Version classiqueVersion mobile

Escolives Sainte-Camille gallo-romain

 | 
Raymond Kapps

Première partie. Présentation du site gallo-romain

Chapitre II. Plan général des constructions

Texte intégral

1Quand on regarde l’ensemble des ruines actuellement mis au jour (pl. 3), on constate qu’il forme un tout. Pendant des années, le lien qui unit chacune des parties n’avait pas été trouvé, et l’on avait utilisé le nom des différents lieux-dits pour situer les vestiges. Depuis 1971, cette façon de procéder est devenue caduque, car les travaux menés au cours de la campagne ont été déterminants.

2Ensuite on est surpris de voir l’importance en surface de la cour ID (à Escolives, chaque pièce est désignée par une, deux ou trois lettres, parfois accompagnées d’un chiffre lorsqu’il s’agit d’une subdivision de pièce). Elle couvre en effet une superficie de 1.453 m2 dans un ensemble qui fait actuellement 6.000 m2 environ ; les thermes eux-mêmes, cour EB comprise, n’ont une emprise que de 680 m2. Ainsi donc la cour ID occupe le quart de la superficie totale et à plus de deux fois l’étendue des thermes.

3Un autre fait attire également l’attention : c’est la présence d’un réseau de murs arasés à un niveau plus ou moins profond, en tout cas toujours au-dessous des vestiges qui apparaissent aujourd’hui en surface ; ils leur servent assez fréquemment d’assise, en tout ou en partie.

4Pour cette présentation du site, on parlera d’abord de ces murs, puis on fera une description assez détaillée des parties principales de l’ensemble.

***

5Le problème posé par la présence des murs profonds n’est pas simple. D’une part, on ne peut les suivre partout, à moins de démolir ce qui se trouve à l’étage supérieur, et qui est d’un grand intérêt, en général ; d’autre part, le relevé sur plan montre parfois une orientation qui concorde avec d’autres éléments, sans coïncider le plus souvent avec celle des états postérieurs, et il n’est pas possible dans l’état actuel de tenter quelque raccord que ce soit. En outre, la mise au jour de ces substructures exige un très gros travail de terrassement qui demande beaucoup de temps et de main-d’œuvre : en bien des endroits, une vue exacte de la situation n’est donc pas encore permise. La description qui va suivre se fera en allant du nord-est au sud-ouest.

6I. — En DH, DG, DK, DL, DP et EB (cf. pl. 5 et pl. 12) se trouvent les restes d’un bâtiment de forme rectangulaire qui mesurait 19 m de long sur 6,5 m de large, formé de murs épais de 0,50 m ; ils sont orientés selon un axe nord-ouest-sud-est. L’un des murs, après avoir servi d’assise à une petite partie du bassin DK, se dirige vers l’ancien moulin ; le repérage s’arrête à 4 mètres de la limite de propriété.

7Ces vestiges constituent déjà un bâtiment important et appartiennent à un premier état d’occupation du sol, peut-être une ancienne villa rustica, dont les murs sont de bonne facture ; on a noté que la plupart étaient fondés sur une semelle.

8En revanche, le mur d’un second état, puisqu’il coupe en DD le mur sud de la construction, ne semble avoir aucun rapport avec elle, car son orientation s’y oppose.

9Dans cet espace, on relève donc trois états : la villa rustica ( ?), le mur dont il vient d’être question, et ceux de l’ensemble des thermes.

10Il n’est pas possible dans l’état actuel des choses de raccorder à l’un des deux premiers états les deux murs qui forment un angle droit à l’ouest de DH. Il y a là un ensemble de vestiges qui se superposent ; on notera simplement qu’on constate encore une nouvelle orientation sans aucun rapport avec le reste.

11II. — En E, EA, F, FA, L et LB, on rencontre une série de murs épais de 60 cm, de bonne construction, dont l’orientation et la disposition semblent avoir commandé celles des murs de la dernière époque de construction. Dans ce système, deux murs ont servi d’assise au bassin du frigidarium E et un troisième au caldarium F.

12III. — En AC, au fond de la salle, a été mis au jour un mur construit en petit appareil qui a été coupé par les murs sud et est.

13IV. — En ID, grâce à la découverte d’un drain, une portion de mur a été repérée en sous-sol profond (2 m au-dessous du sol actuel) sur une longueur de 5,50 m, son épaisseur est de 0,50 m (pl. 12). Les travaux de dégagement trop limités empêchent de dire si son orientation permettrait d’envisager un ajustement avec le mur profond de AC, lui-même mis à découvert sur une trop faible longueur.

OBSERVATIONS

14Dans la plupart des cas, les murs sont si arasés qu’aucun mobilier n’a été trouvé. Pour le seul bâtiment identifié comme tel, la fouille n’a pas été étendue assez loin et le matériel archéologique découvert n’est pas assez déterminant pour avancer une date. Seul un gobelet à peu près complet, du type à dépressions, à engobe mat, noirâtre, provenant des officines d’Argonne indique les IIe et IIIe siècles. C’est un élément vraiment insuffisant. Ajoutons que parmi les tessons découverts à cet endroit, quelques échantillons de la Tène ont été reconnus : il en traîne du reste un peu partout sur le site dès qu’on atteint une certaine profondeur. Pour mémoire, les restes d’un vase chasséen ont été trouvés au Champ du Maillet au pied des fondations D’un mur gallo-romain. Ces exemples attestent la présence de l’homme sur le même site à des périodes fort différentes

***

15La présentation des constructions va comprendre deux parties : la première avec la cour ID et ce qui paraît s’y rattacher, la seconde avec les thermes. (Voir le plan général, pl. 3).

