Version classiqueVersion mobile

Escolives Sainte-Camille gallo-romain

 | 
Raymond Kapps

Deuxième partie. Analyse des blocs

Chapitre V. Les éléments épars

Texte intégral

1Au cours de chaque campagne, la fouille n’a cessé de mettre au jour des éléments plus ou moins importants qui se rattachent au type des blocs qui viennent d’être étudiés. Ces fragments sont de deux sortes : les uns ont été sciés, les autres sont le résultat de cassures.

2Pour ce qui est des premiers, l’analyse des blocs a montré que les bâtisseurs des thermes de la dernière époque ont laissé des marques éloquentes. Si certains éléments portent des traits de scie sans avoir été pour autant, et pour une raison difficile à déterminer, totalement débités, en revanche on a trouvé, abandonnés sur le terrain, réutilisés comme dalles, retaillés en moellons, un certain nombre de fragments appartenant à des blocs. L’analyse de tous ces éléments est donc une nécessité, car elle peut apporter de précieux compléments à l’étude générale du monument.

3Leurs caractéristiques vont être données, et, sauf les cas évidents, on reviendra aux notions traditionnelles de longueur, largeur et épaisseur, comme pour un cube, mesures respectivement désignées par L, l, E. Le numéro qui les accompagnent est celui de l’inventaire général.

1° Catégorie C

No 111

4Fragment de pilastre trouvé dans la cour EB où il servait de dalle ; la partie sculptée était couchée face au sol. L : 56 cm, l : 31 cm, E : 3 à 5 cm. On a 4 listels, dont un est incomplet, larges de 2 à 2,5 cm, et 4 cannelures de 5 à 5,5 cm de largeur ; les rudentures débutent en ménisque inversé. Le profil de cette plaque n’est pas rectiligne : vers la base, on remarque une légère courbure, ce qui incite à penser que cet élément devait appartenir à une base de pilastre. Cependant ce n’est pas sûr puisqu’il n’existe aucun bloc de comparaison.

No 114

5Elément de pilastre retaillé en moellon. L : 33 cm, l : 14,5 cm, E : 8 et 9 cm. On a 4 listels de 2 cm de large et 3 cannelures et demie de 6 cm de largeur, garnies de rudentures. Ce morceau serait banal s’il ne conduisait pas à une remarque intéressante : son épaisseur est supérieure à celle de la saillie des éléments de pilastre bien conservés qui d’ailleurs n’est pas uniforme. Si l’on reprend les différents blocs, on trouve une saillie variant de 4,3 cm à 7,5 cm, la plus faible appartenant au bloc no 51 où se termine un pilastre. On peut donc en déduire que le pilastre était plus saillant en bas qu’au faîte. Avec ce fragment no 114, on passe par les intermédiaires suivants : 9,5 ; 7,5 ; 6,5 ; 5,5 ; 4,3 cm. Le no 114 appartiendrait donc à la partie basse d’un pilastre.

No 158

6Fragment de pilastre trouvé parmi les pierres de calage des blocs sous un mur de EB 2. L : 26 cm, l : 16 cm, E : 5 à 10 cm. On a 2 listels très abîmés et 2 cannelures avec rudentures larges de 5,5 cm. D’après sa forme, il devait appartenir à un bloc à voussoir.

No 192

7Morceau de colonne ou de base découvert au Pré-du-Creusot dans la salle BAA, couche 2. L : 14,5 cm, l : 13 cm, E : 6 cm. On y voit 2 listels larges de 2 cm et 2 cannelures avec rudentures de 4,5 cm, et 5 cm de largeur.

No 224

8Petit fragment de colonne ou de base découvert au Pré-du-Creusot, dans la salle I, couche 2. L : 9 cm, l : 8 cm, E : 7 cm. On a une cannelure avec rudentures de 4,5 cm de largeur et l’amorce de 2 listels.

