Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Catalogue des sépultures

p. 313-386


Texte intégral

Préambule (H.R., É.P.)

1Ce catalogue de sépultures regroupe les notices de l’ensemble des sépultures découvertes sur le site de Sermersheim ‘Hintere Buen’.

2Chaque notice, accompagnée d’une vue d’ensemble de la sépulture et parfois de vues de détail, se divise en plusieurs parties. Elle comporte une description de l’architecture de la fosse, lorsque celle-ci a été identifiée, une description des individus, à la fois biologique et taphonomique, cette dernière conduisant ensuite à discuter des gestes funéraires pratiqués et des éléments de datation.

3Les données concernant l’âge et le sexe des sujets ont été rassemblées dans un tableau (fig. 88), situé à la fin de ce catalogue, avec les résultats donnés par les différentes méthodes employées dans le cadre de cette étude. Pour le catalogue, le choix a été fait de présenter, pour les sujets immatures, uniquement l’âge par classe d’âge car c’est celui qui a été utilisé pour les analyses de la composition par âge de l’échantillon. Dans certains cas, le choix n’était de toute manière pas permis car seul un âge obtenu par le format des os ou la maturation osseuse était disponible.

4La description taphonomique des sujets inhumés a été réalisée selon un plan précis : recherche de connexions labiles, afin de démontrer en premier lieu le caractère primaire du dépôt, puis mise en évidence d’éventuels déplacements, à l’intérieur ou à l’extérieur du volume du corps pour pouvoir discuter du type de colmatage et de l’espace de décomposition. Les contraintes ont été également notées afin de pouvoir discuter de la présence d’enveloppes souples, linceuls ou vêtements.

5La datation des sépultures a été établie par des analyses radiocarbone pour huit d’entre elles, par la présence de mobilier pour les sépultures 2534 et 2375 et par la présence de céramique dans le comblement de la sépulture pour dix autres. Le nombre de tessons découverts dans les comblements est généralement compris entre un et dix, à l’exception du cas particulier de la sépulture 1599 qui en comportait vingt-huit. Il s’agit le plus souvent de fragments de panse. Ces différents éléments ne permettent pas l’établissement d’une datation précise et la chronologie avancée correspond fréquemment à celle de la production du groupe technique le plus récent. Parfois la stratigraphie permet une attribution au HMA 2 (fin viie-xe siècle). En l’absence d’élément de datation, le parti a été pris d’attribuer la sépulture au haut Moyen Âge probable, sous-entendu au HMA 2 de la périodisation du site.

Glossaire des termes biologiques (H.R.)
Apposition périostée
 : ossification du périoste non spécifique, en réaction à un processus infectieux, traumatique ou tumoral. Tous les os peuvent être atteints.
Enthésopathie : processus dégénératif au niveau des insertions ligamenteuses et tendineuses.
Exostose : formation osseuse anormale.
Hypoplasie de l’émail dentaire : défaut de calcification de l’émail dentaire qui se forme lors de la croissance du germe dentaire. Elle se présente sous la forme de dépression (hypoplasies en puits) ou en ligne (hypoplasies linéaires).
Nodule de Schmorl : hernie intra-spongieuse ; saillie d’éléments du nuclus pulposus dans l’os spongieux du corps vertébral adjacent en formant des encoches plus ou moins profondes (déf. Dictionnaire médical de l’Académie de Médecine version 2013, http://dictionnaire.academie-medecine.fr/).
Ostéome : tumeur bégnine.
Périostite : inflammation du périoste.
Réaction périostée : formation d’une nouvelle ossification.
Spondylolyse : rupture entre l’arc et le corps vertébral, de manière uni-ou bilatérale, d’origine traumatique ou dystrophique. Les vertèbres lombaires sont les plus touchées.

SEP 1118, dispersée (fig. 1)

6Cette sépulture est disposée parallèlement à la sépulture 3278, au sud.

7Architecture et plan de la fosse
Le squelette repose dans la moitié nord d’une grande fosse (dimensions : 298 x 227 x 16 cm) à peu près quadrangulaire à fond plat et aux parois légèrement évasées, creusée dans le lœss jaune. Les limites de la fosse sépulcrale n’ont pas été perçues.

8Position du squelette
Orienté d’ouest en est, la tête à l’ouest, le défunt repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension.

Image 10000000000001FF00000180B212C1DE2169CBD7.jpg

Fig. 1. Vue d’ensemble des sépultures 1118 et 3278. © A. Latron Colecchia.

9Observations biologiques
Bonne représentation du squelette ; conservation moyenne. Sujet féminin décédé entre 20 et 49 ans.
Pathologies osseuses : légère arthrose (vertèbres thoraciques) ; enthésopathies moyennes à importantes (vertèbres thoraciques). Pathologies dentaires : 2/6 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail ; 0/12 dents observables avec des caries. Usure des dents importante. Quatre agénésies dentaires.

10Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des vertèbres cervicales 3 à 7. Le volume de la cage thoracique et du bassin ne sont pas conservés.
Indices d’espace vide : importante dislocation des membres inférieurs, avec rotation des fémurs (le droit est en face postérieure, le gauche en face médiale) ; les tibias, les fibulas et les pieds apparaissent en face postérieure.
Des indices de contraintes apparaissent sur les scapulas, en face latéro-antérieure, sur les humérus, en face antéro-latérale, et sur l’ilium gauche, en équilibre, en connexion avec le sacrum.

11Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
La présence d’espace vide ainsi que les contraintes enregistrées sur les humérus et l’ilium gauche suggèrent que cet individu a été déposé à l’intérieur d’un contenant. En effet, la persistance de l’ilium en équilibre peut résulter de l’appui contre la paroi rigide d’un contenant.
Le passage des extrémités vertébrales de plusieurs côtes gauches en avant des vertèbres apporte également un indice de la présence d’un contenant de type cercueil chevillé ou coffrage qui aurait été surélevé par des cales en bois (des rondins ou des planches). La décomposition des éléments de calage et la chute du fond du réceptacle auraient provoqué les mouvements décrits (Réveillas et alii, 2012).
La position des scapulas et la légère surélévation du crâne vont dans le sens d’un support de type coussin funéraire posé postérieurement à celui-ci.

12Conclusion
Aucun indice ne permet de savoir si l’inhumation de cet individu et celle du défunt de la sépulture 3278 ont été simultanées ou différées. En effet, bien que les squelettes ne présentent pas de perturbation liée à un dépôt échelonné, il est délicat de conclure en faveur d’une inhumation simultanée, la largeur de la fosse pouvant permettre l’ensevelissement du deuxième défunt sans dommages pour le premier. Dans la deuxième hypothèse, l’absence de perturbations sur les deux sujets indiquerait que l’emplacement de la première tombe installée était connu et que celle-ci marquait encore le paysage (Carré, Guillon, 1998, p. 93-94).

13Datation
HMA, deuxième tiers du viie-première moitié du ixe siècle, d’après le mobilier céramique issu du comblement de la fosse.

SEP 1119, dispersée (fig. 2)

14Architecture et plan de la fosse
Proche de la fosse contenant les sépultures 1118 et 3278, la tombe est installée à l’intérieur de la moitié méridionale d’une structure de plan approximativement ovale creusée dans le lœss jaune. Les limites du creusement, mal conservées, sont incertaines : il s’agirait d’une fosse quadrangulaire installée dans le comblement de la structure à environ 20 cm du fond. Le fond est plat, les parois sont évasées. Dimensions : 180 x 60 x 15 cm.

15Position du squelette
Il est orienté approximativement ouest-est, la tête à l’ouest. Il repose sur le dos avec les membres supérieurs fléchis : la main droite est en avant des premières vertèbres thoraciques, la gauche en avant du bassin ; les coudes sont écartés du thorax. Les membres inférieurs, parallèles, sont en extension.

16Observations biologiques
Bonnes conservation et représentation du squelette. Sujet masculin décédé à plus de 50 ans.

Image 1000000000000225000003685DB879038DD0FD73.jpg

Fig. 2.Plan de la sépulture 1119. DAO : J.-M. Richard.

17Pathologies osseuses : cal de consolidation d’une fracture sur une côte droite (rang 9 ou 10), près de l’extrémité sternale. Arthrose moyenne à importante (vertèbres, mains, pied gauche) ; enthésopathies importantes (patella gauche, calcanéus droit et gauche).
Pathologies dentaires : aucune dent observable pour les hypoplasies linéaires de l’émail dentaire. 6/10 dents observables avec des caries de stade 2 à 4. Usure très importante. Huit pertes dentaires ante mortem et une probable agénésie.

18Description
Présence de connexions labiles au niveau des mains et des patellas. Les volumes de la cage thoracique et du bassin sont partiellement préservés.
Maintien en équilibre d’ossements sur un fort volume de chair comme les éléments des mains, déplacements rares et limités au volume du corps à l’exception de quelques phalanges de pied qui ont vraisemblablement été déplacées par un surcreusement visible à cet endroit.
Effet de contrainte transversale sur les scapulas, en face latéro-antérieure.

19Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace colmaté. L’absence des limites de la fosse rend délicate la restitution de l’architecture funéraire ; toutefois, le colmatage de la tombe et l’absence d’effets de délimitation ou de butée excluent la présence d’un contenant.

20Datation
HMA, 656-810 à 95,4 % (GrN-30704).

FDC 1229

21Le comblement supérieur non fouillé de cette fosse interprétée comme un éventuel fond de cabane contenait la première vertèbre sacrée d’un adulte en position secondaire.

22Datation
HMA. viie-début xe siècle, d’après le mobilier issu du comblement de la fosse.

SEP 1370, groupe funéraire 12 (fig. 3)

23Architecture et plan de la fosse
La fosse, partiellement détruite par la pelle mécanique, est installée dans le substrat lœssique jaune. Les limites de la tombe ne sont pas conservées ; les os présents in situ reposent sur un niveau plat.

24Position du squelette
Orienté approximativement ouest-est, la tête à l’ouest, le défunt est vraisemblablement sur le dos avec les membres inférieurs en extension. Les trois quarts supérieurs du squelette ont été bougés par la pelle, la majorité des ossements ont néanmoins été collectés.

Image 10000000000001FC000001786DBAAB80C9E0A4D4.jpg

Fig. 3. Vue de la sépulture 1370. © A. Latron Colecchia.

25Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation. Sujet de sexe indéterminé décédé entre 20 et 29 ans. Pathologies osseuses : néant
Pathologies dentaires : sans objet.

26Description
Présence de connexions labiles au niveau des métatarsiens et des phalanges des pieds.
Indices de décomposition en espace vide : déplacement de plusieurs phalanges médiales et distales du pied droit en dehors du volume initial du corps.

27Interprétation
Dépôt primaire. La décomposition pourrait avoir eu lieu en espace vide ; cependant, le déplacement des phalanges du pied peut avoir été provoqué par des animaux fouisseurs (le talus et le naviculaire droits ont été découverts dans le comblement, à 3 cm en avant des autres os du tarse droit) ou être dû au décapage. Aucun autre indice ne permet de renseigner sur un éventuel contenant utilisé pour le dépôt du défunt.

28Datation
HMA probable.

SEP 1371, groupe funéraire 12 (fig. 4)

29Deux sujets ont été distingués.

Individu A

30Architecture et plan de la fosse
Creusée dans le comblement supérieur de la tombe de l’individu 1371 B, cette fosse rectangulaire possède des parois verticales et un fond plat. Une partie de la paroi septentrionale comporte une banquette. Dimensions : environ 190 x 70 x 35 cm.

31Position du squelette
Le défunt est orienté d’ouest en est avec la tête à l’ouest.
Il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension. Les genoux sont joints et le pied gauche repose en avant du pied droit.

32Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation.
Sujet masculin décédé à plus de 50 ans.
Pathologies osseuses : cal de consolidation d’une fracture sur un fragment de côte. Traumatisme probable au niveau des vertèbres lombaires 2 à 4, fusionnées par une importante coulée ostéophytique à gauche, une plus légère à droite. Corps de L2 et L3 joints, inclinés vers la droite ; écart d’1 cm entre L3 et L4, qui est dans l’axe de la colonne. Importante réaction périostée sur les deux tibias : infection probable. Arthrose moyenne (vertèbres thoraciques). Enthésopathies légères à moyennes (os longs), voire importantes (calcanéus et patellas). Nodules de Schmorl.
Pathologies dentaires : 0/7 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail. 3/13 dents observables avec des caries de taille petite à moyenne. Dépôts de tartre moyens à importants. Usure importante. Quatre pertes dentaires ante mortem.

Image 100000000000019D000002EE24CC0FE244E4B2A9.jpg

Fig. 4. Vue d’ensemble de la sépulture 1371 comprenant les individus A à l’ouest et B à l’est. © A. Latron Colecchia.

33Description
Présence de connexions labiles maintenues au niveau des mains, de la patella droite et, sur le pied droit, du premier métatarsien et la première phalange.
Maintien des volumes de la cage thoracique et du bassin par les os des membres supérieurs.
Indices de décomposition en espace vide : la patella gauche est tombée à l’aplomb de l’articulation du genou ; deux métatarsiens ainsi qu’un os du tarse antérieur du pied gauche sont sortis du volume corporel. La mise à plat des os coxaux a été empêchée par les os des avant-bras. Effets de contrainte sur les clavicules, verticalisées, les scapulas, en face antéro-latérale et les humérus, en face latéro-antérieure. Les contraintes enregistrées sont en relation avec l’étroitesse de la fosse. La surélévation de la tête est imputable à l’aménagement de la tombe, moins profondément creusée à cet endroit.

34Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
L’hypothèse d’un contenant peut être exclue du fait de l’étroitesse de la fosse et des effets de butée des membres supérieurs contre les parois du creusement. L’espace vide a donc été maintenu par un simple couvercle pouvant s’appuyer sur la banquette.
L’hypothèse de l’enveloppement du corps peut être posée étant donné que les métatarsiens et les os du tarse en déconnexion sont restés à proximité des pieds malgré la présence d’espace vide à cet endroit de la fosse (Buquet-Marcon et alii, 2009).

35Datation
Le défunt est postérieur à l’individu 1371 B.
Une pièce de monnaie en alliage cuivreux (1371.01), identifiée comme une imitation d’un Antonien de l’usurpateur gaulois Postume, entre 259 et 270 (Burgevin, 2008, p. 120), a été découverte à environ 5 cm de la face latérale de la diaphyse fémorale gauche du sujet.
HMA probable.

Individu B

36Architecture et plan de la fosse
Installée dans le substrat lœssique jaune, la fosse est rectangulaire aux parois à peu près verticales ; elle a été partiellement détruite par l’installation de la tombe du sujet 1371 A. Un double creusement formant une banquette court le long des parois nord, sud et est. Le fond de la fosse est plat ; à l’ouest, à la droite du squelette, un liseré de limon brun-gris matérialise une paroi rectiligne en bois dans le substrat (fig. 4). Dimensions : 153 x 70 x 43 cm.

37Position du squelette
Le défunt est orienté approximativement d’ouest en est, la tête à l’ouest.
Partiellement recouvert par l’individu A, il est sur le dos avec le membre supérieur gauche fléchi et éloigné du corps, le droit est en extension ; les membres inférieurs sont légèrement fléchis vers la droite et resserrés l’un contre l’autre. Le pied gauche est en avant du côté médial du droit.

38Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation.
Sujet décédé entre 5 et 14 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : 6/23 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail (stades 1 à 2). 0/23 dents observables avec des caries. Dépôt léger de tartre.

39Description
Présence de connexions labiles au niveau de la main droite et, sur le pied droit, du premier métatarsien avec la première phalange. Conservation partielle du volume de la cage thoracique. Indices de décomposition en espace vide : déplacement d’une dent et de deux métatarsiens en dehors du volume initial du cadavre. L’ilium gauche a très probablement été déplacé par l’installation du défunt 1371 A.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial, en face supéroantérieure, les clavicules, verticalisées, les humérus (le droit en face latéro-antérieure, le gauche en face latérale), les côtes gauches et les membres inférieurs. Effet de délimitation linéaire sur le côté droit du squelette entre le coude, le genou et le pied.

40Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
Le défunt a été déposé à l’intérieur d’un contenant en bois non cloué, l’effet de délimitation linéaire et les traces de bois permettant d’éliminer l’hypothèse d’un simple couvercle apposé sur les bords supérieurs de la tombe. À l’est, la forme arrondie de la fosse semble difficilement compatible avec un contenant rectangulaire comme un cercueil chevillé. Un cercueil monoxyle, à fond plat et ovale à l’une des extrémités au moins, ou un coffrage avec calages de bois paraissent envisageables. Le maintien du crâne en face supérieure est lié à la butée contre la paroi du contenant.

41Datation
HMA probable.

Chronologie relative des dépôts

42Il s’agit de deux tombes individuelles qui se recoupent : la sépulture de l’individu A s’installe partiellement sur la tombe de l’individu B (cf. photo) provoquant des perturbations dans l’agencement du squelette du sujet B, tel le déplacement de l’ilium gauche à l’ouest, à proximité du pied droit du défunt A. Cela atteste qu’il n’y a pas eu de simultanéité entre les deux dépôts ; l’existence d’un niveau de sédiment entre les deux tombes indiquerait que le dépôt de la deuxième inhumation est intervenu après la décomposition ou le comblement du contenant en bois.

SEP 1372, groupe funéraire 12 (fig. 5)

43Architecture et plan de la fosse
Creusée dans le lœss jaune, cette fosse à peu près rectangulaire est coupée par la fosse 3046 au sud-ouest. Le profil du fond de la fosse, globalement plat, montre une très légère pente (environ 5 cm) d’est en ouest, des pieds vers la tête du défunt. Dimensions : 107 x 57 x 16 cm.

44Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est, la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension. L’épiphyse distale du tibia gauche est en avant par rapport à celle du droit.

45Observations biologiques
Bonne représentation, conservation moyenne.
Sujet décédé entre 0 et 4 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : néant.

Image 10000000000001C4000002B23E38CEAAB295752B.jpg

Fig. 5. Vue de la sépulture 1372. © A. Latron Colecchia.

46Description
Présence de connexions labiles au niveau de l’articulation temporo-mandibulaire. Les volumes du gril thoracique et du bassin ne sont pas maintenus.
Indices de décomposition en espace vide : les extrémités proximales de l’ulna et du radius gauches sont sorties de l’espace initial du corps. De nombreux ossements ont effectué des migrations à l’intérieur du volume du corps.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial, en face supérieure, les clavicules, verticalisées, et la scapula droite en face latérale.

47Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
La disposition de la tête qui montre un effet de butée contre une paroi rigide constitue un indice de la présence d’un contenant.

48Datation
HMA probable.

SEP 1373, groupe funéraire 12 (fig. 6)

49Architecture et plan de la fosse
La fosse a été creusée dans le substrat lœssique ; de plan rectangulaire aux angles arrondis, elle possède un fond globalement plat avec une très légère gouttière médiane et des parois évasées. Une large encoche a été pratiquée le long de la limite supérieure sud-est. Dimensions : 178 x 45 x 33 cm.

Image 10000000000001B4000002B32EE30C48F7ADAD67.jpg

Fig. 6. Vue de la sépulture 1373. © A. Latron Colecchia.

50Position du squelette
Le défunt orienté approximativement d’ouest en est, la tête à l’ouest, repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension. Les genoux et les pieds sont joints.

51Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation.
Sujet masculin décédé entre 20 et 29 ans.
Pathologies osseuses : légère réaction périostée (membres inférieurs). Légères enthésopathies (vertèbres thoraciques, fémurs). Nodules de Schmorl (vertèbres thoraciques).
Pathologies dentaires : 0/32 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail. 9/32 dents observables avec des caries de taille moyenne. Dépôts modérés de tartre. Usure légère à moyenne.

52Description
Présence de connexions labiles : il s’agit de la patella gauche et, sur le pied gauche, de l’articulation entre le troisième métatarsien et la première phalange. Les volumes du thorax et du bassin sont conservés.
Indices de décomposition en espace vide : déconnexion de la mandibule avec légère translation vers l’avant, sortie de la diaphyse et de l’épiphyse distale de l’ulna gauche, chute du premier et deuxième métatarsiens droits en dehors du volume corporel.
Effets de contrainte sur l’humérus gauche, en face antérolatérale, provoqué par le contact contre le bord de la fosse ; la position des clavicules, partiellement verticalisées, et des scapulas, en face antéro-latérale, est en rapport avec le fond de la fosse portant un surcreusement médian.

53Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
L’hypothèse d’un contenant peut être exclue du fait de l’étroitesse de la fosse et des effets de butée des membres supérieurs et des pieds contre les parois, ainsi que des contraintes enregistrées sur la partie supérieure du squelette. Il s’agirait d’une tombe en fosse étroite fermée par un couvercle.

54Datation
HMA probable.

SEP 1374, groupe funéraire 12

55Située au sud de la tombe 3218 et à l’ouest de la sépulture 1593, la fosse de plan ovale orientée nord-est vers sud-ouest, n’a pas été fouillée.

SEP 1491, groupe funéraire 12 (fig. 7)

56Architecture et plan de la fosse
De plan quadrangulaire aux angles arrondis, la fosse est creusée dans le lœss jaune et possède un fond plat et des parois évasées à verticales. Dimensions : 156 x 88 x 11 cm.

57Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est, la tête à l’ouest, le défunt a été inhumé dans la moitié nord de la fosse. Il repose sur le dos avec les membres supérieurs en extension, écartés du thorax Le membre inférieur gauche est en extension, le droit est légèrement fléchi.

58Observations biologiques
Bonne représentation, conservation moyenne.
Sujet décédé entre 0 et 1 an.
Pathologies osseuses : lésions serpigineuses au niveau des os pariétaux, indiquant une probable maladie pulmonaire (Hershkovitz et alii, 2002).
Pathologies dentaires : néant.

59Description
Présence de connexions labiles au niveau de l’articulation temporo-mandibulaire. Les volumes de la cage thoracique et du bassin ne sont pas conservés.
Indices de décomposition en espace vide : sortie des clavicules du volume du corps, bascule latérale du membre inférieur et du pied droits, dislocation de l’articulation du genou gauche, rotation du tibia droit en face médiale.
Effets de contrainte sur le crâne, en face supérieure, l’humérus droit, en face latéro-antérieure et les scapulas, en face antérolatérale. Effet de délimitation linéaire sur le côté droit entre l’ulna (en équilibre), un métacarpien, le genou et le tibia.

60Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
L’effet de délimitation linéaire décrit indique l’existence d’un contenant en bois non cloué à parois rigides. La disposition du crâne, qui garde la mandibule en occlusion, peut s’expliquer par un effet de butée contre une paroi rigide ; cependant cette contrainte peut également être en relation avec l’enveloppement du défunt ou encore avec la présence d’un support (par exemple un coussin funéraire).
Les dimensions de la fosse et l’inhumation du défunt dans la moitié nord laissent supposer la réutilisation d’une structure préexistante à des fins funéraires.

61Datation
HMA probable.

Image 10000000000001F1000002B275F3F0E39845E25C.jpg

Fig. 7. Vue de la sépulture 1491. © A. Latron Colecchia.

SEP 1587, groupe funéraire 12

62Cette sépulture a livré les squelettes de deux individus.

Individu 1 (US 15872) (fig. 8)

63Il s’agit de l’inhumation d’un enfant qui scelle la sépulture de l’individu 2 de la tombe 1587.

64Architecture et plan de la fosse
La tombe est installée dans le comblement supérieur d’une fosse à fond plat creusée dans un sédiment limoneux brun (cf. Individu 2) ; aucune trace archéologique ne subsiste des limites du creusement.

65Position du squelette
Il est orienté d’ouest en est avec la tête à l’ouest ; il repose sur le dos avec les membres supérieurs fléchis en avant de l’abdomen et les membres inférieurs en extension. Les pieds sont joints.

66Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation.
Sujet décédé entre 5 et 9 ans.
Pathologies osseuses : face endocrânienne de l’os frontal « bosselée » : indice d’hypertension infra-crânienne (H. Duday, comm. pers.).
Pathologies dentaires : 1/8 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail dentaire.

67Description
Présence de connexions labiles au niveau de l’articulation temporo-mandibulaire et de la patella gauche. Mise à plat complète du gril thoracique et du bassin.
Indices de décomposition en espace vide : sur le côté gauche du squelette, déplacement de l’ulna, de l’ilium et de la fibula vers le nord ; sur le côté droit, rotation du membre inférieur en face médiale et déplacement de deux métatarsiens vers le sud. Des vertèbres lombaires et sacrées placées au sud du membre supérieur droit appartiennent au défunt 15874.
Contraintes sur le crâne, en face supérieure, le membre supérieur droit, en face postérieure, les scapulas (la droite, en face latéro-antérieure, la gauche antéro-latérale), les clavicules, verticalisées. La position de l’humérus gauche, en face antérieure légèrement latérale, est en relation avec le fond de la fosse.

68Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide. Cet individu a été déposé à l’intérieur d’un contenant en bois.
La position du crâne peut avoir été induite par la présence d’un élément de soutien (tel un coussin funéraire, une planche…) ou par la butée de la tête contre la paroi du contenant. Les effets de contrainte décrits ainsi que la disposition des côtes, affaissées à distance des humérus, peuvent s’expliquer par l’enveloppement du défunt dans un tissu ou un linceul (Buquet-Marcon et alii, 2009). Cette hypothèse pourrait être confirmée par la disposition des métatarsiens et de l’extrémité distale de la fibula gauches s’inscrivant dans un demi-cercle qui pourrait marquer le bord d’un contenant ovale ou un linceul. Cependant, le maintien des pieds en équilibre et les déplacements concernant la moitié supérieure du squelette peuvent être en relation avec le contenant périssable (Carré, Guillon, 2012, p. 341-353).

Image 10000000000001A7000002DF69F4245E2432BE4C.jpg

69Datation
L’inhumation de ce défunt intervient postérieurement au dépôt de l’individu 2.
HMA probable.

Individu 2 (US 15874) (fig. 9)

70Architecture et plan de la fosse
La fosse, partiellement creusé dans le substrat lœssique, accuse un plan rectangulaire. Les parois sont évasées à verticales ; le fond, globalement plat, présente un léger surcreusement à partir de la moitié de la fosse en direction de la paroi ouest. Le pourtour supérieur est doté d’une banquette. Dimensions : 217 x 68 x 32 cm.

71Position du squelette
Déposé selon une orientation approximative d’ouest en est, la tête à l’ouest, le défunt est sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension ; les genoux sont rapprochés et les pieds en contact.

Image 10000000000001AD000002DDDE43F5FB8EF2B3E4.jpg

Fig. 9. Vue de la sépulture 1587, individu 2. © A. Latron Colecchia.

72Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation.
Sujet décédé entre 15 et 19 ans.
Pathologies osseuses : fusion consécutive à un traumatisme de deux côtes supérieures gauches au niveau de leur extrémité vertébrale. Apposition périostée importante sur la première côte droite, à proximité de l’extrémité vertébrale ; il est possible qu’elle soit en relation avec le traumatisme observé à gauche. Pathologies dentaires : 16/25 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail, légères à modérées. 4/27 dents observables avec des caries, toutes de taille moyenne. Une perte dentaire ante mortem.

