Version classiqueVersion mobile

La fin du IVe millénaire dans le bassin parisien

 | 
Richard Cottiaux
, 
Laure Salanova

Première partie

Deux fosses Seine-Oise-Marne à Cuiry-lès-Chaudardes, les Fontinettes (Aisne)

Claude Constantin, Pierre Allard, Lamys Hachem, Isabelle Sidéra et Aline Emery-Barbier

Résumé

Sont publiées ici les deux uniques fosses SOM découvertes sur le site de Cuiry-lès-Chaudardes. Ces fosses contiennent le matériel typique d’un habitat et on peut penser qu’elles ne sont pas contemporaines étant donné les différences notables qui concernent les formes céramiques et l’approvisionnement en matière première siliceuse.

Texte intégral

1Nous nous proposons ici de publier d’une façon complète les données concernant deux fosses attribuables au Seine-Oise-Marne découvertes en 1972 et 1974 sur le site des Fontinettes à Cuiry-lès-Chaudardes. Ce sont les deux uniques fosses de cette période découvertes sur le site qui a été intégralement fouillé sur plus de 5 ha. Elles n’ont fait l’objet jusqu’ici que de publications partielles (Les fouilles protohistoriques dans la vallée de l’Aisne, vol. 1, 1973, p. 10-18 ; vol. 2, 1974, p. 21-40 ; Soudský et alii, 1982 ; Barbier, 1974).

LES FOSSES ET LEUR SITUATION

2Les deux fosses sont situées dans le point le plus bas de la large basse terrasse non inondable de l’Aisne (figure 1) à des distances de 50 et 70 m d’un bras mort qui limite la zone inondable et à environ 100 m du cours actuel de l’Aisne. Une distance de 30 m sépare les deux fosses creusées dans le gravier alluvial. Elles se trouvent sur un site densément occupé par un habitat du Rubané récent du Bassin parisien et qui comporte également des occupations plus clairsemées datant du Michelsberg, des Âges des Métaux et de la période gallo-romaine (figure 2).

3La fosse 9 est à peu près circulaire, de 1 à 1,20 m de diamètre et de 0,60 m de profondeur. Son remplissage est homogène. On peut y distinguer deux couches de même nature, mélange de terre noir-brun et de gravier calcaire (figure 3).

4La fosse 64 est subcirculaire, de 1,25 m de diamètre moyen et de 1 m de profondeur. Le fond est aplati et les parois très inclinées. On y distingue deux couches de terre de couleur noire dont la plus haute comporte du gravier et pourrait correspondre à un recreusement. Elles sont partiellement séparées par une couche de gravier provenant d’un écroulement partiel de la paroi (figure 3). Le matériel est surtout présent dans la moitié basse de la couche supérieure.

LE MATERIEL CERAMIQUE

5Les fosses 9 et 64 ont livré respectivement onze et huit vases en partie reconstituables.

Le dégraissant

6La figure 4 indique la nature et la granulométrie du dégraissant. Le chiffre donné pour la granulométrie indique la taille des grains les plus gros mais sans tenir compte de grains isolés qui peuvent être encore de plus grande taille. On voit que le dégraissant est loin d’être fin : 5 à 10 mm dans la plupart des cas.

7Deux types de dégraissant sont utilisés pour l’ensemble des vases, mis à part un seul, de petite taille qui n’en comporte pas. Il s’agit de la chamotte et du silex éclaté au feu et pilé qui peut quant à lui comporter des fragments fins, submillimétriques. Dans quatre vases, chamotte et silex sont tous deux présents.

Figure 1 – Localisation du site.
[Plan : C. Constantin]

Figure 2 – Situation des fosses
(indiquées par les flèches). [Plan : C. Constantin]

Figure 3 – Coupes des fosses. 1. Terre arabLe ;
2. Substrat : sable et gravier ; 3. Terre brune et
gravier ; 4. Terre brun-noir et gravier ; 5. Terre
noire et gravier ; 6. Terre noire ; 7. Gravier.
[Infographie : C. Constantin]

Figure 4 – Données sur le dégraissant et la cuisson.

8Une différence apparaît entre les vases des deux fosses, qui témoigne qu’il s’agit de fabrications différentes peut-être interprétables en terme de diachronie. Il en est de même pour les vases de la fosse 9 comme en témoignent leurs différences dans la nature du dégraissant.

9Fosse 9 : 82 % des vases dégraissés à la chamotte (soit neuf vases) dont 36 % comportent également du silex et 9 % de vases dégraissés à l’aide du seul silex (soit un vase).

10Fosse 64 : 100 % de vases dégraissés au silex, chamotte absente.

