Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Partie I. Présentation

p. 13-30


Texte intégral

1. CONTEXTES GÉOGRAPHIQUE ET GÉOLOGIQUE

Nous dépassons Hüttenheim, Sermersheim (encore !), admirant les toiles de fond peintes par le bon Dieu, – un crâne artiste tout de même. À gauche, la Forêt-Noire qui nous sollicite ; à droite, dans un lointain plus rapproché, les Vosges qui nous sollicitent davantage.
Alfred Delveau, « Du pont des Arts au pont de Kehl », Le Figaro 27 août 1865, no 1099

1.1. Un site au cœur de la plaine rhénane (N.S., É.P.)

1La plaine rhénane correspond à un fossé d’effondrement entre deux massifs montagneux, les Vosges et la Forêt-Noire. Étirée selon un axe méridien, elle est sillonnée par le fleuve qui lui a donné son nom. La commune de Sermersheim se situe au cœur de cette vallée alluviale, sur une des dernières terrasses abandonnées par le Rhin, plus précisément sur la terrasse d’Erstein, à environ 30 km au sud-ouest de Strasbourg (fig. 1). Le site résulte d’une morphogenèse quaternaire complexe, dominée par les divagations du Rhin. Le fleuve traverse toute la plaine alsacienne de son débouché alpin jusqu’à la limite nord, à Lauterbourg. Sur cet axe sud-nord, long de 150 km, il a déposé une masse considérable d’alluvions dans lesquelles il a abandonné des terrasses, au cours d’un mouvement de retrait progressif de son cours vers l’est du fossé (Vogt, 1992). Des dépôts éoliens limoneux recouvrent partiellement ces terrasses. Du point de vue géologique, le finage de Sermersheim chevauche trois entités aux formations superficielles bien différenciées : à l’ouest, une dépression alluviale marécageuse appelée « le Bruch de l’Andlau » ; au centre, la terrasse de lœss d’Erstein, puis le domaine alluvial ello-rhénan à l’est. Les riches terres agricoles du terroir lœssique sont séparées du lit majeur de l’Ill, affluent du Rhin, par un ressaut topographique, la limite de la basse terrasse inférieure rhénane (fig. 2). L’habitat est circonscrit à la partie médiane, surélevée.

2Les parcelles fouillées au lieu-dit ‘Hintere Buen’ reflètent partiellement cette partition sédimentaire. Elles couvrent une zone d’affleurement lœssique à l’ouest ainsi qu’une partie de la dépression alluviale ello-rhénane, à l’est. La zone concernée par la fouille archéologique, d’une superficie de 17 300 m2, se trouve à 400 m à l’est du centre du village établi sur la rive gauche de l’Ill et matérialisé par une église, dont la construction actuelle date de 1830 (fig. 2 et fig. 3). Le terrain accuse une très légère pente ouest/est de 1,14 %. Avant l’intervention archéologique, les parcelles étaient en culture ou en friche. Le finage de Sermersheim s’étend en arc de cercle du nord-ouest au sud-est, profitant des richesses d’un terroir varié. Cependant, le choix de cette implantation a sans doute également été conditionné par la proximité de l’Ill et par l’axe de circulation fluvial qu’il a constitué.

1.2. La navigation sur l’Ill

3Le Rhin, doté d’une pente forte, d’un fort et tumultueux débit avant endiguement, a été longtemps défavorable à la navigation. Ce n’est qu’en aval de Strasbourg que la pente du fleuve et son changement de dynamique offraient des conditions relativement plus sécurisées, propres à une circulation fluviale. Il semblerait que pour compenser cette navigation chaotique, les premiers navigateurs alsaciens aient choisi de circuler sur l’Ill (Dutens, 1829 ; Descombes, 1988). Cette rivière prend sa source dans le Sundgau, puis emprunte un tracé parallèle au fleuve, jusqu’en aval de Strasbourg. Elle longe le piémont et recueille les différents affluents vosgiens. Elle assure une liaison directe entre le sud de l’Alsace, les vallées vosgiennes et la métropole strasbourgeoise ; des vestiges d’un port fluvial antique à Ehl l’attestent. Au Moyen Âge, la navigation débutait au nord de Colmar, à partir du « Ladhof » jusqu’à Strasbourg, grâce à un système de quatorze pertuis situés régulièrement sur son cours, entre Sélestat et Illkirch, l’un d’eux se trouvant à Sermersheim (Dutens, 1829, p. 14-16)1. En 1404, un syndicat fluvial fut créé pour gérer les besoins des différents utilisateurs : meuniers, pêcheurs, bateliers, etc., fixant une largeur garantie du lit navigable ainsi que des aménagements et des entretiens réguliers (Eichenlaub, 1990).

Image 100000000000042100000389F80ACC47DC1AC2BA.jpg

Fig. 1. Carte de localisation de la commune de Sermersheim.

4Le site de Sermersheim a sans doute bénéficié de l’avantage que constitue une rivière navigable comme l’Ill, axe d’échange sécurisé, par rapport au Rhin, entre les deux extrémités du fossé rhénan. La position exondée du village, sur la terrasse de lœss, ajoute un attrait indéniable pour le développement d’un terroir agricole sur des terres fertiles, tout en conservant une extension vers le domaine submersible. Le lieu-dit ‘Hintere Buen’ concentre tous ces atouts : l’extrémité orientale est couverte de lœss, une position sur le domaine alluvial anciennement stabilisée, puis un passage progressif au domaine alluvial holocène de l’Ill, en lisière orientale. La rivière s’écoule environ 200 m au sud-est du site, dans une grande boucle modelée par une rectification et un endiguement important au xixe s. Avant ces aménagements, les eaux de débordement de l’Ill, associées à une remontée des eaux de la nappe phréatique, transformaient régulièrement le champ d’inondation de la rivière en un vaste lac, dans ce secteur du centre de l’Alsace.

