Version classiqueVersion mobile

La fin du IVe millénaire dans le bassin parisien

 | 
Richard Cottiaux
, 
Laure Salanova

Première partie

L’occupation du Néolithique récent du site de Champtier-à-Caille à Lieusaint (Seine-et-Marne) et Saint-Pierre-du-Perray (Essonne)

Cécile Monchablon, Richard Cottiaux et Sandrine Henry-Duplessis

Résumé

Le site de Lieusaint, Champtier-à-Caille est localisé au sud-est du Bassin parisien, au sommet du plateau de Sénart. Il se présente sous la forme d’un paléosol conservé sur une surface restreinte et sans organisation spécifique décelée. Les vestiges recueillis dans ce niveau archéologique le datent du Néolithique récent et confèrent à l’occupation le statut d’habitat. L’intérêt de ce site est de plusieurs ordres. C’est le premier site d’habitat du Néolithique récent fouillé dans ce secteur géographique. Sa découverte permet d’affirmer que les formations de paléosols ne sont pas l’apanage des sites de fond de vallée. Enfin, les études de mobilier permettent de compléter la documentation encore trop lacunaire à ce jour pour les sites d’habitat de cette période du Néolithique.

Texte intégral

1Le site de Champtier-à-Caille se trouve au sud-est du Bassin parisien, à cheval sur Lieusaint (Seine-et-Marne) et Saint-Pierre-du-Perray (Essonne), communes intégrées à la Ville Nouvelle de Sénart.

2La construction d’un bâtiment dans le cadre d’aménagements de la Ville Nouvelle a motivé des opérations d’archéologie préventive. La fouille d’une petite surface de 2 600 m2 a mis au jour un niveau d’occupation daté du Néolithique récent. La rareté des vestiges de cette période dans le secteur – par ailleurs largement étudié –, l’implantation du site sur plateau et l’absence de structures excavées donnent à cette occupation un statut singulier. La mise en place et la nature de ce site sont l’objet de cette présentation.

L’ENVIRONNEMENT GÉOMORPHOLOGIQUE : UN SITE DE PLATEAU

3Le site est localisé en rive droite de la Seine (figure 1), en face de Corbeil-Essonnes, à une altitude moyenne de 86 m (NGF), sur l’extrémité occidentale du plateau de la Brie française, vaste plate-forme largement entaillée par les vallées de la Seine et de l’Yerres. C’est une pénéplaine d’âge tertiaire constituée par l’entablement monotone des calcaires de Brie (Stampien inférieur ou Sannoisien) recouverts par un manteau de formations quaternaires d’origine éolienne. Les sables et grès de Fontainebleau (Stampien supérieur) ne sont conservés que sous la forme de micro-buttes témoins et peuvent culminer à 100 m (figure 2 en haut).

4Les formations éoliennes sont ici représentées par des placages de limons de plateaux dont la puissance peut atteindre 1 m d’épaisseur dans le secteur, mais qui sont amplement érodés sur le site même. Ainsi, le substrat sannoisien (tertiaire) affleure directement sous la terre végétale sous la forme de l’argile à meulière de Brie, comportant des blocs de meulière caverneuse gris à roux, très durs et parfois pluridécimétriques, et des rognons de silex englobés dans une matrice argileuse gris verdâtre à rouille.

5De façon générale sur le plateau, le substrat d’argile à meulière favorise la stagnation des eaux d’infiltration. Le paysage autour du site, sur l’emprise du Carré-Sénart, correspond à une sorte de bassin de réception des eaux.

Celles-ci s’écoulent ensuite jusqu’à la Seine, via les nombreux rus qui creusent le plateau de Sénart en de petites vallées peu encaissées : le ru des Hauldres, le ru de Balory, le ru des Près-Hauts... Ces derniers suivent la pente naturelle du plateau, du nord-est vers le sud-ouest. Celui de Servigny, le plus proche du site, coule à moins de 1 km au nord de la parcelle étudiée (figure 2 en bas).