LA COUR ID ET SON ENSEMBLE

— Les galeries : I, IA, IC, AW

16La cour ID est un vaste rectangle qui mesure 39,75 m de long et 21, 80 m de large. Elle est orientée selon un axe ouest-nord-ouest - est-sud-est. Elle est limitée par des murs épais de 50 cm, le mur est est plus épais : 55 cm. On accède aux galeries qui l’entourent par deux seuils dallés l’un à l’est, l’autre au sud. Ce dernier est constitué d’une grande dalle de calcaire très fendillée de 1,30 m sur 1,30. On y a relevé des empreintes faites par un des montants de bois de la porte qui devait frotter sur elle et a laissé une trace semi-circulaire d’un rayon de 0,70 m. Cela a permis de calculer approximativement la largeur de la porte qui se trouvait en cet endroit, soit 1,40 m. En venant de la cour, l’accès se faisait par cette porte dont les gonds étaient à gauche ; elle s’ouvrait à l’intérieur de la galerie.

17La largeur des galeries est variable selon la situation : 3 mètres au nord, 3,20 au sud, 2,90 m à l’est, 3,25 m à l’ouest. Les murs qui les bordent sont épais de 50 cm à l’ouest et au sud, et de 60 cm au nord et à l’est. Les dimensions hors-tout de la cour sont de 48,10 m en longueur et de 30,20 m en largeur, ce qui donne une surface de 1.453 m2.

18Si le terme de galerie a été employé, c’est parce qu’on n’a pas encore trouvé assez d’éléments pour désigner de façon plus précise les couloirs qui entourent la cour. La présence de deux fragments de colonnes lisses n’est pas suffisante pour dire qu’on avait affaire à un portique. En revanche, il est certain que la couverture consistait en un toit à une seule pente dirigée vers l’intérieur de la cour. D’une part, le toit est attesté par la présence d’un lit de tegulae que l’on retrouve dans la cour au pied des murs intérieurs. D’autre part, une canalisation pour l’évacuation des eaux pluviales a été mise au jour à l’angle nord-est où elle prend naissance pour finir dans un puisard en GC. La place de ce collecteur implique une descente de chéneau. On n’en a pas repéré d’autres ailleurs.

19Une petite canalisation, faite de tubuli, traverse la galerie ouest, une petite partie de la cour et coupe la galerie IC en IAC. On ignore son origine et son point d’aboutissement.

20Le sol des galeries est très abîmé, mais en IC et en AW on a rencontré un béton lissé d’assez belle facture. Dans la zone AW, de nombreux cubes de mosaïque noirs et blancs ont été recueillis. En I, ce sont des galets assez grossièrement assemblés que l’on a mis au jour, mais leur aspect poli montre que le passage de l’homme y a été fréquent, donc qu’à une période donnée, ils constituaient le revêtement du sol.

21Etant donné que la fouille est loin d’être achevée, on ne peut encore dire où se trouvaient les portes permettant de communiquer avec l’extérieur. Le plan semble indiquer que GC, GA, devaient servir de couloir pour aller des thermes à la cour.

— La cour ID

22A l’intérieur de la cour, la fouille a jusqu’ici été menée dans la moitié sud, le long de AW. La statigraphie en est très simple : I représente la couche moderne, II une couche de débris de tegulae et de pierres dans laquelle en général on commence à rencontrer les sépultures mérovingiennes ; la couche III, d’une couleur grisâtre, est celle qui contient le plus de mobilier ; enfin la couche IV est stérile, et constituée d’argile mêlée de petits cailloux à arêtes vives. Dans cette dernière couche, à 1 m du mur sud, on a relevé sur une longueur de 15 m les restes d’une conduite d’eau que l’on a pu identifier par la présence de place en place de frettes placées verticalement. La conduite était faite de tuyaux en bois comme la fouille l’a mis en évidence : on a en effet retrouvé à proximité des frettes des débris de bois bleu noir. Par endroits, la conduite était protégée par des pierres placées de chant supportant elles-mêmes des pierres plates posées horizontalement. Contiguë à la dalle de seuil de AW, se trouve à l’intérieur de la cour une dalle percée d’un trou qui semble avoir un rapport avec la conduite d’eau.

23Le mobilier est très abondant et permet une datation générale : les tessons de céramique appartiennent en grande quantité aux officines de Jaulges (Yonne), quelques-uns aux ateliers d’Argonne ou de Lezoux. La fouille a livré 96 pièces de monnaie dont 46 en couche III ; elles vont de Dioclétien à Valentinien. Cela permet de dater le sol de la cour du dernier quart du IIIe siècle avec une occupation constante durant le IVe siècle. En effet, dans l’état actuel des recherches, la céramique de Jaulges couvre approximativement la même période.

— Constructions en AV

24De AW on pénètre en AV par un passage large de 1,20 m. La pierre de seuil a disparu, mais on voit bien le béton lissé sur lequel elle reposait. Cette pièce a une forme circulaire de 2,20 m de diamètre (pl. 13). Au centre se voit une sorte de socle en calcaire de 0,25 m de diamètre. La construction générale des murs s’apparente à celle des bassins des thermes avec des renforcements aux angles de la construction qui, d’extérieur, est rectangulaire.

