Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Partie II. La zone d’activités spécifiques au premier Moyen Âge

p. 31-125


Texte intégral

1. DU VIe AU DÉBUT DU VIIIe SIÈCLE (HMA 1)

1.1. La topographie (É.P.)

1Les vestiges attribués à la période HMA 1 se répartissent de manière lâche sur la totalité de l’emprise fouillée (fig. 16). Si l’on considère uniquement les structures datées et celles attribuées au haut Moyen Âge sans précision, cinq ensembles topographiques sont individualisables.

2L’ensemble A1 se développe dans la partie septentrionale de l’emprise sur environ 3 265 m2 (fig. 17). Il comprend au moins une cabane excavée, un puits, deux silos et six fosses. Ses limites occidentale et septentrionale ne sont pas connues. En revanche, sa limite orientale ne s’étend pas hors de l’emprise fouillée si l’on se fie aux sondages réalisés en marge de celle-ci (fig. 18) (Peytremann, 2006c). L’intégration des structures non datées fait augmenter le nombre de fosses et de trous de poteau et rend la distinction entre A1 et A2 moins nette. Elle n’apporte en revanche pas plus d’éléments d’interprétation sur la nature de cet ensemble qui ne peut pas être qualifié d’unité d’exploitation agricole1, en l’absence de bâtiment d’habitation.

3L’ensemble A2 se trouve à une quinzaine de mètres au sud de A1 (fig. 17). Il s’étend sur 1 600 m2 au minimum. En effet, sa limite occidentale n’est pas atteinte. Il comporte au moins une cabane excavée et un silo. Il est probable que le fossé 1785 soit en activité.

4L’ensemble A3 se développe à une dizaine de mètres au sud de A2 sur une superficie d’environ 1 500 m2 (fig. 17 et 19). Ses limites sont entièrement définies. Il est composé au minimum d’un silo, d’un puits et de deux fosses.

5L’ensemble A4 est situé à une dizaine de mètres au sud de A3 et s’étend sur une superficie minimale de 1 500 m 2 (fig. 19). Sa limite occidentale n’est pas connue. Cet ensemble est légèrement plus dense que les précédents, avec au moins trois cabanes excavées et quatre fosses. Les cabanes 1519 et 1223 sont orientées est-ouest (65 et 70° N) alors que la cabane 1999 est orientée nord-sud (338° N). Cette variabilité se retrouve dans les ensembles précédents.

6L’ensemble A5 se trouve entre 10 et 20 m au sud de A4 (fig. 19). Il se développe a priori en L sur une superficie minimale de 2 000 m2, sachant que la limite occidentale n’est pas connue. La densité des vestiges est nettement plus importante que dans les ensembles précédents. Il compte en effet au moins six cabanes excavées, onze fosses, six puits, un trou de poteau et deux silos. Les recoupements de structures (PUI 1079 et 1843, FDC 1143, FOS 1145 et PUI 1926, FDC 1893 et 1199, etc.) indiquent plusieurs phases qu’il n’a pas été possible de dater plus précisément dans la période considérée.

7La recherche des cheminements reste délicate dans la mesure où les vestiges datés présentent une relative dispersion. Des espaces vides apparaissent néanmoins (fig. 16). Au sein de l’ensemble 5, un espace vierge d’une vingtaine de mètres de largeur (dans l’hypothèse où les structures non datées présentes appartiennent au Néolithique ou à la Protohistoire) occupe l’angle sud-ouest de l’emprise de la fouille. En l’état, il n’est cependant pas possible de proposer une interprétation : champs cultivé, jardin, verger, place ? Entre A5 et A4, en bordure occidentale de l’emprise de fouille, se développe un espace vierge d’environ 180 m2.

Image 100000000000040100000567E0A8DDF145AF3A67.jpg

Fig. 16. Plan du site au HMA 1. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000003FE00000580EC614B58B38E7DF3.jpg

Fig. 17. Détail de la partie septentrionale du site au HMA 1. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 100000000000032D000004397FC7A7B487A72835.jpg

Fig. 18. Plan de localisation des sondages de 2005 et de la fouille de 2006 sur la matrice cadastrale. Topographie : J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard, É. Peytremann.

8Une bande vierge d’environ 7 m de largeur s’étend aussi le long du fossé 1785. Aucun élément ne permet de l’interpréter comme un chemin. Entre les ensembles A3 et A2 serpente une bande d’environ 5 m de largeur, approximativement orientée est-ouest, qui correspond éventuellement à un axe de circulation. À son extrémité orientale, elle est bordée, au sud, par un espace vide d’environ 200 m2. Enfin, au moins deux espaces vierges d’environ 200 m2 se distinguent dans l’ensemble A1, sans qu’il soit possible d’en proposer une interprétation. Un cheminement, orienté est-ouest, de 3 m minimum de largeur est probable entre les ensembles A1 et A22.

9L’occupation à la période HMA 1 apparaît donc lâche et étendue sur l’ensemble de l’emprise de fouille. Une concentration de puits est néanmoins perceptible dans l’ensemble A5. La nature des structures présentes dans chacun des ensembles ne permet pas de les interpréter comme des unités d’exploitation agricole.

Image 10000000000003CA00000513B7F1E05A7A181E37.jpg

Fig. 19. Détail de la partie méridionale du site au HMA 1. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000003D900000131031F35DC4AB1CBDF.jpg

Fig. 20. Tableau récapitulatif des caractéristiques des cabanes excavées de l’Antiquité tardive au début du viiie s.

1.2. Les constructions

1.2.1. Les cabanes excavées (É.P.)

10Onze cabanes sont attribuées à cette période, plus précisément au viie-début du viiie siècle pour sept d’entre elles (fig. 20). Huit cabanes sont orientées est-ouest (entre 60° et 85° N). Une seule est orientée nord-sud (338° N). La cabane 1812 est la seule orientée NNE/SSO (34° N). Les plans, généralement rectangulaires, adoptent parfois un tracé trapézoïdal (FDC 1519 et 2185) ou irrégulier (FDC 1812 et 2512). La majorité des constructions comportent deux trous de poteau axiaux (fig. 21). Il se trouve néanmoins trois cabanes (FDC 1999 et probablement 1519 et 2184) à six trous de poteau disposés le long des grands côtés (FDC 1999) ou des petits côtés (FDC 1519 et 2184) et une à quatre trous de poteau corniers (FDC 1013 ; fig. 21). Les cabanes à deux trous de poteau occupent une superficie comprise entre 6,2 et 11,3 m2 (fig. 22), celle à quatre poteaux mesure 8,7 m2 et celles à six trous de poteau entre 8 et 13,5 m2. Les profondeurs conservées varient entre 0,15 et 0,50 m. Il n’y a pas de corrélation entre la profondeur et le nombre de poteaux entrant dans la construction.

11Le doublement de plusieurs poteaux dans la cabane 1999 indique probablement des réparations ou des modifications architecturales.

12Les aménagements perceptibles dans le fond de ces cabanes sont rares. Il convient toutefois de mentionner la cabane 1812 qui comporte dans sa partie sud-ouest un aménagement de trous de piquet formant un arc de cercle de 1,40 m de diamètre. Au sein de cet espace délimité par les trous de piquet et formant un creusement de plan irrégulier, se trouvaient de nombreux fragments de torchis portant des traces de rubéfaction et pour certains des perforations, négatifs du clayonnage. L’hypothèse d’une petite structure de combustion comportant une voûte réalisée en clayonnage recouvert de torchis peut être proposée. Le comblement de cette cabane était riche en mobilier céramique mais également en faune. Il contenait par ailleurs deux couteaux en fer et un fragment de verre. La cabane 1999 comprend un silo (SIL 19992) dans son angle sud-ouest (fig. 23). Les cabanes 2184 et 1999 possèdent des trous de poteau dont la fonction n’a pas été comprise. Aucun comblement n’est stratifié. Une des cabanes (FDC 1013) est implantée sur un silo (SIL 10132). L’observation, sur la coupe de la cabane 1893, du négatif du poteau oriental laisse supposer que le poteau s’est dégradé in situ et n’a pas été récupéré.

Image 10000000000001FC0000013211155A0F0799C03E.jpg

Fig. 22. Vue de la cabane excavée 1199. © É. Peytremann.

Image 10000000000001FC0000019D77558D2DAC5A3492.jpg

Fig. 23.Vue de la cabane excavée 1999 et de son silo. © É. Peytremann.

Image 10000000000003CC000004D5659609DF949D9116.jpg

Fig. 21. Plans et coupes des fonds de cabane datés du vie au début du viiie s. (HMA 1). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 100000000000042300000449E63B606159620CB9.jpg

Fig. 24. Plan et coupe des fosses-fond de cabane datée du vie au début du viiie s. (HMA 1). DAO : P. Girard.

1.2.2. Les cabanes hypothétiques

13La structure FOS 1896, partiellement fouillée, est interprétée comme une hypothétique cabane excavée au vu de ses dimensions, 4,60 m de longueur sur 1,55 à 2,60 m de largeur, soit une superficie de 8,5 m2 (fig. 24). La moitié fouillée ne comporte aucune trace de poteau ; en revanche elle comprend un petit foyer en cuvette installé dans le fond. C’est essentiellement par sa position stratigraphique et la présence d’un passe-courroie en alliage cuivreux qu’elle est attribuée aux vie-viie siècles. La structure 1223 est également interprétée comme un possible fond de cabane en raison de ses dimensions et de la présence de deux trous de poteau le long d’un grand côté (fig. 24). Les multiples recoupements qui l’affectent ne permettent pas d’avoir une idée plus précise de son plan et de son architecture. Enfin, la fosse 1097, dépourvue de trou de poteau, possède néanmoins une morphologie fortement comparable aux cabanes excavées sans trou de poteau.

1.2.3. Fonction des cabanes

14La fonction de ces constructions reste, pour la majorité des sites français et plus généralement européens, au mieux hypothétique. Dans le cas de Sermersheim, les remplissages, majoritairement non stratifiés, indiquent un comblement rapide faisant parfois office de dépotoir. L’absence d’étude micromorphologique des comblements n’a pas permis d’identifier un possible usage de latrines, des cabanes en cours de comblement, comme cela a été déterminé sur le site de Develier pour la cabane R de la ferme 2 (Federici-Shenardi, Fellner, 2004, p. 73), ni de reconnaître des niveaux de circulation.

15La cabane 1812 comportait vraisemblablement un petit four à usage domestique ou artisanal. Ce dernier diffère néanmoins des fours habituellement découverts en relation avec des cabanes excavées comme celui mis au jour sur le site de Sillégny en Moselle (Peytremann, 2008c, p. 39). Quatre cabanes (1199, 1519, 1999 et 2184) ont livré dans leur comblement des pesons entiers ou fragmentaires en terre cuite, équivalents à un ou deux individus, dans le cas de la cabane 2184. Il est tentant d’associer ces pesons à une activité de tissage pratiquée dans les cabanes. Leur présence dans les comblements peut néanmoins attester une fonction secondaire de dépotoir. Une fusaïole en calcaire est par ailleurs issue du comblement de la cabane 2512.

16L’examen des cabanes de la période HMA 1 indique une variété des types architecturaux. Les constructions à six trous de poteau sont attestées en petit nombre, uniquement aux vie-viie siècles. Cette particularité n’est en aucun cas généralisable à la région dans la mesure où plusieurs sites3 ont livré des cabanes à six trous de poteau dont la datation s’étend du viiie au xie siècle. Si le nombre de poteaux n’a pas de pertinence chronologique à large échelle, il apparaît néanmoins qu’il est proportionnel à la superficie de la construction. Ce sont en effet les cabanes les plus importantes qui possèdent le plus grand nombre de poteaux.

17Les cabanes de cette première période sont dans l’ensemble comparables à celles de la même période découvertes dans la région mais aussi, plus largement, dans le Bade-Wurtemberg voisin, la Suisse orientale et la France septentrionale.

18Outre les cabanes excavées, les ensembles comportent un certain nombre de structures d’équipement, dont la principale s’avère être le puits à eau.

1.3. Les structures d’équipement

1.3.1. Les puits à eau (É.P., W.T.)

19Huit puits sont attribués à cette période (fig. 25). Ils sont plus particulièrement localisés dans le second quart méridional du site (PUI 1079, 1250, 1926, 1898, 1843 et 1795), qui correspond à l’ensemble A5. Le puits 1546 se trouve à peu près au milieu de la zone de fouille, au sein de l’ensemble A3. Il est éloigné d’une quarantaine de mètres de la cabane la plus proche (FDC 1662). Le puits 2201, le seul découvert dans le quart septentrional de la fouille (A1), est éloigné de 30 m des cabanes contemporaines les plus proches (FDC 2184 et 2185). Dans l’ensemble A5, les cinq puits, proches les uns des autres, sont répartis sur une surface d’environ 1 000 m2.

20La technique de construction des puits est relativement stéréotypée (fig. 25). Une fosse, aux dimensions variables, est creusée sur une profondeur variant de 1,55 à 1,95 m, le cuvelage est installé puis l’espace compris entre la paroi externe du cuvelage et la paroi interne de la fosse est remblayé avec les matériaux provenant du creusement (litages hétérogènes de limons sablo-graveleux). Le puits 1926 est le seul à être installé dans le comblement de deux cabanes excavées (FDC 1143a et b). Quelques sites d’habitat attestent des cabanes excavées dans lesquelles sont creusés des puits. C’est notamment le cas sur le site de Saint-Gibrien (Marne ; Villes, 1995) où deux puits sont installés dans des cabanes. En revanche, la documentation ne permet pas de savoir s’ils sont postérieurs à la cabane ou s’ils fonctionnent avec cette dernière. Le même constat peut être formulé pour la cabane du site d’Éply en Meurthe-et-Moselle (Cuvelier, 1988, p. 53-58).

Image 10000000000002A7000000EFD035E2070D9E1167.jpg

Fig. 25. Tableau récapitulatif des caractéristiques des puits des vie-viie s.

Image 1000000000000415000005162D6E68C738CBBC53.jpg

Fig. 26. Plans et coupes des puits des vie-viie s. DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000002E6000001812391553291169981.jpg

Fig. 27. Vue de la coupe des puits 1079 et 1843. © É. Peytremann.

Image 10000000000002EA000000EE50EEFEF808D62FAB.jpg

Fig. 28. Caractéristiques dendrochronologiques du cuvelage du puits 1079.

Image 10000000000001FD00000180DB62FE1E8C71D54B.jpg

Fig. 29. Vue de la coupe sud-nord du puits 1250. © É. Peytremann.

21Pour cette période, deux types de cuvelage sont attestés. Le premier correspond à un tronc de chêne évidé. Quelques variantes dans l’installation du tronc ont été observées. Certains4 sont en effet bloqués à l’aide d’une couronne de moellons de grès rose (fig. 26 et 27), un autre (PUI 1079) possède des fragments de tuiles disposés à plat dans le fond du puits et sur le pourtour du tronc.

22Le bois restant du cuvelage du puits 1079 est fortement érodé et détérioré par des micro-organismes. Aucune trace d’outil n’a été discernée sur le bois. Cinquante-six cernes de croissance ont été analysés. Aucune datation dendrochronologique ne peut, à l’heure actuelle, être envisagée (fig. 28). Le cuvelage du puits 1250 est lui aussi fortement érodé et très mal conservé (fig. 29). Seuls vingt-neuf cernes étaient encore visibles (fig. 28). Une datation dendrochronologique n’est donc pas possible. À la base de la fosse du puits 1843, des fragments d’un tronc de chêne ont été prélevés (fig. 30 et 32). Sept fragments ont ainsi été analysés (fig. 31), ce qui a permis la construction d’une courbe de croissance de 144 années. Cette courbe a été synchronisée avec la chronologie régionale de référence entre 471 et 614 AD. L’abattage de l’arbre est intervenu en 614 AD (fig. 28). L’arbre utilisé pour le cuvelage du puits 1926 (fig. 33) a été abattu en 685 ± 10 AD (fig. 28).

23L’utilisation d’un tronc de chêne évidé pour la confection d’un cuvelage est connue dans la moitié septentrionale de la France et en Allemagne depuis le Néolithique. Le site picard d’Auteuil (Oise) a livré au moins trois puits équipés d’un cuvelage confectionné dans un tronc d’arbre. Ils sont datés des vie-viie siècles (Haurillon, 1993).

Image 100000000000038200000136E68CC1236DF7CBDF.jpg

Fig. 30. Fragments du tronc de chêne évidé avec aubier formant le cuvelage du puits 1843. © W. Tegel.

Image 10000000000003D3000001930AA5B98E7722A281.jpg

Fig. 31. Relevé des sections des échantillons du puits 1843, échelle 1 :5. DAO : W. Tegel.

Image 10000000000001FD000001F004AC699AD8289E43.jpg

Fig. 32. Vue du puits 1843 après fouille. © É. Peytremann.

Image 1000000000000200000001833216459C9146BE4E.jpg

Fig. 33. Détail du cuvelage du puits 1926. © É. Peytremann.

Image 10000000000001FD000001801E419009A147578E.jpg

Fig. 34. Vue du puits 1795. © É. Peytremann.

Image 1000000000000206000001977142298994E0D428.jpg

Fig. 35. Relevé des sections des échantillons du puits 1795, échelle 1 :5. DAO : W. Tegel.

Image 10000000000002DF000000E7A732E5FD523346A2.jpg

Fig. 36. Caractéristiques dendrochronologiques du cuvelage du puits 1795.

Image 100000000000031A00000143680D23A1F0E91C0E.jpg

Fig. 37. Présentation des deux séries datées en position synchrone. La courbe moyenne (SERM1-1795) en position synchrone avec la courbe de référence de France Nord-Est (W. Tegel). Les valeurs brutes sont filtrées ici avec un pas de 5 ans.

24Le second type de cuvelage, attesté uniquement par le puits 1795, est réalisé à l’aide d’un double chemisage de douves en chênes plantées en cercle dans le sable et calées à la base par une couronne de moellons de grès rose (fig. 26 et 34). Malgré le mauvais état de conservation des douves, il est possible de proposer des dimensions moyennes. Les largeurs sont comprises entre 12 et 20 cm tandis que les épaisseurs varient entre 1 et 5 cm. Elles proviennent de troncs fendus de manière radiale et tangentielle. Une partie des douves sont réduites à de simples traces de bois. La manière de disposer les planches selon un plan circulaire est très comparable au cuvelage réalisé avec un tronc. Il s’agit probablement d’une variante de construction des puits à conduit circulaire en bois, monoxyle ou à l’aide de tonneaux. Quatre douves provenant de cette structure ont été étudiées (fig. 35 et 36). Deux courbes de croissance (planches 14 et 8) ont pu être synchronisées. Pour la courbe moyenne, longue de 150 ans, un calage sur les référentiels régionaux entre 427 et 576 AD a été obtenu (fig. 37). Toutes ces positions sont étayées statistiquement par de hautes valeurs de corrélation (fig. 38). Avec un cerne d’aubier, la planche 1795-14 a permis une datation sur aubier en 595 ± 10 AD. L’autre mesure, sur bois du cœur (1795-8), correspond à une date postérieure à 583 AD et confirme la chronologie précédente.

Image 1000000000000200000000ED4B3841E95554B34F.jpg

Fig. 38. Résultats des corrélations des échantillons issus du cuvelage du puits 1795.

25Les conduits de puits confectionnés à l’aide de douves sont courants dans l’Antiquité5. Pour la fin du vie siècle, cette technique est en revanche moins fréquente. Quelques exemples peuvent néanmoins être cités. Un cuvelage supérieur réalisé à l’aide d’un tonneau en bois est envisagé pour un des puits du site de Woippy (Moselle) daté par 14C entre la fin du viie et le début du ixe siècle (Blaising, Seilly, 1995) et un cuvelage circulaire, réalisé à l’aide de douves et daté du xie siècle, est connu sur le site de Châtenay (Seine-et-Marne) ‘La Rigoulotte’ (Mahé, 1996, p. 21-22). En Alsace, c’est la première fois que ce type de cuvelage est attesté au vie siècle.

