Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

À propos de quelques amphores de Chassey

Fabienne Olmer

Entrées d'index

Texte intégral

1Le témoignage des amphores caractérise, à l’âge du Fer et durant le Haut-Empire, les étapes successives de l’arrivée de denrées, le plus souvent alimentaires, depuis la sphère méditerranéenne. Elles s’accompagnent progressivement de produits locaux, dont certains ont eux-mêmes nécessité la fabrication de tels récipients, comme par exemple le vin « bourguignon », élaboré sans doute dès la deuxième moitié du ier s. de notre ère sur la « Côte » ou aux alentours d’Auxerre, voire même en Franche-Comté (Olmer, 1996 ; Gauthier, Joly, 2003).

2Initialement, cette contribution dédiée à J.-P. Thevenot aspirait à présenter un point sur les amphores découvertes sur l’oppidum de Chassey, sachant que la littérature locale et de récents travaux d’inventaires mentionnaient un peu d’amphores archaïques et républicaines (Thevenot, 1997, p. 175). Elles étaient en définitive si peu nombreuses que le propos a été étendu aux amphores du territoire alentour, une zone arbitrairement définie entre Tournus, Beaune et Autun, où l’oppidum de Chassey occupe donc une place centrale, toutes époques confondues (fig. 1).

3Nous présenterons donc ici un point sur ce petit territoire, tout proche de la Saône, pour en donner les éléments essentiels d’une brève analyse sur des aspects du commerce des amphores et des débuts du vignoble bourguignon.

4La région de Chassey est une des premières à avoir reçu des produits importés de Méditerranée. À partir de données publiées ces dernières années (Flouest, 1990 ; Chaume, 2001), il est possible de présenter un bref état de la question sur les amphores archaïques. On constatera de prime abord que les sites connus en France pour avoir révélé des amphores de Marseille grecque, d’Italie, de Grande Grèce ou de mer Égée sont particulièrement nombreux dans cette région de l’est de la Gaule où est situé Chassey, en limite occidentale du domaine hallstattien. Ainsi, les amphores de Marseille se rencontrent à Chassey, à Gergy, à Milly-Lamartine, à Moncey, à Bragny-sur-Saône, à Verjux, à Montmorot, des sites établis à proximité de notre zone d’étude ou légèrement au-delà, notamment vers le Jura (Flouest, 1990, p. 255 ; Collet, Flouest, 1997, p. 162-171).

Fig. 1. Localisation des sites mentionnés dans le texte.

5Les amphores marseillaises sont facilement reconnaissables, au moins pour certaines d’entre elles, grâce à leur argile claire, rosée à jaune, parsemée de très grosses paillettes de micas argentés (jusqu’à 2-3 mm). Leur forme, standardisée, est caractérisée par une panse en toupie, un bord en gros bourrelet replié et un pied en bouton, dont les variantes ont été décrites par M. Py, qui a établi une chrono-typologie toujours d’actualité (PY, 1978 ; 1993 ; 2001). Dès le début de leur fabrication, dans le courant du vie s. avant J.-C., les amphores massaliètes existent en deux modules, caractéristiques du monde grec, comme le signale le papyrus de Zénon daté du milieu du iiie s. où apparaissent les hémi chia qui ont une contenance moitié moindre des chia (amphores de Chio). Globalement, la production des modules « entiers » est largement plus abondante que les demi modules et la capacité moyenne des amphores marseillaises à l’époque grecque est de 21 l, soit le standard grec (Bertucchi, 1992).

6Le vin grec produit dans la chora massaliote et transporté dans ces amphores était de bonne qualité. Il s’agit d’un cépage aminéen, italique, originaire de Campanie, importé au vie s. avant J.-C. avec la technique de la taille. Le vin était épais, issu de vendanges tardives, de bonne qualité et noté comme assez coûteux ; il était bu à la manière grecque, c’est-à-dire coupé d’eau. Galien signale aussi un blanc, plus léger, sans doute plus tardif. Le vin de Marseille était diffusé en Gaule, mais aussi jusqu’en Orient, comme en témoigne un ostrakon découvert à Kosseir sur la mer Rouge, qui mentionne le vin de Marseille par la seule forme des amphores. C’est une attestation très intéressante, puisqu’elle signale que les amphores de Marseille présentaient donc une apparence spécifique qui permettait de les reconnaître parmi les autres (Bertucchi, 1992). C’est sans doute ce que distinguaient également les anciens de Chassey et sa région : des amphores globulaires qui leur promettaient l’ivresse...

