Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Du nouveau sur la nécropole de Divio : monuments funéraires gallo-romains découverts à Dijon

Denis Périchon et Christian Vernou

Texte intégral

1Des travaux d’aménagement dans une habitation privée sont à l’origine de la découverte fortuite de deux stèles et de deux pyramidions. S’il s’agit là de monuments funéraires de types répandus et bien connus dans les nécropoles de la région dijonnaise, trois épitaphes et la sculpture d’un portrait funéraire d’une qualité inhabituelle donnent un relief particulier à cette découverte. L’épitaphe qui accompagne cette sculpture, d’une longueur inaccoutumée, désigne à n’en pas douter un personnage distingué parmi les siens.

  • 1 Résumé dans Joubeaux (H.), Les nécropoles gallo-romaines de Dijon, Mémoires de la Commission des An (...)
  • 2 L’étude épigraphique n’est pas développée ici. Elle trouvera toute sa place dans une publication ul (...)

2Cette découverte, effectuée dans des terrains remaniés, ne livre pas d’informations sur les sépultures et l’organisation de la nécropole, ce à quoi permettent de suppléer en partie les découvertes faites antérieurement dans ce secteur. Le site d’invention appartient en effet au groupe principal de sépultures des « Lentillères », dans la nécropole antique « de l’est » de Dijon, dont l’étude a été reprise par Hervé Joubeaux (Joubeaux, 1981)1. La sculpture se rapporte à des modèles de la seconde moitié du iie s. après J.-C. et cette datation qui correspond bien à la période d’utilisation de la nécropole se trouve confortée par l’examen épigraphique2.

La découverte

  • 3 Cadastre de 1973 mis à jour, section CO parcelle 57. Cadastre de 1812, l.-d. La Retraite.

3La propriété de l’inventeur, où ont eu lieu les travaux à l’origine de ces découvertes, est située à Dijon, au 70 rue d’Auxonne, près du carrefour de cette rue avec la rue Magenta et le boulevard Voltaire3 (fig. 1) et à proximité immédiate du torrent de Suzon qui s’écoule sous la rue d’Auxonne (aujourdhui canalisé).

Situation topographique des découvertes

  • 4 Le tracé de la voie n’a pas été reconnu de façon précise dans ce secteur. Les auteurs le situent ta (...)
  • 5 Les Lentillères, lieu-dit aujourd’hui situé entre la Maison d’arrêt départementale, les bâtiments E (...)
  • 6 Le Bohec (2003, p. 24) distingue « 3 ensembles majeurs » tout en isolant de même au sein d’une « né (...)

4Nous sommes ici dans un thalweg orienté du nord au sud que suit le boulevard Voltaire et qui correspond à une plaine d’alluvions récentes de sables et de graviers (fig. 2 et 3). Ce site s’inscrit dans la partie la plus occidentale du bassin d’effondrement de la plaine de Saône, en contact immédiatement à l’ouest avec les pentes de la « Côte », orientées à l’est, sur lesquelles s’élève le castrum à une date mal connue de la fin du iiie s. Le thalweg est emprunté par la voie romaine de Chalon à Langres4 (fig. 2), à l’est de laquelle sont implantées la plupart des sépultures connues de la nécropole antique de Dijon, dite « de l’est ». Celle-ci révèle deux secteurs de concentration de sépultures, le premier « aux environs de l’actuelle place du Trente - Octobre », le second plus au sud, centré sur le Cours du Parc et les lieux-dits « Les Lentillères », et « Les Poussots »5, auquel appartient le site des récentes découvertes (fig. 4) (Joubeaux, 1981, p. 9)6.

Fig. 1. Extrait du cadastre de 1973 : localisation des découvertes de 1990 (A) et 1997 (B) (M.A.D., J.-R. B. del.).

Fig. 2. Topographie du thalweg du boulevard Voltaire (d’après Gauchat 1954, modifié).

Fig. 3. Situation des découvertes dans le contexte géologique, coupe WNW-ESE (d’après RAT, dans Gras 1987, modifié). S : site approximatif des découvertes ; a : alluvions récentes ; b : marnes et poudingues oligocènes ; c : sables albiens ; d : calcaires portlandiens ; e : marnes de l’Oxfordien ; f : calcaires du Callovien-Bathonien ; g : calcaires « Comblanchien » du Bathonien.

Fig. 4. Nécropoles antiques de Dijon, répartition et chronologie des monuments funéraires (d’après Joubeaux, 1981, modifié). voie romaine. Chaque icône désigne de 1 à 3 unités.

Contexte et circonstances des découvertes

  • 7 Nous devons ces renseignements à l’inventeur et à son épouse que nous remercions pour leur sympathi (...)
  • 8 Il est improbable que des sépultures soient conservées sous le cellier actuel établi à 2,80 m envir (...)
  • 9 Les bâtiments sont occupés par l’Hospice des femmes au xixe s. qui ne comprend que trois salles (Du (...)
  • 10 On peut rapprocher nos découvertes de celle effectuée vers 1830 « en creusant [dans] le lit de la r (...)
  • 11 « Ce torrent [...] était alors pérenne, comme il le serait encore très probablement si, [...] l’on (...)

5Les découvertes ont été faites en deux endroits distincts de la propriété7. Un fragment de pyramidion (fig. 5) provient d’une tranchée superficielle (prof. 0,60 m) creusée vers 1990 à env. 1 m de la façade de l’habitation (fig. 1 : A). Les trois autres monuments ont été trouvés vers 1997 par le propriétaire en creusant un petit cellier (fig. 1 : B) dans le gravier fluviatile sous-jacent. Après la découverte du fragment de la stèle au portrait sculpté qui gisait renversée, face vers le bas à une profondeur d’environ 1,20 m, les travaux poursuivis avec précaution permirent la découverte du second fragment de stèle 1,50 m plus loin, à peu près à la même profondeur. Il n’a pas été possible de préciser quelle était la position du fragment de pyramidion mis au jour dans la fouille. Le creusement a été étendu sur env. 20 m2 sans rencontrer de mobilier ou d’ossement ni, semble-t-il, trace de dispositifs funéraires. Ces observations nous incitent à croire que ces monuments funéraires brisés et lacunaires gisaient en position secondaire8 dans des terrains remaniés. Le bâti actuel dans la propriété, longtemps à usage de communs, n’est guère antérieur au xviiie s.9, sans structure excavée connue avant les travaux de 1997 autre qu’une citerne. Selon nous, la perturbation des sols tient donc plutôt au voisinage du lit de Suzon. C’est en effet « au début du xiie s. au plus tard » (Gras, Richard, 1950, p. 87) que l’on créa, pour protéger la ville des crues violentes, la dérivation de ce cours d’eau à l’est du castrum en rejetant semble-t-il une partie de ses eaux dans le lit d’un ancien ruisseau (Gauchat, 1954, p. 318 ; GRAS, 1987, p. 59). L’étude de R. Gauchat (ibid., pl. IV) montre en particulier que le torrent, dans le méandre qu’il forme entre la rue de Mirande et la rue d’Auxonne, a repoussé son cours vers le sud, hors du lit primitif de ce ruisseau (fig. 2). Il paraît ainsi vraisemblable que les monuments funéraires retrouvés appartenaient à des sépultures situées à proximité, mais bouleversées par les divagations de ce cours d’eau10 ou les travaux d’entretien et d’aménagement du lit11.

Un pyramidion fragmenté avec inscription (fig. 5)

  • 12 Sur ce type de monuments funéraires propres à la région dijonnaise, cf. Joubeaux, 1989, p. 213-216, (...)

6Le premier monument correspond à la partie supérieure du fût d’un pyramidion (la pointe manque) sur laquelle se lit une épitaphe12. Le pan à senestre correspond à une face de sciage peut-être liée à un remploi du bloc à une date indéterminée, ce qui explique sa dissymétrie relative (h. 0,39 m ; l. 0, 28 m ; prof. 0, 245 m).

