Version classiqueVersion mobile

La fin du IVe millénaire dans le bassin parisien

 | 
Richard Cottiaux
, 
Laure Salanova

Première partie

Le site d’habitat du Néolithique récent de Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne)

Sylvain Thouvenot, Pierre Allard, Richard Cottiaux, Rémi Martineau et Cécile Monchablon

Résumé

Un projet de carrière de sable implanté à Presles-et-Boves, aux Bois-Plantés dans l’Aisne a conduit à une série d’opérations d’archéologie préventive sur les vestiges d’un habitat du Néolithique récent. Ce dernier se présente sous la forme d’un sol d’occupation et de structures excavées qui ont livré un mobilier archéologique abondant. C’est le premier de cette importance à être découvert pour cette époque dans le département de l’Aisne. L’étude du mobilier céramique et lithique permet d’apporter des éléments sur sa nature et sa datation. Elle constitue également une opportunité pour apporter des précisions sur les productions de cette époque encore peu documentée.

Texte intégral

1La découverte de site d’habitat du Néolithique récent n’est pas un événement très courant dans le Bassin parisien. Les conditions de conservation de structures en creux et d’une couche archéologique sont, de plus, rarement rassemblées sur ce type de site, en particulier dans la vallée de l’Aisne. C’est pourtant le cas qui s’est produit au lieu-dit des Bois-Plantés à Presles-et-Boves. Cette situation exceptionnelle conduit à présenter les données de ce site sous une forme très descriptive, tant en ce qui concerne les différents contextes archéologiques rencontrés, que pour les différentes catégories de mobiliers mises au jour : poteries, industrie lithique et macro-outillage en grès.

PRÉSENTATION (S. THOUVENOT, R. COTTIAUX)

2Le site est localisé à environ 4 km en amont de la confluence de l’Aisne avec la Vesle, sur l’interfluve dominé par le plateau tertiaire. Il y occupe une terrasse alluviale de la rive gauche de l’Aisne, à 900 m de distance de son cours actuel. La parcelle étudiée se situe en effet en pied de coteaux, au débouché d’un vallon. Si le plateau la surplombe au sud et à l’est, elle est, en revanche, largement ouverte sur la plaine alluviale vers le nord et l’ouest (figure 1). Son altitude moyenne est de 54 m NGF et présente une très faible pente sud-nord.

Figure 1 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Localisation
de la carrière. [Extrait IGN 1/25000’, Braine 2611 Est]

Figure 2 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).
Plan général du site. [Infographie : S. Thouvenot, Inrap]

3Dans l’emprise étudiée d’environ 2,6 ha au total, deux formations sédimentaires principales se distinguent. La première correspond aux sables tardiglaciaires de la terrasse alluviale. La seconde correspond au comblement d’un large talweg qui traverse en diagonale l’ensemble du terrain et entaille le sommet des formations alluviales (figure 2). En amont de la parcelle, le talweg est encore alimenté par un ruisseau jusqu’aux abords du site.

4Les terrains situés à l’ouest du talweg présentent une séquence stratigraphique assez développée du fait d’une exceptionnelle conservation des horizons pédologiques d’un sol brun lessivé, sur les sables alluviaux : terre végétale (de 0 à – 30 cm) ; sables siliceux fins et gris de l’horizon éluvial E (– 30 à – 60 cm) et limons sablo-argileux brun rouge de l’horizon illuvial Bt (– 60 à – 80 cm). Ces horizons surmontent la roche mère M composée par les sables tardiglaciaires jaunes ponctués de nombreuses poches de cryoturbations comblées de limons sablo-argileux brun-orange. C’est le premier horizon de cette séquence qui a livré l’essentiel du mobilier archéologique découvert sur le site. Mais, il est en partie érodé, c’est-à-dire que l’on observe, par endroits, l’horizon Bt directement au contact de la terre végétale.

5La séquence sédimentaire est différente sur la rive opposée du talweg, vers le nord et l’est. Le sol est plus tronqué, la terre végétale surmontant souvent les sables tardiglaciaires. Le talweg lui-même, mesurant de 1 à 2 m de profondeur, est comblé de colluvions sablo-limoneuses de couleur brun-orange rajeunies d’apport.

6Les données présentées dans cet article sont le résultat de trois campagnes de fouilles menées en 1994, 1995 et 2000 (Allard et alii, 1994 ; Thouvenot, allard, 1995 ; Thouvenot, 2000). À la découverte du site en 1994, après un décapage mécanique intégral de la terre arable, plusieurs secteurs disjoints de l’horizon de sables gris ont été fouillés manuellement avec une maille d’enregistrement d’1 m2. Les sondages manuels ont été étendus en 1995 afin d’agrandir les fenêtres d’observations dans cet horizon sédimentaire (secteurs 1-4 et 6, figures 2 et 3). En 2000, la dernière campagne de terrain a permis de décaper une nouvelle parcelle au nord sur une superficie de 0,85 ha, et de réaliser deux tranchées de sondages complémentaires dans la première parcelle.

LES DIFFÉRENTS CONTEXTES ARCHÉOLOGIQUES (S. THOUVENOT, R. COTTIAUX)

La parcelle nord

7Le talweg occupe plus de la moitié de ce terrain. Son comblement (structure 50) a livré la majorité du mobilier découvert. Sur sa bordure orientale trois fosses ont également été mises au jour (structures 44, 48 et 49), dont une stérile (structure 48, figure 2). L’essentiel du mobilier découvert dans cette zone (fosses et niveau) se rattache à des productions de la fin du Néolithique ancien. Il pourrait faire écho à une occupation du Néolithique ancien mise au jour au nord du talweg.

La parcelle sud

8L’occupation du Néolithique récent semble principalement circonscrite à la partie sud-ouest de l’emprise entre le talweg et les limites de décapage. Le mobilier provient des différents secteurs fouillés de l’horizon de sable gris (structure 23) et de 35 structures fossoyées, le tout étant dispersé sur une bande de terrain mesurant environ 40 x 150 m, soit 6 000 m2 (figures 2 et 3).

9Le niveau sableux gris 23 est développé sur l’ensemble de cette zone, bien qu’il ne soit pas conservé sur la totalité de la surface. La fouille manuelle a porté sur 200 m2 seulement de cet horizon, représentant moins de 5 % de la superficie totale. Néanmoins, elle a permis d’observer que le mobilier est réparti inégalement d’un secteur à l’autre. Dans les secteurs les plus hauts comme le secteur 2, la couche est pratiquement stérile. Elle est au contraire particulièrement riche dans le secteur 3. Cependant, nous ne sommes pas en mesure de savoir si ces différences sont uniquement dues à un impact plus important de l’érosion sur les secteurs hauts, ou si elles témoignent d’une réalité archéologique de dispersion inégale des vestiges sur un sol d’occupation. Dans ce secteur mieux conservé, on s’aperçoit qu’à l’endroit des mètres carrés les plus riches, là où les rejets pourraient avoir été les plus conséquents, il n’y a pas de structures excavées.

10De nombreuses anomalies dans l’horizon sédimentaire sous-jacent au niveau 23 ont été reconnues. Certaines d’entre elles ont été identifiées après le décapage de la terre végétale dans les secteurs où les sables gris étaient érodés. En revanche, dans les secteurs mieux conservés, les fosses ne sont apparues qu’après la fouille de cet horizon. Ainsi, le site ayant été fouillé partiellement, le plan des vestiges est vraisemblablement incomplet (figure 3).

11Parmi les structures enregistrées, on compte 19 dépressions du terrain comblées par le même sédiment que le niveau 23, sans que l’on sache s’il s’agit de structures anthropiques ou naturelles (structures 4, 6, 7, 9, 10, 12, 14, 15, 17, 18, 19, 22, 24, 26, 27, 29, 31, 41 et 43). Elles sont pour la plupart de grandes dimensions (entre 1,40 m et 4,10 m de longueur et entre 0,90 m et 1,60 m de largeur) et de forme oblongue ou ovale. Leur profondeur est généralement faible (0,20 m en moyenne), leur fond est plat ou irrégulier. À l’exception des dépressions 27 et 41, elles ont toutes livré du mobilier et parfois en quantité importante comme la structure 19.

12Les structures excavées sont au nombre de 16. Parmi elles, les structures 13, 20,33 et 34 sont de petites dimensions (0,40 m à 0,75 m de diamètre et de 0,25 m de profondeur en moyenne). Elles présentent un comblement de limon argileux gris noir très charbonneux qui a livré peu de mobilier. Leur morphologie les apparente à des trous de poteaux. Mais elles sont isolées et ne permettent pas de restituer de plans de bâtiments.

Figure 3 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).
Plan du secteur sud-ouest du site. [Infographie : S. Thouvenot, Inrap]

13Les fosses 1, 2,3,5, 8,11,40 et 46 sont également des structures excavées qui se distinguent de l’encaissant et du niveau 23 par la nature de leur comblement (figure 4). Elles sont toutes de plan circulaire, mais avec un diamètre plus grand qui varie de 0,90 m et 1,40 m et des profondeurs comprises entre 0,15 m et 0,70 m. On note aussi des variations dans leur comblement qui permettent de les différencier les unes des autres. En effet, les structures 1, 2 et 3 présentent un remplissage marqué par une couche inférieure sablo-limoneuse riche en charbons de bois. Les fosses 40 et 46 ont un remplissage hétérogène comprenant notamment des effondrements sableux le long des parois qui correspondent au profil d’équilibre dans le processus de comblement. Les autres (structures 5, 8 et 11) présentent un remplissage homogène. Comme les structures de type “trou de poteau”, ces fosses n’ont livré que très peu de mobilier.

14Les tessons de poterie découverts dans la structure 8 sont clairement apparentés à des productions du Néolithique moyen. Cela permet de supposer que la fosse n’est pas contemporaine des autres structures du secteur. Mais elle reste un cas isolé.

15Enfin, les structures 21, 25, 28 et 47 correspondent à de grandes fosses profondes (de 0,76 m à 1,25 m), de plan circulaire (diamètre compris entre 1,30 m et 1,90 m) (figure 5). Elles présentent des parois abruptes et un fond plat, à l’exception de la structure 28. Leur comblement est hétérogène comme dans les fosses précédentes. On distingue des comblements de sables argileux noirs très organiques, des couches de sable argileux brun foncé, des effondrements de sables remaniés et des sédiments sableux gris proches du niveau 23. Ces derniers sont toujours situés dans la partie supérieure des remplissages. Les sédiments noirs comportant de nombreuses inclusions de charbons de bois correspondent soit au premier comblement de la structure comme dans le cas de la fosse 21, soit à des comblements médians dans les structures 28 et 47. La fosse 21 présente par ailleurs des poches de limon argileux rubéfié qui reposent le long des parois au-dessus de la couche organique comblant le fond de fosse. C’est aussi la fosse qui a livré le plus de mobilier, notamment des fragments de meules.

16La fonction des fosses demeure énigmatique. Malgré leur nombre limité, elles offrent de nombreuses variations, aussi bien du point de vue dimensionnel et morphologique que de leurs comblements. Les comparaisons avec d’autres fosses d’habitat du Néolithique récent dans la vallée de l’Aisne sont aujourd’hui encore limitées aux deux fosses de Cuiry-lès-Chaudardes (Constantin et alii, ce volume). Elles présentent de fortes similitudes à travers leur plan circulaire et leurs dimensions avec les structures circulaires profondes de Presles-et-Boves (structures 21, 25,28 et 47).

Datation14C

17Une date radiocarbone a été obtenue à partir d’un fragment d’os brûlé provenant de la grande fosse profonde 21 du secteur 3. Le fragment provient de la couche de limon argileux noir tapissant le fond de la structure : GrA-32126 : 4 215 ± 35 BP, soit de 2 903 à 2 678 av. n. è. en datation calibrée (2 sigma, Stuiver et alii, 2005).

Figure 4 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).
Exemple de petite fosse circulaire. [Cliché et infographie : S. Thouvenot, Inrap]

Figure 5 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Exemples de grandes fosses circulaires. [Clichés et infographie : S. Thouvenot, Inrap]

LE MOBILIER

18Il se compose majoritairement de fragments de poteries, de pièces en silex et de pièces en grès et en calcaire. Du fait du caractère acide du sol, les restes osseux sont par contre très peu nombreux et très fragmentés. Il s’agit de fragments d’os fortement brûlés, provenant majoritairement des fosses profondes, notamment les structures 47 et 21. Malgré un effectif réduit à une dizaine de restes, un os d’oiseau, un fragment de coxal de porc, une phalange d’ovi-capriné et un fragment de côte de bœuf ont néanmoins été identifiés.

Le mobilier céramique (R. COTTIAUX, R. MARTINEAU)

Le corpus

19Il est composé de 48,168 kg de céramique pour 1179 tessons, provenant de 26 structures en creux et du niveau sédimentaire appelé structure 23 (figure 6). En nombre de restes comme en poids, le niveau 23 est le contexte le plus riche du site puisqu’il livre deux tiers du corpus à lui seul (figure 7).

Figure 6 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Décompte du mobilier céramique par structure.

20La majorité des éléments de cette série se rattachent aux productions du Néolithique récent et proviennent tous de la partie située au sud-ouest du décapage (figure 8). Néanmoins, les fosses 8 et 49 ainsi que le niveau 50 ont livré des céramiques d’une autre période. Localisé dans la partie nord du site, le niveau 50 livre des fragments exclusivement apparentés aux productions de la fin du Néolithique ancien, ainsi que quelques éléments protohistoriques. Le mobilier de la structure 49, également localisée dans la partie nord du site, est attribuable au Néolithique ancien. La structure 8, quant à elle, a livré un vase du Néolithique moyen II. En dépit de ces quelques éléments dont la répartition est d’ailleurs bien circonscrite, le corpus du site constitue la série la plus importante de la vallée de l’Aisne pour le Néolithique récent et l’un des ensembles les plus conséquents du Bassin parisien. Son étude a pour objectif d’en présenter les aspects technologiques et typologiques et de caractériser son homogénéité. Le site offre en effet un contexte archéologique particulièrement favorable, où les interférences avec des occupations diachroniques sont très limitées.

Figure 7 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Proportions
de la céramique en poids, en nombre de tessons et en NMI par
type de contexte.

Figure 8 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).
Répartition du mobilier céramique. [Infographie : S. Thouvenot, Inrap]

L’état de conservation du corpus

21Le mobilier néolithique récent est dans un très bon état de conservation. Les tessons sont solides, les cassures et les surfaces des fragments ne sont pas érodées, à quelques exceptions près comme le tesson de la fosse 40. Les stigmates laissés par le façonnage et le surfaçage des poteries sont de ce fait particulièrement lisibles.

22Plusieurs tessons ont manifestement été recuits, notamment parmi ceux qui sont issus du secteur 3. Ils proviennent à la fois du comblement des fosses 18, 19, 21 et 28 et du niveau 23 où ils sont mêlés à des tessons qui n’ont pas subi de recuisson (figure 6). Néanmoins, ces tessons font écho à la forte proportion de pièces brûlées des industries en silex et en grès provenant du même secteur du site. Le fait que toutes les catégories de matériaux portent des traces de feu pourrait indiquer que cette partie du site a subi un épisode d’incendie ponctuel ne concernant que l’occupation du Néolithique récent.

La fragmentation du mobilier et le nombre minimum d’individus vases (NMI)

23Le poids moyen par tesson, calculé sur l’ensemble du corpus, est de 40,8 g. Il indique que la série est peu fragmentée pour un site d’habitat. Toutefois, le résultat du calcul varie d’une structure à l’autre. Ainsi, le poids moyen par tesson est égal ou supérieur à 40,8 g pour la céramique provenant de huit structures (structures 7, 14,15,18,19, 28, 31 et 40, figure 6) et pour le niveau 23. Il dépasse même 82 g pour le mobilier des fosses 7 et 28. En revanche, la céramique est fragmentée en tessons plus petits pour les 18 autres structures, avec des poids moyens par tesson compris entre 7 et 30 g. Cependant, dans ces dernières, les quantités de mobilier ne sont pas nécessairement réduites, à l’image de la structure 4 qui livre par exemple 56 tessons.

24Le calcul du NMI repose sur le nombre de formes différentes décomptées par contexte (bords, fragments de panses suffisamment conservés et fonds), après avoir mené des tentatives de recollage. La série comporte ainsi 126 éléments typologiques du Néolithique récent, mais aucun vase entier. Elle est composée de deux vases à profil complet, deux vases dont la forme globale est restituée en associant graphiquement un bord et un fond disjoints (malgré la marge d’incertitude importante), 49 bords (diamètre à l’ouverture estimé pour 18 d’entre eux), et 28 fragments de panses (figure 9). On doit ajouter à ces éléments 45 fonds plats différents (diamètre estimé pour 25 d’entre eux). Cependant, on ne peut exclure que parmi ces fonds, certains appartiennent à des vases dont les bords ont été décomptés.

25On compte 58 vases provenant du niveau (st. 23) et 68 du comblement des fosses excavées et des dépressions comblées (figures 6 et 7). Il y a donc plus de vases dénombrés en structure que dans le niveau. Ce décompte est étonnant puisque ce niveau 23 livre les deux tiers du mobilier en nombre comme en poids de restes. Mais, sachant qu’il est plus aisé de faire des décomptes précis sur des ensembles restreints que sur des séries plus conséquentes, on doit considérer que le NMI du niveau 23 est sous-estimé.

Les remontages

26Le nombre de remontages effectués entre des tessons provenant de contextes distants est très limité, pour un éloignement qui par ailleurs n’excède pas quatre mètres. Les remontages réalisés entre plusieurs fosses ne concernent que les dépressions comblées 18, 19 et 22 du secteur 3 (figure 8). En revanche, plusieurs tessons provenant de ces structures se raccordent à des vases découverts dans le niveau sableux 23. Ainsi, la majorité des tessons du vase 23-1 (figure 25) proviennent de plusieurs mètres carrés du niveau 23 et recollent avec des tessons découverts dans le comblement des fosses 18, 19 et 22, et le vase 19-8 (figure 21) est composé de tessons issus de la fosse 19 et du niveau 23. L’ensemble de ces remontages indiquent qu’il n’y a peut-être pas eu de déplacements des restes céramiques après leur rejet définitif, que l’abandon du mobilier déjà brisé a été effectué de façon très localisée et qu’enfin, on peut envisager une contemporanéité partielle des trois structures et du niveau sableux de cette partie du site.

Figure 9 – Presles-et-Boves, Les Bois-Plantés (Aisne).
Décompte par structure des éléments typologiques de la série.

Les aspects technologiques

Méthode d’étude

27Les méthodes et techniques d’analyse utilisées pour cette étude sont décrites en détail dans la partie “méthodologie générale utilisée pour l’étude des matériaux, techniques et chaînes opératoires d’une partie des poteries étudiées dans ce volume” (Martineau, ce volume). L’inventaire et la description des données par individus sont présentés en annexe.

