Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

La métallurgie du fer chez les Mandubiens et les Lingons (Haut-Auxois et région des Sources de la Seine, Côte-d’Or) : un artisanat de qualité

Michel Mangin et Philippe Fluzin

Texte intégral

1Cette contribution présente quelques exemples archéologiques qui illustrent la qualité du travail à laquelle étaient parvenus les forgerons gaulois ; elle est un témoignage archéologique qui peut faire le lien avec les recherches expérimentales poursuivies par Jean-Paul Thevenot sur les différents aspects du travail du fer aux périodes anciennes.

LES FORGES DU HAUT-AUXOIS ET DE SES MARGES ORIENTALES

Une région de petite sidérurgie tant urbaine que rurale

2Un des programmes pluridisciplinaires poursuivis depuis plusieurs décennies dans les Universités de Bourgogne et de Franche-Comté et les laboratoires de Nancy (Laboratoire d’archéologie des Métaux) et Sévenans (laboratoire « Métallurgies et Cultures », UMR 5060 du CNRS) sur les forges d’Alésia, du Haut-Auxois et de la région des Sources de la Seine, a révélé l’importance de la petite sidérurgie, tant urbaine que rurale et précisé maints aspects de l’organisation de cette activité (Mangin et alii, 2000a ; 2000b).

3Elle est omniprésente sur les sites ruraux qui sont de taille modeste dans cette région de plateaux découpés en lanières par plusieurs rivières parallèles entre Alise-Sainte-Reine au nord, Sombernon au sud et les Sources de la Seine à l’est. Elle a été relevée aussi d’une façon systématique dans les quatre types de groupements qui sont représentés sur les plateaux : de la petite ville comme Alésia au hameau (Villy-en-Auxois) en passant par le village (ceux des forêts de Flavigny et de Blessey-Salmaise) et la station routière (Sombernon).

4Au total, quarante-cinq ateliers de travail du fer ont été répertoriés dans les fermes, sur les routes et dans les groupements sans prendre en compte les cinq ateliers réétudiés d’Alésia parmi les dizaines qui ont été repérés ou fouillés sur le site.

5Outre l’intérêt que constitue la proportion des forges par rapport au nombre d’habitats ruraux isolés (un tiers), la proportion de sites avec forge établis sur les axes de circulation ne laisse pas d’étonner : vingt-six sur les quarante-cinq ateliers retenus hors Alésia. L’activité sidérurgique de la région est donc plus liée à la circulation qu’à l’activité agricole proprement dite (Mangin et alii, 2000a, fig. 27, p. 154).

Des ateliers spécialisés

  • 1 Laboratoire de minéralogie de l’Université de Mayence (professeur I. Keesmann) ; Centre de Recherch (...)

6La diversité des types d’occupation recelant une ou plusieurs forges va de pair avec la diversité des activités pratiquées en leur sein : c’est un des apports des travaux conduits à Sévenans, notamment à partir des examens métallographiques de déchets de travail ou de demi-produits, confortés par les analyses chimiques effectuées à l’Université de Mayence puis au CRPG de Vandœuvre1.

7En effet, c’est une véritable spécialisation qui est apparue lors de la confrontation des données de laboratoire avec celles du terrain.

8Si le travail de forge proprement dit, c’est-à-dire le travail d’élaboration des objets à partir de métal épuré, est présent dans tous les cas et constitue l’activité principale, il n’en est pas de même des stades précédents de la chaîne opératoire : la réduction du minerai et l’épuration du métal « sale » pour le rendre apte à l’élaboration d’objets (produits semi-finis).

9Une petite réduction marginale est attestée dans deux des sites importants de la région : Alésia et la station routière de Sombernon et ceci au sein même des ateliers de forge implantés au cœur des îlots ou se juxtaposent maisons et ateliers (fig. 1). La réduction en quantité modeste existe dans quelques forges seulement à partir de minerai local (fig. 2). En témoigne aussi la composition des inclusions étudiées au sein de lingots d’un atelier d’Alésia (Pleiner et alii, 2004) qui se justifiait peut-être par le désir de connaître et maîtriser parfaitement la qualité du métal que les forgerons utilisaient pour fabriquer l’outillage de précision des bronziers au service desquels une partie des forgerons semble avoir été, au moins aux premiers temps de la ville (Bénard, 1999).

Fig. 1. Alésia. Schéma de la ville avec localisation des objets étudiés. A. « Quartier au Sud-Est du Forum », îlot artisanal F : atelier 008-408 (lingots) ; B. Centre public (couteaux) (extr. de Pleiner et alii, 2004, fig. 1, p. 93).

Fig. 2. Alésia. Îlot F. Ensemble XXIV-b. Minerai de fer thermotraité stocké dans un fond d’amphore (cl. M. Mangin).

10Mais ce sont surtout les activités intermédiaires, celles relatives à l’épuration du métal « sale », réduit sur place ou surtout importé, qui ont été importantes et caractérisent un certain type de site : les groupements. En effet, ce sont les quatre groupements de la région, à l’exclusion de tous les autres sites isolés (sauf un situé sur un carrefour important), qui ont livré des témoignages de l’épuration, parallèlement aux travaux d’élaboration d’objets dans leurs forges ou une partie d’entre elles (Mangin, Fluzin, 2003, p. 148-149).

Une organisation juxtaposant deux systèmes parallèles et complémentaires

11Une étude récente a proposé en conséquence de voir dans l’organisation de la petite sidérurgie de la région deux systèmes juxtaposés sur un même territoire :

  • d’une part, celui qui fonctionne dans une petite ville avec liaison étroite entre le travail du fer et celui du bronze tant pour La Tène finale que pour l’époque romaine ;

  • d’autre part, celui qui tisse son réseau dans les campagnes et sur les routes de la région (Mangin, Fluzin, 2003, p. 153).

12Les liens juridiques que peuvent entretenir ces deux systèmes restent à définir : comment mettre en évidence une éventuelle dépendance entre forgerons des deux systèmes ? En revanche, la similitude des techniques utilisées dans les ateliers de la ville et de ses campagnes est suffisante pour parler d’un même monde dans le domaine technique.

13À l’intérieur du système rural lui-même, les forges des campagnes du Haut-Auxois et de ses marges lingonnes entretiennent des relations clairement attestées par les études de laboratoire.

  • 2 Alésia importe aussi du métal épuré sous la forme de demi-produits : les deux lingots de plusieurs (...)

