Version classiqueVersion mobile

Escolives Sainte-Camille gallo-romain

 | 
Raymond Kapps

Première partie. Présentation du site gallo-romain

Chapitre III. En manière de conclusion

Texte intégral

1Depuis la mise en chantier du site en 1955, chaque année, on a travaillé aux recherches : d’abord durant les week-ends ; puis, depuis dix ans, une campagne d’été de cinq semaines à deux mois a été organisée avec des équipes nombreuses, permettant d’employer chaque jour sur le terrain de 20 à 35 fouilleurs. Malgré cet effort que l’on peut qualifier de considérable, le site est encore loin d’être entièrement fouillé. En 1972, on a pu préciser que la limite nord-ouest de l’emprise archéologique se situait à 100 m de la source du Creusot ; là a été repéré un fossé de forme trapézoïdale d’une ouverture de 0,65 m, dont le fond plat se trouve à 2,20 m du sol moderne. Des vestiges mis au jour en V jusqu’à la limite nord du terrain, il y a à peu près 100 m : on voit donc que le site s’étend sur un hectare environ, alors que le plan général (pl. 3) couvre seulement 6.000 m2, où il reste encore de nombreux endroits qui n’ont pas été fouillés.

2En conséquence, il peut paraître prématuré de vouloir donner d’ores et déjà des conclusions ; c’est pour cela aussi que jusqu’ici une certaine réserve a été observée. Toutefois, au vu de la présentation sommaire du site, il apparaît possible de tirer quelques enseignements qui ne risquent pas d’avoir trop de hardiesse, et surtout de présenter des remarques ou de poser des problèmes qui semblent dès maintenant avoir une grande importance.

LE PROBLEME DE L’EAU

3Il est certain que l’implantation des thermes, tout près de la rive gauche du ru et à une faible distance de la source du Creusot, a été dictée par la nécessité de les alimenter facilement. S’il était possible de faire des recherches dans la source même et dans le lit du ru, peut-être trouverait-on les vestiges d’un captage. Les constructions ont été si arasées que, si l’on a mis au jour des égouts ou des tuyaux d’évacuation, en revanche rien n’a subsisté des conduits d’amenée d’eau, à l’exclusion de celui qu’on a rencontré dans la cour ID. On peut donc penser qu’à partir d’un captage l’alimentation en eau se faisait facilement par gravitation.

4On sent par de nombreux témoignages que les Gallo-Romains ont eu, tout le long de leur présence à Escolives, de gros ennuis avec l’eau. Une partie du terrain du Pré du Creusot était marécageuse et on a vu que, ici ou là, les bâtisseurs avaient tenté de consolider le sol en jetant d’abord au fond de la fouille de gros blocs en vrac. Dans les thermes, on a observé la présence de deux sols d’hypocauste superposés avec un vide intermédiaire, ce qui montre la recherche d’une isolation contre les infiltrations d’eau, et qui correspond à ce qu’on appelle aujourd’hui un vide sanitaire. Enfin, en LD, en 1969, un groupe de stèles a été mis au jour entre le ru et le mur est de EG et de KR. La disposition de ces stèles a fait sentir qu’elles avaient été réutilisées pour préserver les fondations du mur des dégâts que l’eau pouvait éventuellement provoquer.

5Mais s’il y a des drains ou des égouts importants — celui qui traverse DB permet le passage d’un homme — bien souvent on est frappé par l’insuffisance des canaux d’évacuation des eaux pluviales ou usées. La vidange du bassin E se faisait bien par un tuyau de plomb, mais en réalité l’eau allait se répandre dans les fondations même de la construction. Un peu mieux soignés étaient les conduits d’évacuation des bassins DI et DK ; cependant la section des canalisations semble ridicule par rapport à la capacité de ces bassins. On imagine mal qu’une bonne partie de l’eau recueillie lors de pluies par la toiture recouvrant les galeries de ID ait pu être dirigée vers un puisard qui n’a pas une très grande profondeur. Toutefois, en AP et en AWP, on a observé un drain fait de pierres plates placées de chant et superposées sur une profondeur de plus d’un mètre.

6En résumé, on sent partout que les Gallo-Romains ont eu le souci de se débarrasser de l’eau envahissante, mais qu’ils n’ont pas toujours su résoudre ce problème.

