Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Partie V. L’apport de la fouille

p. 281-312


Texte intégral

1. SERMERSHEIM DANS SON CONTEXTE HISTORIQUE (É.P.)

1Sermersheim est mentionné dans plusieurs documents datés des viie-ixe siècles1. Hélas, tous ces textes sont considérés comme des faux ou tout au moins comme des actes interpolés, rédigés aux xiie et xiiie siècles (Pfister, 1892 ; Bruckner, 1949).

2Le plus ancien témoignage (supposé du dernier quart du viie siècle) est un acte transcrit par la Chronique d’Ebersmünster (MGH, SS, t. 23, p. 427 ss), dont les historiens s’accordent à dater la rédaction des environs de 1160 (Bloch, 1909). Le duc Eticho (Aldaric), en fondant l’abbaye d’Ebersmünster en 675 (datation non assurée), la dote d’une vingtaine de villae dont « à Sarmeresheim, une cour seigneuriale avec toutes ses dépendances, à savoir l’église de cette villa avec ses dîmes, les manses serviles et censitaires, avec le moulin et le droit de ban de (= sur) cet alleu »2. Cette possession est confirmée par une série de faux3 rédigés à peu près à la même période que la Chronique et par une bulle authentique du pape Lucius III établie en 11834.

3Un autre document, un faux daté de 679 provenant également de la Chronique d’Ebermünster et produit au milieu du xiie siècle (Pfister, 1892, p. 438) montre un lien entre le monastère d’Ebersmunster et celui de Hohenburg. Odile, abbesse de Hohenburg, conclut avec Eberhard, abbé d’Ebersmunster, un accord au terme duquel, en échange des célébrations des messes de la Nativité, de Pâques et de la Pentecôte, elle cédait aux moines des propriétés à Sermersheim, dont une chapelle5.

4Parallèlement, il existe un autre document, dont la véracité a aussi été remise en question (Pfister, 1892, p. 436). Il s’agit du testament de sainte Odile, daté de 708 et probablement rédigé au xiiie siècle (Buttner, 1939, p. 117), qui mentionne une curtis à Sermersheim6 appartenant au monastère de Niedermunster (abbaye située en contrebas de celle du Hohenburg, fondée postérieurement à cette dernière et liée à celle-ci). Ce document a été rédigé au moment où les monastères de Hohenburg et de Niedermunster s’affrontaient sur un certain nombre de possessions et sur le partage de la cour d’Obernai, siège de justice (Pfister, 1892, p. 435-436).

5Un troisième groupe de documents, véridiques et plus tardifs, associe Sermersheim à la dynastie impériale ottonienne. Dans un diplôme du 16 novembre 968, l’empereur Otton Ier donne en pleine propriété à son épouse Adelaïde, entre autres biens, une cour à Sermersheim7. Un second diplôme, cette fois-ci d’Otton III, redonne à l’abbaye de Seltz, fondée par sa grand-mère Adelaïde, le predium de Sermersheim avec toutes ses dépendances (aucune mention d’une église), qu’il avait auparavant donné au comte Manegold pour y fonder un monastère8. Cette cour de l’abbaye de Seltz est vendue à l’évêque de Strasbourg en 1316 pour 450 livres9.

6Ces différents documents tendent à montrer que le village de Sermersheim est un bien appartenant aux ducs d’Alsace. Ces derniers en ont probablement détaché une partie (Büttner, 1939, p. 71) lors de la fondation de l’abbaye d’Ebersmunster et de celle de Hohenburg. Les deux abbayes ont organisé leurs biens à Sermersheim sous la forme de cours domaniales possédant une église – terme générique pouvant également correspondre à une chapelle. Elles ne possédaient néanmoins pas l’ensemble du village puisqu’au xe siècle, il est fait mention d’une troisième cour domaniale donnée par l’empereur à l’abbaye de Seltz. Cette troisième cour n’aurait pas eu alors d’église ou de chapelle.

Image 10000000000002030000017471736F717E805859.jpg

Fig. 314. Extrait du plan et arpentage du ban de la communauté de Sermersheim, baillage de Benfeld de 1760 avec localisation de la chapelle Saint-Wendelin. AD Bas-Rhin C 568 (358). © http://www2i.misha.fr/flora/servlet/LoginServlet

7Dans sa notice consacrée à Sermersheim, Ph. A. Grandidier écrit en 1867, sans préciser ses sources « [qu’] il y avait autrefois deux chapelles à Sermersheim, titre de deux chapellenies, l’une de Sainte-Adelaïde, dans la cour de l’abbaye de Seltz, et l’autre de Saint-Jean-Baptiste, dans la cour de celle d’Ebersmunster (…) Il y avait aussi autrefois, dans Sermersheim, près de l’Ill, une chapelle dédiée à saint Ulrich10, dont on voit encore les ruines, et dont les revenus sont possédés aujourd’hui par l’évêque de Strasbourg. Hors du village et près de la grande chaussée est la chapelle Saint-Vendelin, bâtie par la communauté. » (Grandidier, 1867, p. 362). Seule cette dernière chapelle a été localisée, en dehors du village, le long de la route nationale 83. Elle figure sur la carte de Speklin de 1576, sur celle de Cassini, sur la carte de Strasbourg à Belfort11 et sur le plan de finage de 176012 (fig. 314). Elle est détruite en 1794 (Barth, 1960, p. 1912).

8L’église paroissiale Saint-Jean-Baptiste n’est mentionnée que tardivement (1371) dans la documentation. Elle apparaît dans le plus ancien répertoire des prébendes dressé par l’évêché de Strasbourg13. La titulature est identique à celle de la chapelle mentionnée antérieurement, ce qui pose le problème de savoir s’il s’agit de la chapelle Saint-Jean-Baptiste dépendant de la cour d’Ebermunster qui aurait acquis le statut d’église paroissiale, ou si la chapelle n’a pas été déplacée en fonction du développement de l’habitat.

9Le village de Sermersheim est donné en 1291 en fief aux seigneurs de Bergheim14 qui le firent fortifier et le dotèrent d’un château. Après un assaut du seigneur de Ribeaupierre en 1291, repoussé par Cunon de Bergheim, l’oppidum de Sermersheim est à nouveau assiégé en 129215 par l’évêque de Strasbourg allié à la cité de Strasbourg. La ville de Sermersheim est alors détruite (Grandidier, 1867, p. 361). En 1350, le village est vendu par les seigneurs de Bergheim à l’évêque de Strasbourg pour 800 livres, avec un bois situé entre Sermersheim et Stozheim, le Rischwald, avec l’accord de l’empereur (Grandidier, 1867, p. 361).

10La documentation écrite laisse entendre, pour la période contemporaine de l’occupation du site fouillé, que le territoire de Sermersheim était sans doute dominé par trois seigneuries foncières représentées par trois cours seigneuriales. Les paysages qui apparaissent en filigrane montrent des champs cultivés où pousse notamment la vigne, des forêts, des prés, des cours d’eau riches en poissons, aux bords desquels sont installés des moulins.

2. UN SECTEUR SPÉCIALISÉ DU VILLAGE DE SERMERSHEIM

11L’occupation altomédiévale qui se développe dans l’emprise de la fouille est caractéristique d’une zone d’activités spécifiques à fonctions agricole et artisanale, excluant tout usage résidentiel.

12Cette interprétation s’appuie en premier lieu sur la nature des structures et en particulier sur l’absence de construction sur poteaux ou solins pouvant servir d’habitation16. L’hypothèse selon lesquelles des habitations sur sablières basses auraient pu exister, outre le fait qu’elle n’est pas démontrable, ne s’accorde pas avec les observations réalisées sur le terrain. Des sablières basses ont en effet été perçues ; il est donc difficile de croire en la disparition d’un certain nombre d’entre elles, plus particulièrement dans les zones de vide, les moins densément occupées. En deuxième lieu, l’étude archéozoologique a montré que le type de matériel osseux correspond à des restes de grande taille, plus caractéristiques des zones éloignées des habitations (cf. 3.3.3). Enfin, le faible nombre de céramiques dans le comblement des puits indique, là encore, une utilisation qui n’est pas domestique. À titre de comparaison, le comblement du puits découvert sur le site de Roeschwoog a livré un ensemble d’au moins dix pots verseurs complets (Koziol, 2010, p. 87-90). Une aire funéraire se trouve associée à ce secteur spécialisé.

2.1. Du vie au début du viiie siècle

13Cinq ensembles d’une superficie variant de 1 500 à 3 265 m2 ont été isolés à partir de la répartition topographique des vestiges. Il n’est cependant pas possible de savoir si ces groupements correspondent à de réelles concentrations témoignant d’une ou de plusieurs activités particulières sur une parcelle, dans un secteur réservé du territoire villageois, ou s’ils sont le fruit de l’érosion naturelle combinée à la méthode de fouille et d’analyse des données. La limite orientale d’extension des constructions correspond peu ou prou à celle de la terrasse de lœss. Si le bâti se poursuit au-delà de la limite de fouille au sud-ouest, il est en revanche partiellement limité à l’ouest par un important fossé orienté nord-sud. Les limites septentrionales et méridionales de l’occupation n’ont pas été atteintes. Néanmoins, malgré les limites de l’interprétation spatiale liée à la qualité des données, il est possible d’affirmer que le lotissement de ce secteur est contrôlé, notamment si l’on se réfère à l’espace vide de construction bordant le fossé 1785. Il témoigne sans nul doute du respect d’une limite ou d’un terrain au statut juridique particulier (droit de passage, espace public, etc.), voire un cheminement hors-service qui n’est pas immédiatement investi.

14Les principales constructions recensées sont des puits, des cabanes excavées, des silos et des fosses. Les huit puits fonctionnant à cette période témoignent d’une technique de construction faisant appel aux troncs de vieux chênes, probablement creux. L’autre technique reconnue est très proche, puisque le cuvelage circulaire est réalisé à l’aide de douves également en chêne.

15Les cabanes excavées (fig. 315) n’offrent aucune originalité architecturale. En revanche, il est fort vraisemblable qu’elles aient été utilisées comme ateliers pour des activités artisanales. En effet, à cette période, le secteur est partiellement dévolu à des activités textiles : tissage de pièces de chanvre, lavage des fibres et des étoffes, réalisées dans quatre ateliers répartis dans les ensembles A1, A4 et A5. (fig. 17 et 19 supra). D’autres activités artisanales, comme le travail du cuir, ne sont pas exclues mais plus difficilement démontrables. Les activités agricoles sont également attestées, notamment l’ensilage et, en négatif, l’agriculture et l’élevage. Ce dernier, principalement à destination bouchère, atteste une spécialisation tournée vers le bœuf et, dans une moindre mesure, vers les équidés. Les puits à eau servent probablement en partie à l’abreuvage des animaux, notamment des chevaux, mais également à l’humidification des fibres de chanvre et au lavage des fibres et des pièces tissées. Une partie du traitement du chanvre, qui était cultivé dans les champs environnants, était probablement réalisée dans ce secteur.

Image 1000000000000324000001DE9A651A4332639773.jpg

Fig. 315. Types de cabanes excavées attestés à la période vie-viie s. DAO : P. Girard et É. Peytremann.

16La céréaliculture est dominée par le blé. En effet, à la différence d’autres sites contemporains, les cultures du seigle et de l’épeautre sont minoritaires. Le traitement des céréales est probable et leur stockage assuré dans l’emprise du site. L’identification par l’analyse carpologique d’un stock de céréales brûlées rejetées dans la cabane abandonnée FDC 1223, confirme en effet l’activité de stockage, attestée d’autre part par les silos. La culture d’arbres fruitiers et de la vigne est éventuellement destinée à approvisionner la ou les abbayes qui possèdent des terres à Sermersheim.

17Le mobilier céramique découvert correspond à un répertoire de formes classiques. La provenance des produits est majoritairement locale, à l’exception d’une production originaire du Rhin moyen. Le mobilier métallique, principalement représenté par trois couteaux, est peu abondant et ne représente qu’à peine 150 g de fer.

18Les quelques éléments découverts ayant trait à la vie quotidienne renvoient l’image d’individus qui ne se distinguent17 pas socialement et qui ont accès à des ressources sylvicoles pour se procurer des troncs de chênes nécessaires à leurs activités. Une partie de cette population consomme de la viande de cheval ou du moins l’utilise18.

2.2. De la fin du viie à la fin du xe siècle

19À partir de la fin du viie ou du début du viiie siècle, le secteur se densifie, ce qui trahit probablement une intensification des activités artisanales et agricoles. D’un point de vue topographique, la zone d’activités est plus concentrée, puisqu’elle ne compte plus que quatre ensembles, d’une superficie comprise entre 1 500 à 4 500 m2 environ. C’est durant cette période qu’une aire funéraire est créée dans l’espace vierge situé le long du fossé 1785. Des sépultures ont également été creusées en limite de la zone d’activité et de la plaine d’inondation de la rivière.

20Aux constructions précédemment identifiées s’ajoutent de rares bâtiments d’exploitation sur poteaux à usage agricole et un possible enclos. Si la nature des vestiges ne change pas, en revanche leur quantité augmente. Ainsi, trente et une cabanes excavées sont comptabilisées pour la période HMA 2 en lieu et place des treize cabanes attestées pour la période antérieure. Elles conservent un certain nombre de caractéristiques architecturales, comme les types à deux et quatre poteaux, auxquels s’ajoutent les types sans poteau et à poteau unique (fig. 316). Les puits connaissent également une augmentation. Leur nombre a en effet doublé par rapport à la période HMA 1. À la technique de construction à l’aide de tronc s’ajoute celle, plus rare, de la construction du cuvelage par planches assemblées.

21Le nombre d’ateliers textiles envisagé, au minimum huit (cf. 2.1.2.2.), double par rapport à la période antérieure. C’est également au début de la période HMA 2 que la culture du lin est introduite si l’on se fie aux analyses carpologiques (PUI 1926 : 685 AD ± 10). Cette importance de l’activité textile amène à se demander si ce groupement d’une dizaine d’ateliers ne correspond pas à une unité de production textile, le « gynécée », tel qu’il est défini par Isidore de Séville : « le rassemblement de femmes pour mener à bien le travail de la laine » (Barney et alii, 2006, XV, vi 3, p. 311) et dans la documentation textuelle qui élargit le sens au travail textile. En effet, dans le fameux chapitre 43 du Capitulaire de Villis, si souvent cité dès lors qu’il s’agit d’évoquer l’activité textile, il est précisé que doit être distribué « (…) à nos gynécées selon les règles établies [ce qui est nécessaire] au travail, à savoir le lin, la laine, la guède, le vermillon, la garance, les peignes à laine, les chardons à carder, le savon, la graisse, les récipients et toutes les autres menues fournitures qui sont nécessaires [au travail]. » (Magnou-Nortier, 1998, p. 649 et 661)19. Cette hypothèse est recevable si l’on admet, à partir de la documentation écrite à disposition, que les ateliers mis au jour dépendaient d’une abbaye ou d’un monastère. En effet, les sources écrites montrent un lien étroit entre les gynécées et le fonctionnement économique non seulement des palais ou des monastères, mais aussi des ensembles élitaires (Irsigler, 1970, p. 483)20. Leur attestation demeure cependant rare dans les polyptyques (Toubert, 1990, p. 79-80).

Image 1000000000000264000001ED4C7F77C7513F7626.jpg

Fig. 316. Types de cabanes excavées attestés à la période viie-xe s. DAO : P. Girard et É. Peytremann.