Les pâtes céramiques

28La majeure partie des pâtes contient des inclusions de chamotte incluses dans une matrice beige clair contenant de nombreux quartz de 1 à 2 mm. Ces poteries sont réunies dans le groupe A (96,2 % du corpus). Il est presque certain qu’il s’agit de chamotte vraie, préparée par pilage puis ajoutée à la pâte. Les possibilités de convergence avec des grumeaux apparus lors de la préparation de la pâte restent toujours possibles, ce qui nécessite une certaine prudence, mais la quantité et les dimensions des grains ne laissent guère de doute dans ce cas. À l’intérieur de ce groupe A, deux poteries présentent des caractères légèrement différents du reste des poteries du groupe. Il s’agit de la poterie 23-52 qui contient de la chamotte et un morceau de silice de 1 cm de long contenant des oolithes, et du 23-38 qui présente de nombreux éléments siliceux associés aux inclusions de chamotte.

29Cinq poteries présentent des types de pâte différents. La poterie 13-3, qui contient un fragment de silex associé à la chamotte, et la poterie 25-2 (figure 35), qui comprend pour moitié du silex brûlé et pour moitié de la chamotte, appartiennent au groupe B (1,5 %). La poterie 23-32, avec de nombreuses inclusions de silex à cassure concoïdale, et la poterie 4-1, qui contient du quartz et un éclat de silex gris zoné noir de 2 mm de long, appartiennent au groupe C (1,5 %). La poterie 10-1 ne contient que des inclusions de quartz attribuées à la matrice. L’absence d’autres inclusions incite à la rattacher à un quatrième groupe D (0,8 %).

30Il y a donc deux groupes principaux, le groupe chamotte (A) très largement majoritaire et le groupe silex faiblement représenté (C), ainsi qu’un groupe mixte associant silex et chamotte (B) et un groupe sans ajout d’inclusions (D).

Le façonnage

31Des observations sur le façonnage ont été réalisées sur 72 des 104 poteries dessinées. Ainsi, 70 % des poteries permettent de reconstituer les techniques et méthodes de façonnage, taux relativement élevé par rapport aux observations habituelles.

32Les fonds plats présentent quelques structures bien visibles sous la forme de structures en S horizontaux, plus ou moins complets (figure 17 : 4-2 b ; figure 22 : 19-6 ; figure 23 : 21-7 ; figure 30 : 23-20 ; figure 31 : 23-22 ; figure 34 : 23-31 et non figuré : 23-57), ou d’une structure sub-horizontale dans un cas (non figuré). Ces structures sont certainement liées à la réalisation de l’ébauche des fonds, comme cela a été montré dans le cas des poteries Horgen de Chalain (Martineau, 2000). La méthode de façonnage pourrait être celle du repli de la pâte sur elle-même, donnant cette structure horizontale qui semble séparer en deux certains fonds plats.

33Quelques observations permettent de décrire le processus de mise en forme des pieds des poteries (figure 19 : 14-2 ; figure 22 : 19-6 ; surtout figure 25 : 23-1 et figure 31 : 23-24). La tranche périphérique de la galette du fond, grossièrement façonnée, est mise en forme afin de constituer une concavité (figure 10). Cette opération est réalisée par pression entre le pouce et l’index. La pâte de la surface intérieure du fond est déplacée par rotation du fond. Dans deux cas, la rotation n’a pas été effectuée de façon régulière, ce qui a entraîné une différence d’épaisseur entre les différentes parties (poteries 14-2 et 23-48, figures 10,19 et 24). La concavité externe réalisée sur la tranche du fond permet de recevoir un colombin en anneau qui, une fois mis en forme, sera lui-même aménagé d’une concavité interne afin de recevoir le premier colombin de la panse.

Figure 10 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).
Étapes d’ébauchage et de mise en forme au cours du
façonnage des fonds plats, des pieds et des jonctions
fond-panse. [Cliché : R. Martineau]

34Notons qu’il existe un lien entre cette méthode de façonnage et la morphologie des poteries. En effet, cette méthode de façonnage par ajout de pâte sur la tranche du fond correspond toujours (dans les quelques cas où les structures sont visibles) à des poteries qui possèdent un pied. A contrario, toutes les poteries à pied ne permettent pas d’observer les structures attestant de cette méthode de façonnage. Mais, ces structures caractéristiques n’ont jamais été observées sur des poteries sans pied.

35Seize poteries présentent un lissage très particulier de la surface extérieure du fond. Il s’agit d’un lissage centripète sur la partie inférieure du fond, ramenant la pâte depuis le pied vers le fond. Le plus souvent, ce lissage n’atteint pas le centre de la surface extérieure du fond, laissant ainsi le témoignage de l’état de surface antérieur et montrant une différence d’épaisseur entre les deux surfaces (figure 10). Cette observation est particulièrement bien visible sur certaines poteries, avec une surface rugueuse dans la partie lissée rapidement et une surface plus lisse dans la partie centrale du fond qui témoigne de l’état de surface antérieur (14-2,19-6, 23-1, 23-26 et 23-27 ; figures 19, 22, 25, 31 et 32). Dans deux cas (21-6 et 21-7, figure 23), toute la surface inférieure du fond présente une couche de barbotine de 1 à 4 mm d’épaisseur, déposée selon une direction centripète lors d’une opération de lissage avec apport d’eau (avec ou sans argile). Ces deux observations rejoignent bien évidemment celles qui viennent d’être mentionnées à propos du procédé de mise en forme des pieds. Dans les cas de la barbotine sur les fonds, il s’agit d’une opération de lissage qui a été complètement réalisée, avec soin, permettant même de masquer les irrégularités de la surface. Ces différences montrent que les savoir-faire et les habitudes techniques étaient assez variables d’un individu à l’autre, même si les procédés et les techniques suivaient une seule tradition de façonnage consistant à déplacer la pâte de la surface extérieure, du pied vers le centre du fond. Ces opérations de lissage centripète sont clairement liées au processus de mise en forme du pied par ajout de pâte sur la tranche du fond. La pâte ajoutée sur le pourtour est lissée vers le centre de la partie externe du fond afin de solidariser cette partie ajoutée, qui formera le pied, avec la partie du fond déjà réalisée. Ce procédé technique particulier caractérise très bien la fabrication des poteries de ce corpus.

36Les jonctions entre le fond et la panse sont le plus souvent internes et concaves. Le premier colombin est posé dans une gouttière concave préparée pour le recevoir (figure 11). Des témoins négatifs (concavités sur les fonds) sont aussi nombreux que des témoins positifs (convexités sur la partie inférieure des tessons de la panse). Sur les surfaces intérieures et extérieures, la pâte a été rabattue de haut en bas. À l’extérieur, la pâte recouvre ainsi la partie supérieure du pied. Ce type de jonction a été observé sur vingt poteries, soit en coupe, soit directement à partir des tessons montrant les surfaces de collage entre les parties, après leur détachement.

37Sur les panses, les structures de façonnage observées sont majoritairement internes et concaves, sauf dans les cas suivants où elles sont externes et concaves (23-1, 23-2, 23-4), externes et convexes (19-8, 23-3, 23-11), en S (13-1, 23-5, 23-13, 23-20, 23-26 et 23-34), concaves internes et externes alternées (proches du S, 23-4) ou encore en n (19-8, 23-3, 23-5).

Figure 11 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Chaîne
opératoire de façonnage détaillée des fonds plats, étape par
étape, montrant les gestes et les procédés techniques utilisés.
Les structures (en orange) apparaissent au fur et à mesure de
la mise en forme. Les flèches indiquent le sens des gestes réalisés.
[Dessin : R. Martineau]

38Six types de structures de façonnage différentes ont été observés. Deux ou trois de ces types de structure sont parfois associés sur la même poterie. Les structures en S peuvent résulter de l’alternance interne/externe ; elle pourraient s’expliquer alors par des différences d’enregistrement des structures de la pâte, en partie liées aux gestes. Néanmoins, les différences de façonnage s’expriment réellement avec le caractère interne/externe ou encore concave/convexe des structures. Ces différences ne constituent nullement des nécessités techniques ou gestuelles. Elles résultent plus généralement d’habitudes qui, ici, semblent peu normalisées. En effet, ces différents types de structures, hormis ceux qui relèvent des différences d’enregistrement des structures par la pâte, attestent d’une assez grande variabilité des gestes et des savoir-faire. Comme cette variabilité s’exprime parfois au fur et à mesure du façonnage d’une poterie et non seulement entre les différentes poteries, on aura tendance à penser qu’il ne s’agit pas seulement de variabilité interindividuelle mais aussi sans doute d’une variabilité reflétant une grande souplesse des habitudes de façonnage de la part des potiers. Ceux-ci n’ont pas suivi une méthode très normalisée ou standardisée car elle se refléterait par des structures identiques et répétitives.

39Le schéma de la figure 11 permet de résumer l’ensemble des étapes suivies au cours du façonnage du fond et de la base de la panse des poteries du site des Bois-Plantés.

Les pâtons de terre cuite

40Trois éléments de terre cuite ne sont pas de la poterie. Il s’agit de deux boules de pâte rapidement modelées et d’un élément légèrement aplati. Ces pâtons contiennent des inclusions de chamotte. Ils sont le plus souvent rouge/orangé et ne contiennent pas eux-mêmes d’inclusions visibles à la loupe binoculaire, hormis quelques quartz qui proviennent probablement du sédiment argileux. Ces boules de pâte sont très fissurées, ce qui ne peut s’expliquer par la nature de la pâte puisqu’elles ont été autant dégraissées que les poteries. Ces nombreuses fissures proviennent certainement du fait que ces boules de pâte ont été très grossièrement et rapidement mises en forme. Il est probable qu’il s’agit d’ébauches.

41Le pâton 23-61 (150 g) est une boule de pâte modelée dont une partie a été cassée postérieurement à la cuisson (figure 12). Cette partie manquante pourrait expliquer son poids un peu inférieur à celui de la boule 23-62 (180 g). L’objet a indéniablement été façonné et s’inscrit parfaitement dans le creux de la main. Les surfaces lissées par la pression du creux de la main sont assez nombreuses. De nombreuses structures de façonnage sont visibles sous la forme de replis de la pâte et donnent un aspect très morcelé à l’objet. Quelques surfaces lisses résultent de la pression des doigts. Une zone noire en surface couvre une partie de la couleur beige de l’objet.

42Le pâton 23-62 (180 g) est une boule de pâte modelée qui a également la forme du creux de la main et montre quelques surfaces obtenues par pression des doigts (figure 12). Un grand “repli” partage la boule en deux parties presque égales. De nombreuses structures montrent clairement les replis de la pâte lors du modelage. Comme pour les poteries, la couleur de cuisson est beige clair et une zone est noire en surface.

43Les deux boules de terre cuite présentent donc des caractéristiques presque identiques. Il est très probable que ces deux pâtons correspondent à des éléments qui étaient destinés au façonnage des poteries, fabriquées par adjonction d’éléments de type colombin. Ces éléments destinés au façonnage sont trop petits pour permettre de constituer un anneau complet pour le montage au colombin. Mais leurs poids de 150 et 180 g sont assez proches, de même que leurs formes qui s’apparentent à des ébauches de colombins. Si ce sont bien des éléments utilisés pour le façonnage, il faut plus vraisemblablement envisager que celui-ci a été réalisé à l’aide de fragments d’anneaux joints les uns aux autres. Ceci corroborerait bien les importantes dissymétries observées sur les poteries. De la même façon, les quantités de pâte lissée selon une direction centripète sur les surfaces externes des fonds ne sont jamais homogènes sur toute la périphérie de la poterie (figure 10). D’une zone à l’autre, la quantité de pâte déplacée est très différente, ce qui pourrait résulter d’un tel façonnage par morceaux de colombins en anneaux, juxtaposés pour faire un tour complet.

44Le morceau de terre cuite 23-63 (202 g) est très différent (figure 13). Il présente des traces de vannerie ou de sparterie très nettes sur la face inférieure. Une longue fibre souple a également été imprimée dans la pâte. À côté de ces traces, on peut observer une zone d’écrasement montrant l’empreinte probable d’un doigt dans sa longueur. La face supérieure ne présente aucune empreinte et est légèrement lisse. Cette petite plaque de terre cuite pourrait être un élément de façonnage en cours de préparation ou éventuellement l’ébauche d’un fond plat, conçu sur un support végétal tressé.

45Cependant, aucune trace de vannerie/sparterie n’est visible sur les fonds des poteries du corpus, ce qui ne permet pas de soutenir cette idée d’une utilisation de vannerie/sparterie comme support pour le montage des poteries. En revanche, un tel support pourrait avoir été utilisé pour la préparation des colombins.

46Les raisons pour lesquelles ces trois éléments d’argile ont été cuits sont difficilement explicables et on pourrait évoquer un grand nombre d’hypothèses, plus ou moins anecdotiques. Peu importe ces raisons, ces éléments constituent de simples et précieux documents, techniques et culturels, pour l’étude technologique des poteries du Néolithique récent. D’autres sites du Néolithique récent ont livré de tels éléments de terre cuite (le Clos-des-Sablons à Sandillon, Loiret ; étude en cours).

Figure 12 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Boules de terre cuite (23-61 et 23-62)
grossièrement ébauchées et probablement destinées au façonnage des poteries par assemblages
de fragments de colombins en anneaux. [Clichés et dessins : R. Martineau]

Figure 13 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Plaque de terre cuite (23-63)
grossièrement façonnée par écrasement sur une vannerie/sparterie. Il pourrait s’agir de
l’ébauche d’un fond plat de poterie. [Clichés et dessins : R. Martineau]

Les traitements de surface de la panse

47Dans l’ensemble, les traitements de surface des panses ne sont pas observables, malgré une bonne conservation des tessons. Ceci peut s’expliquer d’une part parce qu’il s’agit d’une argile qui a très peu enregistré les traces de surface et d’autre part parce que les rares traces observables correspondent à un lissage peu compressif qui a laissé des traces peu visibles. Dans les cas observés il s’agit du lissage à la main mouillée.

48Dans un seul cas, très différent du reste du corpus, on observe des surfaces intérieure et extérieure très régulières, sans traces, résultant d’un lissage plus compressif que certains auteurs qualifieraient de “plus poussé” (figure 19, 8-1). Sur la surface interne de cette poterie, le travail a sans doute été réalisé à consistance verte, c’est-à-dire à un degré de séchage plus avancé que pour le reste des poteries du corpus qui ont été travaillées à consistance humide. Comme nous le verrons plus loin, il est probable que cette poterie appartienne à une autre période que le Néolithique récent.

Les cuissons

49L’étude des cuissons montre que de nombreux recuits partiels sont superposés aux phases de cuisson (figure 14). Deux recuits complets ont également été observés. Ces recuits attestent qu’une grande partie de ces poteries (18,4 %) a subi une recuisson involontaire, soit en tombant dans un foyer, soit en subissant un incendie.

Figure 14 – Presles-et-Boves, tes Bois-Plantés (Aisne). Tableau
quantitatif des recuits partiels et des utilisations interne et /
ou externe des poteries. Les deux recuits complets sont compta
bilisés avec les phases de cuisson car ils en constituent les
indéterminés.

50La répartition spatiale de ces recuits pourrait permettre d’avoir une idée sur les phénomènes qui peuvent être à l’origine de ces recuissons. La majeure partie des recuissons étant partielles, l’hypothèse d’un incendie important est très certainement à exclure.

51Dans les cas où ces recuits ne sont pas observés, de nombreuses surfaces noires sont observables (16,2 % du corpus) et attestent l’utilisation des poteries. Les surfaces internes attestent directement l’utilisation des poteries par la présence d’aliments carbonisés, tandis que les surfaces externes témoignent de débordements ou de coulures de ces aliments. Ces résidus alimentaires carbonisés mériteraient une analyse chimique afin de déterminer la nature des aliments consommés. Les traces noires ne sont pas de la suie déposée lors de l’utilisation des poteries sur le feu. L’organisation de ces traces noires est différente des taches laissées par les brandons lors de cuissons expérimentales de poteries. Ces surfaces noires confirment clairement la fonction culinaire et domestique de ces poteries. Elles témoignent également d’une très bonne conservation des surfaces, indiquant l’absence d’érosion et de ruissellement dans les structures concernées.

Traitement quantitatif des modes de cuisson

52La principale phase observée est le type IVa (47,8 %), correspondant à des marges interne et externe éclaircies lors du processus de cuisson (Martineau, Pétrequin, 2000) (figure 15).

Figure 15 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Répar
tition quantitative des phases de cuisson. N = 136. Les recuits
partiels ne sont pas comptabilisés ici en tant que tels car ils
n’empêchent pas de déterminer la phase de cuisson.

53Le processus d’oxydation de la marge externe (type III) représente 17,5 %, tandis que l’oxydation totale (phase V) concerne 14,6 % des tessons. Les processus d’oxydation constituent ainsi la très grande majorité des processus de cuisson de ce corpus (81,4 %) ; les poteries noires étant largement minoritaires avec 7,4 % des individus (figure 15). Par rapport à d’autres corpus, notamment du Néolithique récent, ce taux est néanmoins assez élevé. Il apparaît clairement que le mode de cuisson IVa (cœur noir) est le type dominant. Pour cette raison, il est vraisemblable qu’il correspond au résultat obtenu lorsque les potiers ont suivi leurs habitudes de cuisson. Les autres modes oxydants (IVb ou V) constituent certainement des variantes de ce type IVa, qui peuvent être obtenues en raccourcissant le temps de cuisson pour obtenir un type III, ou au contraire en le prolongeant un peu pour obtenir un type V (Martineau, Pétrequin, 2000).

54La présence de poteries entièrement noires dans le corpus céramique des Bois-Plantés à Presles-et-Boves conduit à se demander comment ces noirs ont été obtenus. On sait que la phase antérieure à la phase III est noire mais ne se conserve pas dans le temps puisque la poterie n’est pas encore cuite à ce stade du processus de transformation minéralogique des minéraux argileux (Martineau, Pétrequin, 2000). Principalement pour cette raison et par analogie avec plusieurs procédés techniques observés en contextes ethnographiques, on suppose que les poteries noires à cœur et sur les marges ont été obtenues par des techniques d’imprégnation à chaud du carbone (ibid.). De tels procédés techniques ont très vraisemblablement été utilisés à différentes périodes du Néolithique, notamment probablement au Chasséen, bien que cela reste entièrement à démontrer.

55Dans le cas des poteries des Bois-Plantés, le procédé d’imprégnation de carbone à chaud semble peu vraisemblable si on s’en tient uniquement au faible investissement technique évident qui a été réalisé pour leur fabrication. Le caractère ostentatoire ou esthétique de ces poteries semble avoir été le moindre des soucis des potiers. En revanche, le caractère fonctionnel semble bien davantage correspondre à ces récipients utilitaires et domestiques. Ceci peut permettre de proposer l’hypothèse que des opérations d’étanchéification ont pû être réalisées par imprégnation de carbone, à chaud. Cependant, si ce procédé avait été systématiquement appliqué aux poteries de ce site, le pourcentage de poteries noires serait supérieur à 7,4 % (figure 15). Surtout, dans de nombreux cas, on observe des phases de cuisson et des noircissements superficiels dus à l’utilisation qui attestent que de telles imprégnations n’ont pas été réalisées. Si de telles opérations d’étanchéification ont été réalisées, elles n’auraient concerné qu’une faible part du corpus, ce qui s’expliquerait difficilement. Une autre hypothèse consiste à penser que les poteries noires correspondent à des imprégnations de carbone non intentionnelles lors de l’utilisation culinaire des poteries sur le feu. Des traces noires superficielles d’utilisation des poteries et des résidus alimentaires carbonisés sont présents dans quelques cas (figure 14) et attestent que certaines des ces poteries ont bien servi à cuire des aliments sur un feu. Expérimentalement, l’un d’entre nous (RM) a observé que de nombreuses utilisations répétées d’une poterie sur un feu entraînent l’imprégnation progressive et durable de carbone dans toute l’épaisseur du tesson. Par contre nous ne savons pas distinguer macroscopiquement une telle imprégnation progressive due à la cuisson d’aliments, d’un procédé volontaire d’imprégnation dans le but d’étanchéifier une poterie. Des analyses physico-chimiques seraient peut-être capables d’opérer une telle distinction. Dans le cas des Bois-Plantés, nous pensons qu’il est plus vraisemblable qu’il s’agit de résidus alimentaires carbonisés ayant imprégné la paroi des tessons, ce qui confirmerait l’usage culinaire de ces poteries.

