Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Partie IV. Mobiliers et activités économiques

p. 159-280


Texte intégral

1. MOBILIER

1.1. Vaisselle, luminaire et gobelets de poêle en céramique (M.C.)

1.1.1. Le corpus et les limites de l’étude

1Parmi la céramique, 2057 fragments, soit un minimum de 781 individus, peuvent être attribués à l’époque médiévale. Ils se répartissent dans 355 structures, principalement des fonds de cabane, mais aussi des fosses et des puits, dont une grande partie n’ont été que fouillés à moitié (cf. Partie I). Le nombre des fragments dans les structures est souvent peu élevé : 331 d’entre elles, soit 93,3 %, renferment moins de vingt tessons, vingt entre vingt et un et cinquante, et quatre plus de cinquante fragments, la cabane la plus riche regroupant 110 tessons (FDC 1812).

2La plupart de ces lots se sont révélés mélangés et comprennent un matériel très hétérogène, en partie résiduel, lié à la superposition des occupations et à la très forte densité des vestiges sur le site. Dans plusieurs cas, ces mélanges laissent transparaître la présence de structures superposées (cf. Partie I).

3La datation des ensembles est ainsi apparue délicate. En raison de l’hétérogénéité des lots et de leur trop petit nombre statistiquement représentatif, aucun traitement par sériation n’a pu être réalisé sur ce matériel et pour les structures, il n’a été souvent possible de donner qu’une fourchette chronologique très large. Seules quelques structures, plus riches en matériel, ont pu être datées plus précisément.

4Les datations ont été établies à partir des deux chronologies régionales, l’une couvrant la vallée du sud du Rhin supérieur et portant sur la période du vie au xe siècle (Châtelet, 2002a), l’autre sur le vaisselier strasbourgeois de la période du xie au xviie siècle (Henigfeld, 2005a) (fig. 189). Pour la période xe-xiie siècle, les quelques études plus récentes qui ont permis d’affiner et d’élargir la chronologie strasbourgeoise ont également été prises en compte (Châtelet, 2013). Sur le site lui-même, dix-huit puits ont fait l’objet de datations dendrochronologiques. Un seul était associé à un lot important de céramiques (PUI 1173, fig. 190). Les objets osseux ou métalliques rejetés avec les terres cuites dans les structures n’ont apporté aucun élément de datation supplémentaire, soit parce qu’il s’agissait de pièces résiduelles, soit parce que leur datation était trop large.

1.1.2. Présentation générale des catégories de céramiques

5Si l’on excepte les quelques céramiques intrusives d’époque tardive, ce sont quatorze catégories qui ont été identifiées (fig. 189). Dix correspondent à des céramiques tournées, les quatre autres à des poteries montées aux colombins et en partie retravaillées à la tournette (selon la technique dite mixte). Parmi les premières, les céramiques à pâte claire alsacienne, confectionnées dans la région de Soufflenheim, et les céramiques micacées de technique mixte produites dans le sud de l’Alsace représentent l’essentiel des productions. Leurs proportions s’élèvent respectivement à 37,7 et à 32,7 %. Suivent les pâtes claires granuleuses du nord du Pays de Bade (11,1 %), les céramiques rugueuses d’origine locale (9,4 %) et les pâtes orangées de technique mixte dont la zone de production reste encore à définir (4,2 %). Les autres groupes représentés le plus souvent par quelques tessons seulement sont presque négligeables. Quelques fragments sont restés indéterminés.

Image 100000000000031000000214ECCF91FF40CC6B92.jpg

Fig. 189. Représentation par catégories et en nombre de restes des céramiques médiévales. Le comptage a été réalisé sur l’ensemble des structures.

1.2.2.1. Les céramiques tournées

6La céramique fine tournée. Cette production, en usage jusque vers 650 dans la région, est représentée sur le site par au moins trois individus. Elle se définit par la finesse de sa pâte, ses inclusions peu nombreuses et ses parois extérieures lissées ou polies. Ses formes se limitent en Alsace principalement aux pots biconiques, aux pots verseurs et aux cruches (Châtelet, 2002a, p. 72-89).

7La céramique rugueuse. La céramique rugueuse, issue des productions du Bas-Empire du même nom, est produite dans la région jusqu’au début de la deuxième moitié du viie siècle. Elle a été confectionnée dans des ateliers répartis dans toute la région et se caractérise par une grande diversité des pâtes et des finitions. Généralement, ses inclusions sont abondantes, visibles en surface, et sa couleur est grise (fig. 191). La fonction des récipients est principalement culinaire (Châtelet, 2002a, p. 63-72).

8La céramique fine orangée. Cette céramique, dont l’essentiel provient de la structure 1812, est exogène (fig. 192). Elle est tournée et composée d’une pâte légèrement micacée de couleur orangée, comportant des inclusions siliceuses en petit nombre, de taille inférieure en moyenne à 0,5 mm. La surface est soigneusement lissée ou polie.

9Cette catégorie s’inscrit dans un groupe très large aux origines diverses, auquel s’intègrent une partie de la céramique du Val de Saône (issue des ateliers de Sevrey, en particulier), mais aussi les productions de Mayen (Marti et alii, 2006, p. 23-24 et 54-66)1. Elles ont en commun la finesse de leur pâte, leur couleur orange et leurs formes (écuelles et bols notamment) issues des traditions antiques.

10La céramique à pâte claire alsacienne. Elle est dominante à Sermersheim. Fabriquée dans la région de Soufflenheim (Bas-Rhin) du viie au début du xiiie siècle (Châtelet, 2002a ; Châtelet et alii, 2005 ; Henigfeld, 2005a, groupe 7), elle se définit par sa couleur claire, généralement ocre, et ses inclusions siliceuses associées parfois à quelques paillettes de micas. La surface est rugueuse. Selon sa pâte, deux sous-groupes ont été distingués :

  • la céramique commune à pâte moyennement dure avec des inclusions de taille généralement inférieure à 0,5 mm (céramique fine) (fig. 193), plus rarement entre 0,5 et 1 mm (céramique grossière) ;

  • la céramique à pâte claire bien cuite à pâte sonnante, dont les inclusions sont toujours inférieures à 0,5 mm.

11À Sermersheim, les pots globulaires ou ovoïdes constituent comme ailleurs l’essentiel des récipients ; ils sont complétés par quelques pots verseurs et quelques jattes. Les cruches, peu fréquentes dans cette production, sont représentées par un exemplaire (FOS 1128).

12Les décors se composent de cannelures ou, plus souvent, d’impressions à la molette dont les motifs, très variés, s’intègrent dans le répertoire habituel. Quatorze céramiques sont peintes, la plupart avec un motif structuré de festons, de cercles ou de lignes ondées caractérisant les productions antérieures au milieu du xe siècle (fig. 194). Quelques fragments présentent de simples coulures de peinture et correspondent aux productions récentes.

Image 1000000000000425000004B3C380ECB0599EF7B3.jpg

Fig. 190. Ensembles datés par les céramiques ou par dendrochronologie (en gras). 1652 est la seule structure ayant pu être datée par les deux méthodes. Abréviations : FDC fond de cabane ; FOS fosse ; PUI puits.

Image 10000000000001B3000001CA8591307566A9F53D.jpg

Fig. 191. Céramique rugueuse (18121.020). © F. Schneikert.

Image 1000000000000189000001519AE53404A9D871FF.jpg

Fig. 192. Céramique fine orangée (18181.023). © F. Schneikert.

Image 10000000000001A8000001493F0E7FA3E2D8540B.jpg

Fig. 193. Céramique claire alsacienne fine (11281.02). © F. Schneikert.

Image 10000000000001D50000016230CEEA6E89BB198B.jpg

Fig. 194. Céramique claire peinte (2586.01). © F. Schneikert.

Image 10000000000001B600000179E040BC076F355773.jpg

Fig. 195. Céramique à pâte claire granuleuse (10131.14). © F. Schneikert.

13Deux gobelets de poêle ont également été identifiés (FOS 1128 et PUI 2183).

14La céramique à pâte claire granuleuse. Ce groupe, anciennement désigné sous l’appellation de « céramique très bien cuite » (Châtelet, 2002a, p. 93), s’apparente aux pâtes claires alsaciennes par ses formes, mais s’en distingue par sa pâte plus dure, presque grésée, et ses inclusions abondantes de taille moyenne (0,5-1 mm) à grossière (1-2 mm) (fig. 195). Les analyses chimiques et pétrographiques ont permis de reconnaître en cette catégorie une production particulière dont l’origine peut être située dans le nord du Pays de Bade2 grâce notamment à l’étude de sa diffusion (Châtelet et alii, 2005).

15Les formes présentes à Sermersheim se limitent aux pots et aux jattes. Elles sont peu ornées. Les quelques exemplaires comportent des cannelures, des incisions ondées ou des impressions à la molette d’une simple ou double rangée de petits carrés.

16La céramique claire grise. Il s’agit d’une céramique qui n’était représentée jusqu’à présent que dans le dépotoir de la place des Bateliers à Strasbourg, dans les couches de la fin du viie et du début du viiie siècle (Châtelet, 2002a, p. 388). Deux fragments de panse issus de la fosse 1566 à Sermersheim pourraient être attribués à ce groupe. Leur pâte, fine, s’apparente à celle des premières céramiques à pâte claire commune ; elle en diffère seulement par sa couleur grise.

17La céramique tournée sableuse. Quatre fragments de panses et de bases (FOS 1155, 2358 et 3168) se rattachent à ce groupe, dont la production devrait se situer sur les marges du massif nord-vosgien. Deux ateliers y ont en effet été localisés, l’un à Sarrebourg en Moselle, l’autre à Ingwiller dans le Bas-Rhin, dont les productions fortement similaires n’ont pas pu être distinguées à l’œil nu3. La céramique est tournée et se définit par sa couleur variable, souvent orange, parfois brune ou grise, et sa pâte aux grains siliceux abondants de taille inférieure à 0,5 mm de diamètre. La surface est rugueuse, les parois ont entre 4 et 6 mm d’épaisseur. Selon les éléments de datation recueillis sur les habitats d’Imling ‘Le Haut des Oies’ et de Marlenheim ‘La Peupleraie’, la fabrication de ces poteries s’est maintenue au moins du xie au xve siècle (Châtelet, 2002b, vol. 1, p. 75 et 86-87 ; Châtelet, 2002c, p. 96)4. Aucun des récipients n’a pu être restitué dans sa forme à Sermersheim. Les trois bases conservées sont plates.

18La céramique grise tournée. Elle est peu représentée (vingt-huit tessons, soit 1,3 % de la céramique médiévale). Ces productions, qui remplacent progressivement les pâtes claires à partir du xe siècle, ont été fabriquées jusqu’au début du xviie siècle, dans des ateliers vraisemblablement localisés autour de la forêt de Haguenau (Henigfeld, 1998 et 2005a, groupe 11). Elles sont caractérisées par des pâtes dures, généralement blanches dans la tranche et grises en surface. Les inclusions sont fines et composées essentiellement de quartz ou de feldspath, les parois rugueuses en surface et souvent peu épaisses (entre 3 et 4 mm d’épaisseur). Pour les périodes plus récentes, les récipients sont marqués de cannelures de tournage, ce qui leur a valu l’appellation de « céramique cannelée » (Henigfeld, 2005a).

19Les exemplaires recueillis à Sermersheim s’intègrent aux productions les plus précoces de cette catégorie. Ils correspondent à des pots, principalement à paroi lisse, parfois polie, à base plate ou lenticulaire. Les autres céramiques sont un pot verseur, un couvercle à collerette (fig. 206, no 5) et deux gobelets de poêle (fig. 206, nos 3-4).

20La céramique orangée de Strasbourg. Elle est représentée par deux fragments de panse dans les fosses 1095 et 1127. Les tessons sont de couleur orange en surface et grise dans la tranche. La pâte comporte quelques concrétions ferreuses et des inclusions siliceuses peu abondantes, de taille égale ou inférieure à 0,5 mm. Cette production, dont la fabrication a été attestée à Strasbourg, est datée de la deuxième moitié du xe siècle au début du xiiie siècle (Henigfeld, 2005a, p. 193-194, groupe 6 ; Châtelet, 2013).

21La céramique claire orangée à grosses inclusions. Cette céramique tournée, qui correspond au groupe 8 du vaisselier strasbourgeois (Henigfeld, 2005a), n’est attestée que par un fragment de panse dans le trou de poteau 1881. Elle se définit par sa couleur orange et ses inclusions composées de paillettes de micas et de grains siliceux se répartissant entre une composante fine majoritaire (inférieure à 0,5 mm) et des éléments très grossiers (1 à 2 mm). La pâte est dure et rugueuse au touché.

22Ce groupe, très faiblement représenté en Alsace, est daté entre le xie et le début du xiiie siècle (Henigfeld, 2005a, p. 192-193, groupe 8 ; Châtelet, 2002b, vol. 1, p. 75).

1.2.2.2. Les céramiques montées aux colombins

23La céramique grossière non tournée. La céramique grossière, qui regroupe à Sermersheim une quarantaine de fragments, apparaît dans la région aux ive-ve siècles. Elle est produite jusqu’au milieu du viie siècle et elle se définit par son aspect souvent très fruste, provenant de son absence de finition. Sa fabrication est domestique (Châtelet, 2002a, p. 36-42).

24La céramique micacée alsacienne. Cette catégorie, la plus importante après les pâtes claires alsaciennes, se définit par une pâte plus ou moins fortement micacée, incluant de nombreux grains siliceux de petite taille (0,5 mm), associés à quelques rares éléments plus grossiers (1 à 2 mm). La pâte est dure et sa couleur varie du brun à l’orange (fig. 196). Les plus anciennes céramiques ont des parois épaisses et souvent irrégulières, les plus récentes sont plus fines, souvent soigneusement lissées en surface. À partir du viiie siècle, toutes sont retravaillées à la tournette. Leur fabrication a été attestée du viie au début du xiiie siècle (Châtelet, 2002a ; Henigfeld, 2005a, groupe 4). Elle a pu être localisée grâce aux analyses minéralogiques dans la région du piémont vosgien, entre Thann et Colmar (Châtelet et alii, 2005).

Image 10000000000001A500000164DCAC3DD4C107127C.jpg

Fig. 196. Céramique micacée alsacienne (11802.02). © F. Schneikert.

Image 10000000000003820000025AB530CAFA8693486B.jpg

Fig. 197. Céramique orangée de technique mixte (22881.20 à 22). © F. Schneikert.

25Les pots globulaires ou ovoïdes constituent à Sermersheim l’essentiel des récipients. Les plus anciens sont décorés de lignes incisées, d’impressions à la molette ou sont peignés, les plus récents sont lissés ou polis en surface. Les autres céramiques se composent d’un bol (fig. 200, no 10) et d’un gobelet de poêle (SEP 1599).

26La céramique brun-orangé de technique mixte. Cette céramique, produite du viie au xiie siècle dans des ateliers situés vraisemblablement dans la région de Sarrebourg (Châtelet, 2002b, vol. 1, p. 81 et 86-87), est montée aux colombins et retravaillée à la tournette. Elle est représentée par un individu dans la fosse 1896 et se définit par sa couleur brune et la présence de nodules ferreux dans la pâte. Ses inclusions sont abondantes et se composent de grains siliceux de forme anguleuse, constitués d’une fraction fine et d’éléments plus grossiers de 0,5 à 1 mm de diamètre. La surface est rugueuse, la forme maîtrisée avec des parois de 4 à 6 mm d’épaisseur.

27La céramique orangée de technique mixte. Parmi les catégories minoritaires, elle est la mieux représentée (fig. 183). De technique mixte, elle se définit par sa couleur orange, brunie parfois par l’usage en surface, et par ses inclusions siliceuses abondantes de forme anguleuse, constituées d’une fraction fine et d’éléments plus grossiers (0,5 à 1 mm). Du mica blanc ou doré, en quantité très variable, est également souvent inclus dans la pâte (fig. 197). Certaines céramiques se distinguent néanmoins par des grains plus fins ou une densité d’inclusions plus importante, conférant une certaine hétérogénéité à ce groupe. Pour l’ensemble des récipients, la pâte est dure, les parois, de 6 mm d’épaisseur environ, sont régulières et parfois partiellement lissées ou polies en surface.

28Ce groupe, encore mal cerné, apparaît dans des quantités variables sur plusieurs habitats à l’ouest et au sud de Strasbourg, comme Pfulgriesheim et Nordhouse, mais aussi en Haute Alsace, à Ruelisheim et à Wittenheim5. Sa production peut être assurée au xie siècle (Châtelet, 2013) mais sa durée n’est pas connue.

29Les formes restituables à Sermersheim correspondent pour la plupart à des pots. Il s’agit de récipients globulaires à base lenticulaire munis d’un col et d’un bord éversé, à terminaison arrondie ou rectangulaire (fig. 205, nos 5-8 et 12). Deux pots sont pourvus d’un décor de rectangles ou de carrés imprimés à la molette qui couvre la partie supérieure de la panse. En plus de ces récipients culinaires, quelques gobelets de poêle ont été recensés dans cette catégorie (infra fig. 205, nos 1-4).

1.1.3. Périodisation et description des céramiques du corpus par phases

30Sur les 355 structures associant des céramiques, trente comportaient un lot suffisamment important et homogène pour être datées plus précisément (fig. 190). En raison de la pauvreté générale des échantillons, les datations sont restées néanmoins assez larges et s’inscrivent dans des fourchettes d’un à deux siècles environ. Quatre phases, représentées de façon relativement égale, ont ainsi été isolées sur une occupation continue, couvrant la période de la deuxième moitié du vie ou du début du viie siècle au xie ou début du xiie siècle. Les datations font référence pour le haut Moyen Âge à la chronologie Nord, du sud du Rhin supérieur, définie en phases Nord 1, 2, 3 jusqu’à 6 (Châtelet, 2002a) et pour le Moyen Âge central à la période 1 de la chronologie du vaisselier strasbourgeois, précisée récemment par l’étude des céramiques de l’habitat de Pfulgriesheim (Châtelet, 2013).

1.1.3.1. Phase A (520/30 ou 590/600 - 610/40)

31La phase la plus ancienne est définie par l’association de la céramique rugueuse tournée, de la céramique grossière non tournée et de la céramique fine tournée. Les deux premières, à destination principalement culinaire, sont représentées respectivement par 191 et 42 fragments. La céramique fine, réservée à la présentation des aliments, ne regroupe que six tessons sur l’ensemble des structures, chiffre bien inférieur à celui habituellement rencontré sur les habitats du haut Moyen Âge. Cette faiblesse est cependant compensée par la présence inhabituelle de sept individus en céramique fine orangée, à l’usage également non culinaire. En l’absence d’éléments distinctifs, cette première occupation ne peut être datée précisément de la phase Nord 1b (520/30 - 590/600) ou 1c (590/600 - 610/640).

32Les céramiques fines tournées. Elles sont de couleur noire ou grise. Leur pâte est dure et polie en surface. Parmi les trois individus identifiés, l’un présente un décor à la molette de petits carrés (fig. 198, no 6), l’autre correspond à un petit pot biconique ou globulaire à lèvre droite et décor d’incisions parallèles horizontales sur la partie supérieure de la panse (SIL 1162). Du troisième, il ne reste que la base d’une forme non définie (SIL 1049).

33Les céramiques rugueuses. Elles sont relativement homogènes, laissant supposer une origine commune pour la plupart d’entre elles. Leur couleur, souvent changeante sur un même récipient, est brune à brun-orange. Quelques céramiques sont grises. Leur pâte dispose d’un dégraissant abondant, constitué de grains siliceux dont la taille varie entre 0,5 et 1, exceptionnellement 2 mm. Quelques fragments de couleur grise ont une pâte plus fine et des grains inférieurs à 0,5 mm.

34La plupart des récipients correspondent à des pots ovoïdes (fig. 199, no 1) ou biconiques (fig. 199, nos 6 et 11), ces derniers étant exceptionnellement bien représentés sur le site6. Les bases sont plates ou concaves, les bords rectangulaires ou tronconiques, dotés pour la plupart d’une légère dépression sur la face interne. Un seul récipient dispose d’une lèvre arrondie (FDC 1199). Les décors sont rares : ils se limitent à des stries horizontales au peigne et à des cannelures larges, faiblement marquées en surface (fig. 193). Deux formes sont ouvertes : le premier est un bol caréné à bord tronconique à légère gorge interne (FOS 1671) ; sa panse est striée d’incisions horizontales. Le second est un gobelet (fig. 199, no 2).

35La céramique fine orangée. Cette céramique, répartie dans trois structures contiguës situées en limite sud-est de l’habitat (FDC 1812, PUI 1843 et FOS 1844), est représentée par sept individus. Les formes comme la pâte présentent de fortes similitudes, laissant penser à une même production. Il s’agit de bols carénés, pourvus de parois hautes et d’un bord droit légèrement épaissi (fig. 198, nos 7-11). La panse supérieure, décorée d’impressions à la molette en double rangée de petits carrés, est faiblement éversée et présente dans deux cas un profil concave. Les bases n’ont pas été conservées. La pâte est dure. Elle est légèrement micacée et comporte quelques inclusions siliceuses et calcaires de taille inférieure à 0,5 mm, associées à de rares éléments plus grossiers de 2 mm de diamètre.

Image 1000000000000421000002292C4D413A589429F2.jpg

Fig. 198. Céramiques du silo 1049 et de la fosse 1812 datés de la phase N1 (vers 520/30-630/50). 1-4. Céramique rugueuse ; 5. céramique grossière non tournée ; 6. céramique fine tournée ; 7-11. céramique fine orangée. Dessin : F. Bergantz ; DAO : P. Girard.

Image 1000000000000415000002EEF6BD486C4352FBA0.jpg

Fig. 199. Céramiques de la structure 1812 (suite) datée de la phase N1 (vers 520/30-630/50). 1-12. Céramique rugueuse ; 13. céramique grossière non tournée. Dessin : F. Bergantz ; DAO : P. Girard.

Image 10000000000003E5000002E32B95BF9946AB26CB.jpg

Fig. 200. Céramiques résiduelles grossières non tournées (1-9) et micacées (10) de la phase N1 ou N2 (vers 520/30-670/80). Dessin : M. Châtelet ; DAO : P. Girard.

36Hormis ces exemplaires, l’Alsace n’a livré qu’un autre bol de ce type et dans cette pâte : il provient d’une tombe de la proche localité de Witternheim qui se distingue seulement par sa taille plus grande et le bourrelet sur sa carène (Châtelet, 2002a, pl. 34.1). L’origine de ces récipients est probablement rhénane et doit être recherchée dans les régions du Rhin moyen ou inférieur où ces productions ont été le plus diffusées. Leur datation couvre le dernier tiers du vie et le viie siècle (Châtelet, 2002a, p. 83).

37La céramique grossière non tournée. Les exemplaires sont relativement homogènes et pourraient avoir la même origine. Ils se caractérisent par leur couleur brun à brun-noir, prenant dans quelques cas des teintes localement orangées. Leur pâte est dure, avec des inclusions constituées exclusivement de grains de quartz ou de feldspath à profil anguleux. Ces inclusions sont généralement abondantes. Dans la plupart des cas, ce sont des grains de 0,5 mm associés à quelques éléments plus grossiers d’1 mm de diamètre environ. Quelques rares récipients ne comportent que de grosses inclusions (1-2 mm), dont la densité peut être plus ou moins élevée. Deux céramiques se singularisent par une pâte plus fine (FOS 2167 et 2301), recouvertes en surface d’une mince couche d’argile. Un autre récipient dans le puits 1898 se caractérise par une régularisation et un lissage partiel des parois.

38Peu de formes sont conservées. La majorité correspond à des pots ovoïdes à bords éversés arrondis ou rectangulaires (fig. 199, no 13). Un seul est à bord rentrant (fig. 200, no 9). Il se distingue par la présence dans la pâte d’une majorité de grains de petite taille associée à quelques gros éléments.

1.1.3.2. Phase B (630/40 - 720/30)

39Le deuxième horizon, daté des phases Nord 2 (630/40 - 670/80) et 3 (670/80 - 720/30), est défini par l’apparition des céramiques à pâte claire qui remplaceront rapidement les productions antérieures, abandonnées peu après le milieu du viie siècle. À part égale, elles se répartissent entre les productions alsaciennes et les importations du nord du Pays de Bade (fig. 190). La plupart des structures de cette époque ont également livré quelques fragments de céramiques micacées produites dans le sud de l’Alsace.

Image 10000000000003D0000001F1B588F1130CC2EA5F.jpg

Fig. 201. Céramiques de la cabane excavée 1013 datée de la phase N2/3 (vers 630/40-720/30). 1-3. Céramique à pâte claire granuleuse ; 4-5. céramique à pâte claire alsacienne ; 6-7. céramique micacée en technique mixte. Dessin : F. Bergantz ; DAO : P. Girard.

40La céramique à pâte claire. Elle se définit par des pots et pots verseurs aux formes généralement ovoïdes, aux panses encore relativement épaisses et avec un dégraissant parfois grossier. Quelques bols et jattes ont également été recensés à cette phase (fig. 201, no 2). Réalisées en pâte granuleuse, ces céramiques s’apparentent à celles retrouvées dans le puits de l’habitat de Roeschwoog ‘Schwartzacker’ (Bas-Rhin), daté par dendrochronologie de la première moitié du viie siècle (Châtelet, 2000a). Les décors se réduisent à des cannelures et à des impressions de petits carrés dans les structures les plus anciennes. Ils se diversifient vers la fin du viie siècle comme dans le puits 2089, daté de la phase Nord 3 ou du début Nord 4, où les céramiques portent également des impressions en croisillons ou en chevrons emboîtés et inversés (fig. 202).

41La céramique micacée alsacienne. Présente dans presque toutes les structures, elle se compose de pots ovoïdes à base plate et lèvre arrondie ou rectangulaire. Les panses sont épaisses, les parois simplement lissées, parfois peignées en surface. Certaines sont décorées d’impressions à la molette de petits carrés (fig. 201).

1.1.3.3. Phase C (720/730 - 900/920)

42Elle recouvre les phases Nord 4 (720/730 - 830/50) et 5 (830/50 - 880/920) et se définit par l’association des céramiques à pâte claire et micacées.

43La céramique à pâte claire. Elle appartient en majorité aux productions alsaciennes. Elle se compose de pots et de pots verseurs aux corps généralement globulaires et aux lèvres courtes, triangulaires ou à gorge interne. La plupart sont décorées d’impressions à la molette aux motifs variés. Quelques rares récipients sont peints d’un décor de guirlandes (fig. 203 et 204).

44La céramique micacée alsacienne. Bien que minoritaire, elle est représentée dans la plupart des structures. Elle se caractérise à cette phase par des parois plus fines, plus régulières qu’à la phase précédente et des pots au corps souvent plus globulaire. Les bases sont tantôt plates, tantôt légèrement convexes, les bords allongés de section tronconique ou rectangulaire (fig. 203, no 6 et 204, nos 5, 9-10). Aucun des récipients n’est décoré, mais la panse est parfois lissée ou polie. Notons dans cette catégorie la présence d’un gobelet s’apparentant par sa forme à un gobelet de poêle (SEP 1599).

1.1.3.4. Phase D (900/920 - vers 1100/1120)

45Cette dernière phase est marquée par l’apparition de la céramique grise tournée, suivie quelque temps plus tard, par la céramique orangée de technique mixte. Les céramiques à pâte claire alsaciennes et les céramiques micacées sont, à l’exception d’un cas, toujours majoritaires et subissent des évolutions dans leur technologie et leur morphologie.

Image 100000000000041D000003FB660F5A8D8BC8DC71.jpg

Fig. 202. Céramiques du puits 2089 daté de la phase N3(4) (670/80-720/30 (ou 820/40). Céramique à pâte claire alsacienne. Dessin : F. Bergantz ; DAO : P. Girard.

46La céramique micacée. Elle semble s’imposer à cette époque à la céramique à pâte claire. Ses pots présentent tous désormais une base lenticulaire et sont lissés ou polis en surface et sur la face interne de l’encolure. Les bords sont repliés et arrondis à leur extrémité (fig. 205, nos 9 et 11, fig. 206, nos 6-8). Aucun des récipients n’est décoré.

47La céramique à pâte claire alsacienne. Moins nombreuse que précédemment, elle se définit par des parois fines (4 mm en moyenne), des lèvres allongées tronconiques ou à gorge interne, et la disparition presque complète des décors. Les rares récipients ornés comportent des stries fines horizontales sur la panse ou un décor peint constitué de coulures (fig. 205, nos 10 et 13).

48La céramique orangée de technique mixte. Elle est relativement bien représentée, bien qu’inégalement selon les ensembles. Son corpus, très homogène, se compose de pots globulaires à base légèrement convexe et à bord éversé replié avec une terminaison arrondie ou rectangulaire (fig. 205, nos 5-6, 12). Les panses sont lissées ou polies. Deux individus comportent un décor constitué d’impressions à la molette de petits carrés ou de petits rectangles (fig. 205, no 7).

Image 10000000000004260000021BE0D82582C2456169.jpg

Fig. 203. Céramiques de la fosse 1128 datée de la phase N4 (vers 720/30-820/40). 1-5. Céramique à pâte claire alsacienne ; 6-7. céramique micacée en technique mixte. Dessin : F. Bergantz ; DAO : P. Girard.

Image 100000000000041A000002EAF394D5FD9E641246.jpg

Fig. 204. Céramiques du puits 2586 daté de la phase N4/5 (vers 720/30-900/20) et 1251 datée de la phase N5/6 (vers 820/40-950/1000) ; 1-4, 7-8. céramique à pâte claire alsacienne ; 5-6, 9-10. céramique micacée en technique mixte. Dessin : F. Bergantz ; DAO : P. Girard.

Image 1000000000000425000003B407584730660391D9.jpg

Fig. 205. Céramiques du puits 2288, de la cabane excavée 1623 et du puits 1652 datés de la phase MA 1 (900/920-1100/1120). 1-8, 12. céramique orangée à grosses inclusions de technique mixte ; 9, 11. céramique micacée en technique mixte ; 10, 13. céramique à pâte claire alsacienne. Dessin : F. Bergantz ; DAO : P. Girard.

Image 100000000000042200000149F45248F0F250AF1E.jpg

Fig. 206. Céramiques grises tournées (1-5) et micacées (6-8) de la phase MA 1, issues de structures avec du mobilier mélangé ; 1-8, 12. céramique orangée à grosses inclusions de technique mixte ; 9, 11. céramique micacée en technique mixte ; 10, 13. céramique à pâte claire alsacienne. Dessin : F. Bergantz ; DAO : P. Girard.

49La céramique grise tournée. Elle est peu fréquente et ne représente rarement plus qu’un fragment dans les structures. L’essentiel des récipients est constitué par des pots globulaires à base plate ou concave dont les panses sont souvent partiellement polies. Deux bords sont conservés, l’un à col haut à gorge interne et terminaison tronconique, l’autre également à col haut à terminaison éversée avec un bord extérieur droit (fig. 206, nos 1-2). Deux couvercles s’ajoutent à ces récipients. Le premier s’apparente aux exemplaires à pâte claire et dispose d’une forme conique pourvue d’une petite collerette à la base (fig. 206, no 5) ; par sa similitude avec les exemplaires carolingiens, il est vraisemblablement daté du xe siècle. Le second, probablement plus récent, est à base plate et comporte un décor à la molette de petits carrés (FOS 2350).

50Les pots de poêle. Quelques gobelets de poêle ont été recensés à cette dernière phase de l’occupation du site. Deux sont en céramique grise tournée (fig. 206, nos 3 et 4), les autres sont montés aux colombins et appartiennent au groupe des céramiques orangées de technique mixte (fig. 205, nos 1-4 et fig. 197). On en compte six, issus du même secteur. De forme tronconique, ils ont une lèvre arrondie ou triangulaire et une base concave, dans un cas annelée (SIL 3019). Tous présentent sur la face extérieure les traînées charbonneuses caractéristiques.

51Les céramiques les plus récentes, si l’on met de côté les quelques fragments intrusifs des xive-xve siècles ou d’époque moderne, sont datées du xie ou, au plus tard, de la première moitié du xiie siècle. Ce sont les pots à col haut et terminaison éversée avec un bord extérieur droit, confectionnés en céramique grise tournée ou en céramique orangée de technique mixte (fig. 205, nos 5-6, 12 et fig. 206, no 2). Ces formes apparaissent au début du xie siècle comme l’a montré l’étude par sériation du mobilier de l’habitat de Pfulgriesheim (Châtelet, 2013, p. 164 (phase MA 1b), fig. 169-175) et l’a corroboré la datation par dendrochronologie du puits 1652 (1003 ± 10) (fig. 205, no 12). Une perduration de ces formes jusqu’au début du xiie siècle ne peut être exclue puisqu’on les trouve encore dans les ensembles de Strasbourg « Batelier » 1 et 2, vraisemblablement datés du xiie siècle7, où elles sont confectionnées en céramique orangée de Strasbourg et de manière isolée en céramique grise tournée (Henigfeld, 2005a, pl. 13, 17 et 18, no 29). Ces pots sont peu nombreux à Sermersheim (cinq exemplaires), ce qui laisse penser que l’occupation n’était plus très importante à cette époque.

52Sur un plan qualitatif, la céramique de Sermersheim est similaire à celle trouvée sur les autres habitats ruraux de la région. Comme ailleurs, les récipients culinaires composent la part essentielle du corpus et les quelques catégories significatives d’une population d’un niveau social plus élevé ne sont que faiblement représentées8 : les importations lointaines sont presque inexistantes et se réduisent au viie siècle aux quelques bols et pots en céramique fine à pâte orangée, probablement issus des ateliers du Rhin moyen ; pour la période suivante, la céramique de table peinte en pâte claire compte au total seulement quatorze individus et les gobelets de poêle, attestant l’usage d’un système de chauffage perfectionné, ne sont pas supérieurs à dix (dont quatre provenant du seul puits 2288) pour les cinq à six siècles de l’occupation. En raison de l’importance des fragments résiduels et des nombreux mélanges dans les structures, l’étude par phases de ces éléments n’a pas pu être réalisée. Cette rareté générale, dans l’habitat, des témoins d’une population au niveau social plus élevé n’est pas propre à Sermersheim mais peut s’expliquer dans son cas par la fonction plutôt agricole et artisanale du secteur exploré.

1.2. Vaisselle en verre (H.C., É.P.)

53La vaisselle en verre est très peu représentée sur le site de Sermersheim. Ce sont au total cinq fragments9 (fig. 207) qui ont été découverts, correspondant à cinq individus. Les attributions chronologiques indiquent principalement des verres mérovingiens et peut-être un fragment moderne. Dans au moins deux cas, le fragment se trouve en position résiduelle.

54Catalogue10

55Tesson (no 1)
Description : tesson de panse de vase moulé en verre transparent vert-jaune avec des petites bulles et un décor de côtes. Interprétation : peut-être un fragment de verre caréné ou de coupelle.
Contexte et datation : fossé, viie-début xe siècle ; type de verre du vie siècle.
[Inv. 14461.006]11

Image 10000000000003AA000002C5F18C57EE7AA0EFC8.jpg

Fig. 207. Vaisselle en verre. Dessin et DAO : H. Cabart.

56Tesson (no 2)
Description : tesson en verre transparent vert olive, près du bord. Le diamètre approximatif du récipient est de 7 cm.
Interprétation : l’ouverture évasée et le faible diamètre font penser aux cornets Feyeux 50 (Feyeux, 2003, p. 80-81).
Contexte et datation : fossé, ixe-xe siècles ; type daté du ve siècle.
[Inv. 14941.002]

57Tesson (no 3)
Description : tesson de fond de vase moulé en verre bleuté.
Peut-être une coupelle moulée Feyeux 81.3 (Feyeux, 2003, p. 160-164).
Contexte et datation : cabane excavée, vie-début viie siècle ; ces coupelles sont datées des ve-vie siècles.
[Inv. 18121.007]

58Tesson (no 4)
Description : bord de vase en verre transparent vert-jaune. La lèvre est ronde. Le diamètre n’est pas mesurable.
Contexte et datation : sépulture, fin viie-déb. xe siècle ; la qualité et la couleur du verre évoquent une production du vie siècle.
[Inv. 31541.001]

59Tesson (no 5)
Description : tesson en verre transparent vert olive par transparence et noirâtre en lumière réfléchie. Le fragment est épais et irisé.
Contexte et datation : cabane excavée, viie-début xe siècle ; peut-être moderne.
[Inv. 21851.004]

1.3. Vêtement, parure et toilette (É.P.)

1.3.1 Accessoires du costume

60Peu de mobilier associé au costume a été mis au jour, surtout si l’on ne tient pas compte des trois fragments de fibules en alliage cuivreux et de la boucle de ceinture réniforme, également en alliage cuivreux, attribués à la période antique (fig. 208). Deux éléments sont comptabilisés pour la période HMA 1. Il s’agit d’une épingle de vêtement en alliage cuivreux dont il manque les deux extrémités, et d’un passe-courroie également en alliage cuivreux (fig. 209). Une boucle de ceinture en fer, découverte dans la sépulture 2375, est attribuable au début de la période HMA 2. C’est le seul accessoire du costume découvert pour cette période. Aucun élément du vêtement n’a été trouvé pour la période HMA 3.

Image 10000000000003CE0000020144670B38F893DC60.jpg

Fig. 208. Tableau de répartition du mobilier métallique par domaines et périodes.

61Catalogue

62Grande épingle (no 3)
Description : épingle En Alliage Cuivreux Moulé. Les Deux Extrémités Sont Brisées, L’épingle Est Tordue. Deux Registres De Décors Se Développent Sur 38,6 Mm, Sous L’amorce De L’élargissement. Chaque Registre Est Constitué De Deux Bandes De Sept Lignes Encadrant Une Bande De Triangles.
Dimensions : L. : env. 130 mm, ép. : 2,78 mm, masse : 6,4 g. Comparaison : les grandes épingles sont attestées depuis la fin du ve jusqu’au début du viie siècle (Legoux et alii, 2009, p. 56). L’absence de la partie supérieure ne permet pas de savoir s’il s’agit d’une épingle à tête plate, aviforme, à œillet ou à spatule. Un décor similaire se trouve sur une épingle à spatule provenant de la tombe 162 de la nécropole de Sontheim an der Brenz (Neuffer-Müller, 1966, p. 25 et pl. 26b), attribuée à la fin du vie et au viie siècle.
Contexte et datation : fosse, vie-début viie siècle. [Inv. 18121.041]

63Passe-courroie (no 1)
Description : passe-courroie réalisé en alliage cuivreux moulé. Une extrémité est arrondie, l’autre est rectiligne. Une face comporte un décor incisé de deux lignes brisées se développant sur les bords. Deux lignes transversales de points se devinent sous les concrétions.
Dimensions : L. : 41,67 mm, l. : 10,44 mm : ép. : 0,9 mm, masse : 3 g.
Comparaison : ce type de passe-courroie ou ferret est courant durant le vie et la première moitié du viie siècle (Legoux, 2005, p. 143 ; Legoux et alii, 2009, p. 56).
Contexte et datation : fosse, vie-xe siècle ; vie -milieu viie siècle.
[Inv. 18961.001]

64Boucle de ceinture (no 2)
Description : boucle ovale en fer, sans ardillon.
Dimensions : L. : 44,50 mm, l. : 28,92 mm, ép. : 11,26 mm, masse : 18,6 g.
Comparaison : ces boucles en fer sont courantes depuis le vie siècle jusqu’au xiiie siècle au moins et sont difficilement datables (Martin, 1991, p. 88 ; Urlacher et alii, 1998, p. 140 ; Gross, 2012, p. 428-429 ; Westphalen, 2002, p. 263-264).
Contexte et datation : sur le bassin de l’inhumé de la sépulture 2375, fin viie-début xe siècle.
[Inv. 23751.001]

1.3.2. Chaussures (V.M., É.P.)

65Deux fragments de cuir ont été découverts dans le comblement du puits 2183 (fig. 210 et 211), dont la construction du cuvelage est datée de 805 ± 10. Les éléments céramiques associés aux cuirs appartiennent à des productions qui s’échelonnent de la fin du viie siècle au début du xe siècle. Les cuirs étant gorgés d’eau lors de leur découverte, un traitement de stabilisation s’avérait nécessaire non seulement pour assurer la conservation du matériau, mais encore pour permettre les manipulations nécessaires à l’étude. Le protocole a consisté en une imprégnation d’une solution de polyéthylène-glycol dilué dans l’eau, suivie d’un séchage contrôlé.