7La lecture de l’inscription est développée sur quatre lignes avec césures à l’intérieur même des mots, caractéristique fréquemment observée sur les faces étroites des pyramidions. La hauteur des lettres (lettres capitales de 4 à 4,5 cm) doit probablement être rapportée à un pyramidion de fortes dimensions. On peut lire :

DRIBVC
ONI_M
LLVRO
NI_FIL

  • 13 On connaît un Malluronis sur une dédicace trouvée à Rivières, Charente (Wuilleumier, 1963, p. 54, n(...)
  • 14 Un seul cas plausible est connu à Dijon : Appiae Avgvstae sur un pyramidion (Le Bohec, 2003, p. 69, (...)
  • 15 Ce sont les formules funéraires les plus fréquentes, hors l’usage du nominatif pour désigner le déf (...)

8L’épitaphe se présente sous une forme très commune : nom du défunt suivi par l’indication de sa filiation. Peut-être faut-il restituer une voyelle à la fin de la deuxième ligne pour obtenir un idionyme cohérent (Malluronus par exemple)13. Il est cependant impossible de savoir si ce pyramidion portait une formule funéraire en raison de la perte de l’extrémité supérieure où elle se trouve habituellement. Dans ce cas Dribvconi peut être apparenté à un datif sans formule funéraire14 ou précédé de D(is) M(anibus), ou encore, à un génitif avec la formule Monumentum, abrégée ou non15.

9Les trois autres monuments ont été trouvés lors du creusement de la cave (cf. supra et fig. 1).

Fig. 5. Fragment de pyramidion [Dribvconi] (cl. Musée archéologique de Dijon, F. Perrodin).

Autre fragment de pyramidion

10C’est d’abord un fragment de pyramidion anépigraphe dont il manque la base du fût et la partie supérieure (h. env. 0,37 m ; l. 0,215 m ; prof. 0,175 m) et dont il est impossible de restituer la hauteur d’origine.

Une stèle funéraire d’un couple lingon (fig. 6)

11Les deux autres fragments appartiennent à des stèles funéraires : il s’agit, pour le premier d’entre eux (h. 0,29 m ; l. 0,76 m ; prof. 0,30 m) d’un fragment détaché du cintre d’une stèle dont il manque la partie senestre (fig. 6). Cette stèle correspond au type III-2-b de Le Bohec, avec fronton courbe accosté de deux acrotères (celui de droite manque). Un chapiteau lisse et volumineux à la retombée de l’arc suggère d’après un modèle courant (Joubeaux, 1981, p. 254-255), que la niche de la stèle était encadrée par des pilastres. Un lit de pose ( ?) très régulier à la base de ce chapiteau pourrait faire penser à une stèle assemblée à partir de plusieurs éléments mais aucun exemple de ce type n’est connu localement. En l’absence de restes de mortier sur ce fragment, une retaille liée à un remploi peut être une autre hypothèse plausible. Sur le fond de la niche subsistent des restes de coloration rouge, « rouge pompéïen éclatant de fraîcheur au moment de la découverte », d’après le témoignage de l’inventeur.

12La formule funéraire D. M. était inscrite sur les acrotères ; seule la lettre « D » est conservée. La suite de l’épitaphe se développe sur deux lignes : sur le bandeau du cintre de la stèle et sur le chanfrein aménagé entre le bandeau et la niche. Le texte est en lettres capitales, gravées à l’antique avec soin (h. 1ère ligne 4,7 cm, 2e ligne 3,5 cm, 3e ligne 3 cm) et rehaussées à l’origine d’un pigment rouge dont il subsiste quelques traces. On peut lire :

  • 16 H. Joubeaux n’a relevé que quatre cas certains de ligatures sur plus d’une centaine d’épitaphes tro (...)
  • 17 Masculus [...] et Sabina uxor (Lejay, 1889, p. 80, no 79).

13La formulation est identique à celle de l’inscription précédente, avec le nom du défunt – ici, au nominatif précédé de la formule D (is) M (anibvs), suivi de l’indication d’une filiation. Les « ET » sont ligaturés16 ; le « E » placé « en miroir » dans le premier cas et en position inversée dans le second. Il s’en dégage un effet de symétrie recherché par le lapicide, qui semble participer du sens même du texte. Il y a lieu de restituer les deux noms interrompus par la fracture de la pierre à senestre : Masculus semble s’imposer à la deuxième ligne et Marcellus (ou Marcella ?) à la troisième ligne. Masculus est attesté à Dijon et à Langres17 ; il est fréquent en Gaule où sont aussi connues des formes associées comme Masclinus, Masclinius, Masclus (Christol, Deneux, 2001, p. 20-21, 29, 31, 33, 36, 46 ; BOST, 2001, p. 183-184).

  • 18 Sacruna Marcell [...] sur un pyramidion dijonnais (Le Bohec, 2003, p. 107, no 149).

14À la troisième ligne, il est tentant de restituer Marcellus (ou encore Marcelleus, Marcella), un vocable lui aussi très courant en Gaule, et connu à Dijon18. Marcellinus est par ailleurs attesté à Dijon, Villey-sur-Tille et Nuits-Saint-Georges (Le Bohec, 2003, p. 92, 159 ; Joubeaux, ibid., p. 221).

Fig. 6. Fragment de la stèle funéraire d’un couple (cl. Musée archéologique de Dijon, F. Perrodin).

Fig. 7. Fragment de la stèle funéraire de Marcus (cl. Musée archéologique de Dijon, F. Perrodin).

La stèle funéraire de Marcus (fig. 7)

15Analyse descriptive

  • 19 Le Bohec, 2003, p. 22 et fig. 2 p. 23, soit le type III 1b, défini par le spécialiste.

16Le troisième fragment (h. 0,40 m ; l. 0,655 m ; prof. 0,24 m) correspond à la partie supérieure d’une stèle funéraire sculptée en bas-relief, figurant un personnage masculin. La fracture du bloc, quasi horizontale, se situe à la base du cou du personnage. Le type même de la stèle est à remarquer : il s’agit d’une « stèle à sommet arrondi, sans acrotère et comprenant un texte au-dessus d’un personnage », suivant la définition établie par Yann Le Bohec dans sa récente étude des inscriptions lingonnes (Le Bohec, 2003, p. 20-23)19. Tête et cou de l’homme sont sculptés en fort relief se détachant d’une niche très creusée, niche en cul-de-four limitée latéralement par deux pilastres surmontés de chapiteaux simples. L’ensemble est sommé d’une arcature dont le bandeau est plus large dans sa partie médiane.

  • 20 Deyts, 1976, no 80, stèle provenant du démantèlement du castrum de Dijon.

17On note dans l’axe un curieux élément triangulaire, pointe en bas, donnant l’impression d’une accolade pendante au sein de la composition d’ensemble. Ce détail ornemental semble unique à Dijon, et rare dans la région. Une disposition approchante existe pour des stèles à deux personnages, la pointe médiane séparant les deux époux (Deyts, 1976, no 203). Il est possible que le sculpteur ait ainsi cherché à reproduire l’effet rendu par une niche en cul-de-four ornée d’une coquille, dont la charnière centrale est parfois visible20. En Franche-Comté, H. Walter a souligné la particularité de ce type d’arcature « portant en son milieu une clé en forme de languette », parmi les stèles funéraires qu’elle a eu à étudier (Walter, 1974, p. 102-103, no 105).

  • 21 Walter, 1974, p. 98-99, no 101, par exemple. Pour cette question, l’auteur renvoie à l’étude spécif (...)

18En l’absence de toute figuration de coquillage, « le V de la charnière d’une coquille » apparaît malgré tout sur certaines sculptures funéraires franc-comtoises21.