IMPORTANCE DE LA COUR ID

7On a souligné la surface démesurée par rapport au reste des constructions de la cour ID. En revoyant le plan général, il est permis de dire que cette impression est probablement fausse, car la fouille est loin d’être achevée.

8En effet, on peut espérer un raccord entre la zone V et les constructions mises au jour à l’ouest de la cour ID. Il en va de même au nord et au sud. S’il en est bien ainsi, il est sûr que la cour sera ramenée à une surface mieux proportionnée à l’ensemble.

ORIENTATION DES BATIMENTS

9La poursuite de la fouille doit permettre de préciser l’importance des constructions représentées par le réseau de murs profonds, surtout en assurant leur complète reconnaissance ou leur jonction avec ce qui a été reconnu jusqu’ici. Il faut donc encore attendre.

10Mais, actuellement, ce qui frappe, c’est l’orientation différente des deux grandes parties des constructions mises au jour et leur rattachement à un moment donné l’une à l’autre par des murs de mauvaise qualité en général ; l’écart entre les deux est de 13°. Plusieurs indications laissent penser que les thermes sont plus anciens que le reste. Il est possible qu’à l’origine on ait construit des thermes indépendants de toute habitation. Pour les raisons exposées ci-dessus, on les a édifiés non loin du ru. Quand, après leur destruction, on a décidé, à la fin du IIIe siècle probablement, d’en bâtir d’autres, on a tout naturellement utilisé les murs profonds pour asseoir les nouveaux thermes, et il était plus commode d’utiliser la même orientation. En conséquence, les derniers thermes orientés sur la cour EB suivent cette orientation première et, comme on n’avait pas de murs anciens partout, on s’est servi en fondation de blocs architecturaux ou sculpturaux appartenant à des monuments ruinés.

11Cette explication paraît plausible, mais on se demande pourquoi l’architecte n’a pas axé l’ensemble des nouvelles constructions sur l’orientation des thermes. Il paraît difficile de répondre de façon satisfaisante. Une hypothèse se présente toutefois. Le fait de prendre une orientation nouvelle a conduit à bâtir sur la pente de Grippe-Soleil et donc d’assurer la mise hors d’eau des pièces d’habitation ; en même temps, on a remarqué que certaines salles, O, SL, SK, s’étageaient sur la colline et, de là, on avait une vue agréable sur les coteaux de la rive droite de l’Yonne ; peut-être ne faut-il pas négliger cet aspect purement esthétique.

12Mais on ne doit pas oublier que la photographie aérienne et des sondages ont mis en évidence qu’il existait sur la rive droite du ru d’importants vestiges gallo-romains. Il est possible aussi que l’on comprenne mieux le changement d’orientation quand on aura une vue générale de l’ensemble des vestiges existant à Escolives.

QUALITE DE LA VIE

13Dans le cadre actuel des fouilles, il est délicat de préciser à quel genre d’ensemble on a affaire. Certes, il y a des thermes, mais leur importance n’est pas considérable ; d’autre part on n’a pas trouvé d’assises permettant d’affirmer qu’il y avait un ou plusieurs sanctuaires. Si la céramique est représentée par de très nombreux tessons, la très belle céramique ou les vases complets sont assez rares ; mais jusqu’ici, on a fouillé très peu de pièces d’habitation. Malgré cette imprécision, il est tout de même possible de jeter quelque lumière sur ce que pouvait être le niveau de vie des Gallo-Romains durant leur présence sur le sol d’Escolives.

14Dans la construction, on observe souvent de beaux murs avec des moellons bien taillés et des angles particulièrement soignés. Dans 25 pièces, on a la certitude que les murs étaient recouverts d’enduit peint, et on a le témoignage que parfois les panneaux se terminaient en haut par des frises ornées, en chaux moulée : panneaux bleu pâle et blanc, délimités par de petites rayures vertes et noires ; motif végétal vert d’eau et orange sur fond blanc ; taches rose pâle sur fond rose vif et fleurs blanches sur fond bleu ; grandes fleurs turquoises et marron sur fond blanc par exemple. D’autre part, des fragments de marbres ont été mis au jour dans 17 pièces, et certains sont travaillés ; ainsi par exemple la plaque sur laquelle est sculptée une tête de dauphin. On rappellera que le fond du bassin FL est en partie constitué de grandes dalles de marbre blanc.

