Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Les monnaies du camp de Chassey (Saône-et-Loire)

Jacques Meissonnier

Entrées d'index

Texte intégral

1Au début de 1972, J.-P. Thevenot m’a présenté deux tirages photographiques de la fin du xixe s. sur lesquels figuraient respectivement quinze et vingt et une monnaies romaines grandeur nature, sensiblement rangées par ordre chronologique. Les prises de vue, excellentes, étaient dues à É. Loydreau, disciple de la première génération de N. Niepce. Une identification partielle des monnaies était tout à fait possible bien qu’une seule face soit photographiée. Les monnaies provenaient des fouilles d’É. Loydreau, entre 1866 et 1880, au camp de Chassey, commune de Chassey-le-Camp en Saône-et-Loire, à la limite du département de la Côte-d’Or. Aussitôt, je commence l’identification et remplis mes fiches, du 27 au 29 mars 1972. À la fin de cette année universitaire, G. Vuillemot, conservateur du Musée Rolin à Autun (Saône-et-Loire), m’avait accueilli pour un stage d’un mois au Musée Rolin. Il m’apprend alors que le Musée Rolin conserve des monnaies venant de Chassey. Immédiatement, je reconnais plusieurs des monnaies des photos Loydreau. Les 24 et 25 juillet 1972, je complète mes fiches. Quelques monnaies présentes sur les photos manquent au Musée Rolin, mais celui-ci possède d’autres monnaies de même provenance, notamment gauloises, médiévales et modernes.

2Un peu plus de trente ans après, il m’est très agréable de reprendre ce dossier, par ma faute, enfoui dans mes cartons, pour qu’enfin une publication sorte en hommage à J.-P. Thevenot et lui fournir la documentation complète pour établir l’histoire des origines à nos jours du camp de Chassey. Les deux photographies ici publiées reprennent les tirages que J.-P. Thevenot m’avait présentés en 1972.

Les monnaies des photographies Loydreau et du Musée Rolin à Autun

3Après avoir pesé et moulé toutes les monnaies présentes au Musée Rolin, j’ai transmis les moulages des monnaies gauloises à J.-P. Le Dantec qui les a publiées (Le Dantec, 1982) (référence oubliée par A. Rebourg dans sa Carte Archéologique de la Gaule, Saône-et-Loire, CAG 71/3). M. Dhénin a identifié de la même façon les monnaies postérieures à l’époque romaine. Le nombre total de monnaies est de 78 (16 gauloises, 1 romaine républicaine, 57 romaines impériales, 1 médiévale et 3 modernes ou contemporaines). En voici la liste sommaire sous forme de tableaux :

Monnaies gauloises

Monnaies romaines

4Les références RIC, tome I, se réfèrent à la seconde édition.

Q – RÉPUBLIQUE,

as (moitié)

7,70 g

réf. ?

1 – AUGUSTE,

as

10,41 g

RIC 230

2 – AUGUSTE,

as

10,51 g

RIC 230

3 – AUGUSTE,

as

10,64 g

RIC 230

4 – AUGUSTE,

as

5,53 g

cf. RIC 230 (imitation)

4bis P – AUGUSTE,

quadrans

2,78 g

RIC 249

5 – TIBÈRE sous AUGUSTE,

semis

3,41 g

RIC 246

6 – TIBÈRE sous AUGUSTE,

as

10,55 g

RIC 238b

7 – TIBÈRE sous AUGUSTE,

as

7,70 g

cf. RIC 245 (imitation)

8 – TIBÈRE sous AUGUSTE,

as

7,95 g

RIC 245

9 – TIBÈRE sous AUGUSTE,

as

10,35 g

RIC 245

10 – TIBÈRE sous AUGUSTE,

as

10,62 g

RIC 245

11 – TIBÈRE sous AUGUSTE,

as

11,11 g

RIC 245

12 – AUGUSTE sous TIBÈRE,

as

9,07 g

RIC 81

13 – TIBÈRE,

semis

4,93 g

RIC 31

14 – CALIGULA,

as

9,90 g

RIC 38

15 – GERMANICUS sous CALIGULA,

as

8,72 g

cf. RIC 35 (imitation)

16 – CLAUDE,

as

9,56 g

RIC 100

17 – CLAUDE,

as

11,12 g

RIC 100

18 – CLAUDE,

as

6,72 g

cf. RIC 100 (imitation)

19 – CLAUDE,

as

8,32 g

cf. RIC 100 (imitation)

20 – CLAUDE,

as

9,29 g

cf. RIC 100 ou 116 (imit.)