25On doit pouvoir interpréter cette pièce comme une petite cella au centre de laquelle se dressait une statuette montée sur une petite colonne.

— Constructions en AX

26AX est mitoyenne avec AV, à l’ouest. C’est une vaste pièce de près de 7 m de large et de plus de 9 m de long. Seul le mur nord est connu dans son intégralité. Son épaisseur est de 50 cm. Le mur ouest était revêtu de dalles de calcaire dont les extrémités inférieures, prises dans le plancher, ont été trouvées en place. Dans le sol, à partir des angles nord-ouest et nord-est, ont été creusées des canalisations bordées de pierres qui semblent indiquer la présence d’un hypocauste à canaux.

27En plusieurs places, le plancher a été défoncé, laissant apparaître des taches de terre circulaires ou ovales ; elles renfermeraient des sépultures mérovingiennes.

28En conclusion, cet ensemble très arasé, dont le mobilier est pauvre, a été recouvert d’un gros volume de terre provenant de la colline de Grippe-Soleil quand jadis on a cherché à mettre ce terrain en culture. Il est certain que les constructions se poursuivent au sud, mais la fouille n’est pas allée plus loin.

STRUCTURES LE LONG DE IC

29Tout le long du mur extérieur du couloir IC et contiguës à lui se développent de nombreuses pièces ; au nord et au sud, donc en dehors des limites de IC, les constructions se poursuivent. Elles sont toutes en rapport avec la cour ID : les murs orientés nord-nord-est - sud-sud-ouest sont parallèles à ceux de IC et les murs de refend leur sont tous perpendiculaires. On voit donc bien que le développement des structures s’est fait, comme en AW, en I et en IA, à partir de la cour ID. Jusqu’ici, la fouille n’a mis au jour aucune entrée, mais dans toute la zone sud, pour une raison qui échappe, les murs et les autres vestiges ont été très fortement arasés ou détruits, beaucoup plus qu’en tout autre endroit du site.

30Ce groupe de constructions part du pied de la colline de Grippe-Soleil au sud pour rejoindre le Champ des Tombeaux au nord, d’où une plus grande épaisseur de terre au sud qu’au nord. Une tranchée de sondage ayant été menée à partir de RC et de RB en direction de RA, la fosse d’une sépulture mérovingienne a été ainsi coupée de biais. L’étude de la coupe montre que le sol mérovingien se trouvait alors à un mètre au-dessous du sol actuel ; en effet, le creusement de la fosse n’apparaît absolument pas dans le mort-terrain qui constitue la partie supérieure. Au cours du dernier millénaire, la terre d’éboulis de pente s’est accumulée, recouvrant les couches archéologiques sur une épaisseur de 0,90 m en moyenne.

31RB et RC sont séparés de RA par un mur orienté nord-nord-est - sud-sud-ouest, long de 12 m, épais de 0,47 m. Bien appareillé, il ne présente pas de semelle et sa hauteur ne dépasse pas 0,60 m. Il repose sur une couche friable de gravats où l’on rencontre des cailloux, des tuiles et du mortier. Le mur qui sépare RC de RB a une orientation ouest-nord-ouest - est-sud-est et il est perpendiculaire à celui qui vient d’être décrit. Il est construit sur une semelle qui déborde de 5 cm.

32En RA a été mise au jour une grosse canalisation qui, à l’origine, était peut-être à ciel ouvert. Son orientation est sensiblement nord-sud. Il s’agit d’un égout dont le fond se trouve à 3 m de profondeur par rapport à la surface du sol moderne. Ses parois sont formées de gros blocs dont voici quelques dimensions : 1,17 X 0,36 m ou 1,30 X 0,43 X 0,50 m ; mais vers le nord, les dimensions sont plus modestes : 0,25 X 0,24 ; son fond est constitué de larges dalles 0,59 X 0,20 ou 0,32 X 0,20 m. Ce canal va en s’évasant du nord vers le sud : largeur 0,45 m au nord ; 0,60 m au sud. Il est rectiligne sur 8 m, puis il opère un brusque changement en direction vers l’est, c’est-à-dire dans le sens de la pente de Grippe-Soleil, en traversant le mur séparant RA de RC, où il a été dégagé sur une longueur de 6 m ; mais à cet endroit, il est très endommagé et on ne le repère plus que de place en place. La pente est assez faible, et il est probable que l’écoulement se faisait du nord vers le sud.

33Le mur limitant RA à l’est bute sur un mur orienté ouest-nord-ouest - est-sud-est repéré sur une longueur de 2,50 m. Ce dernier est rattaché à un mur très long, qui atteint 45,50 m, parallèle au mur extérieur ouest de la cour ID et distant de lui de 9,20 m. Dans cet espace se trouvent les pièces S, O, SL, G, SF, SE, SD, SA, SB, AC, SCB, SC.

34La fouille des trois premières pièces est inachevée et les murs de refend sont très arasés. On note en SF la présence d’un hypocauste à pilettes avec une desserte de canalisation d’air chaud en direction de SD et de G, avec un praefurnium en AB. L’ensemble SB, AC, SA est bien organisé, la construction est bonne, mais on n’en a que le sous-sol. Vers l’ouest, on trouve les pièces SK, SI, SH. Leur sol bétonné est surélevé de 40 cm par rapport au niveau de celui des salles situées à l’est.

