Version classiqueVersion mobile

Escolives Sainte-Camille gallo-romain

 | 
Raymond Kapps

Appendice

Paul Richard

Note de l’éditeur

Texte paru dans l’Echo d’Auxerre, no 65, sept.-oct. 1966, p. 28-31.

Texte intégral

LA SOURCE ET LE MOULIN DU CREUSOT

1Le plus ancien document mentionnant Escolives date du VIe siècle. C’est un règlement établi par Saint Aunaire, évêque d’Auxerre, pour prescrire des prières publiques dans ses 37 paroisses. Cette localité est encore citée dans un règlement analogue de saint Tétrice, au VIIe siècle. Le nom de Sainte Camille n’ayant pas détrôné le « scolivae vicus » gallo-romain, prouve à l’encontre de Sainte-Magnance et de Sainte-Pallaye, l’importance de cette agglomération.

2Nos pères dénommaient, le plus souvent, un lieu-dit d’après la nature, l’aspect, la couleur et les produits de son sol. La représentation d’une petite dépression, d’une cavité profonde ou non par le mot « Creux » ou ses diminutifs, est fréquente dans l’Auxerrois. On rencontre des « La Creuse, Creusets, Creusots, Creusy, Creuzilles, les Creux… » dans un rayon de 50 kilomètres d’Auxerre. La source du Creusot tire donc son nom de la creusure formée par son émergence au pied du coteau. Je note en passant qu’Escolives, destiné à être fréquenté par de nombreux touristes, en partie à cause des fouilles, gagnerait à aménager cet endroit aussi pittoresque qu’enchanteur.

3La source du Creusot, comme celle de la Vannoise située à 750 mètres au sud, draine en partie les eaux de pluie absorbées par les territoires des communes de Val-de-Mercy, Charentenay, Mouffy, Migé, et Coulanges-la-Vineuse. M. Le Couppey de la Forest en a expliqué les raisons dans une étude aussi savante que documentée, dressée par ses soins en 1906, lors de la recherche d’eau potable destinée à l’alimentation de la ville d’Auxerre. D’après ses constatations, la source du Creusot a un débit, suivant les saisons, de 28 à 60 litres à la seconde. Ces eaux ont permis la création du Moulin du même nom qui existe à une cinquantaine de mètres de la source.

4Quand a-t-il été installé ? Le simple examen du niveau de l’eau du bief, nettement plus élevé que celui du seuil du bâtiment gallo-romain tout proche, récemment découvert, démontre que la décision d’établir une retenue d’eau en cet endroit précis, a été prise postérieurement à la destruction de cette construction qui fut probablement arasée aux alentours de 410, date à laquelle les grandes invasions barbares de la Germanie déferlèrent dans la vallée de l’Yonne.

5A cette époque, les invasions incessantes et les insurrections avaient sérieusement contribué à la fin de la domination romaine sur notre pays. En de nombreux endroits, les évêques, sur la demande des chrétiens, s’étaient mis à la tête des cités afin d’en retarder la chute. Ils réussirent à rétablir un calme relatif tout en devenant omnipotents sur des territoires étendus.

6Il est certain que sous leur impulsion, des progrès furent réalisés, entre autres l’installation de moulins à farine ou à foulon, nécessaires à la vie quotidienne. Le Creusot a donc pu être fondé entre le VIe et le IXe siècle par un évêque d’Auxerre qui en conserva la propriété.

7Nous n’ignorons pas qu’aux IXe et Xe siècles, le pouvoir royal naissant, grâce à la victoire de Charles Martel sur les Sarrazins, fut mis dans l’obligation de récompenser des chefs militaires et ses courtisans en leur donnant des terres et en particulier celles du clergé.

8Il en fut ainsi dans l’Yonne et l’évêque d’Auxerre mourut, paraît-il, de chagrin de voir son diocèse mis au pillage et l’étendue des biens de l’évêque sérieusement restreinte. Le territoire d’Escolives avec son moulin dépendit donc, aux alentours du Xe siècle, des comtes d’Auxerre.

9Au XIIe siècle, la ferveur religieuse et les croisades incitèrent les nobles et les Croisés à doter l’Eglise de biens qui, en fait, lui avaient appartenu auparavant.

10Il en fut ainsi de notre moulin.