14Les groupements, tout en forgeant pour les besoins de leurs habitants, notamment pour les besoins agricoles, préparent, en l’épurant, un métal « brut » - plus ou moins onéreux suivant sa qualité - qui sera utilisé dans les forges voisines et dans les forges des sites ruraux et routiers de la région ; tout un réseau de diffusion du métal épuré est ainsi organisé à partir des quatre groupements répartis sur l’ensemble du territoire : d’Alésia et Flavigny au nord, jusqu’à Sombernon à 30 km au sud et à Blessey-Salmaise au sud-est2. À cette distribution et à cette complémentarité, il faut ajouter des spécialisations ponctuelles comme celle qui concerne la fabrication de clous de chaussures dans la forge du relais de Blessey, sur le chemin de pèlerinage conduisant du sanctuaire des Sources de la Seine à ceux du Haut-Auxois, notamment à ceux d’Alésia.

15La proportion étonnante des forges installées le long des voies (« forges routières » ou sortes de « stations services multifonctionnelles ») est probablement à mettre aussi en relation avec l’intensité des échanges entre forges internes à la région et avec la densité de la circulation externe attestée par celle du réseau routier.

16Ainsi, doit-on voir les flux de marchandises avec les besoins en métal qu’ils induisent, mais aussi la circulation des produits métalliques à plusieurs niveaux :

  • à l’intérieur des groupements eux-mêmes entre les forges à fonctions complexes et les simples forges d’élaboration d’objets comme à Blessey ou entre les différents ateliers métallurgiques comme à Alésia ;

  • au sein de la région entière entre les forges des groupements épurant le métal et les forges des fermes et des routes qu’elles fournissent ;

  • avec l’extérieur enfin, notamment avec les régions de production de fer primaire.

UN TRAVAIL DE QUALITÉ

17Nous avons choisi trois exemples pour illustrer la remarquable maîtrise qu’avaient acquis les forgerons d’Alésia et de sa région et dont certaines de leurs productions témoignent, dès le milieu du Ier s. avant J.-C. (au moins sur l’oppidum d’Alésia).

Les produits semi-finis à Alésia : dix « lingots » ou ébauches d’outils

Les études réalisées

18Sur dix « lingots » découverts groupés dans un angle d’une forge du quartier de commerçants et d’artisans dit « du Sud-Est du Forum » (F-XXIV-208, de la seconde moitié du Ier s. de notre ère, cf. fig. 3) deux ont fait l’objet d’études au laboratoire « Métallurgies et Cultures » de Sévenans et au CEA de Saclay (Pleiner et alii, 2004).

19Lingot 1

20Il s’agit d’une barre effilée de 250 mm de long (l’une des plus longues du lot, cf. fig. 4) possédant une partie médiane relativement épaisse (16 mm), martelée à son extrémité en forme de pointe (fig. 5). L’autre extrémité (tête) est moins épaisse (12 mm) et présente une légère déformation recourbée (fig. 6). L’épaisseur de cet objet de 270 g est donc irrégulière et l’on remarque un très net renflement localisé à environ 90 mm de la pointe sur une zone de 100 mm. La section à cet endroit (plus forte épaisseur) est de 23 x 22 mm (fig. 7).

21La morphologie générale ne semble pas correspondre aux exemples classiques de demi-produit (lingot), tout du moins si l’on considère les premières étapes d’épuration d’une loupe en foyer de forge : l’apparence d’un tel objet le rapproche plus d’une ébauche d’outil. Ce constat peut cependant être nuancé si l’on considère que l’artisan travaille une très petite loupe ou des fragments de loupes, ou bien si la composition chimique du métal est spécifique (filière acier).

22Les études métallographiques confirment que cet objet est à un stade avancé de travail thermomécanique. Il est parfaitement homogène sur le plan structural puisqu’il est exclusivement composé de ferrite. L’épuration, bien qu’inégale entre deux zones parfaitement délimitées, est globalement bonne (absence de porosité résiduelle, de replis…). Il s’avère donc que l’objet est, dans le contexte de la chaîne opératoire, assez éloigné du stade d’épuration primaire (travail d’une loupe ou de fragments de loupes).

23Par ailleurs, les différences marquées dans l’orientation très nette des inclusions d’une part, et la déformation structurale d’autre part, attestent l’existence d’au moins deux étapes franches de travail à des niveaux de température différents : épuration et mise en forme proprement dite.

24D’un point de vue métallurgique, l’on peut considérer que le travail effectué est de bonne qualité (épuration et mise en forme) pour un produit dont les caractéristiques mécaniques (dureté) sont modestes (ferrite). L’objet est donc un « dérivé » d’un demi-produit initial (lingot) et se rapproche plus de ce que l’on qualifie d’ébauche. En effet, il est difficile, dans sa configuration actuelle, d’y voir un produit fini pouvant sans ambiguïté le rapporter à un outil du type pique ou burin (il pourrait parfaitement être débité). Il correspond vraisemblablement à une « énième » étape fonctionnelle de cette chaîne opératoire que nos travaux archéométriques n’ont de cesse d’affiner malgré le niveau de discrimination aujourd’hui atteint.

Fig. 3. Alésia. Îlot F-XXIV. Forge 008-408 (dessin G. Monthel)

25Lingot 2

26Ce lingot pèse 260 g, et a une longueur de 140 mm ; sa section est de 26 mm.

27L’échantillon étudié présente une surface d’environ 10 mm2.

28Les inclusions observées dans le métal comportent des dimensions variables et sont regroupées dans sa partie supérieure. Elles présentent un alignement suivant une direction préférentielle. Rappelons que cet alignement est causé par le forgeage au cours de la mise en forme de l’objet. La partie inférieure présente une très bonne propreté inclusionnaire.

29L’attaque au réactif Nital révèle dans la partie supérieure une microstructure entièrement ferritique avec une teneur en carbone inférieure ou égale à 0,02 %. La partie inférieure est constituée d’une matrice comportant de nombreux précipités de cémentite tertiaire. Les grains sont équiaxes et leur taille moyenne varie de 50 à 150 microns.

30En complément des études métallographiques rapportées ci-dessus, les deux « lingots » ont subi un certain nombre d’études analytiques portant sur les inclusions (travaux de P. Dillmann, Université de Technologie de Compiègne) et le comportement du phosphore (Véga et alii, 2002).

Fig. 4. Alésia. F-XXIV-208. Lingot 1 (barre effilée) : poids 270 g, L. 250 mm, section maximale 23 x 22 mm (cl. P. Fluzin, extr. de Pleiner et alii, 2004, fig. 6, p. 99).

Fig. 5. Alésia. F-XXIV-208. Lingot 1 : macrographie de la section de la pointe (cl. P. Fluzin, extr. de Pleiner et alii, 2004, fig. 7, p. 99).

Fig. 6. Alésia. F-XXIV-208. Lingot 1 : macrographie de la section de l’autre extrémité (cl. P. Fluzin, extr. de Pleiner et alii, 2004, fig. 8, p. 99).