7Des autres amphores circulant à cette période, les vie et ve s. avant J.-C., il n’est que très rarement fait mention. Ainsi, on notera trois fragments d’amphores étrusques identifiés par C. Duvauchelle à Bragny-sur-Saône (Duvauchelle, 1991, p. 59), auxquels s’ajoute un unique fragment d’anse, conservé au musée Denon à Chalon-sur-Saône, en provenance de la Saône, et trouvé à proximité de Bragny-sur-Saône, à la hauteur des « Îles Percées » (Olmer, 1997). Dérivée des prototypes phénico-puniques, la production de ces amphores est très longue puisqu’elle s’étend du viiie au ive s., et peut-être même au-delà. On estime d’ordinaire qu’elles ont servi à transporter du vin mais d’autres produits ne sont pas exclus. En Gaule méridionale, leur commerce démarre durant la deuxième moitié du viie s. avant J.-C., vers 630, s’amplifie au vie s., puis décroît pour devenir sporadique après 450, soit dans la deuxième moitié du ve s. avant J.-C. (PY, 2001) ; l’anse de Bragny-sur-Saône ne peut malheureusement être datée (fig. 2). Enfin, il est possible que d’autres amphores aient été importées, comme des amphores de Milet ou de Chio, qui sont assez courantes sur les côtes provençales et languedociennes. On estime que le nombre total des amphores précoces, notamment de Marseille, s’élève dans la région à quelques dizaines d’individus, résultat qui repose notamment sur les recherches conduites à Bragny-sur-Saône, où était établie une importante communauté de métallurgistes-forgerons. Le site, placée stratégiquement à la confluence de la Saône et du Doubs devait, à la période hallstattienne, occuper la fonction d’emporion : on y a ainsi compté plus de 1 350 fragments d’amphores massaliètes, soit l’équivalent de près de cinquante individus (Duvauchelle, 1991, p. 59 ; Flouest, 1995, p. 30). Dans cette perspective, l’oppidum de Chassey, et tout proche de Bragny, aurait plutôt occupé une fonction politique (Thevenot, 1997, p. 177).

Fig. 2. Deux témoignages d’amphores archaïques à Bragny-sur-Saône. 1 : un bas d’anse d’amphore étrusque (« Les Îles Percées », en Saône : PK 169,500-170,500 ; dessin C. Michel, Musée Denon - éch. 1/4) ; 2 : une amphore de Marseille (« Sous Moussière », d’après Flouest, 1990, p. 257, fig. 2).

8La période comprise entre la fin du ve et la fin du iiie s. avant J.-C. est une curieuse période de hiatus, puisque l’on observe une absence totale d’importation d’amphore. On a ainsi tout lieu de penser que si les importations (notamment de vin) sont stoppées « en amphores », elles ont peut-être été suppléées par l’intermédiaire d’autres conteneurs comme les outres mais sans doute aussi les tonneaux (Marlière, 2002).

9C’est seulement à la toute fin de La Tène C2 que le commerce reprend, par l’intermédiaire des premières importations d’amphores italiques républicaines, signe d’une reprise des échanges avec la sphère méditerranéenne. Le site du « Petit-Chauvort » à Verdun-sur-le-Doubs, est actuellement un des seuls sites de Bourgogne (et de France de l’Est) où les gréco-italiques soient véritablement attestées. On en compte une quarantaine d’exemplaires, ce qui est loin d’être négligeable (Videau, 1999) (fig. 3).

10On estime que ces amphores ont été acheminées dans la première moitié ou aux alentours du milieu du iie s. avant J.-C., plutôt qu’à la fin du iiie s., période à laquelle les importations de ce type sont encore rarissimes dans cette partie de la Gaule. Le site du « Petit-Chauvort » est donc pour cette période un site particulièrement intéressant, puisqu’il témoigne d’un important habitat ouvert assez dynamique, qui a peut-être occupé une fonction liée à une zone portuaire précoce, située stratégiquement dans cette région de confluence, entre Séquanes et Éduens (Bonnamour, 2002).

