Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Partie III. Deux groupes funéraires et quelques sépultures dispersées et isolées

p. 127-158


Texte intégral

INTRODUCTION (É.P., A.L.C.)

1Deux groupes funéraires et onze sépultures dispersées ou isolées, attribués à la période HMA 2 (cf. supra), ont été mis au jour dans les limites de l’emprise de la fouille. Les deux groupes funéraires sont plus particulièrement localisés en limite occidentale, le long du fossé 1785, et sont distants l’un de l’autre de 33 m. Les sépultures dispersées et isolées sont situées à la limite de la terrasse de lœss à l’est, dans la bande de terrain située le long du fossé à l’est, entre les deux groupes (SEP 2488, 2489, 3188 et 3279) et, dans le cas des sépultures 2518 et 2596, au sein de l’ensemble B1 (fig. 164).

2Un groupe funéraire est défini comme une concentration de sépultures comprise entre six et cinquante individus. Les sépultures dispersées regroupent quant à elles de deux à cinq tombes au même endroit. L’appellation sépulture isolée est réservée à une tombe seule (Peytremann, 2003, p. 307).

3Le groupe funéraire 12, entièrement dégagé, s’inscrit dans un rectangle de 35 m de longueur sur 11 m de largeur, soit 385 m2. Il comprend quarante-quatre tombes, alors que le groupe 13 n’en comporte que vingt-huit. Les limites d’emprise du projet n’ont sans doute pas permis de cerner entièrement ce deuxième ensemble. La surface explorée est de 230 m2.

4La fouille des sépultures a été l’occasion d’identifier un certain nombre de caractéristiques propres à la taphonomie du site. Plusieurs phénomènes, générateurs de perturbations au niveau des sépultures, ont en effet pu être observés. Dans certains cas, ils ont fortement gêné la compréhension des dépôts humains.

Les bioturbations

5Un grand nombre de tombes a révélé des traces, parfois importantes, liées au creusement de terriers et à la circulation d’animaux. Plusieurs sépultures moins profondément enfouies ont également été exposées aux dégâts des labours lors de la mise en culture du terrain. Ces actions ont entraîné des perturbations d’une part dans le comblement des fosses, en effaçant les traces de bois des contenants, et d’autre part dans l’agencement anatomique des squelettes, empêchant parfois l’observation des anomalies taphonomiques. Les bioturbations racinaires sont bien plus ténues et moins destructrices que l’action animale ou les travaux agricoles.

Les remontées d’eau

6Quelques déplacements d’ossements dans le comblement supérieur de plusieurs sépultures ne sont pas imputables à l’action de la faune souterraine. Ils révèlent des phénomènes d’ennoiement liés à des fluctuations saisonnières de la nappe phréatique qui se sont produits lorsque les tombes n’étaient pas encore comblées.

1. MÉTHODOLOGIE D’ÉTUDE DES SÉPULTURES

1.1. Gestes funéraires (A.L.C.)

7Les principes de l’archéothanatologie ont été appliqués (Duday, 2005, 2006 ; Duday, Guillon, 2006 ; Duday, Sellier, 1990). Ils consistent en une analyse systématique des données de terrain (position des ossements dans la tombe, contexte archéologique, etc.) dans le but de discuter du caractère primaire ou secondaire du dépôt, d’en caractériser la nature (individuelle, multiple ou collective) et de réfléchir sur l’espace de décomposition.

Image 10000000000003EC00000582A4944BE6FE363729.jpg

Fig. 164. Plan du site au HMA 2. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

8La distinction entre une sépulture primaire et un dépôt secondaire s’opère généralement à travers la reconnaissance des connexions labiles, c’est-à-dire celles qui se détruisent rapidement lors des processus de décomposition et qui, par leur persistance, attestent que le cadavre a été inhumé peu de temps après le décès. Il s’agit des articulations temporomandibulaire, coxo-fémorale et métatarsiens-phalanges, des vertèbres cervicales, des mains et des patellas (Duday, 2005, p. 54-60 ; Maureille, Sellier, 1996).

9Les indications taphonomiques apportent des informations permettant de préciser si la décomposition du corps s’est déroulée en présence d’un espace vide ou si le défunt a été inhumé en espace colmaté. Lorsqu’il est possible d’exclure qu’ils soient en rapport avec des perturbations exogènes (action d’animaux fouisseurs, de racines, ennoiement de la tombe) ou des interventions anthropiques (des pillages, par exemple), les indices d’espace vide sont principalement apportés par le déplacement de pièces osseuses hors du volume corporel.

10Parfois, au sein d’une même sépulture peuvent coexister des arguments contradictoires de l’existence d’espace vide (contenant pour le défunt ou présence de banquettes de soutien pour une couverture périssable, pièces osseuses sorties hors du volume du corps,…) et de colmatage (ossements en équilibre, maintien de connexions labiles,…). Si ces aberrations apparentes sont parfois induites par l’enveloppement ou l’habillement du défunt, en l’absence d’indices taphonomiques liés à des effets de contrainte, cette situation peut également se produire lorsque les éléments de fermeture de la fosse ou du réceptacle permettent l’infiltration rapide de sédiment dans la tombe. Dans ces cas, le terme de colmatage différé a été utilisé.

1.2. Caractérisation biologique (H.R.)

1.2.1. Détermination du sexe

11Les ossements mis au jour sur le site de Sermersheim sont généralement bien conservés. La détermination du sexe nécessite une méthode à la fois précise et fiable (Bruzek, Murail, 2006). Pour cette étude, des méthodes fiables à 95 % ont été employées ; elles sont toutes les deux fondées sur le dimorphisme sexuel de l’os coxal : la méthode morphoscopique de J. Bruzek (Bruzek, 1991, 2002) et la Diagnose Sexuelle Probabiliste (Murail et alii, 2005). En cas de contradiction, le résultat de la seconde a été préféré car elle apparaît moins subjective. Elle ne peut être tentée que sur des sujets dont la croissance est achevée, c’est-à-dire des adultes. Il a en effet été démontré que les méthodes de détermination du sexe n’étaient pas efficaces dans le cas des plus jeunes (Majo, 1996).

12En raison de l’absence d’os coxaux ou de leur mauvaise conservation dans certains cas, la réalisation1 d’une diagnose sexuelle secondaire a été tentée. Elle consiste à effectuer, au sein de l’échantillon, des analyses discriminantes qui ne sont valables qu’au sein de la population à partir de laquelle elles ont été élaborées (Castex et alii, 1993). Cette diagnose secondaire n’a livré aucun résultat.

1.2.2. Estimation de l’âge

1.2.2.1. Les sujets non adultes

13Il s’agit des individus décédés avant 20 ans pour lesquels la croissance osseuse et dentaire n’est pas terminée. L’expression de « sujets immatures » peut également être employée, bien que certaines parties dentaires et osseuses ne terminent leur maturation qu’après 20 ans (cf. infra). Les individus ont été rangés en classes d’âge quinquennales (excepté les deux premières) : 0 an, 1-4 ans, 5-9 ans, 10-14 ans et 15-19 ans afin d’obéir aux conditions nécessaires à l’étude du « recrutement » (cf. infra).

14Pour ces tranches d’âge, trois marqueurs biologiques peuvent être utilisés : la maturation dentaire, le format des os et la maturation osseuse, la première étant la mieux corrélée à l’âge chronologique car peu influencée par les facteurs environnementaux et génétiques (Bruzek et alii, 2005 ; Cardoso, 2005 ; Heuzé, 2004 ; Saunders, 2000 ; Scheuer, Black, 2000 ; Smith, 1991).

15Lorsque des dents étaient présentes, le choix d’employer la méthode de C.F.A. Moorrees et collaborateurs (Moorrees et alii, 1963a, 1963b) a été fait, car celle-ci donne un résultat avec un intervalle de confiance à 95 % de fiabilité. En leur absence, des méthodes basées sur la longueur des os longs ont été utilisées (Scheuer, Black, 2000 ; Tellkä et alii, 1962 ; Virtama et alii, 1962). Si aucune longueur diaphysaire n’est conservée et si la croissance dentaire et osseuse est achevée, un troisième facteur biologique, la maturation osseuse, qui prend en compte l’apparition et la fusion des points d’ossification primaires et secondaires, peut alors être mobilisé (Bruzek et alii, 2005). La méthode récemment proposée par H. Coqueugniot et ses collaborateurs (Coqueugniot et alii, 2010) a été choisie car elle propose également un intervalle de confiance de 95 %.

16Pour les enfants décédés à la naissance, la longueur des os longs a été utilisée et il a été fait appel à la méthode de G. Fasekàs et S. Kosà (Fazekàs, Kosà, 1978) revue par P. Sellier (Sellier, 1993).

1.2.2.2. Les sujets adultes

17Alors que l’âge des individus immatures est estimé sur la base de critères de maturation, l’âge des adultes fait appel à des processus de senescence mal corrélés à l’âge et fortement dépendants de la population (Masset, 1990 ; Schmitt, 2001). Seuls les individus de la classe d’âge des 20-29 ans peuvent être reconnus de manière relativement fiable car la maturation osseuse n’est pas totalement terminée, avec plusieurs points d’ossification secondaire qui fusionnent toujours avant 29 ans révolus. Il s’agit du listel des vertèbres, de la tête des côtes, de la tubérosité ischiatique, de la crête iliaque et de l’extrémité sternale de la clavicule (Cardoso, 2008a, 2008b ; Coqueugniot, Weaver, 2007 ; Coqueugniot et alii, 2010 ; Kreitner et alii, 1998 ; Scheuer, Black, 2000). La fusion de ces éléments peut se produire avant 29 ans (dès 22 ans pour l’extrémité sternale de la clavicule par exemple), c’est pourquoi il n’est possible de conclure que sur un âge supérieur à 20 ans lorsque la maturation est terminée. Dans ce cas, une méthode probabiliste a été employée, basée sur la surface auriculaire de l’os coxal (Schmitt, 2001, 2005). À nouveau, le seuil de 95 % de fiabilité a été retenu. Lorsque l’os coxal était absent ou trop abîmé pour permettre son observation, une attribution à un âge « supérieur à 20 ans » a été privilégiée.

1.2.3. Composition par âge et par sexe de la population

18À partir des données obtenues, le profil de mortalité de l’échantillon ostéologique a été analysé pour le comparer à celui d’une population naturelle. Les quotients de mortalité pour chaque classe d’âge entre 0 et 29 ans ont été calculés et comparés à ceux de S. Ledermann (Ledermann, 1969)2 pour une espérance de vie à la naissance comprise entre 25 et 35 ans, en prenant la valeur maximale à 25 ans, la minimale à 35 ans, ceci pour essayer de repérer d’éventuelles anomalies dans la composition par âge et par sexe et chercher à les interpréter (constitution particulière de l’échantillon, pratiques funéraires particulières et/ou événements particuliers). Pour les sujets situés entre deux classes d’âge, le principe de « minimalisation des anomalies » développé par P. Sellier (Sellier, 1996) a été appliqué. Il s’agit de minimiser les différences pouvant exister entre la mortalité de la population archéologique et la population de référence. Les sujets « problématiques » sont placés dans une classe d’âge de manière à ce que les valeurs des quotients de mortalité soient les plus proches possible des valeurs théoriques.

1.2.4. Caractérisation de l’état sanitaire

19Plusieurs paramètres ont été recherchés et étudiés de manière systématique afin de renseigner au mieux l’état sanitaire de cet échantillon.

20Un indicateur de stress non spécifique, les hypoplasies linéaires de l’émail dentaire, a été choisi. Celles-ci présentent l’avantage de ne connaître aucun remaniement au cours de la vie de l’individu (Goodman, Rose, 1991).

