Version classiqueVersion mobile

Escolives Sainte-Camille gallo-romain

 | 
Raymond Kapps

Deuxième partie. Analyse des blocs

Chapitre I. Les colonnes (Catégorie C)

Texte intégral

PLAN D’ÉTUDE

1Le monument principal d’Escolives est composé d’une suite d’arcs avec des piliers comportant d’un côté des colonnes engagées, de l’autre des pilastres plats, étant entendu que tous les blocs sans exception, de la base aux éléments de corniche, étaient sculptés sur les deux faces (cf. frontispice, pl. 1 et pl. 23). Contrairement à ce qu’on observe dans la plupart des monuments, les éléments de frise et de corniche ne possèdent au revers aucune saillie.

2Dans la description qui va suivre, chaque bloc sera désigné par le numéro d’ordre qu’il a reçu lors de son enregistrement dans l’inventaire général. L’analyse rendra compte de l’état des blocs, des données architecturales et des dimensions utiles ; seuls seront employés les termes suivants :
longueur ou L, hauteur ou H, profondeur ou P, conformément au croquis p. 48 ; la description proprement dite sera faite avec d’éventuels commentaires. Les blocs seront étudiés par catégories désignées par les lettres suivantes :
C : colonne
A : arcature et arc
E : épistyle
F : frise
M : larmier, corniche.

3Dans ce groupe se trouvent réunis des blocs à caractère architectural ; il comprend 11 éléments : 2 bases, 4 tambours et 4 chapiteaux. On a une association d’un ordre à colonne et d’un ordre à pilastre, ce qui est traditionnel dans l’architecture grecque et romaine ; le pilastre a les mêmes filets que les colonnes (cf. pl. 23).

1° Les bases (3) : cf. pl. 7

4Pour ces éléments, les mesures suivantes seront données :
AA’ = diamètre de la demi-colonne au contact du fond et au niveau du lit supérieur du bloc.
BB’ = diamètre du tore supérieur au contact du fond.
CC’ = diamètre du tore inférieur au contact du fond.
DD’ = saillie maximum de la colonne par rapport au fond et au lit supérieur.
TT’ = épaisseur du tore inférieur.
tt’= épaisseur du tore supérieur.

BLOC no 2

5Base de colonne engagée trouvée sous le mur ouest de la piscine F.

6L : 72 cm ; H : 37 cm ; P : 74 cm.
AA’ = 41,4 cm ; BB’ = 57 cm ; CC’ = 61 cm ; DD’ = 28 cm ; TT’ = 8,5 cm ; tt’ = 7,5 cm.

7Le bloc est très abîmé et il a été trouvé brisé en deux. A droite, les tores font défaut ; le bloc de fond auquel la colonne est liée est cassé à gauche, à droite et derrière. Le haut de toutes les cannelures est très émoussé. Sur la face supérieure a été creusé un trou de louve (long. 9 - larg. 3 - prof. 5 cm). Dans le fût de la colonne se voient 10 cannelures rudentées encadrées de 11 listels : on part donc d’un listel pour terminer par un listel. Listels et cannelures ne sont pas de largeur régulière. Les flancs du listel partent en oblique et vont en s’amincissant du champ à la surface.

BLOC no 14 (pl. 24)

8Base de colonne engagée trouvée sous le mur nord du frigidarium E.

9L : 98,5 cm ; H : 39,5 cm ; P : 82,5 cm.
AA’ = 42,3 cm ; BB’ = 55,5 cm ; CC’ = 59,6 cm ; DD’ = 28,4 cm ; TT’ = 9 cm ; tt’ = 9,5 cm.

10L’état de ce bloc est assez bon, Deux listels ont disparu à mi-hauteur par devant. Le tore supérieur est lisible partout ; le tore inférieur est bon, mais devant, à droite et à gauche, on a des mutilations. Le bloc de fond est incomplet à droite, à gauche et derrière où l’on ne peut rien déchiffrer. Un trou de louve se trouve sur la face supérieure.

11Un trait de ciseau sépare l’empattement inférieur des listels du départ de la base, cela n’existe pas sur les blocs no 2 et no 98.

BLOC no 98 (pl. 24)

12Base de colonne engagée mise au jour sous le mur sud du bassin DK.

13L : 79 cm ; H : 36 cm ; P : 39 cm mais la profondeur correspondant à la colonne est de 73,5 cm. AA’ = 43 cm ; BB’ = 55 cm ; CC’ = 60 cm ; DD’ = 28,5 cm ; TT’ = 8,6 cm ; tt’ = 8,2 cm.

