Version classiqueVersion mobile

La fin du IVe millénaire dans le bassin parisien

 | 
Richard Cottiaux
, 
Laure Salanova

Première partie

L’habitat Néolithique récent du Pré-à-Vaches à Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne)

Rémi Martineau, Fabien Langry-François, Jean-Jacques Charpy, Caroline Renard, Audrey Maingaud, Alain Villes, Angélique Polloni et Pierre Magne

Résumé

Le corpus d’objets du site du Pré-à-Vaches constitue un ensemble très conséquent et rare parce qu’il correspond à un habitat très probablement attribuable au tout début du Néolithique récent. Le contexte de découverte, la constitution de la collection, la datation et la caractérisation typologique, technologique et culturelle des différentes industries permettent de mieux situer cet assemblage au sein du Néolithique récent. Le site comprend plus de 800 objets et présente notamment un ensemble assez exceptionnel d’industrie en bois de cerf pour un site terrestre. Il apporte également de précieuses informations sur l’industrie lithique et céramique de cette période. Quelques éléments de parure ont également été trouvés dans cet habitat. Les études des différentes catégories d’objets ont permis une bonne caractérisation typologique et chronologique du site. Quelques éléments témoignent d’héritages du Néolithique moyen. Malgré le caractère ponctuel des fouilles et les lacunes concernant l’organisation spatiale des structures, des activités de débitage du bois de cerf et surtout de taille du silex ont été mises en évidence.

Texte intégral

En hommage à André Brisson, découvreur et fouilleur du site.

HISTORIQUE DES FOUILLES ET DES COLLECTIONS

1Le site de Morains-le-Petit, le Pré-à-Vaches est resté pratiquement inédit jusqu’à ce jour. Cette fouille d’André Brisson figure parmi les premières qu’il a faites et ceci peut sans doute expliquer cette situation d’oubli. La fouille est considérée comme mal documentée mais c’est omettre qu’elle a été réalisée à partir de 1924 et mentionnée par une note dès 1927 dans la littérature archéologique (Coutier, 1927a et b). Ces recherches figurent sans doute parmi les premières fouilles d’habitat néolithique.

  • 1 On extrait le passage qui va suivre d’un manuscrit Brisson non daté, mais sans doute de la fin des (...)

2Le site est localisé au nord de la commune qui aujourd’hui participe d’un regroupement comprenant Morains, Aulnizeux, Aulnay-aux-Planches et Coligny et forme la nouvelle commune de Val-des-Marais (Marne). Les structures mises au jour sont localisées à 500 m au nord du bourg près de la pointe de la fourche formée par les routes de Bergères-les-Vertus (D 6) et de Pierre-Morains (D 340) (figure 1). Si les premières mentions l’indiquent à l’ouest de la route de Bergères entre les deux sources du Petit Morin1 (A. Brisson, sans date, “Manuscrit et carnets de notes nos1,11 et 13"), on sait, par des sondages Brisson beaucoup plus récents, que le site s’étend aussi à l’est de la même route (figures 1 et 2).

Figure 1 – Carte de Localisation du site du Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). [Infographie : B. Baudoin]

Figure 2 – Vue actuelle du site du Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne).

Le contexte et les fouilles

  • 2 Autre extrait du manuscrit Brisson cité note 2 : “Là encore en 1925 passant sur la route à bicyclet (...)
  • 3 Lors de la première prospection du monticule de sable et de ses environs immédiats, Brisson a recue (...)
  • 4 André Brisson, “Manuscrit, carnet de notes n° 13”, archives du musée d’Épernay.
  • 5 La fouille de d’A. de Mortillet a été suivie par une note dans la SPF (Mortillet, 1925) dont le tit (...)
  • 6 Un fouilleur d’Émile Schmit aurait collecté sur le territoire de la commune la bagatelle de “4 000  (...)

3La toute première intervention remonte à 1924 et a débuté par un ramassage de surface (objets n° inv. 2516 BL et 2519 BL). En fait la découverte du site a été effectuée après le repérage, dans un champ de blé, d’une taupinière en terre plus brune que les autres2. La récolte de matériel archéologique se composait de quelques grattoirs, perçoirs, une hache polie et une trentaine de tranchets et armatures de flèches à tranchant transversal. Les trouvailles se sont concentrées autour d’un petit monticule sablonneux bien circonscrit par des quantités de déchets de taille de silex signalant les limites d’un possible atelier3. Du 15 août au 1er octobre 1924, Brisson a fouillé et vidé une première fosse et la moitié d’une seconde profonde de 1,80 m. Ces premières notes4, non datées avec précision, sont confirmées par les informations mentionnées dans l’article de Léon Coutier (Coutier, 1927a). Il y précise que cette fouille a été faite en sa compagnie et celle de Robert Duval, l’ami personnel de Brisson habitant Morains. On y apprend aussi que la seconde fosse a été fouillée sous la direction d’Adrien de Mortillet5 Les différentes structures mises au jour pendant les campagnes et interprétées pour l’époque comme des fonds de cabanes, sont distantes les unes des autres de 35 à 150 m et mesurent 4 à 5 m de rayon pour une profondeur de 1,30 à 2 m. Des indications stratigraphiques sont clairement exposées. Ces fosses sont creusées dans la craie qui apparaît sous les 25 cm de terre arable végétale puis d’autres sous 40 à 70 cm de sable. On trouve quelques précisions complémentaires dans le texte inédit d’une conférence faite par Brisson : “Les néolithiques ont dû construire leurs cabanes sur des creux naturels du sol puisque nous y avons retrouvé une couche stérile de terre végétale recouvrant le tuff sableux sousjacent. La couche archéologique présente les mêmes aspects que dans les foyers cités plus haut (ndr : Sommesous6, Écury-le-Repos, Aulnay-aux-Planches, Morains). Celle-ci atteignait 1,80 m d’épaisseur et plus au centre. La terre y était grasse et fine, très noire, presque impossible à travailler par temps humide. Les pièces en os et en bois de cerf y étaient parfaitement conservées surtout vers le bas de la couche archéologique qui se trouve dans l’eau encore une partie de l’année. Les silex n’y avaient [pas] pris de patine alors que ceux plus rapprochés de la surface du sol sont très légèrement patinés."

4De l’époque des fouilles, les publications sur le site sont rares. En 1925, A. de Mortillet publie une petite note concernant des éclats retouchés qu’il appelle “scies”, trouvés notamment à l’est des marais de Saint-Gond (Mortillet, 1925). A. Brisson et R. Duval (1934) ont publié un des galets de calcaire percé du Pré-à-Vaches parce qu’ils supposaient qu’il s’agissait d’un poids de tissage. Cette hypothèse est peu vraisemblable, comme nous le discuterons en conclusion. Le site est surtout mentionné par Léon Coutier (Coutier, 1927a et b et 1928). Les publications de 1927a et 1928 sont rigoureusement les mêmes, tandis que celle de 1927b présente le même contenu de manière différente. L. Coutier, qui a participé aux fouilles, précise la stratigraphie : “la partie supérieure est une terre végétale sableuse de couleur claire ayant de 30 à 40 cm d’épaisseur dans laquelle on rencontre quelques rares éclats de taille. Elle repose sur une terre de plus en plus foncée, épaisse de 60 cm à 1,30 m contenant du charbon de bois, des éclats de silex, des ossements d’animaux, des poteries grossières, des pièces en os et en silex très nombreux vers la base. Cependant, c’est surtout au centre, dans une couche de terre très noire de 30 cm de puissance, sur un rayon de 1 m 50, parsemée de fragments de grès craquelés par le feu, de tessons de poteries, de charbon de bois et d’ocre rouge que nous avons trouvé presque toutes nos pièces”.

Le mobilier et les inventaires

  • 7 Il est noté sur l’inventaire “fosse 1”. On peut donc penser que les fosses fouillées ont été notées (...)
  • 8 Il manque quelques carnets et le plan de récolement de la nécropole mérovingienne d’Aulnizeux (Marn (...)

5L’examen attentif de l’inventaire du musée d’Épernay permet de noter sans les comprendre les quelques problèmes survenus avant l’enregistrement de la collection. On ignore les raisons qui ont conduit à réunir en un seul lot tout le mobilier collecté entre novembre 1925 et septembre 1929. Toutefois, dans la collection existent deux lots, peut-être incomplets. Le premier est celui de la fosse 1 de 19277 et le second est celui de la fosse 4 de 1933. Il est tout à fait vraisemblable que lors des fouilles de 1924, une partie des objets ou la totalité ait pu être conservée par L. Coutier et A. de Mortillet. On peut supposer que les découvertes réalisées par A. de Mortillet sont encore conservées dans sa collection. Ce dont on peut être sûr, c’est que ce qui avait été donné à Robert Duval, A. Brisson l’a racheté bien plus tard et figure dans les collections du musée d’Épernay. Il est aussi possible que le lot de R. Duval ait perdu toute mention précise d’origine et soit donc mélangé avec le lot 1925-1929. Il faut aussi savoir que quelques carnets de notes ont été perdus ( ? ) ou prêtés ( ? ) et n’ont pas été rendus8. On peut sans doute ainsi expliquer l’absence des notes des fouilles de 1933.

6La toute première campagne de 1924 a permis de recueillir en contexte dans les trois premières fosses : 1 pointe de flèche à ailerons, 56 armatures à tranchant transversal, 60 grattoirs, 12 perçoirs, 10 poinçons en os, 5 manches d’outils, 20 gaines de hache, 1 hache polie, 7 percuteurs, 4 amulettes, sans compter les éléments osseux faunistiques (Coutier, 1927a et 1928). En 1927 (Coutier, 1927b), l’inventaire donné est le même à quelques exceptions près : les 10 poinçons en os sont alors 10 perçoirs en os, les 5 manches d’outils deviennent 5 gaines de poinçons, les 7 percuteurs ne sont plus que 5 et 7 nucléus sont alors mentionnés. L’auteur indique pour finir qu’il a l’intention de reprendre les fouilles mais rien dans les archives consultées ne permet de l’affirmer. D’autre part A. Brisson n’indique pas toujours avec qui il opère.

7L’inventaire Brisson rédigé sur fiches à partir de 1938 laisse apparaître que le gros du mobilier néolithique (n° inv. 2822 BL à 3558 BL puis 3687 BL à 3701 BL) provient des fouilles de novembre 1925 à septembre 1929 (ndr : donc post publication de l’AFAS) et que rien ne peut être attribué avec certitude à une structure. En revanche les ramassages de surface de la période 1925-1929 (n° inv. 3613 BL à 3645 BL) sont bien individualisés. Est aussi identifié le mobilier de la fosse 1 de 1927 (n° inv. 2507 BL à 2512 BL). La faible ampleur de l’ensemble laisserait supposer des pertes ou, comme on le pense, signifierait plutôt la fouille d’une petite fosse. Un second ensemble est identifié avec précision (n° inv. 2433 BL à 2441 BL, 2443 BL, 2445 BL à 2449 BL et 2451 BL). Il provient de la fosse 4 de novembre 1933. La surveillance du site s’est prolongée par la suite puisque, en septembre 1936, A. Brisson y explore une structure gallo-romaine. La même année il inaugure son musée à Écury-le-Repos. Une carte postale réalisée à cette occasion montre très bien les objets du Pré-à-Vaches (figure 3).

8La documentation conservée livre les informations suivantes :

1. Du texte de la conférence, il nous semble utile de communiquer les descriptions synthétiques des séries de mobiliers tant elles paraissent significatives des connaissances acquises par A. Brisson au cours de sa longue activité (1922-1972). On a aussi pris soin de ne le modifier que pour des raisons orthographiques.

Figure 3 – Présentation du mobilier néolithique dans l’ancien musée Brisson d’Écury-le-Repos.
Une grande partie du mobilier visible sur la photographie concerne Le Pré-à-Vaches.

9“L’outillage lithique. C’est parmi des milliers d’éclats de taille ou d’instruments de fortune que nous avons choisi une série remarquable de pièces de choix en silex taillés ou polis. La matière employée est variée. La plus employée est le silex noir de la craie en provenance de Vert-la-Gravelle, mais nous avons d’autres silex qui sont venus de contrées lointaines – des fragments d’un marteau perforé et poli sont en roche verte. Parmi nos pièces en silex, à peu près tout l’outillage néolithique est représenté en abondance. Nous remarquons une très belle série de grattoirs de toutes formes et de toutes grandeurs, des pointes de flèches à tranchant transversal, à pédoncule et à ailerons, des perçoirs, des lames à dos abattu, des faucilles, des percuteurs, des nucléus, de très nombreux fragments de haches polies. Les pièces presque intactes sont rares. On retaillait les pièces jusqu’à épuisement de la matière. Ces haches étaient en silex de différentes variétés. Notons dans l’outillage de pierre des fragments de molettes en granit ?, des morceaux d’un polissoir en grès, des morceaux d’un marteau perforé en roche verte -jade ?

10L’outillage osseux. Nous avons recueillis au cours de ces fouilles une très belle série d’os travaillés. Ce sont surtout des poinçons. Ils sont pour la plupart travaillés dans des os de chevreuil. Quelques uns sont tirés d’os de bœuf à l’aide de burins en silex, deux spécimens ont été trouvés en cours de fabrication. Nous possédons encore quelques lames tirées de côtes de bœuf ou de cerf d’un usage indéterminé, ayant beaucoup servi.

  • 9 Brisson connaissait parfaitement ce matériel pour avoir été employé comme ouvrier sur les fouilles (...)

11L’outillage en bois de cervidé. La conservation des objets de cette matière aura donné un intérêt particulier à nos foyers du Pré-à-Vaches car se sont de véritables ateliers où était travaillé cette matière. Nous avons en effet un nombre considérable de chute de taille où l’on peut à loisir étudier la façon dont nos néolithiques s’y prenaient pour confectionner les gaines ou emmanchures de haches polies ou de poinçons en os. Comme pour les pièces en os, le bois de cerf est particulièrement bien conservé dans nos foyers de Morains, surtout dans les couches archéologiques les plus profondes et les plus riches. Ces pièces ont gardé leur densité et l’ont peut-être dépassé grâce à l’humidité et la nature du sol. Les gaines de haches ou de poinçons qui sont parvenues jusqu’à nous sont plus ou moins cassées. Ce sont des outils de rebut cassés après usage ou au cours de fabrication mais constituent une bonne série d’étude. Dans la partie la plus grosse de l’andouiller on tirait les gaines de haches, dans les comillons les gaines de poinçons. La matière dure de l’andouiller était attaquée à la hache en biseau jusqu’à la matière spongieuse et cassée ensuite pour obtenir un morceau choisi pour l’objet projeté. Ce procédé a été reconnu dans les palafittes9. Le sciage par lame de silex est plus rare. Le percement du trou d’emmanchement était obtenu d’abord par grattage jusqu’à la matière spongieuse avec un grattoir, on achevait le travail avec perçoir et lame. Le finissage et polissage de ces pièces est souvent très soigné. Toutes nos gaines de haches ne sont pas du même type à trou d’emmanchement. Nous avons encore trouvé plusieurs exemplaires d’un autre genre – dit gaine à talon – qui était plutôt fréquent dans les palafittes. Plus rares sont les bois de chevreuil rencontrés dans ces foyers. Ils portent cependant des traces de travail et d’utilisation. L’un peut avoir été un ciseau en préparation, l’autre un poignard.

12Objets de parure. Ces fonds de cabane ont encore donné quelques objets dignes d’intérêt. Ce sont des pièces d’enfilage ayant pu faire partie de colliers. Ce sont des coquilles percées, des dents de chevreuil percées, des dents de cerf incisées et accouplées, des perles de calcaire et d’os. Notons en passant une assez grande quantité d’ocre rouge qui peut avoir été utilisée pour les tatouages.

13Poteries. Un nombre très élevé de tessons ont été trouvés au cours de ces fouilles. Pas une seule n’a pu être reconstituée. De petite, moyenne ou grande dimension, elles sont toutes de même type, avec silex nombreux dans l’argile comme celles des grottes de de Baye.

  • 10 André Brisson (Écury-le-Repos, 31 juillet 1902 – Écury-le-Repos, 5 mars 1979). Conservateur du musé (...)

14Faune. Les ossements non utilisés – déchets de cuisine – ont été retrouvés également très nombreux. Le cerf, le grand bœuf des marais, le sanglier y sont les plus fréquents. Le chevreuil, le cheval, le hérisson y ont aussi été reconnus. A quel titre parlerons-nous d’ossements humains (fémur et humérus – fragments) trouvés dans les mêmes conditions que les ossements d’animaux. Ils sont cassés et leurs cassures datent de l’époque néolithique. Nous n’avons constaté aucun mélange dans la couche archéologique." A. Brisson10.

152. Des notes, de l’inventaire et des carnets de fouilles, on peut dresser le tableau qui suit. Malheureusement, il manque une série importante de documents (98 objets) sans que l’on puisse réellement en expliquer l’absence (annexe 1). Le tableau suivant synthétise l’ensemble des notes dépouillées dans les carnets de fouilles de Brisson (figure 4).

16C’est ici que s’arrêtent actuellement les notes conservées du fouilleur. On retrouvera peut-être un jour un carnet dans les archives d’un autre archéologue comme ce fut le cas dans le fonds Fromols qui a transité par le Service régional d’Archéologie de Champagne-Ardenne. En 1990, un nouveau carnet a rejoint les archives du musée d’Épernay. La surveillance du site a été très effective de la part de Brisson puisqu’il passait sur le site à chaque déplacement vers Épernay.

  • 11 Un tri sérieux a été pratiqué à la suite des différends avec certaines hautes personnalités de l’ar (...)

17Outre le mobilier conservé dont on constate qu’il est exclusivement limité à la seule collection Brisson, on trouve aussi une illustration des usages de l’époque avec l’exemple Roland qui prouve, s’il en était besoin, que les objets acquis par d’autres en remerciement pour la ou les journées de fouilles partagées ne sont pas consignés dans les carnets de notes. Enfin on s’étonne, mais c’est normal pour l’époque, du peu de mentions relatives aux vestiges faunistiques alors que tout a été récupéré, du moins les macro-restes et que cela représente une quantité notable qui reste à étudier. Enfin, il est utile à nouveau de préciser que les tessons de céramique ne constituent qu’une sélection de ce qui a été trouvé. Tous les fragments non significatifs ne comportant pas d’élément de lèvre ou de fond, ont été écartés volontairement par Brisson lui-même11.

  • 12 On peut comparer cet objet à “la hache à talon” de Brisson citée plus haut dans le tableau. Il y a (...)
  • 13 Sur une information de Fabien Langry-François, on sait que 109 numéros de l’inventaire du musée Sai (...)

18L’inventaire du musée Saint-Remi de Reims mentionne les objets trouvés par A. Roland lors de son passage. Ils y sont entrés en 1979, avec l’achat de la collection Roland-Hu que la ville d’Épernay avait malheureusement refusée. On y note la présence de 36 objets néolithiques du Pré-à-Vaches dont 3 fragments osseux animaux, 1 fragment de bois de cervidé, 1 petit andouiller de cervidé, 4 fragments de gaines de hache en bois de cerf, 1 hache marteau en bois de cervidé12, 1 manche de poinçon en corne, 1 armature de flèche en bois de cervidé, 4 flèches à tranchant transversal, 14 lames, 5 grattoirs, 1 percuteur13

  • 14 Cet inventaire nous a été fourni par Mme Tenault, du musée de Reims, que nous remercions.

19L’inventaire fourni par le musée de Reims14 comprend 52 objets néolithiques provenant du Pré-à-Vaches, dont 7 objets d’industrie osseuse, 30 pour l’industrie lithique dont 7 outils et 4 armatures et 4 restes de faune, ce qui correspond à peu près à l’inventaire précédent.

20Du mobilier provenant de la vallée du Petit Morin a été acheté en 2002 à André Berthot qui le tenait de son père (né en 1918), par Jean Hallemans pour sa collection privée qui est maintenant présentée au musée municipal de Préhistoire de Sciez (Haute-Savoie) (Castel, 2008).

Figure 4 – Tableau récapitulatif des découvertes, d’après les carnets de fouilles de Brisson.

Le mobilier acheté comprend un poignard, quatre pointes de flèche losangiques à ergot, trois pendeloques arciformes en schiste biforées, une pendeloque biforée en schiste, une hache pendeloque en schiste, quatre perles-disque et sept pendeloques sur dents animales. Le mobilier a été inventorié par F. Castel comme provenant du Pré-à-Vaches sur la commune de Val-des-Marais à Morains (Morains-le-Petit) (F. Castel et J. Hallemans, confirmations orales). La mention “hypogée” qui est affectée à ces objets (Castel, 2008) apparaît contradictoire en regard des données stratigraphiques et orographiques du site du Pré-à-Vaches. Il s’agit en réalité d’une erreur d’attribution car André Berthot confirme que ce mobilier provient bien d’hypogée(s) de la vallée du Petit Morin, mais pas du tout de la commune de Morains-le-Petit et encore moins du site du Pré-à-Vaches. Il s’agit à l’évidence d’une confusion entre Petit Morin et Morains-le-Petit. Ces objets n’ont donc pas été pris en compte dans cette étude.

ÉTUDE ANTÉRIEURE DU MOBILIER

21Le site est mentionné par G. Bailloud (1974) en une demie page donnant une liste générale du mobilier recueilli sur le site. L’auteur n’a pas publié de dessins du mobilier. L. Burnez-Lanotte (1987) a publié, à titre de comparaison, les dessins de cinq gaines de hache à tenon et à ergot provenant du site (figure 42, p. 217 et planche 119). Les dessins de trente poteries ont été également figurés (planches 120 à 122). Mais le sujet de recherche de cet important travail sur le Néolithique récent étant exclusivement axé sur le rituel funéraire, le site du Pré-à-Vaches n’a pas été pris en compte dans l’étude synthétique. Notons toutefois que tous les éléments typologiques n’avaient pas été dessinés et surtout que le récolement effectué depuis par J.-J. Charpy a montré que quelques tessons n’appartenaient pas au site et provenaient de mélanges anciens dans les collections.