11Les gréco-italiques sont, somme toute, assez rares au sein de notre petite zone d’étude. En revanche, les amphores qui leur succèdent, les Dressel 1, emblématiques témoins de la diffusion du vin romain tardo-républicain des iie et ier s. avant J.-C., sont extrêmement bien importées en Gaule, où le pays Éduen occupe une place toute particulière. Grâce au rôle moteur de Chalon-sur-Saône et de Bibracte, la capitale des Éduens, les Dressel 1 apparaissent au cours de la décennie 130/120 avant J.-C., d’une manière assez offensive, puisque le phénomène s’établit sans phase de transition. Notre zone d’étude est largement approvisionnée, profitant du vaste courant importateur qui achemine des millions d’amphores vers la Gaule de l’est, par le biais, dans ce cas de la vallée de la Saône. La zone autour de Chassey voit couler la Saône, et de nombreux gués témoignent de l’activité de la rivière, très riche en vestiges, notamment ces amphores italiques, qui allaient alimenter en vin les oppida bien sûr mais surtout les nombreux établissements agricoles, fréquents dans cette plaine fertile (Barral, 1994 ; Olmer, 1997 ; 2003).

12On ne sait pas toujours bien interpréter la nature des vestiges découverts. Dans le cas de Chalon-sur-Saône, il peut s’agir de restes dus au reconditionnement des denrées comme le suggèrent les nombreux fragments découverts au xixe s., à partir desquels on estime le nombre des Dressel 1 rejetées à certains endroits du port romain de Cabillonum à 500 000 amphores (Tchernia, 1986). Il peut aussi s’agir de restes de la consommation du vin dans le cadre « domestique », notamment sur les sites à vocation agricole comme ceux identifiés à Tournus, à Cersot, à Saint-Symphorien d’Ancelle, à Varennes-lès-Mâcon ou encore Azé-le-Saulé (Barral, 1994), où la majorité des découvertes témoignent de rejet de consommation « familiale » (Olmer, 1997). On tend à opposer à ce type de consommation, très répandu même en milieu rural, une consommation « aristocratique » qui se rattache le plus souvent aux sources historiques, notamment au fameux texte de Poséidonios d’Apamée (connu par fragments à travers le texte d’Athénée de Naucratis, Les Deipnosophistes (IV 37, 1-19) - au iie s. après J.-C. -, qui met en scène un cercle de lettrés dissertant doctement sur la cuisine et la vaisselle, les manières de table et les jeux de société, tout l’univers matériel et culturel de l’alimentation et de la boisson, tous les récits et tous les savoirs qui leur sont rattachés) et qui se réfère aux distributions ostentatoires et aux banquets du roi arverne Luernios. Actuellement aucun vestige découvert dans cette zone des alentours de Chassey, ni même ailleurs en Bourgogne, ne relève de pratiques de « banquets » qui sont d’autre part très bien identifiées ailleurs, mais toujours assez rares (Poux, 2002). Dans notre zone d’étude, au contraire, on tend à observer une consommation moins prestigieuse, plus encline à mettre en valeur les bouleversements économiques et sociaux de la Gaule après la conquête de la Transalpine, qui se traduit notamment par la consommation du vin par tous. La société gauloise en pleine mutation évolue désormais autour de ce qui constitue son « poumon », c’est-à-dire l’oppidum, qui concentre les activités et les richesses qui permettent de développer des surplus, et ainsi autoriser l’achat de denrées importées (vin, parfois de l’huile et des saumures) et leur consommation non plus réservées aux élites. L’artisanat est le moteur des échanges attestant de cette nouvelle opulence, dont le vin et les céramiques méditerranéennes sont des témoins privilégiés. Actuellement, on pense que les deux types de consommation coexistent, « aristocratique » et « domestique », et il faut bien prendre soin d’analyser finement les contextes pour comprendre à quel cas de figure on est confronté (Poux, 2002).

Fig. 3. Des exemples de bords de gréco-italiques découverts à Verdun-sur-le-Doubs (d’après Videau, 2000, p. 60-72).

13Tous ces témoignages tendent à démontrer que les observations réalisées autour de Chassey alimentent une dynamique commerciale très structurée qui conduit à diffuser des objets bien plus au nord, le long de l’axe Saône/Seine et permet de produire certaines hypothèses pour une analyse sociale assez complexe.

14La période romaine voit s’opérer beaucoup de changements. Le phénomène le plus intéressant dans notre secteur étant probablement l’émergence d’Augustodunum, capitale des Éduens, à la place de Bibracte. Les amphores sont assez nombreuses à Autun et les différentes études qui y ont été menées proposent près de 10 000 fragments pour environ 500 individus (Olmer, 1997).