19Le soin apporté à la composition est également marqué par la présence de chapiteaux de pilastres simples, à la corbeille limitée et au tailloir épais, créant ainsi un rythme horizontal au sein du monument. Cet effet recherché dénote le caractère savant de la composition, pour laquelle on remarque que la ligne horizontale, formée par les têtes de chapiteaux, correspond à la base des yeux du personnage. Le regard empli de mélancolie du défunt en est ainsi encore accentué.

20En revanche, on note une maladresse d’ordre général : le bloc a été travaillé de manière irrégulière ; il est plus épais à dextre qu’à senestre. C’est peut-être ce qui a permis de donner plus de relief au chapiteau de droite, par rapport au nu du bandeau portant l’inscription. À l’inverse, le tailloir de celui de gauche présente un décrochement à peine marqué. Cette asymétrie dans l’épaisseur du bloc peut traduire un traitement différencié du relief afin de dégager le personnage du fond et accentuer par exemple une posture générale de léger trois quarts. La mutilation de la stèle empêche de se prononcer sur le sujet. Cette disposition inhabituelle peut également découler d’une fracture accidentelle d’une partie du relief ayant entraîné une reprise de la composition d’ensemble.

21Dans le fond de la niche, on observe des traces de gradine contrariées, ou plus exactement, des marques distinctes de coups croisés. On note également des restes importants de lait de chaux recouvrant l’épiderme de la pierre, notamment dans la niche à senestre. Une coloration brune apparaît dans la partie inférieure du fond de la stèle à dextre, mais il est délicat d’y voir des pigments colorés avérés. Signalons enfin, des traces de pic en partie supérieure de l’arrondi de l’arcature.

22Le défunt est figuré de léger trois quarts gauche. On note la tension des muscles du cou ; une discrète dissymétrie des deux côtés de la nuque qui suggère un mouvement et donc, un soupçon de vie dans cette masse inerte. C’est le signe d’une bonne connaissance du métier de sculpteur. On remarque en limite de la fracture du bloc, la trace de l’encolure d’un vêtement épais. Malheureusement, celui-ci est trop mal conservé pour permettre un essai d’interprétation.

23Le visage est bien en chair, inscrit dans un ovale presque parfait. Chair et muscles sont portés par une structure osseuse connue du sculpteur, ce qui donne à l’ensemble rigueur et puissance. Voilà encore la marque du savoir-faire de l’artiste. L’homme porte une barbe bien entretenue, figurée schématiquement par quelques ciselures, en partie croisées, qui animent la réserve de matière, laissée à bon escient par l’artiste.

24La barbe marque les joues d’une courbe douce qui part du lobe des oreilles et rejoint la base du nez ; celle-ci étant marquée par les mèches des moustaches discrètement esquissées.

25La pointe du nez a été cassée dès l’Antiquité. Les ailes du nez sont bien en place et l’arête conservée affirme une verticalité hiératique, recoupant sans transition l’horizontalité des arcades sourcilières charnues, aux sourcils à peine dessinés. La bouche est généreuse ; la lèvre inférieure formant une lippe contenue. La lèvre supérieure semble amorcer un discret mouvement vers le haut, dégageant les commissures latérales. Deux points d’ombre sont ainsi créés, ce qui donne l’impression qu’un souffle de vie pourrait s’échapper du personnage. Grande maîtrise technique, s’il en est !

26Le regard est remarquablement traité et traduit une expression de mélancolie, voire d’inquiétude quant à la vie dans l’au-delà. Les paupières supérieures épaisses forment une courbure aimable autour du globe oculaire bien dégagé, lui-même marqué par un léger méplat dans la partie supérieure. Ce détail technique donne l’impression que le personnage élève le regard vers cet ailleurs chargé de mystères.

27La partie de bravoure est sans conteste la chevelure du personnage. Traitée par touffes quasi hémisphériques, elle apporte un contraste saisissant de coquetterie à l’ensemble, qui pour l’essentiel, est d’apparence sage et précautionneuse. Là, au contraire, ces mèches frisées traduisent un soin apporté au paraître et semblent traduire la volonté de suivre une mode qui s’impose dans la cité, à l’instar de hauts personnages de la province. Alors le sculpteur a laissé aller son ciseau au gré des creux et des bosses ; il a ciselé, rabattu, recreusé là, aplani ici, constituant un « feu d’artifice » de traits en tous sens, ou plus exactement, un maillage savant.

28Notons que la chevelure ne couvre pas les oreilles, ce qui nous permet d’apprécier le soin porté au traitement de cet organe dont on connaît la difficulté d’exécution en sculpture. La encore, l’artiste a réussi son ouvrage, même si certains détails sont traités de manière schématique. À cet endroit, signalons l’importance des traces de lait de chaux qui permettaient de corriger quelques imperfections. Le rajout de pigments colorés pouvait, de plus, constituer un surcroît de raffinement décoratif. Mais ici, aucun reste de polychromie n’est conservé.

29Comme on peut le constater, le métier du sculpteur qui a exécuté cette stèle est remarquable. Si l’on se réfère aux travaux décisifs de S. Deyts sur la sculpture antique en Bourgogne, nous serions tentés d’y voir le travail d’un des maîtres de l’atelier de Dijon ; atelier qui a atteint, d’après la spécialiste, les « sommets de l’art funéraire gallo-romain » (Deyts, 1971, p. 373). Certes, nous avons affaire ici à une stèle dont le parti est plus modeste. Aussi, rapprochons notre relief du style II défini par S. Deyts où l’on retrouve : « l’ovale plein du visage, le nez rectiligne, la bouche épaisse, le globe de l’œil marqué par un méplat qui indique la pupille, la paupière supérieure fine et étirée sur la tempe… » (ibid., p. 360). Ce dernier détail anatomique peut en effet être observé sur la stèle de notre personnage. Mais c’est encore avec le style VII que le rapprochement est le plus sûr, de notre point de vue : « visage puissamment structuré, menton à angles vifs sous les fines touffes de barbe, bouche entrouverte… ». C’est le travail « d’un maître sûr de son art, habile à jongler avec tous les procédés techniques… » (ibid., p. 364). Notre stèle, bien que modeste dans son propos, doit pouvoir s’insérer au sein d’une production dijonnaise d’une qualité rarement atteinte durant l’Antiquité dans les trois Gaules.

30Les détails de la chevelure du personnage, dont on a souligné le caractère très soigné, encouragent à effectuer des comparaisons avec la mode capillaire insufflée par les empereurs romains. Il est désormais admis que grâce aux portraits impériaux à disposition dans les provinces, les notables et autres bourgeois, dont la richesse était issue pour l’essentiel du commerce, tenaient à suivre les préceptes et les goûts parvenus de Rome.

  • 22 Cf. émission de sesterces de 162-163 : RIC 841 ; émission de 163 : RIC. 853 ; ou encore, émission d (...)
  • 23 Cf. émission de sesterces de 145 : RIC 1245 et 1252, par exemple ; émission de 152-153 : RIC 1311 ; (...)

31Si l’on se réfère aux portraits qui ont circulé dans l’Empire grâce aux monnaies frappées à l’effigie des Césars, des rapprochements tentants sont à faire avec l’iconographie impériale de la seconde partie de la dynastie antonine. Dans un premier temps nous avions pensé faire un parallèle avec les monnaies de Marc-Aurèle dont la chevelure bouclée « en nodules » est proche de celle du personnage de notre stèle22 ; mais cet empereur porte une barbe plus longue, dès les émissions des années 160. Finalement, les effigies d’Antonin le Pieux, dont la barbe est plus sage et dont la chevelure bouclée est affirmée sur les sesterces, comme sur les asses du milieu du iie s., doivent retenir toute notre attention23. Une datation de la décennie 150-160 semble donc être la plus vraisemblable. Par prudence, arrêtons le troisième quart du iie s., pour la date d’exécution de cette stèle dijonnaise.