73Description
Présence de connexions labiles au niveau des vertèbres cervicales, des mains et des patellas. Conservation partielle des volumes du thorax et du bassin.
Indices de décomposition en espace vide : les fibulas sortent légèrement du volume originel ; les connexions scapulo-humérales sont déplacées à gauche, la mandibule, ouverte, se trouve en avant de la clavicule droite et le crâne semble avoir basculé en direction de la paroi occidentale du creusement. La dislocation des trois dernières vertèbres lombaires et des deux premières vertèbres sacrées est en relation avec l’installation de l’individu 1.
Les membres supérieurs sont surélevés par rapport au rachis vertébral et aux côtes.
Effets de contrainte sur le crâne, en face antéro-supérieure ; la position des clavicules, verticalisées, et des humérus, en face antéro-latérale est à mettre en relation avec la morphologie du fond de la fosse.
La tête osseuse, les membres supérieurs, les mains et les pieds sont en contact avec les parois du creusement.

74Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
Le défunt a été déposé à l’intérieur d’une fosse étroite pourvue d’un couvercle qui prenait appui sur une banquette.
Les effets de contrainte enregistrés sur les clavicules et les humérus et la surélévation de ces derniers par rapport au rachis vertébral et aux côtes sont en relation avec la morphologie du fond de la fosse.
Le léger effondrement du crâne en direction de la paroi ouest peut indiquer la décomposition d’un élément périssable (tel un coussin funéraire, une planche…) provoquant la bascule partielle du crâne vers l’espace vide néoformé.

75Datation
Cette inhumation est antérieure au dépôt de l’individu 1587 1.
HMA probable.

Chronologie relative des dépôts

76L’inhumation de l’individu 1 recouvre celle du sujet 2 (fig. 8) ; son installation peut être responsable des perturbations du squelette du sujet 2, avec le déplacement des trois dernières vertèbres lombaires et des deux premières sacrales. Il n’y a donc pas eu simultanéité entre les deux dépôts.

SEP 1588, groupe funéraire 12 (fig. 10)

77La tombe a livré les squelettes de deux défunts.

Individu A

78Architecture et plan de la fosse
La fosse, qui entame le substrat lœssique, accuse un plan rectangulaire très irrégulier aux angles arrondis. Elle possède une logette céphalique et une banquette sur le pourtour supérieur. Le fond, irrégulier, présente un ressaut sur la paroi ouest et un léger surcreusement médial. Le bord occidental de la fosse est détruit par l’installation du fossé 3150/3172, interprété comme un probable recreusement du fossé 1785. Dimensions : 217 x 86 x 50 cm.

79Position du squelette
Il est orienté d’ouest en est avec la tête à l’ouest et repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension. Les pieds sont joints.

Image 100000000000019E000002FA1B82B936164F409C.jpg

Fig. 10. Vue de la sépulture 1588, individu A. © A. Latron Colecchia.

80Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation.
Sujet féminin décédé à plus de 30 ans.
Pathologies osseuses : traumatisme ayant provoqué un enfoncement du corps des deux premières vertèbres lombaires, respectivement en faces inférieure et supérieure. Enthésopathies légères (os longs).
Pathologies dentaires : 0/12 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail. 13/23 dents observables avec des caries, dont 3 de taille importante à très importante. Deux pertes dentaires ante mortem.

81Description
Présence de connexions labiles au niveau des mains, des articulations coxo-fémorales, des patellas et, sur le pied droit, entre le premier métatarsien et la première phalange. Maintien des volumes du thorax et du bassin.
Indices de décomposition en espace vide : seul le deuxième métatarsien gauche s’est déplacé en dehors du volume corporel contre la paroi nord de la fosse.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial qui apparaît en face supérieure, sur les humérus, en face latéro-antérieure ainsi que sur les côtes.

82Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition selon un colmatage différé. Le contact des os longs contre les parois permet d’exclure la présence d’un contenant ou d’un aménagement de planches ; le défunt a été inhumé à l’intérieur de cette fosse étroite de type anthropomorphe pouvant être scellée par un couvercle en matériau périssable dont la présence est révélée par le ressaut pratiqué sur le pourtour du creusement. Le colmatage de la fosse révèle que le couvercle ne devait pas être étanche.
La surélévation du bloc crânio-facial et la disposition des humérus sont liées respectivement à la morphologie du fond du creusement et à l’étroitesse de la fosse ; la position des côtes qui, malgré l’effondrement, sont restées inscrites dans un volume quadrangulaire à distance des humérus, pourrait indiquer l’enveloppement de cet individu dans un tissu ou un linceul. Le maintien de la patella droite restée à peu près à son emplacement malgré la rotation du fémur peut constituer une preuve en faveur de l’habillement du défunt (Buquet-Marcon et alii, 2009), voire être l’indice d’un colmatage rapide de la fosse.

Individu B (fig. 11)

83Architecture et plan de la fosse
Cf. supra.

84Position du squelette
Il repose à l’intérieur de l’espace pelvien de l’individu A (fig. 12), en avant de la dernière vertèbre lombaire, du sacrum et des os coxaux avec la tête vers l’est, les pieds à l’ouest.

85Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation.
Fœtus décédé entre 7,3 et 8,3 mois lunaires.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : néant.

86Description
Le bloc crânio-facial ainsi que les membres supérieurs reposant sur le fond de la fosse et en avant des os du coccyx indiquent une disposition inversée par rapport à celle de l’individu adulte.

87Interprétation
La disposition du squelette du fœtus permet de penser qu’il était encore in utero au moment du décès de la femme.

Chronologie relative des dépôts

88La fouille de la tombe a mis au jour le squelette d’une femme (Individu A) et de celui d’un fœtus (Individu B). L’absence de perturbations sur l’agencement des squelettes laisse conclure en faveur de la simultanéité du dépôt des deux défunts.

89Datation
La tombe est antérieure à l’installation du fossé 3150/3172 HMA probable, antérieure au xie, d’après la stratigraphie, cf. infra 3.3.4.

Image 10000000000001EE0000017598A4A1D0C6C3BBC3.jpg

Fig. 11. Vue de l’individu B de la sépulture 1588. © A. Latron Colecchia.

Image 10000000000001EC0000017330EE99E13F68E6F8.jpg

Fig. 12. Vue de détail de l’espace pelvien de l’individu A de la sépulture 1588, avec les restes de l’individu B. © A. Latron Colecchia.

SEP 1589, groupe funéraire 12 (fig. 13)

90Architecture et plan de la fosse
Creusée dans le substrat lœssique, elle a été installée à moins d’un mètre au sud de la sépulture 1588. La fosse possède un plan approximativement rectangulaire aux angles arrondis. Le fond est plat et le pourtour supérieur des parois, verticales, présente un double creusement. Le bord sud-ouest de la fosse a légèrement été perturbé par l’installation de la sépulture 1806. Dimensions : 168 x 62 x 32 cm.

91Position du squelette
Orienté d’ouest en est, la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension, les genoux sont rapprochés et les pieds joints.

92Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation.
Sujet décédé entre 5 et 14 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : 9/23 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail. Léger dépôt de tartre.

Image 10000000000001AE000002F9175FB80D19684FEF.jpg

Fig. 13. Vue de la sépulture 1589. © A. Latron Colecchia.

93Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des vertèbres cervicales, des mains, des patellas et sur les pieds entre les métatarsiens et les phalanges. Maintien partiel des volumes du gril thoracique et du bassin.
Indices de décomposition en espace vide : déplacement hors du volume corporel d’une dent latéralement au temporal droit, de plusieurs phalanges de la main gauche à proximité de la face latérale du fémur homolatéral et d’une phalange du pied gauche découverte dans le comblement, à proximité de son endroit d’origine.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial, en face supérieure, les humérus, en face antéro-latérale et les côtes.

94Interprétation
Dépôt primaire. Espace de décomposition selon un colmatage différé.
Les indices d’espace vide sont très tenus, s’agissant d’éléments de petite taille qui peuvent avoir été déplacés par le creusement d’un terrier ou lors de la circulation d’animaux fouisseurs à l’intérieur de la tombe. L’étroitesse de la fosse, qui a provoqué les contraintes transversales enregistrées au niveau de la tête et des humérus, et le contact des os longs contre les parois permettent en outre d’exclure la présence d’un contenant ou d’un aménagement de planches. L’existence d’une banquette sur le pourtour supérieur de la tombe constitue un argument en faveur de la présence d’un couvercle ; le colmatage de la fosse montre que celui-ci devait être perméable.
Le maintien du volume de la cage thoracique et du bassin, le rapprochement des genoux et des pieds sont en rapport avec le colmatage rapide de la fosse.

95Datation
La tombe est antérieure à l’installation de la sépulture 1806.
HMA probable.

SEP 1590, groupe funéraire 12 (fig. 14)

96Architecture et plan de la fosse
De plan rectangulaire, la fosse entaille le substrat lœssique. Elle possède des parois évasées et un fond légèrement sur creusé dans la partie médiane ; une encoche céphalique a été pratiquée sur la paroi occidentale. Une banquette a été creusée sur le pourtour supérieur. Une fine couche de fibres ligneuses noirâtres a été repérée dans le sédiment à environ 2 cm au-dessus du squelette. La limite ouest de la fosse, qui entame le substrat lœssique, a été perturbée par l’installation de la fosse 3276. Dimensions : 162 x 75 x 31 cm.

97Position du squelette
Le défunt est orienté d’ouest en est, la tête à l’ouest. Il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension ; les genoux sont joints et le pied droit est partiellement superposé sur le gauche.

98Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation.
Sujet décédé entre 10 et 14 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : 9/21 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail. Dépôt de tartre modéré à important.

99Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des vertèbres cervicales et des mains. Les volumes du thorax et du bassin ne sont pas préservés.
Indices d’espace vide : sortie de l’extrémité scapulaire de la clavicule droite et d’une dent en dehors de l’espace corporel. Déplacements d’une amplitude assez importante à l’intérieur du volume du corps : la clavicule gauche est située au niveau du coude droit, la patella droite repose contre l’ischium droit. Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial, en face supérieure, la scapula droite, en face supéro-latérale, la clavicule droite, verticalisée, l’humérus droit, en face antéro-médiale, et les pieds, effondrés sans déplacement des os.

Image 100000000000019F000002BC86D26A6E01044FF6.jpg

Fig. 14. Vue de la sépulture 1590. © A. Latron Colecchia.

100Interprétation
Dépôt primaire. Espace de décomposition vide.
L’étroitesse du creusement et le contact des membres supérieurs, des mains et du pied droit contre les parois permettent d’exclure la présence d’un contenant ou d’un aménagement de planches. Le défunt a été inhumé à l’intérieur d’une fosse étroite de type anthropomorphe, scellée par un couvercle, pourvue d’un ressaut et d’une encoche pour le maintien de la tête en position surélevée.
Les contraintes transversales enregistrées au niveau de la scapula, de l’humérus et de la clavicule droits doivent être mises en relation avec la morphologie et l’étroitesse de la fosse.

101Datation
La tombe est antérieure à la fosse 3276.
L’analyse radiocarbone date cette tombe entre 692 et 962 avec une probabilité de 95,4 % de probabilités (GrN-30705).

SEP 1593, groupe funéraire 12

102Elle est située au nord de la sépulture 1373 et à l’est de la sépulture 1374. Orientée du nord-est vers le sud-ouest, cette tombe de plan ovale n’a pas été fouillée. Un peson a été découvert à la surface du comblement.

SEP 1594, groupe funéraire 12 (fig. 15)

103Cette sépulture, probablement moins profondément enfouie que les autres, a été détruite par le décapage.

104Architecture et plan de la fosse
Aucune limite n’ayant été reconnue lors de la fouille, aucun indice archéologique ne permet de renseigner la fosse (plan, dimensions…).

105Position du squelette
L’absence de la presque totalité du squelette ne permet pas de connaître l’orientation ni la position du corps.

106Observations biologiques
Représentation et conservation moyennes.
Sujet décédé entre 1 et 4 ans.
Pathologies osseuses : lésions serpigineuses de la voûte crânienne indiquant une probable maladie pulmonaire (Hershkovitz et alii, 2002). Cribra orbitalia (observation des orbites en coupe selon les recommandations de U. Wapler (Wapler, 1998) à mettre en relation avec une anémie, une inflammation ou de l’ostéoporose (Wapler et alii, 2004). Pathologies dentaires : néant.

107Descriptif
Seuls quelques fragments de côtes et de scapulas sont conservés en place.

108Interprétation
La destruction de la tombe et de la majeure partie du squelette empêche toute discussion concernant le caractère primaire ou secondaire de la sépulture, l’espace de décomposition et le contenant.

109Datation
HMA probable.

Image 10000000000001FB0000017EB42461B678A98008.jpg

Fig. 15. Vue de la sépulture 1594. © A. Latron Colecchia.

SEP 1595, groupe funéraire 12 (fig. 16)

110Architecture et plan de la fosse
De plan approximativement ovale, la fosse est creusée dans le substrat lœssique ; elle possède un fond irrégulier avec un léger surcreusement dans la moitié ouest et une pente d’environ 5 cm de l’est vers le milieu.
Dimensions : 92 x 32 x 11 cm.

111Position du squelette
Il est orienté d’ouest en est avec la tête à l’ouest et repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension. Le bras droit est écarté du corps, en direction de la paroi sud de la fosse ; les pieds sont rapprochés.

112Observations biologiques
Bonne représentation, conservation moyenne.
Sujet décédé entre 1 et 4 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : néant.

Image 10000000000001F30000030AA269C1D0A23F96B0.jpg

Fig. 16. Vue de la sépulture 1595. © A. Latron Colecchia.

113Description
Absence de connexions labiles ; cependant l’agencement anatomique est respecté. Préservation partielle du volume du gril costal.
Indices de décomposition en espace vide : le radius et deux métacarpiens droits ainsi que la main gauche, l’os coxal droit et un métatarsien non latéralisé sont sortis du volume corporel. Déconnexion entre l’ulna et le radius droits.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial, en face supérieure, la scapula droite, en face antéro-latérale, les humérus en face antéro-latérale et sur le thorax.

114Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition probablement en espace vide. Le maintien de la tête osseuse en position surélevée, malgré le surcreusement du fond de la fosse à cet endroit, peut être en relation avec la butée du crâne contre la paroi d’un contenant à parois rigides plutôt large.
La conservation partielle du volume de la cage thoracique, les effets de contrainte sur les humérus et le maintien des radius en équilibre en avant des ulnas peuvent être liés à l’enveloppement étroit du défunt dans un linceul ou dans du cuir (Buquet-Marcon et alii, 2009).

115Datation
HMA probable.

PUI 1596, groupe funéraire 12

116Il s’agit d’un puits dont l’installation a recoupé les sépultures 1597 et 1599.
Des ossements appartenant à deux défunts ont été découverts dans son comblement, en position secondaire.

Sujet 1

117Observations biologiques
Mauvaise représentation, bonne conservation.
Sujet décédé entre 0 et 1 an.
Pathologies osseuses : néant.

Sujet 2

118Il s’agit d’un individu adulte représenté par un fragment de scapula.

119Datation
Antérieur au puits 1596 daté de 1069 par dendrochronologie.
HMA probable.

SEP 1597, groupe funéraire 12 (fig. 17)

120Elle comprend deux tombes contiguës contenant chacune un défunt (US 15972 au nord et 15973 au sud) et des ossements en position secondaire (US 15974 et 15975).

121Chronologie relative des dépôts
Cinq sujets ont été identifiés dans cette structure. Deux sont en position primaire, trois autres sont en position secondaire, disposés aux abords des dépôts primaires. L’occupation successive de ce secteur dévolu aux inhumations a provoqué d’importantes perturbations ayant entraîné la destruction d’une partie des tombes. Cette situation ne permet plus d’établir de relations stratigraphiques entre les sépultures primaires et les ossements humains en situation secondaire ni de connaître l’emplacement de leurs tombes.

US 15972 (fig. 18)

122Architecture et plan de la fosse
Installée dans le lœss, la fosse a un plan rectangulaire avec un fond plat. La paroi orientale a été détruite par l’installation du puits 1596. Dimensions : 121 x 78 x 8 cm.

123Position du squelette
Disposé d’ouest en est, la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec le membre supérieur droit et les membres inférieurs en extension. L’humérus droit, fragmentaire, est penché avec l’épiphyse proximale en appui contre le sédiment et la moitié diaphysaire conservée surélevée d’environ 5 cm ; cette position pourrait être en relation avec des déplacements provoqués par les labours. Le membre supérieur gauche est légèrement fléchi, avec la main en avant de l’os coxal gauche.

124Observations biologiques
Bonne représentation, mauvaise conservation.
Sujet décédé entre 1 et 9 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : 0/1 dent observable avec des hypoplasies linéaires de l’émail.

125Description
Absence de connexions labiles, toutefois l’anatomie du squelette est respectée. Les volumes du thorax et du bassin ne sont pas conservés.
Indices de décomposition en espace vide : le crâne a basculé en avant, en direction du thorax ; les extrémités latérales des clavicules sont sorties hors de l’espace corporel.
Effet de contrainte sur le bloc crânio-facial et sur l’humérus gauche, en face latérale.
Effet de délimitation linéaire sur le côté gauche du squelette entre l’humérus, l’ulna et la fibula. Il est difficile de savoir si les nombreuses perturbations affectant le squelette et notamment les os du côté droit sont d’origine anthropique, liées à l’excavation du puits ou si elles sont en rapport avec les labours ou la circulation d’animaux fouisseurs.

Image 10000000000003980000034565E88064EF0A3DE6.jpg

Fig. 17. Plan de localisation des sépultures 15992, 15993,15972, 15973, 15974 et 15975. DAO : P. Girard.

126Interprétation
Dépôt primaire. Espace de décomposition indéterminé.
L’effet de délimitation laisse envisager que le défunt a été déposé à l’intérieur d’un contenant assez large ; le contact du crâne contre sa paroi ouest serait alors à l’origine du maintien de celui-ci en face supérieure. La contrainte notée sur l’humérus gauche peut être en relation avec le contact contre la paroi gauche.

127Datation
Cette tombe est antérieure à l’installation du puits 1596 daté de 1069 par dendrochronologie.
HMA probable.

US 15973 (fig. 18)

128Architecture et plan de la fosse
Aucun indice.

129Position du squelette
Sans objet.

130Observations biologiques
Représenté par un fragment d’humérus, un radius et une ulna gauches, un sternum, la douzième vertèbre thoracique ainsi que des fragments de vertèbres thoraciques au rang indéterminé. Bonne conservation. Sujet décédé à plus de 20 ans, de sexe indéterminé.
Pathologies osseuses : arthrose importante (douzième vertèbre thoracique). Enthésopathies légères à moyennes (vertèbres thoraciques). Nodules de Schmorl de taille moyenne (vertèbres thoraciques).
Pathologies dentaires : sans objet.

Image 100000000000018E000002DCCC595BEED8C8B57F.jpg

Fig. 18. Vue d’ensemble des sépultures 15972 et 15973. © A. Latron Colecchia.

131Description
Les restes partiels et totalement déconnectés de cet individu ont été découverts le long du côté sud de la tombe, alignés sur le bord supérieur de la fosse et à l’intérieur de la tombe du défunt US 15972, en direction de l’avant-bras, de la main et du membre inférieur droits de celui-ci.

132Interprétation
Dépôt secondaire. Les os de ce défunt ont été rassemblés et disposés contre la limite sud de la sépulture US 15792.

133Datation
HMA probable.

US 15974 (fig. 19)

134Architecture et plan de la fosse
La fosse, de plan rectangulaire, a été creusée dans le substrat lœssique. La moitié inférieure a été détruite par l’installation du puits 1596. Au nord, la paroi est probablement détruite par le creusement de la tombe SEP 1597 (US 15972). Dimensions : 121 x 75 x 10 cm.

Image 10000000000001FC000002A0CDA0DD3A73B19DC8.jpg

Fig. 19.Vue d’ensemble des sépultures 15975 et 15974. © A. Latron Colecchia.

135Position du squelette
Disposé vraisemblablement d’ouest en est, avec la tête à l’ouest, le défunt devait reposer sur le dos.

136Observations biologiques
Représentation moyenne, conservation moyenne à mauvaise du squelette. Enfant décédé entre 1 et 4 ans.

137Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : néant.

138Description
Absence de connexions labiles. Mise à plat des os du bassin. Effet de contrainte sur le bloc crânio-facial en face supérieure avec une légère composante antérieure et la mandibule, en occlusion.

139Interprétation
Dépôt primaire.
La majorité du squelette étant détruite, les indices sont limités. Le maintien de la tête osseuse en position surélevée à distance des parois de la fosse laisse cependant supposer un effet de butée contre la paroi rigide d’un contenant, bien que cet effet puisse également être en rapport avec un coussin, le calage du crâne par du sédiment ou un enveloppement serré du corps.

140Datation
Le dépôt de cet individu est antérieur au creusement du puits 1596 et de la sépulture US 15972.
HMA probable.

US 15975 (fig. 19)

141Ces restes osseux ont été localisés à l’ouest de la sépulture de l’enfant US 15974.

142Architecture et plan de la fosse
La fosse renfermant les ossements humains n’a pas été repérée.

143Position du squelette
Sans objet.

144Observations biologiques
Les ossements appartiennent à deux sujets.

Sujet adulte

145Représenté par des fragments de crâne, deux dents inférieures (canine gauche et première prémolaire droite ?) et les vertèbres cervicales 1 à 6. Mauvaise conservation.
Sujet décédé à plus de 20 ans de sexe indéterminé.
Pathologies osseuses : néant
Pathologies dentaires : 0/2 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail. 7/8 dents observables avec des caries, en majorité de taille très importante. Usure moyenne à forte.

Sujet immature

146Représenté par un humérus droit seulement. Mauvaise conservation.
Sujet décédé entre 0 et 1 an.

147Description
Aucune connexion.

148Interprétation
Il s’agit d’un dépôt secondaire.

149Datation
L’inhumation de ces individus est antérieure à l’US 15974. HMA probable.

FOS 1598, groupe funéraire 12

150Architecture et plan de la fosse
Située au sud-est de la sépulture 1650 et au sud– ouest de la sépulture 1635, cette fosse de fonction indéterminée coupant la sépulture 3155 a été recoupée par de nombreuses structures dont deux tombes (SEP 3156 et 3166). De plan ovale aux parois évasées et au fond irrégulier présentant des concavités, son comblement a livré des ossements humains. Dimensions : 400 x 320 x 40 cm.

151Position du squelette
Sans objet.

152Observations biologiques
Deux sujets ont été identifiés dans deux US différentes.

Sujet 1

153Représenté par un fragment de fémur gauche. Conservation moyenne.
Sujet décédé entre 1 et 4 ans.
Pathologies osseuses : néant
Pathologies dentaires : sans objet.

Sujet 2

154Représenté par un fémur droit. Conservation moyenne.
Sujet décédé entre 1 et 4 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : sans objet.

155Description
Sans objet.

156Interprétation
Ces ossements sont en position secondaire dans le comblement de la fosse. Aucune trace des tombes ayant accueilli les deux défunts n’est conservée ; ce qui laisserait penser que l’installation de cette structure a pu les détruire.

157Datation
Les inhumations sont antérieures à la fosse 1598, attribuée à une période comprise entre le ixe et le xe siècle d’après le mobilier céramique découvert dans son comblement.

SEP 1599, groupe funéraire 12 (fig. 20)

158Cette sépulture a livré deux sujets.

US 15992

159Architecture et plan de la fosse
La fosse, dont les limites sont difficilement percevables, devait être rectangulaire à fond approximativement plat ; elle entaille le substrat lœssique. La paroi sud a été effacée par le dépôt d’ossements appartenant à un sujet adulte (US 15993, cf. infra). Dimensions : 158 x 60 x 9 cm.

160Position du squelette
Orienté d’ouest en est avec la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension.

161Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation.
Sujet décédé entre 1 et 9 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : néant.

162Description
Présence de connexions labiles au niveau de la main gauche.
Mise à plat des volumes de la cage thoracique et du bassin.
De nombreuses dislocations concernent l’atlas, en avant du fémur gauche de l’individu US 15993, la mandibule, en avant des vertèbres lombaires, la scapula et les os de la main droite, en avant du pied droit, l’humérus et plusieurs côtes droites ainsi que la clavicule et des côtes gauches, situés à l’est, à proximité des pieds, la phalange médiale d’une main, entre les fémurs, et les deux dernières vertèbres lombaires, en connexion avec la première sacrée, entre les tibias.
Effet de contrainte sur le bloc crânio-facial, en position légèrement surélevée par rapport au squelette.

Image 10000000000001FC0000030B02BB4DE8A01D5679.jpg

Fig. 20. Vue d’ensemble des sépultures 15992 et 15993. © A. Latron Colecchia.

163Interprétation
Dépôt primaire. La détermination de l’espace de décomposition n’est pas aisée à cause des nombreuses perturbations enregistrées. Toutefois, la dislocation de la phalange de la main, des vertèbres lombaires et de la première vertèbre sacrée peut être liée à la présence d’un espace vide.
Les migrations osseuses de très grande ampleur, concernant notamment les os du membre supérieur et les côtes droits, semblent en rapport avec une intervention anthropique. En effet, la dislocation de la mandibule en avant et en contact avec le rachis lombaire peut dificilement être mis sur le compte du passage d’animaux. La tombe a dû être ouverte, une partie des ossement a été prélevée et ensuite déposée à proximité et en avant du pied droit. Cette intervention pourrait avoir été motivée par la volonté de placer les os appartenant au sujet US 15993 dans cette même sépulture.
L’effet de contrainte sur le crâne, resté en équilibre grâce à l’appui contre une paroi rigide, atteste probablement que cet enfant a été déposé à l’intérieur d’un contenant en bois.
Les radius en équilibre en avant des ulnas peuvent être un indice de l’habillement du défunt (Buquet-Marcon et alii, 2009).

164Datation
Cette sépulture est datée du HMA d’après le mobilier issu du comblement de la fosse.

US 15993

165Architecture et plan de la fosse
L’emplacement de la tombe n’a pas pu être repéré.

166Position du squelette
Les ossements des membres inférieurs et des pieds du défunt ont été grossièrement alignés le long de la bordure méridionale de la sépulture US 15992.

167Observations biologiques
Représentation mauvaise, bonne conservation.
Sujet décédé à plus de 20 ans, de sexe indéterminé.
Pathologies osseuses : enthésopathies modérées (os longs, cal canéus).
Pathologies dentaires : sans objet.