Quelques remarques concernant le montage

11Neuf des 19 vases présentent des joints de colombins dont :

  • des colombins dans le montage de la panse. On peut en particulier observer le changement d’orientation des joints de colombins entre la partie basse évasée et la partie haute rétrécie d’un des vases (figure 6, n° 7) ;

  • un joint de colombin entre panse et bord (figure 5, n° 6) ;

  • des colombins ajoutés assurant la solidarisation entre un fond plat et la panse (figure 5, n° 11 et figure 6, n° 8).

12Les surfaces sont très irrégulières avec des grains de dégraissant fréquemment saillants. Ces irrégularités ont été un peu atténuées par une finition de type main-mouillée ou à l’aide d’un tampon végétal humide déplacé verticalement sur la surface externe.

Cuisson

13La couleur des surfaces extérieures est le plus souvent brun-rouge et moins souvent ocre, rose, gris clair.

14La couleur des surfaces intérieures est dans la moitié des cas la même que celle de la surface extérieure et pour l’autre moitié grise ou noire.

15La couleur de l’intérieur de la paroi est celle de la surface extérieure dans la moitié des cas et pour l’autre moitié il subsiste une tranche de l’épaisseur noire ou gris foncé.

16On voit donc que la phase oxydante de la cuisson a été d’une durée assez souvent insuffisante pour aboutir à une oxydation à cœur des oxydes de fer et que, pour des raisons évidentes de circulation de l’air, la paroi interne a été moins soumise à cet effet. Concernant cette paroi, on constate qu’elle est bien plus fréquemment noire pour les vases de la fosse 64 que pour ceux de la fosse 9, ce qui milite également pour en faire deux productions distinctes.

17Il faut signaler aussi que la moitié des vases présente une fine couche superficielle ayant subi un début de vitrification. Dans un cas, cette vitrification concerne toute l’épaisseur de la paroi. Ce début de vitrification est facilement observable à la loupe binoculaire : la pâte observée dans une cassure présente un aspect fondu, vitreux et des petites fentes de rétraction. Ce phénomène observable en Bassin parisien dès la culture de Cerny, témoigne que des températures de cuisson de l’ordre de 800-850° C ont été atteintes (Constantin, 2003), ce qui a pour conséquence l’obtention d’un matériau beaucoup plus dur, c’est-à-dire de vases plus solides.

18Nous signalerons ici le fait qu’un vase (figure 6, fosse 9, n° 7) porte une fine couche noire carbonisée à l’intérieur, ce qui montre que ce type de forme a pu être utilisé pour des cuissons alimentaires.

Formes et décor des vases

19On utilisera la typologie de Chambon, Salanova, 1996b et de Augereau et alii, 2007, en donnant la liste, par structure, des vases dont une partie au moins de la forme est reconnaissable.

20Tous les fonds sont plats. Les préhensions sont absentes.

Fosse 9

  • 2 vases à profil galbé (figure 6, nos 7 et 8)

  • 1 vase à profil rectiligne (tronconique) à col court (figure 5, n° 4)

  • 1 vase à diamètre maximum sur le haut de la panse et col court (figure 5, n° 2)

  • 1 petit vase à col court (figure 5, n° 1) – 2 cols longs (figure 5, nos 3 et 5)

Figure 5 – Céramique de la fosse 9. [Dessins : C. Constantin]

Figure 6 – Céramique de la fosse 9 (7 et 8 en haut) et de la fosse 64 (1 à 8 en bas). [Dessins : C. Constantin]

  • 1 col court (figure 5, n° 6)
    Les trois fonds sont légèrement débordants.
    Les cols courts sont bien éversés, amincis et légère
    ment concaves sur leur face interne.

Fosse 64

  • 1 vase à profil rectiligne (tronconique) sans col (figure 6, n° 1)

  • 3 cols longs (figure 6, nos 2-4)

  • 1 vase à partie haute resserrée (figure 6, n° 7)
    Le fond n’est pas débordant (figure 6, n° 8)
    Les rebords sont fréquemment à extrémité irrégulière.
    Le caractère très incomplet des vases de la fosse 64

ne facilite pas les comparaisons. On peut seulement remarquer peut-être une opposition entre les cols uniquement longs de la fosse 64 et la majorité de cols courts de la fosse 9.

21Deux vases de la fosse 64 comportent un décor en sillons larges (2 à 3 mm) verticaux réalisés sur la pâte très humide (figure 6, nos 2-3)

Différences entre les deux fosses

22La fosse 64 se distingue, pour la céramique, par l’absence de chamotte, la présence de décors, l’absence des petits cols courts et un vase à partie haute refermée.

