Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Recherches de laboratoire concernant quelques ateliers bourguignons ayant produit des carreaux de pavement médiévaux1

Jean Rosen et Maurice Picon

Texte intégral

  • 1 Il s’agit ici uniquement des carreaux dits « vernissés », c’est-à-dire des terres cuites décorées à (...)
  • 2 Ce travail apparaît d’autant plus précoce que l’intérêt pour les productions de céramiques français (...)

1L’étude des carreaux de pavement de la Bourgogne médiévale n’est pas un sujet neuf, tant s’en faut. On peut même considérer que ces productions ont fait l’objet d’études très précoces dès le xixe s., puisque le livre pionnier d’É. Amé sur Les carrelages émaillés du Moyen Âge et de la Renaissance, qui leur est largement consacré, est paru dès 1859 (Amé, 1859)2. De même, et pour remonter moins loin, les années 1980 ont vu la publication de recherches consacrées à la fois à l’étude des motifs, aux lieux d’utilisation et à l’histoire des structures de production. Le catalogue de l’exposition réalisée par M. Pinette au musée Rolin à Autun en 1981 (Pinette, 1981) recense ainsi les carreaux conservés dans les collections régionales et les sites où ils étaient utilisés. En outre, l’important travail de fond sur les ateliers, les bâtiments et l’économie de la production effectué en 1985 par O. Chapelot (Chapelot, 1986, p. 23-33 ; 1987, p. 195-202) à partir de comptes de baillage, de chatellenies, de gruerie et d’archives de notaires, reste une source incontournable de renseignements. Plus récemment encore, pour les travaux archéologiques, signalons les fouilles de la tuilerie de Soirans-Fouffrans, en Côted’Or, (xve-xviie s.), publiées par F. Charlier en 1994 (Charlier, 1994, p. 301-367).

Données générales

  • 3 Il a été en partie étudié par M. Orgeur (Université de Dijon), qui a soutenu le 25 juin 2004 une th (...)
  • 4 Parmi les nombreuses publications consacrées à certaines de ces tuileries, on peut signaler Bergere (...)
  • 5 Voir Chapelot, 1980.

2À la fin du xive et au xve s., la Bourgogne a connu une floraison de tuileries particulièrement remarquable sous les ducs Valois et en partie grâce à eux : O. Chapelot a ainsi pu recenser au moins soixante ateliers de 1338 à 1480 (fig. 1), parmi lesquels on peut distinguer trois groupes principaux. Si l’on exclut les tuileries situées au nord de Châtillon-sur-Seine, le premier ensemble, qui regroupe sept ateliers dans la Bourgogne du nord, s’articule autour de Fontenay et de Montbard3. Le deuxième, fort de vingt-huit sites dont quelques-uns font l’objet de la présente étude, occupe le Dijonnais et le Val de Saône et concerne entre autres les ateliers de Dijon, La Bussière, Montot, Longchamp, Quétigny, Gerland, Argilly, Rémilly, Brazey-en-Plaine et Aubigny-en-Plaine4. Le troisième ensemble, avec onze tuileries situées en Saône-et-Loire, concerne entre autres les sites de Montcenis et de La Ferté-sur-Grosne, et a été moins étudié5.

  • 6 O. Chapelot (Chapelot, 1986, p. 27) estime que sur les soixante ateliers recensés, seuls quatorze o (...)

3Parmi ces soixante établissements, une quinzaine sont des tuileries ducales, les autres appartenant à des artisans indépendants, bourgeois, hommes de métier, qu’il s’agisse de maçons, de couvreurs enrichis ou de pauvres tuiliers. Quand l’état des connaissances le permet, on constate une spécialisation. D’une part, les ateliers fabriquant de la céramique architecturale sont distincts des poteries. Il existe en outre une hiérarchie dans le savoir-faire suivant les établissements : la plupart ne fabriquent que des matériaux ordinaires ; d’autres, moins nombreux, ajoutent à cette production commune celle de matériaux glaçurés ; seuls quelques-uns se spécialisent dans la fabrication de matériaux glaçurés et décorés de grande qualité6.