32Approche épigraphique

33L’épitaphe en écriture cursive, conserve des traces de coloration rouge dans le creux de la gravure. Elle se développe sur le bandeau du cintre élargi en son centre, où le texte se lit sur deux lignes (h. lettres : 1ère ligne 4 cm, 2e ligne 3,3 cm) :

34Ici la formule DM est suivie du nom du défunt au génitif, cas encore inédit dans les nécropoles de la région dijonnaise où il faut cependant souligner que le corpus des inscriptions de référence ne comprend que six épitaphes complètes (Joubeaux, 1981, p. 248).

35On note la ligature du « A » et du « M » du début de l’épitaphe ; puis du « A » et du « N » du dernier mot pour lequel il est tentant de restituer la lecture : « Sequani ». La graphie particulière des « A » (la barre horizontale est remplacée par un segment oblique tangent au jambage de droite) fournit un indice chronologique ; elle semble ne plus être représentée au iiie s. Au contraire la forme particulière du E dit « archaïque », représentée par deux barres verticales et fréquente dans l’épigraphie locale, est attestée jusqu’au milieu du iiie s. (Joubeaux, 1981, p. 248 ; Le Bohec, 2003, p. 19).

36Si Marcvs est très répandu et l’un des prénoms les plus fréquents en Gaule centrale (Dondin-Payre, 2001, p. 207-208), la suite de la nomenclature retient l’attention. Svmer[i] vs, sur un radical celte, n’est pas attesté dans cette partie de la Gaule ; le gentilice Sumarionvs n’est connu que par deux inscriptions chez les Trévires et chez les Frisiavons (Raepsaet-Charlier, 2001, p. 443, 448). Silvinvs se rencontre à Beaune comme nom unique pérégrin et en région dijonnaise comme idionyme paternel (Lejay, 1889, p. 52 no 39 ; Le Bohec, 2003, p. 102 no 139). Il est bien représenté dans l’onomastique pérégrine (mais pas de manière exclusive) et comporte de nombreuses variantes autour d’un radical silu (Dondin-Payre, 2001, p. 302-304). La connotation religieuse ou professionnelle de ce nom reste ici à étudier. Seqvanvs est connu à Vienne comme surnom indigène (Rémy, 2001, p. 74, 115, 153), et à Bordeaux (Hatt, 1951, p. 274). Sans doute faut-il voir sous une forme adjective, comme il est coutumier en Gaule centrale, la mention de l’origo de notre personnage. S’agit-il ici du surnom à caractère géographique d’un pérégrin, ou bien cette précision d’origine concerne-t-elle un citoyen titulaire, de rang social élevé et respecté, et pour lequel on souhaite mentionner sa cité d’origine ?

Éléments de chronologie

37Les stèles se rattachent au type III défini par Le Bohec (Le Bohec, 2003, p. 18, 22) : « stèles à sommet arrondi avec ou sans acrotères », daté par cet auteur du iie et du début du iiie s. L’usage deux fois repris de la formule D (is) M (anibus) nous conduit à la même conclusion ; cette formule serait utilisée sans abréviation ou peu abrégée jusqu’à la fin du ier s., ce qui placerait les épitaphes des stèles dans le courant du iie ou le début du iiie s. (Dondin-Payre, Raepsaet-Charlier, 2001, p. ix). Si la formule funéraire de la première de nos inscriptions demeure inconnue, le monument s’inscrit cependant comme les autres « pyramidions » dans une période comprise entre le milieu du ier s. et la fin du second.

38Enfin l’absence de praenomen, certaine au moins pour les deux premières épitaphes, renvoie à une période postérieure au début du iie s. (Le Bohec, ibid, p. 18).

39L’ensemble des éléments épigraphiques pertinents que nous avons successivement relevés nous permettent en définitive de situer avec une grande vraisemblance la réalisation de nos trois monuments funéraires dans le courant du iie s. ou éventuellement au début du siècle suivant pour le pyramidion de Malluronus et la stèle d’un couple lingon. Une approche chronologique plus fine, dans le troisième quart du iie s., est rendue possible pour le monument de Marcus grâce aux caractéristiques de la coiffure du défunt représenté sur sa stèle. Ceci s’accorde avec la chronologie d’utilisation admise jusqu’à présent pour la « nécropole de l’est » à laquelle se rapportent ces récentes découvertes.

Les nouveaux monuments dans le « groupe des lentillères »24

Les découvertes antérieures (fig. 4)

  • 25 Cf. note 5.
  • 26 Le domaine passe aux Lazaristes en 1770, puis est vendu comme bien national et morcelé. La maison d (...)
  • 27 Arch. mun. Dijon, cadastre de 1812, section P dite des Poussots ; plan Bonnamas années 1874, 1888 e (...)
  • 28 Croix-Machefer cf. infra.
  • 29 Anonyme an VII, p. 35, no 103 ; Baudot 1789-1814, ff. 1-6 ; Arbaumont 1865-1869 p. lxxxxviii-lxxxxi (...)
  • 30 Sur la destination de ces statuettes, cf. Delor, 1997, p. 29-34.
  • 31 « au revers de chaque côté du cou part une grosse mèche de cheveux, pour se réunir l’une l’autre à (...)

40Dès le xviiie s., l’urbanisation des Allées de la Retraite (boulevard Voltaire actuel), des Lentillères et des Poussots25 amène la mise au jour de nombreux restes de sépultures gallo-romaines. La parcelle de la découverte occupe l’angle nord-ouest du clos où s’élevait la maison de retraite des Jésuites construite à partir de 1727 (Fyot, 1927, p. 12 ; Gauchat, 1947-1953, p. 318)26, aujourd’hui occupé par la prison départementale et ses annexes27. De précédentes découvertes y sont anciennement signalées : « En cet endroit, les RR. PP. Jésuites, [...] ayant fait fouiller dans la terre en 1727, y découvrirent quelques restes d’Antiquité, et entr’autres, une urne, un lachrymatoire, diverses médailles, et même quelques fragments d’inscriptions antiques » (Papillon, 1745, p. 275). Un peu plus tard, Garreau fait état de façon un peu différente de ces découvertes : « Les Jésuites faisant creuser, il y a quelques années, les fondements de leur maison de retraite au bout du Fauxbourg Saint Pierre, à une petite distance de la Croix-Machefer, trouvèrent des urnes et des lacrymatoires qui paraissent [antiques] » (Garreau, 1734, p. 461)28. Le terme d’« urnes » désigne ici des récipients renfermant des cendres funéraires (Diderot, 1765, p. 17), une confusion est cependant possible avec de simples vases à offrandes... Par « lachrymatoires », il faut entendre fioles de verre ou balsamaires rencontrées en nombre dans les sépultures à incinération. L’absence de description précise ne permet pas de proposer une datation, ces productions ayant perduré pendant toute la période gallo-romaine (Morin-Jean, 1922-1223, p. 73-76). Rien ne nous est parvenu, semble-t-il, du mobilier trouvé en 1727. Des découvertes sont faites à nouveau en 1736 « en construisant dans la maison de Retraite des Jésuites » dont nous ne connaissons qu’une statuette de Vénus en terre cuite blanche29, aujourd’hui dans les collections du Musée des Beaux-Arts de Dijon (dépôt au Musée archéologique). Cette statuette (Catalogue d’exposition, 1985, p. 35 no 85, pl. vii) se rattache au type III défini par M. Rouvier-Jeanlin (Rouvier-Jeanlin, 1972, p. 45) et pourrait avoir appartenu au mobilier d’une sépulture30. En raison de la durée de vie possible des types par l’effet des surmoulages, seule l’observation de la coiffure31 fournit un terminus post quem au milieu du iiie s. (Cagnat, Chapot, 1920, p. 392).

  • 32 Belloguet, 1851, p. 85 ; en dernier lieu Joubeaux, 1981, p. 73, no 38. Nous nous proposons de reven (...)