35SK est une très belle salle mesurant 6 X 5,40 m ; on ne trouve pas trace d’un escalier ou de marches permettant l’accès. Les murs étaient ornés d’enduit peint : bandes rouges sur fond blanc formant des panneaux, avec çà et là en biais des veinures rougeâtres imitant celles du marbre ; de grands fragments (par exemple de 1,10 m sur 0,30) étaient encore en place ; ils ont été déposés et placés au dépôt de fouilles. Dans tout ce secteur, les traces d’incendie sont constantes ; d’après elles, on peut présumer de la destruction d’une bonne partie du site vers la fin du IVe siècle. D’autre part, dans presque toutes les pièces, le plancher on les murs ont été percés par les Mérovingiens qui y ont enterré leurs morts.

36SI et M sont des pièces de peu d’importance, assez peu soignées, où l’on constate de nombreux remaniements. SH est une pièce de 4,20 m de long sur 3,80 m de large. Son sol est bétonné. Elle était chauffée au moyen de canaux traversant le plancher et aboutissant à des tubuli placés aux angles. Le sol a été entamé par le creusement de deux sépultures mérovingiennes.

37Le mobilier de tout cet ensemble est considérable et parfois très beau. Outre la céramique, les pièces de monnaie constituent un excellent moyen de datation. Pour les seules campagnes de 1968 et de 1971, on a mis au jour 143 pièces de monnaie qui vont du IIIe siècle à la fin du IVe : Gordien (pl. 19), Constantin Ier, Valentinien, Gratien.

38Une mention particulière doit être faite pour les murs mis au jour dans la colline de Grippe-Soleil à l’ouest des constructions dont il vient d’être question. Il s’agit de l’endroit qui a révélé le site en 1955 et où les premières recherches ont débuté. Le mur qui sépare V de VA et VB est parallèle au très long mur dont on a parlé précédemment ; celui qui sépare VA de VB lui est perpendiculaire. Dans ces conditions, on peut espérer leur rattachement à l’ensemble. Dans ce secteur, ce sont surtout des sépultures mérovingiennes qui ont été relevées et le 4 avril 1955 a été découverte une plaque-boucle avec sa contre-plaque qui constitue un objet de parure remarquable, daté de la seconde moitié du VIIe siècle.

CONSTRUCTIONS LE LONG DE IA

39Si l’on regarde le plan général, on constate que le long de IA, il n’existe aucune construction entre AC et AO : cette zone n’a pas encore été fouillée. A partir de AO, on a un ensemble dont les murs sont parallèles ou perpendiculaires au mur extérieur de IA, et ils se rattachent à ceux des thermes. Les pièces AN, AP et A paraissent appartenir à une même construction et sont desservies par un couloir AM, large de 1,60 m. Se sont greffés par la suite sur ces bâtiments la salle AO et le groupe AVP, ATP, AYP.

40De toutes ces pièces, la plus intéressante et la mieux conservée est la salle A (pl. 13). Elle ne forme pas un rectangle régulier, et mesure 7,65 m de long et 7 m de large. Les murs sont d’assez bonne facture ; le sol est fait de mortier rose et est régulièrement couvert de pilettes plus ou moins hantes de suspensura. On a donc seulement la partie inférieure de l’hypocauste ; rien du plancher supérieur n’a subsisté. Le long des murs se voit un parement de mortier rose sur une hauteur qui varie de quelques centimètres à une vingtaine ; il est rattaché au mortier du sol par un bourrelet épais d’une dizaine de centimètres.

41A l’intérieur de la pièce, on remarque trois particularités :

  1. A l’angle sud-ouest existe une sorte d’alcôve (A 1) délimitée par des dalles de terre cuite, entières ou non, de 29 cm de côté. Elles sont empilées les unes sur les autres sans mortier. S’il existe un parement à l’extérieur, il n’y en pas à l’intérieur. Dans ce réduit, la fouille a mis au jour une pierre équarrie sur deux faces qui a pu appartenir à un seuil. On n’a pas trouvé de cendres sur le plancher. Le rôle joué par ce réduit n’est pas clair.

  2. Le mur est coupé vers son milieu pour permettre l’implantation du praefurnium, large d’une quarantaine de centimètres, dont les parois sont constituées de tegulae empilées. Ce qui reste indique que les tuiles allaient en se rapprochant vers le haut pour former une voûte. La sole est faite de tegulae placées de chant. L’ensemble du praefurnium est long de 2,20 m et large de 1,16 m. Le plancher est incliné de l’est vers l’ouest.

  3. Le long du mur nord, le plancher est découpé d’une façon très régulière sur une longueur de 3,24 m et une largeur de 1,12 m. On trouve d’abord au niveau de la surface du mortier cinq dalles de terre cuite de 0,355 m de côté, puis se voient les restes d’un mortier rose. Au-dessous existe un hérisson de pierres généralement placées de chant. On ne s’explique pas ce qui s’est passé à cet endroit.

42On remarque que malgré la présence d’un hypocauste, on ne trouve pas de tubuli le long des murs ou aux angles.

43Les quatre murs de la pièce sont solidement construits. Le mur nord présente les vestiges de deux arcs de décharge dont l’un correspond au passage de l’égout mis en évidence lors de la fouille du couloir IA de la cour ID. Mais si en IA les arcs de décharge sont complets, en revanche, à la sortie de la salle A, il y a eu effondrement et destruction partielle.

