Version classiqueVersion mobile

Escolives Sainte-Camille gallo-romain

 | 
Raymond Kapps

Deuxième partie. Analyse des blocs

Chapitre IV. Les larmiers (Catégorie M)

Texte intégral

1La catégorie M comprend 28 éléments de corniche. Ces derniers sont comparables pour leur forme générale à n’importe quel élément d’un quelconque monument du monde romain sculpté sur les deux faces. Cela dit, on ne reparlera plus de la forme lors de la description propre à chaque bloc, l’on s’intéressera surtout aux variantes observées dans le décor. Pour les dimensions, la longueur L et la hauteur H seront indiquées comme ci-dessus, mais la profondeur P ne sera pas donnée. En effet cette mesure, prise au niveau du lit inférieur, est d’environ 40 cm pour tous les blocs et il n’y a donc pas lieu de le répéter à chaque fois. Eventuellement, pour les rares éléments complets, on indiquera la profondeur au niveau du lit supérieur ; pour la majorité en effet, il paraît superflu de donner une profondeur même relative, car les larmiers ont presque toujours été bûchés pour s’adapter aux dimensions de la tranchée de fondation où ils ont été remployés.

2Un problème embarrassant s’est présenté à propos de la détermination du côté façade et du côté revers. Il a été résolu pour quelques blocs, notamment pour ceux qui possèdent une saillie : ils sont au nombre de 4. Quelques autres, précédant ou suivant, dans le monument, un bloc à saillie, n’ont pas offert de difficultés, puisque la situation était claire. Pour la plupart, le problème reste entier et semble actuellement insoluble ; on ne voit pas sur quel élément suffisamment solide on pourrait se fonder pour faire l’indispensable distinction. Il a donc fallu se contenter du principe suivant : c’est la description qui permettra de différencier un côté de l’autre ; en effet, il n’existe pas de bloc dont les deux faces soient ornées exactement de la même façon. En conséquence, on continuera à employer les mots façade et revers, de manière qu’on puisse aussi parler de tranche droite et de tranche gauche sans danger de confusion.

3D’autre part, la richesse et la variété des décors sont telles qu’il a été difficile de déterminer des sous-groupes : tantôt on a une similitude des principaux motifs pour la façade, tantôt pour le revers, tantôt les blocs sont comparables pour les motifs à la fois de la façade et du revers, tantôt toute comparaison s’avère impossible. C’est en étudiant les motifs des quatre premières moulures, en partant du lit inférieur, qu’on a fini par adopter le classement suivant :

  1. Blocs dont les motifs sont semblables (façade et revers), plus un qui n’est identique aux précédents que pour le revers : 5 ;

  2. Blocs qui étaient côte à côte dans le monument : 3 ;

  3. Blocs qui sont très proches l’un de l’autre, plus deux qui ont un côté semblable : 4 ;

  4. Blocs identiques : 2 ;

  5. Blocs dont les motifs inférieurs sont semblables sur une face, plus un fragment de saillie isolé : 7 ;

  6. Blocs qui possèdent les mêmes décors sur une face : 3 ;

  7. Blocs isolés en raison de leur dissemblance par rapport aux autres : 3 ;

  8. Bloc très mutilé : 1.

4Pour la description, on commencera toujours par la moulure inférieure pour remonter vers le haut jusqu’à la base des modillons : soit quatre moulures ; puis on verra l’étage des modillons, en allant de gauche à droite, pour terminer par la doucine et la cimaise.

5Afin d’éviter les répétitions fastidieuses, on indiquera pour chaque face :

  1. première moulure ;

  2. deuxième moulure ;

  3. troisième moulure ;

  4. quatrième moulure ;

6puis de gauche à droite :

71M : premier modillon ;

82M : deuxième modillon, et ainsi de suite ;

9ensuite, toujours de gauche à droite :

101C : premier cadre ;

112C : deuxième cadre, etc.

12Pour ces deux derniers décors, l’ordre pourra être interverti. Si c’est un cadre qui se trouve en premier lieu à gauche, on commencera par les cadres ; sinon on traitera d’abord des modillons. On a choisi d’appeler cadre le motif d’une très grande diversité qui est situé entre la base de deux modillons dans un plan vertical.

13MC indiquera le chapelet ou motif de perles ou d’éléments dérivés qui court sous le plafond et encadre d’un créneau la partie horizontale des modillons et la partie interne des caissons ornés d’une rose ou d’une fleur.

141 CA : premier caisson ;

152 CA : deuxième caisson, etc ;

16Doucine ;

17Cimaise.

18Dans un souci de clarté, il paraît nécessaire de présenter la description d’un élément schématique, avant de passer à l’étude détaillée de chaque bloc.

19Mais auparavant il est indispensable de justifier le choix du terme « cadre » pour désigner l’espace orné situé dans un plan vertical entre deux modillons. En dépit des recherches, il n’a pas été possible de trouver le terme technique exact, ni même de savoir s’il en existe un. On a pensé à « tableau », « caisson vertical », « métope », mais ces termes auraient créé des confusions. Le silence des auteurs à ce sujet semble justifié par le fait qu’en général, entre les modillons, l’espace est nu ; s’il y a un décor, il se répète d’ordinaire sans grand changement ; crosses, crosserons, boucliers d’amazone. Il est alors facile de le signaler dans la description. A Escolives, la variété extrême du décor à cet emplacement exigeait le choix d’un terme : quitte à commettre une impropriété, on a retenu « cadre ».

DESCRIPTION D’UN BLOC SCHEMATIQUE (pl. 6)

20Le bloc est à saillie ou non. Le profil a l’allure générale d’un trapèze reposant sur sa petite base.

21Sur la façade, la première moulure est faite de rais-de-cœur. Les variantes sont multiples, aussi est-il nécessaire de les étudier ici. En fait, il n’y a pas de vrais rais-de-cœur au sens où l’on a coutume d’employer ce mot. Si la forme de cœur est en général conservée, tous les motifs semblent se rattacher à un décor végétal ou floral qui orne une doucine renversée. L’examen de chaque bloc permet d’identifier 21 motifs différents. Les huit premiers se rattachent aux rais-de-cœur classiques : fleurs d’eau séparées par des fléchettes (Robert Ducher, Caractéristique des styles, Flammarion, p. 26) ; tous les autres sont influencés par la feuille. Chaque type est désigné par une lettre de l’alphabet, de « a » à « u », et la distance qui sépare deux mo tifs ou rythme du décor, par la lettre R. La plupart de ces décors sont loin d’avoir une régularité parfaite : on sent souvent des maladresses, une imitation parfois gauche, un travail inachevé ; la description est faite à partir des motifs les mieux réussis et les mieux conservés.

Catalogue des variantes des rais-de-cœur (pl. 45 à 48)

22a - Bien que la pierre soit abîmée, on peut donner la description suivante. Chaque fléchette, à tête ronde et à pied pyramidal, est entourée d’une branche dégagée du fond par une rainure qui, avec sa correspondante, détermine un cœur à l’intérieur duquel on voit une tige à deux feuilles larges rappelant grosso modo un Y. R : 10 cm ; SMR : 2 cm.

23Ainsi sont les façades des blocs 60 et 95.

24b - Variante de « a », mais la tige placée à l’intérieur du cœur est percée d’un trou triangulaire. R : 10,5 cm ; SMR : 2 cm.

25Ainsi est la façade du bloc 71.

26c - La fléchette est très effilée et la base plus large. La branche qui l’entoure est épatée et porte une nervure en creux. A l’intérieur du cœur, la tige, plus fine, se termine par deux feuilles divergentes marquées d’une rainure en creux. L’ensemble est très écrasé. R : 16,5 cm ; SMR : 2 cm.

27On a le revers du bloc 86 et les revers de 81 et 96.

28Le revers de 23 est une variante ; R : 12,5 cm ; SMR : 2 cm.

29d - Variante de « b », mais l’arrondi de la branche n’apparaît pas en haut, car le motif fait corps avec le bandeau. La fléchette est percée de trous à sa base. R : 12,5 cm ; SMR : 2 cm.

30La façade de la saillie et la partie droite du bloc 81 se rattachent à ce groupe ; d’autres ne sont que des variantes : façade de gauche du 96 ; façade de gauche du 23 ; revers de 13 et 58.

31e - Variante de « d », mais la branche est de nouveau totalement détachée du bandeau plat. La tige porte non plus deux, mais trois feuilles, et sous celle du centre, de petite taille, se voit un trou triangulaire. R : 10,5 cm ; SMR : 1,5 cm.

32On a la façade du bloc 91.

33f - Le haut de la fléchette, en forme de boule, est très détaché de la base. La branche est plus fine et a partout la même largeur ; au sommet elle se confond avec le bandeau inférieur. L’intérieur du cœur est garni d’une tige courte qui porte deux feuilles pleines et larges, séparées au centre par une petite rainure qui laisse apparaître en retrait une petite feuille qui tient au bandeau. R : 13 cm ; SMR : 1,8 cm.

34On a le revers des blocs 26, 62, 99.

35g - Selon les motifs, la fléchette se désagrège et n’est plus guère sentie comme telle : c’est particulièrement le cas de « g ». La base est une évolution de celle de « d » et de « e », mais il ne s’agit plus de trous, car on a trois ouvertures franches qui semblent dessiner des lobes s’organisant autour d’une perle. La branche porte une rainure en creux et le haut est largement rattaché au bandeau. Dans le cœur, une tige porte à droite et à gauche une petite feuille ovale à lobes et à nervures en creux. R : 12 à 13 cm ; SMR : 2,5 cm.

36Appartiennent à ce groupe les blocs 19, 20, 67, 80, 84, 92 pour la façade et 116 pour le revers.

37h - Variante qui s’apparente à « g » pour la branche qui entoure la fléchette ; mais, au sommet, le lien avec le bandeau est faible. La base de la fléchette est percée de quatre trous. Le cœur est à peine esquissé, puisque la branche est brutalement interrompue pour faire place à un motif percé de trous carrés, porté par une tige mince. R : 11,5 cm ; SMR : 2 cm.

38Tels sont les revers des blocs 19, 67 et 144.

39i - Variante plus élégante de g. La branche est remplacée par des feuilles longues et étroites, garnies de lobes et munies d’une légère nervure centrale en creux. A leur point de rencontre, en haut, descendent sur elles trois petites pointes de feuilles. L’intérieur du cœur est plus grossier : on reconnaît une tige et deux feuilles qui montent. R : 13,5 cm ; SMR : 4 cm.

40On a le revers des blocs 12, 50, 55.

41j - Feuille tombante à lobes fins ; à l’intérieur d’une rainure centrale part vers le haut une tige qui se termine par un bouton ajouré. Les lobes sont séparés par de fines rainures. La fléchette part du lit de pose et se termine sous l’arc formé par la réunion des lobes. Ce motif fait penser à une guirlande de feuilles. R : 10 cm ; SMR : 2 cm.

42On a la partie gauche de la façade de 62 ; la partie droite de la façade de 23 et la façade de 99.

43k - Le motif est difficile à comprendre, mais en le rapprochant de « j », on voit qu’on a affaire à une variante. En effet, s’il est écrasé, c’est pour permettre le passage d’une arcature en relief au-dessus de celle qu’on a en « j ». Le motif au centre du cœur est une languette à trois pointes. Ce décor est plat. R : 12 cm ; SMR : 1 cm.

44Tels sont les revers des blocs 20, 80, 84, 92.

45l - Large feuille tombante à rainure centrale fine et profonde : elle a, délimités par des échancrures, cinq lobes dont le cinquième, au centre, s’achève au bord du lit de pose. La fléchette a des extrémités bulbeuses en forme de pilon de mortier. R : 11,5 cm ; SMR : 1,5 cm.

46On a le côté droit de la saillie et de la façade du bloc 62 et la façade de 26.

47m - Feuille tombante aux lobes harmonieux. Un trou à section triangulaire marque en haut le milieu de la feuille ; la nervure est en relief. Le haut de la fléchette est arrondi, tandis que son pied est fait de deux branches largement écartées. R. : 11 cm ; SMR : 2 cm.

48Telle est la façade du bloc 49.