22A. Villes a publié une très petite partie du mobilier dans deux articles et Th. Gé a reproduit une partie de ses dessins dans son mémoire de maîtrise (1989). Dans une publication sur la hache-marteau d’Abilly (Indre-et-Loire), A. Villes utilise trois “haches-marteaux” en bois de cerf du Pré-à-Vaches à titre de comparaison (Villes, 2006a, figure 6). Les exemples du Pré-à-Vaches sont comparés à ceux de Courjeonnet et Vert-la-Gravelle

23(Marne) afin de montrer leur grande fréquence dans le SOM. Une autre publication présente le mobilier de façon plus conséquente sous la forme d’une planche de matériel lithique, céramique, d’objets de parure et d’outils en matière dure animale, conservés au musée d’Épernay (VIlles, 1985, figure 2, p. 34). Le site du Pré-à-Vaches est utilisé dans cette publication à titre d’exemple afin de distinguer deux phases chronologiques au sein de la SOM : un Néolithique récent et un Néolithique final. L’auteur précise dans le texte que le site du Pré-à-Vaches n’a pas livré d’armatures à pédoncule et ailerons, ni poignards, ni racloirs à encoches, ni moyens de préhension sur les poteries, ni formes basses à fonds ronds, ni cuillers, ni fusaïoles (Villes, 1985, p. 30). Pour cette raison, A. Villes avait proposé d’attribuer le site du Pré-à-Vaches à la SOM. En revanche, le site a livré en abondance des gaines à tenon, fréquentes dans le Horgen, mais pas d’éléments typiquement horgeniens. L’auteur mentionne également 89 pointes de flèches, dont une flèche perçante losangique, une pédonculée et 87 tranchantes (Villes, 1985). Malheureusement, depuis cette première étude, le site n’a toujours pas fait l’objet d’une publication complète présentant le mobilier archéologique et son analyse. Cet article présente enfin cette documentation archéologique et l’ensemble des résultats obtenus par les études de mobilier réalisées sur ce site.

DATATION RADIOCARBONE DU SITE DU PRÉ-À-VACHES

24Deux datations radiocarbones ont été financées par le Programme collectif de recherche et réalisées au laboratoire de Groningen (Pays-Bas). La première a été réalisée sur un prélèvement effectué sur la pellicule noire d’une poterie (Pré-à-Vaches n° 10, n° inventaire 15352B). Malheureusement, l’échantillon s’est révélé trop pauvre en carbone (1 %, alors que 60 % environ auraient été nécessaires) pour permettre une datation avec une marge d’erreur satisfaisante. Le résultat est inutilisable pour dater cette poterie du Pré-à-Vaches (figure 5).

25Le second prélèvement a été effectué sur un fragment de gaine de hache à perforation transversale en bois de cerf (n° d’inventaire du musée d’Épernay : 3507 BL). La datation de cette gaine de hache en bois de cerf (GrA 29529), calibrée à deux sigmas, donne un résultat entre 3624 et 3139 cal. BC (avec des pics de probabilité situés entre 3500 et 3300 cal. BC), c’est-à-dire correspondant à la deuxième moitié du IVe millénaire. Il s’agit d’une datation assez haute pour du Néolithique récent mais qui correspond bien à la période comprise entre le Néolithique moyen II et le Néolithique final. Cette datation pourrait permettre de placer le site du Pré-à-Vaches dans une phase ancienne du Néolithique récent.

Code laboratoire

Matériau daté

Date BP

Date calibrée

Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit

GrA 29529

Bois de cerf (3507 BL)

4630 ± 45 BP

3624-3139 cal. BC

Le Pré-à-Vaches n° 10, Morains-le-Petit

GrA 30378

Pellicule noire en surface d’une poterie

8760 ± 390 BP

Figure 5 – Tableau de présentation des datations radiocarbone obtenues sur le site du Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne).

CORPUS CÉRAMIQUE

26Les tessons ont été inventoriés et marqués par le musée d’Épernay, où le matériel est conservé. La série céramique du Pré-à-Vaches comprend 38 individus. La plupart des tessons non typologiques n’ont pas été conservés par Brisson. Aucun recollage n’est possible. Brisson lui-même mentionne dans un texte manuscrit qu’il n’a pas été possible de reconstituer les poteries. Il n’y a aucun profil archéologiquement complet. Les céramiques sont représentées à l’échelle un demi.

Typo-morphologie céramique

Caractérisation typologique du corpus (figures 6 à 11)

27Les fonds plats sont représentés par 21 individus. Les bases de panse montrant une surface de jonction avec le fond sont présentes dans 6 cas. Le corpus comprend également 16 bords et un moyen de préhension (3423 BL).

28Les bords sont légèrement éversés, ce qui entraîne l’individualisation de cols. Le bord n° 14 (figure 7) montre des caractéristiques typologiques et techniques particulières. Le rabat interne peut très bien correspondre à une sorte de préforme du bord avant lissage complet. Le bord n° 15393 B, légèrement éversé, présente un col mal individualisé. Une nouvelle fois il s’agit sans doute d’un bord fabriqué avec un savoir-faire un peu différent des autres individus du corpus. En effet, ce tesson montre une surface externe qui a été travaillée avec apport d’une grande quantité d’eau. Quatre bords sont droits mais leur orientation exacte et l’existence ou non d’un col sont sujets à discussion étant donné la petitesse des tessons.

29La morphologie des parties supérieures des poteries est mieux connue à partir de 12 bords. Tous ces individus présentent des bords éversés à col concave assez bien marqué. La fréquence de ce type de bord permet de penser qu’il s’agit d’une caractéristique des poteries du Pré-à-Vaches.

30Les fonds plats très peu débordants sont majoritaires avec 13 individus (nos 7, 9,11,12,13,15,17,18, 27, 31, 34, 35 et 36). Les fonds plats très épais sont aussi largement majoritaires (13 individus, nos 7, 9,10,11,12, 17,18, 26, 27, 32, 33, 34 et 35). Les fonds peu épais, ceux dont l’épaisseur correspond environ à celle de la panse sont peu nombreux (nos 13, 15, 31, 33 et 36). Une seule préhension, d’un type rare, est présente sur un fragment de panse. Il s’agit d’un gros bouton de 5,4 cm de diamètre (3423 BL, figure 7). Parmi cet assemblage qui apparaît homogène, ce gros bouton est remarquable, mais malheureusement unique.

31Si on reconstitue virtuellement la forme des poteries à partir des bords, des fonds et des fragments de panse, elles présentent toutes une morphologie générale identique. Il s’agit de formes simples, tronconiques, à fonds plats, bords éversés et cols marqués. Ces formes pourraient correspondre aux types B1 ou B2 à col long, ou au type Cl à col court dans deux cas, définis dans la classification typologique des poteries du Néolithique récent (Brunet et alii, 2004b ; Augereau et alii, 2007). Il n’est pas possible de choisir entre ces types B ou C car aucune forme n’est complète.

32Le vase n° 14 (n° 19982 B) a une lèvre dont la forme se retrouve fréquemment au Bronze final. On peut cependant noter que les autres caractéristiques techniques sont semblables à celles des autres tessons du site. Cette forme de bord et de lèvre se retrouve à Bazoches-sur-Vesle, le Bois-de-Muisemont (Dubouloz, 1988, figure 23, nos 1 et 3) et à Loisy-en-Brie (Chertier et alii, 1994, figure 31, n° 6) dans des ensembles généralement attribués au Néolithique récent, c’est-à-dire au IVe millénaire, ou au moins à la seconde moitié du IVe millénaire.

Comparaisons typologiques avec la céramique du Bassin parisien

33Sur cet ensemble de poteries dont on ne connaît qu’une partie du profil, une part importante appartient à des vases à bord éversé et col concave (à col long, type B de Augereau et alii, 2007) sans que l’on puisse déterminer de façon certaine s’ils sont tronconiques ou en tonneau. Un nombre plus faible de récipients possèdent un bord rectiligne sans que l’on puisse déterminer s’ils sont ouverts ou droits. Seuls deux vases à col court sont présents (nos14 et 20).

34Pour les vases à profil en S, bord éversé et col concave, il peut être donné la liste (non limitative) des sites comparables suivants : la Folie à Saint-Saulve (Nord ; Piningre, 1985), le Fossé-Gosset à Vers-sur-Selle (Somme ; Piningre, Bréart, 1985), le fossé d’enceinte du Bois-de-Muisemont à Bazoches-sur-Vesle (Aisne ; Dubouloz, 1988), la Plaine-du-Marais à Chevrières (Oise ; Malrain, Prodéo, 1988), le Cul-Froid à Boury-en-Vexin (Oise ; Lombardo, 1986), le Hazoy à Compiègne (Oise ; Blanchet, Decormeille, 1980), la Justice à Argenteuil (Val-d’Oise ; Cottiaux et alii, 2004, figure 20, n° 1), le Désert à Argenteuil (Val-d’Oise ; Bailloud, 1974, figure 43, nos 5 et 8 ; Cottiaux coord., 2004), la Pierre-Plate à Presles (Val-d’Oise ; Tarrête, 1985), le Tertre-Guérin à La Grande-Paroisse (Seine-et-Marne ; Cottiaux coord.,

Figure 6 - Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Poteries. Bords éversés.
[Dessins : R. Cottiaux, P. Magne et R. Martineau]

Figure 7 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Poteries. Bords éversés.
[Dessins : R. Cottiaux, P. Magne et R. Martineau]

Figure 8 - Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Poteries. Bords éversés, bords droits et moyen de préhension. [Dessins : R. Cottiaux, P. Magne et R. Martineau]

Figure 9 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Poteries. Fonds plats.
[Dessins : R. Cottiaux, P. Magne et R. Martineau]

Structure de façonnage, vue en coupe. La jonction du premier colombin (photo de gauche) s’effectue dans une gorge circulaire
(photo de droite). Il s’agit, comme le montre également le dessin technique, de colombins internes obliques concaves.

Figure 10 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Poteries. Fonds plats.
[Dessins : R. Cottiaux, P. Magne et R. Martineau ; clichés : R. Martineau]

Figure 11 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Jonctions de panse sur fonds plats. Exemples de cassures
caractéristiques à la jonction fond-panse. Elles sont généralement provoquées par l’usure à la jonction de deux parties associées à
des états différents de séchage de la pâte. Ces différents types de cassures correspondent ici à La même méthode de façonnage consistant
à poser le premier colombin sur une surface concave aménagée sur le fond, à l’intérieur, en oblique. [Dessins : R. Cottiaux, P. Magne
et R. Martineau ; clichés : R. Martineau]

2004, figure 17), la ZAC de la Tuilerie à Chelles (Seine-et-Marne ; Cottiaux et alii, ce volume), la Porte-aux-Bergers à Vignely (Seine-et-Marne ; Allard et alii, 1998), Bercy à Paris (Lanchon, 1998) et les poteries 2,3,5,22 et 23 de la collection J. de Baye (Renard et alii, ce volume).

35Les fonds des poteries du Pré-à-Vaches sont parfois plus épais que la panse et les pieds sont souvent débordants. Ces caractéristiques typo-technologiques sont fréquentes pour les poteries du Néolithique récent du Bassin parisien. Les comparaisons évoquées précédemment pour les parties supérieures des récipients et les similitudes concernant les fonds permettent d’inscrire la céramique du Pré-à-Vaches dans le Néolithique récent du Bassin parisien, comme cela avait été proposé pour le SOM (Bailloud, 1974).

Comparaisons proches pour la préhension (3423 BL, figure 7)

36Nous supposons que ce fragment de panse n’est pas un intrus dans les fosses fouillées (ce qui est toujours possible) et qu’il ne correspond pas au Néolithique moyen II Les boutons sont fréquents et répandus dans les différents faciès de cette période, bien qu’ils n’aient jamais une taille aussi importante. Par exemple, le bouton comparable de Lieusaint, le Champtier-à-Caille (Seine-et-Marne) ne mesure que 2,5 cm de diamètre (Monchablon et alii, ce volume). Rien ne permet a priori d’écarter le moyen de préhension du Pré-à-Vaches de l’ensemble des autres tessons, ni sa pâte, ni sa technique de réalisation.

37Pour cette période, dans cette région et dans l’état actuel de la recherche, nous ne connaissons que des vases à fond plat, mais pas de bouton. Typologiquement, il est possible que ce gros bouton soit un héritage du Néolithique moyen II. En Suisse occidentale, de tels boutons existent sous les bords dans le Cortaillod et surtout à Sütz-Lattrigen, Riedstation (3393-3388 av. J.-C.), site en partie contemporain du Pré-à-Vaches (Hafner, Suter, 2006). Mais on ne sait pas si le bouton de ‘Pré à Vaches’ était situé sous un bord.

Matériaux, techniques et chaînes opératoires des poteries

38Tous les critères techniques et toutes les étapes de la chaîne opératoire ont pû être étudiés selon la méthode présentée dans cet ouvrage (Martineau, ce volume). Le détail des observations réalisées est présenté dans un tableau en annexe 2.

Caractérisation des matières premières

39Tous les tessons sont dégraissés au silex, seul ou associé à la chamotte (figure 12). Dans de nombreux cas il est visible que le silex a été brûlé avant d’être pilé et mélangé à la pâte. Un fragment de silex de 6 par 2 mm a été analysé pour en connaître la provenance (étude Jehanne Affolter). Il présente un cortex sableux, un litage irrégulier non sédimentaire et à l’œil nu une granulométrie assez fine ; azoïque, il contient quelques intraclastes d’aspect pédologique. Ces caractéristiques font penser à du Tertiaire, peut-être du Ludien. Cette analyse ponctuelle montre que la détermination des inclusions de silex est possible, malgré deux cuissons successives du silex puis de la poterie.

40Une grande partie du corpus comprend également de la chamotte associée au silex. Il est très probable qu’il s’agit bien de chamotte préparée et ajoutée intentionnellement dans les pâtes (figure 12) et non de “grumeaux” d’origine naturelle liés à la matrice, ou bien d’origine artificielle liés au mode de préparation de la pâte. L’échantillon de la figure 12 montre un fragment de terre cuite de forme rectangulaire, présentant une surface régulière qui atteste de façon certaine qu’il s’agit bien de chamotte au sens propre du terme.

Figure 12 – Inclusions de silex et chamotte dans la pâte
(15 367 B). Un des fragments de chamotte est quadrangulaire
(15 381 B). [Clichés : J.-J. Charpy]

Analyse quantitative des matières premières

41Trente poteries ont été dégraissées au silex associé à de la chamotte (79 %) et huit n’ont été dégraissées qu’au silex (21 %). On peut donc considérer que le double dégraissant silex + chamotte constitue la pratique majoritaire de préparation des pâtes du site du Pré-à-Vaches. La présence systématique du silex dans les pâtes et l’existence de 21 % de poteries uniquement dégraissées au silex indiquent également l’importance de cette caractéristique technique pour la poterie du Pré-à-Vaches.

Identification des techniques et procédés de façonnage

42Des structures de façonnage sont observables dans 20 cas (51,2 %). Elles se répartissent sur les fonds, les panses et les bords. Des traces de traitements de surfaces sont visibles dans 12 cas (34,2 %). Certains fonds plats présentent des structures de façonnage caractéristiques permettant de supposer l’existence d’un repli de la pâte pour leur mise en forme (nos 1,4,18, 26, 34 et peut-être 36). Ce procédé technique de fabrication du fond consiste à replier la pâte sur elle-même, avant la pose du premier colombin. Deux exemples permettent d’observer que la pose du premier colombin succède au repli du fond (nos 18 et 34).

43Plusieurs individus céramiques présentent des structures et/ou des cassures de façonnage caractéristiques, permettant de reconstituer le type de jonction entre le premier colombin et le fond plat (nos 12,13,17,18,26, 32, 34 et 36). Pour le détail des descriptions techniques de chaque individu, on se reportera aux légendes des figures.

44On observe souvent que le premier colombin est posé dans une dépression aménagée sur la périphérie du disque qui constitue le fond. Cette préparation concave a certainement pour but d’améliorer la cohésion entre les deux parties qui vont être associées. Sur le site du Pré-à-Vaches, la pâte est ensuite ramenée de bas en haut à l’extérieur et de haut en bas à l’intérieur de la poterie (nos 12,13 et 18). La photo de la figure 10 (n° 15 369 B) montre clairement l’étirement de la pâte du bas vers le haut du fond, à l’extérieur. À l’intérieur de la poterie, la jonction est parfois complétée par une pression circulaire de l’index, qui entraîne alors la formation d’une gouttière (nos 7 et 27). Des empreintes de doigts ont parfois été imprimées sur la surface interne du fond (n° 9), soit lors de la phase de repli au moment de la fabrication du fond (avant la pose du premier colombin), soit lors du rabat de la pâte lié à la mise en forme du fond (n° 13 par exemple).

45Sur la panse, les structures et cassures de jonctions de colombins correspondent toutes à des montages en oblique, avec des colombins en anneaux posés à l’intérieur, sur des surfaces de collage concaves. Néanmoins, deux structures, bien que incertaines, semblent inversées et correspondre à des colombins externes (n° 6).

46Les jonctions de colombins de la panse correspondent aux mêmes gestes et à la même méthode de façonnage que ceux qui sont utilisés pour la jonction du fond avec le premier colombin. Les surfaces internes et externes présentent des traces de lissage à la main mouillée qui correspondent vraisemblablement aux lissages effectués lors des jonctions entre les différents éléments assemblés. Ces traitements de surface peuvent avoir été réalisés soit au fur et à mesure du façonnage, soit en une fois à la fin du montage. Quelques tessons présentent des traces différentes associées à ces lissages à la main mouillée. Il s’agit de lissages réalisées probablement à l’aide de tiges végétales (os, paille, herbe ou roseau ?) laissant de rares stries bien marquées (figure 13).

Reconstitution de la méthode de façonnage

47Malgré le faible nombre d’individus étudiables, l’essentiel de la chaîne opératoire de façonnage a pu être reconstituée. Les observations concernant la méthode de façonnage sont cohérentes et assez homogènes.

Figure 13 – Traces de lissage à la main mouillée associées à du lissage à l’aide de tiges végétales.

48Du fond vers le bord, il est possible de reconstituer quatre étapes principales constitutives de la chaîne opératoire de façonnage :

49Étape 1 – Ébauchage du fond : les fonds ont été mis en forme par un procédé de repli de la pâte. Le premier colombin est ensuite posé dans une dépression aménagée sur la périphérie du fond.

50Étape 2 – Mise en forme du fond : à ce moment de la jonction du fond avec la panse, la pâte est ramenée de bas en haut à l’extérieur et de haut en bas à l’intérieur de la poterie. À l’intérieur, la jonction est parfois complétée par une pression circulaire de l’index, qui entraîne alors la formation d’une gouttière. Des empreintes de doigts ont parfois été imprimées sur la surface interne du fond, soit lors de la phase de repli au moment de la fabrication du fond (avant la pose du premier colombin), soit lors du rabat interne ou externe de la pâte lié à la mise en forme du fond.

51Étape 3 – Ébauchage de la panse : les structures et cassures de jonctions des colombins de la panse correspondent à des montages en oblique, avec des colombins en anneaux posés à l’intérieur, sur des surfaces de collage concaves.

52Étape 4 – Mise en forme de la panse : le lissage à la mainmouillée a été appliqué sur les surfaces internes et externes lors des jonctions entre les différents éléments assemblés, ou bien lors d’un lissage final en une seule fois.

53Les poteries du Néolithique récent de ces régions ne présentent pas de stades de séchage différents. Toutes les opérations ont été réalisées sur pâte humide, ce qui n’aide pas à reconstituer l’ordre dans lequel ces fragments de chaîne opératoire de façonnage ont été mis en oeuvre. Néanmoins, on distingue clairement les étapes réalisées lors de l’ébauchage et celles réalisées lors de la mise en forme, ce qui permet de reconstituer la méthode de façonnage des poteries du Pré-à-Vaches. Il est très peu vraisemblable que le fond a été ajouté à la fin du montage car les zones de jonction entre le fond et la panse correspondent à un ajout du premier colombin sur le fond déjà façonné. Néanmoins, l’existence d’une séquence allant du bord vers le fond ne peut être totalement exclue à partir des observations réalisées sur les poteries de ce site. Cependant, l’absence de bords plats ou aplatis indique que les poteries n’ont pas été posées renversées sur le bord. À moins que dans un second temps ces bords plats n’aient été lissés pour leur donner la forme arrondie qu’ils présentent aujourd’hui. Nous pensons que cela n’a pas eu lieu car, étant donné le peu d’investissement porté à la fabrication de ces poteries, il resterait des portions de bords qui n’auraient pas été correctement lissées et qui montreraient des bords plats ou aplatis. D’ailleurs, ce faible investissement technique n’incite pas à soutenir l’idée d’une séquence du bord vers le fond.

54Dans tous les cas, les observations sur les structures de façonnage nous donnent surtout des informations sur l’ébauchage. Les observations sur les procédés de jonction et les lissages des surfaces nous renseignent davantage sur la mise en forme. On constate que la mise en forme a très peu modifié les structures de façonnage et la forme initiale de la poterie (l’ébauche). Les structures de jonction (ou collage) entre les éléments seraient beaucoup moins lisibles sans cela. Les surfaces sont presque brutes de façonnage. Tout ceci montre un faible investissement technique de la production.

55Ainsi, comme la mise en forme a très peu modifié la morphologie de l’ébauche. Les formes finales des récipients sont quasiment identiques aux morphologies des ébauches. Ceci explique certainement les raisons pour lesquelles ces formes sont si simples et répétitives et pourquoi ces productions donnent une impression si fruste. On sait par ailleurs que l’ébauchage est très lié aux savoir-faire transmis et partagés à l’intérieur d’une communauté (Gosselain, 2001). On sait également que ce sont les mises en forme qui entraînent le plus de variabilité technique et morphologique des récipients. Ainsi, le faible investissement technique lors de la mise en forme des poteries du Néolithique récent pourrait expliquer en partie la simplicité des formes et leur caractère répétitif.

Analyse quantitative des modes de cuisson

56L’identification des atmosphères et des modes de cuisson a été réalisée à partir de la méthode exposée dans cet ouvrage (Martineau, ce volume). La cuisson des poteries du Pré-à-Vaches a été stoppée dans 31,5 % des cas en phase III (12 individus), dans 23,6 % en phase IVa (9 individus) et dans 26,3 % en phase V (10 individus). Trois individus ont été cuits en phase IVb (7,8 %), une variante de IVa. Deux cas sont indéterminés et deux autres tessons ont sans doute été recuits (figure 14).

