Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Curiosités gallo-romaines du Val de Saône

Martine Joly

Texte intégral

1De nos jours, les études céramologiques prennent le plus souvent en compte des lots de céramiques numériquement importants et bien datés, et elles privilégient les formes bien attestées, afin de mettre à la disposition des chercheurs des ensembles de références fiables. De ce fait, et contrairement à ce que l’on a connu au xixe s., les vases singuliers sont à l’heure actuelle délaissés et demeurent le plus souvent inédits. Pourtant, des formes originales, voire exceptionnelles, apportent leur lot d’informations et contribuent à reconstituer l’histoire d’un site et de ses habitants, ou quelquefois permettent d’aborder certains aspects originaux de la société antique.

2Dans le val de Saône, et en particulier dans la région de Chalon-sur-Saône, ont été recueillies des poteries gallo-romaines d’une forme originale, qui n’ont pas encore à ce jour fait l’objet d’une étude d’ensemble. Il s’agit de vases fabriqués en céramique commune, qui sont munis de becs verseurs en forme de phallus.

Description (fig. 1 et 2)

3Le musée Denon à Chalon-sur-Saône conserve une trentaine d’exemplaires différents se rattachant à ce type de forme. Nous avons pu en examiner vingt-sept, grâce à l’obligeance de L. Bonnamour (fig. 3).

4Les vases présentent un profil piriforme (fig. 1, no°1 ; fig. 2 no°2) ; leur ouverture, à peine moins large que le diamètre maximum, se termine par une lèvre arrondie et déversée. La liaison lèvre-panse s’effectue par un petit bourrelet. Le fond convexe repose sur trois pieds (pastilles ou tétons collés à la barbotine). La forme n’est pas courante, mais l’originalité du vase réside avant tout dans la présence d’un pénis creux, en érection, qui est collé à la barbotine à la base de la panse, et qui fait office de bec verseur. Les attributs du membre masculin sont figurés de manière réaliste, avec un grand souci de précision anatomique.

5Les vases présentent une hauteur de 8 à 13 cm, et un diamètre maximum (supérieur à la hauteur) qui varie de 8 à 14 cm (fig. 3). Les phallus mesurent de 12,5 cm (pour la plupart) à 18,5 cm de long, avec un diamètre variant de 2 à 4 cm (3 cm le plus souvent). On peut donc considérer que les pénis en érection sont représentés avec des dimensions proches de la grandeur nature. Les plus petits récipients possèdent un seul phallus, ceux de taille moyenne trois. Un individu de taille plus importante, trouvé à Trévoux (Ain), nous a été signalé par L. Bonnamour. Il est équipé de cinq phallus.

6Les vases sont fabriqués en céramique commune claire, la pâte est beige à orange, mi-fine, et la surface externe porte un engobe micacé, de couleur doré à orange foncé, quelquefois passé au pinceau.

7Les vases qui nous sont parvenus sont généralement mutilés. Le mieux conservé est presque intact (fig. 1, no°1), mais il lui manque l’un de ses trois becs-verseurs (fig. 2, no°1). Tous les autres individus sont incomplets : pour quinze d’entre eux, on a encore la forme du vase (par exemple fig. 2, nos 2 à 6), le plus souvent sans le déversoir, tandis que pour les onze autres, il ne reste que le phallus (fig. 2, nos 7 à 14).

Contextes de découverte des vases chalonnais

8Les vases à déversoir phallique conservés au musée de Chalon-sur-Saône proviennent essentiellement de la Saône ; la plupart des vases ont été exhumés lors des recherches subaquatiques effectuées sous la direction de L. Bonnamour (fig. 3). Quelques-uns correspondent à des découvertes anciennes et seuls deux proviennent de fouilles « terrestres », réalisées, fin 1985, par G. Monthel en bordure de la rive droite de la Saône. On peut distinguer deux grands types de contextes de découverte (fig. 4) : les zones portuaires et les zones de passages (pont ou gué).

9Sur la rive droite de la Saône, aux lieux-dits le « Petit-Creusot » et le « Port Guillot » a été identifiée une vaste zone portuaire interprétée comme le port méridional de l’antique Cabilonnum. En outre, des vestiges correspondant à des passages à gué y ont également été repérés (gué de Benne-Lafaux au Petit Creusot et gué de Port Guillot : Bonnamour, 2000, p. 46-47 et p. 89-96 ; Dumont, 2002).