21 – CLAUDE,

dupondius

12,61 g

RIC 94

22 – CLAUDE,

dupondius

10,11 g

RIC 94 ou 110

23 – CLAUDE,

dupondius

10,67 g

RIC 94 ou 110

24 – CLAUDE,

dupondius

11,08 g

RIC 94 ou 110

25 – CLAUDE,

as

9,74 g

RIC 95 ou 111

26 – CLAUDE,

as

10,25 g

RIC 95 ou 111

27 – CLAUDE,

as

8,91 g

cf. RIC 95 ou 111 (imit.)

28 – CLAUDE,

as

10,93 g

RIC 113

29 – ANTONIA sous CLAUDE,

dupondius

10,48 g

RIC 92 ou 104

30 – NÉRON,

dupondius

 

manque au Musée Rolin

31 – VESPASIEN,

as

9,39 g

RIC -, BMC II p. 201, no 810 ou p. 204, no 820

32 – VESPASIEN,

dupondius

12,59 g

RIC 740

33 – VESPASIEN,

as

10,04 g

RIC 765

34 – VESPASIEN,

as

7,83 g

RIC 766a

35 – TITUS sous VESPASIEN

dupondius

17,25 g

RIC 775

36 – TITUS sous VESPASIEN

as

9,10 g

RIC 784

37 – TITUS sous VESPASIEN

as

9,09 g

RIC 786

38 – DOMITIEN

dupondius

 

RIC 392 393 ; manque au Musée Rolin

39 – TRAJAN

as

9,87 g

RIC n395, 402, 417 ou 434

40 – TRAJAN

as

 

cf. RIC 681 qui n’indique pas l’égide

41 – HADRIEN

sesterce

21,96 g

RIC 636

42 – HADRIEN

sesterce

28,74 g

RIC 791

43 – HADRIEN

sesterce

19,92 g

réf. ?

44 – ANTONIN LE PIEUX

sesterce

20,67 g

cf. RIC p. 104 à 106

45 – ANTONIN LE PIEUX

sesterce

29,49 g

RIC 602 ou 762

46 – ANTONIN LE PIEUX

as

9,74 g

RIC 860a

47 – FAUSTINE II sous ANTONIN LE PIEUX

as

10,89 g

RIC 1403

48 – GETA sous SEPTIME SEVERE

denier

3,17 g

RIC 34

49 – GORDIEN III

sesterce

22,08 g

RIC 261a

50 – GORDIEN III

sesterce

8,05 g

RIC 300a

51 – TÉTRICUS II sous TÉTRICUS Ier

antoninianus

2,31 g

RIC 270

52 – TÉTRICUS II sous TÉTRICUS Ier

Antoninianus

0,86 g

imitation type Spes

53 – Imitation fin iiie s.

type Spes

1,51 g

54 – DIOCLÉTIEN

nummus

 

réf. ? ; manque au Musée Rolin

55 – CONSTANCE CHLORE

nummus

9,80 g

RIC VII Lyon 38a

56 – CONSTANTIN Ier

nummus

2,14 g

RIC VII Trèves 40 ?

Monnaies médiévale, modernes et contemporaine

V – denier tournois de Jean le Bon,

0,76 g,

Lafaurie 352 ou 352b.

U – liard de Marie des Dombes,

0,68 g,

Poey d’Avant 5172.

T – indéterminée,

1,58 g.

S – fragment de fausse pièce de 2 sous de Louis XVI en métal de cloche,

2,59 g,

cf. Hoffmann 69/71.

Les monnaies mentionnées dans la littérature

5Les monnaies découvertes au camp de Chassey, en dehors de l’étude précise de J.-P. Le Dantec, ne sont mentionnées que furtivement dans la littérature ancienne : « Les monnaies confirment une fréquentation du site de Chassey du Ier s. à la fin du Bas-Empire » (Thevenot, 1974). Elles semblent avoir été découvertes dans les fouilles d’un fanum (Thevenot, 1968, p. 159), objet des premières campagnes de fouilles d’É. Loydreau (1819-1905), médecin et maire de Chagny, qui a fouillé au camp de Chassey entre 1866 et 1880, sans laisser de notes, mais des photos des objets recueillis (Thevenot, 1974). Sa seule publication est une communication au congrès de l’AFAS (Loydreau, 1878) où il écrit : « Il m’est arrivé souvent de trouver de la poterie romaine, des médailles du haut et du bas empire… » !