21Toutes les pathologies osseuses ont été prises en compte, avec un intérêt plus particulier pour les pathologies traumatiques et dégénératives. Ces différentes lésions permettent en effet d’approcher l’activité des individus de l’échantillon. Pour la caractérisation de l’arthrose et des enthésopathies, les méthodes proposées par É. Crubézy (Crubézy, 1988), la première étant revue par S. Kacki (Kacki, 2004), ont été employées. Aucune méthodologie standardisée n’existant encore pour les nodules de Schmorl, le choix a été fait de coter la présence/absence des nodules pour chaque vertèbre conservée, de noter le rang de celle-ci et la face présentant l’éventuel nodule (supérieure ou inférieure) et d’évaluer la taille de la lésion, en la qualifiant de « petite » pour un diamètre inférieur à 5 mm, de « moyenne » pour un diamètre compris entre 5 et 15 mm et « d’importante » pour un diamètre supérieur à 15 mm. Une attention particulière a également été portée aux appositions périostées, qui peuvent indiquer la présence de phénomènes infectieux ou de problèmes de développement (Weston, 2008).

22Deux pathologies dentaires ont été traitées, le tartre et les caries. Pour la première, la méthode proposée par D. R. Brothwell (Brothwell, 1981) qui définit trois stades (léger, moyen, important), auxquels a été rajouté le stade 0 (absence), a été utilisée. Il a cependant été compliqué de certifier dans plusieurs cas l’absence totale de tartre ou de connaître sa quantité sur la dent en raison de son caractère fragile dans les échantillons archéologiques (Hillson, 1996 ; Roberts, Manchester, 2005), car il s’effrite et disparaît en effet très facilement au lavage. Pour la seconde, les conseils de S. Hillson ont été suivis, le premier stade d’une carie étant un « spot » carieux. Les autres stades correspondent à ceux définis par F. Bocquentin, qui modifie légèrement ceux déterminés par S. Hillson (Bocquentin, 2003) :

  • stade 2 : cavité d’une taille inférieure au quart de la dent environ ;

  • stade 3 : cavité d’une taille comprise entre le quart et les trois quarts de la dent ;

  • stade 4 : couronne ayant entièrement disparu.

23Outre ces attentions portées au développement de la carie, il est nécessaire de prendre en compte d’autres paramètres dans l’enregistrement (Hillson 1996, 2001) car toutes les dents ne présentent en effet pas la même susceptibilité envers les caries. Plusieurs corrections ont donc été réalisées, ceci afin de prendre en compte la nature de la dent et les pertes ante- et post-mortem (Bocquentin, 2003 ; Erdal, Duyar, 1999).

24Enfin, afin de mettre en évidence d’éventuelles anomalies, l’usure occlusale de chaque dent a été observée en se basant sur les critères de B.H. Smith (Smith, 1984).

1.2.5. Remarques sur les analyses statistiques

25Elles ont été effectuées grâce au logiciel Statistica©. La comparaison entre deux groupes a été réalisée grâce au test de Fisher bilatéral, particulièrement bien adapté aux petits échantillons. Lorsque ceux-ci étaient plus grands, le test du Chi² a été employé. Un seuil de décision p<0,05 a toujours été retenu.

26L’ensemble des données est consigné dans un catalogue raisonné.

2. ÉTUDE DES SÉPULTURES DE LA FIN DU VIIe AU Xe SIÈCLE (HMA 2)

2.1. Caractéristiques biologiques des sujets inhumés (H.R.)

2.1.1. Établissement du Nombre Minimal d’Individus

27Le Nombre Minimal d’Individus a été établi en considérant les squelettes en place auxquels ont été ajoutés les os en position secondaire. Les deux groupes funéraires étant distants de plus de 25 m l’un de l’autre, le choix a été fait de considérer qu’il n’y avait pas eu de déplacement d’ossements de l’un à l’autre.

28Dans le groupe 12, il a été admis que tous les os adultes appartenaient à un même sujet en l’absence de discordance de format, de maturation et de pathologie (Duday et alii, 1996 ; Villena-Mota, 1997). L’os isolé découvert dans la fosse 1229 est ainsi compatible avec les restes squelettiques du sujet adulte 1597-2. Les os 3042 découverts dans le comblement de la fosse 3046 et ceux provenant de 3134 peuvent également correspondre au même individu adulte. Les os immatures mis au jour dans la fosse 1598 peuvent appartenir au sujet 1597-1 ou-3.

29Dans le groupe 13, aucune structure n’a livré d’ossements en position secondaire.

30Parmi les tombes dites dispersées, la sépulture 2156 a livré des ossements en position secondaire pour un total de quatre sujets adultes (avec notamment quatre tibias droits distincts).

2.1.2. Composition par âge et par sexe

31Quatre-vingt-huit sujets ont été identifiés, quarante-six ont été rattachés au groupe funéraire 12, trente au groupe funéraire 13 tandis que douze sujets ont été inhumés dans des sépultures dites dispersées. Les tableaux (fig. 165 et 166) présentent la répartition par âge et par sexe des différents individus.

32L’espérance de vie à la naissance de l’échantillon est de 27 ans et 1 mois, chiffre similaire à ce qu’il est possible d’observer pour les populations du passé puisqu’elle est généralement comprise entre 25 et 35 ans (Masset, 1987 ; Sellier, 1995 et 1996). Le quotient 20q0, qui représente le quotient de mortalité des individus décédés avant 20 ans, est égal à 568,18 ‰, ce qui est compris entre la valeur minimale trouvée pour une population à l’espérance de vie à la naissance de 35 ans, 300,80 ‰, et la valeur maximale calculée pour une population à l’espérance de vie à la naissance de 25 ans, 843,60 ‰. Le quotient 15q0 (sujets décédés avant 15 ans), égal à 522,73 ‰, est lui aussi conforme pour une espérance de vie à la naissance comprise entre 25 et 35 ans.

33Les quotients de mortalité pour chaque classe d’âge immature et pour celle des jeunes adultes ont ensuite été calculés, sauf pour les fœtus pour lesquels il n’existe pas de tables de mortalité applicables ici. Les enfants situés entre plusieurs classes d’âge, en appliquant le principe de minimalisation des anomalies (Sellier, 1996), ont été ventilés dans une classe précise. Les deux sujets périnatals, proches du terme, ont été placés dans la classe [0] an. Ces calculs ont permis de tracer le profil de mortalité (fig. 167).

Fœtus

Sexe masc.

Sexe fém.

Sexe ind.

Total

20-29

1

2

1

4

20-49

2

3

5

30_59

1

1

> 20

1

8

9

> 30

1

8

9

> 40

3

1

4

> 50

3

1

4

> 60

1

1

Total

12

16

9

37

Fig. 165. Répartition par âge et par sexe des individus adultes du site de Sermersheim.

Fœtus

2

0

9

0-4

6

1-4

12

1-9

6

5-9

3

5-14

7

10-14

3

10-19

1

15-19

3

Total (sans les fœtus)

50

Fig. 166. Répartition par âge des individus immatures du site de Sermersheim.

Image 1000000000000260000001843E3BD36A12087BA7.jpg

Fig. 167. Distribution des âges au décès pour les sujets immatures et les jeunes adultes issus des sépultures de Sermersheim (HMA 2). Comparaison avec les valeurs théoriques de S. Ledermann (1969).

34Les quotients de mortalité des sujets de moins de 30 ans sont conformes à ceux d’une population préjenneriennes à l’exception de celui de la classe [5-9], où il est supérieur3. Ce résultat est difficile à expliquer, il ne semble pas qu’il soit ici dû à un biais méthodologique ou à un problème dans la minimalisation des anomalies car tous les sujets à cheval entre les classes [1-4] et [5-9] ont été basculés dans la classe [1-4]. Il est possible que des sépultures aient été détruites ou qu’il en existe hors de l’emprise, notamment au nord du groupe 13, mais il « manque » au moins vingt-sept adultes pour obtenir un profil de mortalité conforme à la théorie.

35Cette surreprésentation des [5-9] ans a déjà été observée dans d’autres sites de la même période, et notamment par F. Blaizot dans sa thèse sur Serris (Blaizot, 2011, p. 386 et 390). L’auteure signale que ce n’est pas la première fois qu’elle observe ce phénomène4. L’éventualité d’une épidémie doit être prise en compte, bien que cela ne soit démontrable qu’en effectuant des analyses biomoléculaires en l’absence d’indices comme des sépultures multiples5. À Sermersheim, il est toutefois possible de noter la présence de deux sépultures multiples et l’implantation relative des tombes 2542 et 2543 l’une par rapport à l’autre : il s’agit dans les deux cas de sujets à cheval sur les classes [5-9] et [10-14]. Certaines maladies dites « de l’enfance » peuvent particulièrement toucher les enfants entre 5 et 9 ans, comme la rougeole (Bonneuil, 1987 ; Vacher, 1866)6. La scarlatine s’est également propagée dans le passé sous forme d’épidémies touchant particulièrement les enfants. Il est cependant difficile de savoir si sa présence a toujours été constante en Europe en raison de sa confusion avec la rougeole jusqu’à la fin du xviie siècle (Cayeux, 2008). De nos jours, ce sont les enfants de la classe [5-9] ans les plus atteints, les cas étant extrêmement rares avant deux ans, car les plus jeunes bénéficient encore d’anticorps maternels, et peu fréquents pour les plus de 10 ans. Avant l’apparition des antibiotiques, la mortalité était importante (15 à 20 %), principalement dans la classe des 1-4 ans (Debono, 1997 ; Duncan et alii, 1996 ; Zabawski, 2009). La surreprésentation des enfants décédés entre 5 et 9 ans pourrait aussi s’expliquer par la présence d’un emplacement réservé aux plus jeunes, les adultes pouvant être inhumés à proximité ou dans un autre espace funéraire plus éloigné. Les études associant le « recrutement » et la topographie du site sont encore rares, mais cette sectorisation a pu être démontrée, par exemple à Saint-Xandre en Charente-Maritime (Gleize, Maurel, 2009). D’autres sites ont également révélé une majorité de sujets immatures, comme le site de La Ramière à Roquemaure dans le Gard (Pomarède et alii, 1997) ou celui de Crest ‘Bourbousson 2’ dans la Drôme (Blaizot, Savino, 2006), mais dans le premier cas ce sont les enfants de moins d’un an qui sont surreprésentés, tandis que dans le deuxième l’effectif reste limité (huit sujets au total dont cinq de moins de 15 ans). Il est toutefois possible de remarquer à Bourbousson, là encore, une répartition selon l’âge, avec les trois individus adultes à distance des autres sujets. Plus près de Sermersheim, le site de Marlenheim ‘Hofstatt’ (Bas-Rhin) a également livré un petit ensemble funéraire de douze défunts, dont dix individus immatures et deux adultes, l’un de sexe masculin, l’autre de sexe indéterminé7. Les sujets les plus jeunes sont tous âgés de moins de quinze ans, en majorité de moins de dix ans (deux sujets à cheval sur les classes [5-9] et [10-14]). Les tombes d’adultes sont intégrées dans le même espace que plusieurs sépultures d’enfants. À Fortschwihr (Haut-Rhin), trois petits groupes funéraires ont été mis au jour, pour un total de onze défunts, dont sept décédés avant 20 ans (Fuchs, 1999).

Sexe masc.

Sexe fém.

Sexe ind.

Total

20-29

1

2

1

4

20-49

1

1

2

30-59

1

1

> 20

1

3

4

> 30

5

5

> 40

1

1

> 50

2

1

3

> 60

1

1

Total

7

10

4

21

Fig. 168. Répartition par âge et par sexe des individus adultes du groupe funéraire 12 du site de Sermersheim.

