Version classiqueVersion mobile

La fin du IVe millénaire dans le bassin parisien

 | 
Richard Cottiaux
, 
Laure Salanova

Première partie

Les sites d’habitat du Néolithique récent dans la basse vallée de la Marne

Richard Cottiaux, Paul Brunet, Céline Bemilli, Lionel Boulenger, Véronique Brunet, Christian Charamond, Mathieu Duplessis, Juliette Durand, Gilles Durbet, Djillali Hadjouis, Yves Lanchon et Cécile Monchablon

Résumé

L’objectif de cet article est de présenter les données issues de la fouille de sites d’habitat du Néolithique récent dans la basse vallée de la Marne. Il s’agit d’une documentation inédite, qui représente localement une augmentation significative du nombre de vestiges connus pour cette période. Du point de vue qualitatif, l’étude des diverses composantes mobilières et immobilières des sites apporte des éléments de discussion inattendus sur la structuration et la fonction des occupations et sur la densité du peuplement dans ce secteur géographique.

Texte intégral

1L’identification et la définition du Néolithique récent dans le Bassin parisien reposent essentiellement sur des données archéologiques issues de contextes sépulcraux. En 1974, Gérard Bailloud recensait ainsi une dizaine de sites d’habitat seulement pour environ 300 sépultures (Bailloud, 1974). Aujourd’hui, d’après l’inventaire réalisé entre 2000 et 2004 par le PCR IIIe millénaire, le déséquilibre quantitatif entre habitats et sépultures demeure, mais la tendance est désormais inversée (Augereau et alii, 2004a). Cependant, les données disponibles sur l’habitat sont difficiles à exploiter. Par exemple, les informations concernant l’architecture des bâtiments ou l’étendue et la structuration des sites sont absentes ou très limitées. La documentation correspond dans le meilleur des cas à quelques fosses associées à des quantités réduites de mobilier. De fait, l’habitat du Néolithique récent, période dont la durée est pourtant estimée à près d’un demi-millénaire (seconde moitié du IVe millénaire av. n. è.), est un domaine encore peu exploré. Nous avons donc cherché à faire le point sur la documentation disponible à ce sujet dans un secteur géographique restreint. Le choix s’est porté sur la basse vallée de la Marne, portion de vallée d’un peu plus de 70 km de longueur délimitée par la frontière avec le département de la Marne à l’est, et la confluence avec la Seine à l’ouest (figure 1). Parmi la vingtaine de sites identifiés, on compte huit sépultures collectives partiellement ou intégralement publiées et une dizaine d’occupations inédites dont la nature précise reste à déterminer. Il s’agit pour l’essentiel d’indices d’occupations et de petites séries de mobiliers découverts en fosse ou sans contexte archéologique structuré. Sept sites retiennent particulièrement l’attention et font l’objet d’une présentation plus détaillée : le Pré-aux-Bateaux à Luzancy, la Grange-du-Mont à Mareuil-lès-Meaux, la Pente-de-Croupeton à Jablines, les Monts-Gardés à Claye-Souilly, la ZAE de la Tuilerie à Chelles, en Seine-et-Marne, la ZAC d’Alfort à Maisons-Alfort et la ZAC Grand Ciel à Ivry-sur-Seine dans le Val-de-Marne.

LA BASSE VALLÉE DE LA MARNE, CONTEXTE DE L’ÉTUDE

2L’axe alluvial, orienté est-ouest, dessine un fond de vallée marqué par de nombreux méandres (figure 1). Dans la partie est du secteur, la rivière et ses principaux affluents (Ourcq, Grand Morin, Petit Morin) entaillent le plateau tertiaire qui culmine par endroit à plus de 120 m. La topographie d’ensemble y est marquée par un relief assez accentué, particulièrement entre le rebord

Figure 1 – Carte de répartition des sites du Néolithique récent dans la Basse vallée de la Marne
(en gras, les sites plus particulièrement étudiés). [Fond de carte : P. Brunet]

de plateau et le fond de la vallée. Dans sa partie ouest, le paysage est moins accidenté. La présence d’une large plaine alluviale à la confluence Seine/Marne et les abords de la plaine de France vers le nord-ouest contribuent à former un espace plus ouvert.

3La vingtaine de sites du Néolithique récent répertoriés se répartit de façon continue tout le long de la vallée. Leur densité est à peu près régulière d’un bout à l’autre du secteur, à l’exception peut-être de la zone localisée entre les boucles de Jablines et de Meaux. Le nombre d’occupations y est légèrement plus élevé et reflète l’intensité des recherches menées localement. Mais cette répartition est un peu différente dès lors que l’on considère la nature des sites.

4En effet, on observe que les sépultures collectives sont presque toutes localisées dans la partie est de la zone d’étude et six d’entre elles sont concentrées entre Jablines et Meaux. Dans ce secteur, la densité des tombes est donc assez importante, sans approcher toutefois les grandes concentrations des départements de la Marne ou du Val-d’Oise. La partie ouest du secteur n’est pas vide pour autant. Il est signalé en 1974 l’existence d’un indice funéraire à Saint-Maur-des-Fossés, la Cassine, à peu de distance de la confluence avec la Seine (figure 1, n° 33 ; Bailloud, 1974, p. 426). Il s’agit d’un site détruit anciennement susceptible d’avoir été une sépulture collective. Enfin, pour être complet, il faut mentionner quelques découvertes anciennes de monuments “dolméniques” ou de sépultures “antéhistoriques” contenant plusieurs individus inhumés parfois associés à des haches en silex comme à Armentières-en-Brie (figure 1, nos 6 et 7) et à Bouleurs (figure 1, n° 16 ; Olive, 1972).

5La nature des quatorze autres sites répertoriés est étrangère au domaine funéraire. Les contextes de découverte n’ayant rien à voir avec les contextes sépulcraux, ils ont été classés dans la catégorie des habitats. Ainsi, on constate que le rapport habitats (14 sites) sépultures (10 tombes) est localement assez équilibré, et que le nombre d’habitats est à lui seul plus important que le recensement de 1974 à l’échelle du Bassin parisien. Toutefois, la caractérisation de ces occupations comme habitats est un peu “expéditive”. En réalité, chacun des sites correspond à un contexte archéologique particulier. On compte ainsi deux indices de sites, une minière de silex, un atelier de taille de haches, trois sites à couches d’occupation et six sites ayant livré des structures excavées.

LA DOCUMENTATION

Les indices de sites

6Celui d’Isles-les-Meldeuses (Seine-et-Marne, figure 1, n° 5) correspond à un assemblage d’objets découvert fortuitement entre 1914 et 1918 dans des carrières de granulats et dispersé par la suite en différentes collections. L’ensemble regroupé et étudié par Gérard Bailloud est considéré comme homogène et attribué sur des bases typologiques au Seine-Oise-Marne (Bailloud, 1971). L’imprécision du contexte archéologique ne permet pas de statuer sur la nature du site et les aspects chronologiques ne sont pas maîtrisés précisément.

7À Champigny-sur-Marne, le Buisson-Pouilleux (Val-de-Marne, figure 1, n° 32), l’indice de site est moins probant que le précédent, l’occupation du Néolithique récent repose sur l’identification d’outils en silex et d’un élément de parure dans une collection issue de fouilles menées à la fin du xixe siècle (Bailloud, 1974, p. 301-302). Le contexte de découverte en fosse n’est pas assuré et la collection n’est sans doute que partiellement conservée.

Les minières de silex et ateliers de taille

8Parmi les datations radiocarbone obtenues sur les puits d’extraction de la minière de silex de Jablines, le Haut-Château (Seine-et-Marne, figure 1, n° 26), deux résultats sont contemporains, totalement ou partiellement, de l’horizon chronologique du Néolithique récent. Il s’agit des mesures réalisées sur la structure 2 : Gif 5834 : 4 380 ± 110 BP (– 3367 – 2698 av. n.è.) et la structure 7 : Gif 5836 : 4480 ± 110 BP (– 3500 – 2896 av. n.è.) (Bostyn, Lanchon dir., 1992, calibration à deux σ ; Stuiver et alii, 2005). Ces structures ont été découvertes au cours de l’opération de fouilles de 1981 (Bulard et alii, 1986), à proximité du vaste secteur étudié en 1990 à l’occasion de la construction de la ligne TGV. Ces dates suggèrent une continuité de l’exploitation des bancs de silex tertiaire bartonien reconnue pour le Néolithique moyen II

9Plusieurs ateliers de taille de haches en silex tertiaire ont également été découverts dans le secteur. Si la plupart semblent se rapporter à des productions datées du Néolithique moyen, certains ne sont pas datés comme à Bussy-Saint-Georges, la Manjoire et la ZAC des Hauts-de-Ferrières à Ferrières-en-Brie par exemple (sites de plateau localisés en bordure des complexes miniers Marne/Morin, Paccard et alii, 1998 et Séthian, Brunet, à paraître). D’autres ateliers, en revanche, sont peut-être plus récents, comme celui de Coupvray , le Chemin-de-Lesches qui a livré quelques fragments de céramiques proches des productions du Néolithique récent (Brunet, 1996).

Les sites à couche archéologique ou à structures excavées

10L’essentiel de l’information provient de ce type de site qui présente un contexte archéologique plus facilement exploitable. Ils sont passés en revue depuis Luzancy, le plus à l’est, jusqu’à Ivry-sur-Seine à l’ouest, site localisé en rive gauche de la Seine près de la confluence Seine/ Marne.

Luzancy, le Pré-aux-Bateaux (Seine-et-Marne)

11Le site se localise dans une large boucle de la Marne, en amont de la confluence avec le Petit Morin (figure 1, n° 1). La rivière y a déposé d’épaisses formations alluviales de sables et graviers qui sont exploitées par une carrière depuis une vingtaine d’années.

12La parcelle étudiée se situe sur la basse terrasse à peu de distance du cours d’eau. En 2003, une surface de près d’un hectare, séparée en deux zones, a été décapée : l’une au nord (8 600 m2) a livré les vestiges néolithiques ; sur l’autre au sud (975 m2), seules des structures protohistoriques ont été mises au jour. Dans la zone la plus grande, l’occupation principale correspond à un village du Villeneuve-Saint-Germain constitué de cinq maisons de tradition danubienne (figure 2). Dans ce contexte, quelques structures seulement se sont révélées plus récentes : un vase-silo protohistorique, trois fosses (structures 315, 497 et 29) et des lambeaux de niveau archéologique du Néolithique récent (Lanchon dir., 2009).

13La structure 315, située près des limites de décapage, est une fosse dont le comblement a livré un petit ensemble de vestiges lithiques, céramiques et osseux. Il s’agit d’une structure en forme de cuvette à peu près circulaire, mesurant 1,20 m de diamètre et 0,50 m de profondeur (figure 3). Son comblement homogène est constitué de limon gris cendreux et contient en fond de fosse de nombreux galets brûlés. Une date radiocarbone a été obtenue à partir d’un échantillon osseux de porc provenant du remplissage : GrA 30476 : 4515 ± 40 BP, soit 3360 – 3095 av. n. è. (calibration à deux σ, Stuiver et alii, 2005). Les fosses 497 et 29 présentent un remplissage et des dimensions similaires. Elles ont livré principalement du mobilier céramique mais en quantité plus réduite que la fosse 315.

14Les autres vestiges du Néolithique récent sont répartis sur une surface de plus de 1000 m2. Le mobilier est contenu dans des lambeaux d’une couche archéologique de faible épaisseur conservés partiellement au-dessus du comblement des fosses latérales du Néolithique ancien (structures 243, 316, 317,104,168 et 326, figure 2). Cette couche est intégralement érodée partout ailleurs. Pour ces contextes, le mobilier retenu pour étude ne concerne que la poterie du Néolithique récent qui se distingue clairement des autres productions du site, le tri n’ayant pas été fait pour les autres catégories de vestiges, notamment pour le silex, à l’exception d’une hache.

Figure 2 – Luzancy, Le Pré-aux-Bateaux (Seine-et-Marne).
Plan du site. [Plan : Y. Lanchon]

1. Limon gris cendreux (traces d’ocre, de torchis rubéfié (ou non rubéfié) nombreux galets brûlés, mobilier)
2. Substrat encaissant (grave)
Figure 3 – Luzancy, le Pré-aux-Bateaux (Seine-et-Marne).
Relevé en plan et en coupe de la structure 315. [Cliché : Y. Lanchon, Inrap]

Figure 4 – Luzancy, le Pré-aux-Bateaux (Seine-et-Marne). Décompte de la céramique par structure.

Le mobilier céramique

15Il constitue un lot de 115 tessons pour un poids total de 3,9 kg et regroupe au minimum 21 vases différents (NMI, figure 4). La fragmentation et la répartition du mobilier ne sont pas homogènes. La céramique de la fosse 315 représente à elle seule près de la moitié du lot en poids de restes. Elle a livré notamment la moitié d’un vase dont le profil est complet (figure 5, 315-1). Les tessons sont en effet peu fragmentés et dans un bon état de conservation. Le lambeau de couche au-dessus des structures 104, 316 et 317 a également livré un matériel assez abondant mais plus morcelé (figure 5). Les autres lambeaux de couche sont moins riches et n’ont livré aucun élément de forme caractéristique (168, 243,326).