6Ce cadre est donc propice à une implantation humaine grâce à la proximité de cours d’eau et de diverses autres ressources : argiles, rognons de silex, blocs de grès, terrains cultivables, forêts...

LE CONTEXTE ARCHÉOLOGIQUE : UNE NAPPE DE LIMON JAUNE

7La particularité du site réside dans la présence d’une couche de limon gris jaune homogène intercalée entre la terre végétale et le limon orangé encaissant. Cette couche de limon recèle le mobilier du Néolithique récent et constitue donc l’objet de notre étude (figure 3).

Figure 1 – Localisation du Carré-Sénart et de la parcelle fouillée. [Fond IGN 1/25000e]

Figure 2 – Présentation topographique, hydrographique et coupe géologique du plateau de Sénart.
[Haut : infographie : F. Marti, Inrap, 2003 d’après F. Bourdier, 1969 ; Bas : M. Laurent, 1994, S. Robert/L. Costa]

8Sur le plan, on distingue nettement la présence de nombreux blocs de grès dont les plus volumineux peuvent atteindre 3 m de long. Ce sont probablement des reliquats d’une butte stampienne érodée.

9La nappe de limon gris jaune présente un certain nombre de caractéristiques :

  • elle se présente sous la forme d’une bande allongée dans l’axe de la légère pente sud-nord de la parcelle ;

  • sa composition est très homogène dans toutes les coupes où elle a été observée ;

  • son profil général s’apparente à une forme de cuvette, avec une “remontée” très douce de ses bords (lecture de ce phénomène plus franche sur sa limite ouest, figure 4) ;

  • elle ne dépasse pas 30 cm de profondeur au centre ;

  • le mobilier archéologique qu’elle contient se présentait le plus souvent à plat, et majoritairement à son sommet, dans les dix premiers centimètres ;

  • celui-ci n’est pas altéré par des actions mécaniques : pas d’aspect roulé ni de la céramique ni du silex ; pas de trace de rouille sur le silex;

  • il l’est en revanche par action chimique du sédiment : seul un fragment osseux y a été retrouvé et la céramique est comme “rongée”, rendue extrêmement poreuse et fragile ;

  • aucun type de structuration spatiale n’a pu être mis en évidence : ni concentration particulière de mobilier, ni structure fossoyée directement associée ;

  • elle a livré 454 éléments, tous types de mobilier confondus, formant un petit corpus homogène.

Figure 3 – Plan du site et répartition du mobilier néolithique en surface de décapage.
[Topographie et dessin : M. Belarbi, C. Monchablon, L. Vallieres, Inrap]

Figure 4 – Reconstitution de coupe de la tranchée 5.
[Infographie : C. Monchablon, Inrap, 2005]

10Notons ici qu’un segment de fossé (st. 4) étroit, peu profond et longeant la limite ouest de la nappe pourrait appartenir à cette occupation sans qu’on puisse l’assurer.

11Une étude sédimentaire (Julia Wattez) à partir de lames minces montre que la dynamique de comblement de la dépression est de faible énergie et résulte d’apports graduels de limons sableux, issus d’horizon de subsurface et transportés à l’état boueux, alternant avec de petits épisodes de stabilité marqués par le développement de l’activité biologique (couvert végétal bas). Le limon gris jaune renferme par ailleurs des débris de matériaux façonnés en terre et riches en fragments végétaux, de type torchis fortement altérés. L’enregistrement sédimentaire de l’occupation néolithique pourrait indiquer une fréquentation du site de faible intensité.

LE MOBILIER ARCHÉOLOGIQUE

12Les études des artefacts retrouvés dans le limon gris jaune attestent qu’il s’agit bien d’un niveau homogène d’un point de vue chrono-typologique et attribuable au Néolithique récent.

13La fouille de ce niveau a été essentiellement pratiquée à la pelle mécanique. Cette technique a permis de collecter le maximum de vestiges. Cependant, bien qu’opérée par passes fines, elle a dû masquer les petites pièces. L’absence d’esquilles de silex ou de petits tessons de céramique fine est peut-être imputable à cette méthode de fouille.