26Généralement, il ne subsiste que la partie inférieure du cuvelage en contact avec la nappe phréatique, à l’exception toutefois du puits 1898 qui n’a livré aucune trace de cuvelage. Le reste du conduit est visible en négatif, depuis le sommet du puits, sous la forme d’un comblement souvent plus sombre et plus organique. Ce dernier, fréquemment constitué de deux couches, est relativement pauvre en restes anthropiques. La faune et la céramique sont en effet présentes en petite quantité. En revanche, les macro-restes sont abondants dans la couche inférieure argilo-sableuse du comblement des puits. La couche 18433 (PUI 1843) contenait ainsi des copeaux d’orme, l’US 19266 (PUI 1926), un fragment de chêne et la couche 10793 (PUI 1079), des rameaux de vigne et de noisetier. Ces deux unités stratigraphiques indiquent vraisemblablement une phase d’abandon puis une phase de comblement intentionnel.

Image 10000000000001FE00000182138363CF86B3E71D.jpg

Fig. 39. Vue de détail du lien au fond du puits 1843. © É. Peytremann.

27Dans le fond des puits 1079, 1546, 1843 et 1926 se trouvaient un lien en forme d’anneau, d’environ 20 cm de diamètre, réalisé à l’aide de trois à quatre brins de noisetier (15 mm de diamètre) torsadés et entrelacés (fig. 39). Leur fonction reste énigmatique. L’hypothèse d’un cerclage d’un récipient en bois utilisé pour puiser de l’eau ou d’un support pour protéger un récipient en céramique6 peut être proposée. Des liens identiques en forme d’anneau ont été découverts dans des contextes plus anciens, de l’âge du Bronze final pour ceux découverts sur le site d’habitat de Hauterive-Champreveyres au bord du lac de Neuchâtel en Suisse (Reinhard, 2007, p. 158-159, pl. 15), de l’âge du Fer pour celui en chêne découvert dans un puits lors des fouilles de Chambéon (Loire) et antiques (iiie-ive siècle) pour ceux découverts dans la source associée à une cella du site de Tremonteix (Puy-de-Dôme)7. Dans le cas du site de Hauterive-Champreveyres, certains de ces anneaux servaient de ligature dans les constructions. J. Reinhard renvoie également à un usage actuel d’attache de clôture (Reinhard, 2007, p. 159). De nos jours de tels liens sont encore utilisés en Europe orientale, notamment en Roumanie, pour retenir les timons des charrettes sur les jougs des attelages8. Un rapport avec des pratiques folkloriques n’est pas totalement à exclure, le noisetier étant connu pour receler différentes vertus9.

28À la période HMA 1, le nombre de puits est inférieur au nombre de cabanes.

Image 1000000000000420000002162B65DC73FB225880.jpg

Fig. 40. Tableau récapitulatif des caractéristiques des fosses du vie au début du viiie s. (HMA 1).

1.3.2. Les fosses

29Vingt et une fosses sont attribuées à cette période. Elles sont présentes en petit nombre sur toute l’emprise fouillée (fig. 18 et 19). Les fosses 1023, 1067, 1142 se trouvent à proximité immédiate d’une cabane excavée contemporaine. Dans une moindre mesure, la situation des fosses 1921 et 3052 est comparable. Elles sont en effet situées à côté d’un creusement (1306 et 3252) non daté, dont la fonction de cabane excavée n’est pas exclue.

30La majorité des fosses présente un plan ovale (fig. 40) à l’exception des fosses 1075, 1142, 1921, 1984, 2036 et 2150, de plan irrégulier et de la fosse circulaire 1023 (fig. 41). La fosse 1107 présente un plan oblong. Les longueurs varient entre 0,80 et 4,20 m pour une largeur comprise entre 0,60 et 4,37 m. Les profondeurs conservées oscillent entre 0,15 et 0,94 m. Généralement, le fond est concave ou irrégulier. Seule la fosse 1023 possède un comblement stratifié constitué de deux couches (fig. 41).

31Aucun indice ne permet d’avoir une idée de la fonction principale de ces fosses. En revanche, la présence de nombreuses inclusions anthropiques dans le comblement des fosses 1566 et 2036 laisse supposer un usage secondaire de dépotoir. Des singularités dans la morphologie ou les comblements de certaines fosses constituent probablement des indices fonctionnels qu’il n’a pas été possible de déchiffrer. Ainsi, le comblement final de la fosse 2167, charbonneux, inclut des scories et des vestiges fauniques. La fosse 1984, partiellement explorée, a révélé de nombreux restes de faune, dont certains en connexion. La fosse 1107 se distingue par son plan oblong et ses parois rentrantes. Malheureusement, aucun autre indice ne permet de préciser sa fonction qui doit être particulière tant sa morphologie se démarque de celle des autres fosses. La fosse 3109 correspond éventuellement à un silo.

1.4. Les silos

32Les structures agricoles sont uniquement représentées par des silos. Au nombre de cinq, ils présentent un plan ovale en surface (fig. 42). Leurs longueurs varient entre 1,30 et 3 m pour une largeur comprise entre 1,14 et 2,40 m (fig. 43). Les profondeurs oscillent entre 0,48 et 0,70 m. Le fond, généralement horizontal, peut comporter quelques irrégularités. Le degré d’érosion est estimé entre 0,50 et 1 m si l’on se tient à la définition du silo proposée par A. Villes10. L’importance de l’arasement est telle qu’il n’est pas possible de restituer les volumes originaux.

33Les remplissages sont stratifiés et comportent des effondrements de paroi. Les niveaux supérieurs correspondent généralement à des phases de comblement volontaire sous forme de dépotoir alors que les ou les niveaux inférieurs sont assimilables à une phase d’abandon. La nature des couches supérieures du remplissage du silo 1049 indique le rejet des restes d’une structure de combustion ou d’une structure incendiée (fig. 44).

Image 10000000000003A7000004406A249BED34AE24F7.jpg

Fig. 41. Plans et coupes des fosses datées du vie au début du viiie s. DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 1000000000000280000000A5F93B100728BE3C17.jpg

Fig. 42. Tableau récapitulatif des caractéristiques des silos datés du vie au début du viiie s.

Image 100000000000041B000002278B9A815DC713BD23.jpg

Fig. 43. Plans et coupes des silos des vie-viie s. DAO : P. Girard et É. Peytremann

Image 1000000000000229000001A2094EE679140EE51C.jpg

Fig. 44. Vue de la coupe est-ouest du silo 1049. © É. Peytremann.

Image 100000000000038100000275DCCD85F324D42E5C.jpg

Fig. 45. Coupes du fossé 1785 fonctionnant du viie au xiie s. DAO : P. Girard et É. Peytremann.

1.5. Le fossé 1785

34Le fossé 1785, orienté nord-sud, est attribuable sans précision à la période viie-xiie siècle. Ce fossé, dont la lecture au sol ne permet pas de distinguer les différents recreusements visibles dans les différentes coupes, a été observé sur une longueur d’environ 74 m, en bordure occidentale de l’emprise, à la hauteur des ensembles A2, A3 et A4 (fig. 17). Sa largeur à la base varie entre 0,30 et 0,40 m. Sa profondeur conservée est d’environ 0,60 m. Il accuse une très légère pente sud-nord de 1,58 %. Le fond est concave à plat (fig. 45). Le comblement unique, argilo-limoneux, a livré de rares ossements animaux, un peson et quelques fragments de céramique.

2. DE LA FIN DU VIIe AU Xe SIÈCLE (HMA 2)

2.1. La topographie

35Cette seconde période d’occupation altomédiévale fait suite à la première sans interruption. Comme pour la première période, les éléments de datation, principalement le mobilier céramique mais également des datations radiocarbone et dendrochronologiques, ne permettent pas d’être plus précis. Il convient d’indiquer que les puits clairement datés du xe siècle ont été intégrés à cette période.

36L’occupation de la période HMA 2 couvre l’ensemble de l’emprise de fouille, à l’exception toutefois de l’extrémité méridionale, qui ne comporte qu’une structure isolée (fig. 46). Contrairement à la phase antérieure, la répartition des vestiges datés permet de distinguer quatre ensembles, dont les limites diffèrent partiellement de celles des ensembles précédemment étudiés.

37L’ensemble B1 occupe quasiment la même place que son prédécesseur A1 de la période HMA 1 (fig. 47). Il s’étend néanmoins un peu plus au sud et couvre une superficie minimale d’environ 3 900 m2. Les vestiges sont en revanche beaucoup plus nombreux puisque au moins cinq cabanes excavées, deux puits, dix-huit fosses, un probable enclos, un trou de poteau et quatre silos sont dénombrés. Une sépulture (SEP 2156) non datée, mais dont l’orientation incite à l’associer aux autres sépultures présentes sur le site, se trouve en limite de la terrasse de lœss et de la plaine d’inondation. Deux autres sépultures isolées (SEP 2518 et 2596) se trouvent non loin de silos, dans l’angle sud-ouest de l’ensemble.

38L’ensemble B2, à l’emplacement de A2 et contigu à l’ensemble B1, s’étend vers le sud et englobe l’ensemble A3 de la période antérieure si l’on intègre les structures non datées (fig. 47 et 48). Sa limite méridionale est matérialisée par le fossé 1446. Sa limite orientale varie selon que l’on intègre ou que l’on exclut les structures non datées. La première hypothèse, sans les structures non datées, dessine un ensemble d’au moins 4 680 m2. La seconde, intégrant ces structures, s’étend jusqu’à la limite orientale de l’emprise de fouille dans la moitié septentrionale du site. L’ensemble, adoptant la forme d’un L, couvre alors une superficie d’environ 6 950 m2.

Image 10000000000003750000049DF8E5465EEBA81866.jpg

Fig. 46. Plan du site au HMA 2. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 1000000000000373000004C1645AD5B83DD3CCF7.jpg

Fig. 47. Détail de la partie septentrionale du site au HMA 2. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 100000000000037E000004CBB64FC5579973A26A.jpg

Fig. 48. Détail de la partie médiane du site au HMA 2. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 100000000000039E000002077302F6FDA3C535F8.jpg

Fig. 49. Diagramme cumulé des courbes des datations radiocarbone de huit sépultures d’après les analyses du Centrum voor Isotopen Onderzoek de Groningen (GrN-30704 à 30711).

39La principale nouveauté réside dans la mise en service d’aires funéraires11 en bordure occidentale de l’emprise de fouille. Ce sont en effet vingt-huit tombes, formant un groupe funéraire (GF 13), qui sont installées dans l’angle nord-ouest de l’ensemble, au sein de la bande qui s’étend le long du fossé 1785. Un second groupe funéraire (GF 12), qui comprend quarante-quatre sépultures, prend place au sud de l’ensemble également dans la bande qui longe le fossé 1785 (fig. 49)12.

40Les vestiges sont également plus nombreux qu’à la période antérieure. Au moins neuf cabanes excavées, deux puits localisés plus particulièrement au nord-est, douze silos et dix-neuf fosses sont comptabilisés.

41L’ensemble B3 constitue une nouveauté par rapport à la période antérieure. Il se développe à l’est de B2, dont il est contigu. Sa superficie est d’environ 2 000 m2. Il comprend au moins deux puits, une cabane excavée, seize fosses, un fossé et un silo.

42L’ensemble B4, contigu aux ensembles B2 et B3, recouvre l’ensemble A4 et une partie de A5 de la période HMA 1 (fig. 50). En prenant en compte les structures non datées, il s’étend sur une superficie minimale de 4 700 m2. C’est l’ensemble le plus dense pour cette période. Il compte en effet pas moins de quatorze cabanes excavées, six puits, une cinquantaine de fosses, un bâtiment sur poteaux, six silos, deux sépultures placées en limite de la plaine d’inondation (SEP 1119 et 3278) et quelques trous de poteau. Deux alignements perpendiculaires de cabanes13, organisés autour d’un espace vide, indiquent vraisemblablement une phase d’organisation de l’espace, probablement en relation avec une activité particulière. Il convient néanmoins d’être prudent dans l’analyse de ces alignements, dans la mesure où il est impossible, à l’aide du seul mobilier céramique, d’affirmer que ces cabanes ont réellement coexisté. Les estimations de durée d’utilisation varient généralement de 30 à 50 ans selon les bois utilisés et leur mise en œuvre (Federici-Shenardi, Fellner, 2004, p. 242). Il est donc probable que l’alignement est-ouest comportait moins de cabanes que celles figurées sur le plan.

43Les alignements de cabanes excavées sont des schémas d’organisation couramment observés à la période viiie-xe siècle, sans pour autant être récurrents. Sur le plan régional, des alignements de cabanes ont été reconnus sur les sites de Munwiller (Haut-Rhin), de Marlenheim ‘Hofstatt’ (Bas-Rhin ; Châtelet, 1999 et 2009) et de Nordheim (Bas-Rhin ; Koziol, 2011). En Lorraine voisine, une telle observation a été faite notamment sur le site de Sillégny (Moselle ; Peytremann, 2008c, p. 37-48) ou à Nubécourt (Meuse ; Michel, 2011, fig. 6 vol. 2). Des exemples sont également connus en Suisse à Lausen-Bettnach ou en Allemagne à Wehrins (Damminger, Gross, 2009, p. 563-564). Plus à l’ouest, de tels alignements de cabanes ont été notés à Torcy (Aube ; Georges-Leroy, 1995, p. 115-121) ou à Juvincourt-et-Damary (Aisne ; Bayard, 1995, p. 233-2236). Généralement, ce type de disposition des cabanes excavées n’a jamais été observé au sein d’unités d’exploitation agricole. Il est plutôt le fait des zones d’activités spécialisées.

Image 10000000000003DA000004ACAABEF871977CAE95.jpg

Fig. 50. Détail de la partie méridionale du site au HMA 2. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

44Les espaces vides évoluent peu par rapport à la période antérieure. L’espace vide qui occupait l’angle sud-ouest de l’emprise de fouille s’étend pour occuper toute la largeur de l’emprise. Un vide supplémentaire se développe à l’ouest de l’ensemble B4. La modification la plus importante consiste en l’occupation, par des sépultures et quelques fosses et silos, des parties méridionale et septentrionale de la bande vierge qui séparait le fossé de l’espace bâti. La question d’un espace réservé, dès le début de l’occupation de ce secteur du village, se pose, dans la mesure où cette bande était antérieurement vide de toute construction. En revanche, le statut de cet espace réservé est plus délicat à comprendre dans la mesure où il associe sépultures et structures de stockage. S’il est impossible d’affirmer un fonctionnement simultané, il apparaît néanmoins que les deux fonctions de stocker et d’inhumer se produisent à peu d’intervalle (SEP 3028 et SIL 3130).

45L’occupation du HMA 2 montre une densification de structures, dont la datation exacte reste délicate. Si l’on utilise les datations dendrochronologiques des puits, il est possible de formuler l’hypothèse d’un début de densification dans le courant du ixe siècle et d’une densification maximale au xe siècle. La pratique des inhumations en limite de secteur bâti apparaît au plus tôt au milieu ou à la fin du viie siècle pour s’achever au plus tard au début du xe siècle.

2.2. Les constructions

2.2.1. Les cabanes excavées

46Les trente-deux14 cabanes associées à l’occupation datée de la période HMA 2 sont principalement attribuées à une période qui s’étend du viie siècle à la fin du xe siècle, à l’exception de deux cabanes15 datées plus précisément du viie-ixe siècle, de trois cabanes attribuées à la période viiie-xe siècle (FDC 1135, 1198 et 1397) et des cabanes 1661, 1662 et 3098 datées des ixe-xe siècles (fig. 51). Quinze exemplaires sont orientés est-ouest (entre 60 et 85 ° N), dix sont orientées nord-sud (entre 305 et 355° N) et trois cabanes (FDC 1171, 1789 et 3098) sont orientées NNE/SSO. Les cabanes sont réparties, là encore, sur toute la longueur de l’emprise, sans toutefois apparaître dans le quart méridional. Trois ensembles étaient occupés par des cabanes à la période antérieure. L’ensemble B4 se distingue par sa concentration de cabanes (espacement d’un mètre environ entre les cabanes) qui, d’après leur alignement, participent d’une même phase d’aménagement16. Il convient par ailleurs de noter que ces deux alignements délimitent à l’ouest un espace plus ou moins vide d’environ 100 m2. Au sud des cabanes 1359, 1360, 1361 et 1364 se développe également un espace vide d’environ 40 m2.

47Les cabanes sont dans l’ensemble de plan rectangulaire, à l’exception des cabanes 1364, 1713, 2432 et 1135, de plan quadrangulaire, des cabanes 2185 et 2310 qui sont trapézoïdales, de la cabane 1292, de plan ovale, et de la cabane 2308, qui est plus irrégulière. Les cabanes à deux trous de poteau axiaux restent majoritaires avec treize exemplaires (fig. 52). Dix cabanes sont dotées de quatre trous de poteau corniers17 (fig. 53 et 54). La cabane 2432, à quatre poteaux, se distingue par la disposition de ces trous de poteau au milieu de ses côtés. En Alsace, cette disposition a été reconnue sur quelques cabanes18. Une variante de ce type a été reconnue sur le site de Crastatt, où les cabanes 269 et 289 possèdent un poteau central supplémentaire. Elles sont attribuées aux xie-xiie siècles (Guillotin, 2010, p. 77-79). Cette disposition des poteaux au milieu des côtés est régulièrement attestée dans la moitié nord de la France, en petite quantité (Peytremann, 1992, p. 44 ; Deschamps, 2003, p. 43 ; 2009, p. 62).

48La cabane 1360 ne possède aucun trou de poteau et aucun exemplaire à six trous de poteau n’est attribué à cette période. Deux cabanes se distinguent par la présence d’un seul trou de poteau disposé sur un des petits côtés (FDC 2308 et 2310) (fig. 54). Des cabanes comparables ont été découvertes sur des sites régionaux19 et de régions voisines comme la Champagne et la Lorraine (Flotté, 2009, p. 316 et 318).

Image 10000000000003EF000004F0921BD5BCBA2955FF.jpg

Fig. 51. Tableau récapitulatif des caractéristiques des cabanes excavées du HMA 2 par ordre chronologique.

Image 10000000000004220000058F6F686EAADF022FD5.jpg

Fig. 52. Plans et coupes des fonds de cabane datés de la fin du viie au xe s. (HMA 2). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000003A70000048B181DDD8ECD0C73CC.jpg

Fig. 53. Plans et coupes des fonds de cabane datés de la fin du viie au xe s. (HMA 2). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 1000000000000401000004CC5A3D1253A4ADDB26.jpg

Fig. 54. Plans et coupes des fonds de cabane datés de la fin du viie au xe s. (HMA 2). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 100000000000041C000001B68272658676A28F35.jpg

Fig. 55. Plans et coupes des fosses-fonds de cabane datées de la fin du viie au xe s. DAO : P. Girard.

Image 10000000000001FD000001012727C0D26DFD6311.jpg

Fig. 56. Vue de la coupe ouest-est de la cabane excavée 1790 avec des trous de piquet sur le pourtour (à l’ouest) et 1789 (à l’est). © É. Peytremann.

2.2.2. Les cabanes hypothétiques

49Six structures20 peuvent, d’après leur plan et leur dimension, correspondre éventuellement à des cabanes excavées (fig. 51). La fosse 2186, au plan irrégulier comportant un trou de poteau dans son angle nord-ouest, est équipée d’une entrée en pente douce sur son côté occidental (fig. 55). La présence d’un seul trou de poteau cornier ne permet pas, dans cette hypothèse, de statuer sur l’architecture de la cabane. La fosse 2214 est pourvue d’un seul trou de poteau cornier et comprend une petite fosse interne. Les fosses 1598, 1983, 2086 et 2088, respectivement ovales, irrégulières, quadrangulaires et rectangulaires, peuvent également être assimilées à des cabanes excavées.

50Les superficies des cabanes varient entre 4,77 et 12,94 m2. Les cabanes à deux trous de poteau mesurent en moyenne 9,10 m2 et celles à quatre trous de poteau, 9,01 m2. La cabane 1360, dépourvue de poteau, présente une superficie de 7 m2. Les profondeurs conservées varient entre 0,10 et 0,80 m. Par rapport à la période antérieure, on constate un accroissement de la superficie des cabanes à deux trous de poteau et à quatre trous de poteau et une augmentation des profondeurs conservées.