57Ces résultats montrent que les modes de cuisson privilégiés du site du Pré-à-Vaches étaient des cuissons en atmosphère oxydante uniquement. Les phases III, IVa et V se répartissent équitablement. Le caractère non systématique des phases finales de cuisson montre que celles-ci n’étaient certainement pas volontairement arrêtées à un moment précis du processus. En revanche, les résultats montrent clairement que la cuisson était toujours prolongée au moins jusqu’à éclaircissement minimum de la marge externe et souvent prolongée plus longuement (phases IVa et V). Dans un tel cas de figure nous avons tendance à penser que la cuisson ne présente pas un caractère techno-culturel marqué, bien qu’il faille rester prudent en ce qui concerne l’interprétation de ces données à cause de la faiblesse numérique de l’échantillon. Notons toutefois que des résultats semblables avaient été obtenus pour certaines phases chrono-culturelles du Néolithique final (contemporain du Néolithique récent du Bassin parisien) des stations du lac de Chalain (Martineau, Pétrequin, 2000).

Figure 14 – Tableau de répartition quantitative des phases finales de cuisson.

Groupes de poteries et chaînes opératoires de production

58Deux types de dégraissants, une méthode de façonnage et quatre types de cuisson ont été identifiés et permettent de constituer des groupes de poteries :

59Groupe de poteries n° 1 : silex+chamotte, colombins en anneaux, cuisson de type III (8 individus) ;

60Groupe de poteries n° 2 : silex+chamotte, colombins en anneaux, cuisson de type IVa (9 individus) ;

61Groupe de poteries n° 3 : silex+chamotte, colombins en anneaux, cuisson de type IVb (2 individus) ;

62Groupe de poteries n° 4 : silex+chamotte, colombins en anneaux, cuisson de type V (7 individus) ;

63Groupe de poteries n° 5 : silex, colombins en anneaux, cuisson de type III (4 individus) ;

64Groupe de poteries n° 6 : silex, colombins en anneaux, cuisson de type V (3 individus) ;

65Groupe de poteries n° 7 : silex, colombins en anneaux, cuisson de type IVb (1 individu).

66Trois groupes de poteries (nos 1, 2 et 4) sont majoritaires et à peu près équivalents en nombre d’individus. La question reste de savoir combien de chaînes opératoires correspondent réellement à ces sept groupes de poteries. Deux chaînes opératoires différentes peuvent déjà être distinguées sur la base des matières premières. Elles pourraient avoir une valeur chronologique ; l’usage du silex étant sans doute antérieur à celui de la chamotte (voir discussion dans la synthèse de ce volume). Pour ce qui concerne les quatre types de cuissons la question est plus délicate. Le faible nombre d’individus analysables et la diversité des types de cuissons oxydantes présentes dans le corpus empêchent de savoir si ces produits résultent de chaînes opératoires différentes ou bien d’une diversité de produits liés soit à une absence de volonté de contrôle de la cuisson, soit à une faible maîtrise des connaissances et savoir-faire techniques de cette étape de la fabrication. Compte tenu de la faiblesse du corpus, on peut considérer qu’il existe deux chaînes opératoires et des variantes qui concernent l’étape de la cuisson.

Utilisation des poteries

67Des traces noires sont visibles sur les surfaces internes ou externes des poteries, dans 36,8 % des cas. Il ne s’agit pas de traces de suie car celle-ci se conserve très mal dans le temps et laisse de toutes façons toujours du noir sur les doigts lorsqu’on la frotte, ce qui n’est pas le cas ici. Ces tâches noires sont généralement très fines. Il ne s’agit pas d’encroûtements épais comme on peut les observer pour les résidus alimentaires carbonisés appelés “caramels”, fréquents dans les sites lacustres. Les traces observées au Pré-à-Vaches pourraient néanmoins correspondre à des activités culinaires qui restent à déterminer. Il faudrait déjà s’assurer par analyse qu’il s’agit bien de carbone car nous avons vu que l’analyse radiocarbone d’un échantillon prélevé à la surface d’une poterie présentant de telles traces n’a pas pu être daté à cause de la trop faible quantité de carbone présente.

68Les traces noires sont principalement observées sur les surfaces internes des poteries (11 cas) tandis qu’elles sont plus rares en surface externe (3 cas), ce qui est logique s’il s’agit bien de résidus alimentaires carbonisés. La répartition, l’aspect général et le fait que ces traces noires sont majoritairement présentes sur les surfaces internes nous incitent à penser qu’elles proviennent d’activités culinaires plutôt que de la cuisson des poteries. Mais cette hypothèse reste à confirmer par des analyses physico-chimiques qui permettraient de déterminer les quantités de carbone et surtout, peut-être, la nature des matières organiques à l’origine de ces carbonisats. Cette hypothèse fonctionnelle n’aurait rien de surprenant, au contraire, pour des poteries découvertes dans ce contexte d’habitat.

Discussion sur l’homogénéité technique du corpus céramique

  • 15 Rappelons que l’essentiel des tessons non typologiques n’a pas été conservé par A. Brisson.

69L’étude technologique a montré l’existence d’une seule méthode de façonnage et de deux chaînes opératoires lorsqu’on prend en compte les deux types de matériaux employés. Il existe également une diversité des modes de cuisson. Quelques observations techniques permettent de mettre en évidence une production particulière, différente de l’ensemble du corpus qui vient d’être présenté. Il s’agit de quelques tessons15 qui présentent des surfaces polies au galet, à consistance humide, tout à fait différentes des surfaces du reste du corpus.

70La présence d’un probable lissoir de potier en calcaire, présentant les caractéristiques de déformation morphologique de ce type d’outil, ainsi que de nombreuses traces d’usure (figure 15), ne fait que confirmer l’existence d’une telle production particulière, pourtant représentée de façon très minoritaire au sein de ce corpus. Néanmoins, les traces et déformations observées sur ce lissoir peuvent fort bien résulter d’autres activités que celle de la poterie et cette hypothèse devra être vérifiée par un examen tracéologique.

Figure 15 – Possible lissoir de potier sur un galet en calcaire.
Les surfaces d’usure et les stries d’utilisation sont très marquées
mais n’ont pas forcément servi à la production des poteries
(3416 BL).

71Le polissage avec un outil dur, de surcroît à consistance humide ou cuir (Martineau, 2010), n’est jamais présent dans les corpus céramiques du Néolithique récent du Bassin parisien, du groupe du Montet, ou encore du Horgen. Dans le nord de la France, de telles finitions des surfaces, très fréquentes sur les poteries du Néolithique moyen, ne réapparaissent, pour ce qu’on en sait aujourd’hui, qu’à partir du tout début du Néolithique final, soit vers 3 000 av. n. è. environ. Il est donc probable que ces quelques tessons particuliers, s’ils appartiennent au Néolithique récent, témoignent d’un héritage du Néolithique moyen. Ces tessons et ce lissoir de potier sont des éléments rares dans ce corpus, aujourd’hui indissociables du reste du mobilier, par manque de connaissances du contexte. Ils signalent soit une faible occupation antérieure au Néolithique récent, soit un héritage culturel du Néolithique moyen, qu’aucun élément typologique ne permet de confirmer.

L’INDUSTRIE LITHIQUE

72Les conditions de fouilles de l’occupation du Pré-à-Vaches imposent avant même le début de l’étude une certaine prudence. En effet, l’occupation, dont la nature réelle reste entièrement à déterminer, n’a pas fait l’objet d’une fouille extensive, mais d’une fouille partielle de fosses apparues ça et là. Les pièces étudiées ont fait l’objet d’un récolement exhaustif par J.-J. Charpy afin de s’assurer que tous les objets proviennent bien du Pré-à-Vaches.

  • 16 Nous remercions particulièrement les musées et leurs équipes pour la mise à disposition des mobilie (...)

73En ce qui concerne les silex clairement attribués au site, l’essentiel de la collection, composée de 580 pièces pour une masse de 18,7 kg, est déposé au musée d’Épernay (550 pièces, n° de série terminées par BL ou B) et une plus petite part est conservée au musée de Reims (30 pièces, n° de série commençant par 981.8)16. L’étude a consisté en une détermination visuelle et macroscopique, tant pour la détermination des matières premières que pour l’étude typo-technologique.

Matière première

74L’étude de l’origine des matières n’étant pas notre objectif principal, la détermination effectuée sur les pièces de ce corpus est exclusivement visuelle et macroscopique, la patine importante relevée sur 252 pièces n’a pas pu permettre la détermination de la matière (43,2 %). Cependant, la matière première siliceuse identifiée dans cette série est majoritairement issue des formations secondaires des plateaux crayeux locaux (321 pièces, soit 55,3 %) : silex blond et gris à noir, patinant blanc, au fin cortex crayeux, lorsqu’il est conservé. Par ailleurs, sept pièces ont été réalisées sur un silex de formation tertiaire caractéristique de l’Est du Bassin parisien, beige, comportant parfois des zones litées brunes (soit 1,2 %). Il faut ajouter à cet ensemble de 580 pièces quelques outils en roches qui ne sont pas inclus à cette étude : un polissoir en roche tenace verte, un fragment de hache polie en roche tenace grise, un fragment de hache polie en grès quartzite. Ces matières n’ont pas fait l’objet d’une détermination pétrographique.

75Malgré la présence de deux matières premières siliceuses distinctes, on peut qualifier l’approvisionnement en matière siliceuse de local. Le silex secondaire se trouve abondamment en banc dans la craie de la région. Les sites et les modes d’extraction proches ne sont pas très bien connus, contrairement aux minières du Pays d’Othe, situées environ 65 km au sud-ouest des Marais-de-Saint-Gond. Les prospections menées par Pierre Allard ont permis d’identifier quelques affleurements sénoniens dans la vallée du Grand Morin et davantage encore “au nord des Marais de Saint-Gond, entre Coizard et le Mont Aimé” (Allard, 2003). Quant au silex tertiaire, plutôt localisé sur les buttes témoins de la côte d’île-de-France, on peut noter que la minière de Jablines, le Haut-Château n’est éloignée que d’environ 90 km vers l’ouest.

État de conservation et contexte

76L’état de conservation des pièces montre une patine blanchâtre très présente, qui résulte sans doute d’une stagnation durable à l’air : 51,5 % de patine couvrante, 13,9 % de patine partielle et 13,9 % de patine légère. Si l’on en croit les commentaires du fouilleur la patine a dû nettement s’aggraver depuis la mise au jour des objets. Quelques pièces ont également des concrétions calcaires (8,1 %), probablement amalgamée au contact du substrat carbonatée sous-jacent au site. Enfin, onze pièces ont été brûlées, sans qu’on puisse dire si elles proviennent d’un même foyer : 3 grattoirs, 3 armatures tranchantes, 3 haches, 1 percuteur, 1 nucléus.

77Les notes de Brisson ont permis d’isoler le mobilier de deux fosses et d’une campagne de prospections. La fosse 1, fouillée en 1927, a livré 15 pièces : 3 grattoirs, 2 racloirs, 1 hache polie retaillée et 9 lames. Dans la fosse 4, fouillée en 1933, neuf pièces ont été découvertes : 3 grattoirs, 5 lames et 1 hache polie retaillée. Ce mobilier paraît peu important en terme quantitatif, rapporté aux 580 pièces du corpus et au volume apparemment important des fosses fouillées. Le mobilier ramassé en plusieurs prospections, menées entre 1925 et 1929, concerne 2 grattoirs et 32 armatures tranchantes. On peut aisément en déduire que les phases de prospections ont été sélectives au regard du type d’objet recueilli. L’origine précise des silex sur le site est inconnue pour la plupart d’entre eux. L’attribution de la céramique au Néolithique récent nous fait supposer l’absence de silex attribué à une autre période. On suppose alors qu’il s’agit d’un ensemble cohérent, mais sans doute incomplet, qui peut être rattaché au Néolithique récent.

Typologie et technologie de l’outillage

78La série se compose de 580 silex, parmi lesquels 334 outils retouchés et 60 outils façonnés (annexe 3, figure 16 et planches 1-33) : 151 grattoirs, 103 armatures tranchantes à tranchant transversal, 34 perçoirs, 45 fragments de haches polies, 22 racloirs, 13 percuteurs ou bouchardes, 5 retouchoirs ou briquets, 4 burins, 3 coches, 3 denticulés, 2 armatures perçantes à pédoncule et ailerons, 2 ébauches de haches, 2 pointes, 1 tranchet (?), 1 troncature, 1 pièce à retouches irrégulières, 1 fragment de pièce retouchée, 1 pièce esquillée. Le reste du corpus comprend 101 lames et fragments, 27 éclats et fragments, 37 nucléus et fragments, ainsi que 19 cassons. Il faut adjoindre à ces comptages un silex naturel gélifracté ne portant aucune trace anthropique (3086 BL). Les outils représentent donc 68,3 % de la série. Par ailleurs, malgré la présence de nucléus, de lames et d’éclats bruts, aucune esquille n’a été découverte ou ramassée lors de la fouille, ce qui conforte l’éventualité d’un tri sélectif du mobilier par les fouilleurs.

Les grattoirs (planches 9-16)

79C’est le type d’outil le plus représenté dans la série (figures 16 et 17). Sur les 151 grattoirs dénombrés dans le corpus, 109 ont été réalisés sur éclat (soit 72,1 %), 17 sur lame (soit 11,2 %). Parmi les autres supports, 23 sont fragmentés et restent indéterminés, et 2 sont des silex naturels gélifractés.

Figure 16 – Répartition du nombre d’outils par types.

Figure 17 – Pourcentage des supports identifiés dans la série lithique.

80Les grattoirs sur éclats sont donc les plus nombreux ; les supports proviennent pour 76 pièces de silex crétacé. Le module des éclats est en moyenne de 3,9 cm de long (8,3 cm au plus) et 5,4 cm de large (8,4 cm au maximum). Les modalités de débitage mises en œuvre sont : percussion directe dure pour 77 pièces, percussion directe tendre pour deux pièces. Les trente autres n’ont pu être déterminées en raison de la fragmentation du support (29 pièces) et d’un talon fortement esquillé. La plupart de ces outils gardent une portion de cortex : petites plages de localisation diverse pour cinquante d’entre eux, cortex envahissant pour vingt-trois et couvrant pour sept. La retouche en grattoir est directe pour la majeure partie (104 outils), inverse pour deux (3243 BL et 3009 BL), alterne pour deux autres (3090 BL et 2958 BL), alternante pour un autre (2823 BL). Les délinéations sont, par définition, presque toutes convexes : 3 grattoirs portant une retouche sinueuse et douze associent une retouche convexe prolongée par une retouche sinueuse ou rectiligne. L’étendue des enlèvements est principalement marginale (60 pièces) à moyenne (41 pièces), envahissante pour six et variable le long du fil pour deux. Les fronts sont aménagés préférentiellement en partie distale des éclats (70 pièces), peuvent se prolonger sur un ou deux bords (20 éclats), se situer sur un bord (18 pièces). Un seul grattoir a été aménagé en partie proximale d’un éclat (3226 BL). La plupart de ces retouches sont écailleuses (71 grattoirs), mais ça n’empêche pas l’application d’autres retouches : subparallèles (13 pièces), scalariformes (7 pièces) et parallèles (2 outils). Enfin, hormis vingt et une retouches partielles et neuf discontinues, les autres sont portées de manière continue. Un peu plus d’un tiers des grattoirs sur éclats semblent avoir été utilisés : 57 outils dont les retouches sont émoussées. On distingue au sein des grattoirs sur éclats un type de production très nettement standardisé : il s’agit de grattoirs sur éclats larges et épais.

81Les grattoirs sur lames sont bien moins nombreux et majoritairement issus de silex crétacé (les 13 déterminés). Au nombre de dix-sept, les supports laminaires ont été obtenus par percussion directe pour quatre d’entre eux, par percussion indirecte pour une lame. Les autres modalités n’ont pu être déterminées en raison de la fragmentation du support (8 pièces) ou d’un front de grattoir proximal (4 pièces). Deux fragments de lames portent un cortex envahissant ou couvrant, cinq autres en conservent une portion plus petite. Les modules laminaires sont réduits en moyenne à 4,4 cm de long (7,1 cm au plus) pour 1,9 cm de large (3,1 cm au plus). Les fronts de grattoirs ont été aménagés par des retouches directes, à l’exception d’une retouche inverse (3058 BL). Deux retouches sinueuses et deux retouches prolongées sur les bords se distinguent des retouches convexes. L’étendue de la retouche est marginale (12 pièces) à moyenne (5 pièces). En dehors de la retouche proximale, treize sont distales et trois latérales. Tous les enlèvements sont écailleux, plutôt continus (14 lames) et parfois partiels (3 lames). Deux des lames comportent deux outils bien distincts : 3399 BL, avec un racloir latéral gauche et un grattoir sur le talon ; 3700 BL, avec un burin d’angle proximal gauche et un grattoir distal. L’état d’usure des retouches de huit lames laisse envisager une utilisation.

82Pour les 23 grattoirs dont le support n’a pas été identifié, le module oscille autour de 4,6 cm de long (8,3 cm maximum) et 3,6 cm de large (4,9 cm au plus). Quatorze d’entre eux proviennent de silex crétacé, un de silex tertiaire (3217 BL) ; les autres n’étant pas déterminés. Huit de ces supports ont une petite zone corticale conservée, quatre envahissantes et deux couvrantes. Les retouches en grattoirs sont directes pour ces pièces, à l’exception du grattoir 3162 BL. La délinéation est convexe pour toutes ces pièces, et se prolonge en retouche rectiligne pour trois pièces. L’étendue est moyenne (7 pièces) à marginale (15 pièces), voire envahissante pour l’une. La localisation de la retouche est distale pour dix-sept pièces, latérale pour deux, conjugue une position distale ou latérale prolongée sur un autre bord pour cinq pièces. Ces retouches partielles (5 grattoirs) à continues (18 grattoirs) ont une morphologie plutôt écailleuse (16 pièces). Les autres morphologies en présence sont : subparallèle pour quatre, parallèle pour deux et scalariforme pour le dernier. L’un de ces grattoirs (3045 BL) présente une retouche en grattoir proximale droite, qui se poursuit sur le bord droit, contiguë en partie distale d’une retouche gauche convexe formant une pointe : ce peut être un outil composite associant grattoir et perçoir. Enfin, quatorze de ces pièces ont une retouche émoussée indiquant une utilisation.

83Les deux derniers grattoirs ont été aménagés sur des silex naturels gélifractés (2838 BL et 3260 BL). Ces deux silex couverts de cortex, dont au moins un est en silex du Crétacé, sont inférieurs à 4,5 cm par 3,5 cm. Les retouches sont semblables aux caractéristiques dominantes des autres grattoirs et une seule présente des retouches émoussées (2838 BL).

84Les grattoirs de la série reflètent donc un modèle dominant (65 % environ) de gros éclats larges et épais, plutôt régularisés par des enlèvements latéraux, et un front très abrupt portant la retouche (largeur moyenne de 4 cm et épaisseur moyenne de 1,6 cm). Les autres types identifiés sont peu représentés : un grattoir onguiforme (3228 BL), un grattoir pédonculé (3190 BL) et un grattoir bec (3119 BL).

Les perçoirs (planche 19)

85Parmi les 34 perçoirs du corpus, 18 ont pour support un éclat, cinq une lame et un concerne un support naturel. Pour les dix autres, le support n’a pas pu être déterminé en raison sa fragmentation. La seule matière première mise en évidence est un silex crétacé (pour 9 éclats, 3 lames et 4 supports indéterminés).

86Les perçoirs sur éclats ont été aménagés sur de petits éclats irréguliers inférieurs à 6,1 cm de long (4,2 cm en moyenne), dont huit conservent une petite plage de cortex. Sur les dix-huit outils, douze portent les stigmates d’un débitage par percussion directe dure, un autre laisse soupçonner l’utilisation d’un percuteur tendre (3379 BL). Les autres modalités n’ont pu être lues en raison de l’absence de l’extrémité proximale pour cinq pièces, et d’un talon esquillé. Les retouches présentent quelques constantes : toutes directes et de morphologie écailleuse, plutôt partielles, moyennes à envahissantes. Les autres qualifications sont davantage variées : localisation bilatérale pour moitié (latérale pour sept pièces, distale pour les deux autres) ; délinéation concave pour moitié (toutes les autres possibilités sont présentes). Il se trouve également un perçoir double sur éclat (2876 BL). La majeure partie de ces pièces (10) ont des retouches émoussées, ce qui suppose une utilisation ; deux ont également la pointe brisée (3351 BL et 3389 BL).

87Les perçoirs sur supports laminaires ont été retouchés sur des modules variés : quatre extrémités distales de lames (3352 BL, 3353 BL, 3355 BL, 3397 BL) et une lame sous-corticale (2886 BL). Une lame porte les stigmates d’un débitage par percussion directe dure, tandis que les autres témoignent plutôt d’un débitage au percuteur tendre. La lame sous-corticale est conservée sur 7,4 cm de long pour 1,6 cm de large au maximum. Les autres mesurent en moyenne 3,1 cm de long pour 1,2 cm de large. Les retouches portées sur les lames sont toutes directes et écailleuses, plutôt bilatérales et partielles, moyennes à marginales, concaves ou rectilignes. Seul le perçoir 3353 BL ne montre pas de traces d’usure sur les retouches.

88Les perçoirs dont le support n’a pas pu être déterminé sont presque tous circonscrits dans de petites dimensions : 3,6 cm de long en moyenne pour 1,7 cm de large. L’exception étant le perçoir 3374 BL qui atteint 6,8 cm de long. Les retouches sont directes et écailleuses, plutôt moyennes, bilatérales et partielles. Les délinéations sont par contre très variées. Sept de ces dix pièces sont émoussées au niveau de la retouche. Enfin, un perçoir (3178 BL) a été aménagé sur un support naturel gélifracté de petite taille (4,4 cm par 2,9 cm). La retouche est directe, écailleuse et partielle sur un des bords.

