Version classiqueVersion mobile

La fin du IVe millénaire dans le bassin parisien

 | 
Richard Cottiaux
, 
Laure Salanova

Première partie

La fosse 264 du Néolithique récent de Vignely, la Noue-Fénard (Seine-et-Marne)

Paul Brunet, Marie-France André, Céline Bemilli, Ève Boitard, Véronique Brunet, Renaud Gosselin, Caroline Hamon, Yann Le Jeune, Yolaine Maigrot et Rémi Martineau

Résumé

Une fosse du Néolithique récent a été mise au jour à Vignely, la Noue-Fénard à l’occasion du décapage d’une enceinte du Néolithique moyen, adossée à une paléoberge de la Marne. La structure, cylindrique, dont la fonction primaire n’est pas déterminée, a servi de dépotoir à un mobilier particulièrement riche, composé par ordre d’importance de faune sauvage, de pièces lithiques, d’outillage en os, de matériel de mouture et de céramique. L’étude des vestiges indique la pratique d’activités spécifiquement cynégétiques tournées vers l’exploitation des ressources animales (viande, matière osseuse, fourrure,...). La comparaison du mobilier montre qu’il existe des affinités régionales marquées avec la sépulture collective de la Porte-aux-Bergers de Vignely et l’ensemble d’Isles-lès-Meldeuses. Cet ensemble paraît voué à une pratique cynégétique d’envergure afin de disposer pour un laps de temps indéterminé de matériaux de réserve. Le rejet opportuniste de cette activité dans une fosse a permis de sceller, miraculeusement, un instantané de la vie de ces agriculteurs-éleveurs.

Texte intégral

1Vignely se localise dans le nord du département de Seine-et-Marne, à 6 km au sud-ouest de Meaux, dans la vallée alluviale de la Marne. La Noue-Fénard est implantée à l’entrée du double méandre de Jablines, en rive droite (figure 1). Les vastes terrasses constituées d’épais dépôts alluviaux ont fait l’objet ces dernières années d’intenses exploitations par les sablières. C’est dans ce contexte que plusieurs opérations archéologiques ont été réalisées. Dans un rayon de moins d’1 km autour de la commune, les fouilles, sur plus de 6 ha, ont mis au jour un fort potentiel archéologique (figure 2). Les principaux apports concernent le Néolithique ancien, constitué par 11 unités d’habitations, une enceinte Michelsberg (Lanchon et alii, 2006b), une nécropole du Néolithique moyen I et II (Chambon, Lanchon, 2003), une sépulture collective du Néolithique récent (Allard et alii, 1998). En rappel, une autre sépulture collective a été découverte en 1898 à moins de 1500 m de la Noue-Fénard sur la rive opposée à Lesches, Montigny (Arnette, 1961). Les occupations plus tardives, protohistoriques (Brunet dir., 2006) et mérovingiennes (Bertin et alii, 2003), ont été également mises au jour.

Figure 1 – Localisation géographique de Vignely
(Seine-et-Marne). [Infographie : P. Brunet]

Figure 2 – Localisation des principales opérations archéologiques.
[Infographie : P. Brunet]

CONTEXTE STRATIGRAPHIQUE (Y. LE JEUNE)

2Le creusement de la fosse 264 entaille les sables limoneux formant le sommet de la basse terrasse que l’on attribue classiquement au Weichsélien et plus précisément au Tardiglaciaire. C’est sur cette terrasse que prend place l’ensemble des structures mises en évidence par les opérations archéologiques menées à la Noue-Fénard. Ce creusement et son comblement sont recouverts d’une épaisseur de limons argileux qui sont attribuables à la phase détritique la plus récente observable dans la vallée de la Marne (Le jeune et alii, 2005) (figure 3). C’est le dépôt de ces limons (souvent appelés limons de débordement) qui forme la plus basse terrasse de la Marne et définit son “lit majeur” actuel. La fosse 264 se place donc en limite du lit majeur actuel, sous le niveau des crues que l’on peut observer de nos jours et qui ont, par ailleurs, permis le dépôt des limons qui la recouvrent.

3Le dépôt de ces limons n’a jamais été observé dans la vallée avant 2000 av. J.-C. et semble surtout s’intensifier à partir de l’Âge du Fer. Cet apport détritique massif, au cours d’un interglaciaire, est mis en relation avec l’ouverture du milieu liée aux activités agricoles en vallée de la Marne (Leroyer et alii, 1997 ; Pastre et alii, 2002). Ces apports limoneux, colluviaux et alluviaux, sont observés essentiellement à partir de l’Âge du Bronze en Europe occidentale (Zolitschka et alii, 2003). Ils engorgent le lit des rivières, noient partiellement les paléotopographies alluviales plus anciennes et donnent lieu, dans la vallée de la Marne, à une remontée du niveau de la nappe. Ils engendrent un régime de crues qui permet la mise en place de limons de “débordement” (Le jeune et alii, 2005). Les datations obtenues pour le comblement de la fosse 264 situent cette dernière avant ces changements environnementaux. Elles sont cohérentes d’un point de vue stratigraphique.

Quel environnement pour la fosse 264 ?

4Cette structure entaille des dépôts glaciaires et se trouve recouverte par des limons alluviaux postérieurs au Néolithique. Le niveau de la Marne était, à l’époque du fonctionnement de la structure, plus bas mais surtout le régime des crues que l’on connaît aujourd’hui n’avait pas encore pris place. Si la fosse apparaît de nos jours en zone humide, il n’en était pas ainsi à l’époque. Des variations du niveau de la rivière devaient pouvoir s’observer en fonction des saisons, mais cette structure n’était jamais recouverte d’eau. La zone humide de l’époque s’étendait plus à l’ouest et plus bas, sur les rives de la Marne, marquées pour ces périodes par des dépôts organiques (Le Jeune et alii, 2005).

La fosse (P. BRUNET)

5L’ensemble du décapage de la Noue-Fénard côtoie l’ancienne paléoberge de la Marne. Pendant la fouille, la remontée de la nappe phréatique n’a pas autorisé l’extension du décapage vers la paléoberge (figure 4). C’est dans ce contexte très humide que la structure 264 a été mise au jour. Notons l’absence de tout matériel dans les structures voisines, sauf quelques éléments lithiques en surface de décapage.

6D’un diamètre à l’ouverture de 1,40 m, la structure présente un profil cylindrique sur une profondeur d’un mètre. Sa fonction reste indéterminée (figure 5).

7La dynamique de remplissage montre trois effondrements successifs de parois et le dépôt successif de six principales couches de nature différente (couches 1 à 6). Leur composition varie du limon à l’argile, sauf la couche 3 qui présente trois strates successives très cendreuses. Les différences de colorations ou les petites variations de densité observées ont été décrites en sous-ensembles. Néanmoins, l’étude des vestiges a été entreprise stratigraphiquement selon ces six couches principales.

8Trois prélèvements de sédiments pour une étude carpologique ont été opérés : le premier à la base de la couche 1 et deux dans la couche 3. Ils varient entre 10 et 15 kg de sédiments bruts. Ces prélèvements se sont révélés stériles en macro-restes végétaux ou en micro-faune.

LES VESTIGES

9La composition du matériel n’est pas homogène : le lithique et la faune constituent près des 9/10e du nombre des vestiges. Leur répartition au sein des couches est très variable : 40 % d’entre eux sont en couche 1,30 % en couche 5 et 15 % respectivement dans les couches 2 et 3. La couche 4 est donc quasiment stérile (figure 6).

10La répartition par type de vestige subit aussi des variations ; ainsi le lithique et la céramique sont-ils majoritaires dans la première couche. Au contraire, la faune et l’outillage en grès sont majoritaires en couche 5.

Figure 3 – Coupe schématique présentant le contexte stratigraphique associé à la fosse 264.
[Infographie : P. Brunet]

Figure 4 – Plan général du site de la Noue-Fénard et de la fosse 264.
[Infographie : P. Brunet]

La faune (C. BEMILLI)

11La faune de la structure 264 s’avère tout à fait exceptionnelle, non seulement par son très bon état de conservation, mais aussi par la composition de son spectre faunique. Les interrogations concernant cette structure déconnectée de tout contexte d’habitat étaient de plusieurs ordres. S’agissait-il de l’unique témoin d’un habitat ou son aspect unique reflétait-il une autre réalité ? Auquel cas, à quel évènement ou activité correspondait-elle ? La faune devrait permettre, dans un premier temps de définir la nature des animaux consommés (sauvage versus domestique) et par conséquent les modalités d’approvisionnement carné des Néolithiques à l’origine de ce dépôt/rejet afin de participer, dans un deuxième temps, à la réflexion sur les questions précédemment énumérées.

12Le premier constat opéré sur le matériel faunique de la fosse 264 est son excellente préservation. Aucun stigmate d’intemporisation n’a été observé, ce qui indique que le matériel n’a pas séjourné à l’air libre. Les surfaces sont très peu altérées par la dissolution et les traces de radicelles, tandis que celle dues à l’action des carnivores – la responsabilité des porcs semble pouvoir être écartée dans ce cas précis – ne touche que 1,4 % des restes. Il s’agit pour la plupart de traces de crocs ou de rognage faites par un carnivore de petite taille. De plus, si les parties squelettiques sont inégalement représentées, toutes sont documentées et même les plus fragiles comme les vertèbres (Brain, 1981) présentent un état de surface parfaitement préservé.

13Ces divers éléments permettent de minimiser le rôle des attaques post-dépositionnelles et amène à envisager que les vestiges osseux ont été recouverts rapidement après leur dépôt dans la structure. La faune présente, en revanche, une patine évoquant une conservation en milieu humide, cohérente avec la proximité de la paléoberge de la Marne (cf. supra).

14Le faible impact de ces altérations post-dépositionnelles a offert une lecture aisée des divers stigmates attribuables à l’homme (trace de combustion, de découpe, utilisation de l’os comme matière première...) et a permis une estimation fiable et précise des diverses étapes ayant contribué à la mise en place de cet ensemble faunique.

Figure 5 – Coupe et dynamique de remplissage de la structure.
[Infographie : P. Brunet]

Figure 6 – Répartition des différents vestiges en nombre dans les cinq principales couches.

Présentation du matériel, osseux

15Cinq couches contenaient du matériel faunique, inégalement réparti (figure 7). Excepté une partie du matériel de la couche 1 (dont les surfaces sont plus érodées et la patine blanchâtre), le matériel examiné est très homogène d’une couche à l’autre, tant au niveau de l’aspect que des espèces qui y sont documentées. Les variations du nombre de restes et du poids de restes par couche suivent des fluctuations très proches (figure 7). On remarque cependant la forte prédominance des effectifs de la couche 5.

16Nous présenterons initialement les résultats par couche, de bas en haut, avant de globaliser les données.

Figure 7 – Variation des taux de restes
et de poids de la faune selon les couches en %.

La couche 5

17La couche 5 est celle qui a livré le plus grand nombre de restes osseux (NR = 373 ; PdR = 14176,5 g). Les caractéristiques que nous avons observées dans ce lot le plus riche se retrouveront dans les autres. Plus de 50 % du matériel a été déterminé et six espèces ont été documentées : les bovinés (Bossp.), les suidés (Susscrofa sp.), le cerf (Cervus elaphus), le castor (Castor fiber), l’ours (Ursus arctos) et la loutre (Lutra lutra) (figure 8).

18En terme d’effectifs, les bovinés et les suidés sont les espèces les mieux représentées avec 42,4 % du NRD chacune. Le castor occupe la troisième place avec des proportions bien plus faibles (7,3 % NRD). En termes de poids de restes, les bovinés représentent plus de 70 % du poids total, ceci résultant bien sûr de la taille des animaux mais aussi du fait que ces restes sont peu fragmentés et que beaucoup de portions d’os sont attestées (extrémités entières).

19Tous les segments anatomiques des bovinés et des suidés sont attestés. En ce qui concerne le castor, seul le haut du membre antérieur est absent. Un appariement entre deux fragments de calcanéum et un talus de suidé a pu être réalisé. Les restes de cerfs proviennent de plusieurs segments du squelette et comporte deux talus gauches. Des stries de découpe ont été observées sur toutes ces espèces.

20L’ours est attesté par un métatarse 3 et un métatarse 4, tout deux pathologiques, dont un brûlé. Le troisième reste correspond à une 5e vertèbre cervicale.

21Une hémi-mandibule incomplète de loutre vient compléter cet ensemble.

La couche 4

22La couche 4 n’a livré que 4 restes (PdR : 28 g), tous déterminés. La patine de ses quatre éléments est similaire à celle observée dans les couches sus et sous-jacentes. Il s’agit de deux sésamoïdes et d’un fragment d’os hyoïde de boviné ainsi que d’un fragment d’humérus de suidé.

23Deux incisions courtes mais bien marquées ont été relevées sur l’os hyoïde, attestant le prélèvement de la langue pour le boviné.

La couche 3

24La couche 3 a livré 150 restes dont 52 % ont été déterminés (figure 9). Les bovinés, les suidés et le castor sont les mieux documentés et ce par la plupart des segments du squelette. Le cerf est attesté par une deuxième phalange et deux fragments de radius, de même que l’ours avec une extrémité distale de métapode. Une autre espèce, le renard, est représentée par une hémi-mandibule portant encore la M1. De petites incisions ont pu être enregistrées sur le bord externe du corps de la mandibule, à peu près au niveau de la troisième prémolaire. Elles indiquent le prélèvement de la peau.

La couche 2

25Trois taxons sont présents dans la couche 2 (figure 10). Les bovinés sont encore une fois les plus nombreux avec le suidé tandis que le castor est également documenté.

La couche 1

26La couche 1 comporte manifestement des ossements issus de deux processus distincts. Une partie de ceux-ci présentent une patine similaire à celle des couches sous-jacentes tandis qu’un certain nombre de vestiges ont un aspect très différent : surfaces blanchâtres et poudreuses, plus altérées par des phénomènes de dissolution et par les traces de radicelles. C’est le cas notamment des restes de chevreuils. De plus, la comparaison des données métriques de certaines de ces pièces les distingue nettement du reste du matériel et nous a incité à ne pas les prendre en compte dans la synthèse. Cela est bien illustré par l’exemple de la deuxième phalange de boviné dont quatre éléments semblent appartenir à l’aurochs contre un élément de la couche 1 qui se rapproche des valeurs domestiques (cf. supra, figure 10).

