Version classiqueVersion mobile

Escolives Sainte-Camille gallo-romain

 | 
Raymond Kapps

Deuxième partie. Analyse des blocs

Chapitre III. Les blocs de frise (Catégorie F)

Texte intégral

1Cette série comprend 19 blocs qui sont sculptés sur 2 faces. Il paraît nécessaire de déterminer le côté façade et le côté revers. L’étude de la série C a montré que la colonne engagée indique la façade et le pilastre le revers. Grâce à un certain nombre d’éléments précis, l’un et l’autre côtés des blocs de frise peuvent être identifiés, à une exception près, le bloc en question étant très mutilé.

2Par des témoignages directs, la façade est mise en évidence :

  1. par les blocs qui comportent une saillie : 8 sont indubitables et 2, quoique moins évidents, sont certains ;
  2. par le bloc no 56 à saillie et à décor de palmette sur le bloc de fond ; il ne peut être suivi que de 2 blocs qui ont eux aussi ce même décor.

3Elle l’est aussi par un témoignage indirect :
le revers, sauf dans un seul cas, présente un décor très homogène constitué de rinceaux, de rosaces, de guirlandes de feuilles d’acanthe tenues par des Amours ; si bien qu’il est en quelque sorte impossible de faire des confusions.

4Voici l’ordre dans lequel ces blocs seront présentés :

  1. blocs à décor de palmettes (3).
  2. blocs avec un aigle (2) auxquels seront joints ceux qui traitent le thème de la vigne (2), puisqu’il est annoncé sur l’un des deux blocs à l’aigle.
  3. blocs à motif floral ou végétal (5).
  4. blocs à animaux mythologiques (2).
  5. blocs à tête humaine seule (2).
  6. blocs difficiles à identifier en raison de leur très mauvais état (2).
  7. bloc qui se différencie par le thème de son revers (1).

5Leur analyse commencera par l’énumération des diverses mesures, étant entendu que L, H ou P pourront avoir plusieurs valeurs selon l’état du bloc, et en rappelant que la profondeur est la distance qui sépare le champ de la façade de celui du revers. On y ajoutera éventuellement les sigles suivants :

  • LLPC : largeur conservée du lit de pose.
  • LLPR : largeur restituée du lit de pose.

6Pour les blocs à saillie seront employés :

  • LS : largeur de la saillie.
  • PS : profondeur de la saillie.

7Enfin pour chaque face :

8— SMR : saillie maximum du relief.

1° Blocs à décor de palmettes (3)

9Il s’agit de trois blocs qui se faisaient rigoureusement suite dans le monument. Cela est démontré par la continuité du décor tant sur la façade que sur le revers (cf. pl. 30).

BLOC no 56 (pl. 31 et 32)

10Il a été trouvé sous le mur nord de la cour EB.

11L : 96 cm ; H : 44,5 cm ; P : 38 cm ; LLPR : 45 cm ; LS : 41 cm ; PS : 9,5 cm. Longueur du bloc de fond à droite : 55 cm.

12Ce bloc comportait une saillie dont il ne reste plus rien sur le devant. Sur son côté gauche subsistent le corps et la patte droite d’un animal qui semble assis sur son arrière-train. Les cinq doigts de la patte sont visibles et le corps paraît recouvert d’écailles. Cet animal n’est pas identifiable, la tête faisant défaut. Sur le côté droit de la saillie se voit au centre une petite rose.

13Le reste de la façade est bon ; même si les motifs en sont quelque peu émoussés, ils sont bien accusés ; SMR : 4,5 cm. Le décor est une palmette.

14Du pied qui a en gros la forme d’une feuille lobée part une tige centrale fine, marquée d’une rainure dans sa partie centrale, qui s’épaissit vers le haut du bloc ; de chaque côté, on voit trois feuilles qui vont en s’épanouissant ; à l’intérieur des deux plus hautes se trouve une tige qui porte à son extrémité une sorte de bulbe allongé et marqué de petites côtes. On peut penser à une plante avec des boutons qui vont éclore. La feuille elle-même s’apparente assez bien à la feuille d’acanthe telle qu’elle est représentée sur d’autres blocs. Dans le quart inférieur, on voit, partant également du pied central, une tige ondulée à l’intérieur de laquelle, à droite et à gauche, est passée une corolle à 4 pétales présentée de face, si bien que la symétrie est parfaite. A droite, la liaison est établie avec le bloc suivant, qui présente le même motif dans sa partie inférieure.

15La tranche gauche est complètement martelée, mais la droite a un cadre d’anathyrose ; de plus, en liaison avec le lit inférieur, on trouve une mortaise de 3 cm de large, de 3 cm de profondeur et de 17 cm de long.

16Le relief du revers est assez marqué, SMR : 7 cm. Le champ a été recreusé au centre. Deux rosaces forment un 8 couché. Du point de jonction en haut part le pied d’un amour haut de 18 cm ; il est très mutilé. Directement au-dessous de lui, dans l’intervalle laissé libre par les branches du 8, on devine aux traces laissées par la cassure un oiseau dont on reconnaît la queue ; il devait avoir environ 17 cm de long et regardait vers la droite.

17Au lit supérieur, on remarque deux trous de louve dont voici les dimensions : 9,5 x 4,5 x 7 cm ; et 6 x 4,5 x 7 cm.

BLOC no 83 (pl. 31 et 32)

18L : 76 cm ; H : 44,5 cm ; P : 38 cm ; LLPC : 45 cm.

19Il a été trouvé sous le mur nord du bassin DK.

20Il fait immédiatement suite au précédent. La tranche gauche a un cadre d’anathyrose. Serrés l’un contre l’autre, les blocs no 83 et no 56 s’ajusteraient parfaitement. La tranche droite est en moins bon état ; une partie a été entamée, mais il subsiste des marques du cadre d’anathyrose. En haut et au centre, on remarque une mortaise longue de 6 cm, large de 3 et profonde de 0,5 cm.

21La façade présente une palmette complète, plus une demi-palmette très en relief ; SMR : 6 cm. C’est l’un des rares blocs à posséder un bandeau inférieur presque entièrement conservé ; il est épais de 3 cm.

22La tige centrale de la palmette repose sur ce bandeau, ainsi que la partie inférieure des corolles, présentées de face et enfilées dans une tige qui constitue une sorte de guirlande, déjà présente sur le bloc précédent et qui court tout le long de la partie inférieure de la façade. La palmette a en général le même type que celle du bloc no 56 ; mais elle en diffère tout de même. La tige centrale est séparée en deux par une rainure peu profonde et longitudinale, elle est plate, lancéolée et marquée de chaque côté de six crans. Du bandeau inférieur, mais indépendantes de la tige centrale, partent à droite et à gauche en s’épanouissant trois feuilles pleines qui portent une nervure centrale les marquant de deux facettes. Parallèlement à chaque feuille et au-dessous d’elle, se trouve une tige, au relief plus étroit et moins accusé, qui porte à son extrémité une sorte d’olive allongée marquée de torsades et précédée pour les deux plus basses d’un et de deux motifs ornementaux passés dans la tige mais peu définissables, tandis que pour la troisième une sorte de grosse perle marquée de côtes vient s’insérer entre ces deux motifs.

23Enfin, de chaque côté de la tige centrale et entre les feuilles les plus hautes, se dresse une tige qui ondule légèrement vers le sommet et qui porte une fleur, placée de biais, qui avait probablement six pétales.

24La demi-palmette qui complète à droite la décoration de la façade est endommagée dans sa partie centrale, si bien que l’on distingue mal la tige médiane. Du pied partent vers la gauche trois feuilles larges ornées de nombreux crans à leur partie inférieure, tout à fait semblables à des feuilles d’acanthe. On peut rapprocher ce décor de la palmette du bloc no 56, mais on y voit des variantes.

25Pour le revers, on a SMR : 6,5 cm ; le bandeau inférieur apparaît mal. Il est orné d’une rosace à gauche et d’un rinceau à droite. Ce dernier est en bon état alors que la rosace et ce qui se trouve au-dessus est endommagé.

26La rosace a un diamètre de 22 cm. Elle est circonscrite par une feuille d’acanthe à laquelle est rattaché le bec d’un oiseau placé sur le bandeau inférieur et qui regarde à gauche. Cet oiseau a une longueur de 21 cm et son bec mesure 2,5 cm. L’œil est plein, assez grossièrement marqué d’une rainure à peine arrondie. Cet oiseau a son répondant vers le lit supérieur, il regarde vers la droite ; il est abîmé. Sa patte gauche repose sur une fleur qui se rattache à une feuille d’acanthe du rinceau. La patte droite est brisée, mais on retrouve sur la fleur le relief qui indique ses doigts larges et comme palmés, leur longueur de 3 cm est inattendue. L’oiseau picore les grains d’une grappe peu volumineuse située au-dessus d’une feuille d’acanthe.

27Les deux feuilles d’acanthe du rinceau font suite au motif amorcé sur le bloc no 56 ; de même, l’on y retrouve le complément du double cercle qui circonscrivait la rosace du bloc no 56.

BLOC no 77 (pl. 31 et 32)

28Il a été mis au jour sous le mur ouest du basin DK.

29L : 82 cm ; H : 44,5 cm ; P : 36,5 cm ; LLPC : 43,5 cm.

30Ce bloc fait immédiatement suite au précédent ; toutefois la tranche gauche semble avoir été débitée à la scie, puis cassée. On remarque, partant du revers, une mortaise qui correspond à celle de la tranche droite du bloc no 83, avec les mêmes dimensions.

31La tranche droite paraît avoir été retaillée, puis ravalée comme l’indiquent les traits parallèles et obliques qui la marquent. Au lit supérieur se voit à gauche une mortaise terminée par un arrondi, de 3,5 cm de large, 15,5 cm de long et de 6,5 cm de profondeur. A droite du lit supérieur se voit une seconde mortaise de forme ovale de 3,5 cm de large, 5,5 cm de long et de 5 cm de profondeur.

32La façade a un relief bien accusé ; SMR : 5 cm. Le bandeau inférieur est conservé à l’extrême droite. Le décor est constitué, de gauche à droite, d’une demi-palmette qui complète celle du no 83, d’une palmette complète et enfin d’une demi-palmette. La première demi-palmette est tout à fait comparable à celle qui a été décrite précédemment. La palmette centrale est identique à la palmette complète du bloc no 83, avec cette seule variante que les tiges qui portent les fleurs ne prennent pas naissance au pied de la feuille lancéolée centrale, mais partent de plus haut ; les deux fleurs situées entre les feuilles du troisième rang et la feuille centrale font corps avec la partie supérieure de cette dernière, puis montent vers le haut à l’aide d’une tige légèrement ondulée.

33La demi-palmette de droite est martelée ; on ne distingue bien que la première feuille du rang inférieur avec la tige et son bouton. En revanche, ce qui est très bien conservé est plus lisible que sur les deux blocs précédents, il s’agit de la guirlande qui orne la partie inférieure de la façade. On a toujours les 4 corolles enfilées dans le cordon de la guirlande, mais ce dernier se termine à la verticale par une sorte d’épi ajouré de trous triangulaires. A droite et au même niveau, se trouve le même motif, d’où part une nouvelle tige identique à la précédente chargée du même décor. Mais chaque élément de cette guirlande est relié au précédent par un maillon horizontal. Au centre, la tige passe à l’intérieur du pied de la feuille lancéolée centrale avec laquelle elle se confond, puis elle réapparaît de l’autre côté où le même motif se répète.