Le mobilier céramique

14Les vestiges céramiques découverts dans le niveau de limon gris jaune forment un petit corpus de 192 tessons pesant 3,516 kg. Il s’agit d’un mobilier très fragmenté. De fait, le corpus ne comporte aucun vase entier ni même de vase fragmenté à profil complet et se compose, pour les éléments les plus diagnostiques, de quinze fragments de bords, neuf fragments de fonds et un fragment portant un élément de préhension (figure 5).

15Les bords dessinés permettent d’identifier plusieurs types de récipients : des vases de dimensions importantes (n° 1), de dimensions moyennes (n° 2) et de dimensions plus réduites (n° 7). Malgré la modestie des tessons et par conséquent l’imprécision de l’orientation des bords, on observe la présence de vase à ouverture cylindrique ou très légèrement tronconique (n° 1) et des vases à ouverture rétrécie avec (nos 2 et 5) ou sans façonnage d’un bord éversé (n° 7). Les bords sont terminés par une lèvre arrondie, excepté le vase n° 7 dont la lèvre est nettement amincie.

Figure 5 – Lieusaint, Champtier-à-Cailles (Seine-et-Marne).
Éléments céramiques. [Dessins : R. Cottiaux, Inrap, 2005]

16Tous les fonds identifiés sont plats (nos 11 à 14). Le vase n° 11 a un fond plat très épais de plus de 3 cm. Le fond du vase n° 14 est légèrement débordant. Le n° 13 porte à la base de la panse d’importantes traces laissées au moment du façonnage.

17Les seuls éléments rattachables à du décor ont été identifiés sur les vases nos 3 et 4. Ces derniers portent une sorte de cannelure, large d’environ 2 cm, qui est relativement superficielle, mais suffisamment importante pour avoir provoqué une déformation du bord et marqué la séparation entre le haut de panse et l’ouverture.

18L’élément de préhension correspond à une sorte de large bouton appliqué sur la paroi (n° 10). Il est peu développé et de forme irrégulière.

19Cette production correspond à une céramique assez lourde, épaisse, de couleur homogène : brun orangé (rouille) pour la surface externe, brun orangé, noir ou gris dans la tranche et brun orangé (rouille) ou brun foncé sur la surface interne. La structure de la pâte est très grumeleuse. Elle contient en inclusion des grains de chamotte, parfois abondants, et des grains de sable grossier, de quartz, ou de roche siliceuse de forme arrondie ou plus anguleuse en quantité réduite. On reconnaît sur certains tessons quelques traces liées au façonnage comme des irrégularités dans l’épaisseur des tessons ou l’existence de joints de colombins en biseau orientés du haut vers le bas, côté interne des parois. Les surfaces externes et internes sont très dégradées, de sorte qu’il est difficile de reconnaître un type de traitement de surface particulier. Mais, dans l’ensemble, les vases ne semblent avoir fait l’objet que d’un lissage sommaire.

20Il pourrait exister deux variantes de cette production, la première comportant des grains de sable, la seconde n’en contenant pas. Toutefois, leur distinction peut également résulter plus simplement de la petite taille des tessons concernés.

21L’ensemble de ces caractéristiques permet d’apparenter ce corpus aux productions du Néolithique récent datées des derniers siècles du IVe millénaire av. n. è. ou du tout début du IIIe. En effet, il s’agit en premier lieu d’un ensemble céramique homogène découvert avec les vestiges d’une production lithique également homogène, c’est-à-dire une association d’objets typiquement néolithique.

22Ensuite, la présence de fonds plats permet d’exclure une attribution de l’ensemble à des productions antérieures du Néolithique moyen, puisque la généralisation de l’usage du fond plat, en Île-de-France tout du moins, coïncide avec le Néolithique récent (Bailloud, 1974).