168Description
Les ossements des membres inférieurs et des pieds de cet individu ne présentent plus de connexion.
Effet de butée sur les os longs ; le tibia gauche et le talus droit sont en équilibre.
Une main gauche d’individu adulte, en connexion et en face palmaire, repose à moins de 50 cm au sud de ces mêmes fosse

169Interprétation
Dépôt secondaire.
L’effet de butée contre une limite rectiligne et la persistance d’ossement en équilibre ont pu se réaliser en présence d’un support rigide ou à l’occasion d’un colmatage immédiat de la tombe : dans ce cas, il est plausible que les os de cet individu aient été adossés contre le contenant du défunt US 15992.

170Chronologie des dépôts
Cette sépulture renferme le squelette d’un enfant (US 15992) et des ossements de membres inférieurs et de pieds appartenant à un sujet adulte (US 15993).
Le fait que les restes osseux appartenant à l’individu 15993 aient été placés contre le contenant du défunt 15992 pourrait indiquer que ce dépôt secondaire est simultané, voire postérieur à l’inhumation du sujet immature.

171Datation
Cette sépulture est antérieure à l’inhumation du sujet SEP 15992 datée du HMA probable.

SEP 1634, groupe funéraire 12 (fig. 21)

172Architecture et plan de la fosse
De plan rectangulaire à fond plat avec les angles arrondis et des parois presque horizontales, la tombe entaille le substrat lœssique. Elle est perturbée à l’ouest par l’installation de la fosse 3256 et au sud-ouest par la fosse 3097. Quelques petits terriers ont été découverts dans le comblement de la tombe.
Un double creusement pratiqué le long de la limite sud crée une marche ; un petit moellon de grès gris a été repéré à l’intérieur de la fosse contre la paroi nord. Dimensions : 165 x 63 x 27 cm.

173Position du squelette
Disposé approximativement d’ouest en est avec la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension. Le membre supérieur droit s’écarte légèrement du corps, les genoux et les pieds sont rapprochés.

174Observations biologiques
Bonne représentation, conservation moyenne.
Sujet décédé entre 5 et 14 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : 0/11 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail dentaire.

175Description
Présence de connexions labiles : il s’agit de l’articulation temporo-mandibulaire, de la patella droite et des pieds. Mise à plat du thorax et du bassin.
Indices de décomposition en espace vide : sortie de plusieurs ossements du volume corporel. Il s’agit de la bascule du crâne et de la mandibule en direction de la paroi nord de la fosse, de deux dents (une située au nord de l’os frontal, l’autre en avant de l’os frontal droit), de l’axis, découvert dans le comblement à plusieurs centimètres au-dessus de la scapula gauche et du rachis cervical, disloqué, de deux vertèbres sacrées déplacées à proximité de la base du sacrum, du membre supérieur droit, de la patella gauche, découverte dans le comblement à environ 7 cm au-dessus de son homologue droite, de l’extrémité proximale de la fibula gauche et deux métacarpiens droits. Des dislocations concernent les membres supérieurs au niveau des coudes et des mains.
Effets de contrainte sur la clavicule gauche, verticalisée, sur les scapulas, en face antérieure avec une composante latérale, sur l’humérus droit, en face antéro-latérale. L’humérus gauche est en face postérieure.
Le crâne est en position légèrement surélevée par rapport au squelette ; sa position montre un effet de butée contre une paroi rigide.
Un premier métatarsien gauche appartenant à un autre individu a été découvert sur le bord méridional de la fosse.

Image 10000000000001FB000002B984510872F205FC7B.jpg

Fig. 21.Vue de la sépulture 1634. © A. Latron Colecchia.

176Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
La découverte de fibres de bois appartenant à une planche du couvercle dans le sédiment en avant du squelette, la mise à plat des volumes ainsi que les déconnexions observées rendent plausible l’hypothèse d’un contenant. Les contraintes lisibles sur le crâne et les épaules peuvent être en relation avec le contenant bien que l’on ne puisse pas exclure qu’elles aient été provoqué par l’enveloppement du corps dans un linceul ou un textile.
Le déplacement de plusieurs ossements dans le sédiment, moins profondément enfouis par rapport au squelette, peuvent être imputés aux perturbations animales décrites.

177Datation
Cette sépulture est datée entre la fin du viie et le début du xe siècle d’après le mobilier céramique découvert dans le comblement.

SEP 1635, groupe funéraire 12 (fig. 22)

178Architecture et plan de la fosse
Cette fosse à peu près rectangulaire entaille le lœss ; pourvue d’une loge céphalique, elle possède des parois évasées et un fond en gouttière ; le creusement inférieur est étroit.
Une banquette destinée à soutenir un couvercle est aménagée le long des bords supérieures de la fosse. Dimensions : 188 x 46 x 22 cm.

179Position du squelette
Il est orienté approximativement d’ouest en est avec la tête à l’ouest. Il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension ; les genoux et les pieds sont joints.

180Observations biologiques
Représentation moyenne, bonne conservation.
Sujet décédé entre 10 et 14 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : 10/21 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail.

181Description
Présence de connexions labiles : il s’agit du premier métatarsien et de la première phalange du pied droit. Mise à plat du gril costal et du bassin.
Indices de décomposition en espace vide : la phalange proximale du premier rang du pied gauche se situe contre l’os frontal, l’extrémité latérale de la clavicule gauche est sortie de l’espace du corps. La tête osseuse semble avoir basculé vers l’ouest, en direction de la loge céphalique.
Effets de contraintes transversales provoqués sur la clavicule gauche, verticalisée, la scapula gauche, en face latéro-antérieure et sur les humérus, en face latéro-antérieure par la morphologie en gouttière du fond du creusement. Le fémur et le tibia gauches sont absents ; le tibia droit a été découvert dans le comblement supérieur de la fosse.
Plusieurs ossements sont en position légèrement surélevée : il s’agit de la tête osseuse, du membre supérieur et de la main gauches.

182Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
Les effets de butée de la tête ainsi que des membres supérieurs et des mains contre les parois de la fosse permettent d’exclure la possibilité d’un contenant. Le défunt a été inhumé à l’intérieur d’une fosse étroite de type anthropomorphe pourvue d’un couvercle dont les fibres ligneuses sont partiellement conservées (fig. 22). Les contraintes affectant la moitié supérieure du squelette peuvent être imputés à l’étroitesse et à la forme du fond de la fosse.
La perturbation enregistrée au niveau des membres inférieurs laisse envisager une intervention anthropique.

Image 1000000000000160000002F3EFF7738CEC5841C5.jpg

Fig. 22. Vue de la sépulture 1635. © A. Latron Colecchia.

183Datation
Cette sépulture est datée entre la fin du viie et le début du xe siècle d’après le mobilier céramique découvert dans le comblement.

SEP 1648, groupe funéraire 12 (fig. 23)

184Architecture et plan de la fosse
De plan rectangulaire aux angles arrondis, la fosse entaille le substrat lœssique et possède des parois évasées ainsi qu’un fond irrégulier. Le creusement inférieur est plutôt étroit. Dimensions : 186 x 61 x 23 cm.

185Position du squelette
Il est orienté approximativement d’ouest en est, la tête à l’ouest, et repose sur le dos avec le membre supérieurs et inférieurs en extension ; les genoux sont joints et les pieds rapprochés.

186Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation.
Sujet féminin décédé entre 20 et 49 ans.
Pathologies osseuses : réaction périostée importante sur fémurs.
Enthésopathies légères à modérées (vertèbres thoraciques).
Pathologies dentaires : 2/26 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail. 2/31 dents observables avec des caries de taille moyenne. Dépôts de tartre modérés à importants. Usure légère. Une perte dentaire ante mortem.

Image 1000000000000199000002F37C40C780B0B5AF6C.jpg

Fig. 23. Vue de la sépulture 1648. © A. Latron Colecchia.

187Description
Présence de connexions labiles au niveau des mains. Conservation partielle des volumes du gril costal et du bassin.
Indices de décomposition en espace vide : l’extrémité scapulaire de la clavicule droite et la fibula gauches sont sorties du volume corporel, les patellas ont chuté de part et d’autre des fémurs (la droite posée de chant, la gauche à plat sur le fond de la fosse). Rotation du tibia gauche en face antéro-médiale. Effets de contrainte sur les clavicules, verticalisées, les scapulas, en face latéro-antérieure et les humérus, en face latéro-antérieure.

188Interprétation
Dépôt primaire. Possible décomposition en espace vide.
La position surélevée des membres supérieurs, et notamment du gauche, et les effets de butée de la tête ainsi que des membres supérieurs, des mains et des phalanges des pieds contre les parois du creusement indiquent que le corps a été déposé à l’intérieur d’une fosse étroite ; l’espace vide aurait alors été maintenu par un couvercle.
Les contraintes affectant la moitié supérieure du squelette ont été provoquées par l’étroitesse de la fosse et l’irrégularité du fond qui a, par ailleurs, permis le maintien de la tête en position surélevée.
L’affaissement des côtes et leur maintien à distance des humérus peut indiquer que le défunt était habillé (Buquet-Marcon et alii, 2009).

189Datation
HMA probable.

SEP 1650, groupe funéraire 12 (fig. 24)

190Architecture et plan de la fosse
La fosse creusée dans le substrat lœssique, possède un plan rectangulaire avec les angles arrondis ; le fond, globalement plat, est surélevé au niveau de la tête et les parois sont en pente évasée. Dimensions : 148 x 48 x 19 cm.

191Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est avec la tête à l’ouest, il est sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension ; les pieds sont joints, le gauche repose en avant du droit.

192Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation.
Sujet féminin décédé à plus de 30 ans.
Pathologies osseuses : scoliose, très marquée au niveau des dernières thoraciques et des premières lombaires, sans doute consécutive à un traumatisme (enfoncement corps L1 et L2). Arthrose légère à modérée (vertèbres cervicales, épaules, coude gauche, poignet droit, acétabulums, genoux) voire importante (vertèbres thoraciques et lombaires, mains). Enthésopathies modérées (calcanéus) à importantes (patellas).
Pathologies dentaires : 2/9 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail légères à modérées.
4/18 dents observables avec des caries de taille moyenne.
Dépôts de tartre modérés à importants. Usure moyenne à importante. Deux pertes dentaires ante mortem ; trois agénésies.

193Description
Présence de connexions labiles au niveau des vertèbres cervicales. Conservation partielle des volumes du gril costal et du bassin.
La tête osseuse, la mandibule, l’atlas, la clavicule gauche, l’humérus gauche, les patellas, une partie des os des mains et des pieds sont sortis du volume corporel.
Effets de contrainte transversale sur les clavicules, verticalisées, et les scapulas, en face latéro-antérieure. L’humérus gauche, en face postérieure, est en équilibre.
Les nombreuses dislocations observées et les cotes de profondeur de plusieurs ossements moins profondément enfouis laissent supposer un ennoiement de la fosse ou la circulation d’animaux fouisseurs.

Image 10000000000001390000030AAA789841FF4F679E.jpg

Fig. 24. Vue de la sépulture 1650. © A. Latron Colecchia.

194Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
Les effets de butée du crâne ainsi que des membres supérieurs, des mains et des phalanges des pieds contre les parois de la fosse indiquent que le corps a été déposé à l’intérieur d’une fosse étroite qui devait être scellée par un couvercle. Cette exiguïté a induit les contraintes observées sur la moitié supérieure du squelette et permis la conservation d’une partie du volume des côtes et du bassin ; la tête osseuse a été maintenue en position surélevée par la forme du fond de la fosse, moins profondément creusée à cet endroit.

195Datation
HMA probable.

Image 10000000000001FE000002023641055C564B9799.jpg

Fig. 25. Vue de la sépulture 1782. © É. Peytremann.

SEP 1782, isolée (fig. 25)

196Architecture et plan de la fosse
La fosse est orientée nord-sud ; elle accuse un plan approximativement ovale avec les parois évasées. Le fond est irrégulier et présente un surcreusement d’environ 10 cm où reposent les tibias, les fibulas et les pieds. Dimensions : 233 x 162 x 48 cm.

197Position du squelette
Orienté nord-sud, avec la tête au nord, le défunt repose sur le dos avec les membres inférieurs en extension.

198Observations biologiques
Adulte de sexe indéterminé décédé à plus de 20 ans
Pathologies osseuses : os non observables.
Pathologies dentaires : dents non observables.

199Description
La majeure partie du squelette est absente.

200Interprétation
Dépôt primaire.

201Datation
L’orientation ne plaide pas en faveur d’une sépulture du haut Moyen Âge.

SEP 1805, groupe funéraire 12 (fig. 26)

202Cette tombe est contiguë à la sépulture 3134, située à environ 10 cm au sud.

203Architecture et plan de la fosse
Creusée dans le lœss, la fosse a un plan rectangulaire aux angles arrondis ; les parois conservées sont presque verticales, le fond est plat avec une très légère pente d’ouest en est. Elle été détruite à l’ouest par l’installation de la fosse 3046 ; les limites vers le sud n’ont pas été reconnues : elles pourraient avoir été effacées lors de l’installation de la sépulture 3134. Dimensions : 151 x 55 x 12 cm.

204Position du squelette
Orienté d’ouest en est avec la tête à l’ouest, il est sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension ; les pieds sont en contact.

205Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation.
Sujet féminin décédé à plus de 30 ans.
Pathologies osseuses : courbure prononcée des fémurs : rachitisme pendant l’enfance ?
Arthrose légère (membre supérieur droit, pied droit). Enthésopathies au niveau des os longs.
Pathologies dentaires : 5/11 dents avec des hypoplasies linéaires de l’émail légères à modérées. 9/16 dents avec des caries de taille réduite à très importante. Dépôts de tartre modérés à importants. Usure importante. Une perte dentaire ante mortem.

206Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des mains, des patellas et de connexions entre plusieurs métatarsiens et phalanges des deux pieds. Maintien partiel des volumes du thorax et du bassin.
Indices de décomposition en espace vide : un métatarsien et quelques phalanges des pieds sont sortis du volume du corps. Effets de contrainte sur les scapulas en face latéro-antérieure et les humérus (le droit en face latérale, le gauche en face antérolatérale).

207Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition probable en espace vide.
Sur le côté gauche, le membre supérieur, la main et le pied butent contre la paroi nord de la fosse montrant l’absence de contenant. Le défunt a donc été inhumé à l’intérieur d’une fosse étroite scellée par un couvercle.
Les contraintes observées sur la moitié supérieure du squelette ont été induites par l’étroitesse de la fosse, au moins à gauche.
Le maintien des patellas à leur emplacement suggère que le défunt était habillé, voire indiquer un colmatage assez rapide de l’espace.
La contiguïté étroite entre ce sujet et le défunt de la SEP 3134, dont les membres inférieurs reposent à environ 10 cm au sud, laisse supposer que les individus ont pu être déposés à l’intérieur d’une même fosse. Les destructions subies par cette dernière et les perturbations enregistrées sur le squelette de la SEP 3134 ne permettent pas de connaître la chronologie des dépôts.

Image 10000000000001FD000002C26F936548AD0547A8.jpg

Fig. 26. Vue d’ensemble des sépultures 1805 et 3134. © A. Latron Colecchia.

208Datation
La sépulture est antérieure à la fosse 3046. HMA probable.

SEP 1970, groupe funéraire 12

209Il s’agit d’une fosse rectangulaire mesurant 206 x 155 cm qui a été partiellement coupée par le puits 1596.
Elle n’a pas été fouillée.

SEP 1971, groupe funéraire 12 (fig. 27)

210Architecture et plan de la fosse
La fosse a été creusée dans le substrat lœssique. Elle possède un plan rectangulaire aux angles arrondis, un fond plat avec un ressaut au niveau du crâne et des parois évasées vers la partie supérieure. Un liseré composé de fibres ligneuses brunes et noires, d’une épaisseur variable entre 10 et 20 cm, tapisse le fond et les parois sur toute leur hauteur. Dimensions : 170 à 208 x 40 à 56 x 44 cm.

211Position du squelette
Disposé approximativement d’ouest en est avec la tête à l’ouest, le défunt est sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension ; les genoux sont joints et les pieds très rapprochés.

212Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation.
Sujet féminin décédé à plus de 20 ans.
Pathologies osseuses : spondylolyse sur la cinquième vertèbre lombaire. Arthrose légère sur les vertèbres thoraciques et importante au niveau des deuxièmes et troisièmes vertèbres cervicales et des mains droite et gauche. Enthésopathies légères (ulnas, vertèbres thoraciques). Nodules de Schmorl (vertèbres thoraciques).
Pathologies dentaires : hypoplasies linéaires de l’émail non observables. 10/11 dents observables avec des caries de taille moyenne à importante. Dépôts de tartre légers. Usure importante. Huit pertes dentaires ante mortem ; quatre probables agénésies.

Image 1000000000000185000002E2C81BA911474F99FE.jpg

Fig. 27. Vue de la sépulture 1971. © A. Latron Colecchia.

213Description
Présence des connexions labiles : il s’agit des mains, de la patella gauche et, du moins sur le pied droit, des connexions entre plusieurs métatarsiens et phalanges. Les volumes du thorax et du bassin ne sont pas préservés. Le crâne a partiellement basculé en arrière, vers la paroi occidentale.
Indices de décomposition en espace vide : l’extrémité scapulaire de la clavicule droite, la fibula droite et, partiellement, la clavicule et l’ulna gauches sont sortis du volume corporel. Les fémurs ont effectué un léger mouvement de rotation.
Effets de contrainte sur la clavicule droite, verticalisée, les scapulas, en face antéro-latérale, les humérus (le droit en face latérale, le gauche en face antéro-latérale) et les pieds.

214Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
Le défunt a été inhumé à l’intérieur d’un contenant pourvu d’un couvercle qui a permis le maintien d’un espace vide. L’épaisseur des traces conservées permet d’émettre l’hypothèse d’un contenant de type monoxyle.
Les contraintes observées sur la moitié supérieure du squelette ont été induites par la forme et l’étroitesse du contenant. Le maintien des patellas à leur emplacement peut être lié au port d’un vêtement.
La disposition des pieds et notamment du gauche, en face médiale, resté en connexion bien qu’en équilibre, laisse supposer que le défunt était chaussé (Gaultier et alii, 2008).

215Datation
HMA probable.

SEP 2156, sépulture isolée (fig. 28)

216Architecture et plan de la fosse
Les limites de la fosse n’ont pas été perçues.

217Position du squelette
Squelette absent à l’exception des fragments d’une fibula droite et d’un humérus gauche et de quelques os récoltés lors d’un décapage manuel à une cote comprise entre 30 et 50 cm à partir du niveau de sol actuel.

218Observations biologiques
Mauvaise représentation, conservation très différente selon les ossements, généralement médiocre.
L’étude des ossements a permis d’établir le Nombre Minimal d’Individus à quatre. Le premier est représenté par l’humérus et la fibula en place, un radius, un fémur et un tibia droits incomplets. Un deuxième et un troisième sont représentés par leurs deux tibias, incomplets, un quatrième par une diaphyse tibiale droite. Des fragments de deux os coxaux, de deux fémurs et d’une ulna droit, de deux humérus, d’un radius et d’une fibula gauches ainsi qu’un calcanéus droit ont également été retrouvés. Il n’a pas été possible de les attribuer précisément à l’un ou à l’autre des individus.
Tous ces os appartiennent à des sujets adultes décédés à un âge supérieur à 20 ans. L’individu le mieux représenté montre un squelette plutôt gracile, contrairement aux autres, beaucoup plus robustes.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : sans objet.

Image 10000000000001FB000001360EBBA99CFBFD7442.jpg

Fig. 28. Vue de la sépulture 2156. © A. Latron Colecchia.

219Description
Sans objet.

220Interprétation
Sans objet.

221Datation
HMA probable.

SEP 2336, groupe funéraire 13 (fig. 29)

222Architecture et plan de la fosse
Fosse rectangulaire aux angles arrondis entaillant le substrat lœssique. Parois obliques. Fond irrégulier avec une pente est-ouest d’environ 12 cm. Dimensions : 112 x 32 x 12 cm.

Positon du squelette

223Orienté approximativement d’ouest en est avec la tête à l’ouest. Il est sur le dos, membre supérieur droit et membres inférieurs en extension ; les genoux sont joints. Il n’est pas aisé de connaître la position du membre supérieur gauche à cause du déplacement de l’ulna et du radius.

224Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation du squelette.
Sujet décédé entre 4 et 9 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : 2/5 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail (stade 1).

225Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des vertèbres cervicales. Les volumes ne sont pas préservés.
Indices de décomposition en espace vide : sortie des tibias et des fibulas du volume du corps. Ouverture de la mandibule. De nombreuses dislocations à l’intérieur du volume corporel concernent également les humérus, les avant-bras, les mains, l’ilium droit et le sacrum.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial, en bascule partielle vers la paroi ouest, les clavicules, verticalisées (la droite, également verticalisée, se situe en arrière de la première côte homolatérale), la scapula droite, en face latéro-antérieure, les humérus (le droit en face antéro-latérale, le gauche en face postérieure), les fémurs et les pieds.

Image 10000000000001C8000002FBF35CF982C8692214.jpg

Fig. 29.Plan de la sépulture 2336. DAO : J.-M. Richard.

226Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
Le mouvement de bascule amorcé par la tête en direction de la paroi ouest et le déplacement des tibias et des fibulas permet d’avancer l’hypothèse du dépôt à l’intérieur d’un contenant étroit en matière périssable. Celui-ci aurait été posé sur des cales en matériau périssable (par exemple des rondins ou des planches en bois), le fond de la fosse accusant un léger pendage. Sur le côté gauche du squelette, le déplacement de l’humérus et le passage des extrémités vertébrales de plusieurs côtes en avant des vertèbres peut être mis en relation avec l’affaissement du plancher du contenant surélevé, indiquant alors plus un cercueil chevillé ou un coffrage qu’un cercueil monoxyle ; la décomposition du calage et du fond du contenant aurait provoqué les mouvements décrits ainsi que la dislocation des tibias et des fibulas (Duday, 2005, p. 70-71 ; Réveillas et alii, 2011).
La dislocation des os des pieds dans un espace très restreint peut être en rapport avec l’enveloppement du corps (Buquet-Marcon et alii, 2009) mais également avec les déplacements osseux conséquents à la décomposition du fond du contenant.

227Datation
HMA probable.

SEP 2337, groupe funéraire 13 (fig. 30)

228Architecture et plan de la fosse
Installée dans le substrat lœssique, la fosse est rectangulaire aux angles arrondis ; le creusement est plus étroit en correspondance du fond. Les parois sont évasées, la limite ouest comporte une logette céphalique. Une banquette est aménagée sur les bords supérieurs, au niveau de l’encoche et sur la limite sud-est. Le fond, légèrement surcreusé en gouttière, accuse un pendage est-ouest d’environ 5 cm. Un moellon en grès gris est situé entre les tibias du défunt. Dimensions : 178 x 57 x 32 cm.

229Position du squelette
Il est orienté approximativement d’ouest en est, la tête à l’ouest. Il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension. Le membre supérieur droit est écarté en direction de la paroi sud, le gauche resserré vers le corps ; les genoux et les pieds sont rapprochés.

230Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation du squelette.
Sujet masculin décédé à plus de 30 ans.
Pathologies osseuses : trace de coup probable sur l’os pariétal gauche. Appositions périostées importantes en faces latérale (surtout) et postérieure, au niveau de la moitié distale des deux humérus, en face antérieure, au niveau du pilier, sur les scapulas. Réactions périostées sur le tibia droit et la fibula gauche. Légère arthrose au niveau des vertèbres thoraciques et de la quatrième lombaire. Enthésopathies légères (membres inférieurs), légères à importantes (vertèbres thoraciques). Nodule de Schmorl de taille moyenne sur la face supérieure corps vertèbre thoracique 12.
Pathologies dentaires : 1/19 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail (stade 1). 13/26 dents observables avec des caries dont dix de taille moyenne et une de grande taille. Dépôts de tartre d’épaisseur modérée sur les dents supérieures. Usure moyenne à importante. Quatre pertes dentaires ante mortem.

Image 1000000000000186000002D16B3377EAAA1A463C.jpg

Fig. 30. Vue de la sépulture 2337. © A. Latron Colecchia.

231Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des mains. Conservation des volumes du gril costal et du bassin.
Indices de décomposition en espace vide : sortie de la fibula droite hors du volume corporel. Le déplacement de plusieurs métatarsiens et phalanges des pieds peut être en rapport avec l’existence d’un petit espace vide sous-jacent.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial (la bascule amorcée a été bloquée par l’encoche céphalique) et les humérus (le droit en face latérale, le gauche en face antéro-latérale).

232Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition selon un colmatage différé. Le contact des os longs contre les parois de la fosse permet d’écarter l’hypothèse de la présence d’un contenant. Le défunt a été inhumé à l’intérieur d’une fosse de type anthropomorphe ; il est difficile de savoir si la tombe était scellée au moins par une couverture périssable.
La conservation des volumes ainsi que les contraintes observées peuvent être liées à l’étroitesse et à la forme du fond de la fosse.

233Datation
L’analyse radiocarbone date la tombe entre 676 et 871 avec 95,4 % de probabilités (GrN-30706).

Image 10000000000001FB000001563B6D8BC34A915537.jpg

Fig. 31. Vue de la sépulture 2338. © A. Latron Colecchia.

SEP 2338, groupe funéraire 13 (fig. 31)

234Architecture et plan de la fosse
Elle a été presque entièrement détruite lors du décapage.

235Position du squelette
Il est orienté approximativement d’ouest en est, la tête à l’ouest ? Il repose probablement sur le dos (cf. position de la tête).

236Observations biologiques
Représentation mauvaise, conservation moyenne du squelette.
Sujet décédé entre 5 et 9 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : 2/2 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail (stades 1 et 2).

237Description
Sans objet.

238Interprétation
Dépôt primaire. Espace de décomposition indéterminé.

239Datation
HMA probable.

SEP 2339, groupe funéraire 13 (fig. 32)

240Architecture et plan de la fosse
La fosse, qui entaille le substrat lœssique, a un plan rectangulaire aux angles arrondis ; la base du creusement est plus étroite. Elle possède des parois évasées avec un profil médian en « V », un fond irrégulier plus profond dans sa moitié ouest. Le pourtour supérieur a conservé la trace d’une banquette sur les côtés est, sud et ouest. Dimensions : 165 à 192 x 25 à 48 x 35 cm.

241Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est avec la tête à l’ouest, il repose sur le dos sur le fond de la fosse avec les membres supérieurs et inférieurs en extension. Les membres supérieurs sont très resserrés contre le thorax, les genoux sont rapprochés et les pieds en contact.

Image 10000000000001AB000003BA4EC3CB9947CACEFD.jpg

Fig. 32. Plan de la sépulture 2339. DAO : J.-M. Richard.

242Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation du squelette.
Sujet décédé entre 10 et 14 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : hypoplasies linéaires de l’émail non observables. Épaisseur de tartre moyenne à importante.

243Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des deux premières vertèbres cervicales, de la main et de la patella droites et, sur les pieds, des connexions entre plusieurs métatarsiens et phalanges des deux pieds. Maintien du volume du bassin. L’ulna droite, la clavicule gauche et les os des mains sont sortis hors du volume corporel.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial, maintenu en position surélevée, les clavicules (la gauche en face sternale, la droite verticalisée), l’humérus gauche, en face antéro-latérale, la patella gauche, posée de chant latéralement à l’épiphyse distale du fémur homolatéral et les pieds.

244Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
L’exiguïté du fond de la tombe ainsi que le contact du crâne, de l’os coxal gauche et des pieds contre les parois permettent d’exclure la présence d’un contenant. Cet individu a été déposé à l’intérieur d’une fosse très étroite de type anthropomorphe scellée par un couvercle en bois. La conservation du volume du bassin est due, d’une part au contact de l’ilium gauche contre la paroi et d’autre part, au maintien exercé sur l’os coxal gauche par le radius et l’ulna homolatéraux.
Les contraintes observées au niveau des membres supérieurs et des clavicules ont été induites par la morphologie de la fosse en gouttière.

245Datation
HMA probable.

SEP 2346, groupe funéraire 13 (fig. 33)

246Architecture et plan de la fosse
Creusée dans le lœss, elle est rectangulaire aux parois verticales ; le creusement inférieur est plus étroit. Le fond, plat, accuse une pente d’environ 13 cm d’est vers ouest. Un liseré de sédiment brun foncé composé de très fines particules ligneuses découvert sur le fond de la fosse dessine une silhouette quadrangulaire autour du squelette. Dimensions : 172 à 220 x 50 à 92 x 58 cm.

247Position du squelette
Le défunt a été disposé approximativement d’ouest en est avec la tête à l’ouest ; il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension. Les pieds sont rapprochés.

248Observations biologiques
Bonne représentation, conservation médiocre du squelette. Sujet de sexe indéterminé décédé à plus de 40 ans.
Pathologies osseuses : arthrose corps vertébraux (remaniements bords). Enthésopathies fémurs et radius.
Pathologies dentaires : dix pertes dentaires ante mortem. Aucune dent n’est présente.

249Description
Présence de connexions labiles : il s’agit de la main gauche et de la patella droite. Les volumes ne sont pas conservés.
Indices de décomposition en espace vide : le bloc crânio-facial, plusieurs vertèbres thoraciques, la clavicule droite, l’extrémité sternale d’une côte gauche et les ulnas sont sortis du volume originel. Les genoux sont déconnectés.
La mandibule ainsi que les fibulas, les tibias et les pieds sont disloqués.

Image 100000000000017800000304087C5466A5F8E7DE.jpg

Fig. 33. Vue de la sépulture 2346. © A. Latron Colecchia.

250Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
Si l’existence d’un contenant mesurant environ 1,80 m de longueur sur 0,42 m de largeur aux pieds et 0,52 m de largeur à la tête, a été confirmée par les traces ligneuses découvertes dans le substrat, les anomalies taphonomiques enregistrées sur la tête, les tibias, les fibulas et les pieds laissent envisager que celui-ci, de type cercueil chevillé ou coffrage, a pu être calé sur des rondins ou des planches en bois. Lors de la décomposition de ces éléments périssables, le fond se serait brisé selon des lignes de fracture approximativement perpendiculaires par rapport à l’axe longitudinal en créant un « effet de plaques » (Duday, 2005, p. 70-71 ; Réveillas et alii, 2012).
La dislocation du bloc crânio-facial, en face inférieure, et de quelques vertèbres thoraciques peuvent être liées à la décomposition d’un élément périssable soutenant la tête.

251Datation
HMA probable.

SEP 2369, groupe funéraire 13 (fig. 34)

252Architecture et plan de la fosse
Fosse rectangulaire à fond plat et aux angles arrondis installée dans le substrat lœssique. Parois verticales à évasées. Le pourtour supérieur de la fosse comporte une banquette. Un petit moellon de grès gris se trouve à l’angle nord– ouest. Dimensions : 80 à 110 x 30 à 41 x 25 cm.

253Position du squelette
Approximativement ouest-est, tête à l’ouest. Il est sur le dos avec le membre supérieur et inférieur gauches en extension, le membre supérieur et inférieur droits en légère flexion.

254Observations biologiques
Représentation correcte, conservation assez bonne du squelette. Sujet décédé à moins d’un an.
Pathologies osseuses : appositions périostées sur l’os frontal. Pathologies dentaires : néant.

255Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des vertèbres cervicales et de la main droite. Les volumes du gril costal et du bassin ne sont pas conservés.
Indices de décomposition en espace vide : l’extrémité latérale de la clavicule sort du volume corporel, les connexions scapulohumérales ne sont pas maintenues. Le tibia gauche a effectué une légère rotation latérale.
Effets de contrainte sur le crâne, en face supérieure, la clavicule droite, verticalisée, la scapula droite, en face latérale et les humérus, en face antéro-latérale.

256Interprétation
Dépôt primaire. Colmatage différé.
La disposition du crâne suggère l’existence d’un contenant à parois rigides. Le maintien en équilibre du radius gauche et les effets de contrainte sur la scapula et la clavicule droites et sur les humérus peuvent être dus à la présence d’un vêtement ou d’un textile (Buquet-Marcon et alii, 2009). L’absence des pieds résulte peut-être de l’action d’animaux fouisseurs.

257Datation
viie-xiie siècles d’après le mobilier céramique contenu dans le comblement.

SEP 2370, groupe funéraire 13 (fig. 35)

258Architecture et plan de la fosse
Rectangulaire aux angles arrondis, elle est installée dans le substrat lœssique. Les parois sont verticales, le fond est plat.
Dimensions : 151 x 60 x 33 cm.

259Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest-est, tête à l’ouest, le défunt repose sur le dos. La position des membres supérieurs et inférieurs ne peut pas être précisée.

Image 10000000000001FC000002D8B7388E8E1E139D6E.jpg

Fig. 34.Vue de la sépulture 2369. © A. Latron Colecchia.

260Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation du squelette.
Sujet décédé entre 1 et 9 ans.
Pathologies osseuses : face endocrânienne de l’os frontal « bosselée » : indice d’hypertension infra-crânienne (H. Duday, communication personnelle).
Pathologies dentaires : 3/8 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail (stades 1 et 2).

261Description
Absence de connexions labiles. Les volumes du thorax et du bassin ne sont pas conservés.
Le squelette est affecté par de nombreux déplacements ; les indices d’espace vide sont fournis par la sortie du volume du corps du bloc crânio-facial, en face inférieure et de la mandibule, en face inférieure située postérieurement au crâne, des épiphyses proximales de l’humérus, du radius et de l’ulna gauches, du radius et de l’ulna droits et des fémurs qui ont migré près de l’épiphyse distale de l’humérus droit. Les pieds sont également disloqués, le gauche, partiellement en connexion, est posé en avant du tibia et de la fibula homolatéraux, le droit est déplacé en direction des dernières côtes gauches.
Des dislocations importantes interviennent également à l’intérieur du volume corporel avec un déplacement de plusieurs ossements vers la droite du squelette ; il s’agit des vertèbres cervicales et thoraciques, des iliums dont le droit repose dans le volume de l’hémi-thorax homolatéral.
Des effets de délimitation linéaire sont visibles sur les deux côtés, à droite entre l’humérus, l’ulna, l’extrémité distale du fémur droit et l’épiphyse distale de la ibula ; à gauche entre le crâne, l’humérus, le sacrum et le pied.

Image 10000000000001C2000002DD4D9E0D6EA80C5AC7.jpg

Fig. 35. Vue de la sépulture 2370. © A. Latron Colecchia.

262Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
Les dislocations d’os à l’intérieur de l’espace corporel et les effets de délimitation linéaire observés sont en relation avec les parois d’un contenant. Les dislocations subies par le squelette peuvent être liées à la fracturation du fond de ce réceptacle qui devait poser sur des éléments de calage en matériau périssable ; lors de la décomposition de ceux derniers, le fond se serait fracturé en entraînant les mouvements décrits (Duday, 2005, p. 70-71 ; Réveillas et alii, 2012). Cependant, on ne peut pas exclure qu’une partie de ces dislocations ait été provoquée par la circulation d’animaux fouisseurs dans la tombe ou encore par l’ennoiement de celle-ci (Duday, 2005, p. 71 ; Gleize et alii, 2010).

263Datation
HMA probable.

Image 10000000000001B2000002DC5333FE45A99DC56D.jpg

Fig. 36. Vue d’ensemble des sépultures 2373 et 2594. © A. Latron Colecchia.

SEP 2373, groupe funéraire 13 (fig. 36)

264Architecture et plan de la fosse
Contiguë à la sépulture 2594 ; au nord, la fosse est installée dans le substrat lœssique. Rectangulaire aux angles arrondis, ses parois sont évasées à verticales. Le fond, irrégulier en cuvette, est moins profond au niveau de la tête. Dimensions : 170 x 30 à 43 x 21 cm.

265Position du squelette
Approximativement ouest-est, tête à l’ouest. Il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension et les genoux et les pieds joints.

266Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation du squelette. Sujet masculin décédé entre 20 et 49 ans. Pathologies osseuses : exostose fibula gauche en face médio antérieure au niveau de la moitié distale. Enthésopathies légères fémurs, tibia gauche, patellas ; moyennes tibia droit, calcanéus droit et gauche, vertèbre thoracique 3 ; importantes vertèbres thoraciques T4 à T12. Nodules de Schmorl de taille réduite à moyenne de T6 à T12.
Pathologies dentaires : 5/24 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail (stades 1 et 2). 7/24 dents observables avec des caries, dont une présentant une atteinte de stade 3. Dépôts moyens à importants de tartre sur les incisives et les canines. Usure moyenne à importante.

267Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des mains. Le volume du bassin est conservé.
Sur le côté droit, l’extrémité distale de l’ulna et trois phalanges de la main sont sorties du volume du corps. Le crâne a basculé partiellement en direction de la paroi septentrionale du creusement ; l’extrémité latérale de la clavicule droite est en avant de la tête humérale droite. Les patellas sont tombées et se situent à proximité du fémur droit.
Des effets de contrainte sont visibles sur le bloc crânio-facial (dont la bascule en arrière a été bloquée par la paroi), la scapula droite, en face antéro-latérale et les humérus, en face antérolatérale, qui sont maintenus dans cette position par le contact contre les parois de la fosse.

268Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition selon un colmatage différé
L’exiguïté du fond de la fosse ainsi que le contact du crâne, des membres supérieurs, des mains, des os de la jambe droite et des pieds contre les parois de la tombe attestent que le défunt a été déposé à l’intérieur d’une fosse étroite. L’espace vide a vraisemblablement été maintenu au moyen d’un couvercle en bois. Les contraintes observées sont en rapport avec l’étroitesse et la forme du fond du creusement.

269Datation
viie-xe siècles d’après le mobilier céramique contenu dans le comblement.

SEP 2375, groupe funéraire 13 (fig. 37)

270Architecture et plan de la fosse
De plan rectangulaire irrégulier aux angles arrondis, la fosse entaille le substrat lœssique. Elle possède des parois verticales à légèrement évasées et un fond plat qui a conservé des traces de sédiment foncé de part et d’autre du squelette. Deux trous de poteau ont été découverts aux angles sud-ouest et nord-est. Dimensions : 201 à 220 x 65 à 84 x 39 cm.

271Position du squelette
Orienté d’ouest en est, tête à l’ouest, il est sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension.

272Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation du squelette.
Sujet masculin décédé à plus de 40 ans.
Pathologies osseuses : cal de consolidation d’une fracture sur une côte gauche. Arthrose légère (talus/naviculaires ; cavités glénoïdes), modérée (corps des vertèbres cervicales et lombaires) et importante (scaphoïde/trapézoïde et métacarpien/phalange proximale de rang I gauches). Enthésopathies moyennes à importantes (membres inférieurs, vertèbres thoraciques). Nodules de Schmorl de petite taille T11 et T12.
Pathologies dentaires : 3/7 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail (stade 1). 7/11 dents observables avec des caries, dont une de stade 3 et une de stade 4. Importants dépôts de tartre sur les dents mandibulaires droites, les incisives et les canines supérieures et inférieures. Neuf pertes dentaires ante mortem.

273Description
Présence de connexions labiles au niveau des vertèbres cervicales et de la main droite. Les volumes du thorax et du bassin ne sont pas conservés.
Indices de décomposition en espace vide : trois côtes, la clavicule gauche, la main gauche, les tibias, la fibula gauche et quelques métatarsiens et phalanges du pied gauche sont sortis du volume corporel. Des déplacements importants se sont produits également à l’intérieur du volume du corps au niveau des côtes, du rachis, du sacrum et des os coxaux.
Effet de contrainte sur la clavicule droite, verticalisée.
Un effet de délimitation linéaire est lisible sur le côté gauche entre une côte sortie du volume, trois côtes déconnectées, l’épiphyse distale de l’ulna et du tibia et le deuxième métatarsien.

Image 10000000000001EE000002BCFB85FCA3769BD1B5.jpg

Fig. 37. Vue de la sépulture 2375. © A. Latron Colecchia.

274Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide. L’effet d’alignement sur le côté gauche ainsi que les traces ligneuses découvertes de part et d’autre du squelette indiquent que le corps a été déposé à l’intérieur d’un contenant périssable. Le déplacement des tibias et des fibulas pourrait être en relation avec la décomposition du fond du contenant ; celui-ci pouvant vraisemblablement avoir été surélevé par des rondins en matériau périssable, la dissolution des éléments de calage a provoqué la fracture du plancher du réceptacle selon une ligne de fracture parallèle à l’axe longitudinal (Duday 2005, p. 70-71 ; Réveillas et alii, 2012). Ces mêmes déplacements pourraient également être en relation avec la décomposition d’une couche de matériaux périssables (tels des textiles ou des nattes végétales…) posés en arrière du corps.
Si une partie des déplacements osseux peut être attribuée à la circulation d’animaux fouisseurs, la dislocation des trois premières côtes et de la clavicule gauches partiellement en avant de l’extrémité proximale de l’humérus homolatéral et d’une côte en avant de l’ilium droit semblent en rapport avec l’ennoiement consécutif à la fluctuation de la nappe phréatique (Duday, 2005, p. 71 ; Gleize et alii, 2010).
La verticalisation de la clavicule droite peut être liée à l’enveloppement du défunt, cependant, la zone thoracique présentant de nombreuses dislocations pouvant avoir des origines différentes (cf. supra), cette hypothèse doit être nuancée.
Une boucle de ceinture en fer découverte en avant du sacrum, en situation fonctionnelle, attesterait que ce sujet était probablement habillé.
Les deux trous de poteaux découverts sur le fond de la fosse peuvent avoir maintenu des éléments verticaux, dont la fonction précise reste ignorée, mais peut être liée à la signalisation de la tombe.

275Datation
Le type de boucle de ceinture découvert sur le défunt est utilisé entre le vie et le milieu du viie siècle (cf. IV.1.3.1).
HMA, entre le viie et le xe siècle, d’après le mobilier céramique découvert dans le comblement.

SEP 2376, groupe funéraire 13

276Chronologie du dépôt
La tombe a livré les squelettes de deux défunts, l’un (US 23762) découvert dans le comblement supérieur, l’autre (US 23763) sur le fond de la tombe. Les deux individus sont séparés par une couche de sédiment d’une épaisseur comprise entre 10 et 20 cm.

US 23762 (fig. 38)

277Architecture et plan de la fosse
La tombe entaille la partie supérieure du comblement limoneux d’une fosse rectangulaire aux angles arrondis, creusée dans le substrat lœssique. Elle possède des parois à peu près verticales, à l’exception de la paroi ouest, légèrement surélevée, et des banquettes sur presque tout le pourtour supérieur de la fosse.
Dimensions : 196 à 210 x 53 à 65 x 30 cm.

Image 1000000000000169000002E8B11F70CA6BA033A5.jpg

Fig. 38.Vue de la sépulture 2376, individu A. © A. Latron Colecchia.

278Position du squelette
Orienté d’ouest en est, la tête à l’ouest, le défunt repose sur le dos avec les membres supérieurs fortement fléchis et ramenés sur le thorax et les membres inférieurs en flexion en direction de la paroi sud. Le bloc crânio-facial du sujet US 23763 est apparu contre la paroi ouest à proximité de la tête du défunt.

279Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation du squelette.
Sujet décédé entre 5 et 14 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : 23/23 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail, dont huit stade 3.

280Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des mains. Le volume du gril costal n’est pas maintenu.
Indices d’espace vide : sortie de plusieurs métatarsiens droits et gauches en dehors du volume initial. Rotation du fémur droit en face médio-postérieure.
Le bloc crânio-facial, en face antéro-latérale gauche avec une composante supérieure, est en contact avec la paroi occidentale de la fosse ; la verticalisation des clavicules est induite par la position des membres supérieurs. Des effets de contrainte s’exercent, sur le côté gauche, sur la scapula, en face latérale, l’humérus, en équilibre en face latérale, l’ilium, en face latéro-postérieure, posé de chant contre le bord latéral gauche du sacrum. Le corps sternal est posé de chant, partiellement en équilibre, en avant des premières côtes droites.

281Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition probable en espace vide.
Le contact du crâne et du côté droit du squelette contre la paroi méridionale de la fosse permet d’exclure la présence d’un contenant ; le défunt a probablement été placé à l’intérieur de cette fosse scellée par un couvercle en bois.
Les effets de contrainte enregistrés sur le bloc crânio-facial sont liés à la morphologie de la fosse.

282Datation
HMA probable.

US 23763 (fig. 39)

283Architecture et plan de la fosse
Elle entaille le lœss. La fosse est rétrécie vers le fond qui est globalement plat, à l’exception du côté ouest, surélevé au niveau de la tête du défunt. Les parois verticales s’évasent vers le sommet. Des petites encoches ont été détectées sur les parois occidentale et orientale. Dimensions : 196 à 210 x 53 à 65 x 30 cm.

284Position du squelette
Orienté d’ouest en est avec la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension. Le bloc crânio-facial est déplacé contre la paroi ouest de la fosse, moins profondément enfoui par rapport au squelette.

285Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation du squelette. Sujet féminin décédé à plus de 40 ans.
Pathologies osseuses : arthrose légère (vertèbres lombaires) et importante (triquetrum/pisiforme gauches ; facettes des vertèbres T9 à T11). Enthésopathies légères (vertèbres lombaires). Nodule de Schmorl de taille importante sur la dernière vertèbre lombaire.
Pathologies dentaires : 0/7 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail. 3/7 dents observables avec des caries (stades 1 et 2). Usure importante.

286Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des mains, des patellas et, sur le pied droit, des métatarsiens et des phalanges. Le volume du gril costal et du bassin ne sont pas conservés.
Indices d’espace vide : sortie de trois phalanges de la main gauche, du premier métatarsien et des cuboïdes gauches hors du volume du corps. Le fémur droit a effectué une légère rotation. L’installation du défunt US 23762 a provoqué le déplacement du crâne et des cinq premières vertèbres cervicales ; la mandibule est absente.
Des effets de contrainte sont exercés par les bords du creusement sur les clavicules, partiellement verticalisées, les scapulas et les humérus, en face latérale ou antéro-latérale.

Image 10000000000001400000030B5E358094A1D8461C.jpg

Fig. 39. Vue de la sépulture 2376, individu B. © A. Latron Colecchia.

287Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
Le contact des os longs contre les parois du creusement atteste que ce sujet n’a pas été déposé dans un contenant, mais à l’intérieur de la fosse qui était vraisemblablement scellée par un couvercle en matériau périssable. Les effets de contrainte décrits peuvent être liés à l’exiguïté de la fosse.

288Datation
L’analyse radiocarbone a permis de dater cette sépulture entre 635 et 772 avec 95,4 % de probabilités (GrN-30707).

289Conclusion
Les perturbations décrites pour le squelette US 23763 indiquent un échelonnement des inhumations ; l’installation de l’individu US 23762 dans le comblement supérieur de la fosse montre que celle-ci était connue et marquait encore le paysage.

SEP 2378, groupe funéraire 13 (fig. 40)

290Architecture et plan de la fosse
Contiguë à la sépulture 2573, au sud, la fosse entaille partiellement le bord supérieur de la paroi méridionale de la sépulture 2379 et s’installe dans le comblement du silo 2587. De plan rectangulaire aux angles un peu arrondis, elle possède des parois à peu près verticales et un fond plat. Un liseré de sédiment plus foncé a été détecté entre la paroi méridionale et le squelette ; des traces de ce même sédiment étaient visibles sur le fond de la fosse le long du côté gauche. Dimensions : 156 x 67 x 30 cm.

291Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est avec la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension.

292Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation.
Sujet décédé entre 5 et 14 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : 10/22 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail (stades 1 à 3). Dépôts de tartre d’épaisseur moyenne.

Image 100000000000019C000002F691B8E81073505E4A.jpg

Fig. 40. Vue de la sépulture 2378. © A. Latron Colecchia.

293Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des mains, de la patella droite et de quelques phalanges du pied gauche. Le volume du thorax est partiellement conservé.
Indices d’espace vide : sur le côté gauche, l’épiphyse proximale du radius et la patella sont sorties du volume du corps.
Effet de contrainte sur le bloc crânio-facial (en face supérieure), la clavicule droite (en oblique), les scapulas (en face antérolatérale) et les métatarsiens gauches.
Effets de délimitation latérale sur le côté droit entre le membre supérieur, la main et le pied qui sont en contact avec la limite méridionale du creusement ; sur le gauche entre le radius, la main et le pied.

294Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
Les traces ligneuses découvertes dans la tombe ainsi que l’effet de délimitation linéaire sur le côté gauche du squelette attestent que cet individu a été déposé à l’intérieur d’un contenant à parois rigides.
L’effet de contrainte concernant la tête est vraisemblablement occasionné par le contact avec la paroi du contenant.

295Datation
La tombe est postérieure à la sépulture 2379 et au silo 2587.
HMA probable.

SEP 2379, groupe funéraire 13 (fig. 41)

296Architecture et plan de la fosse
De plan rectangulaire aux angles arrondis, la fosse présente une loge céphalique dans sa paroi sud-ouest ; son bord sud-ouest est très légèrement endommagé par la sépulture 2378. Les parois, verticales, s’évasent vers le sommet et forment une banquette sur le pourtour de la fosse. Le fond, irrégulier, possède un léger surcreusement en gouttière. Dimensions : 170 à 198 x 37 à 59 x 45 cm.

297Position du squelette
Orienté de sud-ouest à nord-est, la tête au sud-ouest, il repose sur le dos au fond de la fosse. Le membre supérieur droit et les membres inférieurs sont en extension ; le membre supérieur gauche est légèrement léchi, avec l’avant-bras posé en avant de l’os coxal homolatéral. Les calcaneus sont en contact.

298Observations biologiques
Bonne représentation, assez bonne conservation du squelette. Sujet féminin décédé à plus de 30 ans.
Pathologies osseuses : quatre séquelles de coup porté sur l’os frontal côté gauche, cicatrisés : lésions longilignes de 8, 6, 15 et 21 mm de longueur de la partie médiale à la partie latérale de l’os. Réactions périostées en périphérie. Spondylolyse au niveau de la cinquième vertèbre lombaire. Arthrose légère (épaule gauche, poignet droit, occipital/atlas, vertèbres thoraciques et lombaires). Enthésopathies légères (vertèbres thoraciques), moyennes à importantes (ulnas, membres inférieurs).
Pathologies dentaires : 8/25 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail (stades 1 et 2). 1/32 dents observables avec une carie (stade 2). Dépôts de tartre modérés à importants. Usure moyenne à marquée.

Image 10000000000001FC000002AA55491B4E20B5A668.jpg

Fig. 41. Vue de la sépulture 2379. © A. Latron Colecchia.

299Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des vertèbres cervicales, la main gauche, les patellas et, sur le pied droit, des métatarsiens avec les phalanges, ainsi que des phalanges entre elles. Les volumes du gril thoracique et du bassin sont maintenus. Indices d’espace vide : les extrémités scapulaires des clavicules ainsi qu’une phalange moyenne de la main droite sont sorties du volume corporel.
Effet de contrainte sur le bloc crânio-facial (en face antéro-supérieure), les clavicules (verticalisées), les scapulas (jointes au niveau de leur bord médial), les humérus (le droit en face antéro-latérale, le gauche latérale) et les pieds (en équilibre en face dorso-médiale). La tête, les vertèbres cervicales, les membres supérieurs, les métatarsiens et les phalanges des pieds sont surélevés par rapport au restant du squelette.

300Interprétation
Dépôt primaire. Colmatage différé.
La butée de la tête et des os longs contre les parois de la tombe montre que le défunt a été déposé à l’intérieur de cette fosse étroite de type anthropomorphe probablement scellée par un couvercle.
Le colmatage progressif et l’exiguïté de l’espace ont permis le maintien des volumes de la cage thoracique et du bassin ; les effets de contrainte décrits sont probablement en rapport avec l’étroitesse de la fosse.

Image 10000000000001C0000002ABD5F54C009830A221.jpg

Fig. 42.Vue de la sépulture 2380. © A. Latron Colecchia.

301Datation
Tombe antérieure à la sépulture 2378.
HMA probable.

SEP 2380, groupe funéraire 13 (fig. 42)

302Architecture et plan de la fosse
Elle s’installe dans le comblement supérieur de la sépulture 2595. Les limites du creusement n’ont pas été détectées, aucune différence n’étant apparue entre le sédiment encaissant et celui du remplissage. Le squelette se situe à environ 22 cm au-dessus du fond de la fosse de la sépulture 2595. Dimensions : ? x ? x 6 cm.

303Position du squelette
Disposé d’ouest en est avec la tête à l’ouest, il est sur le dos et le côté gauche avec le membre supérieur droit et les membres inférieurs légèrement fléchis ; le pied droit est partiellement superposé en avant du gauche. La position du membre supérieur gauche ne peut pas être renseignée, les ossements n’étant plus en place. Le squelette repose sur un niveau plat.

304Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation du squelette.
Sujet décédé à moins d’un an.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : néant.

305Description
Présence de connexions labiles : il s’agit de la main droite. Les volumes du thorax et du bassin ne sont pas conservés.
Plusieurs ossements sont sortis du volume corporel : il s’agit de la face antérieure du bloc cranio-facial, des extrémités proximales de l’ulna et du radius gauches, d’un fragment de côte et de la fibula gauche. Le fémur gauche a effectué une rotation et apparaît en face postérieure.
Des effets de contrainte sont notés sur le bloc crânio-facial, en face supérieure et la clavicule gauche, verticalisée qui repose postérieurement par rapport au crâne.

306Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
La position de la tête en équilibre peut résulter de l’appui de celle-ci contre la paroi d’un contenant ou être en relation avec l’enveloppement du cadavre ; les limites du creusement n’étant pas nettement visibles, il n’est pas possible de trancher en faveur de l’une ou de l’autre hypothèse.

307Datation
La tombe est postérieure au silo 2587 et à la sépulture 2595.
HMA, viiie-xe siècles, d’après le mobilier céramique issu du comblement.