15On observe, qu’à Autun, les types d’amphores sont assez nombreux, en l’occurrence une quarantaine de types. Parmi les différentes variétés, on observe une des particularités les plus frappantes de l’Empire, qui est sans doute la « spécialisation » des différentes régions, qui nous conduit à observer l’exploitation optimale des provinces au niveau très large de la Méditerranée occidentale. Ainsi, de Bétique parvient l’huile d’olive (Dressel 20 et 23) et dans une moindre mesure d’Afrique du Nord (Tripolitaine II). De Catalogne et du Languedoc parviennent les vins communs (Pascual 1, Dressel 2/4 et des amphores gauloises à fond plat, des Gauloises 2 de Marseille, des Gauloises 3 mais surtout des Gauloises 4). Du sud de la péninsule ibérique et du Portugal parviennent les sauces de poisson (Dressel 7/11, Beltran IIA/B).

16Loin de refléter une consommation « élitiste » propre à son statut de capitale de ciuitas, le faciès autunois renvoie à une consommation bien plus courante que l’on pouvait s’y attendre. Les comparaisons avec des agglomérations secondaires assez proches - par exemple Mâlain et Les Bolards (Olmer, 1998 ; 2001) - révèlent une similitude des types et des volumes. Ainsi toutes les denrées « génériques » (huile hispanique, vins languedociens...) sont représentées accompagnées des marchandises les plus rares et exotiques, d’origine lointaine, comme le doum, une préparation à base de vin de dattes en provenance d’Égypte (Vipart, 1995), le defrutum originaire de Bétique, un vin cuit assaisonné d’olives noires, de plantes et d’aromates (Tchernia, 1986), des vins orientaux comme le passum de Crête, un vin blanc liquoreux fait avec des raisins surmûris et desséchés au soleil (Marangou-Lerat, 1995) ou bien encore les très grands crus de la mer Égée, de Cos, de Rhodes ou de Cnide qui étaient hautement renommés dans tout l’Empire (Tchernia, 1986). On ajoutera à cette brève liste l’alun contenu dans des amphores en provenance des Îles Éoliennes, plus particulièrement de Lipari, et qui révèlent le monopole de ce produit destiné aux tanneurs et teinturiers de toute la méditerranée occidentale (Borgard, 2000) (fig. 4).

17Cet « amortissement » des différents terroirs des provinces romaines s’observe aussi à un niveau plus local, dans lequel s’inscrit la Bourgogne, puisque l’on sait que Lyon a commercialisé des saumures qui ont connu un succès certain (Dangreaux, Desbat, 1992), et que les vignobles éduens ou sénons ont produit des vins locaux (Olmer, 1996 ; 1997).

18Le thème du vignoble bourguignon à l’époque antique est une partie importante du dossier. Il est désormais admis que les amphores produites à Chalon-sur-Saône, notamment dans l’atelier de la rue de Rochefort où sont attestées des Gauloises 3 et 4 - petits et grands modules (Joly, 1990, p. 231-235 ; Olmer, 1997, p. 74) -, ont pu transporter du vin local, comme c’est sans doute le cas des productions d’au moins cinq autres ateliers de Bourgogne : celui de Sens qui a produit des Dressel 2/4 et des Gauloises 3 et 4 (Perrugot, 1990), celui de Gueugnon (Laubenheimer, Notet, 1986), et ceux de Jaulges-Villiers-Vineux, Domecy-sur-Cure et de Bussy-le-Repos (Olmer, 1996), dans l’Yonne, où ont été retrouvés de nombreux fragments de fonds, d’anses en ruban et de bords en bourrelet qui s’inspirent directement des prototypes sud-gaulois Gauloise 2, 3 et 4 (Laubenheimer, 1985) (fig. 5).

19Ce sont le Testament du Lingon et le panégyrique VIII qui nous parlent le mieux de la culture de la vigne dans nos régions, et bien que le premier nous relate plutôt une production destinée au domaine funéraire, le second en revanche nous expose clairement la situation entre Beaune et Nuits-Saint-Georges (le pagus Arebrignus), terres de vigne qui, en 312, étaient en pleine désolation. On est ainsi au moins certain que le iiie s. de notre ère (aux alentours des invasions de 269) a connu de la vigne en pays bourguignon, notamment à proximité de Chassey.