22Si l’on estime la présence d’une à deux femmes21 devant chaque métier22, le nombre de huit (à seize) femmes est conforme aux chiffres avancés à partir des textes, de quelques femmes à une trentaine23 (Irsigler, 1970, p. 484 ; Devroey, 1999, p. 231), voire quarante pour le gynécée d’Ellenweiller (Bas-Rhin ; Brückner, 1949, no 127). En revanche, les sources écrites ne décrivent pas précisément la topographie de ces unités de production textile au sein du palais ou de la villa où elles sont installées. Les seules évocations concrètes des bâtiments de gynécée se trouvent dans le même Capitulaire de Villis, au chapitre 49, où il est fait mention d’habitations, de pièces chauffées, de cabanes – c’est-à-dire d’escrènes –, de clôtures et de bonnes portes (MGH Capit. no 32, p. 87). Ainsi, dans la vision idéale du capitulaire, les gynécées de domaines royaux sont protégés par une clôture et abritent les ateliers proprement dits et les maisons des femmes. En revanche, rien n’est dit de leur emplacement ni de leur configuration.

23L’usage de la cabane excavée comme lieu de tissage et de filage est établi depuis fort longtemps (Chapelot, 1980, p. 30). En revanche, l’hypothèse d’un gynécée n’a jusqu’à présent été proposée que pour le site palatial de Tilleda, particulièrement bien documenté par les sources écrites (Grimm, 1963 ; 1964). Dans le cas de Sermersheim, le contexte est tout autre puisque les indications textuelles évoquent des cours domaniales qui dépendent d’abbayes féminines ou masculines. Les données archéologiques révèlent par ailleurs qu’aucune habitation n’était topographiquement associée aux cabanes dans l’espace fouillé. Cette hypothèse d’identification de l’ensemble des ateliers textiles découverts à Sermersheim à une unité de production textile dépendant d’un propriétaire important, renvoie à la réalité matérielle de la cour domaniale, à sa composition et à son organisation (cf. infra).

24L’activité textile doit être mise en relation avec la culture du lin et du chanvre, qui sont probablement traités sur place ou au bord de l’Ill, distante du site de 200 m. La production textile, qui nécessite une humidification régulière des fibres, bénéficiait peut-être aussi d’un lavage et d’un blanchiment sur place qui expliqueraient en partie l’abondance de puits alimentant la zone. Avec ces puits, on retrouve d’ailleurs un lieu de prédilection pour le travail féminin tel qu’il a été analysé par L. Kuchenbuch (Kuchenbuch, 1991, p. 152). La teinture in situ peut également être envisagée. Les arguments sont certes faibles : présence non seulement d’un certain nombre de plantes tinctoriales, le noyer, l’yèble, la prunelle et le sureau pour les principales (Delort, 1990 ; Cardon, 2003, p. 202-203), mais aussi de céramiques comprenant des dépôts ferreux pouvant avoir joué un rôle dans cette activité notamment comme mordant ou comme colorant, et bien sûr la présence des puits fournissant l’eau. Des ustensiles tels que les baquets ou les chaudrons ne laissent que peu de traces archéologiques et les foyers ont pour l’essentiel disparu en raison de l’arasement des vestiges. En revanche, au vu du faible nombre de fusaïoles découvertes, il est peu probable que l’activité de filage se déroulait dans ces ateliers ; elle se faisait plus vraisemblablement au domicile des femmes situé en dehors du secteur d’activités spécifiques.

25Sur cette activité textile se greffe une autre activité artisanale, cette fois-ci foncièrement masculine, qui n’était pas pratiquée antérieurement. Une forge fonctionne durant cette période dans l’ensemble B2. Si sa réalité matérielle n’a pas pu être approchée en raison de l’état d’arasement du site, l’analyse paléométallurgique a toutefois permis d’identifier l’usage d’au moins deux foyers de forge à la morphologie distincte. Il ne s’agit pas uniquement, comme dans beaucoup de sites ruraux, d’une forge d’entretien, mais bien d’une forge produisant de petits objets réalisés à partir de tiges de petite section. Aucun indice de transformation du minerai n’atteste une production de matière première sur place. Celle-ci devait être importée ou provenir d’une activité de recyclage, qui elle, est bien présente sur le site. La localisation supposée de la forge en fonction de la répartition des restes métalliques indique que cette dernière se trouvait à proximité d’un atelier textile (FDC 2432)24 et non loin d’un second (FDC 2502) et d’un puits (PUI 2471). Cette analyse topographique atteste une juxtaposition du travail féminin et du travail masculin dans un même secteur.

26L’élevage comme la culture témoignent d’une stabilité dans leurs orientations. Les productions agricoles, notamment céréalières et fruitières, sont comparables à celles de la période antérieure. Les différentes espèces de céréales identifiées, associées à la culture de légumineuses et de plantes oléagineuses, suggèrent une rotation des cultures. La découverte d’un demi-noyau de pêche dans un contexte de la fin du viie siècle constitue une nouveauté pour l’Alsace, dans la mesure où la culture du pêcher n’était jusqu’à présent attestée qu’à partir du ixe siècle sur le site de Nordhouse (Châtelet, 2006, p. 39-40). Ce type d’arbre fruitier se trouve généralement en contexte élitaire ou religieux, là où la culture fruitière est développée25. La coriandre, le céleri et le fenouil, plantes avant tout aromatiques, possèdent également des vertus médicinales. La présence de ces espèces, attestées aussi bien dans des milieux élitaires26 que paysans, pose la question de la culture et de la cueillette des plantes médicinales.

27L’augmentation du nombre de silos est considérable, puisqu’au lieu de cinq à la période HMA 1, une vingtaine est comptabilisée pour la période HMA 2, à laquelle s’ajoutent probablement la plupart des silos de la période HMA, ceux qui ne sont pas datés et un certain nombre de fosses. Il y a par ailleurs de fortes probabilités pour que les constructions sur poteaux non datées et interprétées comme des greniers appartiennent également à cette période. S’il n’est pas possible, à partir des seules structures de stockage, d’envisager une augmentation des cultures27 ou du moins de leur rendement, il en ressort néanmoins une nette augmentation de la capacité de stockage des récoltes. L’analyse carpologique témoigne d’un stock de céréales (majoritairement du blé et un peu d’orge) qui a brûlé et a été rejeté dans la fosse 1238 de l’ensemble B4. Cette augmentation de la capacité de stockage, déjà observée sur d’autres sites (Peytremann, 2013d), est peut-être à mettre en relation avec la dîme28 ou avec une modification des pratiques de la redevance ou des pratiques commerciales.

28Le mobilier céramique découvert offre un répertoire de formes classiques. La provenance des produits est majoritairement régionale. Le mobilier métallique reste peu abondant et représente 240 g de fer. On peut toutefois noter non seulement la présence de forces, d’un moraillon de coffre, de deux couteaux, d’un fer à cheval, mais aussi de clous. La découverte de fragments de chaussures en cuir dans le comblement d’un puits reste unique en Alsace pour cette période en milieu rural.

29La zone d’activités spécifiques connaît un véritable essor durant cette période avec une spécialisation dans le textile, le fonctionnement d’une forge, dont la production n’est probablement ni très importante ni durable, et une activité agricole et horticole qui témoigne de choix particuliers tendant à confirmer une gestion caractéristique d’un domaine : dominance du blé, rotation des cultures, cultures de plantes textiles29, culture de légumes, culture fruitière et viticulture, élevage de chevaux et de bovidés (Devroey, 2003). L’image renvoyée de la population fréquentant cette zone d’activités spécifiques ne connaît pas de modification par rapport à la période antérieure. Les occupants continuent en effet à avoir accès aux ressources forestières nécessaires aux constructions et à consommer ou à utiliser, pour une partie d’entre eux, de la viande de cheval30.

2.3. Du xe au xiie siècle

30La nature de l’occupation ne change pas par rapport à celle de la période antérieure. Les vestiges, identiques mais moins nombreux, témoignent d’une rétraction du bâti avant un abandon des activités dans ce secteur. Le nombre de puits reste néanmoins important puisqu’on en connaît au moins six.

31Le nombre d’ensembles reste stable. Leur superficie varie peu par rapport à la période HMA 2. Les vestiges sont présents dans l’ensemble de la zone de fouille, à l’exception toutefois du dernier quart méridional. Le principal changement consiste en la disparition des deux groupes funéraires, qui laisse à nouveau une bande de terrain vierge le long du fossé. Les cabanes (fig. 317) et les puits conservent les mêmes caractéristiques architecturales, témoignant de la persistance, notamment pour les puits, d’une tradition de construction.

Image 100000000000020000000126104ADE624F1E28F9.jpg

Fig. 317. Types de cabanes excavées attestés à la période xe-xiie s. DAO : P. Girard et É. Peytremann.

32L’activité textile sur métier vertical à poids perdure, même si le nombre d’ateliers diminue légèrement puisqu’on l’évalue à sept. Il convient de souligner la persistance de l’utilisation de ce type de métier en Alsace, alors qu’en Île-de-France, mais également en Lorraine, il est remplacé aux environs du xe siècle par le métier vertical à double ensouple. Cette persistance est peut-être également à mettre en relation avec la nature domaniale ou non de la production (Bourgeois, 2014, p. 180-181). La culture du chanvre est toujours attestée alors que celle du lin ne transparaît pas dans le seul prélèvement étudié pour cette période. La pratique de la teinture est toujours envisageable au vu des plantes tinctoriales présentes, le noyer, le sureau, l’yèble, la camomille, la mauve ou la carotte.

33Les orientations en matière d’élevage et d’agriculture ne changent pas et restent conformes à ce qui a pu être, plus généralement, observé dans des sites ruraux du nord-est de la France durant cette période. La découverte d’une faucille à dents confirme, s’il le fallait, la pratique de la céréaliculture et montre également un perfectionnement de la technique de coupe. La présence de plusieurs pots de poêle en céramique confirme l’usage du poêle en milieu rural, en dehors des châteaux, et indique une amélioration du confort dans les bâtiments d’habitation. Leur localisation dans des comblements de structures, notamment des puits, montre que l’utilisation des structures abandonnées du secteur étudié en dépotoir s’est prolongée jusqu’à son abandon. Le mobilier métallique reste peu abondant et représente pour cette période environ 500 g. Il comprend au moins une faucille, trois couteaux et une clarine. Aucune trace de consommation de viande de cheval n’a été relevée pour cette période.

2.4. Conclusion

34L’espace fouillé sur la commune de Sermersheim est à l’origine de la découverte d’un secteur interprété comme une zone d’activités spécialisées en fonction du vie au xiie siècle, associée, un temps, à des ensembles funéraires. L’analyse des vestiges et du mobilier a permis d’identifier une importante activité textile organisée en différents ateliers qui peuvent s’interpréter comme une unité de production textile. Une forge est en activité durant une phase du fonctionnement de la zone. Les productions agricoles, culture et élevage, montrent une grande stabilité dans les choix, qui peuvent évoquer une gestion domaniale. La proximité du centre urbain de Strasbourg offrait vraisemblablement un débouché aux surplus des productions artisanales et agricoles, qui peuvent être acheminées par l’Ill ou par un axe terrestre nord-sud d’origine antique et certainement encore en activité au début du Moyen Âge.

35L’hypothèse précédemment avancée de l’existence possible sur le site d’une unité de production textile appartenant à un seul propriétaire conduit à interpréter le secteur fouillé comme un espace privatif où sont concentrées un certain nombre d’activités économiques. Ces différentes hypothèses, appuyées par l’apport des sources textuelles mentionnant la présence d’au moins une cour domaniale à Sermersheim, permettent d’avancer l’hypothèse selon laquelle le site fouillé à Sermersheim correspond, au moins à partir de la période HMA 2, au secteur agricole et artisanal d’une cour domaniale – ou à une partie de celui-ci –, distinct d’un secteur résidentiel, éventuellement localisé sous le village actuel. C’est dans ce secteur périphérique qu’auraient été concentrées une partie des produits de la récolte et des redevances, des ateliers textiles, la forge et peut-être une partie du bétail. Le maintien de la fonction de ce secteur et des orientations économiques, aussi bien agricoles qu’artisanales, est un argument en faveur d’une continuité de gestion qui est restée aux mains d’un même propriétaire. La seule activité qui connaît une brève existence est la forge qui peut, pour diverses raisons, avoir été déplacée. L’abandon du secteur peut, dans cette perspective, être lié à l’arrêt de l’activité de tissage. Plusieurs hypothèses peuvent alors être avancées pour justifier cette disparition de l’activité textile comme celle, classique, du transfert des activités textiles vers les centres urbains. La ville de Strasbourg n’est cependant pas connue pour avoir abrité une importante activité textile31. Celles de Sélestat, de Colmar et de Mulhouse, plus éloignée, ne sont pas fondées avant le début du xiiie siècle et l’activité textile de la troisième ne remonte qu’au xviiie siècle (Dollinger, 1970, p. 319-321).

36On ne peut cependant pas exclure la cessation d’autres activités non identifiées. La découverte à au moins deux reprises de deux couteaux dans le comblement de cabanes laisse envisager une activité sans rapport avec le tissage. La plupart des couteaux proviennent en effet de comblements de cabanes que rien ne permet de rattacher à une activité textile.

37Enfin, une transformation du mode même de production, comme l’abandon de l’unité de production textile du domaine au profit de productions réalisées dans le cadre domestique, peut expliquer l’abandon de ce secteur qui est probablement mis en culture.

3. LES ZONES D’ACTIVITÉS SPÉCIFIQUES DU HAUT MOYEN ÂGE : QUELLE SIGNIFICATION ?

38Les zones d’activités spécifiques témoignent, si l’on suit l’hypothèse émise au sujet du site de Sermersheim, de la présence d’un propriétaire ayant les moyens de réunir en un seul lieu des infrastructures de stockage et/ou parfois de transformation et des ateliers. Elles correspondent donc vraisemblablement à une partie de la curtis dominica mentionnée dans les textes. Ce schéma d’organisation est caractéristique d’un système d’exploitation domanial (Verhulst, 1983 ; Devroey, 2003). Il convient d’insister sur l’aspect partiel de la fouille du gisement de Sermersheim, dans la mesure où il manque, pour répondre à la définition de curtis proposée par les historiens à partir de la documentation écrite, la partie résidentielle aussi bien destinée à la population domestique qu’au propriétaire ou à son représentant (Devroey, 2006, p. 446 et 523).

39Pour appuyer cette hypothèse de zones d’activités spécifiques liées à la curtis dominica, il est nécessaire de reprendre le dossier archéologique de ces zones, du moins pour celles qui ont été ou peuvent être clairement identifiées. Cette étude est limitée par la nature extrêmement hétérogène de la documentation archéologique et par, là encore, l’hétérogénéité des sources textuelles et le peu de recherches les concernant. Après un bref aperçu historiographique, l’enquête concerne d’abord les sites régionaux puis elle est élargie à la moitié nord de la France.

3.1. L’étude des zones d’activités spécifiques

40Si les zones d’activités spécifiques ne sont pas totalement inconnues des chercheurs, elles n’ont au mieux pas fait l’objet d’étude très détaillée ou au pire n’ont pas été reconnues en tant que telles (Peytremann, à paraître). Pourtant, dès le début de la multiplication des fouilles « d’habitats » ruraux du premier Moyen Âge à la fin des années 1980, les archéologues, dans leurs rapports, ont identifié ces zones sur la base d’une concentration de structures identiques, généralement des silos et des fours, et l’absence de structures d’habitation et de bâtiments sur poteaux de taille importante (Speller, 1993, p. 209-210 ; Daveau, 1993, etc.). Elles apparaissent pour la première fois sous les mentions de « zones d’activités spécifiques » ou « d’aires à fonctions spécialisées » dans l’article de Jean Chapelot ayant pour objet l’habitat rural en Île-de-France (Chapelot, 1993, p. 183). Une autre contribution, intitulée « Pour une approche renouvelée des habitats ruraux du haut Moyen Âge dans la moitié nord de la France », traite pour la première fois de ces secteurs spécialisés en tentant d’analyser leur superficie, leur composition et leur topographie (Peytremann, à paraître). La question, déjà soulevée par J. Chapelot, du statut collectif ou privatif de ces zones est toujours posée, sans qu’une réponse puisse être apportée à l’aide des seules données archéologiques.