23Enfin, si d’un point de vue strictement morphologique, les vases découverts peuvent être associés à différentes étapes de la fin du Néolithique au sens large, voire au début de l’Âge du Bronze, plusieurs éléments permettent d’apporter des précisions. Le premier est d’ordre morphométrique. Deux des quatre fragments de fonds plats mesurent plus de 3 cm d’épaisseur. Il s’agit là d’un caractère singulier que l’on retrouve plus fréquemment dans les ensembles du Néolithique récent que dans des séries postérieures, et il pourrait être un indice à valeur chronologique. Le deuxième élément est d’ordre typologique. Il s’agit des cannelures larges plus ou moins bien marquées et disposées horizontalement sous le bord. C’est un élément caractéristique des productions du Néolithique récent, plus fréquent que le précédent, que l’on retrouve aussi bien sur des poteries déposées dans les sépultures collectives que sur des vases rejetés dans les habitats (Brunet et alii, 2004b). Le dernier élément est d’ordre technologique et correspond aux spécificités de cette production : dégraissant à la chamotte, parois épaisses et finition sommaire. Ces critères sont toujours associés dans les productions du Néolithique récent du centre et de l’est du Bassin parisien (Martineau, 2004). En effet, au Néolithique final, le répertoire des céramiques “grossières” à paroi épaisse est complété par des céramiques plus fines avec traitement de surface poussé et l’usage de la chamotte peut être partiellement ou totalement remplacé par d’autres inclusions.

24L’élément de préhension en forme de bouton, en revanche, n’est pas connu localement en contexte Néolithique récent. Les éléments de préhension en général semblent quasiment absents des assemblages de cette époque dans le centre du Bassin parisien (Cottiaux coord., 2004). Ce secteur géographique se différencie de ce point de vue du Centre et du Centre-Est de la France où les éléments de préhension de différentes formes sont plus courants, notamment dans le Horgen et le Groupe du Montet (Giligny, 1995 ; Hamon, 1997). Néanmoins, il existe un tesson muni d’un bouton comparable dans la série céramique découverte à Morains-le-Petit, le Pré-à-Vaches dans la Marne, conservée au musée d’Épernay (Burnez-Lanotte, 1987 ; Martineau, 2004).

25Malgré sa faiblesse numérique et son mauvais état de conservation, le corpus du Champtier-à-Caille constitue un ensemble homogène dont l’attribution chronologique peut être fixée au Néolithique récent. Il s’agit manifestement d’une série d’habitat, si l’on considère la variabilité typologique représentée et son état de fragmentation. Les sites d’habitat du Néolithique récent étant plutôt rares, particulièrement dans ce secteur d’île-de-France où seul le site de Videlles apporte quelques éclairages, cela confère à ce corpus un intérêt que d’emblée on ne lui prêterait guère (Brunet et alii, 2004a). Toutefois, on doit conserver une certaine réserve quant à la précision chronologique de la datation, notamment en regard de la durée pluriséculaire du Néolithique récent.

Le mobilier lithique

26L’assemblage lithique est relativement pauvre : 311 pièces pour un poids de 4 702 g. Il est composé à 80 % de silex sénonien local et à 9 % de silex tertiaire exogène (bartonien) (figure 6). La série est homogène tant sur le plan pétrographique que d’un point de vue technologique et est attribuable au Néolithique récent.

27Le ramassage systématique des objets lithiques et leur relevé dans l’espace ont permis de démontrer l’absence d’amas de taille ou de concentration ; le matériel est réparti de façon lâche sur l’ensemble de la surface fouillée au sein du niveau du limon gris jaune.

28Le matériel est frais et aucune pièce ne présente de trace de rouille. Vingt-six pièces présentent un état de chauffe suffisamment important pour ne pas pouvoir faire la distinction des matières premières.

29Le corpus se caractérise par un schéma opératoire numériquement dominant de production d’éclats, en silex local, avec un objectif de petits produits. Les nucléus se présentent sous la forme de petits rognons globuleux, exploitant la présence de surfaces naturelles planes (figure 7). Un autre schéma, très peu documenté, de moyennes lames et de lamelles (figure 8, nos 1 à 9) offre des produits en grande majorité en silex tertiaire, soit d’apport exogène (figure 8, nos 10 et 11).