34Le décor du revers est fortement mis en relief ; SMR : 7,5 cm. Le champ a été recreusé surtout à droite. On voit essentiellement une rosace entourée sur la gauche de deux tiges de feuilles d’acanthe formant un cercle. La plus extérieure se termine en haut en une longue feuille d’acanthe qui épouse le mouvement de la rosace. Une seconde feuille d’acanthe présentant le même aspect part du bas en se dirigeant vers la gauche, mais appartient à un rinceau.

35L’intérieur de la rosace présente, à l’aide d’une tige arrondie qui en forme le cadre, un feuillage retombant, fait de quatre feuilles entre lesquelles se trouve une tige terminée par une sorte de fruit ouvert qui laisse voir quatre grains.

36En haut à gauche, il y avait un motif dont les restes ne permettent pas une identification exacte. De même, en haut, à droite, le motif a disparu, mais par comparaison avec le bloc précédent, on peut déduire que sur la corolle conservée se tenait un oiseau ; on y retrouve les doigts et l’on voit sur le champ le point d’arrachement. En bas à droite, se tient un oiseau mieux conservé que celui qui a été décrit au revers du bloc précédent : le bec est fendu et moins long, l’œil est moins travaillé, mais plus rond, le relief des plumes est visible, mais les pattes ont disparu. On doit faire remarquer que cet oiseau est symétrique de celui du bloc no 83 par rapport au centre de la rosace qui orne le revers de ce dernier bloc.

OBSERVATIONS

37Avec ces trois blocs, nous avons les seuls éléments de frise se faisant rigoureusement suite dans le monument. Cela a permis d’en mieux connaître la disposition. On sait donc que d’une saillie à l’autre, la frise était centrée sur un même thème, ici celui de la palmette ; sur le vu des autres blocs, chaque travée devait avoir un thème différent.

38On peut s’étonner que les palmettes ne soient pas identiques entre elles. Est-ce par souci de variété, en vue d’éviter une certaine monotonie, est-ce par facilité ? On peut penser également à la maladresse de l’exécutant qui s’en tire un peu comme il peut. Or, des maladresses, on en observe ici et là, mais il faut reconnaître aussi que la variété semble être un souci majeur, comme on le constatera en étudiant les éléments de corniche.

39Quant au revers, ces blocs ont permis de comprendre comment s’en présentait le décor : des rosaces et des rinceaux où domine la feuille d’acanthe, avec çà et là des oiseaux qui semblent destinés à combler les vides, en haut ou en bas, entre les grands éléments décoratifs qui épousent généralement la forme d’un cercle. Les revers sont très fouillés, très garnis, sans grande originalité toutefois.

2° Blocs à l’aigle (2) et au thème de la vigne (2)

40L’examen des blocs à saillie montre que le bloc no 6 porte, à droite de la saillie, un aigle tourné vers la droite et que le bloc no 5 a un aigle, à gauche de la saillie, tourné vers la gauche. 11 est donc normal de supposer que ces aigles se regardaient dans la même travée, d’autant plus que les exemples de symétrie se présentent assez souvent dans le décor des blocs. Cela justifie que l’on range ces deux blocs dans la même série.

41D’autre part, à droite de la saillie du bloc no 5 est amorcé le thème de la vigne et il a paru commode d’y rattacher, par souci de cohésion, les blocs no 63 et no 90 qui traitent sensiblement le même thème.

BLOC no 6 (pl. 33 et 34)

42Il a été trouvé sous le mur sud du frigidarium E.

43L : 118 cm ; H : 45,5 cm à droite et 56 cm à gauche ; P : 36 cm ; PS : 28 cm ; longueur de la façade à gauche : 30 cm, et à droite : 49 cm.

44La tranche gauche présente une mortaise ouverte sur le lit inférieur, de forme trapézoïdale, longue de 17 cm, large de 4 et 5 cm, profonde de 9 cm. La tranche droite a un cadre d’anathyrose, incomplet au tiers supérieur sur toute la profondeur du bloc, car les arêtes ont été abattues. Au lit supérieur se trouve, au centre, un trou de louve de forme trapézoïdale, longue de 11 cm, large de 5 et profonde de 10 cm, et à droite une cavité de section carrée de 6 X 5,5 X 7 cm.

45Sur la partie gauche de la façade, le relief est très accusé, SMR : 9.5 cm. Le champ a été recreusé au centre et en haut. Sur un fond formé de feuilles d’acanthe, dont celle de droite est large et bien découpée, se détache un amour dont la taille correspond à la hauteur du bloc. Son visage est effacé. On reconnaît à droite et à gauche sa chevelure épaisse de 1,5 cm. Le cou est puissant et court ; le corps est nu ; toutefois un voile jeté sur les épaules couvre en drapé la moitié de la poitrine et le bras gauche pour aller s’étaler sur le champ au-dessous du bras. Les plis sont bien soulignés et partent des deux bras. Le bras droit est coupé au coude, et son complément devait figurer sur le bloc qui précédait. Le bras gauche est horizontal, l’avant-bras vertical ; les doigts se confondent avec le bandeau supérieur, qui est abîmé. Les doigts et le pouce retiennent un petit oiseau dont la tête est renversée, ce qui fait penser à un oiseau mort.

46Des épaules partent les ailes. L’aile droite, quoique abîmée, laisse voir sur une petite partie le dessin des plumes ; l’aile gauche existe, elle fait corps avec le champ, et est masquée à la fois par l’oiseau et par l’avant-bras de l’amour. Au-dessous de l’écharpe apparaît le sein droit marqué par une légère protubérance. Le ventre est assez en avant, les hanches larges, le sexe bien marqué, les cuisses fortes et dodues ; la jambe droite est verticale ; le pied devait se trouver sur le bandeau inférieur, mais il est brisé. La jambe gauche est repliée à angle droit au genou et s’appuie à l’horizontale sur la portion inférieure d’une feuille d’acanthe. Le pied est complet à l’exception des orteils.

47Sur la face gauche de la saillie, la feuille d’acanthe sur laquelle est appuyée la jambe gauche de l’amour continue à angle droit mais sans raideur, et va mourir au contact du bandeau supérieur. Puis il y a un manque au centre, et, au bas, une volute d’où part une feuille, suivie d’une autre qui se termine par une rose à quatre pétales.

48La face avant de la saillie représente une tête humaine dont il manque le front, les yeux et une partie des joues. A gauche se voit une corne au-dessous de laquelle se dresse une oreille. A droite, l’oreille a été conservée, mais la corne fait défaut. On aperçoit sous l’oreille une espèce de coque qui pourrait être l’indication d’une mèche de cheveux. La partie inférieure de la cavité orbitale gauche est visible. Au centre, on reconnaît le nez, dont la narine droite est bien conservée.

49De là, part, à droite et à gauche, la moustache, figurée par quatre éléments, enroulés à l’extrémité en colimaçon, qui vont en s’agrandissant au fur et à mesure qu’ils s’éloignent du nez. La bouche est légèrement ouverte, les lèvres sont bien marquées, surtout la lèvre inférieure. Sous cette dernière pend la barbe divisée en quatre parties traitées de la même façon que la moustache, mais les extrémités ont été détruites.

50Cette tête devait être entourée d’un cadre à l’intérieur duquel se trouvait en relief une série de crosses reliées les unes aux autres. Il en reste à droite un fragment long de 10 cm.

51Bien que la moitié inférieure de ce visage fasse penser à un être humain, la présence de cornes et d’oreilles plus proches de celles d’un bovidé que d’un homme conduit à imaginer une figuration fantaisiste et fantastique, voire mythologique.

52Sur la face droite de la saillie se voit une aile d’aigle déployée qui forme un angle de 90° avec le corps même de l’oiseau, qui orne la partie droite de la façade. Les plumes de cette aile se superposent et sont traitées avec soin : nervure centrale avec représentation des barbes. La partie inférieure du bloc manque.

53Cette saillie a été sciée et brisée en de multiples morceaux ; cela s’est fait sur place, ce qui explique que les divers fragments ont pu être recueillis. C’est le seul exemple qui se soit offert lors de la récupération. Grâce à un minutieux travail de recherche, cette saillie a été reconstituée, puis fixée de nouveau à son emplacement d’origine.

54L’aigle se poursuit donc sur la façade du bloc à droite ; le relief est très accusé, SMR : 10,5 cm. Le champ a été recreusé très profondément vers le centre.

55L’aigle regarde vers la droite. Le bec a disparu, l’œil est représenté par un triangle en creux au centre duquel se trouve un anneau dont le centre a été percé au trépan. Des plumes partent du dessus et du dessous de la tête. L’aile gauche repliée est visible en partie ; le corps — poitrail et ventre — est marqué de petites plumes traitées très différemment de celles des ailes. La partie droite du corps fait défaut. La patte gauche est bien visible, elle est soulignée par des plumes traitées à la manière de plis de vêtement qui tombent. Les pattes portaient directement sur le bandeau inférieur, bien que la patte droite n’ait pas été retrouvée.

56Associé à cet aigle, se trouve à droite un motif qui est demeuré jusqu’ici inexpliqué. Il ne s’agit ni d’un serpent, ni de l’hydre de Lerne, ni de cornes de bélier. Certes, le thème de l’aigle et du serpent est fort bien représenté dans la sculpture antique, mais les deux serpents trouvés sur d’autres blocs ne sont pas du tout figurés de cette manière. Au reste, le motif est endommagé et incomplet, car il devait se poursuivre sur le bloc placé après lui. Cette sorte de torsade avec des côtes transversales dont l’intérieur est convexe demeure donc obscur.

57Le lit de pose du revers est conservé sur une longueur de 60 cm. Le relief est très marqué, SMR : 7,5 cm. Le champ a été recreusé surtout dans la partie centrale. A gauche, en bas, posé sur le bandeau inférieur, se voit un oiseau tourné vers la gauche, long de 20 cm, qui a son bec pointu placé dans les grains d’une grappe ; celle-ci pend d’une tige accompagnée d’une corolle dont les pétales retombent. L’œil de l’oiseau est traité en relief, son bec est marqué d’un sillon profond. Les plumes de la queue diffèrent de celles du corps, car les rainures qui les mettent en relief sont longitudinales alors que les autres sont latérales ou indiquées par des arrondis.

58Du haut, à gauche, part un rinceau dont la tige est masquée par une large feuille d’acanthe allant vers le bas, d’où s’échappent en une gerbe six tiges ; l’une porte un motif floral ainsi qu’une fleur, à son sommet, assez endommagée, puis on a les cinq autres feuilles. Elles se terminent toutes par des volutes tournées à gauche pour les deux premières, à droite pour les autres. Entre la première et la deuxième feuille se trouve un oiseau long de 11 cm. Il regarde vers le haut, ses pattes sont placées sur la deuxième feuille et son arrière-train se confond avec la première. On distingue les lignes longitudinales qui indiquent les plumes de la queue. Un petit oiseau, vu de face, est plaqué au champ sous le bandeau supérieur, les ailes largement déployées, la patte droite sur la seconde feuille d’acanthe, la patte gauche sur la troisième. Il est haut de 5 cm et son envergure est de 13 cm.