Fig. 1. Carte des tuileries médiévales bourguignonnes entre 1338 et 1480 (d’après Chapelot, 1986) et liste des sites.
1. Clairvaux.
2. Bar-sur-Seine.
3. Juilly-sur-Sarce*.
4. Prusly-sur-Ource.
5. Châtillon-sur-Seine.
6. Giey-sur-Aujon.
7. Aisey-sur-Seine*.
8. Saint-Marc-sur-Seine*.
9. Villaines-en-Duesmois.
10. Fontenay*.
11. Montbard*.
12. Nogent-les-Montabrd*.
13. Moutiers-Saint-Jean.
14. Saulx-le-Duc.
15. Gray*.
16. Dijon (3 ateliers dont 1 ducal*).
17. Quetigny.
18. Remilly-sur-Tille.
19. Saint-Léger.
20. Saint-Sauveur.
21. Pontailler-sur-Saône*.
22. La Marche-sur-Saône.
23. Longchamp.
24. Chevigny-Saint-Sauveur.
25. Chambœuf.
26. La Bussière-sur-Ouche.
27. Layer.
28. Athée.
29. Auxonne*.
30. Villiers-les-Pots.
31. Montot*.
32. Aubigny-en-Plaine.
33. Brazey-en-Plaine.
34. Gerland.
35. Cîteaux.
36. Argilly*.
37. Moisey.
38. La Perrière-sur-Saône*.
39. Foucherans.
40. Chaussin*.
41. Verdun-sur-le-Doubs.
42. Toutenant.
43. Chalon-sur-Saône (2 ateliers).
44. Perreuil.
45. Montcenis (3 ateliers dont 1 ducal*).
46. Autun.
47. Beaune.
48. Echevronne.
49. Montagny.
50. La Ferté.
51. Génelard.
52. Messey.
53. Cortevaix.
54. Brancion.
55. Tournus.
L’astérisque indique un atelier ducal. Quatre autres ateliers n’ont pu être localisés avec précision : Moilleçon (2 ateliers livrant à Braigny et Sennecey-le-Grand), Saint-Ivy et Vanoise (livrant tous deux à Montcenis).
Les ateliers d’Avallon, de Bithaine et des Bonshommes sont en dehors de la présente carte.

4Le travail d’O. Chapelot a également permis de constater qu’au départ, la construction d’un atelier correspondait à la nécessité de trouver sur place les matériaux dont on avait besoin. Mais au début du xve s., l’essor fut considérable, à tel point que même les tuileries ducales devinrent des entreprises privées, les tuiliers ducaux étant devenus des fournisseurs comme les autres. La bourgeoisie urbaine prit une place grandissante dans la production, la commercialisation et la consommation, le transport s’avérant bien souvent plus rentable que la fabrication. La tuilerie d’Aubigny-en-Plaine, dont nous reparlerons, appartenait ainsi à deux frères bourgeois dijonnais, qui « l’amodiaient », c’est-à-dire la louaient, contre 10 000 tuiles dont ils faisaient le commerce. Cependant, il ne s’agissait pas de grosses unités de production : elles ne fournissaient en moyenne que 10 000 tuiles par fournée.

  • 7 Pour toutes ces données comme pour les suivantes, voir Vaivre, 1999, P. 42 Pinette, 1981, p. 34-45.

5Les archives ont livré quelques renseignements concernant les lieux d’utilisation de ces carreaux. À la fin du xive s., vers 1388, nous savons que la tuilerie d’Argilly fournit le chantier du château de Germolles. De même, le tuilier Perrin de Longchamp, à Montot, travailla pour le même chantier en 1388 et 1398. Pour celui de la chartreuse de Champmol en 1388-1389, il s’associa avec Jehan de Gironne, le faïencier du duc Philippe le Hardi. Vers le milieu du xve s., en 1451, Denizot Géot, tuilier de Brazey-en-Plaine, produisit 50 000 carreaux pour l’Hôtel-Dieu de Beaune, fabriqués avec des estampes en bois fournies par le sculpteur Jehannin Fouquerel, dessinées d’après les carreaux de l’hôtel du chancelier Rolin à Dijon7.

6De très nombreux spécimens provenant de collections anciennes, de démolitions, de récupérations ou de fouilles archéologiques attestent d’autre part une importante utilisation de ces carreaux bicolores à glaçure plombifère dans toutes sortes d’endroits, châteaux, résidences de campagne aristocratiques, établissements religieux, hôtels urbains, maisons de bourgeois, au xive-xve s. Parmi les principaux lieux où ils ont été découverts, on peut citer pêle-mêle l’Hôtel-Dieu de Beaune (et d’autres endroits dans la même ville), Brazey-en-Plaine, Dijon (chartreuse de Champmol, hôtel Rolin…), Gilly-les-Cîteaux, l’abbaye de Fontenay, le château ducal de Montbard et celui de Rouvres-en-Plaine, l’abbaye de Cîteaux, Saint-Seine-l’Abbaye, le château du Roy à Saint-Seine-sur-Vingeanne, Semur-en-Auxois, le château de Germolles, et bien d’autres lieux dont le recensement complet reste à faire.