49n - Le dessin de la feuille est beaucoup moins net, bien que l’on distingue des lobes. Le motif est assez grossier. Ce qui tient lieu de fléchette s’apparente à « d » et à « e ». R : 10,5 cm ; SMR : 3,5 cm.

50On a le côté gauche de la saillie et le côté gauche de la façade 81.

51o - La feuille est simplifiée, mais les lobes se distinguent tout de même. La forme est celle d’un V avec des jambages larges de 3 cm. La rainure centrale va en s’élargissant vers le haut : elle est longue et profonde. Dans l’intervalle, la fléchette a pris beaucoup de place et a la même longueur que la feuille ; partant du lit de pose auquel elle adhère par trois languettes triangulaires, elle forme une pyramide dont on ne voit que deux faces. R : 9,5 cm ; SMR : 2 cm.

52On a la façade du bloc 21 et du bloc 86 ; la partie droite de la façade de 96 et les revers de 97.

53p - Feuille tombante à quatre lobes fins, séparés par une rainure mince et profonde. Au-dessous du bandeau, les feuilles sont reliées entre elles par un arrondi épais formant un U renversé. La fléchette part du bandeau inférieur où elle s’évase en trois languettes, elle s’amincit en montant et présente deux pans obliques, percés chacun à la base d’un trou fait au trépan. R : 7 cm ; SMR : 3 cm.

54On a la façade des blocs 13 et 58.

55q - Feuille tombante à trois lobes possédant une rainure centrale. Au bandeau, il n’y a pas d’arrondi, mais une sorte de listel épais coupé par la rainure centrale. La fléchette part du bandeau inférieur et se dresse verticale entre deux feuilles. R : 9,5 cm ; SMR : 2 cm.

56On n’a que la façade du bloc 116.

57r - On voit une feuille en forme de cœur à pointe en bas ; une rainure centrale la partage incomplètement en deux ; elle a cinq lobes ; la pointe du lobe central est en contact avec le bandeau inférieur, tandis que le premier lobe en haut est rattaché à son symétrique à droite et à gauche. Dans l’intervalle, la fléchette part du bandeau inférieur et reste liée au champ ; sa longueur ne va pas au-delà de la moitié de celle de la feuille. R : 6 cm ; SMR : 3 cm.

58Tel est le revers du bloc 49.

59s - Variante mieux réussie de « r ». On note l’alternance d’une feuille à cinq lobes et d’une feuille à sept lobes qui semble donner un double rythme : une fois 4,5 cm, une fois 5,5 cm. SMR : 2,5 cm.

60Ce type intéresse la façade des blocs 12, 50, 55.

61t - Feuille en forme de cœur qui tombe du bandeau supérieur jusqu’au bandeau inférieur ; une nervure centrale est mise en relief par un léger recreusement ; les échancrures qui séparent les lobes sont rendues par des trous faits au trépan. La fléchette s’apparente à celle de « n », mais la tige assez fine monte jusqu’au bandeau. R : 8,5 cm ; SMR : 2,5 cm.

62Tels sont les revers des blocs 60, 71, 91 et 95.

63u - Variante de « t ». Feuille large et beaucoup plus soignée, la nervure est plus épaisse et mieux mise en relief, la feuille a des lobes bien détachés et bien dentelés. R : 10,5 cm ; SMR : 2,5 cm.

64On ne trouve que la façade du bloc 97.

OBSERVATIONS

65Cette analyse montre que pour 56 faces (façade et revers), en réalité 53, puisqu’une moulure martelée est indéchiffrable et deux autres inexistantes, on a 21 sortes de rais-de-cœur ; encore a-t-on rattaché à telle série des motifs qui ne sont pas rigoureusement identiques. C’est beaucoup : l’extrême variété des décors est ainsi mise en évidence et elle va continuer à se manifester dans la réalisation des autres motifs. On doit dès maintenant insister sur cette variété qui constitue une des originalités de ce monument, comme cela était déjà patent avec les blocs de frise. On sent, dans une conception classique, le souci de faire différemment et d’apporter en quelque sorte une marque originale : c’est peut-être l’expression d’une aspiration de caractère indigène.

66Il n’en reste pas moins que le problème de l’ordonnance de ces différentes variétés de rais-de-cœur entre elles est délicat ; on verra, au cours de l’analyse des blocs, que d’intéressantes observations ont pu être faites pour la façade même, mais le problème demeure entier pour le revers. Il n’est pas question bien entendu de contester l’appartenance de tous ces blocs à un même monument.

67Tout au long de l’analyse qui vient d’être faite, on s’est efforcé d’établir une continuité entre les différents motifs, passant d’un modèle à celui qui paraissait le plus proche. On a vu que le rai-de-cœur avait été abandonné au profit de la feuille tombante qui domine, mais qui a le mérite d’avoir la forme d’un cœur. Il est certain que cette évolution n’est pas une création.

68Par ailleurs, les maladresses observées, le manque de régularité dans le rythme qui est loin d’avoir une précision mathématique, l’à-peu-près de certains décors, donnent à penser que ce travail fastidieux — puisqu’il s’agit de reproduire un même motif à un grand nombre d’exemplaires — a dû être confié à des mains plus ou moins expertes, et aussi à des mains différentes : certains décors sont moins soignés, moins réussis que d’autres.

69De la première moulure, on passe à la seconde. En général, il existe seulement un bandeau plat ; toutefois pour la façade des blocs nos 62, 26, 99 et pour les revers des blocs nos 19, 20, 84 et 92, ce bandeau est remplacé par une moulure.

70La troisième moulure est faite d’une série d’oves, mais là encore ce n’est pas une règle absolue (cf. pl. 66).

71La quatrième est représentée par des denticules, sauf pour cinq blocs dont trois ont un autre décor et deux, en très mauvais état, ne peuvent être lus. Il s’agit, dans l’ordre, des blocs nos 20 (revers), 99 (façade) et 116 (revers) [nos 23 et 60 (revers)] ; de plus la partie gauche de la façade de 62, partiellement effacée, n’avait pas non plus de denticules (cf. pl. 66).

72Les modillons, dans la mesure où l’on peut s’en rendre compte, ne sont jamais semblables ; leur largeur est variable et tourne autour d’une dizaine de centimètres. Les espaces laissés entre deux modillons, et qui seront appelés cadres, sont ornés de motifs parfois identiques, parfois différents, voire originaux.

73Sur le soffite du larmier, on remarque un motif de perles ou d’éléments dérivés, courant sous le plafond, et encadrant d’un créneau la partie horizontale des modillons et la partie interne des caissons, ornés d’une rose ou d’une fleur.

74Le soffite est limité par un bandeau plat d’où partent généralement des feuilles, et la cimaise est ornée de volutes.

75On notera que ce qui vient d’être dit pour la façade vaut également pour le revers qui est de même conception.

76Le dessus de la corniche comprend, dans la partie médiane, une zone recreusée, plane et horizontale, large de 58 cm, qui couvre toute la longueur du bloc. Puis on a de part et d’autre en direction de l’extrémité du larmier un plan légèrement incliné (voir pl. 1 et 6). L’utilisation de la zone recreusée n’est pas claire. Elle se trouve limitée par une bordure qui devait avoir pour but de retenir quelque chose. On a pensé à des statues, comme cela se rencontre au-dessus de certains monuments, en particulier des arcs de triomphe ; mais on se demande pourquoi tous les blocs auraient été ainsi travaillés, car il est hors de propos d’imaginer que chaque bloc portait la sienne. Y avait-il là un élément d’architecture ou de charpente ? Il s’agit d’un détail important qu’il faudra préciser ultérieurement.

ANALYSE DES BLOCS DE CORNICHE

1° 5 blocs : 4 dont les motifs sont semblables (façade et revers), plus 1 qui n’est identique aux précédents que pour le revers

BLOC no 60 (pl. 49)

77Il a été trouvé sous le mur ouest de EB 1.

78L : 87 cm ; H : 37 ; la tranche gauche est abîmée, et, en bas, au milieu, se remarque un trait de scie. La tranche droite conserve les restes d’un cadre d’anathyrose. En bas, au centre, communiquant avec le lit de pose, se trouve une mortaise de 12 cm de long, 4 cm de large et 7,5 cm de profondeur. Sur le lit supérieur, au centre, existe un trou de louve de 10 cm de long, 3,5 cm de large, rempli de mortier, et, à sa droite, il y a une cavité circulaire de 4,5 cm de diamètre et de 4 cm de profondeur.

79Décor de la façade : 1 a (cette lettre désigne la catégorie à laquelle appartiennent les rais-de-cœur). 2 : bandeau plat. 3 : oves, R : 6 cm. 4 : denticules. La face arrière n’est pas visible, elle fait corps avec le champ recreusé en biais et une languette de 1 cm les relie entre eux en haut, à 1 cm du champ. Largeur du denticule : 4 cm.

801 M est cassé et les traces d’arrachement indiquent qu’il en restait moins de la moitié. 2 M est large de 15 cm et abîmé, il devait représenter une feuille. 3 M est abîmé.

811 C est endommagé, mais son motif est donné par les deux autres. Il est fait de 3 sortes de crosses associées qui se présentent comme des feuilles roulées, creuses, avec une volute. Toutes les volutes d’un même cadre sont tournées du même côté : 1 C vers la gauche ; 2 C vers la droite ; 3 C vers la gauche. Dans ce dernier, le troisième élément est détruit.

82MC : perles ; il n’en subsiste que quelques éléments.

83Au-dessus, tout est détruit.

84Le revers est en très mauvais état. Il ne reste que 1 t. Le bandeau plat est reconnaissable. 3 devait avoir des perles d’un diamètre de 3,5 cm.

BLOC no 95 (pl. 49 et 50)

85Il a été découvert sous le mur sud du bassin DK.

86L : 92,5 cm ; H : 38 cm. La tranche gauche présente un cadre d’anathyrose ; la droite en a des traces ; au centre et en bas, se trouve une mortaise de 16 cm de long, 4 cm de large et 8 cm de profondeur.

871, 2, 3, 4, sont identiques à ceux du bloc no 60.

881 M devait être complet ; 2 M a disparu ; 3 M est très détérioré.

891 C : crosses à droite ; 2 C, à gauche ; 3 C, à droite.

90MC : perles. Le reste a disparu.

91Le revers. 1, 2, 3 sont identiques à ceux du revers du no 60, mais 3 a été martelé. 4 : denticules reliés entre eux au champ par l’arrière, et presque en avant par une languette de 9 mm de long et 8 mm de large ; le denticule mesure de 4 à 4,5 cm.

921 C : une feuille à 4 lobes, mais le début du cadre à gauche devait se trouver sur le bloc qui le précédait. 2 C, largeur : 16,5 cm, représente des marguerites tenues au centre par une tige. 3 C : une plante avec trois feuilles de chaque côté, et au centre, en haut, un motif qui fait penser à une fleur.

931 M devait être orné d’une feuille ; 2 M est indéchiffrable ; 3 M a disparu.

94MC : dérivé du denticule, il a trois petites dents. R : 3 cm. Ce motif est comparable au traitement de la partie supérieure des denticules de la façade du bloc no 12.

95Le sommet du bloc est détruit.

BLOC no 71 (pl. 50)

96Il a été trouvé sous le mur sud du bassin DK.

97L : 88,5 cm ; H : 36,5 cm. La tranche gauche conserve en partie le cadre d’anathyrose ; on a en bas au milieu une mortaise de 8 x 5 x 6 cm ; la droite a son cadre d’anathyrose. Au lit supérieur se voit un trou de louve en croix, longitudinal : 10 x 3 x 6 cm, transversal : 10 x 2,5 x 10 cm.

98Façade : 1, 2, 3, 4, sont semblables, malgré quelques accidents, à ceux des nos 60 et 95.

991 M est abîmé, il n’était complet que pour les trois-quarts. 2 M : martelé, il portait peut-être une feuille. 3 M a disparu.

100C : sorte de crosses à volutes ; 1 C, à droite ; 2 C, à gauche ; 3 C, à droite.

101MC : perles de 2 cm de diamètre.

102Le reste est abattu.