16Dans l’ensemble, il s’agit d’une poterie épaisse avec des fragments de panses compris entre 10 et 20 mm et des fonds plats entre 20 à 24 mm. Les parois s’amincissent légèrement lorsque l’on prend les mesures sur les bords de certains vases (entre 6 et 8 mm, figure 5, 104-2). La couleur des tessons s’inscrit dans une gamme chromatique assez large qui varie du brun clair, orangé ou rosé aux gris clairs et foncés jusqu’au noir le plus charbonneux. Les deux tiers du corpus sont constitués de vases dont la couleur évoque une phase partiellement ou totalement réductrice en fin de cuisson (gris et noir). Les autres récipients présentent des couleurs liées à une phase finale partiellement ou totalement oxydante, avec dans ce cas une oxydation plutôt marquée en surface externe (brun clair orangé ou rosé). Trois vases ont pu être en partie recuits.

Figure 5 – Luzancy, Le Pré-aux-Bateaux (Seine-et-Marne).
Mobilier céramique, Néolithique récent. [Dessins : R. Cottiaux]

17Le mélange argileux est fin dans un cas seulement et plus grossier dans les dix-huit autres. Dans ces derniers, on distingue en effet la présence d’une fraction minérale en quantité moyennement importante, constituée de grains de quartz ou de gravier siliceux aux contours émoussés mesurant jusqu’à 8 mm pour les plus gros. En plus de ces inclusions, sans doute un sable alluvial grossier, on note d’autres éléments en quantité plus anecdotique : des grains de chamotte (vases 243-1,315-3), des graviers calcaires (vase 168-1), des fragments de silex aux arêtes plus anguleuses (vases 243-1, 104-7) et de rares inclusions de charbons de bois (vase 243-1). Le vase 315-1 est, quant à lui, assez fortement dégraissé avec des grains de chamotte (de 1 à 5 mm).

18Les fractures préférentielles horizontales en biseau observées sur de nombreux tessons plaident pour une technique de montage des parois par ajout successif de colombins. On peut ainsi décompter sur le profil complet du vase 315-1 cinq colombins pour la totalité du façonnage de la panse et du bord. L’ouverture de ce vase a été réalisée en modelant le dernier colombin de l’extérieur vers l’intérieur.

19La technique de montage des fonds plats n’a pas été clairement déterminée. Néanmoins, on observe des structures de montage différentes entre le fond du vase 315-2 et celui du récipient 104-6 (figure 5). Deux des fonds plats montrent au centre de la face inférieure une concavité assez marquée entourée par une couronne de pâte plus proéminente (104-6 et 315-3). Ce sont tous des fonds débordants présentant à la base des traces d’usures importantes, stigmates de leur utilisation.

20Ces vases ont un aspect fortement irrégulier qui s’observe dans l’épaisseur des parois et le soin apporté aux surfaces. Ils ont été lissés sommairement au doigt à l’exception du récipient 316-1 (non figuré). L’orientation des nombreuses traces de doigt laisse penser que le lissage a été effectué par un mouvement vertical de bas en haut, en même temps que le modelage de la forme. Le traitement des bords et de la lèvre est à peine plus soigné.

21La seule forme complète du lot est un pot sans col de 16 cm de diamètre et 16,5 cm de hauteur (315-1). Il présente une ouverture irrégulière de forme plutôt ovale (13 * 16 cm). Son profil et la position du diamètre maximum diffèrent selon le côté du vase que l’on observe. Mais, il s’agit d’une forme en tonneau. La base du récipient, tout aussi irrégulière, est plus étroite et mesure près de 10 cm de diamètre.

22Le fond et le bord du vase 315-3 pourraient représenter également une forme sans col, à profil en tonneau, mais avec un diamètre à l’ouverture plus large (22 cm, figure 5). C’est aussi le cas des fragments de vases 104-7 et 316-3.

23Un deuxième type morphologique est représenté par le vase 104-5. Il s’agit d’un petit récipient dont la forme est sans doute plus large que haute, une coupe ou un bol très ouvert dont on ne connaît pas le fond.

24Les autres éléments morphologiques sont plus fragmentés, mais on identifie pourtant des différences portant sur l’ouverture des vases 104-1,104-2 et 316-4. L’orientation des bords est en effet plus droite (104-1) ou plus ouverte (316-4). Par ailleurs, le vase 104-1 porte une cannelure horizontale de 3 cm de large soulignant la rupture entre la panse et le bord du récipient.

25L’ensemble céramique de Luzancy présente une forte homogénéité du point de vue technologique et morphologique. À l’exception du dégraissant à la chamotte du vase 315-1, rien ne permet de dissocier le mobilier des lambeaux de niveau archéologique des céramiques issues de la structure 315. Les points de comparaison étant assez nombreux avec les ensembles du Néolithique récent régional, ils permettent d’apparenter ce lot aux productions de cette période. Notamment, l’aspect irrégulier des récipients, les couleurs, l’association d’une petite forme basse ouverte et de formes hautes en tonneau et les dépressions sur la face inférieure des fonds plats renvoient au mobilier domestique des structures 3 et 103 de Rueil-Malmaison, les Coteaux-de-la-Jonchère dans les Hauts-de-Seine (Cottiaux et alii, 1998). Néanmoins, deux éléments contribuent à lui donner une personnalité : l’absence de vase à col et l’usage de sable alluvial grossier en inclusions. Sur cette base, la production de Luzancy paraît assez éloignée des seules céramiques connues localement en contexte sépulcral à Vignely, la Porte-aux-Bergers, qui présentent au contraire une pâte fine, un traitement soigné et des formes à col (Allard et alii, 1998).

Le mobilier lithique

  • 1 Étude Véronique Brunet.

26La structure 315 a livré un petit corpus de 23 pièces représentant un poids de 1,2 kg1. On peut ajouter également à ce lot une hache polie brûlée au-dessus de la fosse latérale 104. Cette série présente dans l’ensemble un bon état de conservation.

27Toutes les pièces de la fosse 315 sont en silex tertiaire. Des formations de ce matériau sont présentes dans l’environnement immédiat du site. Les gîtes les plus proches affleurent à 300 m au sud, ou à 1 km vers l’est, sur les versants encadrant la vallée où les niveaux calcaires renferment des bancs siliceux d’excellente qualité (niveau du Bartonien moyen, calcaire de Saint-Ouen). Le mobilier lithique de la fosse est affecté d’une patine blanche ou crème, seul un éclat est brun foncé. Le matériau constituant les supports bruts est de bonne qualité, par contre celui des outils est parcouru de diaclases ou contient du cortex interne. La texture du matériau est assez grenue et d’aspect opaque. Le cortex est généralement fin et légèrement rugueux, à l’exception d’un denticulé dont le cortex est au contraire épais et rugueux. Les pièces brûlées sont rares.

28La faiblesse numérique de l’échantillon ne permet pas d’appréhender réellement les productions. Les éclats sont au nombre de six. Deux d’entre eux sont des outils fabriqués sur de grands supports corticaux. Il s’agit d’un denticulé et d’un éclat retouché qui se caractérisent par un faible investissement technique. La production laminaire est indigente, elle se signale par la présence de deux extrémités proximales de lames obtenues par percussion indirecte et d’un mésial de lame à trois pans. On ne peut exclure qu’elles soient attribuables au Néolithique ancien, ce qui ramènerait alors l’échantillon à 20 pièces pour un poids total de 1,196 kg. On compte deux fragments de haches polies à section biconvexe en silex tertiaire, l’une retaillée, l’autre réutilisée en nucléus (figure 6). L’une d’entre elles présente un méplat latéral, et l’on observe encore des facettes parallèles, traces résiduelles du polissage. Cette hache est retaillée notamment au niveau du tranchant, mais l’arête demeure très sinueuse.

Figure 6 – Luzancy, Le Pré-aux-Bateaux (Seine-et-Marne), structure 315. 1. Hache polie retaillée ; 2. Hache polie réutilisée en nucléus. [Dessins : E. Boitard-Bidaut]

29Le niveau partiellement conservé au-dessus de la structure 104 a livré plusieurs fragments brûlés de haches polies dont le remontage partiel permet de décrire un outil à section biconvexe, sans méplats latéraux. L’importance de l’altération thermique ne nous permet pas de nous prononcer sur la nature du matériau.

30Malgré la proportion importante de haches par rapport aux autres pièces, aucun indice du façonnage des haches sur place n’est à signaler. On dispose de très peu d’informations sur les haches du Néolithique récent en contexte d’habitat. Pour la fin du Néolithique en général, les haches polies sont plus fréquentes sur les dépotoirs proches des habitats ; c’est le cas des sites de Lesches, les Prés-du-Refuge et de Meaux, Route de Varreddes en Seine-et-Marne (Brunet et alii, 2004a) ou d’Annceullin, Rue Lavoisier, dans le nord de la France (Martial et alii, 2004). Dans les comblements de fosses, les haches sont le plus souvent absentes ou très faiblement représentées comme à Lesches, à Mareuil-lès-Meaux, la Grange-du-Mont, ou à Bettencourt-Saint-Ouen (Somme, Martin et alii, 1996). À partir de ces données, si le caractère détritique du mobilier lithique est vraisemblable, il est en revanche plus difficile d’interpréter les types d’activités qui se sont déroulées sur le site.

La faune

  • 2 Étude Céline Bemilli.

31La structure 315 a livré un petit lot d’ossements2. Les effectifs s’élèvent à 36 restes dont un peu moins d’un tiers a été déterminé (11 restes, figure 7). Le matériel présente une conservation médiocre : les surfaces étant très altérées par les traces de radicelles, aucune trace de découpe n’a pu y être observée.

Figure 7 – Luzancy, te Pré-aux-Bateaux (Seine-et-Marne).
Composition des restes fauniques de La structure 315.

32Trois espèces sont attestées : deux domestiques (le bœuf, Bos taurus, NRD = 7 et le porc, Sus scrofa domesticus, NRD = 2) et une sauvage (le cerf, Cervus elaphus, NRD = 2). Le bœuf est représenté par quatre éléments crâniens (mandibules) et trois fragments de la patte antérieure (scapula et humérus) qui documentent deux individus, un adulte et un jeune d’environ deux ans. Le porc est représenté par un fragment de mandibule et une incisive probablement appareillée qui appartiennent à une femelle âgée de 30 à 36 mois.

33Les restes de cerf sont un fragment distal de radius et un bois de massacre appartenant à un individu assez jeune (deux ans et demi environ). Il est possible que deux autres restes déterminés anatomiquement lui appartiennent également.

34La nature de ces restes osseux ne caractérise pas un dépôt particulier, et correspond sans doute à un rejet domestique. On notera que les restes crâniens y sont plus nombreux, mais non exclusifs. Bien que restreint, cet ensemble apporte quelques informations : une présence probable d’élevage (jeune boviné), la pratique de la chasse et une absence apparente des caprinés.

Mareuil-lès-Meaux, la Grange-du-Mont (Seine-et-Marne)

35L’occupation du Néolithique récent de Mareuil-lès-Meaux est installée sur les limons de la bordure occidentale du plateau de la Brie, à 80 m en surplomb de la rive gauche de la Marne (figure 1, n° 20). Une surface de quatre hectares, divisée en plusieurs secteurs disjoints, a été décapée au lieu-dit la Grange-du-Mont en 2003 (Durand et alii, 2004). La fréquentation du plateau y est attestée de façon presque continue à partir du Néolithique ancien jusqu’à aujourd’hui. Sur l’ensemble du décapage, un peu plus de 400 structures ont été dénombrées, en dehors des fossés, des enclos et de cinq concentrations de mobiliers dans des lambeaux de couches archéologiques (figure 8). Parmi ces structures, 10 % seulement sont datées de façon précise, 20 % contiennent de la céramique non tournée résiduelle, indiquant leur attribution probable à la Protohistoire ou au Néolithique, les autres fosses sont vides. Malgré la superposition des différentes occupations, rendant difficile la compréhension de la structuration de l’espace, les relations stratigraphiques sont rares et les concentrations d’artefacts dans les lambeaux de niveaux archéologiques ne sont recoupées par aucune structure.

La structure 50078

36Parmi les quelques fosses qui ont livré des éléments de mobilier caractéristiques de la fin du Néolithique, seule la structure 50078 est attribuée clairement à la transition IVe/IIIe millénaire. C’est aussi la plus riche en matériel (figure 8). Il s’agit d’une très grande fosse de 6,50 m de long sur 3,70 m de large pour une profondeur conservée de 90 cm (figure 9). Elle a été creusée de manière à obtenir un fond plat régulier. Ses bords devaient être verticaux à l’origine, mais leur érosion a contribué à lui donner un profil en banquette. En plan à hauteur de la banquette, elle présente encore deux resserrements qui la divisent en trois unités. Si ces caractéristiques morphologiques ne permettent pas de déterminer sa fonction, elles excluent toute assimilation avec des fosses d’extraction de limon, des éléments d’unité architecturale ou des structures d’ensilage. En revanche, les

Figure 8 – Mareuil-lès-Meaux, La Grange-du-Mont(Seine-et-Marne). [Plan : J. Durand]

étapes de son remplissage sont plus instructives. Le comblement de 50078 signale un caractère répétitif dans son utilisation ; les six couches sub-horizontales du remplissage montrent une succession rythmée : couche de sédiments stériles proches de l’encaissant, puis couches charbonneuses riches en matériel. Les phases d’utilisation sont intercalées avec des phases d’abandon dont la durée n’est pas déterminée.