51Les cabanes 1790 et 2432 possèdent une double rangée de piquets disposés en quinconce sur le pourtour de la fosse qui matérialisent les parois en torchis et clayonnage (fig. 56). Ces dernières sont épaisses d’une vingtaine de centimètres. La cabane 3098 comprend des piquets uniquement le long de trois côtés. Plusieurs cabanes ont révélé un ou deux poteaux internes, dont la fonction n’a pas été déterminée. Le doublement des trous de poteau de la paroi septentrionale de la cabane 1396 témoigne probablement d’une réfection. En revanche, le trou de poteau interne et les deux trous de poteau implantés au milieu de la paroi orientale restent sans explication. Parfois, une fosse est présente dans le fond des cabanes. La fosse rectangulaire, longue de 2,60 m sur 0,80 m de largeur et profonde de 10 cm, disposée dans l’axe des poteaux de la cabane 2188 peut correspondre à une fosse de piétinement liée à l’existence d’un métier à tisser. La présence d’une longue fosse dans l’axe du fond de cabane a été relevée depuis longtemps et à plusieurs reprises. Elle est fréquemment associée au métier à tisser dans la mesure où son comblement comporte parfois des pesons de métier à tisser (Zimmermann, 1982, p. 134-141). L’hypothèse d’une utilisation de la cabane comme atelier de tissage est renforcée par la présence de pesons dans neuf cabanes21 (cf. IV. 2.1). Il convient par ailleurs de signaler que les deux dépressions dégagées dans le fond de la cabane 2432 contenaient des battitures. Au moins trois structures (FDC 2432, 1493 et 1661) présentent un comblement stratifié sans qu’un niveau de sol ne soit pour autant identifier. Une vertèbre humaine se trouvait au niveau de la cabane 1229. En l’absence de fouille, il n’est pas possible de savoir si cette vertèbre appartient au comblement de la cabane ou si plusieurs structures se juxtaposent, dont une sépulture. Un denier de Louis le Pieux a été découvert dans le comblement de la cabane 1396 (cf. IV. 4.2).

Image 10000000000001FE0000015486F40336FDD4F15E.jpg

Fig. 57. Plan du bâtiment excavé 2531 de la période viie-xe s. (HMA 2). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000003AF000002AA57EFD23AE3D1A7E5.jpg

Fig. 58. Plans et coupes des trous de poteau du bâtiment 06 daté de la fin du viie au xe s. (HMA 2). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

2.2.3. Le bâtiment excavé 2531

52Les bâtiments excavés correspondent à des excavations comportant plusieurs poteaux porteurs, dont la superficie est supérieure à 14 m2 et inférieure à 70 m2 (Peytremann, 2003, p. 275 et p. 281). D’après la stratigraphie, le bâtiment 2531 est probablement attribuable à la période viie-xe siècle. De plan rectangulaire et orienté est-ouest, il mesure 17 m² (fig. 57). Il possède une architecture à deux trous de poteau axiaux. Dans le fond du creusement se trouve une fosse. En l’absence d’indicateur, il n’est pas possible d’attribuer une fonction particulière à ce bâtiment excavé. Sa position stratigraphique – il est recoupé par une cabane excavée – et topographique – à proximité d’une cabane excavée – laisse néanmoins entendre qu’il devait avoir la même fonction que les cabanes voisines.

Image 1000000000000391000001DA386F45F1888DD204.jpg

Fig. 59. Tableau récapitulatif des caractéristiques des puits de la période viie-xe s. (HMA 2).

2.2.4. Une construction de surface : le bâtiment 06

53Localisé dans le premier quart méridional de l’emprise (B4), le bâtiment 06 est une construction à poteaux de plan rectangulaire orientée est-ouest (159° N). Dix trous de poteau22 constituent son infrastructure (fig. 58). D’une superficie d’environ 52 m2 (11,5 m de longueur sur 4,5 m de largeur), la construction est rythmée par quatre travées espacées d’environ 2,5 et 3,5 m. La charpente reposait probablement sur des entraits, si l’on se fie à la disposition en vis-à-vis des paires de trous de poteau. La faible largeur de la nef permet d’avancer l’hypothèse d’un bâtiment à fonction agricole plutôt que celle d’une habitation.

54Des bâtiments à nef unique inférieure à 6 m de largeur et comprenant dix trous de poteau sont courants dans la moitié nord de la France, notamment en Île-de-France23 ou en Normandie24. Localement, le bâtiment de Sermersheim est comparable à des bâtiments reconnus sur les sites de Roeschwoog ‘Am Wasserturm’ (Bas-Rhin ; BT I ; Koziol, 2010, p. 78-79) et de Nordhouse (Bas-Rhin)25. Ce bâtiment peut être attribué à une période comprise entre la fin du viie siècle et la fin du xe siècle d’après le mobilier céramique découvert dans le comblement du trou de poteau 1269 et sa position stratigraphique, partiellement installée sur la cabane excavée 1292 (fin viie-début xe siècle).

2.3. Les structures d’équipement

2.3.1. Les puits à eau (É.P., W.T.)

55Seize puits sont attribuables à cette période (fig. 59). Les datations sont plus ou moins précises selon qu’elles ont pour origine l’étude céramologique26 ou la dendrochronologie27. Quatre puits se répartissent au sein de l’emplacement B1 (PUI 2089, 2183, 2230 et 2586) (fig. 47). Les puits PUI 1772, 3205, 1689 et 2471 sont associés à l’ensemble B2 (fig. 47 et 48). Les puits 1619 et 1620 sont localisés dans l’ensemble B3 (fig. 48), tandis que les puits 1172, 1180, 1303, 1237, 1987 et 1441 occupent l’ensemble B4 (fig. 50). Au sein de B1, le nombre de puits est légèrement inférieur à celui des cabanes excavées. Certains puits peuvent être éloignés d’une trentaine de mètres d’une cabane. Dans l’ensemble B2, le puits 3205 est proche (env. 5 m maximum) d’une cabane. Il convient par ailleurs de noter la proximité relative des puits 2471, 3205, 1772 et 1689 (de 5 à 10 m) par rapport aux cabanes. Les datations dendrochronologiques permettent d’établir une différence de 19 ans entre les puits 1689 et 3205 et de 90 ans ± 10 ans entre la date de construction des puits 3205 et 1772. Les deux puits présents dans l’ensemble B3 sont l’un à côté de l’autre. Malheureusement, l’absence de datation dendrochronologique pour le puits 1620 ne permet pas de savoir si ces deux puits se succèdent ou s’ils ont eu un fonctionnement contemporain. Au sein de l’ensemble B4, les puits sont proches d’une ou de plusieurs cabanes. Les puits 1172 et 1180, distants de 4 m, indiquent, d’après leurs datations, une succession dans le temps.

56Dans trois cas (PUI 2230, 1620 et 1172), un puits se trouve à proximité immédiate (distance inférieure à 7 m) d’un puits attribué à la période HMA 1. Ces successions de puits sur un même lieu indiquent la poursuite d’une activité probablement identique nécessitant de l’eau. L’hypothèse d’une stabilité foncière peut également être avancée. Les localisations variées montrent vraisemblablement que ces puits n’étaient pas systématiquement associés à une cabane et n’avaient probablement pas toujours un usage privatif.

57La même technique de construction qu’à la période antérieure est adoptée pour le creusement de la fosse et l’installation du cuvelage. Les profondeurs ont une amplitude de variation plus importante qu’à la période HMA 1. Elles sont en effet comprises entre 1,10 et 2,30 m. Dans un cas, une relation entre un puits et une cabane excavée est envisageable. L’imprécision des datations céramiques et le manque de lisibilité de la stratigraphie ne permettent néanmoins pas de trancher entre un fonctionnement synchrone du puits PUI 2586 installé dans la cabane FDC 2260 ou d’une installation de la cabane sur le puits. Plusieurs cas de puits creusés dans une cabane abandonnée sont attestés en Alsace sur le site de Nordhouse (Bas-Rhin) à la période ixe-xie siècle (Châtelet, 2006a, p. 16).

58Là encore, deux types de cuvelage sont attestés (fig. 60 et 61) avec cependant une différence par rapport à la période antérieure. L’utilisation du tronc de chêne évidé reste prépondérante avec douze exemplaires. Il convient par ailleurs de souligner que les traces du cuvelage en bois du puits 1441 étaient conservées sur 1 m de hauteur (fig. 60). Aucune trace de cuvelage n’a été décelée dans le puits 2471 (fig. 60).

59L’étude dendrochronologique des troncs de chênes évidés a permis de proposer dix datations (fig. 62) pour les douze cuvelages étudiés (cf. infra IV. 3.4.3). Les échantillons des troncs provenant des puits 1280 (fig. 63) et 2089, trop pauvres en cernes, n’ont en effet pas pu être datés. Les cuvelages des puits 1441 (fig. 64), 1987 (fig. 65), 2183 (fig. 66), 3205 et 2230 (fig. 67) ont bénéficié d’une datation sur aubier. Seul l’échantillon de tronc provenant du puits 1689 a été daté sur bois de cœur en l’absence d’aubier et du dernier cerne de croissance. Après reconstitution de l’aubier manquant, une première date d’abattage après 867 AD peut être proposée. Il semble cependant probable que seul le tendre bois d’aubier et quelques cernes de bois de cœur manquent sur le tronc. Pour cette raison, l’utilisation de ce bois peut donc être datée en 876 ± 10 AD.

60Les parties externes des troncs provenant des puits 1237 (fig. 68) et 1303 (fig. 69) mesurent respectivement 9,5 et 15,5 cm. La bonne conservation du cuvelage du puits a permis l’observation de traces de travail à la hache sur les parois externes et internes du tronc évidé (fig. 70).

61Pour la période viie-xe siècle, des cuvelages réalisés dans des troncs d’arbres évidés sont connus en Champagne-Ardenne sur les sites de Verrières (Aube ; Brodeur, s. d.) et de Le Chêne (Aube ; Georges-Leroy, 1995b). En Alsace, le site de Nordhouse (Bas-Rhin) a livré au moins un puits (ST 645) attestant ce type de cuvelage dans la seconde moitié du ixe siècle (Châtelet, 2006a, p. 17-18).

62Le second type de cuvelage, de plan quadrangulaire, est confectionné à l’aide d’un coffrage de planches maintenu sans système d’assemblage. Il a été observé sur deux puits de la période HMA 2. Les planches ont été fendues radialement mais également tangentiellement au tronc. Les traces de coup de hache permettant d’aplanir les zones de refend sont encore visibles sur certains échantillons. Aucune trace de scie n’a été observée. Il apparaît que la plupart du temps ce sont de jeunes arbres qui ont été utilisés. Les madriers laissent apparaître un accroissement annuel de 3,5 mm en moyenne.

63Le puits 2586 possède un cuvelage quadrangulaire réalisé à l’aide de planches (fig. 60). La technique de fouille utilisée (coupe par moitié à la mini-pelle) et le mauvais état de conservation des bois n’ont pas permis de faire des observations plus précises concernant les dimensions et les essences des bois. Le puits 1172 est également équipé d’un cuvelage quadrangulaire constitué de planches en chêne (fig. 61 et 71). Dans les angles du cuvelage, des piquets renforçaient l’installation. Sept planches ont été analysées (fig. 72). Les extrémités des pièces de bois ne comportent pas d’assemblage particulier : elles sont simplement posées l’une contre l’autre. Une des planches présente des perforations témoignant de toute évidence d’une réutilisation pour le cuvelage du puits28. La similitude du modèle de croissance des cernes montre que le cuvelage a été construit avec des planches issues d’au moins trois troncs de chêne différents (fig. 73 et 74). Quatre planches ont été datées. L’absence d’aubier sur les planches permet uniquement de proposer des datations sur bois de cœur. Les arbres utilisés pour cette structure ont été abattus après 979 AD. Il semble cependant probable que seul le bois tendre d’aubier manque. Pour cette raison, l’utilisation de ce bois peut donc être datée vers 989 ± 10 AD.

Image 100000000000041F000005488625ADD42A13234D.jpg

Fig. 60. Plans et coupes des puits datés de la fin du viie au xe s. (HMA 2). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000003AB000004A88426EE9977CFC5C0.jpg

Fig. 61. Plans et coupes des puits datés de la fin du viie au xe s. (HMA 2). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000002EA000001B79C93A6469D710069.jpg

Fig. 62. Caractéristiques dendrochronologiques des cuvelages en tronc évidé des puits du HMA 2.

Image 10000000000001FC00000179460119A8592EE079.jpg

Fig. 63. Vue de la coupe ouest-est du puits 1180. © É. Peytremann.

Image 10000000000001FC0000017B8BB7FCA4A9AD4887.jpg

Fig. 64. Vue de la coupe nord-sud du puits 1441. © É. Peytremann.

Image 10000000000001FD0000013B8AAE789ABBC9BEE1.jpg

Fig. 65. Vue du puits 1987. © É. Peytremann.

Image 10000000000001FE0000013DE63497643365C196.jpg

Fig. 66. Vue de la coupe NO-SE du puits 2183. © É. Peytremann.

Image 10000000000001FF0000013D2246BF56F17D7983.jpg

Fig. 67. Vue de la coupe NO-SE du puits 2230. © É. Peytremann.

Image 10000000000001BC0000019D197C6800E46E35DF.jpg

Fig. 68. Vue du puits 1237. © É. Peytremann.

Image 10000000000002000000014D946C5DA88F28B45A.jpg

Fig. 69. Vue du puits 303 en cours de prélèvement. © É. Peytremann.

Image 100000000000022500000206486A7356B49C879B.jpg

Fig. 70. Fragments de troncs travaillés provenant du cuvelage du puits 1303. © W. Tegel.

Image 10000000000001FD00000173EDF9B700EA513EE6.jpg

Fig. 71. Vue du puits 1172. Le long de la paroi septentrionale se trouve un lien en noisetier. © É. Peytremann.

Image 100000000000034D0000018121A3444B8DB16F52.jpg

Fig. 72. Caractéristiques dendrochronologiques des planches du cuvelage du puits 1172.

Image 1000000000000346000001760B7951DA2857688D.jpg

Fig. 73. Présentation des quatre séries datées en position synchrone. La courbe moyenne (SERM1-1172) en position synchrone avec la courbe de référence de France Nord-Est (W. Tegel). Les valeurs brutes sont filtrées ici avec un pas de 5 ans.

Image 10000000000003DE00000174944678E6D26E209A.jpg

Fig. 74. Relevé des sections des échantillons du puits 1172, échelle 1 :5.

Image 10000000000001FF00000180E33CCDF24D85D55F.jpg

Fig. 75. Vue de détail du cuvelage du puits 1303 comportant dans son fond trois planches et un fond de seau. © É. Peytremann.

64Les puits à cuvelage quadrangulaire constitué de planches assemblées, parfois à mi-bois, sont également connus depuis le Néolithique. En Alsace, le site de Roeschwoog (Bas-Rhin) en a livré un (ST 27) qui a été attribué au début du viie siècle par analyse dendrochronologique (Châtelet, 2000, p. 255-257). Des comparaisons peuvent être trouvées sur plusieurs sites français, allemands et suisses contemporains du HMA 2. Le puits du site d’Eragny-sur-Epte (Oise), ‘ Le Pâtis aux Moines, La Haute Borne’peut, à titre d’exemple, être cité. La base du cuvelage en chêne permet de dater l’abattage de l’arbre en 845, alors que la partie supérieure est réalisée à partir de bois de récupération, comme c’est le cas pour une planche du puits 1172 (Lepeuple, 2011, p. 5).

65Le comblement du conduit des puits est faiblement stratifié (une à trois couches). La couche inférieure est généralement très organique. La couche inférieure du puits 2183 (US 21835) était riche en mobilier céramique et en faune, contrairement à celle des autres puits (fig. 60). Elle contenait également deux fragments de cuir correspondant aux restes de deux chaussures (cf. IV. 1.3.2). Le comblement initial du puits 2586 est le seul à avoir livré la moitié d’une cruche en céramique claire peinte, en relation probable avec le transport de l’eau et son usage domestique. Le deuxième niveau de comblement du puits 1180 (US 11805) comprend un étui de peigne en bois de cerf gravé (cf. IV. 1.3.4). La première couche 13035 du comblement du puits 1303, localisée à l’intérieur du tronc d’arbre, a livré trois planches appointées en chêne et un fond de seau (cf. II. 6.1. Le bois) (fig. 75) qui présente la particularité d’être réparé à l’aide de deux chevilles en bois. La présence d’un anneau de brins de noisetier tressés a été observée dans le fond d’au moins un puits (PUI 1172) (fig. 71).

2.3.2. Les fosses

66Quatre-vingt-huit fosses appartiennent à cette période (fig. 76). Elles sont dispersées sur la totalité de l’emprise de fouille et se répartissent dans les quatre ensembles préalablement définis, à l’exception de la fosse 1003, localisée en limite méridionale de l’emprise.

67Cinq types de plan ont été recensés. Les fosses de plan ovale sont majoritaires avec quarante-huit exemplaires. Quatorze fosses accusent un plan irrégulier (fig. 77 et 78), six un plan rectangulaire ou quadrangulaire, six un plan polylobé et les fosses 1225, 1415, 2087, 2127 et 2252, un plan circulaire. Les profondeurs conservées varient entre 0,05 et 1,04 m. Les fonds sont concaves, horizontaux ou irréguliers. Dans l’immense majorité des cas, les comblements ne sont pas stratifiés. Il n’a pas été possible de déterminer la fonction primaire des fosses.

68Quelques exemplaires ont révélé des particularités dans leur morphologie ou dans leur comblement. Une base de céramique contenant un dépôt d’oxyde de fer et des battitures se trouvaient dans la fosse 1123 (fig. 77 et 79). La fosse 1243, plus précisément datée des ixe-xe siècles, de plan quadrangulaire au fond légèrement concave, possède une sorte de « marche » dans son angle sud-ouest (fig. 78). Son comblement comprend des graines de céréales en quantité non négligeable (cf. infra). L’étude d’une seule moitié de la structure n’a cependant pas été suffisante pour établir la fonction de cette fosse. Sa morphologie peut, dans une certaine mesure, être comparée à celle des fosses 109 et 159 découvertes sur le site d’Osthouse (Bas-Rhin) et datées des xie-xiie siècles (Henigfeld, 2005b, p. 45-47). Ces dernières sont néanmoins plus profondes.

69La fosse 1959 se distingue par la présence d’un trou de poteau dans son angle sud-est (la moitié septentrionale n’a pas été fouillée). Sa superficie de 3,5 m2 exclut l’hypothèse d’une cabane excavée. La fosse 2419, de plan oblong, est dotée d’un trou de poteau sur son grand côté occidental. Là encore, il est difficile de proposer une fonction de cabane excavée au vu de la morphologie.

70La fosse 1931, de plan ovale, présente la particularité d’avoir un fond plaqué d’argile cuite et de contenir beaucoup de restes de faune (fig. 77). Des fosses au fond tapissé d’argile ont été mises au jour sur le site de Vieux dans le Calvados. Elles sont interprétées comme des structures ayant pu servir au rouissage ou au tannage du cuir (Couanon, Forfait, 1991, p. 297-298).

71Le comblement des fosses 1128 et 1181 se distingue par l’abondance des restes de faune et de céramique qui indique une utilisation secondaire en dépotoir (fig. 77). La fosse 1181 (fig. 80) présente en outre la particularité d’être pourvue d’un ressaut sur son pourtour. Ce dernier, à l’instar des sépultures, supportait peut-être un dispositif de couverture en bois.

Image 100000000000042700000578E7D9609471D903DB.jpg

Fig. 76a. Tableau récapitulatif des caractéristiques des fosses datées de la fin du viie au xe s. (HMA 2), classées selon leur plan.

Image 10000000000003F6000002E5A1B6659EB385D63E.jpg

Fig. 76b. Tableau récapitulatif des caractéristiques des fosses datées de la fin du viie au xe s. (HMA 2), classées selon leur plan.

72Le remplissage de la fosse 1314 est riche en argile et torchis rubéfié (fig. 77). Il est probablement à mettre en relation avec les fosses 1487, 3240, 3241, 3242 et 3243, dont le comblement est uniquement constitué de torchis brûlé évoquant la destruction de parois (fig. 81). Ces fosses ne sont pas précisément datées. Leur position stratigraphique indique qu’elles sont postérieures à la fosse 3025, attribuée à la période viie-xiie siècle.

73La richesse en terre cuite du comblement de la fosse 1428 indique également une utilisation secondaire en dépotoir. La même fonction secondaire est envisagée pour la fosse 3044, du fait de son comblement comprenant une « cuillère » en alliage cuivreux, un moraillon de coffre et des forces (cf. IV. 1.4.3 et IV. 3.1), à moins qu’il ne s’agisse d’un dépôt volontaire réalisé par un artisan du métal, dans l’optique d’un recyclage. Aucune structure voisine ne permet cependant de comprendre cette concentration d’objets métalliques.

