Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Une plaque-boucle mérovingienne de style aquitain provenant de la région de Chalon-sur-Saône

Henri Gaillard de Sémainville

Texte intégral

  • 1 M. Petit est l’auteur de nombreuses communications et publications concernant la numismatique. On l (...)

1L’objet dont il est question dans cette note fait partie de la collection de M. Henri-Antoine Petit, Procureur général honoraire et membre éminent de l’Académie de Dijon1. Alors qu’il était en poste à Chalon-sur-Saône, M. Petit s’est beaucoup impliqué dans l’archéologie mérovingienne, notamment en participant très activement, aux côtés du docteur Lafond, aux fouilles de l’important cimetière de Curtilsous-Burnand (Ajot, 1985). C’est à cette époque, dans les années 1954-1965, qu’il a acquis auprès de M. Duclerc, antiquaire, rue de Port-Villiers à Chalon, plusieurs objets mérovingiens qu’il nous a montrés et qu’il a très volontiers accepté de nous confier pour étude.

Objets mérovingiens de la collection Petit

2Cette collection comptait un objet particulièrement remarquable, entré en 1996 au musée archéologique de Dijon. Il s’agit d’une plaque en bronze portant un motif religieux unique à ce jour sur une garniture de ceinture mérovingienne : on y a vu une représentation du sauvetage d’Élie de la mort commune (Gaillard de Sémainville, Vallet, 1979, p. 75-76 ; Poulain, 1998). Si la provenance de cette pièce est connue - Meursault, en Côte-d’Or, à environ 20 km de Chalon - il n’en va pas de même, malheureusement, des autres objets encore en la possession de M. Petit. Selon lui, cependant, M. Duclerc s’approvisionnait dans la plaine de la Saône, principalement entre Beaune au nord et Tournus au sud. On verra, en tout cas, que rien, dans la nature de ces objets, ne s’oppose à une telle origine.

3Nous avons pu examiner et dessiner cinq pièces inédites : deux armes et trois plaques-boucles.

Armes (fig. 1, nos 1 et 2)

4Sur les armes, une hache et sans doute une pointe d’épieu, il y a peu à dire. La hache est une hache de jet d’un modèle répandu, le type B de W. Hübener (Hübener, 1980), daté du vie s. par cet auteur. On retiendra que cette pièce est d’une taille modeste (longueur 13,3 cm, pour un poids de 410 g) qui la situe parmi les plus petites des haches de ce groupe. Ajoutons enfin que les découvertes de haches de jet, qui sont, comme on le sait, généralement associées à une présence franque, ne sont pas exceptionnelles dans la région chalonnaise (Bonnamour, 1990).

5L’autre arme (longueur 24,5 cm) nous paraît être une pointe d’épieu, une arme rare, dont la douille fermée présente à l’intérieur des traces de ce qui nous semble être du sable. Cet objet pourrait par conséquent provenir de la Saône, ce qui n’aurait évidemment rien de surprenant.

Plaque de ceinture circulaire (fig. 1, n°3)

6En alliage cuivreux, d’un diamètre de 5,6 cm, elle a la forme d’un disque coupé selon une corde, du côté où se trouvait la boucle, et échancré de part et d’autre. Son pourtour est aminci en biseau et présente de nettes traces d’usure dans sa partie opposée à la boucle. Cette dernière manque et les tenons qui servaient à son articulation (lesquels étaient initialement venus de fonderie avec la plaque), brisés, ont été remplacés maladroitement par deux pièces triangulaires en fer, aujourd’hui très oxydées (et dont l’oxyde a gardé une petite empreinte de tissu). Cet objet a donc dû être beaucoup porté par un propriétaire aux moyens modestes. Ceci est du reste confirmé par la médiocre qualité du décor incisé : purement géométrique, il est à base de cercles concentriques (ocelles) disposés en deux couronnes autour d’un point central ; des traits doubles, tremblés (technique dite du tremolo), marquent six rayons et relient les ocelles du pourtour ; ces traits sont assez maladroitement exécutés : plus ou moins rectilignes ou parallèles, ils débordent en outre fréquemment sur les ocelles.

Fig. 1. Objets mérovingiens de la collection Petit : 1. hache en fer ; 2. pointe d’épieu ( ?) en fer ; 3. plaque de ceinture en alliage cuivreux ; 4. plaque-boucle en fer damasquiné d’argent ; éch. 1/2 (dessins H. Gaillard de Sémainville).

7Les plaques-boucles circulaires en alliage cuivreux sont particulièrement bien représentées dans le centre du Bassin parisien (Périn, 1974) et en Normandie (Lorren, 2001), régions dans lesquelles devaient se trouver les principaux ateliers. La datation la plus couramment admise va de la fin du vie au début du viie s. (voir notamment Périn, 1980 ; Gaillard de Sémainville, 1980 ; Lorren, 2001). Un rapide inventaire nous incite à suggérer une possible provenance régionale pour les pièces dont le décor à base d’ocelles et de traits doubles est comparable à celui de la plaque de la collection Petit. La plaine de la Saône et ses bordures sont en effet particulièrement représentées : quatre à Noiron-sous-Gevrey (Côte-d’Or ; Aronovici-Martin, 1977, pl. 33, 1, 2 et 3 ; Bidault, 1896, pl. IX, 1), une à Beaune (Côte-d’Or ; Gaillard de Sémainville, Sapin, 1995, fig. 11), une à Curtil-sous-Burnand et une à Blanot (Saône-et-Loire ; Gaillard de Sémainville, 1980, pl. 4, 2 et 3), une à Montarlot-les-Champlitte (Haute-Saône ; Thévenin, 1968, pl. XXII, 3), une à Macornay (Jura ; Jeandot, 1994, pl. XXXVII). Cette recherche mériterait d’être prolongée et affinée. Des pièces comparables par leurs motifs d’ocelles et de traits parallèles existent en effet également dans le sud de la France (voir par exemple Barrière-Flavy, 1893 ; Playoust, 1991, p. 303 ; Stutz, 1996, pl. 3, 3), mais elles paraissent, en première analyse, un peu différentes, à la fois par le nombre de traits parallèles (souvent trois, voire plus), par l’organisation du décor, voire par la morphologie.