14La base de colonne est bonne sur toute la partie droite ; sur la gauche, le tore inférieur est mutilé de même que les cannelures et les listels, sauf à l’extrémité gauche. Le bloc de fond est complet à droite, mais à gauche il a totalement disparu. La face supérieure possède un trou de louve. Sur la tranche droite, on note une bande légèrement recreusée au ciseau plat large de 8,5 cm en haut, allant en s’évasant vers le bas où elle atteint 14 cm (voir le croquis pl. 5).

15L’observateur placé derrière le bloc a à sa gauche le bloc de fond en partie intact, mais l’angle a été abattu. Le pilastre a été mutilé, mais il subsiste une légère saillie de 6 cm au maximum par rapport au fond.

OBSERVATIONS

16Aucune de ces bases n’est complète, mais chacune possède des éléments qui permettent une reconstitution exacte (cf. pl. 1 et 7), tout au moins en ce qui concerne le côté façade, car il est impossible de savoir comment se présentait la face arrière. Toutes les cannelures sont rudentées.

17Il est probable que ces blocs étaient posés sur un stylobate, mais parmi les pierres actuellement récupérées aucune ne semble répondre à ce genre d’assise. On notera que le tore inférieur ne reposait pas directement sur stylobate, il en était détaché par un filet de 3 mm, technique qui avait l’avantage de créer une ligne d’ombre et de mettre en relief la base. Le rayon du tore supérieur est légèrement plus court que celui du tore inférieur ; les tores sont épais, la réduction de la scotie marque une différence avec la base classique, mais ce style est connu à Glanum, Marseille et Lyon.

18Le nombre identique de cannelures et de lis tels, le fait que le listel adhère de part et d’autre au bloc de fond montrent que ces bases appartiennent au même monument. La protubérance observée sur le revers du bloc 98 indique probablement la base du pilastre : c’est la seule indication recueillie à ce propos.

19La présence des cannelures donne un aspect décoratif. Le profil de la base répond, semblet-il, au style ionique. Enfin bien qu’il soit très difficile d’en administrer la preuve formelle, la façade du bloc de fond présente un léger fruit.

2° Les tambours (4) : cf. pl. 7

BLOC no 15 (pl. 24)

20Tambour avec demi-colonne engagée, trouvé sous le mur séparant E de EA.

21L : 0,98 cm ; H : 46,5 cm ; P : 39 cm ; saillie de la demi-colonne prise à chaque extrémité : 27 et 28 cm ; diamètre de la colonne : 43 cm ; saillie du pilastre : 7,5 cm ; largeur du pilastre : 45 cm.

22L’état du bloc est bon. La base supérieure est partout ébréchée. Le bloc du fond est entier, mais on relève çà et là quelques dégradations. Du côté face, on note à gauche des graffiti ; six droites qui se coupent toutes en un même point et, au-dessous, deux traits ; à droite se voit un trait oblique. Ces marques suggèrent que le bloc était situé dans la partie inférieure de la colonne et au maximum à hauteur d’homme. La tranche gauche a été recreusée dans la partie centrale sur toute la hauteur, d’où un évidement de 14,5 cm de large et de 1,5 cm de profondeur (même observation pour la tranche opposée, largeur : 13,5 cm ; profondeur : 1 cm environ). Au centre de cet évidement se trouvent deux cavités irrégulièrement creusées de 6 cm de diamètre et de 1,5 cm de profondeur.

23Sur la face arrière se voit le pilastre : il est endommagé. Le bloc de fond, à droite et en haut, présente une grosse cavité qu’il est difficile d’interpréter. Sur la face inférieure se trouve un trou de louve rectangulaire à parois obliques. Listels et cannelures rudentées sont de largeur irrégulière.

BLOC no 16 (pl. 25)

24Tambour de colonne engagée avec cannelures rudentées, trouvé sous le mur séparant E et EA.

25L : 102 cm ; H : 57 cm ; P : 37,5 cm ; saillie moyenne de la demi-colonne : 29 cm ; diamètre de la colonne 42 cm ; saillie du pilastre 7 cm ; largeur du pilastre : 41, 5 cm.