3.2. Les zones d’activités spécifiques en Alsace et outre-Rhin

41À ce jour, deux autres sites ruraux sont connus en Alsace pour avoir un lien avec une zone d’activités spécialisées. Il s’agit des sites de Munviller dans le Haut-Rhin (Châtelet, 1999) et de Marlenheim ‘Hofstatt’ dans le Bas-Rhin (Châtelet, 2009). Ce chiffre est faible par rapport aux quarante-cinq sites d’habitat fouillés dans la région.

42Le site de Munwiller a été exploré sur 0,5 ha et aucune de ses limites n’a été atteinte. L’occupation s’étend du début du viie à la fin du xie siècle. Les trois quarts de l’espace fouillé sont occupés, du milieu du viiie à la fin du xe siècle, par des cabanes excavées qui sont alignées, par trois puits et par des fosses (fig. 318). Une limite, matérialisée par une clôture, sépare cette zone d’activités, au nord, d’un secteur, au sud, où se concentrent de nombreux trous de poteau délimitant plusieurs constructions. Le mobilier ne présente aucune originalité : la céramique n’est pas très abondante, le métal est représenté par vingt-deux objets parmi lesquels se trouvent deux forces, quatre couteaux, trois clous, une poignée, deux probables douilles d’outils dont un possible curoir et un éventuel fragment de fibule en alliage cuivreux (Châtelet, 1999, p. 28-29). L’inventaire ne fait état que de trois pesons, d’une fusaïole en terre cuite et d’un fragment de lissoir en verre. L’identification de la partie septentrionale du site à une zone d’activités spécialisées repose, dans ce cas, sur la concentration de cabanes excavées, de fosses et de puits et sur leur organisation. Il s’agit vraisemblablement ici plus d’un secteur artisanal en raison de l’absence de structure agricole, notamment de stockage. Aucune étude textuelle n’a jusqu’à présent été réalisée. La toponymie et les Libri confraternitatum Sancti Galli, Augiensis, Fabriensis32 laissent néanmoins penser que le territoire a été occupé ou possédé par une abbaye. Il n’est toutefois pas possible à partir de ces seules données d’émettre l’hypothèse d’un secteur en relation avec une curtis domaniale. En revanche, il apparaît clairement que nous sommes en présence d’une concentration volontaire de structures à fonction économique, dont la nature, privative ou collective, ne peut pas être reconnue.

43Le second site, celui de Marlenheim ‘Hofstatt’ a été exploré sur une surface de 1,7 ha, comparable à celle de Sermersheim. Il montre une occupation pluriséculaire dont la plus importante s’étend du début du vie à la fin du xiie siècle. Dans la partie orientale du site se développe, à partir des viie/viiie siècles, une zone d’activités artisanales couvrant une superficie d’environ 0,78 ha (fig. 319). Ses limites méridionales et orientales n’ont pas été atteintes. La centaine de cabanes excavées et les fosses s’ordonnent de part et d’autre d’un espace de cheminement d’environ 7 m de largeur. Un seul puits alimente le secteur (Châtelet, 2009, p. 104-106). La densité et le recoupement des structures indiquent une longue occupation marquée par des reconstructions au même endroit. Le mobilier atteste l’existence d’une activité textile et celle d’un travail de forge. Le filage est représenté par sept fusaïoles. Le nombre de pesons découverts est nettement moins important que sur le site de Sermersheim, puisque vingt pièces ont été recensées pour la période vie-xiie siècle, dont dix proviennent d’une même cabane. L’absence d’étude du mobilier céramique ne permet pas d’être plus précis et de pouvoir identifier plus clairement le nombre d’ateliers, qui, pour certains, comportent vraisemblablement des métiers verticaux à double ensouple. Quelques lissoirs en verre et aiguilles en métal évoquent la mise en forme de l’étoffe. La faune est particulièrement abondante. L’activité de forge est caractérisée non seulement par des restes de parois de fours et des scories mais encore par la présence de poinçons en fer.

44Une des originalités du site de Marlenheim ‘Hofstatt’ consiste en la présence d’éléments architecturaux de qualité, comme des fragments d’enduits peints, du mortier de chaux, des fragments de verre à vitre ou de nombreux fragments de tuiles et de dalles en terre cuite. Ces différents éléments laissent à penser qu’un ou des bâtiments relativement luxueux se trouvaient non loin de ce secteur artisanal.

Image 1000000000000428000004C2BE6414B407E92B88.jpg

Fig. 318. Développement chronologique du site de Munwiller sur plans schématisés. DAO : É. Peytremann d’après Châtelet, 1999.

Image 10000000000003FC0000031F3545911455F560B9.jpg

Fig. 319. Plan d’ensemble provisoire des structures vie-xiie/xiiie s. du site de Marlenheim ‘Hofstatt’ (Châtelet, 2009, fig. 40).

45Concernant Marlenheim, le dossier des sources écrites est important et a déjà fait l’objet de nombreuses études (Châtelet, 2009, p. 16-18)33. Les principaux éléments de ce dossier reposent sur les mentions d’un palais à Marlenheim dès le vie siècle, dans L’histoire des Francs de Grégoire de Tours34 puis, au viie siècle, dans la chronique de Frédégaire35 et enfin au ixe siècle dans la Vita s. Deicoli36. Après cette époque, la documentation écrite ne mentionne plus le palais. Il importe également de souligner que le toponyme Hofstatt signifie cour. La zone d’activités artisanales de Marlenheim dépendant vraisemblablement de la résidence royale apparaît relativement proche du fonctionnement économique de celle de Sermersheim.

46De l’autre côté du Rhin, l’idée de « zones d’activités spécifiques » n’est pas développée de la même façon et la notion d’« habitat d’artisans » (Handwerkersiedlung) est généralement préférée. Le site de Werhingen en Bavière mérite toutefois d’être mentionné pour comprendre une zone d’activités spécifiques. Exploré sur environ 1 ha, ce site a révélé une occupation diachronique allant de l’âge du Fer jusqu’au xie siècle (Babucke, 2005, p. 43-57). L’occupation médiévale couvre la période des viie-xie siècles. À côté de quelques bâtiments sur poteaux, certains interprétés comme des maisons-étables, d’autres comme des étables, des granges ou des bâtiments de stockage, se trouve une centaine de cabanes excavées, dont certaines sont alignées37 (fig. 320). Un certain nombre d’entre elles abritent un atelier de tissage comme l’atteste la découverte de pesons en place sur le sol ou dans leur comblement. Le filage sur place est assuré par la présence de fusaïoles en os, pierre ou céramique, tandis que la découverte de tablettes de tissage en os atteste une production particulière. Près des cabanes se trouvent six puits. Une activité métallurgique a également été identifiée sur la base de la découverte de fours et de scories. Deux sépultures, dont au moins une d’enfant, sont installées, celle de l’adulte en bordure d’un fossé circulaire délimitant un ancien tumulus et celle de l’enfant en bordure d’un fossé linéaire. Parmi le mobilier exhumé, la présence de deux éperons est à souligner. Aucune étude textuelle ne permet de relier ce site à une curtis domaniale, même si la documentation écrite permet de savoir que Wehringen était une possession monastique (Hunsicker, 2009, p. 68). Si en Suisse le concept de « zone d’activités » a été développé dans la publication du site de Develier-Courtételle (Federici-Schenardi, Fellner, 2004 p. 18) à l’aide de comparaisons françaises, on retrouve, pour certains sites, la notion de « village d’artisans » (Gewerbebesiedlung) notamment pour le site de Liestal-Röserntal (Lavicka, 1995, p. 27-34 ; Serneels, 1995, p. 35-44). Toutefois, les comparaisons outre-Rhin avec le site de Sermersheim restent rares.

Image 1000000000000405000005629D3F52FCBF1BB85E.jpg

Fig. 320. Plan d’ensemble du site de Wehringen (All.) du viie au xie s. (Babucke et alii, 2005, p. 44, fig. 30).

3.3. Les zones d’activités spécifiques dans la moitié nord de la France

47La reconnaissance de ces zones d’activités spécialisées ne coule pas de source, surtout a posteriori. Il est par ailleurs délicat de statuer sur les fouilles dont la superficie explorée est inférieure à 1 ha. Dans l’article « Pour une approche renouvelée… », une quinzaine de zones contemporaines ou partiellement contemporaines de celles de Sermersheim ont été recensées, parmi lesquelles se trouvent aussi bien des zones uniquement agricoles, essentiellement des zones de stockage, et des zones mixtes, artisanales et agricoles. Les superficies estimées présentent une importante variabilité (Peytremann, à paraître). C’est à partir de ce corpus complété qu’un certain nombre de sites ont été choisis pour cette étude, en ajoutant deux dimensions qui n’avaient pas été prises en compte précédemment, la topographie des vestiges et, lorsque cela s’avère possible, les indications fournies par la documentation écrite, quand celle-ci existe et a été exploitée (fig. 321).

48En premier lieu, une distinction semble pouvoir être établie entre les zones non seulement en fonction de leur superficie inférieure ou supérieure à 0,5 ha mais aussi d’après leur nature entièrement agricole, entièrement artisanale ou mixte (agricole et artisanale) et leur emplacement.

49Les petites zones de stockage et de traitement des céréales reconnues, par exemple, sur les sites de Bussy-Saint-Georges (Seine-et-Marne), de Créteil (Val-de-Marne), d’Isles-sur-Suippes (Marne), de Grosbliederstroff ‘Gungling’ (Moselle) (fig. 322), de Bussy-Saint-Martin (Seine-et-Marne) ou même de Distré (Maine-et-Loire), voire sur le secteur artisanal de Forges (Seine-et-Marne) (Speller, 1993, p. 209-210), se distinguent nettement de la zone d’activités de Sermersheim par leurs dimensions plus restreintes et par leur insertion dans la trame du bâti. Le site de ‘Gungling’ peut prêter à discussion dans le sens où aucun vestige d’habitation n’a été découvert. L’importance du mobilier céramique domestique et la destruction de la partie centrale ne permettent pas de trancher sur la nature exacte du secteur fouillé, qui a, c’est à souligner, également livré des sépultures. La nature de l’occupation postérieure au premier Moyen Âge, comprenant des bâtiments ayant probablement servi d’habitations, incite néanmoins à ne pas considérer ce site comme une zone d’activités spécifiques. Le site de Tagnon (Marne) pose lui aussi question. Fouillé sur 4300 m2, il a livré une occupation qui se développe dans le courant du viiie siècle pour prendre fin au cours du xiie siècle. Outre les difficultés de datation des structures, le principal problème auquel on se heurte dans l’interprétation de ce gisement de petite superficie tient à la fonction des bâtiments à abside sur tranchées de fondation (Truc, 2005, p. 39). En effet, si ces bâtiments sont interprétés comme des dépendances agricoles, notamment des granges, alors ce gisement peut être considéré comme une zone d’activités spécifiques à fonctions artisanales et agricoles. Trois secteurs ne comprennent pratiquement que des cabanes excavées dont certaines sont associées à des structures de combustion, foyer ou four, et d’autres sont alignées (fig. 323). Au centre du gisement se développe une importante aire de stockage associant silos, bâtiments sur fondations et une plate-forme de craie qui, selon l’une des interprétations proposées, est celle d’une aire de battage (ibid., p. 93). Le mobilier ne montre aucune particularité. Des poinçons en os attestent probablement une faible activité de tissage sur place. L’absence d’étude archivistique et la faible surface explorée ne permettent pas, à ce stade, d’aller plus loin dans l’analyse.

50Les autres sites présentent plus ou moins de points communs avec Sermersheim. Les similitudes observables sur le site de Torcy-le-Petit (Aube ; Béague-Tahon, Georges-Leroy, 1995, p. 175-184) résident principalement dans l’importance du nombre des cabanes excavées, dont l’essentiel est concentré dans un secteur, leur organisation présentant des alignements et dans l’association avec des fosses, des fours, quelques silos et deux puits (fig. 324). La principale différence avec Sermersheim porte sur l’association de cette zone à des bâtiments dont certains correspondent assurément à des habitations. Torcy est évoqué dans le polyptyque, rédigé au milieu du ixe siècle, de l’abbaye de Montier-en-Der, qui y possède un mansus indominicatus, cinq manses serviles et deux manses vides38. Dans cet exemple, au vu du nombre important de cabanes et du contexte documentaire, l’hypothèse d’une partie d’une cour domaniale peut être avancée. Le mobilier et les habitations ne présentant pas de particularité, il est probable que ces dernières servaient à la population domestique. Contrairement à Sermersheim, les indices matériels ne permettent pas d’associer les cabanes à une activité textile.

Site

Datation

Superficie estimée de la zone d’activités spécifiques en m2

Composition et topographie estimée de la zone d’activité spécifiques

Indications textuelles

Marines, « Les Carreaux » (Val-d’Oise), Devals, 2007

vie-xe s.

> 26 000

Cabanes excavées, 40 fours, 12 silos, 1 bât., qqes greniers, des sépultures : activité artisanale (boulangerie)

Pas d’étude documentaire

La Calotterie (Pas-de-Calais), Cense-Bacquet, 2010

vie-xiie s.

> 15 000

2 cabanes excavées, nombreuses fosses, bât. sur TP, silos, 26 puits, latrines, 2 sépultures : activités artisanales et agricoles organisées en parcelles.

Identifié comme le portus de Quentovic. Nombreux textes, de nombreuses abbayes y ont des possessions (Lebecq et alii, 2010)

Torcy-le Petit (Aube), Béague-Tahon, Georges-Leroy, 1995, p. 175-184 ; Georges-Leroy, 1995, p. 115-121

Mi viie-déb. xe s.

> 1 769

Fosses, cabanes excavées et fours : activité agricole et artisanale organisée.

Mention dans le polyptique du ixe siècle de l’abbaye de Montiers-en-Der, dont un mansus indominicatus

Bauné (Maine-et-Loire) Valais, 2012

viie-xiie s.

> 5 800

55 silos, fosses, trous de poteau, 2 puits, four à chaux, 2 sépultures : activité agricole (stockage) et artisanale ?

Pas d’indication

Fontvannes, « Les Tommelles » (Aube), Marchaisseau, 2012

viie-xie s.

3 000

Silos, forge, greniers, sépultures avec recrutement particulier (adolescents et enfants), associés à un secteur résidentiel

Pas d’indication

Léry (Eure), Roudié, 2013

viie-xiie s.

> 15 000

40 fours, 30 silos, 3 puits, qqes bât. : activité agricole, forge d’entretien

1ère mention au xie s., contexte de fisc ; l’abbaye de Saint-Ouen de Rouen y possède au moins l’église

Verrières (Aube), Brodeur, sd

viiie-ixe s.

> 2 190

Fours, puits, fosses, silos, 1 cabane excavée et trous de poteau : activité artisanale (verre, tabletterie, métallurgie du cuivre)

Pas d’indication

Isle-sur-Suippes (Marne), Bonnabel, Koehler, 1998

viiie-ixe s.

> 1 727 et 255

2 parcelles : 10 silos, fosses : activité agricole et 5 cabanes excavées, 1 puits, fosses et trous de poteau dans un enclos délimité par des fossés ; activité artisanale

Pas de mention connue avant le xie s. (Longnon, 1981, p. 134)

Tournedos-sur-Seine (Eure), Carré et alii, 2011

viiie-xe s.

40 000

9 petits bât., 2 cabanes excavées, six puits et 40 fosses : activité agricole

Dépend du fisc du Vaudreuil où se trouve une villa royale

Bussy-Saint-Georges, « Les Dix-huit Arpents » (Seine-et-Marne), Buchez, 1995

viiie-xie s.

Env. 2 088

Fours, fosses de combustions, silos : activité agricole (traitement des céréales), inclus dans un parcellaire

Plus ancienne mention en 841

Tagnon, « Les Cosserons » (Marne), Truc, 2005

viiie-xiie s.