Plaque-boucle en fer damasquiné d’argent (fig. 1, n°4)

  • 2 La longueur a été calculée avec la boucle en position fonctionnelle (position qui a été également r (...)

8D’une longueur de 13,3 cm, elle comprend une boucle ovale, dépourvue d’ardillon, s’articulant avec la plaque d’une manière tout à fait habituelle pour ce genre d’objet2. La plaque, munie de trois bossettes hémisphériques, a une forme « en langue » qui la rattache, au même titre que les plaques trapézoïdales à extrémité en « queue d’hirondelle », à un type bien connu en Burgondie sous le nom de type C-Bülach (Werner, 1953). La datation dans le premier tiers du viie s. de ce type au décor monochrome, ne recourant que très peu au placage, paraît bien assurée aujourd’hui (voir notamment Ament, 1976 : phase JM I).

9Le décor principal est constitué d’entrelacs de bandes pointillées se coupant à angle droit, avec, latéralement, des terminaisons en boucle et, vers l’avant, deux prolongements en forme de têtes animales stylisées. Il s’agit, plus précisément, d’anneaux soudés entre eux et recoupés par trois brins longitudinaux. Ce décor, du moins en damasquinure, paraît spécifique à la Burgondie (c’est le motif D de R. Moosbrugger-Leu : Moosbrugger-Leu, 1967) où l’on connaît une vingtaine de pièces qui le portent, avec des variantes (Deschler, 1992, p. 40-42 ; Gaillard de Sémainville, à paraître). Si la plupart de ces plaques sont rectangulaires (elles font partie du type B), on remarquera que la plaque-boucle de la collection Petit a en fait des proportions et une forme générale finalement assez proches du rectangle. Cela nous paraît être une caractéristique de productions régionales influencées par la mode des plaques-boucles de type B (Gaillard de Sémainville, 1980, p. 118). On ajoutera que plusieurs détails rapprochent fortement le décor de la pièce qui nous intéresse de celui de deux plaques du Musée des Antiquités Nationales provenant de la célèbre nécropole de Charnay (encore inédites, elles nous ont été aimablement communiquées par F. Vallet ; Gaillard de Sémainville, à paraître). Cela renforce l’hypothèse d’un lieu de découverte proche de Chalon-sur-Saône pour cet objet.

Plaque-boucle de style aquitain (fig. 2)

Description

10Cette garniture de ceinture de grande taille (elle mesure 16,4 cm de longueur) présente toutes les caractéristiques des pièces que l’on a pris l’habitude de qualifier d’« aquitaines » ou, plus justement, de plaques-boucles « de style aquitain », toutes n’étant pas originaires de cette région (cf. infra) :

  • le matériau : un alliage cuivreux étamé ; des traces d’étamage subsistent sur la plaque, la boucle et la base de l’ardillon ;

  • la forme de la plaque : trapézoïdale, au pourtour biseauté, elle est munie de nombreuses - dix, en l’occurrence - bossettes de taille inégale (trois grosses, quatre moyennes et trois petites), placées, à une exception près, sur des lobes saillants ; toutes ont disparu, mais leur emplacement est bien visible, marqué par le passage de leur axe, encore conservé, pour huit d’entre elles, sous la forme d’une feuille de bronze roulée en cylindre et, dans trois cas, encore rivetée au revers de la plaque ; leur fonction est purement décorative, la fixation de la plaque à la ceinture étant assurée par trois tenons perforés venus de fonderie avec elle ; on remarquera que le revers de la plaque ne présente pas de trace significative du mode de fabrication (fonte) ;

  • la forme de la boucle et de l’ardillon : boucle large, présentant des bourrelets bien marqués de part et d’autre du repos de l’ardillon ; ardillon à pointe courte, assez trapue, à section en gouttière (elle est « creuse » en dessous), contrastant avec une base de très grande taille, de forme grossièrement circulaire ; l’articulation se fait selon un mode classique pour les plaques-boucles mérovingiennes en alliage cuivreux : quatre tenons pour la plaque, deux pour la boucle et un pour l’ardillon, aucune trace de l’axe d’origine de cette charnière ne subsistant ;

  • le décor : réalisé au poinçon et au burin, il utilise beaucoup le pointillé ; l’organisation et la nature du décor de la plaque sont particulièrement caractéristiques : champ médian trapézoïdal, bordé de lignes ondulées et cloisonné en trois compartiments, chacun orné d’un étrange quadrupède, le tout sur fond densément pointillé ; une croix grecque évoquant un peu une croix de Malte et un entrelacs entourant la grosse bossette distale complètent cette ornementation, dont la qualité apparaît comme très médiocre ; on remarque en effet de nombreuses maladresses d’exécution et un manque général de soin, particulièrement visibles en ce qui concerne l’entrelacs de la plaque et l’ensemble boucle-ardillon ; la base de ce dernier porte une sorte de croix de Saint-André inscrite dans un cercle entouré de sortes de pétales rayonnants ; on n’ose pas qualifier d’originale une production aussi maladroite ; plus intéressants sont, sur la boucle, les compartiments portant de quatre à six cercles ponctués, qui pourraient faire penser à des dés à jouer : nous n’avons pas trouvé de motif comparable, hormis sur certaines céramiques d’Argonne tardives (Bayard, 1998, p. 14).

Origine – comparaisons

  • 3 Cette carte est celle de M. Aufleger (1997, Karte 11), complétée par les données de S. Lerenter-Jil (...)