Fig. 7. Alésia. F-XXIV-208, lingot 1 : macrographie de la section transversale dans la partie la plus épaisse (cl. P. Fluzin, d’après Pleiner et alii, 2004, fig. 9, p. 99).

Interprétation : des ébauches pour un outillage de précision ?

31Les recherches archéométriques approfondies conduites sur ces deux « lingots » de la série, définissent des ébauches d’un métal de qualité. Celles-ci sont situées entre la phase finale de l’épuration du métal et l’élaboration d’un objet.

32Par ailleurs, les analyses de minerai d’une part, et des inclusions au sein du métal des deux lingots d’autre part, semblent indiquer l’emploi de minerais de compositions différentes dont l’origine reste à préciser mais dont l’un peut être local.

33En outre, ces analyses qui révèlent une teneur élevée en phosphore, montrent que, malgré cette teneur, rien n’empêche la mise en forme de l’objet, les températures de travail sont dans ce cas plus faibles qu’à l’ordinaire.

34L’activité productive de l’agglomération se caractérise par la multiplicité des ateliers de travail du fer et du bronze répartis sur plusieurs quartiers et notamment dans celui où se situe l’atelier dont sont issus ces lingots. On ne peut qu’être tenté de relier ce type de production de qualité aux besoins en outillage de précision que réclamaient les bronziers et ceci non seulement au sud du Forum au Ier s. avant J.-C. (Bénard, 1999), mais dans des quartiers d’artisans comme celui du « Sud-Est du Forum » au Ier s. après J.-C.

Des couteaux de l’alésia gauloise (Ier s. avant J.-C.)

Étude de quatre couteaux issus des fouilles anciennes du centre du site

35Quatre objets des fouilles anciennes conduites entre 1905 et 1914 sur l’oppidum d’Alésia ont été examinés dans le laboratoire de métallographie de l’Institut d’Archéologie de l’Académie des Sciences de Prague. Ils sont inventoriés sous les numéros 632 et 634-636. Ces objets ont été soumis à un examen métallographique classique, complété par des tests de microdureté et des analyses chimiques (Pleiner et alii, 2004).

36Ces quatre couteaux proviennent de trois emplacements différents du site (fig. 1) :

  • d’une part, de deux zones du centre monumental : la place du temple, site 047, pour les couteaux n ° 635 et n ° 636 et la place publique dite forum, site 059-061, pour le couteau n ° 634 ;

  • d’autre part, d’un quartier du cœur de la ville, au sud du théâtre, le long de l’axe directeur du site, la rue 1, site 041, pour le couteau n ° 632.

37Il s’agit, dans tous les cas, d’espaces qui sont occupés dès les débuts de l’histoire de l’oppidum, avant le milieu du Ier s. avant J.-C., mais dont l’urbanisation ne se développe qu’à l’époque augustéenne (Bénard, 1999). D’après les indications des journaux de fouilles, il semble bien que ces quatre couteaux puissent être rapportés aux premières implantations et être datés au plus tard des époques pré-augustéenne et augustéenne. Il n’est donc pas abusif d’utiliser les termes « d’oppidum » pour le site et de « celtique » pour les couteaux, l’influence proprement romaine, ne s’étant pas fait sentir, dans le domaine de la métallurgie alésienne, avant le début de notre ère au plus tôt, et, pour ce qui concerne plus précisément le fer, avant la pleine époque romaine.

38La continuité des techniques - d’après les vestiges de bas-foyers et d’ateliers fouillés et publiés (cf. Mangin et alii, 2000a, p. 88-96) - est totale depuis le milieu du ier s. avant J.-C. jusqu’au iiie s. de notre ère.

Les objets : caractéristiques, étude et interprétation

39Couteau 1 : spécimen 632 (fig. 8)

40- couteau à manche plat, longueur 137 mm, largeur de la lame 20-22 mm, poids 22 g.

41- interprétation : l’outil, fait de fer phosphoreux, a été muni d’un tranchant d’acier dur (0,6 % de carbone), ultérieurement trempé à cœur. Du fait de la partie incomplète du tranchant, il n’est pas possible de déterminer s’il fut cémenté ou soudé. De toute façon, il s’agit d’un artefact très bien aciéré.

42Couteau 2 : spécimen 634 (fig. 9)

43- couteau en forme de rasoir avec un tranchant courbe et un court manche plat avec un rivet de fer en relief. Longueur 75 mm, largeur maximum 27 mm, poids 14 g.

44- interprétation : du fait d’une image fragmentaire, il n’est pas facile d’imaginer le procédé de fabrication réel. La soudure de deux feuilles latérales sur un cœur de fer est possible ; néanmoins les deux sortes de métal sont très doux et pratiquement sans carbone. Dans son état actuel de conservation, la lame est de qualité inférieure.

45Couteau 3 : spécimen 635

46- couteau à soie auquel manque la pointe. Longueur 115 mm, soie 30 mm (avec extrémité épaisse), lame large de 15 mm, poids 23 g.

47- interprétation : la lame de couteau est de structure composite : sur une bande de fer, apparemment carburée sur ses deux côtés, il y a eu soudure de deux feuilles de fer (ferritiques avec un peu de perlite). La lame une fois formée a été trempée superficiellement au niveau des extrémités latérales (à l’arrière aussi bien que sur le tranchant). Le travail du forgeron a fourni un objet parfait.

48Couteau 4 : spécimen 636

49- couteau se caractérisant par une lame triangulaire très courte avec un tranchant oblique qui lui donne son aspect différent d’un couteau courant. Il est possible qu’il corresponde à un instrument tranchant spécialisé à long manche. Longueur 98 mm, lame 42 mm, manche 56 mm, largeur maximum près du manche 26 mm, poids 35 g.

50- interprétation : la lame a été faite de deux bandes d’acier à basse teneur en carbone (0,05 % C) soudées ensemble. Une troisième couche additionnelle peut être supposée sur le tranchant de l’échantillon. En dépit du matériau à basse teneur en carbone, la dureté du tranchant est légèrement plus forte. Il est possible que le forgeron ait essayé de le durcir par un refroidissement rapide ; ou bien cette caractéristique ne résulte pas d’une action volontaire. Le couteau peut être classé dans la catégorie des instruments de qualité moyenne.

Fig. 8. Alésia. Centre public, site 041, couteau spécimen 632 (cl. R. Pleiner, extr. de Pleiner et alii, 2004, fig. 27, p. 111).
Au-dessus : couteau spécimen 632.
1. Macrophotographie des sections polies a) et b) après attaques Oberhoffer, x 11.
2. Après attaque Heyn, x 11.
3. Après attaque au Nital à 5 %, x 11.