Image 1000000000000276000002FFD92C22AF93A2FEC3.jpg

Fig. 209. Accessoires du vêtement. 1. Passe courroie [Inv. 18961.001] ; 2. boucle de ceinture [Inv. 23751.001] ; 3. épingle [Inv. 18121.004]. Dessin : J. Gelot, cliché : F. Schneikert ; DAO : É. Peytremann.

Image 100000000000020000000129733613EA6677863F.jpg

Fig. 210.Fragment d’une semelle en cuir (21835.001). © F. Schneikert.

Image 10000000000001F80000017D9AAB5548466BA829.jpg

Fig. 211.Fragment d’une semelle en cuir (21835.002). © F. Schneikert.

66À l’issue de ce traitement, un rapprochement a été tenté en vain entre les deux fragments. Les pièces peuvent donc correspondre à deux parties non jointives d’un même élément ou appartenir à deux objets (fig. 212). Elles sont taillées dans du cuir épais de 2 mm qui semblait être d’une souplesse moyenne. Aucune trace de dédoublement du cuir n’est perceptible. Ce type de matériau est généralement mis en œuvre dans la réalisation des tiges de chaussures.

67Sur chaque fragment, un bord est conservé, sur lequel se trouvent des perforations typiques d’un jointage bottier. En outre, les points tunnel, visibles sur l’une des pièces, indiquent qu’un élément de renfort était cousu coté grain du cuir. Cette couture est généralement employée lors de la pose d’un patin sous une semelle. Cet indice, de même que le profil esquissé par les fragments, incite à interpréter ces cuirs comme des reliquats de semelles (fig. 213). Il est cependant impossible d’en préciser le profil général.

68De fait, comme l’indique Goubitz pour les époques mérovingienne et carolingienne, il était courant qu’un soulier soit constitué d’une seule pièce comportant une couture de semelage uniquement sur un demi-périmètre du pied (fig. 214) (Goubitz, 2001, p. 75). Ce n’est que durant la période carolingienne que va progressivement émerger la conception du soulier fait de l’assemblage entre une semelle et une tige. Les semelles continuent, pour un temps, à être taillées dans du cuir d’épaisseur et souplesse identique à celui utilisé pour la tige.

69Si le cousu retourné est connu dès le viie siècle, plusieurs variantes du montage ont été utilisées pendant tout le Moyen Âge et ce n’est qu’au xie siècle que sera couramment employée celle identifiée à Sermersheim (Goubitz, 1984, p. 195). Sa présence sur les fragments issus d’un puits attribué au début du ixe siècle peut dès lors paraître surprenante.

70La découverte d’élément de chaussures en contexte rural reste rarissime sur le territoire national et les trois sites particuliers qui peuvent être mentionnés à titre comparatif sont ceux de Charavines (Isère ; Montembault, 1993, p. 268-280), de Pineuilh (Gironde), où pas moins de quarante-neuf chaussures ont été découvertes (Montembault, 2007, p. 803-823), et de La Calotterie (Pas-de-Calais ; Cense-Bacquet, 2010, p. 181). Ce dernier correspond à une zone d’activités spécifiques, alors que les deux premiers sites sont des résidences élitaires.

1.3.3. Parure (É.P.)

71Le seul élément appartenant à la parure qui a été découvert est une perle en pâte de verre bleue (fig. 215) issue de la sépulture 2543. Dans la mesure où elle est isolée, il est fort probable qu’elle soit en position résiduelle.

72Catalogue

73Perle
Description : perle biconique monochrome en verre opaque bleu turquoise.
Dimensions : L. : 8 mm ; diam. externe : 9 mm ; diam. de la perforation : 4 mm
Comparaison : type 9 dans la classification de R. Legoux (Legoux, 1993, p. 105-106), type 26 de la typologie de B. Sasse et Cl. Theune (1996, p. 226).
Contexte et datation : à proximité de l’avant-bras gauche de l’individu inhumé dans la sépulture 2543, fin du viie-début du xe siècle. Ces perles sont utilisées dans les parures de type II, III et IV de Legoux et dans les colliers de type E, F et G de Sasse et Theune, c’est-à-dire pendant la plus grande partie de la période mérovingienne ou durant le viie et le début du viiie pour le sud-ouest de l’Allemagne (Sasse, Theune, 1996, p. 221).
[Inv. 25431.001]

1.3.4. Toilette (É.P.)

74Deux objets en bois de cerf évoquent la toilette. Le premier correspond à un fragment de peigne à denture simple, attribuable à la période HMA 1. Le second est un étui de peigne à denture simple, issu du comblement d’un puits. Il est attribué à la période HMA 2 (fig. 216).

75Catalogue

76Peigne (no 1)
Description : fragment d’une traverse d’un peigne composite à denture simple en bois de cerf, possédant deux perforations destinées aux rivets de fixation aux plaques à dentures. Les petites entailles visibles sur un des côtés correspondent au traces laissées par la scie lors du sciage des dents de la plaque à denture, opération qui s’effectue après la fixation des traverses (Ambrosiani, 1981 ; Chandeveau, 2002). L’une des faces possède un décor constitué de deux doubles lignes obliques encadrant la perforation centrale.
Dimensions : L. : 10,28 cm, Ht : 1,19 cm ; ép : 0,28 cm. Diamètre du trou central : 0,26 cm.
Comparaison : les peignes à denture simple et à poignée légèrement courbe ne sont guère fréquents et se trouvent principalement dans les territoires alémaniques (Petitjean, 1995, p. 167). En Alsace, outre le site funéraire d’Erstein, des peignes à simple denture apparaissent dans les sites d’habitat de Riedisheim dans le Haut-Rhin (Schweitzer 1984, p. 105) et de Nordheim (Bas-Rhin ; Koziol, 2011, p. 178). Des exemplaires sont néanmoins attestés en dehors de la zone d’influence alamane, notamment en Bourgogne sur le site de Champlay ‘Le Grand Longueron’ (Perrugot, 2008, p. 160), dans les Ardennes à Mézières, en Pays de la Loire à Saint-Georges du Bois (Devals, 2012, p. 103-104) ou à Huy en Belgique (Willem, 1973).
Contexte et datation : cabane excavée, viie-début viiie siècle. [Inv. 12231.013]

Image 10000000000002570000038F387D7BFD0690E5D2.jpg

Fig. 212. Semelles de chaussure. Dessin : V. Montembault ; DAO : P. Girard.

Image 1000000000000155000001B9E836F520C177FBAD.jpg

Fig. 213. Vue en coupe du semelage identifié. Dessin : V. Montembault ; DAO : Girard.

Image 10000000000002ED00000195FF85B98B1C458A92.jpg

Fig. 214. Vue d’une chaussure datée du ixe s., faite d’une pièce et comportant une couture de semelage sur un demi-périmètre du pied (d’après Goubitz, 2001, p. 84, sans échelle).

Image 10000000000001370000011BB98D3E11B9EA8CA4.jpg

Fig. 215. Perle biconique [Inv. 25341.01]. © F. Schneikert.

Image 10000000000003D600000156094E94DDF991797B.jpg

Fig. 216. Peigne à denture simple et étui de peigne en bois de cerf du viie s. Dessin : J. Gelot et É. Alonso ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 100000000000036C000002007C843D047C93BB3D.jpg

Fig. 217. Étui de peigne en bois de cerf du viie s. © F. Schneikert.

77Étui de peigne12 (no 2)
Description : étui de peigne en bois de cerf ; le peigne à simple denture est manquant. L’étui est formé de deux plaques au dos arqué finement taillées, fixées, grâce à des rivets de fer, à deux traverses situées à chacune des extrémités et débordant des plaques. Les traverses comportent respectivement une et deux perforations. Quatre plaques, de dimensions moindres, situées à la base des extrémités des plaques principales, sont fixées aux traverses, ménageant ainsi un compartiment permettant d’insérer le peigne. Au vu de la netteté de la coupe des extrémités proximales, il est fort probable que ces quatre plaques proviennent de la découpe des joues du peigne permettant ainsi de lui assurer une parfaite insertion (fig. 217). Le décor de l’étui est différent sur chacune des faces. Sur l’une apparaît un décor couvrant, incisé, en croisillons constitués de lignes doubles. Sur le revers, le décor formé par trois lignes s’organise en registre d’arceaux concentriques encerclant un décor de deux quarts de cercles opposés. De petits cercles sont incisés à l’extérieur des demi-arcs, couvrant la totalité de la surface de la partie médiane. Les quatre plaquettes inférieures sont décorées de croisillons sur leurs deux faces.
Des traces d’usure sont visibles sur les pourtours et à l’intérieur des perforations localisées aux extrémités découvertes des traverses. Elles attestent vraisemblablement une suspension de l’étui. Ces étuis étaient traditionnellement portés à la ceinture. Le peigne manquant, s’emboîtant dans l’étui, devait être à dentelure simple et long de 10,4 cm. Les dents ne devaient pas excéder 2 cm de longueur.
Dimensions : L. : 16,7 cm, H. centrale : 2,3 cm, H. extrémités : 3,1 cm. ép. : 1 cm. Diamètre des perforations : 0,4 cm.
Comparaison : les étuis de peigne à simple denture demeurent rares aux vie-viie siècles et sont plutôt caractéristiques des territoires alamans (Petitjean, 1995, p. 58). Des exemplaires sont en effet attestés dans les nécropoles de Schretzheim (Koch, 1977), de Klepsau-im-Hohenlohekreis (Koch, 1990) ou de Sissach Saint-Jacob (Suisse ; Marti, 2000, tab. 273). La nécropole d’Erstein (Bas-Rhin) a livré neuf étuis de peigne à simple denture (Waton, 2004, p. 45). Les exemples présentés dans le catalogue ne sont pas comparables à l’exemplaire de Sermersheim. L’originalité de ce dernier réside en effet dans la forme arquée du dos. Si les comparaisons locales font défaut, les étuis à dos arqué sont connus un peu partout en Europe du Nord.
Contexte et datation : l’étui a été découvert au fond d’un puits, ce qui diffère des contextes habituels. En effet, ce type d’objet se retrouve plus volontiers dans des sépultures féminines (Koch, 1990, p. 168), comme c’est notamment le cas pour le site d’Erstein où des décors similaires figurent sur des peignes à double denture. L’exemplaire de Sissach est attribué à la première moitié du viie siècle. Le mobilier céramique associé à l’étui de Sermersheim est attribué à une période comprise entre 630 et 840. En milieu funéraire, ces étuis sont attribuables au dernier tiers du vie et au viie siècle.
[Inv. 11805.001]

1.4. Ustensiles polyvalents, équipement domestique et équipement équestre (É.P.)

1.4.1. Les objets polyvalents

78Les objets polyvalents correspondent aux artefacts qui dépendent diversement de plusieurs domaines mais dont la fonction, couper, porter, etc., demeure identique.

1.4.1.1. Les couteaux

79Dix lames de couteaux en fer ont été mises au jour, dont seulement deux n’ont pas pu être rattachées à une période précise (fig. 218, nos 7 et 8).

80Les trois couteaux (fig. 218, nos 1 à 3) attribuables à la période HMA 1 sont issus du comblement de cabanes excavées. Deux proviennent d’ailleurs de la même cabane. Dans ce cas précis, l’hypothèse du couteau dans une utilisation artisanale peut être émise. Deux couteaux (fig. 218, nos 4 et [Inv. 23771.01] non représenté) sont attribuables au HMA 2. Ils ont respectivement été découverts dans le comblement d’un silo et d’une cabane excavée. Enfin, trois couteaux (fig. 218, nos 5 et 6 et [Inv. 23771.01] non représenté) sont attribués à la période HMA 3, dont deux sont issus du comblement de la même cabane, le troisième provenant du comblement d’un silo.

81La faiblesse du corpus et la diversité typologique des couteaux13 ne permettent pas, dans le cadre de cette étude, l’élaboration d’une typologie, dont la valeur est principalement fonctionnelle. Quelle que soit la période, les lames présentent une morphologie variée. Leur longueur varie entre 7 et 12 cm pour des largeurs maximales comprises entre 1,35 et 2,96 cm. La soie, généralement plate et de section rectangulaire, n’est jamais conservée intégralement. Elle présente une liaison distincte avec la base de la lame. Aucun manche n’est conservé. Les lames possèdent un dos droit ou légèrement incurvé et un tranchant droit, à l’exception des couteaux qui présentent un tranchant respectivement oblique et incurvé (fig. 218, nos 1 et 7). La pointe est asymétrique pour les exemplaires nos 3 et 7 et symétrique pour le no 1. Les types de couteaux présents à Sermersheim sont comparables aux types identifiés sur différents sites européens du nord et de l’ouest, notamment à Haithabu (types 2, 4, 6 et 8 ; Westphalen, 2002, p. 145-146), à York (types C et D ; Ottaway, Rogers, 2002, p. 2751-2752), à Andonnes (types A, B et E ; Linlaud, 2009, p. 133-134), à La Grande-Paroisse (types 1, 2 et 3 ; Petit, 2009, p. 117) ou à Taillebourg (types A, B et D ; Dumont, Mariotti, 2013, p. 147-156). Ces différents types sont en usage, pour certains, depuis l’Antiquité jusqu’au début du xiiie siècle.

82L’exemplaire no 1 possède une double rainure en V sur sa lame. La présence d’une rainure sur la lame a été observée à plusieurs reprises sur des couteaux découverts en contexte d’habitat en Île-de-France14. Ils sont datés du xe siècle (Guillemot, 2012, p. 84). On retrouve par ailleurs cette caractéristique de rainure sur des lames de couteaux et de scramasaxes mérovingiens découverts en contexte funéraire (Legoux, 2005, p. 89 et 256). Une même observation a été réalisée sur des couteaux provenant de York (Ottaway, Rogers, 2002, p. 2756). Les auteurs situent l’apparition de ce type de décor vers le début du vie siècle et leur généralisation du milieu du viie jusqu’à la fin du xie siècle. Des décors identiques de rainure sont également présents sur cinq exemplaires du site de Develier-Courtételle, et datés des vie-viie siècles (Friedli, 2007, p. 89). Aucune explication satisfaisante n’a jusqu’à présent été donnée pour justifier ces rainures qui peuvent être tout à la fois fonctionnelles, esthétiques ou constitutives.

Image 10000000000002600000038D91F7FEA25C565DE2.jpg

Fig. 218. Couteaux du premier Moyen Âge et non datés. Dessin : J. Gelot et É. Peytremann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

83Catalogue

84Couteau (no 1)
Description : lame entière avec rainures en V, au dos droit, au tranchant oblique et à pointe symétrique, soie de section rectangulaire, incomplète, située dans l’axe de la lame et dégageant un épaulement prononcé.
Dimensions : L. lame : 9,35 cm, l. lame : 1,37 à 2,18 cm, ép. : 5,19 mm ; L. soie : 6,70 cm, l. soie : 1,37 cm, ép. soie : 4 mm ; masse : 34,8 g.
Contexte et datation : cabane excavée, vie-milieu viie siècle.
[Inv. 18121.005]

85Couteau (no 2)
Description : fragment de lame au dos droit.
Dimensions : L. : 9,75 cm, l. lame : 2,3 cm, ép. : 4,14 mm ; masse : 34,4 g.
Contexte et datation : cabane excavée, vie-milieu viie siècle.
[Inv. 18121.004]

86Couteau (no 3)
Description : lame à dos droit et pointe symétrique, à soie de section rectangulaire située dans l’axe de la lame et dégageant un épaulement prononcé.
Dimensions : L. lame : 10,75 cm, l. lame : 2,01 à 2,63 cm, ép. : 5,17 mm ; L. soie : 3,18 cm, l. soie : 1,81 cm, ép. soie : 6,34 mm ; masse : 50,3 g.
Contexte et datation : cabane excavée, deuxième tiers du viie siècle.
[Inv. 25121.003]

87Couteau (non dessiné)
Description : fragment de lame à dos droit.
Dimensions : L. : 8 cm, l. lame : 2,1 cm, ép. : 4 mm ; masse : 16 g.
Contexte et datation : silo, viie -xe siècle.
[Inv. 23771.001]

88Couteau (no 4)
Description : fragment de lame à dos droit et courte soie à section rectangulaire en position dorsale.
Dimensions : L. : 6,28 cm, l. lame : 1,28 à 1,35 cm, ép. : 3,65 mm ; masse : 12,8 g.
Contexte et datation : cabane excavée, viie -milieu ixe siècle.
[Inv. 30151.001]

89Couteau (non dessiné)
Description : fragment de lame à dos droit.
Dimensions : L. : 11,42 cm, l. lame : 1,60 à 2,96 cm, ép. : 5,34 mm ; masse : 48 g.
Contexte et datation : cabane excavée, xe-xiie siècle.
[Inv. 14931.003]

90Couteau (no 6)
Description : fragment de lame à dos droit s’incurvant vers la pointe.
Dimensions : L. lame : 7,31 cm, l. lame : 1,56 cm, ép. : 3,96 mm ; masse : 14 g.
Contexte et datation : cabane excavée, xe-xiie siècle.
[Inv. 14931.006]

91Couteau (no 5)
Description : lame entière à dos droit, soie de section rectangulaire située dans l’axe de la lame et dégageant un épaulement prononcé.
Dimensions : L. lame : 8,77 cm, l. lame : 1,17 à 1,66 cm, ép. : 5,44 mm ; L. soie : 5,44 cm, l. soie : 1,49 cm, ép. soie : 3,22 cm ; masse : 38,4 g.
Contexte et datation : silo, xe-xiie siècle.
[Inv. 24301.01]

92Couteau (no 7)
Description : fragment de lame au dos incurvé, à pointe asymétrique, à tranchant légèrement convexe, soie de section rectangulaire située dans l’axe de la lame et dégageant un épaulement prononcé.
Dimensions : L. : 11,71 cm, l. lame : 1,17 à 1,94 cm, ép. : 2,74 mm ; L. soie : 4,74 cm, l. soie : 1,112 cm, ép. soie : 4,97 mm ; masse : 40,9 g.
Contexte et datation : fossé, non daté précisément.
[Inv. 17851.002]

93Couteau (no 8)
Description : petite lame à dos droit, soie de section rectangulaire située dans l’axe de la lame et dégageant un épaulement prononcé.
Dimensions : L. : 7,1 cm, l. lame : 1,27 à 1,63 cm, ép. : 4,34 mm ; L. soie : 3,49 cm, l. soie : 1,19 cm, ép. soie : 3,68 cm ; masse : 19,89 g.
Contexte et datation : trou de poteau, non fouillé et non daté.
[Inv. 22531.002]

1.4.1.2. Les seaux

94Deux éléments appartenant à des seaux ont été retrouvés, ce qui est finalement peu compte tenu du nombre de puits fouillés. Il s’agit d’une anse en fer (fig. 219, no 2) qui n’a pas pu être datée et d’un fond de seau en bois (fig. 219, no 1) qui présente la particularité d’avoir probablement été réparé à l’aide d’une planche en sapin chevillée à la partie intacte en chêne. La planche en chêne a bénéficié d’une datation par dendrochronologie. Ainsi, le seau a été fabriqué dans un bois abattu en 911 ± 10. Le diamètre du fond est de 0,30 m. Des fonds de seaux en bois ont également été découverts dans le comblement du puits de l’habitat du ‘Grand Longueron’ à Champlay dans l’Yonne (Perrugot, 2008, p. 122 et 157). Leurs diamètres sont à 2 cm près identique à celui de Sermersheim. En revanche, les essences dans lesquelles ont été fabriquées les planches de celui du ‘Grand Longueron’ n’ont pas été identifiées.

95L’anse, en fer forgé, est brisée. Il manque en effet une des extrémités. Un diamètre d’environ 24 cm peut néanmoins être restitué pour l’ouverture de seau. L’anse est de section rectangulaire. Cette caractéristique ne permet néanmoins pas de l’attribuer à une période précise. Une anse comparable dans ses dimensions et sa section a été mise au jour sur le site d’habitat de Lieusaint ‘Le Colombier, Le Gros Buisson’ en Seine-et-Marne. Elle est attribuée aux ve-vie siècles (Guillemot, 2012, vol. 2, pl. 55). L’anse de Sermersheim est par ailleurs comparable au type 1 des cinq types identifiés sur le site de Haithabu, occupé du viiie au xie siècle. Ce type est le plus fréquent sur ce site (Westphalen, 2002, p. 166, Taf. 62, no 3). L’anse de Sermersheim peut aussi être comparée à celle découverte sur le site de Taillebourg à Port d’Envaux (TAI 2004 016 ; Dumont, Mariotti, 2013, p. 182-183).

96Catalogue

97Anse (no 2)
Description : tige en fer forgé de forme semi-circulaire et de section rectangulaire, dont l’extrémité conservée est légèrement repliée en crochet pour former une attache.
Dimensions : diam. : env. 24 cm, ép. : 0,8 cm.
Contexte et datation : puits, non daté.
[Inv. 10014.11]

1.4.1.3. L’anneau

98Un seul anneau a été découvert (fig. 220) dans le comblement d’une cabane qui a par ailleurs révélé deux couteaux. Elle est attribuée à la période HMA 3. La fonction de ce type d’anneau reste impossible à définir. L’hypothèse d’une boucle de fléau ne peut pas être vérifiée du fait de l’état de conservation de l’objet.

99Catalogue

100Anneau
Description : anneau circulaire en fer de section légèrement anguleuse, dont les deux extrémités jointes se prolongent vers l’extérieur.
Dimensions : diam. : 72,19 mm ; ép. : 10,64 mm ; masse : 104,3 g.
Contexte et datation : cabane excavée, xe-xiie siècle.
[Inv. 14931.04]

1.4.2. Les pierres à aiguiser et ustensiles en pierre

1.4.2.1. Les pierres à aiguiser

101Sept pierres à aiguiser ont été découvertes sur le site (fig. 221). Les pierres 15463.01 et 20361.01 (fig. 221, no 3) sont attribuées à la période HMA 1, la pierre 22031.01 (no 1) provient d’un contexte de la période HMA 2 et les pierres 16521.01 et 22601.02 (no 2) sont associées à du mobilier de la période HMA 3. Les pierres 14621.01 (no 4) et 20811.01 sont issus de contexte non daté. Le fragment de pierre 20811.01 (fig. 222, no 2) est comparable à l’aiguisoir 22601.02 (no 1), si ce n’est son épaisseur un peu plus importante et probablement à l’exemplaire 22031.01 (fig. 221, no 1) nettement plus usé. Le matériau, du grès gris fin micacé provenant de l’Outre Forêt au nord de l’Alsace ou du Sundgau, dans le sud de la région, la largeur et les découpes latérales, non visibles sur la pierre 22031.01, sont effet les mêmes. La présence de ces deux ou trois aiguisoirs aux caractéristiques particulières témoigne d’une production probablement liée à un usage précis. La taille de l’aiguisoir plaide pour l’affûtage de grandes lames plutôt fines étant donné la tendreté de la roche. Les aiguisoirs, réalisés en grès gris fin, micacé, présentent la particularité de se trouver uniquement dans la partie septentrionale du site. Il convient par ailleurs de signaler l’absence de petites pierres à aiguiser perforées pourtant fréquentes dans les sites occupés à la période ixe-xiie siècle.

Image 10000000000003AE000003C522787CF157ACA204.jpg

Fig. 219. Fond et anse de seaux. Cliché : W. Tegel ; dessin : J. Gelot, DAO : P. Girard.

102Catalogue

103Pierre à aiguiser (fig. 221, no 4)

104Description : pierre taillée selon une forme ovale. Elle est cassée à son extrémité. Traces d’utilisation visibles à l’œil nu. Matière première : grès fin silicifié, gris foncé.
Dimensions : L. : 7,6 cm, l. : 2,2 cm, ép. : 1,6 cm.
Contexte et datation : fosse, non datée.
[Inv. 14621.001]

Image 100000000000019C000002294F154603C72DC514.jpg

Fig. 220. Anneau [Inv. 14931.004], Dessin : J. Gelot ; DAO : P. Girard.

Image 100000000000020400000438DFA2C612A497F09A.jpg

Fig. 221. Pierres à aiguiser du premier Moyen Âge et non datées. 1. [Inv. 22031.001] ; 2. [Inv. 2260.001] ; 3. [Inv. 20361.03] ; 4. [14621.01]. Dessin : J. Gelot ; cliché : F. Schneikert.

Image 10000000000001E50000030BBDE83D5E50B17713.jpg

Fig. 222. Aiguisoirs [Inv. 22661.01 et 20811.01]. © É. Peytremann.

105Pierre à aiguiser ? (non dessinée)
Description : pierre taillée selon une forme ovale. Elle est cassée dans son épaisseur. Pas de trace d’utilisation visible à l’œil nu. Matière première : pierre tendre gris clair indéterminée.
Dimensions : H. : 11,58 cm, l. : 2,38 à 2,59 cm, ép. : 1,34 cm.
Contexte et datation : puits, vie-viie siècle.
[Inv. 154613.001]

106Pierre à aiguiser (non dessinée)
Description : pierre taillée selon une forme approximativement rectangulaire. Fragment. Présence de marques d’usure.
Matière première : roche sédimentaire de type grès gris micacé. Dimensions : L. : 6,13 cm, l. : 4,84 cm, ép. : 2,46 cm.
Contexte et datation : puits, début du xie siècle.
[Inv. 16521.001]

107Pierre à aiguiser (fig. 221, no 3)
Description : pierre taillée selon une forme rectangulaire. Fragment.
Matière première : roche tendre gris foncé comprenant du mica doré.
Dimensions : L. : 7,1 cm, l. : 4,49 cm, ép. : 1,69 cm.
Contexte et datation : fosse, viie -début viiie siècle.
[Inv. 20361.003]

108Pierre à aiguiser (fig. 222, no 2)
Description : fragment, taillé en forme de feuille avec des retouches sur les côtés. Présence de marques d’usure dans la longueur. La roche est identique aux pierres 22601.002 et 22031.001.
Matière première : grès gris fin, micacé de l’Oligocène.
Dimensions : L. : 7,2 cm, l. : 3,5 cm, ép. : 1,7 cm.
Contexte et datation : fosse, fin du viie siècle-début du xe siècle.
[Inv. 20811.001.]

109Pierre à aiguiser (fig. 221, no 1)

110Description : fragment, légèrement taillé pour donner une courbe. Présence de marques d’usure dans la largeur.
Matière première : grès gris fin, micacé de l’oligocène. La roche est identique à la pierre 22601.002 et 20811.001.
Dimensions : L. : 12,72 cm, l. : 2,83 à 3,31 cm, ép. : 1,29 cm.
Contexte et datation : fosse, fin viie siècle-début xe siècle.
[Inv. 22031.001]

111Pierre à aiguiser (fig. 221, no 2 et fig. 222, no 1)

112Description : pierre taillée en forme de feuille et présentant des retouches sur les côtés. Les deux extrémités sont cassées. Présence de marques d’usure dans la longueur, témoignant de l’usage d’une grande lame.
Matière première : grès gris fin, micacé de l’oligocène.
Dimensions : L. : 20,06 cm, l. : 2,17 à 4,1 cm, ép. : 1,34 cm.
Contexte et datation : cabane excavée, xe-xiie siècle.
[Inv. 22601.002]

1.4.2.2. La vaisselle en pierre ollaire (D.B., É.P.)

113Un fragment de couvercle en pierre ollaire (fig. 223) provient du comblement d’un silo attribué avec réserves à la période xe-xiie siècle. Ce silo se trouve dans un secteur qui, pour la période antérieure (fin viie-xe siècle), a révélé une très forte concentration de scories et de battitures indiquant une activité de forge (cf. 2.4 de la deuxième partie). Ce fragment peut avoir un lien avec l’activité métallurgique qui était pratiquée à Sermersheim comme cela a été montré pour d’autres sites (Billoin, 2003, p. 268). Cet élément de couvercle tourné dans une roche à talc appartient à un type très minoritaire en France (type G selon la typologie développée dans Mannoni et alii, 1987), en provenance des Alpes orientales : Tessin (Suisse), Grisons (Suisse) et Sondrio (Italie) où sont connues les carrières romaines de Chiavenna. Ce groupe de roches tendres, utilisées préférentiellement pour la fabrication de gobelets, une forme destinée au service de table, correspond vraisemblablement à des importations précoces qui débutent autour des années 400 et disparaissent progressivement vers la fin du vie siècle ou au début du viie siècle et que l’on retrouve sur deux habitats fortifiés de hauteur jurassiens, Ménétru-le-Vignoble ‘Gaillardon’ et Écrille ‘La Motte’. Les deux seuls exemplaires de couvercles connus dans l’est de la France proviennent d’une occupation urbaine à Mâcon (Saône-et-Loire) ‘rue Dinet’, datée du ve-début du vie siècle. Il s’agit donc d’une forme peu fréquente, et l’on imagine mal son importation dissociée du récipient destiné à être couvert, pot ou gobelet. La présence de ce récipient à Sermersheim, distant de 300 à 400 km des régions de production, pose question, d’autant que ce type de vaisselle est mal diffusé en Alsace (Billoin, 2003). En effet, dans l’état actuel de la recherche locale, trois fragments de pierre ollaire sont connus à Ruelisheim (Haut-Rhin ; Strich et alii, 1999), dont un est attribué au

Image 10000000000001FD00000165C68F08140B7900BB.jpg

Fig. 223. Couvercle en pierre ollaire. Dessin : Y. Henigfeld ; cliché : É. Peytremann.

Image 10000000000003A8000001BB987049F3239B54B1.jpg

Fig. 224. Éléments en silex découverts en contexte du premier Moyen Âge et non datés. 1. Fragment de lame [Inv. 18932.01] ; 2 et 4. éclats [Inv. 12511.01 et 18711.01] ; 3. perçoir (?) [Inv. 13711.03] ; 5. nucléus [Inv. 11811.01]. Dessin : A. Blanchard ; DAO : É. Peytremann.

114viie siècle ; huit fragments attribués entre le deuxième tiers du viie et le milieu du ixe siècle ont été découverts sur le site de Nordheim (Koziol, 2011, p. 167-168), un fragment de gobelet daté de la première moitié du viie siècle est issu du site de Wittenheim (Guillotin, 2011, p. 178), quelques fragments proviennent de Strasbourg15 et un fragment a été découvert lors des fouilles d’Illzach ‘Am Weiher’ (Billoin, 2003, p. 284). La présence de vaisselle en pierre ollaire est généralement associée à un contexte élitaire ou monastique et cela au-delà du viie siècle, d’après l’exemple du monastère Saint-Jean de Müstair dans les Grisons suisses (Gross, Zetter, 1990/1991, p. 23 ; Billoin, 2003 ; Terzer, 2011, p. 363-364).

115Catalogue

116Couvercle (fig. 223)
Description : fragment de couvercle poli sur sa face interne et sur le bord externe sur une largeur d’environ 1 cm, le reste du dessus est laissé brut, avec quelques petits impacts de piquetage et porte de légère traces d’utilisation de couleur noire.
Matière première : roche grise à talc à grain fin (pierre ollaire).
Dimensions : D. : 16 cm, ép. : 1,3 cm.
Contexte et datation : silo, xe-début xiie siècle ?
[Inv. 24301.003]

1.4.2.3. Les objets en silex

117Cinq silex16 (fig. 224) présentant des interventions anthropiques ont été découverts en contexte du premier Moyen Âge. Sans exclure une présence résiduelle en relation avec l’occupation néolithique du site, il est important de les prendre en compte dans l’étude de l’occupation du premier Moyen Âge, comme l’a démontré R. Fellner à propos du site de Develier-Courtételle dans le Jura suisse (Fellner, 2006, p. 127-147). Les cinq pièces proviennent de structures attribuables à la période HMA 2, plus particulièrement localisées dans l’ensemble 4, en limite d’extension des structures néolithiques. La pièce no 3, correspondant à une possible extrémité de perçoir ou plus vraisemblablement à un fragment distal d’éclat avec quelques retouches directes abruptes, se trouvait à proximité du crâne de l’individu de la tombe 1371. Les autres pièces sont issues du comblement d’une cabane excavée et de fosses. Aucun impact ne permet de les associer à une fonction de pierre à briquet.

118Catalogue17

119Nucléus (fig. 224, no 5)
Description : nucléus multipolaire à enlèvements croisés. Le débitage est mixte (lamelles et éclats).
Matière première : silex blanc-gris du Kimméridgien supérieur.
Dimensions : L. : 2,31 cm, l. : 2,77 cm, ép. 2,14 cm.
Contexte et datation : fosse, viiie-début du xe siècle. Méso lithique.
[Inv. 11811.001]

120Éclat (fig. 224, no 2)
Description : éclat approximativement laminaire extrait par percussion directe dure et retouches directes abruptes discontinues de l’extrémité distale.
Matière première : silex jaune-miel du Kimméridgien supérieur.
Dimensions : L. : 3,28 cm, l. : 1,02 cm, ép. : 0,37 cm.
Contexte et datation : fosse, ixe-xe siècle. Mésolithique probable.
Inv. 12511.001]

121Fragment de silex (fig. 224, no 3)
Description : petit fragment de silex correspondant à une possible extrémité de perçoir ou à un fragment distal d’éclat avec quelques retouches directes abruptes.
Matière première : silex brun-miel indéterminé.
Dimensions : L. : 1,42 cm, l. : 0,82 cm, ép. : 0,5 cm.
Datation : sépulture, viie-xe siècle. Néolithique.
[Inv. 13711.003]

122Éclat retouché (fig. 224, no 4)
Petit éclat brûlé à retouches directes abruptes du bord par percussion directe dure.
Matière première : silex brun-violet indéterminé, brûlé.
Dimensions : L. : 9,2 ; l. : 2,16 cm, ép. : 0,41 cm.
Contexte et datation : fosse, viie-xe siècle.
[Inv. 18711.001]

123Fragment de lame retouchée (fig. 224, no 1)
Description : fragment mésio-distal de lame régulière à 2 pans, présentant une plage corticale résiduelle sur le bord distal droit. La pièce possède une série de retouches abruptes directes sur l’extrémité distale (troncature partielle) ainsi qu’une ligne de retouches bordées (retouches fines et courtes) directes continues sur le bord gauche. L’aspect luisant de la surface peut indiquer le chauffage du bloc à débiter (nucléus) avant le débitage. Cette technique peut être employée pour le débitage de lames par pression.
Matière première : silex brun miel du Kimméridgien supérieur.
Dimensions : L. : 3,02 cm, l. : 1,59 cm, ép. : 0,69 cm.
Contexte et datation : cabane excavée, viie-xe siècle. Mésolithique récent ou Néolithique.
[Inv. 18932.001]

1.4.3. Équipement domestique

124Deux objets appartenant à l’équipement domestique ont été découverts dans des contextes attribuables à la période HMA 2. Il s’agit d’une cuillère (fig. 225, no 1) en alliage cuivreux mise au jour dans le comblement d’une fosse qui contenait également des forces et un moraillon en fer correspondant au second objet de ce domaine (no 2). La cuillère, qui jusqu’à présent n’a pu faire l’objet d’aucune comparaison, peut être antique et correspondre à un objet de récupération. Sa fonction précise n’a pas été déterminée.

125Catalogue

126Cuillère ? (fig. 225, no 1)
Description : cuilleron hémisphérique en alliage cuivreux moulé avec courte soie horizontale appointée dans l’axe du cuilleron.
Dimensions : D. : 4,57 à 4,59 cm, ép. : 0,22 cm, L. manche : 1,86 cm, l. manche : 0,65 cm, masse : 21,5 g.
Comparaison : la morphologie et les dimensions évoquent une dose pour mesurer un ingrédient précis ; aucune comparaison n’a été trouvée, que cela soit pour la période antique ou pour le premier Moyen Âge.
Contexte et datation : fosse, viie-ixe siècle.
[Inv. 30441.001]

127Moraillon de coffre à auberon fixe (fig. 225, no 2)
Description : plaque de fer pourvue d’un auberon rectangulaire et d’une extrémité en forme de tige. L’objet est tordu et incomplet.
Dimensions : L. : 11 cm env., l. : 2,3 à 1,2 cm, ép. : 0,38 cm, masse : 35,2 g.
Comparaison : ces organes de fermeture se rencontrent assez couramment aussi bien sur des sites funéraires, domestiques ou artisanaux (type 4 de Westphalen, 2002, p. 189-191 et tab. 72 ; Ottaway, 1992, p. 645 ; Linlaud, 2009, p. 170-172 ; Linlaud, 2014, p. 110)
Contexte et datation : fosse, viie-ixe siècle.
[Inv. 30441.03]

1.4.4. Équipement et instruments équins

128Trois objets se rapportent au cheval. Le fer d’équidé (16551.01) est issu d’une fosse (fig. 226, no 3). Le second objet est un clou de ferrage en forme de clé à violon (no 2). Il est issu d’un silo, dont le comblement est attribué au HMA (viie-xiie siècle). Le dernier objet, identifié comme une étrille (no 1), provient du comblement d’un silo daté de la période HMA 3.

129Catalogue

130Fer à cheval (fig. 226, no 3)
Description : demi-fer à rives ondulées présentant un crampon formé par enroulement de l’extrémité de la branche. Cette dernière comporte des étampures dont la forme est difficilement lisible du fait de la corrosion. Une seule contre-perçure est partiellement visible.
Dimensions : L. : 8,85 cm, l. branche : 1,85 cm, ép. : 0,36 cm,
masse : 34,6 g.
Comparaison : ce type de fer est plus précisément décrit dans Halbout et alii (1987, p. 237-238) ou pour des périodes plus récentes dans les études des sites d’Andone (Portet, Raynaud, 2009, p. 210-211), de Pineuilh (Portet, 2007, p. 760-765) ou de Charavines (Colardelle, Verdel, 1993, p. 222-230).
Contexte et datation : fosse, viie -xe siècle.
[Inv. 16551.01]

Image 10000000000003B900000285CA0268A8EA54388D.jpg

Fig. 225.Objets relevant de l’équipement domestique. 1. Cuillère ; 2. moraillon. Dessin : J. Gelot ; DAO : É. Peytremann.