27On distingue dans cet ensemble la présence d’un fragment de coquillage ainsi que du chevreuil en plus des espèces précédemment déterminées (figure 11).

Figure 8 – Composition des restes de faune de la couche 5.

Figure 9 – Composition des restes de faune de la couche 3.

Figure 10 – Composition des restes de faune de La couche 2.

Figure 11 – Composition des restes de faune de la couche 1.

Distinction entre espèces sauvages et domestiques

28La structure se rapportant au Néolithique récent, la distinction entre les espèces domestiques et sauvages devrait être moins délicate que pour les phases plus anciennes pour lesquelles les différences ne sont pas encore marquées. Néanmoins, devant le peu de données concernant le Néolithique récent dans la région, nous avons tenté de cerner au mieux cette question par le biais de comparaisons.

L’aurochs

29La taille imposante d’un certain nombre de restes de bovinés contenus dans la structure laissait présumer la présence d’aurochs. La distinction entre mâles et femelles chez les bovinés restant à ce jour problématique, il n’est pas aisé dans une population préhistorique de démêler les différences de l’ordre du sex-ratio de la distinction entre sauvage et domestique. C’est pourquoi, plutôt que de comparer nos données avec celles, disparates, des populations animales néolithiques, nous avons utilisé le corpus de données réunies par Degerbol et Fredskild sur des populations d’aurochs et de bœufs danois, composé d’animaux entiers et donc parfaitement déterminés, tant du point de vue de l’espèce que du sexe (Degerbol, Fredskild, 1970).

30Les mesures que nous avons pu finalement comparer concernent les premières phalanges, l’extrémité distale de l’humérus et l’extrémité proximale du métacarpe.

31Le diagramme de dispersion concernant les premières phalanges place le site de Vignely dans les valeurs se rapportant à l’aurochs (figure 12). Un élément provenant de la couche 1 se démarque des autres. Nous avions suspecté, lors de l’étude du matériel, que cette phalange ne s’intégrait pas à l’ensemble du matériel de la fosse car elle présentait une patine très différente du reste du matériel. Sa position dans le diagramme de dispersion la démarque nettement des autres ; cependant on remarque qu’elle se situe dans les valeurs correspondant aux femelles d’aurochs. Dans le doute qu’elle ne se rattache pas au même évènement que le reste du matériel, nous l’avons laissée de côté dans l’étude globale.

32Les valeurs concernant l’extrémité proximale du métacarpe placent les deux individus de Vignely dans les valeurs proches de la limite entre les deux espèces, mais elles restent malgré tout plutôt comprises dans les valeurs des femelles d’aurochs.

33Enfin, l’unique valeur concernant l’extrémité distale de l’humérus place plutôt cet individu parmi les aurochs mâles.

34Du fait de la période concernée ici et de la rareté des restes d’aurochs, des prélèvements en vue d’analyse ADN ont été réalisés (Programme Chronobos, ANR Geanimal). Les résultats de ces analyses ne nous sont pas encore parvenues, mais elles permettront de trancher définitivement sur l’appartenance des restes de bovinés.

Figure 12 – Comparaison des mesures des bovinés de la structure 264 avec les aurochs et les bœufs domestiques danois.
[D’après DËGERB0L, FREDSKILD, 1970]

Figure 13 – Comparaison de la hauteur des garrots des suidés de Vignely avec les porcs et les sangliers de divers sites néolithiques.

35Il apparaît, au vu de cette brève analyse métrique, que l’ensemble de faune de Vignely comporte surtout de l’aurochs, mais nous ne pouvons exclure totalement la possibilité d’une présence ponctuelle de restes de bœufs domestiques.

Le suidé

36La même question se pose pour les restes de suidés, la distinction entre sanglier et porc domestique comportant des implications assez différentes pour l’interprétation du site. L’évaluation de la taille au garrot des suidés de Vignely, obtenue sur trois calcaneus entiers, donne des animaux de grande taille qui s’inscrivent clairement parmi les sangliers (figure 13).

37Nous avons comparé les mesures effectuées sur les suidés de Vignely avec celles des sites de Chalain (Arbogast, 1997), Cuiry-lès-Chaudardes (Hachem, 1995) et Louvier (étude A. Tresset, in Giligny dir., 2005). Ainsi, les mesures effectuées sur les extrémités proximales de scapula, les extrémités distales de l’humérus et du tibia, ainsi que celles prises sur les troisièmes molaires se placent-elles dans les valeurs attribuées au sanglier (figure 14).

38En revanche les mesures prises sur le talus placent un individu vers des valeurs correspondant au porc. Le problème est que cette partie anatomique ne s’épiphyse pas et que l’on ne peut exclure que la pièce prise en compte ici appartienne à un animal plus jeune. Quoi qu’il en soit, il semble que les suidés de la structure 264 appartiennent plutôt au sanglier, mais, comme pour les bovinés, peut-être qu’un ou deux animaux domestiques se trouvent dans l’assemblage.

Synthèse

Homogénéité des ensembles

39Comme cela a déjà été souligné, la préservation du matériel de la fosse 264 est exceptionnelle et celle-ci s’est avérée particulièrement homogène d’une couche à l’autre, malgré des effectifs variables. En termes d’effectif, c’est la couche 5 qui a livré le plus grand nombre de restes osseux avec un tiers des effectifs (NRD = 373 ; PdR = 14 176,5 g). Les caractéristiques que nous avons observées dans ce lot ont été retrouvées dans les autres : les restes d’aurochs, de castor et d’ours trouvés dans les couches 2, 3 et 5 présentent les mêmes degrés de préservation et – pour l’ours et les aurochs – des tailles qui laissent penser que les os appartiennent aux mêmes individus. Ceci nous a amené à appréhender les lots compris dans les couches 2 à 5 comme une seule entité archéozoologique.

Figure 14 – Comparaison des mesures des suidés de la structure 264 avec les porcs et les sangliers
des sites de Chalain (Arbogast, 1997), Cuiry-lès-Chaudardes (Hachem, 1995), Louvier (Tresset, inédit).

40Le cas de la couche 1 semble un peu à part : certains éléments semblent pouvoir être intégrés au reste du matériel sans aucun problème (même préservation exceptionnelle, même gabarit des individus) tandis que d’autres présentent une patine très différente (surfaces poudreuses, plus altérées). C’est le cas notamment de restes de chevreuils. De plus, la comparaison des données métriques de certaines de ces pièces les distingue nettement du reste du matériel et nous a incité à ne pas les prendre en compte dans la synthèse. La présence de ce mélange rend très plausible l’hypothèse d’un creusement de la fosse ultérieurement au premier dépôt, hypothèse suggérée par les observations faites lors de la fouille. Une autre particularité de cette couche est qu’elle contient la grande majorité des 15,3 % de restes brûlés dénombrés dans la structure et qu’il s’agit de petits fragments indéterminés (figure 15).

Figure 15 – Pourcentage des restes brûlés par couche (en % NR).

41Le très faible taux d’altération des surfaces, de traces de rongement par les chiens ou les porcs ainsi que la présence de la plupart des parties anatomiques nous permet de dire que nous avons affaire à un rejet primaire non perturbé. De plus, le fait que l’ours soit représenté dans plusieurs des couches nous conforte dans l’idée que l’ensemble des animaux représentés reflète un seul événement plutôt que plusieurs étalés dans le temps.

Le spectre de chasse

Description des effectifs globaux

42L’ensemble homogène de la structure 264 comporte 420 restes déterminés (figure 16), principalement répartis entre les Bovinés (45,5 % NRD), les Suidés (34,8 % NRD) et le Castor (12,6 % NRD). Le Cerf (5,5 %), l’Ours (1,2 % NRD), la Loutre (0,2 % NRD) et le Renard (0,2 % NRD) complètent cette association.

43Un minimum de cinq bovinés a pu être individualisé. Il s’agit de trois adultes au moins et de deux jeunes de moins de 3 ans. Comme l’ont montré les analyses métriques, il ne fait pas de doute que les individus adultes appartiennent à l’Aurochs (cf. supra) et l’un d’eux semble particulièrement robuste. La plupart des éléments squelettiques est attestée (figure 17) ce qui nous permet de rejeter l’hypothèse d’une préparation particulière.

44Le suidé est la deuxième espèce la mieux documentée, tant en NR qu’en poids de restes. Un nombre minimum de quatre individus peut être obtenu avec la troisième molaire inférieure gauche, cependant la confrontation des stades d’usures des séries dentaires et des dents isolées permet de dénombrer un minimum de cinq animaux. Un mâle est documenté par une canine inférieure grillée. La présence d’une exostose sur une troisième phalange documente probablement un individu âgé. La taille moyenne au garrot est de 98,1 cm. Presque toutes les parties anatomiques sont présentes. Les éléments manquants sont certaines côtes, vertèbres thoraciques et lombaires, et surtout, fait plus marquant, toutes les vertèbres cervicales (figure 18). Il est possible que leur absence corresponde à un traitement particulier de la carcasse lors de découpe (séparation par fracturation à ce niveau).

45La troisième espèce est moins courante que les deux précédentes : il s’agit du castor avec 53 restes. Cinq individus (deux adultes et trois jeunes) sont attestés sur la base des fémurs. La plupart des parties squelettiques sont présentes (figure 19), sauf la partie proximale de l’axe vertébral (vertèbres cervicales). Cet animal, qui peut atteindre jusqu’à près de 40 kg (de 12 à 38 kg) représente une part non négligeable de ressource, sans oublier l’attrait que peut représenter sa fourrure. De nombreuses traces de découpes ont été relevées sur leur os. Certaines correspondent au prélèvement de la peau (au niveau du maxillaire et peut-être au niveau des métatarses) mais la majorité indique une découpe des carcasses (désarticulation au niveau des humérus, des radius, des fémurs et des métatarses) et un prélèvement de la viande (présence de stries le long des diaphyses d’humérus). Cet ensemble d’éléments suggère que ces animaux n’ont pas été capturés uniquement pour leur peau mais qu’ils ont également été consommés.

46Les incisives peuvent être utilisées comme outil mais nous n’avons observé aucun stigmate d’utilisation sur celles qui figurent dans l’ensemble étudié.

47Le castor est une espèce récurrente sur les sites néolithiques. Il est généralement documenté par de faibles effectifs sur lesquels l’intervention de l’homme n’est pas toujours attestée. On le trouve, par exemple, sur le site Peu-Richard-de-la-Mercière dans la vallée de la Charente (Braguier, 2000), à Festalemps en Aquitaine (ibid.), dans le seuil du Poitou à La Tricherie, à Beaumont (Tresset in Louboutin et alii, 1998). Toutefois, on peut citer le cas du site de Cuiry-lès-Chaudardes avec notamment la structure 421 qui a livré quelque 150 restes de cette espèce et plus d’une dizaine d’individus pour lesquels la consommation ne fait aucun doute (Hachem, 1995).

Figure 16 – Données globales de la faune de la structure 264.

Figure 17 – Composition des restes de bovinés.
[Dessin : D. Molez, UMR 7041]

48Le cerf est documenté par plus d’une vingtaine de restes qui se répartissent entre toutes les régions anatomiques et appartiennent à au moins deux individus (figure 20). En complément de ce décompte, nous avons dénombré un bois de chute et 23 fragments de bois dont une bonne partie a été débitée et travaillée (cf. infra). Au moins deux individus sont attestés et on soulignera le fort déficit en ossement de ce taxon (taux de survie = 6,4 %). La présence de traces de découpe (désarticulation) sur cinq éléments (figure 20) atteste la consommation de ces deux animaux. On peut donc supposer que les animaux tués ont été chassés dans un but alimentaire mais aussi technique (recherche de matière première).

49Les carnivores sont représentés par trois espèces. Le premier, l’ours, est figuré par quatre fragments de métapodes qui correspondent au moins à deux métatarses (le 3e et le 4e) d’un même pied gauche (figure 21). Ces éléments d’extrémité de membre pourraient être interprétés comme les vestiges d’une peau dans laquelle ils auraient été conservés. Trois faits viennent néanmoins contredire cette hypothèse. Tout d’abord un cinquième élément appartenant à ce taxon a été déterminé et il s’agit d’une 5e vertèbre cervicale qui ne peut avoir été conservée dans la peau (figure 22). D’autre part, une seule des deux extrémités proximales de métatarses s’appareillant est calcinée, ce qui implique leur séparation préalable. Pour conforter cette hypothèse, cette séparation est attestée par des traces de désarticulation parfaitement lisibles sur la surface de contact de ces deux os. Nous pouvons donc certifier qu’un ours entier a été tué par les Néolithiques de Vignely. Le fait de disposer d’un élément du squelette axial et d’extrémités de membre suggère qu’un animal entier (ou ramené en quartier) se trouvait à l’origine sur le site, mais que seule une infime partie a été rejetée dans cette fosse.

Figure 18 – Composition des restes de suinés.
[Dessin : M. Coutureau, d’après Pales, Garcia, 1981]

50Les exostoses visibles sur tous les éléments (figure 21) indiquent un âge sans doute avancé de cet animal, dont on peut se demander quel a été son attrait (ressource carnée, fourrure ?). L’interprétation de la séparation des métapodes reste délicate, que ce soit dans une optique alimentaire ou technique.

51La présence de l’ours a déjà été mise en évidence dans le Bassin parisien pour le Néolithique à Bercy (Chasséen), Villeneuve-la-Guyard (VSG, Tresset, 1996), Catenoy (Chasséen, MÉNIEL, 1984) et Jonquières (Poulain, 1984).

52Les deux dernières espèces sont la loutre et le renard, représentées, nous l’avons vu, chacune par une hémi-mandibule (figures 23 et 24). L’intervention des hommes sur le renard se manifeste au travers des traces de découpe sur la mandibule (dépouillage) ; en revanche nous n’en avons pas observé sur le reste de loutre.