Figure 6 – Décompte de la série lithique en fonction des matières premières.

Figure 7 – Lieusaint, Champtier-à-Cailles (Seine-et-Marne), éléments lithiques.
1. Nucléus discoïde ; 2-3. Nucléus à éclats. [Dessins : M. Duplessis ߙ , Inrap, 2005]

Figure 8 – Lieusaint, Champtier-à-Cailles (Seine-et-Marne), éléments lithiques. 1-2. Nucléus à lamelles ; 3-6. Produits laminaires ;
7. Produit lamellaire ; 8. Lame retouchée pour emmanchement ; 9. Fragment de lame à crête ; 10-11. Lames en silex bartonien.
[Dessins : M. Duplessis ߙ , Inrap, 2005]

30Il est à noter l’absence d’esquilles ou de petits éléments de production de moins de 10 mm, mais il faut rappeler ici le mode de collecte du matériel archéologique (pelle mécanique essentiellement) associé aux difficultés techniques pour fouiller manuellement le niveau de limon.

31L’outillage ne représente que 10,6 % de l’ensemble. Les éclats en sont les supports privilégiés à 79 % et ce notamment pour les grattoirs. Les autres outils présentent des disparités de supports beaucoup plus importantes (figure 9).

32Les grattoirs et les grattoirs-racloirs dominent la série (39 %, figure 10, nos 1 et 2) ; suivent les pièces retouchées (33 %, figure 10, n° 3), puis les denticulés (12%, figure 10, n° 4). On note la présence anecdotique d’autres types d’outils : 1 armature tranchante, 1 troncature (figure 10, n° 5), 1 fragment de hache polie (figure 10, n° 6), 1 lame à bords retouchés (pour emmanchement, observations microscopiques : R. Gosselin, figure 8, n° 8) et 2 lames brutes avec poli d’usage (pour l’une, travail d’un végétal ou d’un tissu carné, pour l’autre, travail de la peau avec présence d’un abrasif, observations microscopiques : R. Gosselin).

33Il faut ajouter à ceci, neuf petits blocs ou fragments de blocs corticaux de qualité médiocre, présentant de larges inclusions de plages de silex mal silicifiés et qui ont fait l’objet d’un débitage particulier. Celui-ci pourrait être imputé à de l’apprentissage, avec une totale inorganisation du débitage, une inadéquation du geste révélé par de très nombreuses traces d’impacts imprécis et répétés sur des surfaces impropres à la fracture conchoïdale.

34Malgré la présence de deux fragments et de trois éclats de hache polie, aucun éclat de façonnage de hache n’a été retrouvé dans la série lithique, à la différence d’autres habitats de la même période (Mareuil-les-Meaux, la Grange-du-Mont par exemple).

35L’observation des éclats de mise en forme, d’entretien, de plein débitage et de certaines lames de plein débitage, indique une percussion directe au percuteur dur. Pour six lames, les stigmates indiquent la percussion directe au percuteur tendre.

36L’outillage met bien en valeur les caractéristiques du Néolithique récent du Bassin parisien en contexte domestique, à savoir un outillage sur éclat avec une présence récurrente de grattoirs et de racloirs sur des supports d’éclats massifs en silex local (secondaire). Notons enfin que les outils en silex tertiaire allochtone présentent systématiquement une retouche soignée sur des supports beaucoup plus réguliers, contrairement aux silex sénoniens.

37Cette petite série lithique est homogène tant du point de vue de la gestion des matières premières que de celui des modalités des débitages. Son étude a permis de caractériser une production de petits éclats et dans une moindre mesure, une production laminaire et lamellaire beaucoup moins bien documentée. Les outils sont peu nombreux, et les supports utilisés ne correspondent pas aux intentions premières du débitage. Les haches polies et quelques produits finis sont d’apport allochtone.

