêmes objets que l’on retrouve en majorité dans la collection ici étudiée. La parure de cette zone se distingue d’ailleurs en de nombreux points de celle du reste du Bassin parisien. Les pendeloquesbiforées comme les pendeloques en quille ou les coquillages fossiles aménagés semblent en effet caractéristiques de l’est du Bassin parisien, alors que des objets tels que les haches-pendeloque, très fréquentes dans les tombes collectives situées dans l’ouest et le centre du Bassin parisien, sont quasiment absentes de la collection de Baye, comme d’ailleurs de l’ensemble des tombes collectives de l’est du Bassin parisien.

159Comme dans la majeure partie des sépulcres du département de la Marne, les coquillages type Nucella et Natica de la collection J. de Baye ont subi un traitement particulier pour leur transformation en parure, puisqu’ils ont été découpés de manière à découvrir la columelle pour 80 % d’entre eux. Cette technique d’aménagement paraît plutôt spécifique à cette zone géographique, puisque, dans les tombes collectives situées hors du département de la Marne, ce traitement existe, mais il est beaucoup plus rare, ces coquilles étant généralement percées.

Figure 53 – Usure et hypothèses d’attache des pendeloques biforées en coquille. 1-2. Sépulture indéterminée ; 3. Hypogées d’Oyes. [Clichés et dessins : A. Polloni]

160Si l’on compare à présent la parure de la collection de Baye avec celle de groupes installés à proximité du Bassin parisien, des analogies peuvent être mises en évidence entre notre collection et les parures issues d’habitats suisses occupés à la fin du Néolithique. Les pendeloques biforées et les pendeloques en quille, objets emblématiques des sépultures de l’est du Bassin parisien, se retrouvent en effet dans des habitats suisses occupés au Horgen. Les pendeloques en quille sont extrêmement nombreuses en contexte Horgen, alors qu’elles ne figurent qu’à de rares exemplaires au sein des assemblages du Néolithique récent en Bassin parisien. De plus, parmi les différents modèles de pendeloques en quille connus dans le Horgen, seuls ceux à simple gorge figurent dans le Bassin parisien. À l’inverse, les pendeloques biforées, qui sont extrêmement fréquentes dans le département de la Marne, ne sont représentées que par quelques exemplaires dans le Horgen. De plus, alors que les pendeloques biforées sont en os et en nacre dans le Bassin parisien, seul le modèle en nacre est retenu dans le Horgen. On en conclut que les pendeloques biforées en nacre et les pendeloques en quille pourraient illustrer une circulation d’objets circonscrits et choisis, soit de l’est du Bassin parisien vers la Suisse pour les premières, soit de la Suisse vers l’est du Bassin parisien pour les secondes (Augereau et alii, 2007).

161Enfin, concernant la chronologie, les parures trouvées dans les sépultures de la collection de Baye semblent globalement ancrées dans le Néolithique récent. Les objets qui apparaissent dans le Bassin parisien au Néolithique final (perles en lignite, perles en schiste, épingles, perles massives en cuivre, perles en céramique, haches-pendeloque et perles en roche tenace) sont eux extrêmement rares dans cette collection, puisqu’ils ne se limitent qu’à un tout petit nombre d’exemplaires. La présence de deux perles en schiste à Courjeonnet, les Vignes-Basses 1 à 7, d’une hache-pendeloque à Villevenard, les Vignes-Basses 1 à 6, ou encore de cinq perles en schiste et d’une hache-pendeloque dans des hypogées indéterminés, suppose néanmoins que quelques tombes ont été réutilisées au Néolithique final.

Date radiocarbone

162Au cours de l’étude céramologique, un échantillon de matière organique a été prélevé à l’intérieur du vase n° 9 de la collection J. de Baye. Cet échantillon a fourni la datation suivante : GrA 30006 : 4 425 ± 40 BP. Après calibration à deux sigma (logiciel Calib.), la datation renvoie à la fin du IVe millénaire et au tout début du IIIe, soit 3329-2920 av.J.-C.

CONCLUSION

163Au terme de ces études, la collection de Baye apparaît, pour toutes les catégories de matériaux, comme l’une des plus importantes en termes quantitatifs pour la fin du Néolithique dans le Bassin parisien. Malgré les limites dues aux conditions de sa découverte, elle permet de préciser la chronologie des utilisations dans les hypogées de la Marne d’une part, et d’autre part de replacer ces nécropoles dans un contexte culturel plus large.