Fig. 9. Alésia. Centre public, site 059-061, couteau spécimen 634 (cl. R. Pleiner, extr. de Pleiner et alii, 2004, fig. 31, p. 115).
Au-dessus : couteau 634.
1. Macrophotographie des sections polies a) et b), après attaque Oberhoffer, x 10.
2. Après attaque Heyn, x 10.
3. Après attaque au Nital à 5 %, x 10.

Fig. 10. Blessey-Salmaise. L’agglomération antique avec ses cinq forges : relais (F104), village (H301 et H201), quartier sud et hameau (H407 et H603) (dessin J.-L. Courtadon, extr. de Mangin et alii, 2000b, fig. 63, p. 217).

Conclusion : qualités des lames étudiées

51Des quatre lames étudiées, deux sont des artefacts de qualité mineure ; c’est-à-dire qu’elles ne sont pas élaborées à partir d’un acier dur. La lame courte 636 a été soudée à partir de deux (ou trois possibles) bandes d’acier à basse teneur en carbone ; par ailleurs, le tranchant révèle une microdureté plus haute de perlite (essai de durcissement ?) et la teneur de la ferrite est élevée en phosphore (0,114 % P) ce qui confère une dureté tout à fait acceptable. Le couteau 634 en forme de rasoir, dans la mesure où des fragments de son cœur en métal sont préservés, montre un assemblage (soudure bord à bord) de fer et d’acier à basse teneur en carbone.

52D’autre part, les deux autres échantillons peuvent être classés comme des artefacts extrêmement bons de maîtres-forgerons compétents. Le couteau 635 montre un schéma à trois couches (ou en sandwich), avec une bande d’acier dur entre deux enveloppes de fer à basse teneur en carbone, sur les deux côtés de la lame. Il en résulte un instrument coupant de première qualité, spécialement après la trempe à l’eau. Ce schéma technologique découvert sur des artefacts d’Alésia, appartient aux quelques trouvailles de même facture très précoces en Europe. Le couteau 632 doit avoir été aussi parfait que le couteau 635, ayant un acier dur (trempé) dans son tranchant et un corps plus doux mais consistant ; malheureusement, la technologie n’est pas déchiffrable du fait de la corrosion séparant le tranchant de la partie arrière. Nous ne savons pas si l’acier était soudé ou si la lame finie pouvait avoir été carburée ultérieurement (cémentation).

53Par ailleurs, doit être mentionné le fait que les fers d’Alésia étaient faits de fer phosphoreux avec une teneur élevée (de 0,114 à 0,420 % P).

54Aucune conclusion statistique ne peut néanmoins être tirée de ces quatre exemples. L’investigation présente montre seulement un aspect des techniques des forgerons d’Alésia. Dans les autres oppida celtiques, se trouvent des instruments de qualités aussi bien inférieures que hautes : ici, le produit parfait l’emporte.

Les chutes de forge du village antique de Blessey-Salmaise : un exemple original de travail du métal

Le village, ses habitats et ses forges (fig. 10)

55En limite orientale du Haut-Auxois, sur le versant occidental de « La Montagne », le site couvre 140 hectares de parcellaire sur les deux communes voisines de Blessey et de Salmaise, à 900 m au sud-ouest des Sources de la Seine. Il comporte plus d’une trentaine d’habitats dans des enclos juxtaposés le long d’une rue nord-sud qui structure l’ensemble du site. De part et d’autre des trois groupements d’habitats qui s’échelonnent sur cette rue, s’étend un parcellaire étroitement adapté à la topographie (Mangin et alii, 2000b).

56Si les trois grandes fermes qui se répartissent sur le plateau au sein du parcellaire rural n’ont livré aucune scorie, en revanche, chacun des trois groupements alignés sur la rue principale dispose de forges : deux dans le groupement principal (le « village »), une dans chaque « quartier » ou « hameau ». Une cinquième est adossée à un ensemble important de constructions qui est implanté sur l’axe est-ouest qui relie les Sources de la Seine au Haut-Auxois, au carrefour avec le départ de la rue du village.

Deux forges avec des vestiges originaux

57Parmi les nombreux échantillons de déchets de travail étudiés à Sévenans, deux méritent une mention particulière dans le cadre de cette contribution. Ils sont issus l’un de la forge de relais fouillée F104, l’autre de la forge H603 d’un hameau du sud du site.

  • 3 Ce chiffre, apparemment exceptionnel dans la bibliographie, résulte de mesures précises du pourcent (...)

58Seule F104 a fait l’objet d’une fouille exhaustive. Cette forge de relais couvre une surface importante (80 m2) et a connu deux phases entre l’époque flavienne et le IIIe s. Sous une toiture à un pan, appuyée à l’arrière du bâtiment principal du relais et soutenue à l’est par des poteaux, ses trois foyers, deux circulaires en creux et un rectangulaire en pierre, ont produit sur l’enclume de pierre découverte en place, au moins trois tonnes de battitures3, tandis que 86 kg seulement de scories sous forme de nodules ou de petits culots sont restés sur place. Les objets découverts dans le remplissage sont exclusivement des milliers de clous de chaussures. L’une des dizaines de chutes de travail a révélé des caractéristiques originales.

59Il en est de même de H603, située dans l’un des deux « hameaux » qui s’échelonnent sur la rue principale au sud du « village » (fig. 10 : « zone 6 centre »). Elle jouxte un des cinq habitats de ce petit groupement qui sont installés dans des enclos aménagés sur le versant du plateau et le replat qui occupe son pied dans une position identique à celle du groupement principal. H603 est un des éléments d’un vaste enclos ; elle occupe, avec l’habitat voisin, une terrasse aménagée dans le versant, soutenue par un talus surplombant le replat.

60Sa position au carrefour avec une rue desservant les parcelles du plateau explique peut-être sa présence dans cette zone distante de plus de 600 m du cœur du village. À la différence de F104, cette forge n’est connue que par l’aspect cendreux spécifique du sol de surface sur un espace rectangulaire bien délimité d’environ 18 m2 (6 m x 3 m) et le mobilier qu’il a livré par un simple ramassage. En effet, comme la forge H407 située à 350 m au nord dans le « quartier de la rue 5 », elle devait être construite en matériaux légers à la différence de la maison qu’elle jouxte (Mangin et alii, 2000b, p. 281-282).