6E. Flouest, procureur impérial à Chalon-sur-Saône, s’intéresse au camp de Chassey dès 1864, y fait quelques visites et y suscite des recherches (Thevenot, 1968, p. 158-161). Il est le premier à rédiger une monographie sur le site (Flouest, 1869) qui fournit des renseignements précis sur les découvertes monétaires. Il mentionne deux monnaies gauloises, une en potin et une en argent (p. 307 et pl. VII) et une suite de noms d’empereurs (p. 316) : « À la suite des médailles d’Auguste, on y a rencontré celles de Titus, de Domitien, de Commode, d’Alexandre Sévère, de Gordien-le-Pieux, de Philippe l’Arabe, qui se rapportent précisément à la remarquable lacune signalée ailleurs par le savant archéologue autunois (Bulliot). Viennent ensuite assez abondamment celles de Posthume et de Gallien, qui se disputèrent la suprême puissance jusque sous les murs d’Autun, alors l’une des plus florissantes cités de la Gaule ; puis celles de Victorin, de Tétricus, de Claude II le Gothique, de Dioclétien, de Constance Chlore, de Constantin-le-Grand et de ses trois héritiers : Constantin II, Constant et Constance ; enfin celles de Magnence qui revêtit la pourpre à Autun en 349 ; de Valentinien, de Valens et de Gratien, avec lequel nous arrivons, à un règne près, jusqu’à Théodose, c’est-à-dire jusqu’à la consommation des temps anciens et à l’aurore du Moyen Âge. » Il poursuit en décrivant quelques revers et légendes (p. 317). Puis, il indique que dans les fouilles du fanum de 1866 qu’il interprétait comme un édifice militaire, « on […] a rencontré […] enfin 14 médailles de bronze se répartissant entre les différents empereurs qui revêtirent la pourpre depuis Gordien-le-Pieux jusqu’à Valentinien » (p. 320).

7Entre 1890 et 1907, « M. Gadant-Descloix […] constitua une petite collection de […] monnaies, grâce à des recherches de surface ou à des fouilles » (Thevenot, 1968, p. 165). Les fouilles du xxe s. (Variot en 1925 ; Pariat en 1952-1953 ; Thevenot en 1969) ont été concentrées sur les secteurs où la stratigraphie du site préhistorique éponyme du Chasséen était la mieux conservée. Elles ne semblent pas avoir fourni d’autres monnaies dans les couches superficielles plus récentes.

L’occupation du site d’après les monnaies

8La liste de monnaies fournie par Flouest ne correspond pas à celle des monnaies photographiées par Loydreau et conservées au Musée Rolin. Flouest énumère les effigies des empereurs, mais ne précise pas le nombre de monnaies par effigie. Difficile dans ce cas d’apprécier l’importance d’un règne par rapport à un autre.