Fig. 4. Des amphores « exotiques » en Bourgogne. 1, 2 et 7 : amphores rhodiennes (Mâlain et Les Bolards) ; 3 : Dressel 43 (Mâlain) ; 4 et 5 : amphore « carotte » - Camulodunum 189 (Mâlain et Les Bolards) ; 6 : Käpitan 2 (Mâlain) ; 8 : amphore de Cnide (Les Bolards) ; 9 : amphore de Lipari à alun (Mâlain) (d’après Olmer, 1998 ; 2001).

Fig. 5. Amphores gauloises produites dans l’atelier de la « rue de Rochefort » à Chalon-sur-Saône. 1 et 2 : Gauloise 4 ; 2 et 3 : Gauloise 4 demi-module ; 5 et 6 : Gauloise 3 ; 7 et 8 : formes « locales » (d’après Olmer, 1997, pl. XXIV).

20Ce sont les productions elles-mêmes qui nous conduisent à envisager l’élaboration du vin des le ier s. de notre ère, au moment du grand « boom » des amphores de Narbonnaise. On leur associera l’outillage, les choix iconographiques (on pense à la scène de vendange d’Escolives ou à la stèle du dieu aux oiseaux de Corgoloin qui est appuyé sur un cep de vigne et tient une serpette de l’autre main), les dépôts de pépins de raisin, etc... mais le dossier est loin d’être clos, il nous faut absolument trouver les pressoirs associés aux villas, auquel cas il nous faudra toujours concéder que le vin a dû être importé. C’est désormais chose faite en ce qui concerne la villa de Selongey qui renferme donc en ses murs des installations propres à la fabrication du vin (Gauthier, Joly, 2003).

21Ces journées organisées en hommage à J.- P. Thevenot, chercheur réputé, doté de générosité et d’une grande courtoisie, nous ont donné l’occasion de faire le point sur une série de questions qui alimentent les problématiques de la circulation et de la production des amphores en Bourgogne durant plus de 1000 ans.

Bibliographie

Bibliographie

Barral 1994 : Barral (P.). — Céramique indigène et faciès culturel à La Tène finale dans la vallée de la Saône. Thèse de doctorat. Besançon : Université de Franche-Comté, 1994. 3 vol.

Bertucchi 1992 : Bertucchi (G.). — Les amphores et le vin de Marseille : VIe s. avant J.-C.-IIe s. après J.-C. Paris : CNRS, 1992. 250 p., ill. (Suppl. à la Revue archéologique de la Narbonnaise ; 25).

Bonnamour 2002 : Bonnamour (L.). — Chalon, gués et ponts antiques : un point de franchissement obligé sur la Saône. In : La Saône, axe de civilisation. Lyon : Presses Universitaires de Lyon, 2002, p. 127-135.

Borgard 2000 : Borgard (P.). — L’alun de l’occident romain : production et distribution des amphores romaines de Lipari. Thèse de doctorat. Marseille : Université de Provence, 2000.

Chaume 2001 : Chaume (B.). — Vix et son territoire à l’âge du fer : fouilles du mont Lassois et environnement du site princier. Montagnac : M. Mergoil, 2001. 643 p., ill. (Protohistoire européenne ; 6).

Collet, Flouest 1997 : Collet (S.), Flouest (J.-L.). — Activités métallurgiques et commerce avec le monde méditerranéen au Ve siècle avant J.-C. à Bragny-sur-Saône (Saône-et-loire). In : Brun (P.), Chaume (B.) dir. — Vix et les éphémères principautés celtiques. Les VIe-Ve siècles avant J.-C. en Europe centre-occidentale : Actes du colloque de Châtillon-sur-Seine, 1993. Paris : Errance, 1997, p. 165-172.

Dangreaux, Desbat 1992 : Dangreaux (B.), Desbat (A.). — La distribution des amphores de la région lyonnaise : étude de deux sites de consommation. In : Laubenheimer (F.) dir. — Les amphores en Gaule, production et circulation – 1 : Actes de la table ronde internationale de Metz, 4-6 oct. 1990. Besançon/Paris : Université de Besançon, 1992, p. 151-155 (Annales littéraires de l’Université de Besançon ; 474 - Série Amphores ; 116).