103Le revers. 1, 2, 3, 4, sont identiques au revers des blocs nos 60 et 95. 1 est en partie martelé ; 3 conserve deux bons éléments : perles allongées (3,5 cm), reliées entre elles au centre par un lien de 6 mm de long.

104A gauche devait se trouver une partie du 1 C ; 2 C est assez abîmé et représentait sans doute deux tiges arrondies partant d’un pied central et portant chacune une feuille ; 3 C présente une plante à deux doubles feuilles allongées et retombantes.

1051 M et 2 M ont disparu ; 3 M est illisible, mais n’existait que pour moitié.

106MC est le même que celui du revers du no 95.

107Le reste n’existe plus.

BLOC no 91 (pl. 51)

108Il a été découvert sous le mur sud de DK.

109L : 80 cm ; H : 38,5 cm. La tranche gauche a un cadre d’anathyrose, de même que la tranche droite, mais on y trouve un trait de scie en biais de 43 cm de long, 8 mm de large et 7,5 cm de profondeur. En bas, au centre, se voit une mortaise de 9 x 3 x 8 cm, et sur le lit supérieur, on a un trou de louve transversal en trapèze de 11 x 3 x 7,5 cm.

110Façade : 1 e. 2 : bandeau plat. 3 : oves avec un dard bien détaché en forme de flèche ; R : 8,5 cm. 4 : les denticules sont liés entre eux uniquement vers l’avant par une attache de section carrée.

1111 C : crosses à volutes tournées vers la gauche, mais il y a une variante, au lieu de trois crosses, on n’en a que deux et demie. 2 C : même observation, les crosses sont enroulées vers la droite. 3 C : deux crosses seulement sont entières et tournées vers la gauche, la troisième est mutilée.

1121 M : martelé. 2 M : devait représenter une large feuille.

113MC : perles.

114Le reste a disparu.

115Le revers. 1, 2, 3, 4 sont identiques au revers du précédent.

1161 M : disparu, il ne devait exister que pour un tiers. 2 M : subsiste à la base, une large feuille à nervure centrale devait l’orner. 3 M : très abîmé et avait sans doute un motif végétal différent de 2 M.

1171 C représente deux feuilles entourées chacune d’une tige qui part du centre en formant un V. 2 C : motif végétal avec deux feuilles de chaque côté et peut-être une fleur au centre. 3 C : abîmé, mais dans la partie gauche, une feuille avec une tige.

118MC : identique au revers du no 71.

BLOC no 97 (pl. 51 et 52)

119Il a été découvert sous le mur sud du bassin DK.

120L : 86,5 cm ; H : 36,5 cm. Sur la tranche gauche subsiste en partie le cadre d’anathyrose ; en bas, au centre, se trouve une mortaise de 12 x 3,5 x 8,5 cm. La tranche droite présente un cadre d’anathyrose en partie conservé. Au lit supérieur, on a un trou de louve longitudinal de 9 x 4 x 4,5 cm.

121La façade : 1 u, 2, 3, 4, sont semblables aux motifs de la façade du bloc précédent, mais les denticules se succèdent sans lien.

1221 C : trois éléments dérivés de la crosse à volute tournés vers la droite. 2 C est semblable, mais les crosses sont tournées vers la gauche. 3 C : les crosses sont dirigées vers la droite.

1231 M : ce qui en reste permet de replacer une feuille large à nervure centrale. 2 M : abîmé, sans doute un motif à feuillage différent du précédent. 3 M : martelé, il devait exister pour un tiers de la longueur.

124MC : perles assez cylindriques de 2,5 cm de long, tangentes à leurs extrémités.

125Le reste n’existe plus.

126Le revers : 1 o ; 2 : bandeau plat ; 3 : oves à R : 8 cm ; 4 : denticules de 4 cm de long distants les uns des autres de 1,2 cm ; ils sont reliés entre eux à l’avant en haut et au-dessous.

1271 M : martelé, il n’existait que pour la moitié à peine. 2 M et 3 M sont détruits.

1281 C : motif de trois crosses pleines à enroulement vers la droite, à branches indépendantes et parallèles, elles partent toutes de la partie inférieure droite du cadre, les enroulements sont inégaux. 2 C est identique, aussi irrégulier, l’enroulement va vers la gauche. 3 C : la troisième crosse est abîmée, l’enroulement se fait vers la droite. Toutes ces crosses sont exécutées maladroitement, avec peu de souci de reproduire exactement le même modèle. Les cadres eux-mêmes n’ont pas la même longueur ; 17 ; 16,6 ; 13 cm.

129MC est identique à celui du revers du bloc no 95.

2° 3 blocs qui étaient côte à côte dans le monument

BLOC no 99 (pl. 52)

130On l’a trouvé à l’extrémité du mur sud du bassin DK.

131L : 86,5 cm ; H : 39 cm. La tranche gauche paraît avoir été travaillée au ciseau ; en bas au centre, on a une mortaise de 9 x 3,5 x 8 cm. La tranche droite est abîmée, on remarque en haut quelques traces du cadre d’anathyrose. Au lit supérieur se trouve un trou de louve longitudinal de 9,5 x 3,5 x 8 cm.

132Façade : 1 j ; 2 : olives de 4 cm de long ; 3 : feuilles enroulées tombant de 4 et dont les pointes vont finir sur les olives de 2 ; 4 : oves, R : 7 à 8,5 cm.

1331 C : au centre, à la base, quatre perles comparables à des grains de raisin, puis deux branches, l’une vers la droite, l’autre vers la gauche, portent deux feuilles dentelées ; à gauche, le motif est très abîmé. 2 C : une sorte de pied végétal d’où partent deux feuilles, et, au centre, une tige en forme de S s’en va vers la gauche, à son extrémité se trouve une rose à quatre pétales. 3 C : une demi-feuille couchée au fond à droite d’où part une tige en ? couché qui se termine par deux feuilles découpées qui retombent. Ce cadre devait avoir son complément sur le no 62.

1341 M a disparu, de même que 2 M, mais les traces d’arrachement semblent indiquer une large feuille.

135MC : perles et pirouettes, R : 6,5 cm.

136Le reste est détruit.

137Revers : très abîmé à gauche, à droite et au-dessus. 1 f ; 2 : bandeau plat ; 3 : perles et pirouettes, R : 10,5 cm ; 4 : denticules reliées entre eux par une languette placée à l’intérieur et à 1 cm de la base du denticule. Les denticules sont de taille irrégulière : 3,5 cm environ, séparés par un intervalle de 9 mm.

138En tout et pour tout, il subsiste au centre les restes d’un cadre, sans doute orné de feuillage.

BLOC no 62 (pl. 53)

139Il a été trouvé sous le mur nord de la cour EB 1.

140L : 124 cm ; H : 40 cm ; LS : 37 cm ; PS : 19 cm ; L de la façade de gauche : 41 cm ; L de la droite : 39 cm. Si l’addition des longueurs de chacune des parties ne correspond pas à la longueur totale, c’est parce que les tranches droite et gauche sont très endommagées. Sur la tranche gauche brisée se voit un trait de scie transversal en haut ; la tranche droite conserve en haut des restes du cadre d’anathyrose ; les vestiges d’une mortaise existent : 15 x 3 x 10 cm.

141Façade à gauche : 1, 2, 3, 4, sont identiques à ceux de la façade du no 99. On distingue un cadre avec deux S se faisant face, séparés dans le bas par une étoile à six branches. Le reste a disparu.

142Sur la saillie, à gauche, poursuite des mêmes motifs sur quelques centimètres ; de face : motifs complètement martelés ; saillie à droite et façade droite : 1 1 ; 2 : perles et pirouettes, R : 8 cm ; 3 : oves, R : 8 cm ; 4 : denticules de 4 cm de long, reliés entre eux à l’intérieur et au centre.

1431 C : une sorte de palmette faite d’une branche verticale et de quatre branches qui partent de la base du cadre pour aboutir sur le côté.

144MC : probablement des olives.

145Revers : 1 f ; 2 : bandeau plat ; 3 : perles et pirouettes, R : 10,3 cm ; 4 : denticules irréguliers de 3,5 cm à 4 cm, liés entre eux par une languette interne.

146Plus haut, on ne voit que les restes de deux cadres : le premier est une sorte de feuillage noué, le second tient du motif végétal et de la crosse.

BLOC no 26 (pl. 53 et 54)

147Il a été découvert sous l’angle sud-ouest du bassin L.

148L : 90 cm ; H : 40 cm. La tranche gauche présente un cadre d’anathyrose et en bas, au milieu, une mortaise de : 15 x 5 x 8 cm. La tranche droite a un cadre d’anathyrose et une mortaise en bas, au milieu, de 16 x 6 x 9 cm, elle se termine par une gorge verticale de 15 cm de profondeur. Au lit supérieur existe un trou de louve transversal trapézoïdal de 10 x 3,4 x 7,5 cm.

149Façade : 1 1, comme la façade de droite du bloc no 62, mais l’état de conservation est très bon ; 2, 3, 4 sont aussi identiques à 62.

1501 C devait être complet et orné d’un motif végétal ; 2 C : deux feuilles dont les lobes sont très détachés, reliées entre elles par une tige en bas, au milieu du cadre ; 3 C : figure qui ressemble au bouclier d’amazone, le corps en est quadrillé et, au centre, se trouve une fleur à trois pétales.

1511 M est abîmé, mais avait une large feuille ; 2 M : détérioré, avait sans doute une feuille ; il en est de même pour 3 M.

152MC : olives de 4 cm de long.

153Le reste est inexistant.

154Revers : 1 f ; 2, 3, 4, sont semblables au revers du no 62.

1551 M devait être complet sur le bloc, mais il est détruit et illisible ; 2 M présente deux feuilles au relief très accusé ; 3 à 4 cm par rapport au champ ; elles font penser à des feuilles de chêne ; 3 M est abîmé et avait sans doute un motif végétal.

1561 C : un oiseau aux pattes très écartées se présente de trois-quarts, le bec en l’air comme s’il voulait picorer l’une des perles du chapelet. Son aile droite est levée, mais présentée de l’intérieur. La queue va en se relevant et diminue en atteignant le champ. De près, la tête est maladroite, la perspective mauvaise ; l’effet est naturellement différent, quand c’est du sol que l’on voit d’oiseau.

1572 C : casque et son masque avec le cimier traversé en diagonale, d’un bout à l’autre du cadre, par un javelot. 3 C : bouclier d’amazone très en relief, SMR : 2 cm.

158MC : perles de 2,5 cm de long.

159Le reste est arraché.

3° 2 blocs qui sont très proches l’un de l’autre, plus 2 qui ont un côté semblable

BLOC no 86 (pl 54)

160Il a été trouvé sous le mur sud du bassin DR.

161L : 62,5 cm ; H : 38,5 cm. La tranche gauche a un cadre d’anathyrose, la droite aussi avec, en bas et au milieu, une mortaise de : 15 x 4 x 6 cm. Au lit supérieur se trouve un trou de louve trapézoïdal de 9 x 3,5 x 8,5 cm.

162Façade : 1 c ; 2 : bandeau plat ; 3 : perles cylindriques de 3,7 cm de long réunies entre elles aux extrémités ; 4 : denticules de 4,5 cm de long, espacés de 1,5 cm et reliés entre eux par une languette à l’avant et au champ supérieur.

1631 C : motif végétal avec une fleur trilobée. SMR : 3 cm ; ce cadre ne figure que pour moitié sur ce bloc. 2 C : motif floral, d’une fleur centrale à quatre lobes sort une tige qui se divise en deux. Chaque partie porte une fleur trilobée. Sur le champ, on a un motif de part et d’autre qui se joint par derrière à la tige centrale : on pourrait peut-être l’interpréter comme deux cornets. 3 C : il s’agit d’une variante de 2 C, mais le ; quatre tiges sont réunies sur le même plan et, au centre, il n’y a qu’une fleur trilobée.

1641 M : une feuille qui semble tomber ; 2 M : une feuille qui monte avec, pour figurer la nervure centrale, une profonde rainure.

165MC ; perles irrégulières de 2 cm de long.