Une technique particulière de mise en forme (fig. 11)

61Les fragments de barre de la forge F104

62* L’échantillon F104/08 (voir fig. 11 de l’échantillon suivant F104/09)

63Cet échantillon est un fragment de barre de 68 g relativement bien aplati comportant des traces de martelage dans le sens de la longueur (étirage ?). L’une des parties latérales semble avoir été tranchée à chaud. De taille modeste (longueur 56 mm, largeur 26 mm, épaisseur de 10 à 13 mm), une des extrémités de cette barre est légèrement effilée alors que l’autre ne présente que de faibles traces de travail.

64Macrographie, micrographie

65La section longitudinale révèle un taux de porosité important, principalement localisé dans la partie faiblement martelée. Aucune soudure n’apparaît en macrographie. L’étude micrographique atteste une propreté inclusionnaire médiocre. La partie insuffisamment travaillée est particulièrement riche en inclusions de scories résiduelles, qui ne sont pas sans évoquer la texture d’éponge. On observe un écrasement plus prononcé de ces inclusions au fur et à mesure que l’on se rapproche de l’extrémité effilée. De très nombreux replis sont également observables. Quelques battitures existent encore en surface.

66Après attaque chimique, on constate l’existence d’une structure essentiellement ferritique. Une faible zone superficielle à 0,2 % de carbone indique probablement une légère cémentation accidentelle sur la partie la plus travaillée. Il est cependant remarquable de constater l’existence d’une « texture de damas ». Celle-ci ne semble pas correspondre au traditionnel damas d’assemblage (qui aurait peut-être pu être associé à une activité de recyclage). En effet aucune soudure n’est décelable dans ces zones. Par ailleurs ce « damas composite » (ferrite + acier à 0,1 % de carbone) est observable à l’échelle de 50 à 100 µ m, ce qui semble exclure l’association de fragments de métal de cette taille. Les zones « damassées » semblent témoigner d’un écrouissage intense, ce que ne traduisent pas les endroits exclusivement ferritiques. Il y a donc eu recristallisation et il n’est pas impossible que nous soyons en présence d’un damas de cristallisation.

67Conclusion partielle

68Les observations globales sur ce fragment de barre nous font penser à la mise en forme (ébauche) d’un fragment d’éponge. Ceci est particulièrement clair pour l’une des extrémités. Par ailleurs, le « damas » observé dans la partie plus effilée est à mettre en relation avec des sollicitations thermomécaniques importantes. Bien que de dureté faible (acier de 0,02 à 0,1 % de carbone), l’intensité du martelage combiné à la température de travail aurait pu provoquer l’existence d’un damas de cristallisation (action cumulée de l’énergie thermique et de la dissipation de l’énergie de choc dans une pièce de petite dimension).

Fig. 11. Blessey-Salmaise. Forge F104, échantillon 104/9, microdamas (cl. P. Fluzin, extr. de Mangin et alii, 2000b, p. 262-263 et fig. 78 et pl. XIII 2-4, p. 398).

69* L’échantillon F104/09 (fig. 11)

70Métrologie, morphologie

71Il s’agit également d’un fragment de barre aplatie de 89 g (longueur 62 mm, largeur 22 mm, épaisseur 15 à 16 mm), qui présente de nombreuses traces de martelage sur les faces supérieure et inférieure ainsi que sur l’un des côtés. Une des extrémités est grossièrement effilée alors que l’autre montre apparemment une cassure ancienne. Cet échantillon a une configuration assez similaire à celle du précédent (F104/08).

72Macrographie, micrographie

73La section longitudinale révèle une propreté inclusionnaire médiocre. Il existe de nombreuses inclusions de scories à l’intérieur du métal. Par ailleurs, la surface de l’échantillon est imprégnée d’une pellicule scoriacée plus ou moins régulière qui possède en son sein de nombreuses battitures ainsi que des incrustations de charbon de bois. La présence de nombreuses fissures semble correspondre à des fissures de chocs mécaniques plutôt qu’à des lignes de soudure. Avant attaque chimique on observe un nombre important de replis, plus ou moins bien fermés.

74Après attaque chimique, il s’avère que l’échantillon est intégralement constitué d’un composite fer-acier (de 0,02 à 0,4 % de carbone). L’ensemble possède une texture de damas remarquablement homogène. Celle-ci est beaucoup mieux élaborée et bien plus régulière que dans l’échantillon précédent. Il est assez extraordinaire de constater la finesse des imbrications des zones exclusivement ferritiques et des parties aciérées. Les micrographies de la figure 11 atteste la perfection de ce damas. On remarque particulièrement bien la petite taille des monocristaux de ferrite (50 microns, 210 Hv 100), ce qui exclut une activité de recyclage à l’échelle microscopique ! Par ailleurs aucune soudure n’est matérialisée par des alignements d’impuretés ou d’oxyde. Cette configuration microscopique (à l’échelle du grain) est assez exceptionnelle bien qu’elle présente à première vue, mais à l’échelle macroscopique, un fibrage que l’on peut trouver, par analogie, en laminage. Des observations équivalentes (à une échelle encore plus petite) existent aujourd’hui sur des nano-matériaux contemporains élaborés par mécano-synthèse (association par choc mécanique de nanocristaux).

75Il est tout à fait extraordinaire de constater de telles similitudes. Une des explications théoriques possibles concerne un phénomène d’agrégation consécutif à la dissipation thermique de l’énergie de choc associée au niveau de température de travail en forge. Il y aurait alors formation d’un damas de pseudo-cristallisation. Ce phénomène est remarquable à l’échelle des polycristaux.

76Conclusion partielle

77Cet échantillon témoigne encore plus clairement que le précédent (F104/08) d’une technique de forge assez particulière. En effet, l’existence d’un « damas » à l’échelle microscopique (50 microns), très régulier indique la maîtrise concomitante de la thermomécanique du forgeage à chaud et de l’énergie de choc. Elle ne relève pas à priori (compte-tenu de l’échelle des « agrégats ») d’une activité de recyclage de très petits fragments. Cela fait davantage penser au travail d’un morceau d’éponge comportant une hétérogénéité de composition en carbone (comme c’est fréquemment le cas) qui est violemment martelé. Il est particulièrement étonnant de constater l’analogie de ce type de mise en forme avec les nouveaux matériaux que l’on élabore aujourd’hui par mécano-synthèse. Ce cas n’étant pas isolé (deux échantillons), il est difficile de le considérer comme exotique. Sans sous-estimer les connaissances empiriques globales de ces forgerons, il peut s’agir d’une technique particulière de travail à la forge (épuration) qu’il est difficile d’associer à la fabrication de clous dans la mesure où elle est volontaire. En effet, cette microtexture confère aux objets ainsi réalisés d’exceptionnelles propriétés mécaniques (association des antagonismes dureté/ductilité, souplesse). Une technique voisine, plus proche du damas d’assemblage était toutefois employée par des forgerons celtes, notamment pour la fabrication de certains couteaux (cf. supra) et de certaines épées. Dans le cas présent, le damas microscopique ainsi élaboré possède des qualités encore supérieures. Sans exclure l’aspect accidentel de ce type de travail de forgeage, on peut légitimement se poser la question de l’usage de tels demi-produits, compte-tenu de leur taille relativement modeste. Il pourrait permettre la fabrication de lames de couteau de très grande qualité ou d’outils de sculpteur sur pierre.