89Les perçoirs sont donc aménagés sur des supports plutôt réduits, dont la fragmentation a en partie empêché la détermination du support. Malgré cela, les supports rencontrés sont plutôt des éclats, quelques lamelles et une lame. Les retouches portées ont pour point commun d’être directes et écailleuses, plutôt partielles et d’étendue moyenne.

Les radoirs (planche 17)

90Le corpus comprend 22 racloirs, dont quatre ont pour support un éclat et quatorze une lame. La matière première de la plupart des pièces est un silex crétacé (pour dix lames et quatre éclats). En ce qui concerne les racloirs sur éclats, la morphologie des supports est plutôt irrégulière et épaisse, mais la dimension conservée des produits n’excède pas 7,4 cm de long. Ces éclats sont pour moitié fragmentés au niveau proximal. Cependant, les stigmates de débitage lisibles sur l’autre moitié renvoient à l’utilisation de la percussion directe dure. Seuls deux supports n’ont pas conservé de plage corticale. Les retouches sont assez semblables pour la plupart de ces pièces : écailleuses, marginales à moyennes, de délinéation rectiligne ou sinueuse plus ou moins continue ; sauf pour le racloir 2508 BL pour lequel la retouche est subparallèle. Deux de ces pièces portent des retouches bilatérales : 2837 BL présente des retouches directes, tandis que 3062 BL présente des retouches inverses. Enfin, deux racloirs montrent une usure des retouches qui peut résulter d’une utilisation (2508 BL et 2837 BL).

91Les racloirs sur lames ont été aménagés sur des supports plutôt réguliers et fins. Le module des lames ne dépasse pas 8,1 cm de long, pour une largeur moyenne de 2,3 cm. Si pour trois lames la percussion directe dure est assurée, l’une présente les stigmates d’un débitage par percussion indirecte (3173 BL). La modalité de débitage n’a pu être mise en évidence sur les dix autres lames car neuf sont tronquées à une ou deux extrémités, la dernière ayant un talon esquillé. Quatre produits gardent une faible portion corticale, tandis qu’une lame retouchée est entièrement corticale (3212 BL). Les retouches sont caractérisées par une morphologie écailleuse plus ou moins continue et d’étendue marginale à moyenne. Les délinéations sont, comme pour les éclats, rectilignes à sinueuses. Elles ont été portées sur la face supérieure pour dix pièces, sur la face inférieure pour trois pièces ; la dernière ayant une retouche bifaciale d’un bord (2940 BL). Le positionnement des racloirs sur les lames concerne un bord pour huit outils et une extrémité pour quatre autres. Les trois outils restant sont des racloirs doubles, qui conjuguent retouche latérale et distale pour deux d’entre eux (3373 BL et 3390 BL) et une retouche bilatérale pour le 3173 BL. Seulement six de ces racloirs sur lame présentent une usure macroscopique des retouches, supposant une utilisation.

92Les racloirs sont donc de deux types préférentiels bien distincts, sur éclat irrégulier et épais et sur fragment laminaire régulier. Malgré cela, ces outils se rapprochent par la qualification des retouches caractérisant le racloir.

Les burins (planche 22)

93La série comporte quatre burins, tous réalisés sur des lames courtes et irrégulières, dont la longueur moyenne est de 4,9 cm et la largeur comprise entre 1,8 et 2,3 cm. Pour les trois matières qui ont pu être identifiées, il s’agit d’un silex crétacé. Seul un talon a pu être observé et indique un débitage par percussion directe au percuteur dur : deux autres sont fortement esquillés et le dernier a été emporté par un large coup de burin. L’un des supports est entièrement cortical, tandis que deux autres comportent une part de cortex sur le bord gauche des lames. Le dernier support est brut de débitage. Les burins sont tous des burins d’angles, avec les particularités suivantes :

  • burins doubles d’angles, sur talon et surface de débitage (3254 BL) ;

  • burins d’angles sur surface brute de débitage (3050 BL et 3215 BL) ;

  • burin d’angle sur surface corticale (3126 BL).

94À noter que le burin 3215 BL porte également une retouche en racloir, opposée au burin. Une pièce présente des retouches écailleuses marginales sur le tranchant dégagé par le coup de burin (3126 BL). Enfin, seul le burin 3050 BL livre des stigmates d’utilisation visibles à l’œil sous la forme d’une usure de l’arête distale du burin. Malgré la faible quantité de burins, auxquels il faut ajouter l’outil composite burin-grattoir (3700 BL), on peut dégager un type plutôt dominant sur le site : le burin d’angle sur lame courte.

Le tranchet (planche 21)

95La pièce n° 3207 BL peut être assimilée à un tranchet sur éclat, bien que sa détermination typologique ne soit pas frappante. Le support est de petite dimension (5,1 cm de longueur, 3,2 cm de largeur et 17 cm d’épaisseur) et de morphologie très irrégulière, trapézoïdale, avec une coupe bien moins régulière. L’extrémité distale droite du support comporte une importante masse de mauvaise silicification, qui a sans aucun doute empêché d’aplanir cet éclat. La face inférieure est laissée brute de débitage, tandis que plusieurs aménagements ont été portés à la face supérieure. Le talon se situe sur la gauche de l’extrémité proximale, l’outil n’est donc pas axé sur l’éclat. Le bord gauche (dans l’axe de l’outil) a été rétréci par deux enlèvements d’éclats, tandis que le bord droit est davantage ébréché que retouché. Ceci montre que les multiples tentatives du tailleur pour finaliser l’outil se sont heurtées sur la proéminence grenue. La pièce ne présente ni les caractéristiques régulières, ni les dimensions fréquemment observées au Néolithique moyen dans le sud-est du Bassin parisien (Augereau, 2004). Seule la retouche transversale, qui l’inscrit dans une forme trapézoïdale (selon la définition qu’en donne A. Augereau), permet son rattachement au type des grandes bitronca– tures sur éclat. L’enlèvement distal gauche du support, qui est clairement un coup de tranchet en provenance de la droite, confirme cette appartenance. Enfin, quelques petites esquilles distales semblent indiquer une utilisation.

Les briquets ou retouchoirs (planche 18)

96Cinq pièces retouchées s’apparentent à des briquets ou retouchoirs. Trois d’entre eux ont été réalisés par des retouches obliques ou rasantes sur des éclats (2866 BL, 2867 BL et 2878 BL), un autre sur lame épaisse (2874 BL). Le dernier support n’a pas été identifié en raison d’une troncature distale et de l’emprise des retouches (3239 BL). Tous ces outils sont issus de silex crétacé. L’étendue et la morphologie des retouches ne permettent la lisibilité de la modalité de débitage que pour un éclat pour lequel la percussion directe dure a été utilisée. Les retouches sont abruptes pour un éclat, la lame et le support indéterminé. Elles sont obliques à rasantes pour les deux autres éclats qui conservent environ 30 % de cortex (2867 BL et 2878 BL). Ces pièces sont surtout caractérisées par la présence d’un émoussé profond, plus ou moins étendu, ayant effacé les arêtes, principalement aux extrémités. Cet émoussé révèle aussi l’utilisation des briquets ou retouchoirs. Les pièces sont de taille différente, comprise entre 4,4 cm et 9,1 cm de long, mais de largeur plutôt régulière (environ 2,3 cm). Un seul de ces outils (2866 BL) peut être rapproché d’un type morphologique identifié, ressemblant au type en bâton, quoique plus allongé.

Les coches (planche 9)

97Deux des trois coches de la série ont été aménagées sur les bords de fragments mésiaux de lames (3154 BL, 3380 BL), la troisième occupant un bord distal de lame irrégulière et torse débitée par percussion directe au percuteur tendre (2892 BL). La seule matière première identifiée est un silex crétacé (3154 BL). Les coches sur fragment de lame sont assez similaires : support compris entre 3,1 et 3,5 cm de long pour 2 à 2,7 cm de large, retouche marginale et partielle de la coche. La pièce sur lame non tronquée, mesurant 7,4 cm de long pour 2,2 cm de large, est plus étendue et continue. Hormis ces différences techniques sur les supports, la morphologie des trois coches est très proche et elles se situent toutes autour de 1 cm de diamètre.

Les denticulés

98Parmi les trois denticulés repérés dans le corpus, un a été retouché sur un éclat (3301 BL), un sur lame (3358 BL), le dernier sur un éclat naturel gélifracté (3146 BL). Le denticulé sur éclat provient d’un silex crétacé débité par percussion directe dure et porteune retouche distale abrupte sans aucune trace d’utilisation. L’éclat est plus large que long (3,3 par 4,2 cm) et plutôt épais (2,3 cm). L’extrémité proximale du denticulé sur lame, de matière indéterminée, est tronquée et le support ne subsiste que sur 3,2 cm de long. La retouche concerne un bord dont les denticulations irrégulières sont légèrement abrasées. Ceci résulte probablement d’une utilisation de la pièce. Le dernier denticulé pose le problème de son support, en silex crétacé mais gélifracté. Cependant, la netteté des retouches ainsi que leur patine identique à celle du reste de la pièce, permet d’affirmer qu’il s’agit bien d’un outil intentionnellement retouché sur un support non débité de grande taille (7,3 par 4,5 cm). Ces retouches ne sont pas émoussées. Les trois denticulés sont donc très différents tant pour le support choisi que pour la morphologie globale des pièces et des retouches aménagées.

Les pointes

99La série compte deux pointes aménagées sur des lames courtes et irrégulières en silex crétacé, dont le module n’excède pas 7,2 cm de long et 1,7 cm de large. Les deux lames ont été obtenues par percussion directe, la première au percuteur dur (2964 BL) et la seconde, semi-corticale, probablement au percuteur tendre (2873 BL). La technique d’aménagement de la pointe est différente pour les deux pièces. Si la 2873 BL est dégagée par une petite retouche distale, la 2964 BL a été rétrécie par une abrasion bilatérale concave très envahissante. Cette pointe ne porte pas de retouche, il est donc possible que la morphologie de la pièce soit davantage liée à son utilisation qu’à la recherche du dégagement d’une pointe par retouches. Ces deux outils très différents ne présentent pas de traces macroscopiques d’utilisation de la pointe.

Les haches polies et les haches taillées (planches 23-30)

100Le corpus recèle 47 fragments de pièces façonnées plus ou moins polies et deux haches taillées : 42 fragments de haches polies de dimensions variées, trois haches polies retaillées et deux ébauches de haches. La série n’a donc pas livré de hache polie entière. Les matières premières employées restent indéterminées pour les haches taillées, deux des haches retaillées et dix-neuf fragments de haches polies. L’autre hache retaillée, ainsi que treize fragments de haches polies sont en silex crétacé. Les six fragments restants sont issus de silex tertiaire à zonation litée (3011 BL, 3015 BL, 3021 BL, 3022 BL, 3026 BL, 3063 BL).

101Les fragments de haches polies sont plus ou moins réduits : treize fragments mésiaux, cinq fragments distaux, un fragment proximal, trois haches dont le talon est brisé et quatre fortement esquillées sur les faces. Les seize autres fragments sont des éclats, lames, lamelles et fragments divers dont seule la face supérieure polie rappelle l’origine de la pièce. Il est donc peu évident de détailler la typologie des haches polies étant donné l’état de fragmentation important. Les modules des fragments sont évidemment réduits, la plus grande portion de hache mesure ici 12,1 cm de long pour 5,1 cm de large. Les éléments suivants ont cependant pu être isolés : les tranchants conservés sont tous fortement convexes, quatre haches ont des bords droits et onze des bords facettés non verticaux. Un piquetage a été observé sur les talons des haches 2843 BL et 3014 BL, ainsi que sur un bord de la hache 3016 BL. Sur les lames de haches encore présentes, six présentent des esquillements distaux pouvant résulter d’une utilisation (2843 BL, 2850 BL, 2856 BL, 2890 BL, 2897 BL, 3011 BL). Deux de ces haches ont été brûlées (3131 BL et 3179 BL).

102Trois haches polies ont été clairement retaillées :

  • 2436 BL : hache polie retaillée grossièrement, comportant des traces de piquetage sur un bord, longue de 9,4 cm et large de 4,4 cm ;

  • 3204 BL : hache polie retaillée en hachereau peu régulier, le bord droit est en dents de scie très marquées, longue de 8,2 cm et large de 3,2 cm ;

  • 3019 BL : fragment mésial de hache polie retaillée, certaines zones ont été chauffées fortement, longueur conservée de 7,5 cm.

103Des deux ébauches de haches, une est entière (3025 BL) et de l’autre ne subsiste que les deux tiers proximaux environ (3024 BL). La pièce brisée conserve une longueur de 9,1 cm, pour 4,7 cm de large. La seconde, bien qu’entière, est plus réduite : 8,6 cm de long pour 2,9 cm de large.

104Malgré l’important état de fragmentation de cette partie de l’outillage, il faut souligner que les modules de haches paraissent plutôt petits (inférieurs à 13 cm). Certaines de ces pièces ont été retaillées, peut-être sur le site, tandis que d’autres ont été apportées sous forme d’ébauches, ou taillées sur place. Le tri qui a probablement été effectué lors de la collecte du mobilier ne permet pas de trancher entre ces hypothèses. D’autre part, il faut constater que les haches réunissent six des sept pièces en silex tertiaire de la série. Il est possible que ces haches en silex tertiaire ont été importées du site d’extraction et de production de Jablines, le Haut-Château, dont le fonctionnement est attesté au Néolithique récent (Bostyn, Lanchon dir., 1992).

Armatures tranchantes à tranchant transversal17 (planches 31-33)

  • 17 Étude menée conjointement avec Caroline Renard.

105La série a livré 103 armatures tranchantes à tranchant transversal. La matière première utilisée est un silex crétacé local pour un tiers des pièces (N = 34). Il n’a pas été possible de déterminer la matière première des 69 autres armatures, principalement en raison de la patine souvent importante qui affecte 92,2 % des pièces. Cette patine s’explique sans doute parfois par la stagnation des pièces à l’air : au moins 32 armatures sont issues des ramassages de surface. Trois armatures sont brûlées (3273 BL, 3694 BL et 981.8.625). Enfin, deux pièces ont aggloméré des concrétions calcaires sur une de leur face.

106La détermination des supports montre une nette préférence pour les productions laminaires (49,5 % des supports d’armatures tranchantes). La présence d’un tranchant et d’une base brutes et parallèles, de nervures parallèles entre elles, à la base et au tranchant permettent de l’affirmer. La certitude d’avoir un éclat pour support se limite à huit pièces ; les 44 restantes laissant le doute possible entre éclat et lame. Les supports sont parfois corticaux (3296 BL, 3315 BL, 3345 BL et 981.8.627) et gardent pour moins de 9 % une petite portion de cortex sur la face supérieure. On peut également noter qu’aucune armature n’a été produite sur un fragment de hache polie (outil pourtant très fragmenté sur ce site), comme cela existe notamment au Val-des-Marais, le Mont-Aimé 2 (Donat et alii, ce volume), au Mesnil-sur-Oger, les Mournouards 3 (Leroi-Gourhan et alii, 1962) et à Châlons-en-Champagne, l’Ilet/la Croix-des-Cosaques (Langry-François, 2003). Les négatifs d’enlèvements antérieurs lisibles sont principalement unipolaires et réguliers : la moitié des pièces possèdent une ou deux nervures parallèles au tranchant et à la base (33 % avec deux nervures). Concernant le schéma de fabrication de ces armatures, elles sont issues dans la plupart des cas de lames fracturées par flexion directe : des restes de faces de fracture non retouchées par la suite sont encore visibles sur trois d’entre elles (3152 BL, 3693 BL et 3698 BL). L’un des supports dénote à cette régularité, puisque l’armature est torse (3697 BL).

107Le module de ces armatures est plutôt régulier : pour une longueur moyenne de 2 cm et une largeur moyenne du tranchant de 1,5 cm, la plus petite mesure 1,3 cm par 1,1 cm et la plus grande 3,3 cm par 1,8 cm. La largeur du talon des armatures est en moyenne de 0,7 cm. L’épaisseur moyenne constatée est de 0,3 cm. Il ne semble pas y avoir de lien entre le support choisi et le module de l’armature. L’investissement technique est évalué grâce à trois critères définis dans les travaux antérieurs (Durand, 1999) : la qualité de la retouche, la qualité du support et le soin apporté à l’alignement des bords. Cet investissement, généralement limité pour les armatures trapézoïdales, l’est également dans ce lot.

  • 18 Typologie des armatures établie par C. Renard (2003).

108Les retouches portées sont plutôt récurrentes pour près de 90 % des pièces : retouches bilatérales (par rapport au sens de l’armature), abruptes, écailleuses, rectilignes et continues. Quelques variantes sont possibles : un bord à retouche inverse (3343 BL), des bords sinueux (3695 BL), concaves (3346 BL) (type 512 : 5,8 %), ou convexes (3697 BL, 3698 BL). Huit armatures conjuguent des retouches bilatérales de délinéation différente (rectiligne et concave, rectiligne et convexe, etc). Les types rencontrés18 sont dominés par les armatures à bords divergents à hauteur de 68,9 % (type 511). Les bords peuvent également être quasiment parallèles (type 520 ; 3,8 %), ou quasiment sécants (type 530 ; 3,8 %). Cette variété, rapportée au nombre de pièces, n’est pas surprenante. Un doute subsiste pour la pièce n° 3395 BL : le bord brut a pu être utilisé comme tranchant, mais la retouche diffère des autres armatures trapézoïdales (elle est oblique, assez régulière et présente aussi sur la partie apicale). Il s’agit peut-être d’une armature perçante.

109Plus de 41 % des pièces présentent des fractures par flexion ou en pseudo coup de burin (dont les n° 3152 BL, 3279 BL, 3345 BL) : ce dernier type de cassure confirmerait que ces armatures ont été utilisées. Le taux de fracture paraît assez élevé, d’autant qu’aucune trace d’émoussé ou de lustré n’a été observée. Mais il reste difficilement comparable aux autres lots de la région, tous issus de sépultures collectives. Malgré tout, on peut remarquer que pour 569 armatures tranchantes observées par F. Langry-François dans vingt sépultures collectives de la Marne, le taux de fracturation approche les 28 %. Les pièces déposées en sépulture semblent donc avoir servi dans des proportions un peu inférieures à celles de cet habitat. D’une manière générale, ces armatures tranchantes ont été malmenées lors de leur utilisation.

110Il est très rare de trouver autant d’armatures sur un habitat : d’après l’inventaire de C. Renard, comprenant 185 occupations, 7 armatures en moyenne sont découvertes en contexte domestique contre 14 en contexte sépulcral. Le Pré-à-Vaches est l’habitat qui en possède le plus avec Montivilliers, Grand-Épaville (Seine-Maritime) qui comprend 48 armatures et Bettencourt-Saint-Ouen, la Socour/le Bosquet (Somme) qui en a livré 30.

Armatures perçantes à pédoncule et ailerons19 (planche 21)

  • 19 Étude Caroline Renard.

111Les deux armatures pédonculées possèdent des ailerons, naissants (n° 3340 BL, type 110) ou dégagés (n° 3319 BL, type 120). Comme souvent pour cette famille d’armatures, le support est difficilement déterminable : il pourrait s’agir ici d’éclat, en silex crétacé, pour le 3319 BL, au vu de son épaisseur assez élevée (7 mm) malgré une retouche bifaciale. L’autre pourrait avoir été réalisée sur un éclat fin, d’une matière indéterminée. Ces deux pièces ne fournissent pas de données particulières sur le schéma de fabrication, hormis pour la retouche : lorsque la surface est suffisamment plane, le tailleur effectue une simple retouche longue et non pas couvrante (3340 BL). Celle-ci est réalisée à la pression. L’investissement technique varie donc d’une pièce à l’autre : le support de bonne qualité (c’est-à-dire fin) de la pièce 3340 BL n’a exigé qu’une retouche subparallèle peu régulière, et des bords assez bien alignés. Quelques petits réfléchissements sont visibles. Un plus grand soin a été apporté à l’autre pièce, dont le support était probablement assez épais : la retouche est parallèle, régulière, couvrante sur la face supérieure, le fil des bords est plutôt rectiligne.

112Dans un contexte domestique et en l’absence de traces évidentes de mort humaine violente, on suppose que la fonction des armatures est principalement orientée vers la chasse. Cependant, on possède quelques données grâce à l’étude de l’industrie osseuse (cf. infra). Elle se compose de 94 éléments : 26 en os (espèce indéterminée), 66 en bois de cervidé et “deux défenses de suidés de 10 cm de long environ” (Maingaud, 2004). Parmi les éléments en bois de cervidé, certains proviennent de bois de mue (3460 BL) et d’autres de bois de massacre (3465 BL). La taille des défenses de suidés indique probablement des animaux sauvages. La chasse est attestée sur ce site sans que l’on puisse évaluer son importance. Surtout, un grand nombre d’ossements animaux découverts sur le site, conservés au musée d’Épernay, restent à déterminer ; leur étude archéozoologique permettrait sans aucun doute d’évaluer la part de la faune chassée de celle qui a été domestiquée.

Comparaisons pour les armatures20

  • 20 Étude Caroline Renard.

113En l’état des connaissances, seule l’occupation de Montivilliers, le Grand-Épaville (Seine-Maritime) peut être comparée à celle du Pré-à-Vaches : il s’agit aussi d’un habitat qui a livré 48 armatures. D’après les illustrations, un grand nombre d’entre elles sont des armatures tranchantes : on en compte 30, dont quatre à bords divergents concaves, deux à bords quasiment parallèles et une à bords quasiment sécants. Le reste du lot se compose d’une armature triangulaire, de deux foliacées et de trois atypiques. Les proportions des différents types d’armatures sont donc aussi comparables. En revanche, nous ne possédons aucune donnée sur la faune. Cette occupation a été attribuée au Néolithique récent sur la base de plusieurs profils céramiques et d’un retouchoir. Les différences entre ces deux sites pourraient être dues à leur éloignement géographique (environ 300 km).

Autres outils et pièces retouchées

114La troncature a été réalisée sur un fragment mésial de lame en silex crétacé. Elle est proximale, écailleuse et rectiligne et réalisée sur un fragment laminaire de 2,8 cm de long pour 1,6 cm de large. Cette pièce porte par ailleurs un émoussé sur son bord droit, témoignant d’une utilisation non déterminée (981.8.634).