44Pour ce qui concerne les autres petites pièces situées au nord, le fait notable est la découverte de blocs sculptés ou architecturaux dans les murs et non pas en fondation.

45A l’angle nord-ouest de AP se trouvaient deux blocs. Le no 280 mesure 80x77x35 cm. La face inférieure est assez bien équarrie, mais la face supérieure est en très mauvais état et la pierre se délite. Les deux côtés semblent comporter un cadre d’anathyrose. Le no 281 mesure 90x70x15 cm ; il est assez informe, mais garde en plusieurs endroits des marques de façonnage.

46A l’angle nord-ouest de AVP ont été mis au jour les blocs suivants :

  • no 275 : c’est un bloc très endommagé portant de nombreuses cassures et des traces de débitage à la scie. Voici ses dimensions : longueur : 48 cm, largeur : 43 cm, épaisseur : 24 cm. Le seul décor qui subsiste a 22 cm de long et 8 cm de haut ; on reconnaît la base de départ d’une feuille. Son interprétation comme élément de modillon est peu acceptable ; il pourrait s’agir de la partie inférieure d’un chapiteau corinthien de pilastre ;

  • no 276 : c’est un élément de frise à saillie qui sera décrit dans la seconde partie (p. 59). Ce bloc porte la tête du dieu Cernunnos ;

  • no 277 : il s’agit aussi d’un élément de frise à saillie dont la description sera faite en seconde partie (p. 60). C’est le bloc dont le revers s’orne d’un félidé couché à l’abri de feuilles d’acanthe ;

  • no 278 : c’est un élément de corniche très endommagé mais tout de même identifiable comme tel ;

    • 1 Voir provisoirement Gallia 20 (1962), p. 463, fig. 47(bloc no 32).

    no 279 : il mesure 41 cm de long, 60 cm de haut et 50 cm de profondeur. C’est un bloc sculpté en haut relief sur une seule face : il présente un anneau de triton. Sur la face gauche se voit un cadre d’anathyrose. La face droite a été sciée et cassée à la base. Le revers est convenablement travaillé, mais incomplet. Lors de sa découverte, on a d’abord cru à un complément d’un bloc représentant une partie de triton (no 32 de l’inventaire), mais les deux morceaux mis côte à côte montrent que les écailles du triton no 279 ne sont pas dans le même sens que celles du no 32. En conséquence, on a affaire à deux reliefs figurant, lorsqu’ils étaient complets, un triton et un amour. Chaque figuration devait être constituée d’au moins six blocs. Ces blocs ne se rattachant pas, dans l’état actuel des trouvailles, au monument à arcades, ne seront pas étudiés ici1.

CONSTRUCTIONS LE LONG DU COULOIR I

47De ce côté, la fouille n’est pas achevée, aussi ne voit-on encore que quelques constructions. Ce qui s’articule avec le mur extérieur de I est limité au nord par le mur séparant K de KR, qui a une longueur de 9,70 m.

48KR est une salle longue de 9,60 m et large de 4,40 m. La fouille a fait apparaître, très proches de la surface du sol moderne, des massifs de pierres en forme de triangles. Ils sont séparés entre eux par des espaces vides et l’ensemble constitue un hypocauste à six canaux rayonnants. Il s’agit d’une construction datant de la dernière période d’occupation du site. La construction est assez sommaire, mais elle permet d’avoir quelques données sur le sol de cette pièce. En effet, avant la réalisation de cet hypocauste, le sol d’occupation était beaucoup plus bas, et constitué d’un mortier dans lequel sont compris, de place en place, des fragments de schiste : cela fait penser à une modeste imitation de mosaïque. Les remaniements de la dernière époque se sont faits à partir de ce sol, si bien que le dernier sol d’occupation se trouvait singulièrement rehaussé.

49KS est une pièce rectangulaire de 5,70 m sur 4,80. En général, les murs sont dans un mauvais état de conservation, sauf à l’angle sud-est où ils existent encore sur une hauteur de 0,70 m, revêtus d’un enduit rose où se lisent les empreintes laissées par les tubuli. Cela permet d’évaluer à peu près la hauteur à laquelle se trouvait le plancher de l’époque, soit 0,80 m, donc légèrement plus haut que la surface du sol actuel. L’hypocauste est encore attesté par des éléments de pilettes carrées trouvés en place ; l’une est formée de dix éléments, ce qui donne une hauteur de 0,45 m (pl. 13).

50Au nord-ouest se trouve le praefurnium qui se présente de façon analogue à celui de la salle A. Il est large de 0,60 m et long de 2 m, construit avec des éléments de terre cuite. A une période postérieure, il a été coupé par un mur assez grossier qui ne comporte aucun parement. Cette modification a bouché l’entrée du praefurnium, qui donc a cessé de fonctionner.

51Dans le mur nord, on voit les restes d’un escalier de pierres dont deux marches usées sont encore en place. La marche inférieure porte les traces de frottement d’une porte comme l’indique une série de rainures courbes.

52La sole de l’hypocauste présente, dans la partie ouest, de curieux vallonnements très réguliers. Un sondage a mis en évidence que cette anomalie était due à la présence de trois murs sous-jacents qui se recoupent à angle droit et appartiennent à un état plus ancien. Lors des travaux de réfection, l’entrepreneur n’a pas pris la peine de les écrêter. Us sont construits de pierres liées par un mortier jaunâtre.