Duvauchelle 1991 : Duvauchelle (C.). — Les céramiques et les amphores importées à Bragny-sur-Saône. Mémoire de Maîtrise d’archéologie. Paris : Université Paris I, 1991.

Flouest 1990 : Flouest (J.-L.). — Inventaire des amphores massaliètes des régions Berry, Bourgogne et Franche-Comté. In : Bats (M.) dir. — Les amphores de Marseille grecque : chronologie et diffusion, VIe-Ier s. av. J.-C. : Actes de la table-ronde, Lattes, 11 mars 1989. Lattes / Aixen-Provence : ADAM / Université de Provence, 1990, p. 253-258 (Travaux du Centre Camille Jullian ; 7 - Études massaliotes ; 2).

Flouest 1995 : Flouest (J.-L.). — Bragny-sur-Saône (Saôneet-Loire), centre d’activités métallurgiques du Ve siècle av. J.-C. In : Benoit (P.), Fluzin (P.) dir. — Paléométallurgie du fer et cultures : Actes du symposium international de Belfort-Sévenans, 1990. Belfort : Vulcain / Paris : AEDEH, 1995, p. 305-311.

Gauthier, Joly, 2003 : Gauthier (É.), Joly (M.). — Nouvelles données sur la culture de la vigne dans l’est de la Gaule (Bourgogne/Franche-Comté). In : Favory (F.), Vignot (A.) éd. — Actualité de la recherche en histoire et archéologie agraires : Actes du colloque AGER V, Besançon 19-20 sept. 2000. Besançon : Presses Universitaires Franc-Comtoises, 2003, p. 191-208.

Laubenheimer 1985 : Laubenheimer (F.). — La production des amphores en Gaule Narbonnaise sous l’Empire. Paris : Les Belles-Lettres, 1985. 466 p., ill. (Annales littéraires de l’Université de Besançon ; 327).

Laubenheimer, Notet 1986 : Laubenheimer (F.), Notet (J.-C.). — Les amphores produites à Gueugnon (Saôneet-Loire) et le début du vignoble bourguignon. Dialogues d’Histoire Ancienne, 12, 1986, p. 431-453.

Marangou-Lerat 1995 : Marangou-Lerat (A.). — Le vin et les amphores de Crète de l’époque classique à l’époque impériale. Paris : École française d’Athènes, 1995. 187 p. (Études Cretoises ; 30).

Marlière 2002 : Marlière (E.). — L’outre et le tonneau dans l’Occident romain. Montagnac : M. Mergoil, 2002. 206 p., ill. (Instrumentum ; 22).

Olmer 1996 : Olmer (F.). — Les productions d’amphores en Bourgogne au Haut-Empire : un point sur les éléments typologiques, la culture de la vigne et la production du vin. In : Actes du congrès de la SFECAG, Dijon, mai 1996. Marseille : SFECAG, 1996, p. 73-80.

Olmer 1997 : Olmer (F.). — Les amphores romaines en Bourgogne : contribution à l’histoire économique de la région dans l’Antiquité, depuis La Tène finale, jusqu’au Haut-Empire. Thèse de doctorat. Dijon : Université de Bourgogne, 1997. 4 vol.

Olmer 1998 : Olmer (F.). — Les amphores de Mâlain-Mediolanum. In : Laubenheimer (F.) dir. — Les amphores en Gaule : production et circulation – II. Paris : Presses Universitaires Franc-Comtoises, 1998, p. 159-174 (Centre de recherches d’histoire ancienne. Série Amphores).

Olmer 2001 : Olmer (F.). — Les amphores de l’ensemble du site. In : Pommeret (C.) dir. — Le sanctuaire antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges, Côte-d’Or. Dijon, 2001, p. 327-345 (Suppl. à la Revue archéologique de l’Est ; 16).

Olmer 2003 : Olmer (F.). — Les amphores de Bibracte-2. Le commerce du vin chez les Éduens d’après les timbres d’amphores. Glux-en-Glenne : Centre archéologique européen du Mont Beuvray, 2003. 378 p., ill. (Bibracte ; 7).

Perrugot 1990 : Perrugot (D.). — L’atelier de céramique gallo-romain de Sens (Yonne) : résultats de la campagne 1987. Bull. de la Soc. archéologique de Sens, 32, 1990, p. 1-31.