Fœtus

1

0

4

0-4

4

1-4

5

1-9

5

5-9

2

5-14

2

10-14

2

10-19

1

15-19

2

Total (sans le fœtus)

24

Fig. 169. Répartition par âge des individus immatures du groupe funéraire 12 du site de Sermersheim.

36Il est important de noter que sur le site de Sermersheim, il n’existe aucune sous-représentation des enfants de moins de cinq ans, comme cela est souvent constaté pour les ensembles funéraires du passé. Leur squelette n’est pas moins bien conservé que celui des adultes, explication souvent avancée pour justifier leur absence (Bello et alii, 2002), et ils ont été inhumés au sein du même espace que les autres défunts (cf. infra).

37Parmi les trente-huit sujets adultes inhumés sur le site du milieu du viie au milieu du xe siècle, treize sont des hommes, seize sont des femmes et neuf sont de sexe indéterminé. Le rapport de masculinité est de 115, il est donc équilibré. Il n’y a pas de différences statistiquement significatives entre le nombre d’hommes et de femmes8, comme sur la plupart des sites ayant livré des ensembles funéraires similaires aux effectifs suffisamment importants pour discuter de cette proportion (Liéhon en Moselle ou Faye-sur-Ardin dans les Deux-Sèvres, par exemple) (Laffite et alii, 2005 ; Barbier et alii, 2011).

Sexe masc.

Sexe fém.

Sexe ind.

Total

20-29

0

20-49

1

1

2

30-59

0

> 20

1

1

> 30

1

2

3

> 40

1

1

2

> 50

0

> 60

0

Total

3

4

1

8

Fig. 170. Répartition par âge et par sexe des individus adultes du groupe funéraire 13 du site de Sermersheim.

Fœtus

0

0

4

0-4

2

1-4

5

1-9

3

5-9

1

5-14

4

10-14

1

10-19

0

15-19

1

Total (sans les fœtus)

21

Fig. 171. Répartition par âge des individus immatures du groupe funéraire 13 du site de Sermersheim.

38Dans l’objectif de mieux comprendre la gestion des deux groupes funéraires et de voir si la surreprésentation des enfants décédés entre 5 et 9 ans se retrouvait partout, le « recrutement » par âge de chacun d’entre eux a été étudié de manière plus précise. Le groupe 12 a livré vingt et un sujets adultes et vingt-quatre sujets immatures (fig. 168 et 169), le groupe 13, huit individus matures et vingt et un âgés de moins de 20 ans (fig. 170 et 171).

Image 1000000000000264000001863E69FADDDA7155A6.jpg

Fig. 172. Distribution des âges au décès pour les sujets immatures et les jeunes adultes issus des sépultures du groupe funéraire 12 de Sermersheim (HMA 2). Comparaison avec les valeurs théoriques de S. Ledermann (1969).

Image 10000000000004220000051F4D9B02F8ED4528E4.jpg

Fig. 173. Plan d’ensemble du groupe funéraire 12 avec la localisation des individus adultes de sexe masculin, féminin, indéterminé et des individus adolescents et immatures. DAO : P. Girard, É. Peytremann et H. Réveillas.

Image 100000000000026000000182F22FFC48355E88FF.jpg

Fig. 174. Distribution des âges au décès pour les sujets immatures et les jeunes adultes issus des sépultures du groupe funéraire 13 de Sermersheim (HMA 2). Comparaison avec les valeurs théoriques de S. Ledermann (1969).

39Dans le groupe 12, l’espérance de vie à la naissance est légèrement supérieure à celle trouvée à l’échelle du site, avec 27 ans et demi environ. Les quotients 20q0 et 15q0 sont respectivement égaux à 553,33 ‰ et 488,89 ‰ ; ils sont compatibles avec une mortalité préjennerienne. Les quotients pour chaque classe d’âge immature et pour celle des jeunes adultes ont été calculés en ventilant les sujets entre plusieurs classes comme précédemment afin d’obtenir le profil de mortalité (fig. 172).

40Les quotients de mortalité présentent des valeurs conformes pour les classes d’âge [0], [1-4], [15-19] et [20-29] ans, légèrement supérieures pour la classe [10-14] et supérieures pour la classe [5-19]. Ce constat est difficile à expliquer, l’hypothèse d’un épisode de surmortalité ayant touché ces classes d’âge peut être avancées, sans que cela puisse être vraiment prouvé. Des maladies comme la dysenterie ou la fièvre typhoïde étaient particulièrement virulentes envers les sujets âgés de 5 à 29 ans en Occident au xixe siècle (Beauvalet-Boutouyrie, 1999 ; Imhof, Lindskog-Bengt, 1974). Il est possible de noter que le profil obtenu ici présente la même allure qu’un profil de mortalité théorique, sept individus adultes supplémentaires sont nécessaires pour parvenir à un schéma conforme à ce que l’on observe dans une population naturelle. L’espace occupé par le groupe funéraire 12 a ultérieurement été occupé par différentes fosses, parfois de taille importante, qui ont pu entraîner la destruction de plusieurs sépultures. Le biais semble donc ici à mettre en relation avec un nombre d’adultes inférieur à ce qui est observable dans une population préjennerienne, comme cela a pu être remarqué à Saint-Xandre par exemple (Gleize, 2009).

41Le nombre de femmes et d’hommes est comparable, avec dix femmes, sept hommes et quatre sujets de sexe indéterminé9 (fig. 173).

42Dans le groupe 13, l’espérance de vie à la naissance est de 21 ans et deux mois environ. Les quotients 20q0 et 15q0 sont respectivement égaux à 700 ‰ et 666,67 ‰. Ils sont compatibles avec une mortalité préjennerienne. Le quotient pour chaque classe d’âge immature et pour celle des jeunes adultes a été calculé en ventilant les sujets situés entre plusieurs classes comme précédemment afin d’obtenir le profil de mortalité (fig. 174).

43Les valeurs des quotients de mortalité sont compatibles avec celles observées pour une mortalité théorique dans le cas des classes d’âge [0] et [1-4]. Ce n’est pas le cas pour celle des jeunes adultes, nulle. Ce résultat peut s’expliquer par le fait que la valeur de ce quotient n’est ici qu’un minimum, étant donné qu’il n’est pas toujours possible de reconnaître ces sujets, les derniers critères d’immaturité pouvant disparaître dès 22 ans. Les quotients de mortalité des classes d’âge de 5 à 19 ans sont en revanche supérieurs à la normale, notamment celui des enfants décédés entre 5 et 9 ans. Cette surreprésentation pourrait s’expliquer par le fait que d’autres sépultures existent hors de l’emprise fouillée, mais il « manque » vingt-six adultes pour obtenir un profil de mortalité conforme à une mortalité préjenneriennes. Il faudrait par conséquent imaginer un développement important de l’espace funéraire vers le nord. Comme cela a été précédemment évoqué, l’hypothèse d’une épidémie pourrait être envisagée. Les mêmes maladies peuvent être suspectées, notamment la rougeole. Il est toutefois impossible de conclure sur ce point en l’absence d’analyses biomoléculaires10. La possibilité qu’il s’agisse d’une sectorisation des plus jeunes, envisagée à l’échelle du site, apparaît plus forte ici, puisque ces sujets sont effectivement très proches les uns des autres (fig. 175).

Image 10000000000004200000043A66422755A9625901.jpg

Fig. 175. Plan d’ensemble du groupe funéraire 12 avec la localisation des individus adultes de sexe masculin, féminin, indéterminé et des individus adolescents et immatures. DAO : P. Girard, É. Peytremann et H. Réveillas.

44Quatre femmes, trois hommes et un sujet de sexe indéterminé ont été mis au jour dans ce groupe 1311.

45Les sépultures dispersées12 ont livré douze sujets, dont quatre individus immatures et huit adultes. Cet échantillon est trop petit pour discuter du « recrutement » mais il doit être signalé que trois jeunes individus ont moins de cinq ans, dont un fœtus décédé entre 10 et 10,8 mois lunaires, un enfant de moins d’un an et un sujet de la classe des 1-4 ans. Le sexe n’a pu être déterminé pour les adultes que dans quatre cas correspondant à une femme et à trois hommes.

2.1.3. État sanitaire

2.1.3.1. Les indicateurs de stress non spécifique : les hypoplasies linéaires de l’émail dentaire

46Vingt et un sujets dans le groupe 12 (sept hommes, cinq femmes, un individu de sexe indéterminé, huit individus immatures), quatorze dans le groupe 13 (trois hommes, quatre femmes, un individu de sexe indéterminé et six individus immatures) et quatre inhumés dans une sépulture isolée ont livré des dents étudiables. À Sermersheim, la proportion de sujets présentant des hypoplasies linéaire de l’émail est de 76,92 %, avec un pic à 93,33 % pour les individus immatures. Ce résultat est légèrement inférieur, voire similaire à ce qui a pu être mis en évidence sur d’autres sites plus tardifs, comme le village médiéval de Canac dans l’Aveyron (Crubézy, 1998) ou les cimetières hospitaliers (Réveillas, 2010), mais bien supérieur aux résultats présentés par Z. Obertovà et M. Thurzo pour le site de Borovce en Slovaquie (viiie-début du xiie siècle). Une grande variété a toutefois été remarquée puisque C. Roberts et K. Manchester (Roberts, Manchester, 2005) ont constaté des taux s’étalant de 4 à 76 % dans des ensembles funéraires médiévaux britanniques.

47Sur un total de 534 dents observables, 211 sont atteintes, soit 36,38 %. Ce pourcentage est similaire à ce qui a pu être retrouvé sur des sites géographiquement et chronologiquement proches, à Pfulgriesheim par exemple (Réveillas, 2013, p. 69) ou dans le petit ensemble carolingien d’Eckwersheim (Réveillas, en cours), ainsi que dans des nécropoles mérovingiennes (ibid.). Il est en revanche inférieur à ce qui a pu être relevé dans des ensembles funéraires plus tardifs (Bergeret et alii, 2009 ; Palubeckait et alii, 2002 ; Réveillas, 2010).

48À l’échelle du site, s’il n’existe pas de différences entre les hommes et les femmes13, il faut néanmoins remarquer que ce sont ces dernières qui présentent le plus de dents atteintes de manière importante (stade 3) et que cela est statistiquement significatif14. Rien ne se détache dans le groupe 12, au contraire du groupe 13, dans lequel les femmes sont les plus souvent touchées15 mais sans que cela ne se traduise en termes de stades16. Les sujets immatures présentent toujours plus de dents atteintes d’hypoplasies linéaires de l’émail dentaire que les individus adultes, que l’on s’attache à l’ensemble des individus ou à chaque groupe17.

49Les hypoplasies linéaires de l’émail dentaire ne sont donc pas particulièrement nombreuses à Sermersheim si l’on compare le site à d’autres exemples contemporains ou antérieurs. Les femmes et les enfants apparaissent plus atteints que les sujets masculins adultes, mais un certain nombre de dents n’ont pas pu être observées parce qu’elles étaient absentes, trop usées ou recouvertes de tartre. Ces lésions traduisant la survenue de stress durant la croissance, il semble donc que ces enfants aient été fortement exposés, ce qui aurait pu causer leur décès prématuré. Le lien n’est toutefois pas si aisé à établir en raison du paradoxe ostéologique18 (Wood et alii, 1992), comme ont pu par exemple le montrer Z. Palubeckaite et ses collaborateurs (Palubeckaite et alii, 2002).