Fig. 1. Vases à déversoirs phalliques conservés au musée Denon à Chalon-sur-Saône (dessins C. Michel, sauf nos 1 et 6, M. Joly ; DAO J. Simon ; éch. 1/3).

Fig. 2. Photographies de vases à déversoirs phalliques conservés au musée Denon à Chalon-sur-Saône (cl. M. Joly).

Fig. 3. Tableau d’inventaire et dimensions des vases déversoirs phalliques.

Fig. 4. Carte des sites de la région chalonnaise ayant livré des vases à déversoirs phalliques (DAO Ph. Barral et M. Joly).

Comparaisons, parallèles

10À l’époque gallo-romaine, les représentations de phallus ne manquent pas ; l’organe viril est souvent figuré sur des supports et des matières divers (bois, pierre, verre, métaux cuivreux ou précieux, terre cuite, os). P.-J. Trombetta en a réalisé, il y a quelques années, une « brève approche typologique » (Trombetta, 1999, p. 88-89).

11Nous avons sélectionné, dans le cadre de cet article, les phallus en terre cuite qui prennent place sur un vase en tant que déversoir. Les représentations sculptées, les amulettes en métal, bois de cervidés, os, etc., ainsi que les simples décors sur vases ou autre support ont donc été délaissés.

12Notre enquête a permis de recenser un certain nombre de ces récipients en terre cuite, qui disposent d’un bec verseur en forme de pénis en érection. Ils ont été trouvés en Gaule romaine ou dans les régions voisines. Au total, on compte une vingtaine de vases (fig. 5 à fig. 7).

13Les récipients à déversoir phallique se rattachent à différents groupes de production, comme le révèlent un examen des pâtes, d’une part, et la typologie des vases, d’autre part. On peut donc distinguer plusieurs grandes séries : la première est constituée par le lot du musée Denon, trouvé à Chalon-sur-Saône ou dans le val de Saône, la seconde rassemble les vases provenant du limes germanique et la troisième les vases méditerranéens de provenance hispanique (Portugal). Enfin, dans la dernière série sont rassemblés tous les autres exemplaires isolés, pour lesquels on dispose de peu d’informations.

  • 1 Trouvailles inédites : informations S. Dubois ; Bayard, 1980 : marmite tripode, incomplète trouvée (...)
  • 2 Joly, 1992, vol. 1, p. 131 et vol. 2, pl. 65 no°180 ; pl. 67 no°206 à 215… etc. ; et renseignements (...)

14Pour la région chalonnaise et la vallée de la Saône, le centre de potiers est identifié et localisé précisément. Il s’agit du groupe de production de La Ferté, situé à une quinzaine de kilomètres au sud de Chalon-sur-Saône (fig. 7). Ces productions ont fait l’objet d’analyses, réalisées par C. Batigne au laboratoire de céramologie de Lyon, et publiées récemment (Bonnet et alii, 2003, p. 161). La typologie des productions et l’examen des pâtes, maintenant facilement reconnaissables, même à l’œil nu, permet de pister la diffusion de ces ateliers du val de Saône, spécialisés dans la fabrication de vaisselle de cuisine (plats, marmites, pots, bouilloires) et de vases à déversoirs phalliques. Ces derniers ne semblent pas avoir été exportés seuls, ils accompagnaient les vases constituant la batterie de cuisine, comme le prouvent les découvertes réalisées à Lyon et Saint-Romain-en-Gal, mais également à Amiens1 (fig. 6, no°1) et à Langres2 (fig. 6, no°2). Ces sites ont livré des lots de comparaison numériquement importants, avec des produits de La Ferté en quantité non négligeable, et, à chaque fois, les vases phalliques sont proportionnellement marginaux. L’exemplaire isolé trouvé en mer à Fos (donné au musée Denon : fig. 2, no°15) appartient à cette série.

15Les vases trouvés sur le limes germanique à Niederbieber et Zugmantel proviennent de l’atelier de Heddernheim (Allemagne : Oelmann, 1976, p. 85-86). Il s’agit de formes bien reconnaissables. Les vases sont très pansus, avec un col haut, tronconique, et munis de deux anses. Sur l’un des côtés de la panse, les traits d’un visage sont grossièrement représentés en relief à la barbotine (deux yeux, surmontés de leurs sourcils, un nez et une bouche). À l’opposé, se trouve un bec verseur en forme de phallus, au gland bien marqué et aux bourses discrètement figurées. Sur l’un des exemplaires de Zugmantel, les testicules sont, au contraire, représentés par deux boules.