Essai de comparaison avec d’autres sites

Dégraissant

23Sur les deux ensembles important du département de la Marne : Morains-le-Petit et les hypogées de la Marne, la chamotte domine, employée seule ou conjointement au silex (85 %), le silex seul est employé à 15 % (Martineau, 2004). Plus à l’ouest, le silex devient plus rare comme c’est le cas à Boury-en-Vexin (Oise) (Lombardo, 1985) et à Presles-et-Boves (Aisne) (Allard et diïi, 1994 ; Thouvenot, Allard, 1995). Nous ne connaissons pas de site où seul le silex est utilisé comme dans la fosse 64.

Formes

24En ce qui concerne les sites les plus proches c’est évidemment Presles-et-Boves qui mérite la comparaison. Y sont présentes toutes les formes de Cuiry-lès-Chaudardes avec cependant, sur le premier site, le manque de profils galbés attestés, lié au fait que les profils de panse complets y manquent. Rappelons que ce type de profil serait récent selon Chambon et Salanova (Chambon, Salanova, 1996b). Le matériel SOM de la Marne ou de la région parisienne (Bailloud, 1964 ; Bailloud, Coiffard, 1967) rassemble de même l’ensemble des éléments présents sur le site, y compris des cols longs.

Décors

25Les deux décors de la fosse 64 (figure 6, nos 2 et 3) n’ont que de très rares équivalents dans le SOM. Gérard Bailloud (Bailloud, 1964, figure 45) signale deux vases décorés de “coups d’ongle” sous le bord, qui semblent effectivement plus courts et plus étroits que les sillons de nos deux vases, à Presles (allée couverte de la Justice) (Val-d’Oise) et dans les hypogées du Petit Morin (Marne). Les mêmes types de décor découverts à Yport-Saint-Léonard (Seine-Maritime) sont pour Watte (Watte, 1995), et sur la base de la finition des vases, postérieurs au SOM.

Conclusion concernant la céramique

26Le matériel céramique des deux fosses peut être attribué sans problème au SOM. Cependant les deux vases décorés de la fosse 64 n’ont pas de stricts équivalents dans cette culture où de plus manquent en l’état de notre documentation des sites sur lesquels on n’emploie pas la chamotte mais uniquement le silex.

27Décor, dégraissant au seul silex, un vase à ouverture refermée peut-être, mais la faiblesse du corpus ne permet pas de s’en assurer avec certitude, absence de cols courts, individualisent le matériel de la fosse 64.

LE MATERIEL LITHIQUE

28Le mobilier lithique des fosses 9 et 64, issues des premières années de fouilles du site de Cuiry-lès-Chaudardes, n’a pas été intégralement retrouvé.

29Dans le cadre de cet article, 14 pièces sont issues de la fosse 9, et 12 de la fosse 64. Devant l’indigence de la série, nous ferons un descriptif des éléments présents qui autorisent quelques commentaires sur ce petit ensemble incomplet (figure 7).

Descriptif du mobilier de la fosse 9

  • 4 éclats dont 3 partiellement corticaux débités à la percussion dure en silex turonien. Les 4 éclats présentent un avers avec des enlèvements unipolaires et un talon facetté avec l’origine d’enlèvements perpendiculaires comme des éclats de préparation de crête. Quelques retouches fines marginales sont présentes, difficilement interprétables. Dimensions :
    45/49/12 ; 48/37/7 ; 40/33/7 ; 36/32/6 mm ;

  • 2 graviers naturels en silex turonien, brûlés ;

  • 1 fragment distal d’éclat laminaire en silex turonien non patiné, percussion dure vraisemblable, schéma diacritique bipolaire, utilisé ;

  • 1 éclat laminaire épais, 80 % cortical, en silex turonien non patiné, débité probablement à la percussion indirecte, non retouché, dimensions : 52/25/6 mm ;

* manque dans cet inventaire un fragment distal d’une hache retaillée (figure 8, n° 8)
** manque dans cet inventaire un "grattoir" sur support laminaire et probablement un petit fragment de hache polie (figure 8, nos 6-7).
Toutes ces pièces ont été égarées.
Figure 7 – Inventaire du matériel en silex.

  • 1 petit bloc utilisé ou nucléus quadrangulaire sur un rognon de silex turonien très gélif. Deux faces d’exploitation sont visibles avec des enlèvements de petites tailles (3 cm pour le plus grand). Certaines arêtes sont martelées et utilisées. Dimensions : 43 / 53/42 mm ;

  • 1 grattoir sur éclat cortical en silex turonien patiné, débité à la percussion dure. Le front est abrupt et localisé en partie distale avec trois séries de ravivage. Les dimensions : 34/32,5/9 mm (figure 8, n° 2) ;

  • 1 grattoir latéral sur un grand éclat débité à la percussion dure en silex tertiaire bartonien (figure 8, n° 5), dimensions : 4/36/10 mm. Le schéma diacritique montre une face d’exploitation bipolaire opposée. Le front latéral est large et à retouche semi-oblique avec un émoussé du bord actif ;