15On a vu aussi que la plupart des pièces sont chauffées par des hypocaustes dont la construction a été très soignée puisque la sole en est presque toujours bétonnée. Si l’on n’a pas mis au jour de mosaïque, en revanche, une très grosse quantité de cubes, surtout noirs et blancs, a été trouvée.

16Le catalogue du mobilier découvert montre que l’on disposait de tout ce dont on pouvait avoir besoin : outils, épingles, bijoux, etc… L’or et l’argent, les pierres précieuses, sans être en quantité, sont bien représentés. Du reste, s’il y a eu des produits importés, on est sûr que l’os a été travaillé sur place.

17Si d’un bout à l’autre de la période gallo-romaine les gens d’Escolives n’ont pas connu la prospérité, on a le témoignage qu’ils ont eu un niveau de vie assez élevé. Le point culminant en fut peut-être l’époque où se dressaient les monuments architecturaux dont une partie a été si heureusement protégée par son enfouissement dans le sol.

  • 1 Sans vouloir rappeler ici tous les articles et toutes les notices provisoires (on se reportera aux(...)

18De plus, leurs sentiments religieux sont attestés par la présence de nombreuses divinités : Hercule ; bloc d’Hercule chasseur ; bloc de frise du monument avec Cernunnos. On rappellera le stèle de Rosmerta. Dés à quatre dieux : Hercule, Mars, Junon, Mercure ; Vénus, Vulcain, Fortune ( ?), petit oratoire AV s’ouvrant sur la galerie de la cour ID1.

LES BLOCS ARCHITECTURAUX ET SCULPTURAUX

19La description sommaire des thermes revêt un caractère particulier, car c’est essentiellement sous les murs de cet ensemble que les blocs ont été mis au jour comme l’indique le plan ci-joint. On constate, à quelques exceptions près, qu’ils se trouvaient en fondation de E, F, L, DD, DH, DK, DI, moins le mur semi-circulaire (cf. pl. 8). Le fait que tous les autres murs des constructions du Pré de Creusot ne soient pas fondés sur des blocs montre que l’époque de la construction n’a pas dû être la même, sans qu’il soit possible de donner actuellement de date précise.

20Quand on voit l’enchevêtrement des murs qui se trouvent au voisinage des thermes, quand on constate qu’un même mur a été modifié à plusieurs reprises, comme le mur sud du frigidarium E où l’ouverture tapissée de tegulae qu’il possédait primitivement a été comblée, puis enduite de mortier rose sur lequel on a appliqué des dalles de calcaire, on s’aperçoit de la complexité de la construction et des transformations continuelles au cours des siècles. Aussi doit-on être très prudent avant d’avancer une date.

21Toutefois, lors de la campagne de 1966, une tranchée a été ouverte le long du mur nord de DK pour permettre la récupération des blocs remployés en fondation (pl. 20). Entre deux blocs et dans la terre glaise qui constitue le sol naturel, à l’altitude réelle de 106,42 m soit à 1,45m au-dessous de la crête du mur, un Gallienus en argent, en excellent état de conservation, a été trouvé. Une seule pièce de monnaie ne saurait être un témoignage suffisant pour servir d’élément de datation, elle fournit tout de même l’indication d’une période, et, ajoutée aux autres éléments de mobilier assez rares découverts au cours des fouilles, elle permet de dire que la construction des thermes de la dernière période remonte au plus tôt à la fin du IIIe siècle, ce qui, par voie de conséquence, situe les blocs à une époque antérieure.

  • 2 Albert GRENIER, Manuel d’Archéologie, Paris, 1931, t. V, p. 497.

22Une autre remarque s’impose. A Escolives, les blocs d’un ou de plusieurs monuments, ruinés probablement au cours des invasions du IIIe siècle, ont été réutilisés à des fins pacifiques, alors qu’ailleurs, vers le même temps, ce fut pour servir de fondations à des murailles défensives : Sens, Auxerre, Périgueux, Langres2 (On constate ici comme ailleurs que les blocs ont été enfouis dans le sol sans tenir compte de la place qu’ils occupaient dans le monument d’origine ; un claveau est ainsi associé à un élément de corniche ; sauf en quelques cas : les deux fragments qui forment la stèle de Rosmerta étaient par bonheur placés côte à côte ; en E, on a eu trois tambours de colonne engagée ; en DK, trois blocs de frise ornés de la palmette et se faisant rigoureusement suite.