2.1.3.2. Les pathologies osseuses

50Les traumatismes. Sur soixante-seize sujets observables, six, tous adultes, ont été victimes de fractures au cours de leur existence. Dans cinq cas, ce sont les côtes qui ont été touchées19 ; dans un cas il s’agit de la branche ischio-pubienne de l’os coxal gauche (ind. 3124), cet individu présentant également un traumatisme au niveau de la dernière vertèbre thoracique et de la première lombaire. Une seule femme est concernée, les autres individus sont tous de sexe masculin.

51Trois individus20 montrent en outre la trace d’un traumatisme sans qu’une fracture soit survenue. La présence d’appositions périostées sur le tibia de l’enfant 2380-1 pourrait également être consécutive à un coup.

52Quatre sujets, tous féminins, montrent des spondylolyses au niveau de leurs vertèbres lombaires. Dans trois cas (SEP 1971, 2379, 3180) il s’agit de la dernière lombaire, dans le dernier (SEP 3125-1) de la troisième. Elle est toujours bilatérale et les deux fragments d’arc ne sont jamais ressoudés.

53Les fractures sont donc plutôt rares sur la population du site et touchent surtout les côtes. Les études portant sur le sujet sont malheureusement encore rares mais il apparaît que ce sont les fractures les plus fréquentes sur les ensembles issus de sites archéologiques et qu’elles toucheraient plus souvent les hommes (Brickley, 2006 ; Matos, 2009). Elles sont dues à un traumatisme qui peut être amplifié par un état pathologique sous-jacent (ostéoporose par exemple) et peuvent entraîner d’importants dommages si l’un des fragments touche un organe (poumons, foie,…). Les douleurs occasionnées peuvent entraîner une incapacité à travailler pendant un certain temps. Dans son article de 2009, V. Matos compile un certain nombre de données provenant de séries archéologiques ou de référence pour lesquelles la plupart des pourcentages d’individus adultes présentant des côtes fracturées par rapport au nombre total de sujets sont aux alentours de 15 % (Matos, 2009). Ce pourcentage se retrouve notamment sur un site catalan daté du ive au xiiie siècle mais aussi à Sermersheim, où il est de 14,7 %.

54Les deux enfoncements observés au niveau des vertèbres indiquent en revanche plutôt une chute tandis que les spondylolyses sont maintenant perçues comme des fractures de stress sur un terrain prédisposé, génétique ou dysplasique (Deverly, 2002 ; Mays, 2006 ; Merbs, 1996). Il est intéressant de noter que seules des femmes sont touchées ici et cela est statistiquement significatif21.

55Les maladies dégénératives. L’ostéoarthrose a pu être observée sur trente-trois sujets adultes. Vingt-cinq d’entre eux présentent au moins une atteinte. Il n’existe pas de disparité entre les individus des groupes 12 et 1322 ni entre ceux des groupes funéraires d’une part et des sépultures dispersées d’autre part23. Les femmes apparaissent un peu plus souvent touchées que les hommes sans que cela soit statistiquement significatif24 et la répartition des stades d’atteinte est similaire25. En s’intéressant aux différentes articulations, on constate que c’est le rachis qui est le plus atteint, avec dix-huit sujets touchés sur les trente et un pour lesquels des vertèbres étaient observables, soit un pourcentage de 58 %. Ces pourcentages sont plutôt importants par rapport aux différentes valeurs retrouvées dans la littérature mais ils restent compris dans les intervalles observés sur d’autres sites (Pálfi, 1997 ; Vidal, 2008). Il est intéressant de remarquer que les sujets du groupe funéraire 12 sont moins atteints, avec seulement 44 % de cas. Les forts taux constatés peuvent peut-être s’expliquer par un biais lié au fait que le groupe 13 pourrait être incomplet (cf. supra). Les articulations les plus touchées sont ensuite celles de la main, avec 31 % de sujets ayant souffert d’arthrose, assez souvent dans des proportions importantes, puis la hanche et l’épaule. Les lésions observées au niveau du carpe et du métacarpe pourraient indiquer une activité particulière, comme cela a pu être discuté pour d’autres sites (Cope et alii, 2005 ; Crubézy et alii, 1998). Il n’existe ici aucune différence selon le sexe puisque le nombre d’hommes et de femmes concernés est similaire.

56Les enthésopathies sont assez fréquentes, notamment au niveau vertébral avec environ 83 % des adultes touchés, les atteintes étant majoritairement légères à modérées. Ce pourcentage est très supérieur à celui retrouvé par G. Pálfi (Pálfi, 1997) mais correspond aux résultats obtenus pour la population de Canac dans l’Aveyron (Crubézy et alii, 1998) ou pour des populations hospitalières du second Moyen Âge de Champagne (Réveillas, 2010). Il n’existe pas de différences selon le sexe, comme il a parfois pu être rapporté. Les vertèbres thoraciques sont, comme sur ces sites français, les plus touchées.

5779,31 % des sujets présentent des nodules de Schmorl, plus d’un tiers montrant au moins un nodule de taille importante. Ce résultat est supérieur à ce qui a pu être observé sur le site alsacien de Pfulgriesheim, pour lequel cependant seuls neuf sujets ont pu être étudiés (Réveillas, 2013, p. 70). Ce type d’étude n’a malheureusement pas été mené à ce jour sur d’autres sites géographiquement et chronologiquement proches, malgré les informations que cela pourrait nous apporter sur l’activité des sujets.

58Les pathologies infectieuses. Huit squelettes – quatre appartenant à des individus adultes26 et quatre à des enfants de moins de cinq ans27 – présentent des appositions périostées pouvant sans doute être liées à une maladie infectieuse.

59Dans le cas des plus jeunes, les localisations sont variables (crâne et/ou côtes) et elles sont systématiquement associées à des lésions serpigineuses. Elles peuvent être alors reliées à une maladie pulmonaire de type tuberculose (Hershkovitz et alii, 2002).

60Le sujet 3168, un homme décédé à plus de 40 ans, est touché en face endocostale de deux côtes gauches. Il peut également s’agir d’une infection pulmonaire. Les lésions observées sur la femme 3218, localisées au niveau du coude droit (humérus, ulna et radius), sont associées à deux cavités au niveau des iliums. Une tuberculose peut être suspectée (Ortner, 2003 ; Roberts, Buikstra, 2003).

61L’homme 2337 montre des appositions périostées sur ses humérus, en face latérale, et sur les scapulas en face antérieure. Une infection non spécifique en est sans doute à l’origine.

62L’homme 1371-1 présente une importante production osseuse au niveau des deux tibias, à relier là encore à une maladie infectieuse comme une tréponématose, par exemple (Ortner, 2003).

63Les autres pathologies osseuses. Les vertèbres cervicales C2 et C3 de l’individu immature 2543 (GF 13) sont soudées par leur corps, sans qu’il y ait de remaniement. L’origine de cette fusion est donc congénitale (Barnes, 1994).

64Deux sujets, un homme de plus de 50 ans du groupe 12 (3169) et un adulte de sexe indéterminé décédé à plus de 20 ans du groupe 13 (2544), présentent respectivement trois et un ostéome au niveau de leur os frontal. Une calcification biologique d’environ 3 cm de diamètre a été retrouvée à proximité du membre supérieur droit de la femme 2380-2, âgée de plus de 30 ans au moment de son décès. Elle présente l’aspect d’un fibrome utérin (Kramar, 2008).

65Un cas de rachitisme pendant l’enfance est soupçonnée pour l’individu 1805, un sujet féminin décédé après 30 ans. Ses deux fémurs sont en effet remarquablement arqués (Brickley et alii, 2010).

66Le sujet 1371, un homme décédé à plus de 50 ans, présente une importante déformation au niveau des vertèbres lombaires28 qui correspond à une scoliose secondaire qui peut être provoquée par différents facteurs (traumatismes, ostéoporose, etc.) (Ortner, 2003).

67Un cas d’hypertension infracrânienne peut être soupçonné pour l’enfant 1587-1, décédé entre 5 et 9 ans.

68Une exostose est observable au niveau du calcanéus droit du grand adolescent 2529. Cet os présente un remaniement osseux important en face plantaire, avec un prolongement d’environ 1,5 cm vers le côté médio-distal. Il pourrait s’agir d’un problème ligamentaire (Waldron, 2009).

69Les sujets inhumés à Sermersheim ne présentent donc aucune pathologie particulière pouvant éventuellement être reliée à une activité spécifique et ne se différencient globalement pas d’autres populations rurales, même si les études paléopathologiques sur ce type d’ensembles funéraires restent assez rares à ce jour. Le développement de ces groupes d’inhumations, à l’écart de tout édifice religieux et qui ne peuvent pas être assimilés à des cimetières, a toujours suscité un grand nombre d’interrogations et a conduit à proposer différentes hypothèses, notamment celle de populations d’esclaves. Cela a encore été discuté récemment (Blaizot, 2011) mais, au regard de l’état sanitaire des défunts mis au jour sur le site étudié ici, aucun élément ne permet d’argumenter en faveur de cette hypothèse en se fondant notamment sur une activité manuelle particulière.

2.1.3.3. Les pathologies dentaires

70Les caries. Trente-trois sujets de plus de 15 ans ont livré des dents sur lesquelles il pu être identifié des caries ; 90,91 % en présentent au moins une. C’est une valeur un peu plus élevée que ce qui a pu être observé dans le site de Pfulgriesheim (Réveillas, 2013, p. 69) ou dans celui de la Selvicciola par exemple, plus lointain (Manzi et alii, 1999). Il est à noter, même s’il s’agit de contextes chronologiquement et géographiquement très différents, que ce pourcentage se rapproche de proportions mises en évidence sur les restes de sujets aux conditions de vie difficiles, des soldats décédés au cours de la guerre des Deux-Roses en Angleterre (Fiorato et alii, 2007) ou durant les guerres napoléoniennes (Palubeckaite et alii, 2006). Les individus des deux sexes sont touchés de manière équivalente29.

71639 dents ont au total pu être étudiées sur l’ensemble du site ; 32,71 % (209) sont atteintes si l’on prend en compte le stade 1, 24,26 % (155) dans le cas contraire. Avec les calibrations présentées ci-dessus, ces pourcentages sont respectivement compris entre 33,75 et 51,34 % et 24,95 et 33,51 %. Avec plus de la moitié des dents concernées, soit 54,07 %, tous les stades sont représentés, les lésions de taille moyenne étant les plus fréquentes. Les incisives supérieures et inférieures ainsi que les canines inférieures sont les moins touchées. Contrairement à ce qui a pu être constaté dans d’autres sites (Réveillas, 2013, p. 69 ; Temple, 2011), ce sont ici les dents appartenant à des hommes qui présentent le plus de caries, que l’on prenne en compte le stade 130 ou non31. Les sujets de sexe masculin présentent des valeurs similaires aux sujets de sexe féminin pour tous les stades, sauf pour le stade 3, avec 10,10 % des dents cariées présentant une lésion de taille importante. À l’échelle des groupes (12, 13 et sépultures dispersées), on s’aperçoit qu’en réalité cette différence ne se retrouve que dans le groupe 13 de manière très prononcée32. Cette constatation est difficilement explicable car les sujets masculins inhumés dans ce secteur ne sont pas particulièrement plus âgés que les individus féminins33. Cette différence entre les hommes et les femmes est généralement mise en relation avec l’organisation de la société, mais les variations hormonales subies par les femmes, notamment au cours de la grossesse, pourraient également rentrer en ligne de compte (Lukacs, 2011 ; Lukacs, Largaespada, 2006).