Figure 19 – Composition des restes de castor.
[Dessin : M. Coutureau, d’après Pales, Garcia, 1981]

Figure 21 – Métatarses d’ours.
[Cliché : C. Bemilli]

Figure 23 – Localisation des restes de loutre.
[Dessin : M. Coutureau, d’après Pales, Garcia, 1981]

Figure 20 – Localisation des restes de cerf et de ses traces de découpe. [Dessin : J. G. Ferrié, d’après C. Beauval et M. Coutureau, 2003]

Figure 22 – Composition des restes d’ours.
[Dessin : M. Coutureau, d’après Pales, Garcia, 1981]

Figure 24 – Localisation des restes de renard et de ses traces de découpe. [Dessin : M. Coutureau, C. Bemilli, 2007, d’après Ducrotay de Blainville, 1839]

53Si un ou deux bœufs ainsi qu’un porc domestique figurent dans cet assemblage, il apparaît pourtant que la grande majorité des animaux représentés appartiennent au monde sauvage et procède de la chasse. Les principaux animaux ont sans doute été abattus à proximité du site puisque toutes les parties squelettiques sont documentées.

54La prédominance des espèces sauvages dans cette structure se révèle assez exceptionnelle pour un ensemble du Néolithique. Que ce soit sur le site RRBP de Cuiry-lès-Chaudardes (Hachem, 1995), dans l’ouest de la France (Braguier, 2000), à l’est dans le Jura et en Suisse (Chaix) ou dans des régions plus proches, la part des animaux chassés représente en moyenne 15 % des restes déterminés. À part dans les cas les plus exceptionnels, comme la structure 421 de Cuiry-lès-Chaudardes (Hachem, 1995), où il atteint 43 %, ce taux ne dépasse généralement pas les 30 % des effectifs. On peut citer aussi le site Néolithique final du Gord (Compiègne) avec 36,5 % d’animaux sauvages. Plus au sud, sur le site chasséen de Roucadour (à Thémines) dans le Lot (Lesur et alii, 2004), on trouve un ensemble orienté presque exclusivement vers la chasse.

Biotopes exploités

55Les animaux exploités à la Noue-Fénard correspondent à deux types de biotopes : les espaces forestiers et les milieux aquatiques. En effet, bien que l’on ne connaisse pas bien l’éthologie des aurochs, les récentes recherches sur les isotopes de carbone contenus dans leurs ossements permettent de les inféoder à un milieu boisé (Balasse, 1999 ; Noe-Nygaard, Hede, 2006). Le sanglier, le cerf et l’ours évoluent quant à eux dans des forêts plus ou moins claires. Le castor et la loutre évoquent un milieu aquatique et en particulier la proximité d’eaux courantes.

Figure 25 – Aménagement sur phalange d’ours.
[Cliché : C. Bemilli]

56C’est ici l’occasion de rappeler que la patine de la faune évoque une préservation en milieu humide, en corrélation avec la proximité de la paléoberge de la Marne. Le renard, enfin, est un animal plutôt ubiquiste qui ne nous apporte pas beaucoup de renseignements. Quoi qu’il en soit les espèces présentes dans la fosse 264 permettent de dresser une image relativement forestière de l’environnement du site.

Boucherie

57Les activités de boucherie sont bien marquées pour la majorité des espèces et une quarantaine de traces de découpe ont pu être relevées. Elles témoignent peut-être du dépouillage (sur les métapodes des principales espèces, sur la mandibule du renard), plus sûrement de la désarticulation (au niveau des articulations des os longs) et du prélèvement de la viande. Le creusement particulier des premières phalanges (figure 25) rappelle ce qui a été observé à Roucadour (Lesur et alii, 2001).

58Dix restes de bovinés portent des stigmates de combustion localisés. L’explication la plus probable est un contact avec des braises et non un rôtissage qui se traduirait par des brûlures au niveau des extrémités d’os longs. En revanche la canine de suidé grillée traduit un rôtissage de la tête (ou du corps entier), voire éventuellement la phase de brûlage des soies.

Conclusion

59L’ensemble initial consommé avec certitude comprenait au moins cinq sangliers, trois bovinés, cinq castors et deux cerfs ce qui représente une masse de viande assez considérable pour un événement unique ou très circonscrit dans le temps.

60Vu la taille au garrot des suidés de Vignely, on peut estimer qu’ils avaient un poids moyen supérieur au 115 kg estimé pour le Néolithique d’après les courbes établies (Vigne, 1988). Par conséquent, le PVA (poids de viande et abats avec un rendement de 80 %) représenté ici s’élève à au moins 330 kg. Sur la base des mêmes critères établis par J.-D. Vigne pour les Bovinés (op. cit., soit un poids moyen de 470 kg pour les bovins néolithiques et un RBB de 50 %), le PVA des bovinés de Vignely est au minimum de 705 kg. Si l’on se fonde sur ce même RBB pour estimer la masse carnée qui a pu être obtenue sur les cerfs et les castors, on obtient respectivement un minimum de 60 kg et 150 kg.

61Ce calcul nous permet de souligner la masse carnée exceptionnelle disponible après l’abattage des animaux contenus dans la fosse 264 (1245 kg au moins), ce qui, dans le cas d’un évènement unique, prend toute son importance. Pour exemple, en considérant une consommation carnée d’un kilo de viande par jour et par personne (ce qui est une valeur maximum), plus de 150 individus ont pu se sustenter pendant une semaine !

62La viande n’est toutefois pas la seule matière première recherchée, comme en témoigne la présence d’animaux à fourrure, le travail sur bois de cerf ainsi qu’un outillage sur os bovidés assez particulier (Y. Maigrot, infra).

63En conclusion, il apparaît que la structure 264 de Vignely correspond à un évènement unique ou très circonscrit dans le temps et lié à un certain nombre d’activités techniques (outillage lithique, en bois de cerf, os utilisés). Il est évident qu’un groupe humain relativement important en nombre s’est réuni en cet endroit dans un but particulier. En l’absence de toute autre structure contemporaine ce but nous échappe. Cette réunion était-elle délibérément orientée vers une chasse ? Dans ce cas, elle montre un autre aspect à une période où l’économie de subsistance est majoritairement orientée vers l’élevage.

64Ou bien la chasse est-elle le résultat d’un épisode de déforestation ? Mais alors, dans quel but ?

65De plus, quelles étaient les activités techniques que nous indique l’industrie en matière dure animale et à quoi correspondent ces pièces “tronquées” que nous avons observées ?

L’outillage sur matières dures animales (Y. MAIGROT)

66La structure 264 a livré 28 pièces en matières dures animales dont 6 en os, 20 en bois de cerf et 2 sur dent (figure 26). Cet assemblage est présent tout au long de la stratigraphie, excepté dans la couche 4. Le matériel est particulièrement bien conservé. Dans les faits, seules les pièces en bois de cerf issues de la couche supérieure (couche 1) présentent des surfaces parfois très altérées (érosion et dissolution de la matière osseuse).

Figure 26 – Répartition des pièces par couche et par matière première.

L’outillage sur os

67Six pièces en os ont été décomptées. L’une correspond à un fragment de baguette osseuse rainurée, les cinq autres, rassemblées dans la couche 5, constituent un ensemble cohérent et qui, à notre connaissance, ne connaît aucune équivalence dans le Néolithique récent ou final du Bassin parisien. Il s’agit d’outils sur os tronqués (un grand merci à Céline Bemilli pour avoir isolé ces pièces des restes fauniques), pris sur fémur (figure 27, n° 3), tibia (figure 27, n° 2), humérus ou radius (figure 27, n° 1) de bovidé et plus précisément d’aurochs. Ces pièces, relativement massives, mesurent entre 17 et 20 cm de long. Les diaphyses de ces os longs et robustes ont été simplement fracturées transversalement. Leur extrémité distale présente une usure tout à fait particulière qui se matérialise par un pan de fracture écrasé et poli, associé à des bords d’éclatement (figure 28, nos 1, 2, 5 et 6). Au microscope, la topographie de la surface apparaît très irrégulière et rugueuse (figure 28, nos 3 et 4). Seules les élévations finement striées présentent un poli réfléchissant.

68Si ces pièces semblent exceptionnelles dans ce contexte, des exemplaires comparables sont connus dans d’autres cultures. Ainsi quelques os tronqués présentant les mêmes caractéristiques sont signalés dans les cultures paléo-indiennes de Patagonie (Hadjuk, Lezcano, 2005), dans le Néolithique ancien du Moyen-Orient, notamment à Cafër Höyük (Stordeur, 1986) ou à Mureybet (Stordeur, 1983 ; Stordeur, Christidou, à paraître) et, plus proche de nous, en Savoie dans la grotte de Sollières, occupée du Néolithique moyen jusqu’à l’Âge de Bronze (N. Provenzano, com. pers.).

69L’examen de ces pièces soulève de nombreuses questions. Premièrement s’agit-il réellement d’outils ou de restes fauniques ? L’éclatement volontaire des os longs est un moyen rapide pour récupérer la moelle osseuse. La fracturation est alors réalisée dans le sens longitudinal. La fracturation transversale opérée sur les os de Vignely ne permet pas de libérer la moelle qui reste emprisonnée dans sa gaine osseuse. Ce type de fracturation semble donc d’avantage résulter de la recherche d’un support technique que d’un déchet culinaire. De plus, la récurrence de la localisation et du type des déformations observées sur les pièces néolithiques (pan de fracture écrasé et bords d’éclatement) constitue un second argument en faveur d’un classement en direction de l’outillage.

70Comment ces outils ont-ils été fabriqués et à quoi ont-ils servi ? Pour répondre à cette question, une étude basée sur l’expérimentation et l’analyse tracéologique des pièces a été amorcée avec la collaboration de Noëlle Provenzano (UMR 5140 – Archéologie des Sociétés Méditerranéennes). Si l’éclatement longitudinal des os par percussion diffuse est bien connu et documenté (Dauvois, 1977 ; Vincent, 1984, etc.), ce n’est pas le cas de la fracturation transversale. Une première série d’expérimentations a donc été consacrée à ce procédé technique. À défaut d’os d’aurochs, nous avons travaillé sur des tibias et radius de taureaux de race brave. Les premiers résultats tendent à montrer que les types de fracturation dépendent directement de la position de l’os sur l’enclume et de la localisation de la percussion (figure 29). Ces premières remarques concordent par ailleurs avec d’autres travaux expérimentaux (Hajduk, Lezcano, 2005 ; Stordeur, Christidou, op. cit.).

Figure 27 – Outils sur os tronqué. 1. Radius de bovidé ; 2. Tibia de bovidé ; 3. Fémur de bovidé ; 4. Humérus de bovidé. [Dessins : M.-F. André]

Figure 28 – Détail des endommagements observés sur les os tronqués. 1-2. Surface de fracture écrasée et polie ; 3-4. Altérations de la micro-surface (zone b) ; 5-6. Éclatements des bords de fracturation. [Clichés : Y. Maigrot]

Figure 29 – Restitution schématique des différents procédés de fracturation en percussion lancée diffuse avec percuteur de pierre expérimentés, selon la position de l’os sur l’enclume et la localisation de l’impact. 1. Support osseux à plat sur l’enclume et impact perpendiculaire ; 2. Support osseux en porte à faux et impact décalé ; 3. Support osseux en porte à faux et impact au niveau de l’arête de l’enclume. Photo en bas à gauche : fracturation résultant du procédé n° 1 ; en bas à droite : fracturation résultant du procédé n° 3.
[Clichés : Y. Maigrot]

71Concernant l’usage possible des os tronqués de Vignely, plusieurs pistes peuvent d’ores et déjà être écartées. Ainsi un premier examen montre clairement qu’il ne s’agit pas de manches. En effet, l’absence de traces à l’intérieur du canal médullaire montre qu’aucune pièce n’y était insérée.

72Les écrasements des pans de fracture et les éclats observés sur les bords des os tronqués de Vignely indiquent clairement qu’ils ont été manipulés en percussion lancée diffuse sur un support dur (pierre). Des expérimentations ont été réalisées sur l’utilisation des os tronqués, par R. Christidou (Stordeur, Christidou, à paraître). Elle a utilisé différentes pièces pour creuser la pierre, pour travailler la peau ou encore pour hacher de la viande et des végétaux. Malheureusement, aucun des tests expérimentaux envisagés n’a permis de restituer la signature tracéologique qu’elle avait relevée sur les outils néolithiques.

73Ainsi, en regard du matériel archéologique, très massif, et en particulier des endommagements résultant de son usage, nous avons commencé à tester les pièces expérimentales non pas comme “hachoir”, comme cela a été déjà fait (Stordeur, Christidou, op. cit.), mais véritablement comme percuteur (ou pilon).

74Une première petite série a été consacrée au travail de tendons secs de chevreuil par percussion diffuse sur enclume de manière à séparer les fibres (figure 30). Dix minutes suffisent pour concasser la gaine entourant les fibres conjonctives, ces dernières sont ensuite séparées de manière à obtenir de fins fils qui pourront être utilisés tel quel ou être filés. Les endommagements produits, caractérisés par un écrasement de matière associé à des facettes polies et des éclatements de bords, sont tout à fait comparables aux altérations observées sur le matériel archéologique (figure 31, nos 1 et 2). Cependant, il est à signaler que les pièces inutilisées, dont la fracturation avait été régularisée par percussion lancée diffuse sans outil intermédiaire, directement sur l’enclume, présentent des stigmates très similaires (figure 31, n° 3). En effet, le micro-poli bombé qui affecte plus ou moins les élévations est directement attribuable à la lubrification progressive de la surface de contact (l’enclume de pierre) par la moelle osseuse qui s’écoule au cours de la retouche. Dans l’état actuel de la recherche, et notamment dans l’attente de nouvelles expérimentations, il est difficile de conclure quant à la nature exacte de la matière transformée par de tels instruments, même si l’hypothèse du travail des tendons semble, pour le moment, la plus probable.