11Cette plaque-boucle fait partie d’un groupe bien identifié, grâce à la forme très particulière de la plaque à dix bossettes, et connu sous différentes dénominations : groupe IV d’E. James (James, 1977 ; appellation reprise par Aufleger, 1997), types D21 et D22 de S. Lerenter (Lerenter, 1987 et 1991), type IVBB4 de C. Lorren (Lorren, 2001). La carte de répartition des découvertes - au nombre de plus d’une centaine à ce jour - fait clairement apparaître un secteur de très forte densité entre la côte normande et la Loire moyenne (fig. 3)3. C’est de ces régions, manifestement, que proviennent la plupart, sinon la totalité de ces productions. Si elles ne sont donc pas aquitaines, géographiquement parlant, on peut cependant parler à leur sujet de « style aquitain », dans la mesure où, comme nous l’avons vu pour la pièce de la collection Petit, elles présentent plusieurs caractéristiques habituelles des productions proprement aquitaines (notamment la forme de la boucle et de l’ardillon, l’étamage, le décor de pointillés, le compartimentage du champ, les types de décors). À vrai dire, ces caractères sont plus ou moins présents selon les pièces, particulièrement en ce qui concerne les motifs décoratifs : si certains sont à l’évidence des motifs aquitains, ou des motifs directement influencés par ceux-ci (ce qui est le cas ici ; cf. infra), d’autres, comme les entrelacs, lorsqu’ils constituent l’unique décor des plaques (fig. 5, infra), sont beaucoup plus communs en Gaule mérovingienne, notamment en Burgondie, et l’on peut se demander si une partie de ces plaques n’a pas pu être produite dans cette dernière région où elles ont été trouvées en nombre relativement important (Gaillard de Sémainville, Vallet, 1979, note 4, p. 60). On a même suggéré que le modèle de plaque-boucle à dix bossettes avait pu être créé en Burgondie (Rivière, 1966), mais cette hypothèse n’est pas plausible (James, 1977, p. 150).

Fig. 2. Plaque-boucle de style aquitain de la collection Petit ; alliage cuivreux étamé ; grandeur nature (dessin H. Gaillard de Sémainville).

Fig. 3. Carte de répartition des lieux de découverte de plaques-boucles de style aquitain à dix bossettes ; les gros points correspondent à des sites ayant livré deux ou trois exemplaires (d’après Aufleger, 1997, Karte 11, avec compléments : cf. note 3 ; DAO : P. Laplace, Laboratoire de cartographie, Université de Bourgogne).

  • 4 Cette remarque est corroborée par la découverte d’assez nombreuses autres plaques-boucles aquitaine (...)

12La répartition géographique et la nature des découvertes donnent à penser que le type s’est développé en Neustrie (Aufleger, 1997, p. 14), au sein de régions où les influences aquitaines étaient très sensibles. L’originalité de ces productions explique qu’elles aient connu le succès (elles ont été diffusées un peu partout en Gaule, y compris les réalisations les plus médiocres ; cf. infra), face à la relative monotonie des décors septentrionaux habituels (Lerenter, 1989, p. 58), et qu’elles aient, de ce fait, peut-être été imitées en Burgondie. En tout cas, leur présence dans cette région n’a rien d’anecdotique4, ce qui confirme du reste que la plaque-boucle de la collection Petit peut parfaitement avoir été découverte dans la région chalonnaise.

13Au sein d’une production dont le caractère artisanal a conduit à une grande diversité dans la nature et la qualité d’exécution des décors, s’individualisent des groupes que la multiplication des découvertes et l’approfondissement des recherches devraient permettre de préciser peu à peu. C’est ainsi que la plaque qui nous intéresse se rapproche de plusieurs autres (fig. 4) par la nature et l’organisation de son décor principal : des quadrupèdes à peu près identiques, au nombre de trois ou de quatre, dans des compartiments trapézoïdaux (rectangulaires, pour celle d’Artins), généralement séparés par une double cloison à l’intérieur du champ médian. La pièce d’Artins (Loir-et-Cher ; fig. 4, n°1) fait un peu figure de prototype dans ce groupe ; la représentation des quadrupèdes y est en effet moins malhabile que sur les autres plaques, ce qui permet d’en reconnaître plus aisément les caractères : position accroupie, gros ventre arrondi, tête en avant, queue relevée et recourbée vers l’avant, pattes griffues, oreilles pointues (Aufleger, 1997, p. 76-80) ; il s’agit d’un animal composite, tenant en particulier du lion et du cheval, comme on en représente fréquemment à l’époque mérovingienne. Le thème est très répandu sur les plaques aquitaines, mais l’animal a le plus souvent la tête tournée vers l’arrière (Lerenter-Jilet, 1991 ; Aufleger, 1997), comme ici, sur la base des ardillons de Saint-Léonard (Loir-et-Cher) et de Bavay (fig. 4, nos 5 et 7).

Fig. 4. Plaques-boucles comparables à celle de la collection Petit : 1. Artins (Loir-et-Cher) ; 2. Mansonville (Lot-et-Garonne) ; 3. Fréteval (Loir-et-Cher) ; 4. collection Petit ; 5. Saint-Léonard (Loir-et-Cher) ; 6. provenance inconnue ; 7 et 8. Bavay (Nord) ou environs ; éch. 1/2 (1, 2, 3 et 6, d’après Lerenter-Jilet, 1991 ; 7 et 8, d’après Aufleger, 1997 ; 5 : dessin M. Jeuillard).

14La plaque fragmentaire de Mansonville (Lotet-Garonne ; fig. 4, n°2), sans doute également à dix bossettes, est intéressante, car elle offre un décor incontestablement aquitain de quadrupèdes regardant vers l’avant dans une disposition rappelant (bien que les animaux ne soient pas à l’intérieur d’un champ médian) celle des autres plaques de la série. S’agit-il d’une production aquitaine imitant une création neustrienne ou ne faudrait-il pas supposer, contrairement à ce que l’on pense généralement aujourd’hui, que le type a pu naître en Aquitaine, et non pas en Neustrie ? Dans cette hypothèse, cette dernière région l’aurait adapté et en aurait assuré le succès commercial, peut-être grâce à sa position géographique plus proche des marchés de Gaule septentrionale. On ne peut pas trancher dans l’état actuel de la documentation, mais la question mérite d’être posée.

15Quoi qu’il en soit, la qualité du décor de la plaque d’Artins, ainsi que sa plus grande ressemblance - qu’il s’agisse des animaux ou des frises qui les entourent - avec les motifs proprement aquitains, confirment à notre sens sa position « en amont » des autres plaques neustriennes. Celles-ci se caractérisent en effet par une plus grande maladresse d’ensemble, des degrés pouvant même être relevés dans ce domaine, de la plaque de Fréteval (Loir-et-Cher ; fig. 4, n°3) à celle de provenance inconnue (conservée au Römisch-Germanisches Museum de Cologne ; fig. 4, n°6). Les plus proches de la plaque-boucle de la collection Petit sont à l’évidence les plus médiocres : outre la dernière, il s’agit de celles de Saint-Léonard (musée de Vendôme ; information de M. Jeuillard) et de Bavay ou de ses environs (fig. 4, nos 5 à 8). Un autre point commun sans doute significatif mérite du reste d’être relevé au sujet de ces cinq pièces : la ligne ondulée qui borde sur deux côtés leur champ médian (ainsi que, parfois, la grosse bossette distale).