Image 10000000000003A800000438E95BB90C6658E108.jpg

Fig. 2. Croquis géologique de la plaine ello-rhénane et localisation de l’emplacement de la fouille (d’après les cartes géologiques 1/50 000e Sélestat, Benfeld ; DAO : N. Schneider).

1.3. Étude géomorphologique (N.S.)

1.3.1. Description du site

5La parcelle fouillée suit une pente d’ouest en est, de la cote maximale 161,5 à 160,5 m NGF. Ces nuances se calquent sur des variations du toit des graviers, substrat alluvial-rhénan.

Image 10000000000003E1000003DF960B6D0B71E6BE89.jpg

Fig. 3. Vue aérienne du village de Sermersheim et localisation de l’emplacement de la fouille (éch : 1/134250 ; cliché : © CIGAL 2006).

6Les lœss : les trois quarts ouest du site correspondent à des affleurements de limon fin calcaire, d’origine éolienne. Cette couche de lœss est peu épaisse (inférieure à 2 m). Elle présente quelques nuances liées à la topographie du substrat graveleux de la parcelle :

  • l’épaisseur maximale des lœss - 1,9 m - se trouve au sud, dans une sorte de concavité dessinée à la surface des graviers, à la cote 158,5 m NGF ;

  • dans la partie médiane du site, les graviers forment un dôme, culminant à la cote 160 m, les lœss ont ici une épaisseur réduite à 1 m ;

  • à l’extrémité nord, les graviers chutent à la cote 159, formant un niveau plan, sur lequel se trouve 1 m de lœss.

7Les alluvions argilo-limoneuses : elles se situent en contrebas de la terrasse. La lisière orientale de la parcelle est constituée pas des alluvions fines de limon argilo-sableux, localement organiques. Elles comblent une dépression dans les graviers, à la cote 157,5 m NGF.

1.3.2. Texture des dépôts

8Les lœss : les lœss sont des formations superficielles héritées de climats arides péri-glaciaires et de processus éoliens. Ils coiffent d’une pellicule superficielle discontinue les anciennes terrasses rhénanes. Après leur mise en place, ces lœss ont évolué par pédogenèse (brassage par des micro-organismes, lessivage par les pluies, etc.). Des rajeunissements fréquents, dans cette portion en lisière de la terrasse, ont facilité un travail d’érosion. Il en résulte des profils de type A (C) : un horizon organique de surface légèrement décarbonaté reposant directement sur le lœss du substrat (carbonaté) ; ce sont des sols jeunes, peu évolués, avec un fort brassage des niveaux supérieurs (par les labours). L’absence de profil de sol plus complet suppose des lacunes liées à l’érosion.

Image 100000000000041C0000048C443039D0D3494996.jpg

Fig. 4. Croquis géomorphologiques des sondages profonds 1 et 2 de la zone 1, N. Schneider.

9Les dépôts fins limono-argileux de la plaine d’inondation de l’Ill (fig. 4) : en contrebas de la terrasse, s’étalent des formations alluviales organiques. Elles définissent le lit majeur des inondations ordinaires de l’Ill. Elles sont recouvertes par des colluvions lœssiques.

Image 100000000000042200000502FDE9E84F4AABFB4D.jpg

Fig. 5. Coupes shématiques transversales du site, N. Schneider.

10De la base au sommet, les dépôts offrent des nuances (fig. 4) :

  • des sables argileux gris-bleu, gley, avec de nombreuses traces d’hydromorphie, non carbonatés, épais de 90 cm. Le sédiment présente une structure massive, dans laquelle se dessine un micro-litage, US 1A. Ces alluvions fines, très plastiques, constituent un premier niveau de remplissage par décantation dans la plaine d’inondation. Le caractère non carbonaté des sédiments suggère une origine vosgienne. Le sommet de la couche se distingue par une augmentation progressive de la teneur en argile, accompagnée d’un accroissement de la matière organique. C’est dans le niveau médian, US 1B, que gisent des éléments archéologiques, datés du Néolithique. Au sommet, l’US 4, de couleur gris6bleu, devient plus nettement argileuse.

  • le sommet de ces accumulations (US 5 et 6), épais d’environ 60 cm, correspond à des limons argileux bruns, carbonatés. Ces limons présentent une structure compacte et une organisation interne en agrégats polyédriques. Ils incluent des fragments d’os, de bois, de coquilles. La texture de ces derniers dépôts présente une similitude avec celle des lœss de la terrasse : il s’agit de lœss remaniés.

11Ces variations sont minimes du sud au nord du terrain ; la coupe représentée fig. 5, aborde les mêmes séries sédimentaires.

1.3.3. Schéma d’interprétation d’évolution du site (fig. 5)

12Les graviers, à la base de toutes les stratigraphies relevées sur le site, correspondent à un ultime épisode de dynamique fluviale glaciaire à périglaciaire sur le site. Le Rhin a balayé largement le secteur, abandonnant des bancs sablo graveleux au gré de ses divagations. L’incision du fleuve, dans sa plaine en rive droite, a libéré et individualisé les terrasses. Elles constituent des promontoires naturels offrant, dans un environnement steppique, un obstacle aux vents violents qui sont contraints de déposer les lœss. Sur ces limons carbonatés se sont développés des sols bruns, fertiles, attrayants pour la mise en culture, sols aujourd’hui en partie érodés, mais aux richesses agronomiques indéniables.