No 238

9Fragment appartenant à un tambour ou à un élément de base. L : 16 cm, l : 11 cm, E : 7 et 3 cm. On voit 2 listels larges de 2 cm et 2 cannelures avec rudentures de 5 cm de largeur.

No 239

10Fragment avec un listel large de 2,1 cm et 2 rudentures de 5,5 cm et 4,5 cm de largeur. L : 12,5 cm, l : 8,8 cm, E : 3,2 cm. Des traces de sciage sont visibles sur toutes les faces ; il devait appartenir à un élément de base ou à un tambour.

No 240

11Fragment présentant une cannelure avec rudenture entre deux listels. L : 12 cm, l : 9 cm, E : 7 cm.

2° Catégories A et E

No 4

12Partie angulaire droite du haut d’un claveau trouvée à Grippe-Soleil en 1967, salle R, couche d’incendie. L : 27 cm, l : 24 cm, E : 8 cm. On reconnaît les moulures supérieures et une partie de la première fasce.

No 165

13Fragment supérieur gauche d’un claveau ou d’un bloc d’épistyle trouvé en 1969 au Pré-du-Creusot en LD. L : 17 cm, l : 10 cm, E : 5 à 9 cm.

No 241

14Fragment de claveau débité en moellon. L : 40 cm, l : 9 cm, E : 8,3 cm. On reconnaît au revers une partie de la moulure et de la première fasce ; la face externe a été ornée de chevrons en creux et en lignes brisées. Ce travail a naturellement été exécuté après le sciage.

No 242

15Partie gauche brisée du haut d’un claveau. L : 22,8 cm, l : 15 cm, E : 11 cm.

3° Catégorie F

No 57 (pl. 65)

16Il a été trouvé sous le mur est de la cour EB 1. L : 45 cm, l : 13 cm, E : 43 cm. Les tranches droite et gauche ont été sciées, puis séparées par une cassure vers le bas. Le débitage a été exécuté légèrement en biais : on observe cela sur d’autres blocs, ce qui signifie que les ouvriers n’ont pas apporté un très grand soin au débitage. Grâce aux traces laissées sur les tranches, il est possible de se rendre compte de la technique suivie. On prenait un bloc, on le débitait en tronçons successifs à la largeur voulue et, à quelques centimètres de la base, on procédait à la séparation par cassure. Chaque élément ainsi obtenu devait ensuite être repris pour être scié transversalement de façon à obtenir le gabarit des moellons : il semble que l’on ne se soit pas trop soucié de la sculpture qui restait sur l’une ou l’autre face ; mais dans la construction, on disposait le moellon de manière qu’elle n’apparaisse pas à l’extérieur.

17La façade présente un décor, inconnu jusqu’ici, de plis de vêtement, SMR : 10,5 cm. Le revers offre une portion de rinceau avec deux tiges parallèles en biais, des restes de feuilles d’acanthe, avec, en haut, un animal, privé de sa tête, qui a l’allure d’un singe ou d’un ours. Il est traité de profil et devait regarder vers la droite. Il mesure 17 cm de long, son dos est arrondi ; il est à demi assis sur son arrière-train, le genou de la patte droite est très saillant et se présente de face ; sa patte avant droite est tendue et mesure 6 cm ; les doigts des deux pattes sont longs, assez mal rendus et portent sur des feuilles d’acanthe. SMR : 7,5 cm.

No 100

18Fragment trouvé entre les blocs no 86 et 87 où il servait de pierre de calage. L : 13 cm, l : 7 cm, E : 4 cm. Il s’agit des restes d’une rose à trois pétales entourée de pétales plus grands.

No 128 (pl. 68)

19Fragment de personnage. L : 11,5 cm, l : 10 cm, E : 7 cm. Il a été détaché d’un élément de frise et représente la partie ceinture-mi-jambe d’un petit amour dont le nombril et le sexe sont bien conservés. D’après les dimensions, on peut penser qu’il s’agit d’un amour porteur de guirlande. On l’a découvert dans les déblais du terrassement du frigidarium E.

