Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

La sidérurgie dans le nord-est de la Hongrie au IIIe s. avant J.-C. : Sajópetri-Hosszú-dűlő1

Miklós Szabó et Zoltán Czajlik

Texte intégral

  • 1 Les auteurs sont heureux de dédier l’article à J.-P. Thevenot à qui non seulement eux-mêmes, mais a (...)
  • 2 Otka (Fonds national de recherche scientifique) no°TS040893.
  • 3 En ce qui concerne l’historique des fouilles et les publications qui s’y rattachent, voir Szabó et (...)

1L’habitat celtique de Sajópetri – Hosszú-dűlő est situé dans le nord-est de la Hongrie, dans la région où la Grande plaine hongroise touche les monts Bükk. La superficie actuellement connue de ce village bâti sur une petite éminence, le cône alluvial des rivières Sajó et Hejő est d’environ 450 x 250 m (fig. 1). Le site a été identifié lors de l’exploration pédestre des environs rendue nécessaire par la construction de l’autoroute M30 qui mène à Miskolc. Dès 1995, le musée Herman Ottó de Miskolc a conduit des fouilles de sauvetage, dirigées par Emese Lovász, dans la zone du tronçon de l’autoroute, continuées, en 1996 et 1998, par l’Institut archéologique de l’Université Eötvös Loránd (ELTE) de Budapest dans le cadre de la coopération franco-hongroise en archéologie. À partir de 2002, le travail des archéologues a pris un nouvel élan grâce au soutien du programme OTKA2, ainsi que grâce aux fouilles préventives nécessitées par les travaux d’une digue pour protéger l’autoroute en construction3. C’est alors que nous avons commencé les fouilles du secteur nord du site. En l’état actuel des recherches, la surface mise au jour est supérieure à 20 000 m2 ; et en dehors d’une cinquantaine de bâtiments, on a découvert plus de 530 fosses, fossés et autres structures.

2Ces quelques données suffisent pour souligner l’importance particulière de l’habitat parmi les sites contemporains du bassin des Carpates. Les premières publications (Szabó et alii, 1997 ; Szabó 1998) ont déjà attiré l’attention sur le fait que le matériel était particulièrement riche et diversifié par rapport à un habitat de type villageois, et cette constatation n’a été que renforcée par les fouilles de 2002. Il faut noter la fréquence d’armes (épées, bélières, umbos de bouclier) et de bijoux en verre ou en bronze (Szabó et alii, 1997, p. 83 et 89 ; cf. note 2) témoignant de la présence de guerriers celtes sur le site, ainsi que de la richesse de leurs femmes.

3La première publication a présenté, outre le matériel laténien, une grande quantité de tessons et d’objets en os et en bronze - mis au jour dans des maisons et des fosses - qui sont traditionnellement attribués par les spécialistes hongrois à la civilisation scythe de la Grande plaine hongroise (Szabó et alii, 1997, p. 83 et 183, no°XII. 21-28 ; Jerem, 1985, p. 91 sqq.). Cette particularité du matériel fait de Sajópetri un site-clé qui permet d’étudier la persistance de la population de la civilisation scythe à l’époque de La Tène, non seulement sur la base du mobilier funéraire (Maráz, 1981), mais aussi sur celle d’objets quotidiens trouvés dans un habitat.

4Compte tenu de l’image ethnique reflétée par le matériel, à savoir les signes de la cohabitation des « Celtes laténiens » et de la population dite scythe, il est primordial de reconstituer l’arrière-plan historique qui pourrait être fondé sur la position chronologique des découvertes elles-mêmes.

5Il faut noter que les remplissages des structures de l’âge du Fer contiennent dans tous les cas du matériel laténien, et que c’est ce dernier qui, en tant que constituant le plus récent, joue un rôle décisif dans la datation. Cette constatation est également valable pour la fosse dans laquelle a été mis au jour l’unique objet daté indiscutablement du premier âge du Fer (Ha D2) : une fibule de bronze du type de Velem (Szabó, 1997, p. 83, no°XII. 13 ; Jerem, 1982, p. 204 sqq.). C’est-à-dire que, dans l’état actuel des recherches, l’habitat du second âge du Fer de Sajópetri ne semble pas avoir été précédé par un habitat de l’« époque scythe ». Cela ne doit pas surprendre malgré la proximité (environ 8 km) de Muhi-Kocsmadomb, un des rares sites où une nécropole de l’époque scythe a été utilisée de manière ininterrompue à l’époque de La Tène (Hellebrandt, 1999, p. 215 sqq.). Il faut ajouter tout de suite que cette dernière ne correspond certainement pas à la nécropole de la communauté établie à Sajópetri, que nos fouilles ont réussi à localiser.