38En résumé :

  • la matière première utilisée est locale et secondaire. On y observe l’apport de quelques pièces finies en silex tertiaire exogène ;

  • le laminaire est minoritaire au sein de la production et se caractérise par des pièces de petits modules de
    5 à 10 cm de longueur obtenues exclusivement par percussion directe ;

  • l’outillage se fait de façon dominante sur des éclats, et il s’agit pour près de 80 % de grattoirs larges sur éclats épais.

Figure 9 – Décompte de l’outillage retouché, selon la nature du support et la matière première utilisée.

Figure 10 – Lieusaint, Champtier-à-Cailles (Seine-et-Marne), éléments lithiques. 1. Grattoir ; 2. Grattoir-racloir ;
3. Fragment de lame retouchée ; 4. Pièce tronquée ; 5. Denticulé ; 6. Hache polie. [Dessins : M. Duplessis ߙ , Inrap, 2005]

39– La finalité du débitage (petits éclats fins et réguliers) reste à préciser : on ne les retrouve ni en support d’outils, ni en pièces utilisées. De fait, les objectifs du débitage d’éclats, majoritaires dans la production, restent aujourd’hui inexpliqués.

Le mobilier macrolihique

40Le mobilier lithique autre que le silex débité constitue un faible corpus. Quelques caractéristiques peuvent cependant être esquissées.

41Tout d’abord, il témoigne d’une exploitation des ressources locales : grès stampiens, meulières, silex roulés, calcaires. Ces matières premières sont abondantes à proximité immédiate du site et leur acquisition se fait aisément par technique de ramassage.

42Ensuite, parmi les 20 pièces, 11 correspondent à des outils : 4 percuteurs, 3 fragments d’outils de mouture, 2 outils à surface polie (dont un entier) et 2 fragments trop altérés par la chauffe pour être identifiés. Les surfaces actives de ces outils sont dans l’ensemble marquées et montrent le plus souvent une usure forte. L’outillage semble avoir été utilisé intensivement, et la mouture a nécessité quelques ravivages. Cependant, les profils et volumes de ces outils encore observables sont dans l’ensemble peu modifiés. Ces observations nous font penser à un cycle régulier d’utilisation-entretien des outils mais qui est de courte durée. L’importante fragmentation, la grande proportion de pièces chauffées et la panoplie des outils permettent d’affirmer qu’il s’agit d’une petite série à caractère domestique.

CONCLUSION

43Lieusaint, Champtier-à-Caille est un site sans structuration spatiale évidente et présente de ce fait, à l’instar de nombreux gisements néolithiques, de réelles difficultés de lecture et d’interprétation. Bien que le contexte de découverte – un niveau archéologique – ne soit pas un ensemble clos, l’absence d’éléments intrusifs diachrones au sein des vestiges collectés permet de définir cet assemblage comme une série archéologique cohérente. En effet, les études, tant du mobilier que sédimentaire, indiquent une réelle homogénéité, et viennent confirmer que la position spatiale et stratigraphique de cet ensemble résulte d’activités anthropiques menées en lieu et place, et non de remaniements post-dépositionnels. La céramique ne présente pas d’aspect roulé, les tessons ont été découverts à plat, et toutes les pièces lithiques sont dans un état frais. La position topographique du site, au sommet du plateau de Sénart, et sa pente très faible rendent caduque toute hypothèse de déplacement massif de mobilier.

44La mise en place et la formation de ce niveau suivent un schéma dépositionnel relativement simple : après avoir été rejeté et abandonné, le mobilier a été recouvert par des apports sédimentaires ultérieurs. Localement, une très légère dépression du terrain a permis, par piégeage, la conservation des vestiges en les protégeant partiellement de l’érosion. On prend la mesure à cet égard de l’impact des pratiques agricoles sur de tels terrains. Il se peut que les alentours de ce lambeau de couche archéologique, moins profondément conservés, aient été plus fortement érodés.