  • 1 éclat de hache polie en silex bartonien débité à la percussion dure directe. L’éclat est localisé le long du bord de la hache et débité à partir d’une fracture transversale. Des pans de polissage sont bien visibles et la section de la hache devait être lenticulaire ;

  • 1 lame utilisée avec de fines retouches directes en silex thanétien (silex verdi). La lame est à 3 pans et régulière, plutôt rectiligne ; le proximal est cassé (figure 8, n° 3). Le talon est dièdre et la corniche abrasée, une légère fissure sur le bulbe au niveau de l’impact suggère une percussion directe à la pierre. Dimensions : 45/21/4 mm ;

  • 1 fragment mésial de lame régulière, légèrement retouchée, à 4 pans en silex blond sénonien. Les dimensions : 30/16/5,5 mm.
    Dans cet inventaire, il manque pour la structure 9

une hache polie retaillée (figure 8, n° 8), considérée comme reprise en nucléus dans la publication (Les fouilles protohistoriques dans la vallée de l’Aisne, 1973, p. 16, et figure 15, n° 6).

Descriptif du mobilier de la fosse 64

  • 7 éclats, dont un fragment distal, de toutes tailles, en silex bartonien. La plupart sont débités à la percussion dure, à l’exception de deux éléments possibles à la percussion indirecte. Les avers présentent tous des enlèvements unipolaires.

  • 1 distal d’un éclat laminaire ou d’une lame étroite et deux éclats laminaires en silex bartonien. Ces deux derniers sont débités à la percussion indirecte, le plus régulier des deux possède un talon lisse concave. On peut les exclure d’un façonnage de hache car les angles de chasse sont proches de l’angle droit pour les deux.

  • 1 proximal d’un éclat laminaire avec une retouche directe oblique sur le bord droit en silex bartonien (figure 8, n° 1). La pièce est épaisse avec une sorte de dos préparé par des retouches abruptes larges endommagées par des enlèvements récents. La pièce est débitée à la percussion dure et le distal est manquant. Dimensions : 36/33/7 mm

  • 1 fragment distal d’une hache polie en silex bartonien (figure 8, n° 4). La hache présente des altérations thermiques importantes. Elle a été retaillée, peut-être en vue d’un ré-emmanchement bien qu’elle soit courte. Un des bords du tranchant a également été finement retaillé mais sans polissage. La section médiane n’est pas observable. Dimension : 64/37/
    22 mm.

30La fosse 64 comprenait également un “grattoir sur lame” (figure 8, n° 6) qui figure sur le rapport de fouille (Les fouilles protohistoriques dans la vallée de l’Aisne, 1974, p. 36 et figure 16, n° 8). Le dessin ne permet pas d’apprécier la qualité du support ni de distinguer avec certitude s’il s’agit bien d’un grattoir, d’une troncature inverse voire d’une pièce esquillée.

Figure 8 – Matériel en silex des fosses 9 (nos 2, 3, 5 et 8) et 64 (nos 1, 4, 6 et 7).
Pour les nos 6 et 7, il s’agit de la reprise du dessin de FPVA, 1972-1973.

31Cette structure contenait un autre petit fragment provenant probablement d’une hache polie (figure 8, n° 7) qui est dessiné sur la publication (Les fouilles protohistoriques dans la vallée de l’Aisne, 1974, figure 16, n° 10). La qualité du dessin ne permet pas d’en juger avec certitude, car cet élément a une morphologie qui le rapproche d’une armature, sorte de pointe avec un dos partiellement retouché. Néanmoins, l’absence surprenante d’une mention de cette armature dessinée dans les rapports et la publication et le code utilisé pour la face supérieure qui est identique aux fragments de hache, nous incite à le considérer comme un fragment de hache polie.

Commentaires

32De ce petit corpus, nous ferons les commentaires suivants, principalement en référence avec la série plus conséquente et assez bien calée chronologiquement du site de Presles-et-Boves qui est présentée dans ce volume. Ce qui étonne ici, c’est la composition des matières premières utilisées de la fosse 9. La plupart des pièces sont en silex secondaire turonien. Ce silex, qui affleure naturellement dans la région de Rethel (Blanchet et alii, 1989), est présent en grande quantité dans les alluvions anciennes de l’Aisne, ce qui est le cas des rognons exploités ici. L’ensemble comprend aussi deux pièces en silex tertiaire bartonien qui n’est accessible que dans les formations primaires à une trentaine de kilomètres du site. La lame en silex sénonien correspond à un matériau disponible uniquement à plus de 50 km du site, que ce soit vers l’ouest dans la région de Compiègne ou au sud dans la Marne (Blanchet et alii, 1989 ; Allard, 2003). Enfin, l’inventaire est complété par un produit laminaire en silex thanétien, qui affleure à différents endroits de la vallée de l’Aisne et que l’on retrouve aussi dans les terrasses alluviales de la rivière. Ici, les silex sont donc locaux ce qui constitue une différence majeure avec Presles-et-Boves où ce sont plus de 90 % de silex tertiaires bartoniens qui ont été utilisés. Il va de soi que cette différence peut être simplement le fruit de l’indigence de la série. En revanche, la fosse 64 s’intègre parfaitement avec la série de Presles-et-Boves puisque toutes les pièces sont en silex bartonien.