72Le tartre. Les dents de vingt-huit sujets adultes ont permis une étude des dépôts de tartre. Sur l’ensemble du site, 82,14 % d’entre elles en présentent, majoritairement d’épaisseur modérée (28,57 %) à importante (32,14 %). Il n’existe aucune réelle différence entre les groupes 12 et 13 ni avec les sépultures dispersées, celles-ci abritant toutefois des individus touchés de manière moins importante mais le nombre de sujets concernés est faible (quatre).

73L’usure. L’usure dentaire a pu être prise en compte pour vingt-huit sujets également. Elle est importante sur l’ensemble du site, avec 64,29 % des individus concernés. Il n’existe là encore aucune différence selon la localisation des sépultures. Aucun sujet ne présente de lésions pouvant être mises en relation avec une activité para-masticatrice.

2.2. Pratiques funéraires (A.L.C.)

74Les quatre-vingt-huit sujets découverts à Sermersheim sont majoritairement inhumés dans des sépultures primaires individuelles, quatre-vingt-cinq renfermant un seul sujet. Deux tombes du groupe funéraire 12 contiennent le dépôt simultané de deux défunts, SEP 1588 et 3125.

75Quelques structures (puits, fond de cabane,…) contenaient également les restes d’individus en position second

2.2.1. Modes d’inhumation

2.2.1.1. Aménagement des fosses

76Qu’elles soient disposées en rangées grossièrement parallèles au sein des groupes funéraires 12 et 13 ou isolées, les fosses ont pour la plupart entaillé le substrat lœssique. Quelques tombes du groupe funéraire 13 et des sépultures dispersées sont cependant installées dans le comblement de structures désaffectées34.

77À l’exception de trois sépultures du groupe 12 qui n’ont pas été fouillées (SEP 1374, 1593 et 1970) et de quelques tombes moins bien conservées car endommagées par les travaux agricoles ou entaillées par l’installation de nouvelles structures, la majorité des fosses accuse un plan rectangulaire. Pour une partie d’entre elles, la bonne conservation de la fosse est à l’origine de la distinction d’un double creusement constitué d’une excavation plus large dans sa partie supérieure, souvent pourvue d’un ressaut ou d’entailles, et d’un creusement inférieur plus resserré, ajusté à la taille du défunt. Les parois sont légèrement évasées ou verticales. Le fond est le plus souvent plat, plus rarement irrégulier ou légèrement incliné d’ouest en est, dans treize cas, et d’est en ouest, dans dix cas. Seule la fosse 2381 présente une pente du nord vers l’ouest. Dans quelques cas, le fond montre un surcreusement médian en gouttière.

78Trois tombes du groupe funéraire 13 et trois sépultures dispersées contenant des sujets immatures (à l’exception de SEP 3278, qui renfermait le squelette d’une jeune femme), moins profondément creusées, ont été arasées par les travaux agricoles et perturbées par la circulation d’animaux fouisseurs.

79Les dimensions sont variables. Au sein du groupe 12, la longueur des fosses est comprise entre 106 et 250 cm (respectivement SEP 3154 et 1371 B), leur largeur entre 24 (SEP 3199 et 2398) et 65 cm (SEP 3154). La profondeur conservée oscille entre 7 (SEP 3155) et 48 cm (SEP 1588).

80Parmi les tombes du groupe funéraire 13, la longueur varie entre 50 et 201 cm (respectivement SEP 2530 et 2375), la largeur entre 24 et 65 cm (SEP 2398 et 2375) et la profondeur est comprise entre 6 et 45 cm (SEP 2530 et 2379).

81Concernant les tombes isolées, seules cinq fosses sont conservées ; leurs dimensions sont comprises entre 70 et 233 cm de longueur, 25 et 162 cm de largeur et la profondeur est conservée entre 5 et 48 cm (respectivement SEP 2596 et 1782).

82Des juxtapositions et, dans quelques cas, des superpositions de fosses ont été constatées parmi trois tombes du groupe 1235, dix du groupe 1336 et cinq des sépultures dispersées37.

2.2.1.2. Architecture funéraire

83Deux types d’aménagements ont été reconnus, les tombes en fosse et les contenants en matériau périssable.

84Les dépôts en fosse. Par « tombe en fosse » est désignée l’inhumation des défunts directement à l’intérieur d’un creusement dépourvu de tout aménagement en matériau périssable disposé le long des parois et sur le fond (Colardelle et alii, 1996, p. 292-293 ; Blaizot, Savino, 2006, p. 293) ; l’étroitesse des fosses est telle que les os viennent buter contre les parois ou restent en équilibre, appuyés contre celles-ci. L’espace vide est maintenu par l’apposition d’un couvercle en matériau périssable.

85On distingue, parmi les fosses, les tombes de type anthropomorphe, qui se caractérisent par des creusements étroits épousant la silhouette du corps, souvent pourvus d’une alvéole ou logette surélevée destinée à maintenir la tête du défunt en position verticale. Le fond de la fosse, généralement plat, comporte le plus souvent un surcreusement en gouttière au niveau du rachis, voire parfois jusqu’au bassin (Duday et alii, 1990, p. 39-42). Il est à l’origine d’effets de contrainte tels que le maintien du volume de la cage thoracique et du bassin, la latéralisation des humérus et la verticalisation des scapulas (Duday 2005, p. 41, 82 ; Duday, Guillon, 2006, p. 144-146). La majorité des défunts des deux groupes et des sépultures dispersées, soit trente-six individus pour lesquels le mode d’inhumation a été reconnu, a été inhumée directement à l’intérieur d’une fosse étroite scellée par un couvercle. Au sein du groupe 12, ce dispositif et sa variante anthropomorphe ont été utilisés pour l’inhumation de vingt-trois individus. Six sujets immatures38, six femmes39, six hommes40 ont été déposés à l’intérieur d’une tombe « en fosse » simple. Parmi celles-ci, les quatre fosses de type anthropomorphe ont accueilli un total de cinq individus dont deux individus immatures41 et deux femmes, dont une est avec son fœtus42.

86Au sein du groupe 13, douze défunts ont été déposés dans des tombes en fosse, dont cinq sujets immatures43, un homme (SEP 2373), une femme (SEP 2544) et un sujet adulte de sexe indéterminé (SEP 23763) dans une tombe en fosse simple et deux individus immatures44, deux femmes (SEP 2379 et 2545) et un homme (SEP 2337) dans une tombe de type anthropomorphe.

87Le croisement des données archéologiques et biologiques montre que le dépôt des corps dans des fosses étroites de type anthropomorphe est réservé à des défunts adultes ou jeunes adultes, comme cela semble être le cas pour les quatre sujets adolescents décédés entre 10 et 14 ans et entre 15 et 19 ans découverts dans les deux groupes. En effet, plusieurs auteurs qui se sont penchés sur l’histoire de l’enfance au Moyen Âge situent le passage de l’enfance à l’âge adulte à la puberté, soit vers 12 ans pour les filles et vers 14 ou 15 ans pour les garçons (Alduc-Le Bagousse, 1994, p. 32 ; Séguy, Buchet, 2006, p. 80 ; Gilchrist, 2012, p. 53-58). Un constat similaire a été fait sur le site de Romilly-sur-Andelle (Eure), où les tombes en fosse de type anthropomorphe pourvues d’un aménagement céphalique renfermaient des défunts adultes et des adolescents (Jouneau, Guillon, 2006).

88Parmi les sépultures dispersées, le dépôt du corps directement dans des fosses simples est avéré pour deux sujets adultes masculins, SEP 1119 et 2488.

89Les contenants. En l’absence de clous ou d’éléments de calage en matériau non périssable, il s’est avéré difficile de différencier les types de réceptacles pouvant contenir le corps : cercueil chevillé, coffrage avec calages de bois ou cercueil monoxyle. Le cercueil chevillé est constitué de planches assemblées par des chevilles en bois ou encastrées dans des rainures. Par coffrage, l’on entend un contenant complet ou incomplet construit directement dans la fosse et qui n’a pas servi au transport du défunt (Colardelle, 1996, p. 306 ; Henrion, Hunot, 1996, p. 198). Le contenant monoxyle est un réceptacle étroit aménagé dans un tronc d’arbre coupé longitudinalement et évidé ; son fond peut être plat ou concave (Colardelle, 1996, p. 310 ; Vertongen, 1998, p. 19-21).

90À Sermersheim, peu d’indices archéologiques permettent leur reconnaissance : seules neuf sépultures ont livré des traces ligneuses. La présence de contenants a été détectée grâce à des anomalies taphonomiques indiquant l’existence d’un espace vide, d’effets de contrainte et de délimitation linéaire produits à distance des parois de la fosse et indépendants de sa morphologie. Parmi ces contenants, un contenant monoxyle (SEP 1971) à fond légèrement concave a été identifié au sein du groupe 12. Un second contenant monoxyle au sein du groupe 13 a été reconnu.

91Au total, trente et un individus ont été déposés à l’intérieur de contenants non cloués. Quinze appartiennent au groupe 12 (fig. 176). Il s’agit majoritairement d’individus immatures, présents au nombre de douze45, ainsi que de deux femmes (SEP 1971 et 3170), d’un homme (SEP 3169) et d’un sujet indéterminé.

92Parmi les treize défunts du groupe 13 inhumés dans un contenant (fig. 177), il se trouve dix sujets immatures46, une femme (SEP 2595), un homme (SEP 2375) et un individu adulte de sexe indéterminé (SEP 2346).

93Les sépultures dispersées 1118, 3188 et 3278 ont livré des indices probants de la présence d’un contenant (fig. 178).

94Les dépôts indéterminés. Pour treize tombes ayant livré des inhumations primaires, la destruction des fosses et la perturbation de l’agencement anatomique des squelettes ont empêché de savoir si le défunt a été déposé directement dans une fosse ou à l’intérieur d’un contenant. Il s’agit de six sépultures appartenant au groupe 12 (fig. 176) et comprenant quatre défunts immatures47 et deux sujets adultes de sexe non déterminé (SEP 1370 et 3134).

95À l’intérieur du groupe 13, le dispositif sépulcral (tombe en fosse ou contenant) n’a pas pu être identifié pour cinq tombes renfermant des sujets immatures48 (fig. 177).

96Le dispositif funéraire des sépultures isolées est également resté indéterminé pour cinq tombes contenant quatre sujets immatures49 et un individu adulte de sexe indéterminé (SEP 1782) (fig. 178).

Image 100000000000041F0000051C8B490A4028C3CB3B.jpg

Fig. 176. Plan d’ensemble du groupe funéraire 12 avec la localisation des différents types d’aménagement et indications topographiques. DAO : P. Girard, A. Latron-Colecchia, É. Peytremann.

Image 10000000000004230000043BFF65D825827AAF08.jpg

Fig. 177. Plan d’ensemble du groupe funéraire 13 avec la localisation des différents types d’aménagement et indications topographiques. DAO : P. Girard, A. Latron-Colecchia, É. Peytremann.

Image 100000000000041D000003711DDE6035D894DC67.jpg

Fig. 178. Plan de répartition des sépultures dispersées avec la localisation des différents types d’aménagement. DAO : P. Girard, A. Latron Colecchia, É. Peytremann.

Image 100000000000041C000005256D3AD7C6ED043DB6.jpg

Fig. 179. Tableau récapitulatif des orientations des sépultures du groupe funéraire 12. 0 ° : N. A. Colecchia Latron, É. Peytremann.

Image 10000000000003BF00000364C4596FB89BE4FE31.jpg

Fig. 180. Tableau récapitulatif des orientations des sépultures du groupe funéraire 13. 0  : N. A. Colecchia Latron, É. Peytremann.

2.2.1.3. Les gestes

97Orientation et position des corps. À l’exception du défunt de la sépulture isolée SEP 1782, orienté NS, la tête au nord, les défunts sont généralement déposés OE, la tête à l’ouest. Cette direction montre cependant une certaine variabilité avec des orientations suivant un axe OSO/ENE (fig. 179 à 181).