59A droite, occupant toute la hauteur du bloc, se tient un amour, haut de 41 cm. Son visage présente un front haut, des yeux saillants, comme exorbités ; le nez était droit, mais il a été malencontreusement raboté au moment de la récupération du bloc, car le revers était directement contre le sol. Les joues sont très pleines ; la bouche légèrement entrouverte est soulignée par une rainure profonde, la lèvre inférieure est mise en relief par une fossette de chaque côté de la bouche ; le menton est prononcé. La tête est sensiblement ronde, son diamètre est de 9 cm. La chevelure bouclée est percée de trous faits au trépan, elle est épaisse de 2,5 cm et garnit la moitié supérieure de la tête. Le cou est très peu marqué ; il n’a pas plus de quelques millimètres de haut mais il est très large. Des épaules solides et musclées partent des ailes en bon état. Le corps est nu ; la poitrine ressort bien et déborde sur les côtés ; le ventre est proéminent, le nombril et le sexe sont bien marqués ; les cuisses sont solides et charnues ; la jambe est pliée comme dans une flexion sur les talons ; le genou fait défaut, la pointe du pied se termine avec le bandeau inférieur, mais les doigts ont été brisés. La jambe gauche a disparu ; d’après ce qu’il en reste, on peut penser que son mouvement était sensiblement le même que celui de la jambe droite. Dans ce cas, la jambe gauche devait être plus longue que la droite.

60L’amour porte sur la nuque la tige épaisse d’une guirlande de feuilles d’acanthe qu’il retient de ses mains, la main droite à hauteur de l’épaule, la gauche au niveau de la hanche. Les doigts sont grossièrement indiqués. A l’extrémité droite du bloc montent deux feuilles d’acanthe parallèles ; elles sont abîmées.

OBSERVATIONS

61Ce bloc est celui qui a la saillie la mieux conservée. Elle porte en façade une tête et l’on verra plus loin que les saillies qui conservent assez de relief pour être interprétées indiquent toujours l’emplacement d’une tête d’homme, d’animal ou de monstre. On peut faire ainsi un rapprochement avec ce que l’on voit sur certains monuments et en particulier sur la façade de l’enceinte d’un sanctuaire de Cybèle à Vienne (Isère).

62Le revers met en évidence un amour traité de face portant une tige de guirlande ; c’est un élément supplémentaire dans la connaissance des revers, car de tels amours vont se rencontrer sur d’autres blocs. Peut-être étaient-ils distribués de place en place avec une certaine régularité pour soutenir la tige de la guirlande et animer en quelque sorte la frise.

63On fera remarquer enfin — et cela vaut pour l’ensemble des blocs — que la feuille d’acanthe est traitée très librement, parfois de façon différente d’un bloc à l’autre ; pour elle, comme pour d’autres plantes, la reproduction dépend non seulement de la réalité, mais de l’invention et de l’habileté du sculpteur.

BLOC no 5 (pl. 34 et 21)

64Il a été trouvé sous le mur est du frigidarium E.

65L : 82 cm ; H : 45 cm ; P : 34 cm ; LS : 40 cm ; PS : 13 cm ; L de la façade à gauche 123 cm ; à droite : 19 cm. La tranche gauche a été retouchée. On voit à droite un trait de scie vertical de 34 cm de long, 0,7 cm de large et 0,7 cm de profondeur, dont le but semble d’avoir été d’éliminer toute la façade du bloc. En bas, au centre, se trouve une mortaise trapézoïdale de 13 cm de long, 5 cm de large et 9 cm de profondeur. Au fond de cette dernière, il y a une cavité qui lui est perpendiculaire. Sur le lit inférieur se voient trois traits de scie qui indiquent encore une tentative de débitage.

66La tranche droite est intacte et conserve son cadre d’anathyrose. Le lit supérieur laisse voir une cavité irrégulière de 5,5 cm de long, 3 cm de large et environ 3 cm de profondeur. La saillie est détruite et l’on relève à gauche des traces de débitage à la scie qui marque que l’on a tenté de détacher toute la saillie. Le trait de scie a 45 cm de long, 0,7 cm de large et 7 à 13 cm de profondeur.

67A gauche de la saillie se voient les restes d’un aigle sensiblement de même facture que celui du bloc no 6 ; SMR : 10,5 cm. La tête fait défaut et devait être complétée pour son extrémité par le bloc qui le précédait. On voit les plumes qui couvrent l’arrière de la tête et le cou. Le corps est en partie martelé ; l’aile droite se distingue et fait corps avec le champ, de même qu’au-dessous, les plumes de la patte et la patte elle-même ; cette dernière est placée sur le lit de pose. Pour la partie gauche de l’animal, tout a disparu, sauf la patte que l’on distingue bien et quelques plumes assez grossièrement représentées qui partent de l’articulation supérieure. A noter que la partie inférieure de la patte fait corps avec le champ de la face gauche de la saillie.

68En rapprochant cet aigle de celui du bloc précédent, on arriverait à faire une reconstitution complète de l’oiseau, à l’exception du bec. Cet aigle devait donc présenter son aile gauche déployée sur la face gauche de la saillie.

69Ce qui subsiste sur la face droite de la saillie est difficile à reconstituer ; toutefois on peut interpréter le montant vertical, lisse et arrondi, muni d’un creux de 40 à 45 mm de diamètre comme une partie d’un cep de vigne beaucoup plus gros que celui qui est figuré sur le bloc no 89. Ce qui lui fait suite en haut et qui va se terminer sur le champ de la façade en bas, percé de trous au trépan, ne peut être interprété comme une grappe de raisin, mais semble appartenir au thème de la vigne.

70Sur la façade, à droite, se poursuit le thème de la vigne ; SMR : 6 cm. On voit, partant du bas et légèrement en oblique, un pampre qui porte vers le milieu une feuille à gauche, complète, très découpée, marquée de nervures, et une, à droite, de même facture dont le reste était sur le bloc qui faisait suite. Plus haut se rencontre une feuille plus petite à trois lobes ; à droite se voient les traces d’arrachement d’une feuille probablement, et, en haut, touchant le lit supérieur, une petite grappe de raisin, composée de six grains. Un oiseau dont la queue se dissimule derrière un motif de la face droite de la saillie a sa patte droite repliée et posée sur la tranche de la feuille de vigne la plus grande ; son corps est bien conservé ; les plumes de la queue sont marquées de rainures longitudinales, celles du corps de rainures transversales et le dessin de l’aile est indiqué par une rainure courbe d’une jolie précision. L’œil est rond, profond, percé au trépan ; le bec est largement ouvert et ses extrémités se confondent avec deux grains de raisin. Cet oiseau qui a 14 cm de long et 7 cm de haut est sans doute une grive picorant le raisin. Sur le pampre, on a une nodosité et aussi le départ d’une branche qui devait figurer sur le bloc suivant.

71Le revers est en bon état, malgré çà et là quelques arrachements, notamment en haut, au centre, et aux angles ; SMR : 8 cm. Le champ est recreusé, particulièrement le long des feuilles d’acanthe de droite.

72Le motif général est une rosace de 22 cm de diamètre, entourée de larges feuilles d’acanthe : l’une monte, l’autre descend.

73En haut, à gauche, se tiennent deux animaux opposés dos à dos, la tête rejetée en arrière ; les pattes reposent de part et d’autre sur les feuilles d’acanthe. Leur corps est marqué de stries en arêtes de poisson, détail technique que l’on a pour le rendu de la crinière des lions. On ne peut dire si ces animaux portaient des cornes, car le haut de la pierre est très émoussé ; ils font penser, pour la première moitié supérieure du corps, à des hippocampes, mais aussi peut-être à des hermines, plus sûrement à des animaux fabuleux.

74A droite, entre les deux feuilles d’acanthe, se trouve une tige terminée par une fleur sur laquelle est placé un petit personnage haut de 10 cm. La tête manque ; le personnage est assis à croupetons, il a de longs bras qui forment un arrondi encadrant la poitrine et le ventre, les mains sont appuyées sur les genoux et se rejoignent, très maladroitement grossies. Les pieds semblent se terminer par des griffes. On doit avoir affaire à un grotesque.

75Enfin en bas, à droite, se voit une caille dont les pattes portaient sur le lit de pose. Elle mesure 16 cm dans sa plus grande dimension. Le bec serre l’extrémité d’une feuille d’acanthe assez endommagée. Le plumage est rendu par des côtes assez larges et l’arrondi de l’aile est bien marqué. L’œil en revanche est à peine indiqué. Le fait que cette caille soit présentée au pied d’un feuillage est le témoignage d’une touche réaliste, car cet oiseau a l’habitude de courir au sol.

BLOC no 63 (pl. 35 et 36)

76Il a été mis au jour sous le mur nord de EB1.

77L : 62 cm ; H : 44 cm ; P : 34 cm. La tranche gauche paraît avoir été retravaillée après avoir été sciée probablement jusqu’aux trois-quarts de la profondeur, puis la pierre présente les traces d’une cassure. La tranche droite a un cadre d’anathyrose ; en bas et au centre se trouve une mortaise qui atteint le lit de pose, elle a 17,5 cm de long, 6 cm de large et 10 cm de profondeur. Le lit supérieur n’a pas été façonné de la même façon que les autres blocs, d’après les traces que l’on y voit. Il semble qu’on l’ait retravaillé, ce qui expliquerait la différence de hauteur d’un centimètre par comparaison avec les autres pierres. A droite se trouve un trou de 4,5 cm de long, 3 cm de large et 6 cm de profondeur.

78La façade a un relief très accusé, SMR : 10,5 cm. Elle illustre une scène de vendange de caractère local. En haut, à gauche, se trouve un gallinacé dont les pattes et les doigts ainsi que le plumage sont bien marqués ; la tête manque, mais l’aile gauche est déployée ; sa hauteur totale est de 15 cm. Il s’agit peut-être d’un coq.

79Ses pattes reposaient sur l’amorce d’une rosace à double tige assez abîmée de ce côté. Sous ces tiges se voit une vrille longue de 8 cm comprenant cinq spires : c’est la vrille de la vigne ; elle est d’ailleurs en contact à son extrémité inférieure avec une feuille de vigne très découpée comme le sont les deux autres feuilles de cette façade.

80Dans la région centrale, en haut, se trouvent les restes d’une feuille, au-dessous de laquelle on voit une feuille de vigne dont les nervures ressortent bien, il en tombe une grappe de raisin bien fournie, à gros grains serrés. A sa droite, il y a un motif difficile à reconnaître car il est abîmé, il en pend une grappe de raisin moins volumineuse que la précédente. On a dans le bas une feuille en mauvais état.

81Un vendangeur ailé et son panier occupent toute la partie droite. La tête a disparu par cassure ; le dos, le bas des reins et la jambe gauche devaient se trouver sur le bloc suivant. L’aile gauche de l’amour vendangeur est esquissée, mais reconnaissable. Le corps est dodu, de facture assez maladroite. Les quatre doigts de la main droite qui s’emparent des grains sont bien mis en relief, le pouce est amorcé, mais cassé. Les muscles du bras sont mis en évidence par des rainures transversales. Le corps est puissant. A gauche, il ne reste que le bras, et la mutilation faite à la pierre lui donne l’aspect d’un moignon. La jambe droite est, elle aussi, marquée de bourrelets. Le pied est amorcé, mais brisé ; le sexe est bien mis en évidence. Ce qui reste de la tête, le bras droit, mais non la main, le ventre, la jambe gauche de part et d’autre, sont mis en relief par un recreusement profond de 1 à 2 cm et large de 0,5 cm, cette technique s’observe sur quelques autres blocs.

