Version classiqueVersion mobile

La fin du IVe millénaire dans le bassin parisien

 | 
Richard Cottiaux
, 
Laure Salanova

Avant-propos : le Néolithique récent entre Seine, Oise et Marne

Richard Cottiaux et Laure Salanova

Résumé

Longtemps perçu comme un bloc homogène couvrant toute la fin du Néolithique dans le Bassin parisien, le “Seine-Oise-Marne” a fait l’objet d’une nouvelle analyse dans le cadre d’un Programme collectif de recherche du ministère de la Culture. Les travaux ont d’abord été axés sur la reconnaissance d’éventuelles influences de l’Est de la France et de la Suisse. Cette problématique nous a par la suite conduit à reconsidérer toute la définition du Néolithique récent dans le Bassin parisien. Cet ouvrage présente la version la plus aboutie de cette réflexion, alimentée par de nouvelles études prenant en compte tous les aspects de la culture matérielle et une diversité de contextes de découvertes tant domestiques que funéraires.

Texte intégral

1Entre 2001 et 2008, un Programme collectif de recherche financé par le ministère de la Culture a réuni une vingtaine de chercheurs de différentes institutions (CNRS et Inrap essentiellement) et des étudiants desuniversités Paris 1, Paris 10 et de l’Université de Bourgogne (Dijon) sur le thème de la fin du Néolithique dans le Centre-Nord de la France (régions Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Champagne-Ardenne, Île-de-France, Centre et Bourgogne).

2Les trois premières années d’existence de ce PCR ont permis de dégager plusieurs axes de recherche, à partir d’un travail d’inventaire et de collecte des informations (Salanova, 2003). Ce travail documentaire a ensuite été enrichi par de nouvelles fouilles, de nouvelles datations et par l’étude ou le réexamen de mobiliers. Cette nouvelle orientation de notre travail a marqué le passage à une deuxième tranche du PCR, à partir de 2004, qui a vu se développer les études de collections sélectionnées pour leur fiabilité. C’est au cours de cette deuxième tranche que nous avons repris la question du Seine-Oise-Marne (SOM, seconde moitié du IVe millénaire av. n. è.). Notre travail s’est focalisé sur cette période, non seulement parce que les données nous semblaient meilleures, mais aussi sans doute parce que notre réflexion était plus aboutie.

Historique des recherches sur le Néolithique récent dans le Bassin parisien

3Longtemps conçu comme la seule manifestation culturelle de la fin du Néolithique, le SOM perd progressivement son monopole à partir des années 1960. Né d’un regroupement du mobilier de 25 habitats et sépultures hétérogènes (Bosch-Gimpera, Serra rafols, 1926), sa définition a par la suite été recentrée sur le mobilier des sépultures collectives (Childe, Sandars, 1950), puis sur le Bassin parisien avec la création d’un groupe spécifique dans le Centre-Ouest : le “Vienne-Charente” (Bailloud, Mieg de Boofzheim, 1976). Parallèlement, en Suisse, le Horgen est défini à son tour et comparé au SOM (VOGT, 1934).

4Dans Le Néolithique du Bassin parisien, G. Bailloud donne vraiment corps au “Seine-Oise-Marne” en abordant tous les aspects de la culture matérielle, des pratiques funéraires et même les rares éléments connus alors sur la vie économique et sociale. Dans sa première édition, parue en 1964, le SOM est placé entre 2400 et 1600 av. J.-C. (Bailloud, 1964, p. 229). À ce stade de la recherche, chaque nouveau site de la fin du Néolithique est intégré sans plus de procès au Seine-Oise-Marne, bloc monolithique très homogène, peu évolutif, de fait la culture archéologique la plus durable et la plus stable de tout le Néolithique du Bassin parisien. Cette situation était imputable à la documentation elle-même et aux contextes des découvertes. En effet, le mobilier provenait très majoritairement de sépultures collectives, pour lesquelles on disposait de peu d’éléments de datations fiables, rarement associées directement au mobilier. Le site de Videlles, les Roches (Essonne), qui sera pendant longtemps le seul habitat connu, change la donne en livrant la première stratigraphie, assortie des deux premières datations radiocarbone plaçant le SOM entre – 3300 et – 3000 (Bailloud, Coiffard, 1967).