166Au plafond, au centre, on a une partie de feuille d’acanthe assez endommagée. Le reste a disparu.

167Revers : 1 c ; 2 : bandeau plat ; 3 : tresse dont les vides ont été figurés par des trous percés au trépan ; largeur d’un élément 3 cm ; 4 : denticules longs de 3,5 à 4 cm, reliés entre eux par une languette qui fait corps avec le champ.

1681 C : tête d’amour inclinée à 45° par rapport à la base du cadre. Les cheveux sont abondants et rendus par de petites côtes verticales ou obliques. Le front est très peu dégagé, le nez droit et assez épaté. Les yeux en amande sortent d’un creux. Les joues sont boursouflées, la bouche en retrait par rapport à l’aile et à la base du nez. Contre la joue droite et plus bas, se voient trois mèches de cheveux figurant peut-être des boucles. 2 C : une pomme de pin inclinée à 45° par rapport à la base du cadre, elle est marquée d’un quadrillage et porte une longue queue. 3 C est incomplet, Il semble que ce soit une pomme de pin qui fait le pendant de la précédente, son complément devait se trouver sur le bloc qui faisait suite.

1691 M : indéchiffrable ; 2 M : une feuille qui monte.

170MC : sorte de ligne brisée.

171Sur le plafond martelé, il y avait probablement au centre une rose.

172Le reste n’existe plus.

BLOC no 96 (pl. 55)

173On l’a sorti des fondations du mur sud du bassin DK.

174L : 123 cm ; H : 39,5 cm. La tranche gauche a des restes d’un cadre d’anathyrose et porte des coups de scie en bas vers le début du 1 du revers ; la tranche droite a un cadre d’anathyrose et une mortaise de 16 x 4 x 7 cm. Au lit supérieur se voit une cavité transversale de 5 x 3 x 5 cm.

175Il s’agit d’un bloc à saillie, dont la façade mesure à gauche 32 cm de long et 39 cm à droite ; la saillie a été presque totalement abattue.

176Façade : à gauche : 1 d ; 2 : bandeau plat ; 3 : oves, R : 7,5 cm ; 4 : denticules de 4,3 cm de long, séparés par un intervalle de 1,2 cm à 1,5 cm ; ils sont reliés entre eux par deux languettes : l’une placée en avant et l’autre légèrement en arrière, elle fait corps avec le champ. Le modillon, très martelé, devait présenter une feuille. Le cadre portait une sorte de palmette à deux feuilles superposées et distribuées de chaque côté ; on pense à des feuilles de palmier. Le chapelet est le même que celui de la façade du no 97.

177A droite, car il ne reste rien de la saillie : 1 o ; 2 : bandeau plat ; 3 : perles de 3,5 cm de long ; 4 : denticules brisés. Un cadre est visible, c’est un feuillage avec une rose à quatre pétales placée à droite. On ne reconnaît ensuite que l’amorce du modillon. MC : petites perles de 3 cm de long. Le reste est détruit.

178On a noté que 1, 2, 3 diffèrent sensiblement d’un côté de la façade à l’autre ; une explication sera donnée en partie lorsqu’on rencontrera d’autres blocs à saillie en meilleur état.

179Revers : 1 c ; 2, 3, 4 sont ceux du revers du no 86. Un certain nombre de denticules sont endommagés ou manquent. Les modillons sont tous arrachés : rien ne peut y être reconnu.

1801 C : un bouclier d’amazone de mauvaise facture ; 2 C : une tête d’amour inclinée à 45° sur la base du cadre, la joue reposant sur elle. Les cheveux figurés par des traits en biais sont retenus par un ruban large de 1 cm, mais, le long de la joue gauche, ils descendent librement jusqu’à la base du cadre. En haut et à droite, les cheveux sont groupés en coquille. Le front est petit, le nez plat, les yeux en amande et mis en relief par un recreusement du visage. Les joues ne sont pas très dodues, la bouche est bien marquée, le menton assez étroit et l’on voit deux fossettes aux commissures des lèvres. 3 C : tête d’amour inclinée à 45° sur la base du cadre à laquelle touche la joue droite. Les cheveux sont traités différemment de ceux du précédent : une raie centrale les sépare en deux parties qui se terminent sur la joue gauche par une sorte d’anglaise, tandis qu’à droite ils descendent plus librement. Les yeux et le nez sont traités de la même manière que ceux du précédent ; la bouche est martelée ; les joues sont assez rebondies ; la réussite est moins bonne. 4 C : une feuille de vigne dentelée avec une nervure centrale. Elle décrit une courbe partant de l’angle inférieur droit du cadre pour aller à l’angle inférieur gauche. Tout le reste a été détruit.

BLOC no  116 (pl. 56)

181On l’a découvert sous le mur sud du bassin DK.

182L : 44 et 49,5 cm ; H : 39 cm. La tranche gauche a été sciée dans le sens de la profondeur, puis cassée à 24 cm du revers, d’où une forme irrégulière, le trait de scie n’étant pas droit. La tranche droite a un cadre d’anathyrose et une mortaise de 17 x 4 x 7,5 cm.

183Façade : 1 q ; 2 : bandeau plat ; 3 : perles et pirouettes, R : 9,5 cm ; 4 : feuilles convexes à cinq pétales lobés reliés entre eux par le premier, elles ont une largeur de 4,5 cm.

1841 M a disparu ; 2 M a une feuille qui tombe, elle a de nombreux lobes.

1851 C : deux rangs de trois pétales accolés dont la partie supérieure est roulée et présente trois dents. 2 C est martelé ; il n’existe sur le bloc que pour la moitié ; le motif semble être le même que celui de 1 C.

186MC est identique à celui de la façade du bloc no 97. Le reste est martelé.

187Revers : 1 g, 2, 3, 4 sont semblables à ceux du revers du bloc no 86.

1881 C : une feuille dentelée avec sa tige : on n’a là que la moitié du cadre. 2 C : une tête d’amour de profil, elle repose sur la base du cadre, du menton à la nuque. La chevelure est très abondante et forme comme une sorte de natte au-dessus du front jusqu’au bas des joues. Le nez est court et mutilé, l’œil est en amande, les lèvres bien marquées, le menton proéminent, la joue assez rebondie.

1891 M : une tige centrale porte deux feuilles de chaque côté, mais il y a des mutilations. 2 M est martelé.

190MC est analogue à celui du revers du bloc no 86.

191Le reste n’existe plus.

BLOC no 81 (pl. 56 et 57)

192Il s’agit d’un bloc à saillie, trouvé sous le mur nord du bassin DK.

193L : 120 cm ; H : 38 cm ; LS : 44 cm ; PS sur le lit inférieur : 28 cm ; maxima conservée : 38 cm ; L de la façade à droite et à gauche 38 cm. Sur la tranche gauche, on a des traces du cadre d’anathyrose ; sur la droite, le cadre d’anathyrose est assez bien conservé ; on y relève une mortaise, en bas et au milieu, de 17 x 3,5 x 6 cm. Au lit supérieur existe un trou de louve tranversal trapézoïdal de 10 x 4 x 9 cm ; à sa gauche, on a une petite cavité de 4 x 4 x 3 cm.

194Ce bloc a été trouvé scié en deux dans le sens de la profondeur et cassé à la hauteur de la saillie ; de cette façon, le trou de louve a été coupé. Les deux parties du bloc ont été à nouveau réunies à l’aide de goujons.

195La façade à gauche et le côté gauche de la saillie ont le même motif. 1 p ; 2 : bandeau plat ; 3 : perles reliées entre elles par une languette qui semble faire partie du champ ; cette dernière mesure 4 mm et les perles 4 cm ; 4 : denticules larges de 4 cm, séparés par un intervalle de 1,5 cm ; ils sont rattachés par une languette à l’avant et à l’arrière où elle se confond avec le champ.

196D’après ce qui reste, on peut déduire que le cadre de la façade était complété à angle droit par un autre cadre comme sur le côté gauche du bloc no 96.

197MC : identique à celui de la façade de 97.

198Sur la façade de la saillie, on ne peut lire que les 1, 2, 3. Le 1 d inaugure à partir de la gauche un type de rais-de-cœur différent de celui qui a été trouvé sur la partie gauche de la façade et de la saillie ; 1 d va ainsi courir jusqu’au bout du bloc à droite. On constate donc que les rais-de-cœur changent à l’angle gauche de la saillie. 2 est un bandeau plat. 3 est identique à 3 du côté gauche de la façade, mais c’est à partir de l’arête droite de la saillie que l’on a un changement ; en effet, au lieu d’avoir des perles, on trouve des oves, R : 6,5 cm.

199Pour le côté droit de la saillie et de la façade du bloc, on a pour 4 des denticules analogues à ceux de la partie gauche de la façade. Sur le côté droit de la saillie, un reste de modillon devait présenter des feuillages ; on a ensuite un cadre avec une double feuille de palmier. On passe alors à angle droit sur la façade à droite et l’on rencontre un cadre avec le même motif ; enfin à l’extrémité, un modillon orné d’une tige avec des feuilles ; le motif est abîmé. Au plafond se voit une rose à quatre pétales ; l’entourage de la rose est semblable à celui de la façade du no 97.

200Le revers est le même que celui du no 97, sauf le 1, qui devient 1 c. Les modillons sont détruits.

2011 C : une feuille de vigne avec une grappe reposant sur la base du cadre, elle est dentelée ; la tige part de l’angle gauche du cadre. 2 C a le même motif présenté au sens inverse, la tige partant de l’angle droit du cadre. Il y a donc là une recherche de symétrie.

202Tout le reste a disparu.

4° 2 blocs identiques

BLOC no 58 (pl. 57)

203Il a été trouvé sous le mur nord de la cour EB 1.

204L : 89 cm ; H : 38 cm. La tranche gauche a un cadre d’anathyrose et en bas au centre une mortaise de 20 x 4 x 8,5 cm ; le cadre d’anathyrose de la tranche droite est assez bien conservé. Sur le lit supérieur se trouve au centre un trou de louve longitudinal de 6,5 x 3 x 3 cm, et, à sa droite, une cavité de 4 cm de profondeur.

205Façade : 1 p ; 2 : bandeau plat ; 3 : oves, R : 6 cm ; 4 : denticules de 4 à 4,2 cm de long, l’intervalle est de 1,3 cm ; ils sont liés par une attache en haut, au fond.

2061 M : feuille qui monte avec nervure centrale ; 2 M : décor probablement identique ; 3 M : décor de même type. Ces trois feuilles devaient être très ressemblantes.

2071 C intact. Décor de crosses inclinées à droite. La première est incomplète, les quatre suivantes sont entières, de la sixième on n’a que le jambage. 2 C : intact, les crosses sont inclinées vers la gauche ; la première n’a que le jambage, les autres sont entières. 3 C : entier, mais abîmé. Les crosses sont inclinées vers la droite. La première n’a pas son jambage complet, les quatre autres devaient être entières. Bien que les cadres aient tous la même largeur de 16 cm, on notera que le premier présente plus de crosses que les deux autres.

208MC : perles cylindriques de 2,5 cm de long.

209Le reste n’existe plus.

210Revers : 1 d ; 2 : bandeau plat ; 3 : oves, R : 8 cm ; 4 : denticules larges de 4,3 cm, avec intervalle de 1,2 cm ; ils sont attachés en haut et en avant par une languette en liaison avec le champ.

2111 C : feuilles de palmier ; 2 C et 3 C sont identiques.

212Traités de la même façon, les trois modillons sont abîmés ; d’après ce qu’il en reste, on peut songer à des feuilles qui montent.

213MC est semblable à celui du revers du bloc no 95.

BLOC no 13 (pl. 58)

214On l’a trouvé sous le mur nord du frigidarium E.

215L : 89 cm ; H : 40 cm. Sur la tranche gauche, le cadre d’anathyrose est conservé ; en bas, au milieu, se trouve une mortaise de 8 x 4,5 x 6 cm ; à l’arrière se voient des traces verticales de débitage. Le cadre d’anathyrose de la tranche droite est à peu près conservé ; au lit supérieur, au centre, on a un trou de louve trapézoïdal de 10 x 4 x 12,5 cm et à côté, à droite, deux cavités de 3 x 3,5 x 3,5 cm et de 4 x 4 x 4 cm.