82Le vendangeur est en train de cueillir du raisin ; il a le corps légèrement penché en avant, la jambe droite est fortement fléchie et, contre son genou et sa jambe, vient s’appuyer un panier qui ne repose à la partie opposée que sur l’extrémité d’une feuille de vigne. Le panier est à fond plat, rempli de grappes qui se présentent en pyramide. Au-dessus de l’ouverture l’osier est rendu par de fins croisillons dans les interstices desquels apparaît un grain de raisin. Il est impossible de se rendre compte si le panier avait ou non une anse, comme on ne peut non plus déterminer la position de l’avant-bras gauche : il n’y a pas de points d’arrachement susceptibles de donner des indications.

83Cette scène paraît être de caractère local pour les raisons suivantes. Il existe encore à l’heure actuelle, sur le territoire de la commune d’Irancy, cru célèbre de Basse-Bourgogne sis à quelques kilomètres d’Escolives, un cépage connu sous le nom de « plant de César ». Ce plant a une feuille profondément découpée, avec des grappes très fournies de forme pyramidale : il donne un vin rouge assez âpre qui, après traitement, donne le fameux vin de Palotte. Or il y a identité entre la feuille sculptée sur ce bloc et celle du « plant de César ». On observe même que le sculpteur gallo-romain a voulu rendre de façon aussi exacte que possible la feuille de ce plant, et cela est particulièrement sensible sur le bloc no 5. En effet si l’on tente de poser cette feuille à plat, on n’y réussira pas, car on constate que les lobes ont tendance à se chevaucher en partie du moins, et sur le bloc no 5, ce mouvement est esquissé par un léger décalage des lobes : ils ne sont pas sculptés sur le même plan ; cela s’observerait mieux sur le bloc no 63 si les feuilles étaient demeurées intactes.

84Il paraît donc raisonnable d’avancer que le sculpteur a pris son modèle dans le vignoble même d’Escolives. On peut d’ailleurs admettre que l’expression « plant de César » a pu se conserver jusqu’à nos jours à partir d’un quelconque empereur romain, à la façon dont certains toponymes anciens se sont maintenus jusqu’à l’époque moderne. De plus, on fera remarquer qu’on trouve aussi sur d’autres blocs la feuille de vigne dentelée que l’on rencontre aujourd’hui dans tous les vignobles, c’est le cas des corniches 81 et 96. On ajoutera ce détail intéressant que la feuille d’Escolives se retrouve traitée de façon identique sur un chapiteau ornant la façade de la salle capitulaire de l’abbaye de Saint-Germain d’Auxerre, chapiteau qui a été remis au jour au cours des travaux de restauration, au début du printemps de 1970.

85D’autre part, le panier à fond plat paraît de caractère plus local que celui qui est figuré sur le bloc no 90, comme on le verra plus loin ; seul le vendangeur ailé semble répondre ici à la fantaisie du sculpteur.

86Le revers est assez abîmé à gauche, le relief est fort accusé, SMR : 8 cm. C’est toujours autour des rosaces ou des personnages que le champ a été le plus recreusé.

87A gauche, partant du lit de pose, se voient deux feuilles d’acanthe, larges et très dégagées qui épousent à distance la forme circulaire de la rosace qui se trouve en haut à gauche et qui a un diamètre de 24 cm. Entre les deux feuilles d’acanthe partent vers le haut deux tiges qui annoncent peut-être le départ d’un rinceau qui devait former une sorte de voûte au-dessus de l’amour occupant toute la partie droite. Là les motifs sont abîmés.

88L’amour est placé de biais et mesure 46 cm, il regarde vers la gauche et légèrement vers le haut, la tête tournée en direction de son épaule droite. Ses yeux, son nez, sa bouche et ses oreilles sont mis en relief. La chevelure part de l’oreille droite, suit la ligne du front, passe derrière l’oreille gauche, puis descend jusqu’au cou. Les mèches sont indiquées par une série de petites rainures dans l’intention sans doute de reproduire des boucles. Le cou est abîmé, il est large et court. La main gauche fait défaut, là où la pierre a été cassée. L’aile droite, la seule qui existe, est bien visible ; elle dépasse l’épaule de 7 cm et est bien détachée du champ ; sa largeur est de 10 cm ; l’intérieur est marqué de rainures qui donnent l’impression de plumes. Le bras droit est en excellent état, l’avant-bras est ramené sur la poitrine, les doigts de la main sont finement travaillés, ils serrent une petite tige qui amorce une rosace. Le sexe, bien qu’abîmé, est reconnaissable ; les hanches sont larges, les cuisses dodues et lisses, comme d’ailleurs tout le corps ; la jambe gauche est coupée au-dessus du genou où elle se confond avec le lit de pose. La jambe droite est pliée au genou vers la gauche où elle se perd dans l’épaisseur du bandeau inférieur, position qui n’est pas naturelle et qui semble donner à cet amour avec l’inclinaison du corps une allure de danseur. On rencontrera plus loin un autre amour qui donne une impression similaire.

BLOC no 90 (pl. 36 et 37)

89Il a été trouvé sous le mur sud du bassin DK.

90L : 73 cm ; H : 44,5 cm ; P : 34 cm. La tranche gauche a un cadre d’anathyrose ; la droite est cassée de façon irrégulière, plus au revers que vers l’avant ; au lit supérieur, à droite, existe un trou de louve. C’est un bloc à saillie et la façade à sa gauche mesure 69 cm de long.

91La façade illustre une scène de cueillette. Les reliefs sont profondément détachés ; SMR : 7 à 8 cm. D’en haut à gauche tombe une feuille d’acanthe qui complétait peut-être un rinceau figurant sur le bloc qui le précédait dans la travée. De cette feuille pend, le long de la tranche gauche, une grappe de petits grains mis en évidence par des trous faits au trépan.

92Un oiseau placé sur le lit inférieur se confond avec un motif indéfinissable et sa tête est littéralement enfoncée dans la grappe. Il a une longueur de 11 cm. Sa position, presque à la verticale, est inconfortable ; le relief des plumes est effacé.

93Au centre, devant une rosace à feuilles d’artichaut, se tient un amour placé de biais. Sa tête qui devait arriver au niveau du lit supérieur a été brisée ; sa hauteur totale est de 50 cm. De ses épaules partent l’aile gauche plaquée contre le champ et l’aile droite dont l’extrémité touche une longue grappe assez abîmée qui pend du lit supérieur. Le bras droit, très solide, quoique légèrement incurvé, est presque à l’horizontale, et la main saisit vigoureusement avec les doigts bien détaillés la tige qui sort d’une feuille d’acanthe et qui porte à son sommet, dirigée vers le haut, une petite grappe. Quoique la partie interne de l’avant-bras soit brisée, la main gauche subsiste et tient une tige, mais les doigts sont effacés.

94Le corps est plein, la fesse droite est bien marquée, la cuisse va en s’amincissant pour arriver au genou qui est très peu mis en relief, le mollet est figuré, enfin le pied ne porte que de la pointe sur le lit inférieur. Le nombril et le sexe sont bien marqués ; la cuisse gauche est vue de l’intérieur, le mollet présente un renflement caractéristique et le pied touche également de la pointe le lit inférieur. De là part une feuille d’acanthe sous laquelle se trouve un panier d’osier dont le fond porte sur le bandeau inférieur. Ce panier d’osier est très nettement détaché et sa forme générale, anse comprise, s’inscrit dans un cercle de 13 cm de diamètre. Il est en osier, le fond est petit et plat, des grappes le garnissent et dépassent le bord ; entre les interstices de l’osier tressé apparaît un grain ; l’anse est travaillée et, au centre, se voit un renforcement, probablement une enjolivure.

95A l’extrémité droite, il y a une aile longue de 31 cm, sculptée sur le champ. Une grappe à petits grains masque une partie de la portion supérieure de l’aile. La partie inférieure, large de 7 cm, est formée de quatre éléments nettement détachés par une rainure profonde de 1 cm et large de 33 mm. On peut faire un rapprochement entre le traitement de cette aile et celui de l’aile de la sphinge du bloc no 25, à cette différence près que l’aile de la sphinge n’est pas ajourée. A la partie supérieure, les motifs qui figurent les plumes partent du champ pour s’appuyer presque à 90° sur le côté gauche d’une saillie qui a été sciée et dont il ne reste qu’une bande plate large de 4 à 5 cm. Cette saillie est attestée :

  1. par la position de l’aile avec son retour à angle droit ;
  2. par la place du trou de louve qui est la même que dans les blocs à saillie ;
  3. par le fait que ce qui subsiste de la face débitée est en relief par rapport au reste de la sculpture ;
  4. par l’importance du relief de la cassure indiquée sur la tranche droite qui déborde par rapport à la face de sciage de 8 à 10 cm. Cette observation est importante, car elle apporte l’indication d’un ou de deux arcs.

96Le revers est très abîmé, surtout à gauche ; la partie conservée a 60 cm de long ; SMR : 8 cm. A gauche se trouve une rosace limitée par une tige qui l’entoure et qui se développe en spirale, elle est recouverte en haut et en bas d’une feuille d’acanthe. A droite, partant du lit de pose, se voient deux feuilles d’acanthe. Le reste est difficile à interpréter en raison des dégâts infligés à la sculpture.

OBSERVATIONS

97Si l’on compare ce bloc avec le no 63, on ne peut s’empêcher de faire des rapprochements : dans les deux cas, il s’agit d’un cueilleur ailé ; de même, on a des grappes et un panier. Ce sont ces similitudes qui ont conduit à placer cet élément parmi ceux qui illustrent le thème de la vigne, avec quoi, en réalité, il n’a rien à voir.

3° Blocs à motif floral ou végétal

98Cinq blocs appartiennent à cette série, quatre ont une saillie.

BLOC no 64 (pl. 35 et 37)

99Il a été découvert sous le mur nord de la cour EB1.

100L : 83 cm ; H : 43,5 cm ; P : 37 cm ; LS : 44 cm ; PS : 13 cm environ ; L de la façade à droite : 18 cm ; à gauche : 21 cm. La tranche gauche est informe en raison des dégâts faits au bloc, si bien que la façade n’a qu’une longueur de 74 cm. La tranche droite a un cadre d’anathyrose ; en haut et au milieu, communiquant avec le lit supérieur, se trouve une petite mortaise de 4 cm de long, 4 cm de large et 4,5 cm de profondeur. La surface du lit inférieur a été ravalée avec soin.

101Sur le côté gauche de la façade se dresse u n javelot ou une lance légèrement inclinée vers la droite ; son pied est en contact avec le bandeau inférieur et sa pointe avec le bandeau supérieur ; sa longueur totale est de 38,5 cm. Le relief est très accusé, SMR : 5 cm en bas ; SMR : 2,5 cm en haut. La pointe elle-même mesure 7,5 cm de long, elle a la forme d’un losange.