37Une datation radiocarbone a été réalisée sur un échantillon de charbon de bois localisé à la base de la couche C1b : GrA 24271 = 4385 BP ± 45, soit – 3307, – 2897 av. n. è. (calibrations à deux a, Stuiver et alii, 2005).

Figure 9 – Mareuil-lès-Meaux, la Grange-du-Mont (Seine-et-Marne).
Relevé en plan et en coupe de la structure 50078.
[Cliché : J. Durand, Inrap]

Figure 10 – Mareuil-lès-Meaux, la Grange-du-Mont (Seine-et-Marne).
Mobilier céramique de la structure 50078. [Dessins : R. Cottiaux]

Le mobilier céramique

38C’est un ensemble très restreint de 169 tessons pesant 1 kg au total. Il est manifestement détritique, compte tenu de la très forte fragmentation des tessons et de leur état de conservation plutôt dégradé. Le poids moyen par fragment est à peu près de 6 g et le poids du plus grand tesson atteint à peine 60 g. Il ne comporte ni vase entier ni profil complet (figure 10). Le tri à permis d’identifier un minimum de dix vases différents représentés par trois fragments de panses, deux bords et cinq fonds plats. L’épaisseur des tessons varie de 0,7 à 1,7 cm. Il s’agit majoritairement de récipients épais. Les vases sont brun ou brun clair sur les surfaces interne et externe, et gris, brun foncé ou brun clair à coeur. Les couleurs résultant d’une phase oxydante en fin de cuisson dominent donc. Un fragment de panse est fortement dégraissé à l’aide de grains siliceux de 1 à 2 mm présentant des arêtes vives. Le vase 50078-8 est dégraissé avec de gros grains de chamotte. Dans les autres vases, on ne distingue soit aucune inclusion (deux cas), soit de la chamotte en grains fins et peu abondants. Dans l’ensemble les pâtes sont fines, et plusieurs d’entre elles présentent un toucher savonneux.

Le mobilier lithique

  • 3 Étude Véronique Brunet.

39L’ensemble lithique se compose de 449 pièces représentant un poids total de 8,867 kg3. Le matériel est en général dans un bon état de conservation. Le silex local tertiaire constitue la principale source de matière première. Il se répartit en deux sous-ensembles en fonction de la qualité des plaquettes, dont on suppose l’acquisition dans les affleurements voisins. Le plus fréquent – le Bartonien – se présente sous la forme de plaquettes contenues dans la formation du calcaire de Saint-Ouen. Il est ici fréquemment affecté d’une patine crème. Lorsqu’il n’est pas patiné, il présente des “zonations” dont les couleurs varient du brun clair au brun foncé. Il a été utilisé pour produire principalement des éclats obtenus par percussion directe au percuteur tendre, quelques outils et des haches. On remarque l’absence de produits corticaux et de plaquettes.

40Parallèlement, on trouve un silex de qualité très médiocre, d’origine tertiaire également, mais qui semble provenir d’un autre horizon géologique. Il pourrait trouver son origine dans le Ludien moyen, constitué du calcaire de Champigny, présentant de fréquents accidents siliceux formés de nodules. Il affleure sur le versant sud de la vallée, distant d’une centaine de mètres de l’occupation. De ce matériau, n’ont été retrouvés que de grands éclats d’épannelage débités par percussion directe au percuteur dur. Sa couleur varie du brun foncé au crème. Il semblerait qu’il s’agisse de simples tests sans que le débitage n’ait été mené à son terme.

41Le silex d’origine secondaire représente moins de 1 % de l’effectif global : un petit rognon gris clair testé, trois éclats et deux outils. C’est un matériau exogène dont les plus proches gisements sont situés à une cinquantaine de kilomètres de Mareuil-lès-Meaux.

42L’identification pétrographique d’un éclat de hache polie en roche verte reste à faire. Ce matériau ne provient pas du substrat local et à donc fait l’objet d’une importation.

43Les pièces brûlées représentent moins de 10 % de l’effectif total ; il s’agit de débris et de fragments d’éclats.

44La série est constituée de deux types de produits, les éclats et les haches. Le premier représente un peu moins des deux tiers du total des productions. Majoritairement fabriqué à partir de matériaux locaux, il est constitué d’éclats larges et d’éclats laminaires. Le débitage n’a pas été opéré sur place, comme semble l’indiquer l’absence de nucléus et de pièces corticales. Représentant 6 % du total des productions, les outils sont peu nombreux. Il s’agit de trois denticulés, de deux micro-denticulés découverts dans les niveaux supérieurs de la fosse, et de deux racloirs (figure 11).

45La production bifaciale représente un tiers du total des productions. Elle comprend trois ébauches, des éclats de façonnage, une pièce retouchée sur bloc, une hache polie et un éclat de hache polie en roche verte qui provient du remplissage terminal. La présence de déchets résultant des différentes étapes du façonnage montre que les ébauches en silex tertiaire ont été fabriquées sur place. Elles sont de petite taille, la plus grande dépassant à peine 90 mm de long (figure 12, n° 6). Un bord (parfois les deux) est sommairement aménagé d’une arête sinueuse. La finalité du façonnage ne semble pas aboutir à produire une hache mais à créer des produits bifaciaux dont un des tranchants présente de nombreux esquillements résultant sans doute d’une utilisation. Ce type est connu à Jablines et à Coupvray (Bostyn, Lanchon dir., 1992 ; Brunet, 1996). S’agit-il d’une réutilisation de pièces non-viables appartenant à la chaîne opératoire de production des haches, ou d’une fabrication spécifique ? Cela reste à déterminer. La hache polie de forme trapézoïdale façonnée dans un silex gris de provenance inconnue (tertiaire ?) mesure 138 mm de long et 60 mm au tranchant (figure 12, n° 5). Elle est retaillée sur les deux faces, masquant presque totalement le polissage. L’absence des déchets corollaires à la fabrication de cette pièce montre qu’elle a été apportée sous sa forme achevée sur le site.

Figure 11 – Mareuil-lès-Meaux, La Grange-du-Mont (Seine-et-Marne). Mobilier lithique de la structure 50078 en silex tertiaire LocaL. 1 et 4. Denticulés ; 2. ÉcLat retouché ; 3. Encoche.
[Dessins : J. Durand]

Figure 12 – Mareuil-lès-Meaux, la Grange-du-Mont (Seine-et-Marne). Mobilier lithique de la structure 50078 en silex tertiaire local.
5. Hache polie reprise ; 6. Ébauche de hache. [Dessins : J. Durand]

46Quelques produits laminaires sont présents dans la fosse (1,4 % de l’effectif total). Ils sont tous fragmentés et de plein débitage. Les extrémités proximales présentent les stigmates caractéristiques de la percussion directe au percuteur tendre.

47En résumé, l’assemblage lithique de la fosse 50078 de Mareuil-lès-Meaux se compose de deux productions réalisées à partir de matériaux locaux. Les pièces bifaciales sont fabriquées près de la fosse en faible quantité, alors que les éclats et les outils sont préparés à l’écart. La série semble répondre à des besoins précis se limitant à quelques outils (micro-denticulé, denticulé, racloir et hache) pour une activité ponctuelle ou spécifique, peut-être le travail de végétaux. En effet, des études tracéologiques récentes montrent que le micro-denticulé est utilisé pour racler des plantes vraisemblablement familières de milieux humides (Beugnier, 2001), le denticulé est un rabot essentiellement destiné au travail du bois d’œuvre (Giligny et alii, 2001) et la hache polie est liée au travail du bois (Bostyn, Lanchon dir., 1992). La pauvreté de l’outillage et l’absence de grattoir dans le remplissage de la fosse 50078 pourraient montrer que les activités qui se sont déroulées à proximité ne semblent pas relever de la sphère strictement domestique. En effet, l’assemblage se différencie nettement de celui des séries d’habitats comme celles de l’Oise, qui se caractérisent par un taux élevé d’outils (Lacroix-Saint-Ouen, Cottiaux et alii, 1995 ; Talon et alii, 1995). Si le micro-denticulé se rapporte généralement à des séries du Néolithique final dans la vallée de la Marne ou dans le nord de la France, il peut néanmoins trouver son origine dès le Néolithique récent. En effet, l’exemplaire de Mareuil-lès-Meaux fait écho à celui découvert dans la sépulture collective de Souppes-sur-Loing, à l’est de Beaumoulin (Seine-et-Marne), dont l’utilisation brève est datée par mesure radiocarbone des derniers siècles du IVe millénaire av. n. è. (Pecqueur, 2005).

48Le matériel de mouture est absent, mais la fosse a néanmoins livré 17 fragments bruts et brûlés en meulière.

La faune

  • 4 Étude Céline Bemilli.

49Elle se compose de 83 ossements (1,580 kg) dont 70 déterminés (92,8 % PdR, figure 13)4. Trois espèces sont documentées : deux domestiques (le bœuf et le porc) et une espèce sauvage (le cerf). Le matériel est légèrement altéré par des traces de radicelles. Un bœuf est attesté par quinze restes répartis sur plusieurs régions anatomiques, mais les ceintures et les membres antérieurs ne sont pas attestés. Plusieurs traces de découpe ont été observées sur un fragment de côte et deux fragments de métapodes. Deux porcs sont figurés par 54 restes (44,6 % PdR). La répartition de ces restes par région anatomique est très déséquilibrée puisque seul le squelette axial (crâne, vertèbres et côtes) est documenté. L’un de ces individus est un adulte et l’autre un jeune de 18 mois environ. La présence du cerf est attestée par un bois de chute. Cet élément ne permet pas d’envisager la consommation de cette espèce.

Nombre de Restes

Poids de Restes(g)

Porc

54

704

Bœuf

15

679

Cerf

1

83

Total restes déterminés

70

1466

Total indéterminés

13

114

total

83

1580

Figure 13 – Mareuil-lès-Meaux, la Grange-du-Mont. Composition des restes fauniques de ta structure 50078.

Les autres vestiges néolithiques du site

  • 5 Étude Juliette Durand et Mathieu Duplessis.

50Aucune autre structure ne peut être directement associée à cette fosse5. Toutefois, certains creusements au comblement proche du sédiment encaissant contiennent du mobilier lithique en position résiduelle. Ils sont répartis dans un rayon de 95 m autour de 50078. Le remplissage de la fosse 23011, distante d’environ 95 m (figure 8), a livré un assemblage lithique relativement proche de celui de la fosse 50078. Il est composé de 53 pièces, dont cinq outils : trois haches polies en silex tertiaire et deux racloirs.

51Enfin, cinq concentrations de mobiliers (en majorité des pièces lithiques) sont dispersées sur le décapage, jusqu’à plus de 200 m de distance de la fosse 50078 (figure 8). L’homogénéité et l’attribution chrono-culturelle de ces concentrations ne sont pas assurées en raison de l’importance des risques d’interférences avec les autres occupations identifiées. Les plus anciennes sont attribuées au Villeneuve-Saint-Germain et au Cerny. La première est structurée et bien délimitée à l’ouest du site en bordure du plateau. La présence Cerny n’est attestée que par de la céramique découverte dans une fosse dénuée de mobilier lithique. Les deux sont assez éloignées des concentrations.

52Une occupation du Néolithique final signale la continuité de la fréquentation du plateau. Cette dernière est notamment représentée par deux micro-denticulés (dans es concentrations), un racloir à encoche et une lame retouchée en silex du Grand-Pressigny (dans des structures historiques) et des armatures perçantes à pédoncule et ailerons (pièces isolées sur le décapage).

53Enfin, plusieurs fosses de l’Âge du Bronze, riches en pièces lithiques, sont à signaler puisque les concentrations lithiques du site ont manifestement constitué la principale source d’approvisionnement en matière siliceuse à cette époque.

54Malgré la présence de ces pièces, la composition des concentrations mérite des observations plus approfondies. En termes de choix pétrographiques, d’objectifs de production et de méthodes de taille, la série découverte dans les concentrations se distingue clairement du mobilier Villeneuve-Saint-Germain, et présente au contraire de nombreux points communs avec celle de la fosse 50078. La matière première est essentiellement locale (98 %). La production d’éclat prévaut. La production laminaire est indigente et on retrouve systématiquement les témoins du même travail autour du façonnage de lames de hache de petite dimension (moins de 20 cm) ainsi qu’un travail de réaménagement de ces lames, voire de leurs transformations en nucléus ou en outil (figure 14). Cependant, si l’outillage, représenté à hauteur de 11,4 %, diffère du mobilier lithique provenant des fosses Villeneuve-Saint-Germain où les outils atteignent 25 % du total, il diffère également sur ce point de celui de la fosse 50078 (2,5 % du total). Les tranchets, les burins et les micro-denticulés sont anecdotiques tandis que les éclats retouchés, les denticulés, les racloirs et surtout les grattoirs sont bien représentés. L’abondance de ces derniers (14 % des outils) contraste avec leur absence dans 50078.