Répartition des techniques selon les structures fouillées

56Nous n’avons observé aucune différence technique entre les poteries des structures fouillées. Au contraire, les diverses observations réalisées sur la structure 23 se retrouvent également sur l’ensemble des autres structures. Les différents groupes de pâte, les procédés de façonnage ou les modes de cuisson ne présentent pas de répartition spatiale particulière sur le site. Sur la base des données technologiques céramiques, on peut donc considérer que toutes les structures du site des Bois-Plantés correspondent à une même occupation archéologique.

Discussion

Homogénéité du corpus

57Le tesson n° 23-32 contenant des inclusions de silex comporte un décor de cordon digité qui laisse penser qu’il s’agit d’un tesson protohistorique, peut-être attribuable à l’Âge du Bronze final. Le vase 8-1 présente un traitement de surface très différent (aussi bien en terme de rendu qu’en terme de savoir-faire) du reste du corpus. La forme est également très différente et peut être rapprochée des poteries du Néolithique moyen II (Post-Rössen ou Michelsberg ancien).

Matériaux

58Les rares tessons contenant des inclusions de silex peuvent être considérés comme des cas particuliers provenant peut-être d’une occupation antérieure du site ou de poteries plus anciennes apportées par les occupants du lieu. Le cas particulier du tesson n° 23-32 vient d’être discuté.

59Il est très intéressant de noter que les pâtes à inclusions de silex pourraient être caractéristiques d’une phase du Néolithique récent plus ancienne que les inclusions de chamotte (cf. synthèse et discussion). La poterie 25-2 (figure 35) constitue quant à elle un cas intermédiaire puisqu’elle contient autant de chamotte que de silex. S’agit-il d’une phase chronologique de transition ou d’une zone de frontière techno-culturelle entre deux groupes, exprimée par un potier qui aurait associé deux traditions différentes de préparation des pâtes ? La question mérite d’être posée car ce cas de figure est également présent dans d’autres sites. Il ne fait aucun doute que l’étude détaillée de la répartition chronologique et géographique de ces deux traditions de préparation des pâtes apportera beaucoup à la compréhension des sociétés du Néolithique récent dans le Bassin parisien.

60Les structures de repli des fonds, observées sur les poteries de Presles-et-Boves, rappellent les rares cas identifiés dans le Horgen de Chalain 3 (MARTINEAU, 2000 et 2002). Il s’agit du seul point commun entre les chaînes opératoires des deux sites. Cependant ce type de structure est difficile à interpréter car il pourrait résulter de plusieurs processus d’ébauchage par repli de la pâte, centrifuge ou centripète, sur la surface interne du fond. Nos reconstitutions ont plutôt privilégié le second cas, mais des expériences complémentaires seraient encore nécessaires pour permettre de comparer plus précisément les structures archéologiques et expérimentales de la pâte et, peut-être, de distinguer les deux procédés. Ainsi, ces structures similaires ne sont peut-être que des convergences entre des procédés d’ébauchage différents.

61La question qui subsiste sur le site des Bois-Plantés est de savoir s’il existe une seule ou deux méthodes de façonnage des pieds. L’absence de structures systématiques permettant d’identifier un ajout de pâte sur la tranche du fond incite à se demander si certaines poteries n’ont pas été façonnées uniquement par ajout de colombins sur la surface interne du fond, sans ajout sur la tranche périphérique (figure 11). Dans ce cas, il existerait deux méthodes de façonnage des fonds sur le site : par ajout de pâte sur la tranche, notamment pour les poteries à pied, et par ajout de pâte sur la surface interne du fond. S’agirait-il alors d’une variabilité du processus de façonnage ou de l’existence de deux traditions différentes dans un même site ? Bien entendu, l’existence de ces deux méthodes pourrait également être en lien avec la morphologie des poteries. L’ajout à partir de la tranche pourrait être uniquement lié au façonnage des pieds et ne pas exister lorsque les poteries n’en possèdent pas. L’existence de pieds constituerait-elle alors une variabilité intra-site, une évolution chronologique ou encore une différence géographique ? Telles sont les questions qui doivent être posées à une échelle régionale, à partir de l’ensemble de la documentation disponible.

62Quoi qu’il en soit, la méthode de façonnage des pieds identifiée aux Bois-Plantés constitue une tradition réellement très différente du Horgen car elle n’a été observée sur aucune des centaines de poteries étudiées à Chalain (jura), Montillier ou Portalban (canton de Fribourg, Suisse) (Martineau, 2000 et 2002 ; Rodot et alii, 2006). Il s’agit d’une méthode de façonnage qui pour le moment n’est partagée qu’avec deux autres poteries du Néolithique récent de la Marne : les Hayettes à Congy et de Baye 9 des hypogées des Marais de Saint-Gond (Martineau et alii, Renard et alii, ce volume). Sur chacune des poteries de ces deux sites, seul le repli externe centripète de la pâte vers la surface externe du fond a été observé. Les structures ne sont pas observables sur ces poteries parce qu’elles ont été restaurées. Mais les similitudes des états de surface et les gestes impliqués pour le lissage montrent à l’évidence qu’il s’agit de processus de façonnage identiques. Ceci permet de proposer un rapprochement techno-stylistique entre la Marne et la vallée de l’Aisne, sur la base de savoir-faire et d’habitudes techniques de façonnage communs entre les deux régions. La région marnaise n’est peut-être pas si différente et indépendante du Bassin parisien que certaines observations archéologiques permettent de le proposer, notamment à partir de la parure (ce volume). Ce procédé de mise en forme particulier des pieds par jonction périphérique externe correspond peut-être davantage à une évolution chronologique des méthodes de façonnage des poteries du Néolithique récent, qu’à une répartition géographique. Néanmoins des différences géographiques existent sur le plan des techniques de façonnage puisque le sud du Bassin parisien se distingue assez nettement du nord et de l’est par la nature des inclusions, par les procédés techniques de façonnage (structures de jonction fond-panse et des colombins), comme par les formes (présence ou absence de cols).

Les aspects typologiques

63La terminologie typologique employée pour décrire les éléments de cette série se réfère à celle qui a été définie sur des critères hiérarchisés dans le cadre des travaux du PCR du Néolithique récent à l’Âge du Bronze ancien dans le Centre-Nord de la France (ce volume).

64Deux des trois catégories de vases définies sont représentées à Presles-et-Boves : les vases sans col (16 vases) et les vases à col (31 vases), la catégorie des bouteilles étant absente du site. Seulement 37,3 % des vases du site sont classés dans l’une ou l’autre de ces catégories. C’est un faible pourcentage qui s’explique par l’état de fragmentation du mobilier et qui exclut notamment les fragments de fond plat de ce niveau de l’analyse. Mais, en ne tenant compte que des vases à profil complet, des bords et des panses individualisés – soit 81 vases au total – le pourcentage de vases classés typologiquement atteint 58 %. Les vases sans col représentent donc au mieux 20 % de la série, les vases à col totalisent 38 % soit près du double, le reste est indéterminé (42 %). Ces deux catégories de récipients sont réparties en proportion équivalente dans les fosses et dans le niveau sableux.

Forme et type des poteries

65Vases sans col. Parmi les vases sans col, on identifie deux formes principales : les récipients tronconiques (10 vases) et les récipients en tonneau (3 vases). Sur les 16 récipients classés dans cette catégorie, seuls 13 d’entre eux sont suffisamment conservés pour que l’on puisse identifier leur forme (figure 16). Les vases tronconiques, majoritaires dans la série, correspondent à des formes ouvertes dont le diamètre à l’ouverture se confond avec le diamètre maximum. Leurs parois sont majoritairement linéaires et rectilignes. Les récipients en tonneau sont des formes fermées dont le diamètre maximum est situé plus ou moins bas sur la panse et dont les parois sont courbes ou rectilignes avec un bord convergent. Pour ces formes, les variations morphologiques permettant de distinguer les vases les uns des autres portent sur des détails typologiques, morphologie des bords notamment, et sur leurs dimensions. On observe, par exemple pour les diamètres à l’ouverture, deux classes de dimensions nettement séparées : la première regroupe des vases dont le diamètre est compris entre 136 et 200 mm et la seconde entre 260 à 310 mm.

Figure 16 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Liste des
vases classés dans les quatre formes de récipients représentées
sur le site.

66Vases à col. Sur le profil des vases à col, la position du diamètre maximum permet également de dissocier des formes ouvertes (diamètre maximum à l’ouverture, 4 vases) et des formes fermées (diamètre maximum supérieur au diamètre à l’ouverture, 6 vases) (figure 16). Ce critère ne permet de trier que 10 vases seulement sur les 30 et un récipients munis d’un col. Cependant, malgré le faible nombre de poteries ainsi classées, on constate de nombreuses variations morphologiques. Ces variations sont assez importantes puisqu’en fait il n’y a pratiquement pas deux récipients identiques. Elles concernent à la fois les bords, la dimension et la forme du col, le type de raccord entre le col et la panse avec la présence ou l’absence d’un épaulement, autrement dit, le tiers supérieur des poteries principalement. En effet, certains cols sont à peine marqués et correspondent à un léger point d’inflexion sous le bord ne changeant pas fondamentalement l’orientation du profil (figure 25, 23-1), d’autres au contraire segmentant nettement cette partie des vases (figure 21, 19-8). Les poteries présentant un épaulement, reliant la panse au col, sont peu nombreuses, mais leur type se démarque clairement des autres (figure 21,19-8 ; figure 19,23-42 ; figure 26,23-7 et 23-8 ; figure 27, 23-3).

67La forme de la panse des vases présente aussi des variations, avec des exemplaires en ellipse dont la courbe est régulière (figure 21, 19-8 et figure 27, 23-5) et d’autres plus tronconiques (figure 27, 23-3).

68Par conséquent, il existe au minimum deux types différents de formes ouvertes et au moins trois parmi les formes fermées.

69Bords. Ils sont orientés dans le prolongement de la panse ou du col dans la majorité des cas et sont le plus souvent éversés. Leur épaisseur est dans l’ensemble similaire à l’épaisseur de la partie supérieure de la panse ou du col, mais quelques cas sortent du lot, notamment un bord nettement épaissi (figure 20,15-1) et 9 bords amincis (figure 35, 43-3), voire effilés (figure 22, 19-4). La lèvre est le plus souvent de forme arrondie, mais on note cependant 4 lèvres plates (figure 17,4-5) et 5 lèvres ourlées (figure 29, 23-10). Les bords présentent donc une variabilité morphologique non négligeable, mais il ne semble pas y avoir de corrélation entre la forme ou le type des poteries et le type de bord.

70Fonds. Toutes les poteries de la série sont à fond plat. Du point de vue morphologique, on distingue des vases à pied débordant et des vases à fond plat simple, non débordant. L’étude technologique indique que la distinction pourrait résulter de différences de façonnage (cf. supra). Les vases à pied débordant ont un diamètre externe supérieur au diamètre du bas de la panse, alors que les vases à fond plat simple montrent une continuité entre le bas de la panse et le fond, sans rétrécissement. Ces deux types sont représentés à parts égales dans la série.

71Leur diamètre varie de 54 mm à plus de 240 mm, mais toutes les classes sont représentées entre ces deux valeurs. Quant à leur épaisseur, elle varie de la même façon de 7 à 34 mm. On ne note aucune corrélation entre l’épaisseur et le diamètre du fond. Il existe des fonds plats de grand diamètre dont l’épaisseur est faible (figure 33, 23-29), et inversement (figure 24,23-41).

72Décor. La série n’est pas décorée à l’exception d’un cordon lisse proéminent, rapporté sur la panse du vase 15-3 (figure 20). Le cas du vase 19-8 pourrait poser problème (figure 21). Toutefois, il est difficile de considérer l’épaississement de la panse au niveau de l’épaulement de cette poterie comme un décor, il ne s’agit en aucun cas d’un cordon rapporté.

Une série homogène

73Les éléments de ce corpus présentent tous les critères d’une production homogène : choix des matériaux et façonnage normalisés, mêmes modalités de cuisson, répertoire typologique limité, quasi-absence de décor. Il existe cependant une variabilité non négligeable dans la mise en œuvre de cette production et les résultats obtenus qui se manifeste notamment à travers les différentes structures de façonnage des fonds plats et de la panse, dans la morphologie des bords et les différents types de vases à col. Mais, cette variabilité reflète moins des différences d’ordre chronologique que d’autres réalités comme des différences entre potiers par exemple.

74L’homogénéité du corpus se lit également dans la répartition spatiale du mobilier. En effet, on ne note pas d’association privilégiée dans une structure fossoyée particulière ou dans un secteur de la couche 23. Au

Figure 17 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).
Poteries de la structure 4. [Dessins : R. Cottiaux]

contraire, chaque structure du site ayant livré deux vases au minimum montre l’association de plusieurs types de poteries, de plusieurs types de bords ou de fonds plats. Il n’y a pas de différences non plus de ce point de vue entre les fosses et le niveau 23. De la même façon, on rencontre des poteries de petites, de moyennes ou de grandes dimensions dans tous les contextes. C’est-à-dire qu’il n’y a pas de rejet spécifique des céramiques selon une catégorie fonctionnelle particulière. La concentration de mobilier du secteur 3 se démarque du reste du site, non pas par la composition du mobilier céramique mais par la quantité de vases rejetés. La contemporanéité du comblement de certaines structures et du niveau 23, identifiée à partir des remontages céramiques pour le secteur 3, doit être envisagée à l’échelle du site.

Figure 18 – Presles-et-Boves, Les Bois-Plantés (Aisne).
Poteries des structures 6, 7, 9, 12 et 13. [Cliché : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]

Figure 19 – Presles-et-Boves, Les Bois-Plantés (Aisne).
Poteries des structures 8 et 14. [Clichés : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]

Figure 20 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).
Poteries des structures 14 et 15. [Clichés : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]

Figure 21 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).
Poteries des structures 18 et 19. [Cliché : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]

Figure 22 – PresLes-et-Boves, Les Bois-PLantés (Aisne).
Poteries de La structure 19. [CLichés : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]

Figure 23 – Presles-et-Boves, les Bois-PLantés (Aisne).
Poteries des structures 21 et 22. [Clichés : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]

Figure 24 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).
Poteries du niveau 23, secteurs 1 et 2. [Cliché : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]

Figure 25 – Presles-et-Boves, tes Bois-Plantés (Aisne).
Poterie du niveau 23, secteur 3. [Clichés : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]

Figure 26 – Presles-et-Boves, les Bois-PLantés (Aisne).
Poteries du niveau 23, secteur 3. [Dessins : R. Cottiaux]

Figure 27 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).
Poteries du niveau 23, secteur 3. [Dessins : R. Cottiaux]

Figure 28 – Presles-et-Boves, les Bois-PLantés (Aisne).
Poteries du niveau 23, secteur 3. [Dessins : R. Cottiaux]

Figure 29 – Presles-et-Boves, les Bois-PLantés (Aisne).
Poteries du niveau 23, secteur 3. [Dessins : R. Cottiaux]

Figure 30 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).
Poteries du niveau 23, secteur 3. [Cliché : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]

Figure 31 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).
Poteries du niveau 23, secteur 3. [Clichés : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]

Figure 32 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).
Poterie du niveau 23, secteur 3. [Clichés : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]

Figure 33 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).
Poteries du niveau 23, secteur 3. [Cliché : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]

Figure 34 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).
Poteries du niveau 23, secteurs 3 et 6. [Clichés : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]

Figure 35 – PresLes-et-Boves, Les Bois-PLantés (Aisne).
Poteries des structures 25, 26, 28, 31 et 43. [Clichés : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]

Comparaisons

75La série s’apparente aux productions découvertes aux Fontinettes à Cuiry-lès-Chaudardes, ou au Bois-de-Muisemont à Bazoches-sur-Vesle, gisements situés à environ 15 km de distance dans le département de l’Aisne.

76Presles-et-Boves et Cuiry-lès-Chaudardes partagent les mêmes formes de poteries, à fond plat exclusivement, et les proportions de vases à col et de vases sans col sont comparables. Le classement de la série des Bois-Plantés dans les productions du Néolithique récent trouve donc des comparaisons satisfaisantes. Il est corroboré par la date obtenue pour la structure 9 de Cuiry-lès-Chaudardes (GrA-32887 : 4 530 ± 35 BP, 3362 à 3101 av. n. è.) soit en plein cœur du Néolithique récent (Constantin et alii, ce volume ; Chambon, Salanova, 1996b).

77Toutefois, à Presles-et-Boves, l’emploi de la chamotte est très majoritaire (97,7 %), alors qu’à Cuiry-lès-Chaudardes la poterie de la fosse 64 est exclusivement dégraissée au silex et celle de la fosse 9 mêle emploi de chamotte et de silex de façon conjuguée. Il faut également verser au chapitre des différences la présence d’un grand nombre de bords concaves à Cuiry-lès-Chaudardes, critère typologique secondaire sans doute, mais qui fait totalement défaut dans la série de Presles-et-Boves pourtant conséquente. Pour rendre compte de ces différences (dégraissant et bords concaves), la proximité géographique des deux gisements rend une explication d’ordre chronologique plus vraisemblable qu’une interprétation à valeur culturelle (deux groupes distincts). Par conséquent, les productions de Presles-et-Boves et de Cuiry-lès-Chaudardes pourraient ne pas représenter la même étape chronologique du Néolithique récent local. En suivant cette hypothèse, l’ordre chronologique de leur succession est délicat à établir. Le seul élément à disposition pour en discuter concerne encore la nature des dégraissants employés. Le silex pilé, comme dans la fosse 64 de Cuiry-lès-Chaudardes, rappelle les usages en cours à la fin du Néolithique moyen, alors que l’emploi de la chamotte semble se poursuivre au Néolithique final dans le Bassin parisien. La production dégraissée à la chamotte des Bois-Plantés pourrait donc être plus récente que celle des Fontinettes, hypothèse qui cependant mériterait d’être validée par d’autres observations.

78À Bazoches-sur-Vesles, l’unique vase découvert dans le remplissage supérieur d’un segment de fossé de l’enceinte du Néolithique moyen II présente un épaulement marqué à la jonction de la panse et du col (Dubouloz, 1988). Il évoque les poteries à col de forme fermée de ce type des Bois-Plantés.

79La composition de la série de Presles-et-Boves, comportant deux fois plus de vases à col que de vases sans col, est une caractéristique importante de cette production, limitant les comparaisons plus lointaines aux sites localisés au nord de la Seine. En effet, plus au sud, notamment dans le secteur du groupe du Montet (Hamon, 1997), les vases à col sont très peu représentés, voire anecdotiques. C’est également le cas de la céramique des groupes du Horgen occidental (Giligny, 1995).