Fig. 1. Carte hydrographique du site de Sajópetri - Hosszú-dűlő. En bas : carte de la Hongrie : 1. site de Sajópetri, 2. site de Polgár. (Cartographie : A. Bődőcs)

6D’autre part, tout semble indiquer que la structure d’habitat du premier âge du Fer de l’est de la Hongrie a subi des modifications profondes après l’arrivée des Celtes (cf. Maráz, 1981, p. 98 sqq.).

7Il est temps de nous interroger sur la datation des débuts de l’occupation laténienne de Sajópetri. D’après des trouvailles sensibles d’un point de vue chronologique, comme une fibule à pied globulaire à décor plastique (Szabó et alii, 1997, p. 84, fig. 77, p. 183, no°XII. 14), la formation de l’habitat remonterait au début de la période LT B2 (ibid., p. 83-4), ce qui correspond à l’horizon 4 des nécropoles celtiques du bassin des Carpates selon la classification de Gebhard (Gebhard, 1989, p. 125-6 : 330/20 avant J.- C. ; Szabó, 1995, p. 52 : 310 avant J.-C.). Cependant, cette date ne correspond pas nécessairement aux débuts de l’arrivée massive des Celtes dans l’est de la Hongrie, car le matériel mis au jour comprend aussi des types classés dans l’horizon 3 de la nécropole de Maňa (Gebhard, 1989, p. 76 sqq., fig. 22 ; voir par ex. Muhi-Kocsmadomb, sépulture 25 : Hellebrandt, 1999, p. 218-9, planche LXXVIII, nos 5-16 et planche LXXIX, nos 1-4 ; Maráz, 1981, p. 98). Néanmoins, ne connaissant pas l’âge des personnes ensevelies, il nous est pratiquement impossible de savoir si les différences typologico-morphologiques identifiées reflètent des différences temporelles ou une quasi simultanéité (Szabó, 1995, p. 53). Nous ne devons pas ignorer cependant que dans la nécropole mise au jour près de Pişolt (Roumanie), à la périphérie de la Grande plaine hongroise, l’horizon La Tène B1-B2 (= Pişolt I), antérieur à l’horizon classique LTB2, a été clairement identifié (Zirra, 1998, p. 153 sqq.).

8Malgré la problématique qui vient d’être évoquée, nous pouvons constater que les débuts de l’habitat laténien mis au jour à Sajópetri remontent à la fin du ive s. avant J.-C. L’occupation du site devait s’expliquer en grande partie par la proximité de gisements de minerai de fer - comme nous allons le voir dans la suite de notre étude. Il s’agit sans doute d’un important centre régional de sidérurgie celtique, en activité jusqu’à la période de La Tène moyenne (Barral et alii, 1998, p. 31). Il est probable que l’abandon du site soit en relation avec la formation des oppida (Szabó et alii, 1997, p. 85 ; à propos de l’oppidum de Bükkszentlászló-Nagysánc : Hellebrandt, 1992, p. 37 sqq.).

Les découvertes relatives à la sidérurgie

9Ce sont les scories identifiées en grande quantité qui constituent la preuve la plus importante de la fusion du minerai de fer sur place. D’un point de vue macroscopique, celles-ci peuvent être divisées en deux catégories : des scories silicatées légères et des scories métallurgiques plus lourdes qui contiennent du fer (fig. 2).

Fig. 2. Scorie silicatée légère (à droite), scorie métallurgique (à gauche). (Photo : Z. Czajlik)

10La majeure partie des scories silicatées a été découverte dans le centre du secteur sud de l’habitat, dans un endroit d’une superficie d’environ 40 x 25 m, difficile à délimiter. Le volume total de la couche de scories gris clair, épaisse de 10 à 30 cm, mélangée au sous-sol à ses limites, dépassait selon toute probabilité les 200 m3, sans tenir compte de sa partie enlevée lors du décapage à la pelleteuse. On a pu identifier des blocs touffus du même type de scories dans deux fosses de grande dimension : les fosses no°95.5 et 96.19, creusées à l’est de la couche de scories dont elles étaient séparées par un fossé (ou une clôture ?). En moindre quantité, la fosse 02.92, les bâtiments 98.3, 98.7 et 98.8, ainsi que les no°02.31, 02.106 et 02.110 mis au jour dans le secteur sud-est, contenaient également des scories silicatées. Des scories similaires ont aussi été identifiées, en compagnie de scories ferreuses, dans la zone nord de l’habitat, notamment dans le bâtiment 02.23.

11On n’a pu découvrir des scories métallurgiques ferreuses que dans des bâtiments mis au jour dans le secteur nord du site (no°02.18, 02.20, 02.23 et 02.29) et dans la fosse 02.21. On en a trouvé en grande quantité dans le bâtiment 02.23, où le volume de scories était estimé à environ 0.5 m3 et leur poids à 40 kg. La dimension des morceaux varie entre la taille d’un sablé et celle d’un poing, leur forme est irrégulière, bien qu’il y ait également des pièces en forme de pain d’un diamètre de 8 à 10 cm.