74Le niveau 15031 de la fosse 1503, particulièrement charbonneux, évoque une vidange de foyer jetée dans cette fosse (fig. 77).

75La fosse 2360, rectangulaire, mesure 10,44 m2. Le fond est horizontal et les parois sont très légèrement rentrantes. Le comblement présente la particularité de contenir des graines carbonisées qui n’ont pas été étudiées en raison d’une datation peu précise de la structure. La profondeur relativement importante de la fosse (0,70 m) ne permet pas, par comparaison avec les cabanes découvertes sur le site, de l’interpréter comme une cabane excavée. En revanche, l’hypothèse d’une fosse de stockage au fonctionnement différent d’un silo peut être envisagée. Malheureusement, l’observation rapide de cette fosse, sans relevé, ni photographie, limite les interprétations.

76Il convient par ailleurs de signaler que les sépultures 2542 et 2543 ont été installées dans la fosse 2539 alors que celle-ci n’était pas entièrement comblée. Cette dernière correspond peut-être à un silo de taille importante (fig. 77).

77L’hypothèse de fosses d’extraction de lœss est vraisemblable pour les fosses 2268, 3025 et 1482, de plan polylobé (fig. 78).

Image 100000000000033C000003234D4C19E1E37C13ED.jpg

Fig. 77. Plans et coupes des fosses ovales datées de la fin du viie au xe s. (HMA 2). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

2.3.3. La structure de combustion

78La structure FOY 3249 se trouve au sein de l’ensemble B3. Elle est plus précisément installée dans le comblement supérieur du puits 1513, non daté. Il s’agit d’une fosse de plan ovale, dont la profondeur conservée est d’une quarantaine de centimètres (fig. 82). Le fond concave et les parois sont tapissés de limon lœssique ayant subi la chaleur (US 32494). Des trous de piquet et probablement un trou de poteau sont visibles sur le pourtour de l’excavation (fig. 83). Le premier niveau de comblement est extrêmement charbonneux et cendreux. Il correspond probablement au niveau d’utilisation de la structure. Ce dernier est scellé par des effondrements de parois rubéfiées (US 32493) et par un niveau limono-argileux incluant du charbon de bois, de la cendre, de l’argile rubéfiée, un peu de céramique et de faune. Ce niveau indique l’abandon de la structure de combustion. Les deux tessons de céramiques découverts dans le niveau d’abandon sont attribuables à la période viie-xe siècle. Les trous de piquet et le trou de poteau peuvent indiquer la présence d’un aménagement en relation avec le fonctionnement de la structure. Aucun élément ne permet cependant d’en préciser l’utilisation.

Image 10000000000003770000024BDDC19CD25943193C.jpg

Fig. 78. Plans et coupes des fosses circulaires, quadrangulaires, irrégulières et polylobées datées de la fin du viie au xe s. (HMA 2). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000002000000015B001B9E7BE641EA00.jpg

Fig. 79.Céramique avec résidus métalliques issue de la fosse 1123. © F.Schneikert.

Image 10000000000001FC000001CC248CA0C461A1E09F.jpg

Fig. 80.Vue de la fosse 1181 en cours de fouille. © É. Peytremann.

Image 10000000000001FD00000272C8E4467C7A437F99.jpg

Fig. 81. Vue des fosses 3025, 3243, 3242, 3241, 3240 et 1487. © É. Peytremann.

Image 10000000000001FC0000023C81FFAA9E577AF701.jpg

Fig. 82. Plan et coupe de FOY 3249. DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000001FE000001BE0C854785EF722B37.jpg

Fig. 83. Vue de la structure de combustion 3249. © É. Peytremann.

Image 100000000000035500000485DE9CE75640743738.jpg

Fig. 84. Implantation du plan des structures de la période viie-xe s. sur la matrice cadastrale de 1918. Cliché : É. Peytremann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

2.3.4. Les fossés et les clôtures

79Le fossé 1785 est toujours en fonctionnement au cours de cette période. Plusieurs indices permettent de cerner la fonction de ce creusement. La nature de son comblement argilo-limoneux exclut la présence d’eau. Il constitue un marqueur important dans l’organisation topographique de ce secteur d’habitat, dans la mesure où il sert de limite non seulement à l’installation des constructions mais également aux sépultures29. Les constructions sont en effet implantées 7 m à l’est de son tracé, dégageant de cette manière un espace vierge à ses abords. Les sépultures en revanche sont installées à proximité immédiate du fossé. Le parcellaire du début du xxe siècle (plan cadastral de 1918) conserve d’ailleurs cette orientation sous la forme de longues parcelles orientées nord-sud alors que les parcelles plus à l’est sont orientées est-ouest (fig. 84).

Image 100000000000041B00000216632FAE56C44CBB28.jpg

Fig. 85. Coupes des fossés 1446 et 1168 de la fin du vii e au xe s. (HMA 2). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

80Situé entre les ensembles B2 et B4, le fossé 1446 d’orientation est-ouest a été observé sur une longueur de 28 m. Il présente un dédoublement à son extrémité orientale (fig. 48). Large d’environ 1,40 m à la hauteur du décapage, il ne mesure plus qu’entre 0,20 et 0,30 m à sa base. Ce rétrécissement est peut-être aménagé pour le calage de pieux. La profondeur conservée varie entre 0,50 et 0,60 m (fig. 85). La base du fossé indique une très légère pente ouest-est. Le comblement présente deux niveaux. Le premier (US 14462), limono-argileux et de couleur claire, puissant d’une dizaine de centimètres, se trouve dans le rétrécissement. Le second, plus foncé (US 14461), incluant un peu de faune et de céramique, témoigne d’un rebouchage volontaire. La concentration des fosses au sud du fossé, contrairement au nord, où les vestiges sont plus dispersés, laisse supposer pour le fossé 1446 un rôle de délimitation de deux entités spatiales à usages distincts.

81La présence des sépultures 3124, 3125 et 3131 dans l’axe du fossé 1446 laisse supposer que son tracé s’incurve plus au sud, au-delà de l’espace fouillé.

82Le fossé 1494 diffère des précédents non seulement par son tracé courbe, mais encore par sa faible longueur conservée (fig. 48). Il n’a en effet été observé que sur environ 6 m. Sa largeur à l’ouverture varie entre 0,40 et 1,20 m. La profondeur conservée est comprise entre 0,10 et 0,30 m. Le comblement unique présente la particularité d’avoir livré une monnaie de Constantin II frappée à Trèves entre 317 et 318 (cf. IV. 4.2). Aucun élément ne permet de statuer sur sa fonction.

83Le dernier fossé FSS 1168, dont le fonctionnement est attribuable à la période HMA 2, est orienté nord-sud et situé le long de la limite de fouille occidentale au sein de l’ensemble B4. Il subsiste sur une courte longueur de 3,90 m (fig. 50). Large de 0,60 m, il n’est conservé que sur 5 cm de profondeur (fig. 85). Son fond est plat. Sa fonction reste délicate à définir. L’hypothèse d’un fossé parcellaire peut être proposée, d’autant que le tronçon se trouve approximativement à l’emplacement d’une limite de parcelle figurant sur le cadastre de 1918, témoignage probable d’isotopie30 (fig. 84).

84L’identification des clôtures sur les sites d’habitats ruraux du premier Moyen Âge demeure toujours délicate à réaliser tant elle est soumise, non seulement aux aléas de la conservation, mais encore à la capacité de l’archéologue à détecter des plans d’enclos et des orientations qu’il ne comprend pas. Parmi les alignements de trous de poteau perceptibles, l’alignement AL 16 est le seul à comporter des fragments de céramique qui permettent de le rattacher à une période comprise entre la fin du viie siècle et le xe siècle.

Image 100000000000042400000232AB7F4A5759C7E5EB.jpg

Fig. 86. Tableau récapitulatif des caractéristiques des silos de la fin du viie au xe s. (HMA 2).

85L'alignement AL 16 se trouve en limite septentrionale de la fouille (fig. 47). Il a été observé sur une dizaine de mètres. Orienté sud-est/nord-ouest, il comprend six trous de poteau (TPO 2049, 2048, 2047, 2053, 2055, 2056 et 2051). L’entraxe entre les creusements varie de un à deux mètres. La position de cet alignement en bordure de la fouille ne permet pas d’avoir une idée globale de sa fonction.

2.4. Les silos

86Vingt silos sont attribués à cette période (fig. 86). Ils sont présents sur toute la longueur de l’emprise de la fouille, à raison de quatre31 dans l’ensemble B1, de onze dans l’ensemble B232, d’un seul pour l’ensemble B3 (SIL 1601) et de quatre dans l’ensemble B433 (fig. 47, 48 et 50). Cette répartition comporte un aspect théorique lié à la difficulté de datation de ces structures. En effet, à plusieurs reprises, un silo daté se trouve à proximité immédiate d’autres silos. C’est notamment le cas pour le silo 3151 (B2) qui est situé à côté du silo 3152 non daté ou du silo 1222, qui se trouve entre les silos 1966 et 3225. L’examen plus attentif des structures voisines des silos laisse apparaître que certaines fosses correspondent vraisemblablement à des silos dégradés. Une telle situation a été observée dans chaque ensemble. Au sein de B1, la fosse 2226 est associée à trois silos, et les fosses 2360, 2361, 2285 et 2283 sont associées aux silos 2548 et 2549 de la période HMA ; dans B2, la fosse 2536 se trouve dans un groupe de neuf silos de la période HMA 2 ou HMA ; de la même façon les fosses 3260, 3215 et 3216 sont associées aux silos 3089 et 3261 tout comme la fosse 3160 avec les silos 3089 et 3261 ; dans B3 le silo 1601 est associé à un groupe de fosses non datées (1610 à 1613) ; enfin, au sein de B4, la fosse 1956 est associée aux silos 1966, 1222 et 3225. Dans cette hypothèse, deux situations topographiques sont envisageables : les silos isolés ou par deux et les petits groupes de silos avec ou sans recoupement. Le groupe le plus important se trouve dans l’ensemble B2 où il est partiellement perturbé par l’installation de sépultures appartenant au groupe funéraire 13 (fig. 87). L’inverse est également vrai puisque le silo 2430 coupe la sépulture 2530. Les recoupements entre silos témoignent de la pérennité d’affectation du lieu.

87Le silo 2371, vraisemblablement en relation avec les silos 2372 et 2587 non datés, est perturbé par l’installation de la sépulture 2541, qui appartient au groupe funéraire 13. Cette relation stratigraphique permet d’affiner la fourchette de datation – fin viie-début xe siècle – proposée pour le silo d’après le mobilier céramique. D’après les datations 14C réalisées sur deux sépultures du groupe funéraire 13, aucune n’est antérieure à 638 et aucune n’est postérieure à 869. Il est donc fort probable que le silo 2371 ait été en usage aux viiie-ixe siècles, tout comme les autres silos ou fosses non datés qui se trouvent à proximité et qui sont également perturbés par l’installation de sépultures (FOS 2539, SIL 2372 et 2587). Cette succession entre structures de stockage et sépultures se retrouve également au sein du groupe funéraire 12 où le silo 3130 est partiellement perturbé par l’installation de la sépulture 3028.

Image 10000000000003C0000005318AD23F3A8EFD7BE0.jpg

Fig. 87. Plan du site au HMA 2 avec localisation des silos. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000003160000041C794B3B9FA506CA5E.jpg

Fig. 88. Plans et coupes des silos de la fin du viie au début du xe s. (HMA 2). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000001FD0000018068A1820B7B7D4720.jpg

Fig. 89. Vue de la coupe nord-sud du silo 1405. © É. Peytremann.

88Comme pour la période antérieure, les silos présentent majoritairement un plan ovale, à l’exception du silo 2473, qui possède un plan circulaire (fig. 86). Les profondeurs conservées varient entre 0,40 et 1 m (fig. 88 et 89). La majorité des profils est tronconique, rarement cylindrique. Sept silos34 sont suffisamment conservés pour envisager une estimation de leur capacité volumique. Le protocole de calcul qui a été utilisé est celui mis au point par P. Dabeck dans le cadre de son master (Dabeck, 2004, p. 8-10) et affiné dans le cadre des travaux du PCR L’habitat rural du Moyen Âge en région Centre. Le diamètre d’ouverture du goulot du silo est estimé théoriquement à 0,60 m, tout comme sa hauteur35. Le goulot n’est pas pris en compte dans la capacité de stockage. Après restitution des parties manquantes, le profil est décomposé en formes géométriques simples : hémisphérique ou tronconique. Le résultat donne des estimations comprises entre 0,35 et 1,90 m3 (fig. 90). Les comparaisons restent délicates. À l’échelon régional, le niveau d’arasement permet rarement une estimation des capacités et quand cela serait possible, elle n’est jamais tentée. Plus généralement, dans l’est de la France, les données font défaut. Les données franciliennes sont plus abondantes ; le protocole de restitution et de calcul n’est en revanche pas publié (Gentili, 2009a, p. 100-102). Les estimations réalisées pour Sermersheim sont, toutes proportions gardées, proches de celles effectuées pour le site de Villiers-le-Sec aux viiie-ixe siècles et aux ixe-xe siècles, à l’exception des silos de capacité supérieure à 2 m3 qui sont absents à Sermersheim. Les capacités estimées sur plusieurs sites de la région Centre sont généralement inférieures à celles calculées en Île-de-France ou à Sermersheim (Dabeck, 2004, p. 51-55).

Image 10000000000001FD000001EDFCD4207BC1E45137.jpg

Fig. 90. Répartition des capacités en m3 des silos HMA 2.

89Les comblements des silos sont généralement stratifiés. Les inclusions anthropiques, notamment de charbon de bois et de torchis, contenues dans la dernière couche de remplissage, témoignent de leur usage secondaire en dépotoirs (SIL 2227, 2228, 2229, etc.). Le niveau inférieur du comblement des silos 1405, 1222, 2475 et 1601 adopte la forme d’un dôme indiquant une phase d’abandon alors que le goulot du silo n’était pas encore totalement détruit. L’US 24291 de comblement du silo 2429, constituée de très nombreux moellons brûlés notamment en grès, et l’US 24292, comprenant beaucoup de torchis brûlé et de charbon de bois, suggèrent l’installation d’une structure dans le comblement du silo ou un comblement final du silo à l’aide de matériaux provenant de la destruction d’une structure de combustion ou d’une structure brûlée (fig. 91). La position centrale de l’US 24291 plaide pour la première hypothèse. La présence de moellons de grès est à souligner dans la mesure où la pierre est peu employée sur le site.

90Les comblements des silos 2520 et 2532 contiennent plus d’une dizaine de kilos de scories de fer et de très nombreuses battitures (fig. 92). Ces silos ont donc été entièrement bouchés à l’aide d’un sédiment caractéristique d’un balayage de sol de forge (cf. IV. 2.2).

Image 10000000000001C0000001AB2452243263E39D76.jpg

Fig. 91. Plan et coupe du silo 2429. DAO : P. Girard.

Image 100000000000041A000001E1054F95C72CA37979.jpg

Fig. 92. Vues des coupes des silos 2520 et 2532. © É. Peytremann.

3. DU Xe AU DEBUT DU XIIe SIECLE (HMA 3)

3.1. La topographie

91Cette période correspond non seulement à la dernière période d’occupation du premier Moyen Âge, mais également à la fin d’une occupation bâtie et structurée dans l’emprise de la fouille. Elle fait suite sans interruption à la période HMA 2. En revanche, les datations à partir du mobilier céramique sont trop imprécises pour dater plus finement la fin de cette occupation. La date de construction du puits le plus récent correspond au milieu du xie siècle. Le seul indice d’une possible occupation du secteur jusqu’à la fin du xiie siècle consiste en la découverte, dans le comblement d’un silo, d’un denier d’argent frappé à Strasbourg entre 1170 et 1190. Comme pour les périodes antérieures, quatre ensembles se distinguent en fonction de la répartition des structures (fig. 93).

92L’ensemble C1 reste stable dans les limites assignées à B1 (fig. 94). Le nombre de structures est, en revanche, moins important malgré une augmentation du nombre de puits (trois) et un nombre relativement stable de cabanes excavées (quatre). Il a en effet été dénombré deux fosses et un trou de poteau. Les vestiges datés se trouvent plus particulièrement dans la partie méridionale de l’ensemble.

93L’ensemble C2 conserve approximativement les mêmes limites que celles de l’ensemble B2 de la période antérieure (fig. 94 et 95). Les sépultures ont totalement disparu. Les vestiges sont moins denses. Ils correspondent à huit silos, sept fosses, au moins trois cabanes excavées, deux puits, un fossé et un possible petit bâtiment sur solins ou sablières basses.

Image 10000000000003DE0000055F92AC3D2E94CB11DB.jpg

Fig. 93. Plan du site au HMA 3. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 1000000000000399000004CF3781BB3CF1F23E30.jpg

Fig. 94. Détail de la partie septentrionale du site au HMA 3. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 100000000000038D000004CA785D296E102CBFEE.jpg

Fig. 95. Détail de la partie méridionale du site au HMA 3. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000003FB00000193578403DBDFBBC8D3.jpg

Fig. 96. Tableau récapitulatif des caractéristiques des cabanes excavées du xe au début du xiie s. (HMA 3).

94L’ensemble C3 connaît une légère rétraction par rapport à B3 (fig. 94 et 95). Il ne comprend plus que deux cabanes excavées et une fosse.

95L’ensemble C4 conserve ses limites par rapport à la période antérieure (ensemble B4) (fig. 95). Il compte un bâtiment excavé, une cabane excavée, un puits et deux fosses.

96Les espaces vides évoluent peu. L’espace vide de l’angle sud-ouest se rétracte légèrement. Celui qui bordait les cabanes excavées dans l’ensemble B4 à la période HMA 2 est investi par quelques structures. La bande parallèle au fossé 1785 retrouve approximativement les dimensions qu’elle possédait durant la période HMA 1.

97L’occupation du HMA 3 montre une raréfaction et une dispersion des structures dans l’emprise fouillée. Une légère rétraction de l’espace bâti est perceptible dans le sud de l’emprise. Cette période correspond également à la disparition de la pratique des inhumations en limite de secteur bâti. Comme pour les périodes antérieures, il n’est pas possible d’identifier les différents ensembles comme des unités agricoles.

3.2. Les constructions

3.2.1. Les cabanes excavées

98Douze cabanes ont été comptabilisées pour cette période36 (fig. 96). Neuf cabanes sont orientées est-ouest (45° à 90°) et trois sont orientées nord-ouest/sud-est (330 à 360° N). Elles sont réparties dans les quatre ensembles à raison d’une à cinq structures par ensemble. La cabane 2260 est installée sur le puits 2586.

99Les plans des structures sont généralement rectangulaires. Néanmoins, trois cabanes présentent un plan plus irrégulier, voire trapézoïdal (FDC 2260, 2435 et 3017). La majorité des cabanes appartiennent au type à deux poteaux axiaux, à l’exception d’une cabane dépourvue de trou de poteau (FDC 1638) (fig. 97). La cabane 1493 se singularise toutefois par un plan trapézoïdal et par la disposition de ses quatre trous de poteau qui encadrent un surcreusement grossièrement rectangulaire. Ce dernier mesure 2,50 m de longueur sur 2,10 m de largeur alors que le creusement initial mesurait 3,80 m de longueur sur 2 à 2,70 m de largeur. Un autre trou de poteau et deux fosses ont été observés à l’intérieur du surcreusement.

100Les superficies varient entre 6 et 13 m2. La superficie moyenne des cabanes à deux trous de poteau est d’environ 9 m2. Ce chiffre est légèrement inférieur à celui de la période antérieure. Les profondeurs conservées varient entre 0,18 et 0,74 m.

101La cabane 2359 est pourvue d’une rangée de trous de piquet le long de sa paroi méridionale. Les cabanes 1623 et 2359 possèdent une fosse dans leur moitié septentrionale (fig. 98). Cinq cabanes présentent des trous de poteau internes. Dans au moins trois cas (FDC 2435, 3036a et 3159), l’hypothèse d’une réfection peut être proposée. Les deux poteaux distants de 1,50 m situés dans l’axe de la cabane 1623 peuvent éventuellement correspondre au négatif des montants d’un métier à tisser vertical. Il s’agirait dans ce cas plus d’une empreinte que de véritables fosses d’ancrage, telles qu’elles sont identifiées dans la région francilienne (Gentili, 2009b, p. 37-38).