53KV est un complément de KS. Dans KV, KW et KT, on a trouvé de nombreux fragments d’enduit peint.

LES THERMES

54Si l’on excepte le réseau des murs profonds, le plan général indique que la totalité des structures actuellement mises au jour a, malgré l’occupation simultanée de tout le site durant une même période, deux axes d’orientation sensiblement différents : celui de l’ensemble de la cour ID et celui des thermes. Ces deux grandes parties se rattachent l’une à l’autre par des murs plus ou moins longs, en général assis sur des fondations peu profondes. Il n’en reste pas moins qu’on décèle une volonté de lier l’ensemble. Cette constatation pose un problème qui sera évoqué plus largement quand la description des thermes aura été présentée.

55Le Pré du Creusot est un terrain relativement plat qui est limité au sud par le Champ des Tombeaux et Grippe-Soleil, au nord et à l’est par le ru du Creusot, et à l’ouest par une clôture de champ. Les vestiges ont été révélés par la différence de coloration des herbes un soir de l’automne 1959, ce qui a permis de poser des jalons ; les travaux de recherche ont débuté en 1960. Peu à peu le plan des thermes qui y étaient enfouis s’est dessiné et voici comment ils se présentent actuellement.

56Les thermes se trouvent situés à proximité du ru du Creusot, sur la rive gauche. Ils semblent s’organiser (pl. 4) à partir de la cour EB, qui mesure 19,50 m sur 9,20 m, étant entendu que la longueur n’est qu’approximative puisque poursuivre plus avant les recherches ferait courir le risque de crever la rive du ru et d’inonder une partie du chantier. La fouille montre que le sol de cette cour est formé de la façon suivante : en sous-sol, de l’argile peu compacte, puis un blocage de pierres sur lequel du mortier rougeâtre a été étendu. Ce dernier supportait des dalles de calcaire tendre de 0,60 X 0,40 m qui ont été retrouvées en place au sud et au nord (pl. 14). La plupart ont été fortement brûlées. De plus, le long du mur ouest et en partie seulement le long des murs sud et nord courait un dallage de plaques de calcaire. A ces mêmes endroits, contre les murs, devaient se dresser des plaques de calcaire qui servaient sans doute de revêtement de façade. En deux endroits, ce parement n’existe pas : il s’agit de l’emplacement de seuils. L’un, large de 1,10 m, permettait d’accéder en DD ; par le second de même dimension, on communiquait avec le couloir GC.

57Il faut rappeler que dans cette cour la fouille a mis en évidence des murs sous-jacents, assez peu arasés dont la crête sert de support au blocage de pierres (voir coupe, pl. 5).

58Au nord, se trouve une grande piscine d’eau froide DK qui mesure 8,50 m de long, 5 m de large et 0,70 m de profondeur (pl. 15). Le long du mur sud, et à l’intérieur du bassin existe une sorte de marche ou de banquette qui devait faciliter l’accès à l’eau. Les eaux usées étaient évacuées par un tuyau de plomb noyé dans le mur nord, puis par un égout couvert de petites dalles. Cette piscine DK est flanquée de deux bassins semi-circulaires DI à l’ouest et DQ à l’est, dont le rayon d’ouverture est de 1,50 m. DQ ne peut pas être reconnu exactement, car il est trop proche du ru.

Le petit bain

59A l’ouest de la cour se voit un petit bain. On devait y accéder par une pièce octogonale DD où l’on a retrouvé les restes d’un hypocauste dont le sol inférieur était en terre battue. Puis on a une pièce rectangulaire DC de 3,50 m sur 2,70 m, et enfin une longue salle de 6,30 m coupée en deux (DB et D), probablement par un cintre comme le laissent supposer les deux assises partant des murs sud et nord. Le sol en est soigneusement cimenté et l’on a là de nombreuses pilettes de suspensura, dont les éléments sont ronds, parfois carrés, voire ronds et carrés sur la même pile (pl. 16). Le chauffage de cet ensemble était assuré par le praefurnium DE, garni de dalles de terre cuite. D est flanqué de deux absides DA et DF ; un passage pour l’air chaud a été ménagé. DA possède des restes de pilettes, mais aucun vestige n’a été mis au jour dans son vis-à-vis DF, pas même un sol. La plus grande partie des murs de ce petit bain est fondée sur de gros blocs dont quelques-uns sont architecturaux et ont été récupérés ; quant aux autres, il s’agit de blocs grossièrement équarris, qui n’étaient manifestement pas destinés à être vus. Ils ont été laissés en place.