80En Picardie, les poteries du Néolithique récent proviennent d’habitats : Boury-en-Vexin, Chevrières, Compiègne et Lacroix-Saint-Ouen dans l’Oise (Lombardo 1985 ; Blanchet, Decormeille, 1980), et de sépultures : Compiègne et Lacroix-Saint-Ouen, Vers-sur-Selle dans la Somme (Piningre, Bréart, 1985). Bien que peu nombreuses, elles présentent de nombreux points communs avec celles de Presle-et-Boves. L’essentiel des formes de vase à col y est notamment représenté, avec peut-être une prééminence des formes fermées à col. On note cependant l’absence du type segmenté avec épaulement.

81En Île-de-France, les similitudes typologiques sont également nombreuses avec des poteries provenant d’habitats ou de sépultures. Le type segmenté avec épaulement est notamment représenté par au moins un exemplaire à Paris, Bercy (Lanchon, 1998). Toutefois les productions de cette partie du Bassin parisien présentent une variabilité très importante. Deux éléments notamment retiennent l’attention. D’une part, la nature des dégraissants employés ne se limite pas à la chamotte et au silex ; des sables grossiers calcaires ou siliceux ont en effet déjà été identifiés (Cottiaux et alii, ce volume). D’autre part, le décor de cannelure, plus ou moins proche du décor caractéristique des productions Horgen, y est récurrent sur de nombreux sites, et parfois représenté par de nombreux exemplaires (Rueil-Malmaison ; Cottiaux et alii, 1998). Il est en revanche, jusqu’à présent, inconnu dans l’Aisne.

82Mais, c’est avec les sites champenois que les similitudes sont les plus fortes parce qu’elles concernent à la fois la nature des dégraissants, les procédés de façonnage et la typologie, en particulier avec les poteries découvertes dans les hypogées des Marais-de-Saint-Gond et l’habitat de Morains-le-Petit (Renard et alii et Martineau et alii, ce volume).

83Cette comparaison avec les sites champenois est également intéressante à propos de la valeur chronologique de la nature des dégraissants. En effet, la différence entre Presles-et-Boves, où la chamotte est majoritaire, et Morains-le-Petit où, à l’inverse, le silex domine, est la même qu’entre Presles-et-Boves et Cuiry-lès-Chaudardes. La date obtenue sur une gaine de hache à Morains-le-Petit : GrA 29529 : 4630 ± 45 BP, soit de 3624 à 3139 av. n. è. (MARTINEAU et alii, ce volume) est en partie contemporaine de la date de Cuiry-lès-Chaudardes. C’est peut-être un argument supplémentaire pour penser que l’emploi du silex pilé est plus ancien que celui de la chamotte et que la série de Presles-et-Boves est postérieure aux deux autres.

L’industrie lithique (P. ALLARD)

84L’industrie lithique du secteur Néolithique récent de Presles-et-Boves est représentée par 162 pièces en silex. Les secteurs pris en compte correspondent aux années 1994-1995 et 2000, incluant les structures fossoyées et le niveau sableux nommé st. 23 pour les années 1994-1995 et st. 50 pour l’année 2000 (figure 36). La série est donc indigente, mais elle reste jusqu’à présent l’une des plus abondantes pour cette période dans la vallée de l’Aisne.

85Pris dans sa globalité, le mobilier lithique provient presque équitablement du niveau (84 pièces des structures 23 et 50) et des structures en creux (78 pièces). Les quelques raccords réalisés ne relient aucune des structures entre elles ou aucune structure au mobilier du niveau.

bart. : bartonien ; Lut. : Lutétien ; sec. : secondaire ; sen. : sénonien ; tert. : tertiare ; tur. : turonien ; quart. : quartzite
Figure 36 – Presies-et-Boves, Les Bois-PLantés (Aisne). Décompte du mobilier Lithique.

86Si la céramique ne pose a priori pas de problème d’attribution chronologique, il n’en est pas de même pour l’industrie lithique. La série sera ici étudiée comme un tout mais quelques éléments sont difficilement attribués au Néolithique récent avec certitude. Ces différents éléments seront mentionnés au fur et à mesure de l’étude.

87Il faut également signaler qu’il existe une différence notable entre l’assemblage issu du niveau 23 et des structures des secteurs 1 à 5 (fouilles 1994 et 1995) et le mobilier des fouilles effectuées en 2000.

88Les pièces récoltées lors du décapage en 2000 se distinguent du niveau st. 23 par plusieurs caractères. Ainsi, l’outillage ne comprend qu’un élément laminaire, aucun élément de hache polie et en revanche les deux seuls tranchets du site. Les pièces brûlées sont absentes alors que les silex brûlés composent plus de 40 % du niveau st. 23. Il n’est pas exclu également que la structure 49 soit plus ancienne. Elle comprend un petit assemblage dont deux éléments de débitage à la percussion indirecte qui s’apparentent à des éléments d’avivage d’un plan de frappe facetté d’un nucléus à lames. Ce secteur comprenait quelques éléments de céramique danubienne et il est possible, bien qu’impossible à affirmer avec si peu, que cette structure soit danubienne. Le reste de la série ne comprend aucun autre reste de débitage similaire.

89Hormis quelques objets, le mobilier semble homogène et il n’existe pas de différences évidentes entre le matériel des niveaux et celui des structures. La série a la particularité de comprendre de nombreuses pièces brûlés (37 %), parfois très fortement avec un éclatement intégral des éclats indépendamment de leur épaisseur. Toutes les catégories d’objets sont concernées.

90Les éclats bruts composent plus de la moitié des pièces (figure 37), l’outillage sur éclat 20 % et l’outillage sur lame est minoritaire (7 %), mais bien attesté. Les haches polies et les éclats de retaille des haches sont abondants puisqu’ils représentent 20 % de l’assemblage. Ils sont retrouvés aussi bien dans le niveau que dans les structures.

Figure 37 – Presles-et-Boves, tes Bois-Plantés (Aisne).
Fréquence des grandes catégories lithiques.

Les matières premières

91La série est altérée car pratiquement toutes les pièces sont patinées et dans bon nombre de cas altérées thermiquement. Le tri des matériaux (tout comme le classement technologique) a donc été volontairement prudent et détaillé en fonction de l’état des pièces. L’altération thermique, si l’éclat est suffisamment grand, permet en général de distinguer les silex tertiaires des silex secondaires. Il est en revanche impossible d’aller plus loin. Malgré cela, vingt et une pièces n’ont pas fait l’objet d’une quelconque détermination (classées dans les “brûlées”).

92Pour les pièces déterminées, il existe quatre grandes variétés de silex (figure 38).

93La plus fréquente est le silex tertiaire (77 %) et particulièrement le silex tertiaire bartonien. Ce silex est considéré comme régional car la vallée de l’Aisne estsituée au coeur des plateaux du Lutétien et les affleurements de Bartonien connus sont à une vingtaine de kilomètres au sud de l’Aisne (Blanchet et alii, 1989).

94Une part non négligeable des matériaux est d’origine crétacée, en silex sénonien et turonien. Les silex sénoniens représentent 18 % du total mais l’état de la série ne permet pas de dire s’il s’agit de silex campanien, santonien ou coniacien. Les affleurements primaires se situent soit à l’ouest de la vallée dans l’Oise, dans la région de Compiègne et de Catigny, soit au sud d’Épernay dans le département de la Marne (Allard et alii, 2005). La distance est à peu près équivalente (à plus de 40 km du site) et la patine ne permet pas de trancher avec certitude.

95La présence de silex thanétien est probable pour deux pièces brûlées, mais en l’absence de cortex (élément discriminant), ils ont été intégrés dans le groupe des pièces sénoniennes. Ce groupe de matériaux est donc a priori régional.

96Trois pièces sont en silex turonien noir mat, probablement récoltées dans les alluvions de l’Aisne.

Figure 38 – Prestes-et-Boves, tes Bois-Piantés (Aisne).
Fréquence des matières premières identifiées.

97Enfin, 4 pièces sont en grès-quartzite, matériau local puisqu’un gros affleurement est connu sur la commune de Presles-et-Boves (Blanchet et alii, 1989). Ces deux derniers matériaux locaux ont donc été très peu utilisés par les Néolithiques au SOM, ce qui tranche fortement avec l’occupation du Néolithique ancien plus au nord.

98Enfin, les silex exogènes ou les roches tenaces sont absents.

99Les éléments polis sont en silex bartonien, à l’exception d’un éclat de retaille en silex sénonien (figure 39). L’outillage sur éclat est dominé par les silex tertiaires, mais les supports en silex sénonien représentent un tiers des outils. Enfin, 8 des 10 lames sont en silex bartonien. Ainsi, la représentation des matériaux dans l’outillage diffère un peu du spectre global, mais cela est dû essentiellement à l’impact des éléments polis dans les décomptes. Il faut remarquer que dans les outils, les silex locaux sont quasiment absents. La sélection régionale pour des matériaux de qualité est évidente, bien que la composante laminaire soit faible.

Figure 39 – Presles-et-Boves, les Bois-PLantés (Aisne).
Composition des matériaux dans les outils.

Le débitage

100Le débitage et les productions réalisées pour cette période sont encore assez mal caractérisés car il manque toujours une synthèse générale des industries lithiques du Néolithique récent dans le Bassin parisien. À ce titre, la série de Presles-et-Boves est pertinente car elle offre un contexte d’habitat assez rare dans la région par rapport aux nombreuses découvertes funéraires ou des prospections de surface (cf. l’inventaire réalisé par le PCR sur le IIIe millénaire, qui recense plus de 90 % de sites funéraires pour les séries lithiques de la fin du Néolithique en Nord-Picardie, Augereau et alii, 2004). Il faut reconnaître que la série n’est pas favorable à une étude technologique complète car le taux de fragmentation est élevé. Ainsi, sur les 89 éléments de débitage brut, le tiers est fragmenté et ne permet d’avoir que des indications partielles. Une dizaine de pièces mesure moins de 2 cm (catégories des petits éclats) et l’on ne compte que deux nucléus à éclats (figure 36).

101Néanmoins, les schémas diacritiques, les stigmates des techniques de percussion et les mesures de toutes les pièces ont été relevés afin de caractériser au mieux les productions présentes.

Le débitage d’éclats

102La production d’éclats est majoritaire dans la série au vu d’une part du faible nombre de lames, du rapport outils sur éclat/outils sur lame (74 % d’outils sur éclat sans compter les haches) et surtout des restes bruts de taille, qui ne comprennent pas de pièces caractéristiques évidentes de la préparation des blocs ou de l’entretien d’un débitage laminaire.

103Comme énoncé précédemment, l’altération et la fragmentation des pièces n’a permis d’étudier précisément que 62 éclats bruts ou retouchés. Néanmoins, ce petit échantillon présente des caractéristiques technologiques significatives qui se résument de la façon suivante :

104Les stigmates de percussion indiquent clairement l’emploi de la percussion directe à la pierre. Les points d’impacts sont bien lisibles. Les bulbes sont prononcés, les cônes incipients parfois détourés et de fines ridules sont observables sous le point d’impact. Les réfléchissements sont nombreux. Ce type de percussion concerne 91 % des éclats (retouchés ou non). Les quatre pièces restantes ne présentent pas ces stigmates et pour deux d’entre elles, il est possible de proposer la percussion indirecte (les deux éclats de la st. 49).

105Les schémas diacritiques indiquent un débitage unipolaire dans 66 % des cas, bipolaire dans un cas sur cinq et multipolaire pour sept pièces. Les deux nucléus présents (un en silex bartonien et l’autre en sénonien) montrent pour le premier un schéma semi-discoïde qui s’organise en fait autour d’une surface inférieure gélive et l’autre, un schéma unipolaire tournant. Un remontage avec un grattoir sur éclat semi-cortical a pu être fait avec le premier, qui montre en fait deux phases d’exploitation croisées successives.

106Les dimensions sont assez significatives concernant les objectifs de la production (figure 40). Le rapport longueur/largeur indique une sélection pour les supports supérieurs à 4 cm, les pièces brutes se situant pour la plupart en deçà de ce seuil. Les pièces retouchées avec des dimensions inférieures sont en fait fragmentées. Quelques fragments bruts sont plus grands et les pièces brutes supérieures à 4 cm sont rares. Il pourrait s’agir des limites d’un tri macroscopique de la retouche ou plus simplement, il faudrait faire intervenir un descriptif des pièces au cas par cas. Le rapport largeur/épaisseur est également discriminant et distingue clairement un seuil de 8-10 mm entre les produits bruts et les outils.

Figure 40 – Presles-et-Boves, Les Bois-PLantés (Aisne).
Dimensions des éclats bruts et des outils sur éclat.

107Le débitage d’éclats est donc réalisé à la pierre, unipolaire ou unipolaire successif selon le nombre de phases d’exploitation, et orienté vers la recherche de produits épais et assez grands. Il semble réalisé sur le site, bien que les produits corticaux soient rares et les éclats d’entame quasiment absents.

Les produits laminaires

108Le débitage laminaire est plus complexe à décrire car d’une part, la série ne comprend pas d’éléments caractéristiques de la préparation ou de l’entretien des blocs, et d’autre part les lames retrouvées n’apparaissent pas normées. Ainsi, la définition même des produits laminaires devient délicate. L’examen des techniques de percussion n’a été possible que pour quelques pièces et le diagnostic au cas par cas n’est pas simple. Il faut donc garder une réserve concernant les propositions émises pour certains des produits laminaires de cette série trop indigente. Ce diagnostic concerne huit lames dont les talons étaient observables.

109La percussion à la pierre est confirmée pour un produit, avec un point d’impact bien visible en retrait d’un bord préparé par des éclats centimétriques ; la régularité est moyenne et le produit court.

110Un proximal régulier brut à deux pans montre un talon lisse légèrement convexe sans point d’impact, une petite préparation et un angle de chasse proche des 80°. Le bulbe est trapu puis étalé sans ride (figure 46, n° 5). Il s’agit d’une lame débitée à la percussion indirecte, dont il faut signaler que les dimensions et la régularité ne dépareraient pas dans un contexte danubien (cet objet est issu du secteur st. 50).

111Le plus grand produit, une lame à trois pans à retouche oblique continue sur un bord montre une grosse préparation du bord par des éclats centimétriques puis une abrasion (figure 46, n° 4). Le talon est très large (21 mm/8 mm), en partie aménagé par deux petits enlèvements perpendiculaires à la surface laminaire. L’angle de chasse est proche de l’angle droit, le bulbe est sans ride et étalé. La lame est massive et plutôt rectiligne avec trois enlèvements antérieurs réussis assez réguliers (rythme 123). La technique est aussi la percussion indirecte. Une seconde lame peu courbe à retouche oblique / semi abrupte irrégulière sur un bord est également débitée à la percussion indirecte (figure 46, n° 7). Le bord est soigneusement préparé par des éclats centimétriques et une abrasion bien exécutée mais non poli. Le talon est oblique (70°-80°), lisse et bien observable (7 mm/2 mm), sans véritable lèvre, et le bulbe est étalé sans ride. Deux très légères fissurations sont visibles sur la zone d’impact.

112Un grattoir sur support laminaire torse et flottant présente un talon large dièdre avec un facettage fin très plan (14 mm/4 mm). Le talon est très oblique, le bord préparé par un éclat transversal. Le bulbe est plat, sans ride, mais fendu avec de grosses lancettes sur un côté. Une fissuration est visible sur la zone d’impact localisée à côté du dièdre et l’arrière du talon présente un petit demi-cercle (figure 46, n° 3). Cet ensemble de caractères permet d’attribuer le débitage également à la percussion indirecte.

113La lame lustrée entière présente un talon lisse large avec un petit demi-cercle arrière sans point d’impact (figure 48, n° 6). Le talon est très oblique en revanche. Ce produit est probablement débité à la percussion indirecte, bien que l’obliquité de l’angle de chasse présente un cas limite pour cette technique.

114Enfin, une lame régulière étroite à trois pans avec un lustre présente un talon abrasé oblique facetté convexe très étroit (5 mm / 1 mm). Le bulbe est plat et court sans ride avec une lèvre régulière (figure 46, n° 6). Ceci évoque la percussion tendre organique. Ce produit diverge franchement des autres, notamment par sa préparation très fine de la zone d’impact qui dégage un petit dôme.

115Il ne s’agit que de lames de plein débitage et les supports sont non corticaux. Les dimensions montrent un éclatement important du rapport largeur / épaisseur, oscillant de 12 à presque 50 mm de large pour 2 à 12 mm d’épaisseur (figure 41). La longueur est presque impossible à déterminer en raison de la segmentation des pièces. Le produit le plus grand atteint presque les 12 cm de long et le plus court entier, les 6,5 cm. Dans ce corpus, il est difficile de dire que ces lames ont été débitées sur l’habitat, du moins celles qui ne peuvent être issues du débitage d’éclats unipolaires. La variabilité des produits et l’absence de restes bruts de taille laminaire est assez surprenante.

bart. : bartonien ; sec. : secondaire ; sen. : sénonien ; tl : talon lisse ; tf : talon facetté

Figure 41 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).
Descriptif des produits laminaires.

Les haches polies retaillées

116Enfin, pour clore cette partie sur les productions, il faut également intégrer la retaille des haches polies. La série compte un nombre non négligeable de haches retaillées et d’éclats de hache. Au vu du gabarit des outils sur éclat, il devenait légitime de s’interroger sur la notion du débitage des haches reprises en nucléus à éclats, ce qui est fréquemment mentionné dans les publications. L’étude s’est axée ici sur un examen détaillé des quatre fragments de hache repris et des éclats. Il est possible de distinguer plusieurs cas de figure.

117Les 17 éclats de hache sont de toutes dimensions (infra centimétrique à 6 cm) et seuls quatre sont retouchés, sans faire apparaître un critère dimensionnel évident (figure 42).

Figure 42 – PresLes-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Dimensions
des éclats de hache poLie (brut, retouché et d’utilisation).

118Quinze sont clairement débités à la percussion dure selon deux schémas récurrents :

  • soit longitudinalement dans l’axe morphologique de la hache, plutôt le long du bord à partir de la face de fracture transversale ;

  • soit frontalement en oblique en se servant d’une extrémité d’une des faces comme plan de frappe et en alternant les enlèvements d’une face à l’autre.

119Deux fragments de haches retaillées illustrent ces deux procédés. Les éclats produits sont très différents, les premiers étant plutôt allongés, les seconds courts et larges. Les produits sont rectilignes et souvent réfléchis.

120En revanche, les deux derniers éclats, tous deux retouchés, sont longs et fins et débités depuis le tranchant. Le talon est donc poli, très oblique et surtout sans point d’impact avec un bulbe étalé sans ride et une lèvre prononcée. Il semble qu’il s’agisse plutôt d’éclats accidentels résultant de l’utilisation des haches sur un matériau organique car les stigmates en sont similaires.

121Un autre cas de débitage concerne un fragment proximal d’une hache. La reprise principale est localisée sur un des bords par des enlèvements alternants. Ce débitage a été arrêté sur un échec dû à une diaclase. Le matériau est singulier car il s’agit d’un silex bartonien mal silicifié. Quelques éclats fins longitudinaux sont présents qui s’intercalent avant et pendant l’aménagement des bords. Les angles sont encore très favorables et l’interruption dans le cadre d’une production d’éclats n’est pas claire (figure 47, n° 3).