98Cinquante-cinq des quatre-vingt-huit individus recensés reposent sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension (fig. 182 à 184). Les variantes à cette disposition concernent principalement la flexion des membres supérieurs vers la moitié inférieure du corps avec les mains en avant du bassin. Un seul défunt du groupe 13, SEP 23762, a les membres supérieurs fortement fléchis en avant du thorax. Seul un défunt immature du groupe 13 repose partiellement sur le côté gauche et sur le dos avec les membres inférieurs et le membre supérieur droit fléchis, le gauche en extension (SEP 2594 ; 0-1 an). La position des corps ne varie ni en fonction de l’âge, ni du sexe ou de l’architecture funéraire.

99Pour l’ensemble des défunts, il existe quelques différences individuelles pouvant être mises sur le compte des processus taphonomiques ou des perturbations dues à la circulation d’animaux fouisseurs.

100Pour huit défunts, la position d’un ou des deux membres supérieurs ou inférieurs ne peut pas être restituée, les os ayant été bougés ou étant manquants : pour le groupe funéraire 12, il s’agit de deux sujets immatures et d’un adulte de sexe indéterminé50. Cela concerne également trois individus immatures du groupe funéraire 1351, ainsi que deux sujets adultes appartenant aux tombes dispersées52.

Image 100000000000041E0000027E2877417365F9EC44.jpg

Fig. 181. Tableau récapitulatif des orientations des sépultures dispersées. 0 ° : N. A. Colecchia Latron, É. Peytremann.

101La position du corps ne peut pas être renseignée pour sept individus dont trois du groupe 1253, deux du groupe 1354 et deux découverts parmi les tombes dispersées55.

102Enveloppement, habillement et chaussures. Au total, l’enveloppement du corps est avéré pour sept sujets dont cinq du groupe 12, un du groupe 13 et un des sépultures dispersées. Au sein du groupe 12, il a été mis en évidence pour un individu immature déposé à l’intérieur d’un contenant périssable (SEP 1595 ; 1-4 ans), ainsi que pour quatre hommes dont trois inhumés dans des tombes en fosse simple et un déposé dans un réceptacle56. Parmi les défunts du groupe 13, l’enveloppement est documenté uniquement pour une femme placée dans un contenant en bois ; pour les individus des sépultures dispersées, cette pratique est attestée pour un enfant en bas âge pour lequel le type de contenant est indéterminé57. Cela pourrait montrer que l’enveloppement du corps est une pratique destinée de préférence à des individus adultes ; toutefois, cette conclusion doit être prise avec prudence, seul un enveloppement très serré pouvant imprimer des effets de contrainte durables sur les ossements.

103L’habillement est envisagé uniquement pour des individus adultes pour un total de six défunts. Quatre appartiennent au groupe 12 : une femme et deux hommes inhumés dans des fosses simples et une femme placée à l’intérieur d’un contenant de type monoxyle58. Concernant les sujets du groupe 13, tous les deux masculins, l’un a été déposé au sein d’une fosse anthropomorphe, l’autre à l’intérieur d’un contenant périssable59. Pour ce dernier, le seul indice du port d’un vêtement est la présence d’une boucle de ceinture en fer découverte en avant du sacrum, en position « fonctionnelle ».

104Des critères permettant de reconnaître le port de chaussures ont été mis en évidence pour deux sujets adultes du groupe 12 déposés à l’intérieur de réceptacles périssables (une femme et un homme)60 (Gaultier et alii, 2008).

105Pour trois défunts adultes du groupe 12, les anomalies taphonomiques ont permis d’identifier l’usage conjoint de l’enveloppement, du vêtement et du port de chaussures. Il s’agit d’une femme qui était vraisemblablement habillée et chaussée, d’un homme habillé et enveloppé dans un linceul ou un tissu et d’un autre qui avait été chaussé et enveloppé61.

Image 100000000000042800000572946DB878B6FE5DE1.jpg
Image 10000000000004230000041A9DB5FDB68F62DA4C.jpg

Fig. 182. Tableau récapitulatif des positions des membres des squelettes du groupe funéraire 12. A. Colecchia Latron, É. Peytremann.

Image 100000000000042800000554A8810F8D28A4C65C.jpg

Fig. 183. Tableau récapitulatif des positions des membres des squelettes du groupe funéraire 13. A. Colecchia Latron, É. Peytremann.

Image 1000000000000205000003CB0A3B5AAC2622611F.jpg

Fig. 184. Tableau récapitulatif des positions des membres des squelettes des sépultures dispersées. A. Colecchia Latron, É. Peytremann.

106Les supports céphaliques. À Sermersheim, les indices archéologiques susceptibles de révéler la présence d’éléments putrescibles soutenant le crâne (tel un coussin, une planche ou un support en bois) ne sont pas conservés. Des anomalies taphonomiques montrant l’existence de cette pratique ont été identifiées pour six défunts, dont un sujet immature, une femme et deux hommes du groupe 1262, un individu adulte du groupe funéraire 13 (SEP 2346) et une femme provenant des sépultures dispersées (SEP 3278). Les individus du groupe 12 pour lesquels cette pratique a été mise en évidence ont tous été inhumés dans des fosses simples ; les deux autres sujets avaient été placés dans des contenants.

107Les pratiques funéraires observées sur le site de Sermersheim montrent une relative diversité, aussi bien dans l’architecture funéraire que dans la gestuelle (fig. 185 à 187). Cette diversité est commune aux deux groupes et à l’ensemble des sépultures dispersées sans aucune distinction notable.

2.2.1.4. Ossements en position secondaire

108Au total, les restes osseux de quatorze individus en position secondaire ont été découverts au sein du groupe funéraire 12 et parmi les tombes dispersées.

109Le groupe funéraire 12 a livré les ossements de neuf défunts repérés majoritairement parmi les sépultures de la rangée orientale, perturbées par l’installation de structures postérieures. Les restes d’un défunt immature (SEP 3042 ; plus de 15 ans) ont en outre été découverts dans le comblement de la fosse 3046, datée de la période HMA 3, qui coupe également les sépultures 1085 et 3134 de la rangée occidentale.

110Au nord, les restes de deux enfants en bas âge ont été exhumés dans le sédiment de colmatage de la fosse 1598 qui recoupe au moins la SEP 3155 et a été recoupée par l’installation de nombreuses sépultures (SEP 1598-1 et 1598-2 ; 1-4 ans) (cf. fig. 48).

111Plus au sud, les os de quatre défunts étaient grossièrement alignés le long du bord méridional des tombes 15972, 15974 et 15992 ; un sujet immature et trois individus adultes de sexe indéterminé63 ont pu être identifiés. Ces sépultures ont été entaillées par le puits PUI 1596, au sud-est, dont le comblement a livré les os d’un enfant en bas âge et d’un individu adulte de sexe indéterminé64.

112Les ossements en situation secondaire découverts parmi les tombes dispersées appartiennent à cinq sujets adultes de sexe indéterminé. Ils se trouvaient dans le comblement de la structure 1229, pouvant correspondre à un fond de cabane (un seul défunt) et dans la sépulture 2156, aux limites incertaines, qui contenait les restes de quatre sujets adultes.

2.2.1.5. Typochronologie des sépultures (É.P.)

113Au vu de la relative diversité de l’architecture et de la gestuelle funéraire, l’examen de la chronologie des inhumations s’avère important pour déterminer s’il existe un lien entre les deux.

Image 100000000000042200000485D6A5A4F61999FA06.jpg

Fig. 185. Pratiques funéraires observées au sein du groupe funéraire 12.

Image 100000000000041F000003376CB27A682E657DBE.jpg

Fig. 186. Pratiques funéraires observées au sein du groupe funéraire 13.

Image 100000000000041C00000187984B5635EE8B93E5.jpg

Fig. 187. Pratiques funéraires observées au sein des sépultures dispersées.

Image 10000000000003440000039773ABBED55F50E69D.jpg

Fig. 188. Graphique récapitulatif des datations des sépultures.

114En préalable, il est toutefois nécessaire de rappeler que seuls huit squelettes ont bénéficié d’une datation radiocarbone65. Du mobilier, une perle biconique en verre opaque bleu turquoise (fig. 209, infra) attribuée à une période couvrant le viie et le début du viiie siècle et une boucle ovale en fer (fig. 215, infra), était associé à deux squelettes (SEP 2534 et 2375), ce qui permet d’avancer une période possible pour les inhumations. Par ailleurs, onze tombes comportaient quelques tessons de céramique dans leur comblement, permettant de proposer une datation large de l’inhumation (fig. 188). Les datations de ces vingt et une sépultures ne sont cependant guère précises puisque le degré d’exactitude va de 70 ans environ (SEP 1118) à cinq siècles et demi (SEP 2373 et 3168), la moyenne oscillant entre 100 et 150 ans ! À partir de ces éléments chronologiques, il ne sera pas question ici de tenter d’élaborer une typochronologie, dont on sait d’ailleurs qu’elle présente une pertinence limitée, notamment sur des petits ensembles (Blaizot, 2011 p. 306), mais plutôt de synthétiser les informations chronologiques réunies sur l’utilisation de type architectural et sur certaines pratiques.

115Les tombes en fosse sont en usage durant toute la période d’inhumation en marge de la zone d’activités spécifiques, soit au plus tôt à partir du deuxième quart du viie siècle (d’après les datations radiocarbone), probablement pas avant le milieu ou le troisième quart du viie (d’après le mobilier céramique et la stratigraphie) et jusqu’au début du xe siècle. En revanche, les tombes en fosse à logette céphalique apparaissent a priori plus tardivement, au plus tôt au début du viiie siècle. L’usage d’un contenant non cloué est, comme pour les tombes en fosses, attesté durant toute la période d’inhumation.

116Les données chronologiques à disposition ne permettent pas de proposer une datation de l’emploi du coussin funéraire.

117L’usage des fosses étroites à partir du milieu ou de la fin du viie siècle et jusqu’au milieu du xe siècle est conforme à ce qui a été observé dans la région. À Strasbourg, sur le site de Sainte-Barbe, cet usage est attesté au viie siècle (Blaizot et alii, 2004) et à Ottmarsheim (Haut-Rhin) il a été reconnu avant le milieu du xie siècle (Blaizot, 1998, p. 53-54)66. Cette chronologie rejoint ce qui été plus largement observé dans la vallée du Rhône (Colardelle, 1996) ou dans la moitié septentrionale de la France (Blaizot, 2011, p. 301‑306).

118La rareté supposée de l’usage d’un contenant monoxyle à Sermersheim s’avère, là encore, conforme aux observations les plus récentes (Blaizot, 2011, p. 304).

2.3. Organisation de l’espace et topographie (A.L.C., H.R., É.P.)

2.3.1. Organisation de l’espace et topographie

119Comme il a déjà été précisé, les sépultures mises au jour sur le site de Sermersheim se répartissent en deux catégories : deux groupes funéraires et des tombes dispersées, qui se répartissent sur tout le site. Les groupes 12 et 13 sont distants de plusieurs dizaines de mètres et sont séparés par un espace dans lequel s’insèrent quatre sépultures dispersées. Le groupe 12, qui se développe au sud du site, peut être considéré comme un ensemble clos car il est délimité à l’ouest par le fossé 178567 et qu’aucune autre tombe n’a été retrouvée au nord, à l’est ou au sud. En revanche, il est impossible d’être aussi affirmatif pour le groupe 13, qui se développe probablement au nord, hors de l’emprise. Même si la partie à l’est des sépultures n’a pas pu être fouillée, il est fort probable que les tombes aient, comme dans le cas du groupe 12, respecté la limite que constitue le fossé 1785, qui se prolonge sans doute plus au nord. Les deux groupes funéraires et les quatre sépultures dispersées prennent place dans une bande a priori située en limite d’extension de la zone d’activité (cf. supra II. 2.1).