1 150 pour la zone SO de cabanes> 4 300 pour le site fouillé

40 cabanes excavées alignées et concentrées dans un secteur, se recoupant parfois, à proximité d’une zone d’ensilage, battage associées à des bât. sur tranchées de fondation associée à deux autres regroupements de cabanes ; une sépulture de périnatal

Pas d’indication

Tinteniac (Ille-et-Vilaine), « Le Boulanger », Provost, 1992

Fin viiie-mi xe s.

> 11 000

Silos, fours, tranchées-foyers : activité agricole (traitement des céréales)

Plus ancienne mention en 1032

Bressuire (Deux-Sèvres), Baigl, 1995

ixe s.

> 3 000

50 fosses : activité artisanale (métallurgie, etc.) et de stockage, lot monétaire

Pas d’indication

Distré (Maine-et-Loire), Gentili, Valais, 2007

ixe s.

> 350

50 silos : activités de stockage

Villa de l’abbaye de Saint-Florent de Saumur, 990/994 (BN n. a. lat, 1930 (Saint-Florent Livre Noir) no 211)

Mouhet, « La Grande Pièce » (Indre), André, 1998

ixe-xiie s.

> 7 585

Silos, greniers, fours, fosses : activités agricoles et artisanales (métallurgie) organisées dans des enclos

Pas d’indication

Grosbliederstroff (Moselle), Peytremann, 2006b

ixe-xiie s.

> 9 520

20 cabanes excavées, un four de potier, des fosses ; silos, structures de grillage, fosses : activité agricole traitement des céréales sur 650 m2 ; trois ensembles funéraires, dont un d’immature

Pas d’identification certaine du lieu avant le xiiie s. (Peytremann, 2006, p. 60-61)

Créteil (Val-de-Marne), Gentili, 2001

xie s.

448 : ensemble 1 533 : ensemble 2

7 silos, fosses : activités agricoles 5 silos, une cabane excavée associée à une fosse, un four : activités agricoles et artisanales

Microtoponyme « Le Fief »

Fig. 321. Tableau récapitulatif des principaux sites du haut Moyen Âge de la moitié nord de la France identifiés comme des zones d’activités spécifiques.

Image 100000000000030300000474E667D8A7ADB4F077.jpg

Fig. 322. Plan d’ensemble du site de ‘Gungling’ à Grosbliederstroff du ixe au xiie s. DAO : J. Dolata et É. Peytremann.

Image 100000000000040E0000035B6B5D194EC69B0A5B.jpg

Fig. 323. Plan du site de Tagnon aux viiie-xiie s. (Truc, 2005, fig. 19).

51L’exemple de Marines (Val-d’Oise) est différent, notamment par le type de structure majoritaire. Ici, ce sont les fours qui, au nombre de quarante et un, sont importants, alors que la présence des cabanes reste somme toute modeste, une vingtaine de structures essentiellement datées entre la fin du vie et le viiie siècle. Un seul bâtiment, dont la fonction d’habitation n’est pas prouvée, a été mis au jour. L’activité principale qui a été reconnue du vie au ixe siècle correspond à la transformation de céréales (présence de meules et de pierres à aiguiser) en pain (Devals, 2007, p. 150-151). Une activité agricole de stockage et d’élevage a également été identifiée. Le mobilier, incluant du verre à vitre, des éléments d’huisserie et un éperon, indique probablement la proximité d’un établissement important. Malheureusement aucune étude documentaire n’a été réalisée et les indications accessibles et non renseignées ne permettent pas d’aller plus loin. L’activité de boulangerie identifiée sur le site conforte par ailleurs la présence proche d’une résidence, lieu de consommation. Ce secteur d’activités spécifiques comporte également trois petits ensembles funéraires systématiquement localisés en limite des vestiges contemporains. L’ensemble septentrional présente la particularité de receler la sépulture de trois hommes ensevelis ensemble (ibid., p. 148).

Image 10000000000003B000000566925494055C318626.jpg

Fig. 324. Plan du site de Torcy-le-Petit de la fin du viie au début du xe s. (d’après Béague-Tahon, Georges-Leroy, 1995, p. 181).

Image 100000000000042200000521E8FFA4700F24D02F.jpg

Fig. 325. Plan du site de ‘Portejoie’ à Tournedos-sur-Seine (d’après Carré, 2007, p. 104).

Image 1000000000000201000004F9DFCEDA44B0EEA895.jpg

Fig. 326. Plan du site de Tinteniac (d’après Le Boulanger, Provost, 1992, fig. 5).

52Le site de Tournedos-sur-Seine (Eure) et, dans une moindre mesure, ceux de Tinteniac (Ille-et-Vilaine) et de Léry (Eure) présentent des points communs. Ces trois sites possèdent une zone d’activités spécialisées à dominante agricole. La zone d’activités de Tournedos (fig. 325), caractérisée par l’importance de ses fosses contenant de nombreux restes de torchis brûlés, des petits bâtiments et deux dépôts d’outils métalliques, est probablement, entre le viiie et le xe siècle, un secteur dévolu au traitement thermique des céréales en vue d’un séchage ou grillage prophylactique à des fins de stockage ou d’alimentation (Carré et alii, 2011, p. 103-107). Les sources écrites permettent d’associer l’église de Portejoie au fisc du Vaudreuil où se trouve une villa royale (Carré, Jimenez, 2008, p. 18-2 ; Carré et alii, 2011, p. 103). La zone d’activités peut éventuellement dépendre de cette villa. Le contexte est ici proche de celui de Marlenheim. En revanche, le secteur d’activités est foncièrement différent.

53La zone d’activités de Tinteniac (fig. 326), explorée sur une superficie moindre, est apparemment dévolue en partie à la même activité qu’à Tournedos, le séchage du grain (dix-neuf tranchées foyers), mais aussi au stockage (quarante silos) et probablement à la cuisson (onze fours). L’ensemble s’organise au sein de parcelles contiguës. Le mobilier ne présente aucune particularité. La première mention textuelle connue de Tinteniac se trouve dans une charte du duc de Bretagne Alain III qui, en 1032, fait don du bourg de Tinteniac à sa sœur, abbesse de l’abbaye de Saint-Georges de Rennes39. De fait, aucune indication probante ne permet de rattacher le site de Tinteniac à une cour domaniale.

54Sur le site de Léry (fig. 327), ce sont essentiellement des fours destinés non seulement au grillage et à la cuisson mais encore à la métallurgie qui constituent le secteur d’activités spécialisées. Ils sont associés à trois puits, une vingtaine de silos, quatre greniers et au moins deux grandes constructions sur poteaux. Le secteur spécialisé est dans un premier temps (viie-viiie siècles) associé à un grand bâtiment localisé au nord, partiellement délimité par une clôture. Au sein de cet enclos se trouvent les greniers, un four et une fosse à poteaux. À partir du ixe siècle, la clôture et le bâtiment sont délaissés. Ne subsiste alors dans l’emprise étudiée que le secteur d’activités spécialisées avec notamment un silo de grande capacité (12 m3) (Roudier, 2013). L’activité métallurgique est ici plus à considérer comme une forge d’entretien que comme une forge productrice d’artefacts. Un éperon se distingue au sein d’un mobilier relativement banal. Aucune étude documentaire n’a été réalisée. La première mention de Léry, en 1018, provient d’un acte du duc de Normandie Richard II, concédant l’église à l’abbaye Saint-Ouen de Rouen (Fauroux, 1961, p. 57 (996-1026), p. 179-180 ; Charpillon, 1879, vol. 2, p. 430-432)40. M. Charpillon dans son Dictionnaire historique subodore que Léry appartenait à l’abbaye depuis sa fondation (ibid., vol. 2, p. 431). Un acte de donation plus tardif (1077), souscrit par Guillaume le Conquérant, mentionne Léry à propos de terres et de vignes concédées à des abbayes caennaises (ibid., vol. 2, p. 430)41. En l’état, les données sont insuffisantes pour proposer une hypothèse pour la zone d’activités de Léry qui, comme celle de Sermersheim, se trouve en marge du village actuel.

Image 10000000000004100000024B50A93AE8ADEE9CED.jpg

Fig. 327. Plan du site de Léry, rue de Verdun et rue du 11 novembre, entre le viiie et le xe s. (Roudié, 2013, fig. 17).

55Le site de La Calotterie (Pas-de-Calais) est actuellement en cours d’étude, aussi est-il difficile d’émettre des hypothèses. Identifié par les archéologues comme un « quartier artisanal », il se caractérise par un nombre important de puits à eau (vingt-six, total toutefois inférieur à celui de Sermersheim), de fosses alignées, de bâtiments sur poteaux, de quelques silos et de deux cabanes excavées installés au sein de sept parcelles (Cense-Bacquet, 2010, p. 181). Le mobilier montre une importante diversité avec des éléments métalliques tels que des armes, des anses de seau, des monnaies, des pierres à aiguiser, des mortiers, d’abondants restes fauniques, des chaussures et doigtiers en cuir, des fragments de vaisselle en verre, des éléments architecturaux comme du torchis clayonné, du torchis avec traces d’enduit, des artefacts en os correspondant à des peignes, fusaïoles, poinçons et des pesons en terre cuite. La comparaison avec le site de Sermersheim ne peut cependant pas être poussée plus avant, dans la mesure où le contexte très particulier de La Calotterie, identifié au portus de Quentovic, connu par les sources écrites et numismatiques, renvoie à un fonctionnement économique spécifique dans un environnement particulier.

Image 10000000000002020000041E6C3427E17DB82AD2.jpg

Fig. 328. Plan d’ensemble de Bauné (F. David, A. Valais) (Valais, 1995, p. 52).

56Il est délicat de se prononcer sur les sites de Bressuire (Deux-Sèvres), de Verrières (Aube) ou de Bauné (Maine-Et-Loire), fouillés au début des années 1990, sur de petites surfaces et sans étude archivistique42. Le premier a livré des structures de stockage et des vestiges relatifs à des activités métallurgique et céramique (Baigl, 2012). Pour le second, la nature des structures exhumées, puits, fosses, silos et fours, les vestiges d’activités verrières, éventuellement de métallurgie du cuivre, de tabletterie et l’absence de bâtiment d’habitation évoquent effectivement une zone d’activités spécifiques (Brodeur, s.d.). En revanche, l’abondance de la céramique et la présence de mobilier, comme une agrafe à double crochet ou un fond de lampe en verre par exemple, ne permettent pas d’en être totalement assuré. Le site de Bauné (fig. 328) a révélé au moins trois constructions sur poteaux en plus des structures de stockage, d’approvisionnement en eau et de fabrication de la chaux. Le mobilier est constitué, outre la céramique, d’un fer de bêche, d’un couteau, d’une fusaïole en pierre, de fragments de meules, d’un lissoir et d’un fragment de peigne en os (Valais, 2012, p. 61-62). Deux sépultures se trouvaient dans et au bord d’un ancien chemin (Guérin, 2012, p. 66-67). Là encore l’interprétation du secteur fouillé est grandement dépendante de la fonction des bâtiments sur poteaux, dépendances agricoles ou habitations. La nature du mobilier céramique – écuelle, bol à collerette, mortier, pichet, pot et lampe à huile – et son abondance (Moréra-Vincotte, 2012, p. 177-204) plaident néanmoins en faveur de la proximité d’habitations.

57L’examen des quelques sites pouvant correspondre à des zones d’activités appelle à la plus grande prudence dans l’interprétation et au moins deux cas de figure se dessinent, autant qu’il soit possible de l’estimer, en fonction de la superficie couverte et de la nature agricole ou artisanale du secteur. Ce sont, en premier lieu, des arguments liés aux données archéologiques. L’utilisation en second lieu des données textuelles est fortement limitée par la faiblesse de textes contemporains des sites et par la rareté des études documentaires43. Les indications apportées par les textes demeurent par ailleurs entachées par le doute, quasiment insoluble, de la concordance entre le site fouillé (réalité topographique) et la mention du mansus indominicatus ou de la curtis localisée dans un territoire.

58Des zones d’activités spécifiques de petites dimensions, souvent incluses dans un parcellaire, se distinguent par leur fonction agricole – ensilage, stockage en greniers, battage, grillage, etc. – ou, plus rarement, artisanale – cabanes excavées le plus souvent, parfois puits et structures de combustion, généralement séparées –, et par leur proximité avec des constructions sur poteaux associées ou non à des dépendances telles que des cabanes excavées, etc. Dans de tels cas, il est difficile de déterminer la nature privative ou collective44 du secteur. Il peut en effet aussi bien s’agir d’une parcelle privée que d’une parcelle où des infrastructures utiles à une activité collective, dont la finalité n’est pas nécessairement destinée à la communauté, sont regroupées. Ce serait là le témoignage d’une prise en main du développement topographique de l’habitat par une autorité. Les faibles dimensions de ces exemples incitent néanmoins à y voir des parcelles confiées à des petits exploitants ou leur appartenant.

Image 100000000000041A000002E939A351AEF3D3B2B6.jpg

Fig. 329. Plan du village actuel de Sermersheim avec la localisation de la fouille. DAO : P. Girard.

59Un second type de zones d’activités se différencie par l’importance de la superficie qu’elles occupent, la quantité d’infrastructures identiques, la mixité plus importante des fonctions économiques, leur organisation présentant des alignements, notamment pour les cabanes excavées, la présence, sous la forme de rejets, d’éléments témoignant de la proximité de constructions au standing relativement élevé et, pour certaines d’entre elles, quand les données sont connues, par un lien avec un palais, une villa royale ou avec une cour domaniale (Marlenheim, Tournedos-sur-Seine, Torcy) ou, de manière plus imprécise, avec une abbaye ou un territoire dépendant du fisc (Tinteniac, Léry, La Calotterie). Ce dernier type est celui auquel appartient la zone de Sermersheim, même si aucun élément témoignant a priori d’une construction de standing45 n’a été retrouvé. L’analyse réalisée par Ch. Loveluck au sujet de l’absence d’indices matériels élitaires au sein des centres domaniaux dépendants d’un monastère prend, dans le cas de Sermersheim, tout son sens (Loveluck, 2013, p. 74). Difficile, à partir de là, de généraliser l’hypothèse émise au sujet du site de Sermersheim même si, on vient de le voir, il existe quelques indices convergents. L’augmentation d’un corpus de zones d’activités46 bien étudiées permettra peut-être de la valider et d’apporter des précisions sur la nature et l’importance des activités : stockage et transformation de denrées agricoles, activités textile, métallurgique ou verrière, travail du cuir, etc.

60En tout état de cause, la vision tronquée qui est fournie par les fouilles du site de Sermersheim ‘Hintere Buen’ ne permet pas de détailler l’analyse topographique d’une cour domaniale et notamment le lien qui existerait entre la zone d’activités spécialisées ou le secteur économique et l’emplacement de la résidence du propriétaire ou de son représentant et des dépendants. Cette question topographique revêt un sens particulier dans le cas de Sermersheim, où trois cours sont supposées. Cela signifie-t-il que les trois chapelles mentionnées sont associées à trois résidences ? Ou bien peut-on envisager que la proximité des abbayes de Niedermunster et d’Ebersmunster, respectivement distantes de 30 et 7 km, rend inutile la présence d’une résidence domaniale ? La partie résidentielle jouxte-t-elle la partie économique ou bien est-elle établie au sein du village ? La topographie actuelle du village, qui ne conserve vraisemblablement que le tracé éphémère de l’enceinte du xiiie siècle (fig. 329), et les toponymes ne permettent pas non plus de répondre à ces questions. La présence de sépultures, isolées et dispersées, et d’ensembles funéraires, en limite d’un secteur économique d’une possible curtis, fournit des indications absentes des documents écrits et conduit aussi à s’interroger sur de telles pratiques.