216Façade : 1 p, 2, 3, 4 sont semblables à ceux de la façade du no 58.

2171 C a en partie disparu. Il ne subsiste que deux crosses inclinées vers la gauche. 2 C est complet ; six crosses inclinées à droite. Pour la première, on n’a que la tête et pour la dernière le jambage. 3 C : crosses inclinées à gauche ; on en a cinq ; pour la première, on n’a que le jambage.

2181 M : arraché ; 2 M : indéchiffrable et 3 M détruit.

219MC : même motif que celui de la façade du no 58.

220Le revers est en tous points semblable à celui du no 58, à cette différence près que le chapelet n’existe plus. Quelques traces d’arrachement permettent d’en montrer la similitude avec celui du revers du no 58.

OBSERVATION

221Malgré leur ressemblance, ces deux blocs ne pouvaient se faire suite dans le monument ; c’est particulièrement probant quand on examine les deux revers. Il y avait donc un autre bloc entre eux.

5° 6 blocs dont les motifs inférieurs sont semblables sur une face, plus un fragment de saillie isolé

BLOC no 20 (pl. 58 et 59)

222Il a été trouvé sous le mur sud du caldarium F.

223L : 67 cm ; H : 37,5 cm. La tranche gauche conserve des restes du cadre d’anathyrose ; en bas, se trouve une mortaise de 16 x 4 x 8 cm ; la tranche droite a un cadre d’anathyrose presque complet ; au lit supérieur, il y a un trou de louve rempli de mortier.

224Façade : 1 g, R : 13 cm ; 2 : bandeau plat ; 3 : oves, R ; 8 cm ; 4 : denticules de 4,5 cm de long, séparés par un intervalle de 8 mm ; ils sont reliés entre eux par une languette qui part du champ et qui va presque au centre du denticule.

2251 C est abîmé à gauche, on y voit quatre crosses à enroulement vers la droite, le corps étant incliné vers la gauche. 2 C ; une feuille à cinq lobes dont chacun ressemble à une feuille de chêne. 3 C : tête d’homme ailée. Les cheveux et les oreilles sont visibles, l’œil est en amande, le nez droit, mais épaté, la bouche en retrait, le menton en galoche. C’est une petite sculpture de 7 X 7 cm assez maladroite. Le visage se présente de profil et le sculpteur semble avoir voulu présenter le nez, la bouche et le menton de biais.

2261 M est complet. De la base part une tige à multiples branches au bout desquelles retombent des feuilles à trois lobes ; le travail est très fin. SMR : 4 cm. Certaines branches sont totalement détachées du champ. 2 M est complet : deux longues feuilles étroites et parallèles montent, séparées par une rainure dont la profondeur va jusqu’au champ, soit 4 cm ; leurs lobes sont traités comme des feuilles de chêne, mais il ne faut voir ici qu’un décor ornemental.

227MC : perles de 2 cm de long qui se touchent.

2281 CA : quatre feuilles trilobées disposées en croix dont les extrémités s’alignent sur le cadre du caisson. L’impression de croix est soulignée par les quatre nervures réunies au centre par un bouton. 2 CA : cœur d’artichaut. 3 CA : motif présentant au centre un bouton de rose entouré de pétales étalés ; les deux pétales inférieurs se terminent en volute.

229On a ensuite un bandeau plat. Sur la doucine en partie martelée, on voit une série de feuilles larges, à nervure en relief, qui montent, avec des lobes bien détachés ; elles alternent avec des feuilles étroites, dentelées, verticales, qui adhèrent au champ ; R : 11 cm. La cimaise a disparu.

230Le revers : 1 k ; R : 12 à 12,5 cm ; 2 : tresse d’une largeur de 3,3 cm ; 3 : variante de perles et de pirouettes qui marque une fantaisie de caractère bien indigène ; les perles ont la forme d’un losange et, au centre, elles ont été percées de petites fenêtres de section presque carrée : c’est la technique employée pour traiter les extrémités des feuilles, R : 7,6 cm ; 4 : oves, R : 9,5 cm. Observation ; on remarque que ce revers, de même que la façade de gauche du no 62 et la façade du no 99, ne comportent pas de denticules en 4.

2311 C : une feuille plate à nervure en relief, ses contours sont unis et elle est inclinée vers la droite. On peut penser que sur le bloc qui précédait se trouvait le début du cadre et qu’il présentait le même type de feuille inclinée à gauche. 2 C : feuille en long, sans tige, à lobes dentelés et bien détachés, SMR : 2,5 cm. 3 C ; feuille de palmier abîmée à droite.

2321 M ; arraché ; 2 M : incomplet, peut-être une feuille tombante.

233MC : perles de 2 cm de diamètre juxtaposées.

234Le reste n’existe plus.

BLOC no 67 (pl. 59)

235On l’a trouvé sous le mur nord de la cour EB.

236L : 84 cm ; H : 38 cm. La tranche gauche est martelée ; la droite présente un cadre d’anathyrose. Au lit supérieur se voit un trou de louve transversal de 9 x 2,5 x 5 cm, accompagné d’un autre à sa droite de 5,5 x 2,5 x 3 cm ; de plus, à l’angle arrière droit existe un trait de scie en biais de 25 cm de long, 6 mm de large et 2 mm de profondeur.

237Façade : 1, 2, 3, 4 sont semblables à la façade du no 20.

2381 M : incomplet, il présente une feuille qui monte, SMR : 3 cm. 2 M complet : tige avec deux feuilles à droite et à gauche, au sommet de laquelle s’épanouit une feuille dont les extrémités aboutissent au bord supérieur du cadre du modillon. 3 M : complet, mais la partie haute a été écrasée ; on a une tige centrale avec une feuille à lobes de part et d’autre.

2391 C : tête d’animal tournée vers la gauche et traitée de profil ; le museau est assez pointu, l’œil gauche en amande, les pointes de ses petites oreilles viennent s’appliquer sur le bord supérieur du cadre ; le reste du corps est masqué par une feuille. Cette dernière doit sans doute symboliser un bosquet d’où sort l’animal en tendant le cou, comme s’il broutait : on peut penser à une biche. L de l’animal : 10,5 cm ; épaisseur du cou : 4,5 cm. 2 C : petite rosace centrale à six pétales soulignée par une guirlande en demi-cercle qui part du bord supérieur du cadre. 3 C : tête d’homme ailée tournée vers la gauche, elle occupe toute la hauteur du cadre, soit 6 cm ; les ailes sont largement déployées et travaillées au trépan, SMR : 2,5 cm ; la chevelure est rendue par de fines rainures ; le nez est aquilin, la bouche bien dessinée, le menton légèrement en galoche, les joues assez pleines.

240MC : perles comme celles de la façade du bloc no 20.

2411 CA : une rose ; 2 CA : une rose assez abîmée à pétales groupés et superposés ; 3 CA : une rose détériorée, mais sans doute semblable à la première.

242On trouve alors un bandeau plat. La doucine est ornée de la même façon que celle de la façade du no 20, mais le rythme est de 12 à 12,5 cm. Le reste du larmier a été abattu.

243Le revers : 1 h ; R : 11 cm ; 2 : bandeau plat ; 3 ; feuilles en coque à deux lobes rabattus en avant, l’espace libre entre deux feuilles forme à peu près un triangle équilatéral ; il ne reste que deux éléments complets ; 4 : les traces d’arrachement permettent de voir qu’il y avait des denticules.

244Tout le reste est détérioré.

BLOC no 19 (pl. 59)

245L : 66,5 cm ; H : 38,5 cm. La tranche gauche a un cadre d’anathyrose ; en bas, se trouve une mortaise de 14 x 4 x 7 cm ; le cadre d’anathyrose de la tranche droite est en partie conservé. Au lit supérieur se remarque un trou de louve transversal trapézoïdal de 8 x 2,5 x 9 cm.

246Façade : 1, 2, 3, 4 sont semblables au décor de la façade du no 20.

2471 C : une demi-fleur est reliée à une tige centrale qui se divise vers le haut en deux branches arrondies portant chacune une feuille qui retombe et qui occupe toute la hauteur du cadre, soit 6 cm. 2 C : un aigle, la tête tournée vers la gauche, présente son poitrail de face ainsi que ses ailes déployées ; H : 7 cm ; larg. ; 15 cm ; SMR : 3,5 cm. Les détails de la tête ne sont pas indiqués et le travail est moins bien exécuté que pour l’aigle qui orne le premier cadre du revers du no 12. 3 C : un crosseron portant sur la base du cadre, puis trois crosses complètes dont le crosseron est tourné vers la droite.

2481 M : intact, belle et large feuille retombante. 2 M : une tige partant du bas porte, alternativement placées, des feuilles trilobées.

249MC : perles identiques à celle de la façade du no 20.

2501 CA : rosace à pétales superposés. 2 CA : rose qui devait être entourée d’une feuille d’acanthe. 3 CA : rose endommagée.

251On a ensuite un bandeau plat. La doucine a un décor identique à celle de la façade du bloc no 67, R : 12 cm. La cimaise est ornée d’une guirlande de crosses horizontales en relief. L’angle droit supérieur a été bûché.

252Le revers : 1, 2, 3, 4 sont identiques à ceux du revers du bloc no 67, sauf que le rang de denticules est à peu près complet, L : 3,5 cm ; intervalle : 1 cm ; ils sont reliés par une languette très fine indépendante du champ et placée légèrement en retrait de l’alignement des denticules.

2531 C : martelé ; 2 C ; variantes de la feuille de palmier à trois feuilles bilatérales ; la feuille centrale ne comporte pas de petites dents ; 3 C : quatre feuilles stylisées disposées en chandelier.

2541 M : abîmé, sans doute un décor végétal ; 2 M : arraché.

255MC : perles de 2 cm de diamètre.

256Le reste a disparu.

BLOC no 84 (pl. 59 et 60)

257Il a été trouvé sous le mur est du bassin DK.

258L : 89 cm ; H : 39 cm. La tranche gauche a un cadre d’anathyrose ; en bas, se trouve une mortaise de 17,5 x 7 x 6 cm. La tranche droite a un cadre d’anathyrose. Au lit supérieur, on a un trou de louve empli de mortier.

259Façade : 1, 2, 3, 4 sont semblables aux décors de la façade du bloc no 20.

2601 C : petite feuille trilobée qui tombe du haut, complétant parfaitement le 3 C du bloc no 80. 2 C : feuillage en forme de crabe. 3 C : trois motifs dérivés de la crosse ; tout se passe comme si chaque crosse avait deux tiges mais un seul crosseron tourné vers la droite. 3 C : motif végétal.

2611 M : feuille montant en partie abîmée ; 2 M : deux feuilles avec nervure centrale en relief, ondulées, de part et d’autre d’une séparation ; le haut est abîmé ; 3 M : arraché.

262MC : perles comme celles de la façade du no 20.

263Le revers : 1 k. Le rythme est très irrégulier, puisque l’on trouve dans l’ordre : 10,5 ; 11,5 ; 12 ; 12,5 ; 13 ; 10,5 cm. 2 : tresse d’une largeur de 3,5 cm ; 3 : chevrons espacés irrégulièrement, de 4 à 4,5 cm ; 4 : denticules longs de 4 à 4,5 cm, avec un intervalle de 8 mm, reliés au centre par une languette qui va jusqu’au champ.

2641 C : d’après les marques d’arrachement, il s’agit probablement du symétrique de l’animal qui se trouve sur 2 C : il regardait vers la gauche. 2 C : animal long de 14,5 cm, son corps est épais de 3,5 cm ; SMR : 3,5 cm ; il est en bon état à l’exception d’une partie de la patte droite ; la patte arrière est fine, le ventre lourd, la queue longue et tombante. Si le corps est présenté de profil, le cou et la tête le sont en plan, et ainsi l’animal a la gueule contre la base du cadre. La tête offre deux boursouflures correspondant aux yeux. Les nervures longitudinales qui strient l’échine semblent indiquer une crinière ; on hésite cependant à reconnaître un lion qui, au no 50, 1 C du revers, est traité avec beaucoup d’exactitude. 3 C : motif végétal avec des tiges ; les feuilles retombent. !