Figure 30 – Utilisation expérimentale d’outils sur os tronqué pour écraser des tendons secs de chevreuil, en percussion lancée diffuse sur enclume. En haut à gauche : état initial d’un tendon ; en haut à droite : tendon travaillé ; en bas : position de l’os tronqué au cours de l’expérimentation. [Clichés : Y. Maigrot]

L’outillage sur dent

75L’outillage sur dent compte deux canines de suidé utilisées en l’état (figure 32, nos 1 et 2). L’interface (biseau naturel) des défenses présente des traces d’abrasion, liées à l’affûtage des pièces. Cette catégorie d’outils, sans être fréquente, est régulièrement rencontrée dans les sites du Bassin parisien attribués au Néolithique récent et final (Bailloud, 1974 ; Maingaud, 2003a-b, 2004). Toutefois, les séries les mieux documentées proviennent des sites littoraux de l’Arc jurassien, où elles existent dès le Néolithique moyen (NMB et Cortaillod) et perdurent jusqu’au Néolithique final (Voruz, 1984, 1989, 1997 ; CHIQUET et alii, 1997 ; Maigrot, 2003 ; Winiger, 1985 ; Schibler, 1981). L’analyse tracéologique des collections provenant des sites de Chalain et Clairvaux-les-Lacs (groupe de Clairvaux) a montré que ces outils étaient utilisés pour régulariser par raclage des objets longilignes en bois comme des manches, des hampes ou des arcs (Maigrot, 2001). En raison de leur état de conservation, l’étude fonctionnelle des deux pièces retrouvées à Vignely n’a malheureusement pas pu être envisagée.

Figure 31 – Détail des endommagements macro et microscopiques observés sur les os tronqués expérimentaux. 1. Os tronqué non
retouché utilisé pour travailler le tendon sec ; 2. Os tronqué retouché utilisé pour travailler le tendon sec ; 3. Os tronqué retouché
non utilisé ; 4. Os tronqué brut de fracturation. [Clichés : Y. Maigrot]

Figure 32 – 1-2. Outils sur canine inférieure de suidés ; 3-9. Chutes de fabrication en bois de cerf.
[Dessins : M.-F. André sauf nos 1 et 2 : Y. Maigret]

Figure 33 – Outillage sur bois de cerf. 1-2. Biseaux sur merrain perforé ;
3. Gaine à ergot ; 4-7. Chutes de fabrication. [Dessins : M.-F. André]

L’outillage sur bois de cerf

76L’assemblage en bois de cerf est principalement composé de chutes (n = 16). Ces chutes regroupent pour l’essentiel des andouillers que l’on retrouve sous différentes formes de segmentation :

  • distale et proximale, soit 5 segments d’andouillers (figure 32, nos 4, 7 et 9 ; figure 23, nos 4 et 7),

  • mésiale ou proximale, soit 3 andouillers entiers (figure 32, nos 3 et 8 ; figure 23, n° 6),

  • distale, soit 2 extrémités d’andouiller (figure 32, nos 5 et 6).

77Dans les faits, seule une jonction de merrain-andouiller vient compléter cet inventaire (figure 33, n° 5).

78À l’exception d’un segment d’andouiller basilaire (figure 32, n° 9), ces déchets sont tous issus des parties centrales ou supérieures des bois. En raison de la faiblesse numérique du corpus, il paraît difficile ici de proposer une quelconque interprétation sur la gestion de la ramure.

79L’analyse des modes de segmentation des pièces montre une variété des procédés techniques et des outils de travail mis en œuvre, diversité technique qui se confirme par les modes de fabrication des outils. Ainsi, on recense l’usage de :

  • l’entaillage réalisé à l’aide d’un outil tranchant en pierre taillée ;

  • l’entaillage pratiqué à l’aide d’un outil tranchant en pierre polie ;

  • la fracturation ;

  • et, enfin, du sciage à la lame de silex.

80Il est à noter que ces différentes techniques peuvent se combiner sur une même pièce. Par exemple, un segment d’andouiller peut présenter un premier sectionnement réalisé par entaillage et un second effectué par fracturation (figure 32, n° 9) ou par sciage (figure 33, n° 7).

81La combinaison des techniques employées pour travailler le bois de cerf avait déjà été soulignée pour d’autres séries du Néolithique récent, comme à Morains, le Pré-à-Vaches (Maingaud, 2004).

82Cette diversité des procédés techniques pour travailler les ramures de cerf contraste avec l’extrême standardisation relevée dans d’autres cultures de la fin du Néolithique comme à Chalain et Clairvaux dans le Jura. Il serait intéressant de généraliser l’analyse des schémas opératoires sur d’autres séries de manière à apprécier les modalités de fabrication des outils en bois de cerf au cours du Néolithique récent et final dans le Bassin parisien.

83La prédominance des déchets de fabrication indique que le travail du bois de cerf a été pratiqué à proximité de la fosse 264.

84Seuls trois, voire quatre outils ont été identifiés, dont deux biseaux sur merrain perforé (figure 33, nos 1 et 2), une gaine à ergot (figure 33, n° 3) et un élément qui pourrait éventuellement correspondre à un fragment de la couronne d’une gaine.

85La gaine à ergot, de facture soignée, a été réalisée à partir de la jonction du merrain et de l’andouiller central d’une ramure (figure 33, n° 3). La couronne, formée au niveau du merrain, est droite et présente une mortaise ovalaire. Le tenon, réalisé sur le départ de l’andouiller, est allongé et de section quadrangulaire. Il a été mis en forme par entaillage et raclage au silex. Le ressaut est inexistant. Ce type de gaine est caractéristique des éléments retrouvés dans d’autres sites Seine-Oise-Marne (Bailloud, 1974 ; Maingaud, 2004). Il semblerait qu’il soit typique des contextes domestiques, les contextes funéraires n’ayant livré que des gaines à perforation transversale. Ces gaines à ergot se distinguent nettement des séries du Néolithique final jurassien, beaucoup plus massives et au ressaut très marqué. En revanche, comme le souligne A. Maingaud (op. cit.), les gaines à ergot à tenon décortiqué sans ressaut du Bassin parisien sont typologiquement proches des exemplaires connus pour le NMB. Toutefois, la gaine à ergot de Vignely s’en différencie légèrement à plusieurs titres. Premièrement, les gaines du NMB, comme celles du Horgen, sont quasi exclusivement extraites de la partie basilaire de la ramure, et non pas sur la partie centrale. Ensuite, le tenon des gaines attribuées au Néolithique moyen est systématiquement mis en forme sur le merrain, jamais sur l’andouiller comme c’est le cas présent. Puis, le tenon n’est jamais travaillé par raclage mais uniquement par entaillage. Enfin, les mesures diffèrent légèrement. La gaine de Vignely apparaît effectivement beaucoup plus longue que les exemplaires connus en contexte NMB (figure 34). Cet allongement concerne tant la couronne que le tenon. Par ailleurs, les gaines du site de Morains, le Pré-à-Vaches décrites par A. Maingaud se singularisent également par un tenon particulièrement long en comparaison des séries jurassiennes où la tendance est à l’écourtement.

Figure 34 – Comparaison des mesures de ta gaine à ergot de Vignely avec les valeurs moyennes des gaines à ergot du Néolithique moyen (Clairvaux 7 et Clairvaux 14, 48 individus d’après MAIGROT, 2004 et 2005), du Horgen (Chalain 19 couche 0, 10 individus, d’après Maigrot, 1998) et du groupe de Clairvaux (Chalain 4, 97 individus, d’après Maigrot, 2003). Mesures exprimées en mm.

86La catégorie des biseaux sur merrain perforé est représentée par deux pièces, l’une fragmentaire (figure 33, n° 2), la seconde entière (figure 33, n° 1). La pièce entière a été réalisée sur la partie basilaire d’une meule de mue droite. Elle mesure 180 mm de longueur. Le biseau a été mis en forme vers l’extrémité distale du merrain A. Le fil du tranchant apparaît écrasé par l’utilisation. Il n’est pas affecté par des enlèvements. La pièce est perforée au niveau de l’andouiller basilaire. La perforation est de section ovalaire et mesure 46 mm x 37 mm. Elle a été réalisée en deux temps. L’épaisseur corticale du bois de cerf a tout d’abord été entamée, vraisemblablement par entaillage à en juger les traces subsistant au bord de la perforation. Puis la perforation a été évidée par raclage du tissu spongieux. Vers l’extrémité proximale, la pelure a été supprimée et la surface apparaît polie. Elle présente des tassements de matières qui semblent indiquer qu’elle a été percutée.

87Les biseaux sur merrain perforé, appelés encore haches-marteaux ou merlins, sont assez communs. Ils sont répertoriés dans plusieurs sites du Néolithique récent de la Marne en contexte funéraire et domestique (Maingaud, 2003a, 2003b et 2004). Plus à l’est, on en connaît de nombreux exemplaires (Horgen, groupe de Clairvaux). L’étude tracéologique des séries jurassiennes montre que ces outils ont servi à fendre le bois. Là aussi, pour des raisons taphonomiques, l’exemplaire de Vignely n’a pas pu faire l’objet d’une étude fonctionnelle, tout au moins microscopique. Toutefois les déformations macroscopiques qui caractérisent le tranchant de cette pièce vont, dans le sens d’une utilisation en percussion lancée.

Synthèse

88L’outillage en matières dures animales de la structure 264 est exclusivement constitué de supports issus de la faune sauvage, l’aurochs, le cerf et le sanglier. L’utilisation des animaux sauvages dans l’industrie osseuse est en adéquation avec l’analyse des restes fauniques (C. Bemilli, supra) et signe une tendance des phases récentes et finales du Néolithique.

89Du point de vue des procédés de transformation des matières osseuses, on notera la diversité des procédés techniques mis en œuvre. Cette diversité semble typique des industries du Bassin parisien, qui se singularisent des collections jurassiennes, aux productions très standardisées, en particulier pour le bois de cerf.

90Si l’outillage en bois de cerf et sur dent correspond bien aux catégories typologiques connues au Seine-Oise-Marne, la série découverte à Vignely se distingue par la présence d’os tronqués pour lesquels on ne connaît aucune équivalence. Toutefois, en raison de leur aspect très sommaire, il est possible que des pièces comparables n’aient pas été isolées des restes fauniques et existent dans d’autres ensembles du Bassin parisien. La localisation et le type des endommagements macro et microscopiques signent un mode de fonctionnement en percussion lancée diffuse sur un support en pierre (enclume). Plus précisément, l’idée d’une utilisation, dans le cadre d’activités associées à la transformation des matières animales souples (tels que tendon, voire viande boucanée), est à approfondir.

Le mobilier lithique (V. BRUNET)

91La fosse 264 a livré un total de 1023 pièces équivalent à un poids de 6,9 kg. Le matériel est en excellent état de conservation. La matière première brute est rare, la proportion de supports bruts est largement majoritaire, le taux de transformation représente le tiers de la série.

Les matériaux

92L’acquisition de la matière première s’articule autour de deux pôles, le silex local et le silex exogène. Le premier est abondant dans les niveaux calcaires de la région où se développent des roches siliceuses du Bartonien-Tertiaire (minières à moins de 4 km) (figure 2). La Marne a creusé son lit dans des terrains tertiaires de la Brie, décrivant de larges méandres dans le calcaire de Saint-Ouen (Tertiaire Éocène, Bartonien moyen) contenant des formations siliceuses sous forme de bancs. Ils ont été mis en évidence lors de la fouille de la minière de Jablines, le Haut-Château, montrant son exploitation massive pour la production de lames de haches dès le Néolithique moyen (Bostyn, Lanchon dir., 1992). Ici, ce matériau est destiné à une production domestique locale d’éclats. Des roches siliceuses exogènes du Secondaire ont été importées de gîtes éloignés de plus de 50 km. Il s’agit de pièces retouchées (haches polies et outils) et de supports bruts. On trouve ces roches, par exemple, en affleurement à Compiègne, Sézanne ou à Provins.

93Le silex du Tertiaire local se décline dans toutes les productions : éclats, lames et façonnage sous la forme d’ébauches de haches. Il est d’excellente qualité, les pièces faillées ou recélant des inclusions saccharoïdes sont rarissimes.

94Le silex du Bartonien est majoritaire (78 % de l’effectif total, déchets et esquilles compris, etc., 85 % du total des productions) et présente des nuances très diverses. Les pièces patinées crème sont rares. Pourtant la patine qui altère ce silex est habituellement un phénomène courant dans les séries lithiques du Néolithique de la région. Le milieu de conservation humide a peut-être influé sur la conservation du matériau. Le silex est frais, il ne présente pas la patine orangée qui affecte généralement ce silex en milieux humides. Il présente une grande variété de couleur, ce qui est assez rare dans la région. La couleur brune est dominante. Elle varie du brun caramel au chocolat plus ou moins clair. Elle est parfois parcourue par de fines veines crème. Certaines nuances ont un aspect mat et une texture rugueuse (silex brun clair veiné par exemple, le plus fréquent). Le silex brun foncé est constitué de grains très fins. Il est lisse au toucher et d’aspect luisant. Dans tous les cas, le cortex est assez épais et rugueux.

95Le mobilier lithique en silex du Secondaire est sans altération, à grain très fin et translucide. Plusieurs couleurs s’individualisent, le brun clair, le brun foncé ou très foncé, le gris clair et le noir. Le cortex est toujours très mince. La provenance précise de ce matériau est toujours inconnue. Il ne représente que 6 % de l’effectif global et 11 % du total des productions.

96Les pièces brûlées représentent 16 % du total général et 4 % du total des productions. On les trouve principalement parmi les débris et plus rarement parmi les éclats.

La composition des séries lithiques par couches

97Le mobilier lithique contenu dans l’ensemble du remplissage de la fosse semble homogène.