13Cette terrasse fertile borde un domaine tout aussi attractif : le ried ello-rhénan. Il s’agit d’une zone humide couverte par des forêts alluviales. Ce domaine enrichit le terroir d’un potentiel de ressources supplémentaires : chasse, pêche, exploitation forestière, etc. La lisière orientale du site coïncide avec la limite entre la terrasse lœssique et le lit majeur ordinaire de l’Ill, et sans doute parfois du Rhin avant sa régularisation.

14Le comblement du lit correspond à des alluvions non carbonatées, d’origine vosgienne, apportées par des eaux de crues chargées de matériaux en suspension, qui se déposent lorsque l’eau est stagnante, dans le lit majeur de la rivière, en périphérie du chenal actif. Ce lieu est régulièrement submergé. Au sommet de ces profils, des limons lœssiques issus de colluvionnement ou de pratiques agricoles intensives recouvrent les alluvions et se mélangent à elles ; ils sont reconnaissables par leur texture, proche des lœss, et par une forte teneur en carbonate de calcium.

15Les seuls éléments datant de cette accumulation, présents dans les alluvions fines US 1B, sont des tessons attribuables au Néolithique. La présence de ces éléments grossiers dans des dépôts issus d’eaux stagnantes, sans grande capacité de transport, suggère une mise en place par rejet anthropique, ce rejet n’étant pas forcément contemporain d’une occupation néolithique.

16Les lœss, lorsqu’ils se transforment par pédogenèse, évoluent en un sol brun lessivé, dont les horizons pédologiques sont bien repérables. Or, sur le site, les profils observés sont amputés de ces niveaux d’évolution. Les horizons intermédiaires éluviaux (E), puis d’accumulations (Bt), reconnus traditionnellement dans les lœss, n’existent pas ici : les profils se résument à un horizon de surface organique (A) reposant sur le lœss carbonaté du substrat (C) (Legros, 2007). Cette lacune indique que les profils ont été érodés d’au moins deux horizons supérieurs, soit une épaisseur minimum comprise entre 40 et 60 cm.

2. CONTEXTE ARCHÉOLOGIQUE2

17Avant la réalisation des sondages préalables aux fouilles qui sont l’objet de la présente publication, peu de sites archéologiques avaient été reconnus sur le territoire de la commune. La plupart d’entre eux sont identifiés uniquement sur la base de prospections pédestres3. Ainsi, trois sites, plus particulièrement localisés dans la partie septentrionale du territoire communal, ont livré des artefacts de l’époque néolithique (fig. 6). Deux sites sont attribuables à la Protohistoire. Le site de Grubeck (fig. 6, no 7) a bénéficié d’une petite fouille à l’origine de la découverte de structures attribuables à l’âge du Bronze moyen et final (Hamm, 1999, p. 27). Enfin, quatre sites antiques sont inventoriés, dont un est plus précisément attribué au Bas-Empire. Aucun vestige médiéval n’était connu sur le territoire de la commune avant l’intervention, si l’on excepte l’église paroissiale Saint-Jean-Baptiste du village, dont le clocher actuel englobe l’ancien, vraisemblablement bâti au xve siècle.

18L’ensemble de ces sites se trouve dans la partie septentrionale de la commune, au sud de la voie antique dite des Vosges, et au nord du tracé de la voie antique dite de l’Ill, qui mène à Strasbourg (Schneikert, 1991, p. 83 ; fig. 7). La commune voisine de Kogenheim n’est guère plus riche en vestiges archéologiques. En revanche, des sondages récents réalisés sur la commune d’Ebersmunster, localisée à 4 km au sud de Sermersheim, sont à l’origine de la découverte d’une pêcherie dont la date d’abandon se situe aux xie-xiie siècles. Son appartenance à l’abbaye éponyme est probable (Peytremann, 2008a). Dans ce secteur du Ried4 localisé entre Strasbourg et Colmar, pas moins de dix-huit sites ayant livré des vestiges d’habitat du premier Moyen Âge sont inventoriés, témoignant d’une forte implantation humaine (fig. 8).

Image 100000000000035F000002EAC77B399887ABDD2F.jpg

Fig. 6. Carte archéologique des alentours de Sermersheim et localisation de la zone d’intervention archéologique (d’après un extrait des cartes IGN 3817 O et 3717 E).

3. HISTORIQUE DE LA FOUILLE, PROBLÉMATIQUE ET MÉTHODES D’INTERVENTION

3.1. Historique de la Fouille

19La fouille du gisement de Sermersheim fait suite à une campagne de sondages qui s’est déroulée en décembre 2005 (Peytremann, 2006c). Cette dernière était motivée par la construction d’un lotissement par un aménageur privé. Une occupation diachronique, dont la plus importante est attribuée au premier Moyen Âge, avait alors été reconnue. Parmi les vestiges dégagés, une seule sépulture, orientée nord-sud, avait été mise au jour. La fouille s’est déroulée l’année suivante, de juin à novembre 2006. C’est au cours du décapage que sont apparues 79 sépultures. Cette découverte a nécessité un arrêté complémentaire pour en permettre la fouille. Au total, ce sont plus de 1773 faits qui ont été mis au jour pour une durée de fouille de cinq mois, à cinq personnes en moyenne.