122Le fragment distal provenant de la structure 47 présente un aménagement particulier de la partie proximale (figure 47, n° 2). La face supérieure est réaménagée par des éclats couvrants et fins sur le bord gauche, en partie repolis, et l’autre côté par une série d’éclats courts. L’autre face a également été affinée dans un premier temps, puis dans un second, un très gros éclat réfléchi a été enlevé. La production éventuelle d’un support est envisageable pour ce gros éclat, mais on peut également penser que cet aménagement correspond à un ré-emmanchement de cet outil. Le tranchant montre un éclat d’utilisation terminal recoupant le biseau, qui est fortement émoussé et dissymétrique, attestant soit une utilisation longue de cette hache d’un gros gabarit, soit un début d’un raffûtage du tranchant.

123Les deux dernières haches pourraient être assimilées à des nucléus, elles montrent des enlèvements alternants bipolaires sur les deux faces. Néanmoins, si la recherche de supports paraît crédible, il faut remarquer que les enlèvements terminaux, particulièrement pour la pièce 144 (figure 47, n° 1), sont très courts, entre 1 et 2 cm. Les angles sont encore favorables dans les deux cas pour poursuivre le débitage. Au vu du faible taux de retouche des éclats polis débités (2 sur 15), on pourrait émettre également l’hypothèse que ces objets puissent être aussi des outils dont la morphologie des bords s’apparente aux pièces denticulées.

124Ainsi, le débitage d’éclats à partir des haches cassées ne paraît pas aussi évident et systématique. Seul un examen tracéologique permettrait de développer ces différentes hypothèses. Un examen au cas par cas est nécessaire et la durée de vie ou la polyfonction de ces outils est très probable.

125Enfin, on peut également signaler qu’aucun éclat de façonnage de hache n’est présent dans le corpus. Dans l’état des données, ces objets semblent apportés sous la forme de produits finis dans l’habitat, mais le polissage partiel après une phase de réaménagement d’une des haches peut indiquer également que ces outils sont réemployés ou réparés sur l’habitat par façonnage et polissage.

L’outillage

126Les outils sont au nombre de 56 et les éclats (en incluant les éclats retouchés de reprise des haches) composent les deux tiers des supports (figure 43). Les lames prennent une part importante (20 %) compte tenu de l’absence d’éléments indiquant le débitage laminaire in situ. Enfin, les haches et les tranchets complètent l’inventaire.

Figure 43 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).
Support de l’outillage.

127La panoplie de l’outillage est assez large puisqu’une douzaine de catégories sont présentes (indépendamment du type de support) mais huit ne sont représentées qu’à un ou deux exemplaires. Les outils les plus fréquents sont les grattoirs, les éclats et lames retouchés, les haches et les flèches (figure 44).

Les grattoirs

128Cette catégorie ubiquiste des séries néolithiques regroupe huit grattoirs sur éclat et un sur lame (16 % des outils). Les grattoirs ont des fronts massifs et larges convexes à retouches abruptes, mais ces grands outils sont fortement brûlés dans cette série et les exemplaires sont presque tous incomplets. Le rapport largeur/épaisseur indique la sélection d’éclats robustes (figure 45). Un seuil se distingue pour les supports de 4 cm de large sur 12 mm d’épaisseur. Ce faible effectif compte des pièces moins robustes : il s’agit d’un grattoir à front double sur éclat cortical en silex secondaire (qui remonte sur le nucléus à éclat) et d’un grattoir sur distal d’éclat allongé. Le grattoir sur lame s’intégre assez bien dans cet intervalle, bien que l’épaisseur soit bien moindre (figures 45 et 46, n° 3).

Les éclats et lames retouchés

129Ces pièces sont abondantes, 25 au total (44 %) en incluant tous les supports. Pour les éclats, les retouches ne sont pas très étendues. Il s’agit de petites retouches abruptes ou rasantes localisées, parfois marginales. On pourrait donc plutôt parler de pièces utilisées que d’éclats retouchés. Les supports se distinguent nettement de ceux des grattoirs par la largeur (figure 45).

Figure 44 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Décompte de l’outillage.
bart. : bartonien ; sec. : secondaire ; sen. : sénonien ; tur. : turonien ; quart. : quartzite

Figure 45 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Dimensions des grattoirs et des éclats retouchés.

130L’éclatement du nuage de points des rapports des dimensions est assez classique pour cette catégorie d’outils mal caractérisés. Seule une analyse tracéologique permettrait de développer davantage le descriptif, difficilement réalisable à cause de la patine. Il faut signaler que cette catégorie comprend un outil sur éclat non retouché en silex sénonien qui présente un bord avec un luisant prononcé d’1 mm en continu.

131Enfin, les bords micro-denticulés retrouvés en contexte Néolithique final sont absents.

132Les lames retouchées (5 au total) contrastent avec les éclats car on peut observer un bord avec une retouche régulière continue et assez étendue et des retouches localisées sur différents secteurs des produits laminaires. Il faut également remarquer que les caractéristiques de la retouche varient considérablement d’une pièce à l’autre.

133Un fragment proximal d’une lame bipolaire régulière (mais le talon est cassé) présente deux bords à retouches continues semi-abruptes (figure 46, n° 2). Cet objet ne déparerait pas dans un contexte plus ancien du Néolithique moyen II et la présence d’un fragment de céramique Michelsberg dans ce secteur laisse planer une incertitude pour attribuer cet outil au SOM.

Flèche

134Les pointes de flèche se partagent entre deux armatures tranchantes en silex bartonien et deux perçantes en silex sénonien et tertiaire. Les types sont variés puisque les quatre présentent des critères divergents.

135Concernant les armatures tranchantes, la première est sur un support laminaire à deux pans avec deux bords tronqués, le bord gauche par retouche inverse et le droit directe et inverse (figure 48, n° 1). La forme est trapézoïdale à base étroite (dimensions : 22,5/17/3 mm). Cette pièce est brûlée.

136La seconde est triangulaire sur éclat ( ? ) laminaire. Les deux bords sont convergents et tronqués par retouche directe (figure 48, n° 3). La base est également aménagée par une retouche rasante inverse (dimensions 25/13,5/3 mm).

137Les deux armatures perçantes sont très distinctes l’une de l’autre. Celle issue de la st. 18 est en silex secondaire. Il s’agit d’une armature perçante à pédoncule et ailerons dont la pointe et un des ailerons sont fracturés (dimensions > 22/20/5 mm). La facture est d’une bonne qualité, les retouches sont totalement couvrantes et le support indéterminé (figure 48, n° 2). Le pédoncule est étroit et bien dégagé par des retouches concaves. La face de fracture de la pointe a été reprise par une grosse retouche concave directe (recyclage ?).

138La seconde armature est une pointe à pédoncule sans aileron sur un grand éclat fin en silex bartonien (dimensions 62/25/3,5 mm). La face supérieure est aménagée par une retouche oblique régulière peu envahissante et semi-abrupte au niveau du pédoncule (figure 48, n° 5). Sur la face inférieure, la retouche est rasante au niveau de la pointe et continue sur le bord droit, alors qu’elle n’est que partielle sur le bord gauche. L’allure générale dissymétrique de cette armature suggère qu’elle n’a pas été achevée, la ligne de partage de la retouche est d’ailleurs peu régulière au niveau de la pointe. Sur la face inférieure, une diaclase a fait réfléchir les retouches et n’a pas permis d’amincir l’objet convenablement, ce qui pourrait expliquer son hypothétique abandon.

Hache

139Une hache entière en silex bartonien a été retrouvée en structure (st.22, figure 47, n° 4). Cet outil est d’un petit gabarit (110/46/25 mm) et ne présente pas d’accident majeur expliquant un abandon éventuel. La forme est trapézoïdale avec un talon convexe et une section elliptique. La partie active présente une zone d’usure le long du biseau et deux petits éclats. Le polissage est incomplet, surtout au niveau du talon, et le profil est dissymétrique, à cause d’un problème de la matière première. On observe à cet endroit un polissage bien moins fin que pour le reste de l’objet. La zone du tranchant montre une plage avec un polissage fin qui évoque un raffûtage du tranchant bien soigné.

140Les quatre autres haches sont incomplètes (en silex bartonien). Celle de la structure 47, qui présente un réaménagement de la base ici interprété comme un ré-emmanchement, est d’un gros module (95/55/> 29 mm). Cette hache est bien plus massive que la précédente et sa longueur d’origine est indéterminable. La section est à tendance ovalaire et le polissage est incomplet. Le tranchant présente un émoussé prononcé (figure 47, n° 2).

141Le proximal de la lame polie reprise latéralement est à section ovalaire à polissage incomplet. Les dimensions (113 mm/> 45/25 mm) sont incomplètes pour la largeur et l’épaisseur. La fracture transversale est nette et plane. Le talon est arrondi (figure 47, n° 3).

142Les deux autres correspondent aux pièces éventuellement reprises pour une production d’éclats. La pièce n° 144 est probablement proche du tranchant ; la section est ovalaire avec des côtés aplatis. Le module est petit en largeur (38,5 mm). L’autre fragment de hache (n° 346) est trop retaillé pour donner une information sur la lame polie d’origine mais la pièce devait être d’un gros module. Une face de fracture transversale concave est présente.

143Dans tous les cas, il apparaît que les lames de haches sont cassées en deux et aucun raccord entre deux fragments n’a pu être retrouvé. Les modules sont variés entre les différentes haches. Deux remontages entre des éclats de retaille ont pu être faits, dont un avec la pièce 346 issue du niveau st. 23.

Tranchet

144Les deux tranchets proviennent du secteur 2000 et ne sont pas au cœur de l’occupation néolithique récent. Le premier est trapu, façonné sur une plaquette de silex bartonien (la face inférieure et le tranchant sont des surfaces de diaclase patinées). La forme est trapézoïdale (87/35/26 mm, le tranchant mesure 38,5 mm et la base 25 mm), un peu déjetée, et la section est triangulaire. Le tranchant est brut et les deux bords sont abattus par une grosse retouche assez grossière à la percussion dure. La face inférieure est partiellement aménagée par des grands enlèvements. Le tranchant présente un léger lustre.

145Le second est plus grand (126 mm/35/30 mm, silex bartonien), probablement sur un très gros éclat épais et presque entièrement façonné du talon au tranchant par deux bords abattus directs et par des retouches opposées sur la face inférieure. Un piquetage important et régulier est présent sur toutes les arêtes. Le tranchant en revanche est réalisé par deux faces de fracture. Quelques petits enlèvements d’utilisation sont visibles, la face inférieure du tranchant est lustrée. La forme est presque rectangulaire.

Les lames lustrées

146L’outillage comprend deux lames avec un lustre sur un des bords (deux pièces décrites dans la partie sur les supports laminaires). La première est brûlée et fragmentée, peu d’indications sont visibles sinon un lustre prononcé sur les deux faces sur un des bords (figure 46, n° 6). Une retouche rasante accompagne la zone active. La seconde pièce est entière sur un support laminaire à trois pans (65/28/3 mm). Le bord actif présente un grignotage direct et un lustre continu plus étendu sur la face supérieure qu’inférieure. Il est parallèle au bord. Le distal du bord non lustré est retouché convexe (figure 48, n° 6).

Les pièces denticulées

147Cette catégorie regroupe trois objets très différents dont deux sont assez problématiques. Le plus simple est un éclat allongé dont le front est aménagé par des retouches concaves irrégulières et délimité par deux encoches latérales (figure 46, n° 11).

148Les deux autres pièces (en silex sénonien et turonien) sont plus complexes à déterminer. La première est un éclat d’un bloc gélif qui présente un front lamellaire de sept enlèvements dont le plus grand est de 18 mm. Le bord du plan de frappe est denticulé avec des arêtes saillantes. La seconde est un éclat cortical avec deux surfaces exploitées d’éclats irréguliers, à la percussion dure, et des réfléchissements très nombreux. Les trois plus grands enlèvements sont de 19 mm, la plupart mesurant moins d’1 cm. On distingue de nombreux impacts de percussion sur les plans de frappe. L’hypothèse de nucléus est envisageable et l’on doit retenir alors une production d’éclats centimétriques absents de la série ou sans retouche. Dans le premier cas, c’est peu probable car les angles sont encore très favorables pour poursuivre cette production. Dans le second en revanche, tous les angles sont défavorables et l’acharnement constaté est étonnant. Outil ou nucléus, les hypothèses sont ouvertes et devront être approfondies sur des séries mieux documentées. Cela rejoint le problème d’une partie des haches retaillées. Ce qui est certain, c’est que cette production n’a évidemment rien de comparable avec le gabarit des autres supports retouchés.

Figure 46 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Produits laminaires : 1. Lame émoussée (niv. 23, silex brûllé) ; 2. Poignard ?
(st. 21, silex bartonien) ; 3. Grattoir (niv. 23 silex brûlé) ; 4. Lame retouchée (niv. 23, silex bartonier) ; 5. Lame (niv. 50, silex
bartonien) ; 6. Lame lustée (niv. 23, silex brûlé) ; 7. Lame retrouchée (st. 46, silex bartonien). [Dessins : P. Allard]

Figure 47 – PresLes-et-Boves, Les Bois-Plantés (Aisne).
Haches polies en silex bartonien : 1. Niv. 23 ; 2. St. 47 ; 3. Niv. 23 ; 4. St. 22. [Dessins : P. Allard]

Figure 48 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Outillage divers : 1. Flèche tranchante (niv. 23, silex brûlé) ; 2. Flèche
à pédoncule et ailerons (st. 18, silex sénonien) ; 3. Flèche tranchante (niv. 6, silex tertiaire) ; 4. Grattoir sur éclat (niv. 23,
silex sénonien) ; 5. Ébauche d’armature (st. 47, silex bartonien) ; 6. Lame lustrée (niv. 23, silex bartonien) ; 7 et 8. Grattoirs sur
éclat (niv. 23, silex brûlé) ; 9. Grattoir sur éclat (niv. 50, silex bartonien) ; 10. Briquet sur éclat (niv. 50, silex secondaire) ; 11. Denticulé
sur éclat (niv. 50, silex bartonien). [Dessins: P. Allard]

149Dans ce même registre, il faut également signaler un objet issu de la structure 16, classé dans les outils indéterminés, qui peut être également un nucléus. Il s’agit d’un bloc en silex bartonien ou d’un très gros éclat. La face inférieure présente une série d’enlèvements tripolaires centripètes et le distal des enlèvements directs convexes comme le front d’un grattoir massif. Le bord gauche présente également des enlèvements directs. Ces petits enlèvements sont tous antérieurs à l’exploitation tripolaire ventrale. L’organisation générale s’apparente à un schéma Levallois sauf que d’une part, la préparation n’est pas convexe et d’autre part, le dernier enlèvement est latéral (31/36 mm). Les éclats produits sont plats et larges et kombewa si le support est un éclat. Les angles sont encore favorables. Il s’agit peut-être d’un grattoir massif ou bien d’un schéma de débitage d’éclats distinct du débitage unipolaire reconnu ailleurs dans la production.

Divers

150Enfin, l’outillage est complété par des outils retrouvés à un ou deux exemplaires. Une lame régulière présente une zone convexe fortement émoussée au niveau du talon accompagnée d’un bord à retouches écailleuses (figure 46, n° 1). Il est d’ailleurs dommage que la zone active ait oblitéré le talon car ce produit s’apparente au proximal avec un talon facetté soigneusement préparé.

151Un éclat avec une retouche abrupte sur les deux bords plus une retouche écailleuse inverse possède les parties distales et proximales fortement émoussées également, il est classé dans les retouchoirs ou briquets (figure 48, n° 10).

152Un outil massif sur éclat en grès-quartzite (123,5/ 66,5/26 mm) avec un bord retouché/esquillé termine l’inventaire.

Comparaisons

153Intégrer l’assemblage lithique de Presles-et-Boves dans un cadre régional se heurte à l’absence d’études sur le mobilier lithique d’habitat. Le Néolithique récent et final fait l’objet d’un PCR en cours dont on attendra les résultats pour une meilleure perspective dans les comparaisons. D’un point de vue global, l’industrie lithique, dominée par les grattoirs, les éclats utilisés et retouchés, les armatures et les haches polies, s’intégre assez bien dans ce que l’on connaît du Néolithique récent (Bailloud, 1974 ; Blanchet, 1984 ; Verret, 1987 ; Cottiaux et alii, 1995 ; Augereau et alii, 1998 ; Langry-François, 2004). En fonction de ces différents travaux, les racloirs semblent faire défaut ici.

154Les armatures du Néolithique récent ont fait l’objet d’une synthèse bibliographique et d’un travail de doctorat en cours (Renard, 2004). L’armature tranchante trapézoïdale est un des types ubiquistes de la fin du Néolithique, présent dans l’ensemble du Bassin de la Seine, tout comme l’armature triangulaire, même si sa zone de répartition apparaît comme plus restreinte (Renard, 2004). Cette dernière, à cause de la retouche inverse basilaire, s’apparente aux armatures du Cerny de la Bassée (Augereau, 2004) et peut être considérée soit comme une intrusion (mais le site n’a pas livré d’autres indices attribuables à cette culture et ces armatures sont mal connues dans les ensembles Cerny du nord du Bassin parisien), soit comme un aménagement anecdotique. La grande pointe étant probablement une ébauche, il est difficile de lui attribuer une valeur chronologique ou comparative. La dernière, à pédoncule et ailerons récurrents est considérée comme exclusive des contextes du Néolithique final (Renard, 2004 ; Langry-François, 2004). Il semble d’ailleurs que les associations entre les armatures tranchantes et ce type de perçante soient rares dans les ensembles bien datés. Il est évident que la lacune documentaire concernant les habitats de cette période ne permet pas d’aller très loin. Cette armature serait dans l’état actuel des données une des plus anciennes reconnues pour le moment ou/et suggère que l’habitat se situe dans une étape tardive du Néolithique récent.

155Concernant l’industrie laminaire, cela reste encore à présent un débitage assez mal documenté. Les lames sont bien répertoriées dans le Néolithique récent, notamment dans les nombreuses découvertes des hypogées de la Marne (Bailloud, 1974 ; Bürnez-Lanotte, 1987). Une partie du mobilier des contextes les plus fiables a été reprise et apporte des comparaisons intéressantes avec le secteur de l’Aisne, localisé à une soixantaine de kilomètres des structures funéraires des Marais de Saint-Gond. Le corpus de presque 600 pièces pour six ensembles livre près de 209 produits laminaires, dont une centaine de lames brutes (Langry-François, 2004). Les produits laminaires sont donc nombreux et débités selon l’auteur par percussion indirecte pour la plupart, percussion tendre organique et plus rarement au percuteur dur. Les produits à la percussion indirecte sont décrits comme caractérisant les contextes sépulcraux (Augereau et alii, 2004). Les lames à la percussion indirecte sont plus ou moins régulières, d’une longueur dépassant rarement les 12 cm, peu épaisses (6 mm) et avec talon lisse concave à corniche abrasée.