115La pièce à retouche irrégulière (2829 BL), dont le support est un éclat débité par percussion indirecte, est caractérisée par quelques enlèvements et retouches abruptes rectilignes sur le bord droit, des enlèvements abrupts et convexes distaux, et des enlèvements et retouches concaves sur le bord gauche. L’ensemble de ces retouches portent des traces d’usure qui indiquent que la pièce a été utilisée.

116Un fragment de pièce retouchée fait également partie de l’inventaire. Cette pièce en silex crétacé a probablement été obtenue sur un éclat débité par percussion directe au percuteur dur (3196 BL). Le fragment restant est trop réduit pour permettre d’affiner l’attribution typologique. Enfin, un éclat esquillé, avec une zone émoussée sur la face supérieure qui semble avoir servi en percussion, constitue un outil ou un fragment d’outil indéterminé (3105 BL).

Les percuteurs ou broyons

117L’ensemble a livré treize percuteurs ou broyons. Aucune étude tracéologique n’ayant été menée, il n’est pas possible de trancher entre les deux outils, mais les stigmates piquetés laissés sur toutes ces pièces permettent de proposer une utilisation en percuteur. À l’exception d’une pièce, ces percuteurs sont issus de rognons de petite dimension (masse moyenne de 146 g, 312 g au plus), en silex crétacé pour douze d’entre eux. Le dernier percuteur (981.8.640) est un recyclage de petit nucléus à éclats qui a été brûlé en dernier lieu.

Conclusions sur l’outillage

118Au sein de cet ensemble lithique, dont 334 pièces ont été retouchées et 60 façonnées, on note une très nette prédominance des grattoirs, des armatures tranchantes et des fragments de haches polies. Malgré tout, la variété de l’outillage présent permet de conforter l’aspect domestique de l’ensemble : racloirs, perçoirs, burins, tranchet, pointes, coches, denticulés, etc. Les supports choisis montrent la prédominance du débitage d’éclats représentant 44 % des supports, alors que 30 % sont des lames. Dans ce lot, plus de 48 % des pièces portent des traces d’utilisation (impacts, émoussés, écailles). Cet habitat a tout à fait pu concentrer une activité spécialisée, ayant entraîné l’utilisation importante de ces grattoirs massifs et des armatures tranchantes. Il serait nécessaire de procéder à une approche tracéologique afin de déterminer si une telle spécialisation est effective.

119Le taux de fragmentation des outils est également important (35,9 %). Il reflète tant la fragmentation des supports d’outillage, que la fragmentation quasi systématique des haches polies. À propos de ces dernières, on remarque qu’elles englobent la quasi totalité des silex tertiaires du site.

120Les éléments diagnostics chronologiques sont peu présents dans cette série. On citera d’abord les armatures perçantes, plutôt rattachées à la fin du Néolithique et le grand nombre d’armatures tranchantes plutôt caractéristiques du Néolithique récent. La présence du tranchet est davantage problématique dans ce contexte. Jusqu’ici, dans l’est du Bassin parisien, les industries lithiques étudiées, concernant principalement des sépultures collectives, n’ont pas fourni de témoins chronologiques du Néolithique moyen (période à laquelle sont usuellement attribués les tranchets). À Morains-le-Petit, les mobiliers restreignent la datation du site, ce qui permet de supposer que le tranchet observé ici appartient bien à une série du Néolithique récent. Ce premier exemplaire attribué à cette période dans l’est du Bassin parisien, confirme la perduration de ce type d’outil au Néolithique récent ; ce que le probable tranchet de l’hypogée de Congy, les Hayettes permettait déjà de soupçonner (observé uniquement sur dessin, Martineau et alii, ce volume). Il semble que ceux-ci soient peu fréquents, mais déjà cités notamment à Villevenard, les Ronces 21 (Burnez-Lanotte, 1987). Malgré tout, le tranchet de cette série reste peu investi techniquement.

Technologie du débitage

121Le corpus a livré, en plus des éléments retouchés, 37 nucléus et fragments, 27 éclats et fragments, 101 lames et fragments et 19 cassons ; ce qui représente 31,7 % de l’ensemble (planches 1-9). La présence de ces éléments d’épannelage ou bruts de débitage paraît donc secondaire par rapport à l’outillage. De plus, il faut noter l’absence d’un certain nombre de pièces techniques ou d’esquilles, qui empêche de trancher la question du débitage sur le site. Par ailleurs, les notes de fouilles ne mentionnent pas de concentration particulière de silex permettant de témoigner d’une zone de débitage, qui aurait sans nul doute attiré l’attention des fouilleurs.

Les nucléus

122La série a fourni 37 nucléus et fragments de nucléus (planches 1-2). Vingt-deux sont des nucléus à éclat, cinq des nucléus à lame et trois des nucléus à lamelles. Quatre autres conjuguent des négatifs d’enlèvements laminaires et d’éclats ; les trois restant étant des fragments trop réduits pour permettre une description de la production (2985 BL, 2998 BL, 3289 BL).

123Sur les vingt-trois nucléus à éclats, la seule matière première déterminée est le silex crétacé (20 nucléus). Douze d’entre eux conservent une portion marginale de cortex et un autre a été très peu exploité (cortex envahissant). La mauvaise qualité de la matière première est visible sur deux de ces nucléus : fissures et imperfections (2988 BL), mauvaise silicification (3037 BL). La qualité de la matière et la taille d’origine des galets peut être une raison du format restreint de ces nucléus à éclats, dont la masse n’excède pas 208 g. Une autre justification peut être apportée pour sept pièces, issues du recyclage de percuteurs ou broyons, dont ils conservent une part de la surface active (2987 BL, 2997 BL, 3008 BL, 3035 BL, 3036 BL, 3039 BL, 3147 BL). La morphologie de ces nucléus laisse entrevoir une gestion plutôt opportuniste et une mise en oeuvre assez simple. Sept pièces ont été exploitées de manière périphérique (2987 BL, 2988 BL, 2993 BL, 2997 BL, 3004 BL, 3036 BL, 3037 BL), trois sont plutôt pyramidaux (2991 BL, 3147 BL, 3303 BL) et un hémisphérique (3040 BL). Un seul nucléus montre un débitage organisé en trois plans de frappe unidirectionnels (3072 BL). Les négatifs d’enlèvements lisibles dessinent des produits irréguliers et courts sur la plupart des nucléus à éclats, à l’exception du nucléus 3113 BL qui présente des négatifs plus larges et réguliers. Les contre-bulbes et négatifs observés permettent de dire que ces éclats ont été réalisés par percussion directe au percuteur dur. Enfin, ces nucléus à éclats auraient, pour la grande majorité, pu être débités davantage. Hormis ceux dont la mauvaise qualité de la matière première a certainement limité les enlèvements, il est probable que la production visée ne recherchait pas d’éclats de plus petite dimension.

124Les huit nucléus laminaires sont trop différents les uns des autres pour qu’il puisse en être tiré des traits dominants par catégorie de produit, sauf en ce qui concerne la matière première (Crétacé pour six pièces). Ils seront donc décrits indépendamment les uns des autres.

  • 3006 BL : fragment de nucléus à lame de 137 g (redébité par percussion directe au percuteur dur), issu d’un fragment de percuteur ou de broyon. Deux enlèvements parallèles apparaissent sur un reste de front convexe. Le sommet est tronqué et rien ne subsiste des contre-bulbes ou du plan de frappe.

  • 3281 BL : nucléus à lame cylindrique de 165 g. Le plan de frappe, unipolaire, a été aménagé par des enlèvements d’éclats. La quantité de cortex restant indique la petite taille originelle du rognon. Les négatifs d’enlèvements laissent entrevoir quelques lames courtes et plutôt régulières, arquées en partie distale. Un contre-bulbe est particulièrement marqué. La technique suspectée est la percussion indirecte.

  • 3283 BL : nucléus à lame au front convexe de 223 g Le plan de frappe a été préparé par l’enlèvement d’éclats. Les contre-bulbes sont peu lisibles à cause de la forte abrasion de la corniche. Les négatifs d’enlèvements témoignent d’un débitage unipolaire de produits irréguliers, dont plusieurs sont réfléchis. L’aspect des négatifs penche, sans certitude, en faveur d’une percussion directe au percuteur tendre.

  • 3284 BL : nucléus à lame avec débitage bipolaire opposé sur front convexe de 296 g. Le front s’étend sur les trois-quarts du pourtour de la pièce. Les plans de frappe ont été préparés par des tablettes et une légère abrasion des corniches. Les contre-bulbes, punctiformes, sont très marqués par endroit et beaucoup moins à d’autres. Les négatifs d’enlèvements laissent apparaître des lames courtes et irrégulières, plutôt droites et plates. La technique suspectée est la percussion directe au percuteur tendre.

  • 3287 BL : nucléus à lamelle de 159 g, issu d’un percuteur ou d’un broyon. Le front est convexe et présente un débitage bipolaire de produits courts, larges et irréguliers. Les contre-bulbes sont illisibles à cause des esquillements.

  • 3288 BL : petit nucléus à lamelle fragmenté de 53 g Le front est convexe et le plan de frappe a été préparé par enlèvement d’éclats et abrasion des corniches. Trois négatifs d’enlèvements unipolaires de produits courts, irréguliers et courbes sont visibles. Les contre-bulbes sont larges et marqués. La technique suspectée est la percussion directe au percuteur dur.

  • 3290 BL : très petit nucléus à lamelle de 22 g, de forme hémisphérique. Les négatifs d’enlèvements montrent des produits irréguliers et courts, aux contre-bulbes très marqués et dont les corniches sont très fortement esquillées. Cette pièce, au cortex envahissant, a été peu exploitée.

  • 15 399 BL : nucléus à lame au front convexe de 151 g. Il présente un débitage bipolaire : un plan dans l’axe et l’autre transversal ; les deux plans de frappe ne se rejoignant pas. Les produits enlevés sont laminaires. Une préparation probable du plan de frappe d’axe a été menée, les négatifs sont peu lisibles et la technique non discernable. Le plan de frappe transversal
    a été préparé par l’enlèvement d’éclats. Les produits sont des lames courtes et irrégulières, les contre-bulbes sont marqués et de petite taille. Il n’y a pas d’abrasion de la corniche. La technique suspectée pour ce second plan est la percussion directe au percuteur tendre.

125Quatre autres nucléus, tous en silex crétacé, combinent des négatifs d’enlèvements de lamelles et d’éclats (2999 BL, 3005 BL, 3083 BL, 3282 BL). Les trois premiers sont de petits nucléus polyédriques inférieurs à 185 g, le plus volumineux étant issu d’un ancien percuteur ou broyon (2999 BL). Le quatrième est un épais nucléus discoïde de 256 g. Tous portent les négatifs d’éclats courts et irréguliers, aux contre-bulbes plutôt marqués, probablement débités par percussion directe dure. Sur une autre face, ils portent des négatifs d’enlèvements de lamelles, pour lesquelles un plan de frappe a pu être aménagé par l’enlèvement d’éclats (3282 BL) et une abrasion plus ou moins forte des corniches (3083 BL).

126L’analyse de ces nucléus permet de déceler trois types de productions pour la série : éclats courts et irréguliers débités par percussion directe dure, lamelles irrégulières probablement débitées par percussion directe au percuteur dur, lames courtes et irrégulières débitées par percussion directe au percuteur tendre, lames courtes plus régulières potentiellement débitées par percussion indirecte. Il faut également remarquer la faible préparation des nucléus à éclats, qui semblent peu exploités ; ainsi que l’importance de la nature de la matière première utilisée ici dans le dimensionnement des nucléus (petits galets et rognons de silex crétacé).

Éclats non retouchés

127Ces 27 éclats (planche 20) n’ont pas été retouchés et aucun lustre n’est visible à l’œil nu. Cependant, cinq d’entre eux présentent des traces probables d’utilisation, celles-ci ne pouvant être confirmées que par des analyses tracéologiques. Les éclats 2975 BL, 3114 BL, 3242 BL ont un léger émoussé sur un bord, très partiel. La pièce 2943 BL porte une très petite zone mâchurée et l’éclat 981.8.636 une zone millimétrique similaire à la surface d’un percuteur. La faible étendue de ces traces ne permet pas de dire que ce sont ces éclats qui ont servi, mais plus probablement le support dont ils proviennent.

128La matière première identifiée sur vingt-deux pièces renvoie à un silex crétacé. Vingt ont été obtenus par percussion directe au percuteur dur, la technique de débitage n’a pu être identifiée sur les autres, principalement en raison de la fragmentation des pièces. Le module de ces éclats est plutôt petit : 4,7 cm de long pour 3,8 cm de large en moyenne. Le plus petit mesure 2,8 cm de long pour 1,6 cm de large, et le plus grand respectivement 8,3 cm par 7,2 cm. Ce corpus est trop faible pour mener une approche statistique, on peut malgré tout noter que seuls cinq éclats sont supérieurs à 6 cm de long. Les produits sont plutôt irréguliers et il ne semble pas y avoir de recherche d’une morphologie particulière.

129Ces éclats sont bruts de débitage pour huit d’entre eux, huit conservent une petite portion de cortex. Les autres sont : cinq éclats corticaux, un fragment mésial, trois fragments distaux, deux fragments indéterminés. Parmi ces éclats, deux sont susceptibles d’être identifiés : 3076 BL, une possible ébauche de grattoir (qui a les proportions et la forme des grattoirs massifs de la série mais sans retouches ni abrasions) ; 3032 BL, un éclat discoïde épais et régulier qui peut être assimilé à une tablette de ravivage de nucléus (portant des enlèvements verticaux sur les bords).

130Compte tenu de la quantité totale d’éléments en silex collectés, et de la présence de nucléus et de percuteurs, ces vingt-sept éclats paraissent bien peu nombreux. Il est probable que le tri durant la fouille a écarté un grand nombre de pièces non retouchées.

Lames non retouchées

131Ce sont 101 lames et lamelles non retouchées qui ont été dénombrées dans cet ensemble (planches 3-6). Si la plupart ne portent pas de traces d’utilisation visibles à l’œil nu, sept d’entre elles ont quelques petites esquilles latérales qui pourraient évoquer une utilisation (2440 BL, 2926 BL, 2931 BL, 2963 BL, 3172 BL, 3206 BL, 3210 BL). L’une de ces lames a clairement été utilisée (3267 BL) : elle conserve un lustré bifacial sur le bord droit. L’état de patine n’a permis d’identifier avec certitude la matière première que sur moins de la moitié des pièces (N = 46), toutes en silex crétacé.

132Quatorze des lames ont été débitées par percussion directe au percuteur dur. Leur module n’excède pas 9,4 cm de long (6,1 cm en moyenne pour les lames non fragmentées), pour en moyenne 2 cm de large et 0,6 cm d’épaisseur. Ces lames sont irrégulières et courbes, voire torses pour certaines. Une lame est totalement corticale, deux sont sous-corticales, et quatre comportent une petite portion de cortex. Dix de ces lames sont entières, trois ont été amputées de leur extrémité distale, et de l’une ne subsiste que la partie proximale. La courbure particulièrement marquée en partie distale sur les lames entières est peut-être en lien avec la suppression des parties distales. Les négatifs observés sur la quasi totalité des pièces débitées par percussion directe au percuteur dur sont unipolaires. Les lames brutes comportent deux à trois pans. Enfin, les lames présentant ces stigmates ne semblent pas se rapprocher d’un des nucléus de la série.

133Seize lames montrent des stigmates d’un débitage par percussion directe au percuteur tendre. Le module de celles-ci reste inférieur à 10,9 cm de long (7,9 cm en moyenne pour les lames entières), pour une moyenne de 1,8 cm de large pour 0,5 cm d’épaisseur. Ce sont essentiellement des lames brutes, hormis quatre lames qui conservent une petite portion corticale. On dénombre un fragment proximal, dix lames entières et cinq pour lesquelles l’extrémité distale est tronquée. L’inflexion distale d’une partie des pièces pourrait à nouveau être mise en relation avec cette amputation. Ceci concerne des lames plutôt régulières portant des négatifs unipolaires d’enlèvements antérieurs. Les lames entières montrent indifféremment des négatifs d’enlèvements unipolaires et bipolaires. Ces observations correspondent à celles réalisées sur les nucléus à lames pour lesquels la percussion tendre est suspectée : débitage unipolaire de lames régulières arquées en partie distale, débitage unipolaire et bipolaire de lames irrégulières.

134Trente-cinq lames ont été obtenues par percussion indirecte. Le module moyen est de 6 cm de long pour les lames non tronquées (11,8 cm au maximum), 1,8 cm de large et 0,5 cm d’épaisseur. Neuf d’entre elles gardent une faible portion de cortex. On ecompte pour cette technique dix-sept lames entières, seize pièces dont l’extrémité distale a été tronquée et trois fragments proximaux. Ces lames sont régulières pour une très large majorité, et les négatifs d’enlèvements visibles témoignent d’un débitage unipolaire. Les lames ont deux à trois pans (même quatre pour la 2965 BL), et sont légèrement arquées en partie distale. Ces données concordent avec l’aspect du nucléus pour lequel la percussion indirecte est suspectée.

135Trente-trois supports laminaires sont trop fragmentés pour que la technique de taille ait pu être déterminée : un fragment proximal, quinze fragments mésiaux, sept fragments distaux, dix lames dont le talon est brisé. Ces lames ont un format assimilable aux autres lames de la série : largeur moyenne de 1,9 cm, épaisseur moyenne de 0,5 cm. Le fragment le plus long mesure 7,6 cm. L’un de ces fragments pourrait être une lame sous-crête (3169 BL).

136Enfin, seuls deux supports lamellaires ont été mis en évidence (3189 BL et 981.8.630). La première mesure 3,4 cm de long pour 0,8 cm de large et 0,3 cm d’épaisseur. Le talon est trop esquillé pour permettre une détermination du débitage. La seconde mesure 4,1 cm de long, 0,7 cm de large et 0,2 cm d’épaisseur. Les stigmates présents ne sont pas suffisamment clairs pour proposer une technique de taille.

137Les lames non transformées paraissent donc assez nombreuses dans ce corpus, par rapport aux éclats notamment. Leur module est plutôt petit : moins de 12 cm de long, seulement 6 cm en moyenne pour celles qui ne sont pas fragmentées. On distingue trois types de production (percussion directe dure, tendre et indirecte), qui apportent surtout une nuance sur la régularité des pièces. Ces lames semblent correspondre aux types de production issus des nucléus du site. Le débitage peut être mené de façon unipolaire ou bipolaire, et il n’y a aucune préparation des plans de frappe visible sur les talons.

Cassons

138La série a également livré 19 cassons, qui représentent environ un demi kilo de matière. Douze d’entre eux proviennent de silex crétacé et la moitié conserve une portion de cortex ou en sont couverts. Ces cassons tendent à indiquer qu’un débitage à eu lieu sur le site, ce qui ne serait attesté qu’avec la présence d’esquilles. À ce sujet, le possible tri des matériaux lors de la fouille a déjà été évoqué.

Conclusions sur le débitage

139Parmi les 580 pièces de la série, 34 % ne sont ni retouchées, ni façonnées : nucléus, lames, éclats et cassons notamment. La proportion d’outils (66 %) paraît ainsi plutôt importante compte tenu du contexte d’habitat probable. Plusieurs indices permettent de suspecter un débitage sur place, tant des éclats que des lames (nucléus, cassons, quelques pièces techniques). L’une des possibilité évoquées est qu’une grande partie du silex ait été écartée durant la fouille. Il est également envisageable que les zones de débitage du site n’aient pas été fouillées. Dans ce cas, les fosses dépotoirs ont pu livrer un mobilier essentiellement domestique, parsemé de quelques éléments issus de la production.

140Plus des deux tiers des supports ont pu être identifiés (figure 18) : 205 éclats (35,3 %), 205 lames (35,3 %), 72 pièces façonnées (12,4 %), 12 rognons (percuteurs, 2 %). Les 14,8 % de supports restants n’ont pu être déterminés à cause de la fragmentation des éléments. Sur les 205 éclats de la série, supports d’outillage compris, la majeure partie a été débitée par percussion directe au percuteur dur (120 pièces, soit près de 58 %), la percussion directe au percuteur tendre est suspectée pour trois pièces, et la percussion indirecte soupçonnée sur une seule pièce (figure 19). Il faut rappeler que 39,5 % des éclats sont trop fragmentés pour que la technique de taille puisse être identifiée. Si ce panel semble correspondre aux stigmates relevés sur les nucléus à éclats présents sur le site, le module de la plus grande partie de ces supports est assez différent. Les nucléus montrent une prépondérance de petits éclats courts et irréguliers, de même que les éclats non retouchés, alors que la plus grande représentation de la série concerne de gros éclats très épais, transformés en grattoirs.

Figure 18 – Pourcentage d’outillage identifié par types de supports.

141Les 205 supports laminaires (figure 19) sont en majorité fragmentés (techniques de taille indéterminées dans 57 % des cas). Malgré tout, les techniques mises en évidence sont assez variées : percussion directe au percuteur dur (24 pièces), percussion directe au percuteur tendre (22 pièces), percussion indirecte (41 pièces). Si les deux premières représentent environ 11 % chacune du corpus laminaire, la troisième semble davantage utilisée (20 % des lames). Ces trois techniques ont produit des lames plus ou moins régulières très souvent courbes à l’extrémité distale. Il faut notamment retenir dans cette série qu’une quinzaine de pièces a un talon brisé, peut-être à cause d’une percussion dure ; ce qui rééquilibrerait la tendance avec les lames débitées par percussion indirecte. La courbure distale a par ailleurs été supprimée sur un bon nombre de lames sans qu’elles soient nécessairement destinées à être retouchées. Les nucléus à lames issus de la série concordent avec l’aspect des lames et avec leur technique d’obtention. La lame sous crête est l’unique pièce technique en relation avec le débitage laminaire et indique que celui-ci a pu être effectué sur le site.

Figure 19 – Pourcentage des techniques de taille par types de supports.

142Des lamelles ont probablement été produites sur le site, comme en témoignent les nucléus. Cependant, il n’y a que deux lamelles dans la série. La faiblesse de cette représentation lamellaire dans le corpus ne semble pas avoir de justification particulière, hormis un tri éventuel.