No 201 (pl. 68)

20Elément de sculpture. L : 10 cm, l : 8,5 cm, E : 8 cm. Tête mutilée d’un amour ; elle a été trouvée en 1970 au Pré-du-Creusot dans l’espace GC, parmi les pierres d’un hérisson de sol. La chevelure, le front et les yeux ont disparu, martelés. La base du nez est reconnaissable ainsi que l’amorce des narines ; la bouche est soulignée aux commissures des lèvres par deux fossettes ; le menton est légèrement en galoche. Les oreilles sont bien détachées, les joues rebondies, le cou épais et court. Les dimensions et la facture sont les mêmes que celles des amours des éléments en bon état ; toutefois cette tête n’a pu trouver sa place là où il y a des manques ; en conséquence, elle représente à elle seule un autre bloc (voir ci-dessus, p. 66).

No 216 (pl. 68)

21Fragment mis au jour au Pré-du-Creusot en 1970 à l’angle de I, IA et ID. L : 10,5 cm, l : 6,5 cm, E : 6 cm. Il représente un oiseau de proie ou un petit rapace. Le bec est abîmé, l’œil droit, seul représenté puisque l’animal est traité de profil, est finement percé au trépan ; le cou est orné de stries incurvées. Les ailes apparaissent en relief et sont marquées de rainures longitudinales ; la patte droite, assez longue, repose sur un motif impossible à identifier. Cet oiseau, tourné vers la droite, picore un motif en torsade qui n’est pas clair. Le reste du corps a été détruit. Le travail au trépan est notable ; SMR : 6 cm.

REMARQUES POUR LES ELEMENTS QUI VONT SUIVRE

22La plupart des fragments dont l’analyse va être maintenant présentée ont été débités pour en faire des moellons : cette indication ne sera pas répétée. D’un autre côté, aucun d’entre eux n’est complet ; en général, il y a eu cassure en haut ou en bas. La largeur indiquée ne sera qu’approximative, en effet si l’on a une arête vive sur une face, de l’autre côté, comme il s’y trouve la partie sculptée, on obtient des mesures très inégales. On notera enfin qu’il y a pour l’épaisseur une sorte de standardisation du matériau puisque la même mesure revient souvent.

No 243

23L : 13,5 cm, l : 14 cm, E : 8,5 cm. Restes de sculpture sur lesquels se voit en haut et au fond une aile longue de 10 cm et large de 4 cm ; en dessous, placée obliquement, une feuille dentelée masque en partie l’aile ; SMR : 3,5 cm.

No 244

24L : 24 cm, l : 8 à 14 cm, E : 8,5 cm. Cette pierre est très abîmée ; le champ est criblé de trous faits au trépan ; les traces d’arrachement font penser à du feuillage.

No 245

25L : 18,5 cm, l : 12,5 cm, E : 9 cm. On reconnaît en bas de petites feuilles, le reste est arraché.

No 246

26L : 19 cm, l : 12,5 cm, E : 8,5 cm. On a en bas les restes d’une tige légèrement arrondie qui entourait une rose centrale, représentée par un seul pétale ; d’en haut part une fine tige portant une grappe à petits grains qui s’applique sur le centre de la rose ; SMR : 6,5 cm. Le travail au trépan est parfaitement reconnaissable.

No 247

27L : 23 cm, l : 14 cm, E : 8,5 cm. Ce qui subsiste indique un décor végétal fait de feuilles dentelées et d’une rose avec un bouton au centre ; SMR : 7,5 cm.

No 248

28L : 18,5 cm, l : 13,5 cm, E : 8,5 cm. La face sculptée représente un décor végétal, très probablement des feuilles d’acanthe ; SMR : 3,5 cm.