41C’est par erreur et sans doute à la suite d’une note sibylline d’H. Baudot que des découvertes « en 1816 pour la plantation d’une vigne », de « cippes, urnes en pierre et en verre », trouvés en réalités 300 m plus à l’est, aux « Lentillères », ont été localisées dans l’ancien enclos des Jésuites32.

  • 33 Les informations qui suivent sont extraites de Joubeaux, 1981, p. 74-79, 85-89, 111-112.

42L’apport des découvertes anciennes au lieudit « La Retraite » est très limité. Il ne fait cependant aucun doute qu’elles se rapportent à la nécropole antique. Il semble vraisemblable que l’on ait exhumé en 1727 une ou plusieurs sépultures par incinération et des fragments d’épitaphes funéraires. D’autres observations, dans les environs immédiats, complètent quelque peu ce panorama33 :

43En 1864, « dans une sablière derrière la prison... » (lieu-dit « Derrière La Retraite » ?), une sépulture par incinération est découverte fortuitement lors de travaux. Elle se compose d’une urne en verre (auj. perdue) contenant des ossements et fermée par une assiette en céramique « rouge pompéïen » (Musée archéologique de Dijon, Arb. no 673) qui peut être datée du milieu du ier s. de notre ère.

44À plusieurs reprises des éléments funéraires sont découverts entre 1882 et 1930 à l’emplacement de l’usine à gaz (aujourd’hui EDF-GDF) : à une profondeur de 0,60 à 1 m, douze sépultures à inhumation avec « vase de verre placé à la tête » qui auraient formé « des groupes de trois », la sépulture d’un enfant (inhumation dans la terre végétale), plusieurs sépultures par incinération avec « fragments de poteries gallo-romaines et d’ossements calcinés » à 1 m de profondeur et cinq monuments funéraires (quatre pyramidions et une stèle, sans connexion claire avec les sépultures). Les vases ou urnes de verre et de terre signalés, souvent mal situés par rapport aux sépultures, de même que deux monnaies de Tibère et une de Caligula à considérer comme terminus post quem, n’ont pas été conservés. Les deux épitaphes sur pyramidion et stèle anthropomorphe (Le Bohec, 2003, p. 68 no 69 ; p. 79 no 89) ne sont pas datées.

  • 34 Arch. Mun. Dijon, 10 R 5 (fonds Grémaud), Copie du rapport manuscrit d’E. Lory, 14 nov. 1868. La ru (...)
  • 35 Arch. Mun. Dijon, 10 R 5 (fonds Grémaud), Copie du rapport manuscrit d’E. Lory, 14 nov. 1868.

45Lory34 fait état de découvertes funéraires intéressant l’époque gallo-romaine (sans autre précision) « dans les terrains de la rue Magenta ». Le même auteur35 signale encore, entre 1865 env. et 1869, entre la rue de Longvic et le rond-point du parc, aux abords de la voie romaine, une ou plusieurs sépultures à inhumation et de nombreux monuments funéraires. Ces monuments sont datés du ier s. et surtout du IIe s. (Le Bohec, 2003, p. 81, no 93 ; p. 103, no 141 ; p. 108, no 151 ; p. 112, no 159 ; p. 114, no 162 ; p. 117, no 169).

46Il n’y a pas de mise au jour d’éléments funéraires connue dans la partie sud du boulevard Voltaire. Une série de découvertes près du lieu-dit « Les Petites-Roches » (fig. 4) correspond à une occupation ou réutilisation du site de la nécropole pendant l’Antiquité tardive et dans le haut Moyen Âge mérovingien. Elles doivent être mises en rapport avec les restes d’un bâtiment à abside découvert en 1870 qu’Hervé Joubeaux attribuait à l’époque gallo-romaine (Joubeaux, 1981, p. 231) mais dans lequel l’abbé Chaume, puis J. Marilier, ont plus justement reconnu les fondations de la première église Saint-Pierre-ès-Liens, dont la première mention est de 630 environ (Chaume, 1939, p. 128, 130 ; Marilier, 1985, p. 218, 226).

Des données très lacunaires

47Pour ces relations de découvertes des deux derniers siècles les observations sur les dispositifs funéraires font défaut, comme les relevés sur site. Elles permettent pourtant plusieurs remarques. Stèles funéraires et pyramidions paraissent avoir voisiné sur un même lieu d’enfouissement, de même qu’inhumations et incinérations dont les pratiques coexistent au iie s., sans que l’on puisse écarter des regroupements de sépultures « par affinités », comme semblent le suggérer les « groupes de trois » observés à l’usine à gaz. Retenons aussi la relative rareté du mobilier funéraire signalé dans les sépultures. Dans son étude sur les nécropoles gallo-romaines de Dijon, H. Joubeaux a aussi montré qu’il ne semblait pas exister de corrélation avérée entre inhumation et incinération, d’une part, et type de monument funéraire (stèle, pyramidion), d’autre part (Joubeaux, 1989, p. 214). Les monuments trouvés en 1997 confirment l’importance quantitative du « groupe des Lentillères » au sein de la nécropole dijonnaise « de l’est ».

Carrefour routier et nécropole

  • 36 Sur l’ancienneté du chemin de la haute Seine à la Saône, d’origine protohistorique, cf. GRAS, 1960, (...)
  • 37 Sur ce carrefour, cf. Lebel, 1950, p. 157. Sur la croix (dite aussi Maillefert), cf. Arch. Mun. Dij (...)

48Le carrefour de la voie de Langres avec le chemin36 de la haute Seine à Losne, sur la Saône, et vers les cols du Jura et les Alpes, semble avoir joué un rôle déterminant dans l’établissement de la nécropole. Ce carrefour est aujourd’hui encore repéré par le lieudit « La Croix Machefer », à proximité du calvaire du même nom qui s’élève à quelque 300 m au sud du lieu des dernières découvertes, au croisement des rues Magenta, de Longvic et du Chemin des Lentillères37 (fig. 1 et 4). Quant à la voie stratégique Chalon-Langres, elle n’est sans doute pas antérieure à la période flavienne (Gras, 1958, p. 160-167 ; Richard, 1956, p. 140).

  • 38 Pour les exemples de sépultures du ier s., cf. note 14 et Joubeaux, 1981, p. 236, 255-256, 263.

49La proximité de cette croisée de routes avec les centres de peuplement du Haut-Empire de Divio pourrait expliquer l’exceptionnel développement de la nécropole dans ce secteur (Joubeaux, 1981, p. 279). L’implantation de la voie Chalon-Langres serait ainsi antérieure à l’installation des sépultures de la « nécropole de l’est », ce que tend à confirmer l’examen de la plupart des inscriptions qui appartiennent apparemment au iie s. (Joubeaux, 1981, p. 236, 251, 256, 279)38.

50L’étude de la sculpture funéraire (travaux de S. Deyts, cf. bibliographie) aboutit à des conclusions convergentes : il semble « que la grande période d’activité des ateliers locaux a dû être la deuxième moitié du iie s. avec des prolongements jusque dans le iiie s. » (Deyts, 1971, p. 356). Récemment M. Mangin a proposé une datation du milieu du iie s. pour les sépultures les plus précoces de la nécropole dijonnaise le long de la « voie d’Agrippa » (Mangin, 1996, p. 88). Cette partie de la nécropole est délaissée dans le cours du iiie s. (Joubeaux, 1981, p. 9). Quoi qu’il en soit, c’est bien dans ce cadre chronologique que prennent place les monuments funéraires nouvellement découverts, à l’origine de cette étude.

  • 39 Ce secteur « sensible » de Dijon devrait faire l’objet d’une surveillance archéologique particulièr (...)