Image 100000000000041F00000281448203E6DEFF2C0C.jpg

Fig. 226. 1. Étrille ? [Inv. 30191.001] ; 2. clou de ferrage [Inv. 123871.001] ; 3. fer à cheval [Inv. 16551.001]. Dessin : J. Gelot et É. Peytremann ; cliché : F. Schneikert ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

131Clou de fer à cheval (fig. 226, no 2)
Description : clou « en clé de violon ».
Dimensions : L. : 2,35 cm, l. à la tête : 1,44 cm, ép. : 0,46 cm, masse : 3,6 g.
Comparaison : ce type de clou fonctionne avec les fers à chevaux à rives ondulées (Halbout et alii, 1987, p. 200, nos 784, 785 ; Portet, 2007, p. 222-224).
Contexte et datation : silo, viie-xiie siècle.
[Inv. 23871.001]

132Étrille ? (fig. 226, no 1)
Description : large lame triangulaire en fer forgée, courbée, se terminant par un manche de section rectangulaire replié à son extrémité afin de former une bélière.
Dimensions : base de la lame : 7,8 cm env., H. de la lame : 6 cm, coté de la lame : 6,5 cm env., ép. : 0,32 cm ; L. du manche : 11,5 cm, ép. : 1,14 cm, masse : 98,5 g.
Comparaisons : ce type d’objet a été trouvé en petit nombre sur des sites d’habitat ruraux en France (Chabrillan ‘Saint-Martin’ dans la Drôme, Charavines en Isère, Andone en Charente) et en Suisse (Develier-Courtételle). Il est généralement interprété comme une étrille. L’hypothèse d’une raclette utilisée en boulangerie est néanmoins proposée pour ce type d’objet sur le site de Develier-Courtételle (Friedli, 2007, p. 104).
Contexte et datation : silo, xe-xiie siècle. Les exemples précédemment cités sont datés de la période xe-xiie siècle (Rolland, 2006, p. 424-425 ; Colardelle, Verdel, 1993, p. 213 ; Linlaud, 2009, p. 155), à l’exception de l’exemplaire suisse qui est attribuable au viie siècle.
[Inv. 30191.01]

2. ACTIVITÉS ARTISANALES (É.P.)

2.1. Activité textile

133L’activité textile est attestée dans l’emprise de la fouille par des restes immobiliers et mobiliers tout au long du premier Moyen Âge. Les plus anciens restes reconnus sont trois bobines en terre cuite attribuées, sur la base de comparaisons, à l’âge du Bronze (fig. 227). Aucun élément concret ne témoigne du traitement de la matière première (laine ou fibre végétale) sur place si ce n’est la fosse 1931 de la période HMA 2, qui a éventuellement pu servir au rouissage. La première étape reconnue est celle du filage, grâce à la découverte de fusaïoles.

Image 10000000000001A90000016053850F0F19C55590.jpg

Fig. 227. Bobines en terre cuite de l’âge du Bronze [Inv. 10971.012 et 11441.002]. © F. Schneikert.

2.1.1. Les fusaïoles

134Au nombre de six, elles adoptent toutes une forme tronconique (fig. 228). Le matériau dans lequel elles sont confectionnées varie, tout comme leur masse et leur datation. Une fusaïole en terre cuite (fig. 228, no 3) et une en calcaire (no 4) sont attribuées à la période HMA 1 (vie-début du viiie siècle). Elles proviennent respectivement du comblement d’une fosse ayant également livré un peson en terre cuite, localisée dans l’ensemble A1, et d’une cabane excavée localisée dans l’ensemble A2. La masse restituée de la fusaïole en terre cuite est d’environ 16 g alors que celle en calcaire pèse 21,4 g. Cette différence est trop faible pour réellement envisager une production de fils de différente taille (Andersson Strand, Nosch, 2006 ; Mårtensson et alii, 2006, p. 6-14).

135Deux fusaïoles (fig. 228, nos 1 et 2) en terre cuite sont attribuables à la période HMA 2 (fin viie-xe siècle). Elles proviennent respectivement de deux fosses situées dans l’ensemble B4. La fosse 1956 se trouve à deux mètres de la cabane excavée 1364, tandis que la fosse 1415 est à environ 8 m des cabanes excavées 1397, 1396 et 1989. La masse des deux fusaïoles, respectivement 13,5 g et 10,1 g, est inférieure à celle de la fusaïole de la période antérieure. La confection d’un fil plus fin que celui produit au HMA 1 est envisageable.

136Deux fusaïoles (fig. 228, nos 5 et 6) en alliage plombifère sont attribuables à la période HMA 3 (xe-xiie siècle). Elles pèsent respectivement 19,6 et 16,3 g. Ces deux fusaïoles affichent des masses supérieures à celles des fusaïoles de la période HMA 2 mais qui se rapprochent de celle de la fusaïole en calcaire de la période HMA 1. Elles témoignent peut-être d’une standardisation de la production de fil. Elles sont issues des comblements d’un silo et d’un fossé proches l’un de l’autre au sein de l’ensemble C2. Les cabanes excavées les plus proches se trouvent à une quinzaine de mètres au nord. Les fusaïoles en plomb sont connues depuis l’Antiquité. En contexte d’habitat rural du premier Moyen Âge, leur découverte est plus rare (Chevillot, Moissat, 1994, p. 89-104). À titre d’exemples, les fusaïoles coniques en plomb mises au jour sur les sites de Jossigny (Seine-et-Marne) et attribuées au vie siècle, celle découverte à Saran ou celle provenant du site d’Andone (Bourgeois, 2009, p. 309) peuvent être citées18. Le site de hauteur de Gaillardon à Ménétru-Le-Vignoble dans le Jura, occupé du ve au vie siècle, a livré un objet identique identifié par les fouilleurs comme un poids en plomb (Gandel, Billoin dir., 2011, p. 348, fig. 47).

Image 1000000000000420000002C70BCB3E7D71DD3789.jpg

Fig. 228. Fusaïoles en terre cuite, calcaire et plomb. Dessin : J. Gelot ; clichés : F. Schneikert, DAO : É. Peytremann.

137Le nombre de fusaïoles par période reste extrêmement modeste et ne permet pas d’envisager du filage à grande échelle. Ce nombre est comparable à celui observé sur les sites régionaux occupés au premier Moyen Âge19. En l’absence d’indication des masses pour une grande partie des exemplaires, il n’est pas possible d’affiner l’analyse régionale. Il convient néanmoins de signaler que le site de Sermersheim est le seul à avoir révélé des fusaïoles en alliage plombifère.

138Catalogue

139Fusaïole (fig. 228, no 1)
Description : fusaïole tronconique en terre cuite de couleur grise comprenant de fines inclusions, avec une perforation centrale cylindrique.
Dimensions : H. : 21,10 mm ; diam. sup. : 17,3 mm ; diam. inf. : 24,32 mm ; diam. perforation : 4 mm ; masse : 13,5 g.
Contexte et datation : fosse, viie-xe siècle.
[Inv. 14151.01]

140Fusaïole (fig. 228, no 2)
Description : fusaïole tronconique en terre cuite de couleur marron gris comprenant de moyennes à fines inclusions, avec une perforation centrale cylindrique.
Dimensions : H. : 16,45 mm ; diam. sup. : 17,36 mm ; diam. inf. : 24,20 mm ; diam. perforation : 5 mm ; masse : 10,1 g.
Contexte et datation : fosse, viie-xe siècle.
[Inv. 19561.002]

141Fusaïole (fig. 228, no 4)
Description : fusaïole tronconique en roche calcaire blanche dont il ne subsiste que la moitié, à perforation biconique.
Dimensions : H. : 21,76 mm ; diam. : 19,31 à 26,60 mm ; diam. perforation : 6,5 mm ; masse : 10,7 g, soit 21,4 g pour la fusaïole entière.
Contexte et datation : cabane excavée, deuxième tiers du viie siècle.
[Inv. 25121.002]

142Fusaïole
Description : fusaïole tronconique en terre cuite de couleur grise comprenant de fines inclusions dont il ne subsiste que la moitié, à perforation centrale cylindrique.
Dimensions : H. : 17 mm ; diam. sup. : 22,6 mm ; diam. inf. : 24,8 mm ; diam. perforation : 6,5 mm ; masse : 8,1 g, restituée : 16, 2 g.
Contexte et datation : fosse, viie-début viiie siècle.
[Inv. 25531.004]

143Fusaïole (fig. 228, no 5)

144Description : cône en alliage plombifère comportant une perforation cylindrique.
Dimensions : H. : 7 mm ; diam. sup. : 21 mm ; diam. inf. : 7 mm ; diam. perforation : 6 mm ; masse : 19,6 g.
Contexte et datation : silo, xe-xiie siècle (trouvée par détecteur).
[Inv. 30191.06]

145Fusaïole (fig. 228, no 6)
Description : cône en alliage plombifère comportant une perforation.
Dimensions : H. : 13,55 mm, diam. sup. : 19 mm ; diam. inf. : 7 mm ; diam. perforation : 5 mm ; masse : 16,3 g.
Contexte et datation : fossé, xe-xiie siècle (trouvée par détecteur).
[Inv. 30211.04]

2.1.2. Les pesons

146La deuxième étape reconnue dans l’emprise de la fouille correspond au tissage sur des métiers verticaux à poids. Cette activité est attestée tout au long du premier Moyen Âge. Ce sont en effet pas moins de 273 fragments de pesons, correspondant à un Nombre Minimal d’Individus de soixante-dix-neuf, qui ont été mis au jour. Neuf NMI (Nombre Minimal d’Individus) proviennent de structures non datées, mais appartenant probablement au haut Moyen Âge, quinze NMI sont issus de structures attribuées au haut Moyen Âge sans précision, neuf proviennent de structures de la période HMA 1 (vie-début viiie siècle), trente-cinq NMI sont issus de vestiges de la période HMA 2 (fin viie-xe siècle) et onze NMI ont été découverts dans le comblement de structures de la période HMA 3 (xe-xiie siècle) (fig. 229).

2.1.2.1. HMA 1 (vie-début viiie siècle)

147Les neuf pesons de cette période proviennent du comblement de quatre cabanes excavées et de quatre fosses localisées à proximité de cabanes excavées. Topographiquement, ils sont présents dans les ensembles A1 (NMI : 4), A4 (NMI : 3) et A5 (NMI : 2) (fig. 230).

148L’ensemble des pesons est réalisé en terre cuite et façonné à la main. Leur forme est sphérique, plus ou moins régulière. La couleur varie du marron à l’orange avec des plages entièrement noires ou rouges.

149Un seul peson (fig. 231, no 2) est entièrement conservé. Sa masse est de 790 g. La masse de l’autre peson, suffisamment bien conservé, est estimée à environ 554 g (fig. 231, no 2).

150L’examen de la répartition spatiale des pesons datés de la période HMA 1 et de la période HMA permet d’envisager la présence de quatre ateliers20 répartis dans l’ensemble de l’emprise de la fouille (fig. 230). Un atelier est situé dans l’ensemble A1 et peut être localisé dans la cabane excavée 2184 qui possède plusieurs creusements internes ; un ou deux ateliers se trouvent au sein de l’ensemble A4, notamment dans les cabanes excavées 1519 et 1999, et un atelier est localisé dans l’ensemble A5, dans la cabane excavée 1199. La localisation de l’activité de tissage au sein des cabanes excavées permet de proposer l’hypothèse d’un tissage de pièces de lin ou de chanvre. En effet, ces fibres nécessitent d’être travaillées dans un environnement frais et d’être régulièrement humidifiées. Les résultats des données carpologiques (cf. IV. 3.2) confirment une culture de ces plantes dans l’environnement du site et l’analyse archéozoologique (cf. IV. 3.3) montre une faible proportion d’ovicapridés.

Image 10000000000004300000056B77B1EC00DDC9FC49.jpg

Fig. 229a. Tableau récapitulatif des caractéristiques des pesons par périodes.

Image 1000000000000436000004E2EAE9EA17FD4A33FE.jpg

Fig. 229b. Tableau récapitulatif des caractéristiques des pesons par périodes.

Image 10000000000003F400000558C356C3C0DF7BE2F7.jpg

Fig. 230. Répartition des pesons des périodes HMA 1 et HMA. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000001F6000001E4F691FE0E9DD27565.jpg

Fig. 231. Pesons du HMA 1. Dessin : J. Gelot, DAO : É. Peytremann.

2.1.2.2. HMA 2 (fin viie-xe siècle)

151Les trente-cinq pesons attribués à cette période sont issus de neuf cabanes excavées, cinq puits, un bâtiment excavé, neuf fosses et deux silos. Ils sont présents dans les quatre ensembles identifiés pour cette période (fig. 232).

152Comme pour la période antérieure, les pesons en terre cuite sont modelés. Les couleurs et les formes sont identiques. Certains exemplaires possèdent une cannelure autour de leur perforation centrale (fig. 233, nos 1, 2 et 5)21, d’autres sont dotés d’une marque. Cette dernière peut correspondre à une croix matérialisée par des points, probablement réalisée à l’aide d’un peigne (no 5) ou à un demi-carré incisé (no 4). Le peson Inv. 19891.02 (non représenté) comporte un point bien marqué en limite de cassure. Aussi est-il difficile de savoir si ce dernier appartient à une marque ou pas. En Allemagne du Sud-Ouest, du Nord ou en Suisse septentrionale, les marques estampées ou incisées sur les pesons sont relativement fréquentes (Bänteli et alii, 2000, p. 125-127 ; Gross, 2006, p. 6-8 ; Zimmermann, 1982, p. 127-133). En Alsace, ces marques sont en revanche, pour l’instant, peu fréquentes. La seule qui avait été jusqu’à présent identifiée provient d’un peson issu de la cabane excavée 290 du site de Marlenheim ‘Apprederis’ attribuée au viie-début viiie siècle (Châtelet, 2006b, p. 205 ; fig. 104). Réalisée au peigne, elle est constituée de deux lignes de points. Depuis, un peson marqué sur sa partie sommitale par une ligne de petites incisions a été découvert dans la cabane 1167 du site de Nordheim. Il est attribué à une période comprise entre la fin du viie et le milieu du ixe siècle (Koziol, 2011, p. 182 ; fig. 130).

153Les motifs de Sermersheim ne sont a priori pas répertoriés en Allemagne ou en Suisse. Ces marques servent probablement au montage du métier ou à désigner le propriétaire (Hoffmann, 1964, p. 20 ; Sehier, 2005, p. 40). Le nombre plus important de pesons pour cette période et la présence de plusieurs individus entiers ou restituables ont permis une estimation de leur masse. D’après l’étude de M. Hoffmann, la masse des pesons varie entre 150 g et plus de 1 000 g, la grande majorité étant comprise entre 500 et 700 g (Hoffmann, 1964, p. 20). Trois grandes séries apparaissent à Sermersheim (fig. 229). La première comprend les poids dont la masse est comprise entre 400 et 599 g. Elle compte au moins quatre individus. La deuxième est composée de poids pesant entre 600 et 799 g. Elle est constituée de cinq individus. La dernière série est constituée par les poids dont la masse est égale ou supérieure à 900 g. Cinq individus appartiennent à cette série. Ces différences ne sont a priori pas significatives. Le nombre de pesons est en effet adapté à la tension souhaitée pour le fil.

154L’examen de la répartition spatiale des pesons datés des périodes HMA 2 et HMA et des pesons non datés permet d’envisager la présence de huit ateliers au minimum, répartis dans les trois quarts de l’emprise de la fouille (fig. 232). Un atelier est situé dans l’ensemble B1, probablement dans la cabane excavée 2185 et il paraît succéder à l’atelier de la période antérieure, localisé dans la cabane 2184 ; un autre est envisageable au sein de la cabane 2258, datée approximativement de la période viie-xiie siècle ; quatre ou cinq ateliers sont envisageables au sein de l’ensemble B2, notamment dans les cabanes excavées 3098, 3079, 1790, 2502 et 2432. Trois ou quatre ateliers peuvent être localisés dans l’ensemble B4, plus particulièrement dans les cabanes excavées 1171 (proche du puits 1172), 1135 et 1989 ou 1359, où ils succéderaient à l’atelier de la période antérieure (FDC 1999). Ces hypothèses permettent de souligner, outre la permanence d’une activité à des endroits précis, l’augmentation de la production textile.

155Le nombre de poids attribués à la période HMA 2 reste, somme toute, faible s’il est rapporté au nombre de poids nécessaires au fonctionnement d’un métier à tisser, un minimum de trente d’après les exemples ethnologiques présentés par Marta Hoffmann (Hoffmann, 1964). En revanche, ce nombre est important d’un point de vue archéologique, dans la mesure où ce type d’objet est généralement trouvé en petite quantité, à l’exception de découvertes particulières où, en un même endroit, peuvent se concentrer plusieurs dizaines de pesons. Généralement, elles témoignent de la destruction in situ d’un métier à tisser ou d’un stock. Plusieurs exemples régionaux illustrent ce cas de figure. À Houssen (Haut-Rhin), trente pesons se trouvaient dans une cabane excavée datée de la première moitié du ixe siècle (Kuhnle, 1999, p. 58-59). La cabane excavée 860 (viie-xiie siècle) du site de Marlenheim ‘Hofstatt’ a révélé plus d’une dizaine de pesons crus non percés (Châtelet, 2009, p. 109), tandis qu’à Pfulgriesheim, la cabane 1381 (viie-début du viiie siècle) renfermait une douzaine de pesons mal cuits et alignés (Peytremann, 2013, p. 41). Sur le site de Rueliesheim, plusieurs pesons se trouvaient dans une rainure au fond de la cabane 105 (Strich et alii, 1999), alors qu’à Mackenheim, quinze pesons se trouvaient dispersés dans le fond de la cabane 62 (Hamm, 2001, p. 23).

Image 10000000000003DD0000053AA6A6B8CEFDA2D8B0.jpg

Fig. 232. Répartition des pesons des périodes HMA 1 et HMA et des pesons non datés. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 100000000000037F0000043FACAC87519DFEAB92.jpg

Fig. 233. Pesons du HMA 2. 1. 11721.005 ; 2. 17881.002 ; 3. 11351.003 ; 4. 12421.002 ; 5. 30981.004 ; 6. 21851.003 ; 7. 30981.003 ; 8. 13961.003 ; 9. 17901.002. Dessin : J. Gelot ; DAO : É. Peytremann.

156Les sites d’Ensisheim (Haut-Rhin ; Schweitzer, 1984) ou de Nordheim (Koziol, 2011, p. 182-184) peuvent par ailleurs être mentionnés pour avoir révélé un nombre minimal de pesons supérieur à dix, pour la période allant de la fin du viie jusqu’au xe siècle.

157Ces quelques exemples témoignent de l’usage récurrent du métier vertical à poids dans la région, durant les viie-xe siècles.

2.1.2.3. HMA 3 (xe-xiie siècle)

158Onze pesons sont attribués à cette période. Ils sont issus de quatre cabanes excavées, d’un puits, de deux fosses et d’un silo. Ils sont attestés dans les emplacements C1 (NMI : 1), C2 (NMI : 7) et C4 (NMI : 2) (fig. 234). Le comblement de la cabane 1623 a livré deux pesons.

159Les pesons de cette période, également en terre cuite, ne présentent aucune différence technologique et morphologique avec ceux des périodes antérieures. Le peson 16231.02 (fig. 235, no 1) possède deux marques en forme de croix incisée, dont une est associée à un point et à un trou.

160La répartition des pesons attribuables à la période HMA 3 permet d’envisager la présence de sept ateliers. La cabane 2359 localisée dans l’ensemble C1 peut en constituer un ; dans l’ensemble C2, trois ou quatre ateliers sont possibles au sein du BTE 1733 et des cabanes excavées 1623, 1629 et 3171 ; enfin deux ateliers prennent place dans l’ensemble C4, au sein des cabanes 1366 et 1153. Un certain nombre de ces ateliers se trouvent à proximité d’autres datant de la période antérieure. C’est notamment le cas dans l’ensemble C2 où les cabanes 1623 et 1629 (alignées) se trouvent à côté de l’emplacement occupé par la cabane 3098. Les pesons présents en C3 proviennent des comblements de structures non datées ou attribuées au HMA sans plus de précisions.

161En Alsace, pour la période xe-xiie siècle, plusieurs sites ruraux sont connus pour avoir livré des pesons en petite quantité22. Les sites de Hochfelden et de Matzenheim (Bas-Rhin) se distinguent pour avoir respectivement révélé treize pesons alignés et associés aux restes carbonisés d’un métier à tisser (Châtelet, 2000b) et quinze pesons dans le fond de la cabane 301 attribuée à la période xe-xiie siècle23 (Toullec, 2008, p. 80). La continuité de l’utilisation du métier à tisser vertical à poids est ainsi largement confirmée en Alsace, à l’instar de ce qui a pu être observé dans un certain nombre de sites helvétiques et allemands (Gross, 1992, p. 56 ; Bänteli et alii, 2000, p. 124-127, etc.). Une différence, sous réserve d’une étude plus poussée (É. Sehier, en cours), se laisse donc percevoir avec les régions françaises (Lorraine, Champagne, Île-de-France, etc.), situées de l’autre côté des Vosges et, qui a priori, ne font plus usage du métier à poids après le xe siècle. J.-P. Wild suggérait néanmoins que ce type de métier persistait jusqu’au xie siècle dans le monde romanisé (Wild, 1970, p. 68).

162Neuf pesons proviennent de structures dont le comblement n’a pas été daté (fig. 236). Ils ne présentent aucune différence technologique ou morphologique avec les pesons du haut Moyen Âge mieux datés.

163Les pesons découverts à Sermersheim attestent une activité, probablement importante, de tissage sur des métiers à tisser verticaux à poids, du vie/viie jusqu’au xiie siècle. Il est par ailleurs très probable que cette activité s’exerçait dans les cabanes excavées. L’absence de négatifs des montants du métier à tisser est justifiée par la manière dont ce type de métier est installé. Le cadre s’appuie en effet généralement sur une paroi, pour que le métier soit en position oblique. Cette position ne laisse donc pas ou peu de trace au sol.

164Un seul petit outil en os pointu peut éventuellement être associé à l’activité de tissage, d’après les traces d’usure relevées sur ses extrémités (fig. 237). Sa provenance, le comblement du silo 2473 qui a par ailleurs livré un peson et se trouve près de la cabane 2502 interprétée comme un possible atelier, conforte l’hypothèse d’un outil en relation avec le tissage. Si ce ne sont ses dimensions plus petites, cet outil est morphologiquement proche des poinçons du type I identifiés sur le site de Boves (Chandevau, 2002, p. 56-57). L’extrême rareté des poinçons en os, par ailleurs si fréquents sur les sites lorrains (Henrotay, Lansival, 1992, p. 346-348 ; Peytremann, 2005, p. 45, etc.) ou franciliens (Chaoui-Derieux, Goret, 2009, p. 82-83 et 89-90) est à souligner. L’hypothèse de l’utilisation de poinçons en bois, plus fragiles, n’est pas entièrement satisfaisante dans la mesure où aucun individu ou fragment n’a été identifié dans le comblement des puits. Cette rareté est surprenante car des poinçons en os ont été découverts sur d’autres sites alsaciens, en particulier celui de Marlenheim ‘Hofstatt’, qui correspond à un secteur artisanal (Châtelet, 2009, p. 116). Elle est probablement à mettre en relation avec le type de métier employé sur le site. L’usage des poinçons est en effet plus adapté au métier à double traverse (Sehier, 2013, p. 298).

Image 10000000000003AF0000051138719EC5E515E56C.jpg

Fig. 234. Répartition des pesons des périodes HMA 3 et HMA et des pesons non datés. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000001FB000001E240D0DE039B361A73.jpg

Fig. 235. Pesons du HMA 3. 1. 16231.002 ; 2. 22521.002. Dessin : J. Gelot ; DAO : É. Peytremann.

Image 1000000000000378000001A696E93B287AB40555.jpg

Fig. 236. Pesons du HMA. 1. 16113.001 ; 2. 16131.001 ; 3. 1689.004. Dessin : J. Gelot ; DAO : É. Peytremann.

Image 100000000000011A0000013A4E5564A0F8F3A107.jpg

Fig. 237. Outil en os [Inv. 24731.001]. Dessin : D. Mini ; DAO : P. Girard, É. Peytremann.

165Catalogue

166Outil appointé en os (fig. 237) (D. Mini)
Description : pointe allongée entièrement façonnée, de section ellipsoïdale à rectangulaire. Les bords de la partie appointée sont réguliers, légèrement convexes, puis convergents. L’autre extrémité est droite, aux bords légèrement arrondis. Le périoste est visible sur les deux faces de l’objet, ce qui laisse penser qu’il a été réalisé dans un os plat, peut-être une côte de petit mammifère. Le degré de façonnage ne permet néanmoins pas plus de précision.
Des traces d’usure se présentant sous la forme d’un lustré de la surface, sans marques fortes, sont visibles sur les deux bords de la pointe ainsi que sur une zone de moins d’un centimètre, proche de l’autre extrémité, sur un seul des côtés.
Aucune fonction précise ne peut être attribuée avec certitude à cet objet polyvalent, néanmoins l’usure sur les bords de la pointe suggère un frottement avec une surface plutôt douce, tissu ou cuir par exemple. Cet outil pourrait être associé à des activités de tissage.
Dimensions : L. : 42 mm ; l. max. : 4 mm ; ép. max : 2 mm.
Contexte et datation : silo, viie-xe siècle.
[Inv. 24731.001]

2.1.3. Les lissoirs

167La dernière étape de la chaîne opératoire attestée dans la zone explorée est celle de l’assouplissement de la toile à l’aide d’un lissoir en verre. Les trois lissoirs en verre (fig. 238) découverts sont attribuables à la période du HMA 2. Leur lieu de découverte (cabane excavée ou puits), à proximité ou à l’emplacement de celui de pesons, renforce par là-même, l’idée d’atelier consacré à l’activité textile24.

168Ces objets sont utilisés pendant tout le Moyen Âge (Maquet, 1990, p. 319-334). Ils apparaissent, d’après V. Evison, au cours du viiie siècle (Evison, 2000, p. 47-104). Leur apparition dans le Bassin parisien remonte, selon D. Morisset, au ixe siècle. Ils ne sont plus attestés à partir de la fin du xie siècle (Morisset, 1988, p. 287). Aux Pays-Bas, les lissoirs en verre sont attestés au plus tôt au viiie siècle et jusqu’au xiiie siècle (Bartels, 2008, p. 5-6). Les quelque 700 lissoirs répertoriés à Haithabu sont également datés de la période viie -xie siècle (Stepphun, 1998, p. 74). En revanche, des exemplaires sont connus bien après le xiiie siècle, notamment dans les centres urbains (Bartels, 2008, p. 7 ; Stepphun, 2002). En Alsace, les exemplaires connus en milieu rural sont datés du milieu viie /début viiie siècle pour le plus précoce25 et de la période xe-xiie siècle pour les plus récents issus du site de Matzenheim (Toullec, 2008, p. 45)26. En milieu urbain, le site d’Istra à Strasbourg a livré des exemplaires datés du xvie siècle (Waton, 1990, p. 360).

Image 10000000000001FD000002D2A74C9E9BB05C796A.jpg

Fig. 238. Lissoir en verre. Dessin J. Gelot ; cliché : F. Schneikert.

169En Lorraine, les lissoirs mis au jour sont datés entre le viie et la fin du xive siècle (Peytremann, 2006b, p. 77). Sur le site du château de Blois, ils sont attribués aux viiie-xie siècles (Josset, Aubourg, 2003, p. 195-196). En Pays échelle : 1/2 de la Loire, les exemplaires retrouvés en contexte d’habitat sont attribués à une période comprise entre le début du viiie et la fin du xe siècle, avec peut-être un exemplaire plus tardif sur le site de Lusay ‘L’Ouche des Monceaux’ (Devals, 2012, p. 119-120).

170Catalogue

171Lissoir brisé (non dessiné)
Description : verre opaque brun foncé sans bulle visible, il ne subsiste que le cœur de l’ objet.
Dimensions : /
Contexte et datation : fosse correspondant peut-être à une cabane excavée, viie-milieu du xe siècle.
[Inv. 12291.003]

172Lissoir brisé (non dessiné)
Description : verre opaque brun foncé à noir, sans bulle visible.
Dimensions : ép. : 30,34 mm.
Contexte et datation : puits, 876 ± 10.
[Inv. 16891.006]

173Lissoir brisé (fig. 238)
Description : verre opaque brun foncé, sans bulle visible.
Dimensions : diam. : 71,66 mm ; ép. : 34,67 à 38,67 mm.
Contexte et datation : cabane, milieu du viie-fin du xe siècle.
[Inv. 23081.02]

Image 100000000000041A0000029AEE0386F11DC0CC6E.jpg

Fig. 239. Diagramme représentant la chaîne opératoire du fer et ses vestiges archéologiques.

2.2. Activité métallurgique : étude des déchets paléométallurgiques (M.L., P.M.)

174La chaîne opératoire de la production du fer peut être divisée, outre la phase préliminaire d’extraction du minerai, en trois grandes séquences : la transformation du minerai en fer métallique (réduction), la transformation du produit métallique brut en produit forgeable (épuration/raffinage), la transformation du produit forgeable en objets forgés (élaboration) (fig. 239). La première séquence correspond à la production primaire du fer. Les deux suivantes à la production secondaire (ou métallurgie de transformation) ; elles sont souvent regroupées sous l’appellation commune de post-réduction (Mangin, 2004).

175Séquence de réduction et séquences de post-réduction sont notamment caractérisées sur le plan des vestiges archéologiques par des types de déchets bien différenciés27, pour autant que ces éléments puissent être correctement identifiés :

  • pour la réduction, outre les résidus de minerai non utilisés ou partiellement réduits, des scories (déchets de la fusion de la gangue du minerai à l’intérieur du bas fourneau) où dominent des faciès à morphologie d’écoulement (que celui-ci ait lieu à l’intérieur ou à l’extérieur de la cuve), ainsi que des fragments de paroi de four en terre cuite fortement transformée par l’impact thermique (épaisses strates de cuisson, vitrification, scorification et fusion de surface) ;

  • pour la post-réduction, des scories en forme de calotte hémisphérique, souvent plano-convexes (appelées culots de forge), des petites scories légères à surfaces lobées et formes tortueuses, des scories et des rognons oxydés et magnétiques, des éclats et fragments métalliques, des battitures (paillettes ou billes d’oxydes de fer magnétique).

176L’étude des ateliers où se pratique le travail du fer repose principalement sur l’examen et l’analyse des déchets de production, parce que les produits métalliques eux-mêmes ne restent pas sous cette forme dans l’atelier. Le fer brut et semi-brut y subit des transformations et des traitements qui conduisent à l’élaboration de produits finis (fig. 240). Tout au long du travail, le forgeron produit des déchets, qui tombent sur le sol de l’atelier ou sont évacués dans des dépotoirs, fouillés par les archéologues. Or, ces déchets sont le résultat d’un ensemble d’actes techniques et chaque séquence de travail engendre un assemblage de déchets caractéristiques, de nature et en proportion variées. Pour l’archéométallurgiste, c’est cet assemblage qui caractérise l’atelier et qui permet d’identifier les types de travaux qui y ont été réalisés.

Image 1000000000000356000002AE29FB99273619420B.jpg

Fig. 240. Schéma représentant la chaîne opératoire et les déchets de post-réduction.

177L’examen en laboratoire des déchets métallurgiques porte sur l’ensemble du matériel récolté lors de la fouille. Celui-ci fait l’objet d’un tri sur la base de différenciations morphologiques pour aboutir à une série de catégories distinctes et significatives. Ces distinctions font intervenir la morphologie et l’aspect général, ainsi que la nature des matériaux qui constituent le déchet. Elles permettent de définir des catégories de déchets caractérisant une origine technique et/ou fonctionnelle et, dans une certaine mesure, un processus de fabrication théoriquement identifiable. La difficulté réside dans le fait que tous les déchets ne se sont pas conservés au cours du temps et que plusieurs étapes de la chaîne opératoire produisent des déchets morphologiquement peu différenciés.

178Aucune interprétation ne peut s’appuyer sur l’étude d’une seule catégorie de matériel, ni sur une seule méthode d’investigation. C’est la convergence de l’ensemble des résultats apportés par les études archéologiques comme archéométriques qui permet d’asseoir et d’orienter les interprétations aux différentes échelles d’étude (produits, gestes techniques, procédés, organisation des ateliers et de la production, etc.).

2.2.1. Méthodologie

2.2.1.1. Typologie descriptive et quantification

179À l’intérieur des différentes catégories de déchets paléo-métallurgiques, l’enregistrement et les descriptions morphologiques sont réalisés suivant les grilles de description typo-morphologique mises au point lors de plusieurs études méthodologiques antérieures : vestiges de la forge gallo-romaine de Nailly ‘Les Bordes’ (Yonne ; Dunikowski et alii, 1998), vestiges de la forge de Châbles-Les Saux (canton de Fribourg, Suisse ; Anderson et alii, 2003), vestiges de l’atelier de forge gaulois du Puy-de-Grâce (Corrèze, France ; Le Carlier et alii, 2007). Ces critères sont résumés dans l’ouvrage collectif Le fer (Mangin, 2004). L’enregistrement descriptif des scories en culot (post-réduction) est réalisé à l’aide d’une grille de classification typo-morphologique prenant en compte la forme globale en plan et en profil. La grille d’étude des déchets métalliques de forge est basée sur les travaux méthodologiques et d’étude de cas menés par Anika Duvauchelle pour le matériel de la forge gallo-romaine de Châbles-Les Saux (Fribourg, Suisse ; Anderson et alii, 2003, p. 104-145), et de Christine Riquier-Bouclet pour le matériel de la forge du haut Moyen Âge de Villeroy ‘La Plaine d’Herbier’ (Yonne ; Riquier-Bouclet, 2006).

Image 100000000000040A0000034F3E3D04F7310E2B6F.jpg

Fig. 241. Schéma représentatif des études palémétallurgiques.

180Chaque catégorie identifiée de déchets fait l’objet d’une description générale et pour les individus remarquables, d’une description morphologique de détail (fig. 241). Ceux-ci correspondent le plus souvent aux pièces complètes ou, à défaut, à celles qui apparaissent comme les plus significatives. Des sous-catégories peuvent être identifiées à partir de distinctions morphologiques, dimensionnelles ou en fonction de la nature des matériaux associés. À chaque stade, les caractéristiques globales des populations sont enregistrées (morphologie, dimensions, matériaux, particularités, etc.). Les données métrologiques peuvent être traitées sous forme statistique de manière à faire apparaître des caractéristiques propres à des groupes ou à des sous-groupes au sein d’une même population typologique ou entre diverses populations.

2.2.1.2. Études archéométriques

181Pour chacune des catégories, une sélection d’échantillons représentatifs est effectuée pour des investigations plus approfondies (sections, examens microscopiques, identification minéralogique optique et chimique, analyses chimiques) (fig. 241). Les échantillons sont sciés puis polis afin de pouvoir observer la surface au microscope. L’observation macroscopique de la section sciée est une étape extrêmement importante car elle va permettre de repérer les zones de différentes natures et leur agencement les unes par rapport aux autres.

Image 100000000000036B000000C54F150529B0FEC543.jpg

Fig. 242. Quantification en poids et en nombre de restes des différentes catégories de déchets de métallurgie du fer du site.

Image 10000000000001E70000028A5DDD9BA3533D1985.jpg

Fig. 243. Proportion en nombre de restes des déchets métallurgiques récoltés sur le site.

2.2.2.Quantification des types de déchets métallurgiques

182La masse totale de déchets métallurgiques collectés sur le site de Sermersheim ‘Hintere Buen’ s’élève à près de 40 kg : 37 680 g quantifiés, dont 36 620 g proviennent d’unités stratigraphiques assurément datées du haut Moyen Âge28 (fig. 242). À l’exception de deux éléments correspondant à des fragments en alliage base-cuivre, la totalité des déchets se rapporte à la métallurgie du fer. De plus, toutes les catégories typo-morphologiques représentées se rapportent exclusivement à des déchets de travail du fer, c’est-à-dire de phases de la chaîne opératoire postérieures à la réduction du minerai. La métallurgie primaire n’est donc pas représentée sur le site.

Image 10000000000001E600000289B493A0C5A5815570.jpg

Fig. 244. Proportion en poids des déchets métallurgiques récoltés sur le site.

183Les déchets scorifiés proprement dits représentent la grande majorité des restes (fig. 243) : 91 % de la masse (34 061 g) (fig. 244) et du nombre (1107). Les fragments de paroi de four/foyer représentent 9 % du poids des déchets collectés. Les éléments métalliques ne représentent que 0,3 % du poids total. Plus des trois quarts du nombre de restes et plus de la moitié du poids total des déchets proviennent de deux contextes archéologiques seulement :

184l’US 25201 représente 27 % du poids des scories et 45 % du poids des fragments de paroi (36 % du nombre de restes total et 30 % du poids total) ;

185l’US 25321 représente 26,7 % du poids des scories et 14,6 % du poids des fragments de paroi (44 % du nombre de restes total et 27 % du poids total).

186Il s’agit de deux silos ayant probablement servi de dépotoir et attribués à une période comprise entre la fin du viie et la fin du xe s. (HMA 2).

2.2.3. Les scories

187Les 34 kg de scories collectés correspondent pour la moitié à des scories en forme de culot plano-convexe, entier ou fragmenté (16 kg), pour un quart à des scories informes (8 kg ; mais dont une certaine proportion pourrait aussi correspondre à des fragments de scories en culot) et pour un cinquième à de petites scories argilo-sableuses (6,5 kg). Environ 1,7 kg sont des scories ferreuses rouillées informes et 570 g des scories en forme de petits écoulements cordés. Quelques scories à structure très charbonneuse (300 g) complètent l’ensemble.

188Tous ces déchets scorifiés se sont formés à l’intérieur du foyer de forge par accumulation de matériaux fondus au cours d’une séquence de travail. Ces matériaux proviennent du fer métallique travaillé et des différentes matières qui sont utilisées par le forgeron lorsqu’il porte ce dernier à haute température. Dans le feu de forge, ces matières et les oxydes de fer formés en surface du métal fondent et se combinent puis s’écoulent vers le fond du foyer où ils se rassemblent et se figent en une masse plus ou moins volumineuse.

2.2.3.1. Les scories en forme de culot

189Chaque scorie en culot représente vraisemblablement la quantité de matière figée et enlevée à chaque « nettoyage » du foyer de forge, ce que l’on peut traduire par une unité de travail. Ces matières s’accumulent au fond du foyer sous le conduit d’arrivée d’air, où elles peuvent se souder à la paroi. Cette zone d’accroche est reconnaissable sur les culots par la présence d’un bord rectiligne, et/ou d’une concentration de produits d’argilo-sableux, et/ou d’un bord sub-vertical. Dans ce lot, le bord d’accroche a pu être identifié sur la majorité des culots (fig. 245).

190Description métrologique et morphologique. Le nombre de culots entiers ou quasiment complets est de 46 pour une masse totale de 9697 g, soit un poids moyen de 210 g. Les poids des pièces s’échelonnent toutefois de 55 à 764 g (fig. 246). Une moitié pèse entre 38 et 150 g, l’autre entre 150 et 350 g. Six culots seulement ont un poids supérieur à 400 g, mais le plus gros (764 g) est en réalité un culot double, ce qui donne un poids d’un peu plus de 350 g pour chacune des deux pièces qui le constituent.

191La plupart des culots entiers peuvent s’orienter grâce à la présence d’un bord rectiligne. La longueur (L) se mesure sur cet axe qui prolonge celui du conduit de ventilation : elle varie de 27 mm à 125 mm, mais 80 % des longueurs se situent entre 48 et 95 mm (fig. 247). Il s’agit donc de dimensions globalement petites. Trois culots sont nettement plus grands que les autres (plus de 100 mm d’axes), dont le culot double (123 x 146 mm) et un des culots les plus lourds, et cinq paraissent nettement plus petits (moins de 40 mm).