Poux 2002 : Poux (M.). — L’archéologie du festin en Gaule pré-romaine : acquis, méthodologie et perspectives. In : Méniel (P.), Lambot (B.) éd. — Repas des vivants et nourriture pour les morts en Gaule : Actes du XXVe colloque de l’AFEAF, Charleville-Mézières, mai 2001. Reims, 2002, p. 345-374 (Suppl. à la Revue archéologique Champenoise ; 16).

Py 1978 : Py (M.). — Quatre siècles d’amphores massaliètes : essai de classification des bords. Figlina 3, 1978, p. 1-23.

Py 1993 : Py (M.). — Amphores étrusques. In : PY (M.) dir. — Dicocer : dictionnaire des céramiques antiques en Méditerranée nord-occidentale : VIIème s. av. notre ère – VIIème s. de notre ère, Provence, Languedoc, Ampurdan. Lattes : Éd. de l’Ass. pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, 1993, p. 28-29 (Lattara ; 6).

Py 2001 : Py (M.). – Amphores massaliètes. In : PY (M.), Adroher Auroux (A.-M.), Sanchez (C.). — Dicocer 2 : corpus des céramiques de l’âge du Fer de Lattes (fouilles 1963-1999). Lattes : Éd. de l’Ass. pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, 2001, p. 129-208 (Lattara ; 14).

Sourisseau 1997 : Sourisseau (J.-C.). — Recherches sur les amphores de Provence et de la basse vallée du Rhône aux époques archaïque et classique (fin VIIe - début IVe). Thèse de doctorat. Marseille : Université Aix-Marseille I, 1997. 3 vol.

Tchernia 1986 : Tchernia (A.). — Le vin de l’Italie romaine : essai d’histoire économique d’après les amphores. Rome : École française de Rome, 1986. XII-410 p., ill. (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome ; 261).

Thevenot 1997 : Thevenot (J.-P.). — Que représente Chassey au premier âge du Fer ? In : Brun (P.), Chaume (B.) dir. — Vix et les éphémères principautés celtiques : les VIe -Ve siècles avant J.-C. en Europe centre-occidentale : Actes du colloque de Châtillon-sur-Seine, 1993. Paris : Errance, 1997, p. 173-178.

Videau 1999 : Videau (G.). — Les amphores italiques de l’habitat du Petit-Chauvort à Verdun-sur-le-Doubs (Saôneet-Loire). Maîtrise d’archéologie. Besançon : Université de Franche-Comté, 2000.

Vipart 1995 : Vipart (P.). — Les amphores carottes (forme Schöne-Mau XV) : état de la question. In : Rivet (L.) éd. — Actes du congrès de la SFECAG, mai 1995, Rouen. Marseille : SFECAG, 1995, p. 62-68.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation des sites mentionnés dans le texte.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14397/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 2. Deux témoignages d’amphores archaïques à Bragny-sur-Saône. 1 : un bas d’anse d’amphore étrusque (« Les Îles Percées », en Saône : PK 169,500-170,500 ; dessin C. Michel, Musée Denon - éch. 1/4) ; 2 : une amphore de Marseille (« Sous Moussière », d’après Flouest, 1990, p. 257, fig. 2).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14397/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 3. Des exemples de bords de gréco-italiques découverts à Verdun-sur-le-Doubs (d’après Videau, 2000, p. 60-72).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14397/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 4. Des amphores « exotiques » en Bourgogne. 1, 2 et 7 : amphores rhodiennes (Mâlain et Les Bolards) ; 3 : Dressel 43 (Mâlain) ; 4 et 5 : amphore « carotte » - Camulodunum 189 (Mâlain et Les Bolards) ; 6 : Käpitan 2 (Mâlain) ; 8 : amphore de Cnide (Les Bolards) ; 9 : amphore de Lipari à alun (Mâlain) (d’après Olmer, 1998 ; 2001).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14397/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 5. Amphores gauloises produites dans l’atelier de la « rue de Rochefort » à Chalon-sur-Saône. 1 et 2 : Gauloise 4 ; 2 et 3 : Gauloise 4 demi-module ; 5 et 6 : Gauloise 3 ; 7 et 8 : formes « locales » (d’après Olmer, 1997, pl. XXIV).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14397/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 321k

Auteur

Chargée de recherche au CNRS
UMR 5410 du CNRS
390, route de Pérols
34970 LATTES
fabienne.olmer@montp.cnrs.fr

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search