51Les monuments funéraires étudiés ici, bien que découverts dans un contexte remanié, ont sûrement été trouvés à peu de distance de l’endroit où ils avaient été dressés. L’existence d’une zone de plus forte densité des sépultures dans un secteur délimité par la rue d’Auxonne, la rue Dr Lavalle et le rond-point E. Michelet, se trouve confirmée avec le rôle attractif d’une croisée de voies anciennes39. Des critères épigraphiques et stylistiques permettent de proposer le courant du iie et le début du iiie s. pour la réalisation de ces monuments funéraires, en accord avec la chronologie retenue jusqu’à ce jour pour la « nécropole de l’est ». Une activité de récupération et de retaille de la pierre, dans la nécropole même, semble perceptible à une date qui ne peut être précisée. La collecte épigraphique est particulièrement riche avec neuf idionymes à ajouter aux quelque quatre-vingt-dix noms de la précédente recension pour les nécropoles antiques de Divio (Joubeaux, 1981, p. 282-283). L’épitaphe de Marcus, exceptionnellement développée, constituera le point fort d’une étude plus fouillée. Grâce à l’amabilité des propriétaires, des moulages de ces œuvres, d’un grand intérêt épigraphique et sculptural, ont pu intégrer les collections du Musée archéologique de Dijon.

52À l’occasion de cette communication en hommage à J.-P. Thevenot, rappelons qu’il est lui-même bienfaiteur du Musée, dont les vitrines ont à plusieurs reprises bénéficié de ses gestes généreux.

Bibliographie

Bibliographie

Anonyme an VII (1797-1798) : Anonyme. — Notice des ouvrages de peinture et de sculpture, exposés au Musée du Département de la Côte-d’Or. Dijon : Impr. Frantin, 1797-1798. 67 p.

Arbaumont 1869 : Arbaumont (J. d’). — Compte-rendu des travaux, 1867-1868 (Communication de Lépine). Mémoires de la Com. des Antiquités du dép. de la Côte-d’Or, 7, 1865-1869, p. LXXXXVIII-LXXXXIX.

Arbaumont 1873 : Arbaumont (J. d’). — Compte-rendu des travaux, 1869-1870 (Communications de Chapluet et Lory). Mémoires de la Com. des Antiquités du dép. de la Côte-d’Or, 8, 1870-1873, p. XV-XVI.

Baudot 1789-1814 : Baudot (L.-B.). — Notes prises pendant et depuis la Révolution (1789-1814) sur l’établissement des Lazaristes et leur maison de retraite au faubourg Saint-Pierre. Bibliothèque Municipale Dijon, ms. 1604, ff. 1-6.

Belloguet 1851 : Belloguet (R. de). — Origines dijonnaises. Dijon : Lamarche et Drouelle, 1851. XII-229 p.

Bost 2001 : Bost (J.-P.). — Onomastique et société dans la société des Pétrucores. In : Dondin-Payre (M.), Raepsaet-Charlier (M.-T.). — Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut-Empire : séminaire d’histoire romaine et d’épigraphie latine, UMR 8585-CNRS-Paris I-Paris IV-EPHE. Bruxelles : Le livre Timpermann, 2001, p. 175-191.

Bratschkova 1938 : Bratschkova (M.). — Die Muschel in der antike Kunst. Bull. de l’Institut archéologique bulgare, XII, 1938, p. 1-130.

Cagnat, Chapot 1920 : Cagnat(R.), Chapot (V.). — Manuel d’archéologie romaine. II. Paris : Picard, 1920. VI-574 p.

Catalogue d’exposition 1985 : Catalogue d’exposition. — Les figurines gallo-romaines en terre-cuite, catalogue d’exposition, Musée archéologique de Dijon, 20 avril-2 sept. 1985. Dijon : Musée archéologique, 1985. 2 vol., ill.

Chaume 1939 : Chaume (abbé M.). — Topographie ancienne des environs de Dijon (Procès verbaux, séance du 3 mars 1937). Mémoires de la Com. des Antiquités du dép. de la Côte-d’Or, 21, 1936-1939, p. 121, 128-130.

Christol, Deneux 2001 : Christol (M.), Deneux (C.). — La latinisation de l’anthroponymie dans la cité de Nîmes à l’époque impériale (début de la seconde moitié du 1er siècle av. J.-C.-IIIe siècle ap. J.-C.) : les données de la dénomination pérégrine. In : Dondin-payre (M.), Raepsaet-Charlier (M.-T.). — Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut-Empire : séminaire d’histoire romaine et d’épigraphie latine, UMR 8585-CNRS-Paris I-Paris IV-EPHE. Bruxelles : Le livre Timpermann, 2001, p. 39-54.

Delor 1997 : Delor (J.-P.). — Auxerre « Vaulabelle » : figurines en terre blanche et vases miniatures de l’époque romaine. Le Mercure d’Auxerre, 4, 1997, p. 27-35.

Deyts 1971 : Deyts (S.). — Recherches sur les ateliers de sculpture gallo-romaine dans la région de Dijon. Revue archéologique de l’Est, 22, 1971, p. 353-391.

Deyts 1976 : Deyts (S.). — Sculptures gallo-romaines mythologiques et religieuses, Dijon-Musée archéologique. Paris : Musées Nationaux, 1976. 214 p. (Inventaire des collections publiques françaises ; 20).

Diderot 1765 (1969) : Diderot (D.) éd. — Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres. Vol. 17. Neufchâtel : Fauche, 1765 ; New-York : Pergamon Press, 1969 (Reprint, Elmsford).

Dondin-Payre2001 : Dondin-Payre (M.). — L’onomastique dans les cités de Gaule centrale (Bituriges Cubes, Eduens, Senons, Carnutes, Turons, Parisii). In : Dondin-Payre (M.), Raepsaet-Charlier (M.-T.). — Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut-Empire : séminaire d’histoire romaine et d’épigraphie latine, UMR 8585-CNRS-Paris I-Paris IV-EPHE. Bruxelles : Le livre Timpermann, 2001, p. 193-341.

Dondin-Payre, Raepsaet-Charlier 2001 : Dondin-Payre (M.), Raepsaet-Charlier (M.-T.). — Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut-Empire : séminaire d’histoire romaine et d’épigraphie latine, UMR 8585-CNRS-Paris I-Paris IV-EPHE. Bruxelles : Le livre Timpermann, 2001. XXIV-774 p., ill.

Dumay 1839 : Dumay (G.). — Notice historique et statistique sur les établissements de bienfaisance de la ville de Dijon, rapport à M. le Préfet de la Côte-d’Or. Dijon : De Simonnot-Carion, 1839. 8 p.

Frantin 1853-1856 : Frantin. — Notice sur les fragments romains découverts dans les substructions de l’ancien palais ducal. Mémoires de la Com. des Antiquités du dép. de la Côte-d’Or, 4, 1853-1856, p. 118-119

Fyot 1927 : Fyot (E.). — Dijon : son passé évoqué par ses rues. Dijon : Damidot, 1927. XXXII-535 p. (réimpression de l’éd. de 1927 : éd. de La Tour Gile, Ain, 1955).

Garreau 1734 : Garreau. Description du gouvernement de Bourgogne. Dijon : De Fay, 1734.

Gauchat 1940-1946 : Gauchat (R.). — Le domaine communal de Dijon au début du XIXe siècle. Mémoires de la Com. des Antiquités du dép. de la Côte-d’Or, 22, 1940-1946, p. 495-501.

Gauchat 1947-1953 : Gauchat (R.). — L’urbanisme dans les villes anciennes. Les faubourgs de Dijon du XVIIIe siècle à nos jours. Mémoires de la Com. des Antiquités du dép. de la Côte-d’Or, 23, 1947-1953, p. 318-320.

Gauchat 1954 : Gauchat (R.). — La topographie primitive de Dijon. Cours naturel et déviations de Suzon. Revue archéologique de l’Est, 5, 1954, p. 312-321.

Gras 1958 : Gras (P.). — La voie romaine de Chalon à Langres est elle une voie d’Agrippa ? Annales de Bourgogne, 30, 1958, p. 160-167.

Gras 1960 : Gras (P.). — Enceinte du Bas-Empire et repli urbain. Annales de Bourgogne, 32, 1960, p. 300.