102Du même côté de la saillie, part en arrondi un motif présentant des sortes de dents au nombre de neuf, avec une nervure sur le bord extérieur : il est très difficile à interpréter d’autant plus qu’il est incomplet : peut-être est-ce une feuille. Au-dessous et à l’extérieur de ce motif s’en trouve un autre, circulaire, très en relief, d’un diamètre de 8 cm, à l’intérieur duquel pointe une petite pyramide à quatre pans, sa hauteur est de 2,5 cm. Est-ce un motif floral ou quelque chose qui a quelque rapport avec le javelot ?

103La saillie a été très martelée. Sur la face gauche se distingue une sorte de colimaçon à côtes comprenant cinq spires et se terminant par une cavité ronde d’un diamètre intérieur de 3,5 cm. On ne peut pas l’interpréter comme un carquois malgré la présence à droite d’une pointe de flèche à deux ailerons, longue de 8,5 cm et large de 6 cm.

104La façade, martelée et non sciée, garde les traces d’un cadre large de 31 cm à l’intérieur duquel se trouvent discernables les restes d’une tête, probablement humaine. L’épaule gauche va en biais et a une longueur de 9,5 cm, l’épaule droite est plus haute, moins en biais et a une longueur de 8,5 cm. On y distingue deux sillons qui pourraient être l’amorce d’un vêtement. Le cou avait une largeur de 14,5 cm, plus haut à gauche (4 cm) qu’à droite (2 cm).

105L’amorce de la tête est visible à droite seulement sur 6,5 cm. Le reste a totalement disparu. Sur le champ se voient à droite et à gauche des traces de couleur rose. Il semble qu’elles ne doivent pas être interprétées comme des restes de peinture ancienne, il faut plutôt penser à un contact avec du mortier. Au reste, c’est le seul cas qui se soit rencontré parmi l’ensemble des blocs.

106Sur le côté droit de la saillie, on voit les extrémités de trois feuilles d’acanthe qui semblent tomber en cascade. Enfin, à droite, on distingue une longue feuille, divisée en deux par une rainure verticale profonde de 2 cm et large de 3 à 5 cm. Cette feuille tombe et occupe en bas tout le panneau. Ce n’est pas la feuille d’acanthe telle qu’on la rencontre partout ailleurs, mais cependant elle en a certains caractères. Elle est mise en évidence par deux feuilles d’acanthe qui lui font un cadre en haut et à droite, mais l’une et l’autre sont endommagées ; SMR : 4,5 cm.

107Le revers est en très mauvais état, surtout le quart gauche, le bas et les angles : SMR : 6 cm.

108Il ne subsiste rien à gauche ; en allant vers le centre, on voit une rosace avec sa partie centrale et sa couronne de cinq pétales ; le reste a disparu. Cette rosace était entourée de deux tiges lisibles, mais en partie arrachées, tandis qu’à droite on a les restes d’un rinceau représenté par deux feuilles d’acanthe. Une tige en arrondi devait compléter la rosace du bloc précédant celui-ci dans le monument. En haut du rinceau, la tête et le dos contre le lit supérieur, la patte sur le sommet d’une feuille d’acanthe, se tient un oiseau en excellent état de conservation, il mesure 20 cm. Le plumage des ailes et de la queue qui tombe obliquement est bien rendu par des côtes et des rainures longitudinales ou transversales. La collerette même de l’oiseau est figurée par un découpage en larges dents de scie. Ni l’œil ni le bec ne sont détaillés.

BLOC no 76 (pl. 37 et 38)

109Il a été trouvé sous le mur ouest du bassin DK.

110L : 74,5 cm ; H : 44 cm ; P : 36 cm. La tranche gauche a un cadre d’anathyrose ; la droite est brisée et incomplète, en bas et au milieu se devinent les restes d’une mortaise de 7 cm de large et de 7 cm de profondeur. Au lit supérieur se trouve un trou de louve long de 6 cm, large de 4 cm, et profond de 7 cm ; à sa droite, on a une cavité de 4,5 cm de long, 4,5 de large et 5 cm de profondeur.

111La façade représente essentiellement une rosace située, pour sa majeure partie, dans la portion droite ; elle est complétée à gauche par de longues et larges feuilles d’acanthe. Celle qui est à l’extrémité gauche semble constituer l’entourage d’une nouvelle rosace dont trois éléments du centre subsistent. La rosace est formée en son centre d’une rosette à quatre pétales placée à l’intérieur d’un motif circulaire à six lobes, lequel est entouré de huit pétales, puis on a une tige portant une longue feuille d’acanthe dont les éléments sont tournés vers le centre de la rosace. Le travail en creux est étonnant, il varie de 6 à 7,5 cm d’épaisseur.

112Quatre oiseaux peuplent l’ensemble. En bas, à gauche, entre deux feuilles d’acanthe partant en sens inverse, se tient un oiseau en relief très accusé. Il est présenté de face et l’on voit bien sa tête ; ses yeux en amande ont 2 cm de large et 8 mm de haut ; le bec est long de 2 cm ; on aperçoit le départ des ailerons. Le détail des plumes du poitrail est en bon état à gauche. La saillie même du corps de l’oiseau ne se distingue pas du bandeau inférieur. Cet oiseau qui regarde de face et qui n’est représenté que jusqu’au buste fait penser à une chouette.

113En bas, à droite, se trouve un oiseau dont le haut de la tête a disparu. Ses pattes portaient sur le bandeau inférieur. Il devait picorer une grappe de raisin, reconnaissable à quelques arrondis et à des trous faits au trépan. Cet oiseau est long de 17 cm ; son aile droite est dressée à la verticale et mesure 9,5 cm. Le détail des plumes est rendu par de longues rainures longitudinales pour la queue et le haut de l’aile, le reste, par des rainures plus fines et beaucoup plus courtes. Cet oiseau regardait vers la droite.

114En haut, à gauche, la patte sur un motif qui part d’une feuille d’acanthe, se voient les restes d’un oiseau très endommagé. Il regardait vers la gauche ; ce qui permet de le saisir, c’est sa symétrie avec un autre oiseau placé à droite, en haut, dans une pose identique. Ce dernier, quoique abîmé dans sa partie arrière, est bien visible, grâce à l’avant qui est en bon état, notamment sa tête où l’œil est traité en léger creux ; le bec est entrouvert et il paraît becqueter des grains qui appartiendraient à une grappe en rapport avec une feuille d’acanthe. Il regarde vers la droite. Ces deux oiseaux en fort relief ont le dos confondu avec le bandeau supérieur.

115Cette façade, qui donne l’impression d’une dentelle ou d’une tapisserie plus que d’une sculpture, a failli être détruite par le sciage ; en effet on remarque un trait de scie vertical long de 10 cm, large de 0,7 cm et profond de 0,5 à 3 cm sur la branche qui porte la feuille d’acanthe entourant la rosace. Les deux oiseaux qui semblent picorer une grappe portée par une feuille d’acanthe font penser à ce qui a été observé sur le bloc no 90.

116Le revers est assez endommagé. A gauche, on a l’amorce d’une rosace avec une feuille d’acanthe et le départ de deux tiges en arrondi ; à droite, on trouve les restes d’une rosace et, entre les deux, une large feuille d’acanthe. La rosace est circonscrite par une feuille d’acanthe dont les lobes sont tournés vers l’intérieur. La rose elle-même est formée de sept feuilles réparties à droite et à gauche d’un motif qui semble floral. Ce dernier va en s’évasant, il est percé de cinq rangées de deux trous superposés qui donnent l’impression de former cinq grains, technique qui a déjà été observée à plusieurs reprises pour la grappe de raisin, mais ici ce genre de fruit est exclu.

117En bas et au centre, on peut retrouver grâce aux traces d’arrachement les restes d’un oiseau tourné vers la droite, la patte droite placée sur le lit inférieur ; sa longueur devait être de 16 cm. En haut, dans l’espace laissé libre, ne se voit aucune trace d’un symétrique. On a constaté les mêmes traces d’arrachement sur le bloc no 56, côté revers.

BLOC no 79 (pl. 38 et 39)

118Il a été trouvé sous le mur nord du bassin DK.

119L : 71 cm ; H : 43,5 cm ; P : 36,5 cm ; LS : 40 cm ; PS : 33 cm ; L de la façade à gauche : 24,5 cm et à droite : 6,5 cm. La tranche gauche présente un cadre d’anathyrose, le droite est détruite. Au lit supérieur a été creusé un trou de louve de 10 cm de long, 3 de large et 11,5 cm de profondeur, son emplacement correspond à la saillie.

120La façade (SMR : 3,5 cm), à gauche de la saillie, est entièrement consacrée à une rosace au centre de laquelle se trouve une fleur à cinq pétales dont chacun est souligné par une grosse fleur trilobée ; ils vont en s’étalant de manière à atteindre le cercle formé par la tige de la rosace qui prend naissance au quart inférieur. Cette dernière est mise en évidence par deux feuilles d’acanthe dont les lobes sont tournés vers l’intérieur : l’une rampe sur le bandeau inférieur, l’autre contre le lit supérieur. De là, ces feuilles sont réunies entre elles par une tige qui passe sur la face gauche de la saillie, ce qui provoque une déformation du cercle. Cette partie qui est abîmée laisse voir une tige avec deux feuilles, l’une vers le haut, l’autre vers le bas, et des restes de feuilles d’acanthe. En bas, à gauche, sur la façade se trouve une grappe de petits grains de raisin, posée sur le lit inférieur et au contact avec une feuille d’acanthe.

121Bien que la façade de la saillie soit mutilée, on peut tout de même mesurer la largeur du champ : 34 cm, et l’épaisseur du cadre : 4 et 4,5 cm ; on ne le distingue pas sur les côtés ; SMR : 14 cm. Partant du champ et très en saillie a été sculptée une tête de lion reconnaissable à la grande oreille droite presque intacte, à une partie de son oreille gauche, aux trous de ses naseaux au centre, à un reste d’une touffe de moustache à la hauteur du lobe de son oreille droite, à deux flots de moustache assez bien conservés à la hauteur du lobe de son oreille gauche. On peut penser d’après les traces d’arrachement que le lion bâillait en tirant une langue large de 13 cm ; deux dents de la mâchoire supérieure demeurent visibles ; la gueule devait avoir la forme d’un rectangle. Il reste d’ailleurs sur le côté droit de la saillie une partie de la mandibule. Ce lion regardait de face. Les mèches de la moustache sont assez comparables à celles qui porte le personnage de la saillie du bloc no 6, mais comme les extrémités des moustaches sont brisées, on ne peut savoir si elles étaient relevées de la même manière.

122Sur le côté droit de la saillie se voient trois feuilles de vigne avec des nervures bien marquées, liées entre elles par une tige épousant la forme d’un S : SMR : 1,5 cm à 2 cm. La tige centrale repart sur le fragment de la façade droite où l’on voit l’amorce d’une feuille de vigne en haut, et, au centre, celle d’une rosace représentée par un fragment de feuille d’acanthe.