102Les comblements ne sont généralement pas stratifiés, à l’exception toutefois de celui de la cabane 2435. L’US 24352, correspondant au comblement inférieur, ne peut néanmoins pas être interprétée comme un niveau de sol. Les comblements des cabanes 1623 et 1629 ont livré des pesons.

Image 100000000000042700000492564D9E265015F01A.jpg

Fig. 97. Plans et coupes des fonds de cabane du xe au début du xiie s. (HMA 3). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

3.2.2. Le bâtiment excavé

103Le bâtiment 1733 est daté de manière peu précise de la période viiie-xiie siècle par le mobilier céramique compris dans son comblement. La stratigraphie permet néanmoins d’affiner partiellement cette datation. En effet, le BTE 1733 coupe les sépultures 3188 et 3279. De fait, le bâtiment est construit après l’abandon de l’ensemble funéraire, qui intervient dans le courant du xe siècle au plus tard.

104Le bâtiment 1733, de plan rectangulaire, est orienté nord-sud. Il mesure 4,12 m de longueur sur 3,60 m de largeur. Sa superficie est d’environ 15 m2. Plusieurs trous de poteau, disposés de manière apparemment aléatoire, se trouvent dans le fond du creusement du bâtiment (fig. 99). Un trou est situé au milieu du petit côté septentrional, un autre au milieu du grand côté occidental. Les six autres sont répartis au sein de la fosse. Des trous de piquet se trouvent le long du petit côté méridional mais également à l’intérieur du bâtiment. Dans ce cas, leur fonction n’a pas été déterminée. Aucun élément ne permet de statuer sur la fonction de cet édifice ni sur son architecture. Son comblement comprenait quelques scories et un fragment de peson.

Image 10000000000001FD000001AB9EC86D80E4D89323.jpg

Fig. 98. Vue de la cabane excavée 1623. © É. Peytremann.

3.2.3. La construction de surface : le bâtiment 04

105Le bâtiment 04, localisé dans le second quart septentrional de l’emprise (C2), correspond à une construction modeste dont il ne subsiste que les tranchées de récupération des parois (fig. 100). Les tranchées 3217, 3272, 5281 et 2580 forment en effet le plan d’un bâtiment trapézoïdal d’une superficie de 28 m2, orienté nord-sud (340° N). Seules les tranchées 2581 et 3217 ont été étudiées à partir de la fouille d’un tronçon. La tranchée 2581, observée sur 3,40 m, n’est conservée que sur 0,10 m de profondeur. Elle est large de 0,65 m. D’après sa largeur, il est probable qu’elle recevait un solin qui a été entièrement récupéré. La tranchée 3217, large de 0,50 m et conservée sur 0,20 m, a été observée sur 3,20 m. Ces deux tranchées sont approximativement parallèles. La tranchée 3272 est quasi perpendiculaire aux tranchées 2581 et 3217. La relation avec la tranchée 3217 est brouillée par la présence du silo 3089 qu’elle recoupe. À l’ouest, elle est coupée par la fosse 3209. La tranchée 2580 n’a pas bénéficié d’observation.

106Les élévations du bâtiment devaient être réalisées en torchis et clayonnage ou en adobe au vu des dimensions des tranchées. Sa faible superficie laisse supposer qu’il s’agit plus d’un bâtiment annexe que d’une maison d’habitation. D’après les données stratigraphiques, le bâtiment 04 recoupe la majorité des structures présentes dans ce secteur. Parmi celles-ci, la cabane excavée 1777 est attribuée à la période viie-xe siècle et le silo 3260 entre la fin du viie et le xe siècle. Le bâtiment 04 peut être daté, d’après la stratigraphie et le mobilier céramique découvert dans la tranchée 2580, de la période xe-xiie siècle.

Image 10000000000001FA000001EA716F45AEB1C14658.jpg

Fig. 99. Plan et coupe du bâtiment excavé 1733 daté du xe au xiie s. (HMA 3). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000001FD0000020084801261FF169D8B.jpg

Fig. 100. Plan et coupes du bâtiment BT 04 daté du xe au xiie s. (HMA 3). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 1000000000000417000000FA06ECB901DCCCBB1C.jpg

Fig. 101. Tableau récapitulatif des caractéristiques des puits de la période des xe-xiie s. (HMA 3).

3.3. Les structures d’équipement

3.3.1. Les puits à eau

107Six puits sont attribués à cette période37 (fig. 101). Ils sont présents dans l’ensemble 1, 2 et 4, répartis en groupes de deux à trois puits ou isolés (fig. 93). En effet, ce qui frappe par rapport aux périodes antérieures, c’est leur concentration dans les mêmes secteurs. Dans l’ensemble C1, les puits 2259 et 2288 sont distants l’un de l’autre d’environ 6 m (fig. 94). Chronologiquement, l’un est plus précisément daté de 1063 alors que l’autre est attribué à la période xe-xiie siècle. La possibilité qu’ils se succèdent dans le temps n’est donc pas exclue. Les deux puits se trouvent à proximité d’une cabane excavée. Dans l’ensemble C2, les puits 1652, 1628 (postérieur au viie s.), 1654 (HMA, non daté) et 1596 sont distants de 5 à 10 m. Le puits 1652 est attribué à l’année 1003 ± 10 ans et le puits 1596 est daté du milieu du xie siècle (1069) (fig. 94 et 95). Là encore l’hypothèse d’une succession chronologique peut être envisagée. Trois cabanes sont bâties à proximité des puits. La possibilité d’une succession chronologique des structures est fort probable pour le puits 1172, daté de 985 à cinq ans près et situé à moins de deux mètres du puits 1173 dont la date de construction est de 1018 ± 2 ans. Dans cette hypothèse, la durée d’utilisation du puits 1172 serait de 33 ans.

108Le puits 1596 est installé à l’emplacement du groupe funéraire méridional (GF 12) et il perturbe quatre sépultures (SEP 1599, 15972, 15974 et 15975).

109La technique de construction ne varie pas par rapport aux périodes antérieures (fig. 102). Les profondeurs des puits sont comprises entre 1,30 et plus de 2,30 m. Deux types de cuvelage sont attestés. L’usage du tronc de chêne évidé est là encore majoritaire (fig. 103). Le tronc utilisé dans le puits 1652 est calé par une couronne de moellons de grès (fig. 102).

110L’étude dendrochronologique des troncs de chênes évidés est à l’origine de deux datations de puits (fig. 104) sur les trois exemplaires ayant fourni des échantillons de bois (cf. infra IV. 3.4.3). Le tronc provenant du puits 2202 était en effet trop pauvre en cernes pour être daté. Les parties périphériques des troncs provenant des puits 1596 (fig. 105), 1173 et 1652 étaient encore respectivement conservées sur 17, 18 et 12 cm. L’étude du cuvelage du puits 1173 indique que le tronc qui a été utilisé appartenait à un chêne de plusieurs centaines d’années, probablement autour de 500 ans. La croissance très réduite des 50 dernières années est probablement liée au pourrissement du bois de cœur. Cet arbre était déjà partiellement creux en son centre.

111Le second type de cuvelage est réalisé à l’aide de planches assemblées. Le puits 2259, équipé d’un cuvelage quadrangulaire, est confectionné de cette manière (fig. 106).

112Six échantillons provenant de ce cuvelage ont été soumis à analyse. Il s’agit de bois à croissance très rapide ; cinq présentent encore des parties d’aubier et un seul a conservé son cambium (fig. 107 et 108). Les séries de cernes de cinq échantillons ont pu être synchronisées et ont permis la constitution d’une courbe moyenne de 50 ans. Les arbres utilisés pour la construction ont été abattus en 1063 AD. La planche no 6 n’a pas pu être datée dans la mesure où elle ne possédait que peu de cernes. Il s’agit très probablement d’un bois réutilisé (cf. II. 6).

113Le puits 2288 est installé dans la cabane excavée 22882. Les bois entrant dans la réalisation du cuvelage quadrangulaire correspondent à des pieux fendus selon l’axe tangentiel du tronc et à un bois rond (fig. 109). Une datation dendrochronologique n’a pas été possible en l’absence d’un nombre suffisant de cernes (fig. 110).

114Comme pour les puits antérieurs, le comblement est faiblement stratifié (de une à quatre couches). Le remplissage final du puits 2288 se distingue par une abondance de torchis brûlé marqué par les négatifs de clayonnages, de planches et de paille, par la présence d’au moins quatre gobelets de poêle entiers ou fragmentaires, par de la céramique et par une faucille en fer complète. De toute évidence, cette couche indique que le puits a servi de dépotoir dans son ultime phase de comblement (fig. 111). Un anneau de brins de noisetier tressés se trouvait dans le fond des puits 1596 et 1652.

Image 100000000000041B0000039A84A46D260EABCB74.jpg

Fig. 102. Plans et coupes des puits datés de la fin du xe au xiie s. (HMA 3). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000001FC000001800F78EDC83E98D699.jpg

Fig. 103. Vue de la coupe SE-NO du puits 11732. © F. Boisseau.

Image 10000000000002D700000109BA9ED36B25B20CA6.jpg

Fig. 104. Caractéristiques dendrochronologiques des cuvelages en tronc des puits du HMA 3.

Image 10000000000001FC0000015FA6DDD152F2461327.jpg

Fig. 105. Vue du tronc ayant servi de cuvelage au puits 1596. © É. Peytremann.

Image 10000000000001FE00000182E0C08EED98367759.jpg

Fig. 106. Vue de la coupe ouest-est du puits 2259. © É. Peytremann.

Image 10000000000002D70000014CB568907680DF901C.jpg

Fig. 107. Caractéristiques dendrochronologiques du cuvelage du puits 2259.

Image 10000000000003E30000015975F1EF8BCD24A71D.jpg

Fig. 108. Relevé des sections des échantillons du puits 2259, échelle 1 :5.

Image 100000000000013F0000017EF1953CF13D686289.jpg

Fig. 109. Relevé des sections des échantillons du puits 2288, échelle1 :5.

Image 10000000000002C0000000D20B026344E23C90D8.jpg

Fig. 110. Caractéristiques dendrochronologiques du cuvelage du puits 2288.

Image 10000000000001FB0000017F108EA5ADBAE4F16D.jpg

Fig. 111. Vue du puits 2288. © É. Peytremann.

Image 100000000000041E000001BD3E9498AE5C10681C.jpg

Fig. 112.Tableau récapitulatif des caractéristiques des fosses du xe au xiie s. (HMA 3).

3.3.2. Les fosses

115Dix-sept fosses appartiennent à cette période, dont certaines datées de manière moins précise de la période ixe-xiie siècle (fig. 112). Les fosses sont réparties sur l’ensemble de l’emprise de fouille, à l’exception toutefois de son extrémité méridionale (fig. 107).

116Quatre types de plans sont attestés. Les fosses de plan ovale restent majoritaires avec onze exemplaires. La fosse 1096 est polylobée alors que la fosse 2225 est rectangulaire. Les profondeurs conservées oscillent entre 0,10 et 0,90 m. Leur fonction primaire reste non identifiée. Parmi les fosses qui se singularisent, se trouve notamment la fosse 3095 qui possède un trou de poteau interne (fig. 113). Installée dans le comblement du bâtiment excavé 1733, elle présente un fond irrégulier. Son comblement incluant des lentilles de lœss se distingue par la présence de scories et de deux pesons. Il est également perturbé par un trou de poteau.

Image 1000000000000202000001F5D0510C558A82A02A.jpg

Fig. 113. Plans et coupes des fosses du xe au xiie s. (HMA 3). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000002930000026F4F7B0F6B7E3BE718.jpg

Fig. 114. Plan et coupe de la structure de combustion FOY 3262 de la période xe-xiie s. (HMA 3). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000001EF0000017782D65D33E7829514.jpg

Fig. 115. Vue des briques dans le comblement supérieur de la structure de combustion 3262. © É. Peytremann.

3.3.3. La structure de combustion

117La structure FOY 3262 est située dans l’ensemble C2 où elle est installée dans le comblement de la fosse 3022. Le plan quadrangulaire de la structure de combustion mesurant approximativement 0,90 m de longueur sur 0,72 m de largeur est incertain dans la mesure où ses limites se distinguaient mal du comblement dans lequel elle était creusée (fig. 114). La profondeur conservée n’excède pas 0,20 m. Le fond et les parois sont enduits d’un limon lœssique. Le niveau de comblement (32621) est riche en charbon de bois et en inclusions de terre cuite. À sa surface se développe, à peu près au milieu de la structure, un aménagement réalisé à l’aide de briques crues ayant légèrement subi la chaleur (fig. 115). L’état de conservation des briques n’a permis aucune mesure. Il est délicat de se prononcer sur la fonction exacte de cette structure qui possède un faible degré de rubéfaction. Son niveau d’arasement ne permet pas non plus de savoir si les briques sont en position secondaire ou si elles appartenaient à l’infrastructure primitive. Celle-ci n’est d’ailleurs pas sans rappeler la fosse 3096, dont le comblement contenait également des briques crues (cf. II. 6).

Image 10000000000002F7000002836FF573D047347C9E.jpg

Fig. 116. Coupes des fossés 3172/3250 et 3021 de la période xe-xiie s. (HMA 3). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

3.3.4. Les fossés

118Le fossé 1785, toujours en activité à la période HMA 3, présente dans sa partie méridionale un dédoublement ou un recreusement (FSS 3172). La coupe réalisée à la hauteur des structures 3047 et 313038 (extrémité méridionale du fossé) a permis d’observer deux fossés en limite de fouille. L’un a été identifié comme étant la suite du fossé 1785, l’autre (FSS 3150) correspond probablement au fossé 3172. Dans cette hypothèse, la stratigraphie relative offre quelques indications chronologiques. Le fossé 1785 est coupé par la fosse 3047 qui a livré du mobilier céramique attribué à la période xie-xiie siècle. Cette même fosse est recoupée par le fossé 3150. Le fossé 3172/3150 est un peu plus large à sa base que le fossé 1785. Il mesure en effet entre 0,40 et 0,50 m. La profondeur observée est de 0,40 m. Le fond est concave à plat (fig. 116). Le comblement unique, argilo-limoneux, a livré de rares ossements animaux, un peson et quelques fragments de céramique. Une très légère pente sud-nord de 2 % est observable.

119Le fossé 3021, courbe, a été observé sur une longueur de 12 m (fig. 93 et 95). À son extrémité occidentale, sa relation avec la fosse 1517 n’a pas été étudiée. La largeur du fossé en plan est comprise entre 0,98 et 1,18 m et varie à la base de 0,33 à 0,70 m. Le fond présente un profil concave ou en V (fig. 116). Le comblement limono-lœssique est un peu plus argileux à la base. Des effondrements de parois sont perceptibles sur la coupe 1. La profondeur conservée oscille entre 0,40 et 0,60 m. La présence d’un lest en plomb, probablement de filet, mérite d’être signalée (cf. IV. 3.1). Le comblement du fossé incite à penser qu’il pouvait être en eau. Dans son prolongement à l’est, se trouve le fossé non daté 1469. Son profil très différent exclut a priori l’hypothèse d’un seul et même fossé.

3.4. Les silos

120Les huit silos (fig. 117) de cette période se concentrent dans l’ensemble C2 (fig. 93 à 95). Leur nombre est en nette diminution par rapport à la période antérieure.

121Les plans ovales mesurent entre 1,10 et 3,60 m de longueur sur 0,90 à 2,94 m de largeur (fig. 118). Les profondeurs conservées sont comprises entre 0,50 et 0,86 m. Les profils sont majoritairement tronconiques, plus rarement cylindriques. Le degré d’érosion est comparable à celui des périodes antérieures. Son importance ne permet pas de proposer d’estimation des contenances. Les comblements sont stratifiés. Le premier niveau de remplissage en dôme du silo 3019 témoigne d’une phase d’abandon alors que le goulot n’était pas encore détruit. Le comblement du silo 2430 comprenait notamment un couteau et un fragment de récipient en pierre ollaire. Les silos 2441, 3019 ont probablement servi de dépotoir dans un second temps. Outre des fragments de céramiques et des ossements animaux, les comblements recelaient au moins un poids de pêche en plomb, une fusaïole également en plomb, un fragment de plomb non identifié et un peson.

Image 1000000000000422000000F65BDF28EC83E78D05.jpg

Fig. 117. Tableau récapitulatif des caractéristiques des silos de la période xe-xiie s.

Image 10000000000003FA00000308F241034EE690E81A.jpg

Fig. 118. Plans et coupes des silos du xe au xiie s. (HMA 3). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000004450000031FBEB0D8BA991BA30F.jpg

Fig. 119. Tableau récapitulatif des caractéristiques des cabanes excavées du vie au xiie s. (HMA).

4. LES VESTIGES ALTO-MÉDIÉVAUX DONT LA DATATION RESTE IMPRÉCISE (HMA)

122Quatre-vingt-treize structures sont attribuées au premier Moyen Âge sans plus de précision. Parfois, l’étude stratigraphique ou céramologique permet de réduire la fourchette chronologique à deux périodes au lieu de trois. Ces vestiges sont présents sur l’ensemble de la zone d’étude, tout en étant faiblement représentés dans la partie méridionale39.

4.1. Les constructions

123La nature des constructions est identique à celle identifiée pour les différentes périodes du premier Moyen Âge.

4.1.1. Les cabanes excavées

124Vingt-trois cabanes excavées n’ont pas bénéficié d’une datation précise permettant de les intégrer dans les trois périodes d’occupation du premier Moyen Âge reconnues pour le site (fig. 119).

125Ces cabanes sont comparables dans leur orientation, dimensions et technique de construction à celles précédemment étudiées (fig. 120 et 121). Il s’agit en effet d’exemplaires à deux ou trois trous de poteau axiaux ou à quatre trous de poteau corniers. Elles se trouvent localisées au sein des ensembles précédemment définis. Le fond de cabane 1767 appartient plus précisément au type à trois trous de poteau axiaux (fig. 120), attesté en Alsace40 et bien connu en Lorraine41. Le fond de cabane 2562 comporte un trou de poteau au milieu de son petit côté occidental et un sur le côté septentrional (fig. 121. La fouille par moitié et les recoupements qui affectent cette structure ne permettent cependant pas d’être assuré de son plan.

Image 1000000000000420000004A33C62789FF7670753.jpg

Fig. 120. Plans et coupes des fonds de cabane du vie au xiie s. (HMA). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

126La cabane 1366 comprend un aménagement installé dans son fond et constitué de trois trous de poteau (TPO 13662, 13664 et 13665), définissant une structure de plan triangulaire d’environ 1 m de côté (fig. 120 et 122). Cette dernière est comparable à des structures découvertes dans les fonds de cabane 29 et 395 du site de Ravanne à Écuelles (Seine-et-Marne) et interprétées comme des portiques de dépeçage (Galbois, 1994, p. 30). La cabane 2476 est équipée d’un silo disposé dans un angle. Le site alsacien de Pfulgriesheim comportait également des cabanes excavées pourvues de cet aménagement (Peytremann, 2013, p. 56 et 82). Ce même dispositif a été observé sur une cabane du site de La Grande-Paroisse en Seine-et-Marne (Petit, 2009, p. 51). La cabane 1153 a été utilisée dans un second temps comme fosse dépotoir. Son comblement inférieur, US 11532, recelait en effet les carcasses d’une truie gestante et de ses trois fœtus (cf. infra IV. 3.3).

Image 1000000000000409000003C348FF2E2959D41F6E.jpg

Fig. 121. Plans et coupes des fonds de cabane du vie au xiie s. (HMA). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000001FD00000166E5A7CDAE045F8DBB.jpg

Fig. 122. Vue de la cabane excavée 1366 et de ses aménagements internes. © É. Peytremann.

Image 10000000000003A600000233114825396E0563A1.jpg

Fig. 123. Plans et coupes des fosses-fonds de cabane du vie au xiie s. (HMA). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

127Les structures FOS 2572 (observée uniquement en coupe), 3016 et 3064 (non fouillées) sont interprétées comme d’éventuelles cabanes excavées, au vu de leurs surfaces, respectivement 10,74, 8,75 et 5,5 m2 (fig. 123).

4.1.2. Les bâtiments excavés

128Le premier bâtiment, BTE 2531, se trouve dans l’ensemble 2, à proximité immédiate de la cabane excavée FDC 2476 mal datée (viiie-xiie siècle), dont il adopte précisément la même orientation (fig. 47). Le bâtiment 2531 accuse un plan rectangulaire long de 4,90 m et large de 3,40 m. La profondeur conservée est de 0,20 m (fig. 124). Recoupée par les silos 2474, 2475 et 2520 et par la cabane excavée 2432, la construction peut être attribuée à la période vie-xe siècle. Une petite fosse était aménagée dans le fond du bâtiment, qui possède deux poteaux axiaux.