98La couche 5 correspond à la première étape de remblais de la structure. Elle a livré le plus grand nombre de pièces en silex (224 représentant environ 2 kg). La série est constituée d’outils (31 %) et de supports bruts (67 %) (éclats et lames) disponibles en abondance. Aucun débitage n’a été rejeté avec ce remblai. Les pièces brûlées sont importantes en nombre et en poids. Les éclats sont les plus nombreux (73 %) mais les lames sont présentes également en abondance. Vingt-six outils sont recensés, les plus fréquents étant les grattoirs (42 %) (figure 35), les éclats retouchés (19 %), les racloirs dont un à une encoche (12 %) (figures 36 et 37), et les lames retouchées (8 %) (figure 38). On note la présence d’une seule armature tranchante, d’un burin, d’un denticulé et d’un perçoir (figure 39). La production de haches est totalement absente de cette phase.

99La couche 4 est pauvre en mobilier, on compte un seul éclat retouché.

100La couche 3 se distingue par une alternance de dépôts cendreux gris ou noir. L’effectif du mobilier lithique représente 9 % du total général (97 pièces pour un poids total de 1 kg). C’est dans cette couche que l’on compte le plus grand nombre de silex brûlés (22 % de l’effectif global et 10 % du poids total). Les éclats et les lames sont présents dans les mêmes proportions que dans la couche 5. La différence est marquée par l’absence de silex du Secondaire. Les nucléus sont absents, aucun débitage n’a été effectué sur place. La série se compose d’outils (41 %) et de supports bruts (59 %). Parmi les vingt-six outils, les plus fréquents sont les grattoirs (65 %) (figure 35), les racloirs (15 %) (figure 36), et les éclats retouchés (8 %) (figure 39). On trouve ensuite une lame retouchée, un outil composite (denticulé, racloir). Les haches sont également absentes de cette couche. En résumé, le débitage n’a pas été opéré sur plaçe, mais les supports bruts prêts à l’emploi sont présents.

101Le mobilier lithique de la couche 2 est abondant : 112 pièces de silex représentant un poids de 750 g, soit 11 % de l’effectif global. Les silex brûlés sont nombreux (21 %). La production laminaire augmente régulièrement son effectif, elle devient plus importante que dans les couches sous-jacentes (31 %), les éclats restant toujours majoritaires. Comme précédemment, aucun débitage ni façonnage n’a été rejeté au cours de cette phase. L’outillage se compose de grattoirs (38 %) (figure 35), d’éclats retouchés (23 %) (figure 39), de racloirs (8 %) (figure 36), et de lames retouchées (8 %) (figure 38). On trouve en un seul exemplaire armature tranchante, lame à troncature, perçoir et pièce retouchée sur support indéterminé.

102Le mobilier lithique de la couche 1 représente le quart de l’effectif global. Quelques remontages ont été effectués sur des éclats provenant de ce niveau (figure 38). La composition générale de la série varie peu avec les couches sous-jacentes : peu de débitage sur place, supports bruts et outils rejetés en quantité. L’outillage varie peu, le grattoir est toujours l’outil prédominant (figure 35). Les racloirs et éclats retouchés représentent ensuite les outils les plus fréquents (figures 36 et 39).

103La série provenant de la partie sommitale de la fosse présente les mêmes caractéristiques générales décrites précédemment, la seule différence s’observe au niveau du taux de la production d’éclats qui dépasse les trois-quarts de l’effectif, au détriment de la production laminaire, et c’est seulement à ce niveau qu’est attestée une production de pièces bifaciales.

104On note que dans les couches 2 à 5, le mobilier lithique est homogène, confirmant les observations réalisées sur la faune. Les séries se caractérisent par une production d’éclats et de lames, un taux de transformation des supports élevé (40 %) et une moyenne de 20 % de pièces brûlées. Les observations archéozoologiques ont montré qu’il existait également une homogénéité entre ces couches.

Les productions

La production d’éclats

105Elle comporte 355 éclats en silex du Tertiaire, 37 en silex du Secondaire, 15 sont brûlés. On dénombre 244 supports bruts, 108 outils et 3 nucléus.

106Le Tertiaire. Les modules des 203 éclats sont de trois catégories : les éclats larges, les éclats assez longs ou les éclats laminaires. Les éclats larges sont les plus fréquents, ils sont rarement corticaux et ont été obtenus par percussion directe au percuteur tendre. Le module le plus fréquent est l’éclat large petit (4 x 4 cm).

107Seulement trois nucléus à éclats ont été dénombrés (figure 39). Ils sont unipolaires, à plan de frappe lisse. Les modules des derniers négatifs d’enlèvements sont assez longs (4 x 2,5 cm), le poids moyen d’abandon est de 178 g. La mise en forme est obtenue par l’installation d’un plan de frappe permanent, lisse parfois facetté, exploitant au maximum la matière première. Parfois, le dos du nucléus reste cortical. Ils proviennent tous du comblement terminal de la fosse.

Figure 35 – Grattoirs. [Dessins : E. Boitard]

Figure 36 – Racloirs et racloir à une encoche. [Dessins : E. Boitard]

Figure 37 – Racloirs sur support épais. [Dessins : E. Boitard]

Figure 38 – Outillage divers, remontage, armatures et bitroncatures. [Dessins : E. Boitard]

108On recense 96 outils sur éclats. Les grattoirs sont fabriqués sur des éclats larges petits (4 x 4 cm), minces ou épais. La moitié des supports est fragmentée. Le poids moyen de l’outil est de 14 g. Les racloirs et les éclats retouchés sont débités sur les mêmes supports, plutôt épais. Le poids moyen est de 39 g pour les racloirs et 36 g pour les éclats retouchés.

109Le Secondaire. On compte 32 supports bruts et 6 pièces retouchées. Les modules sont proches de ceux déjà décrits pour le Tertiaire, éclats larges ou élancés. Leur fragmentation est fréquente. L’effectif des pièces corticales est équivalent à celui des non corticaux.

110Les modules des grattoirs sont petits ou très petits, le poids moyen est de 5,4 g. La retouche est sub-parallèle.

La production de lames

111Cette production représente 108 lames, dont 2 sont brûlées. 88 sont en silex du Tertiaire, et 18 en silex du Secondaire. On compte 80 supports bruts et 27 outils. Un quart des lames présente les stigmates de la percussion indirecte.

112Le Tertiaire. Les 69 lames sont presque toujours systématiquement fragmentées. Les extrémités proximales sont les plus nombreuses. Il s’agit de produit de plein débitage, le plus souvent non cortical. La largeur moyenne est de 1,95 cm. La percussion indirecte est plus fréquente que la percussion directe au percuteur tendre.

113Les dix-neuf outils de cette série sont tous fragmentés. Leur largeur moyenne est de 1,83 cm. Il s’agit de grattoirs, de troncatures, ou de lames retouchées.

114Le Secondaire. On compte dans ce matériau huit lames de plein débitage qui sont presque toutes fragmentées, d’une largeur moyenne de 1,62 cm. La percussion directe domine la percussion indirecte.

115La largeur moyenne des outils est de 1,87 cm. Il s’agit de quatre armatures tranchantes et de quatre lames retouchées.

La production bifaciale

116Dans le remplissage supérieur de la fosse, on trouve deux ébauches de hache en silex tertiaire, mais aucun éclat de façonnage. On compte un fragment de bord à méplat de hache polie (figure 40) et un éclat poli portant dans sa partie distale un front de grattoir.

L’outillage

117L’effectif des pièces retouchées s’élève à 163 outils représentant un poids de 2,8 kg. Le taux d’utilisation est élevé, puisqu’il représente le tiers des productions.

118Le taux de transformation des pièces en silex tertiaire correspond au tiers de la production, et au quart pour le secondaire. Le taux d’utilisation des éclats est de 44 %. Le quart des supports laminaires est retouché.

119Les grattoirs, éclats retouchés, racloirs, lames retouchées et armatures tranchantes représentent plus de 85 % de l’effectif de l’outillage. Les lames à troncatures, denticulés, outils retouchés composites, perçoirs, burin, pointe, hache polie représentent 10 % de l’effectif.

120Les outils les plus fréquents de la série semblent répondre à des activités de chasse, de boucherie et de peausserie.

121Les grattoirs sont très homogènes d’un point de vue morphologique, circulaire ou semi-circulaire (figure 35). La dimension des supports est variée, mais ils sont quand même le plus souvent de très petites tailles. L’éclat est le support privilégié. Ces outils sont très souvent fragmentés et montrent une régularité des fronts toujours très convexes, formant un angle aigu. L’utilisation de cet outil pour le raclage des peaux est généralement attestée notamment au Villeneuve-Saint-Germain et au Cerny (Allard et alii, 2004). L’abondance de cet outil dans la fosse semble donc être liée au nombre important de restes osseux, mais c’est dans la couche 3 qu’ils sont les plus abondants.

122Les lames retouchées présentent le plus souvent une retouche marginale affectant tout ou partie des bords (figure 38). il semblerait qu’au Néolithique ancien, on les utilisait pour le raclage des peaux. Elles sont nombreuses ici et associées aux grattoirs ; il s’agit vraisemblablement d’outils complémentaires, notamment dans le travail de boucherie.

123Les pointes de flèches sont apparentées à des armes de trait.

124On dénombre huit armatures tranchantes cassées, témoignage de leur utilisation. On ne peut évoquer ces armes sans les relier directement aux ossements découverts dans la fosse. Les armatures sont de deux types, les formes trapézoïdales et les bitroncatures à bord concave (figure 38).

125Les armatures trapézoïdales sont élancées, elles sont plus longues que larges, le rapport moyen longueur/ largeur est de 1,8. Ce sont des bitroncatures à retouches abruptes, inverses. Elles se différencient du type de Sublaines, car aucune ne porte de retouches écailleuses sur la face supérieure et le rapport longueur/largeur est supérieur à 1,8.

Les trapézoïdales

  • Armature tranchante sur lame en silex tertiaire brun clair moucheté (base couche 1), le tranchant porte des micro-esquilles, elle mesure 30,2 x 20 x 2,9 mm. Un bord est concave, le second rectiligne (figure 38, n° 6).

  • Armature tranchante (support indéterminé) en silex tertiaire brun foncé, elle mesure 21 x 15 x 3 mm, un bord est concave l’autre rectiligne (figure 38, n° 4).

  • Une armature tranchante sur éclat semi-cortical en silex secondaire, très étroite, elle mesure 33,5 x 12,6 x 4 mm. Un des bords est concave, le second rectiligne (figure 38, n° 8).

126Ces deux dernières flèches proviennent des niveaux supérieurs de la fosse.

Les bitroncatures

127Les armatures trapézoïdales à bitroncatures à bord concave, se distinguent par une concavité très accentuée, créant à la rencontre du tranchant et de l’un des deux bords, une pointe très acérée (un “piquant”). Le rapport moyen longueur/largeur est de 0,9. Ce sont des bitroncatures à retouches abruptes, inverses.

  • Armature (couche 5) en silex brun translucide du Secondaire, sur lame, elle est cassée au niveau du tranchant. Elle mesure 24,4 x 24,5 x 2,4 mm, les bords concaves portent une retouche abrupte. À la rencontre d’un bord et du tranchant se dégage une pointe installée sur le bord droit à la concavité très prononcée (figure 38, n° 1).

  • Une armature (base couche 1) en silex du Secondaire, gris moucheté, mesure 23 x 24,2 x 4,9 mm. Elle est cassée. Le piquant est installé sur le bord gauche (figure 38, n° 2).

  • Une armature (base couche 1) en silex brun foncé, translucide, d’origine du Secondaire, mesure 23,5 x 19,4 x 3,4 mm. Le piquant se situe sur le bord gauche, le tranchant porte une retouche marginale (figure 38, n° 3).

  • Une armature (niveaux supérieurs) en silex gris foncé, d’origine secondaire, mesure 14,6 x 24,1 x 4,1 mm. Le piquant est situé sur le bord droit (figure 38, n° 7).

  • Une armature en silex indéterminé sur bitroncature, le tranchant est repris par une retouche inverse à délinéation concave (figure 38, n° 5).

  • Un dernier exemplaire en silex brun clair moucheté est cassé, il n’a conservé qu’un seul de deux bords. Elle est relativement épaisse : 0,4 mm. Le bord porte une retouche abrupte, à délinéation concave (non dessinée).

128Un racloir à une encoche a été découvert dans la couche 5, la coche est située à l’extrémité proximale (figure 36). Elle est opposée à une cassure distale franche probablement volontaire. La retouche bifaciale, courte, est émoussée.

Comparaisons et synthèse

129La série est homogène de la base de la couche 1 à la couche 5 à l’exception du niveau supérieur de la couche 1. Les armatures tranchantes à “piquant” sont comparables à celles découvertes dans la sépulture collective de Vignely, la Porte-aux-Bergers (Seine-et-Marne). Un individu portait au niveau du bassin huit armatures en silex du Secondaire associées à quatre pointes en os, mobilier rattaché au domaine de la chasse. Le mobilier (colliers, ensemble de pointes de flèches, vases) s’apparente aux productions du Néolithique récent (Allard et alii, 1994). Une datation14C effectuée sur un des individus de la tombe a donné 4 590 ± 40 BP, soit 3 499 – 3 123 cal. BC – Ly 2682 (GrA), soit le début du Néolithique récent. On connaît également un exemplaire identique à Lacroix-Saint-Ouen qui appartient vraisemblablement à la fin du Néolithique et au tout début du Néolithique final (Cottiaux et alii, 1995, figure 7, n° 41). Ce type d’armature semble avoir perduré pendant tout le Néolithique récent aussi bien en contexte funéraire que d’habitat.

130Le racloir à une encoche appartient sur les sites de la Marne et du Nord de la France à un horizon plus tardif, le Néolithique final, par exemple à Lesches, les Prés-du-Refuge et à Meaux, Route de Varreddes où il est associé à un outillage daté du Néolithique final (Brunet et alii, 2004).

131L’utilisation de la percussion indirecte pour l’obtention de produits laminaires à Vignely a été également observée au Néolithique récent dans les hypogées de la Marne (Langry-François, 2004a).

132Les armatures à “piquant” et le mode d’obtention des produits laminaires par percussion indirecte semblent dater la fosse du Néolithique récent, tandis que le racloir à encoche rappelle les productions du Néolithique final.