16Tout cela fait penser à une origine commune ou proche (un même atelier ou des ateliers voisins). Or, si on laisse de côté la pièce du musée de Cologne ou celles manifestement « exportées » (celles de Bavay et la nôtre), on constate que les communes d’Artins, de Fréteval et de Saint-Léonard sont situées dans un périmètre restreint, à proximité de Vendôme. Bien qu’il faille naturellement rester prudent en raison du nombre très limité de découvertes, l’hypothèse d’une fabrication dans le Vendômois nous paraît envisageable.

17On remarquera pour terminer, au-delà des points communs que nous venons d’évoquer, les petites différences qui attestent du caractère artisanal de cette production ; pour s’en tenir aux quadrupèdes, on notera les variantes dans leur disposition : animaux placés transversalement (sauf pour l’un de ceux de la plaque de la collection Petit, dont la position montre du reste que la boucle était placée à droite sur la ceinture, pour son porteur), les pattes le plus souvent tournées du côté de la boucle, parfois de l’autre côté, les deux positions voisinant sur le fragment de plaque de Saint-Léonard… On retrouve aussi quelques marques de la « fantaisie » de l’artisan dans la figuration des quadrupèdes eux-mêmes ; c’est ainsi que sur la plaque « chalonnaise », les têtes sont pourvues d’un appendice en forme de trompe, qui pourrait correspondre soit à une langue, soit à une déformation du « bec » du griffon-oiseau, motif très commun à l’époque.

Datation

18Une datation précise des plaques-boucles de cette série, et plus généralement des plaques-boucles aquitaines ou de style aquitain, n’est pas aisée. En effet, ayant été découvertes, pour une bonne partie d’entre elles, dans des régions où l’inhumation habillée était peu pratiquée (notamment le sud-ouest et l’ouest de notre pays), elles n’étaient le plus souvent accompagnées d’aucun autre mobilier au sein des tombes qui les ont livrées. À ce manque de contexte datable au niveau de chaque sépulture, s’ajoute généralement l’impossibilité de faire intervenir la chronologie spatiale, ou « topochronologie » (Périn, 1980), à l’échelle de l’ensemble du cimetière, en raison là aussi de la rareté du mobilier caractéristique.

19De ce fait, les datations qui ont été proposées pour le présent type ne sont, en général, pas solidement étayées. Il n’est donc pas surprenant que, si la plupart des auteurs s’accordent sur le fait qu’il s’agit de productions de la fin de l’époque mérovingienne, de sérieuses divergences existent entre eux : première moitié du viiie s. (Rivière, 1966), fin viie-début viiie s. (Lorren, 2001), première moitié du viie s. (Martin, 1991), ensemble du viie s. (Aufleger, 1997)... Quant à E. James, dont les chronologies ont été, il est vrai, fort justement critiquées (Périn, 1978 ; Lorren, 1978 ; cf. également les rectifications de l’auteur lui-même : James, 1991), il voit les plus anciennes pièces de ce groupe apparaître en plein vie s. dans le Poitou, celles qu’il considère comme les plus récentes, celles du nord et de l’est, ne lui paraissant, par contre, pas antérieures au milieu du viie s. (James, 1977, p. 150-151). Remarquons, en passant, qu’un décalage de temps aussi long est à l’évidence totalement invraisemblable.

  • 5 C’est pour moi l’occasion de saluer le travail opiniâtre de M. Barbier, aujourd’hui conservateur du (...)

20Dans ces conditions, il nous a paru utile de rechercher un site susceptible de fournir quelques repères chronologiques. C’est précisément le cas de la nécropole de Saint-Martin-du-Tertre (Yonne) qui a fait l’objet, de la part de M. Barbier, de fouilles étendues en 1978-1979, fouilles dont les résultats sont peu connus malgré plusieurs publications (Barbier, 1979, 1981, 1985 ; Barbier, Barbier, 1983)5. Située sur une éminence dominant la ville de Sens, non loin d’une église dédiée à saint Martin, la nécropole des Carrelottes, en grande partie explorée, semble-t-il, a livré 228 fosses creusées dans la craie. Sur les 235 corps exhumés, 76 - soit le tiers - étaient accompagnés de mobilier funéraire (malgré 55 violations repérées), ce qui représente un pourcentage élevé dans une région où l’inhumation habillée paraît avoir été peu pratiquée à cette époque. Ce mobilier se limite souvent à un accessoire vestimentaire, notamment une garniture de ceinture, ce qui interdit toute possibilité de sériation des sépultures sur cette base.

Fig. 5. Plaques-boucles de style aquitain (et mobilier associé) provenant de la nécropole mérovingienne de Saint-Martin-du-Tertre « Les Carrelottes » : 1. sépulture 181 ; 2. sépulture 7 ; 3. sépulture 136 ; 4. sépulture 203 ; éch. 1/2 (d’après Barbier, 1981 ; Barbier, Barbier, 1983).

21De types variés, en bronze et surtout en fer (damasquiné ou non), les soixante-sept plaques-boucles mises au jour se répartissent pour l’essentiel d’une manière conforme à ce que l’on pouvait attendre dans ce secteur du Bassin parisien. On remarque en particulier, parmi les pièces en fer, la proportion élevée de plaques circulaires et de plaques triangulaires à trois ou cinq bossettes placées sur des lobes saillants, ainsi que la qualité des damasquinures, aux motifs très classiques par ailleurs. Les quatorze plaques-boucles en bronze offrent une certaine diversité d’origines : à côté d’une plaque triangulaire à décor natté d’un type bien connu dans le centre et l’ouest du Bassin parisien (Simon, 1974 ; Schäffer, 1995 ; Périn, Vallet, 1993) et de quelques autres garnitures de qualité, on retiendra quatre pièces présentant un intérêt particulier dans le cadre de cette note.