Effigie/règne

coll. Loydreau

Flouest

Gauloises

16

2

République romaine

1

-

Auguste

5

X

Auguste sous Tibère

1

-

Tibère sous Auguste

7

-

Tibère

1

-

Caligula

2

-

Claude

14

-

Néron

1

-

Vespasien

4

-

Titus sous Vespasien

3

X

Domitien

1

X

Trajan

2

-

Hadrien

3

-

Antonin le Pieux

4

-

Commode

-

X

Géta sous Septime Sévère

1

-

Alexandre Sévère

-

X

Gordien III le Pieux

2

X

Philippe l’Arabe

-

X

Gallien

-

X

Claude II

-

X

Postume

-

X

Victorin

-

X

Tétricus I et II

3

X

Dioclétien

1

X

Constance Chlore

1

X

Constantin Ier

1

X

Constantin II

-

X

Constant

-

X

Constance II

-

X

Magnence

-

X

Valentinien Ier

-

X

Valens

-

X

Gratien

-

X

9Il n’y a pas lieu de mettre en doute les identifications fournies par Flouest. Cependant, il est étonnant que sa liste passe d’Auguste à Titus, puis saute de Domitien à Commode, alors que les règnes du ier et du iie s. sont bien présents dans la collection Loydreau, en particulier celui de Claude Ier. Inversement, la période troublée des règnes de Gallien à Claude II et de l’Empire gaulois, en général si abondamment représentée sur les sites qui ont vécu à cette époque, n’apparaît pratiquement pas dans la collection Loydreau, mais est mentionnée par Flouest. De même pour le ive s., la collection Loydreau s’arrête à Constantin Ier, mort en 337, alors que l’énumération de Flouest continue jusqu’à Valentinien Ier (364-375), Valens (364-378) et Gratien (367-383). Y a-t-il contradiction entre Loydreau et Flouest ? Personnellement, je préfère voir davantage une complémentarité et non pas une incompatibilité dans ces aléas de collection xixe s. Flouest n’avait à sa disposition que les collections constituées avant 1869, date de sa publication, et date à laquelle Loydreau démarrait à peine sa collection puisque ses travaux à Chassey commencent en 1866 et durent jusqu’en 1880.

10Peut-on déterminer les grandes périodes d’occupation antique du site à partir des monnaies ? Celles-ci permettent-elles d’estimer les dates de construction et d’abandon du fanum ?

11Le nombre de monnaies gauloises découvertes sur le site (16) est important, même à côté des 56 monnaies romaines. La répartition des monnaies entre les peuples, fondée sur les travaux de S. Scheers et B. Fischer, indique nettement que Chassey est en territoire éduen (LE Bohec, 2003, p. 32). Les monnaies éduennes sont les plus nombreuses (4, voire 6 monnaies). Les autres monnaies appartiennent aux peuples voisins des Éduens (1 sénonne, 1 lingonne, 2 séquanes et 4 ségusiaves ?), avec cependant quelques monnaies plus éloignées de peuples qui n’ont pas de frontière commune avec les Éduens (1 carnute ?, 1 rème ?, 1 allobroge ?, 1 turonne). Une telle diversité de provenances caractérise une circulation tardive, postérieure à la guerre des Gaules et même tout à fait normale encore sous Auguste. La présence des monnaies gauloises n’implique pas une construction du fanum, ni même la fréquentation d’un lieu consacré à Chassey au temps de la Gaule indépendante. La présence de quatre monnaies type BN/LT 4633, attribuées hypothétiquement aux Ségusiaves, tendrait à renforcer les doutes sur cette attribution d’autant plus qu’aux Bolards, à 35 km au nord-est de Chassey, toujours chez les Éduens, mais tout près de la frontière lingonne, encore plus loin donc des Ségusiaves, ces monnaies BN/LT 4633 sont bien présentes (3 parmi les 76 monnaies gauloises du sanctuaire) (Brenot, 2001, p. 144 et 155). La plupart des monnaies présentes à Chassey le sont aux Bolards. Une meilleure comparaison pourra être établie lorsque l’ensemble des monnaies des fouilles des Bolards, mais aussi surtout celles du Mont-Beuvray (capitale des Éduens, à 50 km à vol d’oiseau à l’ouest de Chassey) seront publiées.

12Le règne d’Auguste (27 avant-14 après J.- C.) est représenté par 12 monnaies, essentiellement des monnaies frappées à Lyon avec l’autel de Rome et Auguste au revers dont la frappe a commencé en 7 avant J.-C. (Van Heesch, 1993). Sur 12 monnaies d’Auguste, nous aurions pu nous attendre à en avoir quelques-unes frappées à Nîmes, portant au revers le fameux crocodile et si souvent coupées en deux. La frappe des quatre types des monnaies de Nîmes s’échelonne du début à la fin du règne d’Auguste avec cependant une solution de continuité entre 3 avant et 10 après J.-C. L’étude des monnaies du limes rhénan indique que, si les monnaies de Lyon et de Nîmes peuvent avoir des dates de frappe successives ou concomitantes, les monnaies de Nîmes disparaissent plus vite de la circulation que celles de Lyon (Wigg, 1999). L’absence des monnaies de Nîmes à Chassey pourrait indiquer une arrivée des monnaies d’Auguste à la fin de son règne, voire au cours des règnes suivants sous lesquels elles continuent d’avoir cours et de circuler. La faible représentation des règnes de Tibère (14-37) et de Caligula (37-41) est normale car leurs frappes de monnaies de bronze sont peu abondantes ou, du moins, ne sont guère parvenues en Gaule.

Fig. 1. Quinze monnaies d’Auguste à Vespasien (cl. Éd. Loydreau).

Fig. 2. Vingt et une monnaies de Vespasien à la Tétrarchie (cl. Éd. Loydreau).