164Plusieurs indices suggèrent en effet que l’utilisation des hypogées ne s’est pas limitée aux derniers siècles du IVe millénaire av.J.-C., comme on pouvait le penser à première vue. Rien dans l’industrie osseuse, ni même dans la parure, ne peut être rattaché au Néolithique final. Toutefois, certains types de vases, les vases sans col à profil en tonneau en particulier, de même que la présence de chamotte dans plusieurs poteries et d’une pâte contenant des coquilles fossiles pourraient renvoyer à des dépôts situés au tout début du IIIe millénaire av.J.-C. Au sein de l’industrie lithique, certains types d’armatures et la présence d’outils en silex du turonien de la région du Grand-Pressigny datent sans conteste du Néolithique final. Néanmoins, ces outils plus tardifs que le Néolithique récent ne forment qu’un lot d’une vingtaine de pièces sur 1700. Il est donc probable que les hypogées de la Marne ont fonctionné au-delà de la fin du IVe millénaire av. J.-C., à l’instar de nombreuses sépultures collectives du Bassin parisien. L’absence de datations plus précises, de datages sur les ossements humains retrouvés dans les hypogées en particulier, ne permet pas d’apporter davantage de précisions sur la chronologie de la collection de Baye.

165En revanche, les caractéristiques de certains objets permettent de cerner les relations extra-régionales entretenues par les populations des Marais-de-Saint-Gond à la fin du Néolithique. Si la céramique et les types d’armatures trouvent de nombreuses comparaisons dans le reste du Bassin parisien, une partie de l’industrie osseuse (manches en segment de cercle en os et biseaux à perforation transversale sur segment basilaire) et de la parure (pendeloques biforées, pendeloques en quille et coquilles fossiles aménagées) semblent propres à cette zone de la Marne. Certains de ces objets sont très proches de modèles jurassiens ou suisses. Ils permettent de tracer le contour d’un groupe régional qui s’isole clairement à l’intérieur de ce qui était nommé le bloc “Seine-Oise-Marne”. Ces résultats conduisent à envisager l’existence de différents faciès géographiques au sein du Néolithique récent en Bassin parisien et incitent à proposer le rattachement culturel de la Marne à des zones plus orientales.

Annexes

ANNEXE 1 TABLEAU DES CRITÈRES TECHNOLOGIQUES OBSERVÉS SUR LES POTERIES DE LA COLLECTION DE BAYE (R. MARTINEAU)

RAC = résidu alimentaire carbonisé

ANNEXE 2 INVENTAIRE DES PIÈCES LITHIQUES DE LA COLLECTION J. DE BAYE AU MAN (C. RENARD)

Termes utilisés :

  • “Microfiche” : informations provenant de l’inventaire du musée des Antiquités nationales, reproduit sur microfiches.

  • “Note manuscrite” : informations écrites directement sur les pièces ou provenant d’étiquettes manuscrites collées sur les pièces.

  • “Matériel observé” : pièces vues au cours de cette étude.

Numéros attribués par le MAN

Commune, lieu-dit

67 258

Microfiche : "921-920, tranchet, Vieille-Andecy"3
Note manuscrite : "Surface du sol. Terre des fonds. Baye"

67 520

Microfiche : "921-1182, 5 lames à fines retouches, Baye"
Matériel observé : 1 pointe de lance

67 529

Microfiche : "921-1191, 48 pointes de type divers, Baye"
Note manuscrite : "Voisy"4
Matériel observé : 4 armatures

67618 à 67629

Microfiche : "921-1251, lot de flèches à tranchant transversal, Pierre-Michelot5"

67619

Microfiche : voir au-dessus 67 618 à 67 629
Note manuscrite : "Vert"6 et "Baye" sur une autre pièce

67634

Microfiche : "921-1256, Pointe de flèche trouvée avec une mâchoire. Coizard"
Matériel observé : 1 armature

67635

Microfiche : "921-1257, 3 pointes de flèche Coizard"
Matériel observé : 3 armatures

67636

Microfiche : "921-1258, 31 pointes de flèche en losange, Coizard
Note manuscrite : "grotte de la Pierre-Michelot. Courjeonnet"
Matériel observé : 26 armature, dont 24 losangiques et 2 foliacées

67637

Microfiche : "921-1259, 3 pointes de flèche à ailerons, Coizard"
Matériel observé : 2 à pédoncule et ailerons

67 638

Microfiche : "921-1260, 18 pointes de flèche à pédoncule, Coizard
Note manuscrite : "grottes d’Oyes"
Matériel observé : 17 armatures : 9 losangiques, 7 à pédoncule et ailerons, 1 foliacée

