Version classiqueVersion mobile

Escolives Sainte-Camille gallo-romain

 | 
Raymond Kapps

Conclusion

Texte intégral

1Le recensement des blocs donne les indications suivantes :

  1. Bases de colonnes : 3 ;
  2. Tambours : 4 ;
  3. Tambours amorçant deux arcs : 4 ;
  4. Claveaux : 8 ;
  5. Chapiteaux : 4 ;
  6. Epistyle : 6, dont 1 à saillie ;
  7. Eléments de frise : 19, dont 12 à saillie ; comme on a vu que les nos 57 et 201 sont les témoins de 2 blocs, on doit donc passer de 19 à 21 ;
  8. Larmiers : 28, dont 5 à saillie ; mais on arrive à 31 avec les témoignages fournis par les éléments épars.

2Le total général s’élève ainsi à 81.

3Ce tableau fait ressortir que ce sont les six premiers groupes qui sont les moins bien représentés. Ce sont eux aussi qui se prêtaient le mieux au débitage en moellons ; les éléments de frise, malgré la simplicité de leur forme, ont été un peu mieux respectés. Quant aux larmiers, ils ont été particulièrement préservés, quantitativement s’entend : en raison de leur forme, leur réduction en moellons présentait plus de difficultés et donc de travail ; il est étonnant cependant de compter parmi eux si peu de blocs à saillie, deux ont toutefois été sciés en deux parties.

4Ces observations faites, il paraît intéressant d’avoir quelques données sur l’importance du monument. En mettant bout à bout tous les blocs appartenant aux deux catégories les mieux aptes à donner une idée de la longueur développée du monument, c’est-à-dire les éléments de frise et de corniche, on obtient les résultats suivants :

  • longueur développée des éléments de frise : 13,575 m ;
  • longueur développée des larmiers : 22,585 m.

5Ces deux dernières dimensions sont sujettes à révision puisqu’on n’a pas tenu compte des éléments épars. Si l’on considère que chacun de ces derniers avait une longueur au moins égale à celle du plus petit bloc complet mis au jour, on a pour la frise une longueur de 15,095 m (l’élément de référence mesurant 76 cm) et pour les larmiers : 24,745 m (l’élément de référence mesurant 72 cm).

6On peut évidemment aller plus loin encore puisque les blocs à saillie fournissent une indication sur le nombre d’arcs et que l’étude de l’illustration des blocs de frise doit permettre la reconstitution d'un certain nombre de travées, malgré les nombreux manques.

7Cela fera partie d’une nouvelle étude où seront abordés d’autres problèmes touchant à la forme du monument, à ses caractères, à ses dimensions, à sa destination ; à l’architecture, à la religion, à la mythologie notamment. Il faudra également faire d’indispensables comparaisons.

8Depuis 1950, on a découvert au cours de chaque campagne de fouilles des éléments d’architecture ou de sculpture. De plus, on a trouvé dans des murs des éléments sciés et taillés en moellons ; jusqu’ici tout essai d’assemblage a échoué, ce qui signifie que de nombreux blocs ont subi le même sort de débitage et donc de destruction. On sait d’autre part que les thermes de dernière époque s’achèvent dans le lit même du ru du Creusot, voire au-delà, et, pour cette raison, il n’a pas été jusqu’ici possible d’y mener la fouille pour tenter de retrouver des blocs enfouis éventuellement en fondation. De plus, au fur et à mesure qu’elle s’éloigne des thermes, la fouille ne décèle que des murs fondés sur hérissons. Enfin la côte de Grippe-Soleil où dorment de nombreux vestiges et qui, dans sa partie ouest, borde la source du Creusot n’est encore qu’en début de fouilles et il faudra certainement bien des années pour en connaître tous les secrets.

9Escolives, dans son état actuel possède, sans conteste, le plus important monument d’architecture démonté qui ait été mis au jour au cours de ces dernières années ; il devenait donc impérieux de le faire connaître et d’essayer de faire la lumière sur lui, quitte à revenir plus tard sur telle ou telle assertion par trop imprécise, insuffisante, voire erronée.

10Tel a été le but essentiel de la présente étude.

© ARTEHIS Éditions, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search