60Au nord de D, DB, sont situées les latrines DH. Le plan en est assez complexe, étant donné qu’il y a là trois constructions superposées d’orientation différente ; de plus l’orientation de DH ne correspond pas avec celle du petit bain, bien qu’il soit évident que cet endroit a été utilisé jusqu’à la destruction du site. L’intérieur mesure 3,86 m de long et 2,70 m de large, les murs ayant une épaisseur de 0,50 m. Au niveau de ces derniers en partie détruits se trouve un plancher fait de larges dalles de calcaire avec des rigoles d’écoulement à l’est et au nord, là où passe un égout collecteur, tapissé au fond de tegulae dont les rebords ont été abattus. Dans le dallage, une rigole a été aménagée pour assurer sans doute le lessivage du plancher, car elle part du pied d’un lavabo en pierre à trois becs verseurs qui devait recueillir les eaux de pluie et les déverser sur le plancher. Ce dernier n’est pas horizontal mais en légère déclivité pour faciliter apparemment l’évacuation des liquides vers le collecteur. On pénétrait dans les latrines par une ouverture située à l’ouest, munie d’un seuil : une seule marche que le passage des usagers a singulièrement usée. On peut supposer qu’au-dessus de l’égout se trouvaient des sièges en pierre ou en bois : le résultat négatif de la fouille ne permet pas d’être plus précis. Dans le mur sud et dans le mur nord, au point de passage de l’égout, des éléments architecturaux ont été mis au jour.

Le grand bain

61Au sud de la cour EB est situé le grand bain E, EA, F, FA, L, LB. Il se compose de trois pièces séparées par des murs où sont ménagées des ouvertures de forme triangulaire pour permettre le passage de l’air chaud, car l’ensemble était chauffé par hypocauste (pl. 16).

62E est le frigidarium. Son sol est dallé de grandes plaques de calcaire, ses parois sont enduites de mortier rose sur lequel devaient être fixées des dalles puisqu’il existe, planté dans le mur, un fer en T qui en assurait le maintien, et l’on a sur le mur nord une marche revêtue de plaques de calcaire fixées au mur également par des fers en T. La piscine (pl. 15) est semi-circulaire et forme sur la majeure partie un demi-cercle peu régulier d’un rayon moyen de 1,90 m (voir schéma explicatif, pl. 5). Sa profondeur est de 0,65 m, mais l’épaisseur de la marche indique que le niveau de l’eau ne devait pas dépasser 0,45 m. On n’a pas retrouvé trace des tuyaux d’adduction d’eau ; en revanche, l’écoulement des eaux usées se faisait par un tuyau de plomb noyé dans la paroi est du mur semi circulaire : sa section a un diamètre de 50 mm et il a exactement pour longueur l’épaisseur du mur, soit 0,57 m. Ajoutons qu’il existe un trop-plein représenté par une brique creuse placée à l’angle est de la piscine.

63Si l’on a particulièrement insisté sur ce tuyau de plomb, c’est qu’il est à l’origine de la découverte des blocs qui font le renom d’Escolives. En effet le 30 avril 1960, la recherche en EC de l’égout qui aurait dû exister pour recueillir les eaux usées de la piscine a conduit à creuser assez profondément jusqu’au moment où l’on a constaté dans le sol d’importantes fissures par lesquelles disparaissaient les gravats, alors sont devenus peu à peu visibles les blocs sculptés qui servaient de fondation au mur semi-circulaire de E (pl. 20) ; leur espacement permettait à l’eau de disparaître dans le sol comme s’il y avait eu un véritable puisard. Cette indication particulièrement parlante devait conduire par la suite à vérifier les fondations de tous les murs rencontrés, ce qui a été souvent fructueux.

64EA est une pièce rectangulaire qui fait suite à E. Elle est longue de 4,80 m, large de 4,50 m et était chauffée par un hypocauste : on y a mis au jour comme d’ailleurs en FA et en LB de nombreuses pilettes de hauteur variable.

65F est le caldarium dont il ne subsiste que le plancher inférieur avec de nombreux restes de pilettes ; il a la forme d’un demi-cercle régulier dont le rayon est de 2,30 m. F et FA (dont la surface est à peu près la même que celle de EA) communiquent par une ouverture de 3,70 m.

66Il est malaisé de décrire avec exactitude L et LB, puisque le dégagement complet en est actuellement impossible. On peut simplement dire que L doit être compris comme un sudatorium ; le sol est fait d’un béton lissé et, dans le mur, lui aussi semi-circulaire, se voient des tubuli serrés les uns contre les autres. Au reste, on remarque que L est dans le même alignement que F et E ; quant à LB, c’est une pièce qui s’apparente tout à fait à FA et à EA.

67Comme il a fallu défoncer en partie le plancher bas de l’hypocauste en FA et en LB pour l’extraction de blocs, un bassin FL d’un premier état a été en grande partie mis au jour (pl. 5). Lors de la construction de FA et de LB, ce bassin a été à demi détruit et on s’est contenté de niveler à l’aide d’un remblai de gravats. FL a la forme d’un rectangle de 3,83 X 3,40 m, les parois et le fond sont constitués de plaques de marbre reposant sur un mortier rougeâtre, sauf à l’emplacement du mur de refend qui sépare FA de LB. Le fond de FL se trouve à 1,24 m au-dessous du dallage en place de la cour EB.

Etats I (cf. pl. 5) et II

68Cet ensemble : frigidarium, caldarium, sudatorium, qui date de la dernière occupation du site, semble avoir pris la place de thermes plus anciens où il est venu s’insérer, parfois même en coupant les murs et les sols. Ces thermes sont représentés par GB, H, ED, EF, EC.