78* Conclusion : deux échantillons exceptionnels

79Parmi les échantillons issus de cette forge qui ont été étudiés (culots, nodules informes et chutes, éléments de barres), deux éléments de barre sur les trois qui ont été étudiés présentent donc des configurations morphologiques et micrographiques similaires qui correspondent à une épuration-mise en forme avec l’obtention d’un « micro-damas ».

80Une des chutes de travail de la forge H603

81* L’échantillon H 603/05

82Métrologie, morphologie

83Petite plaque de métal de 64 g (longueur 30 mm, largeur 23 à 24 mm, épaisseur 12 mm) très aplatie sur les deux faces, ainsi qu’en bordure latérale, indiquant un martelage prononcé.

84Les extrémités ont, au contraire, un aspect de fracture témoignant probablement du non achèvement de la pièce. Sur l’une d’entre elles, on distingue un alignement médian qui peut correspondre à une soudure (replis d’une feuille de métal sur elle-même ?).

85Macrographie, micrographie

86La section transversale révèle une abondante fissuration dont la propagation semble indiquer qu’elle est essentiellement due aux chocs mécaniques. Quelques inclusions macroscopiques sont perceptibles.

87L’observation micrographique avant attaque confirme cette interprétation. Cet échantillon a été martelé de façon intense. Il ne semble pas y avoir de soudure dans ce plan de section. La fissuration par choc mécanique est d’ordre inter et transgranulaire. Quelques porosités très déformées et inclusions silicatées (souvent amorphes) sont observées. Il ne subsiste, en revanche, aucun repli, ce qui indique que le métal de base est bien épuré. L’attaque chimique met en évidence une structure d’acier légèrement hypereutectoïde (0,9 % de carbone) très homogène sur l’ensemble de l’échantillon.

88Aucune texture « damassée » n’est observable (contrairement au cas de la forge F104/08-09). Un des bords latéraux est superficiellement trempé sur une profondeur de 1 mm (martensite et bainite nodulaire).

89Conclusion partielle

90Cet échantillon, parfaitement aplati et d’épaisseur très régulière, est caractérisé par un martelage très intense qui a provoqué une importante fissuration. Sa structure est très homogène ce qui semble exclure une activité de recyclage et à fortiori d’épuration. La violence de ce martelage est peut-être inhérente à la nature de l’acier travaillé. En effet un acier hypereutectoïde est difficilement forgeable. Il ne serait pas très aisé de fabriquer un objet de taille plus modeste à partir de cette plaque de métal.

91Cependant le fait que le forgeron se soit évertué à une mise en forme malgré tout soignée et régulière (en dehors des extrémités) peut indiquer éventuellement un autre usage. Il pourrait peut-être s’agir d’un élément destiné lui-même à servir de base au travail de petits objets. Cela pourrait correspondre à un petit plan de travail (mini-enclume qui serait alors sertie dans un matériau plus ductile, par exemple le bois). La fissuration observée serait alors la conséquence des chocs mécaniques associés à un tel usage. En effet la densité de la fissuration plaide également en faveur d’un travail à froid malgré la composition de l’acier. Il est clair qu’une utilisation de ce type ne pourrait qu’être limitée dans le temps avant une détérioration complète par fissuration. Si cette hypothèse, parfaitement compatible avec nos observations, étais fondée, il faudrait alors reconsidérer l’identification de tels objets à partir des fouilles archéologiques. Cette configuration morphologique et métallographique n’est en effet pas isolée et nous avons déjà eu l’occasion de l’observer à partir de plusieurs sites différents (non publiés). Un petit atelier de forge rural n’a peut-être pas les moyens de disposer d’une véritable enclume en métal ; d’où l’emploi de matériaux de substitution (enclume en bois et/ou en pierre). L’usage d’une enclume de pierre est attesté sur le site dans la forge F104 (Mangin et alii, 2000b, p. 236). Ce type de matériau présente, suivant la nature des opérations, par exemple l’épuration, un intérêt thermomécanique certain. Il en est de même pour des morceaux de métal du type de celui-ci (H603/05). Seule la multiplication des observations sur ce type d’échantillon pourrait permettre de lever le doute.

CONCLUSION

La chaîne opératoire

92Ces exemples s’inscrivent dans plusieurs des étapes de la chaîne opératoire de la petite sidérurgie ancienne telle qu’elle a pu être restituée au sein d’une ville gallo-romaine et de ses campagnes. Certes, pour Alésia, ils ne peuvent être mis en relation directe ni spatiale ni chronologique, et, pour les forges de Blessey, leur chronologie est insuffisamment précise dans l’époque romaine. Néanmoins, ils sont assez parlants pour illustrer plusieurs phases et aspects de l’activité des forgerons mandubiens et lingons au cours de la fin de la vie d’un oppidum puis de l’époque romaine, tant en ville que dans un village à fonctions essentiellement rurales.

Demi-produits et couteaux

Des « lingots-ébauches » gallo-romains

93Les deux « lingots » étudiés se rapprochent en fait de l’ébauche d’objets dont on ne peut préciser la destination exacte, même si, comme on l’a suggéré, ils peuvent s’inscrire dans la série des fabrications d’outils de précision nécessaires aux bronziers des ateliers de la ville. Cependant, leur dépôt sous forme d’un lot groupé dans un angle d’un atelier supposent qu’ils attendaient d’être utilisés pour une phase ultérieure de transformation sur place.

94Leur composition structurale indique l’utilisation principale de fer pur ou d’un acier très doux. Ces objets ne sont donc pas représentatifs d’une filière acier. L’analyse des inclusions révèle par ailleurs l’emploi de minerais différents, ce qui pose le problème de l’origine du minerai et du lieu de réduction. Les teneurs élevées en phosphore dénotent d’une pratique de forge à basse température.

Des couteaux « gaulois » de qualité

95La qualité du métal travaillé et de la mise en forme s’avère excellente, notamment pour les spécimens 632 et 635. Or, ces couteaux sont datés du Ier s. avant J.-C. (certainement pour le spécimen 632 qui peut, peut-être, même être antérieur à 52, et probablement pour 635) ; cette pratique semble donc bien de tradition gauloise.