26Le haut et le bas de la demi-colonne sont très abîmés par des cassures en oblique qui compliquent la prise de mesures exactes. A droite, un choc a endommagé deux listels et deux cannelures. Le bloc de fond est dans un état convenable en dehors de l’angle supérieur gauche qui a disparu. On note sur la façade des graffiti : traits droits, rayures et croisillons qui n’ont rien à voir avec les traces laissées par le façonnage de la pierre. La même observation que celle qui a été faite pour le tambour no 15 s’impose. La tranche droite est complète à l’exception d’une bonne partie de l’angle inférieur. Elle a une surface d’anathyrose : le recreusement a d’abord la forme d’un arrondi de 12 cm de diamètre, puis il se poursuit entre deux parois parallèles larges de 8,5 cm. L’état de la pierre ne permet pas de voir comment il se termine. La tranche gauche est en moins bon état. On y distingue un creux net profond de 3,5 cm et de 6,5 cm de diamètre. Au centre, on a encore un recreusement assez irrégulier.

27La face arrière est bonne sauf à gauche ; le pilastre est en partie effacé. Le haut et le bas sont très émoussés. On voit six listels et cinq cannelures de largeur irrégulière. Un trou de louve a été creusé dans la face supérieure et ses parois sont obliques. Enfin sur la base inférieure de la demi-colonne se voit un trou laissé par la pointe du compas qui a tracé la demi-circonférence.

BLOC no 27 (pl. 25)

28Il s’agit d’une demi-colonne ornée de dix cannelures, qui a été sciée, puis détachée d’un bloc de fond. Cet élément de tambour a été découvert sous le mur nord de F.

29H : 56, 5 cm ; diamètre de la colonne : 42,5 cm ; saillie de la demi-colonne ; 35,5 cm. Ce fragment a été obtenu par débitage à la scie de haut en bas sur les deux côtés, comme le prouve la cassure finale qui a laissé un bourrelet sur la pierre, d’arrière en avant à la partie supérieure, et du haut vers le bas transversalement ; une partie qui n’a pas été enlevée conserve un trait de scie profond de 4 cm et large de 7 mm. Les listels sont très abîmés. Les cannelures semblent se terminer en arrondi vers le haut, elles sont profondément tracées entre les listels, comme dans le style ionique.

30Malgré sa similitude avec le bloc no 42 qui comporte huit cannelures seulement, son appartenance au même monument demeure réservée.

BLOC no 72 (pl. 26)

31Tambour de colonne engagée à cannelures rudentées trouvé sous le mur sud du bassin DK.

32L : 104 cm ; H : 58 cm ; P : 37,5 cm ; saillie de la demi-colonne : 28,5 cm ; diamètre de la demi-colonne 42 cm ; saillie du pilastre : 6,5 cm ; largeur du pilastre : 43 cm. La demi-colonne est endommagée par devant ; la partie inférieure de 4 cannelures a disparu. Le bloc de fond est mutilé à droite, tandis qu’à gauche seule une partie de l’angle a été abattue de bas en haut. Sur la tranche droite se trouve un évidement central fait au ciseau, qui débute par une zone circulaire de 14 cm de diamètre, prolongée par un couloir large de 9 cm. Sur la tranche opposée, fort abîmée, on ne voit qu’un creusement central assez irrégulier. La face arrière est mauvaise. A droite, une grande partie de l’angle a été enlevée. A gauche également, on constate les mêmes dommages, mais il reste une portion intacte.

33Le pilastre est fort mauvais ; les cannelures sont reconnaissables à droite, mais très effacées à gauche.

OBSERVATIONS

34Le nombre réduit des tambours ne laisse pas que d’inquiéter ; il serait normal en effet d’en rencontrer en abondance. On s’étonne d’avoir actuellement huit fois plus d’éléments de corniche par exemple que de tambours, d’autant plus qu’on sait que le monument possédait une série d’arcs. Mais il faut dire que les tambours, une fois libérés de la demi-colonne, s’offrent admirablement au débitage en moellons, ce qui a dû effectivement se produire.

35Les problèmes posés par ces tambours intéressent surtout l’architecture. Il n’est pas toujours aisé de distinguer avec sûreté la face supérieure de la face inférieure, les diverses mensurations n’offrant généralement pas de différences notables. D’autre part, à propos du bloc no 27, se pose le problème des cannelures. Il est probable que le monument d’Escolives se présentait sous ce rapport comme de nombreux monuments tels que la Porte de Mars à Reims, par exemple, où les cannelures ne sont rudentées qu’à la partie inférieure des colonnes. Signalons enfin que, contrairement à ce qu’on observe très souvent ailleurs, les cannelures ne se terminent pas en ménisque.

3° Les chapiteaux (4)

36Etant donné qu’aucun chapiteau de demi-colonne et de pilastre n’est intact et par conséquent propre à une reconstitution exacte, comme les éléments que nous avons sont tous semblables quant au décor, pour éviter d’inutiles répétitions, leur description sera faite une fois qu’on aura donné les caractéristiques de chacun des blocs de cette catégorie.