133La composition de la série lithique de Vignely se distingue de celles des sites d’habitat de l’Oise de la Station d’épuration de Lacroix-Saint-Ouen et du Parc Tertiaire par un effectif plus important d’outils et par une plus grande diversité de l’outillage sur lame et sur éclats (Talon et alii, 1995 ; Cottiaux et alii, 1995). Ces différences s’expliquent sans doute par la spécificité même de la fosse de Vignely dont la fonction est centrée autour de la chasse. Par comparaison, les fosses de Claye-Souilly, les Monts-Gardés se caractérisent par une production d’éclats majoritaires et une importante production laminaire. L’outillage y est rare : il est composé de grattoirs toujours majoritaires, d’une hache polie aux bords équarris et d’une armature tranchante (Boulenger, 2002).

134On note également une nette différence avec les productions de l’amas de silex de Coupvray. En effet, parallèlement à une production de haches de petits modules, de nombreux outils vraisemblablement liés à une utilisation domestique y ont été fabriqués (BRUNET et alii, 1998).

Figure 39 – Nucléus et outillage divers. [Dessins : E. Boitard]

Figure 40 – Outillage divers et pièces retouchées. [Dessins : E. Boitard]

135Le nombre important de pièces brûlées (16 %) est-il évocateur d’une consommation de la viande sur place ? Existe-t-il un lien entre l’utilisation du grattoir et son rejet dans les structures excavées ? Par comparaison et dans un cadre chronologique différent, au Néolithique final à Lesches, la répartition spatiale de l’outillage a mis en évidence deux zones. La première se caractérise par une association de racloirs à encoches, micro-denticulés et poignards, outils connus dans leur utilisation pour le travail des végétaux. La seconde est constituée de structures excavées qui contenaient un nombre important de grattoirs, outils destinés au travail des peaux.

136Au Néolithique récent, au Parc Tertiaire, les bâtiments sont isolés de la zone de concentration du matériel et leur contemporanéité est attestée. Une forte densité de déchets de taille, d’outils associés, de nucléus et de percuteurs permet de penser que cette aire de concentration est une aire de débitage plutôt qu’une aire de rejets. Par conséquent, le mobilier lithique de la fosse de Vignely se démarque nettement des séries issues des aires de concentrations liées à un habitat.

137Un épandage de mobilier lithique a été découvert autour de la fosse. En effet, une dizaine de mètres carrés ont été fouillés manuellement ; ils ont livré 566 pièces représentant un poids total de 5 177 g et un abraseur à rainure. L’assemblage est cohérent et par bien des aspects proche de celui de la fosse, notamment par l’importance du débitage d’éclats sur matériaux locaux et le mode d’obtention des lames par percussion indirecte. Les outils sont nombreux et représentent 25 % du total de la production et 12 % de l’effectif total. La seule différence s’observe dans la moindre importance donnée aux grattoirs. Les éclats retouchés (25 %) dominent les grattoirs (11 %), les armatures tranchantes (9 %), les racloirs (7 %) et les denticulés (7 %). On trouve en exemplaire unique, lame retouchée, pointe, pièce à coche, percuteur, outil sur bloc. Enfin, les quatre armatures découvertes dans cette concentration, deux trapèzes et deux bitroncatures à “piquant”, permettent de supposer la contemporanéité de l’épandage et du matériel rejeté dans la fosse.

Conclusion

138La série lithique de la fosse 264 est exceptionnelle par bien des aspects. Elle est différente de celle des habitats, lui conférant une spécificité réelle. S’agit-il d’une halte de chasse au cours de laquelle sont effectués des travaux de boucherie, de pelleterie ? La viande pourrait avoir été consommée sur place, comme le suggèrent les nombreuses pièces brûlées. L’évocation du travail du végétal se fait au travers d’un racloir à coche et d’un fragment de hache polie.

139En conclusion, cette étude nous donne une image très spécifique d’une industrie fondée sur l’exploitation de ressources locales pour l’essentiel, pour une production d’éclats par percussion directe au percuteur tendre. Les déchets de taille relativement peu nombreux montrent qu’elle n’a pas été réalisée sur place. La production laminaire obtenue par percussion indirecte utilise des matériaux de provenances diverses, puisant dans les ressources locales et exogènes. L’outillage est marqué par l’utilisation intensive du grattoir. L’importance donnée à cet outil évoque une spécialisation tournée vers la boucherie ou la peausserie. La présence du racloir à encoche dans un contexte clairement Néolithique récent semble présager d’une origine plus ancienne que le Néolithique final.

Analyse tracéologique des artefacts en silex (R. GOSSELIN)

Présentation

140L’observation de microtraces d’usure, sur des artefacts en silex provenant de la fosse structure 264, a permis d’établir qu’une partie d’entre eux a été utilisée avant leur abandon. Les traces permettent également d’appréhender la nature des activités réalisées par les Néolithiques à l’aide de ces outils.

141Trente éclats en silex, provenant des différentes unités stratigraphiques de la structure 264 (base cl, c3, c4 et c5), ont été sélectionnés pour être étudiés en tracéologie. Les grattoirs représentent près de 75 % des supports analysés et sont, pour la plupart, façonnés sur éclat. Outre les grattoirs, la sélection comprend également deux burins potentiels, deux denticulés et des éclats bruts ou retouchés. La variabilité typologique a été introduite afin de tester l’éventualité d’une variation fonctionnelle en relation avec la nature du support. La prépondérance des grattoirs dans le choix des pièces sélectionnées répond au fait que le mobilier en silex de la structure 264 est caractérisé par la forte présence de ce type d’outils en conjonction, entre autres, avec celle de racloirs (V. Brunet, supra). L’association grattoir/ racloir est intéressante car il s’agit d’outils dont les noms renvoient à un mode d’usage en action transversale (le sens du mouvement est perpendiculaire au fil du tranchant supposé actif : actions de grattage, raclage ou rabotage, par exemple).

142En ce qui concerne les seuls grattoirs, ce mode d’usage a été conforté par plusieurs études tracéologiques. On a constaté en effet que, depuis le Paléolithique jusqu’au Mésolithique, ces outils sont utilisés de préférence en action transversale et pour le traitement des peaux (Gosselin, 2005). À partir du Néolithique, en revanche, leur utilisation paraît avoir été plus diversifiée. Même si, au cours de cette période, l’usage principal reste le plus souvent associé au traitement de la peau, comme à Charavines (Vaughan, Bocquet, 1987), à Balloy, les Réaudins (Beugnier, 1999) ou encore à Neauphle-le-Vieux (Philibert, 1997), on observe qu’ils ont pu servir dans des proportions importantes pour le travail du bois végétal (Caspard, 1997) jusqu’à en être qualifiés de “grattoirs-herminettes” (Caspard, Burnez-Lanotte, 1996).

143Dans un contexte chronologique attribué à la fin du Néolithique, et alors que les outils observés au microscope proviennent d’un seul et même ensemble – critères qui contribuent à donner à cette étude un caractère original – il est intéressant de savoir si les grattoirs assument ici les fonctions précitées.

Résultats

144Les pièces ont été observées au microscope binoculaire à fond clair, selon les protocoles propres à la discipline (Keeley, 1980 ; Plisson, 1985). L’état de surface des supports issus de ce contexte est plutôt bon et autorise la lecture des microtraces d’utilisation lorsqu’elles sont présentes. Seuls trois artefacts étaient dans un état de conservation incompatible avec une étude tracéologique. Si l’on tient compte de ces trois pièces, ce sont au total quinze silex sur lesquels aucune trace d’usure n’aura été observée. Sur l’autre moitié des supports analysés, 27 zones usées (ZU) ont pu être observées et les microtraces le plus souvent identifiées (figure 41). Si, avec une moyenne de près de deux ZU par support, les traces d’utilisation sont donc plutôt nombreuses, elles sont par contre souvent peu marquées. Il s’en dégage l’idée que la durée de fonctionnement de la plupart des outils a dû être assez brève et explique peut-être la proportion importante de supports sur lesquels aucune trace n’a été repérée.

Figure 41 – Fréquence de supports usés par type d’outils.

145Toutes les traces indiquent des activités liées au traitement des matières animales et aucun poli ne semble résulter du travail d’une matière végétale ou minérale. On note ainsi que le travail de la peau (8 ZU) et des tissus carnés (2 ZU) représente 37 % des déterminations (figure 42). Le travail simultané (?) des tissus carnés et de la matière dure animale a été observé sur deux zones usées et renvoie de façon assez probable à des activités de boucherie. C’est toutefois le travail de la matière dure animale (MDA) qui représente la plus forte proportion des déterminations, avec 38 % des ZU (figure 42). La présence de micropolis liés au travail de la matière dure animale n’est pas surprenante lorsqu’elle est observée sur les tranchants des deux artefacts considérés comme des burins. Il s’agit en effet d’un des usages récurrents de cet outil depuis le Paléolithique (Cahen, Caspar, 1984 ; Plisson, 1985). Le fait qu’un tiers (quatre pièces) des grattoirs usés portent des traces relatives à ce travail est, en revanche, beaucoup plus original. On peut émettre l’hypothèse selon laquelle, dans la plupart des cas, les grattoirs ont été utilisés pour débarrasser les os des tissus carnés qui y adhéraient encore, dans le cadre de travaux de boucherie. Cependant, l’une des traces de matière dure animale observée sur un grattoir semble associée au travail du bois de cervidé (figure 43). Il reste à comprendre le processus artisanal au cours duquel une telle utilisation a pu s’inscrire.

Figure 42 – Les matières travaillées.

Figure 43 – Grattoir utilisé pour le travail de la matière dure animale (bois de cervidé). [Infographie et clichés : R. Gosselin]

146Concernant la cinématique des tranchants, la grande majorité (15 ZU, soit 55 %) des usures indiquent que ces derniers ont fonctionné en action transversale, tandis que 22 % des zones usées correspondent à un fonctionnement en action longitudinale (geste parallèle au fil du tranchant : couper ; scier ; etc.). La prépondérance, attendue, des actions transversales est clairement associée au fait que la plupart des traces d’usure ont été localisées sur le front des grattoirs. La conjonction des deux modes d’utilisation, transversal et longitudinal, n’est représentée que sur un seul tranchant. Signalons enfin que des traces d’emmanchement ou de préhension ont été observées sur trois supports et représentent 11 % des déterminations.

Interprétation

147Toutes les traces d’usure observées à la surface des pièces de cette étude renvoient au traitement exclusif des matières animales, qu’elles soient tendres, comme la peau et les autres tissus carnés, ou dures, comme l’os et le bois de cervidés. S’il est possible, par conséquent, d’affirmer que l’origine des matières travaillées est homogène, il n’est pas encore possible d’établir une corrélation entre un type d’utilisation et le niveau archéologique au sein duquel les pièces usées ont été mises au jour.

148Les grattoirs sont les outils en silex les plus nombreux de la fosse 264 et constituent la classe typologique la plus importante de cette étude. Leur emploi privilégié pour le traitement des peaux a été, ici, réaffirmé. Toutefois, les traces d’usure révèlent également une autre utilisation de cet outil encore très peu documentée : le travail des matières dures animales à l’aide des fronts de grattoirs, dans des proportions quant à elles inédites.

149Il convient cependant de considérer les résultats de cette étude avec prudence. En premier lieu parce que le nombre de pièces analysées ne correspond qu’à un faible échantillon du mobilier en silex mis au jour dans le remplissage de la fosse. En second lieu parce que l’étude ne porte, pour l’essentiel, que sur une catégorie d’outils sélectionnée à dessein. En attendant que de nouvelles recherches viennent enrichir les résultats de cette étude, il faut insister sur le fait que l’analyse tracéologique des artefacts en silex de la fosse 264 met en évidence la pratique d’activités telles que la boucherie, la peausserie ou l’utilisation sur des matières osseuses (os et bois de cervidés), à proximité sans doute de la fosse. La durée de fonctionnement des outils, brève comme le suggère le faible développement des traces d’usage, pourrait être un argument en faveur d’une utilisation liée à l’exploitation des ressources cynégétiques plutôt que domestiques.

Le macro-outillage lithique (C. HAMON)

150L’outillage macrolithique de la structure 264 inclut dix outils retrouvés majoritairement au sein de la couche 5, et cinq fragments et éclats de blocs naturels de calcaires brûlés sans traces de façonnage pour un poids total de 3 465 g (figure 44).

Couche 1

151La couche 1 a livré un percuteur en grès quartzitique (6,4 x 5,3 x 4,6 cm). Sa tranche présente un microesquillement et un écrasement fin couvrant et des traces de façonnage par enlèvement.

152La couche 1 a en outre livré deux abraseurs à rainure (figure 45 f). Le premier, de forme et de section semi-circulaire, est façonné sur un grès assez granuleux (4,4 x 4,4 x 3,5 cm). Son dos est poli, tout comme les rebords de la rainure ; une rainure centrée à bords parallèles et section en “u” évasée traverse longitudinalement l’objet (3,8 x 1,2 x o,4 cm). L’autre abraseur en grès ferrugineux orangé est de forme rectangulaire et de section semi-circulaire (5 x 1,2 x 3,8 cm) ; il présente deux fractures transversales et semble altéré par une chauffe. La rainure centrale longitudinale à bords parallèles est légèrement curviligne (4,8 x 1,2 x o,5 cm).

153Dans la littérature, ces objets sont associés à des usages très divers en fonction des contextes. Plusieurs découvertes archéologiques tendraient à démontrer l’emploi de certains de ces abraseurs pour la confection des parures en coquillage et notamment de perles (Augereau, Bonnardin, 1998 ; Camps-Fabrer, 1960). Nos propres observations tracéologiques nous avaient conduit à identifier le travail de matières osseuses sur plusieurs de ces outils mais la nature même des grès employés, très poreux, empêchait une lecture fiable des traces d’utilisation (Hamon, 2006). On sait en outre par l’ethnographie que les abraseurs à rainure longitudinale sont utilisés pour le redressement des hampes de flèches (Flenniken, Ozbun, 1988). Bien que nous ne puissions proposer une lecture tracéologique fiable des surfaces d’utilisation des abraseurs de la structure 264 de Vignely, les deux dernières hypothèses corroborent les informations apportées par l’ensemble des vestiges retrouvés dans la fosse 264, qui évoquent des activités à la fois cynégétiques et de traitement des matières animales (peaux et matières dures animales).