Gras 1987 : Gras (P.) dir. — Histoire de Dijon. Toulouse : Privat, 1987. 432 p.-XXVIII p. de pl. (Univers de la France).

Gras, Richard 1950 : Gras (P.), Richard (J.). — À propos du castrum de Dijon : les anciens lits du torrent de Suzon. Revue archéologique de l’Est, 1, 1950, p. 76-87.

Hatt 1951 : Hatt (J.-J.). — La tombe gallo-romaine : recherches sur les inscriptions et les monuments funéraires gallo-romains des trois premiers siècles de notre ère. Paris : PUF, 1951. XII-330 p., ill.

Joubeaux 1981 : Joubeaux (H.). — Les nécropoles gallo-romaines de Dijon à Nuits-Saint-Georges. Thèse de 3e cycle d’archéologie. Dijon : Université de Bourgogne, 1981. 2 vols., 303 p., 9 fig., XLIV pl.

Joubeaux 1989 : Joubeaux (H.). — Un type particulier de monuments funéraires : les « pyramidions » des nécropoles gallo-romaines de Dijon. Gallia, 46, 1989, p. 213-242.

Lebel 1950 : Lebel (P.). — Bornes, centuriations et cantonnements le long de la voie de Lyon au Rhin. Revue archéologique de l’Est, 1, 1950, p. 151-161.

Le Bohec 2003 : Le Bohec (Y.). — Inscriptions de la cité des Lingons. Inscriptions sur pierre, Inscriptiones latinae Galliae Belgicae I Lingones. Paris : CTHS, 2003. 366 p., ill.

Lejay 1889 : Lejay (P.). — Inscriptions antiques de la Côte d’Or. Paris : E. Bouillon, 1889. 280 p. (Bibliothèque de l’École des Hautes Études ; 80).

Mangin 1996 : Mangin (M.). — La paix romaine, des Flaviens au milieu du IIIe siècle. In : Lévèque (P.) dir. — La Côte-d’Or de la Préhistoire à nos jours. Saint-Jean d’Angély : Bordessoules, 1996, p. 77-101 (L’Histoire des Départements de la France).

Marilier 1985 : Marilier (J.). — La formation des paroisses de Dijon et sa banlieue. In : L’encadrement religieux des fidèles au Moyen Âge et jusqu’au Concile de Trente : Actes du 109ème congrès national des Soc. savantes, 1984, Dijon, section d’histoire et de philologie. Tome 1. Paris : CTHS, 1985, p. 213-227.

Maurin 1994 : Maurin (L.). — Inscriptions latines d’Aquitaine. Santons. Bordeaux : Centre Pierre Paris, 1994. 518 p., ill.

Metman 1913-1921 : Metman (E.). — Compte-rendu des travaux 1913-1914 (communication de Fyot). Mémoires de la Com. des Antiquités du dép. de la Côte-d’Or, 17, 1913-1921, p. LII-LIII.

Morin-Jean 1922-1923 : Morin-Jean. La verrerie en Gaule sous l’Empire Romain. Paris : Soc. de Propagation des Livres d’Art, 1922-1923. XI-302 p.

Papillon 1745 : Papillon (abbé). — Bibliothèque des auteurs de Bourgogne. Tome 1. Dijon : F. Desventes, 1745. 423 p. (Genève : Slatkine reprints, 1970).

Raepsaet-Charlier 2001 : Raepsaet-Charlier (M.- T.). — Onomastique et romanisation : éléments d’une comparaison entre les provinces de Gaule Belgique et de Germanie inférieure. In : Dondin-Payre (M.), Raepsaet-Charlier (M.-T.). — Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut-Empire : séminaire d’histoire romaine et d’épigraphie latine, UMR 8585-CNRS-Paris I-Paris IV-EPHE. Bruxelles : Le livre Timpermann, 2001, p. 399-470.

Rémy 2001 : Rémy (B.). — La dénomination des Viennois à l’époque impériale. In : Dondin-Payre (M.), Raepsaet-Charlier (M.-T.). — Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut-Empire : séminaire d’histoire romaine et d’épigraphie latine, UMR 8585-CNRS-Paris I-Paris IV-EPHE. Bruxelles : Le livre Timpermann, 2001, p. 55-174.

Richard 1956 : Richard (J.). — Divio, centre routier. Annales de Bourgogne, 28, 1956, p. 139-141.

R.I.C., 1930 : Mattingly (H.), Sydenham (E.). — The Roman Imperial Coinage. III, Antonius Pius to Commodus. Londres : Spink, 1930. XVIII-514 p.

Rouvier-Jeanlin 1972 : Rouvier-Jeanlin (M.). — Les figurines gallo-romaines en terre cuite au Musée des Antiquités nationales. Paris : CNRS, 1972. 428 p. (Suppl. à Gallia ; 24).

Walter 1974 : Walter (H.). — La sculpture funéraire gallo-romaine en Franche-Comté. Paris : Les Belles Lettres, 1974. 184 p., ill. (Annales littéraires de l’Université de Besançon ; 176).

Wuilleumier 1963 : Wuilleumier (P.). — Inscriptions latines des Trois Gaules (France). Paris : CNRS, 1963. IV-256 p., ill. (Suppl. à Gallia ; 17).

Notes

1 Résumé dans Joubeaux (H.), Les nécropoles gallo-romaines de Dijon, Mémoires de la Commission des Antiquités du département de la Côte-d’Or, 33, 1982-1983, p. 149 sq.

2 L’étude épigraphique n’est pas développée ici. Elle trouvera toute sa place dans une publication ultérieure, rédigée en collaboration avec un spécialiste de la discipline. M. Yann Le Bohec a accepté de prendre en charge cette analyse.

3 Cadastre de 1973 mis à jour, section CO parcelle 57. Cadastre de 1812, l.-d. La Retraite.

4 Le tracé de la voie n’a pas été reconnu de façon précise dans ce secteur. Les auteurs le situent tantôt à l’est, tantôt à l’ouest de la rue Magenta avec laquelle il se confond approximativement, dans le prolongement du carrefour de la Croix-Machefer, cf. infra.

5 Les Lentillères, lieu-dit aujourd’hui situé entre la Maison d’arrêt départementale, les bâtiments EDF-GDF et le Cours du Parc. Les Poussots, lieu-dit circonscrit approximativement par le boulevard Robert Schuman, la rue Philippe Guignard, la rue du commandant Abrioux, le boulevard de Chicago et le cours de la rivière de Suzon.

6 Le Bohec (2003, p. 24) distingue « 3 ensembles majeurs » tout en isolant de même au sein d’une « nécropole du sud-est » le « groupe » des Lentillères.

7 Nous devons ces renseignements à l’inventeur et à son épouse que nous remercions pour leur sympathique accueil et l’intérêt qu’ils ont manifesté pour notre travail.

8 Il est improbable que des sépultures soient conservées sous le cellier actuel établi à 2,80 m environ en-dessous du sol naturel. Lorsque la profondeur des sépultures trouvées anciennement aux environs nous est connue, celle-ci est comprise entre moins 0,50 m et moins 2 m.

9 Les bâtiments sont occupés par l’Hospice des femmes au xixe s. qui ne comprend que trois salles (Dumay, 1839, p. v-vi).

10 On peut rapprocher nos découvertes de celle effectuée vers 1830 « en creusant [dans] le lit de la rivière de Suzon vers le Jardin de Botanique », c’est-à-dire près de l’actuelle rue de Mirande. On mit au jour à cette occasion deux pyramidions, des fragments d’une stèle funéraire et d’un troisième pyramidion (Mémoires de l’Académie des Sciences, arts et belles lettres de Dijon, 1831, 1ère livraison, p. 38, 40-41).