16Les exemplaires hispaniques offrent euxaussi quelques particularités typologiques (Alarcão, Étienne, 1975, pl. I et XXIX, no°609). Le vase est ovoïde et présente un col haut, tronconique et une seule anse. Le bec verseur, situé à l’opposé de l’anse, a la forme d’un phallus au gland bien marqué. Il est encadré par deux phallus de toute petite taille et relié à la panse par une petite coupelle, collée à la barbotine, entre la panse et le déversoir (Alarcão, Étienne, 1975, p. 95, no°609).

Fig. 5. Liste des sites de Gaule et des régions voisines ayant livré des vases à déversoirs phalliques.

17Enfin, pour tous les autres exemplaires isolés mentionnés sur la figure 5, les centres producteurs restent à découvrir.

Datation

  • 3 Céramique commune africaine : Lamb. 3b1-Hayes 14b, Lamb. 10, Hayes 181, Hayes 50 – 3 fragments de s (...)
  • 4 Vers le début du 1er siècle, les potiers de Haltern ont fabriqué des phallus en terre cuite (Schnur (...)

18Quelques-uns des vases à déversoir phallique proviennent de contextes archéologiques bien cernés chronologiquement. Pour les vases chalonnais, les exemplaires du Petit-Creusot proviennent d’un contexte archéologique (couche 22-23) dans lequel a été trouvé un abondant mobilier, bien caractéristique de la première moitié du iiie s. (céramique commune africaine, sigillée claire A et B, amphores Dr. 20 et G 4 tardives, Tripolitaine 3 ; et céramique communes régionales claires, à engobe micacé)3. La même datation est donnée à Saint-Romain-en Gal (Leblanc, Desbat, 1992, p. 150), ainsi qu’à Amiens (inédit, informations S. Dubois 1995 ; 1999 ; à paraître). Les autres productions identifiées sont également datées de la fin du Haut-Empire, et, plus précisément, du iiie s.4.

Fig. 6. Vases à déversoirs phalliques trouvés à Amiens (no°1, dessin St. Dubois), Langres (no°2, cl. S. Février) et au Puy-de-Dôme (nos 3 et 4, cl. musée Bargoin).

19Au vu des différents éléments recueillis, les récipients à déversoirs phalliques ne semblent pas exister avant la fin du Haut-Empire.

Commentaire

  • 5 P.-J. Trombetta a recensé, en 1999, 250 amulettes en prenant en compte la France et quelques pays v (...)

20La représentation du membre viril apparaît relativement courante dans le monde romain, en particulier en pierre. Le phallus, représenté seul, en terre cuite, métal, os, bois de cerf ou encore pierre, est interprété comme un objet destiné à conjurer le mauvais sort, une amulette porte-bonheur, le fascinum romain (Trombetta, 1999, p. 84-91). Ce type d’objet se rencontre relativement fréquemment sur les sites gallo-romains5, mais en quantité assez restreinte. Par contre, les phallus utilisés comme déversoirs sur des pots ne semblent pas très fréquents. Les quelques exemplaires signalés en Gaule, en Germanie et en Hispanie, font figure de découvertes exceptionnelles.

Fig. 7. Localisation des découvertes de vases à déversoirs phalliques (carte M. Joly ; fond de carte DAO B. Turina).

Fonction des vases à déversoirs phalliques

21Pour tenter de cerner la fonction de ces récipients particuliers, nous disposons d’informations diverses. Les premières, d’ordre archéologique, résultent des données liées aux contextes de découverte des vases, quand ils sont connus avec précision.

22Les vases à déversoir phallique trouvés dans la Saône proviennent, la plupart du temps, de sites interprétés comme des passages à gué (Lux, Petit-Creusot, par exemple). Il s’agit de vases qui portent des traces de feu, typiques d’une utilisation domestique, et jamais de récipients neufs. Ils sont retrouvés associés à de nombreux autres récipients en terre cuite, de production locale, ou importés. Parmi les vases présents, une forme mérite une attention particulière : il s’agit de bouilloires en céramique commune. Ce type de récipient, assez courant sur les sites d’habitat, présente ici une particularité. En effet, très souvent, les bouilloires portent le nom de leur propriétaire, gravé à la pointe sèche sur leur panse. Ces vases semblent avoir fait l’objet de dépôts volontaires et correspondent vraisemblablement à des offrandes (Bonnamour, 2000, p. 45-52). Les vases à déversoir phallique portent des traces de flammes, ils ont donc été utilisés comme vase de cuisson, sans doute pour faire chauffer de l’eau, comme les bouilloires. Un exemplaire trouvé à Saint-Romain-en-Gal (Leblanc, Desbat, 1992, p. 143 no°1) semble muni d’un filtre, et pourrait correspondre à une tisanière.