4. GROUPES FUNÉRAIRES ET SÉPULTURES ISOLÉES AU PREMIER MOYEN ÂGE

61Les groupes funéraires et les sépultures isolées et dispersées sont considérés aujourd’hui comme des constituants classiques des « habitats ruraux » du haut Moyen Âge. Cela n’a pas toujours été le cas, comme une brève synthèse historiographique peut le montrer.

4.1. Histoire de la recherche et développement des problématiques (É.P.)

62La prise en compte des sépultures en contexte d’habitat accompagne le développement de la recherche sur les habitats ruraux du premier Moyen Âge, à la suite de la multiplication des fouilles d’archéologie préventive à la fin des années 1980 (Peytremann, 2003, p. 67-92 ; Peytremann 2010). Pourtant, des découvertes de sépultures47 associées à des structures d’habitat avaient déjà été réalisées, notamment en Alsace sur le site d’Ensisheim (Haut-Rhin). Elles avaient alors été interprétées comme les sépultures d’esclaves ou de non chrétiens (Schweitzer, 1984, p. 94). La sépulture d’enfant découverte dans le site d’habitat de Riedisheim est interprétée par le même auteur comme résultant peut-être d’un infanticide ou alors comme étant celle d’un sujet non baptisé (Schweitzer, 1984, p. 93). Dans le catalogue Un village au temps de Charlemagne, R. Guadagnin, au sujet des sépultures découvertes sur le site de Villiers-le-Sec, évoque la possibilité d’une mise à l’écart de certains membres de la communauté pour des raisons sociales ou cultuelles (Cuisenier, Guadagnin, 1988, p. 170).

63Le premier écrit synthétique sur la question revient à J. Chapelot qui, dans son article sur « L’Habitat rural : organisation et nature » aborde les sépultures en contexte d’habitat en terme de « problème » (Chapelot, 1993, p. 196). En quelques lignes, l’auteur, sur la base des habitats franciliens fouillés, affirme qu’il ne s’agit pas là d’une pratique marginale et souligne la difficulté qu’il y a à dater ces sépultures. L’aspect problématique qu’il souligne vient du fait que cette pratique remettrait en question le niveau de christianisation supposé des populations rurales du premier Moyen Âge. Dès le début de la prise en compte de cette problématique, l’association avec le christianisme et la christianisation est réalisée et mise au centre des réflexions. Lors du colloque sur l’habitat rural du haut Moyen Âge qui s’est tenu en 1993 (Lorren, Périn, 1995), plusieurs auteurs évoquent à leur tour le phénomène. F. Theuws, notamment à partir d’exemples hollandais, avance une explication de nature sociale où les inhumations correspondraient à celles de chefs de famille, considérés comme les fondateurs des villages, et aux membres de leurs familles (Theuws, 1995, p. 210). Il est suivi dans cette voie par l’historienne R. Le Jan, qui introduit la notion « d’inhumation domaniale » (Le Jan, 1995, p. 47-48). À l’occasion d’un colloque consacré à l’archéologie du cimetière chrétien, A. Garnotel et Cl. Raynaud avancent une hypothèse topographique en relation étroite avec le système de peuplement pour expliquer la présence de ces sépultures (Garnotel, Raynaud, 1996, p. 146-147).

64L’année suivante paraît un ouvrage portant sur l’Église carolingienne où, aussi bien à partir des textes que des découvertes archéologiques, C. Treffort considère ces pratiques comme des usages non régulés attribuables à une période intermédiaire durant laquelle la contrainte paroissiale de reposer dans le cimetière n’est pas généralisée (Treffort, 1996a, p. 168-170). Une avancée dans l’analyse est perceptible puisque cette interprétation ne remet plus en cause le niveau de christianisation des populations et montre que ce n’est que progressivement que l’Église prend en charge la mort, qui appartient avant tout au domaine familial, comme cela avait été montré par É. Zadora-Rio (Zadora-Rio, 1995, p. 152). En 1999, la réalisation par L. Pecqueur d’un diplôme universitaire sur les sépultures dans l’habitat rural du haut Moyen Âge en Île-de-France, publié sous la forme d’un article dans Archéologie médiévale en 2003 (Pecqueur, 2003, p. 1-32 ; 2006, p. 511-518), apporte un nouvel éclairage en introduisant pour la première fois une étude archéo-anthropologique synthétique dans un espace géographique particulier. Elle suit en cela la synthèse réalisée par F. Blaizot à l’occasion de la publication des sites médiévaux découverts sur le tracé de la ligne LGV Méditerranée et qui paraîtra un peu plus tard (Blaizot, 2006). Il résulte de cette étude qu’il n’y a aucun « recrutement » spécifique ni pathologies propres à ces inhumés susceptibles de montrer des conditions de vie difficile. Dans sa discussion finale, Laure Pecqueur reprend l’hypothèse parfois avancée d’inhumations de population servile pour montrer combien il est difficile par l’archéologie ou par l’anthropologie d’identifier le statut social d’une population. Le postulat selon lequel une population servile auraient des conditions de vie plus défavorables, outre qu’il n’est pas démontré, ne s’applique apparemment pas aux sépultures franciliennes, qui ne présentent pas de différence avec celles issues de grands ensembles funéraires. Tout en insistant sur la difficulté qu’il y a à dater ces inhumations, l’auteur souligne la contemporanéité de cette pratique avec celles des inhumations en nécropoles ou cimetière. Pour finir, L. Pecqueur avance, à partir de la topographie des différents ensembles funéraires étudiés, l’hypothèse de petits groupes familiaux (Pecqueur, 2003, p. 20).

65Le travail de recherche réalisé sur l’habitat rural dans le nord de la France a permis de synthétiser les données concernant les sépultures en contexte d’habitat à une échelle plus vaste (Peytremann, 2003, p. 303-316). Il confirme la coexistence de sépultures isolées, de sépultures dispersées en petits groupes et de groupes funéraires. Pour la première fois, une tentative de distinction sur une base quantitative et assortie d’une définition est proposée pour tenter de comprendre cette pratique et une périodisation en trois temps est avancée sur la base de trente-trois datations radiocarbone. La pratique des inhumations en contexte domestique commence à prendre de l’importance au plus tôt au vie siècle pour se raréfier à partir du xe siècle et devenir occasionnelle par la suite. Là encore, la pluralité des gestes est mise en avant derrière l’uniformité de la désignation.

66Dans sa contribution à l’ouvrage Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône, F. Blaizot souligne, comme dans les deux études précédemment citées, l’importance de l’organisation topographique de ces inhumations, notamment le long des chemins ou des fossés, et l’organisation interne qui préside au fonctionnement de l’ensemble funéraire (Blaizot, 2006, p. 330-331). À son tour, elle distingue, en fonction du nombre de sépultures, les groupes qui comprennent de trente à quarante sépultures, ceux qui en comportent de deux à dix et les grands ensembles funéraires, et insiste sur leur coexistence au cours du haut Moyen Âge. Tout comme pour notre analyse, la principale faiblesse de cette distinction tient à l’impossibilité de dater précisément ces ensembles. En accord avec l’idée selon laquelle ce phénomène n’est pas marginal, elle reprend les différentes hypothèses avancées en les discutant. L’auteure souligne ainsi, avec justesse, les limites auxquelles se heurtent les chercheurs notamment au sujet de l’hypothèse de l’exclusion, en relevant que l’appartenance sociale ou religieuse d’un sujet ne peut être distinguée en se fondant uniquement sur sa sépulture (ibid., p. 334). Sans apporter de nouvelles hypothèses, F. Blaizot insiste également sur la possibilité que cela puisse résulter aussi bien de la tradition héritée de l’Antiquité que de la mise en place d’une organisation en fonction de l’émergence d’une nouvelle réalité sociale. Dans un court article consacré à l’interprétation historique des sépultures atypiques, C. Treffort revient sur les sépultures dispersées et isolées pour souligner que « la notion d’atypisme topographique n’est plus guère pertinente » (Treffort, 2004, p. 135). Pour la première fois, les notions de norme et de déviance sont suggérées avec bien évidemment la question de la définition de la norme et de l’écart à cette dernière (ibid., p. 138).

67En 2007 paraît pour la première fois un article à caractère monographique consacré uniquement aux sépultures dispersées découvertes au sein d’un habitat rural (Verbrugghe, Carron, 2007). Après une brève présentation du site de Dizy (Marne), les sépultures, au nombre de onze, et les restes osseux d’au moins cinq individus sont rapidement décrits (architecture funéraire, sexe, âge, pathologie) en fonction de leur localisation topographique. Dans un second temps vient une partie interprétative dans laquelle les auteurs insistent sur la relation étroite qui existe entre structure domestique et structure funéraire. Il est dommage que l’étude chronologique des vestiges n’ait pas été réalisée, dans la mesure où elle aurait permis de mieux comprendre la localisation des vestiges funéraires en fonction du développement topographique de l’habitat. L’analyse biologique conclut à une population homogène sans troubles particuliers. La faiblesse de l’échantillon amoindrit néanmoins la portée des résultats. Une attention particulière est portée à l’inhumation d’une femme dans un silo en cours de comblement. Elle est interprétée, en se référant à l’étude de L. Pecqueur qui a dénombré sept sépultures en silo, comme un geste d’exclusion. Cette interprétation dépasse les propos de L. Pecqueur, qui étaient beaucoup plus nuancés et ne visaient pas directement les sépultures en silos (Pecqueur, 2003, p. 20). Les auteurs concluent, comme d’autres avant eux, sur l’importance des datations radiocarbone pour avancer dans l’étude de ces sépultures.

68La parution en 2009 d’un autre article consacré aux sépultures dispersées découvertes au sein d’un habitat rural (Gleize, Maurel, 2009, p. 59-77) montre l’intérêt croissant pour cette pratique. Les auteurs présentent une étude archéo-anthropologique complète et une analyse spatiale avant de discuter les résultats. Comme pour les précédentes études, les problèmes de datation (fourchette large pour les sépultures et les structures) sont soulignés. Une discussion au sujet de l’hypothèse des groupements familiaux et des possibilités de secteurs à recrutement particulier est par ailleurs engagée. Cet article montre bien les progrès réalisés dans la prise en compte de la problématique des sépultures dispersées. En revanche, le traitement des données archéologiques et chronologiques, reporté au second plan48, nuit à l’étude du phénomène.

69La prise en compte du questionnement se traduit essentiellement par l’introduction d’une étude anthropologique dans les rapports d’opérations et dans les publications de sites « d’habitat rural », comme par exemple celles réalisées par Bernard Farago-Szekeres pour les sites de Saint-Georges-des-Coteaux (Charente-Maritime ; Gerber et alii, 2010, p. 83-96) et de Pouthumé (Vienne ; Cornec et alii, 2010, p. 97-111). Force est de constater que la question est principalement traitée sous un angle « technique » (biologie, gestuelles funéraires), plus rarement topographique. L’analyse archéologique et la discussion interprétative sont généralement absentes ou réduites.

70Récemment, F. Blaizot, dans le cadre de sa thèse de doctorat, continue la discussion au sujet des « sépultures dispersées » en s’appuyant sur l’exemple du site de Serris, qui associe cimetière, groupes funéraires, sépultures dispersées et isolées (Blaizot, 2011, p. 456). Après avoir repris et discuté l’ensemble des hypothèses à ce sujet, elle insiste sur la diversité des explications. Dans le cas précis du site de Serris, elle avance l’hypothèse, notamment sur la base d’un « recrutement » particulier (femmes et enfants), que les sépultures isolées ou dispersées puissent correspondre à celles d’une main-d’œuvre domestique (Blaizot, 2011, p. 459). De fait, au vu des exemples régionaux, l’auteure insiste sur la variabilité dans la gestion des morts, qui se matérialise par des ensembles dispersés qui affichent une spécialisation en terme de sexe et d’âge au décès comme à Jossigny (Seine-et-Marne), par des ensembles dispersés sans spécialisation, tels ceux découverts sur le site du ‘Pré Chêne’, ou par des ensembles toujours dispersés mais exprimant une valeur sociale telles les sépultures 939 et 2277 de Serris, qui comportaient des plaques-boucles en argent damasquiné (ibid., p. 473).

71Enfin, dernièrement, M. Vivas a soutenu une thèse de doctorat sur la privation de sépulture au Moyen Âge : l’exemple de la province ecclésiastique de Bordeaux (xe-début du xive siècle) (Vivas, 2012). Si l’auteur ne prend pas spécifiquement en compte la période des viie-xe siècles, il consacre néanmoins un chapitre au statut des espaces funéraires et des morts entre l’Antiquité tardive et l’époque carolingienne (ibid., p. 107-122). À partir des différentes synthèses précédemment citées et d’exemples récents inédits, l’auteur tente d’identifier la norme afin de comprendre qui en est exclu. S’en suit une réflexion stimulante sur les notions d’espace, de rassemblement des morts (la norme pour l’archéologue et l’archéo-anthropologue contemporain), de distance spatiale et surtout de mode de représentation adopté par une société à une période donnée (ibid., p. 114-115). Il récapitule ensuite les transformations des pratiques sociales liées à la mort (normalisation des rites funéraires, poids accru de l’Église dans ce domaine) en relation avec les changements de la conception théologique de l’au-delà et avec l’affirmation de « l’Ecclesia ». De manière plus globale, et même si la période embrassée est partiellement postérieure au premier Moyen Âge, ce travail a le mérite d’aborder, de manière structurée et à l’aide des sources écrites, archéologiques et archéo-anthropologiques, le problème de la privation de sépulture et d’apporter des pistes de réflexions à l’étude des inhumations dispersées et des groupes funéraires antérieurs au xe siècle, qui ne résultent pas d’une privation de sépulture.

72Si les interprétations de ces pratiques funéraires ont été peu modifiées ces dernières années, il convient néanmoins de noter un apport méthodologique indéniable à leur étude, témoignant d’une prise en compte de la problématique49. En effet, de plus en plus de datations radiocarbone sont réalisées sur ces inhumations, précisant les tendances chronologiques déjà soulignées. Les analyses topographiques confirment des installations en marge de l’habitat, souvent le long ou à la perpendiculaire d’éléments organisateurs tels que des fossés ou des cheminements, voire dans certains cas des bâtiments. La familiarité de la pratique est par ailleurs renforcée par les très nombreux exemples mis au jour ces dix dernières années50. La généralisation des études biologiques affine, en les confirmant, les résultats précurseurs des études de F. Blaizot et L. Pecqueur, et les hypothèses d’exclusion de membres de la communauté ou de privation de sépulture ont pour ainsi dire disparu. Les études de la gestuelle funéraire se généralisent, même si les approches ne sont pas toujours précises et suffisantes (Blaizot, 2011, p. 303). Le développement de la discipline anthropologique et son intégration systématique à la recherche archéologique est probablement à l’origine du fait qu’en une quinzaine d’années, les anthropologues se sont emparés de cette problématique qui, il y a une trentaine d’années, n’intéressait que quelques archéologues et historiens à la seule lumière de la christianisation.

73C’est finalement dans l’analyse archéologique que la stagnation est la plus forte. On constate en effet que les problèmes de datation et de périodisation des structures nuisent à l’analyse topographique des sépultures, notamment pour celles installées dans des vestiges abandonnés. Par ailleurs, l’absence récurrente de distinction entre les différentes parties du village ne permet pas d’affiner l’analyse de cette pratique, qui prend des formes différentes selon le cadre de sa mise en œuvre : une concentration d’unités agricoles comme à Villiers-le-Sec, une zone d’activités spécialisées comme à Sermersheim ou le long d’un chemin traversant l’habitat. La faiblesse générale du dialogue entre l’archéologue et l’anthropologue dans l’étude de ces sépultures est perceptible dans l’intérêt accru porté aux aspects biologiques et taphonomiques et l’attention moindre dont bénéficie l’interprétation sociale et religieuse du phénomène, en relation avec le contexte. L’approche pluridisciplinaire mise en œuvre dans la thèse de M. Vivas est plutôt encourageante et témoigne d’un possible dialogue entre les différents spécialistes.