Figure 44 – Décompte du macro-outillage lithique.
a. En nombre

Couche 3

154Un seul objet a été retrouvé dans la couche 3. Il s’agit d’un outil de broyage indéterminé en grès quartzitique, de forme et de section triangulaire. La face inférieure, partiellement piquetée et polie, a dû être utilisée comme une table de broyage. Sur la face supérieure, deux zones se distinguent nettement : une plage portant des traces de piquetage et de griffures sur un bord et une autre plage lissée sur l’autre bord. Son poids (1,9 kg) et ses dimensions évoquent un usage en pièce passive (figure 45 b).

Couche 5

155Dans la couche 5, cinq outils de broyage ont été retrouvés. Une demi-molette en grès quartzitique de forme semi-circulaire offre un dos et des bords à peine aménagés par détachement d’éclats (13,2 x 11 x 4,2 cm). Un autre fragment de molette en calcaire présente des bords façonnés et un dos naturel avec quelques aspérités de frottement ; le choix du calcaire évoque plutôt un usage d’appoint (11 x 9 x 4 cm).

156À ces objets s’ajoutent deux “ébauches” de molettes, l’une en grès, l’autre en calcaire. L’ébauche parallélépipédique en calcaire est fracturée transversalement et présente des traces d’un façonnage minimal de ses bords (13,4 x 12,8 x 8 cm). L’ébauche de molette en grès compact à ciment calcaire est de forme semi-circulaire (15,5 x 12 x 9,5 cm) ; son dos présente des traces d’enlèvements associées à des zones polies couvrantes sur les arêtes.

b. En poids (g).

Figure 45 – Outillage en grès. a. Ébauche de molette (couche 5) ; b. Outils de broyage passif (couche 3) ; c. Percuteur (couche 3) ; d. Percuteur (couche 5) ; e. Semi-molette (couche 5) ; f. Polissoirs à rainures. [Dessins : C. Hamon]

157Deux outils composites, associant percussion lancée (concassage/écrasement) et percussion posée (broyage circulaire), ont également été retrouvés :

  • un broyon-percuteur en grès quartzitique est de forme circulaire et de section rectangulaire ; toute sa tranche est finement percutée sur une bande de
    2 cm de large, tandis qu’une de ses faces est percutée et l’autre revêt un poli couvrant des aspérités ;

  • une molette à main en grès à ciment calcaire a également été utilisée comme percuteur (7,4 x 7,8 x 5,5 cm). Un lissage des aspérités caractérise la face supérieure de cet objet dont la tranche et l’extrémité contiguës sont finement piquetées. Cet objet fracturé a vraisemblablement subi une chauffe.

158Un éclat de façonnage en grès quartzitique complète la série de la couche 5 ; il présente des traces de lissage de la surface naturelle et aurait donc été utilisé.

Synthèse

159Plusieurs indices renvoient à une conception opportuniste des outils de broyage. L’usage de calcaires et de grès à ciment calcaire pour la réalisation des outils de broyage évoque une simple récolte des matières premières disponibles en surface, sans qu’une véritable recherche de matériaux, même locaux, n’ait été effectuée. On est en effet très loin de l’usage de grès de bonne qualité mis en évidence sur la plupart des sites néolithiques de la vallée de la Marne (Hamon, 2006).

160La préparation relativement grossière des surfaces actives de ces mêmes outils abonde également en ce sens. Enfin, l’ébauche de molette en grès semble avoir été utilisée à des fins de broyage avant même une préparation minimale de la surface active. L’emploi de grès et decalcaire et le façonnage peu investi des objets ne correspondent pas non plus à la facture des outils traditionnellement rencontrés dans des contextes domestiques structurés plus tardifs du Néolithique final sub-local, tels qu’à Lesches, les Prés-du-Refuge ou encore à Meaux , Route de Varreddes (Brunet dir., 2006 ; Brunet, Cottiaux dir., 2007).

Figure 46 – Répartition de La céramique
au sein des couches en poids et en nombre.

161L’ensemble de l’outillage en grès et calcaire de la st. 264 évoque donc incontestablement un usage ponctuel, de courte durée, ne nécessitant pas le broyage de denrées alimentaires en grande quantité. Les abraseurs à rainures retrouvés dans le remplissage supérieur de la fosse pourraient être directement liés aux activités de traitement des matières animales suggérées par l’ensemble du mobilier récolté dans la fosse.

La céramique (P. BRUNET)

Présentation

162La fosse a livré 237 tessons pour un poids total de 1728 g (figure 46). Le poids moyen du tesson est de 7,3 g ce qui indique une forte fragmentation. L’élément le mieux conservé correspond à un fond plat dont le module avoisine les 10 cm pour un poids de 110 g.

163Plusieurs remontages ont été effectués, tous au sein d’une même couche (couches 1 et 2).

164La couleur des tessons est très variable (figure 47). Sur 137 tessons décomptés, 51 sont de couleur chaude (orangé, brique ou marron), 69 de teinte neutre (gris) et seulement 10 de couleur froide (gris ou noir). En revanche, les parois internes adoptent des teintes froides (grises ou noires) à hauteur de 50 % de l’effectif. Les teintes chaudes et neutres sont respectivement de 22 et 28 %. Apparemment, aucune corrélation entre teintes internes et externes n’est décelable : on ne peut que constater la variabilité des associations.

165En cassure, ancienne ou fraîche, la majorité des tessons est grise à noire.

Les formes

166Les éléments caractéristiques se réduisent à une douzaine d’individus, dont trois fonds plats, le plus épais mesurant 20 mm d’épaisseur. Deux d’entre eux supportent un départ de panse évasée et on note la présence d’un léger bourrelet périphérique qui distingue la panse du fond sans être débordant (figure 48, nos 12,13).

Figure 47 – Décompte des colorations internes
et externes des tessons.

Le troisième, non dessiné, ne concerne que l’amorce de la panse et son état est trop fragmentaire pour en tirer un quelconque enseignement. Ces trois éléments se répartissent dans les couches 1, 2 et 4.

167Le reste des fragments se rapporte soit à des bords, soit dans le meilleur des cas, au départ de la panse supérieure. Aucun décor n’est attesté.

168Cinq bords possèdent une orientation droite ou à peine divergente (figure 48, nos 1, 4, 9 à 11). La lèvre est traitée en biseau, en arrondi ou munie d’un léger bourrelet externe. Trois d’entre eux appartiennent à des vases fermés surmontés soit d’un bord droit (figure 48, n° 1), soit d’un bord à peine évasé (figure 48, nos 7, 8). Les diamètres de ces derniers avoisinent 13 et 19 cm à l’ouverture.

169Les quatre éléments restants correspondent à des récipients dont les bords sont plus ou moins ouverts.

170Enfin un tesson de panse possède un orifice foré sur pâte cuite.

Observations technologiques des poteries (R. MARTINEAU)

Matériel et méthode

171Le corpus est très fragmenté et les éléments typologiques sont rares. Les observations du vrac et des éléments typologiques ont été faites à l’œil nu et à la loupe binoculaire.

Les groupes de pâte

172L’ensemble du corpus comprend six groupes de pâte :

173Groupe 1 : texture feuilletée avec inclusions de silex. Les cuissons correspondent plutôt à une phase III. Aucun élément typologique n’est présent dans ce groupe.

174Groupe 2 : pâte poussiéreuse qui atteste d’une proportion de silt ou de limon, au sens granulométrique du terme, associée à la matrice argileuse, avec des inclusions de quartz ou de quartzite, de feldspath et de chamotte rouge. La couleur est orangée, la cuisson est en phase IVa. Aucun élément typologique n’est présent dans ce groupe.

Figure 48 – Le mobilier céramique. [Dessins : P. Brunet]

175Groupe 3 : pâte beige clair à brun avec nombreuses inclusions dont chamotte, silex pilé et des éléments qui s’apparentent par leur aspect à du “gypse” (fortement poudreux, feuilleté, blanc à noir). De nombreux éléments gris sont parfois présents, et pourraient correspondre à de la chamotte ou des grumeaux (figure 48, nos 7 et 8), ou à un calcaire bioclastique et des inclusions de silex et de “gypse” (figure 48, n° 12).

176Groupe 4 : inclusions de chamotte, parfois gris/blanc et quartz sans doute inclus dans la matrice (figure 48, nos 3, 10 et 13 et les deux éléments atypiques par leur fabrication).

177Groupe 5 : pâte sableuse avec quartz émoussés (figure 48, nos 4 et 6).

178Groupe 6 : grains de carbonate et quartz (figure 48, n° 9).

Éléments diagnostics liés à la fabrication des poteries

179Cinq tessons présentent un façonnage par assemblage d’éléments attestés par des structures en languettes très étirées et un collage interne. Ces tessons appartiennent au groupe de pâte 2. Dans l’état actuel des connaissances, ce type de structure de façonnage peut surtout être comparé avec le site néolithique récent des Bois-Plantés à Presles-et-Boves (Aisne ; ce volume).

180La majeure partie des surfaces correspond plutôt au Néolithique récent. Ce sont des surfaces brutes, sans traitements. Néanmoins, quelques tessons présentent des surfaces qui ont été traitées, comme l’attestent les quelques traces d’outil des tessons (figure 48, nos 6, 10 et 11). Ces traitements de surface ne sont pas du tout caractéristiques du Néolithique récent.

Les tessons atypiques

181Sur tout l’ensemble, seuls trois tessons sont atypiques : deux proviennent de la couche 3. Ils correspondent au groupe de pâte 4 (quartz et chamotte/grumeaux assez abondants), mais les inclusions sont inférieures à 2 mm et, surtout, les surfaces sont traitées très différemment de la poterie du Néolithique récent et du reste du corpus. Un troisième tesson atypique provient de la couche 1. Son épaisseur est de 4 mm et les inclusions, inférieures à 1 mm, sont nombreuses et bien réparties dans la pâte. De plus, les surfaces sont comprimées. Il pourrait s’agir d’un polissage à consistance verte à cuir. Les caractéristiques techniques de ce tesson sont très différentes de celles du Néolithique récent.

Conclusion

182Trois tessons typologiques présentent des traces sur les surfaces, ce qui les distingue du reste du corpus. Trois autres tessons sont tout à fait atypiques par l’ensemble des critères techniques et typométriques. Ces six tessons évoquent plus le Néolithique moyen ou final que le Néolithique récent.

183En dehors de ces tessons particuliers, l’ensemble du corpus présente des caractéristiques communes : présence de chamotte très fréquente, associée dans les pâtes à des inclusions probablement naturelles tels que le quartz (systématique), le “gypse” (très fréquent) et le silex (fréquent). Dans certains cas, ces inclusions de silex pourraient avoir été pilées et ajoutées volontairement à la pâte. La quantité de “gypse” dans les tessons 7 et 12 permet de l’interpréter comme un véritable dégraissant. Il reste à savoir si ce minéral peut se trouver naturellement associé à des argiles, ce qui paraît peu probable a priori.

184À partir de ce type de pâte majoritaire, les potiers ont fabriqué des poteries par assemblage d’éléments très étirés, en utilisant des procédés de jonction qui ne laissent pratiquement pas de traces en surface, comme c’est généralement le cas au Néolithique récent. Les procédés de jonction des éléments et la méthode de façonnage mise en œuvre peuvent aisément trouver des comparaisons avec les poteries du Néolithique récent de plusieurs sites étudiés dans ce volume.

Les datations radiocarbone

185Trois datations radiocarbone ont été effectuées, l’une au NSF-Arizona AMS Laboratory :

186AA 65209 : 4320 + 130 BP soit à 2 sigma : 3352-2619, 2607-2599, 2593-2586 BC ;

187Les deux autres au Centrum voor Isotopen Onderzoek à Groningue :

188Une jugée non fiable par le laboratoire, l’autre :

189GrA-49250 : 4575+40 BP soit à 2 sigma : 3497-3104 BC (Calibration sur Calib 6.1.1, Stuiver et alii, 2005)

SYNTHÈSE GÉNÉRALE

190La fosse de la Noue-Fénard s’inscrit dans un contexte archéologique régional illustré par les découvertes anciennes de sépultures collectives et les quelques sites domestiques révélés au cours des opérations de sauvetage de ces dernières années (Cottiaux et alii, ce volume). On ne peut que constater la disparité de ces derniers qui englobent minières, ateliers de taille, sites à couche d’occupation et sites ne livrant que quelques fosses. La fosse 264 se démarque notablement des sites structurés par l’importance même de son creusement et son abondance en vestiges. On note en effet que la plupart des creusements mis au jour ces dernières années en vallée de Marne sont d’un module diamètre/profondeur avoisinant moins d’un mètre.

191Par ailleurs, comment expliquer l’assemblage des rejets au sein de la fosse ? La faune, essentiellement sauvage, atteste une masse carnée exceptionnelle, mais aussi l’obtention d’outils osseux spécifiques, et un approvisionnement probable en fourrure. Le lithique semble répondre à cet état de fait : abondance des grattoirs liés au travail des peaux, présence d’armatures de flèches. L’analyse tracéologique confirme les travaux de boucherie, de peausserie ou l’utilisation sur matières dures (os et bois de cervidés).

Figure 49 – Comparaisons des céramiques aux surfaces lissées. 1. Vignely, la Noue-Fénard [dessin : P. Brunet] ; 2. Vignely, la Porte-aux-Bergers [dessin : I. Praud] ; 3. Isles-lès-Meldeuses [dessin : P. Magne] ; 4. Morains-le-Petit, le Pré-à-Vaches [dessin : P. Magne] ;
Armatures. En haut, Vignely, fosse 264 de la Noue-Fénard [dessins : E. Boitard] ; en bas, Vignely, sépulture collective de la Porte-aux-Bergers [dessins : P. Allard].

192On constate aussi que la durée de fonctionnement des outils en silex semble avoir été brève. Ceci n’est pas infirmé à la fois par la faiblesse numérique de la céramique et par un usage de courte durée du matériel de mouture et des outils osseux.