22La première (fig. 5, n°1), provenant de la sépulture 181 dont elle constituait le seul mobilier, offre d’évidentes affinités avec les productions aquitaines. Morphologiquement, elle peut entrer dans le groupe ID (plaques en forme de U, avec trois bossettes), défini par E. James (1977) et généralement considéré comme originaire de la vallée de la Garonne. On remarquera le décor de visages stylisés sur la plaque et sur l’ardillon. Le fouilleur ne mentionne pas de trace d’étamage, pas plus du reste que pour les pièces suivantes.

23Les trois autres se rattachent au même groupe que notre plaque-boucle (même si un très léger doute peut exister pour l’une d’elles, en raison de sa fragmentation). La première (fig. 5, n°2), qui constituait le seul mobilier de la sépulture 7 (une sépulture masculine, d’après l’étude anthropologique, mais la taille du sujet étant estimée à moins d’1,55 m, on peut émettre quelques doutes sur cette attribution sexuelle), offre, pour tout décor, un entrelacs à bande pointillée d’un type bien connu, notamment sur ce type de plaque-boucle (cf. supra).

24De la sépulture 136 (sexe non déterminé), provient une plaque-boucle très incomplète (fig. 5, n°3), accompagnée d’une petite fiole en verre (dont la datation est malheureusement très imprécise). Cette plaque, qui se rattache très certainement au même groupe, est ornée de rubans entrelacés, partiellement pointillés. L’ardillon qui l’accompagne, dont la forme est typiquement aquitaine, porte un motif de serpent bicéphale entourant un entrelacs d’un modèle assez répandu sur les pièces de type aquitain, qui n’en ont toutefois pas l’exclusivité (Holmqvist, 1939, p. 56-59).

25La sépulture 203 (tombe féminine, d’après l’anthropologie) a livré, outre une originale applique cruciforme en bronze à umbo central et décor de cercles ponctués, retrouvée sur la poitrine, une garniture de ceinture dépourvue de sa boucle (fig. 5, n°4). L’ornementation, d’une qualité assez médiocre, est à base de cercles ponctués qui créent une certaine harmonie avec l’applique cruciforme. S’y ajoutent notamment, sur la plaque, des bandes à échelles et pointillés encadrant des incisions en croix, et, sur la base de l’ardillon, un visage stylisé (dans un style proche de ceux de la plaque-boucle de la sépulture 181) entouré d’un serpent bicéphale.

  • 6 La répartition spatiale des sépultures donne à penser que, malgré le caractère incomplet de la foui (...)

26Le report des données les plus significatives sur le plan de la nécropole a permis d’esquisser les grandes phases de l’évolution chronologique des inhumations (fig. 6 ; la démarche est précisée en annexe). Il en ressort que le mobilier datable (des plaques-boucles en l’occurrence) se rapporte à une période d’utilisation d’un siècle environ, de la fin du vie à la fin du viie s.6

27La situation des plaques-boucles qui nous intéressent, par rapport aux trois ensembles chronologiques que nous avons distingués, conduit au constat suivant : deux (sépultures 7 et 203) se trouvent en limite du secteur le plus précoce et pourraient donc dater du début du viie s. ; la troisième (sépulture 136) provient de la partie la plus récente de la nécropole, tout près cependant de la limite atteinte par les sépultures attribuées au premier tiers du viie s., et non loin de deux sépultures datables du début du deuxième tiers du viie s. : elle pourrait donc être antérieure au milieu du siècle.

28La datation suggérée par le site de Saint-Martin-du-Tertre pour les plaques à dix bossettes est donc la première moitié du viie s. Le fait que nous ayons trois pièces de ce type et que leur chronologie spatiale soit cohérente constitue évidemment un argument en faveur de la validité de cette datation. On sait en effet que ce type de données est à prendre avec beaucoup de précautions, quand, comme ici, on n’a pas d’association de plusieurs objets datables dans une même tombe : différents paramètres (âge au décès, conservation possible d’« un souvenir de famille »…) peuvent créer d’importants décalages chronologiques (Périn, 1980). C’est peut-être ce qui explique que la plaque-boucle de la sépulture 181, qu’on aurait pu croire contemporaine des précédentes, ait été trouvée tout au sud, dans le secteur le plus tardif de la nécropole.

29La plaque-boucle de la collection Petit nous a donné l’occasion non seulement de poser des questions - ce qui, rappelons-le, constitue une des grandes occupations de l’archéologue - et de leur apporter quelques éléments de réponse, mais aussi de voyager, de la région chalonnaise, chère à J.-P. Thevenot, à celle de Sens, où se sont déroulées les journées qui lui ont été dédiées… Comme on le voit, le hasard - encore une donnée importante en archéologie - a bien fait les choses !

Remerciements

30Outre M. Petit, j’aimerais remercier M. Barbier, G. Desplanques, M. Jeuillard, P. Laplace, C. et M. Mercier, P. Périn, F. Tainturier, A. Vaillant et F. Vallet pour leur concours.

Bibliographie

Bibliographie

Ajot 1985 : Ajot (J.). — La nécropole mérovingienne de la Croix de Munot à Curtil-sous-Burnand (Saône-et-Loire). Fouilles du docteur Lafond. Paris : AFAM, 1985. 115 p., 122 fig. (Mémoires de l’AFAM ; I).

Ament 1976 : Ament (H.). — Chronologische Untersuchungen an fränkischen Gräberfeldern der jüngeren Merowingerzeit im Rheinland. Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, 57, 1976, p. 285-336.

Aronovici-Martin 1977 : Aronovici-Martin (C.). — Les Mérovingiens au musée de Dijon. Collections mérovingiennes du musée archéologique. Dijon : Musée, 1977. 100 p., 83 pl.

Aufleger 1997 : Aufleger (M.). — Tierdarstellungen der Kleinkunst der Merowingerzeit im westlichen Frankenreich. Mayence : Institut für Vor-und Frühgeschichte, Universität Mainz, 1997. 263 p., 116 pl. h. t., 43 cartes (Archäologische Schriften der Johannes Gutenberg-Universität Mainz ; B. 6).

Barbier 1979 : Barbier (M.). — La nécropole mérovingienne de Saint-Martin-du-Tertre (Yonne). Saint-Martin-du-Tertre : M. Barbier, 1979. [36 p.], ill. (multigraphié).