74Tout comme l’appellation générique « d’habitat rural » dissimule, archéologiquement parlant, des réalités variées et complexes, l’appellation « sépultures dispersées » empêche d’analyser une pratique protéiforme qui masque des raisons, des pratiques sociales et religieuses extrêmement variées dans une période de profonds bouleversements politiques et religieux.

4.2. L’apport de l’étude des groupes funéraires et des sépultures dispersées de sermersheim (É.P., H.R.)

75L’étude des groupes funéraires et des sépultures dispersées découverts dans le site de Sermersheim a révélé trois comportements qui découlent de l’expression d’un choix topographique.

76- Le premier consiste à inhumer les défunts en périphérie orientale de la zone d’activité, dans la terrasse de lœss, en limite de la dépression alluviale ello-rhénane. Les sépultures sont isolées (SEP 215651, FOS 2421, 2513)52 ou dispersées (SEP 1119, 1118 et 3278). Ce geste témoigne d’un choix de nature sociale à un instant précis, avec une volonté ou une obligation de ne pas associer le défunt à d’autres ou du moins à un ensemble funéraire plus important, mais de l’enterrer à proximité d’un lieu où une partie de la population travaille. Si ce geste peut être interprété comme la volonté de mettre une distance spatiale avec le lieu d’inhumation collectif, il ne signifie pas pour autant une distanciation sociale. L’architecture funéraire et le traitement des corps sont en effet conformes à ce qui a été observé dans des ensembles plus importants, notamment auprès des édifices religieux. L’éloignement géographique d’un lieu collectif d’inhumations permet de distinguer un ou quelques individu(s) en particulier, qui reste(nt) sous le regard des vivants et matérialisent une limite entre deux espaces, celui où l’on travaille et, probablement, des prairies. Les données à disposition ne permettent pas de cerner la durée de cette pratique à Sermersheim. La seule sépulture ayant bénéficié d’une datation radiocarbone (SEP 1119) indique une inhumation au plus tôt au milieu du viie et au plus tard à la fin du viiie siècle. Les individus enterrés à l’écart des autres sujets sont tous adultes, biologiquement parlant, à l’exception d’un individu décédé entre 15 et 19 ans. Une femme, deux hommes et des sujets de sexe indéterminé ont été reconnus. Aucun ne présente de pathologie particulière.

77- Le deuxième comportement correspond au regroupement de sépultures au sein d’un espace défini (groupe funéraire). Dans l’emprise fouillée, deux groupes ont été identifiés dans un espace linéaire caractérisé par sa situation le long d’un fossé et par l’absence de structures autres que des silos en son sein. Les deux groupes adoptent une organisation différente, plus ou moins en rangées pour le groupe 12 et plus rassemblé pour le groupe 13. L’hypothèse d’une limite physique (haie, clôture, etc.) délimitant ces deux ensembles peut être avancée, notamment pour le groupe 13 (cf. fig. 177). Les datations radiocarbone à disposition permettent de savoir que l’usage funéraire de ces secteurs s’étend sur environ trois siècles, du milieu du viie siècle au plus tôt au milieu du xe siècle au plus tard. Le comportement est ici différent du précédent, puisqu’il y a une volonté de rassembler un certain nombre de défunts en un même lieu. Cela ne concerne toutefois que quelques dizaines d’individus (quarante-six pour le groupe 12 et au moins trente pour le groupe 13). Par ailleurs, il existe probablement une volonté de distinguer ces ensembles l’un de l’autre, qui se traduit par une séparation d’au moins 30 m. Dans ce cas, comme dans le précédent, il y a bien éloignement géographique du lieu d’inhumation collectif, volonté de distinction – mais cette fois-ci pas d’un individu mais d’un groupe d’individus –, association avec un espace de travail d’où l’on peut voir les inhumations, et matérialisation d’une limite entre un lieu de travail et un espace qui n’a pas été exploré en raison de la limite de fouille. Cette limite était déjà matérialisée par le fossé 1785 et la bande de terrain qui le longe. C’est cet espace qui demeure le plus problématique dans la mesure où il existe dès le début de l’occupation du site. Si l’idée d’un projet d’aménagement d’une zone funéraire à la fin du vie siècle pour un usage à partir du milieu du viie siècle au plus tôt est difficilement concevable, il y a peut-être là les vestiges d’une limite foncière ou plutôt d’un espace public comme un ancien cheminement. Ce qui est particulièrement intéressant, c’est l’usage qui est fait de cet espace accueillant des ensembles funéraires, des sépultures dispersées (cf. infra) mais aussi des silos qui fonctionnent de manière plus ou moins simultanée avec les ensembles funéraires ou alternativement, dans un laps de temps court, à l’exclusion de tout autre type de structures.

78Une gestion est perceptible au sein de chaque ensemble et notamment celle de la place puisqu’au sein de chaque groupe, des recoupements et des dépôts secondaires sont attestés. Par ailleurs, il y a probablement une volonté de regrouper certaines sépultures par binômes. L’architecture funéraire et le traitement des corps affichent une diversité propre à la période mais identique à celle reconnue dans des ensembles collectifs plus importants, notamment à proximité de bâtiments religieux. Il est clair que la distinction ne s’affirme pas ici dans le traitement du corps ou la construction de la tombe mais bien par une mise à distance de l’ensemble collectif d’inhumations plus important. Aucune sélection n’a été effectuée selon l’âge ou le sexe puisque toutes les classes d’âge et les deux genres sont présents dans les groupes 12 et 13.

79- Le dernier comportement identifié consiste à enterrer les défunts par deux dans différents secteurs. Les sépultures 2488 et 2489 sont localisées dans l’espace bordant le fossé 1785, en dehors des groupes définis précédemment. Leur localisation amène à se demander si elles ne correspondent pas à l’amorce d’un groupe funéraire qui ne se serait pas développé, pour des raisons inconnues.

80Les sépultures 3188 et 3279, qui se recoupent, sont situées en dehors de la bande de terrain longeant le fossé 1785 et au-delà de la ligne matérialisant l’extension orientale maximale des groupes funéraires. Elles apparaissent dans un secteur très probablement vide au moment de leur creusement. La structure la plus proche est en effet la fosse 1788, dont la datation trop large (viie-xe siècle) ne permet pas d’établir une contemporanéité. La question du choix de l’emplacement de ces deux sépultures peut être soulevée. Finalement, les sépultures 2518 et 2596, qui se recoupent également, se trouvent, elles aussi, dans un secteur vierge de structures, à 2 m au nord d’un possible cheminement est-ouest. Cette situation à proximité d’un axe de circulation est un cas de figure bien attesté. Ce comportement comprend, là encore, des éléments communs aux deux autres précédemment décrits, comme la volonté de se distinguer par un éloignement d’un lieu collectif d’inhumation plus important, l’association à une zone de travail et, pour les sépultures 3188, 3189, 2518 et 2596, la proximité d’une limite (le fossé et l’éventuel cheminement). L’emplacement des sépultures 3188 et 3279 est plus délicat à cerner, sauf à considérer la bande le long du fossé comme un élément attractif. Le recoupement partiel de ces tombes tend à indiquer que la localisation de la première sépulture était plus ou moins mémorisée, à défaut d’avoir été marquée par un signe quelconque. Il est intéressant de noter qu’un enfant de moins de cinq ans fait systématiquement partie de ces associations, avec un adulte pour 2489 et 3279, un autre enfant pour 2518.

81Les trois comportements identifiés sont attestés dans le même laps de temps et confirment, s’il était encore nécessaire, que l’éloignement géographique d’un lieu collectif d’inhumation n’est pas synonyme de privation de sépulture. L’analyse topographique et chronologique a par ailleurs montré que les sépultures ne sont pas en contact direct avec d’autres structures à l’exception des silos. Il convient également de noter qu’à l’abandon des groupes funéraires, l’espace, notamment méridional, est rapidement investi, non seulement par des fosses et des silos, mais encore par des puits et des bâtiments excavés. Dans la partie septentrionale, la bande longeant le fossé demeure vierge de constructions.

82Qu’il s’agisse des sépultures isolées ou des groupes funéraires, les deux sexes sont concernés ; les sujets adultes mis au jour dans les « paires » de sépultures sont malheureusement restés de sexe indéterminé. Si l’on s’intéresse en revanche à l’âge des défunts, un certain nombre de différences apparaissent pour les individus décédés avant 20 ans. Aucun sujet de moins de 15 ans n’a ainsi été inhumé en sépulture dispersée ou isolée et, dans le cas des associations de tombes par deux, il y a toujours au moins un enfant de moins de cinq ans. Ces deux comportements partagent en outre le caractère commun de n’avoir concerné aucun enfant décédé entre 5 et 14 ans révolus alors que, comme nous l’avons vu précédemment, ces sujets sont particulièrement nombreux dans les groupes funéraires 12 et 13. Il semble donc que cette catégorie de la population ait pu systématiquement bénéficier d’une inhumation avec le plus grand nombre. Comme nous l’avons vu précédemment, la répartition par âge et par sexe de l’échantillon étudié ici ne présente aucune particularité, à l’exception de la plus forte proportion de sujets immatures décédés entre 5 et 9 ans, voire entre 5 et 14 ans. Les hommes et les femmes sont présents dans des proportions similaires et l’étude des pathologies et des indicateurs de stress n’a montré aucune particularité par rapport à d’autres sites contemporains, plus anciens ou plus récents.

4.3. Discussion (É.P., H.R.)

83Pour tenter de comprendre la singularité des ensembles funéraires et des sépultures dispersées de Sermersheim, il importe de les replacer dans un contexte régional, voire national.

84Une vingtaine de sites d’habitat du haut Moyen Âge alsaciens sur la cinquantaine recensés ont révélé des groupes de sépultures53 et des sépultures dispersées. L’analyse rapide des données à disposition montre qu’il existe une grande variété de situations et que toutes ne sont pas assimilables au concept « de sépultures dispersées et d’ensembles funéraires en contexte d’habitat ».

85Un des arguments pour exclure un certain nombre de sites touche à la chronologie. En effet, le phénomène étudié ici débute au plus tôt au milieu du viie siècle pour cesser au plus tard dans le courant du xiie siècle. De fait, les ensembles identifiées sur les sites de Didenheim (Haut-Rhin), attribué à une période comprise entre le milieu du vie et la fin du viie siècle (Mamie, Mauduit, 2009, p. 287-308), ou celui de Roeschwoog ‘Am Wasserturm’, en usage du milieu du vie à la fin du xe siècle (Bas-Rhin), peuvent être écartés54. L’éloignement à plus de 100 m d’une structure artisanale ou domestique contemporaine du site permet aussi d’écarter des ensembles comme ceux de Houssen (Haut-Rhin), de Didenheim, de Roeschwoog ‘Am Wasserturm’, respectivement éloignés de 185 m, 350 m et 100 m environ, ou la sépulture isolée de Sierentz ‘Zac Hoell’, installée dans un complexe antique et antérieure d’au moins 50 ans aux vestiges d’habitat. L’ensemble funéraire de Houssen est également antérieur d’au moins un demi-siècle aux structures d’habitat.

86Sur les dix-neuf sites restants qui correspondent aux critères chronologiques et spatiaux précédemment définis, les données sont à ce jour connues de manière inégale pour treize sites. D’un point de vue chronologique, cette pratique est attestée du milieu du viie siècle au plus tôt55 jusqu’au xiie siècle au plus tard56. La majorité des sépultures est attribuée à une période comprise entre le milieu du viie et le milieu du xe siècle. Le site de Sermersheim s’insère parfaitement dans cette chronologie. L’analyse topographique montre une grande diversité dans les comportements qui allonge la liste de ceux identifiés pour le site de Sermersheim (fig. 330). En revanche, les groupes funéraires identifiés dans ce site demeurent à ce jour les seuls exemples régionaux connus. Des groupes funéraires comparables dans leurs dimensions et la quantité de sépultures sont néanmoins attestés en dehors de la région, sur les sites de Pouthumé (Vienne ; Cornec et alii, 2010, p. 106) ou de Saint-Georges-des-Coteaux (Charente-Maritime ; Gerber et alii, 2010, p. 90-91). L’autre singularité du site de Sermersheim vient de la nature du lieu en limite duquel et dans lequel se trouvent les sépultures. Il s’agit en effet d’une zone d’activités spécifiques. Si cette localisation constitue le seul exemple régional à ce jour, d’autres exemples sont connus en France, notamment dans les sites des Carreaux à Marines (Val-d’Oise ; Devals, 2007, p. 147-148), de Fontvannes (Aube ; Marchaisseau, 2012, p. 195-196), de Bauné (Guérin, 2012, p. 66) ou de La Calotterie (Pas-de-Calais ; Cense-Bacquet, 2010, p. 181).

87Malgré l’hétérogénéité des données, les architectures funéraires relevées appartiennent au corpus identifié pour cette période. Dans l’espace alsacien, seul le site de Sermersheim comporte des tombes en fosse57 à logette céphalique. Dans un espace géographique plus large, ce type de tombe est rarement attesté en contexte d’habitat. En Champagne-Ardenne, le site des Mesneux (Marne) a livré vingt et une sépultures, toutes en fosse, dont trois avec des logettes céphaliques (Thiol, 2011, p. 67). Le site plus lointain de Pouthumé (Cornec et alii, 2010, p. 106) peut également être mentionné à titre d’exemple. Aucune des sépultures dispersées de Serris ne comporte de logette céphalique, alors que ce type est présent dans l’ensemble funéraire associé aux bâtiments religieux (Blaizot, 2011, p. 339). Les tombes en fosse « simple » sont plus courantes, avec notamment plusieurs cas soupçonnés sur les sites proches de Pfulgriesheim ou de Sierentz ‘Zac Hoell’ (Roth-Zehner, 2007, p. 236-238) ou, plus loin, en Champagne-Ardenne, dans le site de Dizy (Verbrugghe, 2007, p. 45), en Île-De-France avec Égligny (Adrot, 2006, p. 43-44) ou en Roussillon avec Vilarnau (Passarius et alii, 2008, p. 229). Dans les trois cas, elles rappellent les tombes rupestres fréquentes dans le sud de la France pour cette période. L’absence de tombe en chambre et de tombe encerclée est à souligner dans la mesure où ces types d’aménagement sont attestés au viie siècle dans les ensembles régionaux funéraires établis à distance des habitats.

Image 10000000000004230000042094E9C3A0FC54A9EA.jpg

Fig. 330. Tableau récapitulatif des petits ensembles funéraires et des sépultures dispersées mis au jour en Alsace.

88Les corps sont globalement orientés ouest-est, tout comme à Sermersheim. Quelques sépultures datées du viie siècle ont révélé du mobilier, parfois luxueux, dans le cas du site de Marlenheim ‘Hofstatt’. Il est généralement lié à la parure et/ou au vêtement à l’image de la sépulture 2375 de Sermersheim58. La présence de mobilier dans des sépultures isolées ou dispersées, sans être fréquente, est attestée un peu partout en Gaule59.