192Une dizaine de pièces moule un fond en forme de calotte (en vert sur le graphique) ; ces culots sont les plus grands (longueur entre 80 et 127 mm). Sept autres moulent un fond très convexe, avec des bords qui remontent rapidement (en rouge sur le graphique) ; ils possèdent des dimensions assez variées. Certains culots ne sont que des protubérances adhérentes à la paroi du foyer. De ces observations, deux familles de culots semblent ressortir :

  • des culots à axe court et fond très convexe ;

  • des culots à axe long et fond en calotte.

193On peut alors proposer que ces deux séries soient le reflet d’au moins deux aménagements différents du foyer de forge :

  • un aménagement étroit à fond très concave, dont les dimensions peuvent s’approcher de celles données par un culot [Inv. 25201.002] : foyer ovale, axe tuyère de 87 mm, axe perpendiculaire de 160 mm.

  • un aménagement plus large, en forme de cuvette, plus ou moins circulaire et à fond légèrement concave, de diamètre d’au moins 150 mm.

194Les épaisseurs des culots sont comprises entre 20 et 57 mm (fig. 248). Certains culots, qui moulent le fond du foyer de forge et sur lesquels une partie de la paroi et de l’empreinte du conduit de ventilation sont conservés, nous livrent la mesure de la distance entre le fond du foyer et la base de la tuyère, soit autour de 40-45 mm. La mesure de l’arc de cercle de la lèvre inférieure du conduit de ventilation, dont l’empreinte est moulée à la surface de la scorie, permet de restituer un diamètre d’environ 15 à 20 mm.

Image 100000000000038500000465B1131F24D7C55931.jpg

Fig. 245. Culots de forge récoltés sur le site. SAS : scorie argilo-sableuse ; SGD : scorie grise dense ; SFR : scorie ferreuse rouillée. Clichés : M. Leroy, P. Merluzzo.

Image 10000000000003C90000024C40864436959A1196.jpg

Fig. 246. Échelle des poids des scories en culot de forge.

Image 10000000000003D7000002563A64F8D04C720EC8.jpg

Fig. 247. Échelle des longueurs dans l’axe de la tuyère des scories en culot de forge.

Image 10000000000001FD0000013BC59FDB2D638DE9B3.jpg

Fig. 248. Effectif des classes d’épaisseur des scories en culot de forge.

Morphologie des scories en culot

Image 10000000000003C20000030B25A07E9F1F6D6BFE.jpg

Fig. 249. Proportion des différentes formes de scories en culot de forge.

Catégories matériaux

Nbre

 %

Poids

 %

SAS

4

4

324 g

2

SGD

58

57

10259 g

63

SGD + SAS

26

25

3660 g

23

SGD + SFR

2

2

86 g

0,5

SFR

11

11

1605 g

10

SFR + SAS

1

1

208 g

1,5

Fig. 250. Quantification en nombre et en poids des catégories de scories en culot en fonction des matières qui les constituent. SAS : scorie argilo-sableuse ; SGD : scorie grise dense ; SFR : scorie ferreuse rouillée.

195La moitié des culots présentent un plan ovale, soit complet (12 %), soit tronqué avec une portion de bord rectiligne (32 %) (fig. 249). Pour ces derniers, dans la majorité des cas (28 %), la forme est plus trapue qu’allongée (dimension dans l’axe de la tuyère plus courte que la dimension de l’axe transversal). Les formes ovales allongées ne représentent que 4 % du total. Les culots de plan subcirculaire comptent pour 18 % du nombre total. Quelques culots avec deux lignes d’appuis perpendiculaires (10 % du nombre des pièces) peuvent indiquer un aménagement spécifique du foyer de forge. La proportion des culots aux contours irréguliers est assez importante puisqu’elle atteint 28 % du total.

196Trois culots possèdent un fond en forme de carène. Trois autres ont une face supérieure d’aspect bombé, alors que la face inférieure présente une légère concavité. Des empreintes de charbons de bois sont parfois moulées sur la face supérieure. Enfin, quelques culots montrent une superposition de deux ou trois strates, pouvant ainsi indiquer qu’il s’agit de la superposition de plusieurs culots différents. Sur plusieurs culots, des amas de nature argilo-sableuse sont collés à la strate de paroi conservée, autour de la lèvre du conduit de tuyère.

197L’ensemble de ces observations nous révèle que les travaux dans le foyer de forge ne produisent que de petits volumes de déchets, en relation du reste avec la faible profondeur des foyers. Ceci pourrait indiquer que les fers travaillés sont plutôt de petites ou de moyennes dimensions et qu’il ne s’agit en aucune façon de pièces de grande taille (cf. l’étude des déchets métalliques).

198Quantification. Les fragments de scories en culot représentent un nombre minimum de 56 pièces. On peut donc considérer, qu’ajoutées aux 46 culots entiers, c’est au moins 102 culots qui ont été produits par les activités de forge, soit au moins autant d’unités de travail.

199La majorité des culots est constituée de scorie dense grise (fig. 250), sans ou avec peu d’inclusions argilo-sableuses (SGD : plus de la moitié du nombre et les deux tiers du poids). Environ un quart du poids et du nombre est constitué de culots de scorie grise dense surmontée d’une strate bien visible de matière argilo-sableuse plus ou moins fondue (SGD+SAS). Ces deux types de culot sont très voisins. Ils correspondent très certainement à des travaux pendant lesquels les pertes en fer lors de la chauffe dans le foyer de forge ne proviennent que des oxydes formés en surface du métal et utilisant abondamment des ajouts de protection : on peut penser qu’ils sont relatifs à des travaux d’élaboration/fabrication/réparation d’objets.

200Les culots constitués en partie (SGD+SFR) ou en presque totalité (SFR et SFR+SAS) de scorie ferreuse rouillée sont peu nombreux (14 % du nombre et 12 % du poids). Ils sont, en général, caractérisés par la présence de strates riches en fer métallique perdu lors des chauffes. Ces pertes résultent de travaux plus spécifiques, mais très divers, qui « consomment » du fer métallique (compactage, grappage par exemple).

2.2.3.2. Les scories informes, les scories ferreuses, les scories à charbons de bois

201Il s’agit des mêmes types de matériaux que ceux qui rentrent dans la constitution des scories en culot, les scories ferreuses étant plutôt magnétiques et les scories à charbons de bois contenant de nombreux fragments de charbons de bois. Ces scories généralement de plusieurs centimètres sont souvent incomplètes et il pourrait s’agir de fragments de culots totalement éclatés. Toutefois, certaines sont complètes et il est probable qu’elles correspondent à la formation d’une petite quantité de matière lors des chauffes, au cours d’une brève unité de travail, ou d’une quantité de matière qui ne s’est pas agglomérée au culot principal.

202La masse de l’ensemble de ces trois catégories (10 171 g) est aussi importante que celle des culots entiers ou des fragments de culots. Les scories informes et les scories à charbons de bois sont majoritairement constituées de scorie grise dense (SGD). Seul 1/5e de cette masse correspond à de la scorie ferreuse rouillée (SFR), ce qui représente la même proportion que pour les culots. Les scories à inclusions de charbons de bois totalisent neuf individus pour 281 g.

2.2.3.3. Les scories argilo-sableuses

203Il s’agit de scories de taille centimétrique (au maximum quelques centimètres), très légères, de morphologie lobée, et constituées de matières argilo-sableuses plus ou moins complètement fondues. Les surfaces sont vitrifiées et de diverses couleurs (verdâtre, blanchâtre, gris clair ou noire). Ces scories sont en apparence de même nature que celles qui constituent la strate supérieure ou les inclusions présentes sur un certain nombre de culots. Elles correspondent à des écoulements d’excédents d’ajouts argilo-sableux utilisés par le forgeron pour protéger le fer métallique de l’oxydation et/ou le décaper (pour le préparer à la soudure), lors des chauffes. La quantité que représentent ces matières argilo-sableuses (17 % du poids des déchets) semble indiquer que l’ajout est versé directement dans le foyer de forge sur la pièce de métal en cours de chauffe.

2.2.3.4. Les petites scories écoulées

204Il s’agit de petits écoulements de forme digitée, plus ou moins tortueux (à l’exception de deux écoulements cordés plus gros). Leur nombre est peu important (570 g, 1,5 % du poids total). Leur présence est régulièrement attestée en forge : il s’agit probablement d’écoulements entre les charbons de bois à l’intérieur du foyer.

Image 1000000000000420000004A488DA6EDB8DC93A8B.jpg

Fig. 251. Chutes métalliques de travail. Clichés et DAO : M. Leroy, P. Merluzzo.

2.2.4. Les parois de foyer

205Ces éléments sont de tailles très diverses. Les plus grosses pièces possèdent une surface vitrifiée et scorifiée correspondant au revêtement interne du foyer de forge, plus précisément aux parties proches du conduit d’arrivée d’air. Les épaisseurs vitrifiées mesurent un à plusieurs centimètres (3,6 cm au maximum). Sur quelques fragments est conservé le modelé de l’orifice du conduit destiné à introduire l’air dans le foyer, dont on peut mesurer le diamètre, autour de 20 mm. Le revers de ces fragments montre une surface d’arrachement, l’épaisseur conservée ne correspondant qu’à une portion de la paroi réelle, celle directement en contact avec le foyer. La terre constituant les fragments contient de nombreux grains blancs (probablement de quartz), de taille millimétrique et inframillimétrique.

Image 10000000000004220000020393E4ACA5DADF8E80.jpg

Fig. 252. Description des chutes métalliques de forge, indices d’activités de mise en forme du métal.

2.2.5. Les rognons magnétiques et les fragments de métal

206Une vingtaine de petits blocs (600 g), de dimension centimétrique, présente l’aspect de rognons informes totalement recouverts par une gangue de corrosion qui empêche d’observer la surface réelle. Ils sont très magnétiques, ce qui traduit la présence de fer métallique. Une quinzaine d’autres pièces, de dimensions similaires, sont clairement des fragments métalliques (100 g). Une identification plus complète nécessite un décapage de la gangue de corrosion par micro-sablage. Une fois nettoyées, ces pièces se révèlent être des chutes métalliques du travail de forge. Leur examen détaillé peut révéler des informations sur les types de travaux ou de production réalisés par les forgerons.

2.2.5.1. Des déchets d’une activité de mise en forme à la forge

207Trois éléments métalliques de petite taille, d’un poids respectif de 1,5 g, 2,4 g et 2,7 g, sont des déchets d’une activité de mise en forme à la forge (fig. 251). Il s’agit de :

  • deux écailles de fer, c’est-à-dire des pastilles de fer minces qui, à cause d’un défaut dans le métal, se détachent de la surface de la pièce au cours du travail de forge (fig. 252) ;

  • une extrémité de tige qui a été chutée en cours de travail ; cette petite barre de fer de section carrée (5 x 5 mm) et 23 mm de longueur présente une découpe en biseau à une extrémité (fig. 252).

208Deux autres éléments, une tige de 3 g pour une section de 10 x 10 mm et un fer mince de 1,7 g déformé en formant un angle, peuvent aussi être considérés (mais de façon moins affirmative) comme des déchets de forge.

2.2.5.2. Des débris d’une altération au feu du métal

209Au moins quatre fragments de fer (deux nodules de fer et deux tiges) présentent les caractères d’un métal ayant subi une altération au feu (fig. 253) : présence de surfaces formées d’appendices et de creux « hérissés », métal déstructuré. Trois autres fragments informes montrent des aspects de surface proches, mais un peu moins caractéristiques (fig. 251).

210Les deux nodules de fer ovoïdes [Inv. 19311.003 et 20641.003] de 30 mm et 35 mm de longueur pour respectivement 12 g et 16 g, aux formes plutôt arrondies et non facettées, aux surfaces en partie lisses et en partie hérissées (composées d’appendices et de creux donnant un aspect aciculaire), possèdent un faciès évoquant un métal ramolli et altéré au moins superficiellement. C’est aussi le cas de trois autres fragments informes, moins arrondis, aux surfaces également hérissées.

211Ces cinq éléments peuvent être interprétés comme des pertes fortuites, des morceaux tombés sous l’impact du marteau en cours de travail de martelage (hors du foyer), ou durant la chauffe dans le foyer de forge. Dans les deux cas, cela signale une intervention sur une masse métallique aux liaisons précaires : un métal brut d’agglomération ou de réduction (affinage), un métal fragilisé par une surchauffe (accident de chauffe). Ces morceaux peuvent également témoigner d’une activité de récupération de petits fers par agglomération à chaud dans le foyer de forge : petits morceaux de métal appartenant à la charge et échappant au processus. Dans ce cas, les fers peuvent être indifféremment bruts ou ouvragés selon que l’on considère que la morphologie d’origine a été plus ou moins conservée.

Image 100000000000042800000339B0F981A120CCBBF8.jpg

Fig. 253. Description des chutes métalliques de forge, indices d’une altération au feu.

212Deux autres éléments [Inv. 25201.002] ont conservé, malgré l’altération au feu, une image de leur forme d’origine (fig. 251). Il s’agit de deux barres-tiges, l’une de section carrée (5 x 5 mm), l’autre rectangulaire (7 x 8 mm). La première illustre bien l’impact déstructurant (forme et structure) de l’altération au feu sur le métal : elle associe sur un même échantillon une partie relativement saine et une autre totalement déstructurée qui s’étend dans un amas de scories argilo-sableuses (ajouts de protection). Ces deux éléments témoignent de l’utilisation de petites tiges dans l’atelier de forge, soit pour une fabrication, soit pour une agglomération à chaud. Dans le premier cas, les tiges ont subi un accident de surchauffe, malgré l’utilisation d’ajouts de protection.

2.2.5.3. Les témoins d’une activité de forge de type récupération

213Deux petits blocs de fer formés d’une agglomération de plusieurs petits éléments « ouvragés » témoignent d’une activité de récupération de petits fragments, tels que des petits clous et des petites tiges (fig. 254 et 255).

214L’un des blocs de fer (31 g) est formé de plusieurs nodules : le plus gros, de forme ovoïde (26 x 20 x 18 mm), est accolé sur un bord par trois petits appendices à une masse allongée courte aux formes arrondies, d’environ 20 mm de longueur et de section d’environ 10 mm de diamètre, qui rappelle grossièrement une tige. Sur un autre bord, il est accolé à une petite masse soudée sur toute sa longueur, dont la morphologie est grossièrement quadrangulaire (environ 17 mm de longueur et 10 x 10 mm de section). Cet ensemble fait penser à la récupération de petits fers (morceaux de tiges) par agglomération à chaud dans la forge.

Image 10000000000004250000051EC953390DC9421FCE.jpg

Fig. 254. Objets recyclés pour une agglomération à chaud. Clichés : M. Leroy, P. Merluzzo.

Image 1000000000000423000001CEEBBD6807E5EEA01A.jpg

Fig. 255. Description des chutes métalliques de forge, indices d’activités de récupération et ré-agglomération à chaud du métal.

215Le second bloc de fer, très oxydé (3 g seulement), est recouvert ponctuellement par de la scorie grise. Il a une forme de plan ovale (23 x 17 x 10 mm) et possède deux faces avec un relief assez prononcé de creux et de petits lobes, dont certains peuvent rappeler la forme de petits clous (fig. 254). Cette observation confirme qu’il s’agit bien de la récupération de petites masses de métal par agglomération à chaud dans la forge.

216La présence d’un rognon magnétique de 4 g (18 x 15 x 12 mm), composé de scorie grise et de métal et contenant une certaine quantité d’alliage cuivreux, pourrait indiquer qu’une partie des fragments d’objets récupérés pour réagglomération était initialement bronzée. Cette remarque amène à penser que les fragments de sonnaille pliés retrouvés sur le site, pour certains dans les mêmes unités stratigraphiques que les déchets métallurgiques, pourraient aussi illustrer cette activité de récupération (fig. 254).

Conclusion : des activités de forgeage du fer
Les types d’activités

217Les caractéristiques morphologiques de tous les types de déchets de métallurgie du fer recueillis sur le site renvoient à des activités de forgeage du fer. Il n’y a aucun indice suggérant la présence d’activité de réduction du minerai de fer.

218Les déchets scorifiés les plus massifs, principalement les scories en culot, sont les rebuts de travaux de déformation plastique du fer métallique à hautes températures. Les deux principales catégories de faciès pétrographiques de culots (l’un riche en inclusions métalliques : SFR ; l’autre à matrice fayalitique avec plus ou moins d’amas de wüstite et d’inclusions argilo-sableuses : SDG +/-SAS) sont relatives à des activités de natures différentes. Les culots en scorie ferreuse rouillée relèvent de travaux au cours desquels le forgeron perd du fer sous forme métallique (fragments se détachant d’une masse principale) : il peut s’agir de travaux portant sur du métal en cours d’épuration et de compactage, ou de surchauffes ponctuelles sur des fers de composition différente. Une partie de ces scories peuvent également constituer le résidu d’opérations d’agglomération à chaud de fers de récupération, comme le suggèrent certains restes métalliques, au cours desquelles des nodules de fer sont perdus dans le fond du foyer.

219Les culots en scorie grise dense, avec ou sans amas argilo-sableux, correspondent à des travaux pendant lesquels les pertes en fer lors de la chauffe dans le foyer de forge ne proviennent que des oxydes formés en surface du métal, et qui utilisent abondamment des ajouts de protection pour en limiter l’oxydation (mise en forme, déformation plastique) ou des « décapants » pour effectuer des soudures. Ces types de travaux sont particulièrement nombreux. Sur le site de Sermersheim, ce type de culots est très largement dominant (85-90 % en nombre et en poids) par rapport aux culots ferreux.

220Une grande partie des travaux de forge (mise en forme d’objets, réparation,…) ne produit pas de scorie en culot, mais seulement de petites scories informes ; d’autres ne produisent pas de scorie du tout et leur identification est donc très difficile.

221Un lot de fragments métalliques peut aussi être identifié comme des déchets de travail du fer. Ils témoignent :

  1. d’une activité de mise en forme de petits objets, probablement à partir de tiges de petite section, dont nous restent des chutes en bout (découpes volontaires) et des chutes altérées par le feu (accidents de chauffe) ;

  2. d’une activité de récupération de petits fragments de métal (au moins des petites tiges et des petits clous, peut-être des fragments débités de plus gros objets comme des sonnailles en tôle de fer), par agglomération à chaud dans le foyer de forge. Cette pratique a pour but, en recyclant des objets brisés ou des chutes de travail, de produire de nouvelles masses de métal brut qu’il va falloir de nouveau compacter et affiner à la forge. D’où la production d’un certain nombre de déchets scorifiés, comme peut-être une partie des culots à matrice de scorie ferreuse.

222D’une manière globale, il semble que l’on soit surtout en présence d’activités de forgeage pour la mise en forme d’artefacts de petit gabarit, peut-être aussi de travaux de réparation et d’entretien au sens large. En l’état, il ne paraît pas y avoir d’indice assuré de travaux portant sur des grosses pièces, ni sur du métal en cours d’élaboration. Aucun reste de demi-produit n’a été retrouvé. Il semble probable qu’une partie de la « matière première » travaillée provienne de métal ré-aggloméré à la forge à partir de la récupération de petits fragments de fer issus des chutes de forge et d’objets cassés, comme le suggèrent clairement plusieurs déchets métalliques.

223Sur la base de la quantité et de la nature des types de déchets retrouvés, on peut évaluer à environ 13 kg la masse de fer perdu dans les scories collectées. Ce qui signifie qu’au moins plusieurs dizaines de kilogrammes de fer ont été travaillés par les forgerons sur ce site.

Localisation des activités

224Les déchets métallurgiques sont dispersés dans une soixantaine de structures archéologiques réparties sur l’ensemble du site. Tous les types de structures en ont livré (25 fosses, 15 fonds de cabane, 11 silos, 5 puits, 5 sépultures, 1 bâtiment excavé). Mais dans 75 % des cas, il ne s’agit que d’un seul ou de deux éléments. Dix structures ont livré entre trois et neuf éléments, trois structures entre dix et quinze éléments, deux structures en ont livré une vingtaine et seulement deux structures en ont livré plusieurs centaines. La majorité des déchets métallurgiques est ainsi concentrée dans le comblement de deux silos (SIL 2520 et 2532) regroupant à eux deux 80 % des restes et 57 % du poids des déchets. Ces deux silos sont situés côte à côte dans la moitié nord de l’espace central du site (B2, fig. 47). C’est du reste de cet espace que proviennent 90 % des restes comptabilisés.

225L’analyse de la répartition chrono-stratigraphique montre que la grande majorité des déchets provient du comblement des structures appartenant à la phase 2 : 88 % des restes (NR = 1079) et 71 % du poids des déchets (26 038 g). La phase 1 regroupe seulement 3,5 % des restes (NR = 43) et 14 % du poids des déchets (5 234 g), et la phase 3, le même nombre de restes et 7 % du poids des déchets (2 481 g).

226Spatialement, à la période HMA 1, l’essentiel des déchets provient de trois structures (les fosses 2036 et 2167 et le fond de cabane 2184 : 63 % des restes et 79 % du poids des déchets de cette phase), éloignées l’une de l’autre mais situées dans la partie nord du site. Pour la période HMA 3, la majorité des déchets provient d’une seule structure (le fond de cabane 3036 : 57 % des restes et 46 % du poids des déchets de cette phase) située à la jonction entre la partie centrale et la partie méridionale du site.

227En ce qui concerne la période HMA 2 (fig. 256), la plus grande part des déchets (96 % des restes et 92 % du poids des déchets de cette phase) provient d’un ensemble de structures situées autour des deux silos 2520 et 2532, correspondant à un espace d’environ 40 m sur 40 dans la moitié septentrionale de la partie centrale du site. La concentration des déchets métallurgiques dans cet espace, où les structures en creux ont dû jouer un rôle de dépotoir, permet d’envisager comme une hypothèse plausible la présence d’un atelier de forge dans cet endroit ou à proximité immédiate. Cette hypothèse paraît aussi être renforcée par le fait que toutes les chutes métalliques identifiées proviennent du comblement des structures de cet espace.

2.3. Etude des dépôts ferreux contenus dans des céramiques

228Plusieurs fragments de céramiques29, en pâte claire ou en pâte micacée alsacienne, ont révélé des résidus ferreux attachés à leur paroi interne et/ou à leur fond (fig. 257). Ces fragments se trouvent indistinctement dans les ensembles 1, 2 et 4, dans le comblement de fosse, de silo, de bâtiment excavé ou de puits, qui sont datés de la période viie-ixe siècle pour les deux premières structures et ixe-xiie siècle pour les deux dernières. Le silo 2520 comprenant un des fragments est proche à la fois de deux ateliers de tissage FDC 2432 et 2502, du puits 2471 et de la forge localisée dans l’ensemble B2. En revanche, la fosse 1123, où a été découverte la base de céramique, est éloignée d’une vingtaine de mètres de l’atelier de tissage 1135 et de plus de 130 m de l’emplacement supposé de la forge. Le bâtiment 1375, d’où provient un des tessons, se trouve à proximité des ateliers textiles FDC 1396, 1989 et du puits 1987 situés dans l’ensemble B4. Finalement, le puits 2288 qui a livré un morceau de panse est situé non loin de l’atelier textile FDC 2359 localisé dans l’ensemble B1 et à moins de 50 m de l’emplacement présumé de la forge.

229La découverte récurrente de ces poteries contenant ces résidus métalliques a amené à s’interroger sur la fonction de ces pots. L’hypothèse de bacs de trempe n’a pas été retenue par les chercheurs, notamment du fait de la fragilité du contenant. En revanche, l’hypothèse de l’utilisation d’éléments ferreux dans la teinture de textile est plausible. En effet, le sulfate de fer ou vitriol de fer peut être employé comme colorant (Bertholet, 1804, vol. 1, p. 412-418 et vol. 2, p. 18-21) alors que l’oxyde de fer et l’acétate de fer sont utilisés comme mordant (ibid., vol. 1, p. 83-84 ; Cardon, 2003, p. 46). Malheureusement, en l’absence d’analyses plus poussées, notamment de chromatographie, il n’est pas possible de valider totalement cette hypothèse.

Image 10000000000003B00000056E325BC4ED225CDB53.jpg

Fig. 256. Répartition des scories à la période HMA 2. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000001E5000001773FE00A1D946EDC83.jpg

Fig. 257. Céramique ave résidus métalliques issue de la fosse 1123. © F. Schneikert.

230La découverte de céramiques comportant des résidus ferreux sur d’autres sites ruraux régionaux du premier Moyen Âge30, dont certains associés à des activités de tissage, renforce néanmoins cette hypothèse qui mériterait d’être approfondie.

3. Activités Agricoles et environnement

231L’étude des structures archéologiques a déjà permis d’attester une activité agricole dans l’emprise de la fouille, notamment grâce aux silos et aux zones de stockage. Cette approche peut être complétée non seulement par l’étude de l’outillage et des accessoires agricoles, mais aussi par les études carpologique, archéozoologique et dendrologique.

3.1. Les outils (É.P.)

232Les outils et accessoires en relation avec une activité agricole s’avèrent peu nombreux. Ils sont en fer pour cinq d’entre eux, ou en pierre.

233Le travail de la récolte est illustré par une faucille particulièrement bien conservée (fig. 258) qui présente la particularité d’avoir une lame dentelée (fig. 259, nos 2 et 3). La morphologie de la faucille, coudée avec une courbure très ouverte et une lame dentelée, traduit un geste de sciage. P. Reignez estime que les lames dentelées constituent un perfectionnement du principe de coupe (Reignez, 2002, p. 248). La faucille de Sermersheim est comparable à la faucille coudée du site de la Grande Paroisse (Seine-et-Marne) datée du xe siècle (Petit, 2008, p. 128, fig. 102, no 1), quoique cette dernière soit plus petite. Le site de Pineuil (Gironde) a livré deux faucilles, dont les lames sont dentelées (Lab 168 et 117) mais qui sont de taille nettement inférieure à celle de Sermersheim. Elles sont attribuées au xie siècle (Portet, 2007, p. 736-738). La faucille dentelée (TAI 2007 159) découverte à Taillebourg, Port d’Envaux (Charente-Maritime) se distingue de celle de Sermersheim par l’absence de coude entre la soie et la lame et par ses dimensions nettement inférieures. En revanche, l’exemplaire TAI 2004 253 est morphologiquement plus proche, mais non dentelé. Ces deux faucilles sont uniquement datées par comparaison (Dumont, Mariotti, 2013, p. 172-175).

234En Alsace, un seul autre site a livré une faucille. Il s’agit de celui d’Ensisheim (Haut-Rhin). Cette faucille, plus ancienne (seconde moitié du viiie siècle), est nettement plus petite, moins ouverte et sa lame est lisse (Schweitzer, 1984, p. 133 et pl. 107 no 3).

235Le contexte de découverte de la faucille de Sermersheim, dans le comblement supérieur d’un puits, mérite d’être souligné, dans la mesure où d’autres sites ruraux ont livré des faucilles dans des contextes identiques. À titre d’exemple, les sites franciliens de Servon, Serris (au viiie siècle) et de Jossigny (au ixe siècle)31 peuvent être mentionnés, tout comme les sites allemands de Ringsleben (Brandebourg), Hauhenthal (Thuringe), Oberspier (Thuringe) (Biermann, 2005, p. 167). F. Biermann considère qu’il s’agit de dépôts cultuels. Il appuie son hypothèse sur l’importance de la faucille et de l’anse dans les croyances populaires anciennes (ibid., p. 167).

236Les outils de mouture constituent l’ultime maillon de la chaîne opératoire de la culture des céréales, correspondant à la transformation de la matière première. Le principal problème pour leur étude, sur le site de Sermersheim, réside dans la difficulté à les dater, étant donné la très longue durée d’occupation du site. Le corpus des outils découverts dans des contextes du premier Moyen Âge ou non datés est composé de cinq objets représentant deux types d’instruments32 : la meule va-et-vient (fig. 260, nos 1 et 2)33 et deux meules rotatives (fig. 261)34. Les objets ont été découverts brisés. Malgré leur état lacunaire, il est néanmoins possible d’apporter des précisions sur la plupart des pièces. Celles-ci sont façonnées dans des roches de même nature mais de texture et de qualités différentes. Il s’agit exclusivement de roches sédimentaires de deux types : grès et conglomérat. Deux objets sont confectionnés dans un grès fin (fig. 260, nos 1 et 2). La texture grossière du grès est réservée à la meule 31621.001 (fig. 261). Les deux dernières pièces de l’ensemble sont d’un type et d’une qualité différente puisqu’elles sont façonnées dans un conglomérat grossier [Inv. 11721.001 et 22371.001]). La meule 22801.001 se présente sous la forme d’un gros galet. Sa surface active lisse et lustrée en périphérie est bordée par une cassure volontaire résultant d’un façonnage. La meule 22881.003, à la forme d’une plaquette brisée, possède des surfaces et des angles émoussés et lisses. Il est, dans ce cas, difficile de préciser l’emplacement de la face active. Ces caractères peu communs permettent de proposer l’hypothèse d’un polissoir, dont la surface active n’est cependant pas identifiable.

Image 10000000000003ED00000213E17F93498C224D6B.jpg

Fig. 258. Faucille [Inv. 22881.01]. Dessin : J. Gelot, DAO : É. Peytremann.

237Les deux dernières pièces correspondent à deux fragments de meules rotatives [Inv. 11721.001 et 31621.001]. Le premier fragment, dont l’état de conservation est trop lacunaire, n’est hélas pas exploitable. Il s’agit d’une meule rotative de type meta taillée dans du conglomérat très grossier dont il ne subsiste qu’un secteur de la perforation centrale. Sa surface active est lisse, lustrée et présente des fines stries. En revanche, la meule dormante [Inv. 31621.001] dont il subsiste un secteur est un peu mieux conservée. Sa surface active, lisse, comporte des traces de broche, émoussées, qui témoignent d’un ravivage ancien.

238La discrimination entre les meules à usage alimentaire et celles dédiées au broyage des minerais reste un problème récurrent. L’expérimentation et l’observation de la surface active des meules « en contexte » permettent de progresser dans l’analyse fonctionnelle. Mais la rareté des découvertes en contexte fait de l’expérimentation la principale discipline susceptible de répondre aux interrogations fonctionnelles. Les moulins « céréaliers » doivent posséder une surface active toujours rugueuse et celle-ci est régulièrement ravivée car elle tend à se lustrer. Cet aspect est visible en périphérie de la surface active ou en zones éparses, notamment sur la pièce 22801.001, mais également sur les deux pièces rotatives 1172.001 et 31621.001.

239En revanche, le traitement des condiments, de légumes ou de plantes médicinales, nécessite une surface régulière et lisse, donc rarement ravivée. Elle se caractérise par un lustré comportant quelques zones périphériques piquetées. Cet aspect est observable sur les meules 22371.001 et 22881.003. Il convient néanmoins de noter que la pièce 22371.001 en conglomérat est probablement employée pour d’autres matières que les plantes, eu égard à sa texture.

240L’analyse des outils de broyage permet par ailleurs d’étudier l’exploitation des ressources lithiques locales et le mode d’approvisionnement, qui relève ici, probablement d’une collecte opportuniste.

Image 100000000000042200000480F08FE7F6837EE403.jpg

Fig. 259. 1. Faucille [Inv. 22881.01] ; 2 et 3. détails. © F. Schneikert.

Image 10000000000003A5000002AFE2A3A477DE82EBA6.jpg

Fig. 260. Meules de type va et vient. 1. [Inv. 22881.03] ; 2. [Inv. 2280.01]. Dessin : F. Jodry, DAO : É. Peytremann.

241Les comparaisons avec d’autres sites ruraux du premier Moyen Âge restent délicates en l’absence d’étude systématique de ce type de mobilier. Régionalement, quatre sites attestent la présence d’outils de broyage35. À Marlenheim ‘Hofstatt’, l’outil de broyage est interprété comme une meule à colorant (Châtelet, 2009, p. 210). Les fragments découverts à Nordhouse et à Marlenheim ‘La Peupleraie 2’ appartiennent à des meules rotatives de moulin manuel (Châtelet, 2002, vol. 1, p. 110 ; Châtelet, 2006a, p. 36). Ils sont confectionnés dans du grès pour trois d’entre eux et dans de la rhyolite pour un des fragments de Marlenheim. Le dernier fragment, issu du site de Marlenheim ‘Apprederis’, appartient à une meule rotative dormante dépendant vraisemblablement d’un moulin hydraulique. Elle est attribuée à une période couvrant les ixe et xe siècles (Châtelet, 2006b, p. 205-206). Plus largement, une étude synthétique pour la région Pays de la Loire a été réalisée dans le cadre du Projet collectif de Recherche portant sur les habitats ruraux du premier Moyen Âge (Nauleau, 2012, p. 235-251). La meule dormante 32621.01 de Sermersheim apparaît plus épaisse que la série des Pays de la Loire attribuée au premier Moyen Âge. En revanche, ses dimensions sont plus proches de celles des meules antiques (Nauleau, 2012, p. 239). L’étude réalisée par F. Gentili, dans le cadre de la publication du site de Mesnil-Aubry (Val-d’Oise), mérite également d’être mentionnée même s’il ne peut néanmoins pas y être fait référence, dans la mesure où les gabarits des meules sont nettement plus importants et supposent un entraînement animal ou hydraulique (Gentili, 2008, p. 300-301). Le diamètre de la meule de Sermersheim s’accorde en revanche avec ceux mesurés pour les meules rotatives à main issues du site de Develier-Courtételle dans le Jura suisse (Fellner, 2006, p. 139-141), même si ces dernières sont plus anciennes (fin vie-milieu viiie siècle), et plus largement avec celles issus de sites ruraux du premier Moyen Âge d’Allemagne et des Pays-Bas (ibid., note 14, p. 141). En l’absence de séries régionales, il est délicat de statuer sur l’attribution chronologique des fragments de Sermersheim et sur leur fonction au premier Moyen Âge : meule ou remploi d’éléments plus anciens en pierre de calage.

242L’élevage apparaît par le biais de forces (fig. 262) et surtout par la présence de trois sonnailles. Si les forces sont généralement destinées à la tonte des moutons, leur utilisation comme ciseau pour couper de la toile, voire du métal, n’est pas totalement exclue.

Image 10000000000003B3000003869B92F21AD2D89874.jpg

Fig. 261. Meule rotative [Inv. 31621.001]. Dessin : F. Jodry ; DAO : É. Peytremann.

Image 100000000000019700000228B596859305FAC8F9.jpg

Fig. 262. Forces [Inv. 30441.02]. Dessin : J. Gelot.

Image 10000000000003A700000317492D04CCC855EC23.jpg

Fig. 263. Sonnaille [Inv. 25491.01]. En orangé, la tôle d’alliage cuivreux utilisée pour la brasure. © É. Peytremann.

Image 10000000000001FC000000DCFE01CC78DF15380C.jpg

Fig. 264. Fragments de tôle provenant de sonnailles. En orangé, la tôle d’alliage cuivreux utilisée pour la brasure. 1. [Inv. 17331.03] ; 2. [Inv. 24731.02]. © É. Peytremann.

243Sur les trois sonnailles découvertes [Inv. 25491.01, 17331.03 et 24731.02], une seule est à peu près entière, même si elle est partiellement aplatie dans le but d’être recyclée (cf. supra). La sonnaille 17331.03 se réduit à un fragment de tôle perforée et la sonnaille 24731.02 à un fragment de tôle repliée.

244Les sonnailles 25491.01 (fig. 263) et 17331.03 (fig. 264, no 1) sont réalisées à l’aide de tôles de fer soudées puis rivetées. Cette technique de soudure nécessitant l’emploi d’une tôle d’alliage cuivreux est fréquemment employée pour la confection des sonnailles. Celles découvertes à Distré (Maine-et-Loire ; Legros, 2012, p. 139-140), à Belloy-en-France (Cuisenier, Guadagnin, 1998, p. 239), à Villiers-le-Sec (Guillemot, 2012, p. 50-51, vol. 1 ; pl. 31, vol. 2) ou sur le site de Déols (Fouillet, 1999, p. 188) sont en effet technologiquement et morphologiquement comparables à celles provenant de Sermersheim. Elles sont respectivement datées des xie, xe et viie-ixe siècles. Les sonnailles de cette taille sont généralement attachées au cou d’ovi-capridés. Les sonnailles découvertes sur les sites d’Andone (Charente) ou de Blois (Loir-et-Cher) sont dans l’ensemble plus grandes (Linlaud, 2009, p. 158).

245Finalement, la dernière activité en relation avec le milieu naturel qui transparaît à partir du mobilier est la pêche. En effet, deux objets identifiés à des lests de filets ou de lignes en plomb et un à un lest en pierre (fig. 265) ont été découverts dans des fosses. Toutefois, comme pour les ustensiles des broyage, il est délicat de dater ces artefacts et d’être assuré de leur utilisation au premier Moyen Âge36. L’utilisation de ce type de lest est néanmoins attestée jusqu’au xiie siècle au moins (Ottaway, Rogers, 2002, p. 2747-2748 ; Dumont, Mariotti, 2013, p. 204 et 216, fig. 181). Les lests découverts correspondent à de petits cylindres confectionnés par enroulement d’une petite feuille de plomb. L’exemplaire1 no 1 (fig. 265), issu dun contexte non daté, présente la particularité d’avoir des petites encoches sur une de ses faces. Il peut s’agir des traces laissées par l’outil qui assurait le serrage après l’enroulement. Le second provient du comblement d’un silo dont le mobilier céramique associé est attribué à une période comprise entre le début du xe et la fin du xiie siècle. Le galet no 3 (fig. 265), interprété comme un éventuel poids à 0 2 cm pêche, est un ustensile de récupération, puisque des traces aux extrémités évoquent une utilisation première en tant que percuteur. Les comparaisons demeurent rares. En effet, ce type de poids se distingue morphologiquement des galets plats à encoches. Il se rapproche plus des pierres de lests à gorge circulaire découvertes à Taillebourg, Port d’Envaux (Dumont, Mariotti, 2013, p. 225, no 57, p. 226, no 210). La proximité de l’Ill est un argument en faveur d’une activité de pêche. En revanche, l’absence d’étude3 de la microfaune ne permet pas de valider l’hypothèse d’une pratique halieutique en relation avec le site, ni de préciser sa chronologie.

Image 10000000000003AC00000163F29910AF2021EBF2.jpg

Fig. 265. 1 et 2. Lests en plomb [Inv. 1741.01 et 24411.07] ; 3. galet [Inv. 10793.01]. Dessin : J. Gelot ; photos F. Schneikert et M. Châtelet ; DAO : É. Peytremann.