123Le champ du revers a été recreusé pour souligner les motifs (SMR : 8 cm). A gauche, on a l’amorce d’une rosace abîmée, soulignée par une feuille d’acanthe traitée de biais ; à droite, une rosace reconnaissable, mais endommagée surtout en bas ; en son centre, il y a une rosette à quatre pétales que mettent en relief des feuilles dont une seule est intacte. Le centre a été arraché ; mais ce qui subsiste en haut fait penser à un pied de feuilles d’acanthe d’où partaient deux tiges entourées vers le haut par un serpent dont la tête, en partie effacée, se perd vers le sommet de la pierre. La grosseur de ce serpent va en augmentant de la queue à la tête, il n’est pas très long, peut-être s’agit-il d’une vipère ; les replis parfois conservés sont figurés par des stries transversales.

124En bas, opposé au serpent, on remarque une tête d’oiseau avec une partie de sa gorge qui repose sur le lit inférieur. La tête est très arrondie, l’œil creusé en amande avec au centre, un trou fait au trépan. Le bec est légèrement détaché du corps par un trou. Cet oiseau n’est pas identifiable, la partie inférieure est assez abîmée.

BLOC no 276 (pl. 39 et 40)

125Il a été trouvé en 1971 à l’angle nord de la salle AVP, dans le mur, sous le numéro 275.

126L : 51 cm ; H : 44,5 cm ; P : 36 cm ; LS : 42 cm ; PS : 23 cm. L de la façade à gauche : 3 cm, et à droite : 6 cm. Il a été débité à la scie, puis cassé à droite et à gauche. Au lit supérieur, on note la présence de deux trous de louve en T à parois obliques dont les dimensions sont les suivantes : longueur : 8,5 cm ; largeur : 7 cm ; profondeur : 10 cm. SMR : 13 cm.

127Sur la façade de la saillie, on reconnaît les restes d’une tête humaine ; seuls sont encore visibles le cou et, à droite et à gauche, des vestiges de la chevelure qui encadrait le visage, cette dernière étant plus fortement marquée au niveau des oreilles qui d’ailleurs ne sont pas figurées : on peut penser à un visage féminin. Au-dessous, sur une hauteur de 16,5 cm, le bloc a été scié.

128A gauche de la saillie, une aile est reconnaissable : elle a pu appartenir à un gros oiseau ou encore à un amour.

129A droite de la saillie se trouve la tête et le cou d’un personnage qui possède une chevelure haute, qui s’arrête au niveau de l’oreille gauche ; du front part un bois de cerf qui va s’attacher au bandeau supérieur ; le bois de droite a presque entièrement disparu. Les yeux en amande sont fortement marqués et leur centre a été percé au trépan ; l’arcade sourcillière est très prononcée. Le nez, en grande partie détruit, va en s’élargissant vers la base. Tout le reste a été scié ou martelé. Toutefois, les indications sont suffisantes pour permettre d’identifier le dieu Cernunnos.

130Sur le bloc de fond, à droite, se voit l’amorce d’une palmette.

131Au revers, martelé et très abîmé, on restitue facilement un amour dont les membres inférieurs sont masqués par des feuilles. Il tient de sa main droite, appuyée contre son ventre, et de sa main gauche levée, des tiges d’une guirlande de feuilles d’acanthe. Ce thème est le même que celui que l’on trouve en général sur le revers des blocs de frise.

132Les marques d’arrachement des feuilles d’acanthe qui étaient à droite de l’amour ont pu faire croire qu’à côté de lui s’en trouvait un second. Il n’en est rien. Les amours qui tiennent la guirlande du revers sont jusqu’ici toujours seuls. Il suffit du reste pour lever toute ambiguïté à ce sujet de comparer la photographie avec celle du bloc 40 : elle permet de faire la part de ce qui appartient à l’amour et de ce qui peut rester de l’acanthe quand elle a été martelée.

BLOC no 277 (pl. 40)

133Il a été découvert en 1971 dans le mur nord de la pièce AVP.

134L : 55 cm ; H : 45 cm ; P : 39 cm : LS : 42 cm ; PS : 8 cm ; L de la façade à gauche : 11 cm, et à droite : 3 cm ; SMR : 6,5 cm.

135A droite et à gauche, le bloc a été débité à la scie, puis cassé à 10 cm du lit inférieur. Sur le lit supérieur se voient des traces d’outil pour aplanir la surface et un trou de louve creusé en biais, de 11 cm de long, 3,5 cm de large et 11,5 cm de profondeur. Sa place laisserait supposer que le bloc était plus long à droite qu’à gauche.

136La saillie a été sciée à deux reprises, puis cassée vers la base. Tout a disparu. A gauche, on distingue, portées par des branches en arrondi, des feuilles qui sont peut-être celles de la vigne. Ce motif rejoint le décor qui ornait le côté droit de la saillie dont il reste quelques éléments.

137Ce qui reste à droite est indéchiffrable, peut-être un décor végétal ?

138Le revers, martelé et abîmé dans la partie supérieure, est bien conservé pour le reste. A l’abri sous des feuilles d’acanthe, celle de gauche appartenant à une rosace, celle de droite à un rinceau, est couché un animal qui regarde de face et qui est certainement un félidé. On notera que les feuilles d’acanthe sont vigoureuses et très détachées.

OBSERVATIONS

139Quatre de ces cinq blocs sont à saillie. Comme les blocs se continuent à gauche pour le no 64 et à droite pour le no 79, on a ainsi attesté trois arcs, voire quatre si ces blocs n’étaient pas placés aux extrémités d’une même travée. La même remarque vaut pour les nos 276 et 277.

140D’un autre côté, confirmation est apportée que les saillies de frise étaient ornées d’une figure humaine ou animale : la gueule de lion est parfaitement reconnaissable si la tête humaine du bloc no 64 l’est beaucoup moins, sans toutefois que l’on puisse avoir le moindre doute ; de plus, ce qui subsiste en 276, atteste bien la présence d’une tête humaine.

4° Blocs à animaux mythologiques

141A cette série appartiennent deux blocs dont l’un représente un monstre marin et l’autre, un griffon et une sphinge.

BLOC no 40 (pl. 41)

142On l’a trouvé sous le mur nord du caldarium F.

143L : 76,5 cm ; H : 44,5 cm ; P : 35 cm. La tranche gauche est marquée de cinq traits de scie transversaux et parallèles ; la droite présente un cadre d’anathyrose, avec, en bas et au centre, une mortaise de 22 cm de long, 9,5 cm de profondeur et 8,5 cm de large ; en haut et vers l’avant de la tranche droite, on a une autre mortaise de 5,5 cm de profondeur, et un peu en arrière est creusée une petite cavité de 2,5 cm de large, 3 cm de long et 3 cm de profondeur.

144Sur la façade, le champ a été recreusé dans la partie supérieure pour mettre en relief un fond fait d’un même motif qui se répète à droite. Sa forme générale est celle d’une lyre (SMR : 3 cm). Ce décor ornemental ne se retrouve qu’au-dessus d’un animal qui occupe la partie inférieure du bloc. A gauche, la queue subsiste sur une longueur de 9 cm, mais il est difficile de voir comment elle se terminait. Le corps qui va en grossissant est couvert d’écailles sur une longueur de 36 cm ; elles sont en forme de losange et se chevauchent. Au-dessous de l’animal partent du champ des rainures obliques qui sont censées représenter l’eau sur laquelle se meut la bête. Le reste du corps est couvert non pas de plumes mais de mèches de poils qui forment crinière comme l’indiquent les stries ondulées groupées entre elles dans un sens ou dans un autre. Les plumes en effet ne sont nulle part représentées de cette manière. Sous le cou qui est puissant (17 cm d’épaisseur) apparaissent, semble-t-il, les restes d’une patte à l’arrière de laquelle est attachée une nageoire longue de 16 cm. Au-dessus, abîmées, subsistent des marques d’arrachement partant du cou, et l’on peut se demander s’il ne s’agit pas d’une oreille, d’une corne ou d’une crête.

145Identifier cet animal à crinière et à écailles, dont certaines parties sont en mauvais état, est délicat ; la découverte du bloc qui le suivait dans le monument ferait sans doute la lumière puisqu’il devait porter sa tête. Peut-être s’agit-il d’un lion marin.

146Le revers présente un rinceau dans lequel est à demi caché un amour (SMR : 6 cm). Le champ paraît fort peu recreusé. Partant de l’angle supérieur gauche, une feuille d’acanthe tombe en arrondi, et, d’après les traces d’arrachement, on peut restituer là l’entourage extérieur de la rosace. Le rinceau débute à l’angle supérieur droit et se développe en deux feuilles d’acanthe très grossières et très larges ; l’une atteint jusqu’à 19 cm et se termine en bas, vers l’angle inférieur gauche, par deux tiges parallèles assez endommagées.

147L’amour se trouve entre les restes de la rosace et le rinceau vers la gauche. Le sommet de sa tête couronnée de cheveux épais se confond avec le lit supérieur. Son visage est abîmé, mais les joues sont rondes, sa bouche et son menton bien marqués grâce à des fossettes ; le cou est presque inexistant. De son épaule droite part une aile qui n’est rendue que pour la partie supérieure, son extrémité rejoint le lit supérieur. Son bras droit est plié au coude et l’avant-bras remonte légèrement vers le creux de la poitrine en soulignant le sein droit ; la main, effacée, tenait une tige de guirlande parfaitement visible. L’aile gauche fait défaut. Le bras gauche est replié à angle droit et l’avant-bras remonte à la verticale. Le reste du corps va en s’enfonçant dans le champ et est rendu invisible par le passage de la grosse feuille d’acanthe du rinceau. Toute la partie droite a été martelée ; les traces d’arrachement permettent de penser à une feuille d’acanthe qui tombait.

OBSERVATIONS

148La feuille d’acanthe est si fruste, si grossière, qu’on a peine à croire qu’elle soit de la même main que celle qui a sculpté les feuilles des autres blocs. Pour sa mauvaise facture, on ferait volontiers le rapprochement avec le bloc no 22 où cependant il y a déjà un peu plus d’élégance. En tout cas, il existe une très grande différence de traitement avec celui du bloc no 64 où, au contraire, les feuilles d’acanthe sont plus fluettes, plus travaillées, mieux venues.

149On ne saurait cependant, pour cette raison, exclure cette pierre du monument, car l’amour a les mêmes caractères que ceux que l’on rencontre sur les autres revers. En outre, l’attitude est la même puisqu’il tient, lui aussi, par la main, la tige de la guirlande de feuilles d’acanthe, ce qui a déjà été observé sur le bloc no 63 par exemple.

BLOC no 25 (pl. 41 et 43)

150Il a été trouvé sous le mur est du caldarium F.

151L : 76 cm ; H : 45 cm ; P : 35 cm. La tranche gauche n’est pas en bon état, peut-être subsiste-t-il des traces du cadre d’anathyrose ; la droite est endommagée ; les lits supérieur et inférieur sont bien travaillés. LLPC : 38,5 cm.

152La façade est abîmée en bas, à gauche et à droite. Elle est ornée d’un griffon et d’une sphinge. Le champ est très recreusé, au point qu’à certains endroits SMR égale 14 cm. On remarque encore que le champ est comme incurvé : plus on va vers le centre et plus le creux s’accentue.

153Le griffon et la sphinge sont placés sur un fond de motifs végétaux semblables à des feuilles dentelées, étroites et longues puisqu’elles vont du lit inférieur au lit supérieur, elles sont munies d’une nervure centrale reconnaissable sur au moins un élément.