Fig. 2. Carreau glaçuré à décor d’engobe, 124 x 124 mm, armoiries de Pierre de Nivelle, abbé de Cîteaux (1625-1635), provenant du château de Gilly-lès-Cîteaux, atelier d’Argilly, début du xviie s. (cl. J. Rosen).

7D’autres manifestations plus tardives attestent encore la persistance de ces pratiques en Bourgogne aux xvie et xviie s., alors que le recours à la faïence stannifère tend à remplacer ailleurs cette technique médiévale (Rosen, 2000). À Cîteaux, on connaît ainsi des carreaux avec la devise de Guillaume le Fauconnier, abbé de 1521 à 1540, et plus tard, à Gilly-les-Cîteaux, des carreaux aux armes de Pierre de Nivelle, abbé de 1625 à 1635 (fig. 2).

8Les archives nous montrent enfin à quel point ces problèmes d’authentification et d’attribution peuvent parfois être complexes. Pour le chantier de Rouvres (1380-1390), huit ateliers différents sont sollicités pour les tuiles, les carreaux ordinaires et la chaux (Athée, Cîteaux, La Marche, Montot, Pontailler, Remilly, Toutenant et Saint-Léger). Pour la chartreuse de Champmol, (1383-1389), ce sont cinq ateliers qui fournissent les divers matériaux (Gerland, La Bussière, Longchamp, Montot et Quetigny).

Expérimentation

9Malgré les difficultés évoquées au paragraphe précédent, l’expérimentation présentée ici vise à reposer la question suivante d’une manière plus précise : parmi la soixantaine d’ateliers mentionnés aux xive-xve s., lesquels ont fait quoi ? Dans l’impossibilité évidente de répondre globalement à cette question, nous avons sélectionné quelques échantillons provenant de monuments particulièrement significatifs situés dans la zone « Dijonnais-Val de Saône », et tenté de déterminer leur provenance par rapport aux nombreux ateliers proches en ayant recours aux analyses de laboratoire et à l’archéométrie.

10Trois séries principales ont été étudiées. La première provient de la célèbre chartreuse de Champmol (1383-1389). Il s’agit plus particulièrement des carreaux bicolores glaçurés et de ceux en faïence stannifère exhumés lors des fouilles menées sur le site par P. Quarré dans les années 1950 (Grémaud, 1955, p. 66-67 ; Quarré, 1955, p. 234-240), (fig. 3).

Fig. 3. Carreau glaçuré à décor d’engobe, scène de chasse au cerf, provenant des fouilles de la chapelle de la chartreuse de Champmol par P. Quarré en 1951, fin du xive s., Dijon, Musée des Beaux-Arts (cl. J. Rosen).

  • 8 À ces sites, il faut sans doute également ajouter celui d’Étrepigney, en Franche-Comté, dont les gi (...)
  • 9 Voir Picon, 1993. « Pour la fluorescence X, les prélèvements subissent différentes opérations de pr (...)

11Comme on l’a vu plus haut, les archives indiquent qu’au moins cinq ateliers ont fourni les divers matériaux utilisés pour ce chantier, et notamment que les carreaux glaçurés ont été fabriqués dans la tuilerie ducale de Montot, près de Saint-Jean-de-Losne8. L’expérience vise ici à apporter les lumières de l’archéométrie à un problème qui apparaît extrêmement complexe. La deuxième série concerne les carreaux de l’Hôtel-Dieu de Beaune déjà évoqués plus haut (fig. 4), et réputés provenir de Brazey-en-Plaine. Le troisième ensemble comprend des briques, des carreaux glaçurés ainsi que des carreaux du pavement de faïence provenant de la chapelle du château de Longecourt-en-Plaine (voir Rosen, 2000, p. 82-92 ; 2001, p. 59-63), (fig. 5). La méthode utilisée est celle de la fluorescence X, effectuée par le Laboratoire de céramologie du CNRS de Lyon (UMR 5138)9.

  • 10 Les sites de production ainsi localisés avec précision et qui ont fait l’objet de ramassages et d’a (...)