SEP 2381, groupe funéraire 13 (fig. 43)

308Architecture et plan de la fosse
Elle a été creusée dans le lœss. La partie supérieure de la paroi sud-ouest a été endommagée par la tombe 2379. La fosse est rectangulaire avec un fond plat accusant une pente d’environ 5 cm en direction nord-ouest ; les parois ont un profil oblique. Un ressaut entaille la partie supérieure des parois sud et nord. Dimensions : 98 x 56 à 33 x 31 cm.

309Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est, la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension ; les membres supérieurs s’écartent du corps.

310Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation du squelette.
Sujet décédé entre 0 et 4 ans.
Pathologies osseuses : lésions serpigineuses en face endocrânienne des os pariétaux, de l’os frontal et de l’os occipital, accompagnées d’appositions périostées plus (os occipital) ou moins (os frontal) importantes : indices de maladie pulmonaire. Pathologies dentaires : néant.

311Description
Préservation de connexions labiles : il s’agit des mains. Les volumes ne sont pas conservés.
Indices d’espace vide : le bloc crânio-facial (en face supérieure, la face tournée vers la paroi en direction ouest), l’épiphyse distale de l’ulna droite et l’ilium gauche sont en dehors du volume initial ; déplacement de l’ilium droit en face postérieure, rotation du membre inférieur droit en face médiale.
Effet de contrainte sur le bloc crânio-facial (en face supéro-postérieure).

312Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
Le crâne, l’ulna et la main droite étant en contact avec la paroi méridionale du creusement, la présence d’un contenant peut être écartée ; le défunt a été inhumé à l’intérieur de cette fosse quadrangulaire scellée par un couvercle. Le déplacement du crâne peut être imputé à la circulation d’animaux fouisseurs.

313Datation
La tombe est antérieure à la sépulture 2379.
HMA probable.

Image 10000000000001C1000002C1F91342047C6A2535.jpg

Fig. 43. Vue de la sépulture 2381. © A. Latron Colecchia.

SEP 2398, groupe funéraire 13 (fig. 44)

314Architecture et plan de la fosse
Les limites de la fosse ne sont pas nettes ; de plan rectangulaire, elle a été creusée partiellement dans le lœss et dans un limon brun. Les parois conservées sont évasées ; le fond, assez irrégulier, accuse une pente douce d’environ 4 cm du crâne au sacrum. Dimensions : 91 x 24 à 33 x 9 cm.

315Position du squelette
Disposé d’ouest en est avec la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en légère flexion ; les mains sont placées en avant du bassin. Les genoux sont très rapprochés.

316Observations biologiques
Bonne représentation, conservation moyenne du squelette. Sujet décédé entre 1 et 4 ans.
Pathologies osseuses : lésions serpigineuses endopariétales droites : indices de maladie pulmonaire (Hershkovitz et alii, 2002).
Pathologies dentaires : néant.

317Description
Présence de connexions labiles : il s’agit de la main droite. Le volume du thorax et du bassin ne sont pas conservés.
Indices d’espace vide : sortie de l’épiphyse proximale de l’ulna et d’une phalange médiale de la main en dehors du volume du corps.
Des déplacements sont intervenus également à l’intérieur de l’espace corporel, telle la dislocation de l’ilium droit qui repose en face postérieure en avant de l’avant-bras homolatéral.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial, en face antéro-supérieure, la clavicule gauche, verticalisée, et les humérus, en face antéro-latérale.

318Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
Le contact des os contre les limites inférieures du creusement accréditent l’hypothèse du dépôt du corps à l’intérieur d’une fosse étroite peut-être scellée par un couvercle en matériau périssable. La bascule de la tête vers la paroi ouest a pu être empêchée par le contact contre cette limite ; les contraintes enregistrées sur les humérus et la clavicule gauche sont vraisemblablement en relation avec l’étroitesse de la fosse.

319Datation
HMA probable.

SEP 2427, groupe funéraire 13 (fig. 45)

320Architecture et plan de la fosse
Située à proximité de la sépulture 2375, au nord, elle entaille le substrat lœssique. Il s’agit d’une petite dépression naturelle aux contours mal identifiés qui a été aménagée de manière à présenter un plan à peu près rectangulaire aux angles arrondis ; le profil des parois est évasé, le fond globalement plat sauf en arrière des tibias, des fibulas et des pieds où l’on remarque un creusement en cuvette pouvant correspondre à la galerie d’un terrier. Dimensions : 115 x 48 à 33 x 9 cm.

Image 10000000000001C1000002E5F37691D4F1D07BCD.jpg

Fig. 44. Vue de la sépulture 2398. © A. Latron Colecchia.

321Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est avec la tête à l’ouest, le défunt est sur le dos avec le membre supérieur gauche et les membres inférieurs en extension ; le membre supérieur droit, faiblement écarté du corps, est en légère flexion ; les genoux sont rapprochés.

322Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation du squelette.
Sujet décédé entre 1 et 4 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : 3/3 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail (stade 3).

323Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des vertèbres cervicales et de la main droite. Les volumes ne sont pas conservés.
Absence d’indices d’espace vide : la sortie d’un métatarsien droit et du tibia gauche hors du volume corporel semblent en rapport avec l’existence d’un terrier.
Effets de contrainte sur la scapula droite en face latéro-antérieure et sur l’humérus gauche, en face postérieure légèrement latérale.
La dislocation des tibias, des fibulas et des pieds est liée au creusement d’un terrier et à la circulation d’animaux fouisseurs à cet endroit.

Image 10000000000001C8000002937AEC31237F33CF2B.jpg

Fig. 45.Vue de la sépulture 2427. © A. Latron Colecchia.

324Interprétation
Dépôt primaire. Espace de décomposition indéterminé.
Aucun argument archéologique ou taphonomique ne permet d’avancer d’hypothèse convaincante.

325Datation
HMA probable.

SEP 2488, dispersée (fig. 46)

326Architecture et plan de la fosse
Creusée dans le lœss, la fosse est proche de la SEP 2489, au sud-est. Elle possède un plan rectangulaire aux angles arrondis et des parois verticales qui s’évasent légèrement vers la partie sommitale ; le fond accuse une pente légère d’ouest en est. Dimensions : 166 à 185 x 39 à 50 x 39 cm.

Image 1000000000000179000003098AAD393977374CBA.jpg

Fig. 46. Vue de la sépulture 2488. © A. Latron Colecchia.

327Position du squelette
Orienté d’ouest en est, la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension ; les bras sont ramenés contre le corps, les genoux et les pieds sont en contact.

328Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation du squelette.
Sujet masculin décédé à plus de 30 ans.
Pathologies osseuses : arthrose légère (coude droit, vertèbres thoraciques et lombaires). Enthésopathies légères (tibias et calcanéus), moyennes à importantes (vertèbres thoraciques). Nodules de Schmorl de petite taille (T11 à L5), moyenne (T10) et importants (T7 à T9).
Pathologies dentaires : 14/27 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail (stade 1). 7/30 dents observables avec des caries dont une de stade 4. Léger tartre. Usure limitée. Deux pertes dentaires ante mortem.

329Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des mains. Le volume du gril costal est conservé.
Indices d’espace vide : sortie du volume du corps des extrémités latérales des clavicules, de la tête fémorale et de la patella gauches. Les fémurs ont effectué une rotation, le gauche en face médiale, le droit en face médio-postérieure.
Effets de contrainte sur les clavicules, verticalisées, et les humérus, en face latérale. La patella droite, posée de chant en équilibre, est en appui contre la paroi méridionale du creusement.

330Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
L’exiguïté de la fosse et les effets de butée des ossements contre les parois permettent d’exclure la présence d’un contenant. Le défunt a été inhumé dans une fosse étroite dont l’espace vide a été maintenu par un couvercle.

331Datation
HMA probable.

SEP 2489, dispersée (fig. 47)

332Architecture et plan de la fosse
La fosse est rapprochée de la sépulture 2488 située au nord-ouest. Le creusement, de plan quadrangulaire aux angles arrondis, entaille le substrat lœssique. Les parois sont évasées, le fond est globalement plat, en pente douce d’ouest en est. Dimensions : 95 x 65 x 12 cm.

333Position du squelette
Disposé approximativement d’ouest en est, la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec les membres supérieurs écartés du corps, le droit en extension, le gauche en légère flexion. Les déplacements qui affectent les membres inférieurs ne permettent pas de déterminer leur position d’origine.

334Observations biologiques
Bonne représentation, conservation moyenne du squelette. Sujet décédé à moins d’un an.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : néant.

Image 10000000000001FB00000177ECEBF75033E326B1.jpg

Fig. 47.Vue de la sépulture 2489. © A. Latron Colecchia.

335Description
Présence de connexions labiles : il s’agit de la main droite. Les volumes du thorax et du bassin ne sont pas conservés.
Indices d’espace vide : la fibula et le tibia droits sont sortis du volume corporel. De nombreuses dislocations affectent notamment le rachis vertébral et la moitié inférieure du squelette.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial, en face supérieure, la scapula gauche, en face latéro-antérieure et les humérus en face antéro-latérale.

336Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
Aucun argument ne permet de savoir si le défunt a été déposé dans un contenant ou s’il a été inhumé à l’intérieur d’une fosse pourvue d’un élément de couverture périssable.
La position du radius droit, en équilibre, et des humérus, le gauche légèrement surélevé, laisse supposer l’enveloppement du corps dans un linceul ou un tissu (Buquet-Marcon et alii, 2009).

337Datation
HMA probable.

SEP 2518, sépulture dispersée (fig. 48)

338Architecture et plan de la fosse
Installée dans le lœss, la fosse utilise une petite dépression naturelle aménagée, de plan approximativement rectangulaire aux angles arrondis ; les parois sont évasées et le fond, en légère pente d’ouest en est, est globalement plat. La paroi septentrionale est recoupée par l’installation de la tombe de l’individu 2596. Dimensions : approximativement 123 x 31 x 11 cm.

339Position du squelette
Orienté d’ouest en est, la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec le membre supérieur droit et les membres inférieurs en extension.

340Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation du squelette.
Sujet décédé entre 0 et 4 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : néant.

341Description
Absence de connexions labiles ; cependant, la logique anatomique est respectée. Les volumes du gril thoracique et du bassin ne sont pas conservés.
Indices d’espace vide : sortie du volume initial de plusieurs ossements. Il s’agit de quelques côtes droites et gauches, de l’épiphyse proximale de l’ulna et de la fibula gauches, des os du tarse et de métatarsiens des deux pieds. Ces déplacements peuvent être en rapport avec des animaux fouisseurs ou avec les labours. L’humérus droit est en face postérieure. L’humérus gauche est absent.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial, en face supéro-antérieure secondairement latérale gauche.

Image 10000000000001E6000002FABB2F896C429C529F.jpg

Fig. 48. Plan des sépultures 2518 et 2596. DAO : J.-M. Richard.

342Interprétation
Dépôt primaire. Espace de décomposition indéterminé.
Aucun argument ne peut être avancé pour la discussion : en effet, les limites de la tombe n’étant pas clairement identifiées, il est impossible de savoir si le maintien du crâne en face supéro-antérieure résulte de l’appui contre la paroi d’un contenant ou de l’enveloppement du cadavre. L’absence de l’humérus gauche peut s’expliquer par l’installation de la sépulture 2596.

343Datation
HMA probable.

SEP 2524, groupe funéraire 13 (fig. 49)

344Architecture et plan de la fosse
De plan approximativement rectangulaire aux angles arrondis, la fosse a été creusée dans le substrat lœssique. Les parois sont verticales à évasées ; le fond, assez plat, montre un pendage d’environ 20 cm d’est en ouest, des pieds en direction du thorax. Une légère surélévation est observée à l’emplacement supposé de la tête. La paroi méridionale de la fosse a été légèrement endommagée par l’installation du silo 2491. Dimensions : 121 x 48 x 19 cm.

345Position du squelette
Une partie très importante du squelette a été détruite accidentellement par la mini-pelle. Disposé approximativement d’ouest vers est avec la tête à l’ouest, le défunt repose sur le dos avec les membres inférieurs en extension ; les genoux et les pieds sont joints.

346Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation du squelette.
Sujet décédé entre 5 et 9 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : néant.

347Description
Absence de connexions labiles ; la logique anatomique est respectée. Le volume de l’hémi-thorax gauche n’est pas conservé. Effet de contrainte sur le crâne qui apparaissait en face supérieure.

348Interprétation
Dépôt primaire. Espace de décomposition indéterminé.

349Datation
La tombe est antérieure au silo 2491.
HMA, viie-xiie siècle, d’après le mobilier céramique issu du comblement du silo.

SEP 2529, groupe funéraire 13 (fig. 50)

350Architecture et plan de la fosse
Creusée dans le lœss, la fosse possède un plan approximativement rectangulaire aux angles arrondis et des parois verticales ; elle est pourvue d’une loge céphalique. Le fond, qui comporte un surcreusement médian, accuse un pendage ouest-est d’environ 5 cm de la tête en direction des pieds. La partie supérieure des parois nord et sud comporte une banquette. Le bord oriental de la fosse est détruit par l’installation du silo 2429. Dimensions : 165 x 45 à 53 x 35 cm.

351Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est, la tête à l’ouest, le squelette repose sur le dos avec le membre supérieur gauche et les membres inférieurs en extension ; le membre supérieur droit, écarté du corps, est légèrement fléchi avec la main posée en arrière de l’épiphyse proximale du fémur homolatéral. Les genoux et les pieds sont joints.

Image 10000000000001830000030A2CA3ACF0AE808AC0.jpg

Fig. 49. Vue de la sépulture 2524. © A. Latron Colecchia.

352Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation du squelette.
Sujet décédé entre 15 et 19 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : 10/20 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail (stades 1 et 2).
6/28 dents observables avec des caries, dont deux de stade 3 et une de stade 4.

353Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des vertèbres cervicales, des mains, des patellas et de plusieurs métatarsiens avec les premières phalanges du pied gauche. La morphologie du fond de la fosse a permis la conservation du volume du bassin. Absence d’indices d’espace vide. Les fémurs ont effectué une légère rotation.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial, en face supéroantérieure, les clavicules, partiellement verticalisées, les scapulas, en face antéro-latérale, et les humérus (le droit en face latérale et le gauche en face antérieure avec une légère composante latérale).

Image 10000000000001E40000030A552B8C2B0DC67CFE.jpg

Fig. 50. Vue de la sépulture 2529. © A. Latron Colecchia.

354Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide possible.
La butée des membres supérieurs contre les parois du creusement permet d’exclure la présence d’un contenant. Le défunt a été inhumé dans une fosse étroite de type anthropomorphe probablement pourvue d’un couvercle.
Les contraintes enregistrées sur la moitié supérieure du squelette sont en rapport avec la forme du fond de la fosse (les scapulas et les humérus) et la surélévation du crâne par la logette (crâne et clavicules).

355Datation
Sépulture antérieure au silo 2429 daté des viiie-xiie siècles.
HMA probable.

SEP 2530, groupe funéraire 13 (fig. 51)

356Architecture et plan de la fosse
Creusée dans le lœss, la tombe est située à proximité de la sépulture 2524, au sud-est. Elle est coupée à l’ouest par l’installation du silo 2536. Conservée sur une faible profondeur, elle devait avoir un plan rectangulaire ; le profil des parois n’est pas connu. Le fond, plutôt plat, accuse une pente d’environ 7 cm d’est en ouest, des pieds vers le thorax. Dimensions : 50 x 33 x 6 cm.

357Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est avec la tête à l’ouest, il est sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension. Le membre supérieur et la main gauches sont ramenés contre le corps, les pieds sont rapprochés.

358Observations biologiques
Représentation moyenne, bonne conservation du squelette.
Sujet décédé à moins d’un an.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : néant.

Image 10000000000001EE0000030AF512AE521D82C320.jpg

Fig. 51. Vue de la sépulture 2530. © A. Latron Colecchia.

359Description
Absence de connexions labiles, cependant la logique anatomique est respectée. Les volumes ne sont pas conservés.
Indices d’espace vide : sortie du volume corporel d’une côte et du radius droits ainsi que de la fibula gauche. Les fémurs ont effectué un mouvement de rotation.
Effet de contrainte sur la scapula droite, en face antéro-latérale. Un effet de délimitation linéaire est enregistré sur le côté droit du squelette entre l’épiphyse distale du radius, un métacarpien et le pied.

360Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide probable.
L’effet de délimitation décrit pourrait attester la présence d’un contenant à parois rigides.

361Datation
La sépulture est antérieure au silo 2536, daté du HMA.
HMA, viiie-xiie siècles d’après le mobilier céramique issu du comblement.

SEP 2534, groupe funéraire 13 (fig. 52)

362Architecture et plan de la fosse
Creusée dans le lœss, elle est perturbée par l’installation du silo 2535 au sud. Les limites de la fosse, de plan approximativement rectangulaire, sont incertaines vers l’ouest et le sud-ouest ; le profil des parois conservées est à peu près vertical, le fond est plat. Dimensions : 117 x 33 x 6 cm.

363Position du squelette
Disposé d’ouest en est avec la tête à l’ouest, le défunt est sur le dos avec le membre supérieur gauche et les membres inférieurs en extension ; le membre supérieur droit est légèrement fléchi.

364Observations biologiques
Assez bonnes conservation et représentation du squelette.
Sujet décédé entre 1 et 4 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : néant.

365Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des vertèbres cervicales. Les volumes de la cage thoracique et du bassin sont partiellement conservés.
Indices d’espace vide : déplacement de l’ilium gauche, en face médio-antérieure, contre le radius et l’ulna homolatéraux. Toutefois ces déplacements peuvent résulter de l’action d’animaux fouisseurs.
Effets de contrainte sur le crâne, en face supérieure et la clavicule droite, verticalisée.

366Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide possible.
Les limites de la fosse n’étant pas clairement visibles, il est impossible de savoir si le maintien du bloc crânio-facial en face supérieure est dû au contact du crâne contre la paroi du creusement ou contre celle d’un élément périssable.

Image 10000000000001480000030AAE9463859F41E553.jpg

Fig. 52. Vue de la sépulture 2534. © A. Latron Colecchia.

367Datation
Antérieure au silo 2535 attribué au HMA.
HMA probable.

SEP 2540, groupe funéraire 13 (fig. 53)

368Architecture et plan de la fosse
Elle est installée dans le comblement (US 25391) de la fosse 2539 et dans celui du silo 2372. Les limites de la tombe ne sont pas nettement visibles ; de plan rectangulaire, elle possède un fond irrégulier en cuvette et des parois à peu près verticales. Un liseré de sédiment limoneux-argileux gris foncé dessine un plan rectangulaire tout autour du squelette. Dimensions : 117 à 135 x 35 à 62 x 31 cm.

369Position du squelette
Le défunt est orienté approximativement d’ouest en est, la tête à l’ouest. Il repose sur le dos avec les membres inférieurs en extension.

Image 10000000000001C300000309D06E56C3D64265CB.jpg

Fig. 53. Vue de la sépulture 2540. © A. Latron Colecchia.

370Observations biologiques
Représentation correcte, bonne conservation du squelette.
Sujet décédé entre 1 et 4 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : néant.

371Description
Absence de connexions labiles ; toutefois la logique anatomique est plutôt respectée. Les volumes du thorax et du bassin ne sont pas conservés.
Indices d’espace vide : le crâne, la mandibule, plusieurs côtes droites et gauches, quelques vertèbres, les ischions et les pubis, l’humérus droit et quelques phalanges de la main gauche sortent du volume du corps.
De nombreuses dislocations affectent la moitié supérieure du squelette : le bloc crânio-facial, en face supéro-postérieure secondairement latérale droite, a effectué une rotation vers la paroi ouest ; tout en restant à l’intérieur de l’espace initial, les membres supérieurs, la scapula gauche, les clavicules, quelques côtes, la majorité des vertèbres et les iliums sont disloqués.
Effets de contrainte sur le crâne (cf. supra) et l’humérus droit, en face médio-postérieure

372Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
Les traces ligneuses conservées autour du squelette indiquent l’existence d’un contenant dont l’étroitesse a permis le maintien des os disloqués à l’intérieur du volume corporel. Les déplacements de la moitié supérieure du squelette peuvent être imputés à la circulation d’animaux fouisseurs, dont la présence est attestée par des galeries creusées dans le comblement, et par l’ennoiement de la tombe conséquent aux fluctuations de la nappe phréatique comme l’attesteraient la position de quelques côtes moins profondément enfouies (Duday, 2005, p. 71 ; Gleize et alii, 2010).

373Datation
La tombe est postérieure à la fosse 2539, datée des viie - xsiècles.
La tombe est datée des viie-xe siècles, d’après le mobilier issu du comblement de sa fosse.

SEP 2541, groupe funéraire 13 (fig. 54)

374Architecture et plan de la fosse
Elle est installée dans le comblement du silo 2371 ; les limites et le plan de la fosse n’ont pas été perçus. Le fond, en pente légère de nord-est vers sud-ouest, présente un léger surcreusement en gouttière. Dimensions : profondeur conservée 22 cm.

375Position du squelette
Orienté sud-ouest/nord-est, la tête au sud-ouest, il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension (fig. 55). Le membre supérieur gauche est légèrement écarté du corps ; les genoux et les pieds sont rapprochés.

Image 10000000000001FD00000180DC50D038C8995DE2.jpg

Fig. 54. Vue d’ensemble du silo 2371 et de la sépulture 2541. © É. Peytremann.

376Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation du squelette.
Sujet décédé entre 1 et 4 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : néant.

377Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des vertèbres cervicales. Le volume de la cage thoracique est conservé.
Indices d’espace vide : déconnexion du poignet gauche avec la main qui sort du volume corporel.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial (en face supérieure), la scapula droite (en face latérale) et l’humérus gauche (en face antéro-latérale). La main gauche est très légèrement surélevée par rapport à l’ilium homolatéral.

378Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace colmaté.
Le maintien du crâne en face supérieure a pu se réaliser par l’appui contre la paroi d’un contenant ou de la fosse. Les limites de cette dernière n’ont en effet pas été détectées, le comblement du silo et le remplissage de la tombe ne présentant aucune différence. Cependant, la morphologie du fond du creusement (surélévation à l’emplacement du crâne et des membres supérieurs, surcreusement médian en gouttière) exclut a priori la présence d’un contenant et permet de conclure à une inhumation dans une fosse. Cette hypothèse devra toutefois être émise avec prudence (cf. supra).

379Datation
La tombe est postérieure au silo 2371 daté des viie-xe siècles, à partir du mobilier céramique issu du comblement. HMA probable.

Image 10000000000001D10000022636A1F520DE53C74B.jpg

Fig. 55. Vue de la sépulture 2541. © A. Latron Colecchia.

SEP 2542, groupe funéraire 13 (fig. 56)

380Architecture et plan de la fosse
Située à moins de 30 cm au nord de la sépulture 2543, la tombe a été installée dans le niveau inférieur (US 25392) de la fosse 2539 en cours de comblement et partiellement dans le substrat lœssique. Les limites de la fosse, vraisemblablement de plan rectangulaire, n’ont pas été nettement appréhendées ; le fond est irrégulier, surélevé vers l’ouest, le nord et le sud, en cuvette vers le milieu. Les parois sont évasées. Dimensions approximatives : 160 x 35 x 34 cm.

381Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est, la tête à l’ouest, le défunt est sur le dos avec le membre supérieur droit et les membres inférieurs en extension.

382Observations biologiques
Bonne représentation, conservation correcte du squelette.
Sujet décédé entre 5 et 14 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : 13/21 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail (stades 1 à 3).

383Description
Absence de connexions labiles ; la majorité du squelette est en situation de logique anatomique.
Les volumes du thorax et du bassin ne sont pas conservés.
Indices d’espace vide : sortie du volume corporel du bloc crânio-facial, de la mandibule, de l’atlas, de l’humérus droit et de la fibula gauche.
De nombreuses dislocations ont eu lieu à l’intérieur du volume du corps et concernent, sur le côté droit, la scapula, l’ulna, la main, l’ilium et la patella, ainsi que deux vertèbres cervicales. Ces dislocations ont probablement été provoquées par le passage d’animaux fouisseurs. Le déplacement de l’humérus et de l’os coxal droits semble en rapport avec l’installation du défunt de la SEP 2543.
Effets de contrainte sur le crâne, en face postéro-inférieure, les dernières vertèbres cervicales et les premières thoraciques, en face supérieure, la scapula gauche, en face latéro-antérieure et l’humérus droit, en face antéro-latérale.

384Interprétation
Dépôt primaire. Espace de décomposition indéterminé.
L’ensemble des anomalies enregistrées apporte des arguments en faveur d’un contenant ; la possibilité qu’il s’agisse d’un réceptacle de type monoxyle à fond concave peut être envisagée par les contraintes transversales sur la scapula et l’ilium gauches ainsi que par la surélévation de l’humérus gauche.

385Datation
La tombe est postérieure à la fosse 2539 datée des viie-xe siècles d’après le mobilier céramique découvert dans le comblement. Elle est antérieure à la sépulture 2543.
HMA probable.

Image 10000000000001FC000002A02BA84064BB4AB4B4.jpg

Fig. 56. Vue d’ensemble des sépultures 2542 et 2543. © A. Latron Colecchia.

SEP 2543, groupe funéraire 13 (fig. 56)

386Architecture et plan de la fosse
Elle est implantée dans le comblement inférieur (US 25392) et en bordure occidentale de la fosse 2539, à moins de 30 cm au sud de la sépulture 2542. Les limites de la fosse, probablement rectangulaire, n’ont pas été détectées sauf au sud, à environ 10 cm du squelette, où un creusement entamant le lœss matérialise vraisemblablement la bordure méridionale. Celle-ci est pourvue d’une petite banquette. Le fond de la fosse est plat. Dimensions approximatives : 170 ? x 30 à 45 x 34 cm.

387Position du squelette
Disposé approximativement d’ouest en est avec la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension.

388Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation du squelette.
Sujet décédé entre 5 et 14 ans.
Pathologies osseuses : fusion des vertèbres cervicales 2 et 3 par le corps, sans remaniement : lésion congénitale (Barnes, 1994).
Pathologies dentaires : 3/13 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail (stade 1).

389Description
Absence de connexions labiles ; cependant le squelette montre une certaine logique anatomique. Les volumes ne sont pas conservés.
Indices d’espace vide : sortie du volume corporel du bloc crânio-facial, de la mandibule, de l’atlas, du radius, du tibia et de la fibula gauches. Le tibia gauche, en face postérieure, a effectué une rotation vers le nord.
Le crâne, en face supéro-postérieure avec une composante latérale droite, a effectué une rotation et la face antérieure est dirigée vers la paroi nord.
De nombreuses dislocations se sont produites à l’intérieur du volume corporel et concernent la scapula gauche, les côtes, le rachis thoracique et lombaire, l’ilium, et sur la clavicule gauche, verticalisée, localisée postérieurement à la mandibule.

390Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
Les limites de la fosse n’étant que partiellement connues, il est délicat de restituer l’architecture funéraire. Cependant, bien qu’aucun effet de délimitation linéaire ou de butée n’ait pu être mis en évidence, les dislocations qui affectent le crâne, le tronc et les membres inférieurs permettent d’avancer l’hypothèse du dépôt du corps à l’intérieur d’un contenant. Le plancher d’un réceptacle, surélevé à l’aide d’un système de calage en bois, se serait fracturé lors de la décomposition, selon des lignes parallèles par rapport à l’axe longitudinal en entraînant les dislocations décrites sur le squelette (Duday 2005, p. 71).

391Datation
La tombe est postérieure à la fosse 2539 et à la sépulture 2542. Une perle en pâte de verre a été découverte dans le comblement près du radius gauche de cet individu ; ce type de perle est en usage entre le début du vie et la fin du viie siècle.

SEP 2544, groupe funéraire 13 (fig. 57)

392Architecture et plan de la fosse
Elle est implantée dans le comblement inférieur du silo ST 2372 et dans le substrat lœssique. La fosse, de plan rectangulaire irrégulier (plus large au niveau des membres supérieurs et des mains, resserrée vers les pieds) aux angles arrondis, présente des parois à peu près verticales. Le fond est légèrement creusé en cuvette sauf aux extrémités sud-ouest et nord-est, surélevées d’environ 5 cm. La partie supérieure des parois entourant le crâne et les membres supérieurs comporte une banquette. Dimensions : 163 à 174 x 44 à 64 x 31 cm.

393Position du squelette
Orienté de sud-ouest à nord-est avec la tête au sud-ouest, le défunt est sur le dos avec le membre supérieur gauche et les membres inférieurs en extension ; le membre supérieur droit, un peu écarté du corps, est légèrement fléchi. Les pieds sont rapprochés.

Image 100000000000019D0000030BBF9A55714B14B825.jpg

Fig. 57. Vue de la sépulture 2544. © A. Latron Colecchia.

394Observations biologiques
Bonne représentation, conservation moyenne du squelette.
Sujet de sexe indéterminé décédé à plus de 20 ans.
Pathologies osseuses : exostose de 15 x 5 mm sur tibia droit. Ostéome de 3 mm de diamètre au niveau de l’os frontal. Arthrose au minimum légère (acétabulum droit) et importante (facettes de trois vertèbres cervicales et une thoracique).
Pathologies dentaires : 0/5 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail. 7/7 dents observables avec des caries, dont une de stade 3 et une de stade 4. Usure forte. Cinq pertes dentaires ante mortem.

395Description
Présence de connexions labiles au niveau des mains. Les volumes ne sont pas conservés.
Indices d’espace vide : un métatarsien et l’ilium gauches sont sortis du volume du corps. Les fémurs ont effectué une rotation en face médiale (le gauche) ou en face antérieure avec une composante médiale (le droit). Les patellas, tombées à proximité de leur emplacement d’origine, ont été bougées lors de la fouille. Des déplacements importants sont intervenus à l’intérieur du volume initial et concernent le rachis vertébral et les côtes.
Les effets de contrainte sur les scapulas, en face latéro-antérieure, et l’humérus droit, en face latérale ont été induites par le contact des os contre les parois du creusement. Le déplacement de l’ilium gauche et l’espace vide existant sur le côté droit du squelette entre l’avant-bras et l’ilium sont en relation probable avec la circulation d’animaux fouisseurs.

396Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide possible.
La butée du membre supérieur droit contre la paroi inférieure du creusement laisse supposer que le défunt a été inhumé directement dans la fosse qui était probablement scellée par un couvercle.
Le maintien des pieds, disloqués, dans une espace restreint peut être lié à un aménagement, à un linceul ou à un vêtement (Buquet-Marcon et alii, 2009).

397Datation
La sépulture est postérieure au silo 2372. HMA probable.

SEP 2545, groupe funéraire 13 (fig. 58)

398Architecture et plan de la fosse
Creusée dans le substrat lœssique, la fosse accuse un plan rectangulaire aux angles arrondis et des parois évasées. La paroi occidentale possède une logette céphalique et une petite encoche sur la partie supérieure. Le fond irrégulier est rehaussé d’environ 7 cm à la hauteur du crâne et de 5 cm au niveau des membres supérieurs, avec un léger creusement en gouttière dans sa partie médiane. Dimensions : 176 x 60 x 31 cm.

399Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est, la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec le membre supérieur droit et les membres inférieurs en extension ; le membre supérieur gauche est légèrement fléchi.

400Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation du squelette.
Sujet féminin décédé entre 20 et 49 ans.
Pathologies osseuses : enthésopathies légères (patellas et cal canéus).
Pathologies dentaires : 8/20 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail (stades 2 à 3). 5/30 dents observables avec des caries, dont une de stade 3 et une de stade 4. Dépôts de tartre importants. Usure importante. Une perte dentaire ante mortem.

401Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des mains, des patellas et des pieds. Les volumes du gril costal et du bassin sont conservés.
Absence d’indices d’espace vide : les sorties hors du volume du corps du premier métacarpien et des phalanges du premier rang droits ainsi que du quatrième métacarpien et plusieurs phalanges du pied gauche semblent en relation avec la présence d’un petit espace vide secondaire en-dessous des pieds.
Des déplacements sont intervenus également à l’intérieur du volume corporel et concernent une partie du rachis thoracique et les vertèbres lombaires, dont plusieurs ont migré vers la paroi nord, en direction de l’avant-bras gauche, et les dernières côtes droites et gauches, en déconnection, mais restées globalement à proximité de leur emplacement initial. Les vertèbres lombaires déplacées étant surélevées d’environ 5 à 7 cm par rapport aux côtes, il est possible de mettre en relation ces dislocations avec la circulation d’animaux fouisseurs.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial, en face supéroantérieure secondairement latérale droite, la scapula gauche, en face latéro-antérieure, les humérus, en face latéro-antérieure, et le pied droit, en équilibre. La dislocation d’une partie du rachis et des côtes est probablement en relation avec la circulation d’animaux fouisseurs.

Image 10000000000001920000030B53DA549136015652.jpg

Fig. 58. Vue de la sépulture 2545. © A. Latron Colecchia.

402Interprétation
Dépôt primaire. Colmatage différé.
La butée des membres supérieurs, des mains et des pieds contre les parois inférieurs du creusement suggère que le défunt a été 359 inhumé directement dans cette fosse étroite de type anthropomorphe, qui devait être pourvue d’un couvercle.
La position en face supérieure du bloc crânio-facial, de la mandibule et des vertèbres cervicales est en rapport avec la morphologie de la fosse ; la conservation des volumes et les effets de contrainte sur la scapula gauche et les humérus ont pu être également provoqués par la forme du fond du creusement ou être induits par le colmatage. Le maintien en connexion du pied droit, alors que les deux pieds sont en équilibre, partiellement en appui contre la paroi semble également en relation avec l’infiltration des terres.

403Datation
HMA probable.

SEP 2573, groupe funéraire 13 (fig. 59)

404Architecture et plan de la fosse
La fosse est implantée dans le comblement supérieur du silo 2587, entre les sépultures 2380, au sud et 2379 au nord. La moitié occidentale de la paroi nord est endommagée par l’installation de la sépulture 2379. De plan rectangulaire aux angles arrondis, la fosse possède des parois à peu près verticales et un fond plat. Dimensions : 118 x 41 x 16 cm.

405Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est avec la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec les membres supérieurs en très légère flexion et les membres inférieurs en extension.

406Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation.
Sujet décédé entre 0 et 4 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : néant.

407Description
Présence de connexions labiles : il s’agit de l’articulation temporo-mandibulaire et des mains. Le volume du thorax est partiellement maintenu.
Un seul indice d’espace vide est fourni par la rotation du membre inférieur droit en face médiale ; les autres arguments vont plutôt dans le sens d’un espace rapidement colmaté (maintien en connexion de la main gauche, en appui sur l’os coxal homolatéral, conservation du volume de l’hémi-thorax droit, maintien des ischions en position instable). A l’intérieur du volume du corps, l’humérus gauche est déplacé en avant de l’hémi-thorax gauche.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial, en face supérieure, les clavicules, verticalisées, et les humérus, en face latéro antérieure.
Effet de délimitation linéaire sur le côté gauche du squelette entre l’épiphyse proximale de l’ulna, le cinquième métacarpien, l’extrémité distale du fémur et le pied.

Image 10000000000001AB000002C64DBA8059B32E3571.jpg

Fig. 59. Vue de la sépulture 2573. © A. Latron Colecchia.

408Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace colmaté.
L’effet de délimitation décrit suggère que le défunt ait été déposé à l’intérieur d’un contenant à parois rigides et à fond plat.
La disposition du crâne résulte vraisemblablement du contact avec la paroi du contenant ; les contraintes qui affectent les membres supérieurs ainsi que le déplacement de l’humérus gauche dans l’espace de l’hémi-thorax homolatéral sont probablement liés à l’étroitesse du réceptacle.

409Datation
Sépulture postérieure au silo 2587 et, antérieure à la sépulture 2379.
HMA probable.

SEP 2594, groupe funéraire 13 (fig. 60)

410Architecture et plan de la fosse
Il s’agit d’une petite dépression naturelle réaménagée dans le lœss, de plan approximativement quadrangulaire. Les parois sont très évasées, le fond, irrégulier en cuvette, est surcreusé dans sa partie médiane. La paroi méridionale est en contact avec la fosse de la sépulture 2373. Dimensions : 108 x 30 à 56 x 15 cm.

Image 10000000000001CD000002CC63B660C946FB9417.jpg

Fig. 60. Vue de la sépulture 2594. © A. Latron Colecchia.

411Position du squelette
Orienté d’ouest en est, tête à l’ouest, il repose sur le dos. Le membre supérieur gauche est en extension, le membre supérieur droit et les membres inférieurs sont en flexion ; les pieds sont joints.

412Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation du squelette.
Sujet décédé avant un an.
Pathologies osseuses : porosité importante sur la face postérieure des iliums.
Pathologies dentaires : néant.

413Description
Présence de connexions labiles au niveau du pied droit, entre les métatarsiens 1 à 3 et leurs phalanges proximales. Les volumes du gril thoracique et du bassin ne sont pas conservés. Le fémur, la fibula et les métatarsiens droits sont sortis hors du volume du corps. D’autres dislocations intervenues à l’intérieur du volume corporel intéressent également le côté droit : l’épiphyse proximale de l’humérus repose en avant des côtes homolatérales et l’ilium droit, en vue postérieure, est déplacé en avant du sacrum.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial et la mandibule, en face supérieure, et la scapula droite, en face latérale.
Effet de délimitation linéaire sur le côté gauche du squelette entre l’humérus, le radius et le tibia.

414Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
L’ensemble des déplacements et l’effet de contrainte enregistrés sur le côté droit laissent envisager qu’à l’origine l’individu pouvait reposer sur le côté gauche et qu’il ait successivement glissé sur le dos.
Malgré les perturbations qui intéressent la moitié inférieure du squelette et la mauvaise conservation des bords de la fosse, l’effet de délimitation linéaire décrit montrerait que l’enfant a été déposé à l’intérieur d’un contenant à parois rigides.

415Datation
HMA probable.

SEP 2595, groupe funéraire 13 (fig. 61)

416Architecture et plan de la fosse
Rectangulaire aux parois verticales, la fosse est creusée dans le comblement du silo 2587, à moins d’un mètre au sud de la sépulture 2573. Elle est perturbée par l’installation de la sépulture 2380. Le fond, globalement plat, accuse une pente d’environ 7 cm d’est en ouest ; les parois nord, ouest et partiellement sud présentent une banquette. Dimensions : 171 à 186 x 56 à 68 x 33 cm.

417Position du squelette
Orienté d’ouest en est avec la tête à l’ouest, il repose sur le dos et partiellement sur le côté gauche avec les membres supérieurs et inférieurs en extension.

418Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation.
Sujet féminin décédé à plus de 30 ans.
Pathologies osseuses : présence d’une calcification biologique de 27,93 mm au maximum pour 30,61 mm de hauteur, creuse. Sa localisation in situ est incertaine mais sans doute abdominale. Arthrose légère (vertèbres thoraciques) à moyenne (vertèbres lombaires). Enthésopathies légères (calcaneus, vertèbres thoraciques).
Pathologies dentaires : 12/24 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail, dont deux de stade 3. 9/31 dents observables avec des caries, dont une de stade 4. Faibles dépôts de tartre. Une perte dentaire ante mortem.

419Description
Présence de connexions labiles : il s’agit de l’articulation tempori-mandibulaire, des vertèbres cervicales, des os des carpes et des pieds (entre les métatarsiens et leurs phalanges proximales et entre les phalanges). Le volume du thorax est partiellement conservé.
Indices d’espace vide : le crâne a basculé en avant de l’épaule gauche ; les épiphyses distales des ulnas et la patella droite sont sorties du volume du corps.
Effet de contrainte sur le bloc crânio-facial (en face supéro-postérieure secondairement latérale droite), les clavicules (verticalisées), les scapulas (en face antéro-latérale), les humérus (en face antéro-latérale) et le pied droit (basculé en face médiale, avec des métatarsiens et des phalanges en équilibre).
Le bloc crânio-facial, la mandibule, les vertèbres cervicales et les membres supérieurs sont surélevés par rapport au rachis et aux membres inférieurs.

Image 10000000000001D800000309469F8FF1B14CD1A5.jpg

Fig. 61. Vue de la sépulture 2595. © A. Latron Colecchia.

420Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
L’effet de contrainte du bloc crânio-facial, dont la bascule en direction de la paroi nord a été bloquée, apporte un indice concernant la présence d’un contenant à parois rigides qui aurait maintenu la tête en équilibre. Cependant cet effet peut également avoir été provoqué par la présence d’un support qui a surélevé le crâne et les premières vertèbres cervicales.
Les contraintes enregistrées sur les humérus indiquent que le défunt a probablement été enveloppé dans un tissu ou un linceul.
Le maintien des pieds en connexion malgré la chute en face médiale s’explique éventuellement pour le gauche, par le contact contre la paroi ; le pied droit, qui est globalement en connexion avec des éléments en équilibre, peut avoir été préservé par la contrainte exercée à cet endroit par une enveloppe souple (Buquet-Marcon et alii, 2009).

421Datation
Cette tombe est antérieure à la sépulture 2380 et, postérieure au silo 2587.
Antérieure au xe siècle d’après le mobilier céramique découvert dans le comblement et la stratigraphie.

SEP 2596, sépulture dispersée (fig. 62)

422Architecture et plan de la fosse
Les limites de la fosse ne sont pas très claires. Peu profonde, cette petite dépression aménagée, de plan approximativement rectangulaire, a été creusée dans le substrat lœssique et s’installe partiellement sur la sépulture 2518 en endommageant sa paroi nord. Dimensions approximatives : 70 x 25 x 5 cm.

423Position du squelette
Le défunt devait vraisemblablement être disposé d’ouest en est avec la tête à l’ouest. La dislocation de la majeure partie du squelette ne permet pas de connaître la position générale du corps et des membres supérieurs et inférieurs.

424Observations biologiques
Représentation moyenne, conservation assez bonne du squelette.
Fœtus décédé entre 10 et 10,8 mois lunaires.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : sans objet.

425Description
Absence de connexions labiles.
À l’exception de quelques fragments de calotte crânienne découverts vers la paroi occidentale, le restant du squelette est disloqué dans une petite zone circonscrite (environ 40 cm de longueur sur une dizaine de centimètres de largeur) située vers le sud, à proximité de la sépulture 2518.

426Interprétation
Un amas d’ossements déconnectés a migré en direction de la limite méridionale de la fosse ; aucun élément ne permet de savoir s’il s’agit de la paroi de la fosse ou de celle d’un conte nant.
Les rares indices disponibles ne permettent pas de savoir s’il s’agit d’un dépôt primaire, la tombe, peu profondément enfouie, ayant été vraisemblablement perturbée par les travaux agricoles.

427Datation
HMA probable.

Image 10000000000001E7000002FBA5DC5FBE32D803A1.jpg

Fig. 62. Plan des sépultures 2518 et 2596. DAO : J.-M. Richard.

SEP 3026, Groupe funéraire 12 (fig. 63)

428Architecture et plan de la fosse
Elle est installée dans le substrat lœssique. De plan à peu près rectangulaire aux angles arrondis, la fosse possède des parois évasées et un fond irrégulier qui présente un pendage est-ouest. Dimensions : 128 x 68 x 16 cm.

429Position du squelette
Disposé approximativement d’ouest en est avec la tête à l’ouest, le squelette repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension.

430Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation du squelette.
Sujet décédé entre 0 et 4 ans.
Pathologies osseuses : lésions serpigineuses en face endocrânienne des os pariétaux et de l’os frontal : indice de maladie pulmonaire (Hershkovitz et alii, 2002). Appositions périostées en face exocostale d’une côte droite et d’une côte gauche.
Pathologies dentaires : néant.

431Description
Présence de connexions labiles : il s’agit de l’articulation temporo-mandibulaire et des vertèbres cervicales. Les volumes du gril costal et du bassin ne sont pas conservés.
La sortie hors du volume corporel de plusieurs côtes, de vertèbres thoraciques et lombaires, du membre supérieur et de l’ilium gauches a été induite par la circulation d’animaux fouisseurs. L’ilium droit a effectué une rotation et apparaît en face postérieure.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial (en face supérieure) et sur l’humérus droit (en face antéro-latérale).
Effet de délimitation linéaire sur le côté gauche entre deux côtes près du crâne, deux côtes en face exo-thoracique, l’humérus et l’ulna. Le remaniement de la moitié supérieure du corps est lié à la circulation d’animaux fouisseurs.

Image 1000000000000221000002F606F1902D0407D941.jpg

Fig. 63. Plan de la sépulture 3026. DAO : J.-M. Richard.

432Interprétation
Dépôt primaire. Espace de décomposition indéterminé.
L’effet de délimitation sur le côté gauche du squelette et le maintien du crâne en face supérieure pourraient être en relation avec un contenant en bois ; cependant cette hypothèse doit être prise avec précaution du fait du bouleversement du squelette.

433Datation
HMA, fin viie_ début xe siècle, d’après le mobilier céramique issu du comblement de la fosse.

Image 10000000000001CB000002BEBD4D23D9425B106D.jpg

Fig. 64. Vue de la partie inférieure de la sépulture 3028. © A. Latron Colecchia.

SEP 3028, groupe funéraire 12 (fig. 64)

434Architecture et plan de la fosse
Seule la moitié orientale de la fosse, installée dans le substrat lœssique, est conservée ; la moitié occidentale, creusée dans le silo 3130, s’est effondrée dans le comblement de ce dernier (fig. 65). Elle possède un plan rectangulaire aux angles arrondis et un fond légèrement concave. Les parois sont à peu près verticales. Dimensions conservées : 141 x 55 x 36 cm.

435Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est, la tête à l’ouest, le défunt repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension ; les genoux sont rapprochés.

436Observations biologiques
Bonne conservation, représentation moyenne (crâne, vertèbres cervicales et vertèbres thoraciques 1 à 4 absents).
Sujet féminin décédé entre 20 et 29 ans.
Pathologies osseuses : présence d’un cal de consolidation d’une fracture sur une côte gauche, accompagnée d’une réaction périostée importante. Réactions périostées sur les fémurs, les tibias et les fibulas. Tassement vertébral des vertèbres thoraciques 8 à 10 avec présence d’un bec ostéophytique sur T9. Enthésopathies légères au niveau des ulnas.
Pathologies dentaires : sans objet.

Image 10000000000001CA0000022C5C18431E679F08A1.jpg

Fig. 65. Vue de la partie supérieure de la sépulture 3028. © É. Peytremann.

437Description
Préservation de connexions labiles : il s’agit des mains, des patellas et, sur le pied gauche, des deux premiers métatarsiens et des phalanges proximales. Le volume du bassin est partiellement conservé.
Le seul indice d’espace vide est fourni par une légère rotation des fémurs en face antéro-latérale.
La conservation du volume du bassin, le maintien en connexion des mains et des pieds et la persistance des patellas à leur emplacement laissent supposer un colmatage rapide de la fosse.

438Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en selon un colmatage différé. Le contact de plusieurs ossements (avant-bras, mains et pieds) contre les parois de la fosse permet d’exclure la possibilité d’un contenant. La présence d’un couvercle sur la fosse est envisageable.
La portion de squelette qui a glissé dans le silo a gardé les connexions et une partie du volume thoracique, montrant que l’effondrement de la tombe à l’intérieur du silo a pu intervenir rapidement ou, dans le cas d’un effondrement plus tardif, quand la sépulture était colmatée.

439Datation
Postérieure au silo 3130, attribuée à une période comprise entre le début du xe et le courant du xiie siècle.

SEP 3042, groupe funéraire 12 (fig. 66)

440Architecture et plan de la fosse
Il s’agit d’un crâne partiellement conservé en face supéro-latérale gauche, d’un atlas en face postérieure ainsi qu’un axis et une prémolaire découverts à l’intérieur du comblement de la fosse 3046. Aucun indice de la tombe n’a été découvert.

441Position du squelette
Sans objet.

442Observations biologiques
Conservation moyenne, représentation mauvaise.
Sujet décédé à plus de 15 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : 0/2 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail dentaire. 0/2 dents observables avec des caries. Usure faible.

443Description
Sans objet.

444Interprétation
Sans objet.

445Datation
HMA probable.

SEP 3124, groupe funéraire 12 (fig. 67)

446Architecture et plan de la fosse
Installée dans le substrat lœssique, à proximité des sépultures 3131 au sud et 3125 au sud-ouest, elle recoupe partiellement les fosses 1450, 3012 et 3131. Elle possède un plan rectangulaire aux angles arrondis, des parois obliques à évasées et un fond irrégulier incliné d’ouest en est. Des encoches créant une banquette se dessinent par endroits sur le pourtour du creusement ; des fibres ligneuses sont apparues sur les bords nord-est et sud-est. Dimensions : 197 x 46 x 36 cm.

447Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est avec la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension ; les genoux et les chevilles sont joints. À l’exception de la tête, le squelette repose à quelques centimètres au-dessus du fond de la fosse.

448Observations biologiques
Bonne conservation et représentation.
Sujet masculin décédé entre 20 et 49 ans.
Pathologies osseuses : épaississement de la branche ischiopubienne gauche. Petits becs ostéophytiques sur les vertèbres thoraciques. Collerette ostéophytique avec tassement vertébral affectant les vertèbres lombaires 1 à 3. Légères enthésopathies sur les fémurs, les tibias et les calcanéus droits et gauches et les vertèbres thoraciques. Nodules de Schmorl de petite taille sur les vertèbres thoraciques 10 à 12 et les lombaires 1 à 2.
Pathologies dentaires : 3/8 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail (stades 1 et 2). 5/11 dents observables avec des caries, dont une de stade 1 et deux de stade 2. Dépôts de tartre d’épaisseur légère à modérée sur les incisives inférieures. Usure moyenne. Quatre pertes dentaires ante mortem ; une agénésie probable.

Image 10000000000001FC0000015287CB248EAE8019C0.jpg

Fig. 66. Vue de la sépulture 3042. © A. Latron Colecchia.

Image 10000000000001FC000002C3FA0F857A1F7E8174.jpg

Fig. 67. Vue de la sépulture 3124. © A. Latron Colecchia.

449Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des vertèbres cervicales et de quelques phalanges des pieds. Le volume du bassin est conservé.
Indices d’espace vide : bascule du crâne vers la paroi occidentale du creusement, sortie hors du volume corporel de l’épiphyse proximale de l’humérus droit, des extrémités scapulaires des clavicules, des épiphyses distales des radius, de plusieurs phalanges des mains et du cunéiforme gauche. Le membre inférieur gauche a effectué une rotation et apparaît en face médiale ; la fibula droite a glissé en avant de l’épiphyse proximale du tibia homolatéral, la gauche est tombée à l’aplomb de sa position d’origine et est restées de chant, en face médiale.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial, en face antéro-supérieure, les clavicules, verticalisées, les scapulas, en face latéro-antérieure et les humérus en face latéro-antérieure.

450Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
L’étroitesse de la fosse et le fait que la tête, les membres supérieurs, les mains et les pieds sont en contact avec les parois du creusement permettent d’exclure la possibilité d’un contenant. L’espace vide a été maintenu par un couvercle, dont une partie du bois était conservée. La légère surélévation des membres supérieurs provient de l’irrégularité du fond de la tombe.
Si les effets de contrainte sur la moitié supérieure du squelette (scapulas, clavicules, humérus) et le maintien du volume thoracique sont vraisemblablement en rapport avec la morphologie de la fosse, la jonction des genoux et des chevilles et la position de la patella gauche, en équilibre, apportent des arguments en faveur de l’enveloppement du cadavre. La faible amplitude des migrations des os des pieds valide cette hypothèse.

451Datation
La sépulture est postérieure aux fosses 1450, 3012 et 3133.
L’analyse radiocarbone date la tombe entre 681 et 885 avec 95,4 % de probabilités (GrN-30709).

SEP 3125, groupe funéraire 12 (fig. 68)

452La tombe a livré deux sujets inhumés côte à côte ; l’un (individu A), occupe le centre de la fosse, l’autre (individu B), repose près de la paroi méridionale de la tombe, le long du membre inférieur droit du premier.

Individu A

453Architecture et plan de la fosse
Elle recoupe partiellement le bord occidental de la sépulture 3131 et s’installe dans le comblement de la fosse 1456 ; la partie inférieure du creusement recoupe le substrat lœssique. De plan rectangulaire aux angles arrondis et aux parois évasées, la fosse possède un fond plat qui accuse une pente ouest-est d’environ 6 cm. Dimensions : 187 x 62 x 34 cm.

Image 100000000000019A0000030ABDEABFB22D2DAE2B.jpg

Fig. 68. Vue de la sépulture 3125, individus A à droite et B à gauche. © A. Latron Colecchia.

454Position du squelette
Orienté à peu près d’ouest en est, la tête à l’ouest, il est sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension ; le bras gauche s’écarte légèrement du corps et les pieds sont rapprochés.

455Observations biologiques
Bonnes conservation et représentation du squelette.
Sujet féminin décédé à plus de 30 ans.
Pathologies osseuses : spondylolyse bilatérale pour la troisième vertèbre lombaire.
Pathologies dentaires : 7/22 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail dentaire. 7/26 dents observables avec des caries de stades 2 à 4. Tartre léger à modéré. Usure moyenne. Quatre pertes dentaires ante mortem.

456Description
Préservation de connexions labiles : il s’agit de la main et de la patella gauches. Le volume du gril costal est conservé, celui du bassin partiellement maintenu.
Indices d’espace vide : sortie du volume du corps de l’axis et de l’atlas. Le crâne, en face latérale droite, a basculé en direction de la paroi ouest. La jambe et le pied droits ont effectué une rotation et sont en face médiale.