154Le griffon est assis, dressé légèrement en oblique, sur son arrière-train. Comme la patte gauche manque, on aperçoit la partie interne de l’articulation et de la cuisse droite qui devait être légèrement plus haute que la gauche. Une courte queue épaisse de 2 à 3 cm part en arrondi de l’arrière-train vers le bas des reins. Le griffon est tourné vers la gauche et on le voit de profil.

155L’aile gauche, très épaisse, est seule bien visible ; toutefois, dans un souci de rendu précis et avec cette conscience de l’artiste que l’on observe particulièrement sur cet élément de frise, la partie inférieure de l’aile droite est représentée dans l’espace triangulaire qui sépare l’aile de la sphinge du dos du griffon par un relief épais de 0,5 cm par rapport au champ. Ainsi les deux ailes, traitées de profil, étaient projetées en arrière. Les plumes de l’aile gauche sont rendues par trois séries de petites cannelures dans la partie supérieure, au-dessous par des traits longitudinaux. La patte gauche prenait naissance par devant, au niveau de l’aile, comme permettent de s’en rendre compte les marques d’arrachement ; elle devait être en grande partie détachée du champ. L’intérieur de la patte droite, en relief sur le champ, est visible ; elle s’élève en direction du lit de pose.

156La tête est assez bien conservée, elle est bosselée ; l’œil, percé au trépan, est profond et rond ; le bec a été tronqué, la cassure a 4 cm d’épaisseur, ce qui implique que l’extrémité de l’aile droite devait être invisible. Derrière la tête se voit une crête à cinq côtes ressemblant à des vertèbres ; le relief par rapport au cou est de 3 cm. Au-dessus de la tête, on voit, collée au lit supérieur, l’oreille droite qui devait mesurer 3,5 cm de long, l’oreille gauche a été cassée. Enfin la crête est soulignée par quatre éléments qui se terminaient en fer de lance au niveau du lit de pose et qui allaient en oblique, de la droite vers la gauche.

157Il s’agit ici d’un griffon-oiseau plutôt que d’un griffon-lion bien que le bec n’existe plus. Etant donné sa position, on peut émettre l’hypothèse qu’il devait avoir un vis-à-vis sur le bloc qui le piécédait avec, peut-être entre eux, un cambare, figuration qui est abondamment représentée dans la sculpture ornementale antique.

158La sphinge, placée à l’extrémité de la façade, regarde presque de face, bien que le buste soit de biais et le reste du corps de profil. Par sa position, elle s’oppose ainsi au griffon.

159La tête, rattachée au bandeau supérieur, est très dégagée ; elle n’a pas disparu malgré sa situation à un angle et sa relative fragilité. Le relief de la tête est de 13 cm par rapport au champ. Le visage est assez effacé ; on distingue une partie du nez et assez vaguement les yeux, le menton et la bouche. Le visage est ovale, la chevelure abondante est fort bien rendue : les cheveux vont d’avant en arrière et forment des boucles qui couvrent en partie les oreilles, mais qui laissent le cou dégagé. Ce dernier est large et haut de 2 cm. Dès la naissance du cou est amorcée l’aile droite, aussi bien rendue et de la même façon que celle du griffon, avec laquelle elle est au contact dans la partie supérieure ; l’extrémité inférieure est plaquée contre le dos du grillon. L’aile gauche n’est pas très visible, on la devine en relief sur le champ.

160Si le bras gauche est mutilé, le bras droit est appuyé contre le corps ; comme il descend en oblique, il souligne le sein droit ; l’avant-bras a disparu. Le dos est lisse, marqué de petites stries, comme d’ailleurs celui du griffon. La sphinge est polymaste : elle possède trois rangées de deux seins distribués sur sa poitrine et son ventre ; ce sont ceux du haut les plus volumineux.

161La sphinge est assise sur les fesses. Ce qui reste de la jambe droite indique que la cuisse était plaquée contre le ventre et que la jambe était repliée de manière que le pied porte sur le lit inférieur.

162L’association sphinge-griffon est rare anciennement : on a ici une représentation assez originale. Comme on sait que le sphinx est un animal protecteur, surtout rencontré sur les monuments funéraires, ce bloc ne pouvait pas être placé n’importe où et devait avoir dans le monument un emplacement privilégié. Du point de vue stylistique, on constate une interprétation un peu personnelle du thème : il y a emploi de schémas anciens avec une touche originale. Les deux personnages sont traités avec une certaine force, et se rattachent à la Grèce plutôt qu’à Rome.

163Le revers très abîmé à tous les angles et spécialement à l’angle inférieur droit, présente une rosace (SMR : 6 cm). Elle est formée d’une rosette centrale à cinq pétales qui est entourée de neuf feuilles en saillie ; c’est de là que part la tige qui circonscrit l’ensemble ; sur elle se trouvent à gauche une feuille d’acanthe qui monte, à droite une feuille d’acanthe qui tombe, cette dernière est en très mauvais état. A l’extrême gauche part une feuille d’acanthe dont l’extrémité est suivie d’une tige chargée d’une autre feuille qui se termine par deux tiges parallèles : le tout forme un nouveau cercle autour de la rosace.

164En haut, à gauche, est sculpté le quart d’un nid d’oiseaux dont le branchage est rendu par de petites côtes en biais ; le bord du nid est lisse. A l’intérieur, débordant de l’ouverture, se voient les restes de trois oisillons dont on distingue encore la gorge et le dessin des ailerons ; malheureusement, les têtes ont disparu.

165A l’opposé, à droite et en haut, les traces d’arrachement permettent d’identifier un oiseau placé sur une tige et regardant vers la gauche ; il mesurait environ 15 cm de longueur.

5° Blocs à tête humaine seule

166Dans cette série ont été mis deux blocs dont la destination n’était pas la même dans le monument, mais qui ont ce point commun de ne représenter qu’une tête humaine.

BLOC no 22 (pl 42 et 43)

167Il a été trouvé sous le mur sud du caldarium F.

168L en haut : 60 cm ; L en bas : 40 cm ; H : 43,5 cm ; P : 37 cm.

169La tranche gauche a un cadre d’anathyrose et, au milieu en haut, une encoche de 8 cm de long, 3 cm de large et 5 cm de profondeur. La tranche droite est très abîmée par des arrachements allant du haut vers le bas ; on note à la partie supérieure communiquant avec le lit une mortaise de 4 cm de long, 5,5 cm de large et 10,5 cm de profondeur. Le lit supérieur comporte au milieu, à gauche, une mortaise de section carrée, toute proche de l’encoche décrite à propos de la tranche droite : 5 cm de côté et 6 cm de profondeur.

170La façade présente un médaillon au centre duquel se trouve une tête, entourée d’une collerette faite de dix-sept feuilles en languettes, séparées entre elles à l’extrémité par une perle ; puis on a un listel et une seconde zone faite de feuilles stylisées, peut-être des fleurs de lotus renversées. On pourrait rapprocher ce décor de certains traitements de rais de cœur qui ornent le bas des corniches. Enfin, on a une partie plate circulaire, tangente aux lits supérieur et inférieur ; elle est ornée de chevrons en creux.

171Le médaillon a un diamètre extérieur de 43,5 cm. Il semble que le sculpteur ait voulu l’inscrire dans un carré, si bien qu’à chaque angle, diamétralement opposé, figure un motif formé d’une brandie centrale mal conservée, de chaque côté de laquelle se trouve une paire de crosses.

172La tête est celle d’un homme jeune vu de face : elle a une hauteur de 19 cm et une largeur de 16,5 cm. La chevelure est bien mise en évidence, les mèches s’en vont d’avant en arrière et ne couvrent pas les oreilles. Le nez est raboté, les yeux sont mal conservés, la paupière reste visible et le centre de l’œil devait être marqué par une petite protubérance arrondie. La bouche est abîmée, les joues sont rondes et le menton légèrement proéminent ; SMR : 8,5 cm.

173De la partie droite, on ne peut pas dire grand-chose, puisqu’elle est brisée, mais on distingue une nervure avec de petites rainures disposées en arêtes de poisson. On attendait un second cadre avec le portrait d’un second personnage, mais la cassure de la pierre ne semble pas rendre cette hypothèse plausible.

174Dans le décor de cette façade, on a une association de motifs classiques traditionnels : godrons et fleurs de lotus avec peu de déformation ; cela est très proche des formes grecques.

175Le revers est cassé à gauche. On y trouve un médaillon à motif végétal, avec, en son centre, un motif de feuilles d’acanthe d’où sort une espèce de jacinthe ou de grappe.

176A droite, deux feuilles d’acanthe se présentent en mouvement descendant ; au-dessous d’elles se tient un oiseau dont la queue et la tête manquent. Il a le ventre sur le lit inférieur, alors que sa patte droite paraît posée en l’air sur une tige ; l’oiseau était tourné vers la droite.

177En haut, au centre, se voit un amour ailé dont la tête a disparu ; son aile droite, épaisse, est assez bien conservée. Le bras droit, seul visible, est replié vers la poitrine, et les doigts, détaillés, sont serrés pour tenir quelque chose qu’on ne peut préciser. Le reste du corps va en disparaissant derrière une feuille d’acanthe, à la manière du corps de l’amour du bloc no 40 ; SMR : 8,5 cm.

BLOC no 39 (pl. 42)

178Il a été découvert sous le mur nord du caldarium F.

179L : 44 cm ; H : 45 cm ; P : 24 cm. Plusieurs raisons donnent à penser que cette pierre est une saillie détachée de son bloc d’origine par débitage à la scie. D’abord, les dimensions correspondent bien à celles d’une saillie ; ensuite, il s’agit de la représentation d’une tête humaine : or, on a vu que les saillies, lorsqu’on a pu les lire, sont ornées de cette façon ; enfin les tranches gauche et droite offrent des motifs végétaux. Comme on n’a pas encore trouvé le bloc d’où cette saillie a été détachée, à elle seule, constitue la preuve d’un ou de deux arcs supplémentaires.

180La face gauche est ornée d’un motif qui s’apparente à la palmette avec une branche centrale qui court de bas en haut et des feuilles réparties à droite et à gauche, mais on n’a qu’une partie des trois feuilles de gauche et une seule à droite, d’ailleurs abîmée.

181Sur la façade, on a une tête rayonnante ; les rayons sont au nombre de 13, voire de 14, on ne peut le préciser exactement, car celui qui part à gauche reste lié au cou du personnage ; ils sont placés sur un champ en forme de disque, en haut et au voisinage de la nuque.

182Il s’agit d’une tête masculine représentant un homme adulte, mais encore jeune. Le front est abîmé, le nez raboté, l’œil droit est absent, mais le gauche est bien conservé : on reconnaît la paupière et c’est une sorte de perle légèrement creuse qui donne au regard son expression. La bouche est reconnaissable ; la lèvre inférieure est bien en relief ; au-dessus du menton en saillie se trouve une fossette ainsi qu’aux commissures des lèvres. Les joues sont pleines et les oreilles bien dessinées. Le cou est relativement long : 11 cm, assez épais : 13 cm ; les épaules sont dégagées et nues ; mais sur les côtés se dessine un vêtement. Le relief est très accusé (SMR : 18 cm) mais, pour le vêtement, la différence d’épaisseur n’est que de 1 cm. La tête était prise dans un cadre qui paraît intact à droite, mais sans aucun décor.