2651 M : restes d’une feuille qui monte ; 2 M : restes d’une feuille qui tombe ; 3 M ; arraché.

266MC : perles comme celles du revers du bloc no 20.

267Le reste n’existe plus.

BLOC no 80 (pl. 60)

268On l’a trouvé en fondation du mur nord du bassin DK.

269Il faisait suite dans le monument au bloc no 84. L : 65,5 cm ; H : 24,5 cm. La tranche gauche a un cadre d’anathyrose et une mortaise en bas de 12 x 4 x 7 cm, la tranche droite a aussi un cadre d’anathyrose. Le lit supérieur a été scié transversalement si bien qu’il ne reste même pas trace du trou de louve.

270La façade : 1, 2, 3, 4 sont identiques aux décors de la façade du no 20.

2711 C : variante de 2 C de la façade du bloc no 67. 2 C : motif végétal fait de deux feuilles partant du bas avec, au centre, une sorte de bouton de fleur allongé et vertical. 3 C : feuille trilobée retombante et complétée par le 1 C de la façade du bloc no 84.

2721 M : abîmé, feuille montante ; 2 M : incomplet, tige centrale avec de petites feuilles de chêne qui tombent.

273MC : perles comme sur la façade du no 20.

274Le revers : 1, 2, 3, 4 sont semblables à ceux du revers du no 84.

2751 C : on a le reste, plus de la moitié, du cadre commencé au revers du no 84, où il est détruit ; on a une tige et deux feuilles de palmier ; 2 C : feuilles de palmier ; 3 C : motif végétal avec tige et fleurs retombantes ; ce décor est incomplet. Il ressemble au décor du 3 C du bloc no 84.

2761 M : feuille montante à rainure centrale ; incomplet. 2 M : incomplet, on distingue des restes de feuilles.

277Les traces d’arrachement de MC font penser qu’il y avait des perles analogues à celles du revers du no 84.

BLOC no 92 (pl. 61)

278Il a été trouvé sous le mur est du bassin DK.

279L : 65 cm ; H : 39 cm. La tranche gauche garde des traces du cadre d’anathyrose, elle a une mortaise en bas de 14,5 x 4,5 x 7 cm ; la tranche droite a un cadre d’anathyrose et, au lit supérieur, se voit un trou de louve transversal et trapézoïdal de 9 x 3 x 7,5 cm.

280La façade : 1, 2, 3, 4 sont semblables à ceux de la façade du no 20.

2811 C : complet ; c’est un motif végétal avec, de chaque côté une petite feuille trilobée qui retombe. 2 C : à droite une feuille symbolisant sans doute un bosquet ; à gauche, dissimulant le reste de son corps derrière la feuille, une tête de bélier reconnaissable à sa corne gauche recourbée en forme de croissant et entourant l’oreille. L’œil est en amande, le museau mal rendu. Cet animal haut de 6 cm regarde vers la gauche. 3 C : tige centrale et deux feuilles de palmier à gauche. Le reste devait se trouver sur le bloc qui suivait.

2821 M : complet, une grande feuille qui tombe, SMR : 4 cm. 2 M : feuille qui tombe, mais traitée plus légèrement que la précédente. SMR : 4 cm.

283MC : perles comme celles de la façade du no 20.

2841 CA : pied avec une feuille à cinq lobes, la nervure centrale est bien soulignée, SMR : 6 cm. 2 CA : rose abîmée. 3 CA : demi-fleur probablement à quatre pétales. La paroi intérieure des caissons est oblique.

285On a ensuite un bandeau plat. D’après les marques d’arrachement, la doucine devait offrir le même décor que celle de la façade du no 19.

286Le reste a été détruit.

287Le revers : 1 k ; 2 : chevrons ; 3 : oves, R : 7 cm ; 4 : denticules longs de 3,6 cm, espacés de 1 cm, attachés en haut et au fond par une languette qui fait corps avec le champ.

2881 C : détruit ; 2 C : motif végétal faisant penser à une flamme dirigée à droite ; 3 C : détruit.

2891 M : arraché ; 2 M : devait représenter une feuille dont la tige montait en s’inclinant vers la gauche.

290MC était identique à celui du revers du bloc no 71.

291Le reste a disparu.

BLOC no 144 (pl. 61)

292Bloc scié en biseau et cassé, ayant une partie de saillie et de façade ; il a été trouvé à Escolives à une date et en un endroit inconnus ; il fut conservé jusqu’en 1957 dans la ferme de M. Henri Borgnat où ce dernier l’avait toujours vu.

293Le plus long côté mesure 44 cm et le plus petit 25 cm ; sa hauteur est de 35 cm.

294On a 1 h, intacte sur une seule face, R : 12 cm ; 2 : bandeau plat ; 3 : identique au 3 du revers du no 67 ; 4 : denticules longs de 3,5 cm, espacés de 8 mm, reliés en avant par une languette indépendante du champ.

295A gauche se trouve un cadre qui porte un motif d’aspect géométrique représentant vraisemblablement des fleurs.

296A droite, à angle droit, on a un cadre avec une tige en arrondi avec deux pieds d’où tombent deux feuilles ; à sa droite, un modillon abîmé représentait probablement une feuille montante.

297MC : perles de 2 cm de diamètre. Puis vient un bandeau plat, et, au plafond, une rose à quatre pétales.

6° 3 blocs qui possèdent les mêmes décors sur une face

BLOC no 12 (pl. 6 et 61)

298Il a été trouvé sous le mur est du frigida rium E.

299L : 57 cm ; H : 37,5 cm. La tranche gauche a un cadre d’anathyrose ainsi qu’une mortaise de 13 x 5x7 cm ; la droite a aussi un cadre d’anathyrose et une encoche de 16 x 4 x 6 cm. Au lit supérieur se trouvent deux trous de louve transversaux : l’un de 12 x 3,5 x 7 cm, l’autre, placé à sa gauche de 5,5 x 3,5 x 3,5 cm.

300La façade : 1 s, R : 5,5 cm ; 2 : bandeau plat ; 3 : oves, R : 8 cm ; 4 : denticules de 3,5 cm à 4 cm de long, liés entre eux par une languette placée en haut et adhérant au champ, et par une seconde languette située en bas et complètement dégagée. Le dessous de chaque denticule est recreusé pour donner un motif en relief qui s’apparente à de longues dents de scie. A la partie supérieure, le denticule a été percé de deux trous au trépan, puis chaque trou a été ouvert au ciseau pour lui donner la forme d’un petit triangle.

3011 C : deux feuilles de chêne avec un gland entre elles qui retombe au centre. 2 C : petit lapin long de 9,5 cm, broutant une feuille de chêne, il est tourné vers la droite. La queue est courte, l’arrière-train levé sur les pattes arrière pliées ; l’avant-train, plus bas, repose sur la naissance des pattes qui sont levées légèrement au-dessus de la base du cadre. Les oreilles sont longues et étroites, l’œil rond. On sent ici une variante de ce qui a été observé pour les autres animaux, l’animal ne paraît plus surgir d’un feuillage, mais il est directement intéressé à lui.

3021 M ; large feuille ornementale. 2 M : branche avec des tiges et des feuilles très fines, SMR : 3,5 cm ; on peut rapprocher ce décor de celui du premier modillon de la façade du bloc no 20.

303MC : perles et pirouettes, R : 5 cm.

3041 CA : une rose à deux rangs de pétales. 2 CA : rose à deux rangs de pétales, mais le premier rang forme à l’extérieur un cercle continu si bien que c’est à l’intérieur d’une sorte d’étoile à six branches qu’apparaît le centre arrondi de la rose.

305On a ensuite un bandeau plat. La doucine est ornée de feuilles à nervure centrale en creux, R : 7,7 cm. La cimaise a pour décor une guirlande de crosses horizontales et en creux.

306Le revers est presque complet ; le larmier en deux fragments a pu être recollé. 1 i, R : 13,5 cm ; 2 : bandeau plat ; 3 : feuilles de laurier imbriquées ; 4 : denticules longs de 4,2 cm, espacés de 8 mm, reliés entre eux par deux languettes parallèles et indépendantes du fond. 1 M : feuille descendante dont le bas seulement est complet. 2 M : feuille sans doute montante, très arrachée.

3071 C : aigle de profil tourné vers la gauche, ses ailes sont à demi déployées, son bec est très crochu, l’œil est représenté par une cavité, SMR : 4 cm. Cet aigle est mieux réussi et mieux conservé que son homologue du bloc no 19. 2 C ; motif végétal figurant un pied et deux feuilles trilobées tombantes.

308MC : même motif que celui du revers du bloc no 97.

3091 CA : sans doute une fleur. 2 CA : motif à rosette centrale circulaire, accompagnée tout autour de quatre feuilles à forte nervure.

310On rencontre ensuite un bandeau plat. La doucine est ornée de feuilles qui montent, R : 13,4 cm ; puis on a un bandeau plat. Sur la cimaise abîmée se trouve une guirlande de crosses courtes ou allongées, et au-dessus un listel oblique établit la liaison avec le lit supérieur.

OBSERVATION

311De tous les éléments de corniche, celui-ci est le seul qui soit complet, c’est aussi le plus beau. On constate que tous les étages de la pierre sont ornés avec un souci non seulement d’élégance, mais d’originalité et de variété ; on ne peut qu’admirer la légèreté et la finesse du travail.

BLOC no 50 (pl. 62)

312Il a été trouvé sous le mur ouest de la cour EB.

313L : 93 cm ; H : 38 cm. Sur la tranche gauche se voient le cadre d’anathyrose et une mortaise en bas de 13,5 x 4 x 8 cm ; la tranche droite a été brisée. Sur le lit supérieur se voit un trou de louve transversal de 12 x 3,5 x 8 cm, et, à sa gauche, il y en a un second de section carrée de 3,5 x 4 cm.

314La façade : 1, 2, 3, 4 sont semblables à ceux de la façade du no 12.

3151 C : incomplet, feuillage en forme de papillon ; 2 C : feuillage à droite en avant et feuillage à gauche en arrière, entre lesquels passe la tête d’un animal dont les deux oreilles sont bien visibles ; la bouche est bien dessinée, le maxillaire supérieur déborde sur l’inférieur, l’œil est en amande, le museau assez fin. On peut penser à un âne ; longueur de la tête : 6 cm ; SMR : 4,5 cm. 3 C : motif végétal à deux feuilles tombantes, comparable au 2 C du revers du bloc no 12. 4 C : très abîmé ; d’après les marques d’arrachement, on devait avoir une feuille tombante à gauche.

3161 M : une feuille montante à gauche, abîmée en haut ; 2 M : indéchiffrable ; 3 M : d’après ce qui reste à la base, il doit s’agir d’une feuille montante.

317MC ; perles et pirouettes comme au no 12.

318Le revers : tout le larmier avait été brisé, on en a retrouvé trois fragments qui ont été recollés. 1, 2, 3, 4 sont pareils à ceux du revers du no 12, mais plus endommagés.

3191 M : arraché ; 2 M : une feuille montante assez abîmée, SMR : 3 cm ; 3 M : branche avec feuilles à volute.

3201 C est entièrement occupé par un lion, soit une longueur de 13,5 cm. Si sa tête est mal rendue, en revanche la crinière est fort bien travaillée ; il a la gueule au ras du cadre entre ses pattes avant, comme s’il rongeait quelque chose ; l’arrière-train est présenté de profil, la queue est très longue et descend en arrondi jusqu’à la base du cadre en passant par-dessus la cuisse droite ; il regarde vers la droite. 2 C : décor végétal en forme de papillon. 3 C ; animal abîmé qui semble faire pendant au lion de 1 C, il est tourné vers la gauche ; le cadre est incomplet, car il ne mesure que 12 cm ; l’attitude de la bête est la même que celle du lion, le traitement de la crinière est identique : seules les petites oreilles s’opposeraient à l’identifier à un lion ; toutefois il peut s’agir d’une maladresse de sculpteur et l’on ne voit pas quel autre animal aurait pu être ainsi représenté.