193De rares éléments semblent échapper au domaine de l’exploitation animale : présence de fragments de haches polies dont l’utilisation n’exclut toutefois pas l’équarissage, d’un racloir à une coche (réutilisation secondaire d’un objet voué à la récolte ?).

194L’exploitation et le traitement du gibier, dans un temps relativement court, doivent répondre à une activité éloignée des zones d’habitats absentes du site. On peut y voir une chasse intentionnelle au cours d’une saison propice, afin d’acquérir un volume de viande (qui pourrait être conservé par fumage), de peaux, de matière première pour l’obtention d’outils spécifiques en os. L’ensemble des vestiges répond de façon cohérente à l’hypothèse d’une chasse.

195Ils sous-tendent une pratique cynégétique d’envergure qui permet d’obtenir un stock de matériaux bruts et de répondre ainsi aux diverses activités de transformation, voire de consommation. Le rejet opportuniste de cette activité dans une fosse a permis de sceller, miraculeusement, un instantané de la vie de ces agriculteurs-éleveurs.

Vers un nouveau groupe culturel ?

196La céramique s’apparente aux deux vases de la sépulture collective de la Porte-aux-Bergers à Vignely tant du point de vue des formes que de leur aspect externe (Allard et alii, 1995, p. 398). Les rapprochements concernent aussi le silex, par l’étonnante similitude des armatures trapézoïdales à bords divergents concaves. Ces armatures sont attribuables aux assemblages du Néolithique récent. Leur répartition couvre l’est du Bassin parisien notamment dans les vallées de la Marne, de la Seine, de l’Yonne et de l’Essonne (Renard, in Cottiaux coord., 2004). Deux datations radiocarbone situent la sépulture collective du début au Néolithique récent : la première, sur charbon de bois retrouvé dans un remplissage d’un poteau : Ly-9401 : Âge14C BP : 4645 ± 35 soit de 3517 à 3357 av. J.-C., la seconde, sur un fragment d’os de l’individu qui portait un collier de perles en tôle de cuivre : Ly-2682 (GrA) : Âge14C BP : 4590 ± 40 soit de 3499 à 3123 av. J.-C. La date obtenue sur os dans la couche la plus profonde de la structure est à peine plus récente : GrA-49520 : 4575 ± 40 soit de 3497 à 3104 av. J.-C. et s’insère au début du Néolithique récent.

197Le site d’Isles-lès-Meldeuses a livré deux vases assez atypiques, des polissoirs à rainure en grès, des grandes pointes en os de deux types : lissoirs et poinçons. Ces pointes et les polissoirs à rainure sont directement comparables à la sépulture de Vignely. Empruntons à G. Bailloud la description des poteries : “Quant à la céramique, même si quelques tessons apparaissent dissonants d’avec l’ensemble, les vases de forme reconstituable appartiennent sans discussion possible à la civilisation de Seine-Oise-Marne ; ils représentent pour celle-ci une production de qualité plutôt supérieure à la moyenne" (Bailloud, 1971) (figure 49). À Morains-le-Petit, les tessons sont aussi dégraissés au silex brûlé pilé et une partie de la production céramique diffère du corpus du Néolithique récent : elle se rapporte à des surfaces polies au galet (Martineau in Cottiaux coord., 2004). Une datation radiocarbone sur un fragment de gaine de hache (n° 3507 BL) donne : GrA-29529 : 4630 ± 45 BP soit à 2 sigma : 3630-3130 BC. avec une aire relative à 95,5 % entre 3524-3336 BC (figure 50).

198Les deux formes les mieux conservées de la Noue-Fénard présentent un col long non segmenté surmontant une panse fermée et s’inserrent dans la typologie des formes du Néolithique récent (Cottiaux coord., 2004, figure 4). L’hypothèse d’une datation au début du Néolithique récent est soutenue par les datations radiocarbone de la Porte-aux-Bergers et de Morains-le-Petit. On pourrait y voir son origine dans le Groupe de Gravon/ Balloy où l’on constate des formes similaires à fond plat (Henocq-Pochinot, Mordant, 1991, figure 7).

199On constate aussi que la céramique de ces deux sites s’individualise par rapport aux céramiques des sites domestiques du Néolithique récent de la vallée de Marne (la Pente-de-Croupeton à Jablines, le Pré-aux-Bateaux à Luzancy, etc. ; Cottiaux, ce volume). On constate en basse vallée de Marne deux productions céramiques : les vases à surface lissée et ceux, plus classiques, à surface irrégulière.

200Enfin, la durée relativement courte d’utilisation de la sépulture collective de Vignely, comme le remplissage de la fosse de la Noue-Fénard, permet de cadrer les deux sites au début du Néolithique récent. L’association de la céramique lissée, des armatures de flèche de ces deux sites, ainsi qu’à Morains-le-Petit où l’on retrouve ces deux caractères et une gaine à ergot, la présence à Isles-lès-Meldeuses de lissoirs à rainure en grès associés à des pointes en os montrent une certaine cohésion entre ces quatre sites (figure 51). L’assemblage de la fosse 264 confirme l’inhomogénéïté des différentes catégories de mobilier au sein du Néolithique récent du Bassin parisien. Il met en avant, une fois de plus, une spécificité d’un groupe de la Marne se détachant de l’ancien concept de Seine-Oise-Marne (Augereau et alii, 2007, p. 165-184).

Figure 50 – Dates radiocarbone de : Vignely, structure 264, sur os, couche inférieure (GrA-49520), Vignely, sépulture collective, sur os de la sépulture au collier en cuivre (Ly-2682) ; Morains-le-Petit, Le Pré-à-Vaches, gaine de hache (GrA-29529) ; Vignely, sépulture collective, charbon de bois dans un trou de poteau (Ly-9401).

Figure 51 – Récapitulatif des objets associés à la céramique lissée du Néolithique récent.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Localisation géographique de Vignely(Seine-et-Marne). [Infographie : P. Brunet]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 2 – Localisation des principales opérations archéologiques.[Infographie : P. Brunet]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure 3 – Coupe schématique présentant le contexte stratigraphique associé à la fosse 264.[Infographie : P. Brunet]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 4 – Plan général du site de la Noue-Fénard et de la fosse 264.[Infographie : P. Brunet]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure 5 – Coupe et dynamique de remplissage de la structure.[Infographie : P. Brunet]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Figure 6 – Répartition des différents vestiges en nombre dans les cinq principales couches.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 7 – Variation des taux de resteset de poids de la faune selon les couches en %.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Figure 8 – Composition des restes de faune de la couche 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 9 – Composition des restes de faune de la couche 3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 10 – Composition des restes de faune de La couche 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 11 – Composition des restes de faune de la couche 1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 12 – Comparaison des mesures des bovinés de la structure 264 avec les aurochs et les bœufs domestiques danois.[D’après DËGERB0L, FREDSKILD, 1970]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 13 – Comparaison de la hauteur des garrots des suidés de Vignely avec les porcs et les sangliers de divers sites néolithiques.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 14 – Comparaison des mesures des suidés de la structure 264 avec les porcs et les sangliersdes sites de Chalain (Arbogast, 1997), Cuiry-lès-Chaudardes (Hachem, 1995), Louvier (Tresset, inédit).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 15 – Pourcentage des restes brûlés par couche (en % NR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Figure 16 – Données globales de la faune de la structure 264.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 17 – Composition des restes de bovinés.[Dessin : D. Molez, UMR 7041]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Figure 18 – Composition des restes de suinés.[Dessin : M. Coutureau, d’après Pales, Garcia, 1981]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Figure 19 – Composition des restes de castor.[Dessin : M. Coutureau, d’après Pales, Garcia, 1981]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure 21 – Métatarses d’ours.[Cliché : C. Bemilli]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Figure 23 – Localisation des restes de loutre.[Dessin : M. Coutureau, d’après Pales, Garcia, 1981]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Figure 20 – Localisation des restes de cerf et de ses traces de découpe. [Dessin : J. G. Ferrié, d’après C. Beauval et M. Coutureau, 2003]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Figure 22 – Composition des restes d’ours.[Dessin : M. Coutureau, d’après Pales, Garcia, 1981]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Figure 24 – Localisation des restes de renard et de ses traces de découpe. [Dessin : M. Coutureau, C. Bemilli, 2007, d’après Ducrotay de Blainville, 1839]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure 25 – Aménagement sur phalange d’ours.[Cliché : C. Bemilli]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 26 – Répartition des pièces par couche et par matière première.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure 27 – Outils sur os tronqué. 1. Radius de bovidé ; 2. Tibia de bovidé ; 3. Fémur de bovidé ; 4. Humérus de bovidé. [Dessins : M.-F. André]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Figure 28 – Détail des endommagements observés sur les os tronqués. 1-2. Surface de fracture écrasée et polie ; 3-4. Altérations de la micro-surface (zone b) ; 5-6. Éclatements des bords de fracturation. [Clichés : Y. Maigrot]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Figure 29 – Restitution schématique des différents procédés de fracturation en percussion lancée diffuse avec percuteur de pierre expérimentés, selon la position de l’os sur l’enclume et la localisation de l’impact. 1. Support osseux à plat sur l’enclume et impact perpendiculaire ; 2. Support osseux en porte à faux et impact décalé ; 3. Support osseux en porte à faux et impact au niveau de l’arête de l’enclume. Photo en bas à gauche : fracturation résultant du procédé n° 1 ; en bas à droite : fracturation résultant du procédé n° 3. [Clichés : Y. Maigrot]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 30 – Utilisation expérimentale d’outils sur os tronqué pour écraser des tendons secs de chevreuil, en percussion lancée diffuse sur enclume. En haut à gauche : état initial d’un tendon ; en haut à droite : tendon travaillé ; en bas : position de l’os tronqué au cours de l’expérimentation. [Clichés : Y. Maigrot]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 31 – Détail des endommagements macro et microscopiques observés sur les os tronqués expérimentaux. 1. Os tronqué nonretouché utilisé pour travailler le tendon sec ; 2. Os tronqué retouché utilisé pour travailler le tendon sec ; 3. Os tronqué retouchénon utilisé ; 4. Os tronqué brut de fracturation. [Clichés : Y. Maigrot]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 32 – 1-2. Outils sur canine inférieure de suidés ; 3-9. Chutes de fabrication en bois de cerf.[Dessins : M.-F. André sauf nos 1 et 2 : Y. Maigret]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 33 – Outillage sur bois de cerf. 1-2. Biseaux sur merrain perforé ;3. Gaine à ergot ; 4-7. Chutes de fabrication. [Dessins : M.-F. André]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Figure 34 – Comparaison des mesures de ta gaine à ergot de Vignely avec les valeurs moyennes des gaines à ergot du Néolithique moyen (Clairvaux 7 et Clairvaux 14, 48 individus d’après MAIGROT, 2004 et 2005), du Horgen (Chalain 19 couche 0, 10 individus, d’après Maigrot, 1998) et du groupe de Clairvaux (Chalain 4, 97 individus, d’après Maigrot, 2003). Mesures exprimées en mm.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure 35 – Grattoirs. [Dessins : E. Boitard]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Figure 36 – Racloirs et racloir à une encoche. [Dessins : E. Boitard]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Figure 37 – Racloirs sur support épais. [Dessins : E. Boitard]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Figure 38 – Outillage divers, remontage, armatures et bitroncatures. [Dessins : E. Boitard]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Figure 39 – Nucléus et outillage divers. [Dessins : E. Boitard]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Figure 40 – Outillage divers et pièces retouchées. [Dessins : E. Boitard]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Figure 41 – Fréquence de supports usés par type d’outils.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Figure 42 – Les matières travaillées.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure 43 – Grattoir utilisé pour le travail de la matière dure animale (bois de cervidé). [Infographie et clichés : R. Gosselin]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 44 – Décompte du macro-outillage lithique. a. En nombre
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende b. En poids (g).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Figure 45 – Outillage en grès. a. Ébauche de molette (couche 5) ; b. Outils de broyage passif (couche 3) ; c. Percuteur (couche 3) ; d. Percuteur (couche 5) ; e. Semi-molette (couche 5) ; f. Polissoirs à rainures. [Dessins : C. Hamon]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 46 – Répartition de La céramiqueau sein des couches en poids et en nombre.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Figure 47 – Décompte des colorations interneset externes des tessons.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure 48 – Le mobilier céramique. [Dessins : P. Brunet]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 49 – Comparaisons des céramiques aux surfaces lissées. 1. Vignely, la Noue-Fénard [dessin : P. Brunet] ; 2. Vignely, la Porte-aux-Bergers [dessin : I. Praud] ; 3. Isles-lès-Meldeuses [dessin : P. Magne] ; 4. Morains-le-Petit, le Pré-à-Vaches [dessin : P. Magne] ;Armatures. En haut, Vignely, fosse 264 de la Noue-Fénard [dessins : E. Boitard] ; en bas, Vignely, sépulture collective de la Porte-aux-Bergers [dessins : P. Allard].
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 50 – Dates radiocarbone de : Vignely, structure 264, sur os, couche inférieure (GrA-49520), Vignely, sépulture collective, sur os de la sépulture au collier en cuivre (Ly-2682) ; Morains-le-Petit, Le Pré-à-Vaches, gaine de hache (GrA-29529) ; Vignely, sépulture collective, charbon de bois dans un trou de poteau (Ly-9401).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 51 – Récapitulatif des objets associés à la céramique lissée du Néolithique récent.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16686/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

Auteurs

Inrap
56 boulevard de Courcerin, 77183 CROISSY-BEAUBOURG

Inrap, UMR 5197-Archéozoologie, Derniers Chasseurs,
Premiers éleveurs
Muséum d’Histoire naturelle
22 rue Nétien, 76000 ROUEN

Inrap
56 boulevard de Courcerin, 77183 CROISSY-BEAUBOURG

Inrap
32 rue Delizy, 93500 PANTIN

CNRS, UMR 8215-Trajectoires
Maison René Ginouvès
21 allée de l’Université, 92023 NANTERRE

© ARTEHIS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search