55L’extension précise de l’occupation du Néolithique récent n’est donc pas délimitée. On sait néanmoins qu’elle s’étendait assez largement puisque du mobilier du Néolithique récent sans doute en position remaniée provient de la structure 23011 distante de 95 m de la fosse 50078. Les concentrations peuvent être également intégrées même si elles ont été constituées puis transformées dans un cadre chronologique plus large.

56Mareuil-lès-Meaux illustre une occupation en rebord de plateau au Néolithique récent, dont la nature n’est pas déterminée. Nous savons néanmoins que la fosse 50078 est aménagée et sert pour une activité qui provoque une alternance de phases d’utilisation et d’abandon de la structure. La présence de faune domestique mérite d’être soulignée, malgré l’effectif limité. Les activités identifiées à partir du mobilier lithique sont en partie comparables à celles des concentrations (production de support d’outil sur éclats et façonnage de haches). L’étude de la totalité des vestiges du site permet de constater que la fosse de Mareuil-lès-Meaux s’inscrit dans un espace largement investi à la fin du Néolithique.

Vignely, la Noue-Fénard (Seine-et-Marne), structure 264

57Les témoins d’une occupation néolithique récent à Vignely, la Noue-Fénard sont limités à une seule fosse découverte à l’occasion d’une fouille préventive portant sur 2,4 ha, menée en 2000/2001 (figure 1, n° 21 ; LANCHON et alii, 2006a). L’occupation néolithique principale de ce site correspond à une enceinte du Néolithique moyen II proche d’une paléo-berge de la Marne. La structure 264 est située à environ 120 m au sud-ouest de l’enceinte, sur la paléo-berge. La fosse a livré un mobilier particulièrement riche, notamment en pièces lithiques, en restes de faune, en outils en os et en bois de cerf. Il est envisagé que la structure 264 soit déconnectée de tout lieu d’habitat contemporain en raison de l’assemblage particulier des vestiges qu’elle a livrés. En effet, les activités dont elle témoigne sont orientées vers la chasse et la boucherie et pourraient être limitées dans la durée (BRUNET et alii, ce volume).

Jablines, la Pente-de-Croupeton (Seine-et-Marne)

  • 6 Étude Paul Brunet.

58Le site de Jablines, la Pente-de-Croupeton, fouillé sur environ 2500 m2 entre 1986 et 1991, a livré deux unités d’habitations de la culture de Villeneuve-Saint-Germain (fosses latérales et trous de poteaux, figure 1, n° 27 et figure 15)6. L’ensemble du site est scellé par un niveau colluvionné particulièrement riche qui contient entre deux-tiers et trois-quarts des vestiges découverts (Lanchon et alii, 1994a). C’est dans ce niveau qu’une céramique épaisse orangée attribuable au Néolithique récent a été mise au jour. Il faut relativiser l’impact des vestiges du Néolithique récent par rapport à ceux du Villeneuve-Saint-Germain. En effet, on estime à près d’une tonne le poids des restes du Néolithique ancien recueillis, toutes catégories de matériaux confondues, par rapport aux 8,5 kg de céramique du Néolithique récent identifiés. Les produits lithiques et les restes fauniques du Néolithique récent n’ont pas été pris en compte dans cette étude. Ils forment un ensemble négligeable en proportion des vestiges Villeneuve-Saint-Germain et posent surtout des difficultés d’attribution plus importantes que la céramique. L’extension de l’occupation du Néolithique récent, tout comme celle du Néolithique ancien, n’est pas connue. Le site s’étend vraisemblablement au-delà des limites de décapage.

Figure 14 – Mareuil-lès-Meaux, la Grange-du-Mont (Seine-et-Marne), industrie lithique en silex tertiaire local. 5. (Concentration 4) et 6. (Décapage zone 2) haches polies ; 7. Hache polie reprise en nucléus (concentration 2) ; 8. Fragment de pièce bifaciale (concentration 2). [Dessins : J. Durand et M. Duplessis]

Figure 15 – Plan du site de Jablines, la Pente-de-Croupeton (Seine-et-Marne).
Répartition du mobilier céramique, Néolithique récent. [Plan d’après Y. Lanchon]

Le mobilier céramique

59Le corpus néolithique récent est constitué de 560 tessons, dont 37 fragments de bords et 26 fragments de fonds plats pour un poids global de 8,5 kg, soit 15 g en moyenne par tesson. Ce poids moyen est plus important que celui des rejets détritiques découverts dans des contextes similaires sur d’autres sites de la vallée. Les tessons recueillis sont fragmentés, mais les modules de près de 50 cm2 ne sont pas rares et ne concernent pas que les fonds. La paroi des tessons est épaisse et peut atteindre 15 mm.

60La répartition de la céramique du Néolithique récent n’est pas homogène. On constate l’existence d’une concentration principale superposée aux structures du Néolithique ancien, située entre les maisons danubiennes M37 et M45 (figure 15). De forme globalement ovale, elle est orientée sur un axe est-ouest et mesure environ 150 m2. Elle présente en son centre une plus forte densité qu’à sa périphérie puisque près du quart des tessons se répartit sur moins de 10 m2. On observe trois autres pics de densité plus faibles, distants d’une dizaine de mètres de cette concentration : le premier près de la structure 58, le second superposé en partie à l’amas de débitage 48 et le dernier en limite de décapage au niveau de la structure 60. Aucune différence typologique ou technologique n’est décelable dans le mobilier des différentes zones.

61D’un point de vue technologique, de nombreux indices de cassures sur colombin sont visibles. La pâte est généralement beige à orangé en surface, ou brun foncé et noir dans de rares cas. Dans la tranche, la variabilité est plus importante, le cœur peut être gris, noir ou de même couleur que les surfaces. La pâte n’est pas homogène. Dans certains tessons, on peut discerner des éléments en “boulettes” sans que l’on sache s’il s’agit de chamotte. Les surfaces, bien que lissées sommairement, présentent des défauts qui trahissent l’hétérogénéité de la pâte, mais aussi des stigmates de montage. Parfois des vacuoles indiquent la présence de grains peu abondants de dégraissant dissout et seules quelques rares traces blanchâtres au cœur des tessons indiquent qu’il s’agit d’inclusions de calcaire.

62La fragmentation des vases est trop importante pour permettre une étude typologique complète des formes représentées. Le corpus ne comporte aucun vase entier, ni même de profil complet. Néanmoins, la dimension de l’ouverture des récipients s’échelonne entre 18 et 30 cm de diamètre. On distingue la présence de récipients sans col représentant près de 75 % des vases (figure 16) et de récipients à col, environ 25 % des vases (figure 17). Malgré les difficultés d’identification de la forme des panses, on note qu’il existe des hauts de panse en tonneau et d’autres de forme plus cylindrique ou tronconique. Dans la catégorie des vases à col, on distingue également quelques différences morphologiques : des cols longs plus ou moins ouverts et segmentés (figure 17, nos 9 et 14) et jes cois courts en “S” (figure 17, nos 11 et 15) dont un présente un bord aminci (figure 17, n° 10). Les fonds sont parfois munis de bourrelets assez proéminents (figure 16) sans que cela ne constitue la règle générale.

63L’ensemble découvert à Jablines est l’un des rares du Néolithique récent à présenter différents éléments de décor et pas seulement à l’échelle de la basse vallée de la Marne. On distingue un motif de ligne horizontale constituée de coups de poinçons (figure 17, n° 15) et des aménagements de surface illustrés par une large cannelure sous le bord du vase n° 2 (figure 16) et par des cordons préoraux ou des épaississements du bord (figure 16, n° 5). Par ailleurs, le vase n° 4 porte un trou de réparation foré dans la pâte cuite (figure 16).

64Cet ensemble s’intégre bien aux productions connues pour le Néolithique récent (Augereau et alii, 2007). Les formes sans col ou à col, qu’ils soient courts ou longs, sont classiques, mais la série n’est pas suffisamment bien conservée pour en tirer un quelconque enseignement typologique à valeur locale ou régionale. Les différents décors trouvent également des éléments de comparaison satisfaisants à l’échelle régionale : la ligne de coups de poinçons est connue sur un vase de l’allée couverte de la Pierre-Plate à Presles dans le Val-d’Oise (Bailloud, 1974, p. 204, figure 45, n° 2). Les larges cannelures horizontales sous le bord sont mentionnées sur de nombreux sites proches comme Luzancy, le Pré-aux-Bateaux (Seine-et-Marne) ou Maisons-Alfort, ZAC d’Alfort (Val-de-Marne) ou plus éloignés comme Herblay, ZAC Olympium dans le Val-d’Oise (Valais, 1995 ; Cottiaux et alii, 2004) ou Marsangy, les Durillons dans l’Yonne (Thevenot, Carré, 1976). Les cordons lisses préoraux de Jablines sont peut-être à mettre en relation avec ceux de Vers-sur-Selle, au Fossé-Gosset, bien que la forme des vases diffère (Piningre, Bréarï, 1985, figure 30, p. 149).

65Malgré un contexte archéologique diachronique et un corpus restreint, Jablines constitue une des séries d’habitats les plus cohérentes pour le Néolithique récent du Bassin parisien avec celle de Morains, le Pré-à-Vaches dans la Marne (Martineau et alii, ce volume) et permet localement de compléter le répertoire des formes céramiques des productions de cette époque.

Claye-Souilly, les Monts-Gardés (Seine-et-Marne)

66L’occupation est localisée à l’entrée de la plaine de France, à 800 m de la Beuvronne. Il s’agit d’un petit affluent nord-sud qui se jette dans la Marne à 2 km environ en aval, au nord de la boucle de Jablines (figure 1, n° 28). Le site occupe une position topographique peu marquée au-dessus de la terrasse supérieure de la rive gauche de la Beuvronne, près de la rupture de pente menant au fond de vallée. À la suite de diagnostics en tranchée réalisés sur un peu plus de 40 ha, à l’occasion de l’aménagement de la ligne ferroviaire LGV Est Européen, six zones ont été décapées en 2002 sur une superficie totale de 5 ha (Boulenger, 2002). Plusieurs occupations archéologiques du Néolithique au Moyen Âge ont été mises au jour. Deux d’entre elles concernent le Néolithique. La première, datée du Néolithique ancien (Villeneuve-Saint-Germain), a été découverte dans la zone 1000. C’est sur la seconde, dans la zone 3000, que se localisent les vestiges de l’occupation du Néolithique récent qui nous intéresse ici. Une distance d’environ 400 m sépare les deux zones (figure 18).

67150 structures excavées, tous types confondus, ont été mises au jour dans la zone 3000 sur un décapage de plus d’un hectare, mais trois fosses seulement ont clairement livré un assemblage de mobilier céramique et lithique du Néolithique récent (3109,3033,3027). Les autres sont majoritairement associées à des occupations plus tardives, historiques. Toutefois, à proximité des fosses 3109,3033 et 3027, plusieurs structures demeurent non datées et pourraient être rattachées à cette occupation. Parmi elles, les fosses 3037 et 3082 ont livré quelques pièces lithiques. Le trou de poteau 3111 a livré 90 g de céramique, dont un fragment de fond plat qui s’apparente aux productions du Néolithique récent. Comme rien ne permet de déterminer que ce mobilier est en position résiduelle dans le comblement de structures plus récentes, on ne peut d’emblée les exclure. Pour les autres fosses, seule la nature des remplissages permet, en l’absence de tout mobilier, le rapprochement chronologique avec les fosses du Néolithique récent.

Figure 16 – Jablines, la Pente-de-Croupeton (Seine-et-Marne).
Mobilier céramique, Néolithique récent. [Dessins : P. Brunet]

Figure 17 – Jablines, La Pente-de-Croupeton (Seine-et-Marne).
Mobilier céramique, Néolithique récent. [Dessins : P. Brunet]

Figure 18 – Plan du site de Claye-Souilly, les Monts-Gardés
(Seine-et-Marne). [Plan : L. Boulenger, Inrap]

68Les structures 3027 et 3109 ont des dimensions, une morphologie et un remplissage similaires. Elles pourraient tout aussi bien correspondre à des fosses qu’à des trous de poteau de grand diamètre (figure 19). Leur fonction n’est donc pas déterminée. Leur comblement est homogène et renferme des rejets de combustion (terres charbonneuses et nodules de terre rubéfiée). La fosse 3033 présente quant à elle un profil en cloche, évasé à la base, évoquant des profils de structures

Figure 19 – Claye-Souilly, Les Monts-Gardés (Seine-et-Marne).
Plan et coupe des structures 3027 et 3109. [Clichés : L. Boulenger, Inrap]

Figure 20 – Claye-Souilly, les Monts-Gardés (Seine-et-Marne).
Plan et coupe de la structure 3033. [Cliché : L. Boulenger, Inrap]

d’ensilage. Elle comporte également des rejets de combustions dans différentes couches du remplissage stratifié (figure 20).

69Ces trois fosses ont livré un petit corpus de mobilier lithique et céramique. La faune est absente pour des raisons de conditions de conservation liées à la nature du substrat qui affectent de la même façon les occupations postérieures. Deux remontages entre pièces lithiques issues de ces trois fosses (3033-3109/3033-3027) permettent de penser que le comblement des trois structures est en partie contemporain.