Barbier 1981 : Barbier (M.). — La nécropole mérovingienne des Carrelottes à Saint-Martin-du-Tertre. Mémoire : École des Hautes Études. [s. l.] : M. Barbier, 1981. [n. p.], 40 pl. h. t.

Barbier 1985 : Barbier (M.). — Les découvertes archéologiques de Saint-Martin-du-Tertre (Yonne). Bull. de la Soc. des fouilles archéologiques et des monuments historiques de l’Yonne, 2, 1985, p. 31-38.

Barbier, Barbier 1983 : Barbier (D.), Barbier (M.). — D’Agedincum aux Mérovingiens… Résumé des découvertes récentes du site de Saint-Martin-du-Tertre. Bull. de la Soc. archéologique de Sens, 26, 1983, p. 28-47, 20 fig.

Barrière-Flavy 1893 : Barrière-flavy (C.). — Étude sur les sépultures barbares du Midi et de l’ouest de la France. Toulouse-Paris, 1893.

Bayard 1998 : Bayard (D.). — La sigillée d’Argonne, un paramètre essentiel pour l’établissement de la chronologie du Ve siècle dans le nord de la Gaule. In : Delestre (X.), Périn (P.) dir. — La datation des structures et des objets du haut Moyen Âge : Actes des XVèmes Journées internationales d’archéologie mérovingienne, 1994. Saint-Germain-en-Laye : AFAM, 1998, p. 7-20 (Mémoires de l’AFAM ; VII).

Bidault 1896 : Bidault (L.). — Rapport sur les sépultures mérovingiennes de Noiron-lès-Cîteaux. Mémoires de la Soc. d’histoire et d’archéologie de Chalon-sur-Saône, VIII, 1896, p. 91-131, pl. h.t. IV-XII.

Böhner 1958 : Böhner (K.). — Die fränkischen Altertümer des Trierer Landes. Berlin, 1958. 2 vol. (Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit ; B. 1).

Bonnamour 1990 : Bonnamour (L.) dir. — Du silex à la poudre… 4000 ans d’armement en val de Saône. Montagnac : M. Mergoil, 1990. 196 p., 152 fig.

Colleter 2001 : Colleter (R.). — Le mobilier funéraire mérovingien de Mayenne. In : Militaires barbares dans l’armée romaine en Occident. Actualités archéologiques du haut Moyen Âge dans l’ouest de la France : Pré-actes des XXIIèmes journées internationales de l’AFAM, Angers, 26-28 octobre 2001. 2001, p. 47-50 (Bull. de liaison de l’AFAM ; 25).

Deschler 1992 : Deschler (E.). — Die tauschierten und untauschierten Gürtelschnallen der Gruppe B. In : MARTI (R.), Meier (H. R.), Windler (R.). — Ein frühmittelalterliches Gräberfeld bei Erlach BE. Bâle : Soc. suisse de préhistoire et d’archéologie, 1992, p. 34-42 (Antiqua ; 23).

Gaillard de Sémainville 1980 : Gaillard de Sémainville (H.). — Les cimetières mérovingiens de la Côte chalonnaise et de la Côte mâconnaise. Dijon, 1980. 249 p., 63 pl. h.t. (Suppl. à la Revue archéologique de l’Est ; 3).

Gaillard de Sémainville à paraître : Gaillard de Sémainville (H.). — Les garnitures de ceinture. In : Mercier (C.), Mercier (M.) dir. — Le cimetière mérovingien de Crotenay (Jura), à paraître.

Gaillard de Sémainville, Sapin 1995 : Gaillard de Sémainville (H.), Sapin (C.). — Les découvertes de Beaune (Côte-d’Or) : des Burgondes en Bourgogne ? In : Gaillard de Sémainville (H.) dir. — Les Burgondes : apports de l’archéologie : Actes du colloque international de Dijon, 5-6 novembre 1992. Dijon : Ass. pour la Connaissance du Patrimoine de Bourgogne, 1995, p. 143-165.

Gaillard de Sémainville, Vallet 1979 : Gaillard de Sémainville (H.), Vallet (F.). — Fibules et plaques-boucles mérovingiennes de la collection Febvre conservées au Musée des Antiquités Nationales. Antiquités Nationales, 11, 1979, p. 57-77.

Holmqvist 1939 : Holmqvist (W.). — Kunstprobleme der Merowingerzeit. Stockholm : Wahlström-Widstrand, 1939. 328 p., 66 pl. h.t.

Hübener 1980 : Hübener (W.). — Eine Studie zu den Beilwaffen der Merowingerzeit. Zeitschrift für Archäologie des Mittelalters, 8, 1980, p. 65-127.

James 1977 : James (E.). — The merovingian archaeology of south-west Gaul. Oxford, 1977. 529 p. (British Archaeological Reports, supplementary series ; 25).

James 1991 : James (E.). — Les problèmes archéologiques du Sud-Ouest wisigothique et franc. In : Périn (P.) dir. — Gallo-Romains, Wisigoths et Francs en Aquitaine, Septimanie et Espagne : Actes des VIIèmes journées internationales d’archéologie mérovingienne, Toulouse, 1985. Rouen : AFAM, 1991, p. 149-153.

Jeandot 1994 : Jeandot (C.). — Le mobilier funéraire mérovingien de la région lédonienne. Mémoire de maîtrise. Besançon : Université de Franche-Comté, 1994. 119 p., 37 fig., 62 pl. h.t.

Lerenter 1987 : Lerenter (S.). — Les plaques-boucles mérovingiennes en bronze de type aquitain. Nouvelle approche typologique et chronologique. Mémoire de maîtrise. Paris : Université de Paris I, 1987.

Lerenter 1989 : Lerenter (S.). — Les motifs animaliers des plaques-boucles en bronze de type aquitain. In : Actes des Xèmes journées internationales d’archéologie mérovingienne, Metz, 20-23 octobre 1988. Sarreguemines : Pierron, 1989, p. 55-61.

Lerenter 1991 : Lerenter (S.). — Nouvelle approche typologique des plaques-boucles mérovingiennes en bronze de type aquitain. In : Périn (P.) dir. — Gallo-Romains, Wisigoths et Francs en Aquitaine, Septimanie et Espagne : Actes des VIIèmes journées internationales d’archéologie mérovingienne, Toulouse, 1985. Rouen : AFAM, 1991, p. 225-257.