Image 100000000000041C000004A3B74F7922E08C2EDB.jpg

Fig. 7. Carte de localisation de Sermersheim, des tracés des voies antiques et des monastères en lien avec Sermersheim. Cartographie des voies : F. Schneiker ; DAO : É. Peytremann, F. Jodry.

Image 10000000000003FA000004CABAE78D25B05D5E6B.jpg

Fig. 8. Carte de localisation des sites ruraux domestiques du haut Moyen Âge fouillés. État 2012. DAO : É. Peytremann.

20La réalisation du rapport s’est déroulée durant l’année 2007, à l’exception de l’étude des sépultures qui n’a pu se faire que partiellement, faute de moyens alloués. Cette dernière a été effectuée l’année suivante dans le cadre d’un mémoire de master 2 à l’université de Dijon par Annamaria Latron Colecchia, qui était responsable sur le terrain de la documentation anthropologique (Latron Colecchia, 2008). L’étude biologique a été réalisée à l’occasion de cette publication par Hélène Réveillas.

3.2. Problématique

21Outre la détermination de la nature et de la chronologie des occupations mises au jour à Sermersheim, la principale question était de préciser l’environnement et la fonction du secteur occupé durant le premier Moyen Âge. La dénomination d’« habitat du haut Moyen Âge », devenue très courante ces dernières années, renvoie généralement l’image d’un site comportant des structures d’habitation, des dépendances agricoles et parfois des structures de production. Les dernières recherches sur l’habitat rural de cette période ont cependant montré une grande diversité de ces sites que la dénomination d’« habitat du haut Moyen Âge » ne parvient pas à exprimer en totalité (Peytremann, à paraître). La fouille de Sermersheim était l’occasion d’apporter des éléments nouveaux pour la compréhension de l’organisation des villages alto médiévaux.

3.3. Méthodologie

3.3.1. L’archéologie

22La zone concernée par la fouille a fait l’objet d’un décapage mécanique des niveaux de terre arable et de limons argileux sur une épaisseur variant de 0,50 à 0,80 m, à l’aide de deux pelles mécaniques (fig. 9). L’utilisation simultanée de deux machines a conditionné la division arbitraire du terrain en deux zones d’enregistrement.

23L’extrême densité des vestiges, environ un fait au m2, les contraintes climatiques, canicule puis inondations, les contraintes logistiques et économiques ont nécessité des choix où le critère scientifique a, plus d’une fois, été malmené. Une fouille mécanique à la mini-pelle a ainsi été privilégiée. Par ailleurs, le choix a été fait de ne fouiller entièrement que les sépultures et les cabanes excavées, alors que les silos, les fosses et la majorité des puits n’ont été étudiés que par moitié.

24Une perte d’information importante est à constater puisque 250 faits n’ont pas été relevés mais simplement localisés. Par ailleurs 883 faits n’ont pas été fouillés, principalement des trous de poteau et des fosses. Trois sépultures - SEP 1374, 1593 et 1970 - font partie de cet ensemble. La moitié des vestiges dégagés, soit 49,8 %, n’a pas été fouillée et 14 % n’ont pas été relevés en plan.

25Dans la perspective d’une analyse carpologique, des prélèvements sédimentaires ont été systématiquement réalisés dans le comblement des puits et, de manière plus aléatoire, au sein des autres structures. Des prélèvements xylologiques ont également été régulièrement opérés sur les cuvelages des puits pour des études dendrochronologiques et dendrologiques. Une équipe de prospecteurs, agréée par le Service régional de l’Archéologie, a régulièrement arpenté le terrain à l’aide de détecteurs de métaux pour pallier un tant soit peu l’absence de fouille manuelle5. Neuf datations par le radiocarbone ont été effectuées sur des sépultures et des structures.

Image 10000000000001FE0000017FDA533468AB36E1D4.jpg

Fig. 9. Décapage en cours de la zone 1. © M. Châtelet.

26L’enregistrement des données correspond à une adaptation du système mis en œuvre à Lattes entre 1986 et 1997 (Bats et alii, 1986 ; Py, 1991 et 1997). La numérotation des faits a été réalisée directement sur le terrain. Elle est constituée d’un nombre à quatre chiffres. De 1000 à 1999 et de 3000 à 3275 pour la zone 1 et de 2001 à 2590 pour la zone 2. La numérotation est précédée d’une abréviation de trois lettres : BTE pour bâtiment excavé, FDC pour fond de cabane, FOS pour fosse, FOY pour foyer, FSS pour fossé, NIV pour niveau, OSE pour ossements épars, PUI pour puits, SEP pour sépulture, SIL pour silo, TPO pour trou de poteau et TRA pour tranchée.

27Les numéros d’unités stratigraphiques (US) reprennent le radical du fait en quatre chiffres auquel est ajouté un chiffre de 1 à 9. Cette méthode a été possible pour cette fouille dans la mesure où aucun fait ne possède plus de neuf unités stratigraphiques. Le chiffre 0 est systématiquement réservé à l’US négative de creusement.

28Pour simplifier, les unités stratigraphiques non associées à un fait, comme les niveaux d’abandon, ont été assimilées à un fait. De la même façon, le parti a été pris de considérer les cabanes excavées comme des faits et non comme des ensembles pour simplifier la numérotation. Des ensembles ont néanmoins été définis lors de l’étude. Ils sont désignés par une abréviation en deux lettres qui précède une numérotation à deux chiffres. Ils correspondent principalement à des alignements (AL), à des bâtiments (BT), à un enclos protohistorique (EN) et à des groupes funéraires (GF).