69GB a actuellement une longueur de 1,86 m et une largeur de 0,63 m. Le sol est fait de dalles de calcaire très lisses dont la plus grande mesure 1,64 m de long. Les murs d’origine qui la délimitent ont 0,51 m d’épaisseur à l’ouest et 0,85 m au sud ; mais ils n’étaient pas en contact direct avec l’intérieur de la pièce. En effet, il est facile de rétablir ce qui existait d’après ce qui subsiste. Le long des murs, on a une série de tubuli, placés presque côte à côte, de dimensions moyennes de 0,07 X 0,12 m, noyés dans un mortier rose de 0,22 m d’épaisseur (pl. 17). Partant du sol et maintenues à la base par les dalles du plancher, des plaques de calcaire épaisses de 0,04 m servaient de parement au murs et masquaient les tubuli.

70Au nord-ouest, la grande dalle du plancher est recreusée de manière à permettre l’écoulement de l’eau. A cet endroit en effet, le mur est traversé par un conduit de tubuli, il se déverse dans un égout qui longe le mur ouest et se termine dans le puisard GC. A l’est, le mur qui subsiste a été rajouté sans doute à l’époque de la construction du grand bain et il est évident que ce qu’on voit encore de GB n’est qu’une petite partie de ce qui a existé primitivement.

71La fouille a mis en évidence que GB était chauffé par un hypocauste de construction différente de ceux qu’on trouve ailleurs sur le site (pl. 18). La sole est faite d’un mortier composé de chaux et de gros débris de tuiles, épais de 0,06 m, qui repose sur des pierres. Puis on a les pilettes : elles sont formées de trois rangs de briques mesurant 0,32 m de long et 0,20 m de large ; puis de deux éléments longs de 0,39 m et larges de 0,29 m, et enfin de briques plus grandes, l’ensemble étant recouvert d’une épaisse couche de chaux et de briques pilées. Ainsi, progressivement, les éléments vont en débordant pour se rejoindre et permettre d’étendre le mortier du plancher haut. On a l’impression de voir en coupe une série de piliers formant des arcs.

72H est un espace rectangulaire de 2,16 m X 1,26 m. Il se présente exactement comme GB, mais si l’on a encore des rangées de tubuli le long des murs ouest, sud et est, en revanche il ne reste qu’un fragment de dalle du parement intérieur, et sur le sol, seul le mortier rose est visible. Au nord, 25 la salle était ouverte et le mur se terminait par deux piliers qui peut-être soutenaient un arc d’entrée. Au moment de la fouille, on a trouvé cette entrée bouchée par un mur de mauvaise facture, épais de 0,45 m, lui-même servant de point d’appui à deux murs, l’un à l’ouest, l’autre à l’est et se prolongeant en AH et K, murs qui ont servi probablement de contreforts au mur sud du frigidarium E. Dans le mur ouest se trouve une ouverture dont le fond est en déclivité : c’est un canal d’écoulement qui se jette dans le même collecteur que celui dont il a été question pour GB.

73La similitude des constructions et des niveaux conduit à penser que primitivement GB et H formaient une même pièce. ED, qui a été malencontreusement transformé par la construction de murs parasites et en partie détruit pour permettre l’extraction des blocs servant d’assise à E, devait également appartenir à GB et H. Le plan laisse supposer qu’il devait y avoir symétrie et que GB avait probablement un correspondant. On aurait donc eu une salle centrale H flanquée de deux absides GB à l’ouest et x à l’est. Cette hypothèse est d’autant plus plausible que le mur sud de H est d’une construction beaucoup plus soignée que le mur qui sépare EF de K, lequel est d’ailleurs en retrait de 0,10 m et de 0,22 m pour la semelle. Les sols dallés, les murs garnis de plaques de calcaire, les écoulements laissent penser qu’on devait avoir là une piscine d’eau chaude.

74Bien que les niveaux soient différents, on peut se demander s’il ne faut pas rattacher à ces vestiges les restes de la piscine d’eau froide à fond dallé de marbre FL dont il a été parlé ci-dessus. En effet, la technique de construction paraît la même : parement de dalles de calcaire coincées contre celles du fond et remplissage épais de mortier rose jusqu’aux murs.

75EF est une pièce dont la construction est postérieure à celle dont il vient d’être question, mais antérieure à la construction du grand bain. Sa forme est semi-circulaire et elle s’ouvrait au nord par une ouverture large de 2,12 m. Les deux piles qui la flanquent indiquent peut-être la présence d’un arc. Au moment de la découverte, cette ouverture était murée. Là encore se trouve un hypocauste. La sole en est bétonnée et l’on voit de nombreux éléments de pilettes en place. Enfin, cette fois, la technique de construction est la même que celle qui a été rencontrée en A ou en EA, etc. ; c’est une preuve supplémentaire de la postériorité de sa réalisation par rapport à l’ensemble H-GB-ED. Du reste, l’espace EH-EC, où l’on retrouve encore quelques éléments de pilettes en place prolongeait vers le nord l’espace EF. A l’intérieur de EF, on trouve au fond, dans le mur sud, un renforcement et l’on constate qu’à partir de 0,60 m de la sole, les pierres du mur débordent comme si elles amorçaient le départ d’une voûte en cul de four. Dans le mur sud, au centre, il y avait une ouverture de 0,47 m de diamètre qui a été rebouchée. Peut-être s’agit-il du canal de communication avec le praefurnium qui aurait été situé en K. Au moment de la découverte, on a constaté que le mur est était doublé d’un mur parasite empiétant sur EF et le déformant.

Notes

1 Voir provisoirement Gallia 20 (1962), p. 463, fig. 47(bloc no 32).

© ARTEHIS Éditions, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search