13Le règne de Claude Ier (41-54) est le plus représenté à Chassey avec 14 monnaies dont 4 imitations. Les types les plus courants (Cérès, Constantia, Minerve, Libertas et Antonia) sont tous présents. Une seule monnaie appartient au règne de Néron (54-68), mais comme il faut attendre la réforme de 64 après J.-C. pour que Néron reprenne la frappe du bronze dans l’atelier de Lyon, les imitations de Claude peuvent fort bien appartenir aux dix premières années du règne de Néron.

14L’abondance des monnaies de Claude Ier indique que, sous Claude ou Néron, le fanum de Chassey est en pleine activité. Les monnaies gauloises et celles d’Auguste qui y ont été recueillies peuvent faire admettre une construction dès la fin du règne d’Auguste pour les partisans d’une datation haute, mais ces monnaies ont encore circulé pendant les règnes suivants. L’usure des monnaies recueillies à Chassey et frappées d’Auguste à Néron n’est pas uniforme. De plus, l’usure des monnaies de laiton (semis, dupondius et sesterce) paraît plus pertinente que celle des monnaies de cuivre (quadrans et as) pour traduire une plus ou moins longue circulation avant d’être perdues en terre (Meissonnier, 1972, p. 35-39). Or, pour cette période, les as en cuivre prédominent largement (Meissonnier, 2000). Les débuts du fanum de Chassey doivent donc se placer selon le témoignage des monnaies entre la fin du règne d’Auguste et le règne de Néron. D’autres mobiliers datant ont-ils été recueillis et conservés pour aider à préciser cette chronologie ?

15La récolte monétaire du reste du ier s. et du iie s. jusque sous Antonin le Pieux (138-161) plaide en faveur d’une fréquentation continue du fanum, même si les quantités de monnaies recueillies sont assez faibles. La répartition entre les différentes espèces (sesterce, dupondius et as) se conforme à peu près, autant que faire se peut, avec un faible nombre de monnaies, à la circulation générale en Gaule (Meissonnier, 2000, p. 561-564).

16Nous avons déjà évoqué le curieux vide monétaire du iiie s. La seule collection Loydreau placerait la fin de la fréquentation du fanum de Chassey sous le règne de Constantin Ier (307-337). Cependant, la liste de Flouest incite à prolonger la vie du fanum jusqu’à la fin du ive s., ce qui serait plus conforme à ce qui se passe souvent pour les temples de la Gaule romaine (Brenot, 2001, p. 149-152). Comme le notait Flouest (p. 316), avec la monnaie de Gratien (367-383) qu’il signale, la récolte monétaire de Chassey s’approche tout près du règne de Théodose Ier (379-395) qui a interdit l’accès des temples païens au public par sa loi du 24 février 391 (Brenot, 2001, p. 152).

17Le denier tournois de Jean le Bon frappé entre le 31 octobre 1354 et le 20 mars 1355, le liard de Marie des Dombes frappé entre 1608 et 1626 et le fragment de pièce de 2 sous en métal de cloche fabriquée entre 1791 et 1793 témoignent seulement de la fréquentation épisodique du site au Moyen Âge et aux Temps modernes et contemporains, par des agriculteurs ou des chasseurs. Fréquentation qui n’a rien d’exceptionnel étant donné l’attrait de ce site de hauteur et la densité du peuplement dans les environs.

Conclusion

18L’étude précise des monnaies conservées au Musée Rolin d’Autun amène à proposer une date de construction du fanum de Chassey entre la fin du règne d’Auguste et le règne de Claude ou Néron. La liste d’empereurs représentés sur les monnaies découvertes à Chassey, publiée en 1869, donne une date d’abandon à la fin du ive s. plus vraisemblable que la monnaie romaine la plus récente conservée. Ces propositions de chronologie pourraient être affinées, confortées ou contredites par l’étude des autres vestiges gallo-romains découverts. Malgré l’absence de stratigraphie due aux méthodes de fouilles de la seconde moitié du xixe s., le renouveau de l’étude du mobilier peut faire progresser la connaissance de ce site prestigieux, même lorsqu’il s’agit de périodes marginales par rapport à la Préhistoire récente.

Bibliographie

Bibliographie

Brenot 2001 : Brenot (C.). — Les monnaies. In : Pommeret (C.) dir. — Le sanctuaire antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges, Côte-d’Or. Dijon, 2001, p. 143-185 (Suppl. à la Revue archéologique de l’Est ; 16).