Image 10000000000001FF000002242D797E3057711285.jpg

Fig. 10. Prélèvement d’une partie du cuvelage du puits 13013. © É. Peytremann.

29Une partie du mobilier métallique a bénéficié d’un nettoyage et d’une stabilisation par le Laboratoire des métaux de Jarville (Meurthe-et-Moselle). Le mobilier ferreux non stabilisé s’est en revanche fortement dégradé et ne subsistera pas au-delà de quelques années. Les échantillons et objets en bois ont été simplement conditionnés dans un film plastique. Six ans après la fouille, ils sont en bon état de conservation. Le cuir a été stabilisé par V. Montembault lors de son étude (Montembault, 2008). Le mobilier inventorié a bénéficié d’une numérotation qui permet rapidement de retrouver son contexte de découverte. Les quatre premiers chiffres renvoient en effet au numéro du fait, le dernier à l’unité stratigraphique, la numérotation après le point à l’inventaire des objets dans l’unité stratigraphique.

3.3.2. L’anthropologie (A.L.C.)

30Après le dégagement des limites des creusements et des squelettes, les tombes ont été photographiées. L’absence d’une potence et d’un escabeau d’une taille supérieure à 2 m a empêché la prise de photos zénithales des sépultures ; de ce fait, de nombreux clichés sont malheureusement obliques. Les sépultures ont été relevées en plan et en coupe à l’échelle 1/10e. Des croquis détaillés gardant cette même échelle ont été réalisés pour la quasi-totalité des défunts ; lorsque la mauvaise qualité des photos empêche une correcte visibilité des tombes, ces croquis ont été préférés aux clichés.

31Avant le démontage de chaque squelette, les observations anthropologiques relatives à la position des ossements ont été enregistrées sur les fiches élaborées par Patrice Courtaud (UMR 5199, CNRS, Laboratoire d’Anthropologie, Bordeaux I – 1996). La cotation des profondeurs d’enfouissement des os a été prise à l’aide d’un niveau laser, à partir d’un point de référence topographié.

3.3.3. La dendrochronologie

32Cent six échantillons de bois provenant du cuvelage de vingt-neuf puits et de planches issues du comblement d’un puits ont été prélevés (fig. 10), étiquetés et conditionnés dans un film plastique. Les échantillons les plus volumineux ont été débités sur place à la tronçonneuse par Willy Tegel, dendrochronologue, qui passait régulièrement sur le site pour prendre livraison des bois et observer les contextes de provenance des échantillons. Les échantillons de faibles dimensions (rameaux, copeaux, etc.) ont été conditionnés dans des boîtes plastiques remplies d’eau.

33L’ensemble des analyses dendrochronologique et dendrologique a été réalisé au laboratoire Dendronet à Bohlingen en Allemagne. Un peu plus de la moitié des échantillons, cinquante-sept, se prêtent finalement à une analyse dendrochronologique.

3.3.4. La carpologie

34Le protocole mis en place pendant la fouille en collaboration avec Julian Wiethold, après deux essais préliminaires sur un échantillon « sec » et sur un autre « humide », préconisait le prélèvement systématique d’une dizaine de litres de sédiment dans chaque puits, cabane excavée, fosses et silos afin d’obtenir la vision la plus complète possible sur les paysages et les cultures associés au site. Les conditions de fouilles, notamment l’usage de la mini-pelle et le temps à disposition, ont permis la réalisation de seulement cinquante-six prélèvements d’un volume variant de 3 à 15 litres.

3.3.5. Conclusion

35Les données recueillies ont permis d’entreprendre des études spécialisées touchant aussi bien à la céramique, au cuir, au bois, à la faune, à la carpologie, à la dendrochronologie, à la paléométallurgie, à l’anthropologie qu’à la numismatique. Il est bien sûr regrettable de n’avoir pu réaliser d’étude micromorphologique, palynologique ou anthracologique. La richesse des résultats recueillis dans le cadre d’une fouille d’archéologie préventive atténue néanmoins ces manques.

36Au terme de cette présentation méthodologique, il importe de souligner que la carence des moyens qui a été signalée n’est malheureusement pas propre à la fouille de Sermersheim (Peytremann, 2013b, p. 229-230). En effet, une assimilation des sites d’habitat du premier Moyen Âge, du fait de la nature des vestiges, généralement des structures en creux, à des sites ruraux protohistoriques, entraîne inévitablement une sous-estimation des besoins. C’est ignorer la singularité des sites d’habitat du premier Moyen Âge. Ces derniers présentent en effet des densités d’occupation plus importantes, qui occasionnent de nombreux recoupements de structures – à l’instar de ce qui est habituellement observé en milieu urbain –, une stratification incluant la présence de terres sombres organiques et une continuité d’occupation sur plusieurs siècles. Par ailleurs, la présence récurrente de sépultures dispersées et de groupes funéraires constitue une différence notable avec les sites protohistoriques.

37Ces particularités jouent un rôle important sur la manière d’aborder la fouille, dans la mesure où il n’est pas toujours facile d’appliquer les méthodes de fouille traditionnellement utilisées sur des sites protohistoriques. Si la mécanisation de la fouille est une aide appréciable, la densité des vestiges ne permet pas toujours son application. L’étude des niveaux sombres est en effet capitale pour comprendre les dynamiques d’occupation du site. Quant au prélèvement par masse destiné à un traitement ultérieur par tamisage, il est totalement inenvisageable, dans la mesure où une grande partie des structures présente une stratification interne témoignant là encore des usages différents et successifs de la structure. La présence de sépultures, parfois en nombre important, nécessite simultanément la mise en place des procédures de fouilles appliquées aux nécropoles.