321MC est identique au décor de la façade du no 97.

3221 CA : cœur d’artichaut ; 2 CA : rosace abîmée ; 3 CA a été détruit.

323Vient ensuite un bandeau plat ; la doucine et la cimaise sont semblables à celles du revers du no 12.

BLOC n° 55 (pl. 62 et 63)

324Il a été trouvé sous le mur ouest de la cour EB.

325L : 62 cm ; H : 38 cm. Les tranches gauche et droite ont un cadre d’anathyrose, et la droite a en plus, en bas, une mortaise de 18 x 7 x 10 cm. Au lit supérieur, on a un trou de louve trapézoïdal de 9 x 3,5 x 11 cm.

326La façade : 1, 2, 3, 4 sont semblables aux motifs de la façade du no 12, à l’exception des denticules ; en effet, seuls les huit derniers à droite sont simplement percés de deux trous faits au trépan ; les autres denticules sont intacts, comme si le travail avait été commencé, mais inachevé.

3271 C ne figurait que pour un tiers, il est complètement martelé ; 2 C ; feuillage avec une tige centrale, l’ensemble a la forme d’un papillon, SMR : 3,5 cm ; 3 C : d’une feuille située à droite sort la moitié du corps d’un animal allongé sur ses pattes avant ; il est tourné vers la gauche et mesure 10 cm de long, SMR : 4 cm ; son œil est ovale et creux, ses oreilles sont assez longues par rapport au corps, le museau allongé et relativement fin. Malgré les oreilles, cet animal paraît très proche du porc.

3281 M ; arraché ; 2 M : probablement une feuille montante.

329MC : perles et pirouettes comme celles de la façade du no 12.

330Le revers : 1, 2, 3, 4 sont pareils aux décors du revers du no 12.

3311 C : trois feuilles de chêne en éventail ; 2 C : le motif fait penser à un cordonnet terminé par des glands et formant une double boucle ; 3 C : une feuille et demie verticale.

3321 M : arraché, sans doute une feuille montante ; 2 M : très abîmé.

333MC ; identique à celui du revers du no 12. Le reste a été détruit.

7° 3 blocs isolés en raison de leur dissemblance avec les autres

BLOC no 49 (pl. 63)

334On l’a trouvé sous le mur ouest de la cour EB.

335L : 75 cm ; H : 37 cm. La tranche gauche a un cadre d’anathyrose, la droite a été brisée ; on y relève une mortaise, en bas, de 6 x 6 x 10 cm. Au lit supérieur, se voit un trou de louve transversal et trapézoïdal de 11 x 4 x 12 cm, et en arrière s’en trouve un second de 8 x 3,5 x 7,5 cm.

336La façade : 1 m, R : 10,5 cm ; 2 : bandeau plat ; 3 : variante de perles et de pirouettes, semblables à celles du revers du no 20 ; 4 : denticules longs de 4 cm, espacés de 9 mm, reliés entre eux par une languette rattachée au champ.

3371 C : un chien long de 14,5 cm, haut de 7 cm, SMR : 2 cm, occupe le panneau. Il est vu de profil et est tourné vers la gauche ; le museau, situé au bout du bloc, est abîmé, mais la gueule semblait ouverte ; le cou, très allongé, porte un collier large et plat. Le chien est sculpté dans l’attitude de la marche, la patte droite pliée vers l’avant ; sa queue, longue, se relève pour se fondre dans le bord supérieur du cadre. Les pattes sont hautes, le corps est relativement fin, l’anatomie est fidèle à la réalité. 2 C : deux visages humai ns se faisant face et traités de profil ; dans ce cadre qui mesure 15,5 cm de long, le visage de gauche a L ; 6 cm et H : 7 cm ; celui de droite, L : 7,5 cm et H : 7 cm ; SMR : 2 cm. Sous les deux têtes, comme prolongeant la chevelure, se trouve une sorte d’attache difficile à interpréter, on dirait un support qu’on ne saurait prendre pour le cou en raison de sa finesse. La tête de gauche porte des cheveux abondants et courts, figurés par de petites côtes ; l’arcade sourcillière est représentée par une légère bosse, l’œil en amande est en relief, le nez droit, les joues rebondies, les lèvres bien marquées, le menton en galoche. Le second personnage a des cheveux abondants relevés sur le front et retenus par un bandeau partant du haut de l’oreille ; les cheveux tombent en chignon sur la nuque. L’œil est en amande, le nez droit, les lèvres bien dessinées et le menton en galoche ; les joues sont pleines. On remarque que contrairement aux autres représentations humaines ces deux têtes ne sont pas accompagnées d’ailes. Etant donné la différence de traitement de la chevelure, on pourrait être amené à considérer le visage de gauche comme celui d’un homme et celui de droite comme représentant une femme.

3381 M : une large feuille avec nervure centrale en relief et des lobes très découpés, elle monte ; 2 M : probablement un motif végétal.

339MC ; identique à celui du revers du no 97. Le reste a disparu, sauf une partie du deuxième caisson où l’on voit quatre motifs qui devaient appartenir à une rose.

340Le revers : 1 r, R : 5,5 cm ; 2 : bandeau plat ; 3 ; identique au 3 du revers du no 12 ; 4 ; denticules longs de 4 cm et espacés de 6 mm, reliés à l’avant par une languette touchant le champ ; la face de chaque denticule est ornée d’une rainure de 22 mm, partant du bord supérieur et y aboutissant, en déterminant une sorte de demi-lune de 2 cm de diamètre, SMR : 6 mm.

3411 C : trois crosses à tiges munies de lobes, comme s’il s’agissait de feuilles, dont les crosserons sont tournés vers la gauche ; elles partent toutes de l’angle inférieur gauche du cadre. 2 C : motif identique au précédent, mais les tiges partent de l’angle inférieur droit du cadre de telle sorte que c’est celle de gauche qui possède la tige la plus longue ; les crosserons sont tournés vers la droite. 3 C : même motif avec des crosserons tournés vers la gauche ; les deux dernières crosses sont endommagées.

3421 M : motif végétal, la feuille porte de nombreux lobes qui tombent ; 2 M : feuille qui monte.

343MC : perles de 2,5 cm de diamètre. Le reste a été cassé. On note cependant les restes du deuxième caisson : motif central en forme de bouton entouré de pétales et de deux motifs en S se faisant face.

BLOC no 21 (pl. 64)

344Il a été trouvé sous le mur sud du caldarium F.

345L : 72 cm ; H : 19 cm. Ce bloc a été scié deux fois transversalement : le lit supérieur a été scié totalement et obliquement la première fois et partiellement la seconde ; l’écart entre les deux niveaux de débitage est de 4 cm : le trou de louve n’a pas laissé de trace. C’est l’un des éléments de corniche le plus détérioré. Sur la tranche gauche, on a les restes du cadre d’anathyrose et une mortaise de 10 x 5,5 x 8 cm, se terminant par une gorge verticale de 13 cm de profondeur ; la tranche droite conserve des traces du cadre d’anathyrose.

346La façade : 1 o, les quatre derniers motifs sont arrachés, R : 10 et 9 cm ; 2 : bandeau plat ; 3 : tresse de 4 cm de large, dans les intervalles de laquelle se loge une petite perle soulignée par deux trous faits au trépan ; 4 : denticules longs de 4,5 cm et espacés de 1,5 cm, reliés entre eux par une languette placée en arrière et touchant au champ.

3471 C : un croisillon de 2 crosses dont les crosserons sont tournés vers la droite ; 2 C : deux crosses dont les tiges partent toutes les deux de l’angle inférieur gauche du cadre, mais dont les crosserons sont dirigés en sens inverse, celui de gauche, à gauche, celui de droite, à droite ; 3 C : identique au second, mais abîmé, les tiges partent de l’angle inférieur droit du cadre.

348Les deux modillons sont martelés, ils portaient probablement un décor de feuille.

349Le revers : 1, 2, 3, 4 ont été systématiquement et complètement martelés. On peut cependant dire qu’il y avait : 1 : rais-de-cœur ; 2 : bandeau plat ; 3 : oves ; 4 : denticules.

3501 C : deux poissons croisés, la queue en bas. On peut penser à des tanches en raison de la forme de la queue, mais la sculpture est grossière. Malgré le mauvais état de cet élément de corniche, il fournit un détail intéressant qui n’avait pas été rencontré jusqu’ici en donnant la figuration de poissons de rivière. 2 C : peut-être une feuille d’acanthe partant de l’angle inférieur droit. 3 C : casque avec javelot comparables au 2 C du revers du no 26, mais le javelot est placé en sens inverse.

BLOC no 23 (pl. 64 et 65)

351Ce bloc, découvert sous le mur est du caldarium F, ne possède que le côté gauche de la façade et le bloc abîmé de la saillie. L : 96,5 cm ; H : 37,5 cm ; LS : 40 cm au lit inférieur ; PS : 30 cm au lit inférieur. La tranche gauche possède un cadre d’anathyrose ; la droite est détruite ; l’arrière du bloc part en biseau vers le revers.

352La façade : côté gauche et saillie du côté gauche : 1 d, R : 15 cm ; 2 : bandeau plat ; 3 : perles de 3,5 cm, reliées par une languette longue de 5 mm, indépendante du champ ; 4 : denticules de 4 cm de long, espacés de 1,2 cm, reliés par une languette à l’avant, épaisse de 2 mm, et indépendante du champ.

3531 M : une feuille qui monte, abîmée ; 2 M : arraché, il se trouvait sur la saillie.

3541 C : feuille de palmier double ; à angle droit sur la saillie, 2 C : porte le même motif.

355MC : il est du même modèle que celui du revers du no 97.

3561 CA : une rosette et quatre pétales ; il est endommagé.

357Façade de la saillie : 1 g, changé à partir de l’angle gauche, on passe de d à g ; 2 : le bandeau plat a été remplacé par des olives de 4 cm de long ; 3 : les perles ont disparu et, à leur place, on a un motif semblable à celui de la façade du no 99 ; 4 : denticules de 3 cm de long, espacés de 7 mm et reliés par une attache très ténue, presque en avant.

3581 C : motif végétal dont les feuilles retombent.

359MC : perles et pirouettes, R : 6 cm. C’est la seule fois que l’on constate un changement pour ce motif, dans le bloc à saillie ; il est vrai que tous les autres sont en trop mauvais état pour qu’une telle observation puisse être faite, à l’exception du bloc no 81. Ce dernier a le même MC sur la façade à droite et à gauche de la saillie ; malheureusement, il ne subsiste rien du MC de la façade de la saillie.

360Côté droit de la saillie : 1 j ; 2 : perles ; 3 : même motif que celui de la façade ; le reste est indéchiffrable.

361Le revers : 1 c, R : 13 cm ; 2 : bandeau plat. 1 et 2 n’existent que partiellement, tout le reste a été détruit.

8° 1 bloc très mutilé

BLOC no 278

362Il a été découvert au Pré du Creusot en 1971, dans le mur nord de la salle AVP. L : 57 cm ; l : 37,5 cm.

363La tranche gauche conserve des traces d’épannelage ; la tranche droite a été sciée, puis cassée à l’extrémité. Les autres faces ont toutes été cassées ou sciées. Comme décor, on ne conserve que des traces des rais-de-cœur, qui, pour une face, peuvent sans doute être identifiées au modèle du revers du no 86.

Variété dans le décor des éléments de corniche (pl. 66 et 67)

364Au terme de cette analyse, il paraît nécesssaire de revenir sur la variété et la richesse extrême du décor en en présentant une récapitulation. Pour la commodité, on remplacera façade par F, et revers par R.

3651 : il en existe 21 types principaux.

3662 : le bandeau plat est largement majoritaire, mais dans 9 cas, il a été orné de diverses façons : chevrons à pointe vers la gauche : R 92 ; olives : F 23 en partie, F 62 en partie, R 99 ; perles et pirouettes : F 26, F 62 en partie ; tresse : R 20, R 80, R 84.