67 714

Microfiche : "921-1306, comme 67712" "67712 : 921-1304, Mobilier funéraire, Courjeonnet"
Matériel observé : 1 armature

67722

Microfiche : "921-1313, Mobilier funéraire, Grotte de la Butte-du-Moulin, Oyes"
Matériel observé : 5 armatures

67 727

Microfiche : "921-1317, Grotte d’Oyes"
Note manuscrite : "Oyes. 51. Grotte"

67729

Microfiche : "921-1319, Grotte de Courjeonnet"

67733

Microfiche : "921-1323, Grotte d’Oyes"

67735

Microfiche : "921-1325, Grotte de la Butte-du-Moulin, Oyes"

67736

Microfiche : "921-1326, Grotte de la Butte-du-Moulin, Oyes"

67737

Microfiche : "921-1327, 1 grotte (XIV) Oyes"7

67743

Microfiche : "921-1333, grotte XVI Oyes"

67 744

Microfiche : "921-1334, grotte Coizard, Champ-Machault, XVII"

67751

Microfiche : "921-1340, XXII, les Ronces de Villevenard"

67766

Microfiche : "921-1354, XXVIII, Oyes"

67768

Microfiche : "921-1356, Coizard ; 2 flèches trouvées près d’une grotte"
Matériel observé : 1 armature

67769

Microfiche : "921-1357, Coizard ; 1 flèche trouvée près d’une grotte"
Note manuscrite : "Coisar"
Matériel observé : 1 armature

67771

Microfiche : "921-1359, Joches ; 11 pièces de silex"
Note manuscrite : "Grottes Joches"
Matériel observé : 4 armatures

67 944

Microfiche : "921-1529, Somme Suippe, sépulture gauloise, 4. 2 fibules"8
Matériel observé : 9 armatures

ANNEXE 3 LISTE DES STIGMATES RETENUS POUR LA DÉTERMINATION DES TECHNIQUES DE TAILLE D’APRÈS PELEGRIN, 2000 (C. RENARD)

Directe à la pierre dure

  • talon de plusieurs millimètres au moins

  • pas d’étalement du point de contact

  • fissuration presque toujours complète de la tête du cône incipient, au niveau du point de contact

  • angle zone de contact du plan de frappe et surface de débitage : entre 60° et 90° idéalement vers 80° pour des enlèvements allongés

Directe à la pierre tendre

  • émoussé bien net du bord antérieur du talon ET :

  • talon qui peut être très mince, à peine mesurable

  • angle entre 70° et 85°

  • esquillement du bulbe

  • point d’impact discret

  • petit cône détouré dans ses premiers millimètres

Directe organique

  • détachement précédé d’un aménagement de bord : de l’abrasion jusqu’au dégagement d’un éperon

  • limite postérieure du talon : presque toujours régulière si le talon est lisse

  • pas de fissure visible sur le talon, parfois fissuration latérale vers l’un des cotés du talon

  • talon : de 2 à 4 mm en général

  • pas de véritable point de contact

  • angle généralement inférieur ou égal à 80°

  • relief du bulbe plutôt réduit

Indirecte (sans pointe de cuivre)

  • pas de point d’impact visible

  • talon large et épais

  • angle approprié : entre 80 ° et 95°

  • pas de fissuration ou alors incomplète et large

  • en général, talon avec une lèvre

Notes

1 Les dessins publiés par L. Burnez-Lanotte ont été intégrés à cette présentation aux côtés de ceux réalisés par C. Renard et E.Ihuel, au risque d’une certaine hétérogénéité de rendu, mais au profit d’une illustration plus complète.

2 Je tiens à remercier A. Samzun pour la description des lames, ainsi que P. Allard pour avoir relu et corrigé ce chapitre.