Conclusions sur l’industrie lithique

143Dans le corpus des silex du Pré-à-Vaches on dénombre 563 pièces taillées, 16 rognons et éclats naturels transformés en outils et un silex naturel. Le caractère partiel de la série a été plusieurs fois évoqué et il faut insister sur le fait qu’un tri typologique a probablement été effectué lors des fouilles et des ramassages. De ce fait, il est probable qu’une grande quantité de pièces typologiquement non reconnaissables n’ont pas été conservées. La matière première exploitée est majoritairement locale, avec une utilisation massive des silex crétacés environnants, et une importation moindre de silex tertiaire, très certainement uniquement sous forme de haches polies terminées. Les éléments issus de silex naturels peuvent provenir du site lui-même, ces silex gélifractés étant assez fréquents dans les calcaires de diverse qualité de la région.

144Ce sont au total 334 outils et 60 pièces façonnées qui ont été identifiées. Les outils représentent la majeure partie des pièces domestiques habituelles, avec une très nette supériorité numérique pour les grattoirs sur éclat massif et les armatures tranchantes à tranchant transversal, mais on note aussi la présence des racloirs, perçoirs, pointes, denticulés, coches, burins, tranchet, retouchoirs ou briquets et troncatures. Les pièces façonnées concernent essentiellement des fragments de haches polies, dont un seul exemplaire nous est parvenu entier, et quelques percuteurs ou broyons. Les 185 éléments restants renvoient au débitage d’éclats, de lames et de lamelles. Les modalités d’obtention des éclats comme des produits laminaires sont assez variées : percussion directe dure et tendre pour les deux types de supports et utilisation de la percussion indirecte pour les lames. On retient cependant une prédominance du débitage d’éclats au sein de l’ensemble. Une fois de plus, si on peut assurer le caractère domestique de l’ensemble, il n’est pas possible d’affirmer qu’un débitage a été pratiqué sur le site. Bien qu’aucune concentration de type amas n’ait été signalée par les fouilleurs, on peut souligner que la présence de nucléus, de produits bruts et d’épannelage, de quelques pièces techniques et de cassons penche en faveur de cette hypothèse. Il est envisageable que les fosses contenant les rejets de taille n’ont pas encore été découvertes.

145L’ensemble de l’outillage évoque une possible activité spécialisée, mettant en œuvre un grand nombre de grattoirs et d’armatures tranchantes. Cette activité pourrait être orientée vers la chasse et le traitement des peaux, mais il faudra procéder à une approche tracéologique pour infirmer ou confirmer cette hypothèse. D’autre part, l’étude du grand nombre d’ossements animaux issus du site pourrait sans doute aider à approfondir cette question.

  • 21 Informations personnelles publiées (Langry-François, 2004) et non publiées, provenant d’une vingtai (...)

146Les éléments diagnostics chronologiques sont peu présents dans cette série. Les armatures perçantes se rattachent globalement à la fin du Néolithique et les armatures tranchantes sont toujours présentes en nombre dans les sépultures collectives de la région. Il faut surtout noter la présence d’un type lithique attribué, pour le moment dans ces régions, exclusivement au Néolithique moyen : le tranchet. Contrairement aux observations réalisées précédemment dans les hypogées de la Marne, ce type semble donc perdurer au Néolithique récent, bien qu’il ne soit trouvé qu’en très petite quantité et que l’investissement technique soit moins important. On a déjà indiqué que le Pré-à-Vaches est pratiquement le seul habitat recensé pour la période du Néolithique récent dans le département de la Marne, ce qui interdit toute comparaison avec un site de fonction équivalente. Malgré tout, un grand nombre de sépultures collectives ont été réétudiées dans la Marne21 et le millier de pièces recensées permet quelques confrontations. En effet, il apparaît que l’industrie lithique présente au sein de ces sépultures collectives est directement issue du mobilier domestique et n’a pas été spécifiquement produite en vue d’un dépôt en sépulture. Les types en présence sont comparables : armatures tranchantes majoritaires, quelques armatures perçantes de type divers. Les divergences notables en terme de typologie sont liées aux nombreux grattoirs massifs du Pré-à-Vaches et à la présence de burins, jusque-là inconnus dans les corpus de la période dans cette région. L’autre élément qui vient conforter la proximité de cette série avec celles des sépultures collectives de la Marne, est l’utilisation de la percussion indirecte dans la production laminaire (Langry-françois, 2003), technique qui s’inscrit dans le cadre géographique du secteur oriental du Bassin parisien (Augereau et alii, 2004c).

147La série lithique du Pré-à-Vaches s’inscrit tout à fait dans l’ambiance des corpus du Néolithique récent de l’Est du Bassin parisien, dont elle est pour le moment le seul représentant en contexte d’habitat. Les ressemblances frappantes entre ce corpus et ceux des sépultures collectives contemporaines tend à confirmer qu’à cette période, et au moins pour le mobilier lithique, il n’y a pas de différences entre la dotation des vivants et celle des morts.

INDUSTRIE EN MATIÈRES DURES D’ORIGINE ANIMALE

  • 22 Pour des raisons d’accès très difficile aux collections des vitrines du musée Saint-Remi de Reims, (...)

148Le site du Pré-à-Vaches a livré 101 pièces en os, en bois de cervidés et en dents animales (94 sont conservées au musée d’Épernay et sept autres au musée Saint-Remi de Reims22). Sur les 101 pièces, seules douze sont typologiquement indéterminables. Il s’agit donc d’un corpus exceptionnel pour un site d’habitat du Bassin parisien, d’autant plus que l’outillage y est très bien conservé.

Outils en os

149L’outillage en os se compose de 26 outils de types majoritairement ubiquistes tels les poinçons et les lissoirs ou outils tranchants, mais aussi, et c’est là l’avantage certain des collections de sites domestiques, de déchets de débitage. Seules deux pièces sont indéterminables.

Poinçons (figure 20)

150Les poinçons sont, comme souvent dans les corpus d’industrie osseuse, les outils les plus représentés. Au nombre de 19 à Morains (figure 28), ils sont pour la plupart stéréotypés : ils appartiennent au type des “poinçons dont la base est constituée par l’épiphyse” qui correspond au type 2 de Leroi-Prost (Camps-Fabrer et alii, 1990). Ils se caractérisent, en très grande majorité, par un support standard (le métapode dans quatorze cas, figure 20, n°s 1 à 15), une taille calibrée (moins de 10 cm en moyenne, figure 20, nos 1 à 4 et 7 à 16), une technique de débitage par rainurage et sciage total ainsi que de nombreuses traces d’usure. Ce type de poinçon est très fréquent dans les sépultures collectives de la fin du Néolithique. Les exemples sont nombreux, et nous pouvons citer, entre autres, les corpus des sépultures de Val-de-Reuil et Porte-Joie (Eure ; Sidéra, Giacobini, 2002), ou l’outil du site domestique de Sagy dans le Val-d’Oise (Letterlé, Martinez, 1985).

151Un seul poinçon se démarque typologiquement et techniquement. C’est un “poinçon d’économie” qui appartient au type 1 de Leroi-Prost (Camps-Fabrer et alii, 1990) qui se caractérise par une forme irrégulière, liée à une technique d’obtention par fracturation (figure 20, n° 16). À l’inverse des poinçons de type 2, les poinçons d’économie sont absents des sépultures collectives SOM mais on les retrouve à Chalain 3 (jura), nommés “pointes à épiphyse diverse” et, selon J.-L. Voruz, on le trouve plus fréquemment au Néolithique final (Voruz, 1997).

Figure 20 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne).
Outils pointus en os. [Clichés : A. Maingaud]

Outils tranchants (figure 21 et planche 50)

152Les deux outils tranchants du corpus correspondent à des lissoirs probablement réalisés sur des côtes fendues. Ils sont de forme similaire (figure 21) avec un tranchant latéral émoussé. Ce type de pièce, peu fréquent, est rarement représenté dans les corpus de la fin du Néolithique.

Figure 21 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais,
Marne). 1-2. Outils tranchants en os. [Clichés : A. Maingaud]

Figure 22 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais,
Marne). 1-2. Déchets de débitage en os ; 3. Cheville osseuse
de corne de bovidé rainurée. [Clichés : A. Maingaud]

Déchets de débitage (figure 22 et planche 50)

153Trois déchets de débitage appartiennent au corpus. Une cheville osseuse de corne d’aurochs, présentant deux rainures transversales peu profondes liées au prélèvement de la corne (figure 22, n° 3), témoigne indirectement de l’utilisation de ce matériau qui ne se conserve pas. À côté de ce premier déchet de débitage dont la présence est rare dans les corpus, se trouvent deux fragments osseux plus communs (figure 22, nos 1 et 2). Il y a d’une part une épiphyse distale débitée par rainurage et sciage (figure 22, n° 1), et d’autre part un fragment de métapode rainuré dont un accident survenu lors de la fracturation a rendu cette partie de la pièce inutilisable (figure 22, n° 2).

Les outils en bois de cerf

154L’outillage en bois de cervidé est composé de 73 pièces, dont 11 sont typologiquement indéterminables (66 sont conservées à Épernay et 7 au musée de Reims). Les supports utilisés sont exclusivement des ramures de cerf. Les principales catégories d’outil répertoriées sont la gaine, le manche et l’outil tranchant. La série compte également une ébauche et des déchets de débitage.

Figure 23 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Gaines à tenon. Musée d’Épernay, sauf 981.8.620 musée de Reims.
[Clichés : A. Maingaud, dessins : M.-F. André]

Les gaines (figures 23, 30 et planches 36-45)

  • 23 Deux d’entre elles sont conservées à Reims sous les numéros 981.8.620 et 981.8.656.

155Le corpus des gaines englobe 15 pièces23 réparties en deux types : les gaines à tenon décortiqué, sans ressaut, avec une couronne à ergot et les gaines à perforation transversale sur segment médian ou basilaire.

156Les gaines à tenon décortiqué, sans ressaut, avec une couronne à ergot sont au nombre de 6 (figure 23). Toutes ont été prélevées au niveau d’une fourche de bois de cerf. La partie proximale, ou tenon, est décortiquée, alors que la partie distale, ou couronne, ne l’est pas et comporte un ergot peu marqué, c’est-à-dire “une protubérance plus ou moins forte qui ne fait pas blocage contre le manche” (Billamboz, 1977). Trois des cinq gaines à ergot portent encore des traces de débitage au niveau de leur partie proximale (figure 23, nos 1 à 3) matérialisées par la présence de facettes régulières de petite taille correspondant à un débitage par entaillage, sans trace apparente de séparation par fracturation. Le façonnage, réalisé par entaillage, ne concerne que le tenon et la douille (figure 23, n° 4).

157Absentes des hypogées de la vallée du Petit Morin (Maingaud, 2003b), ces gaines forment un type particulier qui est également absent du reste du Bassin parisien et plus caractéristique du Néolithique Moyen Bourguignon que du Néolithique récent. Par exemple, le niveau V de La Motte-aux-Magnins daté de cette période a livré 12 gaines au corps évasé, à tenon long et couronne amincie (Voruz, 1986). Un des trois types, malgré l’absence de ressaut intermédiaire, correspond en tous points à celui de Morains, le Pré-à-Vaches. Parallèlement, les gaines du Chasséen retrouvées à Paris, Bercy, possèdent elles aussi un très long tenon décortiqué sans ressaut, confirmant ainsi le caractère archaïque de ce type de gaine (Voruz, 1997).

158Cependant, des gaines à ergot proches de celles du Pré-à-Vaches, bien que présentant un ressaut marqué (Maigrot, 2003), existent parallèlement dans les corpus du Néolithique récent d’Allemagne du Sud, de Suisse occidentale (Ramseyer, 1993) ou encore du Jura (BilLamboz, 1977 ; Maigrot, 2003). Ainsi, les gaines à tenon de Morains-le-Petit appartiennent à un type de gaine archaïque, apparaissant au Néolithique Moyen Bourguignon, toujours présent en Allemagne, en Suisse et dans l’Est de la France à la fin du Néolithique mais sous une forme légèrement différente. Deux hypothèses sont envisageables : soit des productions archaïques ont perduré au cours du Néolithique récent à Morains, soit le site a fait l’objet de deux occupations, l’une datant de la fin du Néolithique moyen et l’autre du Néolithique récent. L’hypothèse d’une “perduration” d’éléments typologiques du Néolithique moyen dans une phase ancienne d’occupation du site, au début du Néolithique récent, est très vraisemblable (voir la discussion) mais n’exclut pas l’existence possible de deux occupations au Pré-à-Vaches, comme cela est également discuté en conclusion.

Figure 24 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). 1-4. Gaines à perforation transversale (4 b : détail de surface). Musée d’Épernay, sauf 981.8.656 musée de Reims. [Clichés : A. Maingaud, dessins : M.-F. André]

159Les gaines à perforation transversale (figure 24) sur segment médian ou basilaire de bois de cervidé, mesurant en moyenne 13 cm de long, sont au nombre de neuf. Aucune trace de débitage n’est véritablement apparente. Cependant, la partie distale d’une gaine (figure 24, n° 2) a peut-être été débitée par rainurage et usure à la corde. Le profil en “U” semble caractéristique de cette technique tout comme la brillance localisée sur tout le pourtour distal de la pièce. Le façonnage a laissé plus de traces. Seules six gaines sur huit ont été décortiquées. Les stigmates de façonnage sont variés et ne sont identifiables que pour une seule gaine (figure 24, n° 4 a et b). La surface de cette gaine est couverte de stries organisées se recoupant perpendiculairement de façon régulière, à la manière d’un “tissage”. C’est la première fois que nous voyons ces stigmates qui semblent liées au façonnage et à la matière, mais nous ne savons comment ces stries ont été obtenues. Les perforations sont soit rondes et petites (2 cm de diamètre) soit ovales et larges (4 par 2 cm). La majorité des gaines sont cassées au niveau de cette perforation ; les traces techniques sont donc perdues. Une caractéristique qui semble exister est la prédominance des segments de ramure médian, alors que les segments basilaires sont plus rares, parfois même totalement absents comme à Verneuil-sous-Coucy dans l’Aisne (Ancien, Lebolloch, 1987), à Argenteuil, le Désert dans le Val-d’Oise (Bailloud, 1974), à Montigny-sur-Crécy, le Champs-à-Fosses dans l’Aisne (Bailloud, 1974), à Compiègne, le Hazoy dans l’Oise (ibid.), à Montreuil-sur-Epte dans le Val-d’Oise (ibid.), aux Mournouards 3 dans la Marne (Leroi-Gourhan et alii, 1962), à Vers-sur– Selle dans la Somme (Piningre, Bréart, 1976, p. 33), à Videlles les Roches dans l’Essonne (Maingaud, 2004) ou encore à Val-de-Reuil et Porte-Joie dans l’Eure (Sidéra, Giacobini, 2002). Ce type de gaine est tout à fait caractéristique du Néolithique récent du Bassin parisien et nous le trouvons aussi bien en contexte domestique (Maingaud, 2004) que funéraire (Maingaud, 2003).

Les manches droits à insertion longitudinale (figure 25 et planche 35)

  • 24 Les numéros d’inventaire 981.8.622 et 981.8.616 sont conservées au musée de Reims.

160Les manches à insertion longitudinale sont au nombre de huit24. Seuls deux sont entiers et ont été obtenus, comme la plupart des autres manches de ce type (CAMPS-Fabrer et alii, 1993), à partir de segments d’andouillers (figure 25) de moins de 5 cm de long. Les dimensions sont standardisées (3,5 cm minimum et 4,5 cm maximum pour la longueur et 1 cm de diamètre pour 1,5 cm de profondeur pour la perforation). Le débitage a été réalisé de deux façons : soit par entaillage partiel et fracturation (figure 25, nos 4, 5), soit par rainurage (observé sur un seul manche) (figure 25, n° 1) ce qui est plus rare d’une façon générale dans la région (Maingaud, 2003). Le façonnage concerne cinq des six manches (figure 25, nosl à 4 et 6), dont quatre portent encore des traces de raclage.

161Ces manches, au même titre que les gaines à perforation transversale, sont caractéristiques du Néolithique récent du Bassin parisien. Ils sont présents aussi bien en contexte domestique (Videlles, les Roches, Maingaud, 2004) qu’en contexte funéraire. Les hypogées de la vallée du Petit-Morin en ont livré 42 exemplaires (Maingaud, 2003), la sépulture de Liry (Ardennes) en compte trois (Bailloud, 1974), celle de Germigny-l’Évêque, les Maillets (Seine-et-Marne) en comprend un (Baumann et alii, 1979), celle de Lesches, Montigny-Esbly (Seine-et-Marne) en a livrés sept (Bailloud, 1974). Les exemples foisonnent et en terme de répartition, il semble que cet outil soit plus représenté dans l’Est du Bassin parisien.

Réceptacle à insertion longitudinale et perforation, type inconnu (figure 26 et planche 46)

162Ce réceptacle percuteur a été fabriqué sur un segment d’andouiller avec la fourche du merrain. Au niveau de l’andouiller, une douille de deux centimètres de profondeur aux bords usés a été aménagée à l’extrémité et une perforation transversale, ronde et ovale, à été creusée au niveau de la naissance de la fourche. Celle-ci, de forme évasée et très allongée, présente une dépression irrégulière de 1 cm de profondeur qui semble liée à une utilisation en tant que percuteur.

163C’est un type d’objet rare, mais il n’est apparemment pas unique. En effet, il existe peut-être une à deux autres pièces similaires provenant de sépultures collectives de la Marne, conservées au musée de Châlons-en-Champagne mais nous n’avons pas pu les voir et elles ne sont pas publiées (communication orale I. Sidéra). La rareté de ce type d’outil fait que nous n’avons aucune certitude quant à sa fonction. La douille distale correspond bien à celle d’un manche. Cependant, la perforation transversale et la partie proximale évasée ayant servi de percuteur correspondent plutôt à une gaine. Il pourrait s’agir d’un outil hybride entre le manche droit et la gaine. S’il existe effectivement d’autres outils semblables dans la Marne, cet objet aurait alors une valeur géographique et aiderait à caractériser la production de l’Est du Bassin parisien en mettant en avant des variables typologiques au sein de cette entité géographique.

Biseau distal unifacial à perforation transversale ou merlin (figure 27 et planche 40)

164L’unique biseau distal unifacial à perforation transversale a été réalisé sur partie basilaire de ramure de cervidé afin d’exploiter la meule, partie proximale de l’outil, qui est probablement utilisée en tant que percuteur. Ce type d’objet est déjà répertorié (Provenzano, 1998) et est aussi représenté dans les sépultures collectives de la Marne bien qu’il soit peu fréquent (Maingaud, 2003). Ces biseaux à perforation transversale parfois appelés “merlins à fendre le bois” sont fréquents dans le Horgen occidental (Voruz, 1997) ainsi qu’à Chalain, où cette catégorie progresse tout au long de l’occupation (Maigrot, 2003). À notre connaissance, ce type d’outil n’est présent que dans le département de la Marne ; aucun autre site publié du Bassin parisien n’en contient.

Figure 25 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). 1-6. Manches droits à insertion longitudinale en bois de cerf. Musée d’Épernay. [Clichés : A. Maingaud]

Figure 26 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Pièce réceptacle à insertion longitudinale et perforation transversale de type indéterminé. [Clichés : A. Maingaud]

Figure 27 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Biseau distal unifacial à perforation transversale. [Clichés : A. Maingaud]

Figure 28 – Le Pré-à-Vaches, Morains-Le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Percuteur en bois de cerf. [Clichés : A. Maingaud]

Figure 29 – Le Pré-à-Vaches, Morains-Le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Pièce indéterminée. [Clichés : A. Maingaud]

Le percuteur (figure 28)

165Ce percuteur a été réalisé sur une fourche débitée par entaillage partiel et fracturation en conservant l’andouiller entier. D’après les traces d’utilisation observées, le segment de merrain a été percuté alors que l’andouiller ne porte aucune trace d’usure et aurait donc servi de manche. C’est un outil assez rare, et nous n’avons observé de pièce plus ou moins proche que dans le corpus du site d’Abilly, le Foulon (Indre-et-Loire ; Berthouin, 1980), daté du Néolithique final.

Pièce indéterminée (figure 29 et planche 46)

166Une pièce particulière réalisée sur un segment de merrain de près de 20 cm de long débité par entaillage et fracturation et portant en son centre deux dépressions, l’une sur la face inférieure, l’autre sur la face supérieure, a été identifiée comme une ébauche. Les deux dépressions sont couvertes de stries, avec un aspect de surface très brillant. Deux possibilités sont envisageables : dans un premier cas, cela pourrait être une ébauche d’outil à perforation transversale, mais cela ne concorde pas avec la brillance très forte. Dans un second cas, nous pouvons interpréter les dépressions comme des traces d’utilisation. Il s’agirait donc d’un outil dont la forme est inconnue. Seule une étude tracéologique pourrait éventuellement nous aider à trancher en faveur d’une des deux hypothèses.

Les déchets de débitage (figure 30 et planches 46-49)

  • 25 Deux pièces conservées au musée de Reims sont considérées comme des déchets de débitage (981.8.614  (...)

167Les 35 pièces25 considérées comme des déchets de débitage représentent la catégorie la plus importante du corpus de Morains. Les morceaux de bois de cerf rejetés proviennent des différentes parties de la ramure, représentées de façon équilibrée. Nous avons retrouvé plusieurs techniques utilisées le plus souvent conjointement, révélant ainsi l’économie de débitage présente sur le site. Les techniques répertoriées sont l’entaillage, la fracturation et le rainurage. Ces techniques sont rarement utilisées seules (trois cas pour l’entaillage, un pour la fracturation et aucun pour le rainurage), elles sont associées pour optimiser le débitage. Nous avons répertorié l’association préférentielle de l’entaillage et de la fracturation pour débiter les parties distales et proximales de 21 pièces, soit plus de la moitié des déchets (figure 30, nos 4, 6 à 8). Le plus souvent, l’entaillage est utilisé au début pour préparer la zone à détacher. Puis la séparation est faite par fracturation. Nous avons noté d’autres associations, cette fois-ci moins communes. Il y a trois pièces débitées par rainurage et séparées par fracturation (figure 30, n° 1). Il s’agit d’une empaumure, d’une pointe d’andouiller et d’un segment de merrain. Dans tous les cas, une rainure a été incisée de façon plus ou moins profonde, puis la séparation a été réalisée par fracturation, outrepassée pour l’empaumure. Pour finir, un andouiller et une empaumure regroupent les trois techniques de débitage (figure 30, n° 7). Dans les deux cas la partie distale de l’andouiller a été débitée par rainurage puis fracturée, alors que la partie proximale a été débitée par entaillage puis fracturée.