Le mobilier céramique

70Le corpus céramique est très restreint, il ne comporte qu’un seul vase presque entier provenant de la fosse 3033 (2,425 kg) et quelques fragments de panse dans les deux autres structures (0,64 kg dans 3109 et 0,04 kg dans 3027). C’est une céramique épaisse et très homogène, mais aussi particulièrement dégradée. Le démontage du vase 3033-1 a d’ailleurs nécessité le recours à une consolidation in situ. Les tessons sont de couleur brun clair en surface externe, brun foncé à noir en surface interne et brun gris noir à cœur. La matrice argileuse présente une structure très grumeleuse comme certains vases de Jablines, la Pente-de-Croupeton. Si on ne distingue pas clairement la nature de ces grumeaux, ils pourraient néanmoins correspondre à des grains de chamotte.

71Le vase 3033-1 est un récipient de dimension moyenne d’environ 16 cm de diamètre à l’ouverture et à fond plat très épais (figure 21). Sa hauteur n’est pas déterminée puisque le profil n’est pas complet, mais il correspond à une forme plus haute que large. Il est un peu déformé et son ouverture est légèrement ovale. Il s’agit d’un gobelet sans col, à panse en tonneau sans rétrécissement marqué du fond. Il présente une ouverture rétrécie à partir d’un épaulement faiblement marqué dans le tiers supérieur de la panse. Ce récipient partage de nombreuses caractéristiques communes du point de vue technologique avec les poteries du Néolithique récent local, mais son ouverture rétrécie le singularise et, à l’exception peut-être d’un vase de la collection J. de Baye (De Baye 4, Renard et alii, ce volume), il n’a pas d’équivalent direct proche.

Le mobilier lithique

  • 7 Étude Véronique Brunet.

72Les structures 3027,3109 et 3033 ont livré 172 pièces (677 g) qui présentent un aspect frais7. Ce n’est pas un assemblage lithique très conséquent, mais les produits sont très proches morphologiquement. Le silex local (Tertiaire – Bartonien) constitue la principale source de matière première. On le trouve sous différentes nuances variant du brun au gris, zoné et parfois affecté d’une patine crème. Les affleurements connus les plus proches sont situés à Jablines, 8 km plus au sud (Bostyn, Lanchon dir., 1992). Mais d’autres affleurements plus proches encore sont signalés sur la carte géologique à 500 m vers l’est ou le sud, là où la Beuvronne a creusé son lit dans le calcaire de Saint-Ouen qui contient les fameuses plaquettes de silex (IGN 1971). Le silex du Secondaire est représenté par un éclat gris noir et un débris gris clair, au cortex mince et usé. Ce silex n’est pas local. Les pièces brûlées représentent 10 % du total général et on les trouve principalement sous la forme de débris. La fosse 3033 est la plus riche en nombre de restes lithiques avec 134 pièces représentant un poids de 471 g. La structure 3027 a livré 22 éléments pour un poids de 51 g. La structure 3109 ne compte que 16 pièces pour un poids de 155 g.

73L’assemblage de 3033 est peu diversifié ; il est constitué d’éclats larges, d’éclats laminaires, d’outils, de débris et d’esquilles. La production laminaire compte un outil sur lame et trois lames brutes. Le seul élément de la fosse en silex secondaire est un petit débris. La série de la fosse 3027 est composée principalement d’éclats larges et d’éclats laminaires, d’une lame et de trois lamelles en silex local, on ne recense aucun outil. La fosse 3109 livre des éclats larges ou des éclats laminaires, trois lames et une lame retouchée en silex tertiaire. Seul un éclat brut de débitage est en silex secondaire.

Figure 21 – Claye-Souilly, Les Monts-Gardés (Seine-et-Marne).
Mobilier céramique de La structure 3033. [Dessin : R. Cottiaux]

74Deux productions pourraient avoir été débitées à proximité des fosses et rejetées dans celles-ci : les éclats et les lames. La production d’éclats, la plus importante numériquement, comprend des éclats bruts et un outil sur éclat. Mais on ne dénombre aucun nucléus.

Les éclats sont pour moitié fragmentés et parmi les éclats entiers, on trouve principalement des éclats larges et des éclats laminaires. Quelques-uns ont conservé une plage corticale. Les talons sont lisses, la percussion directe au percuteur tendre est la plus fréquente. Les produits laminaires sont répartis en lamelles et outils sur lames et représentent 18 % du total des productions. Les nucléus à lames sont absents, seules quelques lames de plein débitage nous sont parvenues. Le mode d’obtention de ces produits par percussion indirecte est attesté.

75Le nombre d’outils est faible et représente 6 % du total des productions. Quatre proviennent de la fosse 3033 : un grattoir sur éclat, une petite armature tranchante sur lame étroite à double troncature oblique (175 x 150 mm), un fragment distal d’éclat laminaire cortical portant une retouche bifaciale et un fragment proximal de lame étroite à double troncature oblique (figure 22). On note la présence d’un éclat de hache polie en silex tertiaire dans la structure 3033. La fosse 3109 n’a livré qu’un mésial de lame portant une coche à gauche.

76L’intérêt majeur de cette série réside dans l’identification de la percussion indirecte pour l’obtention des produits laminaires qui fait écho aux études menées sur les séries lithiques des hypogées de la Marne (Langry-François, 2004a), ou celle plus proche de Vignely, la Noue-Fénard en Seine-et-Marne (Brunet et alii, ce volume).

77De tous les sites présentés, Claye-Souilly, les Monts-Gardés est celui qui a livré le plus grand nombre de structures, dont trois au moins sont en partie contemporaines (3027, 3109 et 3033). L’extension de l’occupationdu Néolithique récent est limitée à une superficie d’environ 600 m2 si l’on ne tient compte que de ces trois fosses. Elle pourrait être dix fois plus importante avec les structures plus éloignées 3082 et 3111, mais leur attribution n’est malheureusement pas assurée. On peut identifier, d’après la morphologie de ces excavations, deux types de fosses différents sur le site, même si leurs fonctions respectives restent à définir. Enfin, la présence de rejets de combustion dans leur remplissage, nodules rubéfiés et terres charbonneuses, permet d’envisager qu’elles ont un lien fonctionnel avec une autre structure (3108) située à proximité. Il s’agit en effet d’une fosse rectangulaire à angles arrondis dont les parois sont entièrement rubéfiées. Bien qu’elle ne soit pas datée, elle mérite d’être mentionnée car elle pourrait constituer un troisième type de structure du Néolithique récent de ce site.

Figure 22 – Claye-Souilly, les Monts-Gardés (Seine-et-Marne), structure 3033. 1. Armature tranchante ; 2. Pièce retouchée ; 3. RacLoir ; 4. Remontages. [Dessins : E. Boitard-Bidaut]

Chelles, ZAE de la Tuilerie (Seine-et-Marne)

78Le site de Chelles est implanté sur le plateau au nord de la rivière, sur les terrains tertiaires d’une plaine étroite encadrée par des buttes stampiennes (figure 1, n° 30). La fouille menée en 2003, sous la direction de Christian Charamond et Katia Meunier dans le cadre de l’extension d’une Zone d’activité économique, a porté sur une superficie de près de trois hectares divisée en deux zones disjointes (Charamond, à paraître). Celle sur laquelle des occupations néolithiques ont été mises au jour a été décapée sur près de 1,1 ha. Parmi les structures excavées, 51 ont livré du mobilier archéologique. Le mobilier de 19 d’entre elles se rapporte au Néolithique ancien, une fosse seulement (Structure 325) se rapporte au Néolithique récent, 11 structures sont attribuées au Néolithique sans plus de précision, toutes les autres ne sont pas datées (figure 23).

Figure 23 – Chelles, ZAE de la Tuilerie (Seine-et-Marne).
Plan du site et de la structure 325. [Dessin : X. Rochard, d’après un plan de K. Meunier]

79La fosse 325 est peu profonde, de forme circulaire et son remplissage est homogène. Le mobilier archéologique découvert est limité aux tessons d’un unique vase (figure 24). Il s’agit d’une céramique épaisse à fond plat, à parois irrégulières et lissage sommaire. La pâte est de couleur beige et gris en surface externe, gris et noir à coeur, beige et noir en surface interne et dégraissée à la chamotte. Les grains présents en quantité abondante sont visibles en surface. Le récipient a sans doute été monté à l’aide de la technique du colombin comme le laissent supposer les rares structures de montage observables dans la tranche de certains tessons. Le vase n’est pas entier, son profil est incomplet de sorte que l’on ne peut précisément restituer sa hauteur. Néanmoins, il s’agit d’une forme de dimension moyenne (17 cm de diamètre à l’embouchure) assez ouverte malgré un col court très peu marqué et une panse en tonneau ne présentant pas de rétrécissement distinct avec le fond (12 cm de diamètre).

Chelles, 30/32 rue Gustave Nast (Seine-et-Marne)

80Une fouille récente menée par Corinne Charamond à Chelles a mis au jour dans un contexte de berge ancienne d’un paléochenal de la Marne un important lot de mobilier céramique, lithique et osseux qui se rapporte, entre autres, aux productions du Néolithique récent (figure 1, n° 31). L’étude du site est en cours, mais cette découverte devait être signalée dans la mesure où il s’agit d’une des séries les plus importantes de la basse vallée de la Marne et que ce type de contexte était encore localement inédit.

Figure 24 – Chelles, ZAE de la Tuilerie (Seine-et-Marne).
Mobilier céramique, Néolithique récent. [Dessin : R. Cottiaux]

Maisons-Alfort, ZAC d’Alfort (Val-de-Marne)

81Du mobilier céramique a été découvert à Maisons-Alfort à l’occasion des aménagements de la Zac d’Alfort en 1995 (Andrieux et alii, 1995). Le site est localisé à la confluence de la Marne et de la Seine à la pointe de l’interfluve (figure 1, n° 35). L’occupation principale est constituée par un système d’enceinte à fossés interrompus et palissade de poteaux du Néolithique moyen. Le mobilier de l’occupation du Néolithique récent provient d’un niveau sédimentaire alluvial épais qui scelle les derniers comblements des segments de fossé les plus proches du cours de la Marne. Il y est mélangé à des restes plus anciens et à d’autres plus récents. Le niveau correspond en fait à un palimpseste d’occupations et la sélection du mobilier céramique résulte d’un tri typologique. Les autres catégories de mobiliers n’ont pas encore été étudiées, mais il existe, notamment, plusieurs outils en bois de cerf et de l’outillage lithique peut-être attribuables au Néolithique récent.

82Les tessons découverts sont concentrés dans un petit secteur de quelques dizaines de mètres carrées, près d’une limite de décapage. Ils forment un petit corpus composé d’une trentaine de fragments comportant trois bords et sept fonds plats (figure 25). Les pâtes sont hétérogènes : certaines comportent un dégraissant abondant constitué de grains de chamotte (figure 25,6013-1), d’autres présentent des inclusions de sable fin. La couleur des tessons varie du brun au beige sur la surface externe, et du gris plus ou moins sombre au brun en surface interne comme à cœur. Il s’agit d’une céramique épaisse, notamment les galettes de base des fonds plats, et à traitement de surface sommaire. La série ne comporte pas de vase entier, ni de profil complet. Trois formes sont identifiées : un vase sans col à panse en tonneau portant une cannelure sous le bord (figure 25, 6013-1), un vase à col, dont on ne connaît pas la forme de la panse (figure 25,7001-1), et un petit fragment de goulot appartenant sans doute à une bouteille à collerette (figure 25, 8087-1).

Ivry-sur-Seine, ZAC Grand Ciel (Val-de-Marne)

  • 8 Étude Paul Brunet.

83Quelques structures et quelques objets lithiques et céramiques ont été découverts en 1995 sur la ZAC Grand Ciel à l’occasion de l’extension d’un centre commercial (Ricard et alii, 2002, figure 1, n° 36)8. Le site est implanté à environ 1 km en aval de la confluence Seine/Marne, sur des anciens chenaux du fleuve et des dômes de sable et de grave. Les travaux ont porté sur deux parcelles séparées (îlots Sadillek et Compagnon) représentant une surface d’environ 9000 m2. La première analyse du mobilier céramique découvert, effectuée par Sylvie Perrin, a mis en évidence plusieurs occupations s’échelonnant du Néolithique moyen à l’Âge du Bronze. L’îlot Sadillek a livré l’essentiel des informations concernant le Néolithique récent. Il s’agit de trois fosses (structures, 64,81 et 131) et potentiellement d’une quatrième (structure 91) localisées au sud-est de la parcelle, ainsi que d’un fragment de vase isolé (figure 26).

Figure 25 – Maisons-Alfort, ZAC d’Alfort (Val-de-Marne).
Mobilier céramique, Néolithique récent. [Dessin : R. Cottiaux]

Figure 26 – Plan du site d’Ivry-sur-Seine, ZAC Grand Ciel, ilôt Sadillek (Val-de-Marne). [Plan d’après les données du Laboratoire départemental d’Archéologie du Val-de-Marne]

La fosse 64

84La structure 64 est une fosse ovalaire profonde à profil en cuvette, mesurant 1,45 m de longueur et 0,65 m de profondeur. Elle est comblée par un sédiment sableux brun à brun foncé (figure 27). Elle contenait 16 grands tessons, dont trois en céramique très grossière et particulièrement friable, et vingt autres petits fragments. Trois vases sont identifiables dans ce lot. Le premier est représenté par un fond plat entier qui était posé sur des blocs de grès contenus dans le comblement de cette structure (figure 28). La base du vase mesure plus de 5 cm d’épaisseur et sa tranche se présente sous la forme d’un litage grossier constitué de deux épaisseurs de céramique enserrant une couche de pâte insuffisamment cuite ainsi que de gros graviers calcaires. Le deuxième est un fragment de vase à épaulement très mal conservé. Le dernier est représenté par un tesson, en pâte granuleuse de couleur rose, décoré d’impressions ongulées disposées en deux lignes horizontales.