23Une particularité mérite d’être soulignée. Parmi tous les exemplaires recueillis, aucun n’a jamais été retrouvé intact. Certes, le déversoir, comme les anses ou les pieds constituent des éléments très fragiles, qui sont donc plus facilement cassés que le reste du vase. Cependant, le caractère presque systématique des cassures au niveau du déversoir phallique pourrait indiquer un bris volontaire, les vases ayant été amputés de leur bec verseur, de leur phallus, à la suite d’une cérémonie particulière, dont les modalités nous échappent.

24Les exemplaires trouvés en fouille terrestre proviennent de contextes variés. Dans la majeure partie des cas, il s’agit de contextes domestiques, des maisons urbaines, si l’on excepte la découverte de la villa de Rouvres-en-Plaine. Malheureusement, il s’agit le plus souvent de vases trouvés dans des remblais et non en contexte d’utilisation primaire. Par conséquent, ils apportent peu d’éléments de réponse à la question de la fonction de ce type de récipients. L’exemplaire trouvé à Conimbriga (Portugal) fait figure d’exception. Le vase était conservé « dans le sol en terre battue d’une maison » et le fouilleur lui attribue un rôle prophylactique. L’objet aurait servi à protéger les habitants de la demeure contre le mauvais œil ou encore assurer le bon déroulement de la construction (Alarcão, Étienne, 1975, p. 93-95).

25Seuls les trois exemplaires trouvés au sommet du Puy-de-Dôme proviennent d’un sanctuaire. Deux d’entre eux (fig. 6, nos 3 et 4) ont été mis au jour, au xixe s., à l’intérieur du temple principal dédié à Mercure et le troisième a été recueilli, lors de travaux de nettoyage effectués en 1962, à proximité de ce bâtiment religieux (Provost, Mennessier-Jouannet, 1994, p. 232). M. Provost et Ch. Mennessier-Jouannet les classent parmi les ex-voto, mais il s’agit bien de déversoirs détachés de vases disparus.

26Les civilisations précolombiennes ont livré les plus anciens exemples de récipients en terre cuite munis de phallus (Mattelaer, 2000, p. 114-117). On connaît, en particulier, des cruches à un (ou deux) bec verseur phallique dans la poterie Vicus (500 avant – 50 après J.-C.). Dans la culture Mochica (100 avant - 600 après J.-C.), le sexe masculin est représenté muni de ses attributs (glands, testicules, prépuce). Dans tous les cas, le pénis en érection est présenté de manière réaliste, mais avec des dimensions importantes. Ces vases au goulot phallique sont mis en relation avec la fertilité et les cultes qui s’y rattachent. Ils ont pu contenir des préparations liquides aux vertus fertilisantes, vertus soulignées par la taille exagérée du phallus ou encore des boissons assimilables à des potions magiques. Il est également envisagé que certains vases correspondent à des représentations humoristiques.

Conclusion

27Les exemplaires identifiés au cours de notre enquête révèlent que la « mode » des vases à déversoir phallique semble remonter en Gaule, de même que dans les régions voisines, à la fin du Haut-Empire. Le goût pour ce genre de récipient a perduré par la suite, mais ces vases ont été alors réservés à un usage païen et leur nombre est resté marginal.

28Ces vases sont attestés de manière anecdotique en Gaule romaine. Leur forme originale et leur rareté pourraient inciter à les interpréter comme des vases rituels.

29En l’état actuel des connaissances, seuls les trois exemplaires trouvés au sommet du Puy-de-Dôme proviennent d’un sanctuaire. Au contraire, les amulettes en métal ou les figurations phalliques sur des supports divers sont bien attestées (voir par exemple Trombetta, 1999, p. 95-100) dans les sanctuaires et les nécropoles gallo-romaines. Les vases à déversoir phallique trouvés dans la Saône, à Chalon-sur-Saône et sur les sites de gué, suggèrent une pratique d’offrandes, mais on n’identifie pas la raison et le destinataire de ces gestes. Ainsi, si la fonction votive apparaît clairement, il est plus difficile de déterminer la nature des rituels pour lesquels les vases étaient utilisés. Il serait tentant d’interpréter ces vases comme des restes provenant de cérémonies ou de fêtes auxquelles participaient les utilisateurs du gué avant leur traversée.