246Catalogue

247Faucille (fig. 258 et 259)
Description : lame dentelée à courbure très ouverte dont l’extrémité est orientée à 90° par rapport à l’axe de la soie.
Dimensions : L. de la lame (arc) : env. 62 cm, corde de l’arc : 42 cm ; l. de la lame : 4 cm ; L. soie : 11,8 cm ; ép. : 4 mm ; masse : non pesée car trop fragile.
Comparaison : faucille de type B d’après la typologie de Reignez (Reignez, 2002, p. 237).
Contexte et datation : puits, xe-xiie siècle.
[Inv. 22881.01]

248Meule (fig. 260, no 2)
Description : fragment de meule de type va-et-vient en grès fin rougeâtre, dont la surface active lisse comporte un lustré épars et un léger piquetage.
Dimensions : L. 16 cm ; l. : 20 cm ; ép. : 2,5 cm.
Contexte et datation : fosse, viiie-xiie siècle.
[Inv. 22801.01]

249Meule
Description : fragment de meule rotative en conglomérat grossier présentant une matrice gréseuse rougeâtre avec des inclusions centimétriques. La surface active lisse comporte un lustré et des stries.
Dimensions : diam. : indéterminé ; L. cons. : 31 cm ; l. cons. : 12 cm ; ép. cons. : 8,5 cm.
Contexte et datation : puits, 989 ± 10.
[Inv. 11721.01]

250Meule ? (fig. 260, no 1)
Description : fragment de meule de type va-et-vient en grès fin gris, dont la surface active est lisse.
Dimensions : L. : 16 cm ; l. : 20 cm ; ép. : 2,5 cm.
Contexte et datation : fosse, viiie-xiie siècle.
[Inv. 22881.03]

251Meule (fig. 261)
Description : fragment de meule rotative en grès grossier rougeâtre, dont la surface active lisse comporte des traces de broche.
Dimensions : diam. : 42 cm ; ép. : 12,5 cm.
Datation : elle est issue du comblement d’une fosse, dont le mobilier céramique est attribué au HMA sans précision.
[Inv. 31621.01]

252Meule

253Description : fragment de meule va-et-vient en conglomérat grossier présentant une matrice gréseuse rougeâtre avec des inclusions centimétriques. La surface active lisse comporte un lustré.
Dimensions : L. 12 cm ; l. : 7 cm ; ép. : 6 cm.
Contexte et datation : fosse, non datée.
[Inv. 22371.01]

254Forces (fig. 262)
Description : fragment de forces tordu en fer ; l’une des extrémités est constituée d’une plaque recourbée prolongée par une tige de section rectangulaire qui devient à son autre extrémité une lame à dos droit.
Dimensions : L. restituée : 19 cm env. ; l. : 1,6 à 1,8 cm ; ép. : 1,8, 4 à 6,3 mm ; masse : 51,5 g.
Contexte et datation : fosse, viie-ixe siècle.
[Inv. 30441.02]

255Sonnaille (fig. 263)

256Description : sonnaille pyramidale à base rectangulaire en fer, brasée (alliage cuivreux) et rivetée, écrasée, dont il manque le battant.
Dimensions : H. : 7,7 cm ; diam. ouverture : 7 cm x 2,6 cm ; ép. : 2 mm ; masse : 133 g.
Contexte et datation : silo, vie-xiie siècle.
[Inv. 254911.01]

257Sonnaille (fig. 264, no 1)

258Description : fragment d’une tôle en fer, brasée et perforée appartenant à une sonnaille.
Dimensions : L. : 6 cm ; l. : 3,26 cm ; ép. : 2 mm, masse : 18 g.
Contexte et datation : silo, xe-xiie siècle.
[Inv. 17331.03]

259Sonnaille (fig. 264, no 2)
Description : fragment d’une tôle en fer pliée.
Dimensions : L. : 6,5 cm ; l. max. 5 cm ; ép. : 4 mm ; masse : 18 g.
Contexte et datation : silo, viie-xe siècle.
[Inv. 24731.02]

260Lest (fig. 265, no 1)
Description : feuille de plomb enroulée formant un cylindre aplati. Présence de quatre incisions.
Dimensions : L. : 15,55 mm ; l. : 12,87 mm ; ép. : 2,53 mm ;
ouverture : 6,57 x 3,14 mm ; masse : 11,3 g.
Datation : fosse, non datée, trouvé au détecteur à métaux.
[Inv. 17411.01]

261Lest (fig. 265, no 2)
Description : feuille de plomb enroulée formant un cylindre aplati.
Dimensions : L. : 14 mm ; l. : 11,17 mm ; ép. : 2,72 mm ; ouverture : 5,97 x 4,79 mm ; masse : 9,5 g.
Contexte et datation : silo, xe -xiie siècle.
[Inv. 24411.07]

262Percuteur recyclé en poids à pêche ? (fig. 265, no 3)
Description : galet en roche tendre indéterminée de couleur gris foncé, utilisé en pilon (traces d’utilisation à une extrémité) et présentant par ailleurs dans sa partie centrale une gorge d’usure qui ne se prolonge pas sur la totalité du pourtour. Réutilisation en poids à pêche ?
Dimensions : H. : 116,73 mm ; l. : 33,2 à 33,7 mm ; ép. : 31 mm ; masse : 220 g.
Contexte et datation : puits, 2ème tiers du viie-1er quart du viiisiècle.
[Inv. 10793.001]

3.2. Agriculture et paléo-environnement (J.W., G.D.)

263L’échantillonnage carpologique a été ciblé sur les structures du haut Moyen Âge (fig. 266 et 267). Le seul prélèvement issu d’une fosse attribuée au Michelsberg III (US 10291) était stérile en carporestes.

264Les macrorestes végétaux - caryopses de céréales, semences de légumineuses et de plantes oléagineuses, pépins et noyaux de fruits – témoignent de l’agriculture et de la fruiticulture pratiquées sur ce site du premier Moyen Âge. À ces restes de plantes cultivées s’ajoutent de nombreuses diaspores de plantes sauvages. La particularité du site de Sermersheim est la présence d’assemblages de carporestes carbonisés et non carbonisés. Les assemblages de macrorestes carbonisés proviennent principalement de remplissages de structures en creux. Ces structures – cabanes excavées, fosses, silos et fossés – ont été comblées avec du remblai et parfois des déchets domestiques. Dans le milieu aéré de ces comblements et, en l’absence de conditions favorables à la minéralisation de restes organiques, seuls les carporestes carbonisés se conservent.

265En revanche, les couches humides des nombreux puits – 46 furent découverts lors de la fouille – ont fourni des spectres riches en carporestes non carbonisés, bien conservés par imbibition dans un milieu d’anaérobie, auxquels s’ajoutent quelques restes carbonisés, minoritaires par rapport au matériel organique non carbonisé. Un nombre remarquable de ces puits a fourni du bois de cuvelage bien conservé. Grace à ces bois, plusieurs puits ont été datés par analyse dendrochronologique (W. Tegel, cf. infra) ; les dates obtenues indiquent l’année d’abattage du bois utilisé pour leur construction. Elles fournissent de fait les termini post quem pour l’utilisation des puits, leur dépôt et la sédimentation des macrorestes végétaux dans leur fond. La cessation de l’utilisation de ces puits est plus difficile à déterminer car il faut prendre en compte des phases de nettoyage et de réparation. Les datations de leur abandon et de leur comblement reposent principalement sur le mobilier archéologique.

266En Alsace, la fouille de Sermersheim ‘Hintere Buen’ était la première fouille d’un site rural du premier Moyen Âge pour laquelle un échantillonnage quasi systématique a été mis en place pour la carpologie. Dans le cadre de cette présentation des résultats carpologiques du site, il apparaît souhaitable de dresser brièvement un état de la recherche carpologique en contexte d’habitat du premier Moyen Âge dans l’est de la France.

3.2.1. L’état de la recherche carpologique en contexte d’habitat du premier Moyen Âge dans l’est de la France

267Jusqu’en 2006, la recherche carpologique sur l’agriculture et l’alimentation végétale du premier Moyen Âge (fin ve-xiie s. ap. J.-C.) dans l’est de la France était très peu développée et les interventions des carpologues dans ces régions étaient partout très ponctuelles (par ex. Ruas, 1992). Les études publiées anciennement ne présentent souvent que peu d’échantillons et sont donc peu représentatives (Ruas, 1992 ; Lundström, Guild, 1997 ; Lundström-Baudais, 1998 ; Wiethold, 1997, 2002 ; Pradat dans Châtelet et alii, 2006a). Depuis lors, l’état de la recherche s’est considérablement amélioré. Pour le premier Moyen Âge, on dispose actuellement d’un corpus de données carpologiques déjà bien étoffé qui permet les premières comparaisons intrarégionales et à l’échelle du Grand-Est, ce qui n’est pas le cas pour l’époque gallo-romaine,.

268En Alsace, le site rural de Sermersheim ‘Hintere Buen’ est actuellement le site du haut Moyen Âge le mieux étudié de la région d’un point de vue carpologique (Peytremann, Wiethold, 2012). Plusieurs autres sites altomédiévaux régionaux ont bénéficié d’analyses carpologiques37. Les études carpologiques en contexte d’habitat du haut Moyen Âge sont plus nombreuses en Lorraine. Les sites étudiés se concentrent dans plusieurs secteurs : le tracé du TGV-Est qui a traversé la Lorraine d’ouest en est38, la région au nord de Metz, touchée par les aménagements de grandes zones industrielles et de lotissements39. À cela s’ajoutent quelques études isolées40. L’étude de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) ‘Rue du Pré Vigneux’ a apporté de nouvelles données (Wiethold, 2013b) concernant principalement l’agriculture de l’époque mérovingienne dans la moyenne vallée de la Moselle, un secteur encore peu étudié, exception faite des sites localisés sur le tracé de la ligne TGV-Est. La succession d’une villa ou d’un habitat antique et d’un habitat mérovingien s’observe fréquemment en Lorraine, comme à Vitry-sur-Orne ‘ZAC de la Plaine’ (Gérard et alii, 2009), à Prény ‘Ferme de Tautecourt’ (Frauciel, 2011), à Damblain ‘Cap Vosges’ (Wiethold, Bellavia, 2012) et à Frebécourt ‘La Fourche’ (Deffressigne et alii, 2010).

3.2.2. Méthodologie

3.2.2.1. Le corpus de prélèvements carpologiques

269Sur les cinquante-six prélèvements recueillis, vingt-neuf seulement se sont avérés exploitables, grâce à la datation du contexte de leur provenance. Les autres échantillons, issus de vestiges non datés, n’ont pas été analysés (fig. 266 et 267). La sélection des prélèvements a été effectuée dans l’optique d’établir une image carpologique spatiale et diachronique (vie-fin du xe ou début du xie siècle) du site.

270L’étude carpologique a été réalisée en plusieurs étapes. La plupart des prélèvements ont été traités par J. Wiethold lors de la phase post-fouille en 2007 et 2008 (Wiethold, 2008). G. Daoulas a analysé le prélèvement humide issu de l’US 11724 du puits 1172 dans le cadre de son master 1 « archéologie et environnement » en 2011 (Daoulas, 2011). Cinq autres prélèvements humides de différents puits ont été analysés par J. Wiethold en 2011 et 2012, dans le cadre de la présente publication.

Image 10000000000003B400000564A041162B77E66EE6.jpg

Fig. 266. Plan du site du vie au xiie s., avec localisation des prélèvements carpologiques. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 1000000000000421000002FCAAA4C3A0D819D7BD.jpg

Fig. 267. Liste des prélèvements étudiés par l’analyse carpologique. Les volumes bruts et les datations des prélèvements, le total de macro-restes végétaux et la densité moyenne sont indiqués.

271Le corpus carpologique est constitué d’une sélection de vingt prélèvements issus de structures « sèches ». (fig. 268). Ils proviennent plus précisément de cabanes excavées (US 11711, 11991, 12232, 25321), de fosses (US 11281, 11811, 12381, 12431), de silos (US 19303, 24741 et 24742), d’un fossé (US 14462) mais également des comblements supérieurs « secs » ou « demi-secs » de quelques puits (PUI 1156, 1172, 1173, 1180, 1237, 1250 et 3205, fig. 267). Le volume brut total des prélèvements effectués dans ces structures « sèches » est de 197 litres de sédiment. Ce corpus peut être qualifié de taille moyenne. Pour obtenir des résultats plus représentatifs, il aurait été nécessaire de traiter un nombre plus élevé de prélèvements et un volume de sédiment plus important. Neuf prélèvements « humides » complètent le corpus. Ils proviennent des comblements inférieurs de six puits à eau (PUI 1172, 1173, 1180, 1795, 1926 et 2183) qui étaient situés en permanence sous la nappe phréatique, permettant de cette manière une excellente conservation de la matière organique (cuvelage en bois, brindilles et nombreux macrorestes végétaux).

3.2.2.2. Traitement des échantillons, détermination des macrorestes végétaux et présentation des résultats

272Les prélèvements « secs » ont été traités par flottation41, décantation de fraction charbonneuse, afin de prélever les charbons de bois et les autres macrorestes végétaux carbonisés. Une colonne de tamis de laboratoire à mailles de 0,315 mm et de 1,0 mm a été utilisée. Les résidus de flottation ont été séchés à l’air libre et triés ensuite à la loupe binoculaire à grossissement de 7 ou 10 fois et, pour les observations plus précises, à grossissement de 40 fois. Les prélèvements « humides » provenant des six puits ont été traités en deux étapes : flottation et tamisage total des refus lourds avec une colonne de tamis de 0,315 mm, 0,5 mm et 1,0 mm. La matière organique récupérée par ce traitement a été imbibée avec de l’eau, mise dans des boîtes plastiques et stockée dans un réfrigérateur jusqu’au démarrage de l’étude. La fraction de 1,0 mm a été triée et entièrement étudiée. Concernant les fractions 0,5 mm et 0,315 mm, l’analyse a été effectuée sur 10 % du volume total du refus et les NMI ont été calculés pour le total (multiplication par 10).

Image 10000000000004320000057E6892A15AA9A8FE60.jpg

Fig. 268. Résultats carpologiques des structures « sèches » du haut Moyen Âge. Décomptes en nombre minimum d’individus (NMI) des graines ou noyaux sauf indication contraire.

Image 100000000000043200000586F7FAA8778BF49FD4.jpg

273Les principes généraux d’échantillonnage sont décrits en détail dans les ouvrages d’archéobotanique de Jacomet et Kreuz (1999) et de Marinval (1999). Les objectifs scientifiques des analyses carpologiques concernant le Moyen Âge sont synthétisés dans un article publié en 2003 (Wiethold, 2003a). Une première synthèse à partir du corpus de données carpologiques du haut Moyen Âge dans l’est de la France a récemment été publiée (Bonnaire, Wiethold, 2010).

274Pour déterminer les macro-restes végétaux carbonisés, les ouvrages de Beijerinck (1947, ré-impression 1976), Brouwer et Stählin (1955), Cappers et alii (2006) et Jacomet et alii (2006) ont été utilisés ainsi que la collection de référence de l’auteur, composée de graines, de semences modernes et de macro-restes végétaux carbonisés provenant d’autres sites du Centre-Est et de l’Est de la France.

275La détermination des restes de certaines espèces cultivées et sauvages nécessite quelques remarques méthodologiques. Ainsi, pour les blés vêtus, les éléments de balle - bases de glumes, bases d’épillets - sont plus faciles à déterminer. Ces éléments, les vannes, sont absents de tous les prélèvements « secs » de Sermersheim. Les blés vêtus semblent en effet avoir joué un rôle mineur, eu égard à la rareté de leurs restes, grains et vannes.

276Quelques grains de céréales, fortement corrodés ou fragmentés, n’ont pas pu être déterminés au niveau de l’espèce. Ils ont été rassemblés sous le taxon Cerealia indeterminata. On constate également la présence de nombreux grains de blé qui ne sont pas précisément déterminables : les surfaces de ces caryopses sont trop érodées et alvéolées. La détermination se limite donc au genre blé Triticum sp. La détermination exacte des blés nus n’est en effet pas possible si les fragments de rachis sont absents des assemblages. Il s’agit du blé nu hexaploïde Triticum aestivum l. s. ou d’une des espèces tétraploïdes, comme le blé dur Triticum durum ou le blé barbu Triticum turgidum. Les grains nus d’avoine Avena sp. n’ont pas été précisément attribués à l’une des trois espèces d’avoine, Avena sativa L., Avena strigosa Schreb., Avena fatua L., dans la mesure où l’identification ne peut se faire qu’à partir des bases de glumelles, des rachillets ou encore par la présence ou l’absence de l’arête sur la glumelle (Pasternak, 1991). Les grains d’avoine décortiqués doivent donc être classés sous le taxon Avena sp. L’avoine est faiblement représentée aux périodes protohistoriques et dans les structures gallo-romaines. Il s’agit très probablement de la mauvaise herbe, folle avoine, Avena fatua. En revanche, à partir de la fin de l’Antiquité tardive et au haut Moyen Âge, l’identification des grains à ceux de l’avoine cultivée paraît très probable. Quelques semences de légumineuses cultivées n’ont pas pu être déterminées en raison de leur fragmentation et de l’absence de préservation de leur hile, élément caractéristique pour la détermination. Ces graines ont donc été classées sous le taxon de leguminosae sativae indeterminatae, légumineuses cultivées non précisément déterminables.

277La détermination des fruits de laîches (Carex sp.), parmi les diaspores non carbonisées de plantes sauvages, s’est révélée particulièrement difficile et délicate. Un seul akène a été déterminé comme laîche à trois stigmates, donc à fruits triangulaires. Les laîches à deux stigmates, à fruits aplatis, étaient absentes.

278La nomenclature scientifique et française utilisée dans cette publication se conforme à celle de la flore pour la Belgique, le Grand-Duché de Luxembourg et le Nord-Est de la France (Lambinon, Verloove, 2012).

279Les données carpologiques sont présentées en plusieurs tableaux. Les structures échantillonnées et leur attribution aux grandes périodes chronologiques sont indiquées dans le tableau (fig. 267). La figure 268 rassemble les données des structures « sèches », auxquelles ont été ajoutés les prélèvements de puits où ont été uniquement repérés des macrorestes végétaux carbonisés (prélèvements US 11561, 11723, 11735, 11802, 12374, 12503 et 32052). Les résultats des analyses des couches aérées des puits sont comparables à celles des autres structures en creux, dans le sens où ils livrent des assemblages de carporestes exclusivement carbonisés. Les autres tableaux présentent, par ordre chronologique, les dates dendrochronologiques et les résultats carpologiques des couches humides de six puits (fig. 272-277).

280Dans le tableau (fig. 268), les restes végétaux provenant des prélèvements « secs » ont été triés par taxa, puis selon leur usage et leur fonction écologique. Dans chaque groupe, les taxons les plus fréquents – d’après leur présence dans les échantillons – sont indiqués en premières lignes. Les nombres absolus des restes de plantes y sont portés. Les nombres de restes indiquent généralement le nombre minimum d’individus enregistrés (NMI). Concernant les nombreux fragments de cerealia indeterminata, les chiffres donnés correspondent à des estimations de NMI.

281Les résultats des analyses des prélèvements humides issus des puits sont présentés différemment. Les plantes sauvages sont classifiées selon leur appartenance aux classes et aux associations phyto-sociologiques d’Ellenberg (Ellenberg et alii, 1991). Ce système de classement phytosociologique peut être utilisé pour grouper les taxons de plantes sauvages identifiées dans des prélèvements humides. Néanmoins, il semble ici important de signaler les limites des interprétations écologiques. Malgré la richesse des données carpologiques provenant des couches humides des puits, on ne peut pas considérer les spectres de plantes sauvages comme une représentation phyto-sociologique exacte de la végétation ancienne présente aux alentours. Les comblements des puits rassemblent en effet, sous la forme de dépôts secondaires d’origine naturelle ou provenant de contaminations accidentelles42, des diaspores – semences et fruits – originaires de lieux bien distincts. Le comblement final des puits a par ailleurs probablement aussi entraîné le transport des diaspores et leur sédimentation. Ces assemblages sont scientifiquement nommés thanatocénosae, terme qui désigne les assemblages/dépôts artificiels de diaspores post-vivantes.

3.2.2.3. La conservation des macrorestes végétaux

282Dans les sols non gorgés d’eau, comme c’est le cas de la plupart des structures à Sermersheim, seuls les macrorestes végétaux carbonisés ou minéralisés peuvent se maintenir depuis le haut Moyen Âge. Les macrorestes végétaux provenant des structures « sèches » étaient majoritairement carbonisés, 1610 sur 1767 macrorestes, soit 91,11 %. Seuls les puits PUI 11561 et 32052 ont révélé des macrorestes non carbonisés en quantité importante. Il s’agit majoritairement de graines (pépins) de sureau noir Sambucus nigra et de yèble Sambucus ebulus. Ce sont des graines à exocarpe « dur », qui peuvent se conserver dans un état non carbonisé en milieu sec. Des contaminations modernes, par exemple par des rongeurs, ne sont toutefois pas exclues.

283La carbonisation est le mode de conservation habituel dans les contextes « secs ». La carbonisation résulte de l’exposition des éléments végétaux au feu. Lors de la combustion, la matière organique d’origine végétale est transformée en carbone. Ce mode de conservation est de loin le plus fréquent, et souvent l’unique mode de préservation rencontré sur les sites archéologiques (Théry-Parisot et alii, 2009). À l’exception des incendies, volontaires ou accidentels, il ne concerne généralement que certaines catégories de plantes : celles les plus fréquemment exposées au feu par différents biais, préparations culinaires, brûlage de déchets, utilisation comme combustible, etc. Le spectre des plantes identifiées à partir des restes carbonisés est ainsi souvent limité à certaines catégories de plantes cultivées et sauvages, notamment les céréales, les légumineuses cultivées et leurs adventices ne représentant ainsi qu’une partie des espèces réellement utilisées ou présentes sur le site. Par ailleurs, la carbonisation n’affecte pas de manière identique les différents types de macrorestes végétaux, selon leur nature : fragilité, contenu en huile grasse et/ou volatile, etc., et selon les conditions de combustion : température et durée du feu, apport en oxygène, taux d’humidité de la matière végétale d’origine (ibid.).

284À Sermersheim, aucun élément minéralisé n’a été identifié lors d’analyse. Les restes végétaux minéralisés par le phosphate de calcium sont absents dans tous les refus de tamis, y compris dans ceux des puits conservés en contexte humide. Les macrorestes carbonisés n’étaient généralement pas bien conservés et le taux de 61 % du total de cerealia indeterminata est assez élevé.

285Seuls quelques puits, préservés à la hauteur de la nappe phréatique, ont fourni non seulement de grandes quantités de macrorestes non carbonisés, mais encore une faible part de macrorestes carbonisés, correspondant majoritairement à des graines de céréales. Dans le tableau fig. 267 figurent les « structures humides ». Tous les macrorestes provenant des prélèvements humides (graines, fruits, noyaux et autres restes végétaux) ont été considérés comme « anciens » et attribués au premier Moyen Âge, comme les macrorestes carbonisés.

3.2.2.4. La datation des paléosemences étudiées

286Les macrorestes végétaux de l’habitat de Sermersheim ‘Hintere Buen’ sont datés à partir de l’étude de la céramique et par les datations dendrochronologiques effectuées sur les bois des puits qui fournissent des termini post quem.

3.2.3. Les résultats carpologiques

287L’ensemble des prélèvements provenant des structures altomédiévales se sont avérés positifs d’un point de vue carpologique.

288Les résultats des analyses carpologiques sont présentés en deux étapes : en premier, les résultats des prélèvements « secs » (fig. 268) et en second, les résultats d’une sélection des prélèvements humides provenant des puits 1795, 1926, 1172, 1173, 1180 et 2183. Une présentation globale des résultats a été préférée à une présentation par période chronologique, en raison du nombre insuffisant de prélèvements pour les différentes périodes. En effet, pour les prélèvements secs, quatre sur vingt appartiennent à la première période d’occupation du haut Moyen Âge (HMA 1), quinze datent de la seconde période (HMA 2) et un seul de la troisième (HMA 3).

3.2.3.1. Les prélèvements « secs »

289D’un point de vue général, les prélèvements issus de comblements secs représentent des déchets d’activités domestiques et agricoles.

2901767 macrorestes végétaux ont été prélevés dans les échantillons « secs » (fig. 268). 1568 de ces 1767 macrorestes végétaux appartiennent à des plantes cultivées, soit 88,7 % du total. 199 diaspores proviennent de plantes sauvages, soit un taux relativement faible de 11,3 %. L’analyse carpologique de l’ensemble des structures sèches (cabanes, fosses, silos, puits et les US supérieures des puits) a révélé cinq espèces de céréales cultivées, deux légumineuses, une plante oléagineuse et trois fruits cultivés. Ce spectre des plantes comestibles est complété par cinq plantes de cueillette, dont quatre sont comestibles.

291Le spectre des plantes sauvages observé dans les assemblages carbonisés rassemble au total vingt-huit taxons. La majorité des plantes sauvages sont des messicoles et autres mauvaises herbes qui accompagnent les cultures céréalières et occupent les zones fortement anthropisées autour de la zone d’activités spécifiques.

292Le prélèvement « sec » le plus riche en taxons enregistrés est issu de l’US 1156 1 (puits 1156), grâce à la présence de macrorestes carbonisés et non carbonisés. L’échantillon le plus riche en macrorestes végétaux est issu de l’US 12381 (FO 1238), avec un NMI de 409. Les densités moyennes varient de 0,25 à 40,90 macrorestes par litre. Au vu des études déjà menées, les densités moyennes supérieures à vingt restes par litre de sédiment sont des indicateurs de la présence de stocks de plantes cultivées brûlées ou – si les vannes des céréales (bases de glumes et d’épillets, fragments de rachis) sont largement dominantes – de déchets du traitement des céréales, battage des récoltes ou décorticage des grains. Dans les échantillons de Sermersheim, il a uniquement été observé des stocks de céréales très probablement incendiés accidentellement. Les comblements de la cabane excavée 1223 (US 12232) et de la fosse 1238 (US 12381) ont fourni des quantités remarquables de grains de céréales carbonisés, qui témoignent de récoltes carbonisées.

293Céréales. Dans les assemblages carbonisés de Sermersheim ‘Hintere Buen’, les caryopses de céréales sont les macrorestes les plus fréquents tout comme dans la plupart des sites contemporains. 1531 sur 1568 macrorestes de plantes cultivées, soit 97,6 %, appartiennent à ce groupe. Les vannes de céréales – ici des fragments de rachis – sont de très faible envergure. Un seul fragment de rachis de seigle Secale cereale et un autre d’orge polystique Hordeum vulgare ont été observés. Le faible taux de vannes n’est pas très étonnant car le blé nu Triticum aestivum s.l./durum/turgidum ne nécessite pas d’étape de décorticage des grains dans la mesure où ceux-ci sont libérés de leurs enveloppes lors du battage.

294Cinq taxons de céréales sont attestés dans les assemblages carbonisés : le blé nu, le blé indéterminé, l’orge vêtue polystique Hordeum vulgare ssp. vulgare, l’engrain Triticum monococcum, l’avoine Avena sp. et le seigle Secale cereale. La céréale la plus représentée est un blé nu (Triticum aestivum s.l./durum/turgidum), ce qui est le cas dans la plupart des autres sites alsaciens et lorrains du haut Moyen Âge (Bonnaire, Wiethold, 2010). Il représente, après les cerealia indeterminata, avec 423 caryopses, le taxon le plus identifié et l’espèce affiche une fréquence de 95 % pour la série de prélèvements « secs ». L’absence de fragments de rachis n’a pas permis la détermination de l’espèce précise du blé nu, mais il est très probable qu’il s’agisse du blé tendre ou froment Triticum aestivum s.l. (fig. 269). La plupart des caryopses enregistrés Triticum sp., ainsi que les cerealia indeterminata appartiennent vraisemblablement aussi à cette espèce. Les caryopses fragmentés et corrodés des autres espèces céréalières (orge vêtue, avoine et seigle) sont plus faciles à déterminer.

295Le blé tendre ou froment, un blé nu, est cultivé comme céréale d’hiver. Ce blé a besoin d’un sol fertile, relativement épais, bien labouré et d’un climat favorable avec de l’humidité au printemps et de la chaleur en été. De toutes les céréales identifiées, c’est la plus exigeante. Les sols fertiles à couverture lœssique superficielle reconnus au nord, à l’est et à l’ouest du village de Sermersheim sont particulièrement favorables à la culture du blé nu. Le blé nu est considéré comme la céréale la plus adaptée à la panification. Le pain blanc, uniquement fait avec du blé nu, est considéré au Moyen Âge et au début de l’époque moderne comme meilleur que le pain noir de seigle, même s’il est un peu moins nutritif et fortifiant.

296À Sermersheim, l’orge occupe le troisième rang, du point de vue de la fréquence. Les grains d’orge identifiés sont parfois légèrement tordus et irréguliers. Ces critères suggèrent qu’il s’agit des caryopses de l’orge vêtue à quatre rangs Hordeum vulgare ssp. vulgare. Au sein de l’échantillon, presque tous les grains d’orge étaient décortiqués. Cette observation indique que les caryopses étaient déjà traités en vue d’une consommation humaine. Si l’orge avait été destinée au fourrage pour le bétail, un décorticage n’aurait pas été nécessaire.

297L’orge polystique vêtue Hordeum vulgare ssp. vulgare était principalement cultivée l’été durant les périodes préhistoriques et jusqu’au début de l’époque moderne (De Hingh, 2000 ; Labeaune, Wiethold, 2007 ; Matterne, 2001, 2003 ; Matterne et alii, 2009). Quelques variétés peuvent aussi être cultivées comme céréales d’hiver, et de ce fait semées en automne. La sous-espèce polystique (l’orge à quatre rangs) est l’orge courante durant l’Antiquité et le Moyen Âge dans le nord-est de la France. Les attestations d’orge à deux rangs sont actuellement rares car limitées à quelques sites antiques et à un site médiéval, dans le sud et le sud-ouest de la France (Ros et alii, 2014). Néanmoins, la présence de l’orge à deux rangs est probablement sous-estimée en raison de problèmes d’identification. Comme le seigle et l’avoine cultivée, la culture de l’orge polystique vêtue ne nécessite pas de conditions climatiques et nutritives particulières. Sa culture évolue aussi bien sur des sols lourds que sur des sols sableux légers. Les céréales vêtues, comme l’orge vêtue, se prêtent particulièrement bien à un stockage en silos excavés (Gransar, 2003). En effet, tant que les glumelles ou glumes sont préservés, ils continuent de protéger les grains contre l’humidité, la contamination fongique et les attaques d’insectes. L’orge polystique vêtue n’est pas bien panifiable. Les céréales comme l’orge et l’avoine servent principalement à la préparation de bouillies et de gruaux ou comme fourrage pour les animaux. Malgré ce constat, la farine d’orge comme d’autres farines peu panifiables (par exemple la farine de féveroles), a pu être mélangée avec une farine de céréales bien panifiables pour faire du pain, notamment durant les périodes de disette.

Image 10000000000001E4000002815526E4EEC030B38B.jpg

Fig. 269. Les anciennes variétés du blé tendre ou froment (Triticum aestivum s.l.) possèdent des épis compacts et courts. © J. Wiethold.

298L’avoine Avena sp. est représentée à la hauteur de 40 % du corpus, mais le nombre absolu de caryopses enregistrés est faible. Seuls neuf caryopses nus ont été mis au jour lors de l’analyse. Les grains nus d’avoine ne peuvent pas être déterminés de manière certaine en tant qu’espèce cultivée (Avena sativa, A. strigosa) ou sauvage (Avena fatua), les bases de glumelles caractéristiques étant ici absentes. L’avoine se cultive relativement bien sur des sols sableux. Les conditions édaphiques des environs de Sermersheim sont plus favorables à la culture du blé tendre et la faible représentation de l’avoine dans le corpus pose la question de sa culture ou non dans l’agriculture du premier Moyen Âge à Sermersheim. On doit également considérer la possibilité que les graines représentent la folle avoine, une mauvaise herbe qui a fréquemment infesté l’orge vêtue.

299L’avoine cultivée Avena sativa est principalement cultivée comme céréale d’été, c’est-à-dire qu’elle est semée au printemps et récoltée en été, bien qu’il existe des variétés cultivées comme céréale d’hiver. L’avoine cultivée est consommable sous forme de bouillies et de gruaux et peut être utilisée comme fourrage ou complément alimentaire pour les chevaux.

Image 10000000000001FE00000284FA48167CE9836443.jpg

Fig. 270. Le seigle (Secale cereale L.) est une céréale peu exigeante en terme de conditions édaphiques et climatiques. Au Moyen Âge, le seigle était principalement cultivé comme céréale d’hiver. © J. Wiethold.

300Le seigle Secale cereale occupe, en fréquence, la quatrième position, alors qu’il est au troisième rang des céréales en nombre de restes absolu (fig. 268). Le seigle comme le blé nu est une céréale nue. Trente-sept caryopses ont été identifiés. Ce chiffre témoigne de son rôle secondaire tenu dans la céréaliculture du site.

301Le seigle est généralement une céréale d’hiver, semée en automne après le labour et la préparation du champ (fig. 270). Il existe néanmoins des variétés de seigle cultivées comme céréales d’été, la récolte s’effectuant l’été de l’année suivante. Comme le froment ou le blé tendre, le seigle est une céréale facilement panifiable. Les pains noirs et nutritifs qui en sont issus ont été consommés par des populations rurales, mais ils étaient moins appréciés que le pain blanc de froment. La culture du seigle débuterait dans le courant de l’époque gallo-romaine (Behre, 1991). Durant le haut Moyen Âge, le seigle se cultivait sur les sols sableux et graveleux des alluvions des grands fleuves, qui sont peu propices aux cultures des blés (Bonnaire, Wiethold, 2010). Le seigle a en effet une tolérance plus grande aux conditions édaphiques. Sur les sols argilo-limoneux et bien fertiles, la culture du seigle reste néanmoins minoritaire par rapport à celle des blés. Durant le bas Moyen Âge et le début de l’époque moderne, les attestations de seigle se multiplient dans l’est de la France, mais le corpus est actuellement encore relativement faible.

Image 100000000000020000000267894985638D2F6AE6.jpg

Fig. 271. L’engrain (Triticum monococcum L.) est un blé vêtu rustique au faible rendement. © J. Wiethold.

302La cinquième céréale reconnue à Sermersheim est l’engrain Triticum monococcum (fig. 271). Un seul caryopse a été découvert dans l’US 12232 de la cabane excavée 1223. L’engrain est un blé vêtu, cultivé dans la région depuis le Néolithique ancien (Schaal, 2010a). Il développe normalement un seul grain fertile par épillet. Le rendement de sa culture est ainsi faible. L’engrain est assez fréquemment cultivé en méture43 avec l’épeautre. Il se caractérise, comme l’orge, par une bonne rusticité et par sa tolérance aux climats peu favorables. Il a pu servir à des préparations culinaires spécifiques. De plus, ses tiges sont appréciées pour la vannerie et sont utilisées pour fixer la vigne sur ses piquets porteurs. La culture de l’engrain persiste de la période néolithique au début de l’époque moderne. Néanmoins, son importance affiche un net recul durant les époques historiques. En Lorraine, la culture de l’engrain est attestée sur plusieurs sites du haut Moyen Âge et du bas Moyen Âge. Seule l’étude de l’habitat médiéval de Chaillon ‘Aux Quartiers’ (Meuse ; xe-xiie siècle) a cependant permis de mettre en en avant une culture importante de cette espèce (Wiethold, 2014).

303Le millet commun Panicum miliaceum est seulement attesté par des glumelles dans le puits 1173, attribué par dendrochronologie au xie siècle (1018 ± 2 AD). L’épeautre, un autre blé vêtu rustique, n’est pas attesté à Sermersheim. En Lorraine, en revanche, sa culture est reconnue comme à Mexy ‘Devant le Bois de Mexy/Les Racrutes’ (Wiethold, 2010c). Sa culture remplace partiellement le blé tendre dans des régions aux conditions édaphiques et climatiques peu favorables.

304La céréaliculture pratiquée durant le premier Moyen Âge à Sermersheim correspond avant tout à une polyculture de céréales d’hiver, blé tendre, seigle, éventuellement engrain, et de céréales d’été, orge polystique et avoine. Le choix des cultures est sans doute lié aux facteurs écologiques mais aussi au choix des exploitants et des propriétaires. L’importance de la culture du blé nu, très probablement du blé tendre, s’affiche clairement. Sa culture s’effectue certainement dans les environs du site, de préférence sur les sols à couverture loessique superficielle. L’orge vêtue et le seigle sont également cultivés. Les données concernant la culture de l’avoine et de l’engrain restent relativement faibles. En comparaison avec d’autres sites du haut Moyen Âge de l’est de la France, celle-ci est envisageable. À ces cultures, s’ajoute celle du millet commun. Celui-ci n’est pas présent dans les remplissages des structures sèches, mais il a été identifié, grâce à la présence de glumelles, dans les niveaux humides des puits 1926 et 1173. Ces dernières se conservent en effet généralement mieux par imbibition.

305Légumineuses. À Sermersheim, les légumineuses sont plus rares que les céréales. Elles totalisent seulement vingt-deux restes. La culture de deux espèces, le pois Pisum sativum et la lentille Lens culinaris peut néanmoins être signalée. Les autres légumineuses cultivées au haut Moyen Âge comme la fèverole Vicia faba var. minor et la vesce cultivée Vicia sativa ne sont pas attestées. L’absence de préservation du hile de quelques fragments de graines de légumineuses a rendu vaine leur détermination. Il s’agit probablement de fragments de pois, de féverole ou de vesce cultivée. L’identification des fragments de graines aplaties des lentilles s’est révélée plus facile. Le total des légumineuses représente seulement 1,4 % des restes des plantes cultivées du corpus des restes carbonisés. Ce résultat diffère totalement de ceux obtenus sur les sites de Vitry-sur-Orne ‘ZAC de la Plaine’ (Moselle) et de Laquenexy ‘Entre deux Cours’ (Moselle) par exemple, qui attestent la présence de stocks de vesces et de pois carbonisés (Wiethold, 2009b ; Daoulas, 2012).

306Durant toute la Protohistoire et même plus tard, les légumineuses étaient, après les céréales, les plantes cultivées les plus importantes. Dans l’alimentation, elles fournissent des protéines végétales et de l’amidon. Elles sont particulièrement utilisées dans la préparation de bouillies et de potées. Leur faible représentation à Sermersheim est étonnante. Ce résultat peut éventuellement s’expliquer par un corpus de prélèvements trop faible et/ou par la nature même du site, interprété comme un secteur artisanal et agricole dépendant d’un habitat. La culture des légumineuses s’effectue aussi bien dans les jardins que dans les champs, probablement en méture avec des cultures céréalières, par exemple avec l’orge polystique. La lentille n’a pas besoin de sols trop lourds. Elle pousse mieux dans des climats chauds et continentaux. Sa culture devait faire l’objet de soins intensifs et être débarrassée de toutes les mauvaises herbes.

307Plantes oléagineuses. Les diaspores de plantes oléagineuses ont une moindre chance de préservation dans les assemblages de macrorestes carbonisés. Elles sont rapidement brûlées et disparaissent totalement à cause de leur contenu en huile extrêmement inflammable. En effet, les graines du lin cultivé et du pavot somnifère sont rarement conservées par carbonisation. À Sermersheim, les carporestes carbonisés n’étaient pas très bien conservés. L’attestation de restes de plantes oléagineuses se limite à un seul taxon : la navette d’été Brassica rapa. Les graines de taxons du genre Brassica (Brassica rapa, Brassica napus, Brassica oleracea) sont très difficiles à différencier par leur morphologie et leur arrangement cellulaire à la surface des graines. Concernant la navette d’été, les formes cultivées sont, elles, très difficiles à différencier de la variété sauvage (Brassica rapa var. campestris), qui est bien attestée à partir du Néolithique, notamment dans les stations lacustres.

308Les espèces de Brassica fournissent une huile végétale utilisable non seulement dans l’alimentation humaine mais encore pour l’éclairage. Les sources écrites indiquant l’utilisation d’huile de Brassica pour l’éclairage sont datées du bas Moyen Âge (Körber-Grohne, 1987, p. 167). Les feuilles et les racines épaisses de plusieurs espèces et variétés sont par ailleurs comestibles. La culture de plusieurs variétés de choux comme légume à feuilles est attestée depuis l’époque gallo-romaine (Lenz, 1859, p. 619) et fréquemment dans les sources écrites du premier Moyen Âge. Le chou est ainsi mentionné dans le Capitulare de villis de Charlemagne44 (vers 800 ap. J.-C.) et dans les écrits de Hildegard de Bingen (1098-1179 ; Von Bingen, Physika) (Fischer-Benzon, 1894, p. 205 ; Mayer-Nicolai, 2008, vol. 2, p. 98 ; Moulinier, 1994, p. 92.). L’iconographie des différentes variétés de chou est représentée dans les livres de plantes à la fin du bas Moyen Âge et au début de la Renaissance (Körber-Grohne, 1987, p. 181).