  • 9 Étude Cécile Monchablon.

85Un petit lot de pièces lithiques, majoritairement en silex secondaire, est composé de neuf éclats dont un allongé portant une retouche sur le bord gauche, de 5 petits fragments d’éclats et de seize débris thermiques. L’étude du mobilier en grès9 s’avère moins prometteuse que ne le laisse suggérer le rapport de fouille qui mentionne une trentaine de fragments de grès dont 17 fragments d’outils (Ricard et alii, 2002) et ce pour deux raisons principales. La première concerne la restructuration en cours du dépôt de fouille qui n’a pas permis de retrouver les pièces les plus volumineuses, notamment les meules mentionnées. La seconde concerne le mode d’enregistrement de terrain choisi, particulièrement complexe, qui ne permet pas toujours de vérifier le contexte dont sont issus ces objets.

86Après un premier tri opéré par P. Brunet à partir du mobilier céramique, une vingtaine de pièces macrolithiques a d’abord été enregistrée. Bien que toutes datables du Néolithique récent ou final (critères multiples), un second tri par unité d’enregistrement considérée comme certaine en a évincé une bonne part. Ainsi, les seules pièces provenant de la fosse 64 prises en compte ici, combinant observations et contexte certain, sont au nombre de dix.

87Ces éléments en pierre se caractérisent par une forte altération thermique. Excepté un éclat, tous sont brûlés et fragmentés. Les outils sont exclusivement en grès et, bien que l’on distingue différents types, ils proviennent vraisemblablement du même niveau géologique.

88De couleur légèrement jaunâtre à grise, ils sont constitués de grains de quartz fins homogènes et très bien cimentés. Ils peuvent présenter un litage horizontal qui constitue quelquefois la surface de fracture. Ils présentent parfois de nombreux coquillages visibles à l’oeil nu ou comportent des grains de glauconie. Tous ces éléments nous font penser que ces grès compacts proviennent du Bartonien inférieur : niveau auversien des Sables de Beauchamp. Les variantes observées correspondent aux différences de niveau de formation de ces grès à l’intérieur du même sous-étage géologique.

89Les outils sont au nombre de sept. Deux molettes (figure 29) sont établies sur un grès fin et gris. De section rectangulaire plate, elles offrent chacune deux bords contigus préservés permettant de donner quelques précisions d’ordre morphologique. La mise en forme de ces outils, réalisée par des enlèvements périphériques sur leur pourtour, leur attribue des flancs verticaux et des surfaces carrées ou rectangulaires à angles marqués. Pour l’une au moins, les dimensions restantes la définissent comme un outil de grande taille.

90On note, sans pouvoir en dire plus, la présence de quatre fragments thermiques d’outils de mouture et d’un éclat de grès utilisé.

91La section de ce dernier est plano-convexe et aucun façonnage de préparation de surface ne précède son emploi. À cause de cette utilisation d’un support d’emblée

Figure 27 – Ivry-sur-Seine, ZAC Grand Ciel, ilot Sadillek (Val-de-Marne). Plan et coupe de la structure 64.

Figure 28 – Ivry-sur-Seine, ZAC Grand Ciel, ilôt Sadillek (Val-de-Marne). Mobilier céramique néolithique récent. [Dessins : P. Brunet, P. Huard et S. Perrin]

Figure 29 – Ivry-sur-Seine, ZAC Grand Ciel, ilôt Sadillek (Val-de-Marne). Mobilier en grès de la structure 64. [Infographie : C. Monchablon, Inrap]

adéquat, cet outil peut être admis comme “production expédiente”. Pourtant, la présence récurrente de ce type d’outil au sein de la culture matérielle des sites du Néolithique ne peut être anodine. Ici, les stigmates d’utilisation sont bien visibles : un poli de frottement localisé sur les aspérités de sa face inférieure et un tranchant émoussé. En l’état actuel de nos connaissances, il ne nous est pas encore possible d’attribuer une fonction précise à ces outils. Leur rôle au sein de chaînes opératoires de traitement des végétaux semble le plus probable. Une observation tracéologique, menée par C. Hamon – portant sur plusieurs individus semblables et issus de différents sites – est en cours.

92Enfin, trois fragments thermiques sans traces d’utilisation proviennent de cette fosse. L’un, en grès, est totalement pulvérulent ; le second, en grès à passée coquillière, pourrait appartenir à l’un des outils de mouture très fragmenté ; le troisième, en calcaire induré, correspond à une dallette peu épaisse (1 cm) cassée en trois morceaux. Sa forme évoque un plat à pain.

93Bien que très réduite, cette série paraît conforme aux assemblages connus dans le nord de la France pour la fin du Néolithique. Le type de molette et la forte proportion d’objets brûlés en sont quelques-uns des principaux traits.

  • 10 Étude Djillali Hadjouis.

94Enfin, dans la fosse 64, on dénombre10 trois restes osseux, représentant trois espèces domestiques dans l’ordre suivant : le porc (Sus domesticus), le bœuf domestique (Bos taurus) et le mouton ou la chèvre (Ovis/Capra) (figure 30). Le porc est représenté par une hémi-mandibule complètement éclatée et érodée portant une incisive, les D3 et D4 et M1 et M2 dans leurs alvéoles. Cet individu est âgé d’environ 12 mois. Le bœuf a livré un fragment de molaire, alors que le capriné est représenté par une esquille d’os long, déchet de la fragmentation bouchère. Les vestiges osseux de la fosse 64 sont considérés comme des déchets culinaires.

St 64 Nombre de Restes

St 91 Nombre de Restes

Porc

1

3

Bœuf

1

1

Mouton/Chèvre

1

1

Total restes déterminés

3

5

Total Indéterminés

3

total

3

8

Figure 30 – Ivry-sur-Seine, ZAC Grand Ciel, ilôt Sadillek (Val-de-Marne). Composition des restes fauniques des structures 64 et 91.

Les fosses 81,131 et 91

95La structure 81, de forme circulaire d’environ 1 m de diamètre, présente un profil en cuvette d’une vingtaine de centimètres de profondeur. Sept tessons homogènes, friables, de même nature que ceux de la structure 64, permettent son attribution culturelle au Néolithique récent. Quelques débris de silex brûlé complètent ce maigre inventaire.

96La structure 131, d’un diamètre d’environ 80 cm et profonde d’une quarantaine de centimètres, possède des parois plus abruptes (figure 31). Quatorze tessons épais à coloration rosée, tant en surface externe qu’interne, sont à rapprocher de ceux de la structure 64. L’industrie lithique est composée de onze éclats, quatre fragments d’éclats et cinq débris thermiques.

97Enfin, la structure 91 comprend 64 tessons dont deux bords peu caractéristiques et un gros fragment de fond plat épais. Le dégraissant est composé de petits fragments de silex. Il s’agit des éléments les plus récents de la fosse qui contient par ailleurs quelques éléments résiduels plus anciens. L’attribution au Néolithique récent de la totalité du contenu de cette structure n’est donc totalement assurée. L’industrie lithique est composée par deux petites lames, cinq éclats dont un cortical et un nucléus à lamelle. Le matériel de mouture est représenté par un fragment de meule en grès. Elle a aussi livré une portion de branche mandibulaire sans dents d’un porcelet, une esquille diaphysaire de tibia d’un autre jeune suidé, en très mauvais état et sectionnée au niveau de la crête tibiale, ainsi qu’une esquille diaphysaire de fémur du même animal, un lobe de molaire de chèvre ou de mouton, trois esquilles indéterminables, issues de la découpe bouchère et une esquille diaphysaire d’os long brûlé d’un grand herbivore, probablement un bœuf. Parmi ce lot figure également un produit de débitage osseux dont un des bords montre une plage d’abrasion avec des traces de polissage et des retouches. Comme le montre le contenu de cette structure, les restes osseux représentent à l’évidence les déchets de cuisine ainsi que les déchets de fabrication de l’industrie osseuse. Les espèces qui composent cette fosse sont par ordre décroissant : le porc (Sus domesticus, deux individus, un jeune et un jeune-adulte), le bœuf (Bos taurus ? un individu), le mouton ou la chèvre (Ovis/Capra, un individu) (figure 30).

Figure 31 – Ivry-sur-Seine, ZAC Grand Ciel, ilot Sadillek (Val-de-Marne). Plans et coupes des structures 81 et 131.

LE PARADOXE DE LA DOCUMENTATION

98Lorsque l’on tente de mettre tous les éléments de cette documentation en perspective, on constate que deux idées principales se dégagent : d’un côté une relative indigence et de l’autre, paradoxalement, une réelle variété. D’une part, le nombre d’habitats découverts sur près de 70 km de vallée est encore particulièrement faible. Ainsi, en rapportant les huit sites majeurs à la durée du Néolithique récent on dispose en moyenne d’à peine plus d’un site par siècle. En d’autres termes, la documentation est encore lacunaire et nécessite beaucoup de réserve quant aux résultats de son analyse. D’autre part, malgré le peu de données, il n’y a pas deux sites identiques lorsque l’on tient compte des éléments qui les caractérisent.

Localisation topographique

99Les données rassemblées montrent peu de récurrences à l’échelle de la vallée en ce qui concerne les critères qui président aux choix des implantations. On compte trois sites de plateau : Mareuil-lès-Meaux, Claye-Souilly et Chelles, ZAE de la Tuilerie. Le premier est implanté sur des sols limoneux à quelques dizaines de mètres du rebord de plateau surplombant la vallée, le deuxième sur des sols plus marneux dans un paysage au relief nettement moins accentué et le troisième dans une étroite plaine marneuse encadrée par des buttes témoin. Ce type d’implantation est encore peu documenté pour le Néolithique récent. Néanmoins, le site de plateau étudié à Lieusaint, le Champtier-à-Cailles (Seine-et-Marne) montre qu’il ne s’agit pas de cas isolés (Monchablon et alii, ce volume). Dans la vallée, les autres sites occupent des positions et des paysages tout aussi variés. Jablines est situé en limite de terrasse supérieure sur des colluvions sableuses alors que Luzancy, Maisons-Alfort et Ivry-sur-Seine sont implantés en basse terrasse sur des terrains alluviaux. Il s’agit là encore de positions topographiques déjà relevées sur d’autres sites comme celui de Rueil-Malmaison, les Coteaux-de-la-Jonchère à la base d’un coteau (Hauts-de-Seine, Cottiaux et alii, 1998) ou de Cuiry-lès-Chaudardes, les Fontinettes pour la basse terrasse (Aisne, Constantin et alii, ce volume). Enfin, les sites de Vignely et de Chelles, 30/32 rue Gustave Nast, montrent que les berges de la rivière sont également des terrains exploités à cette époque, comme en témoignaient déjà les études menées sur les paléochenaux de la station d’épuration à Lacroix-Saint-Ouen (Oise, TALON et alii, 1995) ou de Paris, Bercy (Lanchon dir., 1998). Cette diversité des localisations implique l’exploitation de biotopes variés et la proximité de matières premières différentes d’un site à l’autre.

100Les tombes collectives occupent des positions tout aussi variées que les habitats depuis le fond de vallée (Vignely, la Porte-aux-Bergers) jusqu’au sommet des buttes témoin (Lesches, Montigny-Esbly). Puisqu’il s’agit de structures construites pour durer, leur localisation est tout sauf anodine. Par conséquent, la variété des lieux d’implantation tant domestique que funéraire reflète moins l’existence d’une norme spécifique au Néolithique récent que l’importance du peuplement de la basse vallée de la Marne à cette époque.

Extension des sites

101L’évaluation de la superficie de chacune de ces occupations dépend de la localisation des données dans les fenêtres de décapages et du contexte archéologique. Sur la base des structures excavées, ce calcul est assez limité. À Chelles, ZAE de la Tuilerie, l’occupation réduite à l’existence d’une seule fosse semble très ponctuelle. Également limitée à une fosse, celle de Mareuil-lès-Meaux est peut-être plus importante si l’on tient compte des lambeaux de niveaux dispersés sur la surface décapée. Avec plusieurs fosses, celle de Claye-Souilly s’étend de façon certaine sur au moins 600 m2, mais plusieurs éléments mal datés permettent d’envisager quelle est plus importante.