Brenot, Scheers 1996 : Brenot (C.), Scheers (S.). — Catalogue des monnaies massaliètes et monnaies celtiques du musée des Beaux-Arts de Lyon. Leuven : Peeters, 1996. XVIII-183 p., XLIV pl.

Fischer 1994 : Fischer (B.) éd. — Atlas de monnaies gauloises de Henri La Tour, 1892, mis à jour par B. Fischer, 2ème édition. Paris : C. Burgan/Florange, 1994. [26] p., LV pl.

Flouest 1869 : Flouest (É.). — Notice archéologique sur le camp de Chassey (Saône-et-Loire). Mémoires de la Soc. d’histoire et d’archéologie de Chalon-sur-Saône, V, 2ème partie, 1869, p. 237-337, 9 pl.

Lafaurie 1951-56 : Lafaurie (J.). — Les monnaies des rois de France, Hugues Capet à Henri IV. Paris ; Bâle : E. Bourgey ; Monnaies et médailles, 1951-1956. 2 vol. (XXIV-148, XVII-176 p.), LXI pl.

Le Bohec 2003 : Le Bohec (Y.). — Inscriptions de la cité des Lingons. Paris : CTHS, 2003. 368 p.

Le Dantec 1982 : Le Dantec (J.-P.). — Monnaies gauloises recueillies au Camp de Chassey. Cahiers Numismatiques, 72, juin 1982, p. 146-147.

Loydreau 1878 : Loydreau (É.). — Ce que les premiers habitants de Chassey faisaient avec du bois de cerf. In : Actes du 42ème congrès de l’Ass. Française pour l’Avancement des Sciences, Autun, 4-13 sept. 1876. Autun, 1878, p. 451-474.

Meissonnier 1972 : Meissonnier (J.). — Les monnaies romaines découvertes dans les fouilles du chantier Chambault à Entrains (Nièvre). Mémoire de maîtrise. Dijon : Université de Bourgogne, 1972. 185 p., 4 pl.

Meissonnier 2000 : Meissonnier (J.). — La circulation monétaire aux ier et iie siècles, particulièrement celle des espèces de bronze en Gaule. In : Kluge (B.), Weisser (B.). — Actes du XII Internationaler Numismatischer Kongress, Berlin, 1997. Berlin : Staatliche Museen zu Berlin und Buchhandel Gebr. Mann Verlag, 2000, p. 559-574.

RIC : Roman Imperial Coinage. Londres : Spink, 1923-1994. 10 vol.

Scheers 1992 : Scheers (S.). — Un complément à l’Atlas de monnaies gauloises de Henri de La Tour. Paris : Maison Platt ; Maastricht : A. G. van der Dussen, 1992. 41 p.

Thevenot 1968 : Thevenot (J.-P.). — Le camp de Chassey après un siècle de recherches. Mémoires de la Soc. Éduenne, LI, 3, 1968, p. 149-192.

Thevenot 1974 : Thevenot (J.-P.). — Catalogue de l’exposition organisée dans le cadre du Circuit Archéologique de Bourgogne du Sud, juillet-août 1974, présentée au Musée Rolin d’Autun de juin à octobre 1974. Non paginé.

Van Heesch 1993 : Van Heesch (J.). — Proposition d’une nouvelle datation des monnaies en bronze à l’autel de Lyon frappées sous Auguste. Bull. de la Soc. française de numismatique, avril 1993, p. 535-538.

Wigg 1999 : Wigg (D.). — Die Rolle des Militärs bei der Münzversorgung und Münzwirtschaft am Rhein in der frühen Kaiserzeit. In : Schlüter (W.), Wiegels (R.). — Rom, Germanien und die Ausgrabungen von Kalkriese : Internationaler Kongress des Universität Osnabrück und des Landschaftsverbandes Osnabrücker Land e. V. 2-5 september 1996. Osnabrück, 1999, p. 327-346 (Osnabrücker Forschungen zu Altertum und Antike-Rezeption ; 1-Kulturregion Osnabrück ; 10).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 1. Quinze monnaies d’Auguste à Vespasien (cl. Éd. Loydreau).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 2. Vingt et une monnaies de Vespasien à la Tétrarchie (cl. Éd. Loydreau).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14427/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 737k

Auteur

Ex conservateur, professeur certifié hors classe d’histoire et de géographie
Collège Marcelle Pardé
21000 DIJON

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search