3673 : on trouve en majorité des oves qui d’ailleurs ne se présentent pas toutes de la même manière : tantôt le dard est bien détaché et sa tête à la forme d’une flèche, tantôt il est uni aux branches arrondies qui entourent l’ove. Dans 2 cas, ce décor est totalement inconnu : F et R 86, F et R 116 ; et dans 29 cas, on a les variétés suivantes :

  1. perles : F 23 en partie, R 71, F 81 en partie, R 91, R 95, F 96 en partie.

  2. perles et pirouettes pleines : R 26, R 62, R 99.

  3. perles et pirouettes ajourées : R 20, F 49.

  4. feuilles tombantes : F 23 en partie, F 62 en partie, F 99.

  5. feuilles en coquille : R 19, R 67, F 144.

  6. feuilles de laurier à pointe à gauche : R 12, R 49, R 50, R 55.

  7. tresse simple : R 81, R 86, R 96, R 116.

  8. tresse et perle : F 21.

  9. chevrons à pointe à gauche : R 80 ; R 84.

3684 : on a vu au cours de l’analyse des blocs combien la fantaisie transforme ce décor tout à fait classique de denticules et il n’est pas nécessaire d’y revenir, mais on rappellera que pour F 62 en partie, F 99 et R 20, on a des oves, et que pour R 116, on a des feuilles tombantes.

CADRE

369Parmi les 136 cadres lisibles, qui mesurent de 14 à 17 cm de long et 7 cm de large, on note, outre ceux qui en majorité portent un motif floral ou végétal indéterminable en raison de son caractère purement ornemental, les variétés que voici :

  1. personnages : têtes humaines simples : 2 de profil ;
    têtes humaines ailées : 2 ;
    têtes d’amour : 4 ; soit 8 têtes pour 7 cadres.

  2. feuilles de vigne avec ou sans grappe : 3.

  3. feuilles de chêne avec ou sans gland : 3.

  4. pommes de pin : 1 et demie.

  5. branches de palmier : 17.

  6. armes : casque et javelot : 2 ; boucliers d’amazone : 2 ; soit au total 4.

  7. animaux ; chien, porc ( ?), âne ( ?), lapin, 2 aigles, biche ( ?), 2 lions, un oiseau, bélier, 2 poissons et 2 non identifiés, dans 14 cadres, représentent 11 espèces différentes. Porc, âne, lapin, biche et bélier sont en rapport avec du feuillage ; seuls le chien, le lapin, les lions et l’oiseau figurent en entier. Les cadres permettent de se faire une idée de la richesse du bestiaire d’Escolives, mais ils n’en représentent qu’une partie : il faut y ajouter les animaux qui ornent les éléments de frise et aussi ceux qui se trouvent sur des éléments épars ou sur des blocs qui ne semblent pas appartenir au monument principal dont il est question dans la présente étude.

  8. crosses et dérivés : 34.

370Il y a donc 53 cadres anonymes contre 83 identifiables.

OBSERVATION

371L’importance numérique du motif à crosses (cf. pl. 67) invite à présenter quelques remarques. On sait que la crosse dérive de la palmette ; or les blocs de frise nos F 56, F 77, F 83 offrent deux types de palmettes : l’un est plein ; l’autre est creux : les bords de la feuille marquent une nette tendance à se replier sur eux-mêmes dans le sens de la longueur tandis que les lobes sont allégés par des trous faits au trépan. On peut considérer que les variantes observées sur les éléments de corniche sont issues de ces deux modèles qui sont passés d’une hauteur de 39 cm pour la frise à une hauteur de 7 cm dans les cadres de la corniche, c’est-à-dire que la réduction est presque du sixième. Il ne reste plus qu’à accentuer le mouvement de courbure de l’extrémité de la feuille pour obtenir le crosseron. Pour l’analyse qui va suivre, on désignera par A la palmette pleine et par B la creuse.

Groupe dérivé de A

372a - type en point d’interrogation ou en virgule ; la tige recourbée est large et présente un pan oblique qui va dans le sens de la courbure : le crosseron décrit un cercle presque complet, F 97.

373b - comparable à « a », mais la tige comporte deux pans obliques, ce qui donne en quelque sorte une nervure centrale, F 21.

374c - variante de « a » ; la tige est moins large et munie de lobes à droite et à gauche pour simuler une feuille, R 49. Ce genre de décor rappelle un peu ce qui a été observé dans le traitement des rais-de-cœur ; le type « b » présente des feuilles longues et étroites garnies de lobes, alors que dans le type « a » la feuille, très stylisée, aurait pu être interprétée comme une simple tige. La tendance à rappeler le feuillage est très nette.

375d - la tige est moins large et droite, le crosseron se referme complètement et son extrémité apparaît en relief à la fin de la volute : F 13, F 58.

376e - la crosse a la forme d’un S, moins la partie inférieure, F 19.

377f - la crosse a la forme d’un S complet, F 62.

378g - l’extrémité du crosseron est en contact avec la tige et, au centre du cercle ainsi formé, se trouve un trou percé au trépan, F 20.

379h - crosse à double tige qui se termine par un crosseron unique au centre duquel un trou a été creusé au trépan, F 84.

Groupe dérivé de B

380i - sorte d’extrémité de feuille de palmette dont les bords se referment sur eux-mêmes en laissant entre eux un intervalle libre dont les limites sont en dents de scie ; les bords repliés sont percés de trous faits au trépan ; F 71, F 91, R 97.

381j - variante de « a », mais l’intervalle d’un bord de la feuille à l’autre est plus large ; F 60, F 95.

382Cette analyse permet de voir que ces 34 cadres sont ornés de crosses que l’on peut classer en 10 types différents. Là encore, le souci d’apporter de la variété est patent.

MODILLON

383Les modillons ont une largeur variable comprise entre 12,5 cm et 14 cm.

384Sur les 102 que l’on décompte, soit qu’ils existent encore en entier, soit qu’ils soient mutilés, soit qu’il n’en subsiste que les marques d’arrachement, 75 sont lisibles, et, parmi eux, 18 seulement sont intacts ou très peu endommagés. Ils sont tous ornés d’un motif végétal qui épouse la forme d’une doucine droite, ce qui répond bien au rôle du modillon, censé terminer un élément de charpente.

385L’ornement végétal est tantôt une large feuille : 59, tantôt une tige portant des feuilles ; 13, tantôt deux feuilles étroites, séparées par un léger intervalle : 3. Le motif monte dans 64 modillons et tombe dans 11. Parfois sur le même élément de corniche, il y a alternance : le motif d’un modillon monte et celui du suivant descend, c’est le cas de R 19, R 84, R 86, R 91. On s’aperçoit ainsi que le sens du motif peut n’être pas le même sur la façade que sur le revers.

386En prenant ces observations en considération, on est tenté de se demander s’il n’y a pas dans cette alternance un certain rythme : tant de motifs qui montent pour un qui descend. L’examen des blocs qui vont ensemble, par exemple F 26, F 62, F 99, donne pour 5 modillons déchiffrables 4 qui montent et un qui tombe ; les revers sont malheureusement trop abîmés ou arrachés et ils ne peuvent être retenus. Un second exemple est fourni par F 80 et F 84 ; sur 4 modillons, 3 montent et 1, tout en donnant l’impression de monter, puisque la tige est plus épaisse à la base qu’en haut, a de petites feuilles qui retombent ; quant aux revers, sur 4 modillons 3 montent, et 1 descend. Le mauvais état des modillons et aussi le manque de certitude en ce qui concerne les blocs qui se faisaient suite dans le monument ne permettent pas de fournir une conclusion définitive.

387On fera enfin observer que les motifs végétaux sont rarement semblables entre eux, sauf peut-être pour F 58 et F 60 ; encore le doute subsiste-t-il, puisqu’on ne peut guère s’en faire une idée que par les marques d’arrachement.

CHAPELET (MC)

388Pour ce motif également, on constate un souci de diversité. Sur 54 cas (face et revers), on ne peut, en raison des mutilations, en recenser que 46 qui se répartissent en 6 catégories :

  1. perles sphériques : 18. C’est le groupe le plus important. On note toutefois, et c’est un cas unique, que 3 C de R 49 est soudain encadré de perles plus grosses : 4, alors qu’ailleurs le diamètre est moindre et permet la mise en place de 5 perles dans le même espace.

  2. perles cylindriques : 4.

  3. perles et pirouettes : 5.

  4. olives : 2.

  5. petites feuilles tombantes à trois languettes : 15.

  6. ligne brisée : 2.

CAISSON

389Dès que l’on a atteint le chapelet, on a peu de chances d’avoir les décors situés plus haut, étant données les mutilations systématiques infligées aux larmiers ; aussi ne s’étonnera-t-on pas de ne rencontrer que 22 caissons, dont seuls 16 sont intacts ou très peu endommagés. Le motif le plus fréquent est celui de la rosette, avec un luxe remarquable de variantes ; on trouve aussi le cœur d’artichaut et, en un seul cas (1 CA de F 92), du feuillage. Dans ces conditions, il va de soi qu’il y a autant de modèles que de caissons conservés.

DOUCINE

390La doucine n’est présente que sur 7 blocs, face et revers ; l’élément de corniche no 12 est le seul à posséder une doucine sur ses deux faces. Sur ces 7 exemples, 3 sont à peu près intacts, mais, d’après ce qui subsiste, on peut identifier le motif des quatre autres. Toutes ces doucines sont ornées de feuilles qui montent, séparées par des dards verticaux généralement à deux pans obliques. Elles sont identiques dans les revers de 12 et de 50 ; cela n’a rien d’étonnant, car on a déjà observé que 1, 2, 3, 4 des revers et des façades étaient absolument semblables, ce qui laisse à penser que ces deux blocs étaient très proches l’un de l’autre dans le monument, sinon côte à côte ; toutefois elles sont d’un type différent des 5 autres cas. Dans les façades des nos 19 et 67, il y a identité ; F 20 et F 92 ne présentent comme variante qu’un rythme légèrement plus court ; on sait d’ailleurs que 1, 2, 3, 4 des façades de ces 4 blocs sont semblables. Enfin F 12 présente une feuille moins large qui a pour originalité d’avoir une nervure en creux alors que sur la façade des autres blocs, elle est en relief.

CIMAISE

391En raison des mutilations infligées aux blocs, la cimaise est mal représentée : on n’en compte que 4 exemples ; le bloc no 12 est le seul à la posséder sur les deux faces ; le bloc no 19 en est orné sur sa façade, et ce qui subsiste sur une fragment du revers du no 50 est reconstituable. Il s’agit dans tous les cas de crosses couchées liées les unes aux autres pour constituer une sorte de guirlande. Si les revers de 12 et de 50 sont semblables, ce qui n’a rien de surprenant puisqu’on a vu qu’il y avait déjà similitude pour 1, 2, 3, 4, en revanche les façades de 12 et de 19 ont chacune un type différent : pour la première, les crosses sont en léger creux, pour la seconde, en relief par recreusement de la pierre. Ces observations montrent une fois de plus que là encore la variété existe : pour 4 cas, on enregistre 3 variantes.

REMARQUE IMPORTANTE

392Au cours de la description de chaque bloc, on a signalé sur une tranche ou sur les deux la présence d’une mortaise. Il doit s’agir de la cavité permettant le goujonnage par crampon. Cette mortaise n’est pas à la même place partout ; elle est déportée vers la façade dans les blocs à saillie et tend vers la ligne médiane ailleurs. S’il existe des éléments qui possèdent une mortaise sur chaque tranche, la plupart n’en ont qu’une. Les blocs à saillie semblent indiquer qu’elle se trouve sur la tranche droite. Dans ce cas, on aurait un moyen de distinguer le côté façade du côté revers, contrairement à ce qui a été affirmé au début de ce chapitre. Toutefois tous les blocs étant actuellement présentés au dépôt de fouilles sur une étagère haute de 2 mètres, les éléments de frise au-dessous des éléments de corniche, il n’est pas possible de se livrer à des examens méthodiques et précis ; aussi a-t-on dû recourir à une solution empirique. Quand on tentera de faire l’anastylose du monument, il faudra tenir compte de cette remarque qui peut être particulièrement précieuse.

© ARTEHIS Éditions, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search