33Le débitage est principalement orienté vers la production d’éclats à la percussion dure. En effet, la lame en silex sénonien de la fosse 9 est par ses caractéristiques à rejeter d’une attribution culturelle au SOM. Le matériau, la régularité et le module s’inscrivent totalement dans la tradition danubienne et particulièrement dans le Rubané. Il n’échappera à personne que l’on se trouve au cœur du plus grand habitat connu du Rubané du Bassin parisien et le contexte d’une structure en ensemble ouvert rend crédible cette pièce comme étant intrusive. On ne peut non plus exclure une récupération de cet objet par les Néolithiques au SOM mais aucune retouche ou double patine n’est observable. Celle en silex thanétien pourrait être attribuée au Néolithique récent.

34Le débitage à la percussion dure, d’après les schémas diacritiques des grands éclats, semble à une ou deux faces d’exploitation dans un schéma unipolaire.

35Enfin, l’outillage est ici composé de deux grattoirs, dont un présente un front émoussé. Les haches polies sont bien représentées, elles ont une section lenticulaire et elles sont retaillées. Ces critères sont également présents dans la série de Presles-et-Boves.

36Ce petit ensemble présente donc une particularité par la composition des matériaux de la structure 9, divergente de la structure 64 et de la série de Presles-et-Boves. La production d’éclats est bien représentée, contrairement à la production laminaire qui n’est pas clairement attestée sur place. Aucun déchet n’a pu être attribué à une telle production, mais il existe deux lames. Les outils les plus caractéristiques pour le Néolithique récent sont les haches polies à section lenticulaire en silex bartonien, qui ont été systématiquement retaillées.

LA FAUNE

La structure 9

37Cette fosse contenait 175 restes dont 67 % ont pu être déterminés (figure 9), ce qui est un taux relativement élevé par rapport à des échantillons du Néolithique ancien ou Néolithique moyen de la même région (en moyenne 40 %). La conservation des os est bonne si l’on en juge par leur aspect de surface et par le fait qu’il y ait de nombreux restes de porcs périnataux, os fragiles par excellence. Une étude préliminaire de cette faune avait été faite par F. Poplin (Les fouilles protohistoriques dans la vallée de l’Aisne, 1973, p. 16) qui identifiait du porc en position dominante, du bœuf, des caprinés, des rongeurs, des grenouilles, des poissons (brochet, chevesne) et des moules de rivière, mais la microfaune ayant été perdue, nous n’avons pas pu l’intégrer dans cette analyse.

38La faune représentée dans cet échantillon est constituée presque exclusivement du porc, les autres espèces représentées étant les bovins et les caprinés (figure 9). Le cerf est très discrètement représenté par un fragment d’os long et de bois. Aucun autre animal sauvage n’est présent.

39Les rejets ne reflètent pas une consommation identique à celle que l’on a l’habitude de trouver dans les dépotoirs des périodes néolithiques précédentes. Plusieurs éléments vont dans ce sens : en premier lieu la focalisation sur une seule espèce ; en général il existe une espèce prédominante dans les rejets mais pas à cette échelle (94,9 %). Un pourcentage de cet ordre signifie habituellement soit que l’échantillon est trop petit et a été biaisé par des facteurs d’érosion, soit qu’il y a eu un événement particulier, en rapport avec un rituel. Ni la première, ni la seconde hypothèse ne paraît satisfaisante dans le cas présent. En second lieu, la composition des rejets est particulière : il y a un grand nombre d’animaux morts-nés. On décompte d’après les humérus au minimum cinq individus dont trois sont des périnataux (c’est-à-dire des fœtus ou tout juste nés) qui ne sont pas exactement au même stade de croissance ; les deux autres correspondent : l’un à un individu très jeune (2-3 mois) et l’autre à un jeune de moins d’un an. Sur les dents on décompte un individu de 11 mois, un autre de ± 2 mois et un troisième âgé de 4 à 7 semaines, ce qui corrobore en partie les observations obtenues d’après les os longs. On retrouve parmi les autres parties anatomiques des restes de ces périnataux et de jeunes animaux.