457Interprétation
Dépôt primaire. Espace vide.
La butée de la tête, du membre supérieur et de la main gauche contre les parois du creusement ainsi que le contact avec le côté droit de l’individu B permettent d’exclure la possibilité d’un contenant. Le défunt aurait été inhumé au sein d’une fosse vraisemblablement pourvue d’un élément de couverture périssable. La sortie des deux premières vertèbres cervicales hors du volume corporel pourrait indiquer l’existence d’un support périssable (tel un coussin funéraire) en arrière du crâne.

Individu B

458Architecture et plan de la fosse
Cf.
individu A.

459Position du squelette
Déposé approximativement d’ouest en est (la tête à l’ouest), le défunt repose sur le dos avec le membre supérieur gauche et les membres inférieurs en extension.

460Observations biologiques
Conservation moyenne, bonne représentation.
Sujet décédé entre 0 et 4 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : néant.

461Description
Absence de connexions labiles ; l’intégrité anatomique du défunt est respectée. Le volume du thorax est conservé.
Indices d’espace vide : sortie du radius gauche hors du volume du corps.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial en face antéro-supérieure avec une légère composante latérale gauche, les clavicules, verticalisées, la scapula gauche, en face antérolatérale, et l’humérus gauche, en face latérale, dont l’épiphyse proximale est en avant de la scapula homo-latérale.

462Interprétation
Dépôt primaire.
Décomposition en espace vide.
Le contact du côté gauche du squelette contre la main et le membre inférieur droits de l’individu A permet d’exclure la présence d’un contenant qui lui était propre. Cet individu a été inhumé à l’intérieur de la fosse ; l’espace vide a pu être gardé par un couvercle périssable.
La bascule du crâne, en équilibre, a été empêchée par l’appui contre la main droite du sujet adulte.
Sur le côté droit, la sortie du radius hors du volume initial et la dislocation de l’ulna dans l’espace thoracique ont été provoqués par la circulation d’animaux fouisseurs.

463Conclusion
L’absence de perturbations dans l’agencement anatomique des squelettes malgré l’exiguïté de la fosse prouve que les défunts ont été inhumés simultanément. Cette hypothèse est également confortée par les nombreuses zones de contact entre les squelettes (la tête de l’enfant en avant des phalanges de la main droite de l’adulte, la butée du membre supérieur gauche de l’enfant contre le membre inférieur droit de l’individu A, les os du pied droit de ce dernier posés en avant du pied gauche de l’individu B) sans déplacements osseux.

464Datation
L’installation de la sépulture est postérieure à la tombe 3131 et à la fosse 1456, datée du ive siècle.
HMA probable.

SEP 3131, groupe funéraire 12 (fig. 69)

465Architecture et plan de la fosse
Creusée dans le lœss, la fosse entaille les fosses 1450 et 1456 ; elle est recoupée à l’ouest par la sépulture 3125. De plan rectangulaire, le creusement possède des angles arrondis et des parois presque verticales ; la moitié occidentale du fond, globalement plat, montre une surélévation à la tête et un léger surcreusement en cuvette. Le pourtour supérieur est doté d’une banquette. Dimensions : 202 à 234 x 56 à 82 x 26 cm.

Image 100000000000012B000002E5C1146C93E2E9334A.jpg

Fig. 69. Vue de la sépulture 3131. © A. Latron Colecchia.

466Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est, la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension ; la main droite repose en arrière de l’épiphyse proximale du fémur homolatéral, les pieds sont en contact avec le droit qui repose partiellement en avant du gauche.

467Observations biologiques
Bonnes conservation et représentation du squelette.
Sujet masculin décédé à plus de 60 ans.
Pathologies osseuses : arthrose légère (scapula/humérus droits et gauches) modérée (patella gauche, vertèbre lombaire 4) et importante (atlas/axis, vertèbre lombaire 5/sacrum). Becs et collerettes ostéophytiques sur les vertèbres thoraciques 7 à 12 et lombaire 3. Enthésopathies légères à modérées ulnas, radius, fémurs, tibias, patellas et calcanéus ; modérées à importantes vertèbres thoraciques. Nodules de Schmorl de stades 1 à 3 sur les vertèbres thoraciques.
Pathologies dentaires : 4/13 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail (stade 2). 9/15 dents observables avec des caries, dont deux de stade 3. Dépôts de tartre modérés à importants. Usure moyenne (mandibule) à importante (maxillaire côté gauche). Six pertes dentaires ante mortem ; une agénésie.

468Description
Maintien de connexions labiles : il s’agit des mains, de la patella droite et des pieds (métatarsiens et phalanges). Les volumes de la cage thoracique et du bassin ne sont pas conservés.
Absence d’indices d’espace vide : la sortie des extrémités scapulaires des clavicules hors du volume corporel serait en rapport avec la surélévation du crâne par un coussin funéraire ou encore avec le glissement du thorax en direction des pieds. La patella gauche est en situation d’équilibre.

469Interprétation
Dépôt primaire. Colmatage rapide.
Du fait du contact de la tête et de la butée des membres supérieurs, des mains et des pieds contre les parois du creusement, la présence d’un contenant peut être écartée. Le défunt a été inhumé dans la fosse.
La verticalisation des clavicules et la contrainte sur l’humérus droit et les scapulas semblent en relation avec la morphologie de la fosse ou par la présence d’un support calé en arrière du crâne.
Il est impossible de savoir si le colmatage de la fosse est intentionnel ou si la perméabilité d’un couvercle périssable a permis que le sédiment s’infiltre rapidement.

470Datation
La sépulture est antérieure aux sépultures 3125 et postérieures aux fosses 1456 et 1450, respectivement datées du ive siècle et entre la moitié du ier et la moitié du iisiècle.
HMA probable.

SEP 3134, groupe funéraire 12 (fig. 70)

471Architecture et plan de la fosse
Les limites du creusement, contiguë à la sépulture 1805, ont été détruites par l’installation de la fosse 3046 et par les perturbations occasionnées lors de la réutilisation de la zone funéraire.

472Position du squelette
Déposé d’ouest en est, la tête à l’ouest, il repose vraisemblablement sur le dos avec les membres inférieurs en extension.

473Observations biologiques
Bonne conservation, représentation médiocre.
Sujet de sexe indéterminé décédé à plus de 20 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : sans objet.

474Description
Sans objet.

475Interprétation
Dépôt primaire ? Espace de décomposition indéterminé.

476Datation
Cette sépulture est antérieure à la fosse 3046, non datée.
HMA probable.

Image 10000000000001B00000029D71403F18A0B5826D.jpg

Fig. 70. Vue de la sépulture 3134. © A. Latron Colecchia.

SEP 3154, groupe funéraire 12 (fig. 71)

477Architecture et plan de la fosse
De plan quadrangulaire aux angles arrondis, la fosse est installée dans le substrat lœssique ; elle possède un fond plat et des parois obliques à évasées. Trois blocs en grès rose sont adossés à la paroi orientale du creusement. Dimensions : 106 x 65 x 13 cm.

478Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est la tête à l’ouest, le défunt est sur le dos avec le membre inférieur droit en extension, le gauche en légère flexion.

479Observations biologiques
Bonnes conservation et représentation du squelette.
Enfant décédé entre 0 et 4 ans.
Pathologies osseuses : lésions serpigineuses en face endocrânienne de l’os frontal : indices de maladie pulmonaire (Hershkovitz et alii, 2002). Face endocrânienne de l’os frontal « bosselée » : indice d’hypertension infra-crânienne (com. perso. H. Duday). Appositions périostées avec porosité importante en face exocrânienne des os pariétaux et de l’os occipital. Pathologies dentaires : néant.

Image 10000000000001DB0000029B4D07E157127C8A60.jpg

Fig. 71. Vue de la sépulture 3154. © A. Latron Colecchia.

480Description
Présence de connexions labiles au niveau des vertèbres cervicales. Les volumes du thorax et du bassin ne sont pas main tenus.
De nombreux déplacements sont enregistrés : les radius et les ulnas ont migré hors du volume corporel et se situent de part et d’autre du thorax, le gauche éloigné en direction de la paroi septentrionale. L’humérus droit est déplacé en avant des vertèbres thoraciques et des côtes droites et gauches avec l’épiphyse distale dirigée vers la scapula homolatérale. L’ensemble de ces dislocations peut avoir été provoqué par la circulation d’animaux fouisseurs ou par l’ennoiement de la tombe (Gleize et alii, 2010).
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial, en face supéroantérieure, et la scapula droite, en face latéro-antérieure.

481Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide possible.
Du fait des perturbations sur le squelette, il est difficile d’avancer d’arguments probants de l’existence d’un contenant, bien que deux indices aillent dans ce sens. Il s’agit du maintien du bloc crânio facial en face supérieure, fait qui pourrait indiquer un appui contre la paroi rigide d’un réceptacle, et d’un effet de délimitation linéaire sur le côté droit entre les épiphyses proximales de l’ulna et du tibia et un os du tarse. Il pourrait s’agir d’un cercueil chevillé ou d’un coffrage qui aurait été calé par les blocs en grès ainsi que des éléments de calage en matériau périssable.
Les contraintes de la scapula droite et de la clavicule peuvent être en rapport avec l’existence d’un coussin funéraire, par l’étroitesse d’un contenant ou par l’enveloppement du cadavre dans un tissu ou un linceul (Buquet-Marcon et alii, 2008).

482Datation
HMA probable.

SEP 3155, groupe funéraire 12 (fig. 72)

483Architecture et plan de la fosse
Installée dans le lœss, la moitié occidentale de la tombe a probablement été détruite par l’installation de la fosse 1598. La partie conservée possède un plan rectangulaire aux angles arrondis et un fond plat ; le profil des parois ne peut pas être restitué. Des traces ligneuses, conservées le long des bords, tapissent le fond de la fosse en arrière du squelette. Dimensions : 177 x 43 x 7 cm.

484Position du squelette
Déposé approximativement d’ouest en est, la tête à l’ouest, le défunt repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension.

485Observations biologiques
Conservation variable, moyenne à bonne ; représentation moyenne (partie supérieure absente).
Sujet décédé entre 10 et 19 ans.
Pathologies osseuses : sans objet.
Pathologies dentaires : sans objet.

Image 10000000000001D2000002696E7E4CE26BB81402.jpg

Fig. 72. Vue de la sépulture 3155. © A. Latron Colecchia.

Image 10000000000001D2000002C7762BA82A7EC8EC2C.jpg

Fig. 73. Vue de la sépulture 3156. © A. Latron Colecchia.

486Description
Présence de connexions labiles sur le pied droit, entre le métatarsiens 1 et 3 et leurs phalanges proximales. Le volume du bassin n’est pas conservé.
Indices d’espace vide : plusieurs côtes gauches et les cinquièmes métatarsiens droit et gauche sont déplacés hors du volume corporel.

487Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
Des traces de bois localisées autour et en arrière du squelette dessinent les contours d’un contenant rectangulaire. L’effet de contrainte sur les métatarsiens est en rapport avec sa paroi.

488Datation
La sépulture est antérieure à la fosse 1598 datée des ixe-xiie siècles.
HMA probable.

SEP 3156, groupe funéraire 12 (fig. 73)

489Architecture et plan de la fosse
Creusée dans le substrat lœssique, la tombe possède un plan rectangulaire aux angles arrondis et des parois obliques. Le fond, plutôt irrégulier, présente un profil en cuvette à la hauteur de la moitié supérieure du corps et des membres inférieurs. Un trou de poteau entaille la paroi nord à proximité de la main gauche. Dimensions : 240 x 50 x 11 cm.

490Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est avec la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension ; les bras sont ramenés contre le corps, les pieds sont rapprochés.

491Observations biologiques
Conservation moyenne, bonne représentation.
Sujet masculin décédé entre 30 et 59 ans.
Pathologies osseuses : cal de consolidation de fracture sur les deux dernières côtes, près de l’extrémité vertébrale. Légères appositions périostées sur les membres inférieurs. Arthrose modérée (acétabulums droit et gauche, phalanges pieds rang 1) à importante (vertèbres cervicales 4 et 5). Becs/collerettes ostéophytiques de petite taille sur les vertèbres lombaires. Enthésopathies légères à modérées (radius droit et gauche, vertèbres thoraciques), modérées à importantes (fémurs, tibias, patellas et calcanéus droits et gauches). Nodules de Schmorl de stade 1 à 2 (vertèbres thoraciques 8 à 12 et vertèbres lombaires). Pathologies dentaires : 0/5 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail. 7/14 dents observables avec des caries, dont une de stade 3 et une de stade 4. Dépôts de tartre modérés. Usure très forte. Onze pertes dentaires ante mortem ; deux agénésies.

492Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des vertèbres cervicales, des mains, de la patella et, sur le pied gauche, entre les métatarsiens et leurs phalanges proximales. Le volume de l’hémi-thorax droit est partiellement conservé.
Absence d’indices d’espace vide : la sortie des extrémités scapulaires des clavicules hors du volume corporel serait en rapport avec la surélévation du crâne par un coussin funéraire. La mandibule, ouverte, repose en avant des premières vertèbres thoraciques.

493Interprétation
Dépôt primaire. Colmatage rapide.
Bien que les limites de la fosse ayant été partiellement effacées et perturbées, le contact du membre inférieur et du pied droits contre la paroi sud-ouest de la tombe suggèrent que le défunt a été inhumé directement à l’intérieur de la fosse.
La surélévation des membres supérieurs semble en rapport avec la morphologie de la fosse. Le crâne a probablement été calé par un support périssable.

494Datation
Probablement postérieure à la fosse 1598 datée des ixe-xiie siècles. HMA probable.

SEP 3166, groupe funéraire 12 (fig. 74)

495Architecture et plan de la fosse
La fosse est partiellement creusée dans le lœss (au sud) et dans le comblement limoneux de la fosse 3160 (au nord). Découverte fortuitement lors de la fouille de celle-ci, la moitié nord-est de la tombe a été détruite par la mini pelle. Vraisemblablement quadrangulaire, la fosse possède un fond irrégulier avec des parois évasées. Dimensions : 165 x 38 x 20 cm.

496Position du squelette
Orienté de sud-ouest vers nord-est, le défunt est sur le dos avec le membre supérieur droit en extension ramené contre le corps ; les nombreuses dislocations osseuses empêchent la restitution de la position des autres membres. La moitié supérieure du squelette s’est partiellement effondrée à l’intérieur d’une cuvette remplie de sédiment limoneux brun correspondant peut-être à un trou de poteau appartenant à la fosse 3160.

497Observations biologiques
Bonnes conservation et représentation du squelette.
Sujet décédé entre 1 et 9 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : légères hypoplasies en puits sur la deuxième molaire supérieure gauche permanente.

498Description
Absence de connexions labiles ; cependant la logique anatomique est respectée. Les volumes ne sont pas conservés.
Indices d’espace vide : l’humérus droit est sorti hors du volume du corps.
Effets de contrainte sur la scapula droite posée de chant en face latéro-antérieure.

Image 10000000000001FC0000030AECE0351D78AB5829.jpg

Fig. 74.Vue de la sépulture 3166. © A. Latron Colecchia.

499Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
La butée de l’humérus et de la main droits contre la paroi conservée peut indiquer que le défunt a été inhumé dans une fosse pourvue d’un couvercle. La position de la scapula droite pourrait être en relation avec l’effondrement de la moitié supérieure du squelette à l’intérieur du trou de poteau, bien que cette même anomalie puisse avoir été provoquée par la butée de l’épaule droite contre la paroi du creusement ou encore être en rapport avec la présence d’un coussin funéraire.

500Datation
Postérieure à la fosse 3160 non datée.
HMA probable.

SEP 3168, groupe funéraire 12 (fig. 75)

501Architecture et plan de la fosse
Située à proximité de la sépulture 3169, au nord et à quelques mètres de la tombe 1650, au sud, elle a été creusée dans le substrat lœssique. Rectangulaire aux angles arrondis et aux parois obliques, la fosse accuse une légère pente d’ouest en est ; le fond, globalement plat, est moins profond à la hauteur de la tête. Une légère banquette marque le pourtour supérieur des longs côtés. Dimensions : 198 x 39 à 55 x 32 cm.

502Position du squelette
Disposé approximativement d’ouest en est, la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec les membres supérieurs rapprochés du tronc, l’épiphyse distale du fémur droit est en avant de celle de son homolatéral gauche et les pieds sont joints. Le membre supérieur gauche et les membres inférieurs sont en extension ; le membre supérieur droit est en avant du bassin.

503Observations biologiques
Bonnes conservation et représentation.
Sujet masculin décédé à plus de 40 ans.
Pathologies osseuses : appositions périostées en face endo costale de deux côtes gauches, en face exocostale sur une côte non latéralisée : indice de maladie pulmonaire (Weston, 2008). Arthrose modérée (têtes fémorales, patella gauche). Becs et collerettes ostéophytiques sur les vertèbres thoraciques 2 à 10 et lombaires 3 et 4. Enthésopathies légères (radius droit), modérées (ulnas, fémurs, patellas, tibias, calcanéus droits et gauches, vertèbres thoraciques et lombaires) et importantes (radius gauche). Nodules de Schmorl de taille moyenne sur la vertèbre lombaire 5, de taille importante sur les vertèbres thoraciques 4 à 12 et lombaires 1 à 4.
Pathologies dentaires : 2/21 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail légères. 13/30 dents observables avec des caries, de taille réduite à très importante. Dépôts de tartre d’épaisseur modérée. Usure moyenne à importante. Une perte dentaire ante mortem ; une agénésie.

Image 10000000000001550000030A975EF1971B0674B3.jpg

Fig. 75. Vue de la sépulture 3168. © A. Latron Colecchia.

504Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des vertèbres cervicales, de la main gauche, de la patella droite et du premier métatarsien et de la phalange proximale droits. Les volumes de la cage thoracique et du bassin sont partiellement maintenus. Indices d’espace vide : sortie du crâne et de la fibula droite hors du volume du corps. Léger mouvement de rotation du fémur gauche en face antéro-médiale, chute de la patella homolatérale à l’aplomb de son emplacement d’origine.
Effets de contrainte sur les métatarsiens droits et gauches.

505Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
Le crâne, les membres supérieurs et inférieurs, la main, la fibula et le pied gauches étant en contact avec les parois de la fosse, il est vraisemblable que le défunt ait été inhumé dans cette fosse étroite scellée par un couvercle. La bascule du crâne pourrait être en rapport avec la présence d’un support périssable de type coussin funéraire.
Les effets de contrainte enregistrés sur les pieds semblent en rapport avec une enveloppe.

506Datation
HMA. Milieu xe-xvie siècle, d’après le mobilier céramique découvert dans le comblement de la fosse.

SEP 3169, groupe funéraire 12 (fig. 76)

507Architecture et plan de la fosse
Située près des sépultures 3168 et 3170, respectivement au sud et au nord, la fosse est creusée dans le substrat lœssique. D’un plan à peu près quadrangulaire aux angles arrondis, elle possède des parois évasées et un fond plat. De part et d’autre du squelette sont apparues des longues traces ligneuses parallèles. Dimensions : 226 x 100 à 130 x 20 cm.

508Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est avec la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension.

Image 1000000000000177000002752AAE5E0D78E67B90.jpg

Fig. 76. Vue de la sépulture 3169. © A. Latron Colecchia.

509Observations biologiques
Conservation moyenne, bonne représentation.
Sujet masculin décédé à plus de 50 ans.
Pathologies osseuses : trois ostéomes au niveau de l’os frontal. Arthrose légère (acétabulums, vertèbres lombaires, mandibule/os temporaux), modérée (radius/lunatum/scaphoïde gauches) et importante (vertèbres cervicales et thoraciques). Becs et collerettes ostéophytiques (vertèbres thoraciques et lombaires). Enthésopathies légères à modérées (radius, fémurs, tibias, calcanéus, vertèbres thoraciques). Nodules de Schmorl de différentes tailles (vertèbres thoraciques et lombaires).
Pathologies dentaires : 4/6 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail, légères à modérées.
7/10 dents observables avec des caries, dont trois de taille importante. Usure importante. Quinze pertes ante mortem ; quatre agénésies.

510Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des vertèbres cervicales, des mains, des patellas et, sur le pied droit, des métatarsiens avec les phalanges ainsi qu’entre les phalanges. Les volumes du thorax et du bassin sont à plat.
Indices d’espace vide : sortie hors du volume du corps de l’épiphyse proximale de l’humérus et de l’extrémité distale de l’ulna gauches. La mandibule est ouverte.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial (en face antéro-supérieure avec une composante latérale gauche) et sur les métatarsiens et les phalanges du pied gauche.

Image 10000000000001FC0000025FA670FDA4D2D2BC9E.jpg

Fig. 77. Vue de la sépulture 3170. © A. Latron Colecchia.

511Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
Les traces de bois attestent que le défunt a été déposé à l’intérieur d’un contenant assez large, tel un cercueil chevillé ou un coffrage, long de 1,87 m et large d’environ 0,55 m. Ces indices sont confirmés par les effets de butée des os longs et du pied droit contre ces traces ainsi que par le maintien du crâne.
Le maintien des patellas semble en rapport avec l’existence d’une enveloppe souple voire d’un vêtement (Buquet-Marcon et alii, 2008).

512Datation
L’analyse radiocarbone date la tombe entre 655 et 805 avec 95,4 % de probabilités (GrN-30710).

SEP 3170, groupe funéraire 12 (fig. 77)

513Architecture et plan de la fosse
Dernière sépulture de la rangée nord-orientale, à proximité de la sépulture 3169, au sud, la tombe est creusée dans le substrat lœssique ; le bord sud-est est coupé par la fosse 1651. Elle possède un plan rectangulaire aux angles arrondis ; ses parois sont évasées et le fond est plat. Une légère pente ouest-est a été enregistrée. Dimensions : 213 x 109 x 13 cm.

514Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est, la tête à l’ouest, le défunt occupe la partie méridionale de la fosse. Il est sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension ; le membre supérieur gauche est ramené contre le tronc avec l’avant-bras en avant du bassin. Le membre inférieur gauche repose en avant du droit.

515Observations biologiques
Bonnes conservation et représentation du squelette.
Sujet féminin décédé entre 20 et 29 ans.
Pathologies osseuses : spondylolyse bilatérale au niveau de la cinquième vertèbre lombaire. Réactions périostées sur les os longs des membres inférieurs. Enthésopathies légères à importantes (vertèbres thoraciques). Nodules de Schmorl de petite taille (vertèbres thoraciques 8 à 12 et lombaire 2).
Pathologies dentaires : 0/30 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail. 1/30 dents observables (stade 1). Tartre d’épaisseur moyenne à importante. Usure légère à moyenne. Une agénésie.

516Description
Présence de connexions labiles : il s’agit de l’articulation temporo-mandibulaire, des vertèbres cervicales et de la main droite. Mise à plat du thorax et du bassin.
Indices d’espace vide : sortie de l’épiphyse distale du fémur gauche hors du volume corporel. Le radius et l’ulna gauches ont glissé dans le volume du bassin.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial, en face supérolatérale droite, les scapulas, en face antéro-latérale, le membre supérieur gauche en face latérale et l’os coxal gauche. Malgré la déconnexion scapulo-humérale, l’humérus gauche est resté en équilibre en position surélevée par rapport à la scapula.
Effet de délimitation linéaire sur le côté gauche du squelette entre l’humérus, l’ilium, le tibia et le pied.

517Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
L’effet de délimitation linéaire atteste que le défunt a été déposé à l’intérieur d’un contenant. Cette hypothèse semble confirmée par le maintien du crâne, de l’humérus et de l’os coxal gauches en équilibre grâce à l’appui contre des parois rigides et par le déplacement concernant plusieurs côtes droites et le membre inférieur gauche. Le contenant a pu être posé sur un système de calage (rondins ou planches) : la fracturation du fond du contenant selon des lignes plus ou moins perpendiculaires à l’axe longitudinal peut être responsable de la dislocation des membres inférieurs (Duday, 2005, p. 71).

518Datation
Cette sépulture est antérieure à la fosse 1651.
HMA probable.

SEP 3188, dispersée (fig. 78)

519Architecture et plan de la fosse
Installée dans le substrat lœssique, la fosse recoupe la sépulture 3279 à l’est (fig. 79) ; sa limite méridionale est recoupée à son tour par l’installation du bâtiment 1733 et d’un trou de poteau. De plan approximativement rectangulaire, elle possède des parois verticales et un fond plat ; la fosse accuse une légère pente est-ouest. Des traces ligneuses rectilignes et parallèles, visibles au niveau des membres inférieurs et des pieds, ont été découvertes de part et d’autre du squelette matérialisant un contenant pouvant mesurer au moins 1,60 m de longueur et environ 0,40 m de largeur. Dimensions : 200 x 70 x 22 cm.

520Position du squelette
Disposé approximativement d’ouest en est, la tête à l’ouest, il est sur le dos avec le membre supérieur gauche et les membres inférieurs en extension ; la perte de l’ulna, du radius et de la main ne permet pas de connaître la disposition du membre supérieur droit. Le membre supérieur gauche est resserré contre le thorax.

521Observations biologiques
Bonnes conservation et représentation.
Sujet masculin décédé à plus de 40 ans.
Pathologies osseuses : arthrose légère (métatarsien I/sésamoïde gauches), moyenne (métacarpien/phalange proximale de rang I gauches, vertèbres cervicales 5 à 7, vertèbres lombaires 4 et 5) et importante (vertèbres thoraciques). Becs et collerettes ostéophytiques (vertèbres thoraciques et lombaires). Enthésopathies modérées sur la patella gauche. Nodules de Schmorl de taille moyenne à importante (vertèbres thoraciques).
Pathologies dentaires : 0/13 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail. 5/17 dents observables avec des caries dont une de stade 4. Léger dépôt de tartre. Usure importante. Six pertes dentaires ante mortem ; deux agénésies.

522Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des vertèbres cervicales 3 à 7 et, sur le pied gauche, entre les métatarsiens 2 et 3 et les phalanges proximales. Les volumes du gril costal et du bassin sont partiellement préservés.
Indices d’espace vide : sortie du volume du corps de l’extrémité scapulaire de la clavicule droite, de l’épiphyse proximale du radius gauche, de deux métacarpiens et de trois phalanges gauches, chute de la patella gauche. Bascule du crâne et de la mandibule respectivement en direction de la paroi occidentale et en avant de la première vertèbre thoracique. Légère rotation du membre inférieur droit en face antéro-médiale.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial, en face antérosupérieure avec une composante latérale droite, la scapula droite, en face latéro-antérieure, et les clavicules, verticalisées. Effet de paroi sur le pied gauche.

523Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
La découverte des traces ligneuses de part et d’autre des membres inférieurs et des pieds et l’effet de délimitation linéaire décrit attestent que ce défunt a été déposé à l’intérieur d’un contenant non cloué mesurant environ 2 m de longueur sur 0,50 m de largeur. L’appui du crâne et du pied gauche contre les parois du réceptacle ont empêché respectivement la bascule complète de la tête et la dislocation du pied.
La verticalisation des clavicules et la disposition de la scapula droite en face antéro-latérale pourraient être en rapport avec l’étroitesse du contenant.