BLOC no 45 (pl. 26)

37Il a été mis au jour sous le mur ouest séparant EB de GC.

38L : 96,5 cm ; H : 53,5 cm ; P : 40,8 cm.

39Le bloc a une forme parallélépipédique, avec cette particularité qu’à droite et à gauche, les angles ont été abattus en biseau lors de la taille de la pierre, pour assurer la continuité de l’arcature amorcée par le bloc à voussoirs placé immédiatement en-dessous. On remarque qu’à droite l’angle est plus abattu qu’à gauche, d’où une nette différence de longueur du pan incliné : 17 cm contre 10. Sur la principale, le chapiteau est presque totalement martelé ; seules sont légèrement lisibles les parties extrêmes des feuilles d’acanthe. Le bloc de fond est bon, et l’on y voit nettement les traces laissées par l’outil qui a servi au ravalement.

40La face opposée est meilleure, le chapiteau de pilastre est acceptable dans sa moitié inférieure, le reste a été martelé. La tranche droite a un cadre d’anathyrose, mais en haut il est très abîmé et impossible à suivre. A gauche, le cadre est complet. De chaque côté, les petites faces obliques sont lisses. Au lit supérieur se trouve un trou de louve à parois obliques. Enfin la base du chapiteau de pilastre mesure 45 cm de largeur.

BLOC no 47 (pl. 26 et 27)

41Il a été trouvé sous le mur de séparation EB-GC.

42L : 96 cm ; H : 54 cm ; P : 39 cm.

43La sculpture du chapiteau de pilastre est en bon état sur la moitié inférieure. On remarque pour ces deux faces un pan coupé partant du lit inférieur, long de 11 cm à gauche et de 7,5 cm à droite. Les tranches gauche et droite présentent un cadre d’anathyrose. Sur le lit supérieur se trouvent deux trous de louve proches l’un de l’autre, mais disposés l’un dans le sens de la longueur, l’autre dans le sens de la profondeur. A la base, le chapiteau de pilastre est large de 40 cm.

BLOC no 61 (pl. 27)

44Trouvé sous le mur séparant EB1 de DD.

45L : 91 cm ; H : 50 cm ; P : 42,5 cm.

46Le chapiteau est abîmé surtout en avant et en haut, les côtés étant en bon état. Le chapiteau de pilastre a, à la base, une largeur de 46,5 cm. L’état de conservation est bon à l’exception du tiers supérieur. Là encore, on a deux pans coupés, longs à gauche de 15 cm et à droite de 17,5 cm. Le cadre d’anathyrose est mal conservé sur la tranche gauche et il a presque disparu sur celle de droite. On note sur le lit supérieur la présence d’un trou de louve.

BLOC no 115 (pl. 27)

47Ce chapiteau a été trouvé sous le mur est du bassin DK, scié et détaché de son bloc de fond.

48La face arrière, de forme trapézoïdale, mesure : petite base : 40 cm ; grande base : 45,5 cm ; hauteur : 51 cm.

49Il est très endommagé surtout vers le haut. La face supérieure doit être le vrai lit. En effet on ne voit pas de traces de débitage à la scie, mais uniquement celles qu’a laissées l’outil qui a servi au ravalement de la pierre. Au centre se remarque un trait de scie long de 80 mm, large de 8 mm, profond de 18 mm. On peut l’interpréter comme la marque d’une tentative de débitage du bloc en moellons. La face inférieure est plane et intacte.

DESCRIPTION

Chapiteau de colonne

50Il s’agit d’un chapiteau corinthien de style classique avec une corbeille de feuilles d’acanthe sur deux rangs. Au premier rang se voient quatre feuilles, au second trois feuilles entières plus une demie à chaque extrémité, contre le bloc de fond, l’ensemble étant imbriqué comme les tuiles d’un toit. Dans le vide laissé par les feuilles du second rang, on a quatre cornets d’où jaillissent des feuilles d’acanthe plus élancées qui se terminent par de petites volutes. Les feuilles sont assez vigoureuses et assez détachées. On sent le style d’une assez bonne époque. SMR (saillie maxima du relief) : 6 cm.

Chapiteau de pilastre

51Il est formé d’une corbeille de feuilles d’acanthe sur deux rangs : deux très étalées au rang inférieur, une feuille entière et une demie de chaque côté au second rang. Sa présentation d’ensemble est la même que celle du chapiteau ; malheureusement on ne peut rien lire à la partie supérieure. SMR : 3,5 cm.

© ARTEHIS Éditions, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search