309Fruits cultivés. Dans les prélèvements qui fournissent en majorité des restes carbonisés, les pépins et les noyaux de fruits cultivés sont plus rares qu’en milieu humide. Dans les assemblages « secs », seules trois espèces ont été enregistrées : un fragment de noyau d’une prune crèque Prunus domestica ssp. insititia ou prune commune Prunus domestica ssp. domestica, une semence d’une poire Pyrus cf. communis, probablement cultivée, et un pépin de vigne cultivée Vitis vinifera ssp. vinifera. La viticulture est attestée à Sermersheim par plusieurs autres pépins trouvés dans les prélèvements humides (cf. infra).

310Plantes de cueillette. La présence de plantes de cueillette est dans une large mesure due au hasard. Dans les échantillons « secs », les graines et noyaux de fruits sauvages sont généralement peu présents car ils subissent rarement le contact direct avec le feu du foyer domestique. Seul un échantillonnage plus étendu peut permettre la multiplication des espèces enregistrées. L’utilisation des ressources alimentaires issues de la collecte des plantes et des fruits sauvages était probablement plus importante que ne l’indiquent les données des contextes carbonisés.

311Cinq espèces ont été identifiées : le sureau noir Sambucus nigra, la yèble Sambucus ebulus, le noisetier Corylus avellana, les mures (la ronce) Rubus fruticosus agg. et le prunellier Prunus spinosa. Les graines des deux espèces de sureau, le sureau noir et la yèble sont les carporestes les plus fréquents. La majorité de ces akènes ne sont pas carbonisées et proviennent des comblements supérieurs des puits. Les fruits du sureau noir sont comestibles sous forme de soupe, de compote et de jus pressé. Les fruits et les fleurs possèdent également des vertus médicinales contre les refroidissements et la fièvre. Les fruits de la yèble, contrairement à ceux du sureau, ne sont pas comestibles mais peuvent être utilisés, comme Sambucus nigra, pour la teinture de textiles (Schweppe, 1993 ; König, 1998).

312Ces plantes de cueillette sont très fréquentes dans un paysage anthropisé tel que les bordures de friches ou de forêt. Les fruits sauvages comme les baies de sureau noir et les prunelles, riches en vitamine C et à la partie souple digeste, sont employés dans l’alimentation. Les prunelles peuvent aussi bien être utilisées pour la confection de jus pressé qu’en teinturerie. Le noisetier, à partir du Néolithique et jusqu’à l’époque moderne, constitue la plante de cueillette la mieux représentée dans les ensembles de macrorestes de l’est de la France. Les noisettes sont riches en huile et très nutritives ; la collecte est facile et avantageuse. Après grillage, elles constituent une bonne alimentation pour la période hivernale. Les noisettes grillées se conservent en effet sans problème. Les fragments de leur coque sont fréquents dans les déchets domestiques des habitats.

313Messicoles et autres plantes sauvages. Le spectre de mauvaises herbes est de petite envergure au sein du corpus des restes carbonisés. Cinquante-huit carporestes témoignent de la présence de dix-neuf taxons différents. La nielle des blés Agrostemma githago, le brome-seigle Bromus cf. secalinus, le gaillet bâtard Galium spurium agg., le grémil des champs Lithospermum arvense, la buplevre à feuilles rondes Bupleurum rotundifolium et les vesces sauvages Vicia hirsuta et Vicia tetrasperma agg. sont des messicoles fréquentes sur des sols argilo-limoneux et légèrement basiques. Ils infestaient principalement les céréales d’hiver, certainement le blé tendre et le seigle à Sermersheim. La plupart des autres espèces sauvages, par exemple les chénopodes, déterminent des zones anthropisées et des lieux perturbés, caractéristiques d’un habitat rural. La jusquiame noire Hyoscyamus niger est une espèce des zones rudéralisées mais aussi une plante vénéneuse, narcotique et médicinale en raison de son contenu en alcaloïdes fortement hallucinogènes.

314Le spectre des diaspores carbonisées de plantes sauvages est trop faible pour une interprétation phyto-sociologique plus étendue.

3.2.3.2. Les prélèvements « humides »

315Neuf prélèvements « humides » provenant des couches du comblement de six puits ont été étudiés (fig. 272-277). Les puits sélectionnés45 pour l’étude représentent une fourchette chronologique qui s’étend de la fin du vie au début du xie siècle.

316L’ensemble des prélèvements humides est particulièrement riche en macrorestes végétaux non carbonisés. Les prélèvements ont fourni pas moins de 33 794 carporestes. Parmi ceux-ci figurent seulement quatre-vingt-huit restes carbonisés, soit 0,26 % du total. Il s’agit principalement de caryopses de céréales, de légumineuses et, dans le cas du puits 2183, de diaspores de petits poacées. Les densités moyennes varient de 47,4 macrorestes végétaux par litre de sédiment (US 11724 du puits 1172) à 1512,8 restes par litre (puits 1926). Dans chaque prélèvement, quelques graines carbonisées de céréales ont été mises en évidence mais leur nombre absolu reste encore très faible (< 1 % du total).

317Céréales. La chance de préservation des restes de céréales non carbonisés en milieu humide est généralement faible et largement due au hasard. Dans les prélèvements humides provenant des niveaux de comblement des puits, les graines carbonisées, les restes de péricarpe et les vannes (bases de glumes, bases d’épillets, fragments de rachis) imbibés sont rares. Plusieurs céréales cultivées ont néanmoins été mises en évidence. Le puits 1180 est le seul à n’avoir livré aucun reste de céréales.

318Les graines carbonisées de blé nu Triticum aestivum s.l./ durum/turgidum et de seigle Secale cereale sont les carporestes carbonisés les plus fréquents. Le millet commun est représenté dans les puits 1926 et 1173 par ses glumelles, conservées par imbibition. Ses enveloppes de grains sont en effet silicifiées et plus résistantes à la biodégradation par les micro-organismes. Il s’agit d’une culture d’été typique. Les attestations de cette céréale sur les sites du haut Moyen Âge en Alsace et en Lorraine sont généralement rares. Sa culture est en revanche plus importante dans le Jura, où elle est attestée sur quelques sites d’habitats médiévaux comme celui de Pratz ‘Le Curtillet’ (Wiethold et alii, 2016). Une graine d’avoine Avena sp. a été découverte dans le puits 1795 et un péricarpe de la même espèce dans le puits 1926. L’orge vêtue est attestée par ses graines carbonisées dans les puits 1926, 2183 et 1173 et par quelques fragments de rachis gorgés d’eau dans le puits 1926. D’une manière générale, les résultats des prélèvements humides confirment l’image donnée par les échantillons « secs » : le blé nu est la céréale la plus importante, suivie par l’orge vêtue Hordeum vulgare ssp. vulgare et le seigle, qui est bien représenté dans le puits 2183. Les graines des blés vêtus et leur balle sont absentes de tous les prélèvements humides.

319Légumineuses. Deux légumineuses ont été découvertes dans les prélèvements des puits. Une semence carbonisée de pois provenant du puits 1795 (fig. 272) et une lentille carbonisée du puits 1173 (fig. 277). Les légumineuses sont rares en milieu humide en raison de leur faible chance de conservation. À Sermersheim, seules les semences carbonisées ont été préservées.

320Plantes oléagineuses et textiles. Les macrorestes des plantes oléagineuses et textiles sont généralement mieux préservés dans les sédiments humides que dans les assemblages carbonisés. À Sermersheim, la culture du chanvre Cannabis sativa, du lin cultivé Linum usitatissimum et de la navette potagère Brassica rapa est attestée. L’ensemble de ces plantes correspond à des plantes oléagineuses, renfermant une huile végétale comestible dans leurs graines. Les deux premières espèces sont néanmoins aussi des plantes à fibres très importantes pour la production textile.

321Le chanvre est déjà bien attesté par quatre akènes dans le puits 1795, daté de la fin du vie ou du début du viie siècle (période HMA 1), mais ses diaspores se retrouvent également dans les puits 1926 daté de la fin du viie ou du début du viiie siècle (HMA 1), 1180 et 2183 de la période HMA 2 et dans le puits le plus récent, 1173, construit au début du xie siècle (période HMA 3).

322Le chanvre se cultive facilement sur des sols humides et bien nutritifs, comme les alluvions de l’Ill proches de l’habitat de Sermersheim. Ses akènes témoignent éventuellement de sa consommation comme supplément alimentaire riche en calories dans les bouillies et gruaux.

323La culture du lin nécessite des apports nutritifs du sol et une rotation des cultures pour préserver la fertilité du sol. Non seulement ses fibres sont une source importante pour la production textile, mais ses graines sont aussi consommables en bouillies ou en gruaux. Le lin cultivé est également utilisé pour ses qualités médicinales, guérir les problèmes d’estomac et du tube digestif, par exemple.

324La présence du lin cultivé et du chanvre est un bon indicateur de l’importance des cultures des plantes oléagineuses au haut Moyen Âge. Dans l’est de la France, la culture du chanvre est également attestée par un taux élevé du pollen d’Humulus-Cannabis-type, observé sur de nombreux diagrammes polliniques (Ruffaldi et alii, 2007 ; Étienne, 2011).

325Plantes condimentaires ou médicinales. Les restes de plantes condimentaires et d’épices se conservent plus facilement dans les contextes humides. Trois plantes condimentaires ont été identifiées dans les puits de Sermersheim : la coriandre Coriandrum sativum dans le puits 1795 de la période HMA 1 et le puits 2183 de la période HMA 2, le céleri Apium graveolens dans le puits 1172 de la période HMA 2 et le fenouil bâtard Anethum graveolens dans le puits 1926 de la période HMA 1. Ces plantes ne sont pas uniquement condimentaires à usage culinaire, mais elles sont aussi médicinales. La coriandre est en effet employée pour lutter contre les parasites externes et intestinaux et, en application, pour soulager des inflammations. L’aneth permet de lutter contre les maladies et les perturbations de l’estomac, du tube digestif et, en application, soulage les inflammations. Enfin, le céleri est utilisé comme diurétique.

326La culture de la coriandre est bien établie à l’époque gallo-romaine (Wiethold, 2010d). De nouvelles attestations, de plus en plus fréquentes sur les sites d’habitats du haut Moyen Âge, témoignent de la persistance, sans interruption, de sa culture dans les jardins. La plante est cultivée comme herbe aromatique et médicinale. La coriandre apparaît également dans les listes du Capitulare de villis vel curtis imperii de Charlemagne, au chapitre 70 (Strank, Meurers-Balke, 2008). Son nom vient du grec kóris « punaise » car la plante fraîche dégage la même odeur que la punaise mâle. La région d’origine de la coriandre n’est pas encore précisément connue. Il s’agit probablement de l’Asie mineure et/ou de la Méditerranée orientale (Thüry, Walter, 1997 ; Katzer, Fansa, 2007) ou de l’Afrique du Nord (Lambinon, Verloove, 2012). La coriandre possède des propriétés digestives et carminatives, stimulantes et toniques. Son utilisation comme plante condimentaire a de bons effets sur le système digestif : la coriandre stimule l’appétit, évite les flatulences et favorise la sécrétion des sucs gastriques. Elle est utilisée contre certaines coliques et problèmes digestifs (Dörfler, Roselt, 1984 ; Diener, 1990). Les graines possèdent également de légers effets sédatifs. Sa présence à Fontvannes (Aube), dans le comblement d’un puits appartenant à un habitat rural relativement modeste, tend à montrer que sa culture et son utilisation au haut Moyen Âge n’étaient pas uniquement réservées à une population caractérisée par un statut social élevé.

327Notre connaissance des plantes condimentaires du haut Moyen Âge demeure encore faible, dans la mesure où les structures humides sont rares et que la chance de préservation de ces espèces est faible dans les assemblages carbonisés. Le fenouil bâtard a été identifié à Vic-sur-Seille (Moselle) ‘Musée Georges de La Tour’ (Matterne, 2004), dans le nord de la France à Douai, ‘La Fonderie de Canons’ (viiie-xe siècle ; Van Zeist et alii, 1994) et en Allemagne dans la nécropole du haut Moyen Âge de Lauchheim, Bade-Wurtemberg, qui se trouvait partiellement en contexte humide, avec une excellente préservation du bois et des macrorestes végétaux (Rösch, 1993, 1997).

328Fruits cultivés. En milieu humide, les noyaux et les graines de fruits cultivés sont également bien préservés. L’espèce la plus répandue dans les prélèvements humides est la vigne cultivée Vitis vinifera ssp. vinifera. Les pépins se présentent avec des formes et des critères morphologiques qui indiquent, sans doute, la sous-espèce cultivée. La vigne cultivée est identifiée à partir de fin du vie s. ap. J.-C. dans le puits 1795, mais des pépins ont également été découverts dans les comblements de puits plus récents, 1180, 1926, 2183 et 1173.

329L’étude carpologique des trois puits de l’habitat de Nordhouse (Bas-Rhin) ‘Oberfuerth’ a fourni des résultats similaires, qui attestent une viticulture locale au ixe siècle (Pradat dans Châtelet, 2006). Les débuts de la viticulture en Alsace demeurent encore peu connus. La question de la persistance de la viticulture depuis l’époque gallo-romaine ou sa réintroduction dans le courant du premier Moyen Âge n’est en effet pas résolue. Actuellement les indices directs, par exemple les traces archéologiques de plantations et les bâtiments avec pressoirs, font défaut. La présence d’un pépin dans le remplissage du puits 1795 ne peut pas constituer la preuve d’une culture locale ; en revanche les vingt pépins issus du comblement du puits 1926 suggèrent une viticulture locale à partir de la fin du viie ou au début du viiie siècle ap. J.-C.

330La présence d’un demi noyau de pêche Prunus persica provenant du puits 1926, daté de la fin du viie siècle ap. J.-C., est remarquable. Le noyau est, avec des dimensions de 2,4 x 2,0 cm, plus petit que les noyaux des fruits actuels. Cette découverte botanique exceptionnelle peut être rapprochée de celle d’un noyau de pêche issu d’un puits du ixe siècle, mis au jour dans l’habitat du haut Moyen Âge de Nordhouse (Bas-Rhin) ‘Oberfuerth’, quelques kilomètres au nord de Sermersheim (Pradat dans Châtelet, 2006).

Image 100000000000043D0000057884D48EE93DB6E205.jpg

Fig. 272a. Résultats carpologiques du puits PUI 1795, daté de la fin du vie-déb. viie s. ap. Décomptes en nombre minimum d’individus (NMI) des graines ou noyaux sauf indication contraire.

Image 100000000000043A0000054C6EF21A882B424D6A.jpg

Fig. 272b. Résultats carpologiques du puits PUI 1795, daté de la fin du vie-déb. viie s. ap. Décomptes en nombre minimum d’individus (NMI) des graines ou noyaux sauf indication contraire.

Image 100000000000043A000004B6B16B04BE255BF209.jpg

Fig. 272c. Résultats carpologiques du puits PUI 1795, daté de la fin du vie-déb. viie s. ap. Décomptes en nombre minimum d’individus (NMI) des graines ou noyaux sauf indication contraire.

Image 10000000000004240000056A9094B92D659928C1.jpg

Fig. 273a. Résultats carpologiques du puits PUI 1926, daté de la fin du viie/viiie s. Décomptes en nombre minimum d’individus (NMI) des graines ou noyaux sauf indication contraire.

Image 1000000000000426000005504724184DCA955D35.jpg

Fig. 273b. Résultats carpologiques du puits PUI 1926, daté de la fin du viie/viiie s. Décomptes en nombre minimum d’individus (NMI) des graines ou noyaux sauf indication contraire.

Image 100000000000042A000003BCE05842A35CF1E59E.jpg

Fig. 273c. Résultats carpologiques du puits PUI 1926, daté de la fin du viie/viiie s. Décomptes en nombre minimum d’individus (NMI) des graines ou noyaux sauf indication contraire.

Image 10000000000004260000054A327D37A509D72B38.jpg

Fig. 274a. Résultats carpologiques du puits PUI 1180, daté du milieu viie-déb. ixe s. Décomptes en nombre minimum d’individus (NMI) des graines ou noyaux sauf indication contraire.

Image 10000000000004250000036598B45DEDC84F829F.jpg

Fig. 274b. Résultats carpologiques du puits PUI 1180, daté du milieu viie-déb. ixe s. Décomptes en nombre minimum d’individus (NMI) des graines ou noyaux sauf indication contraire.

Image 100000000000043700000558FF84A9291CA966AF.jpg

Fig. 275a. Résultats carpologiques du puits PUI 1172, daté de la fin xe/xie s. Décomptes en nombre minimum d’individus (NMI) des graines ou noyaux sauf indication contraire.

Image 1000000000000435000004915242107BE6B5E5B9.jpg

Fig. 275b. Résultats carpologiques du puits PUI 1172, daté de la fin xe/xie s. Décomptes en nombre minimum d’individus (NMI) des graines ou noyaux sauf indication contraire.

Image 10000000000004280000055DFC4D6FD477DDD195.jpg

Fig. 276a. Résultats carpologiques du puits PUI 2183, daté du ixe s. Décomptes en nombre minimum d’individu (NMI) des graines ou noyaux sauf indication contraire.

Image 10000000000004260000052B120E29BA473B104E.jpg

Fig. 276b. Résultats carpologiques du puits PUI 2183, daté du ixe s. Décomptes en nombre minimum d’individu (NMI) des graines ou noyaux sauf indication contraire.

Image 10000000000004200000051346AF342D5E8E0059.jpg

Fig. 276c. Résultats carpologiques du puits PUI 2183, daté du ixe s. Décomptes en nombre minimum d’individu (NMI) des graines ou noyaux sauf indication contraire.

331La culture de la pêche en Alsace est vraisemblablement une introduction romaine. Les plus anciens noyaux connus, dans le centre et dans le nord-est de la France, au Luxembourg et en Allemagne, proviennent de sites gallo-romains, presque exclusivement en contexte humide. Des noyaux de pêche ont notamment été trouvés dans la villa gallo-romaine de la Pétonnière à Paulnay, Indre (Marinval, 1985), dans les puits du castrum et du vicus de Saalburg (Baas, 1951), dans le vicus de Mamer ‘Op Bierg II’ (Daoulas, en cours) et des vici à Dieburg et à Hanau-Kesselstadt en Hesse, Allemagne (Göldner, Kreuz, 1999 ; Kreuz, 1994). La pêche faisait également partie de l’alimentation d’un centurion à Alphen aan den Rijn aux Pays-Bas (Kuijper et alii, 1992).

332Les pêches ne sont pas facilement transportables fraîches sur de longues distances et une culture locale – probablement en combinaison avec la viticulture du haut Moyen Âge – est envisageable. La période climatique propice du haut Moyen Âge a probablement favorisé sa culture dans des lieux ensoleillés et protégés contre les froids tardifs. Une importation de fruits conservés, sous forme de compote au miel ou dans du vin, reste une autre possibilité. Les rares trouvailles de noyaux de pêche dans les habitats du premier Moyen Âge – huit noyaux dans une fosse dépotoir à Saint-Germain-des-Fossés (Allier) et deux à Baillet-en-France (Val-d’Oise), dans des contextes du xe-xie siècle (Ruas, 2000), trois noyaux dans un puits daté du milieu du viiie siècle et un dans un silo à Champlay (Yonne) ‘Le Grand Longueron’ (Perrugot, 2008, p. 175) – indiquent le statut exceptionnel par rapport aux autres arbres fruitiers. Le pêcher était probablement un arbre fruitier de luxe46, dans le sens où ses attestations restent relativement rares au premier Moyen Âge et l’accès à la consommation de ses fruits était relativement limité. Dans les régions moins favorables à sa culture, en France du Nord, du Nord-Est et en Allemagne, les noyaux de pêches sont plus fréquemment attestés dans des sites élitaires ou religieux qui présentent une fructiculture plus développée, tels que des monastères de Corvey et Fulda en Allemagne et Mikulčice (Kr. Hodonín, République tchèque) (Kind, 2007, p. 393 et carte fig. 14). B. Pradat a signalé la mention du pêcher dans les inventaires fiscaux (Brevium Exempla47), au sujet du jardin du domaine royal d’Annappes et de son annexe de Treola (un probable quartier de Lille d’après Philip Grieson cité dans Devroye, 2003, p. 211) (Châtelet, 2006, p. 40).

333Le spectre des arbres fruitiers est complété par la présence de fragments de coque de noix Juglans regia, de pépins de pommes Malus cf. domestica et par quelques fragments de noyaux de prune crèque Prunus domestica ssp. insititia ou de prune commune Prunus domestica ssp. domestica. Les baies du sureau noir et du coqueret Physalis alkekengi sont également comestibles et utilisées pour la confection de soupes de fruits, de jus ou pour leurs vertus médicinales.

334Plantes sauvages. Le spectre des plantes sauvages est le plus riche en nombre de restes et le plus varié concernant les taxons attestés. Il reste néanmoins variable d’un puits à l’autre (fig. 272-277). Les taxons provenant des puits sont groupés dans les classes phytosociologiques suivantes (fig. 278-283) :
1.1 Lemnetea (classe des lentilles d’ eau)
1.3 Potamogetonetea (classe de plantes aquatiques)
1.5 Phragmitetea (classe des zones de roselières)
3.1 Isoëto-Nanojuncetea (classe de la végétation du fond de mares et des étangs sans eau)
3.2 Bidentetea (classe des plantes des bords des étangs et mares et des zones partiellement inondées)
3.3 Chenopodietea (classe des mauvaises herbes de cultures céréalières d’été et de la végétation annuelle de zones anthropisées)
3.4 Secalietea (classe de messicoles, dont des adventices de cultures céréalières d’ hiver)
3.5 Artemisietea (classe des plantes bi-ou pluriannuelles de zones rudérales)
3.6 Agropyretea (classe de la végétation annuelle des terrains vagues et des zones rudérales)
3.7 Plantaginetea (classe des plantes des zones piétinées)
3.8 Agrostietea stoloniferae (classe des pâturages inondables)
4.4 Thlaspietea (classe de plantes annuelles de graviers et empierrements)
5.1 Nardo-Callunetea (classe de la végétation des pâturages pauvres sur sols acides)
5.2 Sedo-Scleranthetea (classe de la végétation de zones sableuses et rocheuses)
5.3 Festuco-Brometea (classe de la végétation des pâturages secs)
5.4 Molinio-Arrhenatheretea (classe de la végétation des pâtures fraîches)
6.1 Trifolio-Geranietea (classe des plantes des buissons et des bords de forêts)
6.2 Epilobietea (classe des plantes de friches forestières)
7.3 Vaccinio-Picetea (classe de de la végétation des forêts acides à conifères)
8.4 Querco-Fagetea (classe des forêts, du hêtre et du chêne)

335Dans les spectres de carporestes imbibés issus des comblements des puits, les mauvaises herbes sont les espèces les mieux représentées. Elles témoignent de cultures et de zones rudérales autour des habitations. La classe phytosociologique de Chenopodietea (3.3) rassemble « les mauvaises herbes » annuelles des céréales d’été et des cultures sarclées ; celle de Secalietea (3.4) les plantes messicoles qui infestent principalement les céréales d’hiver. « Les mauvaises herbes » de la classe d’Artemisietea (3.5) sont des plantes bi-ou pluriannuelles qui occupent les zones rudérales mais infestent aussi parfois les cultures. Lors de l’interprétation des spectres, les classes phytosociologiques qui ne se manifestent que par 1 à 3 taxons ne sont pas retenues pour l’interprétation paléoenvironnementale du site. Pour faciliter la comparaison des spectres des puits, les diagrammes présentent les pourcentages du nombre de taxons par classes phytosociologiques, calculés sur le total des taxons sauvages (fig. 278-283).

Image 1000000000000440000004F5F14F83D3486C5A07.jpg

Fig. 277a. Résultats carpologiques du puits PUI 2183, daté du ixe s. Décomptes en nombre minimum d’individus (NMI) des graines ou noyaux sauf indication contraire.

Image 100000000000043E00000440FBF10F1BBA44B54E.jpg

Fig. 277b. Résultats carpologiques du puits PUI 2183, daté du ixe s. Décomptes en nombre minimum d’individus (NMI) des graines ou noyaux sauf indication contraire.

Image 100000000000041C0000021293AD857DD3C01066.jpg

Fig. 278. Les pourcentages de classes syntaxinomiques représentées par les carporestes provenant du fond du puits PUI 1795, daté de la fin du vie au début du viie s. DAO : J. Wiethold.

Image 1000000000000411000002324AFE16231C6BAF5F.jpg

Fig. 279. Les pourcentages de classes syntaxinomiques représentées par les carporestes provenant du fond du puits PUI 1926, daté de la fin du viie au viiie s. DAO : J. Wiethold.

Image 100000000000041E0000019F3FF7B463D1466E98.jpg

Fig. 280. Les pourcentages de classes syntaxinomiques représentées par les carporestes provenant du fond du puits PUI 1180, daté du milieu du viie au début du ixe s. DAO : J. Wiethold.

Image 100000000000041B000001708961E242493FF8D2.jpg

Fig. 281. Les pourcentages de classes syntaxinomiques représentées par les carporestes provenant du fond du puits PUI 1172, daté de la fin du xe au xie s. DAO : J. Wiethold.

336Malgré la richesse des données carpologiques, ce spectre de mauvaises herbes ne peut pas être considéré comme une représentation phytosociologique exacte de la végétation ancienne. En effet, le comblement des puits rassemble très probablement des diaspores – semences et fruits – de lieux différents, sous la forme d’un dépôt secondaire de remblai et de déchets domestiques. La présence d’eau et la fréquentation des puits par les habitants peuvent avoir également provoqué le transport des diaspores. Ces assemblages correspondent à des thanatocoenosae (cf. supra). Le système de classement phytosociologique d’Ellenberg et alii (1991) peut néanmoins être utilisé pour classer la grande quantité de taxons de plantes sauvages qui a été identifiée dans les prélèvements humides.

337La plupart des espèces sauvages mises au jour dans les puits sont caractéristiques des zones fortement rudéralisées et anthropisées, riches en nitrates et en perturbation permanente. Les espèces variables des zones rudéralisées sont fréquentes et le nombre de macrorestes est le plus significatif. Dans le groupement phytosociologique, la plupart peuvent être attribuées aux catégories de Chenopodietea (3.3) et Artemisietea (3.5, voir fig. 278-283). L’arroche étalée Atriplex cf. patula, les chénopodes (Chenopodium album, Chenopodium hybridum, Chenopodium polyspermum, Chenopodium ficifolium), l’amaranthe livide Amaranthus blitum, la verveine Verbena officinalis et le mouron des oiseaux Stellaria media agg. sont des mauvaises herbes annuelles caractéristiques des céréales d’été, des cultures sarclées et des zones rudérales, et les plus attestées. Les nombreuses semences des chénopodes et de l’amarante livide Amaranthus blitum résultent d’une forte production de diaspores, par exemple quelques milliers de semences par spécimen de chénopode ou d’amarante.

Image 100000000000041B00000268C64ECC6C40EA1BC3.jpg

Fig. 282. Les pourcentages de classes syntaxinomiques représentées par les carporestes provenant du fond du puits PUI 2183, attribué au ixe s. DAO : J. Wiethold.

Image 100000000000041B000001A619ED87F5DACF7F98.jpg

Fig. 283. Les pourcentages de classes syntaxinomiques représentées par les carporestes provenant du fond du puits PUI 1173, attribué au xie s. DAO : J. Wiethold.

338Les vraies messicoles, mauvaises herbes qui accompagnent exclusivement les cultures céréalières (3.4 Secalietea ; Ellenberg et alii, 1991), sont riches en espèces mais plutôt pauvres en nombre absolu. Il est certain qu’elles ne poussaient pas autour des puits. Il s’agit plutôt de contaminations des récoltes, transportées avec la récolte et/ou déposées avec des déchets agricoles ou domestiques. Le spectre du puits 1926 rassemble quelques messicoles remarquables, qui ont aujourd’hui presque disparu à la suite de l’évolution de l’agriculture moderne et de son nettoyage efficace des récoltes. La nielle des blés Agrostemma githago, la dauphinelle consoude Consolida regalis, la linaire bâtarde Kickxia spuria, l’adonis d’été Adonis aestivalis et l’orlaya Orlaya grandiflora sont en effet des espèces caractéristiques des cultures céréalières qui se développent sur des sols calcaires peu épais et dans des conditions climatiques relativement chaudes et bien ensoleillées. À Sermersheim, leur occurrence est probablement liée aux sols lœssiques fortement carbonatés. La présence de la centaurée bleuet Centaurea cyanus, de l’espèce de coquelicot Papaver rhoeas/dubium, du mouron rouge Anagallis arvensis et de la vrillée liseron Fallopia convolvulus varie selon l’acidité des sols.

339La classe d’Artemisietea (3.5), bien représentée par les taxons mis en évidence dans les puits, rassemble les espèces pluriannuelles de végétation rudérale, très probablement fréquentes autour des puits. La grande ortie Urtica dioica est l’espèce dominante. Elle poussait sans doute à proximité des puits, sur des sols fertiles perturbées et riches en azote. La grande ciguë Conium maculatum, la grande bardane Arctium cf. lappa, la bryone Bryonia dioica, le marrube Marrubium vulgare, l’ortie Urtica dioica et les lamiers Lamium album/L. maculatum sont également fréquents. Ils témoignent d’une végétation rudérale dense sur des zones fortement anthropisées. Les zones les plus fréquentées autour des puits se caractérisent très probablement par la présence de traînasse Polygonum aviculare agg., plante herbacée bien résistante au piétinement.

340Le spectre des plantes aquatiques, des zones humides et des prés est moins développé en nombre de taxons qu’en nombre absolu de restes végétaux. Ces diaspores sont éventuellement transportées par les utilisateurs des puits, collées par exemple aux seaux. Le nombre de taxons et de restes est trop faible pour envisager leur présence à proximité des puits. La profondeur a aussi empêché le développement d’une végétation aquatique à la surface de l’eau des puits. Il semble néanmoins souhaitable de mentionner quelques espèces appartenant à la végétation aquatique. La présence de petite lentille d’eau Lemna minor dans le puits 2183 (US 21835) est révélatrice d’une eau stagnante et ensoleillée. Il est possible qu’une couche de lentilles d’eau se soit développée sur la nappe du puits en raison de l’ensoleillement par exemple, ou alors les semences de lentilles ont pu être transportées en son sein à l’occasion d’activités anthropiques. L’akène d’une renoncule d’eau Ranunculus sectio Batrachium témoigne d’une autre plante aquatique flottante, sur les plans d’eau.

341Les espèces d’arbres sont presque absentes des spectres des carporestes des puits : une seule feuille d’épicéa Picea abies, découverte dans le puits 2183 (US 21835), doit être considérée comme une contamination moderne du prélèvement car l’épicéa ne fait pas partie de la végétation naturelle à Sermersheim. Sa présence actuelle résulte en effet de plantations forestières d’époque moderne. Les espaces autour des puits doivent être plutôt considérés comme des espaces ouverts, sans végétation arborée.

342La liste des mauvaises herbes et des autres plantes sauvages est trop importante pour réfléchir aux conditions écologiques de chaque espèce enregistrée. Les diagrammes de classement phytosociologique des taxons permettent néanmoins de comparer les résultats carpologiques de chaque puits. Ce sont les puits 1926 et 1795 qui affichent la plus grande diversité de taxons, respectivement 99 et 80. Les résultats concernant les mauvaises herbes de céréales d’été et des zones rudérales sont relativement similaires. Les différences sont plus marquées au sujet des plantes messicoles. En effet, seul le puits 1926 a fourni des messicoles des champs calcaires, classées aujourd’hui dans l’association phytosociologique de Caucalidion. Cette végétation caractérisée par Kickxia spuria, Delphinium consolida et Orlaya grandiflora est strictement associée à la culture des céréales d’hiver sur des sols calcaires.

343La liste de plantes sauvages dressée grâce aux analyses carpologiques des puits de Sermersheim est particulièrement importante. Elle témoigne de la grande biodiversité du site et de biotopes diversifiés, dans un paysage complètement déforesté et anthropisé. Le gisement du haut Moyen Âge de Sermersheim se situait sans doute dans une zone dominée par des cultures et d’autres plantations agricoles, dont la division se faisait vraisemblablement à l’aide de haies et de petits buissons. L’étude a révélé relativement peu de plantes des prés humides ou frais. De ce fait, l’influence de la rivière à proximité de l’habitat n’est pas très marquée.

3.2.4. Les résultats de Sermersheim en comparaison avec les autres données archéobotaniques des sites ruraux alsaciens et de l’est de la France

344Malgré un nombre de prélèvements encore trop faible, l’analyse carpologique de Sermersheim a fourni un corpus de données remarquable, notamment grâce aux niveaux humides des puits. Cinq espèces de céréales, deux de légumineuses, trois de plantes oléagineuses et textiles, cinq espèces d’arbres ou d’arbustes fruitiers et de la vigne cultivée ont ainsi été identifiées (fig. 267 et 272-277). La carte (fig. 284) et le tableau (fig. 285) indiquent les comparaisons possibles, pour l’époque médiévale, des plantes cultivées et cueillies dans l’est de la France et dans la région voisine d’Allemagne du Sud-Ouest. Il est évident que les nombreux témoins de cultures fruitières, d’épices et de légumes n’apparaissent que là où il est possible de recueillir leurs restes végétaux non carbonisés, c’est-à-dire au sein de structures proches de la nappe phréatique. La plupart des gisements médiévaux n’ont cependant livré que des restes carbonisés, où dominent de ce fait les restes de céréales et de légumineuses.

Image 10000000000004AE0000037A014362249C6D4081.jpg

Fig. 284. Localisation des sites du haut Moyen Âge ayant fait l’objet d’une étude carpologique dans l’est de la France.
DAO : F. Verdelet, M. Gazenbeek, É. Peytremann, J. Wiethold.

345Dans l’est de la France, les données carpologiques relatives à l’agriculture et à l’utilisation des plantes cultivées et sauvages au premier Moyen Âge sont encore incomplètes. Grâce aux nombreuses études engagées ces dernières années dans le cadre de l’archéologie préventive, le corpus est actuellement en plein développement.

346Le tableau (fig. 285) permet de comparer les données sur les sites du haut Moyen Âge dans l’est de la France (Alsace, Lorraine, Champagne-Ardenne, Franche-Comté et Bourgogne). Pour la Wallonie et le Grand-Duché de Luxembourg, les données carpologiques pour les périodes en question ne sont pas disponibles. Le tableau de comparaison ne traite pas des plantes sauvages, car leur présence est fortement déterminée par les situations édaphiques des sites et de leur environnement proche, par des aspects taphonomiques comme la conservation des restes, par la fragmentation, par les méthodes de tamisage, etc. Une analyse comparative des spectres de plantes sauvages, principalement des plantes messicoles et d’autres adventices, nécessite sans doute un corpus de données plus important et plus représentatif, envisageable à partir d’une vingtaine d’études représentatives de sites ruraux du premier Moyen Âge en Alsace et en Lorraine. En Lorraine, le corpus est déjà bien étoffé mais les études en Alsace sont encore trop rares pour établir des conclusions générales. Si les études pour le premier Moyen Âge se multiplient dans l’est de la France, seuls quelques sites ont été étudiés de manière systématique et représentative48.

347Dans les sites alsaciens du haut Moyen Âge (Sermers-heim, Nordheim, Roeschwoog, Munwiller) et dans les nombreux sites lorrains, par exemple Vitry-sur-Orne ‘ZAC de la Plaine’ ou Saint-Marie-aux-Chênes, le blé nu est la culture céréalière la plus importante. Il s’agit très probablement du blé tendre. La plaine rhénane et les collines sous-vosgiennes avec leurs sols lœssiques étaient et sont encore aujourd’hui très favorables à sa culture. Sur quelques autres sites du haut Moyen Âge, par exemple à Prény et à Hatrize (Meurthe-et-Moselle) en Lorraine, les grains d’orge vêtue sont toutefois plus nombreux que ceux du blé nu.

348La culture de l’épeautre est attestée dans la plupart des sites altomédiévaux en Alsace, en Lorraine et en Champagne-Ardenne. Mais dans la plupart des sites, sa présence reste relativement faible. Les chiffres absolus de ses caryopses, de ses vannes et de ses fréquences dans les séries de prélèvements sont assez différents, suite aux conditions climatiques et édaphiques pour sa culture. En 1989, Philippe Marinval constatait l’absence totale de données carpologiques concernant l’épeautre Triticum spelta pour le Moyen Âge (Marinval, 1989). Depuis, notre connaissance s’est considérablement améliorée et l’épeautre est reconnu comme une culture céréalière de cette période. Les sites de Nordheim (Bas-Rhin) ‘Am Neuen Berg’ en Alsace et de Mexy (Meurthe-et-Moselle), situé au ‘Pays Haut’ proche de Longwy, ont révélé des spectres carpologiques bien différents par rapport aux autres sites de ces régions. En effet, leurs résultats indiquent que l’épeautre se trouve en première position des céréales cultivées (Schaal, 2011 ; Wiethold, 2010c). La rusticité de l’épeautre s’explique par sa tolérance aux situations climatiques moins favorables, comme celles qui se rencontrent sur les plateaux calcaires du ‘Pays Haut’. L’altitude plus élevée du site de Mexy et les sols calcaires peu profonds lui sont favorables, au contraire du blé nu/froment, céréale plus exigeante quant à la situation édaphique. En revanche, à Nordheim, la situation climatique était plus favorable à la culture du blé nu et n’explique pas de ce fait la forte présence de l’épeautre. Les exemples de Nordheim et de Mexy montrent des différences locales dans l’agriculture en raison de situations édaphiques et climatiques différentes. L’absence de ce blé vêtu à Sermersheim n’est pas étonnante car le site profite d’une situation climatique et édaphique assez favorable à la culture du blé nu.

349L’avoine, très probablement l’avoine cultivée Avena sativa, occupe également une position majeure dans le cortège de céréales du haut Moyen Âge. À Sermersheim en revanche, elle semble n’avoir été qu’une culture secondaire.

350À Sermersheim comme sur la plupart des sites du premier Moyen Âge de l’est de la France, par exemple à Hatrize (Meurthe-et-Moselle) en Lorraine, l’orge polystique vêtue a joué un rôle important dans l’agriculture. Sur ce site alsacien, la culture du seigle reste de faible envergure, alors qu’à Marlenheim ‘Hofstatt’ et Roeschwoog ‘Am Wasserturm’ elle est mieux représentée. Cette céréale est également attestée en Lorraine à Vitry-sur-Orne ‘ZAC de la Plaine’ (Wiethold, 2009b) et à Pont-à-Mousson ‘Le Pré Vigneux’. Seuls quelques sites, par exemple Marnay-sur-Seine/Pont-sur-Seine (Aube) ‘Les Gravières’, situé dans les alluvions de la Seine, montrent des taux plus élevés de seigle par comparaison avec les autres sites médiévaux, situés sur des sols plus fertiles (Bonnaire, Wiethold, 2010).