120L’étude de l’organisation interne des deux groupes funéraires fait apparaître certaines différences dans la gestion de l’espace. Il est en effet possible de percevoir au sein du groupe 12 une organisation grossière des tombes en deux alignements, séparés par un espace libre d’environ 3 m, correspondant sans doute à un espace de circulation permettant d’accéder aux sépultures (fig. 173). Ces deux alignements ne sont pas symétriques par rapport à cet axe mais présentent un léger décalage. La rangée occidentale se développe plutôt vers le sud, à l’exception de la tombe 1648. La rangée orientale s’étend plus vers le nord. Ces alignements de tombes, fréquents pour la période mérovingienne (Lauwers, 2005), se retrouvent également sur des sites carolingiens ; ils sont parfois organisés selon des axes de circulation, comme par exemple sur le site proche de Pfulgriesheim (Peytremann, 2013) ou, plus loin, sur le site de Faye-sur-Ardin dans les Deux-Sèvres (Barbier et alii, 2011).

121Les sépultures les plus septentrionales de la rangée orientale du groupe 12 renferment des individus adultes68, cette disposition ne semble pas se confirmer au sud, la dernière tombe de cette rangée contenant un sujet immature (SEP 3202). Toutefois, cette situation pourrait être liée à la destruction de tombes par l’implantation de structures à vocation artisanale. La portion centrale de la rangée occidentale contient douze sujets immatures et sept adultes. Deux inhumations très rapprochées correspondent à une sorte de binôme entre un sujet adulte de sexe féminin et un individu immature (respectivement SEP 1588 et 1590). Une juxtaposition d’individus adultes a été recensée pour les SEP 1805 et 3134. La rangée orientale montre également la juxtaposition de plusieurs inhumations, dont celle d’une femme et d’un enfant69 ainsi que celles d’enfants installées par petits groupes qui ont été fortement perturbés par l’installation successive de structures dans ce secteur (fig. 176).

122La majorité des défunts de la rangée occidentale a été installée dans des fosses étroites (fig. 176). Par ailleurs, quelques tombes possédant la même architecture tombale, telles les sépultures 1588 et 1590 – fosses de type anthropomorphe – ou les tombes en fosse SEP 3124, 3125 et 3131, sont regroupées.

123L’inhumation des corps directement dans des fosses est moins fréquente parmi les tombes de la rangée orientale ; elle a été reconnue pour trois sujets immatures et trois femmes70. Plusieurs tombes en fosse sont regroupées par deux, respectivement SEP 1650 et 3168 au nord et 3201 et 3202 au sud. L’utilisation d’un contenant périssable de type cercueil chevillé, monoxyle ou coffrage a été exclusivement réservée aux immatures inhumés au niveau de la rangée occidentale, au total sept individus parmi les douze découverts71. Seul un des huit réceptacles recensés au sein la rangée orientale a été précisément identifiée. Il s’agit d’un contenant monoxyle (SEP 1971).

124Au nord, les inhumations de deux défunts adultes déposés dans un contenant sont proches (SEP 3169 et 3170) ; plus au sud, il est possible de percevoir des « binômes » entre plusieurs tombes contenant des sujets immatures72.

125Quelques indices de recoupements ont été reconnus parmi les tombes de la rangée occidentale (fig. 176). Dans un seul cas, l’installation successive de deux sujets immatures superposés au sein de la même fosse n’a pas endommagé les bords de la tombe ni perturbé le squelette présent73. Les deux autres cas de recoupement recensés concernent la SEP 1371 B, partiellement entaillée par l’installation de la SEP 1371 A74, ainsi que la tombe 3125 qui a détruit le bord occidental de la SEP 313175. Aucune superposition ni aucun recoupement de fosse sépulcrale par d’autres tombes n’a été découvert dans la rangée orientale.

126Le groupe funéraire 13 montre une organisation un peu différente de celle du groupe 12, avec des sépultures qui peuvent être regroupées en sous-ensembles, dont l’un est situé au nord76, un second au centre77 et un dernier au sud78. Ces trois sous-ensembles montrent chacun une organisation propre (fig. 177).

127Le premier sous-ensemble, au nord (fig. 177), se compose de treize tombes dont neuf renferment des sujets immatures et quatre des individus adultes79. Les sépultures sont disposées selon trois lignes approximativement parallèles, orientées NO-SE. Ici, les tombes de trois adultes (respectivement SEP 2545, 2346 et 2544), alignés NE-SO, occupent la partie médiane de l’espace funéraire et la sépulture du quatrième, SEP 2337, est placée immédiatement au sud de SEP 2545.

128Au sein du deuxième sous-ensemble, composé de six enfants et trois adultes80, la répartition des tombes montre des regroupements par « binômes » ou superposition pour trois sépultures. Ils réunissent des sujets immatures et des adultes des deux sexes81, dont des tombes superposées contenant une femme et un enfant en bas âge déposés dans un contenant propre (SEP 2595 et 2380). Dans un seul cas, la disposition par binôme concerne des enfants (SEP 2378 et 2573).

129Le troisième sous-groupe est constitué des tombes de huit individus, dont six sujets immatures et deux adultes82. Ici, l’organisation des sépultures est moins claire du fait des perturbations occasionnées par le creusement de plusieurs fosses au sud-est de la zone funéraire, qui ont provoqué la destruction d’une partie des tombes, comme le montre le recoupement de la partie occidentale de la SEP 2530 par l’installation du silo SIL 2536. Néanmoins la disposition de certaines inhumations montre encore deux binômes composés de défunts immatures et adultes déposés dans des tombes juxtaposées ou superposées83. Au total, douze défunts dont six sujets immatures et six adultes des deux sexes ont été déposés à l’intérieur de fosses étroites dont cinq de type anthropomorphe (fig. 186).

130À l’échelle des sous-ensembles, les deux pratiques de l’inhumation à l’intérieur de tombes en fosse ou du dépôt des corps dans un contenant sont sensiblement équivalentes au sein des premiers sous-ensembles, alors que pour l’ensemble le plus méridional la pratique de l’ensevelissement dans des tombes en fosse est légèrement majoritaire84. Toutefois, cette conclusion doit être nuancée puisque, pour deux sépultures, le dispositif sépulcral n’a pas pu être restitué.

131Pour la plupart des sépultures dispersées, l’arasement des fosses, peu profondément creusées, ainsi que les perturbations subies par plusieurs squelettes empêchent la restitution de l’architecture et des pratiques funéraires. Parmi ces dernières, l’on peut distinguer le regroupement de plusieurs tombes et les sépultures isolées (fig. 178). Si quelques-uns de ces regroupements révèlent vraisemblablement un « recrutement » des défunts selon l’âge85, les sépultures 2488 et 2489 montrent une disposition par binôme, avec la juxtaposition des tombes d’un enfant et d’un adulte. En revanche, pour les tombes 3188 et 3279, l’installation partielle de la première sur le bord occidental de la deuxième traduit éventuellement une volonté de rapprochement des deux sépultures ; la destruction partielle de la fosse de SEP 3279, vraisemblablement accidentelle, serait alors liée à une connaissance imparfaite de l’emplacement de celle-ci.

2.3.2. Topochronologie (É.P.)

132Les organisations des sépultures, en groupes, dispersées ou isolées, et les gestions différentes d’un groupe à l’autre amènent à s’interroger sur l’importance du facteur chronologique. Comme cela a été précédemment développé, les données chronologiques sont insuffisamment précises pour raisonner finement sur l’organisation et la gestion des inhumations. Néanmoins, il est possible d’apporter quelques précisions.

133En premier lieu, il apparaît qu’il n’existe aucune distinction chronologique entre les sépultures isolées, dispersées, et les groupes funéraires. Ces différentes organisations ont fonctionné de manière concomitante.

134L’examen des plans des deux groupes ne laisse percevoir aucun développement topochronologique. En revanche, il est possible que le groupe funéraire 13 ait fonctionné un peu plus tôt que le groupe funéraire 12. Au moins trois sépultures (SEP 2375, 2376 et 2534) sont en effet plutôt datées dans la seconde moitié du viie siècle. L’insuffisance des données chronologiques ne permet malheureusement pas de confirmer cette hypothèse.

3. CONCLUSION (A.C.L., H.R., É.P.)

135Le site de Sermersheim comprend deux groupes funéraires localisés en bordure ouest et nord-ouest de l’emprise de fouille ainsi que quelques sépultures isolées et dispersées.

136Les groupes funéraires et les sépultures dispersées 2488, 2489, 3188 et 3279 sont installés dans un espace linéaire au statut particulier dès le début de l’occupation du secteur à la période du HMA 1. Cet espace présente la particularité d’avoir accueilli, outre des tombes, des structures de stockage, principalement des silos (cf. infra II. 2.1).

137Ces deux groupes ont livré un nombre important de défunts immatures inhumés parmi les adultes ; au sein du groupe 12, vingt-cinq tombes renfermant des enfants sont regroupées dans la partie médiane de chacune des deux rangées. Pour le groupe 13, les sépultures de sujets immatures sont majoritaires. En comparant le profil de mortalité des deux groupes funéraires avec celui d’une population préjennérienne, le nombre d’enfants décédés entre 5 et 9 ans est supérieur à la normale, sans que l’on puisse proposer d’explication véritablement satisfaisante à ce jour. Les pathologies présentées par les sujets inhumés sur le site sont comparables à celles qui ont pu être observées dans d’autres ensembles médiévaux, avec en majorité des lésions dégénératives et quelques pathologies traumatiques et infectieuses.

138Parmi les tombes des deux groupes, des juxtapositions de sépultures ont mis en évidence des binômes composés d’un individu immature et d’une femme, d’individus immatures, de sujets masculins (groupe 12) et d’un adulte masculin et d’un enfant (groupe 13).

139Cette même pratique a été constatée pour quelques-unes des tombes dispersées et elle concerne la juxtaposition de deux sépultures féminines et de celle de deux sujets en bas âge. On constate également une certaine proximité entre tombes comportant le même dispositif sépulcral.

140Des recoupements ont été enregistrés entre plusieurs sépultures des deux groupes ; dans la plupart des cas, il s’agit d’interventions peu destructrices entaillant légèrement les bords des fosses et montrant par là une connaissance approximative de l’emplacement des tombes précédemment installées. À l’inverse, la superposition exacte entre quelques fosses sépulcrales n’entraînant aucune destruction a permis de comprendre que l’emplacement de la première inhumation était bien connu et marquait encore le paysage ; en effet, le recoupement et parfois la destruction de tombes par des structures appartenant à une occupation successive impliquent l’oubli de l’emplacement des tombes et donc l’abandon des espaces funéraires (Carré, Guillon, 1998).

141La proximité de tombes voire la superposition des défunts indiquent une volonté de regroupement pouvant montrer, a priori, un lien de parenté entre les inhumés, comme cela semble être le cas lors des dépôts simultanés.

142Les pratiques funéraires sont plutôt homogènes au sein des deux groupes, la majorité des défunts adultes et immatures reposant dans des fosses étroites ou dans des contenants. La plupart des individus immatures des deux groupes ont été déposés à l’intérieur d’un contenant en bois alors que l’inhumation en fosse de type anthropomorphe est une pratique dévolue exclusivement à l’inhumation des sujets adultes et des adolescents. Orientés approximativement d’ouest en est, avec la tête à l’ouest, les défunts reposent majoritairement sur le dos avec les membres supérieurs et inférieurs en extension. Aucun mobilier n’a été découvert dans les tombes, à l’exception d’une pièce de monnaie antique et d’une boucle de ceinture.