30Cette forme de vases à plusieurs phallus peut être comparée à des récipients actuels en forme de théières, munis de multiples becs que l’on appelle des « groles » dans certaines régions montagneuses de France (Savoie, Pyrénées… : fig. 8), dans lesquels on verse des préparations alcoolisées que les convives boivent à tour de rôle, en fin de repas et qui permettent d’occuper de longues soirées.

Fig. 8. Récipient actuel appelé « grole ». Restaurant « Le Cercle suisse » à Besançon (dessin M. Joly).

Bibliographie

Bibliographie

Alarcão, Étienne 1975 : Alarcão (J.), Étienne (R.). — Fouilles de Conimbriga V : la céramique commune locale et régionale. Paris : De Boccard, 1975. 158 p., 64 pl.

Bayard 1980 : Bayard (D.). – La commercialisation de la céramique commune à Amiens du milieu du iie à la fin du iiie s. après J.-C. Cahiers archéologiques de Picardie, 1980, 7, p. 147-209.

Bonnamour 1990 : Bonnamour (L.). — Chroniques archéologiques : Lux. Mémoires de la Soc. d’histoire et d’archéologie de Chalon-sur-Saône, 58, 1990 (1988-1989), p. 30-33.

Bonnamour 2000 : Bonnamour (L.). — Archéologie de la Saône, le fleuve gardien de la mémoire. Paris : Errance/Ville de Chalon-sur-Saône, 2000. 160 p., ill.

Bonnet et alii 2003 : Bonnet (C.), Batigne-Vallet (C.), Delage (R.), Desbat (A.), Lemaitre (S.), Marquié (S.), Silvino (T.). — Mobilier céramique du iiie siècle à Lyon. Le cas de trois sites de la ville basse : place des Célestins, rue de la République/rue Bellecordière et place Tolozan. In : Rivet (L.) dir. — Le mobilier céramique dans la cité de Vienne et à Lyon : actualité des recherches céramiques : Actes du congrès de Saint-Romain-en-Gal. Marseille : Soc. française pour l’étude de la céramique, 2003, p. 145-182.

Calderoni 1999 : Calderoni (P.). — Saint-Pierre-du-Bosguerard - Le village. In : Bilan Scientifique de la région de Haute-Normandie 1998. Paris : Ministère de la Culture et de la Communication, Direction du Patrimoine, Sous-Direction de l’Archéologie, 1999, p. 40-42.

Collectif 1999 : Collectif. — Guide du site Saint-Romainen-Gal. Paris : Réunion des musés nationaux, 1999. 112 p., ill.

Collectif 2003 : Collectif. — 100 000 jaar sex over liefde, vruchtbaarheid en velust : catalogue d’exposition. Assen (NL) : Drents Museum, 2003. 108 p., 250 ill.

Devauges 1979 : Devauges (J.-B.). — Informations archéologiques, dragages de la Saône. Gallia, 37, 2, 1979, p. 460-461.

Dubois 1995 : Dubois (S.). – [Étude céramologique]. In : Binet (E.) dir. – Amiens, Palais des sports, DFS. Amiens : SRA, 1995, non paginé, vol. 2.

Dubois 1999 : Dubois (S.). – [Étude céramologique]. In : Binet (E.) dir. – Amiens, rue de la vallée et Claudius Serrasaint, DFS. Amiens : SRA, 1999.

Dubois à paraître : Dubois (S.). – [Étude céramologique]. In : Binet (E.) dir. – Un quartier résidentiel gallo-romain à Amiens : les fouilles du Coliseum/Palais des sports. Manuscrit à paraître.

Dumont 2002 : Dumont (A.). — Les passages à gué de la Grande Saône : approche archéologique et historique d’un espace fluvial (de Verdun-sur-le-Doubs à Lyon). Dijon, 2002. 275 p., ill. (Suppl. à la Revue archéologique de l’Est ; 17).

Joly 1992 : Joly (M.). — Recherches sur la céramique commune gallo-romaine dans l’est de la Bourgogne. Thèse de doctorat. Dijon : Université de Bourgogne, 1992. Vol. I, 318 p. ; vol. II, 75 p., 121 fig. ; vol. III, 136 pl.