11Il est probable qu’un Comte d’Auxerre en fit donation à l’abbaye des Echarlis, édifiée près de Villefranche-Saint-Phal, puisqu’un descendant du donateur, Jean de Châlon, « cuens » d’Auxerre et de Tonnerre, consentit en 1316, moyennant une somme relativement faible, à en amortir le cens que cette communauté devait lui payer annuellement. Quant à la date de cette donation, elle peut être fixée quelques années après 1120, du fait que cette abbaye ne prit de l’importance qu’entre 1120/1125, et 1207, date à laquelle une mention indirecte de ce moulin peut être décelée.

12En effet, en 1207, Guillaume, Comte de Joigny, concéda le perpétuel usage de sa « perrière » d’Escolives à l’abbaye des Echarlis pour en jouir « tant pour elle que pour ses grangiers, celleriers et musniers ».

13On peut déduire de ce document, que le grangier, le cellerier et le meunier en exercice au moment de l’établissement de l’acte en cause, ainsi que ceux qui devaient les suivre dans leurs emplois, pourraient disposer de cet avantage ; ou encore que plusieurs titulaires occupaient ces mêmes fonctions â cette même date et que leurs successeurs bénéficieraient de cette même libéralité.

14Nous estimons que la deuxième hypothèse est plus admissible que la première pour les raisons suivantes :

  1. l’importance des propriétés et des droits de l’abbaye des Echarlis, à cette même époque, sur les seuls finages d’Escolives et de Saint-Bris, nécessiteraient la présence de plusieurs grangiers pour labourer, semer, entretenir et récolter.

  2. Cette même abbaye était propriétaire de plusieurs moulins hydrauliques dont deux sis à quelques kilomètres l’un de l’autre : Le Creusot d’Escolives depuis 1120-1125 et Vincelles depuis 1197. Donc en même temps, deux meuniers en deux lieux différents, éloignés, l’un d’à peine 1.000 mètres, l’autre de 3.000 mètres de la perrière en cause.

  3. Il est indéniable que la haute surveillance des deux moulins, des frères convers et laïcs travaillant aux vignes, à la culture des céréales et à la surveillance du bétail devait nécessiter la présence continuelle d’au moins un économe pour veiller à tout, donner des ordres, comptabiliser les produits et les vendre ou les expédier sur l’abbaye au moyen des « ports » possédés par les Echarlis, l’un près du Saulce d’Escolives, l’autre au ponton de Villeneuve-sur-Yonne.

15Il apparaît, par ailleurs, que plusieurs moines résidaient en permanence à Escolives puisque leur abbaye obtint de l’Evêque d’Auxerre, en novembre 1240, l’autorisation d’ériger « dans leur maison qui est au-dessous d’Escolives » et qui était louée en 1230 à Guillaume Perdriat moyennant 20 sous de revente, un oratoire, afin d’y célébrer le Service Divin et d’y avoir tout droit paroissial. Par un acte de juin 1486, nous constatons que cet immeuble, appelé « La Vosle », tenait, d’une part, au chemin par lequel on va d’Escolives au moulin, d’autre part au Cimetière, par-dessus à la maison du sieur Alexandre, d’Auxerre, et de l’autre côté à Pierre Lamirault.

16Les baux de location des terres de l’abbaye indiquent que les loyers devaient être payés non pas aux Echarlis mais « en nostre maison d’Escolives ». Par exemple : un bail dressé par Jacques de Poily, tabellion juré en la prévôté de Saint-Bris, le « Dimanche, jour de Saint Jean Apôtre 1405 » pour « une pièce de vigne en désert », le spécifie impérativement.

17« L’Eglise Sainte-Marie des Echarlis et les Frères qui y servent Dieu », ainsi qu’il est mentionné dans les actes les concernant, défrichèrent et firent fructifier leurs propriétés pendant plus d’un siècle.

18Malheureusement, les malheurs engendrés par les guerres accablèrent notre pays. Ils obligèrent les habitants des campagnes à abandonner leurs maisons sans défense pour se replier sur les villes ceintes de solides murailles et défendues par des troupes aguerries. Il en fut de même des monastères isolés, comme les Echarlis, dont les moines se réfugièrent dans leur maison de Villeneuve-sur-Yonne. Tout fut laissé à l’abandon : les terres et les vignes devinrent des « déserts », le bétail bien réduit fut caché au fond des bois. Des villages entiers furent détruits. Très probablement, Escolives et son moulin, situés près de la grande route, subirent les excès de la soldatesque et des pillards sans aveu.