143Si l’on exclut les tombes de type anthropomorphe, dont la morphologie offre un support pour le maintien du crâne en position surélevée, les indices concernant la présence d’un coussin funéraire sont relativement rares.

144Ce même constat peut être fait concernant la pratique de l’enveloppement et de l’habillement des cadavres qui a été détectée presque exclusivement pour des défunts adultes majoritairement du groupe 12, qu’ils soient inhumés dans des tombes en fosse ou dans des réceptacles. Parfois, l’usage conjoint de l’enveloppement et de l’habillement a été détecté.

145L’absence d’éléments de fermeture tels des épingles ou des agrafes implique l’existence de linceuls ou de tissus enroulés autour du cadavre, pouvant être repliées ou noués aux extrémités, fermés par des liens (des cordelettes, des bandelettes de tissu, etc.), voire cousus (Alexandre-Bidon, 1993, p. 201 ; Treffort, 1996, p. 8).

146En ce qui concerne l’habillement, l’extrême rareté des indices archéologiques (tels des fibules ou des boucles et des éléments de ceinture) ne permet pas de restituer la nature des vêtements portés par les défunts. Les témoins du port de chaussures sont plutôt rares ; la pénurie d’arguments probants est souvent en relation avec le bouleversement des os des pieds. De ce fait, il est délicat d’avancer des suppositions concernant une pratique rare ou réservée à une partie de la population. Pour un seul individu féminin du groupe funéraire 12 déposé dans une fosse simple, il a été possible de déterminer que le cadavre avait été habillé et chaussé avant d’être enroulé dans un tissu. Cet exemple conforte la remarque avancée par Cécile Treffort qui affirme que l’enveloppement d’un défunt dans un linceul n’exclut pas son habillement (Treffort, 1996a, p. 9). La rareté du mobilier s’explique probablement plus par la chronologie des inhumations que par le niveau social des défunts.

Notes de bas de page

1 Dans cette étude, grâce au logiciel Statistica©.

2 L’auteur a proposé des classes quinquennales (sauf les deux premières), c’est pourquoi il a été fait de même ici.

3 Le quotient de mortalité de la classe d’âge des 10-14 ans est quant à lui supérieur de 0,54 ‰, dépassement considéré ici comme négligeable puisqu’il suffit d’un sujet adulte supplémentaire pour retrouver une valeur normale.

4 Communication personnelle.

5 En contexte rural, il est rare de trouver de grandes sépultures multiples à l’image de ce qui peut exister en milieu urbain (Bizot et alii, 2005 ; Passarius et alii, 2008).

6 On trouvera des exemples de profil de mortalité dans Réveillas, 2010.

7 Projet de recherche en cours sous la direction de M. Châtelet, Inrap.

8 Test de Fisher bilatéral p = 1.

9 Test de Fisher bilatéral p = 1.

10 On peut remarquer que les tombes déjà citées, 2542 et 2543, sont incluses dans ce groupe funéraire.

11 Test de Fisher bilatéral p = 1.

12 SEP 1118, 1119, 1782, 2156, 2488, 2489, 2518, 2596, 3188, 3278 et 3279.

13 Test bilatéral de Fisher p = 0,9014 ; χ²=0,02 et p = 0,8960.

14 Test bilatéral de Fisher p = 0,0304 ; χ²=5,30 et p = 0,0214.

15 Test bilatéral de Fisher p = 0,0278.

16 Test bilatéral de Fisher p = 0,3025.

17 χ²=26,51 et p <10-4 à l’échelle du site ; test bilatéral de Fisher p = 0,0022 ; c ²=10,06 et p = 0,0015 pour le groupe 12 ; test bilatéral de Fisher p =<10-4 ; c ²=25,89 et p <10-4 pour le groupe 13.

18 J. W. Wood et ses collaborateurs ont parlé en 1992 de « paradoxe ostéologique » pour discuter de la difficulté à reconnaître et à traiter de l’état sanitaire d’une population car il n’existe pas obligatoirement de relation entre celui-ci et les lésions osseuses et/ou dentaires que l’on va pouvoir observer sur les squelettes de cette même population. Les sujets ayant survécu pourront présenter des atteintes que des individus décédés à un âge moins avancé n’auront pas eu le temps de développer.

19 Sujets 1119, 1371, 2375, 3028 et 3156.

20 Individus 1587-2 (fusion de deux côtes), 1588 (enfoncement des corps des deux premières vertèbres lombaires) et 2337 (renflement au niveau de la diaphyse tibiale droite).

21 Test bilatéral de Fisher p = 0,0023.

22 Test bilatéral de Fisher p = 1.

23 Test bilatéral de Fisher p = 0,5503.

24 Test bilatéral de Fisher p = 0,4100.

25 Test bilatéral de Fisher p = 0,6699.

26 Sujets 1371-1, 2337, 3168 et 3218.

27 Individus 1491, 2381, 3026 et 3154.

28 Cf. catalogue des sépultures.

29 Test bilatéral de Fisher p=1.

30 Test du χ2 = 8,18 (dl= 1).

31 Test du χ2 = 6,78 (dl= 1).

32 Test du χ2 = 12,16 (dl= 1) avec le stade 1 ; χ2 = 17,91 (dl= 1).

33 Les caries étant supposées se développer avec l’âge (Hillson, 1996, 2000).

34 Il s’agit respectivement de SEP 2371, 2378, 2380, 2540, 2542, 2543 et 2573 (groupe funéraire 13) et des SEP 1118, 1119 et 3278 (sépultures isolées)

35 SEP 1371 A et B (superposition), 1588 et 1590.

36 SEP 2373 et 2594, 2379 et 2381, 2380 et 2595 (superposition), 2488 et 2489, 2542 et 2543.

37 SEP 2518 et 2596, 1118, 3278 et 1119.

38 SEP 1589 (5-14 ans), SEP 3166 (1-9 ans), SEP 3199 (0-4 ans), SEP 3202 (1-4 ans), SEP 15874 (15-19 ans) et SEP 3125-2 (0-4 ans),

39 SEP 1648, 1650, 1805, 3028, 3125-1 et 3201.

40 SEP 1371 A, 1373, 3124, 3131, 3156 et 3168.

41 SEP 1590 et 1635 (10-14 ans).

42 SEP 1588 A et le fœtus 1588 B et 3218.

43 SEP 2381 (0-4 ans), SEP 2398 et 2541 (1-4 ans), SEP 23762 et 2542 (5-14 ans).

44 SEP 2339 (10-14 ans) et SEP 2529 (15-19 ans).

45 SEP 1491 (0-1 an), SEP 1372, 3026 et 3154 (0-4 ans), SEP 1595 (1-4 ans), SEP 15972 et 15992 (1-9 ans), SEP 15872, 1634 et 3200 (5-9 ans), SEP 1371 B (5-14 ans) et SEP 3155 (10-19 ans).

46 SEP 2369, 2380, 2530 et 2594 (0-1 an), SEP 2573 (0-4 ans), SEP 2540 (1-4 ans), SEP 2370 (1-9 ans), SEP 2336 (4-9 ans), SEP 2378 et 2543 (5-14 ans).

47 SEP 1594 et 3198 (0-4 ans), SEP 15974 (1-4 ans) et SEP 3042 (plus de 15 ans).

48 SEP 2427 et 2534 (1-4 ans), SEP 2338 et 2524 (5-9 ans) et SEP 2542 (5-14 ans).

49 SEP 2596 (fœtus), 2489 (0-1 an) et 2518 (0-4 ans) et SEP 3279 (1-4 ans).

50 Respectivement SEP 3125-2 et 3199 (0-4 ans) et SEP 1370.

51 SEP 2336 et 2524 (4-9 ans) et SEP 2542 (5-4 ans).

52 SEP 1782 (sexe indéterminé) et 3188 (homme).

53 SEP 1594 (1-4 ans), SEP 3166 (1-9 ans) et SEP 3042 (plus de 15 ans).

54 SEP 2370 (1-9 ans) et SEP 2338 (5-9 ans).

55 SEP 2489 (0 et 4 ans) et SEP 2596, fœtus.

56 Il s’agit respectivement des SEP 3124, 3168, 1371 A et de SEP 3169.

57 SEP 2595 (groupe 13) et SEP 2489 (0-1 an ; sépulture dispersée).

58 Respectivement SEP 1648 et SEP 1373 et 3168 ainsi que SEP 1971.

59 Il s’agit respectivement de SEP 2337 et SEP 2375.

60 Respectivement SEP 1971 et SEP 3169.

61 Respectivement SEP 1971, SEP 3168 et SEP 3169.

62 Respectivement SEP 3199 (0-4 ans), SEP 3125, SEP 3156 et 3168.

63 Respectivement SEP 15975-2 (0-1 an) et SEP 15975-1, 15973 et 15993.

64 SEP 1596-1 (0-1 an) et 1596-2.

65 SEP 23763, 2488, 3200, 3169, 1119, 2337, 3124 et 1590.

66 L’enquête chronologique reste difficile en l’absence d’un vocabulaire commun aux études.

67 Aucune sépulture n’est en effet apparue à l’ouest du fossé sur les un à trois mètres qui ont été décapés.

68 Il s’agit de deux femmes (SEP 1650 et 3170) et de deux hommes (SEP 3168 et 3169).

69 SEP 3201 et 3202.

70 Respectivement SEP 3166, 3202 et 1635 et SEP 1650, 3168 et 3201.

71 Il s’agit des SEP 1371 B, 1372, 1491, 1595, 15872, 3026 et 3154.

72 SEP 15972 et 15974, 1599 et 1634, 3199 et 3200.

73 SEP 1587. Elle a livré le squelette d’un individu âgé entre 15 et 19 ans, subjacent au dépôt d’un enfant de la classe 5-9 ans.

74 Un sujet immature âgé entre 5 et 14 ans et une femme.

75 Il s’agit de la sépulture multiple d’une femme et d’un enfant recoupant partiellement la tombe d’un homme.

76 Il comprend les sépultures 2542, 2543, 2540, 2544, 2346, 2545, 2337, 2369, 2370, 2541, 2336, 2339 et 2338.

77 Sépultures 2594, 2373, 2379, 2381, 2398, 2378, 2573, 2380 et 2395.

78 Sépultures 2375, 2427, 2376, 2529, 2534, 2530 et 2524).

79 Respectivement SEP 2336, 2338, 2339, 2369, 2370, 2540, 2541, 2542 et 2543 (sujets immatures), et SEP 2337 (homme), 2545 (femme), 2346 et 2544 (adultes de sexe non déterminé).

80 SEP 2378, 2380, 2381, 2398, 2573 et 2594 (sujets immatures) et SEP 2373, 2379 et 2595 (individus adultes).

81 Telles les SEP 2373 et 2594, SEP 2378 et 2573 et 2595 et 2380.

82 Il s’agit de SEP 23762, 2427, 2524, 2529, 2530 et 2534 (sujets immatures) et de SEP 2375 et 23763 (respectivement un homme et une femme).

83 Respectivement SEP 2375 et 2427 (un homme et un enfant en bas âge) et SEP 23763 et 23762 (une femme et un enfant déposés chacun dans une tombe en fosse).

84 Quatre tombes contre deux contenants.

85 Il s’agit de SEP 2518 et 2596 (respectivement un enfant en bas âge et un fœtus) et de SEP 1118, 3278 et 1119 (deux femmes et un homme).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.