* mouton
Figure 9 – Liste des espèces de La structure 9
et décompte des parties anatomiques par espèce.

40Il semblerait qu’il y ait deux rejets au sein de cette fosse : l’un correspondant à une consommation “normale” (présence de parties anatomiques diversifiées, ossements fracturés pour récupérer la moelle, découpe spécifique des côtes) et l’autre le rejet de quatre très jeunes porcelets impropres à la consommation. Le fait que leur squelette ne soit pas entier semble indiquer qu’il s’agit d’un rejet et non d’un dépôt intentionnel. Mais il n’est pas possible d’aller plus loin dans l’interprétation car la fouille de cette fosse est trop ancienne (début des années 70) pour avoir des indications sur la connexion anatomique éventuelle des pièces osseuses mises au jour.

41Les comparaisons avec d’autres faunes provenant de sites contemporains dans la région sont ténues car les données sont encore peu nombreuses. Une analyse d’une fosse de Luzancy montre la présence de bœuf, de porc et de cerf, avec une absence apparente de caprinés qui se répète sur le site de Mareuil-lès-Meaux, structure 5078 (Bemilli, in Lanchon dir., 2009).

42Si cette étude est un premier pas vers la connaissance de l’alimentation au Néolithique récent dans le Bassin parisien, il faudra cependant attendre les prochaines analyses pour pouvoir mieux cerner les habitudes alimentaires des populations de cette période. On peut cependant subodorer que les caractéristiques s’inscriront dans l’évolution globale perçue dans la vallée de l’Aisne du Néolithique ancien à La Tène finale, à savoir une baisse de la consommation des bovins ainsi que des caprinés et une augmentation de la consommation du porc (Aüxiette, Hachem, 2007).

La structure 64

43Le matériel n’a pu être retrouvé pour la présente étude. La seule indication provient des Fouilles protohistoriques dans la vallée de l’Aisne, 1974, p. 36 : “Les restes de faune sont abondants avec notamment des arêtes de poissons”.

Les outils en matière osseuse

44Les objets en matière osseuse sont peu nombreux : trois exemplaires. Ils seront décrits ci-dessous.

45N° 59 651, structure 9 (figure 10) : outil pointu sur métatarse proximal de capriné débité en deux par une combinaison de sciage et de percussion indirecte, avec traces. Pièce entière qui, relativement bien conservée, très luisante et brunâtre, a vraisemblablement été chauffée avant d’être mise en œuvre. L’individualisation de la pointe, par des raffûtages successifs par raclage, et la courte taille de l’ensemble (60 mm de long) évoquent un usage long.

46N° 80016, structure 64 (figure 10) : outil pointu sur métapode de chevreuil (détermination zoologique I. Desse) débité en quart par sciage bilatéral, avec traces. Pièce partielle : fragment mésial de 127,5 mm. La pièce, vernie et d’une couleur variant du noir au brun foncé, a fait l’objet d’une chauffée soit accidentelle, soit technique. La pièce est soit neuve, soit très peu usée.

Figure 10 – Outils pointus sur métapode (fosse 9, 59 651
et fosse 64, 80016). [Clichés : S. Oboukhoff, MAE, Nanterre]

47N° 59489, structure 9 (figure 11) : outil tranchant sur segment longitudinal d’andouiller. Les bords latérauxarrachés peuvent témoigner d’un débitage par percussion indirecte. Pièce presque complète, de 62 mm de long et de 18 mm de largeur maximale. Un fort écrasement du tranchant et un enlèvement situé au bord de la face supérieure de la partie active pourraient évoquer une utilisation de l’outil en percussion indirecte ; ce que pourrait également transcrire la partie proximale, qui est en partie brisée. Nous aurions affaire à un ciseau bien usé, très court et avec une partie active très émoussée et partiellement brisée. La surface originale de la pièce, perceptible vers la partie proximale, est raclée. Brillante et brunâtre, elle a pu être chauffée.

Figure 11 – Outil tranchant sur segment longitudinal d’andouiller
(fosse 9, 59 489). [Clichés : S. Oboukhoff, MAE, Nanterre]

48La fosse 9 contenait également une omoplate de bovidé “ayant servi de pelle” qui reposait sur le fond de la fosse (Les fouilles protohistoriques dans la vallée de l’Aisne, 1973, vol. 1, p. 16). Cet objet a été égaré.