3 La Vieille-Andecy se trouve sur la commune de Villevenard.

4 Ce nom évoque certainement le hameau de Voizy, sur la commune de Villevenard.

5 La Pierre-Michelot se trouve sur la commune de Villevenard.

6 Il s’agit de la commune de Vert-la-Gravelle.

7 Les chiffres romains renvoient aux numéros de compartiments dans les vitrines de la salle J. de Baye.

8 Il est très probable qu’il y a une erreur au niveau du numéro noté sur les armatures.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Carte de la vallée du Petit Morin.[Fond de carte : L. Costa ; C. Renard d’après Mégnien, 1983, simplifié]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Figure 2 – Représentation des principales catégories de mobiliers se rapportant à la fin du Néolithique dans la collection J. de Baye du MAN.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,8k
Légende Figure 3 – Représentation des principales catégories de mobilier de la collection J. de Baye au MAN provenant avec certitude des hypogées de la vallée du Petit Morin.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 9,0k
Légende Figure 5 – Hauteurs et diamètres des ouvertures des vases entiers de la collection J. de Baye.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Figure 7 – Corrélation des types morphologiques aux types defonds des vases de la collection J. de Baye.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Figure 8 – Vases, collection J. de Baye 1, 3, 7, 8, 21 et 23.[Clichés : P. Magne]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Figure 9 – Vases 1 à 4, hypogées de la Marne, collection J. de Baye, MAN.[Dessins : P. Magne et R. Martineau]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Figure 10 – Vases 5 à 8, hypogées de La Marne, collection J. de Baye, MAN.[Dessins : P. Magne et L. Salanova]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Figure 11 – Vases 9 à 12, hypogées de la Marne, collection J. de Baye, MAN.[Dessins : P. Magne, R. Martineau et L. Salanova]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Figure 12 – Vases 13 à 16, hypogées de La Marne, collection J. de Baye, MAN.[Dessins : P. Magne et L. Salanova]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Figure 13 – Vases 17 à 20, hypogées de la Marne, collection J. de Baye, MAN.[Dessins : P. Magne et R. Martineau]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Figure 14 – Vases 21 à 23, hypogées de la Marne, collection J. de Baye, MAN.[Dessins : R. Martineau]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Figure 15 – Vases 25 à 29, hypogées de la Marne, collection J. de Baye, MAN.[Dessins : R. Martineau]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Figure 16 – Décompte des phases de cuisson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Figure 17 – Les différentes classes d’armatures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Figure 18 – Largeur des armatures entières en fonction de leur longueur et de leur famille.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Figure 19 – Longueur des armatures entières en fonction de leur poids et de leur famille.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Figure 21 – Collection J. de Baye. 67 744. Coizard, le Champ-Machault ; 67 729. Grotte de Courjeonnet ; 67 636. Coizard ou Courjeonnet, la Pierre-Michelot. [Dessins : L. Burnez-Lanotte]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Figure 22 – Collection J. de Baye. 67 636. Coizard ou Courjeonnet, la Pierre-Michelot ; 67 714. Courjeonnet; 67 766. Oyes ; 67 727. Grotte d’Oyes. [Dessins : L. Burnez-Lanotte]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Figure 23 – Collection J. de Baye. 67 736. Oyes, la Butte-du-Moulin ; 67 737. Oyes ; 67 635. Coizard ; 67 638. Coizard ou Oyes ; 67 751. Villevenard, les Ronces ; 67 529. Baye ou Voizy ; 67618, 67622, 67 623, 67 624. Villevenard, la Pierre-Michelot ; 67 771. Joches.[Dessins : L. Burnez-Lanotte, sauf 67 529, 67 618, 67 622, 67 623, 67 624, 67 771 : C. Renard]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Figure 26 – Matières premières des armatures en fonction de leur famille.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Figure 24 – Les matières premières des armatures de la collection J. de Baye.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Figure 25 – Les matières premières selon les classes d’armatures de la collection J. de Baye.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Figure 27 – Les matières premières des lames de la collection J. de Baye.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 28 – Présentation générale des lames étudiées.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Figure 29 – Techniques de taille employées pour débiter les lames.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Figure 30 – Largeur des lames entières en fonction de leur longueur.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Figure 31 – Produits Laminaires, collection J. de Baye, MAN.