No 249

29L : 20,5 cm, l : 13,5 cm, E : 8,5 cm. On a sans doute la partie inférieure d’un décor végétal fait d’une tige autour de laquelle sont enfilées deux corolles dont le diamètre va en croissant ; SMR : 6 cm. Le reste est indéchiffrable.

No 250

30L : 26 cm, l : 12,5 cm, E : 8,5 cm. L’un des angles a été rabattu de manière à présenter une face oblique. Cette pierre a dû être employée dans un mur où se trouvait un angle obtus, comme c’est le cas des murs extérieurs des trois piscines du grand bain. La sculpture figure une tige portant des feuilles de part et d’autre ; elle paraît se terminer par une fleur ; SMR : 4,5 cm.

No 251

31L : 23 cm, l : 16 cm, E : 8,5 cm. Les traces d’arrachement semblent indiquer un motif végétal ; on remarque de nombreuses traces laissées par l’emploi du trépan.

No 252

32L : 13 cm, l : 15,5 cm, E : 8,5 cm. Pierre très abîmée, sans doute ornée d’un décor végétal ; SMR : 4 cm.

No 253

33L : 15 cm, l : 11,5 cm, E : 8,5 cm. Fragment très endommagé ; il s’agit probablement d’un décor végétal.

No 254

34L : 21 cm, l : 14 cm, E : 8,5 cm. On voit trois pétales en demi-cercle formant sans doute l’entourage d’une rose centrale ; le pétale inférieur est porté par une tige qui part du bas ; SMR : 6 cm.

No 255

35L : 15,5 cm, l : 14 cm, E : 8 cm. Cet élément est en très mauvais état. On reconnaît une cavité à demi conservée ; le côté le plus étroit est oblique. D’après les dimensions : 9 x 3 x 9,5 cm, il est normal de penser à un trou de louve. En conséquence, ce fragment peut ne pas appartenir à la catégorie des frises.

No 256

36L : 15 cm, l : 9 cm, E : 8,5 cm. Fragment de forme triangulaire où l’on reconnaît trois motifs circulaires de reliefs différents, séparés par des rainures ; le premier élément a été fini au racloir fin ; SMR : 4,5 cm.

No 257

37L : 11 cm, l : 8 cm, E : 8,5 cm. On parvient à distinguer une feuille avec une nervure centrale en relief ; SMR : 2,5 cm.

No 258

38L : 12,5 cm, 1 : 6 cm, E : 9 cm. Motif végétal avec une feuille dentelée sur laquelle se remarque l’emploi du trépan ; SMR : 3 cm.

No 259

39Pierre trouvée au Pré-du-Creusot en 1960, dans la pièce DL. L : 17 cm, l : 12,5 cm, E : 10 cm. Ce qui reste permet d’identifier des feuilles ; SMR : 5 cm.

No 260

40L : 9 cm, l : 5,5 cm, E : 8,5 cm. On voit une feuille à trois lobes dentelés séparés par un trou fait au trépan.

No 261

41L : 7 cm, l : 7,2 cm, E : 7 cm. On a l’extrémité d’une feuille bien conservée munie d’une rainure centrale en relief ; SMR : 1,5 cm.

No 262

42L : 13 cm, l : 7,5 cm, E : 9 cm. On a en bas un reste de tige à fort relief au-dessus de laquelle se dresse verticalement une feuille lancéolée, qui porte une nervure centrale en creux ; à sa droite se voit une feuille allongée et recourbée dont l’intérieur est creux ; SMR : 5 cm.

No 263 (pl. 68)

43L : 25,5 cm, l : 13 cm, E : 8,5 cm. On reconnaît une partie de feuille d’acanthe avec une nervure en creux. Posé sur l’extrémité d’un lobe de la feuille se trouve un petit animal sans tête qu’on peut identifier comme un écureuil en raison de sa longue queue en panache qui mesure 6 cm de long et 3 cm de large. Le panache est rendu par des stries obliques à la manière des arêtes de poisson ; SMR : 4,5 cm. L’état de la sculpture est excellent.