183Sur la face de droite, on a de longues tiges plates allant en s’amenuisant vers le lit supérieur ; elles partent du lit inférieur où elles semblent réunies.

6° Blocs difficiles à identifier en raison de leur mutilation

184Deux blocs ont été placés dans cette série : ils sont très endommagés et il n’est pas aisé, à première vue, de les replacer dans le monument.

BLOC no 78 (pl. 43)

185L : 51 cm ; H : 43,5 cm ; P : 41 cm. La tranche gauche a été sciée de bas en haut jusqu’à une hauteur de 39 cm, puis brisée ; la droite a été sciée.

186La façade présente à gauche un motif végétal décoratif fait de cinq branches recourbées, réunies au pied. Les branches se dirigent vers l’extérieur. En haut, à l’angle gauche, se voit un motif qu’on peut peut-être prendre pour l’extrémité d’une aile ; le reste est totalement détruit. Quant au revers, il a été consciencieusement martelé à l’aide d’un ciseau plat.

OBSERVATIONS

187Etant donné la direction prise par le motif végétal, ce qui donne au bloc une profondeur de 46 cm, soit un supplément de quelque 11 cm par rapport à celle de tous les blocs de frise, on peut supposer qu’on a affaire à un bloc avec une saillie ; c’est donc le témoignage d’un ou de deux nouveaux arcs. L’étude de cette pierre a donc tout de même de l’intérêt.

BLOC n° 46 (pl. 43)

188Il a été trouvé sous le mur ouest de la cour EB.

189L : 42,5 cm ; H : 45,5 cm ; P maxima : 43,5 cm. La tranche gauche est totalement mutilée ; la droite présente un cadre d’anathyrose et en bas, en avant, une mortaise de 2 cm de long, 6,5 cm de large et 7,5 cm de profondeur.

190Le seul motif que l’on puisse distinguer sur la façade est un carquois dont le diamètre s’amincit légèrement du bas vers le haut. Il est orné d’un décor de S. On voit une collerette et un rebord d’où jaillissent deux pointes de flèche. Le reste n’est pas reconnaissable.

191Le revers a été facile à identifier comme tel, car il présente un amour, comparable à ceux qui ont été rencontrés précédemment. Il a le corps de face, la tête de côté, regardant vers la droite. Le dessus de la tête fait défaut, mais la chevelure est bien marquée : elle passe au-dessus de l’oreille et descend légèrement sur la nuque. Les yeux en amande sont nets, le nez droit est cassé, les lèvres sont bien formées, le menton légèrement proéminent est mis en relief par une fossette. Les joues sont assez pleines. Le cou est vigoureux et court. L’aile gauche est de bonne facture, mais la droite a été martelée. Le bras droit est plié au coude et l’avant-bras part en direction de la ceinture. La main abîmée paraît tenir une guirlande qui passe au-dessous de la poitrine et remonte en s’enroulant vers le haut. Sous la main droite se voient les restes d’une feuille d’acanthe. Le bras gauche est plié au coude et l’avant-bras remonte presque à angle droit, malheureusement, il est martelé. Le ventre est assez plein, le creux du nombril est indiqué, comme plus bas le sexe. La cuisse droite est verticale, elle se termine en une sorte de fuseau au genou, et comme on atteint presque le lit inférieur, la jambe est pliée vers l’intérieur. La cuisse gauche, très mutilée, s’écarte de la droite et le reste de la jambe semble partir à l’horizontale, à la hauteur du genou ce qui paraît donner à cet amour une allure de danseur. Le champ a été recreusé en plusieurs points : SMR : 6 cm.

OBSERVATION

192La place du carquois sur le côté de la façade, son relief par rapport au champ à plat qui est de 8 cm, la profondeur maxima étant de 43,5 cm, ce qui est inhabituel, conduisent à avancer l’hypothèse qu’on a affaire à un bloc avec saillie très abîmé : dans ce cas, un ou deux arcs se trouveraient de nouveau attestés. L’emplacement de la mortaise vers l’avant et non au milieu du bloc, semble corroborer l’hypothèse de la saillie. Cette identification a pu être faite grâce à un fragment sur lequel était le carquois et qui est venu s’adapter exactement avec la cassure.

7° Bloc qui se différencie par le thème de son revers (1)

BLOC no 89 (pl. 44)

193Il a été trouvé en 1967 sous le mur sud du bassin DK.

194L : 93 cm ; H : 45 cm ; P : 40 cm ; LS : 41 cm ; PS : 18 cm ; L de la façade à gauche : 52 cm. A droite et à gauche, le bloc a été martelé : on ne relève aucun trait de scie. Dans le lit supérieur a été creusé un trou de louve de 9 cm de long, 3 de large, 12 cm de profondeur. Il correspond à la saillie, ce qui laisse supposer que le bloc se prolongeait à droite de la saillie de façon assez importante.

195La façade de la saillie a été cassée, mais les traces d’arrachement permettent de reconnaître l’emplacement d’une tête humaine. On voit, en effet le cou vigoureux et l’amorce des épaules. Cette tête n’était pas prise dans un cadre, mais, à sa droite, se trouve, en relief accentué (SMR : 6 cm), un personnage mâle, ailé, qui occupe le côté gauche de la saillie. La partie supérieure du corps est martelée. De la main droite, il tient une massue. Un voile, qui devait être accroché à l’épaule, retombe en plis gracieux derrière lui. Les jambes, dont il ne subsiste que la gauche, partaient en arrière en suivant le mouvement de la pierre, ce qui fait ressortir le ventre. A noter que la jambe droite est détourée selon le principe de la cernure.

196Sur le bloc de fond, à gauche, SMR : 5 cm, on distingue un personnage assis malheureusement privé de sa tête. Le torse athlétique et les jambes sont bien musclés. Du bras levé descend un voile qui recouvre les cuisses. Le dessus du bras est souligné par un cerne. A gauche du personnage se dresse un cep de vigne.

197Sous le siège du personnage, difficile à caractériser (rocher ?), et sous le cep, se voient des lignes horizontales et obliques de trous faits au trépan. Enfin, à l’extrémité gauche du bloc, vers la base, se remarque le début d’un motif, peut-être végétal.

198Le personnage fait penser à Bacchus, sans qu’il soit possible d’être affirmatif.

199Le revers (SMR : 8 cm) évoque un thème marin. Un triton, dont la tête a disparu, en occupe la majeure partie. Son corps forme deux boucles, en haut desquelles se trouve un canard dont l’œil, très fin, est percé au trépan. Puis, placé la queue en l’air, un poisson sans tête semble plonger, le corps couvert d’écailles, légèrement arqué vers la droite. Il a deux grandes nageoires disproportionnées par rapport à sa taille. Parallèlement à la queue du poisson, à droite, se voient le col et la tête renversée d’un cygne. Sous sa tête, on remarque un coquillage. Entre le poisson et le triton, vers le bas, se trouve un enroulement qui ne semble pas en rapport avec le cygne, et qu’on peut peut-être, interpréter comme une anguille.

OBSERVATIONS

200On a longtemps hésité à intégrer ce bloc aux autres. Il diffère, en effet, par la facture du motif de façade, beaucoup plus élaborée, beaucoup plus proche de la meilleure technique antique. D’autre part, le revers, contrairement à ce qui se passe pour tous les autres blocs de frise, présente un thème marin avec un entassement remarquable d’animaux. Toutefois, la forme, les dimensions, l’illustration de la saillie conduisent à le rattacher à l’ensemble. Il n’en reste pas moins que sa place dans le monument demeurera peu claire tant que l’on n’aura pas trouvé les blocs qui l’accompagnaient.

OBSERVATIONS SUR LES BLOCS DE FRISE

201Sans vouloir aller plus loin pour le moment, il importe de mettre l’accent sur deux points :

  • le décor du revers ;
  • la richesse du bestiaire.

202Le revers est fait de guirlandes de feuilles d’acanthe qui forment des rinceaux et des rosaces peuplés d’animaux divers où les oiseaux dominent. Chaque fois que l’on rencontre un amour, on s’aperçoit, et cela dans cinq cas, qu’il tient d’une manière ou de l’autre la tige de la guirlande. Cette constatation permet de déduire que se tenait de place en place, sans doute selon un rythme régulier, un amour porteur de guirlande. Au cours de la campagne de 1970, la découverte, parmi les pierres formant le hérisson de soutien d’un sol, d’une tête d’amour (no 201, ci-dessous p. 93), comparable pour la facture et le gabarit à celle des amours qui sont en place, renforce cette hypothèse. En effet cette tête n’a pu être replacée là où il y a des manques et appartient donc à un élément de frise qui n’a pas encore été mis au jour. Au reste, on comprendrait mal que tous ces amours fussent distribués de façon irrégulière, car le décor du revers en général et spécialement celui des trois blocs à palmette tendent à montrer qu’il y avait à la fois souci d’unité, d’harmonie et de symétrie. Enfin il convient d’indiquer qu’un tel genre de rinceaux associés à des amours semble peu fréquent dans les monuments de l’ancienne Gaule : ni à Bavay, ni à Vertillum (musée de Châtillon-sur-Seine), ni dans les musées de Chalon-sur-Saône, de Vienne, d’Avignon, d’Arles, de Narbonne, ni sur les piliers de l’arc de Cavaillon, ni sur les deux arcs du pont de Saint-Chamas, cela ne se rencontre. On a pourtant au musée Saint-Didier de Langres un bloc de frise qui permet un rapprochement. Il présente en effet en façade un amour debout, haut de 45 cm, soit la hauteur du bloc, SMR : 2 cm, dont les bras pendent presque le long du corps ; il tient la tige de la guirlande de feuilles d’acanthe. On peut ajouter qu’à plus d’un égard des comparaisons intéressantes peuvent être tentées entre les sculptures d’Escolives et certains blocs du musée de Langres.

203Pour ce qui est du bestiaire, en tenant compte de la façade et du revers, on a un lion, un monstre marin, un triton, un canard, un poisson, un cygne, une anguille ( ?), une sphinge, un griffon, une vipère ( ?), deux animaux dos à dos non identifiés ; parmi les oiseaux qui sont de loin les plus nombreux, car on en dénombre 25, on peut considérer comme bien identifiés deux aigles, une grive, une caille ; le coq et la chouette sont moins sûrs. Enfin on n’aura garde d’oublier l’aimable fantaisie du nid au bord duquel se dressent trois oisillons.

204Il est prématuré de tenter quelque hypothèse ou quelque classement : on a un mélange du réel et de l’imaginaire, d’animaux vus sur place et de bêtes qui ne vivaient plus sous le climat de la Gaule. Bien qu’on connaisse des frises dépourvues d’oiseaux, comme l’ensemble no 1527 du Musée Lamourguier de Narbonne, où d’ailleurs le décor est purement végétal, les rinceaux appellent les oiseaux et éventuellement d’autres animaux ; au Musée lapidaire d’Arles, le bloc no P 435 montre un oiseau qui prend de son long bec un serpent qui l’enserre. Le cas d’Escolives n’est donc pas isolé ; disons toutefois que la présence d’animaux est ici systématique.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© ARTEHIS Éditions, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search