102Les sites de Maisons-Alfort et de Jablines n’ont pas livré de structures excavées et l’estimation de leur extension repose uniquement sur la répartition spatiale des vestiges en couche. Elle ne dépasse guère quelques dizaines de mètres carrés à Maisons-Alfort, mais en limite de décapage et elle atteint un minimum de 2000 m2 sur Jablines. La situation rencontrée à Luzancy est un peu plus intéressante (figure 2). Le site a livré trois fosses localisées à moins de 20 m de la limite nord-est du décapage. On pourrait donc penser que l’occupation est réduite à ces excavations, c’est-à-dire une superficie ne dépassant pas quelques dizaines de mètres carrés, ou envisager qu’elle se poursuive au-delà des limites de décapage, plutôt vers le nord-est. Pourtant, l’existence de lambeaux de couches contenant du mobilier montre que l’occupation couvre au minimum 1000 m2 de superficie et que son extension se fait en partie vers le sud-est. Par conséquent, sur des terrains sans lambeaux de couche, trois fosses ne sont pas nécessairement anecdotiques et peuvent représenter les derniers vestiges de tout un site. De ce fait, on est conduit à s’interroger sur la représentativité des fosses uniques découvertes à Chelles, ZAE de la Tuilerie, Mareuil-lès-Meaux et Vignely. De plus, l’évaluation a été faite a minima. En effet, il existe sur plusieurs de ces sites des structures non datées mais potentiellement néolithiques, lesquelles évidemment ne sont pas prises en compte dans le calcul de la surface couverte.

103En définitive, si les sites apparaissent dans l’ensemble plutôt petits, aucun d’entre eux n’est vraiment délimité de sorte que l’on ne peut statuer sur leurs dimensions et encore moins sur leur organisation : occupation ponctuelle ou épisodique, implantation plus pérenne avec unité d’habitation isolée ou regroupement de maisons.

104Cette situation n’est pas spécifique à la basse vallée de la Marne. Dans d’autres secteurs du Bassin parisien, les données indiquent plutôt des lacunes documentaires qu’une répartition limitée des vestiges. Seuls deux sites offrent des informations plus complètes : Presles-et-Boves les Bois-Plantés (Aisne, Thouvenot et alii, ce volume) et Rueil-Malmaison, les Coteaux-de-la-Jonchère. Il s’agit dans les deux cas de sites peu érodés (structures excavées et couche préservée). Leur position topographique particulière a permis le piégeage d’un mobilier abondant réparti sur une étendue dépassant l’hectare. Les fosses et les différentes catégories de mobiliers présentent une répartition spatiale très inégale où des concentrations alternent avec des secteurs beaucoup moins denses ou vides. Des remontages de tessons provenant du remplissage de structures et du niveau archéologique ont été enregistrés sur ces deux sites. Ils montrent que le mobilier piégé ne correspond pas à un rejet spécifique dans les fosses, mais participent à une répartition un peu plus dispersée de concentrations détritiques, de dépotoirs.

Types de structures excavées

105Le seul type récurrent de structures excavées correspond aux fosses de forme circulaire en cuvette peu profonde : Claye-Souilly 3027 et 3109, Luzancy315, Chelles 325 et Ivry-sur-Seine 81 et 131. Ce type a déjà été identifié sur d’autres sites comme Rueil-Malmaison où il représente près de la moitié des structures attribuées au Néolithique récent. Quelle que soit la nature du substrat encaissant, leur forme est simple, tout comme leur comblement. En vallée de Marne, ces fosses livrent des assemblages de mobilier détritique céramique, lithique et macrolithique, ainsi que des restes osseux quand les conditions de conservation le permettent, suggérant la proximité de zones d’activités émettrices.

106La fosse 64 d’Ivry-sur-Seine diffère de ces structures par sa forme ovale en surface, comme par la forme de son profil plus marqué. La présence d’une quantité abondante de pièces en grès comprenant notamment des fragments de meules et des molettes la distingue également.

107Le profil de la fosse 3033 de Claye-Souilly ressemble à celui de silos connus à d’autres époques. Mais, faute de tamisage des sédiments, aucune étude carpologique n’a pu être entreprise. Dans ce cas, une fonction orientée vers le stockage de grains ne peut être ni démontrée, ni invalidée. Si le mobilier qui provient de son remplissage est de même nature que celui des fosses en cuvettes, son profil à fond plat et à ouverture rétrécie est radicalement différent. Il faut donc clairement dissocier ces deux types de fosses qui n’ont sans doute pas la même fonction. La fosse 3033 représente l’unique exemplaire de la vallée et n’a pas non plus d’équivalent direct sur d’autres sites du Néolithique récent du Bassin parisien.

108Le troisième type de fosse est encore un exemplaire unique en vallée de Marne. Il s’agit de la fosse 264 de Vignely. Sa forme cylindrique et sa profondeur d’environ un mètre sont des caractères morphologiques qui l’éloignent des deux types précédents. La fonction précise de cette structure n’est pas déterminée, si ce n’est qu’elle est le réceptacle d’un mobilier abondant et homogène indiquant la pratique de diverses activités dont le dénominateur commun semble être la chasse. Son existence pourrait donc résulter d’un usage particulier assez éloigné des activités pratiquées quotidiennement sur un habitat. En dehors du secteur de la vallée de la Marne, les fosses 21, 25 et 47 du site de Presles-et-Boves présentent une morphologie et des dimensions similaires. Néanmoins, ni leur remplissage ni leur mobilier ne sont comparables (Thouvenot et alii, ce volume).

109La grande fosse 50078 de Mareuil-lès-Meaux représente également un exemplaire unique dans le secteur. C’est une fosse aménagée, que la forme, les dimensions et le rythme alterné du comblement distinguent des autres types. Sa fonction n’est pas plus déterminée que les précédentes, mais la composition de l’assemblage lithique comportant notamment de nombreux témoins de façonnage de pièces bifaciales signale la pratique d’une activité spécifique à cette occupation plutôt orientée vers le travail de matières végétales.

110Il existe un écueil majeur à la compréhension de la nature de chacun de ces sites car aucune construction sur poteaux plantés n’a été décelée (bâtiment ou palissade). À Jablines et Maisons-Alfort, le contexte sédimentaire est peut-être à incriminer. Constitué d’une couche de sédiment plus ou moins dilatée, fortement anthropisée et marquée par l’action de la pédogenèse, il rend donc particulièrement difficile la détection de structures en creux aussi fugaces. Cette situation est en quelque sorte comparable aux difficultés d’identification des trous de poteau dans “les terres noires” des milieux urbains historiques. Sur les sites plus érodés où les structures apparaissent directement sous le sol brun actuel (Claye-Souilly, Mareuil-lès-Meaux, Chelles et Luzancy), les excavations non datées sont nombreuses. On remarque parmi elles un certain nombre de trous de poteau, pas toujours isolés, comme la structure 3111 de Claye-Souilly. L’absence de trous de poteau identifiés et datés n’est donc pas nécessairement synonyme d’absence de bâtiment ou d’enclos.

111Par ailleurs, ce problème n’est pas une spécificité du Néolithique récent de la basse vallée de la Marne. Il se pose plus largement à l’échelle du Bassin parisien et concerne, à des degrés divers, toutes les époques comprises entre la fin du Néolithique ancien et la fin de l’Âge du Bronze moyen. Cette question n’a pas encore trouvé de réponses, même si trois raisons principales sont le plus souvent évoquées. L’absence de plan de bâtiments peut-être liée à des changements structurels du bâti, par exemple le remplacement des fondations sur poteaux plantés par d’autres techniques dont les vestiges sont plus fugaces. Toutefois, cette première hypothèse n’est pas totalement satisfaisante dans la mesure où quelques structures sur poteaux ont été découvertes pour différentes époques : Paris, Bercy pour le Néolithique moyen, Lesches, les Prés-du-Refuge (Seine-et-Marne), pour le Bronze ancien/moyen (Brunet et alii, 2004a). Pour le Néolithique récent, on peut citer comme exemples parmi les plus proches, les cas de Sagy, sur Ambrimont (Val-d’Oise, Letterlé, Martinez, 1985) et de Dampierre-le-Château, Liévaux (Marne, Dugois et alii, 2002). On peut ainsi envisager qu’il existe peut-être une diversification des techniques de construction mais pas un remplacement complet. La deuxième raison tient compte du fait que le problème se pose pour pratiquement tout le Néolithique et une grande partie de l’Âge du Bronze, soit un intervalle chronologique de plus de 3 000 ans, quel que soit le contexte topographique des sites. On peut donc s’interroger sur l’impact des conditions spécifiques d’évolution taphonomique et pédologique des terrains entre 4 600 et 1300 av. n. è. et avancer qu’elles sont encore insuffisamment maîtrisées. La troisième raison évoquée, en partie liée à la précédente, concerne les difficultés de reconnaissance des sites et des structures et une certaine inadaptation des méthodes de décapage et de fouille. Enfin, la combinaison de ces trois raisons peut également être envisagée.

Le mobilier

112Il se caractérise par les faibles quantités découvertes. Malgré l’existence de lambeaux de niveau archéologique sur la moitié des gisements, on ne compte environ que 19 kg de céramique, 18 kg de silex, 24 kg de restes fauniques et moins de 10 kg de grès et de calcaire, soit à peine 70 kg de vestiges au total. Ce nombre est insignifiant comparé à la tonne de mobilier mise au jour sur le seul site Villeneuve-Saint-Germain de Jablines, la Pente-de-Croupeton. Dans le même temps ce n’est pas un corpus homogène, à commencer par sa répartition par site puisque par exemple la fosse 264 de Vignely représente à elle seule plus de 60 % du silex et 90 % des ossements et des bois de cerfs.

113Le corpus céramique comporte environ 70 vases dont une dizaine est exploitable du point de vue typologique. Bien que faible, cet effectif n’est pas négligeable pour autant puisque le nombre de poteries du Néolithique récent connu dans le secteur se résumait aux deux récipients découverts dans la sépulture collective de Vignely, la Porte-aux-Bergers. Il permet surtout de constater une remarquable diversité. Les pâtes peuvent contenir du sable alluvial, du quartz, du silex pilé ou de la chamotte. Si certaines céramiques sont épaisses et conformes aux canons admis pour le Néolithique récent, il en existe d’autres plus fines. Les formes représentées se répartissent équitablement dans les deux grandes catégories morphologiques que sont les vases à col et les vases sans col, mais offrent des différences significatives au niveau du type. Enfin, le corpus comporte majoritairement des poteries de dimensions moyennes (entre 15 et 20 cm de diamètre) mais d’autres plus petites ou plus grandes sont désormais documentées.

114Concernant l’industrie lithique, les assemblages par fosse montrent des associations disparates, chaque structure reflétant une fraction de la culture matérielle. On constate que le recours au silex local est la règle et que le silex exogène reste très exceptionnel. La production d’éclats vise à obtenir par percussion directe au percuteur tendre des produits larges qui sont fréquemment corticaux. L’outillage, peu important mais typologiquement varié, est composé de grattoirs, micro-denticulés, denticulés et d’éclats retouchés. La production laminaire est insignifiante à Mareuil-lès-Meaux, mais elle est plus conséquente à Claye-Souilly et Vignely. Les lames ont été obtenues par percussion indirecte. Les produits entierssont rares et l’outillage est composé d’armatures tranchantes, de lames à troncature et d’un mésial de lame encochée. La production bifaciale n’est attestée que sur le site de Mareuil-lès-Meaux. Plutôt qu’une réelle production de lames de haches, il semblerait qu’il s’agisse d’une production de pièces bifaciales dégageant une arête, futur tranchant actif. Les haches polies, quant à elles, sont exclusivement en silex tertiaire. Absentes à Claye-Souilly, on en trouve deux exemplaires fragmentés à Luzancy et une entière à Mareuil-lès-Meaux. Les haches retaillées sont fréquentes, mais une seule possède encore un méplat latéral. Les productions d’éclats et de lames n’ont pas été débitées à proximité immédiate des structures qui ont livré le mobilier lithique, à l’inverse de la petite production bifaciale de Mareuil-lès-Meaux mise en œuvre localement. Les haches sont peut-être réalisées dans des ateliers comme celui de Coupvray.

115La meulière, le calcaire et différentes sortes de grès (quartzitique, ferrugineux, à ciment calcaire...) s’ajoutent à la liste des matières premières lithiques exploitées. Elles ont été utilisées pour produire un macro outillage, dont les éléments (percuteurs, abraseurs à rainures, broyon-percuteur, meules et molettes) sont les premiers à être identifiés pour le Néolithique récent en basse vallée de Marne. L’emploi de différents matériaux sur Vignely, comme le calcaire ou le grès ferrugineux, et la conception opportuniste des outils de broyage (Brunet et alii, ce volume), diffèrent de la situation rencontrée à Ivry-sur-Seine.

116La faune sauvage est prépondérante à Vignely, en relation avec la spécificité de la fosse 264, mais elle est bien plus discrète sur les autres occupations. Malgré la faiblesse de l’échantillon, on note que plusieurs espèces domestiques sont élevées et consommées. Les espèces principales sont d’abord le bœuf puis le porc à Luzancy et dans l’ordre inverse à Mareuil-lès-Meaux et Ivry-sur-Seine. Dans tous les cas, on note soit l’absence des caprinés (Vignely, Mareuil-lès-Meaux), soit une présence secondaire (Luzancy, Ivry-sur-Seine). En dépit des réserves liées aux effectifs, ce point mérite d’être signalé car il fait écho aux observations faites sur la faune des structures du Néolithique récent de Cuiry-lès-Chaudardes, plus lointaines. En revanche, les assemblages osseux de la basse vallée de la Marne diffèrent sur ce point de celui du site de Sagy dans le Val-d’Oise où le nombre de restes déterminés de caprinés est identique à ceux des suidés (Letterlé, Martinez, 1985).