45À défaut de réelle stratigraphie et de datation absolue, l’analyse chronologique du site s’appuie sur une datation relative des artefacts. Ces derniers, malgré des effectifs assez faibles, permettent de proposer une attribution au Néolithique récent. En revanche, ces données sont nettement insuffisantes pour statuer sur l’appartenance du site à une ou plusieurs étapes chronologiques ou même pour fournir aujourd’hui des éléments déterminants au débat sur l’identification de groupes culturels au Néolithique récent.

46Parmi ces vestiges, beaucoup sont ceux que l’on rencontre habituellement sur un site d’habitat, à commencer par les pièces de mouture, les récipients de différents volumes ainsi que l’outillage lithique et les rejets de débitage. Quant à la quasi-absence de restes fauniques, l’acidité importante du substrat local en est l’explication principale. Ce n’est d’ailleurs pas spécifique à ce site puisque ce phénomène affecte de nombreuses occupations de la Préhistoire récente et de la Protohistoire du secteur.

47Si le site de Champtier-à-Caille correspond bien à un habitat, il n’est reconnu, en revanche, que de façon très partielle : un niveau de limon gris jaune non structuré et peu étendu. Quelques structures excavées périphériques à l’emprise fouillée sont susceptibles d’être contemporaines du niveau archéologique néolithique, mais faute de mobilier, leur association avec ledit niveau de limon est loin d’être assurée. Seul, le segment de fossé (st. 4) contenait quelques silex taillés pouvant sans problème être apparentés à ceux issus du niveau archéologique.

48Autrement dit, l’occupation du Néolithique récent ne devait pas se limiter à la seule couche limoneuse. L’habitat fouillé n’est donc probablement pas entier, mais il est difficile de déterminer la partie de l’habitat à laquelle nous avons affaire. Néanmoins, les données recueillies, de nature détritique, signalent un site de très faible ampleur et laissent envisager l’implantation d’une petite communauté.

49La durée d’occupation est également difficile à estimer. L’homogénéité des vestiges archéologiques ainsi que l’utilisation sans doute courte des outils de mouture ne constituent pas des critères suffisants pour la déterminer.

50L’intérêt de cet habitat réside donc principalement dans son classement chronologique au Néolithique récent. En effet, les sites d’habitat de cette période sont encore peu courants et rarement signalés dans les diverses publications. De fait, le décompte est assez rapide : du plus proche aux plus éloignés, on note un site dans le département de l’Essonne, trois indices dans le Val-de-Marne et environ une dizaine de sites en Seine-et-Marne (base de données du PCR IIIe millénaire, Augereau et alii, 2004a ; Salanova coord., 2003). Le faible nombre de sites d’habitat n’est pas une spécificité de cette partie de l’île-de-France, mais un aspect largement généralisable au Bassin parisien. Localement, Lieusaint, Champtier-à-Caille est aujourd’hui le seul site identifié sur les communes de la ville nouvelle de Sénart, le gisement le plus proche demeurant celui des Roches à Videlles (Essonne).

51Des implantations sur plateau au Néolithique récent sont donc déjà connues à Villejuif (Val-de-Marne, Bailloud, 1974), Videlles (Essonne, ibid.), Chelles, ZAC de la Tuilerie (Seine-et-Marne, inédit, fouilles C. Charamond, 2003) et Mareuil-lès-Meaux, la Grange-du-Mont (Seine-et-Marne, Durand dir., 2004). Le site de Lieusaint vient préciser et diversifier l’image que l’on se fait de ce type d’occupation, en montrant que ces gisements ne sont pas uniquement localisés en rebord de plateau, en surplomb des axes de circulation que sont les vallées, mais également dans des zones plus éloignées. Toutefois, cette occupation retrouvée à l’écart de ces grandes voies ne signifie pas isolée. L’exemple de la gestion des ressources en matière première pour l’industrie en silex atteste que le site s’intégre dans des réseaux de circulation : il n’y a pas localement de zone d’approvisionnement connue en silex tertiaire bartonien et pourtant certaines pièces proviennent de ces niveaux géologiques. Les zones les plus proches sont à une trentaine de kilomètres de distance minimum, dans le secteur de confluence Seine/Marne ou dans la vallée de la Marne.