No 264

44L : 8,5 cm, l : 7,5 cm, E : 4 cm. Petit fragment qui représente deux éléments de feuilles dentelées séparées par une rainure profonde ; elles ont l’une et l’autre une légère nervure en creux ; SMR : 2,5 cm.

OBSERVATION

45Ces éléments souvent très mutilés permettent quelques remarques. Le bestiaire déjà fort abondant vient s’augmenter d’un oiseau, d’un écureuil et d’un animal que l’on ne peut identifier parce que la tête fait défaut ; les amours sont représentés par une aile, une tête et la partie inférieure d’un corps : il semble peu probable que ces divers éléments appartiennent au même personnage ; enfin l’abondance des décors végétaux et floraux tend à indiquer surtout des revers de frise.

4° Catégorie M

No 66 (pl. 65)

46Fragment découvert au Pré-du-Creusot en 1966. L : 28 cm, l : 23,5 cm, E : 24 cm. C’est la partie droite d’un larmier, cassé un peu au-dessous de l’attache du modillon. La tranche droite présente les restes du cadre d’anathyrose ; la surface du lit supérieur est assez tourmentée. Le modillon avait une largeur de 11 cm et devait être orné d’une feuille qui montait ; deux de ses extrémités sont bien conservées et séparées par des espaces triangulaires ménagés au trépan. Le chapelet est fait de lignes brisées : c’est le même que celui de F 116. 1 CA a totalement disparu ; 2 CA a deux pétales en bon état. La doucine est tout à fait nouvelle : les feuilles, qui ornent cette moulure sur les blocs entiers, ont été remplacées par une guirlande de feuilles, tour à tour tombantes et montantes, entre lesquelles se trouve une tête humaine. Ici, il ne subsiste qu’une feuille à droite et à gauche de la tête. Les feuilles ont une nervure en creux très prononcée, et les lobes se trouvent sur des plans obliques, comme s’ils allaient se refermer sur eux-mêmes. La tête occupe presque toute la hauteur de la doucine dont elle épouse la forme. La sculpture, fort délicate à réaliser, est assez maladroite. Les cheveux se présentent en gros bourrelets sillonnés de rainures, et forment une sorte de couronne au-dessus de la tête : le front est ainsi en grande partie masqué. Les yeux, légèrement en relief, sont en amande et peu expressifs ; le nez est incurvé dans le sens de la doucine, la bouche indiquée par un simple trait de même largeur que la base du nez, les joues rebondies ; les oreilles n’ont pas été représentées. Le visage s’inscrirait à peu près dans un carré de 6 cm de côté ; SMR : 2 cm. La sculpture de ce visage s’apparente très bien à celle des amours rencontrés sur les blocs de frise. La cimaise a des crosses en relief, c’est le même décor que celui que l’on rencontre sur F 19.

47Ce fragment garde les traces d’un cadre d’anathyrose. Il ne s’adapte sur aucun des éléments actuels ; il s’inscrit cependant très bien parmi eux, tant par la continuité des décors que par son originalité.

No 66 bis

48Fragment du haut d’un larmier trouvé à Grippe-Soleil en 1966, salle P. L : 8,5 cm, l : 11 cm, E : 9 cm. Il s’apparente au précédent : on a au-dessus un reste du lit supérieur ; la cimaise est ornée d’une crosse en relief comme sur le no 66, et la doucine présente la partie gauche de la chevelure d’une tête humaine dont on ne devine qu’un œil en amande ; la réussite est moins bonne que pour la tête du no 66. Ce fragment n’a pu être compris que par comparaison avec le précédent. On notera qu’il a été découvert à Grippe-Soleil et non pas au Pré-du-Creusot.