49Parce que différentes caractéristiques techniques rappellent bien les assemblages de cette période, il serait tentant d’affirmer que le petit ensemble de Cuiry-lès-Chaudardes s’inscrit bien dans les tendances évolutives de la fin du Néolithique dans le Bassin parisien. Ainsi, le traitement thermique des matières osseuses, observé sur des pièces de la sépulture de Bury, Saint-Claude (Salanova et alii, 2001, p. 67) et dans les assemblages sépulcraux de la boucle du Vaudreuil (Sidéra, 2000), semble être constant à cette époque. On le retrouve ici associé aux pièces de Cuiry-lès-Chaudardes. De même, le sciage en quart de métapode de petit et de grand ruminant est, dans les sépultures de cette période tout au moins, la technique de débitage dominante dans le Bassin parisien (Sidéra, Giacobini, 2002, p. 217 ; Maingaud, 2003b, p. 60). Rien de très étonnant, alors, qu’il soit employé pour configurer une des deux pièces de Cuiry-lès-Chaudardes.

ANALYSE PALYNOLOGIQUE DANS LA FOSSE 9

(Aline Barbier, Les fouilles protohistoriques dans la vallée de l’Aisne, 1974, p. 99-102)

Les prélèvements

50Ils ont été effectués dans les trois niveaux de la fosse, creusée dans le gravier würmien. Le premier niveau est une couche de colluvions humiques ; dans le second niveau, les colluvions sont mélangées à de la terre brune, le fond de la fosse étant constitué de terre noire.

Le diagramme (figure 12)

51Il est à peu près uniforme. Nous retrouvons les pourcentages de chaque espèce citée pratiquement identiques dans les trois cas étudiés : le remplissage de la fosse s’est donc fait en une courte période.

52Le paysage nous est donné par la chênaie mixte dont les proportions sont en compétition avec celle de la pinède. Le noisetier est important (10 %) à la base du diagramme.

53Les céréales sont abondantes, leur nombre est élevé et leur pourcentage jamais inférieur à 5 % nous permet d’affirmer que la fosse se trouvait en bordure de champs cultivés. D’après J. Heim (Heim, 1962) “à 3 km et au-delà des cultures, le pourcentage est inférieur à 3 %... ce n’est qu’à proximité immédiate que le pourcentage des céréales dépasse 4-5 Nous ne rencontrons que peu de plantes rudérales (orties, plantain) accompagnant généralement les cultures, seules quelques chénopodiacées sont à signaler.

54Une présence particulière dans le diagramme est celle du noyer (juglans). Les 3 % atteints indiqueraient que cette fois encore nous sommes près de la source de pollen – un seul arbre s’il était proche de la fosse a pu fournir une telle valeur.

55Les autres espèces rencontrées, groupées dans la rubrique varia comprennent de faibles quantités de crucifères, légumineuses, ombellifères, polygonacées, laliées et renonculacées. L’ensemble cichoriées (plantes de type pissenlit), graminées et légumineuses indiquerait la présence de clairières ou de champs incultes. Il est à noter également la présence de quelques plantes aquatiques ou de bord de rivière (carex).

Conclusions

56Les analyses palynologiques montrent que les stations SOM du Bassin parisien appartiennent à une phase climatique connue sous le nom de subboréal.

57Les travaux de Mlle Sauvage en 1964, complétés depuis cette date par les analyses des stations de Videlles, Sonchamps, Marolles, Couicy etTinqueux (Girard, 1968 ; Roux, 1967a-b) rendent compte de la végétation de l’époque.

58Trois grands types se dégagent : la pinède, l’aulnaie, la chênaie mixte, de même qu’il est possible d’obtenir une végétation présentant des valeurs égales pour deux des espèces citées (au Mesnil-sur-Oger l’aulnaie et la chênaie mixte équivalent chacune à 32 % des espèces d’arbres) (Leroi-Gourhan, 1962).

Figure 12 – Fosse 9, diagramme palynologique.
[Infographie : A. Barbier]

59Il semble donc que nous puissions inscrire le contexte botanique de Cuiry dans celui de l’île-de-France, la station présentant des pourcentages semblables pour la chênaie et le pin (ceux-ci répartis selon la nature des sols). L’analyse n’est cependant pas typique et ne permet pas de dater la station. En effet, le subboréal est caractérisé par plusieurs poussées du noisetier (Corylus) qui permettent le découpage de la phase climatique. Il n’est pas possible sur le diagramme de Cuiry d’enregistrer une quelconque variation de ce type.

ANALYSE DE LA FAUNE MALACOLOGIQUE DE LA FOSSE 9

60On se reportera à l’analyse de J.-J. Puissegur parue dans Les fouilles protohistoriques dans la vallée de l’Aisne, 1976, n° 4, p. 213-216, dont nous rappelons ici la conclusion.

61Dans le tiers inférieur de la fosse, les espèces forestières et semi forestières sont relativement abondantes et correspondent à un paysage de forêt ouverte avec un défrichement localisé. La partie supérieure de la fosse, comme le sol actuel, témoigne de la disparition de la forêt, ou bien qu’elle se trouve à une distance importante.