11 « Ce torrent [...] était alors pérenne, comme il le serait encore très probablement si, [...] l’on n’avait fait en quelque sorte de son lit une carrière ou une vaste excavation » (Frantin, 1853-1856, p. 118-119). Sur les divagations du lit de Suzon, cf. Gauchat, 1940-1946, p. 495. Sur les travaux constants d’entretien du lit, cf. GRAS, Richard, 1950, p. 77.

12 Sur ce type de monuments funéraires propres à la région dijonnaise, cf. Joubeaux, 1989, p. 213-216, 241-242 ; Le Bohec (2003, p. 18, 20, 22) adopte l’appellation « obélisques lingons ». Nous remercions P. Laurent, thèse en cours (La villa d’Escolives (Yonne) : histoire et archéologie), pour ses utiles informations sur les monuments funéraires d’Escolives-Sainte-Camille.

13 On connaît un Malluronis sur une dédicace trouvée à Rivières, Charente (Wuilleumier, 1963, p. 54, no 155 ; Maurin, 1994, p. 371-373, no 108).

14 Un seul cas plausible est connu à Dijon : Appiae Avgvstae sur un pyramidion (Le Bohec, 2003, p. 69, no 70). Cette tournure est attribuable au ier s. et au début du iie s. (Dondin-Payre, Raepsaet-Charlier, 2001, p. ix), critère chronologique en décalage avec les autres monuments décrits ici, cf. infra.

15 Ce sont les formules funéraires les plus fréquentes, hors l’usage du nominatif pour désigner le défunt (Joubeaux, 1981, p. 246-248).

16 H. Joubeaux n’a relevé que quatre cas certains de ligatures sur plus d’une centaine d’épitaphes trouvées dans « la Côte » et à Dijon (Joubeaux, 1981, p. 248-249, 282-283). Cette relative rareté des ligatures dans l’épigraphie funéraire locale est peut-être à mettre au compte de l’extrême concision de la plupart des épitaphes.

17 Masculus [...] et Sabina uxor (Lejay, 1889, p. 80, no 79).

18 Sacruna Marcell [...] sur un pyramidion dijonnais (Le Bohec, 2003, p. 107, no 149).

19 Le Bohec, 2003, p. 22 et fig. 2 p. 23, soit le type III 1b, défini par le spécialiste.

20 Deyts, 1976, no 80, stèle provenant du démantèlement du castrum de Dijon.

21 Walter, 1974, p. 98-99, no 101, par exemple. Pour cette question, l’auteur renvoie à l’étude spécifique consacrée à ce type de figuration de coquillages sur les monuments antiques : Bratschkova, 1938.

22 Cf. émission de sesterces de 162-163 : RIC 841 ; émission de 163 : RIC. 853 ; ou encore, émission de 165 : RIC 931, par exemple.

23 Cf. émission de sesterces de 145 : RIC 1245 et 1252, par exemple ; émission de 152-153 : RIC 1311 ; ou encore, émission de 155-156 : RIC 1328, où l’on note la nette évolution du portrait avec une chevelure bouclée, plus schématique. Signalons également la frappe, par Antonin le Pieux, d’asses en 145, par exemple : RIC 1260, dont le modèle a circulé dans une bonne partie de l’Empire, y compris dans la cité des Lingons.

24 Cf. note 6.

25 Cf. note 5.

26 Le domaine passe aux Lazaristes en 1770, puis est vendu comme bien national et morcelé. La maison de retraite des Jésuites proprement dite s’élevait entre le porche et le bloc-quadrilatère de la prison actuelle, à env. 80 m de l’emplacement des découvertes de 1997. Le bâtiment a été détruit entre 1794 et 1800, environ.

27 Arch. mun. Dijon, cadastre de 1812, section P dite des Poussots ; plan Bonnamas années 1874, 1888 et 1900.

28 Croix-Machefer cf. infra.

29 Anonyme an VII, p. 35, no 103 ; Baudot 1789-1814, ff. 1-6 ; Arbaumont 1865-1869 p. lxxxxviii-lxxxxix ; Arch. Mun. Dij. / 10 R 5 (fonds Grémaud), copie d’un dessin de Lépine. Le texte de L.-B. Baudot permet d’écarter d’autres statuettes de terre cuite provenant soi-disant de La Retraite.

30 Sur la destination de ces statuettes, cf. Delor, 1997, p. 29-34.

31 « au revers de chaque côté du cou part une grosse mèche de cheveux, pour se réunir l’une l’autre à mi hauteur ; elles remontent jusqu’au sommet de la tête » (Catalogue d’exposition, 1985, p. 35).

32 Belloguet, 1851, p. 85 ; en dernier lieu Joubeaux, 1981, p. 73, no 38. Nous nous proposons de revenir sur ces intéressantes découvertes.

33 Les informations qui suivent sont extraites de Joubeaux, 1981, p. 74-79, 85-89, 111-112.

34 Arch. Mun. Dijon, 10 R 5 (fonds Grémaud), Copie du rapport manuscrit d’E. Lory, 14 nov. 1868. La rue Magenta avait été ouverte vers 1853 (Gauchat, 1947-1953, p. 317).

35 Arch. Mun. Dijon, 10 R 5 (fonds Grémaud), Copie du rapport manuscrit d’E. Lory, 14 nov. 1868.

36 Sur l’ancienneté du chemin de la haute Seine à la Saône, d’origine protohistorique, cf. GRAS, 1960, p. 300 ; GRAS, 1987, p. 15-16. En dernier lieu Mangin, 1996, p. 84-88. Le tracé de cette voie est aujourd’hui perpétué par la rue de Longvic. Modifications du tracé et discussions, cf. Arbaumont, 1870-1873, p. xv-xvi ; Metman, 1913-1921, p. liii ; Gauchat, 1947-1953, p. 307-308, 319, 345, 356-357, 391.

37 Sur ce carrefour, cf. Lebel, 1950, p. 157. Sur la croix (dite aussi Maillefert), cf. Arch. Mun. Dijon 10 R (fonds Grémaud).

38 Pour les exemples de sépultures du ier s., cf. note 14 et Joubeaux, 1981, p. 236, 255-256, 263.

39 Ce secteur « sensible » de Dijon devrait faire l’objet d’une surveillance archéologique particulière. Puisse cette communication contribuer à sensibiliser administrations et aménageurs sur ce point.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Extrait du cadastre de 1973 : localisation des découvertes de 1990 (A) et 1997 (B) (M.A.D., J.-R. B. del.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14484/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Légende Fig. 2. Topographie du thalweg du boulevard Voltaire (d’après Gauchat 1954, modifié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14484/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Légende Fig. 3. Situation des découvertes dans le contexte géologique, coupe WNW-ESE (d’après RAT, dans Gras 1987, modifié). S : site approximatif des découvertes ; a : alluvions récentes ; b : marnes et poudingues oligocènes ; c : sables albiens ; d : calcaires portlandiens ; e : marnes de l’Oxfordien ; f : calcaires du Callovien-Bathonien ; g : calcaires « Comblanchien » du Bathonien.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14484/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Fig. 4. Nécropoles antiques de Dijon, répartition et chronologie des monuments funéraires (d’après Joubeaux, 1981, modifié). voie romaine. Chaque icône désigne de 1 à 3 unités.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14484/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Légende Fig. 5. Fragment de pyramidion [Dribvconi] (cl. Musée archéologique de Dijon, F. Perrodin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14484/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14484/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 6. Fragment de la stèle funéraire d’un couple (cl. Musée archéologique de Dijon, F. Perrodin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14484/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 7. Fragment de la stèle funéraire de Marcus (cl. Musée archéologique de Dijon, F. Perrodin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14484/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14484/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

Auteurs

Chargé d’études
Musée archéologique de Dijon
5, rue du Dr. Maret
B.P. 1510
21033 DIJON Cedex

Conservateur en chef
Chercheur associé à l’UMR 5594 du CNRS
Musée archéologique de Dijon
5, rue du Dr. Maret
B. P. 1510
21033 DIJON Cedex
cvernou@ville-dijon.fr

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search