  • 4 En effet, l’association de plusieurs feuilles de métal de teneurs différentes en carbone, confère a (...)

96Il n’est donc pas étonnant que ces couteaux de l’Alésia gauloise s’inscrivent parfaitement dans la série de soixante-dix artefacts qui ont été étudiés métallographiquement et qui sont issus des anciens territoires celtiques du nord des Alpes, de l’est de la France au nord des Carpathes. Ils viennent pour la plupart des oppida de la période de La Tène, centres fortifiés où travaillaient de nombreux forgerons et où le travail de forge fut une des activités les plus importantes. Les couteaux d’Alésia voisinent ainsi avec ceux des sites les plus prestigieux d’Europe centrale : Stradonice, Zavist, Hrazany en Bohême, Staré-Hradisko et Hostyn en Moravie4 (Pleiner, 2000, p. 102-103).

Le microdamas de Blessey

97Les deux fragments de barres en microdamas fournissent un exemple de travail de qualité exceptionnelle. L’assemblage Fer– Acier à l’échelle microstructurale constitue un micro-composite exceptionnel alliant dureté et souplesse. Ce microdamas a été obtenu par dissipation d’énergie de choc consécutive à l’épuration d’un fragment de loupe hétérogène. Ces deux échantillons témoignent de la maîtrise acquise par les forgerons du site qui, partant d’un fer « sale » qu’ils importent et purifient, le conduisent jusqu’à cette qualité extrême.

Des chutes de travail à étudier

98Les études archéométallurgiques de culots (calottes) de forge permettent d’obtenir une information globale en ce qui concerne l’activité pratiquée - qui peut être plurielle - dans le foyer de forge. Elles synthétisent en quelque sorte ce qui a pu se passer dans le foyer.

99Les chutes de métal quant à elles, tels que fragments, ébauches, soie de préhension, rebuts, produits de recyclage et de récupération d’objets (fig. 12, 1), délivrent une information sélective sur l’objet technique manufacturé qui est d’un autre ordre que celles qu’apportent les déchets de type scorie : qualité du métal travaillé, dextérité et compétence du forgeron (soudures, traitements thermiques, type d’outil utilisé etc.).

100Il convient donc d’être conscient de ces spécificités et de pratiquer, dans l’étude d’un atelier, des études croisées aussi larges que possibles lors de l’échantillonnage compte tenu de leur complémentarité.

101Sans revenir sur l’aspect exceptionnel du microdamas (volontaire ou accidentel) dont la présentation a été détaillée supra, certaines petites chutes peuvent apporter une information très importante sur la pratique du forgeron. À titre d’illustration, évoquons deux exemples. Un modeste fragment de 24 g (échantillon de l’atelier H603/04 de Blessey-Salmaise, fig. 12, 2 et 3) révèle une marque d’outil (tranche à chaud). Elle indique que l’artisan a cherché à débiter (découper) un petit morceau de métal de 6 mm par 7 mm de section sur 30 mm de longueur. Il est possible, compte-tenu de sa taille, que celui-ci ait été destiné à la fabrication d’un clou (de chaussure en l’occurrence). Par ailleurs, nous disposons, grâce à cet échantillon, de quelques données sur l’outillage utilisé. La tranche à chaud, dont l’empreinte est complète, avait une largeur de 16 mm. La tenaille utilisée pour la préhension de cet élément possédait probablement des mors fermés et ses dimensions devaient être modestes. L’objet était néanmoins difficiles à saisir assez fermement puisqu’il a été perdu. Pour cette raison la perte en forge de tels éléments métalliques devait être assez fréquente.

102Il est en outre possible d’évaluer le degré de compétence des artisans (traitements thermiques, etc.). C’est par exemple le cas d’une chute de 156 g, à première vue informe ; elle est issue d’une forge de la station routière de Sombernon, sur le Haut-Auxois, à 30 km au sud d’Alésia (fig. 13). Elle s’est révélée, après observation métallographique, être un élément de râpe exceptionnellement bien travaillé. Le métal parfaitement épuré a fait l’objet d’un traitement thermochimique de cémentation au niveau des dents et d’une trempe sélective, ce qui confère à cette partie une très grande dureté. À cet égard, il convient de faire remarquer que la réalisation de simples tôles de métal (armure, fourreau d’épée...), nécessite de la part du forgeron, une maîtrise technique plus grande (ainsi qu’un métal de meilleure qualité) que l’élaboration d’objets massifs. En effet, l’amincissement d’une tôle est d’autant plus délicat que l’épaisseur sera faible et la surface importante. Le moindre défaut dans le métal peut engendrer des fissures et des déchirures.

103Nous pourrions ainsi multiplier les exemples montrant que la simplicité apparente d’une chute peut cacher la grande maîtrise de conception et d’exécution de la part des artisans. Ces chutes sont donc du plus grand intérêt pour les études métallographiques ; il convient de les identifier avec soin.

Fig. 12. Blessey-Salmaise. Forge H603, 1. chutes de travail ; 2 et 3. échantillon 603/04 : pièce de métal avec trace de découpe (cl. et dessins P. Fluzin, extr. de Mangin et alii, 2000b, fig. 95 et 96, p. 286).

Fig. 13. Haut-Auxois, Sombernon. Forge de relais : râpe (cl. et dessins P. Fluzin, extr. de Mangin et alii, 2000a, fig. 51 p. 217).

Bibliographie

Bibliographie

Bénard 1999 : Bénard (J.). — L’agglomération de l’oppidum d’Alesia à La Tène D2 : un exemple de proto-urbanisation en Gaule. Revue archéologique de l’Est, 48-1997. 1999, p. 119-165.

Fluzin 2002 : Fluzin (P.). — La chaîne opératoire en sidérurgie : matériaux archéologiques et procédés : apports des études métallographiques. In : Bocoum (H.) dir. — Aux origines de la métallurgie du fer en Afrique. Paris : Unesco, 2002, p. 59-91 (Mémoires des peuples).

Fluzin et alii 2000 : Fluzin (P.), Ploquin (A.), Serneels (V.). — Archéométrie des déchets de production sidérurgique : moyens et méthodes d’identification des différents éléments de la chaîne opératoire directe. Gallia, 57, 2000, Dossier : Mines et métallurgies en Gaule, p. 101-121.

Mangin 2004 : Mangin (M.) dir. — Le fer. Paris : Errance, 2004. 239 p., ill. (Coll. Archéologiques).