156Les produits laminaires de Presles-et-Boves s’inscrivent assez bien dans ce registre, si ne n’est que les préparations des talons semblent bien plus variées et que la percussion indirecte est principale. En revanche, le proximal de lame avec un talon facetté fin et oblique ne trouve pas de comparaison dans les publications. Dans l’Oise, l’habitat du ‘Parc tertiaire’ à l’attribution chronologique malheureusement imprécise, entre le Néolithique récent et final, documente un débitage laminaire de petit gabarit, peut-être réalisé à la percussion tendre, et qui semble bien distinct du mobilier de Presles-et-Boves (Cottiaux et alii, 1995).

157Il faut signaler ici que le débitage laminaire à la percussion indirecte a perduré pendant tout le Néolithique dans la vallée de l’Aisne.

158Dans les produits laminaires, les lames lustrées ne sont pas mentionnées ou peu documentées dans notre région d’étude. Le premier inventaire de la collection de Baye en mentionne, dont une pièce similaire à celle de Presle-et-Boves (Burnez-Lanotte, 1987, pl. 86). Une autre est présente à Niverny, le Petit-Thérain dans l’Oise. Ces pièces sont peut-être caractéristiques d’une partie de l’aire de répartition du Néolithique récent.

Conclusion

159L’étude proposée ici a été volontairement descriptive car malgré son indigence, il s’agit de la seule série de référence pour l’industrie lithique des habitats du Néolithique récent de la région (avec les quelques pièces de Cuiry-lès-Chaudardes). Elle est caractérisée par un approvisionnement régional de matériaux de bonne qualité et particulièrement du silex tertiaire bartonien. Les productions sont plurielles, associant éclats, lames et outils polis et façonnés. Dans ces productions, le débitage d’éclats reste encore à mieux caractériser, notamment en ce qui concerne les pièces à enlèvements de petites dimensions ou les haches retaillées. Le débitage laminaire est encore plus complexe et il est frappant de constater la diversité des produits laminaires en présence. Il est probable par ailleurs que ces lames n’ont pas été produites dans l’habitat. Les haches polies semblent avoir un cycle de vie prolongé par des recyclages variés. Elles sont également introduites sous la forme d’objets finis dans l’habitat.

160L’outillage apparaît comme stéréotypé et composé essentiellement d’éclats et lames retouchés, d’armatures de flèche et de haches. Les armatures de la série de Presles-et-Boves associent les pointes perçantes et tranchantes. Les autres outils sont plus rares et comprennent notamment des pièces lustrées et émoussées. Ce matériel est assez typique d’une occupation domestique.

161Le mobilier lithique pose de nombreuses questions encore à résoudre avec de nouveaux ensembles plus conséquents.

L’industrie macrolithique (C. MONCHABLON)

162Le mobilier en grès et en calcaire récolté lors des trois campagnes de fouilles constitue un corpus de 136 pièces pesant 160 kg. Il correspond à 22 outils, 4 éclats, 105 fragments brûlés et 5 blocs bruts.

163La répartition de la série en grès et en calcaire est assez équilibrée entre pièces issues des niveaux sableux et pièces provenant de structures (respectivement 64 et 69 pièces) ; les éléments les plus diagnostiques confirment l’attribution chronologique principale au Néolithique récent.

164Si le mobilier céramique découvert dans la parcelle nord montre clairement l’existence de multiples occupations (fin du Néolithique ancien, Néolithique récent et Protohistoire), le tri est d’emblée moins évident à faire pour les pièces macrolithiques. Ces dernières sont donc toutes intégrées à l’étude à la différence de celle présentée pour la céramique.

Inventaire

165Il faut d’emblée signaler que la série comporte une grande proportion de pièces brûlées. Celles-ci sont par conséquent altérées (critères morphométriques et / ou stigmates endommagés), parfois jusqu’à éclatement complet de la pièce initiale. Le total des pièces décomptées est donc lié au taux de fragmentation élevé de cette série. La méthode d’enregistrement choisie permet de palier cette surreprésentation numéraire et d’approcher ainsi le nombre minimal et initial d’outils. Elle rend ainsi possible des comparaisons avec d’autres sites, contemporains ou diachrones.

166Le mobilier est classé en trois grandes catégories de vestiges (figure 49) :

Figure 49 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).
Décompte générai par catégories de vestiges macrolithiques.

  1. Les fragments thermiques forment la catégorie la plus importante en nombre de restes : 105 pièces. De fait, la plupart de ces éléments correspondent à de petites pièces qui proviennent de la fragmentation des blocs initiaux par choc thermique. Certains ont la courbure caractéristique des éclats thermiques, détachés selon un processus dit en “pelure d’oignon”. L’éclatement d’outils est attesté par la présence de sept pièces comportant des surfaces actives fragmentaires. Dans quelques cas, l’outil d’origine est identifiable, bien que les remontages n’aient pas pu être faits, un ou plusieurs éléments intermédiaires n’ayant pas été discernés. Plus généralement, en l’absence de réelle recherche de remontages, les fragments thermiques restent décomptés à part, même s’ils proviennent vraisemblablement de certains des outils cassés et individualisés. À ces éléments thermiques cassés, s’ajoutent cinq pièces complètes sans traces de façonnage ou d’utilisation.

  2. Les éclats débités sont, au contraire, très peu documentés : seuls quatre éclats de taille ont été retrouvés. Le faible nombre de pièces de cette catégorie peut toutefois se révéler significatif de la gestion des matières premières.

  3. Les outils entiers sont au nombre de huit. Quelques fragments d’outils recollent entre eux et d’autres sont, à n’en pas douter, issus du même outil premier. De fait, il convient d’ajouter à ces 8 outils, 14 fragments d’outils distincts, ce qui porte le nombre minimal d’outils initial à 22.

167Dans les grandes lignes, on remarque que l’outillage est essentiellement destiné à la mouture (avec plus de pièces passives que de pièces actives), soit un outillage tourné principalement vers les activités de subsistance.

168On note enfin des remontages entre le niveau 23 et les fosses 20, 21 et 22, ce qui constitue un argument en faveur de la contemporanéité des différents contextes de découverte du secteur 3.

169Malgré un petit nombre d’outils entiers et une grande disparité entre les catégories, la série en grès et en calcaire de Presles-et-Boves, les Bois-Plantés est cohérente, tant d’un point de vue pétrographique que typo-technologique.

Les matières premières

170Les grès compacts sont sans conteste la matière première la mieux représentée sur le site avec 91 % des outils confectionnés dans ce type de matériau. Toutefois, il existe des variantes dans les faciès et leur sélection semble caractériser certains types d’outils. Cinq grandes familles de grès ont été identifiées :

  • les grès coquilliers très siliceux : retrouvés à Presles-et-Boves sous forme de dalles fines ou au contraire très épaisses, ils proviennent certainement du gisement proche, de formation yprésienne (Sparnacien terminal), connu en aval, sur la commune de Missy-sur-Aisne (Blanchet et alii, 1989) ;

  • les grès fossilifères thanétiens, granuleux et compacts : issus des formations de Sables de Bracheux, ils affleurent sous forme de niveaux lenticulaires, de part et d’autre de la vallée de l’Aisne, en amont du site de Presles-et-Boves, près de Cuiry-lès-Chaudardes, ainsi qu’au nord de Presles-et-Boves, le long de la vallée de l’ Ailette ;

  • les grès cuisiens quartziques et très durs : leur formation gîtologique est connue aux abords de Monampteuil, mais ils sont aussi présents le long de la vallée sous forme résiduelle dans les colluvions et les alluvions ;

  • les grès auversiens (quartzite sédimentaire) très durs et compacts : ils proviennent certainement de la formation de grès auversien repérée “sur le plateau dominant Brenelle, Chassemy et Presles-et-Boves” (Blanchet et alii, 1989, p. 26) ;

  • les grès quartzitiques indurés : ils correspondent à des galets d’origine alluviale.

171Les pièces en matériaux calcaires (67 fragments) sont un peu moins nombreuses que les pièces en grès et n’ont que rarement été transformées en outil (1 percuteur, soit 5 % des outils). La plupart des pièces ont été brûlées (63 cas) bien souvent jusqu’à leur fragmentation. On distingue les calcaires silicifiés, présents sous forme de galets alluviaux probablement ramassés dans le lit de la vallée (13 pièces), les calcaires coquilliers (2 pièces), et les calcaires de craies indurés (52 pièces). Les origines gîtologiques de ces pièces sont inconnues.

172Enfin, trois fragments en quartzite nous sont parvenus (soit 2 % du corpus), dont un petit morceau de percuteur. Cette fois encore, nous ne connaissons pas les formations d’où sont issues ces pièces. Cependant, elles peuvent provenir de certaines alluvions de la vallée où l’on trouve de tels matériaux.

Quel emploi pour les matières gréseuses ?

173Les grès coquilliers ont été destinés exclusivement à la confection d’outils de mouture. La combinaison de plusieurs de leurs propriétés intrinsèques explique sans doute cette préférence. Leur morphologie naturelle sous forme de dalles parallélépipédiques leur confère une apparence générale proche de la forme finale recherchée. Ils contiennent un ciment siliceux abondant qui permet un aménagement des blocs par détachement d’éclats et leur assure une longue durée de vie. Enfin, les surfaces actives des outils s’entretiennent naturellement grâce aux fossiles en creux de la roche qui ont la capacité d’accrocher les matières à moudre.

174À cause de leur matrice carbonatée, les grès thanétiens sont moins résistants que les précédents, mais ils gardent une cohésion de leurs grains marquée. De fait, ils offrent des avantages mécaniques exploités lors d’actions répétées de frottement : “le grès se lissera ainsi d’autant moins facilement que le ciment altéré libérera les grains de quartz de leur gangue au fur et à mesure du frottement.” (Hamon, 2006, p. 18). Ainsi, lissage plus faible des surfaces actives et détachement de grains induisent, outre une usure moins rapide, des qualités abrasives nécessaires aux actions de broyage. L’usage de ces grès correspond ici à la mouture, et plus ponctuellement au martelage et à l’abrasion.

175Les grès cuisiens se reconnaissent à leur aspect vitreux et très homogène : les grains ne se distinguent pas à l’œil nu. Les enlèvements repérés sur certains des outils confirment une fracture de type conchoïdale. Leur teinte gris-vert est due aux grains de glauconie, largement présents dans la composition générale de cette roche. Cette “signature” confirme l’origine yprésienne de cette roche qui a été utilisée pour marteler et polir.

176Les grès auversiens ont des propriétés mécaniques semblables, mais leur teinte tire sur le marron clair. Deux pièces du site utilisées pour marteler et douze fragments thermiques paraissent provenir de cet étage géologique. Les deux outils sont altérés par action thermique. Leur teinte marron, qui pourrait résulter de phénomènes d’altération, indique plutôt une origine auversienne.

177Enfin, à l’instar de ces grès quartzitiques (cuisiens et auversiens), deux galets d’origine alluviale ont été utilisés comme percuteurs. Leurs caractéristiques morphologiques et pétrographiques (un calcaire silicifié lutétien et un quartzite) les rendent parfaitement adéquats pour un tel usage.

178La série de Presles-et-Boves, les Bois-Plantés se caractérise donc par une réelle diversité des matériaux et une grande cohérence dans le choix des différentes qualités de grès. Un type au moins se révèle exclusif d’une activité : le grès coquillier pour la mouture. Dans l’ensemble, les blocs sont rigoureusement sélectionnés. L’utilisation de grès régionaux présents en abondance dans un rayon d’une quinzaine de kilomètres autour du site explique cette représentation.

Indices techniques de la gestion des matières premières

179Outre la recherche de matériaux spécifiques et les modalités d’acquisition, la gestion des matières premières s’appréhende aussi par différents indices techniques.

1- La rareté des éclats de grès est à remarquer. Certes, on se doit aussi de garder à l’esprit que la fouille est loin d’être exhaustive (cf. supra). Mais si l’échantillonnage opéré est considéré comme suffisant pour l’outillage, pourquoi ne le serait-il pas pour les éclats ? D’autant que sur le terrain, l’ensemble des pierres découvertes dans les secteurs sondés a été ramassé : le tri opéré au moment de l’étude est donc significatif. Cette “pénurie” d’éclats peut s’expliquer par une implantation du site sans relation directe avec les ressources. On peut raisonnablement envisager que les phases de façonnage d’outils étaient réalisées sur le lieu d’acquisition des blocs. Ceci semble tout à fait évident au regard des deux (voire trois) meules volumineuses et massives : un épannelage in situ allège d’autant les blocs à rapporter. Plus généralement, lorsque l’état des pièces permet l’observation de traces d’aménagement, on observe celles d’un façonnage véritable par enlèvements. Absence d’éclat ne signifie donc pas absence de mise en forme. Par contre, l’absence d’éclat de réfection coïncide bien avec l’observation sur les outils eux-mêmes d’une faible réfection générale de leur volume.

  • 1 Tout comme C. Hamon, nous distinguons “réutilisation” de “réemploi”, “selon s’il s’agit ou non d’un (...)

2- Il faut aussi souligner la rareté de réutilisation et de réemploi1 des supports, que le deuxième usage fait de la pièce soit ponctuel ou pérenne.

180Cet indice technique peut être fonction de la relative proximité du site avec les ressources gîtologiques. L’abondance de blocs, dalles et autres galets propices à divers usages ne rend pas indispensable de “recycler” ou rentabiliser les blocs sélectionnés. Toutefois, surtout dans les cas de second usage durable, il peut aussi être un indicateur de la durée d’occupation du site.

181Par comparaisons avec d’autres sites de la fin du Néolithique du nord de la France, implantés aussi à proximité de ressources gîtologiques, cette observation semble bien caractériser le site de Presles-et-Boves, les Bois-Plantés.

182Aussi bien dans le Nord (Houplin-Ancoisne, le Marais-de-Santes et Carvin, Zone Industrielle du Château) que dans l’est du Bassin parisien (Lesches, le Pré-du-Refuge et Meaux, Route de Varreddes) les réemplois et les réutilisations sont franchement attestés. Si l’estimation de la durée d’occupation des sites en question est délicate à appréhender, elle l’est d’autant plus eu égard à leurs états de conservation différents. Cependant, la part d’outils à utilisation secondaire par rapport à la densité des vestiges retrouvés reste moindre à Presles-et-Boves. Il ne s’agit ici que de quelques réemplois opportunistes de fragments thermiques, alors qu’ailleurs il y a aussi réutilisation et réemploi pérenne d’outils cassés (molette cassée réaménagée en molette plus petite ou meule transformée en polissoir par exemple).

3- La part des pièces chauffées est aussi un marqueur important, bien que les interprétations possibles soient variées. Le pourcentage d’objets macrolithiques présentant des traces de chauffe est très élevé : 65,4 % et 77 % pour les seuls outils. Le calcul de cette part s’entend à l’exclusion des éléments thermiques : leur quantité est le fait de leur fragmentation et leur prise en compte relèverait de la tautologie. Ce taux important est comparable à ceux des autres séries étudiées : 75 % à Lesches, le Pré-du-Refuge (Hamon in Brunet dir., 2006), 62,5 % à Houplin-Ancoisne, le Marais-de-Santes (Monchablon, 2007), 53 % à Carvin, Zone Industrielle du Château/Espace Gare d’eau... (Monchablon, à paraître).

183L’intensité de la chauffe est forte : elle a provoqué la casse de la plupart des outils. Quant aux quatre outils brûlés et entiers, trois prennent comme support un fragment thermique. Ils sont donc entiers pour leur dernière utilisation seulement.

184Les indices d’une chauffe intense provoquant la fragmentation affectent indifféremment les outils passifs ou actifs. Leur destruction volontaire ou accidentelle par le feu paraît donc récurrente sur les sites du Néolithique, quelle qu’en soit la période (Hamon, 2006 ; Monchablon, 2007). Les traces de chauffe observées peuvent signaler une (ré)utilisation des outils et des autres pièces comme pierre de chauffe. Cependant, la recherche de petits fragments propices à satisfaire des usages ponctuels et divers est aussi envisageable : pierres de calage, poids de tisserand, lests pour filets de pêche... L’interprétation comme pierre de calage de poteau est tout à fait plausible pour au moins 38 petits fragments de calcaire retrouvés dans les comblements du trou de poteau n° 13. Un bloc de calcaire brut, chauffé et relativement lourd (17 kg), a pu servir d’élément de calage ou de maintien d’un aménagement domestique disparu (étoffe, piquet...).

185Il faut toutefois noter qu’à Presles-et-Boves, les Bois-Plantés, une grande part des vestiges (céramique, silex) est affectée par des altérations thermiques. La question d’un niveau incendié peut donc être posée.

186L’examen des pièces macrolithiques a permis de souligner qu’une sélection précise des matières premières était opérée, que très peu de vestiges de façonnage des outils ont été retrouvés et qu’une large majorité des vestiges présente des traces de chauffe plus ou moins prononcée.

Répartition spatiale

187Une fois n’est pas coutume, la question de la répartition spatiale du macro-outillage lithique prend place en amont de la présentation de l’outillage proprement dit.

188Les études lithiques et céramiques laissent entrevoir une distribution disparate des vestiges qui est aussi d’ordre chronologique : une zone sud (secteurs 1 à 5) franchement Néolithique récent et une zone nord, moins homogène (vestiges mélangés à ceux du Néolithique ancien). Qu’en est-il pour la série de grès et calcaires ?

189En terme de densité de vestiges, les deux zones précitées se reconnaissent bien. Toutefois, une tripartition serait peut-être plus juste.

  • La partie sud (fouilles de 1994 et 1995) regroupe 63 % des outils et 74 % des pièces. Cette partie mériterait d’être elle-même subdivisée en deux aires distinctes : une concentration dense (secteurs 1, 2 et surtout 3) et une plus lâche (secteurs 4, 5 et 6). Le secteur 3 (structures et niveaux confondus) est particulièrement riche : 11 des 22 outils du site en proviennent ainsi qu’une bonne part des outils de mouture (6 éléments). Le secteur 2 offre deux molettes (dont l’une, entière, provient du poteau 13) et 49 fragments thermiques. La seule meule entière provient de la surface de la structure 17 (secteur 5) et 5 fragments thermiques de grès ont été recueillis au sein des structures 1 et 6 (secteur 4). Comme nous le verrons, les outils de cette partie du site sont incontestablement datés du Néolithique récent.

  • La partie nord, fouillée en 2000, est moins riche : 36,5 % des outils et 25,7 % des pièces. Deux meules éclatées en place ont été ramassées dans le niveau de sable (structure 50) à proximité des structures 48 et 49. Ces deux outils sont fortement endommagés et donc moins faciles à dater. Le reste des pièces issues de cette partie du site (le polissoir, l’abraseur et les trois percuteurs) sont communs à tout le Néolithique.

190Mais, ces deux grandes concentrations se singularisent également par la nature des matières premières représentées. En considérant les seuls outils, la répartition des roches devient même exclusive :

  • au sud, le grès coquillier, le grès auversien et le quartzite sont sélectionnés pour l’élaboration d’outils ;

  • au nord, ce sont le grès fossilifère thanétien, le grès cuisien et le calcaire silicifié.

191La grande disparité d’effectifs entre ces deux zones conduit à considérer ces observations avec modération. Cependant, si l’on pousse un peu plus loin le raisonnement, ce sont deux modes différents d’acquisition des matières premières qui transparaissent : exploitation des ressources par extraction de banc en place et explorations des affleurements jusque sur les plateaux d’une part, et ramassage de surface en contexte de gisements secondaires et principalement alluvial d’autre part.