38Après trente ans de pratique de l’archéologie préventive sur des sites d’habitats ruraux, il est temps d’adapter les prescriptions et le montage des projets de fouille à la nature de ces sites en privilégiant les problématiques actuelles (Peytremann, 2010). L’objectif n’est pas de fouiller tous les trous de poteau ou toutes les fosses mais bien de collecter les données qui permettront de comprendre la dynamique du site, sa fonction dans le terroir et dans un réseau plus important d’habitats. Cela passe bien évidemment par une caractérisation sociale de sa population.

4. PRINCIPAUX RÉSULTATS

39La fouille réalisée au lieu-dit ‘Hintere Buen’ est à l’origine de la découverte d’une occupation pluriséculaire dans un secteur en marge du village actuel qui, jusqu’à l’intervention des archéologues, n’était pas bâti (fig. 11). Les vestiges les plus anciens sont attribuables au Néolithique ancien (environ 5000 av. J.-C.), les plus récents datent du Moyen Âge (environ 1200 ap. J.-C.). Dans la zone étudiée, il n’existe pas de continuité entre les différentes occupations, dont la densité est extrêmement variable d’une période à l’autre. Il convient néanmoins de souligner cette durée d’occupation dans un secteur de la plaine d’Alsace situé entre deux rieds, à proximité d’une voie de circulation fluviale nord-sud (l’Ill) et de deux voies de circulation terrestre, également nord-sud, en fonction au moins durant la période antique (Schneikert, 1991, p. 83). Ces résultats ne doivent cependant pas occulter les 73 % de structures qui n’ont pas bénéficié de datation. Ce chiffre rappelle, si nécessaire, la fragilité des résultats et des raisonnements chronologiques et la nécessité de croiser les données pour tenter d’esquisser l’histoire de ces parcelles.

4.1. L’occupation néolithique (É.P., N.S.)

40À partir de l’Atlantique récent, une première occupation du site laisse des traces sur la terrasse ; elle est ponctuée de structures dont les datations s’échelonnent du Néolithique ancien au Néolithique final. Les fosses sont préservées sur une très faible épaisseur. Les tessons de céramique se retrouvent concentrés en contrebas du site, dans le colmatage du chenal, imbriqués dans des alluvions argilo sableuses. Ces artefacts y sont mélangés, quelle que soit leur datation, à une même altitude ; ils gisent en position secondaire. Ils témoignent d’une phase d’érosion postérieure au Néolithique final, avec arasement des structures et démantèlement des sols bruns originels. Les alluvions qui comblent le chenal suggèrent un colmatage lent, dans un domaine parcouru par des eaux peu érosives, une accalmie hydrologique. Dans ce contexte de dynamique moindre, les tessons signalent un déséquilibre qui, s’il n’est pas lié aux variations du milieu, peut relever d’une action anthropique, chronologiquement calée entre le Néolithique final (-2000 BP) et l’âge du Bronze (-1300). Cette destruction pourrait être corrélée à un premier défrichement et une première mise en culture du site. Une structure datée de cette époque clôt les accumulations dans le chenal, la fosse 1051.

41Les vestiges attribuables au Néolithique sont peu abondants et localisés uniquement dans l’angle sud-est de l’emprise de fouille (fig. 12). Ils ne permettent pas d’identifier la nature de l’occupation qui doit se prolonger au sud-est de la zone étudiée. L’étude du mobilier6 a montré qu’il n’y a pas de continuité de l’occupation. Les principales phases du Néolithique sont cependant représentées. Il importe néanmoins de souligner que c’est la première fois que des vestiges attribuables au Néolithique ancien sont fouillés dans ce secteur de la plaine d’Alsace. La découverte de structures datées du Néolithique moyen (Grosgartach et Bischeim occidental du Rhin Supérieur (BORS)) permet de reculer d’une dizaine de kilomètres vers le sud l’aire de répartition de la culture Grosgartach-Roessen. La présence, dans une fosse attribuée à la période du Néolithique récent, d’un ensemble de mobilier céramique mixte (Michelsberg et Munzingen) témoigne des premiers contacts entre ces deux cultures (Peytremann, 2008d, p. 19-20).

Image 10000000000003FF00000546CF2A6D8736FBF15E.jpg

Fig. 11. Plan diachronique du site au 1/1250. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000003FC000005407336287E46A3B2EF.jpg

Fig. 12. Plan de localisation des vestiges néolithiques, protohistoriques, antiques et modernes du site. Relevés : N. Saadi et J.-L. Wuttmann ; DAO : P. Girard et É. Peytremann.

Image 10000000000001ED000001851BDE8DD1F7AAC60A.jpg

Fig. 13. Vue des bobines 10971.12 et 11441.02 en terre cuite de l’âge du Bronze. © F. Schneikert.

4.2. L’occupation protohistorique (É.P., N.S.)

42Dès la fin du Subboréal, la plaine ellane semble stabilisée dans ce secteur, aucune accumulation alluviale postérieure ne se surimpose et aucune érosion ne détruit complètement les vestiges archéologiques. Dès lors, le site évolue, par perte de matériel, mais sans apports nouveaux. L’incision du Rhin à cette époque a individualisé la terrasse et sans doute favorisé l’émergence du tracé de l’Ill. Dès le début du Subboréal, le Rhin se retire vers l’est (Striedter, 1988), tout en s’enfonçant dans son lit majeur. Il confirme l’individualisation de la terrasse, soustraite à l’érosion fluviale.