129Le second bâtiment excavé, BTE 1466, est situé dans l’ensemble 3 du HMA 2 et du HMA 3. Contrairement au bâtiment précédent, il ne se situe pas à proximité d’une autre construction excavée. Également rectangulaire, la construction mesure 4,60 m de longueur sur 3,90 m de largeur. Sa profondeur conservée est de 0,20 m. Six trous de poteau se répartissent aux angles et au milieu des petits côtés. Un septième prend place sur le côté septentrional (fig. 48 ou 95, fig. 124 et 125). Les fragments de céramiques découverts dans le comblement, quatre fragments de panse attribuables au Néolithique ancien ou moyen et un fragment de panse d’amphore de Brumath, probablement du iie siècle de notre ère, ne permettent pas de dater cette structure qui, par sa morphologie peut être altomédiévale, mais dont une attribution à l’Antiquité tardive ne peut pas être totalement exclue.

130Le troisième bâtiment, 1375 (fig. 95), de plan rectangulaire, mesure 17,5 m2. Malheureusement, il n’a pas été fouillé.

Image 10000000000003FD000002DCC20A6C7D903E4593.jpg

Fig. 124. Plans et coupes des bâtiments excavées du ve au xsiie s. (HMA). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000001FD000001287592DE1ECDC2F4BE.jpg

Fig. 125. Vue du bâtiment excavé 1466. © É. Peytremann.

4.2. Les structures d’équipement

4.2.1. Les puits

131Huit puits sont attribués au premier Moyen Âge (fig. 126). Ils sont localisés dans les ensembles 1, 2 et 4 des périodes HMA 2 et 3. L’étude de leur localisation au sein des ensembles n’accentue pas le phénomène de concentration au même endroit observé à la période HMA 3 et, dans une moindre mesure, à la période HMA 2, mais elle permet d’identifier un autre secteur de concentration dans l’ensemble B4, regroupant les puits 1912, 1156 et 1172 et dans l’ensemble C2 de la période HMA 3, avec les puits 1654, 1652 et 1596 qui forment un alignement.

132La technique de construction de ces puits est identique à celle utilisée aux périodes HMA 1, 2 et 3. Trois types de cuvelage ont été observés : l’utilisation du tronc de chêne évidé, l’assemblage à mi-bois et peut-être une technique mixte non encore observée : l’usage de pierres sèches et de bois. Les profondeurs, comprises entre 1,30 et 2,20 m, sont identiques à celles précédemment notées.

Image 100000000000041D000001113CA62CF9557D24B1.jpg

Fig. 126. Tableau récapitulatif des caractéristiques des puits du vie au xiie s. (HMA).

133Les bois du cuvelage du puits 1156, assemblé à mi-bois, étaient très dégradés et n’ont pas pu être prélevés (fig. 127 et 128). La technique de construction, avec calage à l’aide de moellons en grès, n’est pas sans rappeler celle observée sur le puits 1172, éloigné d’une dizaine de mètres. C’est la même technique que l’on retrouve pour le cuvelage du puits 1912, localisé à quelques mètres des précédents (fig. 127 et 129). Les puits 1628 et 1654 sont équipés d’un cuvelage réalisé dans un tronc de chêne évidé (fig. 127). Le type de cuvelage du puits 2091 reste plus délicat à déterminer dans la mesure où au moins deux niveaux de blocs en grès rose assemblés sans liant ont été observés à la base du puits (fig. 127). Les blocs découverts dans le comblement ne sont pas suffisants pour envisager un cuvelage entièrement monté en pierres sèches. Il est donc probable qu’un cuvelage en bois, disparu, était calé par les deux niveaux de blocs.

134Le comblement est semblable à ce qui a été observé dans les puits datés des périodes précédentes. Le comblement final du puits 1912, installé dans la cabane excavée 1161, se distingue néanmoins par sa composition à base de beaucoup de torchis et d’argile brûlée. Celle-ci évoque les restes d’un four détruit. Un anneau en branches tressées se trouvait dans le fond du puits 1628.

4.2.2. Les fosses

135Quarante-cinq fosses sont attribuables au haut Moyen Âge sans plus de précision (fig. 130). Comme pour les creusements précédemment étudiés, les cinq types de plan sont attestés, avec une forte majorité de plan ovale (fig. 131). Quelques fosses se détachent par leur morphologie ou par leur comblement.

136La fosse 3096 de plan polylobé se distingue par la présence de briques partiellement crues dans son comblement, des scories et une monnaie en alliage cuivreux de Constantin ou fils (fig. 132). En l’absence de fouille complète, il n’est pas possible de savoir si les briques appartiennent à la structure ou se trouvent en position de rejet. Aucune brique entière n’a été dégagée. Les fragments étudiés permettent seulement de donner des dimensions minimales, 11 cm de longueur, 10 cm de largeur pour une épaisseur de 5 cm. La découverte de briques crues sur des sites ruraux alsaciens du premier Moyen Âge est relativement courante42. Quelques fosses (FOS 1611, 1613 et 1671) ont servi dans un second temps de dépotoir comme l’atteste la présence dans les comblements de torchis, de céramique, d’un peson, d’ossements fauniques et de scories. Les fosses 2280 et 2013 correspondent éventuellement à des silos (fig. 131). Les quatre fosses 1610, 1611, 1612 et 1613 se jouxtent. Elles se trouvent à proximité immédiate du silo 1601, attribué à la période HMA 2. Il est tentant d’interpréter ces quatre fosses comme des silos même si les coupes n’affichent pas des profils classiques. La fosse rectangulaire 1970, qui n’a pas été fouillée, peut, d’après son emplacement et sa morphologie, correspondre à une ou plusieurs sépultures ou éventuellement à un silo, à l’instar de ceux présents dans le groupe funéraire 13 (SIL 2371, 2372 et 2587).

137Une dernière fosse (FOS 2421) se distingue par son orientation est-ouest, sa morphologie et sa localisation. En effet, le plan oblong long de 2 m et large de 0,80 m n’est pas sans rappeler celui des fosses sépulcrales. La fosse, conservée sur une quinzaine de centimètres, possède un fond légèrement concave. Celle-ci se trouve dans l’ensemble 1, en limite occidentale de l’emprise et à 40 m au sud de la sépulture 2156 qui était très arasée. Cette situation en limite de bâti et de la zone inondable est par ailleurs identique à celles des sépultures 2156, 1119 et 3278 et de la structure 1229, qui comprenait une vertèbre humaine. Dans le même ordre d’idée, la fosse 251343, non datée, située dans l’ensemble B2, en limite de la zone d’inondation, peut également être interprétée comme une fosse sépulcrale vide. Deux explications sont envisageables pour expliquer l’absence de squelette. La première est liée à un possible arasement de la sépulture à l’instar de la sépulture 2156, dans laquelle il ne subsistait que quelques ossements et aucune trace de la fosse. La profondeur conservée de la fosse 2421 ne plaide cependant pas pour cette solution. La seconde explication invite à y voir une fosse préparatoire en attente, mais qui n’a jamais été utilisée.

Image 100000000000041D000004DF9E7BFC42C8343760.jpg

Fig. 127. Plans et coupes des puits du vie au xiie s. (HMA). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000001B5000001A4AD2E6D1BA20BD9F2.jpg

Fig. 128 (à g.). Vue du cuvelage du puits 1156. © É. Peytremann.

Image 100000000000017A000001A329BA23F8DFC660FA.jpg

Fig. 129 (à dr.). Vue de la coupe sud nord du puits 1912. © É. Peytremann.

Image 100000000000041F000003DDB3E61AC6811AED61.jpg

Fig. 130. Tableau récapitulatif des caractéristiques des fosses du vie au xiie s. (HMA).

Image 100000000000041A00000317E1FCA52C765039E2.jpg

Fig. 131. Plans et coupes des fosses du vie au xiie s. (HMA). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000001FD000001D3EF342D1C5EF18B0D.jpg

Fig. 132. Vue de détail des briques « crues » dans le comblement de la fosse 3096. © J. Lecornué.

138La fosse 1048 de l’ensemble funéraire associé à l’habitat de Roeschwoog (Bas-Rhin) est interprétée comme une tombe vide en raison de sa morphologie et de son emplacement (Koziol, 2010, p. 165). La présence de fosses sépulcrales vides en contexte d’habitat est envisagée sur plusieurs sites d’habitat des Pays-de-la-Loire, notamment à Château-Gonthier (Mayenne), Beaulieu-sur-Layon (Maine-et-Loire) et Saint-Georges-du-Bois (Maine-et-Loire ; Guérin, 2012, p. 66 ; Valais, 2009, p. 221). La question se pose également sur le site rural de Boyne ‘Le Haut des Bordes’ dans le Loiret (Lichon, 2009, p. 91), où plusieurs fosses, morphologiquement similaires à des sépultures, sont implantées au sein d’un groupe funéraire (viie-xe siècle), localisé à proximité de structures antérieures (vie-viiie siècle). Dans un article sur l’interprétation historique des sépultures atypiques, C. Treffort émet deux hypothèses pour expliquer l’absence de corps. La première s’appuyant sur des exemples ethnographiques suppose une absence de corps au moment du creusement de la tombe, ce dernier pouvant être remplacé par un objet symbolique périssable. La seconde plaide pour un déplacement des ossements (Treffort, 2004, p. 136). Les exemples auxquels elle renvoie sont généralement des fosses situées en contexte de nécropole.

Image 10000000000003A200000301B832D4C87322B2B9.jpg

Fig. 133. Plans des alignements formant un hypothétique enclos du viie au xiie s. (HMA). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

4.2.3. Les clôtures

139Parmi les alignements de trous de poteau susceptibles de correspondre à des éléments de clôture, deux ont livré des fragments de céramique qui permettent de les rattacher à la période du haut Moyen Âge.

140L’alignement AL 07, localisé dans le premier quart septentrional de l’emprise fouillée, au sein de l’ensemble B1 (fig. 47), est orienté nord-ouest/sud-est. Il comprend quatre trous de poteau qui s’alignent sur une distance d’environ 9 m. L’espacement entre les trous de poteau varie de 2 à 3 m. Cet ensemble fonctionne peut-être avec les deux alignements parallèles et non datés AL 09 et AL 11, qui comportent respectivement six et trois poteaux. Ces deux alignements d’environ 8 m sont approximativement perpendiculaires avec l’alignement, également non daté, AL 10 qui est parallèle à AL 07. Dans cette hypothèse, les quatre alignements forment un enclos trapézoïdal d’une superficie approximative de 64 m2 avec un accès éventuel au nord-ouest (fig. 133). Au sein de cet enclos se trouvent deux trous de poteau non datés et deux fosses également non datées (FOS 2108 et 2110). L’absence de fouille et de datation de la majorité des trous de poteau entrant dans cette hypothétique construction ne permet malheureusement pas d’être plus précis. Il convient néanmoins de signaler qu’un enclos de plan trapézoïdal et de taille comparable à celui de Sermersheim est également envisagé sur le site de Sillégny (Moselle ; Peytremann, 2008c, p. 39). L’hypothèse d’un enclos est également avancée pour l’ensemble H de trous de poteau du site de La Grande-Paroisse (Petit, 2009, p. 28 et 33). Les tailles de ces hypothétiques enclos diffèrent cependant notablement des enclos fossoyés identifiés dans l’ouest de la France (Guérin, 2012, p. 28-37 ; Valais, 2009, p. 225-226 ; Carpentier, 2012, p. 188).

Image 100000000000041D000001B34944CD9887E79BF7.jpg

Fig. 134. Tableau récapitulatif des caractéristiques des silos du vie au xiie s. (HMA).

4.3. Les silos

141Dix-sept silos (fig. 134) appartiennent avec certitude au haut Moyen Âge mais ne peuvent pas être attribués plus précisément à une période. Comme cela a déjà été souligné lors de l’étude des silos des périodes HMA 2 et HMA 3, les silos attribués indistinctement au premier Moyen Âge se répartissent dans les différents ensembles et plus particulièrement à proximité d’autres silos ou fosses datées. C’est le cas pour les silos 2548 et 2549 localisés en B1 et associés aux fosses 2360, 2361 et 2283. L’hypothèse d’une fosse de stockage de grains a d’ailleurs été avancée pour la fosse 2360 de la période HMA 2. On retrouve cette concentration de silos se recoupant dans l’ensemble C2 avec les silos 2535, 2536, 2387 et 2491. Les deux premiers sont coupés par le silo 2430 de la période HMA 3. Toujours en C2 une autre concentration regroupe les silos 3157, 3158, 3176, la fosse 3160 et les silos 3175 et 3174 datés de la période HMA 3. Les profils sont majoritairement tronconiques puis cylindriques (fig. 135). Les comblements ne sont généralement pas stratifiés, indiquant un remplissage rapide confirmé par l’absence ou la rareté du mobilier.

5. LES ÉLÉMENTS NON DATÉS

142L’importance numérique des structures n’ayant pas bénéficié de datation, par absence de mobilier, de relation stratigraphique ou de fouille, contraint à s’interroger non seulement sur la nature des structures concernées mais également sur la méthode d’analyse du développement topographique et économique du site. Ce sont en effet 1301 structures qui n’ont pas pu être attribuées à une période chronologique précise, soit 73,4 % des structures du site. Pour tenter de prendre en compte au mieux ces structures, deux approches ont été entreprises. La première est une analyse topographique des structures couplée à une mise en parallèle des structures établies chronologiquement. La seconde est l’étude des vestiges associée à une analyse comparative des structures datées d’une période précise ou, plus largement, connues pour les différentes périodes représentées sur le site.

5.1. La topographie

143L’examen de la localisation des structures non datées (fig. 136) montre une répartition sur l’ensemble de la zone de fouille, avec une concentration plus importante dans les trois quarts septentrionaux de la zone (fig. 137). Il n’y a en effet que vingt-deux structures dans le dernier quart méridional44 (fig. 138). La grande majorité de ces vestiges correspond à des fosses. Un seul silo et un puits ont été identifiés. À l’exception des fosses 1810 et 1811, qui sont coupées par une fosse de la période HMA 1, aucune fosse ne se trouve à proximité d’une structure du haut Moyen Âge. En revanche, elles sont proches ou ont un lien stratigraphique avec des structures néolithiques ou protohistoriques. Il y a donc de fortes probabilités pour que les fosses, le silo et la tranchée localisés dans ce secteur appartiennent à ces périodes. Seul le puits 1001 pose un réel problème de datation. Son appartenance au Néolithique ou à l’âge du Bronze peut être exclue grâce à la présence d’une anse de seau en fer (cf. IV. 1.4). En revanche rien n’empêche une attribution à La Tène, le puits se trouve en effet à environ 15 m au sud de l’enclos daté de cette période. À la période antique ou au premier Moyen Âge, le puits est situé à proximité du FDC 1013 de la période HMA 1. Les autres structures des ensembles A5 ou B4/C4 sont plus variées, puisqu’il s’y trouve aussi bien des fosses, des silos, des puits, des clôtures, des constructions sur poteaux et des fossés.

Image 100000000000041F000004BA5C3B0A4D20A8AFD0.jpg

Fig. 135. Plans et coupes des silos du vie au xiie s. (HMA). DAO : P. Girard et É. Peytremann.

144La superposition des silos non datés sur les plans périodisés du premier Moyen Âge fournit quelques indications. Le report des silos non datés sur le plan de la période HMA 1 n’apporte aucune cohérence supplémentaire aux ensembles définis ; les silos se trouvent en effet isolés. En revanche, leur superposition au plan d’ensemble de la période HMA 2 permet de discerner deux groupements de silos dans l’ensemble B4 (fig. 139). Le premier rassemble quatre silos non datés45 et neuf fosses HMA 246. La majorité de ces fosses n’a pas de fonction reconnue et certaines correspondent peut-être au fond de silos arasés. L’hypothèse d’un groupement fonctionnel en relation avec le traitement et le stockage du grain peut être envisagée. Le second groupement se présente sous la forme d’une auréole de silos entourant les deux alignements de cabanes excavées et l’espace vide. Cette auréole comprend au total quinze silos47. Les fosses non datées 1960 et 1955 peuvent éventuellement être ajoutées. Cette disposition satellitaire a déjà été observée à une plus grande échelle sur le site de Villiers-le-Sec pour les viie-viiie siècles (Gentili, 2009a, p. 104) et permet de renforcer l’hypothèse d’un fonctionnement au premier Moyen Âge de ces silos. Elle souligne par ailleurs le caractère organisé de ce secteur.

Image 100000000000037100000556FEFC444CA32AC71B.jpg

Fig. 136. Plan d’ensemble des structures non datées. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 1000000000000384000005571CFBB32A1E5B76F3.jpg

Fig. 137. Détail de la partie septentrionale du plan d’ensemble des structures non datées. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 1000000000000385000005562E6765F35AFC16E4.jpg

Fig. 138. Détail de la partie méridionale du plan d’ensemble des structures non datées. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000003B0000005630D273BF12C7E5107.jpg

Fig. 139. Plan d’ensemble du site au HMA 2 et des silos non datés. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

145Dans l’ensemble B2, le report des silos non datés permet de compléter la concentration identifiée au nord de B2, en intégrant quelques nouveaux exemplaires. Il est néanmoins impossible d’évoquer une batterie de silos. Les relations stratigraphiques sont trop imprécises pour s’assurer d’un fonctionnement synchrone et la topographie laisse plus entrevoir une succession d’une structure identique à un emplacement identique.

146Le report des silos non datés sur le plan de la période HMA 3 n’apporte rien en termes d’analyse topographique.

147Concernant la topographie des puits, le report des puits non datés sur le plan de la période du HMA 1 n’apporte pas plus de cohérence. En revanche, pour la période du HMA 2, la superposition permet de compléter le plan, notamment dans l’ensemble B3 qui s’enrichit de manière cohérente des puits 1316, 1534 et 1516 ou dans l’ensemble B1 avec les puits 2119 et 2561, et surtout de confirmer une utilisation continue des puits, avec des creusements successifs à peu près au même endroit. Ainsi, dans l’ensemble B4, le puits non daté 1395 se trouve à quelques mètres du puits 1987.

5.2. Les constructions

148C’est un total de 491 trous de poteau qui ont été dégagés et qui n’ont pas pu être datés. Ce chiffre est considérable. Quelques constructions ont été identifiées mais la majorité de ces creusements n’a pas pu être rattachée à une structure cohérente, construction, clôture ou palissade.

5.2.1. Les constructions de surface

149Cinq constructions sur poteaux ont été clairement identifiées (fig. 137 et 138).

150La construction BT 01 se trouve dans l’ensemble B3/C3, à quelques mètres de la fosse 1656 de la période du HMA 2. Matérialisée au sol par six trous de poteau non fouillés, elle mesure 3 m de longueur sur 1,7 m de largeur, soit 5,10 m2 (fig. 140). L’aspect lacunaire des observations ne permet pas de proposer une fonction assurée pour cette construction. L’hypothèse classique d’un grenier peut toujours être avancée mais avec beaucoup de précautions en l’absence de données sur les profondeurs de creusement et la nature des inclusions présentes dans le comblement des trous de poteau.

151Le bâtiment 02 est situé à l’extrémité septentrionale de l’ensemble B3/C3. La construction comprend sept trous de poteau non fouillés (fig. 140). Elle mesure 3 m de longueur sur 2 m de largeur. Là encore, il est délicat d’avancer une fonction même si ce type de construction est souvent interprété comme un grenier sur pieux.

152Quatre trous de poteau non fouillés dessinent la construction 05, qui mesure 3 m de longueur sur 1 m de largeur. Elle se trouve en limite orientale de l’ensemble B4/C4, dans un secteur peu occupé. L’absence de fouille ne permet pas de proposer une interprétation pour cet éventuel édicule.

153Les constructions sur poteaux 08 et 12 se trouvent dans l’ensemble 1/C1. La construction 08 est matérialisée par neuf trous de poteau non fouillés. Elle est légèrement plus grande que les précédentes, avec une longueur de 5,5 m pour une largeur variant de 2,5 à 3,5 m, soit une superficie de 16,5 m2 (fig. 140). Les faibles dimensions évoquent une dépendance agricole ou artisanale.