Figure 30 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Déchets de débitage en bois de cerf,
a. Entaillage, b. Fracturation, c. Rainurage-sciage. [Clichés : A. Maingaud]

168Les techniques de débitage sont complexes et il semble qu’il n’existe aucun rapport entre le choix de la technique de débitage et la partie de la ramure prélevée. Enfin, nous remarquons, comme souvent sur les corpus de la fin du Néolithique, que l’entaillage et la fracturation sont les techniques les plus prisées.

Outils sur dents (figure 31)

169Seules deux défenses de suidés de 10 cm de long environ ont été mises au jour sur le site. Toutes deux constituent indéniablement des outils tranchants ou raclants. Il semblerait que l’une des deux soit même un outil double car le distal et le proximal présentent des traces d’usure, d’émoussement (figure 31). Elles ont des morphologies différentes, l’une est transformée alors que l’autre est brute de débitage. Ces outils sont rares dans le Bassin parisien, alors qu’ils sont fréquents dans les sites de tradition Néolithique Moyen Bourguignon et Horgen oriental (Maigrot, 2003).

Figure 31 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais,
Marne). Outils sur défenses de suidés. [Clichés : A. Maingaud]

Conclusion sur l’industrie en matières dures animales

170Typologiquement, ce corpus s’inscrit dans les productions du Néolithique récent du Bassin parisien. Les types d’objets caractéristiques sont les gaines en bois de cerf à perforation transversale, les manches droits à insertion longitudinale, les outils tranchants à perforation transversale sur bois de cervidé. Les outils tranchants et pointus en os sont des pièces héritées d’une tradition antérieure remontant au Néolithique ancien mais qui ont la particularité d’être réalisées essentiellement sur métapode par sciage en quart en conservant l’épiphyse. Quelques outils sont plus étonnants par leur rareté comme la pièce réceptacle indéterminée à insertion longitudinale et perforation, ainsi que le percuteur.

171Certaines pièces comme les gaines à tenon décortiqué, sans ressaut, avec une couronne à ergot, nous ont montré les ressemblances qui existent entre les corpus du Néolithique récent du Bassin parisien et les corpus du Jura et de la Suisse, depuis le Néolithique Moyen Bourguignon jusqu’au Horgen.

172Technologiquement, les pièces du Pré-à-Vaches sont étonnantes. En effet, les techniques ne sont pas spécifiques à un matériau comme c’est le cas à Videlles les Roches, Essonne (Maingaud, 2004). Au contraire, les artisans ont multiplié les techniques. Les os peuvent être rainurés ou fracturés, les bois de cerf peuvent être rainurés et débités par usure, ou entaillés et/ou fracturés. Ces mélanges sont déconcertants, cependant, le rainurage reste la méthode privilégiée pour débiter les os, alors que l’entaillage et la fracturation sont les méthodes les plus fréquentes pour les bois de cervidé. Nous notons tout de même que le débitage par rainurage et usure à la corde semble plus fréquent que dans le reste du Bassin parisien. Pour conclure, le corpus de Morains-le-Petit, le Pré-à-Vaches est intéressant sous bien des aspects, par l’importance numérique du corpus, par la présence de pièces typiques mêlées à des pièces quasi uniques et par la diversité des techniques de débitage.

LA PARURE (planche 35)

173L’habitat du Pré-à-Vaches a livré treize éléments de parure, confectionnés dans des matières animales et minérales : trois coquillages perforés, trois dents percées, un fragment de perle en os, deux perles en calcaire en cours de fabrication, deux galets percés, un fossile perforé et un nodule de craie percé. Les trois coquillages aménagés paraissent d’origine fossile. Ils proviennent certainement de l’un des nombreux gisements de la région de Châlons-en-Champagne et d’Épernay. Parmi eux, deux sont des Venericardia (figure 32, nos 1 et 2). Ils ont été munis d’une perforation au niveau du crochet. L’un d’eux est très émoussé au niveau du contour (figure 32, n° 1), alors que l’autre présente des crénelures quasiment intactes (figure 32, n° 2). Le troisième coquillage est un Clavilithe parisiensis (figure 32, n° 3). Il a été percé derrière l’ouverture, à quelques millimètres de cette dernière. L’orifice mesure près de 5 mm de diamètre. Vu son aspect ébréché et les nombreux enlèvements qu’il présente sur son contour, nous pensons qu’il a été obtenu par percussion.

174Les trois dents percées sont issues de différentes espèces. L’une est une canine de suidé (figure 32, n° 4), la deuxième une incisive de bovidé (figure 32, n° 5) et la dernière une incisive de cervidé (figure 32, n° 6). Ces trois dents ont été percées à l’extrémité de la racine et le contour de leur perforation est usé. La parure en os n’est ici représentée que par un fragment de perle discoïde, cassée au niveau de sa perforation (figure 32, n° 7).

175Les deux perles en calcaire trouvées au Pré-à-Vaches sont en cours de fabrication. Ces petits blocs de calcaire de deux et trois centimètres de largeur sont encore à l’état d’ébauche (figure 32, nos 8 et 9). Les artisans les ont façonné de manière a leur donner leur forme générale, puis ces ébauches (également appelées préformes) ont été percées. Ces perforations, de forme conique, ont été effectuées à partir d’une seule face. L’une des perles a été grossièrement polie sur les deux faces alors que sur la seconde, une seule face a subi ce traitement. Le contour des pièces n’a quant à lui pas été retouché.

176La perforation excentrée des 2 galets percés permet de supposer qu’il s’agit de pendeloques. L’un est plat et allongé alors que le second est plutôt ovalaire (figure 32, nos 10 et 11). Un fossile indéterminé, percé, faisait certainement lui aussi office d’ornement (figure 32, n° 12). De forme ovalaire, sa perforation pourrait être naturelle. Le dernier élément de parure issu du Pré-à-Vaches est un nodule de craie de forme ovalaire qui a été perforé au centre (figure 32, n° 13). Deux petits fragments de roche ont été abandonnés en cours de fabrication (figure 33). Il est difficile de savoir s’il s’agit réellement de parure.

177On peut rapprocher de cette catégorie d’objets le petit fragment d’ocre rouge taillé en forme de crayon (figure 34), dont on connaît une seule comparaison pour cette période à Novéant-sur-Moselle, les Rochers-de-la-Frasse (Burnez-Lanotte, 1987, p. 259).

Figure 32 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Objets de parure. 1-3. Coquillages ; 4-6. Dents percées ; 7. Os ; 8-9. Calcaire ; 10-11. Galets ; 12. Fossile ; 13. Craie. [Clichés : J.-J. Charpy]

178On connaît très peu de sites d’habitat attribuables au Néolithique récent dans le Bassin parisien et parmi eux, les objets de parure sont extrêmement rares, voire absents. Il est donc très difficile de comparer la parure de Morains-le-Petit, le Pré-à-Vaches à celle d’habitats contemporains. Afin de voir si cette parure s’intégre bien dans la fin du Néolithique ou si elle présente des originalités, nous l’avons comparé à celle de sépultures collectives situées dans le Bassin parisien et plus particulièrement dans le département de la Marne.

179On constate ainsi que la parure du Pré-à-Vaches présente des dissemblances avec celle des sépultures collectives environnantes, puisqu’elle est essentiellement composée d’objets naturels aménagés. Les seuls éléments façonnés issus de ce site correspondent à un fragment et deux ébauches de perles et l’on ne trouve aucune pendeloque, de type biforée ou en quille, pourtant très fréquentes dans les sites du département de la Marne. De plus, les dents percées retrouvées au Pré-à-Vaches, et plus particulièrement les incisives de bovidé et de

Figure 33 – Le Pré-à-Vaches, Morains-te-Petit (Val-des-Marais, Marne). Pierres calcaire en cours de perforation. [Clichés : J.-J. Charpy]

Figure 34 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Fragment d’ocre rouge en forme de crayon. [Cliché : J.-J. Charpy]

cervidé, sont peu courantes dans les tombes. On ne connaît en effet, dans les sépultures de la Marne, que six incisives de cervidé percées (deux à Chouilly, Saran 5, deux à Aulnay-aux-Planches, la Plaque, une au Mesnil-sur-Oger, les Mournouards 3 et enfin une à Ay-Champagne, Warmery Haut) et seulement deux incisives de bovidé (une à Ay Champagne, Warmery Haut et la seconde à Chouilly, Saran 5). Les canines de suidé sont en revanche assez fréquentes dans ces tombes. Même constat pour les coquillages percés. Si les Venericardia sont bien connus dans les sépultures collectives du Bassin parisien, les Clavilithes le sont en revanche beaucoup moins ; l’exemplaire du Pré-à-Vaches étant le seul recensé à ce jour. Les nodules de craie simplement percés sont eux aussi extrêmement rares dans les sites du département de la Marne. Seule la sépulture du Mont-Aimé 2 à Coligny en a livré. Mais il est possible que ces nodules de calcaire percé (ou en cours de percement), qui n’ont pas grand chose d’esthétique pour de la parure, aient été en réalité des poids de filets de pêche. D’autant que, comme cela est développé en conclusion, le bloc de calcaire percé publié par Brisson et Duval (1934) comme poids de tissage a peu de chances d’en être un étant donné ses dimensions (12 x 12 cm environ) et le fait que l’artisanat du tissage s’est surtout développé peu après la période concernée par ce site (développement des fusaïoles, des poids de métier à tisser en terre cuite plutôt à partir du Néolithique final dans le nord de la France).

180Les éléments de parure retrouvés au Pré-à-Vaches montrent dans l’ensemble peu de variabilité. Nous avonsaffaire à une parure composée majoritairement d’éléments ubiquistes, répandus pour la plupart depuis le Paléolithique, à une parure “commune” en quelque sorte. On n’y a en effet découvert aucun élément typique de la fin du Néolithique en Bassin parisien, ni aucun élément d’origine exogène puisque la parure de ce site a été confectionnée a partir de ressources locales.

COMPARAISONS AVEC QUELQUES HABITATS DU NÉOLITHIQUE RÉCENT DE LA MARNE

181Les sites d’habitat du Néolithique récent sont rares dans le nord de la France et très mal connus dans le département de la Marne. Il s’agit le plus souvent de découvertes anciennes. Malgré tout on peut mentionner quelques sites.

182La Grèvière à Bazancourt a livré de la poterie, des restes osseux, deux pointes de flèche à tranchant transversal, un grattoir, une lame, un polissoir en grès et une hachette taillée dans une couche noire de 8 à 9 m de long et 30 à 60 cm d’épaisseur interprétée comme une succession de foyers (Mack, 1931 ; GÉ, 1989). Le Mont-de-Berru à Cernay-lès-Reims a été attribué au Néolithique récent par Th. Gé (1989) sur la base d’une partie du mobilier (une gaine de hache et deux pointes de flèche à tranchant transversal). Pourtant de la poterie décorée et des “disques” de terre cuite (probablement des plats à pain) découverts dans ce site inciteraient plutôt à l’attribuer au Néolithique moyen. Il serait de toutes façons nécessaire de réétudier complètement ce mobilier et de reprendre le contexte du site, complexe et multiphasé.

183D’après la description qui en est faite par les auteurs, un site d’habitat de la fin du Néolithique est présent à la confluence du ruisseau des Tarneaux et de la Marne, entre Épernay et Oiry (Lemarteleur, Doublet, 1930). G. Bailloud qui attribua ce site au Néolithique récent, le localise, à juste titre, sur la commune de Chouilly (Bailloud, 1974). Les vestiges recueillis dans une terre noire cendreuse de 30 à 35 cm d’épaisseur comprennent des silex (poinçon, nucléus, lames, grattoirs, percuteurs, éclats lamellaires, tranchets, pointes de flèches en forme d’amande ou à tranchant transversal et une à ailerons et pédoncule), de la poterie non décorée dégraissée au silex ou à la coquille, des ossements, des objets de parure dont notamment un rostre de bélemnite incisé pour être suspendu (Lemarteleur, Doublet, 1930), parure bien connue dans les hypogées des Marais-de-Saint-Gond (Renard et alii, ce volume). Ce dernier élément est suffisamment caractéristique pour attribuer ce site au Néolithique récent, ce que la description de la poterie et notamment des dégraissants confirment parfaitement.

184Le site de Saint-Martin-sur-le-Pré (Nicaise, 1877) a livré une poterie tronconique à fond plat sans doute sur la base de laquelle G. Bailloud attribua le site au Néolithique récent (Bailloud, 1974). Mais le reste du mobilier ne présente rien de caractéristique du Néolithique récent et même cette poterie, sur la seule base du dessin ancien et en l’absence de conservation du mobilier découvert par Nicaise ne peut être indiscutablement attribuée à cette période. Surtout, la présence de cinq pointes du Tardenois (dont deux sont seulement probables) et d’une lamelle à bord abattu, associées à un ensemble d’éclats et de lames, et l’absence de trapèzes (Nicaise, 1877 ; Rozoy, 1976) permettent d’attribuer le site au Tardenoisien moyen. Un silo de l’Âge du Fer avait été creusé dans la couche néolithique (Nicaise, 1877), en réalité couche mésolithique. La présence de poteries associées à ces silex préhistoriques pourrait être à l’origine de l’erreur d’attribution au Néolithique réalisée par A. Nicaise (1877), probablement reprise sans vérifications par G. Bailloud (1974).

185Comme on le voit le nombre de sites d’habitat comparables à celui du Pré-à-Vaches est très faible. Ces rares sites mentionnés dans la littérature n’ont pas été étudiés de manière approfondie ; le mobilier n’a jamais été dessiné ni étudié en détail, ce qui limite considérablement les possibilités de comparaison avec l’étude présente du site du Pré-à-Vaches. Face aux nombreuses sépultures collectives, il apparaît évident qu’une grande quantité de sites d’habitat du Néolithique récent restent à découvrir dans le département de la Marne et qu’il serait absolument nécessaire d’entreprendre de nouvelles fouilles, parallèlement à l’étude de sites fouillés anciennement.

CONCLUSION

186Réétudier un site plus de 80 ans après la fouille n’est pas chose facile, mais ce site le méritait pleinement, tant par la grande qualité du mobilier qui y a été découvert que par la rareté des sites fouillés qui sont datés de cette période. Le minutieux travail de récolement et de recherche en archives a permis de déterminer avec certitude que tous les objets étudiés proviennent bien du site du Pré-à-Vaches. Au total ce sont 863 objets, totalement inédits, qui ont été étudiés, dont 465 d’entre eux ont été dessinés.

187Une datation radiocarbone réalisée sur une gaine de hache à perforation transversale permet de dater le site entre 3624 et 3139 cal. BC. Cette datation a été réalisée sur une hache à perforation transversale (3507 BL), tout à fait caractéristique de cette période. Malheureusement, il manque la partie proximale de cette gaine de hache, ce qui empêche de déterminer s’il s’agit d’une gaine à perforation transversale sur segment médian, ou sur segment basilaire. Ce détail a son importance car les gaines sur segment médian sont considérées comme emblématiques du Néolithique récent, alors que celles sur segment basilaire sont plus difficiles à périodiser.Il est malheureusement impossible de recouper la datation radiocarbone obtenue avec cette information typologique. Rappelons d’autre part que le site a livré des gaines de haches à tenons que l’on retrouve généralement dans des sites du Néolithique moyen. Ceci incite à penser que le Pré-à-Vaches pourrait correspondre à une phase ancienne du Néolithique récent, à moins qu’il n’ait été occupé à deux périodes successives.

188Le mobilier céramique, bien que fragmenté, apparaît très homogène du point de vue typologique. Tout permet de l’attribuer au Néolithique récent. L’absence de fusaïoles, de pesons, de cuillères et de formes hémisphériques permettent d’éliminer une attribution au Néolithique final. La partie supérieure des poteries du Pré-à-Vaches présente majoritairement des cols longs. Or, plusieurs études s’accordent à montrer une réduction de la longueur des cols au cours du Néolithique récent (Lombardo, 1986 ; Martinez, Lombardo, 1988 ; Martinez, 2003 ; Augereau et alii, 2007). La typologie céramiquedu Pré-à-Vaches permettrait alors de confirmer l’hypothèse d’une occupation du site à une phase ancienne du Néolithique récent. Une seule tradition de façonnage semble avoir été mise en œuvre à partir de plusieurs matériaux. Plusieurs modalités de cuisson ont été identifiées. Cette variabilité pourrait avoir un sens chronologique pour ce qui concerne les dégraissants, tandis que pour les cuissons ces différences pourraient davantage provenir de l’absence de règles liées à la conduite du feu. Au Pré-à-Vaches, l’absence de poteries dégraissées à la chamotte seule et la fréquence du silex, seul ou associé à la chamotte, permet de proposer l’attribution du site à une phase antérieure au Néolithique final. En effet, au Néolithique récent, la tradition de dégraisser les pâtes à l’aide de silex pourrait être héritée du Néolithique moyen (Michelsberg ou Chasséen), au cours duquel ce type d’inclusion est très fréquent. La présence de quelques tessons présentant des traces de brunissage et d’un galet qui aurait pu servir de brunissoir attestent d’héritages technologiques du Néolithique moyen. Enfin, le gros bouton sur un fragment de panse pourrait être un héritage du Néolithique moyen II. Les caractères anciens observés sur le mobilier de ce site pourraient être des éléments hérités du Néolithique moyen, attestant ainsi une phase ancienne du Néolithique récent.

189Cette première hypothèse d’une datation haute de l’occupation du Pré-à-Vaches ne doit pas nous empêcher d’évoquer également la possibilité de deux phases d’occupation sur le site. En effet, une première phase pourrait correspondre aux poteries dégraissées au silex seul, tandis qu’une seconde phase pourrait correspondre aux poteries dégraissées au silex et à la chamotte mélangés. Un tel cas de figure a été observé sur le site des Fontinettes à Cuiry-lès-Chaudardes qui a livré deux fosses appartenant à deux phases différentes (Constantin et alii, ce volume).

190En revanche, l’absence totale d’éléments caractéristiques du Néolithique moyen dans le lithique, mis à part un tranchet, ne permet pas d’envisager une occupation du site à cette période. L’hypothèse de deux phases d’occupation permettrait de mieux interpréter l’existence de ces éléments “d’affinité Néolithique moyen”. L’impossibilité de rapporter les objets découverts à leurs structures respectives ne peut permettre de vérifier cette hypothèse. La série lithique présente des nucléus à éclats, lames et lamelles en silex majoritairement crétacé, d’origine locale, et en silex tertiaire pour une faible part (origine régionale). Un tiers du corpus est représenté par des produits bruts, tandis que l’outillage est très abondant. Comparés aux sépultures collectives de la Marne, ces outils sont compatibles avec les assemblages du Néolithique récent. Le nombre élevé de grattoirs constitue néanmoins une particularité du corpus qui pourrait être liée à des activités spécifiques qui restent à déterminer par une étude tracéologique. L’importante série d’outils sur dents, os et bois de cerf constitue un ensemble rare, presque comparable aux très nombreuses et abondantes séries du jura.

  • 26 L’absence de tamisage lors des fouilles ne peut permettre de trancher.

191L’exceptionnel percuteur en bois de cerf (3463 BL) et le possible fragment d’un second percuteur attestent de l’importance de la taille du silex, bien qu’il ne soit pas possible de dire si elle a eu lieu sur le site lui-même, étant donné l’absence d’esquilles dans le corpus lithique26. Néanmoins, la présence d’éclats de taille (constituant les deux tiers du corpus lithique), de lames à crêtes et de nucléus sont de bons indices pour soutenir l’hypothèse de débitage ou de façonnage sur le site. Dans tous les cas, ces outils de tailleurs de silex nous rappellent l’importance de la taille du silex pour une population qui exploitait le proche silex du Secondaire (Sénonien) et du Tertiaire (plus éloigné). Ajoutons que l’outil indéterminé en bois de cerf (3539 BL) pourrait très vraisemblablement être un punch comme le montrent à la fois les écrasements d’une des extrémités, la courbure et les deux dépressions permettant une bonne prise en main de l’outil. 20 % des lames du corpus ont été identifiées comme ayant été produites par percussion indirecte, ce qui correspond bien à la présence de ce probable punch. Tous ces arguments permettent de penser que le silex a été taillé sur le site.

192Les nombreux déchets de débitage de bois de cerf attestent également la fabrication d’outils sur le site, retrouvés d’ailleurs en grand nombre pour un site terrestre. Les objets de parure, peu nombreux, de provenance locale, sont peu caractéristiques de la fin du Néolithique, surtout lorsqu’on les compare à la parure des sépultures collectives. Ils montrent néanmoins que certains objets d’ornement particuliers faisaient l’objet d’une certaine attention, même en contexte d’habitat, ce à quoi nous avons peu l’habitude pour le Néolithique récent. La parure du Pré-à-Vaches met également en évidence une importante différence entre le mobilier des habitats et celui des sépultures.

193L’habitat Néolithique récent du Pré-à-Vaches nous apporte d’autres informations précieuses sur les activités quotidiennes. Le bloc de calcaire percé publié par Brisson et Duval (1934) comme poids de tissage est peut-être plutôt un poids de filet de pêche étant donné ses dimensions (12 par 12 cm environ d’après le dessin des auteurs). Ne faudrait-il pas également réinterpréter certains petits galets percés qui ont été rangés dans les objets de parure (figure 32) et qui pourraient être également des poids de filets de pêche ? Leur caractère peu esthétique pose question pour des objets de parure. La pêche dans une zone de marais n’aurait pourtant rien de très surprenant.