192Un tel découpage fait écho au diachronisme observé dans l’outillage lithique et la céramique pour la parcelle nord.

193L’étude typo-morphologique du macro-outillage en grès que nous allons aborder maintenant semble renforcer cette répartition à valeur chronologique.

L’outillage

194Excepté dans quelques rapports de fouilles, peu de séries macro lithiques de la fin du Néolithique du nord de la France ont été publiées à ce jour. C’est pour cela que ce chapitre sera volontairement descriptif, permettant ainsi d’asseoir les bases diagnostiques de ces industries et d’établir des comparaisons avec d’autres ensembles.

Meules, molettes et éléments de mouture indéterminés

195Vingt-huit éléments correspondent aux appareils de mouture : la moitié d’entre eux sont des outils individualisâmes, l’autre moitié est constituée de fragments thermiques à surface active.

196Parmi les outils, on compte huit meules et quatre molettes. Le rôle passif ou actif de deux pièces extrêmement altérées par la chauffe n’a pu être déterminé. Les stigmates de ce qui reste de leur surface de travail sont néanmoins sans conteste ceux d’outils de mouture. À ce titre, ces derniers constituent un marqueur d’activité qui permet d’orienter l’interprétation du site.

197Les cinq meules et quatre molettes issues de la concentration sud participent d’un même schéma de fabrication et d’utilisation. Tout d’abord, c’est le choix spécifique de leur matière première, le grès coquillier, qui les distingue. Un piquetage général des surfaces à moudre vient compléter le mordant naturel de cette roche. Ensuite, l’aspect morphologique révèle une grande unité dans la conception de ces outils : ils sont établis sur dalle épaisse pour les meules et plus fine pour les molettes et leur surface active, de grandes dimensions, est de forme quadrangulaire. Les deux meules les mieux conservées ont une longueur supérieure ou égale à 50 cm (figure 50) ; les molettes dépassent les 15 cm (figure 51, nos 4-5), ce qui, combiné à leur section rectangulaire plate, rend malaisée leur préhension. La rectification du volume de tous ces outils a été faite par des enlèvements périphériques sur le pourtour de la pièce, leur conférant ainsi des flancs verticaux et des surfaces carrées ou rectangulaires à angles marqués. Ils ont été intensément utilisés, mais on note cependant des profils peu accentués et, pour les meules, des sections à net dévers latéral.

198Il existe donc suffisamment de caractères communs aux deux catégories de pièces (passive et active) pour envisager qu’elles sont synchrones et certifier leur fonctionnement concomitant. Ainsi, malgré l’absence d’appariement évident, nous sommes bien en présence de moulins archéologiquement complets.

199Toutefois, outre les grandes lignes générales, certains éléments morphologiques des meules méritent une attention plus précise.

  • 2 Dans l’étude préliminaire (FPVA 1994, p. 131) nous avions expliqué cette partie de la meule par une (...)

200C’est par exemple le cas de la partie distale droite de la meule n° 91 (figure 50, n° 1) qui a été entamée par au moins un détachement massif. Cette sorte d’encoche distale ne signe pourtant pas la fin de l’utilisation de la meule : le poli d’usure qui souligne le nouveau pourtour obtenu après l’enlèvement témoigne bien d’utilisations postérieures. Quant à la partie proximale, pour trois des meules où cela est encore observable (nos 91, 92 et 170), elle présente une sorte de rebord relativement plan obtenu par quelques enlèvements larges et peu épais, détachés à partir du bord proximal de la pièce, parallèlement à la surface de travail (figures 50 et 51, n° 1). Sur cette “bande” oblongue ainsi créée, on lit un abaissement ponctuel des reliefs par piquetage et des traces postérieures d’une percussion posée2. Il ne nous est pas encore possible de trancher entre stigmates d’utilisation ponctuelle comme surface à broyer et stigmates de façonnage. Dans le premier cas, il y aurait donc deux emplois distincts (broyage et mouture) mais concomitants (superposition et jonction des traces d’usures) sur cet outil, et on peut alors se demander si le broyage concernait la même matière que celle à moudre. Dans le second cas, il reste à déterminer la finalité de l’aménagement. C’est par la combinaison de plusieurs observations que nous pouvons envisager une réponse possible.

Figure 50 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).
Meules : 1. St. 17, n° 91 ; 2. St. 21, n° 92. [Infographie : C. Monchablon, Inrap, 2007]

201La localisation des traces d’usure sur les meules indique que la totalité de la surface à moudre était exploitée. Cet indice nous apporte deux indications :

  • tout d’abord, une utilisation sur toute la largeur de la meule (+ de 30 cm) nous permet d’envisager, au vu des dimensions des molettes, que le mouvement en va-et-vient imprimé sur la molette se fondait aussi sur un mouvement giratoire. Il semble que cette technique offre la possibilité d’obtenir une farine plus fine qu’avec le simple va-et-vient (Grégoire, 1992,
    p. 333, 335). Elle permet aussi d’expliquer l’orientation des stries (croisées) ainsi que la morphologie des molettes à préhension malaisée déjà évoquée : leurs flancs verticaux symétriques, leur dos plat et leur large surface empêchent une réelle prise en main ; donc, pour être efficace, un tel outil doit être en appui constant lors de son déplacement sur la meule.

  • ensuite, le lustré d’usure se développe aussi sur toute la longueur de la surface à moudre. Une telle ampleur du mouvement d’action de la molette n’est alors envisageable que si la meule est placée au sein d’un système de récupération de la farine.

202La face inférieure des meules, destinée à reposer sur le sol, a été façonnée par enlèvements. Il n’en demeure pas moins que les deux plus massives (et seules évaluables, nos 91 et 92) sont instables lorsqu’on les pose aujourd’hui sur une surface plane. Cette observation suggère la nécessité d’un système ferme de maintien de la meule. L’asymétrie transversale des surfaces actives (dévers latéraux) va dans le même sens, comme l’a déjà souligné Cl. Pommepuy (1999, p. 18).

203Ainsi, on peut se demander si le rebord aménagé a pu constituer une zone de prise de la meule en vue de son encastrement. Dans ce cas, le poli de frottement observé sur ce rebord peut-il être lié à l’emploi d’un tel système ? Bien que la finalité de tels aménagements (rebords et/ou encoche) ne soit pas encore comprise, toutes les caractéristiques énumérées ici ont déjà été observées sur d’autres séries de la fin du Néolithique (cf. infra).

204Quant aux molettes, leurs caractéristiques (forme quadrangulaire, flancs verticaux,...) les distinguent nettement de celles du Néolithique ancien, dont les formes sont adoucies, “majoritairement ovoïdes [...] et à section semi-circulaire” (Hamon, 2006, p. 83-84). En revanche, et à l’instar des meules, elles présentent des similitudes avec les autres séries de la fin du Néolithique (cf. infra).

205Enfin, toujours dans la “concentration sud”, les deux outils de mouture, restés indéterminés quant à leur place dans l’appariement des moulins à va-et-vient, sont également apparentés au Néolithique récent d’après leur matière première (grès coquillier) et leur forme à flancs verticaux.

206Il est plus difficile de décrire des tendances sur les outils de mouture issus de la seconde concentration (nord) dans la mesure où ils sont peu nombreux et tous très fragmentés. On ne dénombre que trois meules individualisables, trois fragments thermiques à surface active de mouture (l’un deux appartient sans conteste à la meule n° 44, bien que le raccord n’ait pu être fait) et douze fragments thermiques sans surface active, mais qui par leur emplacement sur le site et leur matière première ne dépareillent pas des trois meules. Ces dernières sont confectionnées sur des blocs de grès fossilifère thanétien. Leur degré de fragmentation dû à la chauffe est important, à tel point que les observations sur leur façonnage initial restent limitées (figure 51, n° 2). Sur le peu de surface naturelle initiale préservée (dos), on remarque une absence d’aménagement, tandis que les bords ne sont plus perceptibles. Les surfaces actives sont finement et densément piquetées, et présentent une usure intense (poli de frottement couvrant). Notons la présence d’une meule étroite (10,5 cm) de forme semi ovalaire (figure 51, n° 3). Les dimensions et la légère convexité de sa surface active l’assimilent aux molettes, mais son épaisseur (12 cm) et son poids (2,5 kg) contredisent cette interprétation fonctionnelle. On constate par ailleurs qu’aucune molette n’a été retrouvée dans ce secteur.

207Sur la base de critères pétrographiques, morphologiques et technologiques, on distingue sur le site deux groupes de moulins à mouvement alternatif. Par comparaison avec d’autres séries (cf. infra), ces distinctions ont une valeur chronologique et confortent les observations faites sur les mobiliers céramique et lithique.

Percuteurs

208Sous le terme de percuteurs sont regroupés des outils aisément identifiables : de dimensions et de poids permettant une préhension aisée (< 1,8 kg), ils portent des traces de percussion régulière. La localisation de ces impacts est tributaire de la forme de l’outil, corollaire du support choisi. Deux morphologies coexistent :

  • lorsque le percuteur est de forme globuleuse à tendance sphérique (voire discoïde), les impacts couvrent totalement ou partiellement la périphérie de l’outil (figure 51, n° 8). Celui-ci est le plus souvent réalisé à partir d’un galet roulé, ce qui lui confère ainsi dès le départ une morphologie adéquate ;

  • dans l’autre cas, ces outils sont de forme allongée et anguleuse. Ils sont aussi un peu plus lourds. Les impacts sont alors localisés sur une et/ou l’autre extrémité ou encore sur une ou plusieurs arêtes du bloc. Il semble que ce type de percuteur soit plus opportuniste, tant dans sa durée d’utilisation que dans le choix des supports : récupération de fragment ou d’éclat de forme appropriée.

Figure 51 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Meules : 1. St. 21, n° 170 ; 2. St. 50, n° 44 ;
3. St. 50, n° 116. Molettes : 4. St. 13, n° 151 ; 5. St. 23, n° 296. Polissoir : 6. St. 50, n° 102.
Broyeur-percuteur : 7. St. 50, n° 105. Percuteur : 8. St. 50, n° 103. Abraseur : 9. St. 50, n° 83.
[Infographie : C. Monchablon, Inrap, 2007]

209Du fait de leur support, le panel des matières premières retrouvées au sein de cette catégorie d’outils est large : galet de quartzite, de calcaire silicifié et de grès quartzitique, fragment ou éclat de grès cuisien et de grès fossilifère thanétien. Mais dans tous les cas, ce sont des roches suffisamment compactes pour encaisser les chocs d’une percussion lancée.

210D’après les stigmates, la fonction de tous ces outils paraît identique, malgré leur diversité morphologique et pondérale. Il est possible toutefois de déterminer la force du geste donnée au travers des stigmates : parties actives “rognées” et “criblées” d’impacts peu profonds lors de percussion “douce” ; points d’impacts écrasés et détachement(s) d’éclat(s) lors de percussion violente. Aucun de ces caractères ne relève d’une période plutôt que d’une autre.

211Enfin, notons que le niveau sableux st. 50 a livré un outil obtenu sur gros éclat dont les dimensions et le poids en font un bloc préhensible à une ou deux mains (figure 51, n° 105). Il présente une face relativement plane qui n’a pas été régularisée. La forme est globalement rectangulaire en section et triangulaire pour la face plane. Sur cette surface, on peut observer, sur les reliefs les plus marqués, les traces d’un poli de frottement recouvrant un martelage initial. Le pourtour est ponctué de larges enlèvements perpendiculaires qui l’entament largement. Cette pièce pourrait s’apparenter à un outil à usage multiple : percuteur sur arêtes et broyeur sur face plane. Mais l’apparence et le calibre de cet outil sont aussi proches de ceux d’une molette. Cette morphologie “grossière”, l’absence de régularisation et de préparation complète de la face active et les stigmates d’utilisation sont des critères qui permettent d’envisager qu’il s’agit d’une ébauche testée. Dans ce cas, il s’agirait d’un bloc dont le façonnage (par enlèvements) n’a pas été poursuivi.

Polissoir et abraseur

212L’effectif pour ce type d’outil est très faible : un polissoir à plage et un abraseur.

213Le polissoir en grès cuisien est aménagé sur une dalle peu épaisse (6 cm), relativement grande (32 x 18,5 cm) et à section rectangulaire (figure 51, n° 6). Il est entier et livre une surface de travail étendue (24 x 17 cm), plus ou moins triangulaire, utilisée de façon passive. Cette surface active n’a pas reçu de façonnage préparatoire à l’usage de polissoir qui en a été fait. Ses deux profils sont piano-concaves et les sections rectangulaires. Les traces d’usure, assez prononcées, se matérialisent par un poli couvrant sans lustré, et par de longues stries parallèles dans l’axe longitudinal du polissoir. L’arête d’au moins un des bords ainsi que l’extrémité pointue ont servi en percussion lancée. Les impacts sont relativement serrés et ont provoqué le détachement de petits éclats sur la surface de travail.

214L’absence tant de lustré que de cannelure ou de cuvette semble contredire une utilisation pour la fabrication ou l’affûtage d’autres outils de pierre (lame de pierre polie notamment). Cependant, les stries indiquent le travail d’un matériau dur : les opérations de finition de bracelets en schiste pourraient éventuellement en être la cause, bien qu’aucun vestige de ce type n’ait été retrouvé à Presles-et-Boves. L’utilisation de surface plane abrasive peut aussi bien “intervenir lors des étapes de débitage que de façonnage des outils en os et en bois de cerf" (Hamon, 2006, p. 72). Là encore, l’absence d’industrie osseuse – parce que non conservée – ne permet pas de valider cette interprétation.

215L’abraseur est en grès fossilifère thanétien. Le support est un fragment thermique d’outil de mouture. Établi sur support opportuniste, il est entier pour sa seconde utilisation (6x5x3 cm). Ses petites dimensions en font un outil manipulable d’une seule main (figure 51, n° 9). Un poli intense (lissage des grains) avec formation de lustré se développe sur l’un des pans de fracture non régularisé. L’usage d’un tel outil peut se retrouver dans différentes chaînes opératoires : façonnage et/ou réaffûtage d’outil en silex, en bois, en os, en bois de cerf... À cause du lustré, un usage au sein d’étapes de débitage (préparation des nucléus par abrasion du bord du plan de frappe, notamment) semble exclu.

216Quelle que soit leur fonction, ces outils ne sont pas datants. Ils se rencontrent durant tout le Néolithique, et une bonne partie de la Pré- et Protohistoire.

Comparaisons et bilans

217L’assemblage macrolithique de Presles-et-Boves, les Bois-Plantés permet d’identifier différentes phases d’occupations néolithiques du site. Si les outils d’abrasion et de martelage sont chronologiquement ubiquistes, les outils de mouture, en revanche, se révèlent efficaces pour distinguer le Néolithique récent du Néolithique ancien. Cette distinction chronologique peut se faire à partir des seuls indices morphométriques des pièces, mais, à Presles-et-Boves, le taux élevé de fragmentation aurait pu rendre l’opération délicate ; les résultats obtenus associés aux types pétrographiques permettent alors une discrimination probante.

218Le macro-outillage en grès est, pour la majorité des vestiges recueillis à Presles-et-Boves, attribuable au Néolithique récent. La base documentaire sur cette période et sur ce type de mobilier est encore peu développée. Le travail de comparaison nécessite d’élargir le champ chronologique au Néolithique final, et l’aire d’étude au nord de la France, avec des sites de contexte similaire de fond de vallée (où les grès abondent) : le Marais-de-Santes (Nord) à Houplin-Ancoisne, et Carvin, Zone Industrielle du Château (Pas-de-Calais), Bettencourt-Saint-Ouen (Somme), Route de Varreddes à Meaux, et les Prés-du-Refuge à Lesches, (Seine-et-Marne). Le site de Méaulte, la Plateforme aéro-industrielle de Haute-Picardie (Somme) offre aussi quelques points de comparaison ; sa position topographique en revanche diffère : en rebord de plateau et dans un contexte plus modeste en gisement gréseux.

219La série de Presles-et-Boves, les Bois-Plantés constitue donc une première référence pour le Néolithique récent du nord du Bassin parisien. Elle semble caractérisée par un approvisionnement de matières premières régional, avec, pour l’élaboration d’outils de mouture, une sélection particulière du grès coquillier. Durant le Néolithique ancien, l’acquisition des matières premières concerne un périmètre beaucoup moins important, à une échelle plus locale (Hamon, 2006). Le cas des grès coquilliers – déjà repérés et peu diffusés – est à cet égard symptomatique : pour les “grès coquilliers Yprésiens qui affleuraient à Missy-sur-Aisne (...), leur utilisation semble restreinte à la zone archéologique du méandre de Bucy-le-Long” (Hamon, 2006, p. 21).

220Malgré la proximité de multiples supports naturels exploitables, la gamme d’outils retrouvés à Presles-et-Boves est peu variée et concerne principalement la mouture.

221Les éléments typo-morphologiques définis pour les outils de mouture du Néolithique final (Monchablon, 2007 et en cours) semblent prévaloir dès le Néolithique récent. Ainsi, d’une façon générale pour la fin du Néolithique, les meules sont des outils assez massifs, confectionnés à partir de dalles épaisses, à flancs verticaux, et avec, pour la surface à moudre, une forme quadrangulaire et large. La présence d’un aménagement distal (encoche) et/ou proximal poli (rebord) n’est pas systématique, mais semble suffisamment récurrente pour caractériser certaines meules de la fin du Néolithique. L’aménagement double, comme sur la meule n° 91 de Presles-et-Boves, a été remarqué à Carvin (Monchablon, à paraître a) mais aussi à Rungis, les Antes (Bostyn dir., 2002, p. 25) sur une meule entière retrouvée en contexte sépulcral. Un aménagement simple par seule encoche distale a déjà été observé à Houplin-Ancoisne (Monchablon, 2007). Il est à relever que pour ces quatre meules, l’encoche se trouve du côté droit. Rappelons que cette “fracturation” est intentionnelle et qu’elle laisse l’outil dans un état encore fonctionnel. Quant aux “tables” proximales, nous en connaissons des exemples à Méaulte (Monchablon, à paraître b) et probablement Bettencourt-Saint-Ouen (Prost, 1996). Notons au passage l’existence d’une meule entière découverte au cours d’un diagnostic à Courbes, les Près-Ménart (Oise, Leguen, 1999) qui illustre de manière paroxystique les caractéristiques des meules de cette période : en grès fin blanc (non local), elle mesure 84 x 40 x 24 cm pour plus de 130 kg et présente des flancs verticaux ainsi qu’un aménagement proximal en rebord.