154Le bâtiment BT 12, de plan rectangulaire, a une superficie de 27,5 m2 (5,5 x 5 m). Son ossature est constituée de huit poteaux, dont les creusements n’ont pas été fouillés et d’un éventuel poteau axial. Il manque a priori un poteau d’angle (fig. 140). Des trous de poteau sont doubles, d’autres se trouvent à proximité d’un autre trou de poteau. Ils constituent des indices pour avancer l’hypothèse de réparations. L’absence de trou de poteau dans l’angle nord-ouest est vraisemblablement imputable à la présence de la fosse 2128 non fouillée. Cette dernière correspond peut-être à deux structures : le trou de poteau appartenant au BT 12 et une fosse. Il est délicat de se prononcer sur la fonction de ce genre de petit bâtiment, qui correspond probablement à une dépendance agricole, voire artisanale.

155Les constructions de petites dimensions portées par quatre ou six poteaux sont peu attestées en Alsace. Des bâtiments à quatre trous de poteau sont connus sur les sites de Ruelisheim (Haut-Rhin ; Strich et alii, 1999), de Nordheim (Bas-Rhin ; Koziol, 2011, p. 69), de Marlenheim ‘La Peupleraie 2’ (Bas-Rhin ; Châtelet, 2002c, fig. 22), de Matzenheim (Bas-Rhin ; Toullec, 2008, p. 47) et de Roeschwoog (Bas-Rhin ; Koziol, 2010, p. 77). Leurs superficies respectives sont de 9 m2, 2,25 et 6,25 m2, 9,35 et 3,95 m2. Ils sont tous interprétés comme des greniers, sans argumentation précise. Des constructions à six trous de poteau ont été reconnues sur les sites de Munwiller (Haut-Rhin ; Châtelet, 1999), Nordhouse (Bas-Rhin ; Châtelet, 2006a, p. 10), Matzenheim (Toullec, 2008, p. 47) et Roeschwoog (Koziol, 2010, p. 77). Leurs superficies varient de 10,5 à 31,5 m2. Plus largement, en France septentrionale, en Suisse ou en Allemagne du Sud-Ouest, ces petites constructions sont amplement répandues et ont parfois fait l’objet d’étude comme en Île-de-France (Gentili, 2009a, p. 105-111) ou en région Pays-de-la-Loire (Valais, 2012, p. 87-88). Elles sont généralement interprétées comme des greniers sur poteaux, par comparaison avec les greniers protohistoriques et du fait de la présence, dans quelques cas, de graines carbonisées dans le comblement des creusements, ou bien, plus rarement, comme support d’un fenil à toit coulissant.

Image 100000000000041F0000033908492DFD28246C8B.jpg

Fig. 140. Plans des bâtiments non datés. DAO : P. Girard et É. Peytremann.

156Quelques constructions régionales sont comparables au bâtiment 12 de Sermersheim. Il s’agit du bâtiment 4 de Crastatt (Bas-Rhin ; Guillotin, 2010, p. 82) matérialisé par douze trous de poteau et délimitant une superficie de 21,5 m2 et du bâtiment 5 de Marlenheim ‘La Peupleraie’ (Châtelet, 2002c, fig. 22) daté des xie-xiie siècles. Aucune interprétation fonctionnelle ne peut être avancée.

157D’après leur localisation, il est probable que ces constructions appartiennent à la période altomédiévale. Si l’hypothèse de greniers est retenue, ces constructions attestent alors un second mode de stockage sur le site, vraisemblablement destiné aux céréales.

5.3. Les structures d’équipement

5.3.1. Les puits à eau (É.P. et W.T.)

158Au nombre de huit (fig. 141), les puits ne bénéficiant pas d’élément de datation sont comparables dans leur morphologie, leur technique de construction et leur localisation à ceux précédemment étudiés pour la période altomédiévale (fig. 142). Le puits 1001 se distingue cependant par sa localisation en limite méridionale de l’emprise (fig. 138 et 143). C’est le seul puits à posséder un double cuvelage quadrangulaire réalisé à l’aide de poutres de chêne assemblées à mi-bois et de planches en saule (fig. 142). Les deux caissons sont emboîtés (fig. 144). Le caisson externe utilise la technique du blockbau (fig. 145). Il est fait de poutres en aulne refendues. Le caisson interne est réalisé en planches de chêne (fig. 146). Celles-ci sont fendues dans le sens tangentiel dans le tronc de l’arbre. L’extrémité des pièces de bois ne comporte pas de découpes particulières ; elles sont simplement posées l’une contre l’autre. Des traces de travail sont visibles sur les planches B5 et B7 (fig. 147). Huit échantillons de cette structure ont été analysés (fig. 148). Les échantillons 1001 B5 à B9 ont permis la mise en place d’une courbe moyenne comportant 52 années (SERM 1101). Aucune datation ne peut être proposée en raison du nombre infime de cernes de croissance. Une anse de seau en fer était coincée entre les deux cuvelages (fig. 149).

159Le puits 2119 est équipé d’un cuvelage réalisé dans un tronc de chêne évidé. Il n’a pas été possible, en revanche, d’identifier le type de cuvelage qui équipait les puits 1169, 1316, 1395, 1513, 1534 et 2561 (fig. 150). Le positionnement de la coupe lors de la fouille des puits est la principale raison de cette absence d’observation du cuvelage. En effet, l’emplacement de ce dernier au sein de la fosse de creusement du puits n’est pas toujours central. Les dalles en grès et en calcaire présentes dans le comblement du puits 1395 peuvent éventuellement entrer dans la réalisation du cuvelage.

160Les comblements sont conformes à ce qui a été observé dans les précédents puits. Il convient néanmoins de noter qu’une couche de coquilles d’escargots (10013) d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur se trouvait dans le remplissage du puits 1001. Aucun de ces puits ne contenait d’anneau en brindilles tressées.

5.3.2. Les fosses et petites tranchées

161Six cent soixante-quatorze fosses non datées ont été comptabilisées. Deux cent trente-trois ont été fouillées contre 441 qui ne l’ont pas été. Ce sont les structures des ensembles E2 et E3 qui ont été les moins étudiées. Ces fosses sont présentes sur l’ensemble de l’emprise selon une densité variable. En limite sud-ouest de fouille se développe du sud-ouest au nord-est une petite tranchée (TRA 1004), dont la profondeur conservée n’excède pas 10 cm. Sa fonction reste indéterminée (fig. 151).

162L’ensemble 5 se caractérise, pour les périodes HMA 2 et HMA 3 (B4 et C4), par une présence abondante de fosses. Quelques structures non datées localisées dans cet ensemble se distinguent par leur morphologie ou leur comblement. Les fosses 1063, 1193, 1114 et 1797 (fig. 151), dont les longueurs sont comprises entre 1,80 et 3,44 m pour une largeur comprise entre 0,16 et 0,50 m et une profondeur maximale de 0,34 m, sont comparables par leurs plans et leurs dimensions à la fosse 1043, localisée plus au sud. Leurs orientations sont comprises entre 228° N et 288° N (N = 0/360°). Les profils connus sont en V. En revanche, les faibles profondeurs conservées (deux seulement ont été fouillées), ne permettent cependant pas de les assimiler aux « fentes néolithiques48 ». Ces dernières sont généralement décrites comme des « structures profondes, oblongues et étroites présentant un profil en V » (Lefranc, 2007, p. 14).

163Les quatre autres fosses49 de plan oblong (TRA 1130, FOS 1822, 1887, 3226), généralement plus larges (entre 0,40 et 0,80 m, à l’exception de TRA 1130 qui mesure 0,28 m de largeur), évoquent plus des petites rigoles ou des restes de fossés totalement arasés (fig. 151). Les fosses 1063, 3226 et la tranchée 1004 sont orientées SO-NE et suivent donc la même orientation que le fossé 1466 du HMA 2. La superposition de ces structures avec le plan cadastral du début xxe permet d’exclure l’hypothèse de restes parcellaires récents, dans la mesure où les lanières sont orientées NNO-SSE. Un lien avec un parcellaire antérieur orienté OSO-ENE est envisageable, en raison de la double orientation des parcelles dans ce secteur. L’hypothèse de restes parcellaires fonctionnant durant le premier Moyen Âge est néanmoins peu probable, au regard des orientations légèrement différentes de celles des cabanes.

164La fosse 1822 est orientée nord-sud tandis que la fosse 1887 adopte une orientation ouest-est. Un certain nombre de fosses, localisées dans cet ensemble 4, correspondent vraisemblablement à des silos arasés. Pour les autres, l’absence d’éléments caractéristiques ne permet pas de proposer des hypothèses sur leur fonction.

165La densité des fosses est légèrement moindre dans les autres ensembles.

Image 100000000000041D000000EE663051EA43CDA20D.jpg

Fig. 141. Tableau récapitulatif des caractéristiques des puits non datés.

Image 10000000000004200000045CCD1DBA870268E649.jpg

Fig. 142. Plans et coupes des puits non datés. DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000001FF000001A834D51248C8AB6D19.jpg

Fig. 143. Vue de la coupe sud-nord du puits 1001. © É. Peytremann.

Image 100000000000020F0000029877B18B191BB17141.jpg

Fig. 144. Reconstitution schématique du caisson rectangulaire du puits 1001. DAO : W. Tegel.

Image 10000000000003210000021E67E75568554D329D.jpg

Fig. 145. Puits 1001. Vue des poutres en aulne du caisson externe avec encoches pour la construction en blockbau. © W. Tegel.

Image 100000000000030400000454C7C495FDE9AF63F6.jpg

Fig. 146. Puits 1001. Vue des poutres en chêne du caisson interne. © W. Tegel.

Image 100000000000037600000484AD5ECE72C679B9FD.jpg

Fig. 147. Puits 1001. Planches B5 et B7 avec traces de travail. © W. Tegel.

Image 10000000000002C2000001C4F90123074B6DC56C.jpg

Fig. 148. Caractéristiques dendrochronologiques du cuvelage du puits 1001.

Image 10000000000001FD0000016CEE73A7A701061695.jpg

Fig. 149. Vue du double cuvelage du puits 1001 et de l’anse prise entre les deux caissons (à droite). © F. Schneikert.

Image 10000000000001FB0000016E34A195AC105E983C.jpg

Fig. 150. Vue de la coupe ouest-est du puits 1534. © É. Peytremann.

Image 10000000000003A400000104B7664B45E29FD70B.jpg

Fig. 151. Plans et coupes des fosses non datées. DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000001D4000001E674044B1B155459CC.jpg

Fig. 152. Plan et coupe de la fosse 2585 non datée. DAO : P. Girard et É. Peytremann.

166Dans l’ensemble 1, les fosses 2248, 2145, 2585 2329 (fig. 152) se distinguent par des dimensions importantes. Leurs superficies varient de 6,72 m2 minimum à 8 m2. Il est probable qu’il s’agisse de cabanes excavées. Dans cette hypothèse, les fosses 2145 et 2585, qui se recoupent, correspondent peut-être à des cabanes sans poteau. Il convient de noter qu’un certain nombre de fosses sont localisées en zone inondable, à l’est de la limite sud-est de l’ensemble 1 (fig. 137). Elles n’ont pas été fouillées.

167Dans l’ensemble 2, une rigole (TRA 1807) longue de 2,80 m et large de 0,20 m se développe selon un axe NO-SE. Elle n’a pas été fouillée. C’est dans cet ensemble que prend place la fosse ovale 2513 interprétée comme une possible fosse sépulcrale vide (fig. 153).

168Dans l’ensemble 3, deux fosses se distinguent par des dimensions plus importantes. Il s’agit de la fosse 1787, de plan quadrangulaire (3,60 sur 3,40 m), et de la fosse 3164, également de plan rectangulaire (2,80 sur 2,40 m), d’une superficie de 6,7 m2. Il s’agit peut-être d’une cabane excavée, perturbée par l’installation du silo 3163 et de la fosse 3022. Elles n’ont pas été fouillées. Le regroupement des fosses 1522, 1525, 1526, 1527, 1528, 1529 et 1530, toujours dans l’ensemble E 3 (fig. 138), et l’aspect similaire de leur plan évoquent une petite batterie de silos. Malheureusement l’absence de fouille ne permet pas de vérifier cette hypothèse.

169En l’absence d’éléments de datation, il n’est pas possible de savoir si la fosse 1684 (E 4), conservée sur une vingtaine de centimètres de profondeur, fonctionnait avec le bâtiment 02 dans l’emprise duquel elle se trouve (fig. 137). La même question se pose pour la fosse 2250, non fouillée, située dans l’emprise du bâtiment 08 (E 1).

Image 10000000000001B800000113C14C1F1C612F39DF.jpg

Fig. 153. Plan et coupe de la fosse 2513 non datée. DAO : P. Girard et É. Peytremann.

5.3.3. Les fossés et les clôtures

170Deux fossés n’ont livré aucun élément de datation. Le fossé 1469, localisé dans l’ensemble E 3 (fig. 137), a été reconnu sur une dizaine de mètres. Orienté OSO-ENE, il mesure environ 0,90 m de largeur et 0,20 m de profondeur. Le fond est horizontal et les parois sont évasées (fig. 154). Le fossé 1469 s’avère parallèle à l’extrémité orientale du fossé 1446 (HMA 2), dont il est distant d’environ 2 m. Il se situe par ailleurs plus ou moins dans l’axe du fossé 3021, attribué à la période HMA 3. Le fossé 1914, de dimension moindre, n’a été reconnu que sur une longueur de 2,50 m dans l’ensemble E 5 (fig. 138). Il est orienté SO-NE. À l’est, il est recoupé par les fosses 1238 et 1913 de la période HMA 2. Il possède une largeur de 0,40 m pour une profondeur de 0,30 m. Le fond est concave. À quelques degrés près, les orientations de ces deux restes de fossés sont identiques à celles des fosses oblongues et des tranchées précédemment abordées.

171Parmi les nombreux trous de poteau non datés, un certain nombre forme des alignements perceptibles sur une dizaine de mètres.

Image 1000000000000148000000A7B8375EFDC147B1E0.jpg

Fig. 154. Coupe du fossé 1469 non daté. DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 100000000000041E0000026F2AD9E5168513DBA0.jpg

Fig. 155. Tableau récapitulatif des caractéristiques des silos non datés.

172L’alignement AL 13, localisé dans l’ensemble E 54, comprend cinq trous de poteau50 (fig. 138). La distance entre les trous de poteau varie entre 1,50 et 2,50 m. Cet alignement, orienté NNO-SSE, a été reconnu sur 10 m. Il est quasiment parallèle à l’alignement formé par les silos 1406, 1407, 1408, 1411 et 1353. L’hypothèse d’une clôture délimitant deux espaces à fonctions différentes peut être envisagée. En effet, si l’on intègre ces structures non datées au plan de la période HMA 2, il apparaît que l’AL 13 peut délimiter à l’ouest un groupe de cabanes excavées et à l’est, les silos.

173L’alignement AL 14 se trouve également dans l’emplacement E 5 (fig. 138). Éloigné d’environ 8 m de l’alignement précédent, il présente une orientation nord-sud, différente de AL 13. Reconnu sur 14 m, il est constitué de neuf trous de poteau51. La distance entre les trous de poteau varie de 0,40 à 4 m. Si l’hypothèse d’une clôture peut être avancée, en revanche les espaces qu’elle distingue ne sont pas identifiables. L’orientation nord-sud, quasiment inexistante sur le site, fragilise néanmoins cette hypothèse de clôture.

174Le dernier alignement possible, AL 17, se trouve dans l’ensemble 1 et plus particulièrement dans la plaine d’inondation de l’Ill (fig. 137). Observé sur une longueur de 21 m, il comprend huit trous de poteau ou fosses (TPO 2364, FOS 2423, 2420, TPO 2460, FOS 2461, TPO 2467, FOS 2468 et TPO 2470), dont les espacements sont extrêmement variables. L’absence d’étude et de relevé, du fait des inondations et des recouvrements de colluvions, ne permet pas d’interpréter cet ensemble.

5.4. Les structures de stockage

5.4.1. Les silos

175Vingt-cinq silos ont été recensés (fig. 155). Leurs caractéristiques morphologiques, les comblements et les niveaux d’arasement sont sensiblement identiques à ceux des silos altomédiévaux (fig. 156). Les plans sont en effet majoritairement ovales et les profondeurs conservées oscillent entre 0,22 et 0,82 m. La capacité de stockage du silo 1179, particulièrement bien conservé, peut être estimée à environ 2 m3, ce qui est comparable à celle calculée pour la période HMA 2.

5.4.2. Les greniers

176Aucune structure n’a clairement été identifiée comme grenier en raison des conditions de fouille (cf. 5.2.1). L’hypothèse a néanmoins été avancée pour les constructions de surface BT 01 et 02.

Image 100000000000041B0000039187B3D74032713628.jpg

Fig. 156. Plans et coupes des silos non datés. DAO : P. Girard et É Peytremann.

177L’étude topographique et morphologique des structures non datées permet d’avancer l’hypothèse selon laquelle la majorité de ces vestiges appartiennent au premier Moyen Âge, c’est-à-dire 82 %, si l’on respecte la même répartition proportionnelle établie pour l’ensemble des structures datées52. En revanche, l’absence de phasage de ces structures ne permet pas de confirmer le schéma de développement du site qui se dessine à partir des structures datées, ni de cerner avec précision la période d’activité maximale.

6. MATÉRIAUX ET ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

178Les matériaux de construction identifiés sur le site sont de plusieurs ordres. Ils comprennent le bois, qui apparaît le plus souvent en négatif mais aussi à travers les éléments découverts dans les puits, la terre qui est employée dans la confection de torchis et d’adobe, la pierre et le métal.

6.1. Le bois (É.P., W.T.)

179Utilisé dans la confection des poteaux servant d’armature aux différentes constructions, le bois est également employé dans la confection du clayonnage pour les parois et, comme cela a été vu précédemment, on le retrouve dans la réalisation des cuvelages des puits, sous la forme de troncs d’arbres évidés ou de planches. Plusieurs essences entrant dans la construction ont été reconnues. Le chêne est majoritairement employé pour les cuvelages, mais on le retrouve également dans la confection de planches. En effet, les planches 1 et 2, issues du puits 1303, ont été fendues selon un axe radial puis appointées. Les séries de cernes très similaires démontrent que les deux planches ont été fabriquées dans le même tronc daté de 917 ± 10 AD. Il y a de fortes probabilités pour que les poteaux aient également été façonnés à partir de chênes. L’aulne a également été utilisé dans la confection d’un cuvelage quadrangulaire. Le noisetier (cf. IV. 3.4.2.) devait probablement entrer dans la confection du clayonnage. Les diamètres des empreintes de rameaux relevées sur des fragments de torchis indiquent des dimensions comprises entre 8 et 2 mm.

Image 10000000000003B300000240553BD46578050EC8.jpg

Fig. 157. Vue des planches issues des puits 1172 et 2259 et comportant des perforations, dont une est rebouchée à l’aide d’une cheville (1172-B6). © W. Tegel.

180Le bois, tout comme la pierre, est un matériau qui se recycle. Quelques exemples de recyclage sont avérés sur le site de Sermersheim avec le remploi de planches pour la construction de cuvelages. C’est notamment le cas pour les puits 1172 et 2259 (fig. 157). La planche issue du puits 1172 possède quatre perforations, dont l’une a été obstruée par une cheville en bois. Il n’a pas été possible de déterminer son usage premier. Les quatre perforations et les nombreuses traces de découpes observables sur la planche provenant du puits 2259 permettent de formuler l’hypothèse d’un bois utilisé comme plan de travail.

6.2. La terre (É.P.)

181De nombreux fragments de torchis ont été découverts sur le site. Ils portent généralement des traces de rubéfaction (fig. 158). L’observation visuelle de quelques éléments prélevés a permis de relever, outre les empreintes de clayonnage, des empreintes de végétaux et des graviers dans leur composition et des traces de lissage sur des faces externes. L’épaisseur du torchis varie entre 6 et 10 mm. Les fragments les plus épais proviennent peut-être d’un poêle. Ils ont en effet été découverts dans le comblement supérieur d’un puits, associés à des gobelets de poêle (fig. 159). Certains éléments présentent des moulures semi-cylindriques en relief, correspondant probablement aux ultimes restes d’un éventuel décor interne de bâtiments (fig. 160) qui n’a pas été retrouvé à la fouille.