12À première vue, la question apparaît d’autant plus délicate à résoudre que, sur le plan géologique, les ateliers du secteur sont presque tous situés sur les argiles tertiaires et quaternaires de la Bresse, en bordure des terrains du Plio-pléistocène autrefois appelé « Villafranchien ». Il était donc capital de pouvoir prélever des échantillons de comparaison provenant des ateliers eux-mêmes. Pour ce faire, il s’agissait de compléter la carte des tuileries, jusque là limitée aux établissements identifiés par O. Chapelot pour une période particulière, et de préciser leur micro-localisation sur le terrain. La carte de Cassini (1760-1789) permet de définir une zone plus restreinte, où l’on compte quand même vingt-six ateliers. Grâce à la carte d’état-major du xixe s., nous pouvons encore augmenter le nombre de sites, et préciser leur localisation, ce qui a permis d’effectuer des prospections sur douze ateliers à des fins d’analyse (fig. 6)10. Au final, on obtient la carte globale du secteur, qui contient toutes les informations disponibles (fig. 7).

Fig. 4. Carreaux glaçurés à décor d’engobe, devise de Nicolas Rolin « seule étoile », provenant de l’Hôtel-Dieu de Beaune, atelier d’Aubigny-en-Plaine, vers 1450 (© Inventaire général, M. Rosso ADAGP).

Fig. 5. Carreau en faïence stannifère, chapelle du château de Longecourt-en-Plaine, attribué à l’atelier d’Aubigny-en-Plaine, 1495 (cl. J. Rosen).

  • 11 Ces échantillons, « qui présentaient de grandes similitudes dans le décor moulé », provenaient de G (...)

13Des analyses de nature comparable avaient déjà été effectuées en 1980 au LRMF par C. Lahanier, à partir d’une trentaine d’échantillons datant de la fin du xive et du début du xve s., provenant du Musée Denon à Chalon-sur-Saône et du Musée archéologique de Dijon, analysés par la méthode de la spectrométrie de fluorescence X pour les pâtes11. Publiés par M. Pinette en 1981 (Pinette, 1981), les résultats illustraient surtout les différences de composition, confirmant l’existence de fabrications multiples, sans aller beaucoup plus loin.

Fig. 6. Carte des tuileries ayant fait l’objet de prospections et d’analyses (M. Picon / J. Rosen, 2000).

Résultats et hypothèses de travail

  • 12 Ces résultats partiels ont été présentés lors de la journée « Le technicien et l’archéologue » qui (...)

14L’examen du dendrogramme des analyses (fig. 8), pour lequel M. Picon a d’abord opéré un choix dans les échantillons afin d’en faciliter la lecture, nous permet de donner un certain nombre de résultats préliminaires et de formuler quelques hypothèses intéressantes. Les échantillons qui se regroupent dans l’ensemble 1 sont constitués par les références de l’atelier d’Aubigny-en-Plaine, les carreaux glaçurés et les faïences de Longecourt-en-Plaine, les carreaux glaçurés de l’Hôtel-Dieu de Beaune, ainsi que deux spécimens provenant de la Chartreuse de Champmol. Le groupe 2 comprend les briques du château de Longecourt-en-Plaine, le groupe 3 les échantillons provenant de la faïencerie de Premières, et le groupe 4 ceux de la tuilerie de Longecourt-en-Plaine12. M. Picon insiste sur l’aspect encore incomplet de cette étude, dont la poursuite est en cours, notamment par l’adjonction de nouveaux échantillons de carreaux glaçurés collectés sur le site de la tuilerie d’Aubigny-Plaine, destinée à affiner encore ces premiers résultats.

  • 13 Cf la mention, en 1470 : " A Estienne Legeot, thieillier a Aubigny, 22 F et demy pour 5 700 de tiel (...)