89Sermersheim se distingue de la grande majorité des sites de sépultures en contexte d’habitat par ses effectifs importants. La plupart des autres exemples sont en effet restreints par le faible nombre de tombes mises au jour, ce qui limite obligatoirement les comparaisons. Une grande variabilité règne dans le « recrutement » par âge et par sexe. Dans certains cas les ensembles sont marqués par une forte majorité d’enfants, comme sur le site de Marlenheim ‘Hofstatt’ par exemple (Châtelet, 2009, p. 97-100, dix sujets immatures pour deux adultes), ou, plus loin, à Fontvannes (Aube ; Marchaisseau, 2012, p. 196). Dans d’autres cas la représentation apparaît, à l’exemple de Sermersheim, un peu plus équilibrée comme sur les sites de Faye-sur-Ardin (Deux-Sèvres) ou des Mesneux (Marne), avec respectivement dix-sept sujets adultes pour treize immatures et treize adultes pour douze immatures. Il est plus rare que des individus âgés de plus de 20 ans soient fortement majoritaires, ils sont alors souvent les seuls présents, dans de faibles proportions. C’est le cas à Crastatt (Bas-Rhin) ou à Develier-Courtételle dans le Jura Suisse (Federici-Schenardi, Fellner, 2004, p. 230-231) par exemple, avec trois adultes sur le site alsacien et deux sur le site helvétique. Cette grande variabilité dans les effectifs et la composition par âge et par sexe des sépultures en contexte d’habitat ne se retrouve pas en ce qui concerne l’état sanitaire. La plupart des sujets étudiés ne présente pas, au sujet des pathologies ou des indicateurs de stress non spécifiques, de particularité susceptible de marquer une activité particulière, comme cela avait pu être suggéré pour expliquer l’existence de ces tombes à distance de tout édifice religieux. L’absence de lésions osseuses spécifiques sur les squelettes de Sermersheim se retrouve sur la plupart des sites, mais il convient toutefois de rappeler qu’à ce jour toutes les études biologiques n’ont pu être menées de manière approfondie, ce qui limite les possibilités de comparaisons utiles.

4.4. Conclusion (É.P.)

90À la suite de cette étude, plusieurs hypothèses peuvent être proposées concernant les groupes funéraires et les sépultures dispersées de Sermersheim. Avant de les développer, l’hypothèse de la possible coexistence d’ensembles funéraires plus amples, associés aux différents lieux de culte attestés au Moyen Âge dans le territoire paroissial de Sermersheim et contemporains des groupes découverts sur le site de ‘Hintere Buen’, doit être soulevée. Il est en effet tout à fait possible que chaque curtis ait possédé sa propre zone funéraire où étaient enterrés les individus qui en dépendaient, en lien ou non avec la chapelle mentionnée, et que les populations ne vivant pas au chef-lieu de domaine étaient enterrées au sein de leur exploitation ou dans une aire collective. De ce fait, les groupes funéraires et les sépultures découvertes appartiennent peut-être à l’une de ces zones funéraires dépendant d’une des curtis. Le nombre d’individus identifiés, quatre-vingt-huit pour une durée de deux siècles, va néanmoins à l’encontre de ce schéma et montre, s’il le fallait, que même en envisageant uniquement la population laborieuse d’une curtis, il en manquerait une partie. Cela suppose l’existence d’un autre lieu funéraire collectif et confirme la volonté d’une distinction des sépultures de Sermersheim ‘Hintere Buen’.

91La première hypothèse qui peut être avancée, loin d’être originale, suppose pour les groupes funéraires un regroupement familial. En l’absence d’analyses ADN, comme celles qui ont été récemment pratiquées sur l’ensemble funéraire de Roeschwoog ‘Am Wasserturm’ (Koziol, 2011, p. 172 et annexe 6), il reste délicat de discuter de cette possibilité, même si des indices peuvent nous être fournis par la topographie, la gestion et le recrutement des ensembles. Les limites d’extension des groupes funéraires, probablement marquées par une clôture ou une haie, ne sont pas sans rappeler le souci de délimitation qui prévaut aussi bien dans l’usage des enclos à la période antique (Hessin, 1993, p. 108) que pour le cimetière paroissial (Vivas, 2012, p. 122) à partir du xie siècle qui témoigne, d’une manière plus générale, d’une nouvelle appréhension et désignation de l’espace (Depreux, 2002, p. 253 ; Lauwers, 2005, p. 45-47 et 159-176).

92La seconde hypothèse propose de considérer les sépultures dispersées comme des marqueurs dans le paysage désignant des limites foncières ou fonctionnelles au même titre qu’une pierre levée ou une croix (Depreux, 2002, p. 254). Les arguments reposent essentiellement sur la situation topographique des sépultures, notamment celles installées en limite de la zone d’inondation de la terrasse. Cette disposition est par ailleurs confortée par l’abondance des exemples de localisation des sépultures dispersées en limite d’espaces bâtis ou de parcelles matérialisées parfois par des fossés ou le long d’un chemin. Ces arguments rejoignent également les observations et les analyses réalisées à partir des données textuelles, qui montrent l’importance du marquage du territoire et de la propriété à la période carolingienne (Devroey, 2006, p. 432-436).

93L’utilisation de sépultures pour souligner une limite spatiale et/ou foncière n’est pas une nouveauté à cette période, mais elle doit être considérée comme un héritage antique et même plus ancien, si l’on songe au tertre préhistorique. En effet, durant l’Antiquité, le choix de l’emplacement de la tombe, qui relève avant tout du domaine du privé, obéit souvent à une mise en scène et/ou à une volonté de borner un territoire (Ferdière, 1993, p. 440). Le lien entre voie de communication et tombeaux a maintes fois été souligné (Buisson, 1993, p. 28) comme à la période altomédiévale. La relation entre le parcellaire, les voies ou les chemins dans le finage des domaines et les tombes est également établi à partir de nombreux exemples (Blaizot, 2009, p. 254).

94Une fonction prophylactique supposée des morts n’est ni exclue ni contradictoire avec celle de marqueur. Les morts protègent ainsi les vivants laborieux. Il y a peut-être également dans ces comportements les restes d’un fond ancien qui renvoie à la présence de génies, notamment ceux du terroir (Lecouteux, 1995). Le génie des champs, des troupeaux mais aussi des limites, rebaptisé Sylvanus par les Romains, montre bien l’importance des limites dans les croyances populaires (ibid., p. 63-65). Néanmoins, aucun document écrit ne mentionne directement ou indirectement l’usage d’enterrer un mort près d’une limite pour la placer sous la protection du génie, et les méthodes de bornage reconnues prennent généralement l’aspect de signes comme une croix, la lune ou le soleil placés sur des arbres ou des tessons de poteries60. L’amalgame qui se fait entre génies et morts (ibid., p. 71) constitue probablement aussi une piste de travail à développer pour la compréhension de ces comportements funéraires, qui interrogent et prennent place dans un système différent du christianisme. À ce titre l’exemple de Sermersheim est parlant, puisque les sépultures découvertes, creusées dans des terres dépendantes de monastères, contiennent vraisemblablement des individus pour la plupart de religion chrétienne, mais pour lesquels le choix des proches obéit à des facteurs multiples, qui ne respectent pas tous la logique de la pensée chrétienne.

95Une dernière hypothèse suggère, sans remettre en question les précédentes, que ces pratiques – sépultures dispersées ou groupes funéraires – témoignent de la volonté de se distinguer. On retrouve là un marqueur depuis longtemps identifié pour définir des sépultures privilégiées (Young, 1986, p. 70). En revanche, il n’est pas du tout certain que cette distinction ait une valeur sociale ou religieuse. Il ne s’agit probablement pas ici de sépultures de privilégiés au sens socio-économique (Dierkens, 1986, p. 47). Il n’est malheureusement pas possible d’aller plus loin dans l’analyse sociale ni d’avoir une idée de l’origine des individus inhumés dans la zone d’activités spécifiques de Sermersheim, ni de savoir les raisons pour lesquelles ils ont été choisis pour être enterrés dans ce lieu. Aucune pathologie caractéristique, ni distinction biologique ne permet en effet d’être assuré que les individus enterrés là correspondent par exemple à la population qui travaillait dans la zone d’activités.

5. POUR CONCLURE

96Au terme de cette recherche, dont l’origine, en 2005, est la construction d’un lotissement en marge du village actuel de Sermersheim, il est non seulement possible de répondre aux questions relatives à la chronologie, à la nature, à la fonction et à l’environnement des vestiges, définies au début de cet ouvrage, mais encore d’apporter des éléments nouveaux touchant à l’économie et aux comportements funéraires des vie-xiie siècles.

97Les nombreuses difficultés rencontrées, lot de toute recherche, ont probablement limité la validité de certains résultats. Sans oublier que la fouille des vestiges a été partielle et que les analyses réalisées ne sont pas exhaustives, les résultats et leurs aspects novateurs, dans le cadre de l’archéologie préventive, sont importants.

98Le gisement exploré sur la commune de Sermersheim n’est pas un « habitat », tel qu’il est défini dans les dictionnaires61. Il s’agit en effet d’une zone ou d’un secteur à vocation économique, artisanale et agricole, qui montre une stabilité pendant près de six siècles, aussi bien dans la nature de ses productions artisanales et agricoles que dans ses traditions de construction. La synthèse historiographique a montré que les rares analyses archéologiques des zones d’activités spécifiques se sont principalement focalisées sur l’organisation privative ou communautaire de ces secteurs, notions qui prenaient uniquement sens dans le débat sur le village, sans s’interroger sur la signification économique de ces secteurs. Les hypothèses d’unité de production textile et de secteur économique d’une curtis qui ont été émises s’appuient partiellement sur les données textuelles. Ces interprétations apportent de nouveaux éléments au débat historique sur le fonctionnement économique du domaine mais aussi sur son organisation et celle plus large du territoire dans lequel il s’inscrit. La chronologie de l’occupation médiévale de Sermersheim alimente également, dans ce contexte, l’épineuse question de l’origine chronologique du grand domaine : dès la période du HMA 1 (vie-début viiie siècle) ou plutôt à partir de celle du HMA 2 (fin viie-xe siècle) ? Si les éléments matériels à disposition plaident plus pour une gestion domaniale à Sermersheim remontant, au plus tôt, à la fin du viie siècle, la question de la nature de l’occupation de la période HMA 1 reste en suspens. La fin de l’occupation dans le courant du xiie siècle interpelle également sur la disparition du grand domaine et de son mode de production. Les sources écrites et la présence de l’église montrent en effet qu’il n’y a pas d’abandon du territoire et la nature économique de l’occupation empêche d’invoquer l’hypothèse, si souvent avancée, d’un déplacement de « l’habitat » vers l’église pour expliquer l’abandon du secteur.

99Dans le même temps, les interprétations proposées invitent les archéologues à reconsidérer la nature des sites explorés et ainsi à sortir du confort sémantique qu’apporte l’appellation « d’habitat rural ». C’est également à un rapprochement avec les historiens des textes qu’invitent ces hypothèses dans la mesure où il est délicat de se prononcer sur l’appartenance à un domaine, sans étude archivistique.

100Sur cela se greffe – et c’est là toute la complexité de l’archéologie qui doit faire œuvre d’histoire totale à l’échelle de la fouille – l’apport de données sociétales qui n’apparaissent pas dans les sources écrites. Ainsi, au sein d’un domaine dépendant vraisemblablement d’une abbaye, entre la fin du viie et le début du xe siècle, des enfants, des femmes et des hommes se faisaient enterrer par groupes plus ou moins importants ou de manière plus dispersée en périphérie d’un secteur économique. S’il n’a pas été possible d’identifier ces individus, ni de savoir quel rôle ils jouaient dans le fonctionnement économique du domaine, il a été démontré que ces pratiques découlaient d’un héritage ancien, en relation probable avec l’organisation territoriale, et qu’aucun élément ne permet d’en faire des sépultures d’esclaves ou de non-libres.

101Les données paléoenvironnementales ont non seulement permis de préciser la nature du terroir, anthropisé depuis fort longtemps, dans lequel se trouve la zone d’activités spécifiques, et de définir les orientations agro-pastorales mises en œuvre, mais aussi de constituer des corpus de référence qui nourrissent aussi bien les études sur les précipitations au premier Moyen Âge que sur la diffusion des espèces cultivées. En effet, grâce aux datations des cuvelages en chêne, il a été possible de constituer une importante chronologie de référence valable pour toute la partie orientale de la France.

102La fouille de Sermersheim a révélé l’ancienneté et la richesse d’un terroir localisé dans le Ried ello-rhénan, dont certaines activités économiques débutées au cours du haut Moyen Âge se sont perpétuées jusqu’à l’aube du xixe siècle, si l’on songe à la culture du lin et du chanvre ou aux activités de tissage et de blanchissage qui se pratiquaient dans le cadre domestique62.

Notes de bas de page

1 Ce chapitre a été rédigé grâce aux notes et aux interprétations que B. Metz, ancien archiviste de la ville de Strasbourg, a mis à notre disposition. Qu’il trouve ici l’expression de notre gratitude. En l’absence de moyens dévolus à une étude approfondie réalisée par un historien de la documentation textuelle, ce chapitre ne peut pas être considéré comme une véritable étude historique mais plutôt comme un aperçu permettant de se faire une idée du contexte.

2 Hec sunt autem nomina villarum in quibus ipsa predia sita sunt (…). In Sarmeresheim curtis dominica cum omnibus appendiciis suis, ecclesia videlicet ipsius ville cum decimis suis, mansus serviles et censuales cum molendino et banno ipsius allodii. MGH, SS, t. 23, p. 436, L. 1-4.

3 (…), in Saremersheim, (..), 7 mars 770, MGH, DD Kar. 1, p. 296 ; (…) in Sarmeresheim, (…), 6 mai 770, Brückner, 1949, no 219, p. 133-134 ; In Sarmeresheim curtis dominica cum salica terra. Curtes, mansus serviles et censuales. Ecclesiae ipsius villae cum decimis susi, decime vero salicae terrae ad portam pertinent. Bannus et villicatio ipsius predii vel familiae in ipsam curtim pertinet. 817, Schoepflin, Lamey, 1772-75, vol. 1, p. 66-68, no 82 ; Haec autem sunt nomina villarum, inquibus ipsa praedia (…) ; in Sermersheim curtis dominica cum omnibus appendiciis suis, ecclesia videlicet ipsius villae cum decimis suis, mansus serviles et censuales cum molendino et banno ipius allodii. 3 novembre 824, Brückner, 1949, p. 290-294 ; (…) in Sarmersheim curtis dominica cum banno ipsius allodi, ecclesia cum decimis suis, (…). 13 juin 829, Brückner, 1949, p. 301. In Sarmeresheim curtis dominica cum salica terra et decimis suis et ecclesia cum tribus partibus decimarum ipsius ville. 1042, Schoepflin, Lamey, 1772-75, vol. I, p. 214-215, no 263.

4 Locum ipsum in quo prefatum monasterium fitum est, cum omnibus pertinentiis suis. (…) In Sermersheim curtem dominicam, cum decima salice terre et ecclesiam cum decimis ipsius ville. Schoepflin, Lamey, 1772-75, vol. I, p. 278, no 330.

5 Dedit itaque predicto monasterio ad meliorandam fratrum illic Deo serventium prebendam, in Barro curtim unam cum vineis ad ipsam pertinetibus ; reditus salis ad terciam dimidiam sartaginem in Marsal et in Métiwich, (…) ; in Sarmenza quinque mansus cum curtibus suis et capella ipsius loci ; MGH SS 23, p. 438, l. 1-12.

6 Inferiori autem monasterio quod dicitur Hohenburg hos assignavimus reditus, quorum nomina sunt hec : curia in Arlisheim cum suis appendiciis, scilicet Heimersdorf, Brunstat, Hirsunge, curia in Buozinsheim, Gertewilre, curia in Sermirsheim, curia in Kaginheim, curia in Blienswilre, curia in Sulze, praedium ad sanctum Naborem, cum banno Ottenrode, Barre, hec omnia cum suis a[p]pendiciis. Schoepflin, Lamey, 1772-75, vol. I, p. 28, no 24 ; Brückner, 1949, p. 41.