Durée d’occupation et chronologie

117Les sites de Luzancy, Jablines, Claye-Souilly et Chelles sont implantés ex nihilo, sur des terrains où aucune occupation du Néolithique moyen n’est identifiée. Dans le cas des sites de Mareuil-lès-Meaux, Vignely, Maisons-Alfort et Ivry-sur-Seine, la situation est moins claire puisque l’occupation du Néolithique récent succède à un site du Néolithique moyen. Néanmoins, aucune continuité n’a été observée entre les deux périodes. Les fossés d’enceinte de Vignely ou de Maisons-Alfort, par exemple, sont déjà comblés à la fin du Néolithique moyen.

118C’est à Vignely que la durée d’occupation semble être la plus courte, voire événementielle, si l’on tient compte de l’assemblage mobilier évoquant des activités limitées dans le temps. On ne dispose pas d’informations du même ordre pour les autres sites, il est donc plus difficile de déterminer leur durée d’occupation. A priori, le fait qu’ils puissent être peu étendus avec un nombre limité de structures permettrait plutôt d’envisager une occupation courte. Cependant, le nombre de structures n’est pas nécessairement un critère très probant tant que l’on ne connaît pas leur fonction précise et tant que la relation entre ces fosses et une ou plusieurs unités domestiques n’est pas mise en évidence. Quant à l’étendue des sites, elle dépend des conditions de conservation, lesquelles, dans le secteur, sont ni plus ni moins remarquables que dans le reste du Bassin parisien. D’autre part, on doit tenir compte de l’exemple de Cuiry-lès-Chaudardes montrant qu’il n’est pas garanti que les deux seules fosses de cette occupation soient contemporaines, malgré leur localisation à trente mètres de distance l’une de l’autre (Constantin et alii, ce volume). C’est en définitive le site de Claye-Souilly qui offre les meilleures informations du point de vue du phasage et de la durée d’occupation. En effet, d’une part, les remontages lithiques entre les trois fosses principales leur assurent une certaine contemporanéité et d’autre part, si la fosse 3033 correspond bien à une fosse de stockage, elle pourrait assurer une forme de pérennité à l’établissement.

119La datation des sites repose sur le résultat de quatre mesures radiocarbone et sur les données typologiques. Les dates calibrées se situent globalement entre 3 400 et 2 900 av. n. è. Elles s’étalent sur presque toute la durée reconnue pour le Néolithique récent d’après les données recueillies en sépulture collective dans le Bassin parisien (Chambon, Salanova, 1996b). Mais ces quelques mesures ne permettent guère de dater les sites plus précisément. Tout au plus peut-on mentionner que la date de Luzancy (– 3360 – 3095) couvre à peine le début du xxxie siècle av. n. è. Autrement dit, le mobilier de la structure 315 ne correspond pas à un assemblage des derniers siècles du Néolithique récent.

120Les données typologiques sont un peu plus fructueuses, puisque si la diversité des productions peut exprimer des différences d’ordre fonctionnel, elle peut aussi marquer une évolution chronologique, d’autant que le cadre géographique choisi limite les interprétations en termes culturels par sa faible étendue. Par exemple, le vase 3033-1 de Claye-Souilly ne trouve pas de comparaison satisfaisante dans le répertoire morphologique du Néolithique récent régional, et la forme rétrécie de son ouverture pourrait évoquer déjà des productions du premier Néolithique final. Le cas du mobilier de la structure 264 de Vignely est également intéressant car, à l’inverse, les comparaisons typologiques les plus significatives se font avec le mobilier de la sépulture de Vignely, la Porte-aux-Bergers dont la datation est l’une des plus anciennes pour le Néolithique récent (Brunet et alii, ce volume ; Allard et alii, 1998). Par conséquent, le corpus présenté regroupe des sites susceptibles de couvrir toutes les étapes du Néolithique récent. Autrement dit, plusieurs siècles peuvent séparer deux implantations.

CONCLUSION

121Gérard Bailloud considérait que ‘‘les habitats Seine-Oise-Marne sont certainement extrêmement nombreux ; ce chapitre era néanmoins fort bref, en l’absence quasi complète d’habitats ayant fait l’objet d’exploration méthodique” (Bailloud, 1974, p. 141). L’étude menée sur la basse vallée de la Marne atteste en effet que les habitats du Néolithique récent ne sont pas rares. Mais ils se rapportent à des contextes archéologiques particuliers, caractérisés avant tout par un petit nombre de structures livrant de faibles quantités de mobiliers. Au premier abord, les conditions de piégeage du mobilier ne paraissent pas très favorables. Avec douze structures excavées datées pour huit sites, on note que si le creusement de fosses constitue une pratique courante, ce n’est pas une caractéristique majeure des sites de cette époque, à l’exception notable du domaine funéraire. Toutefois, ce constat ne résulte pas d’une exploration méthodique. Par exemple, aucun des sites présentés n’a été repéré au cours d’un diagnostic. Leur découverte a été réalisée sur des fouilles engagées pour étudier des occupations d’autres périodes présentant une densité de structures plus importante. De sorte qu’aucun d’entre eux n’a été étudié avec l’objectif de répondre aux problématiques spécifiques du Néolithique récent. Leur découverte, plutôt considérée comme secondaire ou anecdotique, relève donc du hasard, et leur identification repose pour beaucoup sur la rigueur et la curiosité des fouilleurs. De plus, les données sont rarement jugées suffisantes pour faire l’objet d’une étude et encore moins d’une publication monographique. Par conséquent, le constat du déséquilibre entre nombre de sépultures et nombre d’habitats, récurrent dans la littérature archéologique, prend ici un sens bien différent.

122Les sites présentés correspondent au renouvellement complet de la documentation du Néolithique récent local. Ils ont livré les premiers restes de faune et les premières pièces macro lithiques du secteur et ont permis l’augmentation significative du nombre de récipients en céramique et de l’outillage lithique et osseux. Ils offrent ainsi de nouveaux éléments qui contribuent à préciser la définition de chacune de ces catégories de mobiliers. Aspect d’autant plus important que la définition des mobiliers conditionne l’identification des sites qui repose aujourd’hui encore sur la seule présence de céramique.

123Ils permettent également de dresser un premier tableau documenté du peuplement au Néolithique récent à l’échelle d’un segment de vallée. La densité des occupations, par exemple, est effectivement importante quand on tient compte de la variété d’implantation des sites et des différents paysages et biotopes exploités. Enfin, ils ouvrent des perspectives d’études sur la fonction des sites et permettent de supposer l’existence d’une structuration complexe des terroirs.

Notes

1 Étude Véronique Brunet.

2 Étude Céline Bemilli.

3 Étude Véronique Brunet.

4 Étude Céline Bemilli.

5 Étude Juliette Durand et Mathieu Duplessis.

6 Étude Paul Brunet.

7 Étude Véronique Brunet.

8 Étude Paul Brunet.

9 Étude Cécile Monchablon.

10 Étude Djillali Hadjouis.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Carte de répartition des sites du Néolithique récent dans la Basse vallée de la Marne(en gras, les sites plus particulièrement étudiés). [Fond de carte : P. Brunet]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Figure 2 – Luzancy, Le Pré-aux-Bateaux (Seine-et-Marne).Plan du site. [Plan : Y. Lanchon]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 1. Limon gris cendreux (traces d’ocre, de torchis rubéfié (ou non rubéfié) nombreux galets brûlés, mobilier)2. Substrat encaissant (grave)Figure 3 – Luzancy, le Pré-aux-Bateaux (Seine-et-Marne).Relevé en plan et en coupe de la structure 315. [Cliché : Y. Lanchon, Inrap]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure 4 – Luzancy, le Pré-aux-Bateaux (Seine-et-Marne). Décompte de la céramique par structure.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 5 – Luzancy, Le Pré-aux-Bateaux (Seine-et-Marne).Mobilier céramique, Néolithique récent. [Dessins : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 6 – Luzancy, Le Pré-aux-Bateaux (Seine-et-Marne), structure 315. 1. Hache polie retaillée ; 2. Hache polie réutilisée en nucléus. [Dessins : E. Boitard-Bidaut]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Figure 7 – Luzancy, te Pré-aux-Bateaux (Seine-et-Marne).Composition des restes fauniques de La structure 315.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure 8 – Mareuil-lès-Meaux, La Grange-du-Mont(Seine-et-Marne). [Plan : J. Durand]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure 9 – Mareuil-lès-Meaux, la Grange-du-Mont (Seine-et-Marne).Relevé en plan et en coupe de la structure 50078.[Cliché : J. Durand, Inrap]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Figure 10 – Mareuil-lès-Meaux, la Grange-du-Mont (Seine-et-Marne).Mobilier céramique de la structure 50078. [Dessins : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 11 – Mareuil-lès-Meaux, La Grange-du-Mont (Seine-et-Marne). Mobilier lithique de la structure 50078 en silex tertiaire LocaL. 1 et 4. Denticulés ; 2. ÉcLat retouché ; 3. Encoche.[Dessins : J. Durand]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 12 – Mareuil-lès-Meaux, la Grange-du-Mont (Seine-et-Marne). Mobilier lithique de la structure 50078 en silex tertiaire local.5. Hache polie reprise ; 6. Ébauche de hache. [Dessins : J. Durand]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Figure 14 – Mareuil-lès-Meaux, la Grange-du-Mont (Seine-et-Marne), industrie lithique en silex tertiaire local. 5. (Concentration 4) et 6. (Décapage zone 2) haches polies ; 7. Hache polie reprise en nucléus (concentration 2) ; 8. Fragment de pièce bifaciale (concentration 2). [Dessins : J. Durand et M. Duplessis]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Figure 15 – Plan du site de Jablines, la Pente-de-Croupeton (Seine-et-Marne).Répartition du mobilier céramique, Néolithique récent. [Plan d’après Y. Lanchon]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 16 – Jablines, la Pente-de-Croupeton (Seine-et-Marne).Mobilier céramique, Néolithique récent. [Dessins : P. Brunet]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 17 – Jablines, La Pente-de-Croupeton (Seine-et-Marne).Mobilier céramique, Néolithique récent. [Dessins : P. Brunet]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-17.png
Fichier image/png, 566k
Légende Figure 18 – Plan du site de Claye-Souilly, les Monts-Gardés(Seine-et-Marne). [Plan : L. Boulenger, Inrap]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Figure 19 – Claye-Souilly, Les Monts-Gardés (Seine-et-Marne).Plan et coupe des structures 3027 et 3109. [Clichés : L. Boulenger, Inrap]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 20 – Claye-Souilly, les Monts-Gardés (Seine-et-Marne). Plan et coupe de la structure 3033. [Cliché : L. Boulenger, Inrap]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 21 – Claye-Souilly, Les Monts-Gardés (Seine-et-Marne).Mobilier céramique de La structure 3033. [Dessin : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Figure 22 – Claye-Souilly, les Monts-Gardés (Seine-et-Marne), structure 3033. 1. Armature tranchante ; 2. Pièce retouchée ; 3. RacLoir ; 4. Remontages. [Dessins : E. Boitard-Bidaut]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 23 – Chelles, ZAE de la Tuilerie (Seine-et-Marne).Plan du site et de la structure 325. [Dessin : X. Rochard, d’après un plan de K. Meunier]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 24 – Chelles, ZAE de la Tuilerie (Seine-et-Marne).Mobilier céramique, Néolithique récent. [Dessin : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure 25 – Maisons-Alfort, ZAC d’Alfort (Val-de-Marne).Mobilier céramique, Néolithique récent. [Dessin : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 26 – Plan du site d’Ivry-sur-Seine, ZAC Grand Ciel, ilôt Sadillek (Val-de-Marne). [Plan d’après les données du Laboratoire départemental d’Archéologie du Val-de-Marne]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 27 – Ivry-sur-Seine, ZAC Grand Ciel, ilot Sadillek (Val-de-Marne). Plan et coupe de la structure 64.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure 28 – Ivry-sur-Seine, ZAC Grand Ciel, ilôt Sadillek (Val-de-Marne). Mobilier céramique néolithique récent. [Dessins : P. Brunet, P. Huard et S. Perrin]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 29 – Ivry-sur-Seine, ZAC Grand Ciel, ilôt Sadillek (Val-de-Marne). Mobilier en grès de la structure 64. [Infographie : C. Monchablon, Inrap]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 31 – Ivry-sur-Seine, ZAC Grand Ciel, ilot Sadillek (Val-de-Marne). Plans et coupes des structures 81 et 131.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16713/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

Auteurs

Inrap, UMR 5197-Archéozoologie, Derniers Chasseurs,
Premiers éleveurs
Muséum d’Histoire naturelle
22 rue Nétien, 76000 ROUEN

Inrap, UMR 8215-Trajectoires 32 rue Delizy, 93500 PANTIN

Inrap, UMR 8215-Trajectoires 32 rue Delizy, 93500 PANTIN

UMR 7041-ArScAn
7/9 rue Guy Moquet, 94800 VILLEJUIF

Laboratoire départemental d’Archéologie du Val-de-Marne 7-9 rue Guy Moquet, 94800 VILLEJUIF

© ARTEHIS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search