5Les découvertes postérieures n’auront de cesse de restreindre le SOM dans le temps. Avec la fouille de nouveaux habitats, la chronologie est précisée et de nouveaux groupes voient le jour : groupe d’Auvernier avec la fouille du site suisse d’Auvernier-La Saunerie (Strahm, 1978), groupe du Gord en Picardie (Blanchet, Lambot, 1985), groupe de Deûle-Escault dans le nord de la France (Piningre, 1985). Ces groupes sont attribués au Néolithique final, tandis que le SOM est limité au Néolithique récent, daté de la fin du IVe au début du IIIe millénaire av. n. è.

6Les études se penchent alors sur l’homogénéité du SOM (Chambon, Salanova, 1996 ; Hamon, 1997). À partir de la typologie des vases déposés dans les sépultures collectives du Bassin de la Seine, l’une d’entre nous (LS) montre la diversité des productions céramiques, en soupçonnant une évolution chronologique : profils segmentés proches du Néolithique moyen à placer dans un horizon chronologique antérieur à l’apparition des profils galbés du SOM classique. Cet article met également en relief l’absence de vases attribuables au groupe du Gord en sépulture collective, alors que des sujets sont clairement datés du Néolithique final par le radiocarbone.

7Un peu plus tard, la fouille de l’enceinte de Déols, le Montet (Indre) permet à T. Hamon de définir un nouveau groupe du Néolithique récent : le groupe du Montet (Hamon, 1997). Le mobilier est très proche du Horgen, sans toutefois lui être totalement assimilable. La création de cette nouvelle entité pose à nouveau la question de l’homogénéité du Néolithique récent et des liens qui unissent le Bassin parisien et la Suisse à cette période.

8Notre analyse du Néolithique récent a tout d’abord été guidée par cette question du rapport entre le Seine-Oise-Marne et le Horgen, dont les parallèles ont été très tôt mis en exergue (VOGT, 1934).

Reprise de la documentation

9Le premier bilan que nous avons réalisé sur la question s’est appuyé sur une série d’études d’ensembles funéraires, des comparaisons bibliographiques et des expertises de mobilier Horgen en Suisse (Cottiaüx, 2004).

10Ces conclusions préliminaires ont été publiées dans un court article de synthèse, confrontant les données de l’ensemble de la culture matérielle des 178 sites répertoriés pour le Néolithique récent du Bassin parisien (Augereau et alii, 2007). À partir de ces données précises, nous avons analysé les degrés d’interaction entre le SOM et le Horgen, ce qui nous a en fait conduit à reconsidérer tout le Néolithique récent du Bassin parisien. En effet, seuls les hypogées de la Marne se distinguaient nettement du reste de la région, sur le plan des industries lithiques et osseuses, montrant les plus fortes affinités avec le Horgen. Les comparaisons étaient néanmoins limitées par des différences contextuelles entre les deux régions : quasi exclusivité des contextes funéraires dans le Bassin parisien, exclusivité des habitats dans le Horgen. Le présent travail a eu pour ambition premièrement de diversifier les contextes et deuxièmement de présenter de façon détaillée les résultats des études qui nous ont conduit à cette nouvelle perception du Néolithique récent dans le Bassin parisien.

11Le Néolithique récent se caractérisant par l’absence d’ensembles clos, des sépultures collectives extrêmement remaniées au cours d’utilisations pluriséculaires et de rares couches d’habitat hétérogènes, nous avons regroupé dans la première partie de l’ouvrage des contributions sur des contextes domestiques inédits, certes encore peu nombreux, mais qui offrent enfin des assemblages homogènes. Le choix s’est porté sur des habitats en contexte structuré, comme à Cuiry-lès-Chaudardes, sur les séries d’objets les plus abondantes, comme celles de Presles-et-Boves et de Morains-le-Petit, et sur des sites montrant une diversité des implantations, comme la structure particulière de Vignely (fosse 264) ou encore l’habitat sur plateau de Lieusaint. En parallèle, une vue d’ensemble de l’habitat à l’échelle micro-régionale a été tentée dans la basse vallée de la Marne, secteur choisi parce qu’il présentait les données les plus disponibles pour mener à bien ce type de synthèse collective.