CONCLUSION

62Les deux fosses décrites ici sont la seule manifestation de l’occupation SOM sur le site de Cuiry-lès-Chaudardes fouillé sur plus de 5 ha. À côté de ces fosses, aucune couche archéologique du site n’a livré de matériel de la même époque, comme c’est assez souvent le cas pour cette période (Thouvenot, allard, 1995 ; Cottiaux et alii, 1998). On ne peut toutefois exclure que cette couche ait disparu par colluvionnement – la faible épaisseur de terre arable au-dessus des fosses et la pente du bord de la terrasse alluviale pourraient témoigner en faveur d’un tel phénomène.

63Le matériel issu de ces deux fosses renvoie incontestablement à une occupation bien installée qui fait penser à un habitat permanent : batteries de vases et outillage en silex et en os diversifié. Plus précisément, deux différences notables dans le matériel issu des deux fosses permettent d’avancer qu’il s’agit de deux occupations successives dont il n’est pas possible de préciser l’ordre ni l’espacement temporel : d’une fosse à l’autre la céramique diffère notablement par les formes et par les dégraissants utilisés et l’origine des matières premières en silex diffère également.

64Si l’on compare le matériel de ces deux fosses à celui du site SOM le mieux documenté de la vallée de l’Aisne, Presles-et-Boves (Thouvenot, allard, 1995), les résultats sont les suivants : du point de vue de la céramique celle de la fosse 9 est semblable à celle de ce site, tandis que les vases de la fosse 64 s’en distinguent. Du point de vue de l’approvisionnement en matières siliceuses on observe le phénomène inverse, car c’est la fosse 64 qui utilise les mêmes sources d’approvisionnement (Bartonien) que Presles-et-Boves tandis que celles de la fosse 9 sont locales.

65Un échantillon osseux (atlas de bœuf) provenant de la structure 9 a fait l’objet d’une mesure radiocarbone au laboratoire de Groningen : GrA-32887 : 4530 ± 35 BP (3362-3101 av. n. è., calibration à deux sigma).

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Localisation du site.[Plan : C. Constantin]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16665/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Figure 2 – Situation des fosses(indiquées par les flèches). [Plan : C. Constantin]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16665/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Figure 3 – Coupes des fosses. 1. Terre arabLe ;2. Substrat : sable et gravier ; 3. Terre brune etgravier ; 4. Terre brun-noir et gravier ; 5. Terrenoire et gravier ; 6. Terre noire ; 7. Gravier.[Infographie : C. Constantin]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16665/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Figure 4 – Données sur le dégraissant et la cuisson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16665/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 5 – Céramique de la fosse 9. [Dessins : C. Constantin]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16665/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Figure 6 – Céramique de la fosse 9 (7 et 8 en haut) et de la fosse 64 (1 à 8 en bas). [Dessins : C. Constantin]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16665/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende * manque dans cet inventaire un fragment distal d’une hache retaillée (figure 8, n° 8)** manque dans cet inventaire un "grattoir" sur support laminaire et probablement un petit fragment de hache polie (figure 8, nos 6-7).Toutes ces pièces ont été égarées.Figure 7 – Inventaire du matériel en silex.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16665/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Figure 8 – Matériel en silex des fosses 9 (nos 2, 3, 5 et 8) et 64 (nos 1, 4, 6 et 7).Pour les nos 6 et 7, il s’agit de la reprise du dessin de FPVA, 1972-1973.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16665/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende * moutonFigure 9 – Liste des espèces de La structure 9et décompte des parties anatomiques par espèce.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16665/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Figure 10 – Outils pointus sur métapode (fosse 9, 59 651et fosse 64, 80016). [Clichés : S. Oboukhoff, MAE, Nanterre]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16665/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Figure 11 – Outil tranchant sur segment longitudinal d’andouiller(fosse 9, 59 489). [Clichés : S. Oboukhoff, MAE, Nanterre]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16665/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Figure 12 – Fosse 9, diagramme palynologique.[Infographie : A. Barbier]
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16665/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

Auteurs

UMR 8215-Trajectoires
Maison René Ginouvès
21 allée de l’Université, 92023 NANTERRE

CNRS, UMR 7549-Préhistoire et technologie Maison René Ginouvès
21 allée de l’Université, 92023 NANTERRE

CNRS, UMR 7055-Préhistoire et technologie Maison René Ginouvès
21 allée de l’Université, 92023 NANTERRE

UMR 7041-ArScAn
Maison René Ginouvès
21 allée de l’Université, 92023 NANTERRE

© ARTEHIS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search