19Après cette période aussi longue que désastreuse, la plupart des monastères furent presque totalement désarmés devant le désastre. Les Echarlis avaient subi des pertes énormes tant en argent qu’en récoltes ou bâtiments. De plus, de nombreux moines avaient dû prendre les armes pour se défendre : certains étaient morts, d’autres n’étaient pas revenus. Leur effectif était devenu restreint et le recrutement s’avérait difficile.

20Aussi trop peu nombreux pour cultiver des propriétés dont l’étendue dépassait 8.000 arpents en 1450, les moines des Echarlis cessèrent d’être des agriculteurs pour devenir des propriétaires. Ils louèrent leurs biens à des particuliers.

21Dans une reconnaissance du 21 mars 1443, dressée par Guillaume Moreau, tabellion de la prévôté de Joigny, Jean Le Foulon déclara qu’il avait pris « des dits religieux un moulin nommé Le Creusot pour sa vie et celle de sa femme et de ses enfants, que Messieurs les Religieux lui avaient fourni une meulle pour être placée au dit moulin et non ailleurs, moyennant 15 livres, à la charge de pouvoir le reprendre en fin de bail au dit prix et dans le cas où elle ne vaudrait pas la dite somme, tenus les enfants ou héritiers du dit preneur parfaire la dite somme de 15 livres ».

22Par la suite, le moulin fut loué par baux emphithéotiques aux Seigneurs de Bellombre qui le sous-louèrent à des meuniers.

23Il subit encore bien des vicissitudes lors des guerres de religion et de la Ligue. Dans les premiers jours d’avril 1589, la noblesse royaliste des environs d’Auxerre, ayant à sa tête Claude d’Estampes, Seigneur de Mont-Saint-Sulpice, décida de s’emparer de la ville de Coulanges-la-Vineuse, tenue par les ligueurs.

24Plusieurs d’entre eux, nous rapporte Leblanc d’Avau dans son histoire d’Auxerre, sous des habits de paysans et même de femmes, se présentèrent un matin à ses portes, s’emparèrent du corps de garde et, aidés de leurs compagnons qui attendaient leur signal, prirent la ville dont le commandement fut confié à Bois-Jardin, seigneur de Bellombre.

25Les Ligueurs auxerrois envoyèrent immédiatement Ferroul, seigneur d’Egriselles, avec sa compagnie de gens à cheval et 150 hommes à pied, pour la reprendre. Ils ne réussirent pas. Ils y laissèrent même 4 tués et plusieurs blessés. La troupe mise en déroute, reflua sur Auxerre. Notre malheureux moulin, sis sur le chemin du retour de ces vaincus, fut incendié pour prétexte qu’il appartenait à Boisjardin qui venait de leur infliger une sanglante défaite.

26Toutes ces guerres causaient un préjudice voisin du désastre ; pour la seule année 1562, il est constaté dans les seuls environs d’Escolives que Jussy est réduit en cendres, que Saint-Cyr-les-Colons est pris et pillé ; Auxerre est attaqué en janvier et en octobre, Irancy est pris ; ses habitants massacrés et jetés dans un puits, Val-de-Mercy pillé…

27Il en résulta qu’Escolives ne comportait plus, en 1597, que 41 feux au lieu d’une bonne soixantaine et que plus de 30 maisons restaient vides faute d’habitants.

28Puis la vie reprit. Des périodes calmes succédèrent à ces temps malheureux. Le moulin fut reconstruit et il n’eut plus d’histoire.

29Des baux furent dressés au cours des ans, au fur et à mesure des mutations qui se présentèrent dans les successions des seigneurs de Bellombre (Madame de Bois-Jardin en 1600, M. de Tournay en 1603, Paul de Girard en 1641, Guillaume Bérault en 1674, Joseph le Muet en 1741…).

30Le moulin du Creusot, s’il appartient toujours aux descendants des Lemuet, n’existe plus. Sa roue a été démontée : il a été réduit au silence par les grands moulins hydrauliques ou électriques…

31Il aura vécu pendant près de 900 ans.

Auteur

Vice-président de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne.

© ARTEHIS Éditions, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search