12La deuxième partie de l’ouvrage porte davantage sur le réexamen de collections anciennes issues de contextes funéraires. La collection J. de Baye provenant des hypogées de la Marne, malgré son contexte peu assuré, reste la plus conséquente des séries de cette période. L’inventaire et l’étude collective des collections conservées au musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, demeurées en grande partie inédites, ont permis de réfléchir en termes quantitatifs sur les dépôts funéraires du Néolithique récent, dans tous les domaines de la culture matérielle. À l’occasion du réexamen du mobilier métallique de Tours-sur-Marne conservé au British Muséum (Londres), l’ensemble du matériel du site a été réétudié. Ce travail a conduit à remettre en question l’existence de puits funéraires au Néolithique récent. Les trois autres sépultures traitées dans cet ouvrage (Mont-Aimé 2, les Hayettes à Congy et Nanteau-sur-Essonne) apportent des données inédites sur le mobilier et sur la chronologie des dépôts. Quant à la contribution de J.-J. Charpy, elle apporte un regard critique sur l’authenticité des sculptures dans les hypogées.

13La documentation n’est naturellement pas encore optimale et les déséquilibres régionaux sont nombreux : l’Ouest du Bassin parisien est ainsi très mal représenté. C’est essentiellement pour cette raison que la fin du Néolithique faisait, avant le travail mené dans le PCR, l’objet d’un certain désintérêt. Nous aimerions toutefois montrer que l’étude de chacune des catégories de la culture matérielle, à condition qu’elle soit étudiée sous tous ces angles, à la fois typologiques et technologiques, tavec l’implication de différents spécialistes, peut contribuer à reconstituer une partie du puzzle. Au contraire de la céramique qui était difficilement comparable, ce sont la parure et l’industrie osseuse qui ont permis de mettre en relief d’étroites relations entre la région de la Marne et la Suisse. Dans le même ordre d’idée, à défaut de grandes séries d’objets, l’identification des matières premières lithiques ou céramiques sur des petits ensembles peut être plus concluante sur l’évolution des productions que la typologie, comme le démontre l’article sur les fosses de Cuiry-lès-Chaudardes.

14L’ensemble de notre travail, nouvelles données de terrain et nouvelles approches, a été regroupée dans une contribution collective en dernière partie de cet ouvrage. Cette synthèse fait le point sur l’ensemble de la culture matérielle, dont l’étude permet de proposer l’existence d’au moins trois faciès régionaux et trois étapes chronologiques pour la seconde moitié du IVe millénaire dans le Centre-Nord de la France. Nous proposons donc de cesser d’employer le terme Seine-Oise-Marne et de le remplacer par “le Néolithique récent du Bassin parisien”, terme plus neutre et plus en adéquation non seulement avec la réalité des données, mais aussi avec les périodisations des régions voisines (Salanova et alii, 2011).

Remerciements

15Au terme de ce travail, il nous est agréable de remercier toutes les personnes qui ont facilité le déroulement des études et les ont encouragées : Anne Augereau et Hervé Guy (inrap), les équipes des musées de Chelles, en particulier Christian Charamond, d’Épernay, en particulier Jean-Jacques Charpy, du musée Gatien Bonnet de Lagny-sur-Marne et Céline Cotty, de Châlons-en-Champagne et Valérie Schidlowsky, du musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, en particulier Catherine Louboutin et Alain Villes, du musée de Picardie d’Amiens et Noël Mahéo, du musée de Préhistoire de Nemours, des musées de Guiry-en-Vexin, de Lons-le-Saunier et de Reims. Nous tenons également à remercier chaleureusement Klaus Wolf et Michel Mauvilly pour leur accueil au service archéologique de Fribourg (canton de Fribourg, Suisse) et les discussions très instructives sur le Horgen. Enfin, last but not least, un grand merci à Rebecca Peake et à Michael Ilett pour la traduction en anglais de la plupart des résumés.

© ARTEHIS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search