Figure 35 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Fragments d’un broyon et d’une meule dormante. [Clichés : J.-J. Charpy]

194En revanche, deux autres objets en pierre pourraient être des pesons étant donné leurs dimensions (figure 33). Le percement de l’un des deux n’a pas été terminé. Dans le nord de la France, les témoins de l’artisanat du tissage sont surtout apparus un peu après la période concernée par ce site, notamment à partir du Néolithique final (développement des fusaïoles et des poids de métier à tisser en terre cuite après 3000 avant J.-C.). Sous toute réserve et en l’absence d’une datation assurée, les deux pesons du Pré-à-Vaches pourraient être les témoins de cette activité. Enfin, la présence d’un fragment de meule dormante et d’un broyon (figure 35) montre de façon définitive que le site est bien un habitat dans lequel les activités domestiques quotidiennes étaient pratiquées. Ce qui manque alors cruellement, c’est un contexte archéologique précis pour tous ces objets.

195Typo-technologiquement, le corpus lithique d’une vingtaine de sépultures collectives semble comparable à celui de l’habitat du Pré-à-Vaches, hormis l’abondance de grattoirs dans ce dernier. L’industrie en bois de cerf est également comparable entre les deux types de sites. De même, les poteries des habitats et des sépultures apparaissent typo-technologiquement proches et présentent, à l’instar de neuf poteries provenant de sépultures collectives, des résidus alimentaires carbonisés (cf. synthèse de ce volume). Seule la parure semble présenter des différences entre habitat et sépulture : elle est beaucoup plus abondante dans les sépultures et les types principaux ne semblent pas exister dans l’habitat. La parure pourrait avoir joué un rôle social important et représenter, sous réserve de nouvelles fouilles d’habitat, une différence majeure entre le monde des vivants et celui des morts au Néolithique récent. Surtout, il est probable que le site du Pré-à-Vaches soit, au moins pour partie, plus ancien que les hypogées des Marais-de-Saint-Gond situés à une dizaine de kilomètres, ce qui pourrait expliquer ces différences typologiques.

196Avant de conclure il est nécessaire de mentionner la présence de 2 ou 3 ossements humains dans le site du Pré-à-Vaches. Quelle est la raison de leur présence dans un site d’habitat ? Existe-t-il des sépultures contemporaines à proximité ? L’ancienneté des découvertes et l’absence d’observations précises sur le contexte archéologique ne permettent pas d’interpréter davantage.

197Le Pré-à-Vaches est sans nul doute un site important par le nombre et la qualité des vestiges mis au jour, notamment parce qu’ils proviennent d’un habitat du Néolithique récent, un type de site encore très mal connu. Les résultats obtenus encouragent à développer des recherches de terrain pour fouiller de nouvelles structures. L’importance des structures et la quantité de mobilier mis au jour ne peuvent être assimilées à des découvertes ponctuelles. Une reprise des fouilles avec un large décapage serait le bienvenu et aurait le mérite de mettre en évidence l’organisation de l’habitat. Comme on peut être certain que tout n’a pas été exploré, de nouvelles découvertes permettraient de compléter les observations réalisées sur ce mobilier trouvé dans l’entre-deux-guerres. Il y a en effet tout lieu de croire que ces découvertes témoignent de la présence d’un important site d’habitat qui reste à explorer.

REMERCIEMENTS

198Les auteurs tiennent à remercier Marc Bouxin et Claudine Thénault du musée Saint-Remi de Reims pour leur avoir donné accès au matériel conservé dans les vitrines, malgré les importantes difficultés techniques. Jehanne Affolter a déterminé un des fragments de silex provenant de la pâte d’une poterie. Nos remerciements s’adressent aussi à Renaud Nallier pour son intérêt aux collections d’Épernay.

Planche 1 – Nucléus. [Dessins : A. VilLes]

Planche 2 – Nucléus. [Dessins : A. Villes]

Planche 3 – Lames à crêtes et sous-crêtes. [Dessins : A. Villes]

Planche 4 – Lames brutes. [Dessins : A. Villes]

Planche 5 – Lames brutes. [Dessins : A. Villes]

Planche 6 – Lames. [Dessins : A. Villes]

Planche 7 – Outils sur lames ; 3189 BL : outil sur lamelle. [Dessins : A. Villes]

Planche 8 – Lames tronquées. [Dessins : A. Villes]

Planche 9 – Lames à coches ; grattoirs. [Dessins : A. ViLLes]

Planche 10 – Grattoirs. [Dessins : A. Villes]

Planche 11 – Grattoirs sur éclats. [Dessins : A. Villes]

Planche 12 – Grattoirs sur éclats. [Dessins : A. Villes]

Planche 13 – Grattoirs sur éclats. [Dessins : A. Villes]

Planche 14 – Grattoirs sur éclats. [Dessins : A. Villes]

Planche 15 – Grattoirs sur éclats. [Dessins : A. Villes]

Planche 16 – Grattoirs sur éclats. [Dessins : A. Villes]

Planche 17 – Racloirs. [Dessins : A. Villes]

Planche 18 – Retouchoirs/briquets. [Dessins : A. Villes]

Planche 19 – Perçoirs. [Dessins : A. Villes]

Planche 20 – Éclats et outils sur éclats. [Dessins : A. Villes]

Planche 21 – Armatures perçantes ; pièces esquillées, bouchardes, éclats ;
3207 BL : tranchet ; 3358 BL et 3146 BL : denticulés. [Dessins : A. Villes]

Planche 22 – Burins ; 3154 BL : burin sur troncature ; becs. [Dessins : A. Villes]

Planche 23 – Haches. [Dessins : A. Vill

Planche 24 – Haches. [Dessins : A. Villes]

Planche 25 – Haches. [Dessins : A. Villes]

Planche 26 – Haches. [Dessins : A. Villes]

Planche 27 – Haches. [Dessins : A. Villes]

Planche 28 – Haches. [Dessins : A. Villes]

Planche 29 – Haches. [Dessins : A. Villes]

Planche 30 – Haches en silex ; haches en roches vertes. [Dessins : A. Villes]

Planche 31 – Armatures de flèches à tranchant transversal. [Dessins : A. Villes]

Planche 32 – Armatures de flèches à tranchant transversal. [Dessins : A. Villes]

Planche 33 – Armatures de flèches à tranchant transversal. [Dessins : A. Villes]

Planche 34 – Galet perforé. [Dessins : A. Villes]

Planche 35 – Objets de parure. Manches d’outils. [Dessins : A. Villes]

Planche 36 – Gaines de haches à emmanchement transversal. [Dessins : A. Villes]

Planche 37 – Gaines de haches à emmanchement transversal. [Dessins : A. Villes]

Planche 38 – Gaines de haches à emmanchement transversal. [Dessins : A. VilLes]

Planche 39 – Gaine de hache à emmanchement transversal. [Dessins : A. Villes]

Planche 40 – Gaines de haches à emmanchement transversal (3540 BL).
Merlin à fendre (3556 BL). [Dessins : A. Villes]

Planche 41 – Gaines de haches à emmanchement transversal. [Dessins : A. Villes]

Planche 42 – Gaine de hache à emmanchement transversal. [Dessins : A. Villes]

Planche 43 – Gaines de haches à emmanchement transversal. [Dessins : A. Villes]

Planche 44 – Gaines de haches à tenon. [Dessins : A. Villes]

Planche 45 – Gaines de haches à tenon. [Dessins : A. Villes]

Planche 46 – Fragments de parties mésiales de bois de cerf. [Dessins : A. Villes]

Planche 47 – Extrémités d’andouillers de bois de cerf. [Dessins : A. Villes]

Planche 48 – Chutes de débitage de ramures de cerf. [Dessins : A. Villes]

Planche 49 – Chutes de débitage de ramures de cerf. [Dessins : A. Villes

Planche 50 – Outils et chutes de débitage sur os. [Dessins : A. Villes]

Annexes

ANNEXE 1 LISTE DES OBJETS MANQUANTS AU MUSÉE D’ÉPERNAY EN 2012 CRITÈRES TECHNOLOGIQUES OBSERVÉS SUR LES POTERIES CARACTÈRES TYPOLOGIQUES ET TECHNOLOGIQUES DU MATÉRIEL LITHIQUE

Bélemnite : 3691 BL*.

Bois de cerf : 3459, 3471, 3500 à 3504, 3530 BL.

Canine de chien : 3454 BL.

Craie taillée : 3409 BL.

Gaines de haches : 3506, 3538, 3552, 3553, 3555 BL.

Grattoirs : 2434, 2445, 2822, 2825, 2827, 2829, 2830, 2833, 2834, 2839, 2840, 2841, 2863, 2864, 2869, 2872, 2879, 2880, 2907, 2908, 2913, 2916, 2919, 2921, 2925, 2943, 2951, 2954 à 2956, 2960, 2975, 2977, 2982, 2983, 3010, 3699 BL et 15350 B.

Lames : 2844, 2847, 2848, 2851, 2854, 2857, 2858, 2889, 2892, 2895, 2899, 2900, 2904, 2910, 2911, 2927, 2930, 2933, 2934, 2938, 2966, 2967, 2969, 2973, 2974, 3053 à 3055, 3061,3070 BL.

Nucléus : 2986, 2989, 3285, 3302, 3303 BL.

Os : 3519 BL.

Poinçon en os : 3447 BL.

Retouchoirs : 2867, 2878 BL.

Silex divers : 3039, 3046, 3047, 3072, 3074, 3078, 3080, 3081, 3084, 3087,3088, 3094, 3096, 3098,3103, 3106, 3111, 3112,3114,3118, 3124, 3128,3129, 3135, 3136, 3140, 3142, 3143, 3150, 3151, 3158,3160,3161, 3163, 3164,3167,3168, 3171, 3175, 3176, 3191 à 3194, 3196 à 3198, 3209, 3219, 3221, 3224, 3227, 3228, 3233, 3239, 3242, 3245 à 3247, 3249,3252,3253,3255 BL.

* BL indique la collection Brisson-Loppin (fonds en dépôt d’État de 1951, MAN, 79973) ; B la indique collection Brisson (fonds propriété de la Ville d’Épernay acquis par viager). Tous les numéros ont été marqués à la peinture rouge sur fond blanc. Cette indication pourra peut-être, un jour, aider à localiser ce lot.

L’importance du manque laisse à penser qu’une caisse de mobilier a été prêtée, à une date inconnue, pour étude et qu’elle n’est pas rentrée. En aucun cas, on ne saurait retenir l’hypothèse d’un vol.

ANNEXE 2

RAC=résidu alimentaire carbonisé

ANNEXE 3

Notes

1 On extrait le passage qui va suivre d’un manuscrit Brisson non daté, mais sans doute de la fin des années 50, qui est le texte d’une conférence publique et aussi une synthèse de ses recherches sur la période néolithique. Il y localise ses premières découvertes : “Situation, au nord-est du village de Morains, à proximité de la route, entre les deux sources du Petit Morin – sources qui seraient fictives si deux fossés n’avaient pas été creusés lors de l’assèchement des marais de Saint-Gond qui prennent naissance au seuil du village de Morains.”

2 Autre extrait du manuscrit Brisson cité note 2 : “Là encore en 1925 passant sur la route à bicyclette notre attention est attirée par une magnifique taupinière de terre noire. Celle-ci contenait une pointe à tranchant transversal, des débris d’os et de la poterie.”

3 Lors de la première prospection du monticule de sable et de ses environs immédiats, Brisson a recueilli en surface “une trentaine de pointes de flèches à tranchant transversal et une hache polie.” (Manuscrit conférence Brisson non daté).

4 André Brisson, “Manuscrit, carnet de notes n° 13”, archives du musée d’Épernay.

5 La fouille de d’A. de Mortillet a été suivie par une note dans la SPF (Mortillet, 1925) dont le titre ne laisse absolument pas supposer qu’il puisse être question de Morains, le Pré-à-Vaches.

6 Un fouilleur d’Émile Schmit aurait collecté sur le territoire de la commune la bagatelle de “4 000 pointes de flèches de tous types”.

7 Il est noté sur l’inventaire “fosse 1”. On peut donc penser que les fosses fouillées ont été notées numériquement à partir de 1 chaque année lors de nouvelle campagne.

8 Il manque quelques carnets et le plan de récolement de la nécropole mérovingienne d’Aulnizeux (Marne).

9 Brisson connaissait parfaitement ce matériel pour avoir été employé comme ouvrier sur les fouilles des sites lacustres de Chalain (Jura). Brisson comme Loppin ont souvent été demandés pour leur virtuosité de fouilleur.

10 André Brisson (Écury-le-Repos, 31 juillet 1902 – Écury-le-Repos, 5 mars 1979). Conservateur du musée d’Épernay de 1950 à 1972.

11 Un tri sérieux a été pratiqué à la suite des différends avec certaines hautes personnalités de l’archéologie nationale dans les années 60.

12 On peut comparer cet objet à “la hache à talon” de Brisson citée plus haut dans le tableau. Il y a fort à parier que ce sont deux objets identiques.

13 Sur une information de Fabien Langry-François, on sait que 109 numéros de l’inventaire du musée Saint-Remi de Reims concernent le site du Pré-à-Vaches dans le fonds Roland-Hu. Ils se partagent entre l’époque néolithique et le premier Âge du Fer.

14 Cet inventaire nous a été fourni par Mme Tenault, du musée de Reims, que nous remercions.

15 Rappelons que l’essentiel des tessons non typologiques n’a pas été conservé par A. Brisson.

16 Nous remercions particulièrement les musées et leurs équipes pour la mise à disposition des mobiliers pour étude.

17 Étude menée conjointement avec Caroline Renard.

18 Typologie des armatures établie par C. Renard (2003).

19 Étude Caroline Renard.

20 Étude Caroline Renard.

21 Informations personnelles publiées (Langry-François, 2004) et non publiées, provenant d’une vingtaine de sites.

22 Pour des raisons d’accès très difficile aux collections des vitrines du musée Saint-Remi de Reims, A. Maingaud n’a pas pu étudier les pièces sur place. Celles-ci ont été intégrées au corpus étudié au musée d’Épernay. La présente étude a été réalisée dans un second temps à partir des photos et mesures de P. Brunet, P. Magne et R. Martineau et des dessins de M.-F. André, réalisés en 2006 lors d’une journée d’étude du PCR.

23 Deux d’entre elles sont conservées à Reims sous les numéros 981.8.620 et 981.8.656.

24 Les numéros d’inventaire 981.8.622 et 981.8.616 sont conservées au musée de Reims.

25 Deux pièces conservées au musée de Reims sont considérées comme des déchets de débitage (981.8.614 et 981.8.655).

26 L’absence de tamisage lors des fouilles ne peut permettre de trancher.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Carte de Localisation du site du Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). [Infographie : B. Baudoin]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Figure 2 – Vue actuelle du site du Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 3 – Présentation du mobilier néolithique dans l’ancien musée Brisson d’Écury-le-Repos.Une grande partie du mobilier visible sur la photographie concerne Le Pré-à-Vaches.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Figure 4 – Tableau récapitulatif des découvertes, d’après les carnets de fouilles de Brisson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-4.png
Fichier image/png, 1,4M
Légende Figure 6 - Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Poteries. Bords éversés.[Dessins : R. Cottiaux, P. Magne et R. Martineau]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 7 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Poteries. Bords éversés.[Dessins : R. Cottiaux, P. Magne et R. Martineau]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 8 - Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Poteries. Bords éversés, bords droits et moyen de préhension. [Dessins : R. Cottiaux, P. Magne et R. Martineau]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 9 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Poteries. Fonds plats.[Dessins : R. Cottiaux, P. Magne et R. Martineau]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Structure de façonnage, vue en coupe. La jonction du premier colombin (photo de gauche) s’effectue dans une gorge circulaire(photo de droite). Il s’agit, comme le montre également le dessin technique, de colombins internes obliques concaves.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 10 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Poteries. Fonds plats.[Dessins : R. Cottiaux, P. Magne et R. Martineau ; clichés : R. Martineau]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 11 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Jonctions de panse sur fonds plats. Exemples de cassurescaractéristiques à la jonction fond-panse. Elles sont généralement provoquées par l’usure à la jonction de deux parties associées àdes états différents de séchage de la pâte. Ces différents types de cassures correspondent ici à La même méthode de façonnage consistantà poser le premier colombin sur une surface concave aménagée sur le fond, à l’intérieur, en oblique. [Dessins : R. Cottiaux, P. Magneet R. Martineau ; clichés : R. Martineau]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 12 – Inclusions de silex et chamotte dans la pâte(15 367 B). Un des fragments de chamotte est quadrangulaire(15 381 B). [Clichés : J.-J. Charpy]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Figure 13 – Traces de lissage à la main mouillée associées à du lissage à l’aide de tiges végétales.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 14 – Tableau de répartition quantitative des phases finales de cuisson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Figure 15 – Possible lissoir de potier sur un galet en calcaire.Les surfaces d’usure et les stries d’utilisation sont très marquéesmais n’ont pas forcément servi à la production des poteries(3416 BL).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Figure 16 – Répartition du nombre d’outils par types.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 17 – Pourcentage des supports identifiés dans la série lithique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 18 – Pourcentage d’outillage identifié par types de supports.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Figure 19 – Pourcentage des techniques de taille par types de supports.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-19.png
Fichier image/png, 165k
Légende Figure 20 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne).Outils pointus en os. [Clichés : A. Maingaud]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 21 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais,Marne). 1-2. Outils tranchants en os. [Clichés : A. Maingaud]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Figure 22 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais,Marne). 1-2. Déchets de débitage en os ; 3. Cheville osseusede corne de bovidé rainurée. [Clichés : A. Maingaud]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 23 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Gaines à tenon. Musée d’Épernay, sauf 981.8.620 musée de Reims.[Clichés : A. Maingaud, dessins : M.-F. André]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 24 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). 1-4. Gaines à perforation transversale (4 b : détail de surface). Musée d’Épernay, sauf 981.8.656 musée de Reims. [Clichés : A. Maingaud, dessins : M.-F. André]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 25 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). 1-6. Manches droits à insertion longitudinale en bois de cerf. Musée d’Épernay. [Clichés : A. Maingaud]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 26 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Pièce réceptacle à insertion longitudinale et perforation transversale de type indéterminé. [Clichés : A. Maingaud]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 27 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Biseau distal unifacial à perforation transversale. [Clichés : A. Maingaud]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Figure 28 – Le Pré-à-Vaches, Morains-Le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Percuteur en bois de cerf. [Clichés : A. Maingaud]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 29 – Le Pré-à-Vaches, Morains-Le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Pièce indéterminée. [Clichés : A. Maingaud]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Figure 30 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Déchets de débitage en bois de cerf,a. Entaillage, b. Fracturation, c. Rainurage-sciage. [Clichés : A. Maingaud]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Figure 31 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais,Marne). Outils sur défenses de suidés. [Clichés : A. Maingaud]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure 32 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Objets de parure. 1-3. Coquillages ; 4-6. Dents percées ; 7. Os ; 8-9. Calcaire ; 10-11. Galets ; 12. Fossile ; 13. Craie. [Clichés : J.-J. Charpy]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 33 – Le Pré-à-Vaches, Morains-te-Petit (Val-des-Marais, Marne). Pierres calcaire en cours de perforation. [Clichés : J.-J. Charpy]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 34 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Fragment d’ocre rouge en forme de crayon. [Cliché : J.-J. Charpy]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Figure 35 – Le Pré-à-Vaches, Morains-le-Petit (Val-des-Marais, Marne). Fragments d’un broyon et d’une meule dormante. [Clichés : J.-J. Charpy]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Planche 1 – Nucléus. [Dessins : A. VilLes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Planche 2 – Nucléus. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Planche 3 – Lames à crêtes et sous-crêtes. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Planche 4 – Lames brutes. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Planche 5 – Lames brutes. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Planche 6 – Lames. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Planche 7 – Outils sur lames ; 3189 BL : outil sur lamelle. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Planche 8 – Lames tronquées. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Planche 9 – Lames à coches ; grattoirs. [Dessins : A. ViLLes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Planche 10 – Grattoirs. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Planche 11 – Grattoirs sur éclats. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Planche 12 – Grattoirs sur éclats. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Planche 13 – Grattoirs sur éclats. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Planche 14 – Grattoirs sur éclats. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Planche 15 – Grattoirs sur éclats. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Planche 16 – Grattoirs sur éclats. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Planche 17 – Racloirs. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Planche 18 – Retouchoirs/briquets. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Planche 19 – Perçoirs. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Planche 20 – Éclats et outils sur éclats. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Planche 21 – Armatures perçantes ; pièces esquillées, bouchardes, éclats ;3207 BL : tranchet ; 3358 BL et 3146 BL : denticulés. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Planche 22 – Burins ; 3154 BL : burin sur troncature ; becs. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Planche 23 – Haches. [Dessins : A. Vill
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Planche 24 – Haches. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Planche 25 – Haches. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Planche 26 – Haches. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Planche 27 – Haches. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Planche 28 – Haches. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Planche 29 – Haches. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Planche 30 – Haches en silex ; haches en roches vertes. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Planche 31 – Armatures de flèches à tranchant transversal. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Planche 32 – Armatures de flèches à tranchant transversal. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Planche 33 – Armatures de flèches à tranchant transversal. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Planche 34 – Galet perforé. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Planche 35 – Objets de parure. Manches d’outils. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Planche 36 – Gaines de haches à emmanchement transversal. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Planche 37 – Gaines de haches à emmanchement transversal. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Planche 38 – Gaines de haches à emmanchement transversal. [Dessins : A. VilLes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Planche 39 – Gaine de hache à emmanchement transversal. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Planche 40 – Gaines de haches à emmanchement transversal (3540 BL).Merlin à fendre (3556 BL). [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Planche 41 – Gaines de haches à emmanchement transversal. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Planche 42 – Gaine de hache à emmanchement transversal. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Planche 43 – Gaines de haches à emmanchement transversal. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Planche 44 – Gaines de haches à tenon. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Planche 45 – Gaines de haches à tenon. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Planche 46 – Fragments de parties mésiales de bois de cerf. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Planche 47 – Extrémités d’andouillers de bois de cerf. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Planche 48 – Chutes de débitage de ramures de cerf. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Planche 49 – Chutes de débitage de ramures de cerf. [Dessins : A. Villes
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Planche 50 – Outils et chutes de débitage sur os. [Dessins : A. Villes]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16734/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search