Leblanc, Desbat 1992 : Leblanc (O.), Desbat (A.). — Un lot de céramiques du début du IIIe siècle à Saint-Romainen-Gal (Rhône). Revue archéologique de Narbonnaise, 25, 1992, p. 125-150.

Mattelaer 2000 : Mattelaer (J.-J.). — Le phallus dans l’art et la culture. Pana : Groeninghe, 2000. 160 p., ill.

Monthel et alii : Monthel (G.), Blanc (N.), Gury (F.). – Les vanneries gallo-romaines du Petit-Creusot à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire). Gallia, 57, 2000, p. 161.

Oelmann 1976 : Oelmann (F.). — Die Keramik des Kastells Niederbieber. Römisch-Germanische Kommission des deutschen Archäologischen Instituts zu Frankfurt am Main, Heft 1. Bonn : R. Habelt Verlag, 1976. 80 p., 9 pl.

Provost, Mennessier-Jouannet 1994 : Provost (M.), Mennessier-Jouannet (C.). — Carte Archéologique de la Gaule : le Puy-de-Dôme 63/2. Paris : Acad. des Inscriptions et des Belles-Lettres, 1994, 396 p.

Schnurbein 1977 : Schnurbein (S. von). — Die Produktion der Halterner Töpföreien. Rei Cretariae Fautorum Acta XVII/XVIII, 1977, p. 38-50.

Trombetta 1999 : Trombetta (P.-J.). — La Guerre des Gaules (phallus d’Île-de-France et d’ailleurs). In : Actes des Journées Archéologiques 1999. Paris : SRA d’Île-de-France, 1999, p. 83-115.

Notes

1 Trouvailles inédites : informations S. Dubois ; Bayard, 1980 : marmite tripode, incomplète trouvée rue Vanmarcke (p. 173, pl. 15 no°56 et p. 193).

2 Joly, 1992, vol. 1, p. 131 et vol. 2, pl. 65 no°180 ; pl. 67 no°206 à 215… etc. ; et renseignements A. Vaillant pour le site de la place des États-Unis, fouilles E. Frézouls.

3 Céramique commune africaine : Lamb. 3b1-Hayes 14b, Lamb. 10, Hayes 181, Hayes 50 – 3 fragments de sigillée claire A – 3 vases en sigillée claire B de la vallée du Rhône, dont un gobelet à deux anses Desbat 3, avec deux médaillons d’applique, l’un représentant Mars et l’autre un combat de gladiateurs, avec l’inscription Sta [n]t[es] missi et des graffiti : Joly, 1992, p. 77-81 ; repris dans Monthel et alii 2000.

4 Vers le début du 1er siècle, les potiers de Haltern ont fabriqué des phallus en terre cuite (Schnurbein, 1977, p. 49, fig. 8-1). Cependant, ces derniers ne servaient pas de bec verseur et ils semblent plutôt s’apparenter à leurs homologues en pierre, qui étaient posés ou suspendus afin de lutter contre le mauvais œil (Trombetta, 1999, p. 89 et 110, note 95).

5 P.-J. Trombetta a recensé, en 1999, 250 amulettes en prenant en compte la France et quelques pays voisins (Allemagne, Benelux, Espagne et Grande-Bretagne) : Trombetta, 1999, p. 91, note 131.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Vases à déversoirs phalliques conservés au musée Denon à Chalon-sur-Saône (dessins C. Michel, sauf nos 1 et 6, M. Joly ; DAO J. Simon ; éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14409/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Fig. 2. Photographies de vases à déversoirs phalliques conservés au musée Denon à Chalon-sur-Saône (cl. M. Joly).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14409/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 3. Tableau d’inventaire et dimensions des vases déversoirs phalliques.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14409/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Légende Fig. 4. Carte des sites de la région chalonnaise ayant livré des vases à déversoirs phalliques (DAO Ph. Barral et M. Joly).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14409/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 5. Liste des sites de Gaule et des régions voisines ayant livré des vases à déversoirs phalliques.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14409/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Légende Fig. 6. Vases à déversoirs phalliques trouvés à Amiens (no°1, dessin St. Dubois), Langres (no°2, cl. S. Février) et au Puy-de-Dôme (nos 3 et 4, cl. musée Bargoin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14409/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende Fig. 7. Localisation des découvertes de vases à déversoirs phalliques (carte M. Joly ; fond de carte DAO B. Turina).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14409/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 8. Récipient actuel appelé « grole ». Restaurant « Le Cercle suisse » à Besançon (dessin M. Joly).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14409/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 292k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search