15Ainsi, parmi une foule d'ateliers voisins aux caractéristiques proches, on sait que celui d'Aubigny-en-Plaine, qui n'est pourtant pas un atelier ducal, a été dirigé par la famille Géot ou Le Géot (Denis ou Denisot Géot, puis son fils Girardin, puis Jacques et Etienne Le Géot) pendant un siècle. Il aurait produit des carreaux glaçurés pour la chartreuse de Champmol à la fin du XIVe s. puis de semblables marchandises pour l'Hôtel-Dieu de Beaune à deux reprises, la commande déjà évoquée de 1448 ayant été suivies, en 1470, de celle de 2000 carreaux supplémentaires et d'environ 6000 tuiles "plombées"13Enfin les analyses ont montré qu'à la fin du XVe s., il avait également produit les remarquables carreaux de faïence de la chapelle du château de Longecourt-en-Plaine, situé à quelques kilomètres. S'il s'avère que cet atelier particulier constitue une structure priviligiée à ces époques pour la fabrication de céramiques diverses destinées aux résidences des plus hauts personnages bourguignons - y compris de la faïence stannifère, qui est alors un produit de grande nouveauté et de grand luxe - il reste à savoir pourquoi celui-là et dans quelles circonstances il a pu gagner cette réputation. Quelles étaient les relations entre les commanditaires et l'atelier, quelle connaissance avons-nous réellement de ces structures ? Autant de questions auxquelles il est encore trop tôt pour répondre, mais aussi autant de pistes multiples pour stimuler la rechercheD’autre part, parmi une foule d’ateliers voisins aux caractéristiques proches, celui d’Aubignyen-Plaine, qui n’est pourtant pas un atelier ducal, semble bien avoir produit des carreaux glaçurés pour la chartreuse de Champmol dès la fin du xive s. puis, peut-être, des carreaux glaçurés pour l’Hôtel-Dieu de Beaune au milieu du xve s. et enfin des faïences stannifères destinées au pavement du château de Longecourt-en-Plaine à la fin du xve s. S’il s’avère que cet atelier particulier constitue une structure privilégiée à ces époques pour la fabrication de céramiques diverses destinées aux résidences des plus hauts personnages bourguignons — y compris de la faïence stannifère, qui est alors un produit de grande nouveauté et de grand luxe — il reste à savoir pourquoi celui-là et dans quelles circonstances il a pu gagner cette réputation. Quelles étaient les relations entre les commanditaires et l’atelier, quelle connaissance avons-nous réellement de ces structures ? Autant de questions auxquelles il est encore trop tôt pour répondre, mais aussi autant de pistes multiples pour stimuler la recherche.

Fig. 7. Carte générale des tuileries du Dijonnais/Val de Saône du Moyen Âge à l’époque contemporaine (sud-est de la Côte-d’Or et nord-est de la Saône-et-Loire) sur la carte « de Cassini » (fin du XVIIIe s.).

Fig. 8. Dendrogramme des analyses (données laboratoire de céramologie du CNRS, Lyon, archéométrie M. Picon, CNRS).

Bibliographie

Bibliographie

Amé 1859 : Amé (É.). — Les carrelages émaillés du Moyen Âge et de la Renaissance. Paris : Morel, 1859, 210 p.

Barbier et alii 1987 : Barbier (M.), Cailleaux (D.), Chapelot (O.). — Carreaux de pavement du Moyen Âge et de la Renaissance : catalogue des collections des Musées de Chaumont et de Saint-Dizier (Haute-Marne). Chaumont : Musées de Chaumont et de Saint-Dizier, 1987. 56-16-95 p., ill.

Bergeret 1899 : Bergeret (É.). — Briques et pavages émaillés : l’atelier d’Argilly sous les ducs de Bourgogne. Mémoires de la Soc. d’histoire et d’archéologie de Beaune, XXIV, 1899, p. 179-201, pl. 1-28.

Bergeret 1900 : Bergeret (É.). — Briques et pavages émaillés : l’atelier d’Argilly sous les ducs de Bourgogne. Seconde partie. Mémoires de la Soc. d’histoire et d’archéologie de Beaune, XXV, 1900, p. 149-176, pl. 29-63.

Bon 1992 : Bon (P.). — Les premiers « bleus » de France, les carreaux de faïence au décor peint fabriqués pour le duc de Berry, 1384. Conseil général du Cher, 1992. 335 p.

Chapelot 1980 : Chapelot (O.). — La tuilerie de Montcenis. Milieux, 3/4, oct. 1980.

Chapelot 1986 : Chapelot (O.). — Les tuileries ducales en Bourgogne (XIVe-XVe siècles) : l’apport des textes à la connaissance des bâtiments. In : Derœux (D.) dir. — Terres cuites architecturales au Moyen Âge : Actes du colloque de Saint-Omer, 1985. 1986, p. 23-33 (Mémoires de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, XXII, 2).

Chapelot 1987 : Chapelot (O.). — Tuiliers bourguignons aux XIVe-XVe siècles : aspects socio-économiques de la production. In : La céramique (Ve-XIXe s.) : Fabrication – Commercialisation – Utilisation : Actes du 1er congrès international d’archéologie médiévale, Paris, 1985. Caen : SAM, 1987, p. 195-202.

Charlier 1994 : Charlier (F.). — Soirans-Fouffrans, la tuilerie (Côte-d’Or), un atelier de terre cuite, XVe-XVIIe s. Archéologie médiévale, XXIV, 1994, p. 301-366.

Derœux 1986 : Derœux (D.) dir. — Terres cuites architecturales au Moyen Âge : Actes du colloque de Saint-Omer, 1985. 1986 (Mémoires de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, XXII, 2).