Image 10000000000001E10000030BB423EC9E1AF62C0A.jpg

Fig. 78. Vue de la sépulture 3188. © A. Latron Colecchia.

524Datation
Cette sépulture est postérieure à l’inhumation 3279 et antérieure au bâtiment 1733 attribué aux xe-xiisiècles.
HMA. vie-xiie siècles d’après le tesson de céramique découvert dans le comblement de la fosse.

SEP 3198, groupe funéraire 12 (fig. 80)

525Architecture et plan de la fosse
Elle est installée dans le substrat lœssique, à proximité de la sépulture 3199, au sud ; le bord occidental a été endommagé par la mini-pelle. De plan à peu près rectangulaire aux angles arrondis, elle possède des parois globalement verticales et un fond plat. Dimensions : 80 x 37 x 14 cm.

Image 10000000000001720000030ADB8695EA916876E2.jpg

Fig. 79. Vue d’ensemble des sépultures 3188 et 3279. © A. Latron Colecchia.

526Position du squelette
Déposé d’ouest en est avec la tête à l’ouest, le défunt repose sur le dos avec les membres supérieur et inférieur droits légèrement fléchis, les membres supérieur et inférieur gauches en extension. Les bras sont écartés du tronc, les pieds sont joints.

527Observations biologiques
Conservation moyenne, bonne représentation.
Sujet décédé à moins d’un an.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : néant.

528Description
Présence de connexions labiles au niveau des vertèbres cervicales. Le volume du gril costal est conservé à gauche.
Indices d’espace vide : sortie de plusieurs fragments de parois du crâne hors du volume corporel. Les connexions scapulohumérales ne sont pas maintenues, les membres supérieurs ont légèrement glissé vers l’est, en direction de la moitié inférieure du squelette.
Effets de contrainte visibles sur les clavicules, verticalisées, la scapula et l’humérus gauches montrent une légère composante latérale.

Image 100000000000019E0000030A025513A4EA9A2E9B.jpg

Fig. 80. Vue de la sépulture 3198. © A. Latron Colecchia.

529Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
Aucun indice ne permet d’avancer d’hypothèse concernant le dépôt du défunt à l’intérieur d’un contenant (absence d’effets de délimitation linéaire, de butée ou encore de traces de bois), ni de trancher en faveur d’une inhumation à l’intérieur d’une fosse pourvue de couvercle (pas de contact des os contre les parois du creusement, absence de ressaut sur les parois supérieures de la fosse…).

530Datation
HMA probable.

SEP 3199, groupe funéraire 12 (fig. 81)

531Architecture et plan de la fosse
La fosse, creusée dans le lœss et installée entre les sépultures 3198, au nord, et 3200, au sud, a été recoupée à l’est par l’installation de la fosse 1970. De plan quadrangulaire irrégulier aux angles arrondis, elle possède des parois obliques et un fond globalement plat comportant un léger surcreusement en gouttière. Un bloc non sculpté en grès gris a été découvert près de la limite orientale ; son appartenance à l’architecture tombale n’est pas certaine. Dimensions : 62 à 68 x 24 à 66 x 10 cm.

Image 10000000000001FE000002A2F4BFC1AAF26912AE.jpg

Fig. 81. Vue de la sépulture 3199. © A. Latron Colecchia.

532Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est avec la tête à l’ouest, il est sur le dos avec les membres supérieurs en extension resserrés contre le thorax. La position des membres inférieurs et des pieds, disloqués près de la paroi orientale de la tombe, ne peut pas être renseignée.

533Observations biologiques
Bonnes conservation et représentation.
Sujet décédé entre 0 et 4 ans.
Pathologies osseuses : cribra orbitalia (observation des orbites en coupe selon les recommandations de U. Wapler (Wapler, 1998) à mettre en relation avec une anémie, une inflammation ou de l’ostéoporose (Wapler et alii, 2004).
Pathologies dentaires : néant.

534Description
Présence de connexions labiles au niveau des vertèbres cervicales et des mains. Le volume du gril costal est conservé.
Un seul indice d’espace vide concerne la sortie de l’extrémité sternale d’une côte droite hors du volume du corps.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial, en face supéroantérieure avec une composante latérale gauche, les clavicules, verticalisées, les scapulas (la droite en face latéro-antérieure, la gauche antéro-latérale) et les humérus, en face antéro-latérale. Un effet de délimitation linéaire est visible sur le côté droit du squelette entre la tête osseuse, l’épiphyse distale de l’humérus, la côte droite, l’ilium et le grand trochanter.

535Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace colmaté probable. Cet individu a pu être déposé à l’intérieur d’une fosse dont les limites ne sont pas apparues à la fouille ; l’effet de délimitation linéaire pourrait être en rapport avec la morphologie du fond de la fosse. La position du crâne, en équilibre, peut attester l’existence d’un coussin périssable.

536Datation
La sépulture est antérieure à la fosse 1970 non fouillée. HMA probable, antérieure au milieu du xie siècle, date à laquelle a été construit le puits 1596 qui coupe la fosse 1970.

SEP 3200, groupe funéraire 12 (fig. 82)

537Architecture et plan de la fosse
Creusée dans le lœss, elle est installée à proximité de la sépulture 3199, au nord. La fosse est à peu près rectangulaire avec des angles arrondis et des parois évasées à verticales. Le fond est irrégulier, la moitié occidentale accusant un surcreusement en cuvette. Un bloc en grès gris clair a été repéré au nord de la paroi septentrionale ; son appartenance à l’architecture de la tombe n’est pas certaine. Dimensions : 155 x 47 x 27 cm.

538Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est avec la tête à l’ouest, le défunt repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension. Le membre supérieur gauche est ramené contre le thorax avec les extrémités distales de l’ulna et du radius en avant de l’ilium gauche et la main en avant de l’épiphyse proximale du fémur homolatéral.

539Observations biologiques
Bonnes conservation et représentation.
Sujet décédé entre 5 et 9 ans.
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : néant.

540Description
Présence de connexions labiles : il s’agit de l’articulation temporo-mandibulaire, de la majorité des vertèbres cervicales, des mains, de la patella gauche et, sur le pied droit, entre les métatarsiens et les phalanges proximales ainsi qu’entre plusieurs phalanges. Le volume de la cage thoracique est partiellement maintenu.
Absence d’indices d’espace vide.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial, en face latérale droite-supérieure, qui repose en avant de l’épaule gauche, les clavicules, verticalisées, les scapulas, en face antéro-latérale et l’humérus droit, en face latérale.
Effets de délimitation linéaire des deux côtés du squelette, à droite, entre l’humérus, l’ilium et le pied et à gauche, entre l’humérus, l’ulna et le pied. Cette délimitation est visible également sur les pieds.

541Interprétation
Dépôt primaire. Colmatage rapide.
Les effets de délimitation linéaire se produisant à distance des limites de la fosse démontrent la présence d’un contenant à parois rigides à fond plat resserré en direction des pieds qui devait être scellé par un couvercle périssable peu étanche. La disposition de la tête peut être en rapport avec le contact contre la paroi du contenant ou avec un support (une planche, un coussin…). Les contraintes observées sur la moitié supérieure du squelette (sur les clavicules, les scapulas et l’humérus droit) sont en relation avec l’étroitesse du contenant.

Image 10000000000001CC00000426CE59ED8F4DEE7EED.jpg

Fig. 82. Plan de la sépulture 3200. DAO : J.-M. Richard.

542Datation
Elle est a priori postérieure à la fosse 1970. L’analyse radiocarbone date la tombe entre 653 et 783 avec 91,2 % de probabilités (GrN-30711).

SEP 3201, groupe funéraire 12 (fig. 83)

543Architecture et plan de la fosse
Localisée entre les tombes 3200, au nord et 3202, au sud, elle entaille le substrat lœssique ; à l’est, elle a été recoupée par l’installation de la fosse 1517. Rectangulaire aux angles arrondis, resserrée à la hauteur des pieds, la tombe possède des parois obliques et un fond plat avec une pente d’à peu près 10 cm entre le bord occidental et le milieu de la fosse. Dimensions : 141 x 39 x 17 cm.

544Position du squelette
Orienté approximativement d’ouest en est avec la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension ; les genoux sont rapprochés.

545Observations biologiques
Bonnes conservation et représentation.
Sujet féminin décédé à plus de 30 ans.
Pathologies osseuses : absence de fusion des hémi-arcs de l’axis : pathologie congénitale (Barnes, 1994).
Légères réactions périostées sur les fémurs et tibias. Arthrose légère (scapulas/humérus, métacarpiens III et IV droits et gauches), moyenne (carpes droits et gauches, vertèbres cervicales 6 et 7), importante (radius/scaphoïde droit et gauche). Pathologies dentaires : 0/4 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail. 7/17 dents observables avec des caries, en majorité de taille moyenne. Dépôts de tartre d’épaisseur importante. Usure forte. Neuf pertes dentaires ante mortem ; trois agénésies.

546Description
Présence de connexions labiles : il s’agit des vertèbres cervicales 3 à 7, des mains et des patellas. Les volumes du thorax et du bassin sont partiellement conservés.
Indices d’espace vide : sortie des épiphyses latérales des clavicules et de deux phalanges des mains hors du volume du corps ; bascule du crâne vers la paroi occidentale et ouverture de la mandibule. Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial, en face antéro-supérieure, et les humérus, en face latéro-antérieure. La scapula droite, en face antéro-latérale, est contrainte par la morphologie du creusement.

Image 10000000000001970000030AA832B9D6C6C73E10.jpg

Fig. 83. Vue de la sépulture 3201. © A. Latron Colecchia.

547Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
Les effets de butée du crâne et des os longs contre les parois de la fosse ainsi que l’étroitesse de celle-ci laissent envisager que le défunt a été déposé directement à l’intérieur de la fosse, sans contenant mais recouverte par un couvercle en matériau périssable. Le maintien du crâne est dû à la morphologie du fond de la fosse, moins profondément excavée à cet endroit.

548Datation
Elle est antérieure à la fosse 1517 non datée.
HMA probable.

SEP 3202, groupe funéraire 12 (fig. 84)

549Architecture et plan de la fosse
Située à proximité de la sépulture 3201, au nord, elle entame le substrat lœssique. La paroi orientale a été détruite par l’installation de la fosse 1517. La tombe est rectangulaire avec des angles arrondis ; les parois sont évasées, le fond est irrégulier avec une légère pente d’ouest en est. Des traces d’une banquette sont visibles sur le pourtour de la fosse à l’ouest et au sud. Dimensions : 111 x 38 x 22 cm.

Image 10000000000001D50000030A1345CBED8095655D.jpg

Fig. 84. Vue de la sépulture 3202. © A. Latron Colecchia.

550Position du squelette
Disposé approximativement d’ouest en est, la tête à l’ouest, il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension ; le bras droit est légèrement écarté du thorax.

551Observations biologiques
Bonnes conservation et représentation.
Sujet décédé entre 1 et 4 ans.
Pathologies osseuses : lésions serpigineuses en face endocrânienne des os pariétaux, de l’os frontal et de l’os occipital : indice de maladie pulmonaire (Hershkovitz et alii, 2002).
Pathologies dentaires : néant.

552Description
Présence de connexions labiles : il s’agit de l’articulation temporo-mandibulaire et des vertèbres cervicales. Mise à plat du gril thoracique.
Indices d’espace vide : trois vertèbres lombaires, l’humérus droit, des métatarsiens et des phalanges des deux pieds sont sortis hors du volume corporel. L’ilium, le fémur et le tibia gauches sont en face postérieure ; le tibia droit, posé en avant de la fibula homolatérale, est en face médio-antérieure.
Effets de contrainte sur le bloc crânio-facial, en face supérieure, la clavicule gauche, verticalisée, les scapulas, en face latéro-antérieure, l’humérus droit, en face latéro-antérieure. L’humérus gauche est déplacé ; son extrémité proximale est surélevée par rapport à la distale.
Une partie des dislocations qui affectent le squelette a vraisemblablement été provoquée par l’action d’animaux fouisseurs.

553Interprétation
Dépôt primaire. Espace de décomposition indéterminé.
Les effets de butée du crâne et des membres supérieurs contre les parois de la fosse permettent de penser que cet individu a été inhumé directement à l’intérieur de la fosse, qui était probablement scellée par un couvercle en appui sur la banquette. Le crâne s’est maintenu en face supérieure grâce à l’appui de la tête contre la paroi du creusement ; les autres effets de contrainte sont en relation avec la morphologie de la fosse.

554Datation
La tombe est antérieure à l’installation de la fosse 1517.
HMA probable.

SEP 3218, groupe funéraire 12 (fig. 85)

555Architecture et plan de la fosse
Creusée dans le substrat lœssique, la fosse a un plan rectangulaire aux angles arrondis ; les parois sont évasées, le fond, globalement plat, accuse un faible pendage nord-ouest/sud-est. La paroi nord-ouest comporte une encoche céphalique ; une banquette court le long du pourtour supérieur de la fosse. L’installation d’un trou de poteau est responsable de la destruction d’une partie du bord nord-ouest de la tombe ainsi que de celle partielle du crâne du défunt. Dimensions : 145 à 175 x 38 à 42 x 17 cm.

556Position du squelette
Le défunt est disposé de nord nord-ouest à sud sud-est avec la tête au nord nord-ouest. Il repose sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension.

557Observations biologiques
Bonnes représentation et conservation à l’exception des vertèbres.
Sujet féminin décédé à plus de 50 ans.
Pathologies osseuses : périostite consécutive à une infection (tuberculose ?) : processus inflammatoire au niveau du coude droit (humérus, ulna et radius), iliums droit et gauche (Roberts, Buikstra, 2003). Arthrose moyenne (vertèbres cervicales) et importante (vertèbres lombaires). Enthésopathies légères (fémurs, tibias, patellas, calcanéus), moyennes à importantes (vertèbres thoraciques).
Pathologies dentaires : 12/20 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail (stades 1 et 2).
13/23 dents observables avec des caries, dont une de stade 4. Important dépôt de tartre sur une incisive mandibulaire. Usure importante. Cinq pertes dentaires ante mortem ; deux agénésies probables.

Image 100000000000014F000002AD3EA2630A413C1EED.jpg

Fig. 85. Plan de la sépulture 3218. DAO : J.-M. Richard.

558Description
Présence de connexions labiles : il s’agit de l’articulation temporo-mandibulaire, des vertèbres cervicales, des mains, des patellas ; sur le pied droit, entre le premier métatarsien et la phalange proximale. Sur le gauche, les phalanges. Le volume du thorax est maintenu.
Absence d’indices d’espace vide. La sortie de l’extrémité latérale de la clavicule droite hors du volume du corps est vraisemblablement en rapport avec la surélévation du crâne. Le membre inférieur et le pied gauches ont effectué un mouvement de rotation et se présentent en face médiale ou médio-antérieure.

559Interprétation
Dépôt primaire. Colmatage rapide.
Les effets de butée du crâne, des os longs, des mains et des pieds contre les limites de la tombe montrent que ce sujet à été inhumé à l’intérieur d’une fosse plutôt étroite de type anthropomorphe. Elle a pu être scellée par un couvercle non jointif qui a permis l’infiltration rapide des terres, voire le colmatage de la fosse est intentionnel. La morphologie et l’étroitesse du creusement sont à l’origine des effets de contrainte décrits.

560Datation
La sépulture est antérieure au trou de poteau.
HMA probable.

SEP 3278, dispersées (fig. 86)

561Située dans la moitié sud d’une grande fosse, cette inhumation, est disposée parallèlement à la tombe 1118, au nord.

562Architecture et plan de la fosse
Les limites de la fosse sépulcrale n’ont pas été perçues. Le squelette repose à l’intérieur d’une large fosse installée dans le lœss jaune ; elle a une forme à peu près quadrangulaire avec un fond plat et des parois légèrement évasées. Dimensions : 298 x 227 x 16 cm.

563Position du squelette
Orienté ouest-est, la tête à l’ouest, le défunt repose à moins d’un mètre au sud de l’individu 1118. Il est sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension. Les genoux sont joints.

564Observations biologiques
Bonnes conservation et représentation.
Sujet décédé entre 15 et 19 ans, féminin selon la méthode morphoscopique de J. Bruzek (2002).
Pathologies osseuses : néant.
Pathologies dentaires : 4/19 dents observables avec des hypoplasies linéaires de l’émail (stade 1). 0/19 dents observables avec des caries.

565Description
Présence de connexions labiles au niveau des vertèbres cervicales. Le volume thoracique est partiellement maintenu.
Indices de décomposition en espace vide : sortie des extrémités latérales des clavicules, de plusieurs éléments de main droite, de la patella gauche, de l’extrémité proximale des fibulas et de plusieurs métatarsien hors du volume du corps. La mandibule est tombée en avant de la première vertèbre thoracique.
Effet de contraintes sur les scapulas, en face latéro-antérieure, et les clavicules, verticalisées.

566Interprétation
Dépôt primaire. Décomposition en espace vide.
Le maintien du crâne en équilibre a pu se réaliser grâce à l’appui contre la paroi d’un contenant rigide.
Les contraintes observées sur les humérus peuvent être imputées à l’étroitesse du contenant ou indiquer l’existence d’une enveloppe souple (Buquet-Marcon et alii, 2009). La légère surélévation du crâne ainsi que les contraintes notées sur les scapulas et les clavicules pourraient attester la présence d’un coussin funéraire placé postérieurement au crâne et aux épaules du défunt.

Image 10000000000001C40000036373E4F19D8779591F.jpg

Fig. 86. Vue de la sépulture 3278. © A. Latron Colecchia.

567Conclusion
Cf.
SEP 1118

568Datation
HMA, deuxième tiers du viie-première moitié du ixe siècle, d’après le mobilier céramique issu du comblement de la fosse.

SEP 3279, dispersée (fig. 87)

569Architecture et plan de la fosse
Installée dans le substrat lœssique mélangé à des apports de limon brun foncé, la tombe a été recoupée à l’ouest par l’installation de la sépulture 3188. De plan rectangulaire aux angles arrondis, elle possède un fond plat et des parois verticales ; une banquette est aménagée au niveau du bord supérieur des parois conservées. Dimensions : 80 à 100 x 38 à 80 x 21 cm.

Image 10000000000001FA0000029E703155384687A86E.jpg

Fig. 87. Vue de la sépulture 3279. © A. Latron Colecchia.

570Position du squelette
Disposé d’ouest en est avec la tête à l’ouest, il repose sur le dos, avec le membre supérieur droit et les membres inférieurs en extension ; le membre supérieur gauche est disloqué, cependant il est vraisemblable qu’il était également en extension. Les genoux sont joints, les pieds rapprochés.

571Observations biologiques
Bonne conservation, représentation moyenne.
Sujet décédé entre 1 et 4 ans.
Pathologies osseuses : appositions périostées sur le tibia et la fibula droits.
Pathologies dentaires : sans objet.

572Description
Absence de connexions labiles ; la logique anatomique est respectée. Mises à plat du volume du bassin.
Plusieurs dislocations hors du volume corporel affectent le côté gauche du squelette (le membre supérieur, la main, l’ilium, l’ischion, le pubis, le tibia, la fibula et la patella) ainsi que le rachis vertébral et les côtes. Ces déplacements sont vraisemblablement en rapport avec l’action d’animaux fouisseurs.
Des mouvements de rotation concernent le fémur gauche, en face médio-antérieure, et le tibia et la fibula droits, en face latérale.

573Interprétation
Dépôt primaire, la logique anatomique étant respectée. Espace de décomposition indéterminé.
Les perturbations de l’agencement du squelette provoqués d’une part par la destruction de la limite occidentale de la tombe et d’autre part par la circulation d’animaux fouisseurs rendent délicate l’estimation de l’architecture et de la gestuelle funéraire.

574Datation
Antérieure au bâtiment 1733, daté entre le xe et le xiie siècle, cette tombe est également antérieure à la sépulture 3188. HMA probable

Image 10000000000004FD0000035662228FED4E9DA099.jpg

Fig. 88. Tableau récapitulatif des sépultures avec les différentes méthodes d’estimations des âges et le sexe. © H. Réveillas.

Image 10000000000005160000039B292D9F561E629088.jpg
Image 10000000000005240000036E127BB64E5E1BBA57.jpg

Fig. 88 (suite et fin). Tableau récapitulatif des sépultures avec les différentes méthodes d’estimations des âges et le sexe. © H. Réveillas.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Références bibliographiques du catalogue

Alexandre-Bidon D., 1996, « Le linceul (textes et images xiiie-xvie s.) », in : Bonnabel L., Carré F., éd., Rencontre autour du linceul, Compte rendu de la journée d’étude du GAAFIF et le SRA de Haute-Normandie, Paris, 5 avr. 1996, Reims, Groupe d’Anthropologie et d’Archéologie funéraire en Île-De-France, p. 10-14.

Barnes E., 1994, Developmental defects of the axial skeleton in palaeopathology, Niwot, Univ. Press of Colorado, 360 p.

Blaizot F., Savino V., 2006, « Ensembles funéraires isolés de la moyenne vallée du Rhône », in : Maufras O. éd., Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.) : contribution des travaux du TGV-Méditerranée à l’étude des sociétés rurales médiévales, Paris, éd. de la MSH, p. 281-354.

Boulestin B., Duday H., 2005, « Ethnologie et archéologie de la mort : de l’illusion des références à l’emploi d’un vocabulaire », in : Mordant Cl., Depierre G. éd., Les pratiques funéraires à l’Âge du Bronze en France, Actes de la table ronde de Sens en Bourgogne (Yonne), 10-12 juin 1998, Paris, éd. du CTHS/Sens, Soc. archéologique de Sens, p. 17-35.

10.1002/ajpa.10012 :

Bruzek J., 2002, « A method for visual determination of sex, using the human hip bone », American Journal of Physical Anthropology, t. 117, 2, p. 157-168.

Buquet-Marcon C., Pecqueur L., Detante M., 2008, « Parés d’habits invisibles », in : Bizot B., Signoli M. ed., Rencontre autour des sépultures habillées, Actes des journées d’études organisées par le GAAF et le SRA de Provence-Alpes-Côte d’Azur, Carry-le-Rouet, 13-14 déc. 2008, Téloché, GAAF, p. 65-75.

Burgevin A., 2008, « Les monnaies », in : Peytremann É. dir., 2008d, Sermersheim (Bas-Rhin) ‘Hintere Buen’ : une occupation du Néolithique ancien à la fin du haut Moyen Âge (5000 av. J.-C.- 1200 ap. J.-C.), Rapport final d’Opération, Dijon, Inrap Grand-Est Sud, p. 117-122.

Carré F., Guillon M., 1998, « Méthodes d’approche chronologique d’un cimetière rural du viie au xive siècle : le site de Portejoie (Tournedos-sur-Seine, Eure) », in : Delestre X., Périn P. éd., La datation des structures et des objets du haut Moyen Âge : méthodes et résultats, Actes des XVe Journées internationales d’Archéologie mérovingienne, 4-6 fév. 1994, Saint-Germain-en-Laye, AFAM, p. 93-98 (Mémoires de l’AFAM, t. VII).

Carré F., Guillon M., 2012, « Effets de l’effondrement de planches sur le squelette : trois exemples du site de Tournedossur-Seine/Porte-Joie (Eure), viie-xive », in : Carré F., Henrion F. dir., Le bois dans l’architecture et l’aménagement de la tombe : quelles approches ?, Actes de la table ronde d’Auxerre, 15-17 oct. 2009, Saint Germain-en-Laye, AFAM, p. 341-353 (Mémoires de l’AFAM, t. XIII).

Duday H., 2006, Lezioni di archeotanatologia : archeologia funeraria e anthropologia di campo, Rome, Soprintendenza archeologica di Roma, École française de Rome, École pratique des Hautes Études, 230 p.

Duday H., Guillon M., 2006, « Understanding the circumstances of decomposition when the body is skeletonised », in : Schmitt A., Cuhna E., Pinheiro J. ed., Forensic Anthropology and Medecine : Complementary Sciences From Recovery to Cause of Death, Totowa, NJ, Humana Press inc., p. 117-157.

Gaultier M., Guillon M., Corde D., Trébuchet E., 2008, « Les chaussures dans les sépultures antiques : dépôts et habillement », in : Bizot B., Signoli M. ed., Rencontre autour des sépultures habillées, Actes des journées d’études organisées par le GAAF et le SRA de Provence-Alpes-Côte d’Azur, Carryle-Rouet, 13-14 déc. 2008, Téloché, GAAF, p. 76-96.

Gleize Y., Réveillas H., Kacki S., Cartron I., Castex D., 2010, « Évolution taphonomique de dépôts funéraires en milieu estuarien », in : Journées annuelles de la Soc. d’Anthropologie de Paris, 1835ème séance, Bruxelles, 27-30 janv. 2010, Résumé.

Hershkovitz I., Greenwald C. M., Latimer B., L. Jellema M., Wish-Baratz S., Eshed V., Dutour O., Rothschild B., 2002, « Serpens Endocrania Symmetrica (SES) : a new term and a possible clue for identifying intrathoracic disease in skeletal populations », American Journal of Physical Anthropology, t. 118, p. 201-216.

Réveillas H., Gleize Y., Kacki S., Cartron I., Castex D., 2012, « Réflexions sur la nature et l’architecture des fonds de coffrage : l’exemple d’une tombe du haut Moyen Âge du cimetière de Jau-Dignac-et-Loirac (Gironde) », in : Carré F., Henrion F. dir., Le bois dans l’architecture et l’aménagement de la tombe : quelles approches ?, Actes de la table ronde d’Auxerre, 15-17 oct. 2009, Saint Germain-en-Laye, AFAM, p. 303-305 (Mémoires de l’AFAM, t. XIII).

Roberts C., Buikstra J. E., 2003, The bioarchaeology of tuberculosis : a global view on a reemerging disease, Gainesville, Univ. Press of Florida, 343 p.

Treffort C., 1996, « Quelques remarques sur l’iconographie du linceul au haut Moyen Âge », in : Bonnabel L., Carré F. éd., Rencontre autour du linceul, Compte rendu de la journée d’étude du GAAFIF et le SRA de Haute-Normandie, Paris, 5 avr. 1996, Reims, Groupe d’anthropologie et d’archéologie funéraire en Île-de-France, p. 8-9.

Wapler U., 1998, Cribra Orbitalia in anthropology : diagnostic criterions and implications in the study of ancient skeletal populations, Thèse de doctorat de Univ. de Bordeaux 1, sous la dir. d’É. Crubezy, Talence, Univ. de Bordeaux I, 2 vol. dactyl. (319 et 263 p.).

10.1002/ajpa.10321 :

Wapler U., Crubézy É., Schultz M., 2004, « Is Cribra Orbitalia Synonymous With Anemia ? Analysis and Interpretation of Cranial Pathology in Sudan », American Journal of Physical Anthropology, t. 123, p. 333-339.

10.1002/ajpa.20839 :

Weston D. A., 2008, « Investigating the Specificity of Periosteal Reactions in Pathology Museum Specimens », American Journal of Physical Anthropology, t. 137-1, p. 48-59.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.