43Les vestiges mis au jour – essentiellement des fosses et des silos – attestent une fréquentation de ce secteur durant toute la Protohistoire. Là encore, aucune continuité d’occupation n’est envisagée. Les vestiges attribuables à l’âge du Bronze sont peu nombreux et dispersés. Néanmoins, la présence d’au moins quatre bobines en terre cuite quasi entières indique la proximité d’un habitat où une activité de tissage était pratiquée (fig. 13).

44Les structures attribuables au Hallstatt et au début de La Tène sont également rares et peu significatives. La portion d’enclos, découverte en limite de fouille (fig. 12), atteste vraisemblablement une exploitation rurale attribuable à La Tène finale7 (fig. 14). Cette dernière se développe à l’ouest de la zone de fouille, sous une maison construite dans les années 1980. Les traces relevées sur la carcasse de chien découverte dans le comblement d’un des fossés de l’enclos témoignent de l’utilisation de la peau de chien à cette époque.

Image 10000000000001FD0000017394A5887EEF84354B.jpg

Fig. 14. Vue sud de l’enclos de La Tène finale prise depuis un ballon captif. © 2CL.

4.3. L’occupation antique (É.P., N.S.)

45Pour la période antique, les résultats archéologiques indiquent une fréquentation des lieux sans pour autant livrer de structures d’habitat. La dévolution de ce secteur, actuellement organisé en lanières, peut être celle d’une zone de jardins ou de champs, en lisière d’un habitat. L’absence de sols, au sens pédologique du terme, ne permet pas de donner des orientations plus précises en termes d’utilisation de la parcelle. Elle met en lumière la probabilité d’une période de démantèlement des sols de la période antique, une seconde phase d’érosion ayant détruit une partie des structures antiques, phase non datée et pouvant se révéler postérieure à l’époque médiévale.

46Les vestiges antiques sont rares, dispersés sur l’ensemble de la zone d’étude (fig. 12) et leur datation mal assurée dans la mesure où le mobilier est peu abondant dans les comblements. En revanche, la présence de céramiques, de fragments d’objets en alliage cuivreux, de monnaies et de matériaux de construction indique une occupation qui se développe du ier siècle au début du ve siècle. Cinq fosses sont datables des ier et iie siècles. Deux (FOS 1046 et 1050) sont localisées dans la partie méridionale de l’emprise, une (FOS 1450) se trouve dans le secteur médian et les deux dernières (FOS 2325 et 3210) dans la partie septentrionale, en limite de zone inondable pour la fosse 2325. La fosse 2314, proche de la fosse 2325 (non fouillée), serait plus récente (fin iie ou iiie siècle).

47L’occupation de la zone de fouille durant l’Antiquité tardive (iiie-ve siècle) est assurée, même si le nombre de structures demeure modeste, six, du fait notamment de la fouille partielle des structures. Les vestiges Bas-Empire sont plus particulièrement concentrés dans la partie médiane de l’emprise de fouille.

Image 10000000000003FC000002943B66B36556320CB2.jpg

Fig. 15. Diagramme stratigraphique d’un secteur de l’ensemble B/C 2.

48La cabane excavée 1224 est probablement la structure la plus ancienne. Son comblement comporte deux fragments de céramique du iiie ou ive siècle, dont une lèvre de bol Chenet 320 en sigillée d’Argonne. Le plan rectangulaire mesure 3,75 m de longueur pour une largeur minimale de 1,40 m. La moitié conservée et étudiée comporte un poteau axial. L’hypothèse d’une construction à deux poteaux axiaux est envisageable.

49Les cinq autres structures sont attribuables aux ive-ve siècles. Il s’agit de deux éventuelles cabanes excavées – FDC 3252 partiellement conservée, sans trace de poteau et FOS 2402, non fouillée – et de fosses (FOS 1645 et 1844). La fosse 1456 appartient peut-être également à cette période si l’on se fie à l’unique monnaie de Constantin II frappée à Arles en 334, découverte dans son comblement.

50Les structures, plus nombreuses qu’au Haut-Empire, attestent une occupation dont la fonction socio-économique n’est pas identifiable. La découverte de quatre molettes sur des tessons de Chenet 320 mérite néanmoins d’être soulignée, dans la mesure où elle témoigne d’un commerce à l’échelle extra-régionale (Peytremann, Kuhnle, à paraître).

51Ces données complètent la cartographie, réalisée uniquement sur la base de prospections pédestres, de l’occupation antique du territoire communal.

4.4. L’occupation du haut Moyen Âge : un secteur spécialisé du village de Sermersheim

52L’occupation alto médiévale débute dans le courant du vie siècle, après un hiatus de cinquante à cent ans dans le secteur étudié, pour s’achever dans le courant du xiie siècle. D’après l’étude du mobilier céramique et les datations dendrochronologiques, elle est continue durant ces cinq siècles. La prise en compte combinée de la stratigraphie (fig. 15), de la céramique, des résultats des analyses dendrochronologiques et par le radiocarbone autorise la division de cette durée d’occupation en trois grandes périodes qui ont un rapport indirect avec la périodisation du mobilier céramique établie dans la région par Madeleine Châtelet (Châtelet, 2002a)8. La première période (HMA 1) s’étend du vie au début du viiie siècle, la deuxième couvre la fin du viie et se poursuit jusque dans le courant du xe siècle ; la troisième commence au début du xe siècle pour s’achever dans le courant du xiie siècle. Les éléments chronologiques à disposition n’ont, en revanche, pas permis de situer plus précisément dans le vie siècle le début de l’occupation, ni d’ailleurs la fin de cette occupation dans le xiie siècle. Pour un certain nombre de structures, il n’a pas été possible d’affiner la chronologie au-delà d’une appartenance au haut Moyen Âge.