23Il n’y a pas de conclusion particulière à tirer de cet état ; l’entrepreneur a utilisé les blocs selon leur arrivée sur le chantier. Mais il faut dire que leur remploi est très soigné. En DL, on a pu retrouver la tranchée de construction. Sa largeur à la base est celle des blocs, puis là où les moellons commencent à s’élever pour constituer le mur, la tranchée est plus large pour permettre apparemment au maçon de faire un enduit sur la façade. Dans ces conditions, on comprendra que généralement les éléments architecturaux dépassant en largeur celle de la tranchée aient été sciés ou martelés : c’est le cas des saillies de frise, de corniche, des chapiteaux ou des tambours de colonne. Comme on n’a pas retrouvé sur place d’éclats provenant de cette mise à dimension, hormis de rares exceptions, il faut penser que ce travail a été exécuté là-même où se trouvait le monument effondré.

24L’examen attentif des blocs indique que le transport n’a pas été effectué sans soin : on n’a pas brisé pour le plaisir de le faire, on n’a pas non plus martelé systématiquement les têtes, car s’il en manque, il en reste du moins un certain nombre ; et il est bon de faire remarquer que les têtes déjà fragiles en elles-mêmes se trouvent par surcroît placées à des points particulièrement délicats (angles ou arêtes), ce qui leur donne plus de chances de disparaître lors d’une simple fausse manœuvre. Ajoutons que, placés dans la tranchée, les blocs étaient souvent enduits de mortier de chaux pour leur donner l’aspect d’une pierre équarrie et que cela a remarquablement protégé les sculptures. Enfin, ils étaient déposés sur n’importe quelle face ; d’où parfois de grosses difficultés pour les récupérer sans leur faire subir de dommages. Le bon état général de l’ensemble laisse supposer que les blocs n’ont pas eu à supporter un très long transport, et cela permet d’espérer qu’on retrouvera un jour leur emplacement d’origine sur le site même d’Escolives.

25Au fur et à mesure de l’extension de la fouille hors du domaine des thermes, aussi bien au Pré du Creusot qu’au Champ des Tombeaux ou à Grippe-Soleil, des éléments architecturaux ou sculpturaux, voire de petits débris n’ont cessé d’être mis au jour, mais jamais aucun n’a été trouvé à sa place d’origine ; il s’agit toujours de remploi. Par exemple : un groupe de stèles funéraires en LD, LA ; des marches en KR ayant appartenu à un escalier d’une certaine importance comme en témoignent leurs dimensions : 170 X 54 X 20 cm ; des fragments placés dans les murs, comme un fût de colonne scié en deux dans le sens de la longueur en EF ; des éléments épars : base de colonne, larges dalles, fragments de larmier à Grippe-Soleil.

  • 3 Voir A. GRENIER, op. cit.

26On sait qu’en général on a construit à l’époque gallo-romaine et même antérieurement des monuments à caractère religieux à proximité des sources3 (Le rôle joué par la présence de l’eau incite à penser qu’elle fut particulièrement célébrée et utilisée : les thermes n’en sont-ils pas tout proches ? C’est pourquoi il est normal d’envisager un culte des eaux à proximité de la source.

27Enfin, la découverte dans les murs de moellons taillés dans les blocs de frise, dont nous possédons de nombreux exemplaires, de dalles découpées dans des pilastres, la marque de traits de scie sur des blocs récupérés, des saillies de frise ou de corniche sciées laissent à penser que le remploi a été poussé très loin, trop loin même si certains ont été transformés en chaux. Si cela est, les difficultés seront considérablement accrues pour l’anastylose.

Notes

1 Sans vouloir rappeler ici tous les articles et toutes les notices provisoires (on se reportera aux Informations archéologiques de Gallia ; nombreuses notes de R. KAPPS dans l’Echo d’Auxerre), on signalera la publication des deux dés à quatre dieux : R. KAPPS, Bull Soc. des Sciences de l’Yonne, 104 (1971-72), p. 23 à 39.

2 Albert GRENIER, Manuel d’Archéologie, Paris, 1931, t. V, p. 497.

3 Voir A. GRENIER, op. cit.

© ARTEHIS Éditions, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search