Mangin, Fluzin 2003 : Mangin (M.), Fluzin (P.). — La petite sidérurgie en contexte rural : les forges du Haut-Auxois mandubien et de ses marges lingonnes (Côted’Or). In : Lepetz (S.), Matterne (V.) éd. — Cultivateurs, éleveurs et artisans dans les campagnes de Gaule romaine : matières premières et produits transformés : Actes du VIème colloque de l’Association AGER, Compiègne 5-7 Juin 2002. p. 141-156 (Revue archéologique de Picardie, 1/2, 2003).

Mangin et alii 2000a : Mangin (M.), Fluzin (P.), Courtadon (J.-L.), Fontaine (M.-J.). — Forgerons et paysans des campagnes d’Alésia : la terre, le fer, la route en pays mandubien (Haut-Auxois, Côte-d’Or), (Ier s. av. J.-C.- VIIIe s. ap. J.-C.). Paris : CNRS, 2000. 512 p. (Monographies du CRA ; 22).

Mangin et alii 2000b : Mangin (M.), Courtadon (J.-L.), Fluzin (P.), DE Laclos (E.). — Village, forges et parcellaire aux Sources de la Seine : l’agglomération antique de Blessey-Salmaise, Côte-d’Or. Paris : Les Belles Lettres, 2000. 520 p. (Presses Universitaires franc-comtoises ; 700 / Série Environnement, Sociétés, Archéologie ; 2).

Pleiner 2000 : Pleiner (R.). — Iron in Archaeology : the European Bloomery Smelters. Praha : Archeologicky Ustav AV CR, 2000. 375 p., 24 pl.

Pleiner et alii 2004 : Pleiner (R.), Fluzin (P.), Mangin (M.) et coll. — Lingots et couteaux en fer d’Alésia : études archéométriques de pièces inédites. Revue archéologique de l’Est, 52-2003. 2004, p. 91-130.

Véga, Dillmann, Fluzin 2002 : Véga (E.), Dillmann (P.), Fluzin (P.). — Contribution à l’étude de fers phosphoreux en sidérurgie ancienne. Revue d’archéométrie, 26, 2002, p. 197-208.

Notes

1 Laboratoire de minéralogie de l’Université de Mayence (professeur I. Keesmann) ; Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques de Vandœuvre-lès-Nancy (A. Ploquin) ; il faut aussi rappeler les travaux effectués dès les années soixante-dix par M. Buron du Centre d’Études des Techniques Horlogères de Besançon (Cetehor) et ceux du regretté A. Thouvenin du Laboratoire d’Archéologie des Métaux de Jarville avec lesquels ont été inaugurés les travaux de laboratoire sur les échantillons issus des fouilles d’Alésia (Alise-Sainte-Reine, Côte-d’Or).

2 Alésia importe aussi du métal épuré sous la forme de demi-produits : les deux lingots de plusieurs kilogrammes découverts au xixe siècle sur le site et actuellement en cours d’étude au Laboratoire d’Archéologie des Métaux de Jarville semblent en témoigner.

3 Ce chiffre, apparemment exceptionnel dans la bibliographie, résulte de mesures précises du pourcentage de battitures prises sur de larges échantillons répartis sur l’ensemble de la surface de la forge et représentatifs du volume total de sédiments, cf. A. Faivre, dans Mangin et alii, 2000b, tabl. X, p. 242.

4 En effet, l’association de plusieurs feuilles de métal de teneurs différentes en carbone, confère aux objets des propriétés mécaniques alliant la ductilité et la dureté, notamment dans le cadre d’un traitement thermique de trempe.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Alésia. Schéma de la ville avec localisation des objets étudiés. A. « Quartier au Sud-Est du Forum », îlot artisanal F : atelier 008-408 (lingots) ; B. Centre public (couteaux) (extr. de Pleiner et alii, 2004, fig. 1, p. 93).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14376/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 2. Alésia. Îlot F. Ensemble XXIV-b. Minerai de fer thermotraité stocké dans un fond d’amphore (cl. M. Mangin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14376/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Fig. 3. Alésia. Îlot F-XXIV. Forge 008-408 (dessin G. Monthel)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14376/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 4. Alésia. F-XXIV-208. Lingot 1 (barre effilée) : poids 270 g, L. 250 mm, section maximale 23 x 22 mm (cl. P. Fluzin, extr. de Pleiner et alii, 2004, fig. 6, p. 99).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14376/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 5. Alésia. F-XXIV-208. Lingot 1 : macrographie de la section de la pointe (cl. P. Fluzin, extr. de Pleiner et alii, 2004, fig. 7, p. 99).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14376/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Fig. 6. Alésia. F-XXIV-208. Lingot 1 : macrographie de la section de l’autre extrémité (cl. P. Fluzin, extr. de Pleiner et alii, 2004, fig. 8, p. 99).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14376/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Fig. 7. Alésia. F-XXIV-208, lingot 1 : macrographie de la section transversale dans la partie la plus épaisse (cl. P. Fluzin, d’après Pleiner et alii, 2004, fig. 9, p. 99).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14376/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Fig. 8. Alésia. Centre public, site 041, couteau spécimen 632 (cl. R. Pleiner, extr. de Pleiner et alii, 2004, fig. 27, p. 111).Au-dessus : couteau spécimen 632.1. Macrophotographie des sections polies a) et b) après attaques Oberhoffer, x 11.2. Après attaque Heyn, x 11.3. Après attaque au Nital à 5 %, x 11.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14376/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Légende Fig. 9. Alésia. Centre public, site 059-061, couteau spécimen 634 (cl. R. Pleiner, extr. de Pleiner et alii, 2004, fig. 31, p. 115).Au-dessus : couteau 634.1. Macrophotographie des sections polies a) et b), après attaque Oberhoffer, x 10.2. Après attaque Heyn, x 10.3. Après attaque au Nital à 5 %, x 10.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14376/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 10. Blessey-Salmaise. L’agglomération antique avec ses cinq forges : relais (F104), village (H301 et H201), quartier sud et hameau (H407 et H603) (dessin J.-L. Courtadon, extr. de Mangin et alii, 2000b, fig. 63, p. 217).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14376/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Légende Fig. 11. Blessey-Salmaise. Forge F104, échantillon 104/9, microdamas (cl. P. Fluzin, extr. de Mangin et alii, 2000b, p. 262-263 et fig. 78 et pl. XIII 2-4, p. 398).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14376/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 12. Blessey-Salmaise. Forge H603, 1. chutes de travail ; 2 et 3. échantillon 603/04 : pièce de métal avec trace de découpe (cl. et dessins P. Fluzin, extr. de Mangin et alii, 2000b, fig. 95 et 96, p. 286).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14376/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 13. Haut-Auxois, Sombernon. Forge de relais : râpe (cl. et dessins P. Fluzin, extr. de Mangin et alii, 2000a, fig. 51 p. 217).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14376/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 565k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search