Image 10000000000004B00000032018457775F190B091.jpg
Image 10000000000004A800000333B65D78639C5D0FA9.jpg

Fig. 285. Mention en présence/absence des espèces cultivées et cueillies sur les sites ruraux du haut Moyen Âge situées en France de l’Est et du Centre-Est et des régions voisines (voir la carte fig. 284).

351Enfin, il est à noter la quasi absence de millets dans les assemblages carbonisés des sites du haut Moyen Âge alsaciens et lorrains, contrairement aux sites de Franche-Comté (Wiethold et alii, 2016). De rares graines carbonisées et quelques glumelles imbibées témoignent toutefois de sa culture à Sermersheim. Elle était sans doute de faible importance. Le millet commun Panicum miliaceum est présent durant l’Antiquité tardive (Matterne, 2001). Sa culture subit une forte décroissance, voire disparaît complètement au début du premier Moyen Âge, hormis en Franche-Comté, où la culture reste encore importante. Le millet commun a uniquement été mis en évidence, avec une vingtaine des grains, à Mondelange ‘PAC de la Sente’ (Wiethold, 2009c) ainsi que par quelques grains isolés aux Trois Domaines ‘La Hachie’ (Wiethold, 2010c) et à Pont-à-Mousson ‘Rue du Pré Vigneux’ (un seul grain) (Wiethold, 2013b). À Sermersheim, les attestations se limitent à quelques glumelles dans les contextes humides. Cette céréale d’été a seulement joué un rôle secondaire dans la céréaliculture du site.

Conclusions sur l’agriculture du haut Moyen Âge

352Les grandes tendances de la culture des céréales et des légumineuses tendent à être confirmées (fig. 285). L’agriculture de l’Antiquité reposait principalement sur la culture de plusieurs céréales vêtues (épeautre, amidonnier, engrain, orge vêtue, millet commun) ainsi que sur celle du blé nu, très probablement le blé tendre (Matterne, 2001 ; Wiethold, 2003b). La présence de l’avoine en contexte antique peut s’expliquer par la présence de la mauvaise herbe folle avoine Avena fatua. Dans l’est de la Gaule, la culture de l’avoine cultivée Avena sativa démarre vraisemblablement lors de la transition Antiquité tardive/haut Moyen Âge.

353La production du seigle débuterait dans le courant de l’Antiquité, mais les indices de sa mise en culture restent encore aléatoires. Au haut Moyen Âge, en Alsace et en Lorraine, sa culture est établie mais il semble avoir été une céréale secondaire par rapport au blé tendre, à l’orge vêtue et à l’avoine cultivée.

354Durant cette période altomédiévale, le blé nu/blé tendre, l’orge vêtue et l’avoine forment la triade des céréales de base. Les productions d’épeautre, d’engrain et de seigle doivent en revanche, être classées comme des cultures céréalières secondaires. L’amidonnier Triticum dicoccon et le millet commun Panicum miliaceum disparaissent plus ou moins à la transition entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, hormis en Franche-Comté.

355Du vie au début du viiie siècle, une polyculture céréalière (froment, orge vêtue, seigle, l’avoine cultivée et, dans une moindre mesure, épeautre, seigle et engrain) est attestée. Les céréales nues gagnent en importance au détriment des céréales vêtues. Actuellement, aucun indice ne permet de confirmer un transport du grain sur de longues distances. Les spectres des adventices présentes dans les prélèvements, correspondent généralement à la situation édaphique des sites et de leurs environs. Il s’agit généralement en Alsace de sols argilo-limoneux pourvus d’une couverture lœssique plus ou moins épaisse et plus ou moins superficiellement décalcifiée. L’agriculture du haut Moyen Âge ne se caractérise pas seulement par des variations dans le cortège de céréales, mais aussi par des modifications de pratiques agricoles. Les champs altomédiévaux étaient très probablement plus petits que dans l’Antiquité, où les exploitations de type villa étaient orientées vers une production de surplus de produits agricoles et où les surfaces s’étendaient de ce fait sur environ 300-700 hectares (Ferdière et alii, 2010). On doit par ailleurs envisager un entretien des champs par rotation des cultures, une pratique perfectionnée et réglementée à partir du Moyen Âge central et du bas Moyen Âge. La présence de céréales d’hiver (froment, seigle, engrain), de céréales principalement cultivées comme céréales d’été (orge vêtue, avoine cultivée), de légumineuses (pois, lentille, féverole) et de plantes oléagineuses suggère sa mise en œuvre. La rotation des cultures en combinaison avec une période de jachères a des effets positifs sur la protection de la fertilité des terres.

356L’étude carpologique de la zone d’activités du haut Moyen Âge à Sermersheim a révélé un corpus des macrorestes végétaux remarquable. Le corpus de prélèvements « secs » est trop petit et incohérent pour permettre des comparaisons fiables entre les différentes phases de l’habitat. De plus, la surface fouillée ne correspond qu’à une partie d’une zone d’activités spécifiques d’un habitat plus vaste. Cependant, grâce à la richesse des résultats obtenus pour six puits, l’étude a permis de donner un aperçu de l’agriculture et de l’alimentation de ce site durant une période chronologique allant de la fin du vie jusqu’au début du xie siècle. D’une manière générale, il ressort que la céréaliculture évolue peu lors de l’occupation du site. Le blé nu constitue apparemment la céréale la plus importante de ce site rural.

357Les spectres de macrorestes imbibés provenant des six puits sont importants. Ils donnent un aperçu détaillé de la végétation anthropisée autour des puits et à proximité des constructions. De plus, ils ont fourni de nombreuses diaspores de plantes messicoles et d’autres mauvaises herbes qui caractérisent les cultures céréalières sur des sols limono-argileux avec une couverture superficielle du lœss. Les attestations de coriandre et de vigne à la fin du vie ou au début du viie siècle sont remarquables. La présence d’un noyau de pêche dans le puits 1926, daté de la fin du viie ou du début du viiie siècle, suggère une culture dès cette époque, probablement comme pêcher de vigne en relation avec le début de la viticulture locale en Alsace, qui s’affiche avec une vingtaine de restes dans ce même puits.

358La comparaison avec les résultats archéobotaniques obtenus pour d’autres sites du premier Moyen Âge en Alsace et en Lorraine a permis d’étudier plus systématiquement l’anthropisation et la transformation du paysage par les activités agricoles, artisanales et commerciales.

359Dans les années à venir, il est primordial d’étoffer le corpus carpologique des sites du haut Moyen Âge en Alsace pour rattraper le retard constaté notamment par rapport à la Lorraine. Un échantillonnage plus régulier est hautement souhaitable.

3.3. L’élevage : étude archéozoologique (G.J., J.-H.Y.)

360L’étude archéozoologique du site de Sermersheim repose sur un total d’environ 2000 ossements animaux. Ce corpus se partage selon les trois grandes phases d’occupation définies pour le premier Moyen Âge. Cette longue durée nous permet d’appréhender l’évolution des choix d’élevage et d’alimentation des occupants du site, notamment à la charnière des périodes mérovingienne et carolingienne. En effet, à l’échelle du nord de la France, une transformation de l’économie pastorale semble avoir lieu durant ces siècles (Yvinec, 1997a). D’un point de vue régional, les données issues du site de Sermersheim peuvent être comparées à celles d’autres sites alsaciens et ainsi permettre d’esquisser de manière plus précise le portrait de l’élevage pratiqué dans la plaine alluviale du Rhin.

3.3.1. Présentation des données

3.3.1.1. Du vie au début du viiie siècle (HMA 1)

361Les ossements attribués à la première période d’occupation médiévale, entre le vie et le début du viiie siècle, forment un total de 808 restes, dont 55 % ont été déterminés (fig. 286). La liste des espèces fauniques est essentiellement composée des principales espèces domestiques, mammifères comme oiseaux. Le cerf apparaît comme seul représentant de la sphère sauvage.

362La structure 1519, identifiée comme un fond de cabane, regroupe à elle seule la moitié du matériel ostéologique de cette première période (fig. 287). Cette structure se caractérise par l’importance très nette des restes de bœuf, suivis de ceux du cheval. Ces deux espèces sont essentiellement représentées par des fragments de crânes issus de l’US 15191. Pour chacune des espèces, le nombre minimum d’individus est de deux. Nous verrons plus loin que les deux crânes d’équidés présents dans cette structure permettent de préciser le type d’équidés utilisés sur le site.

3.3.1.2. De la fin du viie à la fin du xe siècle (HMA 2)

363La deuxième période d’occupation a livré un nombre de restes légèrement supérieur à celui de la première période. Ce sont 867 vestiges qui ont été traités, dont 75 % déterminés (fig. 288). La liste des espèces fauniques s’étend, puisque le chat apparaît et que trois autres mammifères sauvages accompagnent le cerf.

364Le plus emblématique d’entre eux est le hamster européen, représenté par un crâne et une mandibule (fig. 289). Le caractère intrusif ou non de ces vestiges pose question. Cependant, leur patine est identique à celle des autres ossements de la même structure (FSS 1168). Aussi est-il possible de conclure que ces deux restes sont une preuve de la présence de l’espèce dans l’environnement du site à l’époque considérée.

Image 100000000000020300000168DCF434260B2B54BA.jpg

Fig. 286. Décompte en nombre (NR) et en poids (PR en g ; PM : poids moyen en g) des restes de faune, vie -début viiie s. (HMA 1).

Image 10000000000002010000011A0FFDCEE8B3811D8D.jpg

Fig. 287. Décompte en nombre (NR) et en poids (PR en g ; PM : poids moyen en g) des restes de faune, FDC 1519, vie début viiie s.

Image 1000000000000202000001B8E39ADAF7EA7F807E.jpg

Fig. 288. Décompte en nombre (NR) et en poids (PR en g ; PM en g) des restes de faune, fin viie-xe s. (HMA 2).

Image 100000000000016300000122C0B5E6813B0736AB.jpg

Fig. 289.Crâne de hamster commun, FSS 1168, fin viie-xe s. © G. Jouanin.

3.3.1.3. Du xe au xiie siècle (HMA 3)

365La troisième période d’occupation compte un nombre de restes moins important que les deux périodes précédentes. Cependant, sur les 226 restes étudiés, près de 80 % ont pu être déterminés (fig. 290). La liste des espèces est moins fournie que précédemment puisque seules des espèces domestiques la composent. La cabane excavée 1153 est particulière. En effet, elle a reçu, lors de son comblement, le cadavre d’une jeune truie gestante (fig. 291). Ce cas particulier sera développé plus loin.

3.3.2. Analyse des données

3.3.2.1. Maille de fouille, type de structure et représentativité du matériel ostéologique

366À la suite de la présentation des données, deux éléments se distinguent : la large domination des restes de bœuf et la faible représentation des espèces de taille petite ou moyenne telles que les caprinés et les oiseaux. Ces proportions pourraient être l’indice d’un biais (lors de la formation des ensembles ou lors de la fouille), qui a conduit à privilégier les espèces de grande taille. La forte proportion de restes de chevaux pourrait ainsi être en partie expliquée.

Image 10000000000002060000011CDDF2C5E35591EA33.jpg

Fig. 290. Décompte en nombre (NR) et en poids (PR en g ; PM : poids moyen en g) des restes de faune, xe-xiie s. (HMA 3).

Image 100000000000020200000163C340340B84D22E6D.jpg

Fig. 291.Squelette d’une jeune truie gestante, FDC 1153, xe-xiie s. © É. Peytremann.

367Les structures fouillées sont essentiellement des fonds de cabanes, des fosses diverses et des puits. Autant de structures qui, habituellement, reçoivent des rejets relativement directs, contrairement aux fossés qui se font les réceptacles des ossements restant sur le sol malgré l’action des chiens et autres charognards, du piétinement ou bien encore des intempéries.

368Ces structures ont été pour une partie fouillées manuellement et pour une autre fouillées à la mini-pelle. Si la première permet un ramassage plus fin, la seconde favorise souvent les gros os et donc les espèces de grande taille, ainsi que l’avaient montré des tests réalisés lors des études sur les sites de Marne-la-Vallée (Yvinec, 1993). Nous avons donc testé cette hypothèse afin de savoir si la représentation des différentes espèces fournit une image relativement fidèle ou non des choix des occupants du site et ceci en fonction du mode de fouille. Pour cela, nous avons réuni d’un côté les structures fouillées manuellement et de l’autre celles qui l’ont été avec la mini-pelle, et ce sans distinction chronologique.

369Le nombre de structures fouillées de l’une ou de l’autre manière est légèrement différent : 115 pour la méthode manuelle, 187 pour la méthode mécanique. Les premières ont livré un nombre de restes légèrement plus important, tandis que les secondes présentent un poids de restes plus grand (fig. 292). La fouille manuelle, par sa plus grande précision, est plus à même de faciliter la mise au jour des vestiges des espèces de petite taille. Or, les structures fouillées manuellement n’ont livré que sept de ces espèces (NR = 20) contre cinq pour les structures mécanisées (NR = 16). Il semble donc que la méthode de fouille n’ait que peu influé sur la représentation des espèces.

370L’analyse du nombre de restes et du poids moyen des restes des principales espèces et des os déterminés et indéterminés confirme le faible impact des deux méthodes de fouille sur la collecte des ossements (fig. 293). Certes les poids moyens des os appartenant à la triade domestique et aux os déterminés sont plus élevés pour les structures fouillées par la pelle mécanique, mais le nombre de restes recueillis est équivalent à celui rencontré pour les structures fouillées manuellement. Seule exception à ce constat, les restes indéterminés dont le poids moyen ne varie pas en fonction de la méthode de fouille (5,1 g en fouille manuelle, 5,8 g en fouille mécanique), alors qu’ils apparaissent deux fois moins nombreux dans les structures bénéficiant d’une fouille mécanisée.

3.3.2.2. Impact du type de structure et du mode d’accumulation

371Le site se caractérise notamment par un nombre important de puits à eau. Ces structures excavées de grande taille ont été comblées par de nombreux vestiges, au même titre que les fosses, silos, fossés et fonds de cabane. Une question peut être posée en relation avec la présence de ces puits : le remplissage de ces derniers ne joue-t-il pas un rôle dans la représentation des espèces, dans la mesure où il aurait pu recevoir essentiellement des restes de grande taille grâce au gabarit ? Cette interrogation sur le mode d’accumulation des os en fonction du type de structure concerne la quasi-totalité des études réalisées au sein du laboratoire. Les questionnements sur la nature du secteur fouillé nous ont incités à développer des investigations sur ce plan. Les proportions des trois principales espèces ont été comparées dans les différents types de structures présents sur le site et ce, pour les trois périodes d’occupation médiévale (fig. 294).

Sermersheim

Nb de struct.

NR Total

PR Total

Manuelle

115

1284

46715

Mini-pelle

187

1080

63713

Fig. 292. Tableau synthétique du nombre de restes de faune recueillis selon la méthode de fouille.

Image 10000000000001FC000001CB9543C45B510F8AE6.jpg

Fig. 293. Comparaison du nombre de restes (NR) et des poids moyens (PM en g) des trois principales espèces et des os déterminés et indéterminés, selon la méthode de fouille.

Image 1000000000000200000001DBB91DC618BBFE4ECE.jpg

Fig. 294. Comparaison des proportions des trois principales espèces selon le type de structure, haut Moyen Âge (NR3 = nombre de restes des trois principales espèces).

Image 10000000000001FA000002021735F5C46B5A5388.jpg

Fig. 295. Évolution chronologique de la part des trois principales espèces, en nombre de restes.

Image 10000000000002020000026E8682F9E5D426353B.jpg

Fig. 296. Comparaison du profil protoconique des équidés du FDC 1519 avec les profils-types du cheval et de l’âne, vie début viiie s.

Image 1000000000000337000001BBBB7D70515E6B9D55.jpg

Fig. 297.Comparaison du profil des métacarpes d’équidés du PUI 2183 et du FDC 2188 avec les profils-types du cheval, de l’âne et de la mule, fin viie-xe s.

372La composition des rejets selon le type de structure est particulièrement homogène. Dans chaque cas, les restes de bœuf dominent largement ceux de porc et caprinés. Il apparaît donc que le type de structure ne joue pas de rôle dans la composition des ensembles fauniques.

373Un dernier phénomène peut induire un biais dans la représentation des espèces : la distance à l’habitat. En effet, il existe une différence entre les dépôts localisés près des habitations et ceux situés dans des zones plus éloignées. Dans le premier cas, les structures livrent des restes de petite taille et de poids moyen faible, tandis que dans le second, les os de grande taille et de poids moyen élevé sont favorisés. Le site urbain de Douai ‘Parking Saint-Julien’, daté du xiie siècle, offre un parfait exemple des différences existant entre les dépôts d’habitat en front de rue et ceux des dépotoirs de fond de parcelles (Yvinec, 1997b).

374Le fort poids moyen des restes de bœuf observés à Sermersheim (60 g pour les structures fouillées manuellement et 80 g pour les structures fouillées à la mini-pelle) rappelle celui des restes de bœuf rencontrés dans les structures de fond de parcelles à Douai. On peut donc logiquement se poser la question de savoir si nous ne sommes pas dans un cas de figure proche. Dans cette hypothèse, la part des espèces de grande taille, bœuf et cheval, serait donc légèrement favorisée. Toutefois l’existence de limites bien visibles entre la partie fouillée et le secteur plus à l’ouest ne milite pas en faveur de parcelles avec habitat à une extrémité et jardins et dépotoirs à l’autre (ici, en contrebas des habitats). Ce qui découle malgré tout de cette comparaison, c’est qu’il s’agit plutôt d’une zone où les structures ont servi de dépotoir et que la proximité d’habitations se fait peu sentir : absence de lots avec de faibles poids moyens par exemple, ou absence de rejets directs de table ou de cuisine. La faible représentation globale de la volaille est d’ailleurs assez caractéristique de cet aspect.

3.3.2.3. Évolution de la part des espèces

375La principale caractéristique du corpus osseux de Sermersheim est l’homogénéité rencontrée dans la représentation de la triade domestique (bœuf, porc et caprinés) tout au long des trois périodes d’occupation. Les ossements de bovins sont systématiquement les plus nombreux, représentant toujours plus de 60 % du NR3 (fig. 295). A contrario, les caprinés sont particulièrement peu représentés avec moins de 10 % du NR3. Le porc, espèce essentiellement alimentaire, compte pour 20 à 30 % du nombre de restes des trois principales espèces.

376Les équidés sont particulièrement bien représentés puisqu’ils dépassent, pour les trois périodes reconnues, les caprinés en nombre de restes, avec respectivement 12,1 %, 8,4 % et 11,9 % du nombre de restes déterminés. Quelques ossements ont permis de tenter une distinction entre les différentes espèces d’équidés : le cheval, l’âne et leurs hybrides (mule et bardot).

377Tout d’abord, pour la période vie-début viiie siècle, le fond de cabane 1519 a livré deux crânes d’équidés sur lesquels il a été possible de mettre en œuvre une analyse des indices protoconiques (Eisenmann, 1980). La prise de mesures sur les dents supérieures des équidés permet de différencier le cheval de l’âne et, éventuellement, de leurs hybrides. Si le profil obtenu pour le premier individu rapproche clairement ce dernier du cheval, pour le second, l’identification à de l’âne est plus que probable (fig. 296).

378Pour la période fin viie-xe siècle, ce sont deux métacarpes issus du puits 2183 et de la cabane excavée 2188 qui ont été utilisés pour tenter la distinction. La méthode mise en œuvre ici est proche de celle des indices protoconiques. Les mesures prises sur les métacarpes sont comparées à celles d’une espèce de référence (Equus hemiones). Nous obtenons ainsi un profil pour chaque individu étudié. Ce profil est ensuite comparé aux profils types du cheval, de l’âne et de la mule (Eisenmann, Karchoud, 1982 ; Eisenmann, Beckouche, 1986). Les profils obtenus pour les métacarpes de la période fin viie-xe siècle s’apparentent très clairement à celui de la mule (fig. 297). Cependant, ils ne présentent pas de fosse distale sur leur face palmaire, critère morphologique typique des asiniens. Une légère dépression peut cependant être observée, mais elle ne peut pas être considérée comme discriminante. Il est préférable, pour cette raison, de rester prudent quant à l’attribution de ces métacarpes à la mule.

379Il apparaît que les équidés sont particulièrement bien représentés sur le site et, ce, pour les trois périodes d’occupation médiévales. Le cheval n’est pas l’unique espèce d’équidé employée à Sermersheim. Il semble qu’il soit accompagné de quelques individus asiniens, ânes et/ou hybrides (mules ou bardot). Nous pouvons noter, de plus, que ces espèces ne sont pas uniquement utilisées pour leur force de travail, mais qu’elles intègrent également le régime carné des occupants du site. En effet, dix ossements d’équidé portent des traces de découpe révélant la récupération et la consommation de viande. Trois de ces restes49 appartiennent à des structures de la première période, les sept50 restants à la seconde. Nous pouvons citer en exemple le cas d’un coxal de la première période ayant subi une mise en pièce au couperet et une désarticulation au niveau de l’acetabulum, pour séparer la tête du fémur (fig. 298).

Image 100000000000020000000169EB052C34A2A6443C.jpg

Fig. 298. Traces de mise en pièce et de désarticulation sur un coxal de cheval, SIL 1222, fin viie-xe s.

380Aux côtés des mammifères domestiques, les oiseaux de basse-cour occupent une place plus que modeste. En effet, rapportée au nombre de restes des trois principales espèces, leur part ne va pas au-delà de 2,5 % (2,1 % pour la période HMA 1, 1,4 % pour la période HMA 2 et 1,3 % pour la période HMA 3). Le coq et l’oie sont présents sur l’ensemble des trois périodes, tandis que le canard n’apparaît que pour la première. Il subsiste d’ailleurs une interrogation concernant l’appartenance de ces restes à un animal domestique et il serait peut-être préférable de les considérer comme un indice de la chasse de l’espèce.

381La part de la faune sauvage est négligeable. Les restes d’animaux sauvages (chassés ou non) n’atteignent pas 1 % du nombre de restes des trois principales espèces. Cette catégorie est même complètement absente de la période HMA 3. Exception faite du cas ambigu du canard, seuls les mammifères sont représentés : le cerf, le renard, le lérot et le hamster.

3.3.2.4. Âges d’abattage et choix des individus

382Comme souvent dans les sites ruraux, l’analyse des âges d’abattage se base sur un nombre limité de données, épiphysaires et dentaires, dont il faut tirer le meilleur parti. Le bœuf et le porc sont les deux seules espèces à avoir livré suffisamment d’informations à ce sujet pour être traitées.

383Pour le bœuf, ce sont les données épiphysaires qui sont les plus nombreuses (fig. 299). Elles permettent de mettre en évidence un abattage touchant principalement les animaux à viande (2-4 ans), notamment durant la période fin viie-fin xe siècle, et les animaux de réforme (plus de 4 ans). Nous pouvons noter, pour la période xe-xiie siècle, un abattage plus précoce de quelques individus âgés de moins de 15 mois. Les données dentaires, bien que peu nombreuses, offrent un profil ressemblant. Il résulte de ces observations l’image d’un élevage bovin essentiellement tourné vers la production de viande.

384Les données concernant l’âge des cochons sont particulièrement faibles numériquement. Celles touchant aux dents montrent cependant un abattage touchant essentiellement les animaux entre 1 et 2 ans (fig. 300). Les individus plus jeunes, notamment ceux âgés de 6-12 mois, sont peu représentés. Or, cette classe d’âge est habituellement bien représentée dans la mesure où les animaux abattus à cet âge offrent une viande de bonne qualité. Nous pouvons avancer deux explications à ce phénomène : soit les occupants du site ont cherché à s’approcher du rendement boucher maximal, soit l’absence d’abattage des individus d’un an est liée à la saison de naissance des animaux. En effet, si les jeunes cochons naissent au printemps, entre avril et mai, il peut sembler plus profitable de ne pas les abattre au printemps suivant mais à l’hiver, soit entre 20 et 24 mois. De ce fait, le premier automne qu’ils ont connu leur a permis d’engraisser grâce aux glands, châtaignes et autres faînes de la saison, mais ils ont pu perdre un peu de poids durant leur hiver. En attendant l’hiver de leur deuxième année, les cochons profitent d’un second engraissement à l’automne et l’abattage hivernal permet une conservation plus sûre de la viande.

385Une troisième hypothèse peut être formulée, pour laquelle nous n’avons aucune information : on peut imaginer qu’il existe une production de porc d’un an mais que ceux-ci sont entièrement destinés à être vendus et consommés ailleurs que sur le site.

386Outre les estimations d’âges d’abattage, la question de la gestion du troupeau porcin trouve également un élément de discussion dans le cas particulier du fond de cabane 1153. Ce dernier a reçu le cadavre d’une jeune truie gestante dont la peau a été prélevée avant son enfouissement, indication supplémentaire du fait que chez les animaux domestiques morts, ce qui a le plus de valeur après la viande c’est le cuir.

387Cet animal était âgé d’environ 16 mois lors de sa mort. D’un point de vue squelettique, son état sanitaire apparaît bon, aucune trace de fracture ou de maladie osseuse n’ayant été relevée. Les squelettes sub-complets de trois fœtus de cochon ont été prélevés au niveau de son abdomen. Un radius isolé d’un quatrième petit fait partie du matériel, mais il apparaît peu vraisemblable qu’il appartienne à la même portée, ce radius étant de taille très supérieure aux autres.

388La comparaison de la longueur de leurs os avec les données recueillies par Habermehl (1975) nous indique que nous aurions affaire à des fœtus d’environ 101-105 jours. Sachant que la gestation chez la truie est d’environ 115 jours, nous sommes donc face à une femelle proche de la mise bas, voire morte lors de celle-ci. En effet, l’estimation des âges des fœtus est sans doute légèrement sous-évaluée dans la mesure où Habermehl a travaillé sur des populations actuelles. Or, il a été observé un léger décalage entre les mesures de fœtus archéologiques et celles de fœtus actuels d’âges équivalents (cas des moutons de Pontoise ‘Rue de l’Ordre’, xiie siècle ; Jouanin, Yvinec, 2005). Il est donc possible d’estimer que les fœtus de Sermersheim sont légèrement plus vieux que ce qu’indiquent les données de référence.

389De plus, lors de la fouille, il a été noté que le crâne et les mandibules d’un porcelet étaient situés entre les deux coxaux de la truie. Il se pourrait donc que la mort de cette dernière ait été due à une mise bas compliquée.

390Si la mort est réellement survenue durant la mise bas, le jeune âge de l’animal peut-il avoir joué un rôle ? Comme il a été précédemment écrit, la durée de gestation chez la truie est de 115 jours, soit un petit peu moins de 4 mois. Cela signifie que la truie, âgée de 16 mois, a été fécondée aux alentours de 12 mois. La truie est sexuellement mature à partir de 6 mois. Cependant, les sources textuelles, et notamment les écrits d’Olivier de Serres en 1600 (Serres, 1996, p. 491), conseillent de ne faire porter la truie qu’à partir d’un an.

Image 10000000000003EB000001D714EFB44ED08C8D32.jpg

Fig. 299. Évolution des âges d’abattage chez le bœuf d’après les données épiphysaires, haut Moyen Âge.

Porc NR

HMA1

HMA2

HMA3

Total

0- 6 mois

1

1

0

2

6- 12 mois

1

1

0

2

12- 18 mois

2

1

1

4

18- 24 mois

2

1

1

4

24- 36 mois

1

1

0

2

> 36 mois

1

2

0

3

Fig. 300. Estimations des âges d’abattage chez le porc d’après les données dentaires, haut Moyen Âge.

391Deux solutions s’offrent à nous. Si les occupants du site cherchent à produire rapidement des cochons ou s’ils ne surveillent pas de manière poussée leur troupeau, la truie a pu être saillie dès sa maturité sexuelle. Dans ce cas, elle a pu mettre bas une première fois vers 10 mois, ce qui laisse deux mois pour sevrer les petits et pour que la mère redevienne fécondable. Nous serions donc ici face à sa deuxième portée.

392Si, au contraire, les occupants du site surveillent leur troupeau et produisent pour une consommation « familiale », alors ils ont pu attendre que leurs truies atteignent l’âge d’un an avant de les présenter au verrat. Dans ce cas, nous serions face à la première portée de cette femelle. Or, la première grossesse reste souvent la plus dangereuse pour les animaux.

3.3.2.5. Répartition anatomique et choix des morceaux

393L’analyse de la composition anatomique des restes des trois principales espèces nous permet de connaître partiellement les choix alimentaires des occupants du site. Cette approche n’est réellement probante que pour le bœuf et le porc, les vestiges de caprinés étant trop peu nombreux. Les données les concernant sont tout de même communiquées à titre indicatif.

394Pour le bœuf comme pour le porc, l’analyse de la distribution anatomique, qu’elle soit numérique ou pondérale (permettant ainsi de s’affranchir des effets de la fragmentation : Lepetz, Oueslati, 2003), offre une évolution des sélections des différents morceaux assez similaire. Cette distribution anatomique se caractérise par une prédominance des os des membres et des éléments crâniens, les premiers étant les plus privilégiés (fig. 301 et 302). Les morceaux moins intéressants, notamment le squelette axial, sont peu présents. Il apparaît donc une accentuation du choix des parties à viande au détriment des parties plus pauvres et notamment des vertèbres et des côtes.

3.3.3. Synthèse et comparaisons

395Si la prépondérance des bovins est habituelle dans les sites ruraux carolingiens, leur place (plus de 60 % du NR3) est particulièrement importante à Sermersheim, ce qui en fait sa principale caractéristique. Il a pu être établi qu’aucun biais taphonomique n’est à l’origine de cette situation, bien que les structures de ce secteur aient servi un temps de dépotoir, privilégiant ainsi, dans des proportions fort mesurées, les ossements d’animaux de grand gabarit.

396La fouille de plusieurs autres sites ruraux alsaciens contemporains de celui de Sermersheim permet quelques comparaisons intéressantes (fig. 303). Deux de ces sites offrent une situation similaire à celle de Sermersheim et une forte proximité géographique. Il s’agit des sites de Nordhouse ‘Oberfuert’ (Châtelet, 1998 et 2006) et de Osthouse ‘Lotissement Zorn de Bulach’ (Henigfeld, 2005), situés, comme Sermersheim, sur la rive gauche de l’Ill, mais quelques kilomètres plus au nord. Les sites de Marlenheim ‘La Peupleraie 2’ (Baudry, Yvinec, 2002) et de Nordheim ‘Am Neuen Berg’ (Putelat, 2011), distants de 2,5 km l’un de l’autre, sont assis au pied du Marlenberg, à la limite occidentale de la plaine d’Alsace, à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de Sermersheim. Toujours pour le département du Bas-Rhin, le site de Gambsheim ‘Hoheichweg’ est sis à quelques kilomètres au nord de Strasbourg, près du Rhin (Hachem, 1986). Enfin, l’habitat rural de Munwiller ‘Les Fleurs’ est situé lui aussi dans la vallée de l’Ill mais bien plus au sud, dans le Haut-Rhin, à mi-chemin entre Colmar et Mulhouse (Châtelet, à paraître).

Bœuf

HMA1

HMA2

HMA3

Tête

34,9

20,5

19,8

Vertèbres

7,6

10,1

3,1

Côtes

8,3

14,2

7,3

Membres

30,6

39,3

50,0

Pieds

18,71

15,85

19,79

TOTAL (NR)

278

366

96

Porcs

HMA1

HMA2

HMA3

Tête

45,2

30,3

26,7

Vertèbres

1,2

5,4

3,3

Côtes

4,8

10,8

16,7

Membres

35,7

42,2

46,7

Pieds

13,1

11,4

6,7

TOTAL (NR)

84

185

30

Caprinés

HMA1

HMA2

HMA3

Tête

41,2

29,9

50,0

Vertèbres

5,9

5,3

14,3

Côtes

5,9

5,3

0,0

Membres

32,4

57,9

21,4

Pieds

14,7

2,6

14,3

TOTAL (NR)

34

38

14

Fig. 301. Évolution chronologique de la répartition anatomique chez les trois principales espèces, en NR.

Image 10000000000003B700000212B3F0088A05FA97A4.jpg

Fig. 302. Évolution chronologique de la répartition anatomique chez les trois principales espèces, en PR.

Image 10000000000003FF0000025787783713B230B219.jpg

Fig. 303. Comparaison de la part des trois principales espèces (NR3), sur différents sites alsaciens.

397Le site de Sermersheim ‘Hintere Buen’ n’est pas le seul à compter un taux de bœuf supérieur à 60 % du NR3. Les sites de Nordhouse, Osthouse et Gambsheim ainsi que la première période de Nordheim offrent des proportions équivalentes ou supérieures. Pour les autres, la part du bœuf est d’environ 50 % du NR3, voire 40 % pour Munwiller. A contrario, ce dernier, tout comme la période xe-xie siècles de Marlenheim, apparaît riche en caprinés, ces derniers représentant entre 30 et 40 % du NR3. Sermersheim, Nordhouse et Gambsheim en sont, eux, particulièrement pauvres. Enfin, la part du porc est relativement stable, comprise entre 20 et 40 % du NR3, quelques sites faisant exception. C’est notamment le cas de Marlenheim qui voit sa part de cochon passer de 51 % du NR3 au vie siècle à seulement 12 % aux xe-xie siècles. Cette diminution se faisant dans un premier temps au profit du bœuf, puis en faveur des caprinés, elle atteste ainsi probablement un réel changement de l’orientation donnée à l’élevage.

398Il ne semble pas qu’un tel changement touche les sites de Sermersheim et de Nordhouse qui offrent une grande stabilité des choix d’élevage. La prédominance du bœuf est observable sur l’ensemble des séquences chronologiques. Le maintien des choix concerne également l’âge des animaux abattus, avec un abattage touchant essentiellement des animaux parvenus à maturité pondérale et des animaux de réforme. Il semble donc que l’élevage fût principalement tourné vers la production de viande bovine et, dans une moindre mesure, de force de travail. Ces choix particuliers pourraient trouver leur origine dans l’environnement de ces sites, à savoir la plaine alluviale du Rhin et plus précisément les rives de l’Ill. Cette zone est riche de terres propices à l’implantation de prairies permettant l’élevage et l’engraissement du gros bétail. Cette hypothèse peut être renforcée par les proportions non négligeables de restes d’équidés (de 8 à 12 % du nombre de restes déterminés à Sermersheim et de 4 à 13 % à Nordhouse). Les sites de Marlenheim et de Nordheim offrent le contre-exemple. Tous deux placés au pied des Vosges, les terres exploitées peuvent être moins bonnes et inciter les occupants à privilégier un autre élevage (le mouton pour Marlenheim ?), voire une autre activité, expliquant ainsi une proportion moindre des vestiges bovins.

399Le site de Gambsheim semble pouvoir répondre à la même logique de terres à pâture et donc d’un élevage privilégié des bovins. En revanche, le site de Munwiller fait exception : également situé dans la plaine de l’Ill, il privilégie pourtant l’élevage du mouton. Malgré une situation environnementale similaire, ces différents sites n’ont pas adopté des choix d’élevage identiques. L’explication pourrait se trouver dans les débouchés offerts à chacun de ces habitats ruraux. Les sites du Bas-Rhin sont tous proches de Strasbourg, que l’on pourrait identifier comme un marché important à alimenter. De plus, leur position sur les rives de l’Ill leur offre un accès particulièrement aisé à ce grand marché urbain. A contrario, le site de Munwiller, dans le Haut-Rhin, ne bénéficie pas de la proximité d’un tel lieu, les villes de Colmar et Mulhouse n’étant citées dans les sources écrites qu’à partir du ixe siècle.

3.4. Exploitation du milieu : l’étude dendrochronologique (W.T.)

3.4.1. Introduction

400D’une manière générale, les matériaux organiques se désintègrent très rapidement sous l’effet des micro-organismes s’ils sont exposés à l’air libre. La désintégration du bois est en premier lieu provoquée par des processus biologiques. Les agents majeurs de cette dégradation sont des champignons et des bactéries destructeurs de la matière ligneuse. La conservation du bois avec ses substances principales, la cellulose et la lignine, dépend du milieu de dépôt et des conditions qui y règnent. Seules des conditions exceptionnelles permettent une préservation sur plusieurs millénaires. Une bonne conservation du bois est garantie par des températures constantes au-dessous de zéro (permafrost), par une sécheresse extrême de l’air ou par un milieu d’humidité permanente51. Un des intérêts du site de Sermersheim est l’accessibilité de sa nappe phréatique, qui se trouve à moins de deux mètres du sol actuel, ce qui a contribué à la bonne conservation d’un grand nombre de cuvelages de puits et autres restes de bois.

401Trente et un des quarante-six puits dégagés à Sermersheim ont conservé leurs bois de cuvelage. Des fragments de planches, rameaux, copeaux et le fond d’un seul seau se trouvaient par ailleurs dans le comblement de certains de ces puits.

402Le présent travail porte principalement sur l’analyse des cernes du bois. Cette méthode permet la datation précise des pièces de bois. Les questions d’ordre chronologique forment la base de cette analyse des cernes de croissances, qui se prolonge dans une approche dendro-archéologique, avec la mise en relation des informations obtenues et des problématiques archéologiques.

3.4.2. Détermination des essences

403Alors que l’essence d’un bois récent sera la plupart du temps déterminée à l’œil nu, il en est tout autrement dans le cas de bois archéologiques déjà partiellement dégradés. En effet, les critères généralement utilisés à partir du bois, tels que la couleur, l’éclat, l’odeur, la dureté et le poids, se sont modifiés au cours du temps. Dans la plupart des cas, seul un examen microscopique des caractéristiques anatomiques permet une détermination sûre de l’espèce ou du genre. La détermination des essences a été effectuée à l’aide du référentiel descriptif de Fritz H. Schweingruber (Schweingruber, 1982) et d’une série de comparaisons récentes. Une détermination selon l’espèce ou le genre est rendue possible par l’examen à l’échelle microscopique des différents types de cellules, de leur agencement, de leurs dimensions, de leur nombre et de leur répartition.

404Huit essences sont représentées au sein des puits de Sermersheim (fig. 304). Les cuvelages des puits sont en chêne et en aulne ; ceux formés à partir de troncs d’arbres évidés sont exclusivement en chêne. Il peut s’agir des espèces suivantes : Chêne pédonculé (Quercus robur), Chêne sessile ou rouvre (Quercus petraea) et Chêne pubescent (Q. pubescens). Le Chêne pédonculé préfère les sols lourds mal drainés, par exemple en vallée et sur les rives de plans d’eau ; le Chêne sessile des sols plus légers, plus profonds, plus secs et plus chauds comme dans l’étage collinéen. Le chêne pubescent est bien plus rare, étant inféodé à des stations chaudes sur des pentes bien ensoleillées. De nos jours, on rencontre principalement dans les forêts alsaciennes le Chêne pédonculé et le Chêne sessile. Au plan anatomique, on ne peut pas différencier ces trois espèces. Selon toute vraisemblance, les bois étudiés concernent les deux premières espèces. Les propriétés technologiques des deux espèces sont très proches. Le bois de chêne est très dur, bon porteur, compact, élastique et particulièrement résistant en milieu sec ou humide. On l’a toujours privilégié pour le bois d’œuvre (cf. supra, II. 6., 6.1).

405Le cuvelage du puits 1001, qui comportait quatre madriers encore bien conservés, était construit à base de bois d’aulne (Alnus sp.). Le choix de cette essence répond ici à une volonté bien précise. En effet, le bois utilisé se laisse facilement travailler et est particulièrement résistant en milieu humide. Des cuvelages de puits fabriqués en bois d’aulne sont fréquents à l’époque gallo-romaine (Flotté, 2012, p. 147 ; Tegel, 2012, p. 139-164).