222Signalons enfin la présence d’une meule sur le site de Lesches, qui nous semble, au vu de sa description et de sa représentation (Hamon in Brunet et alii, 2006), appartenir aussi à ce “groupe” morphologique. Du fait des dimensions et du poids des autres pièces où cet aménagement est observé, nous ne pouvons pas approuver l’interprétation qui en est donnée : “[...] sciemment aménagée par le détachement d’éclats et un piquetage de fabrication, sa morphologie évoque un moyen de préhension (poignée ?) pour faciliter la manipulation voire le transport de l’objet.” (ibid.). Un poli de frottement y est aussi constaté. Bien que nous ne soyons pas encore sûr de pouvoir expliquer cet aménagement, il a déjà été envisagé qu’il s’agisse d’une table de broyage contiguë à la table de mouture (cf. supra). Cette hypothèse a été présentée suite à l’examen des stigmates bien sûr, mais aussi grâce aux données carpologiques. À Bettencourt-Saint-Ouen (Matterne, 1996), et plus récemment à Houplin-Ancoisne, le Marais-de-Santes et à Carvin, Zone Industrielle du Château (Dietsch-Sellami, 2004), la prépondérance des céréales à grains vêtus sur les autres plantes cultivées est attestée. Se pose alors inévitablement la question de leur décorticage éventuel préalablement à la mouture. Insistons sur le caractère “éventuel” car la mouture des céréales encore vêtues de leur glume est possible. Si décorticage il y a, il est possible, par une percussion posée (de type meule/ molette), d’approcher le résultat escompté, à savoir le décorticage partiel par usure progressive de l’enveloppe, quand les grains ont été au préalablement trempés puis séchés (Hamon, 2006, p. 81). Si le rebord de ces meules avait eu une telle fonction de préparation des céréales, un seul type d’outillage pour deux actions distinctes aurait donc suffi. À Presles-et-Boves, aucune donnée carpologique n’est disponible et aucune analyse tracéologique n’a encore été tentée sur le mobilier. Toutefois, en poursuivant la logique de nos comparaisons, on remarque que sur les sites de Houplin-Ancoisne, le Marais-de-Santes et Carvin, Zone industrielle du Château, les études carpologiques ont mis en évidence des résidus de décorticage et que l’étude tracéologique de la table de mouture (et non du rebord) de la meule de Lesches évoque “un travail de céréales pas ou partiellement décortiquées” (Hamon in Brunet et alii, 2006).

223Peut-on en conclure que du Néolithique ancien au Néolithique récent, le passage du grain nu au grain vêtu est à l’origine de la modification de la forme de certaines meules ? Et dans ce cas, ce caractère morphologique peut-il être considéré comme diagnostic du Néolithique septentrional récent et final ? Si pour cette dernière question, de récentes observations poussent à répondre par l’affirmative, certains arguments invitent à la prudence concernant l’aspect exclusivement fonctionnel de cette forme nouvelle. En effet, aux périodes suivantes dans la région, ces aménagements proximaux ne se retrouvent pas, et l’étude typologique du matériel de mouture de la vallée de l’Aisne menée par Cl. Pommepuy (1999) montre que de l’Âge du Bronze jusqu’à La Tène ancienne les meules à va-et-vient offrent des surfaces actives de grandes dimensions et “ouvertes”. Pourtant, les céréales à grains vêtus (engrain amidonnier et surtout orge vêtue) dominent encore largement dans les restes carpologiques de sites de l’Âge du Bronze de Belgique, de Lorraine, de Champagne... (Matterne, communication personnelle).

224Pour les molettes, à chaque site semble correspondre une forme standardisée. Si les surfaces actives sont franchement quadrangulaires à Presles-et-Boves, sur les sites de comparaison elles présentent des contours aux angles marqués avec au moins un bord longitudinal rectiligne, et dans tous les cas des flancs verticaux.

225L’usure des “moulins” du Néolithique récent de Presles-et-Boves est forte. Cet outillage a été utilisé intensivement, mais pas suffisamment pour nécessiter d’importants ravivages. Lorsque réfection il y a, elle n’entame jamais le volume général de l’outil et les profils sont peu modifiés. Ce constat marque une différence avec les séries de comparaison où, par exemple, la concavité des meules est très marquée. De plus, le module initial dans lequel s’inscrit l’outil reste reconnaissable dans tous les cas, malgré une mise en forme poussée. Ces observations ainsi que l’absence d’éclat de réfection évoquent un cycle régulier d’utilisation et d’entretien des outils, mais de courte durée.

226Ce fait pourrait être mis en relation avec la relative abondance des matières premières et leur facilité d’acquisition à proximité. Il ne paraît pas nécessaire dans ces conditions d’optimiser au maximum la durée de vie d’un outil par des ravivages réguliers qui entament et modifient considérablement le volume du bloc initial. Toutefois, le peu de ravivage des outils semble surtout être l’indice d’une occupation du site de courte durée.

227Par comparaison avec Houplin-Ancoisne, le Marais-de-Santes principalement, la rareté des réemplois de supports et des outils à surfaces multiples pose également un problème d’interprétation basé sur la même alternative : proximité des ressources minérales et/ou occupation courte. Enfin, considérant que la durée d’occupation du site influe sur la quantité de vestiges recueillis, l’aspect quantitatif du macro-outillage de Presles-et-Boves et la faible diversité des activités observées laissent voir un site de petite ampleur (implantation d’une petite communauté ?) et/ou envisager une occupation du site plutôt courte. Quant à l’examen de la répartition spatiale, il ne permet pas de mettre en évidence une organisation précise du site (unité domestique, par exemple).

228Cependant, pour le mobilier de la concentration sud strictement Néolithique récent, la prépondérance de l’activité de mouture est évidente : 11 outils sur 14 sont concernés, voire tous si l’on associe les percuteurs en pierre dure au façonnage de ces outils. Le macro-outillage du Néolithique récent de Presles-et-Boves évoque donc une occupation tournée essentiellement vers les activités de subsistance (mouture), et confère à ce site le statut d’habitat au sens d’occupation domestique.

229Les autres activités rencontrées restent très peu documentées.

230Les six percuteurs peuvent avoir concouru au façonnage des outils de mouture ou d’autres outils en pierre. Ils ont sans doute aussi servi pour le débitage du silex (stigmates de percussion directe à la pierre dure sur les éclats, cf. supra). Mais leur usage pour casser et concasser d’autres matériaux non retrouvés (os, bois, ocre,...) est également envisageable.

231Quant au polissoir, s’il ne peut être exclu qu’il ait contribué aux phases de réparation/refaçonnage des haches polies de l’occupation principale du Néolithique récent, il peut aussi avoir participé de l’occupation antérieure (VSG).

232Enfin, l’étude de ce type de mobilier soulève une fois de plus la question de la fracturation volontaire de ces outils. Si la proportion de pièces détruites par le feu semble importante comme pour l’industrie lithique de la concentration sud (incendie ?), sur la partie nord du site, en revanche, elle concerne plus particulièrement le mobilier en grès et en calcaire. La gestion particulière de ce mobilier, perceptible notamment dans ses modalités de rejet avec fracturation volontaire (par le feu ou non), est un trait commun qui traverse bien des siècles. Ce fait est largement documenté pour le Néolithique ancien (Hamon, 2006 ; Monchablon, 1998), le Néolithique moyen (Monchablon, 1998 et 2005) et final (Hamon in Brunet et alii, 2006 ; Monchablon, 2007 et à paraître) et perdure aux périodes protohistoriques jusqu’à La Tène finale (Pommepuy, 1999).

CONCLUSION GÉNÉRALE

233L’étude des différentes catégories de matériaux à permis d’isoler de façon claire plusieurs productions néolithiques sur le site. Ainsi, les vestiges de la parcelle nord ne résultent pas de la même occupation que ceux de la parcelle sud et autorisent la délimitation de l’occupation du Néolithique récent au secteur sud de l’emprise étudiée.

234Ces études permettent aussi de préciser que le mobilier néolithique récent est très homogène et que l’occupation est vraisemblablement limitée dans le temps. Il s’agit néanmoins d’une installation pérenne : celle d’un groupe humain sédentaire pratiquant des activités domestiques multiples liées à la subsistance.

235Le site où se sont accumulés, au même endroit, les différents rejets produits par ces activités, correspond clairement à un habitat. Les vestiges y sont dispersés sur 6 000 m2 au minimum, même si notre connaissance de l’extension du site demeure incomplète. En effet, rien ne s’oppose à ce que le gisement s’étende en dehors des limites de l’emprise, vers l’ouest notamment. La large répartition des fosses de Presles-et-Boves en fait toutefois un habitat nettement plus étendu que celui de Cuiry-lès-Chaudardes. Le site apporte de ce point de vue un éclairage nouveau sur l’habitat du Néolithique récent dans le secteur.

236En revanche, la structuration du site demeure incomprise. On ne dispose d’aucun plan de bâtiment et la répartition des structures en creux ne montre pas de regroupement clair susceptible de signaler des zones spécifiques. On observe seulement que dans le secteur 3, les vestiges se concentrent de façon un peu significative, en associant les restes d’un sol d’occupation, des fosses, et du mobilier varié dans sa composition et abondant en nombre de restes. Cette concentration, difficile à délimiter précisément, est de loin la zone la plus riche de l’emprise étudiée. Il est difficile, cependant, d’aller plus loin dans son interprétation. En effet, à défaut d’une autre concentration du même type, ou d’autres sites analogues pour mener des comparaisons, on ne peut assurer, par exemple, que les rejets accumulés à cet endroit sont produits par une ou plusieurs unités domestiques.

237À travers les comparaisons avec d’autres ensembles, les caractéristiques technologiques et typologiques du mobilier permettent de proposer que la série de Presles-et-Boves corresponde à une étape récente du Néolithique récent. Cependant, la datation précise du site n’est pas totalement acquise. En effet, la date obtenue sur le fragment d’os de la structure 21 est contemporaine des résultats disponibles pour les sites classés dans la première partie du Néolithique final (Cottiaux coord., 2006, p. 7-9). Or, pris tel quel, ce résultat laisse entendre que la date absolue est postérieure au classement de la série d’après des critères typologiques. Cela pose évidemment problème puisqu’elle ne comporte rien de ce qui caractérise le début du Néolithique final. Par exemple, il n’y a pas dans le corpus céramique de production fine en parallèle à une production plus grossière, ni de poteries à fond rond, ni de languettes de préhension en nombre conséquent, ni de cuillères, de fusaïoles ou de pesons. A contrario, la série a livré un fort pourcentage de vases à col, quasiment absents des répertoires du début du Néolithique final. Cependant, la date n’est pas à rejeter pour autant. Les maximums de probabilités de la mesure radiocarbone indiquent qu’elle se situe autour des 29e et 28e siècles av. n. è. Mais, sachant que la transition Néolithique récent / Néolithique final n’est pas vraiment fixée, rien ne permet d’affirmer que la date est incompatible avec la série. Elle pourrait par conséquent correspondre à l’une des dernières étapes du Néolithique récent et contribuer à préciser localement le début du Néolithique final.

Annexes

ANNEXE. PRESLES-ET-BOVES, LES BOIS-PLANTÉS (AISNE), INVENTAIRE DES GROUPES DE PÂTE ET DES MODES DE CUISSON

Notes

1 Tout comme C. Hamon, nous distinguons “réutilisation” de “réemploi”, “selon s’il s’agit ou non d’un même usage.” (Hamon, 2006, p. 31).

2 Dans l’étude préliminaire (FPVA 1994, p. 131) nous avions expliqué cette partie de la meule par une réutilisation comme polissoir. Les études récentes sur d’autres meules avec cette même caractéristique morphologique semblent moins définir un réemploi ponctuel et un tel usage qu’une tendance morpho technique.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Localisationde la carrière. [Extrait IGN 1/25000’, Braine 2611 Est]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Figure 2 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).Plan général du site. [Infographie : S. Thouvenot, Inrap]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Figure 3 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).Plan du secteur sud-ouest du site. [Infographie : S. Thouvenot, Inrap]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Figure 4 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).Exemple de petite fosse circulaire. [Cliché et infographie : S. Thouvenot, Inrap]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Figure 5 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Exemples de grandes fosses circulaires. [Clichés et infographie : S. Thouvenot, Inrap]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-5.png
Fichier image/png, 1,0M
Légende Figure 6 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Décompte du mobilier céramique par structure.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Figure 7 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Proportionsde la céramique en poids, en nombre de tessons et en NMI partype de contexte.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Figure 8 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).Répartition du mobilier céramique. [Infographie : S. Thouvenot, Inrap]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Figure 9 – Presles-et-Boves, Les Bois-Plantés (Aisne).Décompte par structure des éléments typologiques de la série.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Figure 10 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).Étapes d’ébauchage et de mise en forme au cours dufaçonnage des fonds plats, des pieds et des jonctionsfond-panse. [Cliché : R. Martineau]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-10.png
Fichier image/png, 262k
Légende Figure 11 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Chaîneopératoire de façonnage détaillée des fonds plats, étape parétape, montrant les gestes et les procédés techniques utilisés.Les structures (en orange) apparaissent au fur et à mesure dela mise en forme. Les flèches indiquent le sens des gestes réalisés.[Dessin : R. Martineau]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Figure 12 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Boules de terre cuite (23-61 et 23-62)grossièrement ébauchées et probablement destinées au façonnage des poteries par assemblagesde fragments de colombins en anneaux. [Clichés et dessins : R. Martineau]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Figure 13 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Plaque de terre cuite (23-63)grossièrement façonnée par écrasement sur une vannerie/sparterie. Il pourrait s’agir del’ébauche d’un fond plat de poterie. [Clichés et dessins : R. Martineau]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 14 – Presles-et-Boves, tes Bois-Plantés (Aisne). Tableauquantitatif des recuits partiels et des utilisations interne et /ou externe des poteries. Les deux recuits complets sont comptabilisés avec les phases de cuisson car ils en constituent lesindéterminés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 9,2k
Légende Figure 15 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Répartition quantitative des phases de cuisson. N = 136. Les recuitspartiels ne sont pas comptabilisés ici en tant que tels car ilsn’empêchent pas de déterminer la phase de cuisson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende Figure 16 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Liste desvases classés dans les quatre formes de récipients représentéessur le site.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Figure 17 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).Poteries de la structure 4. [Dessins : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Figure 18 – Presles-et-Boves, Les Bois-Plantés (Aisne).Poteries des structures 6, 7, 9, 12 et 13. [Cliché : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Figure 19 – Presles-et-Boves, Les Bois-Plantés (Aisne).Poteries des structures 8 et 14. [Clichés : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 20 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).Poteries des structures 14 et 15. [Clichés : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Figure 21 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).Poteries des structures 18 et 19. [Cliché : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 22 – PresLes-et-Boves, Les Bois-PLantés (Aisne).Poteries de La structure 19. [CLichés : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Figure 23 – Presles-et-Boves, les Bois-PLantés (Aisne).Poteries des structures 21 et 22. [Clichés : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 24 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).Poteries du niveau 23, secteurs 1 et 2. [Cliché : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Figure 25 – Presles-et-Boves, tes Bois-Plantés (Aisne).Poterie du niveau 23, secteur 3. [Clichés : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Figure 26 – Presles-et-Boves, les Bois-PLantés (Aisne).Poteries du niveau 23, secteur 3. [Dessins : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 27 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).Poteries du niveau 23, secteur 3. [Dessins : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Figure 28 – Presles-et-Boves, les Bois-PLantés (Aisne).Poteries du niveau 23, secteur 3. [Dessins : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Figure 29 – Presles-et-Boves, les Bois-PLantés (Aisne).Poteries du niveau 23, secteur 3. [Dessins : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 30 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).Poteries du niveau 23, secteur 3. [Cliché : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Figure 31 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).Poteries du niveau 23, secteur 3. [Clichés : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Figure 32 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).Poterie du niveau 23, secteur 3. [Clichés : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Figure 33 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).Poteries du niveau 23, secteur 3. [Cliché : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Figure 34 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).Poteries du niveau 23, secteurs 3 et 6. [Clichés : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Figure 35 – PresLes-et-Boves, Les Bois-PLantés (Aisne).Poteries des structures 25, 26, 28, 31 et 43. [Clichés : R. Martineau ; dessins : R. Cottiaux]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende bart. : bartonien ; Lut. : Lutétien ; sec. : secondaire ; sen. : sénonien ; tert. : tertiare ; tur. : turonien ; quart. : quartziteFigure 36 – Presies-et-Boves, Les Bois-PLantés (Aisne). Décompte du mobilier Lithique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Figure 37 – Presles-et-Boves, tes Bois-Plantés (Aisne).Fréquence des grandes catégories lithiques.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 9,7k
Légende Figure 38 – Prestes-et-Boves, tes Bois-Piantés (Aisne).Fréquence des matières premières identifiées.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 9,2k
Légende Figure 39 – Presles-et-Boves, les Bois-PLantés (Aisne).Composition des matériaux dans les outils.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure 40 – Presles-et-Boves, Les Bois-PLantés (Aisne).Dimensions des éclats bruts et des outils sur éclat.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende bart. : bartonien ; sec. : secondaire ; sen. : sénonien ; tl : talon lisse ; tf : talon facetté
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 41 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).Descriptif des produits laminaires.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Figure 42 – PresLes-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Dimensionsdes éclats de hache poLie (brut, retouché et d’utilisation).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Figure 43 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).Support de l’outillage.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 8,6k
Légende Figure 44 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Décompte de l’outillage. bart. : bartonien ; sec. : secondaire ; sen. : sénonien ; tur. : turonien ; quart. : quartzite
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Figure 45 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Dimensions des grattoirs et des éclats retouchés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Figure 46 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Produits laminaires : 1. Lame émoussée (niv. 23, silex brûllé) ; 2. Poignard ?(st. 21, silex bartonien) ; 3. Grattoir (niv. 23 silex brûlé) ; 4. Lame retouchée (niv. 23, silex bartonier) ; 5. Lame (niv. 50, silexbartonien) ; 6. Lame lustée (niv. 23, silex brûlé) ; 7. Lame retrouchée (st. 46, silex bartonien). [Dessins : P. Allard]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Figure 47 – PresLes-et-Boves, Les Bois-Plantés (Aisne).Haches polies en silex bartonien : 1. Niv. 23 ; 2. St. 47 ; 3. Niv. 23 ; 4. St. 22. [Dessins : P. Allard]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Figure 48 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Outillage divers : 1. Flèche tranchante (niv. 23, silex brûlé) ; 2. Flècheà pédoncule et ailerons (st. 18, silex sénonien) ; 3. Flèche tranchante (niv. 6, silex tertiaire) ; 4. Grattoir sur éclat (niv. 23,silex sénonien) ; 5. Ébauche d’armature (st. 47, silex bartonien) ; 6. Lame lustrée (niv. 23, silex bartonien) ; 7 et 8. Grattoirs suréclat (niv. 23, silex brûlé) ; 9. Grattoir sur éclat (niv. 50, silex bartonien) ; 10. Briquet sur éclat (niv. 50, silex secondaire) ; 11. Denticulésur éclat (niv. 50, silex bartonien). [Dessins: P. Allard]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Figure 49 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).Décompte générai par catégories de vestiges macrolithiques.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende Figure 50 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne).Meules : 1. St. 17, n° 91 ; 2. St. 21, n° 92. [Infographie : C. Monchablon, Inrap, 2007]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Figure 51 – Presles-et-Boves, les Bois-Plantés (Aisne). Meules : 1. St. 21, n° 170 ; 2. St. 50, n° 44 ;3. St. 50, n° 116. Molettes : 4. St. 13, n° 151 ; 5. St. 23, n° 296. Polissoir : 6. St. 50, n° 102.Broyeur-percuteur : 7. St. 50, n° 105. Percuteur : 8. St. 50, n° 103. Abraseur : 9. St. 50, n° 83.[Infographie : C. Monchablon, Inrap, 2007]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16680/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 143k

Auteurs

CNRS, UMR 7549-Préhistoire et technologie Maison René Ginouvès
21 allée de l’Université, 92023 NANTERRE

© ARTEHIS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search