No 114 P

49Fragment de modillon cassé et scié, trouvé en 1967 au cours des travaux de terrassement aux abords de la piscine DI. L : 14 cm, l : 14,5 cm, E : 13 cm ; le modillon lui-même a une largeur de 11 cm. Au-dessous de ce dernier, ce qui reste permet de conclure à un rang d’oves, surmonté d’un rang de denticules larges de 4,4 cm et espacés de 6 mm, une languette centrale les unissant. Le modillon était orné d’une feuille montante à nervure centrale étroite et très creuse ; les lobes sont finement travaillés, séparés entre eux par des échancrures profondes, ils sont dentelés, SMR : 2,5 cm. Comme ce fragment n’a pu reprendre place sur les éléments de corniche, il atteste par là même un bloc qui fait défaut.

No 143 P (S 102)

50Il a été découvert en DG en 1967. L : 12,5 cm, l : 18 cm, E : 12 cm. Ce fragment en très mauvais état ne peut être compris qu’en le comparant aux éléments de corniche complets ; il a le même profil qu’un élément de larmier. La partie supérieure est plate, relativement unie et non sciée. La cimaise est décorée de petites feuilles larges de 3,2 cm, séparées entre elles par un intervalle de 6 mm, elles touchent un bandeau plat par trois lobes que séparent des espaces triangulaires. Au-dessous du bandeau se trouve un rang de perles d’un diamètre de 1,8 cm, jointes entre elles par une fine languette. La doucine devait représenter un décor végétal. Le reste de la pierre est en retrait et ne conserve aucune trace intéressante. Avec ce fragment, on a de nouveau l’attestation d’un bloc qui manque.

No 237

51Fragment débité en moellon découvert au Pré-du-Creusot en 1970. L : 34,5 cm, l : 11,5 cm, E : 9 cm. A une seule extrémité, donc sur une faible section, on reconnaît des éléments de décor des moulures inférieures d’une corniche : l : denticules, 2 : tresse, 3 : bandeau plat, 4 : peut-être des perles. Si ce bloc appartient bien aux pierres du monument, on a donc un ordre de décors qui ne s’était pas encore rencontré. Il est lui aussi le témoin d’un bloc qui fait défaut.

No 265 P

52L : 8 cm, l : 3,5 cm, E : 4 cm. Petit fragment très endommagé où l’on reconnaît les restes d’une ove ; le dard est bien conservé.

No 266 P

53L : 11 cm, l : 10 cm, E : 7,5 cm. Ce petit bloc qui ne possède qu’une face unie pourrait être le haut d’un modillon. On distingue les traces d’un décor végétal et quatre perles qui devaient faire partie du chapelet.

No 267 P

54L : 17 cm, l : 9 cm, E : 8 cm. Morceau de la partie supérieure d’un larmier. On voit une petite partie du lit supérieur, reconnaissable à son aspect uni et au pan oblique qui le limite en avant. Un élément de crosses horizontales décore la cimaise, c’est le même modèle que celui qu’on a au revers du no 12. On voit au-dessous deux attaches de feuilles qui devaient décorer la doucine.

OBSERVATIONS

55Tous ces fragments n’ont pas une même valeur : certains peuvent appartenir à tel ou tel des blocs étudiés plus haut ; la destruction quasi systématique des larmiers s’oppose à leur remise en place ; d’autres, en revanche, et c’est le cas des nos 66, 114 P et 143 P, sont les témoins de blocs détruits en tout ou en partie qui permettent de porter le nombre des éléments de corniche en notre possession de 28 à 31, chiffre qui intéresse grandement une tentative de reconstitution du monument. On voit aussi qu’il serait illusoire d’attendre d’avoir récupéré tous les blocs pour se livrer à un essai d’anastylose : il y a eu certainement de graves dégâts dus au débitage, sans compter les moellons recueillis ou non, qui, ne portant aucune trace que celle de la scie, ne se laissent pas interpréter comme fragment de tel ou tel élément d’architecture.

© ARTEHIS Éditions, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search