[Dessins : F. Langry-François, encrage : C. Renard]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Figure 32 – Produits laminaires, collection J. de Baye, MAN.466. Lame sous crête ; 459. Grattoir ; 462. Troncature sur lame. [Dessins : C. Renard]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Figure 33 – Produits laminaires, collection J. de Baye, MAN. [Dessins : C. Renard]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Figure 34 – Produits Laminaires, collection J. de Baye, MAN. 550. Faucille sur troncature. [Dessins : C. Renard]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Figure 35 – Produits laminaires, collection J. de Baye, MAN.68801-13. Néo-crête, débitée à la percussion directe organique. 68801-1. Grattoir distal. [Dessins : C. Renard]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Figure 36 – Produits Laminaires, collection J. de Baye, MAN. 180. Retouche d’utilisation ; 38. Lame à crête, percussion directe organique ; 307. Faucille sur troncature ; 588. Coche. [Dessins : C. Renard]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Figure 37 – Longueur des armatures et largeur des lames cassées en fonction de leur épaisseur.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Figure 38 – Matière première des armatures trapézoïdales et des lames.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Figure 39 – Produits laminaires, collection J. de Baye, MAN.145. Grattoir ; 124. Pièce à retouche continue ; 591. Percussion directe organique ; 486. Troncature. [Dessins : C. Renard]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Figure 40 – Produits Laminaires, collection J. de Baye, MAN.[Dessins : C. Renard]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Figure 41 – Les poignards de La phase ancienne. 67 714. Courjeonnet (Marne) ; 67 625. Hypogée des Ronces à ViLlevenard (Marne), Collection J. de Baye, MAN. [Dessins : E. Ihuel]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Figure 42 – Les poignards de la phase classique. 67 650. Hypogée des Vignes-Basses à Villevenard (Marne) ; 68 393. Vallée du Petit Morin (Marne), Collection J. de Baye, MAN. [Dessins : E. Ihuel]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Figure 43 - Poignard de la phase ancienne. 15 793. Dolmen de la Justice à Nerville-la-Forêt (Val d’Oise), MAN [Dessins : E. Ihuel]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure 44 – Poignard de la phase ancienne. 71869. Dolmen de la Pierre-à-Mousseaux à Vigneux-sur-Seine (Essonne), MAN.[Dessins : E. Ihuel]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Figure 45 - Poignard de la phase ancienne (à gauche) et classique (à droite). 71 869. Dolmen de la Pierre-à-Mousseuax à Vigneux-sur-Seine (Essonne); MAN. [Dessins : E. Ihuel]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Figure 46 – Outils en os. 1. Poinçon, 67 645, sans provenance;2. Lissoir, 67 645, sans provenance; 3. "Arme", Coizard-Joches,67747 ; 4. Pioche, 67730, sans provenance ; 5. Manche en segment de cercle, Courjeonnet, 67 714. [Dessins : A. Maingaud]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Figure 47 – Pièces en bois de cerf. 1. Gaine, 67 562, sans provenance ; 2. Biseau à perforation transversale en bois de cerf, Courjeonnet, 67 612 ; 3. Outil pointu à perforation transversale, Courjeonnet, 67 612 ; 4. Manche à insertion longitudinale, Courjeonnet, 67 712. [Dessins : A. Maingaud]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Figure 48 – Représentativité des différents objets de parure de la collection J. de Baye.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Figure 49 – Objets de parure de la collection J. de Baye. 1-3. Calcaire ; 4-17. Coquillage (4-5. Nucella ; 6. Dentalium ; 7. Venericardia ;8-9. Nucella ; 10. Cardium ; 11. Glycymeris ; 12. Oliva ; 13, 16-17. Unio ; 14. Trivia ; 15. Sycum) ; 18-20. Dent (18. Incisivede suidé ; 19. Canine de canidé ; 20. Demi-mandibule de mustélidé). 1 à 3, 9, 12 et 16 : Oyes, La Butte-du-Moulin ; 4 à 6, 8, 13 à 15et 20 : sépulture indéterminée ; 7, 10, 11 et 17 : hypogée indéterminé d’Oyes ; 18 et 19 : Courjeonnet, les Vignes-Basses 1 à 7.[Dessins : A. Polloni]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Figure 50 – Aménagement des coquillages. 1, 3, 4, 5, 7 et 8. Hypogées indéterminés ;2. Hypogée d’Oyes ; 6 et 9. Oyes, la Butte-du-Moulin. [Clichés : A. Polloni]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Figure 51 – Usure et réparation des pendeloques arciformes.1-3. Sépulture indéterminée. [Clichés : A. Polloni]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Figure 52 – Objets de parure de La collection J. de Baye. 1. Schiste ; 2, 4, 8, 10. Os ; 3. Galet indéterminé ; 5 et 13. Roche tenace ; 6. Schiste ; 7. Coquillage ; 9. Bois de cervidé ; 11. Schiste ; 12. Cuivre ; 14. Calcaire ; 1-5 et 10-13. Sépulture indéterminée ; 6. Hypogée indéterminé d’Oyes ; 7. Oyes, la Butte-du-Moulin ; 8. Vert-La-Gravelle ; 9. Coizard, le Razet ; 13. Villevenard, les Vignes-Basses. [Dessins : A. Polloni]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Figure 53 – Usure et hypothèses d’attache des pendeloques biforées en coquille. 1-2. Sépulture indéterminée ; 3. Hypogées d’Oyes. [Clichés et dessins : A. Polloni]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16755/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search