Lerenter-Jilet 1991 : Lerenter-Jilet (S.). — Les plaques-boucles en bronze de style aquitain à l’époque mérovingienne. Thèse de doctorat. Paris : Université de Paris I, 1991. 3 vol.

Lorren 1978 : Lorren (C.). — Compte-rendu de James E. : The merovingian archaeology of south-west Gaul. Archéologie médiévale, VIII, 1978, p. 316-321.

Lorren 2001 : Lorren (C.). — Fibules et plaques-boucles à l’époque mérovingienne en Normandie. Contribution à l’étude du peuplement, des échanges et des influences, de la fin du Ve au début du VIIIe siècle. Paris : AFAM, 2001. 534 p. (Mémoires de l’AFAM ; VIII).

Martin 1991 : Martin (M.). — Zur frühmittelalterlichen Gürteltracht der Frau in der Burgundia, Francia, und Aquitania. In : L’art des invasions en Hongrie et en Wallonie : Actes du colloque de Mariemont, 1979. Mariemont : Musée royal, 1991, p. 31-84.

Moosbrugger-Leu 1967 : Moosbrugger-Leu (R.). — Die frühmittelalterlichen Gürtelbeschläge der Schweiz. Bâle : Birkhäuser Verlag, 1967. 215 p. (Monographien zur Ur-und Frühgeschichte der Schweiz ; XIV).

Périn 1974 : Périn (P.). — Six plaques-boucles mérovingiennes à plaque ronde ornée d’un masque humain et de motifs géométriques du Musée Carnavalet. Bull. du Groupement archéologique de Seine-et-Marne, 14-15, 1974, p. 71-97, pl. III-VIII.

Périn 1978 : Périn (P.). — Compte-rendu de James E. : The merovingian archaeology of south-west Gaul. Bull. Monumental, 136, II, 1978, p. 192-202.

Périn 1980 : Périn (P.). — La datation des tombes mérovingiennes. Historique. Méthodes. Applications. Genève : Droz, 1980. 434 p., ill.

Périn, Vallet 1993 : Périn (P.), Vallet (F.). — Garnitures de ceintures en alliage cuivreux moulé. In : L’Île-de-France de Clovis à Hugues Capet, du Ve au Xe siècle : catalogue d’exposition Musée archéologique départemental du Vald’Oise et SRA d’Île-de-France. Paris : Éd. du Valhermeil, 1993, p. 290-293.

Petit 1993 : Petit (H.-A.). — Le trésor de Gourdon : problèmes juridiques, numismatiques et historiques. Bull. de la Physiophile de Montceau-les-Mines, 118, 1993, p. 9-20.

Playoust 1991 : Playoust (A.). — Jalons pour l’étude de l’archéologie des Hautes-Alpes à l’époque médiévale. In : Archéologie des Hautes-Alpes. Gap : Musée départemental, 1991 (Catalogue des collections du musée départemental de Gap ; IV).

Poulain 1998 : Poulain (R.). — La plaque mérovingienne de Meursault, arrondissement de Beaune (Côte-d’Or). Bull. de l’Ass. des amis des Musées de Dijon, 1998, p. 55-58.

Rivière 1966 : Rivière (J.). — Une production d’origine étrangère : les garnitures de ceinture mérovingiennes de la Loire moyenne. Revue archéologique du Centre, 19, V, 3, 1966, p. 221-240.

Schäffer 1995 : Schäffer (U.). — Le cimetière de Blussangeaux (Doubs). L’offrande funéraire, expression des influences culturelles. In : Richard (A.), Munier (C.) dir. — Éclats d’histoire. Besançon : Cêtre, 1995, p. 346-348.

Simon 1974 : Simon (P.). — Étude d’un type de plaque-boucle en bronze à décor de vannerie d’époque mérovingienne. Antiquités Nationales, 6, 1974, p. 77-82.

Stutz 1996 : Stutz (F.). — Les objets mérovingiens de type septentrional dans la moitié sud de la Gaule. Aquitania, XIV, 1996, p. 157-182.

Thévenin 1968 : Thévenin (A.). — Les cimetières mérovingiens de la Haute-Saône. Paris : Les Belles Lettres, 1968. 163 p. (Annales Littéraires de l’Université de Besançon ; 89).

Werner 1953 : Werner (J.). — Das alamannische Gräberfeld von Bülach. Bâle : Verlag Birkhäuser, 1953. 144 p., 64 fig., 39 pl. h. t. (Monographien zu Ur-und Frühgeschichte der Schweiz ; 9).

Annexes

annexe. commentaire de la chronologie spatiale de la nécropole de saint-martin-du-tertre (fig. 6)

Fig. 6. Grandes phases de l’évolution chronologique de la nécropole mérovingienne de Saint-Martin-du-Tertre « Les Carrelottes » (fond de plan : M. Barbier ; DAO : P. Laplace, Laboratoire de cartographie, Université de Bourgogne).

La carte a été établie à partir des objets les plus représentés et les mieux connus, en l’occurrence les plaques-boucles en fer, damasquinées ou non, auxquelles s’ajoutent trois garnitures ou éléments de garnitures en bronze chronologiquement bien situées (les trois dans la phase JM II, soit 630/640-670/680, de la chronologie de H. Ament, 1976). Les pièces en fer à cinq bossettes, dont la datation est moins précise, ont été laissées de côté. Au total, 40 plaques-boucles en fer ont été prises en compte : 11 plaques-boucles circulaires, dont deux damasquinées, toutes ayant des caractères morphologiques précoces (boucles, ardillons, bossettes) ; 25 plaques-boucles, dont 5 de type Bülach (Werner, 1953) en queue d’hirondelle à damasquinure monochrome (les autres, non décorées, sont pour la plupart triangulaires, à trois bossettes), se rattachant par leurs caractères morphologiques à la phase la plus précoce du viie s. (phase JM I de H. Ament, soit 600-630/640) ; enfin, parmi les 4 pièces les plus récentes, deux, dont une damasquinée, présentent tous les caractères des garnitures tardives (fin de la phase JM II), tandis que les deux autres sont à rattacher au début de cette même phase, en raison de leur caractère de pièces de transition (damasquinure monochrome, morphologie encore peu « évoluée »).