406Concernant les éléments ligneux du remplissage du puits, il s’agit, comme l’a montré l’analyse des cernes, de fragments de bois du cuvelage, de planches et du fond d’un seau. À cet ensemble s’ajoutent des rameaux brisés de noisetier, de sureau, de fruitier à noyau et de vigne, de 15 mm de diamètre et possédant cinq cernes en moyenne (fig. 305). Dans trois cas, il s’agit d’un anneau d’une trentaine de centimètres constitué de trois petites branches de noisetier entrelacées. Le sapin a été identifié sur une des planches qui constituent le fond du seau découvert à la base du puits 1303. Il s’agit d’une planche probablement utilisée pour la réparation du seau. L’orme est finalement attesté sous la forme de copeau.

Image 100000000000016C0000014E120BDD6DEBAB7EB2.jpg

Fig. 304. Glossaire français-latin des essences identifiées.

407Le matériel étudié ne présente qu’un aperçu très ponctuel et géographiquement limité de l’exploitation des forêts. Par conséquent son interprétation est forcément restreinte. D’après les nombreuses études effectuées dans l’est de la France, le chêne est apparemment l’essence exclusivement employée pour la construction, tandis que des bois prélevés dans des couches d’habitat sous la forme de charbons de bois ou de copeaux reflètent un éventail plus large d’utilisation et sont, en conséquence, d’une grande importance pour l’histoire de l’exploitation forestière. L’habitat des arbres ayant servi à fabriquer les madriers en chêne était probablement une forêt ouverte avec une alimentation en eau en quantité suffisante.

3.4.3. Datations dendrochronologiques

408L’étude dendrochronologique concerne des bois provenant de vingt-quatre puits circulaires à cuvelage en troncs évidés et de quatre puits à cuvelage en caisson. Au total, cinquante-sept échantillons se prêtent à une analyse. Parmi ces derniers, on compte trois bois d’aulne (Alnus sp.) et cinquante-quatre bois de chêne (Quercus sp.). Les puits à tronc sont exclusivement réalisés en bois de chêne. Les segments inférieurs des troncs évidés appartiennent à la partie intermédiaire entre le tronc et les racines. Cette particularité est à l’origine de courbes de cernes irrégulières et fortement perturbées. Les analyses ont été considérablement compliquées par la présence de bois de réaction que l’arbre formait à cet endroit pour des raisons statiques.

No US

Objet

Essence

Cernes

Type

18433

Anneau (18433.02)

Noisetier

5

Bois rond

18433

Copeau

Orme

2

Fendage tangentiel

19266

Fragment

Chêne

6

Fendage radial

19266

Anneau (19266.01)

Noisetier

2

Bois rond

21835

Copeau

Chêne

3

Fendage tangentiel

21835

Copeau

Noisetier

4

Fendage tangentiel

21835

Rameaux

Fruitier à noyau

4

Bois rond

21835

Rameaux

Noisetier

5

Bois rond

21835

Rameaux

Sureau

1

Bois rond

10793

Rameaux

Noisetier

5

Bois rond

10793

Rameaux

Vigne

10

Bois rond

16283

Anneau (16283.03)

Noisetier

5

Bois rond

Fig. 305. Détermination des essences des bois issus des comblements des puits.

409La mesure des largeurs de cernes a été effectuée à l’aide d’un appareil de mesure électronique relié directement à un micro-ordinateur. Le programme PAST (Sciem. com) a été utilisé pour le traitement des données. La synchronisation et la corrélation des séries de mesure ont été opérées sur des bases statistiques à l’aide du coefficient de coïncidence, du pourcentage d’années caractéristiques communes et du T-test d’après les transformations de Hollstein et de Baillie et Pilcher (Hollstein, 1980 ; Baillie, Pilcher, 1973). Les résultats de ces calculs ont principalement servi de support à une analyse visuelle des courbes de croissance.

410Grâce aux corrélations de trente et une courbes de croissance des cernes, il a été possible d’établir une chronologie des cernes couvrant l’ensemble du haut Moyen Âge, de 427 à 1069 ap. J.-C. Cette courbe moyenne, longue de 643 ans, a été calée sur les référentiels régionaux (fig. 306 et 307). Les cuvelages en bois de chêne, datés par dendrochronologie, ont permis d’établir une importante chronologie de référence pour l’est de la France.

411La datation dendrochronologique peut donner un résultat plus ou moins précis. Dans le cas idéal, on obtient une date à l’année près (datation sur cambium), quand le dernier cerne formé est présent sur l’échantillon. Pour les chênes, il est également possible d’obtenir une date estimée à partir de l’aubier résiduel (datation sur aubier). Si des bois rongés par le temps ou travaillés à la hache ont partiellement conservé des restes d’aubier sur leur pourtour, ils peuvent être datés à l’intérieur d’une certaine fourchette, en complétant les cernes manquants. Il s’agit là d’une estimation, l’aubier des chênes comportant en fonction de l’âge cambial entre dix et trente cernes. Par conséquent, on obtient, avec une reconstruction théorique de 20 ± 10 cernes pour le bois d’aubier, une datation de la mort de l’arbre avec une précision de ± 10 ans.

Image 10000000000003BB000001F778A88A07FA560801.jpg

Fig. 306. (a) : des séquences de cernes en bloc diagramme ; (b) : présentation des 31 séries datées en position synchrone ; (c) : la courbe moyenne (rouge) en position synchrone avec la courbe de référence d’Allemagne du Sud (bleu). Les valeurs brutes sont filtrées ici avec moyenne glissante de 20 ans.

Image 10000000000001FF0000008A5AEE7E4F0D0FC854.jpg

Fig. 307. Résultats des corrélations. La courbe moyenne de Horbourg-Wihr Kreuzfeld 2012 avec des références. THO : T. test 1 (transformation selon Hollstein, 1980) ; TBP = T. test 2 (transformation selon Baillie et alii, 1973).

Image 10000000000003CA00000241535F964BD36A2D9A.jpg

Fig. 308.Présentation des séquences des cernes des 19 puits de Sermersheim en bloc diagramme.

412Si le bois d’aubier n’est pas conservé, seul le dernier cerne représenté peut servir de référence pour la datation. Dans ce cas, il s’agit d’une datation sur bois de cœur qui indique la première date possible pour l’abattage de l’arbre (terminus post quem).

413Dix-neuf cuvelages de puits ont ainsi pu être datés (fig. 308). Dans sept cas, les datations sur cambium ont permis de déterminer la date d’abattage des arbres à l’année près. Pour les autres échantillons, les datations ont été réalisées uniquement sur l’aubier. Selon les datations dendrochronologiques, le premier puits a été construit au tournant des vie et viie siècles (596 ± 10 ap. J.-C.) et le dernier en l’an 1069 (fig. 308). Du vie au xie siècle, de nouvelles constructions de puits sont attestées pour chaque siècle. Un seul puits date du vie siècle. Les autres datations reflètent une activité de construction qui s’est essentiellement déroulée au xe et au xie siècle. Les puits circulaires ont été construits tout au long de la période concernée, témoignant d’une continuité et d’une certaine tradition de construction sur le site.

3.4.4. Cernes de croissance et précipitations au premier Moyen Âge

414L’étude des cernes de croissance s’est imposée comme moyen d’approche pour la reconstitution du climat car elle est en mesure de livrer des données parfaitement datables et d’une bonne résolution temporelle et spatiale. C’est à cette approche qu’on doit les bases de la paléoclimatologie de haute définition pour des périodes remontant à quelques siècles ou à plusieurs millénaires (PAGES 2k Consortium 2013).

415Des bases de données chronologiques ont notamment été développées pour les chênes (Quercus spec.) afin de dater des bois d’origine archéologique ou historique pour quasiment l’ensemble de l’Holocène du nord-est de la France. C’est ainsi qu’on dispose désormais d’une chronologie de référence bien fondée pour les régions Champagne, Lorraine et Alsace sur une période couvrant les derniers 2500 ans (Tegel et alii, 2010 ; Tegel, Vanmoerkerke, 2011). Pour cette période, la quantité de données disponibles pour chaque année peut osciller entre un nombre très réduit et des milliers. Le bois provenant de bâtiments historiques permet de remonter jusqu’au haut Moyen Âge, mais pour l’approche de périodes plus reculées c’est le recours à des bois émanant de fouilles archéologiques et conservés dans un environnement humide, généralement dans la nappe phréatique, qui s’impose. Dans la plupart des cas, il s’agit de matériel prélevé dans d’anciens puits. Si pour la période de La Tène et l’époque romaine, une grande quantité de matériel a été étudiée ces dernières décennies, peu de matériel attribué à la période altomédiévale a en revanche fait l’objet d’analyses. La reconstitution climatique à partir de données de cernes de croissance requiert cependant un large éventail de relevés dendrochronologiques, car seul l’échantillonnage le plus exhaustif possible permet par le recours à des données moyennes d’éliminer ou d’ignorer les influences liées au site et indépendantes du climat (par exemple les effets de la concurrence et de la dynamique des peuplements) (Büntgen et alii, 2012).

416La découverte récente de nombreux puits à Sermersheim constitue une contribution très précieuse à l’établissement d’une chronologie de référence des cernes de croissance pour la période altomédiévale (Tegel, Peytremann, 2011) (fig. 309 et 311B). C’est ainsi que les échantillons de chênes prélevés dans quarante-cinq puits ont permis d’établir une chronologie de 643 ans couvrant l’ensemble de la période altomédiévale (427-1069) et venant compléter les reconstitutions dendroclimatologiques disponibles (Büntgen et alii, 2011).

3.4.4.1. Les cernes de croissance : un résumé de l’évolution du climat

417Jusqu’à présent, on a surtout eu recours aux données livrées par l’étude des chênes pour restituer les précipitations en Europe centrale (Kelly et alii, 2002 ; Büntgen et alii, 2010 ; Čufar et alii, 2008). Des tendances s’affirmant sur des périodes de plusieurs décennies ou de plusieurs siècles au sein des séries dendrochronologiques réalisées sur des échantillons de chênes permettent de cerner des fluctuations des conditions hydro-climatiques (fig. 311). Il importe à cet effet que toutes les influences d’origine non climatique perturbant le développement des cernes soient identifiées et éliminées. Un certain nombre d’approches standard, s’appuyant sur des méthodes statistiques, ont été mises au point pour identifier, mettre en exergue ou éliminer des tendances de croissance (Fritts, 1976 ; Cook, Kairiukstis, 1990). Toutes ces méthodes ont en commun l’utilisation de fonctions de compensation, de moyennes autorégressives ou de filtres afin de conserver le facteur perturbateur externe impactant commun (par exemple, le climat) au sein du spectre de haute, moyenne ou basse fréquence.

418Pour la standardisation des cernes des chênes, on a opté pour une approche opérée sur la base d’un modèle de croissance empirique élaboré à partir des présentes séries de données régionales (Briffa et alii, 1996). Cette méthode (RCS : Regional Curve Standardisation) prend en compte prioritairement la courbe de croissance biologique des arbres ainsi que des modifications soudaines de la croissance telles que celles induites par des éclaircissements de peuplements. En phase de jeunesse, les chênes sont tributaires de bonnes conditions photiques et affichent alors une bonne croissance rapide (tendance d’âge).

Image 1000000000000421000002D78D77945EE9B5DFB0.jpg

Fig. 309. Sites du haut Moyen Âge de l’est de la France pour lesquels on dispose de données sur les chênes. Représentation de la totalité de la période couverte par des données dendrochronologiques.

3.4.4.2. Les fluctuations hydroclimatiques du haut Moyen Âge

419La comparaison de la croissance récente des chênes avec des données climatiques enregistrées dans des stations atteste une forte dépendance à l’égard des précipitations printanières (avril à juin) de la croissance des cernes (fig. 310). En transférant cette fonction, il est possible d’estimer les conditions de précipitations de fin de printemps ayant prévalu au haut Moyen Âge (fig. 311A).

420À partir du ve siècle, les conditions deviennent plus sèches qu’à la période antérieure. Le vie siècle est caractérisé par des faibles précipitations en tout début d’été, ce qui a dû perturber la qualité des récoltes de céréales. Des forts rendements sont en effet dépendants de bonnes conditions de précipitations à cette période de l’année, alors suivies de périodes estivales chaudes et modérément sèches. La reconstitution des températures estivales pour ce siècle laisse entrevoir une certaine fraîcheur (Büntgen et alii, 2011). Ce n’est qu’à partir du viiie siècle que les précipitations affichent à nouveau un niveau plus important, comparable à celui du xxe siècle.

421Une période très humide est attestée pour le milieu du xe siècle, débouchant sur une phase bien plus sèche à la fin du même siècle. Bien des facteurs climatiques et leurs combinaisons peuvent entraîner des baisses de rendements, voire des destructions de récoltes. Au vu des précipitations, on peut conclure que les conditions climatiques de la période s’étendant du ve siècle jusqu’à la fin du viie siècle étaient défavorables à l’agriculture, alors que celles couvrant les viiie et ixe siècles lui étaient propices.

422Cette reconstitution des conditions de précipitations sur une aussi longue période n’est cependant pas exempte d’incertitudes. La période sèche de l’époque mérovingienne a ainsi pu être quelque peu exagérée dans cette reconstitution. Il se peut que la plus faible croissance des chênes reflète aussi un développement forestier à une échelle suprarégionale que les filtres statistiques n’ont pas pu détecter. Des crises et l’effondrement de l’Empire romain ont été accompagnés d’une déprise démographique, avec une réduction sensible de la pression sur les chênes (Kaplan et alii, 2009). Bien des forêts ont ainsi pu se régénérer pour évoluer à nouveau vers des peuplements à structure primaire au sein desquels la concurrence a pu générer des faibles taux d’accroissement. On peut cependant difficilement appréhender à quel point ces processus de dynamique forestière ont pu influencer la tendance de faible fréquence affichée par les cernes. En comparant les taux de croissance sur l’ensemble des 2500 ans de données sur les chênes, force est de constater que les croissances enregistrées pour le vie siècle sont les plus faibles (Büntgen et alii, 2011).

Image 10000000000003C100000139CB42AB69F468DFCD.jpg

Fig. 310. Relations entre des données récentes issues de mesures de précipitation (avril, mai, juin) et la largeur des cernes de chênes. A : Corrélations glissantes sur une fenêtre de 41 ans entre des précipitations AMJ (avril-mai-juin) et la chronologie des chênes (après 150 ans de ‘Spline detrending’) avec cœfficient de corrélation de ‘Pearson’ (95 % de signifiance) ; B : précipitations mesurées (en bleu) AMJ et chronologie des chênes après mise à l’échelle.

Image 10000000000003C400000224977C90DD37947E4D.jpg

Fig. 311. A : Restitution des précipitations moyennes de l’AMJ (avril-mai-juin) pour des années données et la tendance comme écart type de la moyenne des précipitations (1961-1990 AD) après filtrage RCS ; B : 373 séquences des cernes des bois de l’est de la France avec dates d’abattage entre 500 et 1000 AD.

423L’hypothèse d’une période très sèche est par ailleurs confortée par des découvertes dans le sud-ouest de l’Allemagne. De nombreuses tombes sont en effet actuellement localisées dans des couches désormais au sein de la nappe phréatique, laissant entrevoir qu’à ces époques, le toit de la nappe était bien plus bas et que, jusqu’à ce jour, il n’est plus jamais retombé aussi bas (Paulsen, 1992).

4. ÉCHANGES ET ACTIVITÉS COMMERCIALES

4.1. L’approvisionnement en céramiques à sermersheim du vie au xiie siècle : la place du site dans les réseaux d’échange régionaux (M.C.)

424La région du centre de l’Alsace est encore très peu connue pour les périodes mérovingienne et carolingienne (cf. fig. 8). Située à la jonction des deux espaces économiques nord et sud qui se partagent la plaine à cette époque (Châtelet, 2002a, p. 168-187), elle dispose d’une situation et de réseaux d’échange particuliers qui demandent encore à être étudiés.

425Le faible nombre des ensembles bien datés à Sermersheim ‘Hintere Buen’ a cependant limité l’analyse. L’étude de la représentation des catégories par périodes au sein de ces ensembles (fig. 191) a néanmoins permis de mettre en évidence, au cours des cinq ou six siècles de l’occupation, des modifications dans l’approvisionnement en céramiques, qui semblent être significatives. Quatre périodes ont été distinguées.

426Pour l’époque mérovingienne, l’homogénéité générale des pâtes laisse envisager des productions provenant principalement d’ateliers situés dans la proche région. Les récipients culinaires se composent alors de céramiques rugueuses tournées que viennent compléter quelques céramiques grossières montées au colombin, confectionnées dans le cadre domestique (fig. 190). La vaisselle non culinaire, peu représentée, figure à travers un très petit nombre de productions fines tournées et par un lot inhabituel de céramiques fines orangées importées. Regroupant au moins cinq bols et un pot, ces importations proviennent probablement des ateliers du Rhin moyen. La présence exceptionnelle de ces productions en Alsace, également identifiées dans un habitat à Riedisheim (Haut-Rhin) et dans une tombe à Witternheim (Bas-Rhin), laisse penser à des acquisitions personnelles plutôt qu’au produit d’un véritable commerce (Châtelet, 2002a, p. 83, 89-90 et 180). Leur répartition sur le site dans des structures relativement proches (FDC 1818, PUI 1843 et FOS 1844) tend également à conforter cette hypothèse.

427Les deux grands centres qui ont remplacé la disparition, au viie siècle, des petits ateliers de potiers, produisent au sud de l’Alsace la céramique micacée montée au colombin et au nord la céramique à pâte claire tournée (Châtelet, 2002a, p. 168-173). Sermersheim se trouve au centre de la zone de contact de l’aire de diffusion de ces deux groupements de production.

428Cette situation est à l’origine du fait que les habitants du site se sont approvisionnés préférentiellement tantôt dans l’un, tantôt dans l’autre centre selon les époques. Les quelques importations proviennent du nord du Pays de Bade, sur la rive droite du Rhin, et sont constituées par les céramiques à pâte claire granuleuse. Selon la nature des approvisionnements, trois phases se succèdent jusqu’à l’abandon du secteur étudié. Au viie siècle, la vaisselle est dominée par les pâtes claires et composées pour moitié des productions alsaciennes, pour l’autre des céramiques du Pays de Bade. Au viiie siècle, l’interruption quasi totale de ces importations conduit les habitants à ne plus s’approvisionner qu’en productions régionales : jusqu’au xe siècle, pâtes micacées du sud de l’Alsace et pâtes claires du nord vont alimenter en quantité presque égale les besoins en poteries des habitants. Au xe/xie siècle, des transformations dans la production régionale et l’apparition de nouveaux ateliers vont modifier une dernière fois le cours de ces approvisionnements. Les pâtes micacées deviennent alors majoritaires, les pâtes claires, remplacées peu à peu par les pâtes grises, ne jouant plus qu’un rôle très secondaire. Les pâtes claires seront à leur tour remplacées par une nouvelle production d’origine inconnue, la céramique orangée de technique mixte qui tient dans la zone d’activités spécifiques de Sermersheim un rôle relativement important (quatre-vingt-sept fragments, soit un minimum de trente-deux individus) contrairement aux localités proches d’Osthouse et de Nordhouse (Henigfeld, 2005b ; Châtelet, 2006a).

429Ces modifications, fréquentes dans les circuits d’échange, sont, à défaut d’autres études dans la région, encore difficiles à interpréter en termes historiques ou économiques. Le faible nombre d’habitats fouillés dans le centre de l’Alsace ne restitue qu’une image très incomplète du fonctionnement de cette zone et il est encore trop tôt pour déterminer si Sermersheim s’inscrit dans le cadre des circuits d’échange habituels ou si ses relations sont particulières.

4.2. Le numéraire (É.P.)

430Deux monnaies d’argent médiévales ont été trouvées sur le site. Les dix autres espèces mises au jour sont antiques (ier siècle av. J.-C.-ve siècle ap. J.-C.). Le lot le plus important (neuf monnaies), daté du Bas-Empire, est à mettre en relation avec l’occupation contemporaine qui est attestée (Peytremann, Kuhnle, à paraître), à l’exception de la monnaie 1371.01 en alliage cuivreux qui a été découverte dans la sépulture 1371 (cf. Catalogue des sépultures). Il est néanmoins possible qu’un certain nombre de ces monnaies aient pu continuer à circuler durant la période mérovingienne dans la mesure où elles conservent une valeur fiduciaire52.

Image 100000000000015200000165956B8D0E453AA5AD.jpg

Fig. 312. Monnaies en argent. 1. Denier [Inv. 13961-001] ; 2. denier [Inv. 21841.01]. DAO : A. Burgevin.

431La première monnaie d’argent, découverte dans le comblement d’une cabane, est un denier frappé sous Louis le Pieux (781-840) avec un temple tétrastyle accompagné de la légende ++ PISTIANA RELIGIO (fig. 312, no 1). L’atelier n’a pas pu être déterminé. Ce type de denier, frappé dans les années 822-840, est très courant au vu des rares monnaies du premier Moyen Âge découvertes en fouille. Ainsi, localement, deux autres exemplaires ont été découverts lors de fouilles préventives dans le Bas-Rhin à Saint-Nabor, sur le site de l’abbaye de Niedermunster en 1970-71 (Moesgaard, 2002) et à Marlenheim lors de la fouille de ‘La Peupleraie 2’ (Moesgaard, 2005, p. 11). Ces monnaies sont également bien connues sur tout le territoire français puisque sur 2587 monnaies de Louis le Pieux découvertes en contexte de dépôt, 55 % portent le type au temple (Depeyrot, 1993). J. C. Moesgaard estime que ces deniers circulent encore dans les années 880 (Moesgaard, 2002).

432S’il est délicat de statuer sur la présence d’une seule monnaie de cette période dans le gisement, il convient néanmoins de souligner la rareté des découvertes de monnaies dans les sites ruraux non funéraires de cette époque. La présence de cette monnaie trouve peut-être un sens dans la nature du secteur fouillé, à savoir une zone d’activités artisanales et agricoles.

433La seconde monnaie d’argent, qui provient très probablement du comblement supérieur du silo 2550 qui coupe la cabane FDC 2181 (21841-001), est aussi un denier (fig. 312, no 2). Plus récent, il est frappé à Strasbourg sous autorité des évêques, entre 1170 et 1190. Ce type est recensé dans plusieurs trésors alsaciens (Verbeke, 2001).

434Catalogue

435Seules les monnaies découvertes en contexte altomédiéval sont présentées dans ce catalogue. Pour les autres monnaies, on se référera à Peytremann, Kuhnle, à paraître.

43613711-001
Antoninien de Postume, imitation, entre 259 et 270.
D/[..]MVS AVG, buste à D, radié, drapé, cuirassé.
R/[..]//S [..], figure debout au centre.
Alliage cuivreux ; Ø 1,84 cm ; 2,17 g ; 6h.

43713961-001 (fig. 312, no 1)
Denier de Louis le Pieux, 822-840.
D/HLVDO[vvicvs i] MP, croix dans un cercle perlé, cantonnée de quatre points.
R/[+ + pisti] ANA REL[igio], temple tétrastyle sur deux degrés à fronton triangulaire, surmonté d’une croix, une autre croix entre les colonnes.
Argent ; monnaie cassée ; Ø 1,5 cm ; 0,83 g.
Morrison, Grunthal 472.

43821841-001 (fig. 312, no 2)
Denier de l’évêché de Strasbourg ; Strasbourg, entre 1170 et 1190.
D/buste à G, tête nue et tonsurée, portant les habits sacerdotaux, levant une main pour bénir et tenant une crosse de l’autre. R/Église vue de l’occident, portail à trois portes, trois tours surmontées de croix.
Argent ; Ø 1,59 cm ; 0,63 g ; 6h.
Verbeke E, XXI, 205.

43930961-001
Nummus au type Gloria exercitus, une enseigne frappé entre 335 et 341. L’avers n’étant pas lisible, la personne représentée, Constantin ou l’un de ses fils, ne peut pas être identifiée, atelier indéterminé.
D/CON[..], buste à D.
R/[glor]-[i] A EXERC-I[tvs]//[..], deux soldats encadrant une enseigne.
Alliage cuivreux ; Ø 1,94 cm ; 1,5 g ; 12h.

4.3. Des indices d’importation : la provenance du mobilier lithique (É.P.)

440Au moins deux types d’artefacts réalisés en pierre témoignent d’une provenance exogène. Le premier type correspond aux deux aiguisoirs 22031.01 et 22601.02 réalisés dans un grès de la fin de l’Oligocène, dont les gisements connus sont localisés à l’extrême nord de l’Alsace, à la frontière avec le Palatinat, dans l’Outre-Forêt, ou à l’inverse, à l’extrême sud de la région, dans le Sundgau. Dans les deux cas cela représente une distance d’environ 80 km à vol d’oiseau de Sermersheim.

441Le second type d’artefact est un fragment de vaisselle en pierre ollaire provenant des Alpes orientales, à environ 300 km à vol d’oiseau de Sermersheim.

4.4. Conclusion (É.P.)

442Les différents éléments mobiliers analysés montrent que pour la période HMA 1 les échanges sont principalement limités à la proche région, avec néanmoins des importations de la rive droite du Rhin et la présence d’un type de céramique provenant d’une région éloignée de plus de 250 km (fig. 313).

443Au HMA 2, le circuit des échanges est modifié, notamment du fait de la réorganisation de l’artisanat potier. Ainsi, les échanges sont essentiellement régionaux mais ils s’effectuent sur une plus grande distance. Ce niveau régional est également celui qui est envisagé pour les pierres à aiguiser. La question se pose pour le fragment de pierre ollaire qui date probablement du HMA 2 au plus tard et qui provient d’une région éloignée de plus 300 km.

444Au HMA 3, le circuit des échanges change à nouveau, toujours en relation avec la transformation des productions céramiques. La localisation des ateliers sollicités demeure en revanche inconnue.

445L’apport de l’étude à la connaissance des échanges reste modeste, notamment en l’absence de connaissance de l’atelier de frappe du denier de Louis le Pieux et des incertitudes chronologiques. En revanche, la présence de certains produits tels le récipient en pierre ollaire, a priori exclus d’échanges commerciaux réguliers, peut éventuellement trouver des éléments d’explication dans la forte implantation monastique attestée à Sermersheim (cf. V. 1).

Image 1000000000000204000003025C61728259BAE878.jpg

Fig. 313. Géographie des échanges d’après le mobilier. DAO : É. Peytremann.

Notes de bas de page

1 L’appellation de « céramique fine orangée » a été donnée en Alsace aux quelques exemplaires de ce groupe trouvés dans la région (Châtelet, 2002a, p. 89-90). Dans le cadre du travail réalisé par R. Marti et G. Thierrin-Michaël sur l’habitat de Develier-Courtételle, elle a été désignée sous le nom de « céramique tournée orange ». Sur ce site, elle est particulièrement bien représentée (Marti et alii, 2006, p. 23-24 et 54-66).

2 Sa très faible représentation à Spire (Schenk, 1998) exclut sa production dans le Palatinat.

3 Les fouilles à Sarrebourg ont livré des rebuts de cuisson (Lutz, Beyer, 1964) ; à Ingwiller, des fours ont été également découverts (Henigfeld, 2013). Les deux interventions réalisées sur des superficies limitées n’ont touché que les structures des xive et xve siècles.

4 À Imling (Moselle), ce groupe technique est appelé « céramique grise tournée à pâte dure » (Châtelet, 2002, vol. 1, p. 74). Dans la mesure où cette céramique n’est pas systématiquement de couleur grise, il a paru préférable de la rebaptiser en « céramique tournée sableuse ».

5 Châtelet, 2013 ; Châtelet, 2006a ; Strich et alii, 1999 et Peytremann, 2008b.

6 Généralement, ils ne figurent que par quelques exemplaires dans les habitats. Seul à Riedisheim ‘Leibersheim’, ils étaient également nombreux (Châtelet, 2002a, p. 69-70).

7 Cette datation, plus resserrée que celle, entre la seconde moitié du xe et la fin du xiie siècle, proposée par Y. Henigfeld dans sa thèse (2005), repose sur une étude par sériation des ensembles les plus importants des xe-iie siècles connus en Alsace. Cette sériation a été réalisée à l’occasion de l’exploitation du mobilier céramique de l’habitat de Pfulgriesheim (Châtelet, 2013).

8 Sur ces indices, voir Châtelet, 2002a, p. 189-190.

9 Une analyse des compositions est actuellement en cours.

10 Les notices ont partiellement été rédigées par Hubert Cabart † à l’occasion du rapport de fouille.

11 Les quatre premiers chiffres renvoient au numéro du fait, le dernier à l’unité stratigraphique, la numérotation après le point à l’inventaire des objets dans l’unité stratigraphique ; cf chap. 3.3.1. de la première partie.

12 D’après la notice réalisée par É. Alonso pour le rapport de fouille.

13 Voir à ce sujet la note 44 dans Linlaud, 2009, p. 133.

14 Notamment sur les sites de la Grande-Paroisse et de Varennes ‘Les Prés Pourris’ en Seine-et-Marne.

15 Sites de ‘Petite rue de l’Église’, fouilles anciennes, d’Istra (Waton, 1991, pl. LIII) et de ‘l’Homme de fer’ (Schwien, 1997) et de ‘l’Église Saint-Étienne’ (Billoin, 2003, p. 284).

16 18932.01, 11811.02, 13711.03, 18711.01 et 12511.01

17 Que mes collègues néolithiciens et paléolithiciens J.-B. Lajoux, Pierre Girard, Ph. Lefranc et Audrey Blanchard soient remerciés pour leur aide dans la rédaction de ces notices.

18 Information orale de F. Gentili et S. Jesset lors de séminaires d’archéologie du premier Moyen Âge, organisés par É. Peytremann à l’université de Paris 1.

19 Les exemplaires connus sont datés du vie au xe siècle pour les cinq provenant du site de Nordheim (Koziol, 2011, p. 185), du viie s. pour celui de Marlenheim ‘Apprederis’ (Châtelet, 2006b, p. 205), des viiie-ixe siècles pour les deux respectivement découverts à Ruelisheim (Strich et alii, 1999) et à Munwiller (Châtelet, 1999, p. 29), des viie-xiie siècles pour les sept provenant de Marlenheim ‘Hofstatt’ (Châtelet, 2009, p. 116) et des xie-xiie siècles pour celui exhumé à Osthouse (Henigfeld, 2005b, p. 94). Seul, le site de Pfulgriesheim (Peytremann, 2013, p. 212-215) se distingue avec neuf fusaïoles mises au jour et datées d’une période comprise entre le milieu du viie et le début du viiie siècle pour l’une et des xe-xie siècles pour les huit autres.

20 Par atelier, il est entendu le lieu d’implantation d’un métier à tisser.

21 Auxquels il faut ajouter le peson 11721.04, non représenté.

22 Le site d’Osthouse (Bas-Rhin) a livré quatre pesons (Henigfeld, 2005b), dont deux entiers ; les sites de Nordhouse (Châtelet, 2006a), Marlenheim ‘Appprederis’ (Bas-Rhin) ou de Ruelisheim (Haut-Rhin) n’ont livré qu’un ou deux NMI.

23 Cette datation a été revue par rapport à celle qui est fournie dans le rapport de fouille.

24 Un usage dans le cadre d’un travail du cuir n’est pas totalement exclu. En revanche, l’hypothèse parfois avancée de lingot de verre apparaît, ici, guère pertinente (Bartels, 2008, p. 9).

25 Marlenheim ‘Apprederis’ (Châtelet, 2006b, p. 205).

26 Des lissoirs sont également connus pour la période viiie-xiie siècle sur les sites de Ruelisheim (Strich et alii, 1999), Munwiller (Châtelet, 1999, p. 29), Geispolsheim (Billoin, 2005, p. 62-63), Nordhouse (Châtelet 2006a, p. 36 ; fig. 23) et Marlenheim ‘Hofstatt’ (Châtelet, 2009, p. 116).

27 Pour la définition et la description des déchets de la chaîne de production du fer, on se reportera à Mangin, 2004, chapitres 2 et 3, ainsi qu’aux figures 1 et 2 de l’introduction p. 8 et 9, ou à Eschenlor et alii, 2007, p. 13-15.

28 Deux déchets (40 g) proviennent d’US datées de la protohistoire, deux autres déchets (52 g) proviennent d’US datées de la période antique, et dix déchets (968 g) proviennent d’US non datées.

29 Il s’agit des fragments de panse en pâte claire 13751.05, 22882.04 et des fragments de base 11231.01 et de panse 25201.008 en pâte micacée.

30 Il s’agit des sites de Pfulgriesheim (céramiques nos 22582.06 et 22851.01 ; Châtelet, 2013, p. 171) et de Merxheim dans le Bas-Rhin (Treffort, Dumont 2000, p. 61).

31 Que François Gentili soit remercié pour ces informations.

32 Cette partie a partiellement été rédigée à partir de l’étude réalisée par F. Jodry à l’occasion du RFO.

33 Auxquelles s’ajoute l’exemplaire [Inv. 22371.001], non représenté.

34 Auxquelles s’ajoute l’exemplaire [Inv. 11721.001], non représenté.

35 . Il s’agit des sites de Marlenheim ‘Hofstatt’, de Marlenheim ‘La Peupleraie 2’, Marlenheim ‘Apprederis’ et de Nordhouse.

36 Les lests de plomb ont en effet pu être ramassés pour être recyclés, comme cela a été mis en évidence dans la villa de Burgille (Doubs ; Fort et alii, 2010, p. 20-23).

37 Il s’agit des sites de Marlenheim ‘La Peupleraie 2’ (Bas-Rhin ; Wiethold, 2002) et Marlenheim ‘Hofstatt’ (Wiethold, 2009a, 2013e), Munwiller ‘Les Fleurs’ (Wiethold, inédit), Mulhouse ‘Église Saint-Étienne’ (Haut-Rhin ; Lundström-Baudais, Guild, 1997), Roeschwoog (Bas-Rhin ; Schaal, 2010b) et Nordheim (Schaal, 2011).

38 Nubécourt ‘Aux Villées’ (Wiethold, 2011a), Les Trois Domaines ‘La Hachie’ (Wiethold, 2010c), Prény ‘Ferme de Tautecourt’ (Wiethold, 2011b) et Saint-Epvre ‘Le Château’ (Wiethold, 2011c).

39 Ennery ‘ZAC du Breuil’ (Wiethold, 2009d), et Mondelange ‘PAC de la Sente’ (Wiethold, 2009c) ainsi que la vallée de l’Orne : Vitry-sur-Orne ‘Voie rapide 52’ (Wiethold, 2009b ; Wiethold, Bonnaire, 2011) et ‘ZAC de la Plaine’ (Wiethold, 2009b ; Daoulas, 2012).

40 . Par exemple dans la plaine pré-vosgienne sur la vallée du Madon : Frebécourt ‘La Fourche’ (Wiethold, 2010a) ; dans la Meuse : Chavigny ‘La Haldat’ (Wiethold, 2007), Aubréville ‘Le Chien pendu’ (Wiethold, 2005 ; Vermard, Wiethold, 2008), Demange-aux-Eaux ‘Voie des Potiers’ (Wiethold, 2012a) et Dieue-sur-Meuse ‘Grand Rattentout’ (Wiethold, 2013a) ; dans le secteur de Sarreguemines (Grosbliederstroff/Gungling, J. Cayrol, données inédites) et au Pays-Haut (Mexy ‘Devant le bois de Mexy/Les Racrutes, site 3’ (Wiethold, 2010c).

41 La préparation technique des échantillons a été réalisée au Centre des recherches archéologiques de Strasbourg par É. Peytremann et J. Wiethold, Inrap.

42 Celles-ci peuvent être anthropiques ou occasionnées par les animaux domestiques qui ont fréquenté ces points d’eau.

43 Il s’agit d’une culture mixte de deux espèces ou plus dans une même parcelle.

44 Chap. 70 (Boretius, 1883, no 32, p. 90).

45 Il s’agit des puits 1795, daté par dendrochronologie de 596 ± 10 AD, HMA 1 (US 17953) ; 1926, daté par dendrochronologie de 685 ± 10 AD, HMA 1 (US 19266) ; 1180, daté par le mobilier céramique entre le milieu du viie et le début du ixe siècle ap. J.-C., HMA 2 (US 11806) ; 2183, daté par dendrochronologie de 805 ± 10 AD, HMA 2 (US 21835) ; 1172, daté par dendrochronologie de 985 ± 10 AD, HMA 2 (deux prélèvements : US 11724 et 11725) et du puits 1173 daté par dendrochronologie de1018 ± 2 AD, HMA 3 (US 11738).

46 Pour le concept des denrées et de la consommation « de luxe », voir les critères développés par M. Van der Veen (2003).

47 MGH Capit., I, Boretius, 1883, chap. 29 et 38 p. 255-256.

48 Par exemple, les sites de Vitry-sur-Orne ‘ZAC de la Plaine’ (Moselle) (fig. 284-285, nos 20-22 ; Wiethold, 2009b ; Daoulas, 2012), Les Trois Domaines ‘La Hachie’ (Meuse) (fig. 284-285, no 3 ; Wiethold, 2010b), Prény ‘Ferme de Tautecourt’ (Meurthe-et-Moselle) (fig. 284-285, nos 13-15 ; Wiethold, 2011b), Mexy ‘Les Racrutes/Devant le bois de Mexy’, site 1 (Meurthe-et-Moselle) (fig. 284-285, no 10 ; Wiethold, 2010c) et Demangeaux-Eaux ‘Voie des Poitiers’ (Meuse) (fig. 284-285, nos 5 et 6 ; Wiethold, 2012a) en Lorraine ; les sites de Marnay-sur-Seine/Pont-sur-Seine ‘Les Gravières’ (Aube) (fig. 285, no 57 ; Bonnaire, 2010), Maizières-la-Grande-Paroisse/Romilly-sur-Seine ‘Aérodrome de la Belle-Idée’ (Aube) (fig. 285, nos 53-56 ; Wiethold, 2011d) et Fontvannes ‘Les Tomelles’ (Aube) (fig. 285, nos 49-51 ; Wiethold, 2012b) en Champagne-Ardenne et de Roeschwoog ‘Am Wasserturm’ (Bas-Rhin) (fig. 285, no 38 ; Schaal, 2010b), Nordheim ‘Am Neuen Berg’ (Bas-Rhin) (fig. 285, no 39 ; Schaal, 2011), Sermersheim ‘Hintere Buen’ et Marlenheim ‘Hofstatt’ en Alsace (fig. 284-285, no 33 ; Wiethold, 2008).

49 Pour les deux autres os, le but de la découpe est moins évident : un métapode a été fendu, soit pour récupérer la moelle, soit pour récupérer de la matière première. Le troisième os découpé est un sésamoïde. Il porte un coup de couperet. On peut éventuellement envisager la récupération de la peau. Celle-ci serait détachée de la carcasse proprement et on couperait le pied qui resterait alors dans la peau.

50 Les sept os découpés relèvent tous de la mise en pièce de la carcasse (trois cas) et de la récupération de viande (cinq cas). Le coxal qui illustre la découpe sur le cheval compte dans les deux catégories.

51 Le développement de champignons est fortement réduit pour une humidité de plus de 30 % et une proportion d’oxygène de moins de 15 %.

52 Cette partie a été rédigée à partir de l’étude d’Alexandre Burgevin réalisée pour le RFO (Peytremann, 2008).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.