Chapelot 1987 : Chapelot (O.). — Tuiliers bourguignons aux XIVe-XVe siècles : aspects socio-économiques de la production. In : La céramique (Ve-XIXe s.) : Fabrication – Commercialisation – Utilisation : Actes du 1er congrès international d’archéologie médiévale, Paris, 1985. Caen : SAM, 1987, p. 195-202.

Grémaud 1955 : Grémaud (G.). — Inventaire des découvertes et analyses des travaux. Moyen Âge. Mémoires de la Commission des Antiquités du département de la Côte-d’Or, XXIII (1947-1953). 1955. p. 55-81.

Ickowicz 1993 : Ickowicz (P.). — Les carreaux de pavages médiévaux du Musée de Montbard. Montbard : Office municipal de la culture, 1993. [N.p.], ill.

Norton 1981 : Norton (C.). — Les carreaux de pavage bourguignons : chronologie et technique. In : Pinette (M.) dir. — Les carreaux de pavage dans la Bourgogne médiévale : catalogue d’exposition au Musée Rolin. Autun : Musée Rolin, 1981, p. 10-18.

Norton 1986 : Norton (C.). — Bibliographie des carreaux médiévaux français. In : Derœux (D.) dir. — Terres cuites architecturales au Moyen Âge : Actes du colloque de Saint-Omer, 1985. 1986 (Mémoires de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, XXII, 2).

Picon 1993 : Picon (M.). — Le laboratoire d’analyse : méthodes d’analyse et de traitement des données. In : Actes du colloque « Faïence et archéologie », Moustiers-Sainte-Marie, 1-2 nov 1991. 1993, p. 76-78 (Bull. de l’Académie de Moustiers, no spécial).

Pinette 1981 : Pinette (M.) dir. — Les carreaux de pavage dans la Bourgogne médiévale : catalogue d’exposition, Autun, 4 juil.-13 sept. 1981. Autun : Musée Rolin, 1981. 45 p., XXVII f. de pl.

Quarré 1955 : Quarré (P.). — Les carreaux de pavement de l’oratoire ducal à la chartreuse de Champmol. Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte d’Or, XXIII, 1955 (1947-1953), p. 234-240, 2 fig.

Rosen 2000 : Rosen (J.). — Entre le Moyen Âge et la Renaissance : le(s) pavement(s) du château de Longecourt-en-Plaine (1495) In : Rosen (J.), Crépin-Leblond (T.) dir. — Images du pouvoir : les pavements de faïence en France du XIIIe au XVIIe siècle. Paris : RMN/Bourg-en-Bresse : Musée de Brou, 2000, p. 82-92.

Rosen 2001 : Rosen (J.). — Un pavement de 1495 en Bourgogne. Revue de l’Art, 131, 1, 2001, p. 59-63.

Rosen 2002 : Rosen (J.). — Le technicien et l’archéologue : la céramique d’un autre œil. Archéologia, 395, déc. 2002, p. 56-65.

Rosen à paraître : Rosen (J.). — Les pavements du château de Longecourt-en-Plaine (1495) : couleurs, symboles et histoire. In : Le château et l’art à la croisée des sources : Actes du colloque, Mehun-sur-Yèvre, 23-25 nov. 2001. À paraître.

Rosen, Crépin-Leblond 2000 : Rosen (J.), Crépin-Leblond (T.) dir. — Images du pouvoir, pavements de faïence en France du XIIIe au XVIIe siècle. Paris : RMN/Bourg-en-Bresse : Musée de Brou, 2000. 199 p., ill.

Vaivre, 1999 : Vaivre (B. de). - Les armoiries et les devises des Rolin. In : La splendeur des Rolin : un mécénat privé à la cour de Bourgogne. Paris : Picard, 1999, p. 42.

Notes

1 Il s’agit ici uniquement des carreaux dits « vernissés », c’est-à-dire des terres cuites décorées à l’aide d’engobes de couleur et revêtues d’une glaçure plombifère transparente. Sur la technique de ces productions, voir Norton 1981, p. 10-18, ainsi que Barbier et alii, 1987, p. 19-46. Pour une bibliographie très complète de ces carreaux jusqu’en 1985, voir Norton, 1986, p. 321-348. La mise à jour de ce travail par P. Garrigou-Grandchamp est actuellement en cours, et doit être publiée prochainement dans le cadre du PCR sur la terre cuite architecturale dirigé par J. Chapelot.