53Dans le cadre de cette étude, mais plus généralement, pour désigner la période qui s’étend du vie au xiie siècle, il sera utilisé l’expression « haut Moyen Âge » ou « premier Moyen Âge ». L’étude archéologique des habitats a en effet montré une dynamique continue sans césure notamment au xe siècle (Peytremann, 2003).

54Cinq ensembles de structures principalement constitués de cabanes excavées, de puits à eau, de silos et de fosses formant une zone d’activités spécifiques (Peytremann, à paraître) et deux groupes funéraires se développent sur l’ensemble de la zone de fouille, tout au long du premier Moyen Âge.

4.5. Les vestiges d’une fréquentation du second moyen âge et moderne (É.P., N.S.)

55Après le xiiie siècle, une nouvelle phase d’érosion détruit le site sur une épaisseur allant de 0,5 à 1 m (d’après la reconstitution des parties manquantes des structures médiévales). Les sédiments évacués n’ont pas été repérés en bordure du site lors de la fouille. Ils ont sans doute migré vers l’aval, après évacuation en contrebas. Aucun élément ne permet de définir une chronologie plus précise de cette phase érosive, alors que nous ignorons les types d’activités liées à la parcelle. Les techniques modernes de mise en culture ont pu, en dernier lieu, participer à la désagrégation des sols.

56Huit structures ont livré des éléments métalliques ou céramiques qui permettent de les attribuer à la fin du Moyen Âge, à la période moderne, voire à des activités contemporaines. Leur position stratigraphique et la nature du comblement ont également été prises en compte pour leur datation (fig. 12).

4.5.1. Une structure médiévale ?

57La fosse 1842, de plan ovale, localisée à l’intérieur de l’enclos de l’âge du Fer, a livré un tesson de céramique dont la production est attestée du xive au xvie siècle. Cette fosse a uniquement bénéficié d’un test sur 0,30 m de profondeur. Elle présente la particularité de contenir des ossements de bœuf et de cheval qui ont probablement subi un traitement si l’on se fie à la coloration rosâtre de l’os et à sa faible densité. Cette fosse correspond probablement à une fosse dépotoir.

4.5.2. Quelques structures modernes ou contemporaines

58Cinq fosses9 et une petite tranchée (TRA 2095) sont attribuées à ces périodes. La fosse 2263, incomplètement dégagée du fait de sa position en limite de fouille et partiellement fouillée, possède un comblement qui comprend non seulement de la cendre, de l’argile rubéfiée et du charbon de bois mais aussi de nombreux éléments en fer à fonction indéterminée et beaucoup de restes fauniques. Cette fosse a probablement servi de dépotoir.

59La fosse rectangulaire 1307 au comblement humique a également livré une plaque en fer et un tesson glaçuré bichrome. Ses dimensions (3 m de longueur sur 1,30 m de largeur) sont trop importantes pour que l’on puisse interpréter cette structure comme une fosse de plantation d’arbre. La fosse 2050 de plan ovale peut d’après ses dimensions correspondre à l’emplacement d’un arbre.

60La tranchée 2095 se présente sous la forme d’une fosse oblongue (4,70 m de longueur sur 0,80 m de largeur). Elle n’a pas été fouillée. Sa position en limite occidentale d’un ancien chemin de servitude incite à l’interpréter comme les restes d’une rigole d’évacuation des eaux. Les autres fosses attribuées à cette période n’ont pas bénéficié de fouille.

61Les quelques éléments attribuables au Moyen Âge, à la période moderne ou contemporaine témoignent d’une désertion du bâti et d’un espace probablement voué à des cultures ou plus récemment à des vergers. Les fosses dépotoirs montrent en effet que ces parcelles continuent d’être fréquentées et que les habitations et les installations agricoles ne sont pas très éloignées.

Notes de bas de page

1 Extrait du site « Dictionnaire de la navigation fluviale », projetbabel.org/fluvial/f.htm : « Ce système d’ouverture, ancêtre de l’écluse, était aménagé dans un barrage de moulin pour permettre le passage des bateaux. Cette ouverture, en l’absence de bateaux, est obturée par un système de madriers, de planches, de pièces pivotantes ».

2 Les chapitres ou paragraphes sans précision d’auteur ont été rédigés par Édith Peytremann.

3 D’après les données du service de la carte archéologique du SRA d’Alsace, et Flotté, Fuchs, 2000, p. 605-606.

4 Région bordée par l’Ill et le Rhin, caractérisée par des prés inondables, une forêt luxuriante, et qui est parcourue par de nombreux cours d’eau, dont certains sont d’origine phréatique.

5 Que Paul Dèbes, Patrick Biellmann et Thierry Kilka soient chaleureusement remerciés pour leur participation bénévole.

6 L’étude du mobilier a été réalisée par Philippe Lefranc (Peytremann, 2008d, p. 100-1008)

7 Datation14C à 95 % de probabilités : 196-1 av. J.-C. (GrN-30825).

8 Sur la problématique entre le développement typochronologique de la céramique et le développement de l’habitat, voir la préface d’É. Zadora-Rio (Zadora-Rio, 2012, p. 10).

9 Il s’agit des fosses 1307, 2050, 2094, non relevées, à proximité de TRA 2095, 2263, et 2437.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.