Les trois secteurs que nous avons individualisés se définissent de la manière suivante :

  • le secteur central englobe la majeure partie des plaques-boucles circulaires (9 sur 11), parmi lesquelles la pièce de la sépulture 11 qui porte une damasquinure précoce inspirée par la technique du cloisonné (nids d’abeilles, « champignons »), ce qui permet de la situer avant 600 ; les seules autres garnitures de ceinture de ce secteur sont 5 pièces non damasquinées de la phase JM I ; on peut proposer pour ce secteur une datation entre la fin du vie et le début du viie s., qui correspond à la datation assignée par ailleurs aux plaques circulaires du Bassin parisien (Périn, 1980) ;

  • entourant ce noyau, un deuxième secteur, qui se développe plus au sud qu’au nord, regroupe presque toutes les autres plaques-boucles de la phase JM I, en particulier les 5 damasquinées de type Bülach, à l’exclusion de toute pièce plus récente ; on a, là encore, un ensemble cohérent que l’on peut rattacher à la phase JM I ;

  • à la périphérie, surtout au sud, dans un contexte de raréfaction du mobilier, se trouvent les sépultures les plus récentes (JM II), les deux garnitures les plus tardives (de « type Berne-Soleure » ; Werner, 1953) étant même les plus méridionales, alors que les deux pièces de transition (ainsi que celles en bronze) proviennent de secteurs proches de la zone précédente.

Les étapes du développement de la nécropole sont donc assez nettes, surtout au sud.

Notes

1 M. Petit est l’auteur de nombreuses communications et publications concernant la numismatique. On lui doit en particulier une excellente étude du célèbre trésor mérovingien de Gourdon (Saône-et-Loire ; Petit, 1993).

2 La longueur a été calculée avec la boucle en position fonctionnelle (position qui a été également rétablie sur le dessin). Dans la réalité, l’articulation entre boucle et plaque a été bloquée par l’oxydation alors que ces deux éléments étaient en position orthogonale, la boucle étant en partie repliée. Cet état de fait a été respecté lors de la restauration de l’objet. Cette restauration n’a en outre que partiellement révélé le décor, dont le dessin a été complété grâce à la radiographie.

3 Cette carte est celle de M. Aufleger (1997, Karte 11), complétée par les données de S. Lerenter-Jilet (1991), de R. Colleter (2001) et de M. Barbier (1981), ainsi que par une information inédite de M. Jeuillard (Vendôme). Une recherche spécifique n’ayant pas été effectuée, il est certain que cette carte présente des lacunes et des imprécisions.

4 Cette remarque est corroborée par la découverte d’assez nombreuses autres plaques-boucles aquitaines ou de style aquitain en Burgondie, par exemple à Charnay ou à Curtil-sous-Burnand, pour s’en tenir à des sites proches de Chalon. Les liens commerciaux avec les régions de l’ouest ou du sud-ouest de la Gaule étaient donc étroits (Gaillard de Sémainville, 1980, p. 97). Il est possible par ailleurs que la grande taille de beaucoup de ces plaques ait été pour quelque chose dans leur succès : elles pouvaient rivaliser avec les importantes garnitures de ceintures damasquinées produites dans la région (James, 1977, p. 111).

5 C’est pour moi l’occasion de saluer le travail opiniâtre de M. Barbier, aujourd’hui conservateur du patrimoine en Haute-Marne. Alors bénévole, il a effectué cette fouille de sauvetage avec de très faibles moyens et a eu le souci d’en faire connaître les résultats, en particulier dans le cadre d’un mémoire de l’École des Hautes Études (Barbier, 1981). Sans ce travail, de précieuses données auraient été perdues.

6 La répartition spatiale des sépultures donne à penser que, malgré le caractère incomplet de la fouille, les tombes les plus anciennes de ce cimetière ne sont sans doute pas antérieures à la fin du vie s. La présence à proximité, outre la chapelle Saint-Martin, d’un autre cimetière mérovingien, au lieu-dit « Les Croûtes », dans lequel M. Barbier, lors d’une fouille très partielle, a mis au jour 114 sépultures du vie et du viie s. (Barbier, Barbier, 1983) montre tout l’intérêt de ce site.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Objets mérovingiens de la collection Petit : 1. hache en fer ; 2. pointe d’épieu ( ?) en fer ; 3. plaque de ceinture en alliage cuivreux ; 4. plaque-boucle en fer damasquiné d’argent ; éch. 1/2 (dessins H. Gaillard de Sémainville).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14502/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 2. Plaque-boucle de style aquitain de la collection Petit ; alliage cuivreux étamé ; grandeur nature (dessin H. Gaillard de Sémainville).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14502/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 483k
Légende Fig. 3. Carte de répartition des lieux de découverte de plaques-boucles de style aquitain à dix bossettes ; les gros points correspondent à des sites ayant livré deux ou trois exemplaires (d’après Aufleger, 1997, Karte 11, avec compléments : cf. note 3 ; DAO : P. Laplace, Laboratoire de cartographie, Université de Bourgogne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14502/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 4. Plaques-boucles comparables à celle de la collection Petit : 1. Artins (Loir-et-Cher) ; 2. Mansonville (Lot-et-Garonne) ; 3. Fréteval (Loir-et-Cher) ; 4. collection Petit ; 5. Saint-Léonard (Loir-et-Cher) ; 6. provenance inconnue ; 7 et 8. Bavay (Nord) ou environs ; éch. 1/2 (1, 2, 3 et 6, d’après Lerenter-Jilet, 1991 ; 7 et 8, d’après Aufleger, 1997 ; 5 : dessin M. Jeuillard).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14502/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 574k
Légende Fig. 5. Plaques-boucles de style aquitain (et mobilier associé) provenant de la nécropole mérovingienne de Saint-Martin-du-Tertre « Les Carrelottes » : 1. sépulture 181 ; 2. sépulture 7 ; 3. sépulture 136 ; 4. sépulture 203 ; éch. 1/2 (d’après Barbier, 1981 ; Barbier, Barbier, 1983).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14502/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 6. Grandes phases de l’évolution chronologique de la nécropole mérovingienne de Saint-Martin-du-Tertre « Les Carrelottes » (fond de plan : M. Barbier ; DAO : P. Laplace, Laboratoire de cartographie, Université de Bourgogne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14502/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search