7 Otto divina favente clementia imperator augustus. [No]tum sit omnibus fidelibus nostris presentibus scilicet [e]t futuris, qualiter nos per interventum ac petitionem amantissimi filii nostri Ottonis impera[toris] dilecte coniugi nostre Adelheide imperatrici regnorumque nostrorum consorti in proprium donavimus iuris regni nostri quasdam curtes ita nuncupatas : H[o]hfeldon et Sarameresheim, Suehhusun et Morinzanuuileri atque Salise, sitas in Elisaziun in comitatu Hugonis comitis, cum ecclesiis curtibus edificiis mancipiis terris cultis et incultis agris campis pratis pascuis silvis vineis venationibus aquis aquarumque decursibus piscationibus molendinis molendinumque locis exitibus et reditibus quesitis et inquirendis mobilibus et inmobilibus rebus omnibusque pertinentiis que dici vel nominari possunt ad prefatas curtes Hohfeldo[n et] Sarameresheim, (…). MGH, DD OI, no 368, p. 505.

8 Otto divina favente clementia rex. Quicquid ad exaltionem ecclesarium dei pro divino amore de nostra regia manificentia boni facimus, hoc procul dubio ad aeternam et presentem salutem n[ob]is profuturum credimus. Qua propter omnium fidelum nostrorum praes[nti] um scilicet atque futurorum noverit industria, qualiter nos quoddam predium Saramaresheim dictum (…) cum omnibus appendiciis [illuc rite per]tin[e]n[ti]b[us hac nostra praecepti] o [ne d] onamus [denuo atque] id ipsum praedium cum omnibus rebus illuc rite aspicientibus, in mancipiis utriusque [sexu] s areis aedificiis terr[i]s cultis et incultis agris pr[ati]s camp[i]s pasc[ui]s [vineis] silvis venationib[us] aquis aquarumve decursibus piscationibus molendi[nis] viis et inviis exitibus (…). MGH, DD OII, no 86, p. 494-495.

9 Arch. dép. Bas-Rhin, G 117, nos 4 et 5, cité par Bornert, 2005, p. 242.

10 Cette chapelle est mentionnée dans un document daté de 1304 (?) : In Sermersheim (…) das Innerveldt… ein acker uff dem hohen bùhl nebent Sant Ulrich (…). Arch. dép. Bas-Rhin, H 223 (extrait, xviie siècle).

11 Arch. dép. Bas-Rhin, C 510 (70).

12 Arch. dép. Bas-Rhin, C 586 (358)-33.

13 Archives de l’Église d’Alsace, 1947-1948, p. 85, 102-103, 114.

14 Dominus de Rapolstein congregato exercitu dominum de Bergken in munitione parvula capere voluit ; existentes autem in munitione Sermersheim se viriliter defenderunt, tres occiderunt et multos vulneraverunt eumque fugere coegerunt. MGH, SS 17, p. 218, l. 39-41.

15 Anno domini 1292 expugnatum est opidum Sermersheim apud Kagenheim a domino Cunrado episcopo de lichtenberch et a civibus civitatis Argentinensis. MGH SS 17, p. 103, l. 26-27.
MGH, SRG. 9, p. 131. Il y a une erreur de date dans les évènements rapportés par Grandidier, qui provient des Annales d’Ellenhard (MGH SS 17, p. 103, l. 37-39).

16 Pour ce site, l’hypothèse d’habitation pour les cabanes excavées n’a pas été retenue. S’il peut y avoir un doute pour les cabanes du HMA 1, au vu des exemples éloignés connus comme les cabanes du site de Mondeville dans le Calvados, il n’y a en revanche aucune hésitation pour les cabanes du HMA 2 ou du HMA 3. En effet, jusqu’à présent, cette hypothèse n’est pratiquement jamais retenue pour la période allant du viiie au xiie siècle dans la mesure où sur la plupart des sites, elles sont associées à des constructions sur poteaux, sablières ou solins. La faible présence de pierres ne permet pas d’envisager l’existence de constructions sur solins.

17 En référence aux facteurs discriminants établis pour identifier la présence d’une population élitaire (Bourgeois, 2006, p. 136-139 et 2009, p. 502-505 ; Châtelet, 2002a, p. 189-190 ; Peytremann, 2013c, p. 190-197).

18 Les trois restes attestant des traces de découpe appartiennent à des individus adultes dont il n’a pas été possible de déterminer le sexe. Deux attestent la récupération de viande tandis que le troisième indique plutôt une récupération de la peau.

19 Sans faire référence à l’ensemble des mentions de gynécée, il peut être cité, au niveau régional, le gynécée de Marlenheim (Septimina vero cum Droctulfo vehementer caesa ac cauteriis accensis in faciae vulnerata, ablatis omibus quae habebat, Marilegio villa deducitur, ut silicet trahens molam his, qui in genitio erant positae, per dies singulos farinas ad victus necessaria praeparet. MGH, SS rer. Merov., 1.1, p. 459, l. 13-15 ; Latouche, 1979, t. 2, p. 234), celui de Pfortz dans le Palatinat mentionné dans le polyptyque de l’abbaye de Wissembourg (Zeuss, 1842, ch. 6.2), ou celui d’Ellenweiler dépendant de l’abbaye de Murbach (Brückner, 1949, no 127 ; Claude 1981, p. 219).

20 Nous ne développerons pas les travaux, principalement d’historiens des textes, consacrés à l’opus textile, dont les problématiques essentielles portaient sur le travail féminin et sur la nature de la production au sein de la réserve domaniale ou au sein des manses. Au sujet de l’historique de ces travaux, on se reportera aux articles de J.-P. Devroey (Devroey, 1999) et tout récemment à celui de L. Bourgeois (Bourgeois, 2014).

21 D’après les travaux sur le travail féminin au haut Moyen Âge (Herlihy, 1990 ; Goetz, 1991 ; Devroey, 1999).

22 Nous comptons, au vu de la taille des cabanes, une femme par métier ; P. Grimm, pour les bâtiments H 21 et H 33 du palais ottonien de Tilleda, aux dimensions nettement plus importantes que les cabanes de Sermersheim, respectivement 150 et 70 m2, et à partir des indications du Brevium exempla, suggère deux femmes par métier (Grimm, 1963, p. 184). La représentation du métier à tisser figurant dans le psautier d’Utrecht montre également deux femmes devant le métier (Dufrenne, 1978, p. 87, pl. 20).

23 Seize pour le gynécée de la cour de Nuvolera (Italie, Brescia ; Devroey, 2003, p. 134).

24 Sous réserve d’un fonctionnement simultané, ce que les éléments de datation à disposition ne permettent pas de savoir.

25 Il est notamment mentionné au chapitre 70 du Capitulaire de villis (MGH Capit., no 32, p. 90).

26 On les retrouve au chapitre 70 du Capitulaire de villis parmi les plantes à cultiver dans le jardin (MGH Capit., no 32, p. 90) ; également dans les Brevium exempla chap. 29 (MGH, Capit., no 128, p. 255).

27 Constatée à partir du milieu du viiie siècle, notamment à travers une lettre de Pépin III à saint Boniface (Devroey, 2010, p. 38).

28 La relation entre capacité de stockage et dîme reste particulièrement délicate à établir tant les pratiques de la décimation sont mal connues (Viader, 2010, p. 9).

29 On retrouve une partie de ces productions, à savoir le lin, peut-être le drap et la production d’objets en fer, dans les produits susceptibles d’être vendus par les tenanciers du domaine de Villance en Ardenne (Despy, 1968, p. 158). Pour Sermersheim, c’est bien la nature de la production qui est soulignée et non son mode d’acquisition ou de diffusion.

30 Le nombre de restes, sept, comportant des traces de découpe est supérieur à celui de la période antérieure. Il s’agit, cette fois encore, d’individus adultes dont il n’a pas été possible de déterminer le sexe. Au moins cinq d’entre eux attestent la récupération de viande.

31 Des tisserands sont néanmoins mentionnés dans le premier statut municipal de la ville (1146-1147) (Livet, Rapp, 1987, p. 97).

32 « Muniwilre », « Hodie Munnweiler Alsatiae Super », MGH, Antiquitates, Necr., 5, p. 33, et note 70.12 ; « Muniwilre », MGH, Antiquitates, Necr., 5, p. 480 et 548.

33 Un PCR intitulé « Dans l’environnement d’une résidence royale : Marlenheim et son territoire aux époques mérovingienne et carolingienne », conduit par Madeleine Châtelet, est actuellement en cours. L’étude des sources écrites est l’un des aspects traités.

34 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, livre IX, chap. 38 et livre X, chap. 18, MGH, SS rer. Merov., p. 459 et 509.

35 Devilliers, Meyers trad., Chronique des temps mérovingiens : livre IV et continuations, Frédégaire, chapitres 43-44.

36 Ex Vita s. Deicoli, MGH, SS, in f °, t. 15, 2, p. 678.

37 L’absence de phasage des vestiges du haut Moyen Âge dans la publication ne permet pas de connaître le rapport chronologique entre les cabanes et les bâtiments, ni le nombre de cabanes contemporaines.

38 XXXIV. (…). Habent in Torciaco mansum indominicatum. I. cum terra arabili ad seminandum modios. XL. Aspiciunt ibi mansa ingenuilia. V. et apsa. II. Inter duas sationes ansingas. II., corvadas. II., beneficia. De pastione solvit unusquisque ordei modium. I., decimam de illorum conlaboratu ; de lignare carrum. I. aut denarios. IIII., pullos. III. cum ovis ; pro ambascatione. IIII. partem carri aut denarios. V. In tribus festis unusquisque solvit denarios. II. De cavalitio exeunt solidi. II. Ducunt ad monasterium omnem decimam ut supra. Polyptyque de Montier-en-Der, Arch. dép. Haute-Marne, H, non coté (Stein, no 2543), f ° 120 et suiv. : Droste éd., 1988, p. 19, fol. 120.

39 Confero eis preterea vicum quemdam non exiguum nomine Tinteniacum, similiter jure perpetuo possidendum, in Britannie partibus situm, cum ipsa ecclesia et omnibus que ad eum pertinere noscuntur sive noscentur. (La Bigne Villeneuve, 1876, p. 219).

40 L’acte dont il est question (Arch. dep. Seine-Maritime, 14H774 (fonds de l’abbaye de Saint-Ouen) est considéré comme douteux : « Hæc est elemosina principis Northmanniæ in valle Rodoli a Ricardo comite secundo liberaliter data æcclesiæ beatæ Mariæ de Montorio :. X.cem libras, vel. I. modium frumenti,. I. modium siliginis,. II. modia avenæ, octo sextarios ordei,. III. or sextarios pisarum (sic) ad Pascha, ducenta ova in Rogationibus,. XX. ti. IIII.or caseos,. XX.ti V.que vellera ovium, duas carretas feni, unam apud Waurei, alteram apud Leiret,. II. modia vini et. IIII.or sextarios apud Vuaurei, duos hospites in valle Rodoli,. IIII.or nundinas. IIII.or festivitatum Sanctæ Mariæ cum omnibus consuetudinibus in boscho et in plano. Qui vero prædictæ æcclesiæ de his omnibus aliquid subtraxerit, vel defraudaverit, vel æcclesiæ libertatem minoraverit, vel aliquam consuetudinem clamaverit, excommunicationi subjaceat nisi resipuerit et ad emendationem pervenerit et æcclesiæ satisfactionem fecerit. Amen. Fiat. ». Un autre acte, un peu plus tardif, de donation du duc de Normandie Richard II (Fauroux, 1961, 32 (1021-1025), p. 120-122), cette fois-ci en faveur de Saint-Père des Chartes mentionne également Léry : « (…) ego supradictus Richardus, pro animæ meæ parentumque meorum remedio, tradidi Sancto Petro Carnotensis cænobii et monachis ibidem servientibus quandem hospitalitatis receptionem, cum terra cæterisque suppellectilibus, in villa Lereti (…). ».

41 M. Charpillon ne précise pas dans sa notice les références exactes de l’acte.

42 Aucun texte n’est connu avant 1205 pour Bressuire et il y est fait plus particulièrement référence au bourg castral (Bourgeois, 2000, p. 7-25).

43 Les régions où des études archivistiques sont confiées à des spécialistes dans le cadre de fouilles d’archéologie préventive sont encore à ce jour rare en France. Il y a là un véritable problème méthodologique, accentué par le fossé qui sépare encore actuellement, au point de vue institutionnel, les historiens médiévistes, travaillant à partir des sources sédimentaires, de ceux œuvrant à partir des sources textuelles.

44 Sous réserve que la question ait un sens pour la période considérée. La recherche de structures collectives au sein du village est en effet un vestige des problématiques des historiens « marxistes » qui ont perduré jusqu’à la fin des années 1990.

45 Sauf à considérer le fragment de moulure en torchis et les pots de poêle comme des éléments appartenant à une architecture élitaire.

46 En espérant que ce type de site ne subisse pas le même désintérêt que les pars rustica des villae antiques, dont ils sont finalement les héritiers.

47 La sépulture est archéologiquement définie comme un dépôt volontaire assorti d’un ensemble de techniques de traitement du corps (Leclerc, Tarrête, 1988, p. 963-964).

48 On peut en effet regretter l’absence de plan phasé et d’une présentation plus détaillée du contexte stratigraphique du bâtiment 2.

49 Au moins au moment de l’étude. Ceci est moins vrai au stade de la prescription d’une fouille ou de la constitution du projet, où la possibilité de découverte de sépultures en contexte « d’habitat » n’est pas systématiquement envisagée.

50 La place réservée aux « sépultures hors cimetière » dans le séminaire « Les cimetières médiévaux et modernes : approches méthodologiques », organisé conjointement par le SRA de la région Centre et l’université de Tours, est symptomatique de l’importance et de la récurrence de ces découvertes. La thématique des récentes journées internationales de l’Association française d’Archéologie mérovingienne à Douai les 8-10 octobre 2014, « Communauté des vivants, compagnie des morts », confirme l’importance des découvertes.

51 L’état de conservation et le nombre d’individus identifiés dans le creusement 21560 ne permettent pas de savoir exactement s’il y avait une ou plusieurs sépultures.

52 Si l’on admet l’hypothèse selon laquelle ces fosses correspondent à des sépultures vides (cf. supra).

53 Un PCR sur les Espaces et pratiques funéraires aux époques mérovingiennes et carolingiennes en Alsace (ve-xe siècle) se met actuellement en place, sous la direction de H. Barrand, M. Châtelet et A. Koziol. À cette occasion un bilan nettement plus complet sur les ensembles funéraires en contexte d’habitat sera proposé.

54 L’analyse et la définition de la nature de ces ensembles dépassent le cadre de l’étude conduite ici. On se réfèrera notamment aux travaux de D. Bayard (1997, p. 215-216).

55 641-773 ap. J.-C. à 95,4 % pour le début de la fourchette de la datation radiocarbone de la sépulture 1 du site de Marlenhein ‘Apprederis’ (Châtelet, 2006, p. 161, GrN-28812).

56 935-1165 pour la fin de la fourchette de la datation radiocarbone à 81,3 et 1200 à 95,4 % de la sépulture inh T1 du site de Ruelisheim (Strich et alii, 1999, p. ARC 1594).

57 D’après la terminologie de F. Blaizot (Blaizot, Savinot, 2006).

58 Deux tombes provenant respectivement des sites de Pfulgriesheim et Ruelisheim ont livré une boucle de ceinture.

59 Genlis, Villiers-Vicomte, Chessy, Servon, Vert-Saint-Denis ‘Saint-Clément’, Serris, Mondeville, Saint-Sylvain-d’Anjou (Peytremann, 2003, p. 304-305), Pouthumé (Cornec et alii, 2010, p. 105), Saint-Georges-des-Coteaux (Gerber, 2010, p. 90), etc.

60 Informations communiquées par Claude Lecouteux, que nous remercions.

61 Par exemple : ensemble de faits géographiques relatifs à la résidence de l’homme (forme, emplacement, groupement des maisons, etc.), http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/habitat/38777.

62 C’est notamment le cas dans le village voisin d’Ebersmunster, mais également à Sermersheim où figure la mention d’une ancienne blanchisserie sur un plan de 1781 (ADBR C 420 (16).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.