182À deux reprises, des fragments de briques d’adobe ayant subi le feu ont été trouvés dans le comblement de structures attribuées à la période HMA 3 ou à la période HMA (FOY 3262 et FOS 3096). Aucune brique n’était suffisamment bien conservée pour déterminer ses dimensions. Le fragment prélevé dans la fosse 3096 possède une épaisseur minimale de 5 cm pour une largeur minimale de 11 cm et une longueur conservée de 10 cm (fig. 161).

183Ce n’est pas la première fois qu’en Alsace, et plus particulièrement dans le Bas-Rhin, des restes de briques crues ayant généralement subi l’action du feu sont mis au jour sur des sites ruraux du premier Moyen Âge. L’exemple le plus ancien est celui de la cabane 302 de Geispolsheim attribuée aux ive-ve siècles (Billoin, 2005, p. 46-49). Des briques crues en position secondaire ont également été identifiées sur les sites de Marlenheim « La Peupleraie 2 » (Châtelet, 2002c, st 122), de Hochfelden (Châtelet, 2000b, p. 24), de Marlenheim « Hofstatt » (Châtelet, 2009, p. 109), de Roeschwoog (Koziol, 2012, p. 84) et de Pfulgriesheim (Peytremann, 2013, p. 101-103). Les fragments de brique d’adobe observés sur ce site mesurent 12 à 30 cm de longueur sur 6 à 14 cm de largeur conservée et 3 à 5 cm d’épaisseur (ibidem, p. 101) (fig. 162). Sur le site d’Osthouse, c’est un muret en briques crues qui a été observé au sein d’une cabane (Peytremann, 2005, p. 39).

Image 10000000000001D6000001D989402B07D02F6DA0.jpg

Fig. 158. Vue d’un fragment de torchis brûlé comportant des négatifs de clayonnage (30671.02). © É. Peytremann.

Image 10000000000001D80000016FD25970DA50829185.jpg

Fig. 159. Vue d’un fragment épais de torchis brûlé comportant des négatifs de clayonnage (22881.06). © É. Peytremann.

Image 100000000000015C00000235D0E4692895781127.jpg

Fig. 160. Vue d’un fragment de torchis brûlé comportant une moulure (19301.08). © É. Peytremann.

Image 100000000000015B00000145FBF0FCEB13F491C7.jpg

Fig. 161. Vue d’un fragment de brique d’adobe brûlé (30961.03). © É. Peytremann.

Image 100000000000034C000000F55A8BC5BAB225B5C9.jpg

Fig. 162. Tableau récapitulatif des caractéristiques des briques crues découvertes en contexte d’habitat rural en Alsace.

184La terre cuite est également attestée, en petite quantité, généralement sous la forme de fragments de tuiles ou de briques, probablement antiques, en position secondaire, dans le comblement des structures ou en remploi comme assise pour le cuvelage du puits 1079.

6.3. La pierre (É.P.)

185Quoique faiblement présente dans la zone de fouille, la pierre n’en est pas moins utilisée dans la construction. Elle se trouve régulièrement employée dans la confection des puits, notamment pour le calage des troncs d’arbres faisant office de cuvelage (PUI 1546, 1926, 1795, 1843, 1654, etc.), quelle que soit la période de construction. Il s’agit majoritairement de grès rose des Vosges. Dans un cas (PUI 2091), la pierre constitue probablement le matériau principal du cuvelage. L’hypothèse est avancée également pour le cuvelage du puits non daté 1395. Dans ce cas, il ne s’agit pas de moellons mais de dalles de grès et de calcaire.

186Deux cabanes (FDC 1190 et 2476) attestent l’usage de pierre pour le calage d’un de leurs poteaux. L’un est en grès, l’autre en granite. La concentration de moellons de grès brûlés dans le comblement supérieur du silo 2429 permet d’envisager une structure (de combustion ?) construite en partie en pierre. Enfin, l’aménagement de la sépulture 3154 a nécessité l’emploi de trois moellons de grès rose qui ont été disposés à l’extrémité orientale de la fosse sépulcrale. Par ailleurs, le comblement d’une vingtaine de structures a livré des moellons de grès.

6.4. Le fer (É.P.)

187Parmi les éléments de construction, les clous peuvent être mentionnés, même si leur usage reste vraisemblablement limité à la confection de petits éléments comme les portes ou les volets. Dans l’emprise de la fouille, c’est une douzaine de clous qui a été mise au jour. Ils sont principalement attribués aux périodes HMA 2 et HMA 3. Les éléments d’huisserie sont totalement absents. Tout comme le bois ou la pierre, les éléments métalliques ont fait sur le site l’objet d’un recyclage qui peut expliquer partiellement la faible quantité découverte (cf. infra).

Catalogue

Clou à tête circulaire

188Description : clou, tordu, de section rectangulaire.
Dimensions : L. : 56,6 mm, ép. : 6,3 mm, masse : 10,4 g.
Contexte et datation : fosse, deuxième tiers viie-début du viiie siècle.
[Inv. 10971.04]53

Clou

189Description : tige métallique de section rectangulaire, tordue.
Dimensions : L. : 107,9 mm, ép. : 5,9 mm, masse : 11,1 g.
Contexte et datation : fosse, fin du viie-début du xe siècle.
[Inv. 11811.07]

Clou

190Description : tige métallique de section rectangulaire, tordue.
Dimensions : L. : 82,6 mm, ép. : 3,5 mm, masse : 6,8 g.
Contexte et datation : fosse, ixe-xe siècle.
[Inv. 125111.03]

Clou à tête circulaire

191Description : clou tordu.
Dimensions : L. : 45,8 mm, ép. : 6,64 mm, masse : 6,7 g.
Contexte et datation : fossé, fin du viie-xe siècle.
[Inv. 14461.04]

Clou ?

192Description : tige métallique de section rectangulaire.
Dimensions : L. : 58,6 mm, ép. : 6,32 mm, masse : 7,8 g.
Contexte et datation : fossé, fin du viie-xe siècle.
[Inv. 14461.04]

Clou à tête circulaire

193Description : tige métallique de section rectangulaire, tordue.
Dimensions : L. : 39,8 mm, ép. : 4,7 mm, masse : 4,5 g.
Contexte et datation : cabane excavée, fin du viie-début du viiie siècle.
[Inv. 15191.07]

Clou à tête circulaire

194Description : tige métallique de section rectangulaire, tordue.
Dimensions : L. : 56,25 mm, ép. : 3,32 mm, masse : 13,9 g.
Contexte et datation : bâtiment excavé, fin du viiie-xiie siècle.
[Inv. 17331.04]

Clou

195Description : tige métallique de section rectangulaire.
Dimensions : L. : 47,9 mm, ép. : 6,23 mm, masse : 6,5 g.
Contexte et datation : fosse, vie-xe siècle.
[Inv. 18151.01]

Clou

196Description : tige métallique de section rectangulaire.
Dimensions : L. : 42 mm, ép. : 4,8 mm, masse : 3,4 g.
Contexte et datation : cabane excavée, troisième tiers du viie siècle.
[Inv. 218411.07]

Deux clous

197Description : tiges métalliques de section rectangulaire.
Dimensions : L. : 4,4 et 4 mm, ép. : 3,2 et 4,9 mm, masse des deux clous : 10,9 g.
Contexte et datation : puits, xe-xiie siècle.
[Inv. 22881.047]

Clou

198Description : tige métallique de section rectangulaire, tordue.
Dimensions : L. : 56,4 mm, ép. : 8,9 mm, masse : 13,7 g.
Contexte et datation : silo, xe-xiie siècle.
[Inv. 313011.02]

7. ESSAI SUR LE DÉVELOPPEMENT TOPOGRAPHIQUE DU SITE DU VIe AU XIIe SIÈCLE (É. P.)

199Au terme de l’étude des vestiges, il est possible d’esquisser les grands traits du développement topographique du bâti dans l’emprise fouillée.

Le site au HMA 1 (vie-début du viiie siècle)

200Les éléments chronologiques à disposition, principalement le mobilier céramique, ne permettent pas de situer avec précision le début de cette occupation dans le vie siècle. Les vestiges sont répartis en cinq ensembles, de manière lâche et sur la totalité de l’emprise fouillée (fig. 163). Ces différents ensembles comprennent des fosses, des silos, des cabanes excavées et des puits à eau. Ils ne se développent pas à l’est dans la plaine d’inondation de l’Ill ni à l’ouest au-delà du fossé 1785, si l’on extrapole les observations réalisées à la hauteur des ensembles A1 et A2. S’il est délicat de restituer les cheminements dans la surface étudiée, il apparaît des espaces vides, notamment un, le long du fossé 1785. C’est l’ensemble A5 localisé dans la partie méridionale de l’emprise fouillée qui apparaît le plus densément occupé à cette période.

Le site au HMA 2 (fin viie-fin xe siècle)

201Cette deuxième étape de l’occupation du haut Moyen Âge fait suite à la première sans interruption. L’occupation de la période HMA 2 couvre l’ensemble de l’emprise de fouille, à l’exception toutefois de l’extrémité méridionale qui ne comporte qu’une structure isolée (FOS 1003) (fig. 163). Les vestiges sont répartis selon quatre ensembles, dont les limites diffèrent partiellement de ceux de la période antérieure. Aux fosses, cabanes excavées, silos et puits de la période HMA 1 s’ajoutent une construction sur poteaux et une possible clôture. C’est à partir de la fin du viie siècle que la coutume d’inhumer à la périphérie immédiate du secteur bâti se met en place. Trois cas de figure ont été recensés. Le premier consiste à creuser des sépultures isolées ou par deux en limite de la plaine d’inondation de la rivière (SEP 2156, FOS 2421, 2513, FDC 1229, SEP 1119 et 3278). Dans le second cas, les sépultures sont disposées en rangées plus ou moins régulières, au sein de deux groupes funéraires, GF 12 et 13. Ce choix concerne soixante-douze sépultures, soit quarante-quatre pour GF 12 et vingt-huit pour GF 13. Le dernier cas de figure compte deux sépultures dispersées (SEP 2518 et 2596) ou des sépultures qui se trouvent entre les deux groupes funéraires (SEP 2488, 2489, 3188 et 3279). Elles confirment ainsi l’aspect réservé de cette bande de terrain. En revanche, d’après les datations par radiocarbone, il ne paraît pas y avoir de gestion très rigoureuse de cet espace. La sépulture 2488 (648-672 AD)54, relativement précoce, se trouve en effet entre les deux groupes (cf. infra III. 2.3) Cette coutume d’inhumer à proximité de constructions, en dehors du cimetière, cesse à Sermersheim au plus tôt dans le courant du ixe siècle, au plus tard au milieu du xe siècle.

202L’occupation de la période HMA 2 montre une densification du bâti dont la datation exacte reste délicate. L’étude des datations dendrochronologiques des puits permet de formuler l’hypothèse d’un début de densification dans le courant du ixe siècle et d’une densification maximale au xe siècle.

Le site au HMA 3 (xe-xiie siècle)

203Cette période correspond non seulement à la dernière occupation datée du haut Moyen Âge, mais également à la fin d’une occupation bâtie et structurée de l’emprise fouillée. Elle fait suite sans interruption à la période HMA 2. En revanche, les datations à partir du mobilier céramique sont trop imprécises pour dater plus exactement la fin de cette occupation. La construction du puits le plus récent date du milieu du xie siècle. Le seul indice d’une éventuelle occupation du secteur jusqu’à la fin du xiie siècle consiste en la découverte, dans le comblement d’un silo, d’un denier d’argent frappé à Strasbourg entre 1170 et 1190. Comme pour la période antérieure, quatre ensembles aux limites quasiment inchangées se distinguent, en fonction de la répartition des structures (fig. 163). La nature des vestiges ne change pas, à l’exception des sépultures qui ont totalement disparu, cédant la place à un puits et à quelques fosses et silos.

Image 100000000000041E00000380BDB6AF76B206E2EC.jpg

Fig. 163. Développement topographique de l’occupation altomédiévale à partir des plans de localisation des structures datées. DAO : P. Girard, É. Peytremann.

204L’occupation de la période HMA 3 montre une raréfaction et une dispersion des structures dans l’emprise de la fouille. Une légère rétraction de l’espace bâti est perceptible dans le sud de l’espace étudié.

205L’étude topographique montre donc le développement d’un secteur, probablement spécialisé, avec une période d’activité maximale qui se situe aux environs des ixe-xe siècles et une disparition des constructions, au plus tard à la fin du xiie siècle.

Notes de bas de page

1 Selon la définition proposée, « l’unité d’exploitation agricole (…) correspond au groupement des bâtiments et des structures d’équipement nécessaires à l’habitation de l’exploitant et au fonctionnement de l’exploitation (…) » (Peytremann, 2006a, p. 483).

2 Dans ce cas, le tracé proposé prend également en compte la présence des structures non datées.

3 Il s’agit des sites de Nordheim (Bas-Rhin), Munwiller (Haut-Rhin), Ruelisheim (Haut-Rhin), Ensisheim (Haut-Rhin) et Crastatt (Bas-Rhin).

4 Les troncs des puits 1546, 1843 et 1926.

5 L’article d’Élise Marlière sur le tonneau en Gaule romaine montre parfaitement que la majorité des tonneaux romains est connue grâce à leur remploi comme cuvelage de puits (Marlière, 2001, p. 193) ; parmi les découvertes récentes, les puits découverts sur le site de Troyes (Aube), place de la Libération, peuvent être cités (Roms, Kuchler, 2006 ; Kuchler, 2007, p. 76).

6 Cette hypothèse n’est guère convaincante étant donné le très faible nombre de récipients céramiques découverts dans le fond des puits.

7 Informations de Pierre Mille, que nous remercions.

8 Mission ethnoarchéologique en Roumanie, Pierre Mille 1922-1995.

9 Information d’Anne Dietrich que nous remercions.

10 Le silo correspond à « une excavation dont la largeur maximale est égale à la profondeur, ce maximum se situant à l’origine au fond, ou presque » (Villes, 1981, p. 197).

11 Les sépultures sont étudiées dans la partie III, « Deux groupes funéraires et quelques sépultures dispersées et isolées ».

12 Les fourchettes des datations 14C débutent au plus tôt en 635 (SEP 2376) et au plus tard en 692 (SEP 1590). Au vu des courbes et pour faciliter par la suite l’étude anthropologique, il a été décidé d’intégrer l’ensemble des sépultures au HMA 2, en l’absence d’autre éléments qui auraient permis d’affiner la datation.

13 La cabane 1999, datée de la fin viie-début du viiie siècle et attribuée à la phase antérieure, appartient peut-être aussi à ce lotissement.

14 Ce chiffre ne prend pas en compte les six structures interprétées comme de possibles cabanes excavées.

15 Il s’agit des FDC 1364 et 3015.

16 Les FDC 1359, 1360, 1361, 1364 et les FDC 1396 et 1397, qui sont perpendiculaires à l’alignement précédent.

17 Un quatrième creusement, probablement détruit lors de la construction du puits 1395, peut être restitué dans l’angle sud-est de la cabane 1396.

18 Il s’agit de cabanes des sites de Munwiller (ST 386), de Nordhouse (ST 167) et de Marlenheim ‘Apprederis’ (ST 344) où elles sont respectivement datées de la période ixe-xie siècle et du xe siècle (Châtelet, 1999, p. 16 et fig. 7 ; Châtelet, 2006a, p. 155 et Châtelet, 2006b, p. 15).

19 Notamment sur les sites de Matzenheim (Bas-Rhin ; Toullec, 2008, p. 43-44), Nordheim (Bas-Rhin ; Koziol, 2011, p. 100), Sierentz Zac Hœll (Haut-Rhin ; Roth-Zehner, 2007, p. 217) et Pfulgrieseheim (Bas-Rhin ; Peytremann, 2013, p. 55-56 et 75-76).

20 Il s’agit des FOS 1598, 1983, 2086, 2088, 2186 et 2214.

21 FDC 1135, 1153, 1359, 1396, 1790, 2432, 2502, 3076 et 3098.

22 TPO 1347, 1965, 1936, 1289, 1282, 1286, 1287, 1269 et 1266. Le dixième poteau, sans numéro, n'a pas été fouillé.

23 Notamment à Serris (Seine-et-Marne, BT 63 ; Gentili, 2009a, p. 106), Servon (Seine-et-Marne ; Gentili, 1993, fig. 99) et Châtenay-sur-Seine ‘Le Merdat’ (Séguier, 1995).

24 Notamment à Chavigny-Bailleul ‘La Mutrelle’ dans l’Eure (Carré, 2011, p. 55).

25 Dans une moindre mesure, le bâtiment 6 (Châtelet, 2006a, p. 9-10).

26 PUI 1180, 2089, 1620, 2471, 2233 et 2586.

27 PUI 1237, 1987, 1441, 2183, 3205, 1303, 1619, 1689, 2230, 1772 et 1172

28 Cf. Partie II, chap. 6. Matériaux et éléments de construction, infra.

29 La proximité de la limite de l’emprise de fouille ne permet pas toutefois d’être totalement assuré d’une absence de sépultures à l’ouest.

30 L’isotopie désigne « le fait que nombre de limites d’un paysage, naturelles ou anthropiques, se pérennisent au même emplacement, ou avec des déplacements sans réelle portée. » (Chouquer, 2000, p. 147).

31 SIL 2227, 2228, 2229 et 2042.

32 SIL 1771, 2371, 2377, 2429, 2473, 2474, 2475, 2520, 2532, 3089 et 3151.

33 SIL 1222, 1405, 1845, 1930.

34 SIL 1222, 1405, 1601, 2371, 2377, 2472 et 2520.

35 Cette hauteur est déduite des recommandations données dans Le manuel des habitants de la campagne et de la bonne fermière ou traité complet d’économie rurale et domestique (Bayle-Mouillard, 1834, p. 186).

36 La cabane 1493 est plus largement attribuée à la période ixe-xiie siècle.

37 Il s’agit des puits 1173, 1596, 1652, 2202, 2259 et 2288.

38 Silo daté HMA 2.

39 Les vestiges HMA ont systématiquement été intégrés aux plans d’ensemble du HMA 1 (fig. 16 à 19), HMA 2 (fig. 46 à 48 et 50) et HMA 3 (fig. 93 à 95) tout en étant différenciés des structures plus précisément datées.

40 Notamment à Nordhouse avec la ST 355 (Châtelet, 2006a, p. 14-15).

41 Notamment sur les sites de Thionville ‘La Briquerie’, Grosbliederstroff ‘Gungling’, Cattenom en Moselle, Nubécourt dans la Meuse, etc. (Peytremann, 2003, p. 245 à 283 ; Peytremann, 2006b, p. 65 et 67 ; Michel, 2011, p. 60, 70-71, fig. 120 et 147).

42 Cf. Partie II, chap. 6. Matériaux et éléments de construction.

43 Cf. Partie II, § 5.3.2. Les fosses et petites tranchées.

44 Il correspond à l’extrémité méridionale de l’ensemble A5 de la phase HMA 1 et aux ensembles B4/C4 des phases HMA 2 et 3.

45 SIL 174, 1179, 1191et 1905.

46 FOS 1959, 1243, 1242, 1931, 1913, 1238, 1181, 1182 et 1251.

47 Dont SIL 1255, 1263, 1353, 1411, 1407, 1406 et 1398, non datés, et SIL 3151, 3152, 1405, 1978, 3225 et 1966 attribués à la période HMA sans précision.

48 Concernant l’expression « fentes néolithiques », on se reportera à l’article collectif « Les structures de type ‘fente’ dans le Kochersberg (Alsace) : un programme de recherche en cours de développement » (Ertlen et alii, 2013).

49 Ici, les appellations fosse et tranchée sont synonymes. Pour des raisons de traçabilité, la dénomination de tranchée ou TRA est conservée.

50 Du nord au sud : TPO 1449, 1402, 1404, 1403 et 1400.

51 Du nord au sud : TPO 1445, 1443, 1436, 1435, 1434, 1422, 1421, 1804 et 1409.

52 À savoir : 3,6 % des structures datent de la période néolithique, 8,9 % de la Protohistoire ou des périodes néolithique et protohistorique indifférenciées, 3,8 % de la période antique, 81,9 % du premier Moyen Âge et 1,69 % des périodes médiévale, moderne et contemporaine.

53 Le numéro d’inventaire des objets est constitué par le numéro de l’unité stratigraphique de laquelle ils proviennent suivi d’un point et d’un chiffre de 1 à l’infini.

54 GrN-30708, à 95,4 % de probabilités.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.