52Le type de contexte archéologique rencontré à Lieusaint n’est spécifique ni au secteur géographique ni à la période récente du Néolithique. Sur cette partie occidentale du Bassin parisien, un tiers seulement parmi la douzaine de sites répertoriés présente des structures excavées clairement attribuables au Néolithique récent. Tous les autres correspondent à des lambeaux de niveaux archéologiques. Et ce constat est similaire pour les sites d’habitat du Néolithique final (Brunet et alii, 2004b), des débuts de l’Âge du Bronze (Billard et alii, 1996) et dans une moindre mesure du Néolithique moyen.

53Le site de Champtier-à-Caille permet cependant d’affirmer qu’on ne peut pas aujourd’hui établir de corrélation entre le type de contexte archéologique et la position topographique d’un site. On connaît, en effet, des sites à structures en creux aussi bien en vallée que sur plateau, et des sites à seul niveau archéologique en vallée, comme cela a été identifié à Rueil-Malmaison, les Coteaux-de-la-Jonchère (Hauts-de-Seine, Cottiaux et alii, 1998).

54L’expérience de cette fouille à l’aide d’un engin mécanique montre que, malgré une perte d’information (de mobilier notamment), elle offre l’avantage de pouvoir documenter rapidement les sites à niveau archéologique, sans recourir à un fastidieux travail manuel, de surcroît pénible dans des sédiments résistants.

55Le bilan est donc positif : la fouille de ce site souligne que les conditions de formation de “paléosols” sont réunies également sur plateau, et surtout, elle permet de compléter la base documentaire, à ce jour encore indigente pour cette époque, des habitats sur plateau et ouvre par là des perspectives de comparaisons intéressantes.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16707/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Figure 1 – Localisation du Carré-Sénart et de la parcelle fouillée. [Fond IGN 1/25000e]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16707/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Figure 2 – Présentation topographique, hydrographique et coupe géologique du plateau de Sénart.[Haut : infographie : F. Marti, Inrap, 2003 d’après F. Bourdier, 1969 ; Bas : M. Laurent, 1994, S. Robert/L. Costa]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16707/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 3 – Plan du site et répartition du mobilier néolithique en surface de décapage.[Topographie et dessin : M. Belarbi, C. Monchablon, L. Vallieres, Inrap]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16707/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 4 – Reconstitution de coupe de la tranchée 5.[Infographie : C. Monchablon, Inrap, 2005]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16707/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 5 – Lieusaint, Champtier-à-Cailles (Seine-et-Marne).Éléments céramiques. [Dessins : R. Cottiaux, Inrap, 2005]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16707/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 6 – Décompte de la série lithique en fonction des matières premières.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16707/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 7 – Lieusaint, Champtier-à-Cailles (Seine-et-Marne), éléments lithiques.1. Nucléus discoïde ; 2-3. Nucléus à éclats. [Dessins : M. Duplessis ߙ , Inrap, 2005]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16707/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure 8 – Lieusaint, Champtier-à-Cailles (Seine-et-Marne), éléments lithiques. 1-2. Nucléus à lamelles ; 3-6. Produits laminaires ;7. Produit lamellaire ; 8. Lame retouchée pour emmanchement ; 9. Fragment de lame à crête ; 10-11. Lames en silex bartonien.[Dessins : M. Duplessis ߙ , Inrap, 2005]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16707/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Figure 9 – Décompte de l’outillage retouché, selon la nature du support et la matière première utilisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16707/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 10 – Lieusaint, Champtier-à-Cailles (Seine-et-Marne), éléments lithiques. 1. Grattoir ; 2. Grattoir-racloir ;3. Fragment de lame retouchée ; 4. Pièce tronquée ; 5. Denticulé ; 6. Hache polie. [Dessins : M. Duplessis ߙ , Inrap, 2005]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16707/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

© ARTEHIS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search