2 Ce travail apparaît d’autant plus précoce que l’intérêt pour les productions de céramiques françaises anciennes et leur étude n’est apparue que dans les années 1860.

3 Il a été en partie étudié par M. Orgeur (Université de Dijon), qui a soutenu le 25 juin 2004 une thèse sur « Les carreaux de pavement des abbayes cisterciennes en Bourgogne (fin du xiie-fin du xive s.) », et E. Laborier (INRAP), qui travaille sur le château de Montbard. Voir également Ickowicz, 1993.

4 Parmi les nombreuses publications consacrées à certaines de ces tuileries, on peut signaler Bergeret, 1899, p. 179-201, et Bergeret, 1900, p. 149-176.

5 Voir Chapelot, 1980.

6 O. Chapelot (Chapelot, 1986, p. 27) estime que sur les soixante ateliers recensés, seuls quatorze ont, de manière certaine d’après ses connaissances, produit des carreaux glaçurés : Montot, Dijon, Longchamp, Quetigny, Gerland, Argilly, Remilly, Brazey-en-Plaine, Montcenis, Fontenay, Montbard, Cutigny, La Bussière, La Ferté-sur-Grosne. Il faudrait y ajouter au moins Aubigny-en-Plaine.

7 Pour toutes ces données comme pour les suivantes, voir Vaivre, 1999, P. 42 Pinette, 1981, p. 34-45.

8 À ces sites, il faut sans doute également ajouter celui d’Étrepigney, en Franche-Comté, dont les gisements d’argile kaolinitique, réputés, ont sans doute été utilisés pour réaliser les décors d’engobe des carreaux bicolores. En effet, le « Compte du couvent des Chartreux, par Louis Pasté » (1377-1386) – qui a parfois été mal retranscrit (Bon, 1992, p. 128) –, mentionne « à maître Jehan de Gironne ouvrier de tieullerie de mondit seigneur, que deuz lui estoient pour plusieurs missions par lui faites, tant en allant à Tarpigney oultre sône querir terre, pour faire quarreaulx et autres ouvraiges de tieullerie pour l’ouvraige que mondit seigneur fait faire audit Champmol » (AD CO, B 11670, fol 217, 30 octobre 1384). Je remercie D. Carron pour son aide précieuse dans la transcription de ce document.

9 Voir Picon, 1993. « Pour la fluorescence X, les prélèvements subissent différentes opérations de préparation consistant en un nettoyage des surfaces externes, suivi d’un grillage afin d’éliminer les constituants volatils, et d’un broyage ; la poudre ainsi obtenue est mélangée à un fondant et transformée en une perle de verre, par fusion et coulée. Au laboratoire de Lyon, on détermine les pourcentages quantitatifs de dix-neuf éléments qui sont des constituants qualitatifs constants de toutes les céramiques : dix oxydes principaux - de calcium (Ca 0), de fer (Fe2 03), de titane (Ti 02), de potassium (K2 0), de silicium (Si 02), d’aluminium (Al2 03), de magnésium (Mg 0), de manganèse (Mn 0), de sodium (Na2 0), de phosphore (P2 05), exprimés en pourcentage d’oxyde - et neuf éléments traces - zirconium (Zr), strontium (Sr), rubidium (Rb), zinc (Zn), chrome (Cr), nickel (Ni), baryum (Ba), vanadium (V) et cérium (Ce), exprimés en parties par million de métal (ppm). Les résultats des analyses se présentent sous la forme de données chiffrées brutes. La méthode de traitement des données utilisée est l’analyse de dendrogrammes ou grappes, en affinité moyenne non pondérée sur variables centrées réduites relatives à dix-sept constituants. Chaque céramique ou argile y est représentée par un trait vertical à la base du diagramme, et repérée par un numéro d’inventaire. Lorsque deux ou plusieurs céramiques ont des compositions qui se ressemblent, les traits verticaux correspondants se trouvent réunis à l’extrémité d’un même rameau vertical. Plus les compositions des céramiques d’une grappe se ressemblent, et plus le trait vertical réunissant ces exemplaires part à faible hauteur au-dessus de la base du diagramme ».

10 Les sites de production ainsi localisés avec précision et qui ont fait l’objet de ramassages et d’analyses sont les suivants : Fenay 1 (la Petite Tuilerie), Fenay 2 (la Grande Tuilerie), tuileries de Longecourt-en-Plaine, Corcelles-lès-Cîteaux, Izeure, Échigey 1, Échigey 2, Aubigny-en-Plaine, Montmain, Longchamp, Champ d’Arran, faïencerie de Premières.

11 Ces échantillons, « qui présentaient de grandes similitudes dans le décor moulé », provenaient de Germolles, Authumes, Brazey, Vergy et de l’Hôtel Rolin.

12 Ces résultats partiels ont été présentés lors de la journée « Le technicien et l’archéologue » qui s’est tenue lors du Congrès du Groupe français de Céramique au Creusot en mars 2002 (voir Rosen, 2002, p. 56-65).

13 Cf la mention, en 1470 : " A Estienne Legeot, thieillier a Aubigny, 22 F et demy pour 5 700 de tielle plombée et pour 2 000 de pavements plombés vendus audit hospital..." (livre de compte de Jehan Duban, archives de l'Hôtel-Dieu, layette 55. 11° 1 ; renseignement fourni par Catherine Baradel-Vallet, que je remercie).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte des tuileries médiévales bourguignonnes entre 1338 et 1480 (d’après Chapelot, 1986) et liste des sites.1. Clairvaux.2. Bar-sur-Seine.3. Juilly-sur-Sarce*.4. Prusly-sur-Ource.5. Châtillon-sur-Seine.6. Giey-sur-Aujon.7. Aisey-sur-Seine*.8. Saint-Marc-sur-Seine*.9. Villaines-en-Duesmois.10. Fontenay*.11. Montbard*.12. Nogent-les-Montabrd*.13. Moutiers-Saint-Jean.14. Saulx-le-Duc.15. Gray*.16. Dijon (3 ateliers dont 1 ducal*).17. Quetigny.18. Remilly-sur-Tille.19. Saint-Léger.20. Saint-Sauveur.21. Pontailler-sur-Saône*.22. La Marche-sur-Saône.23. Longchamp.24. Chevigny-Saint-Sauveur.25. Chambœuf.26. La Bussière-sur-Ouche.27. Layer.28. Athée.29. Auxonne*.30. Villiers-les-Pots.31. Montot*.32. Aubigny-en-Plaine.33. Brazey-en-Plaine.34. Gerland.35. Cîteaux.36. Argilly*.37. Moisey.38. La Perrière-sur-Saône*.39. Foucherans.40. Chaussin*.41. Verdun-sur-le-Doubs.42. Toutenant.43. Chalon-sur-Saône (2 ateliers).44. Perreuil.45. Montcenis (3 ateliers dont 1 ducal*).46. Autun.47. Beaune.48. Echevronne.49. Montagny.50. La Ferté.51. Génelard.52. Messey.53. Cortevaix.54. Brancion.55. Tournus.L’astérisque indique un atelier ducal. Quatre autres ateliers n’ont pu être localisés avec précision : Moilleçon (2 ateliers livrant à Braigny et Sennecey-le-Grand), Saint-Ivy et Vanoise (livrant tous deux à Montcenis).Les ateliers d’Avallon, de Bithaine et des Bonshommes sont en dehors de la présente carte.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14556/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 2. Carreau glaçuré à décor d’engobe, 124 x 124 mm, armoiries de Pierre de Nivelle, abbé de Cîteaux (1625-1635), provenant du château de Gilly-lès-Cîteaux, atelier d’Argilly, début du xviie s. (cl. J. Rosen).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14556/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Légende Fig. 3. Carreau glaçuré à décor d’engobe, scène de chasse au cerf, provenant des fouilles de la chapelle de la chartreuse de Champmol par P. Quarré en 1951, fin du xive s., Dijon, Musée des Beaux-Arts (cl. J. Rosen).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14556/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 4. Carreaux glaçurés à décor d’engobe, devise de Nicolas Rolin « seule étoile », provenant de l’Hôtel-Dieu de Beaune, atelier d’Aubigny-en-Plaine, vers 1450 (© Inventaire général, M. Rosso ADAGP).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14556/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 978k
Légende Fig. 5. Carreau en faïence stannifère, chapelle du château de Longecourt-en-Plaine, attribué à l’atelier d’Aubigny-en-Plaine, 1495 (cl. J. Rosen).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14556/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 6. Carte des tuileries ayant fait l’objet de prospections et d’analyses (M. Picon / J. Rosen, 2000).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14556/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 7. Carte générale des tuileries du Dijonnais/Val de Saône du Moyen Âge à l’époque contemporaine (sud-est de la Côte-d’Or et nord-est de la Saône-et-Loire) sur la carte « de Cassini » (fin du XVIIIe s.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14556/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 8. Dendrogramme des analyses (données laboratoire de céramologie du CNRS, Lyon, archéométrie M. Picon, CNRS).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14556/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 273k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search