12Compte tenu de leur forme et de leur taille, plusieurs d’entre ces dernières pourraient être des produits intermédiaires ou des loupes de fer - même si, à cause de la rareté des analogies contemporaines dans le bassin des Carpates, des analyses minutieuses sont encore nécessaires avant de les considérer définitivement comme des matières premières.

13Dans le secteur sud, à l’est de la couche de scories, une quantité considérable (environ 4 m3) de calcaire a été découverte dans une fosse de 3 x 3 m, de forme carrée, aux angles arrondis. Malheureusement, on n’a pas trouvé de céramiques pouvant éclairer la chronologie de ce tas de calcaire constitué de morceaux de 10 à 30 cm. Un amas de calcaire plus petit que le précédent, mais constitué de morceaux de taille analogue, a été mis au jour dans le coin nord-est de la maison 96.18, située à 30 m de la couche de scories (fig. 3). Il y avait également des morceaux de calcaire gros comme le poing dans la maison 02.12 se trouvant dans le secteur nord de l’habitat. La présence de tels dépôts de calcaire à proximité de la zone de scories pourrait s’expliquer par l’utilisation du calcaire comme ajout scoriogène (l’industrie métallurgique moderne utilise également le calcaire à des fins analogues).

Fig. 3. Bâtiment no°96.18 avec un amas de calcaire. (Photo : K Kozma)

Les résultats de l’analyse métallographique des découvertes relatives à la sidérurgie4 (fig. 4)

  • 4 Les analyses ont été effectuées par le Département de minéralogie de l’Université Eötvös Loránd sou (...)

14On a effectué les analyses de six morceaux de scories provenant de la maison 02.23, située dans le secteur nord de l’habitat celtique. Leurs résultats permettent de distinguer trois types de scories ferreuses :

  1. scories sidérurgiques compactes contenant de petites bulles de gaz et des phases de wustite à texture globulaire qui renferment des granules de fer. La phase silicatée, interstitiellement hétérogène, est constituée de fayalite calcifère, mais une phase contenant de la leucite est aussi présente (échantillon 02.23.1 - scories ferreuses) ;

  2. scories métallurgiques à texture meuble, d’un poids spécifique faible, caractérisées dans l’ensemble par une structure vitreuse, dont la matrice contient aussi des microlites ; elles contiennent en grande quantité des granules de quartz et de feldspath provenant de l’ajout. La matrice contient dans certains cas des nœuds de fayalite et de wustite. La leucite y est généralement présente, et la présence de diopside est aussi probable. Dans la matrice mal cristallisée, on a identifié de la christobalite (échantillon 02.23.3 - scories silicatées) ;

  3. scories métallurgiques de structure hétérogène (transition entre les deux types décrits plus haut ?) dans lesquelles le type 2 forme, en général, rappelle celle du type 1. Cette croûte se distingue du type 1 par la structure dendritique des granules de wustite (échantillons 02.23.2, 4-6).

15On a également analysé quatre morceaux de scories silicatées provenant du secteur sud de l’habitat celtique. À l’instar des scories du type 2, celles-ci sont dures et se caractérisent par une structure poreuse bullée, ainsi que par un faible poids spécifique. Le bord des bulles contient de la calcite, et les scories renferment aussi des phases phosphatées et du quartz.

16La teneur élevée en Ca des trois types de scories témoignent de la richesse des ajouts en calcium. Le point de fusion de la fayalite calcifère est plus bas que celui de la fayalite pure ou de la fayalite riche en magnésium, ainsi, nous pouvons supposer qu’on utilisait consciemment des ajouts sidérurgiques riches en calcium. Afin d’obtenir une teneur élevée en calcium, on additionnait probablement le minérai de fer d’une roche contenant du carbonate, comme l’indique la présence de calcite. Néanmoins, la présence systématique de leucite semble indiquer que pour faire baisser davantage le point de fuison, on utilisait aussi des ajouts scoriogènes riches en alcali. D’après l’analyse du quartz résiduel, l’ajout en question devait être du sable ou du grès riche en feldspath.

17Les analyses ont ainsi réussi à éclaircir l’arrière-fond technologique des découvertes (scories silicatées, scories ferreuses, calcaire) décrites plus haut. L’hypothèse des origines technologiques communes des scories silicatées et ferreuses repose non seulement sur l’identité des minéraux (leucite, calcite) qu’elles contenaient, mais aussi sur l’identification d’un type intermédiaire (no°3) de scories, dont l’existence établit une relation matérielle entre les types 1 et 2. Les minéraux identifiés dans les scories silicatées permettent de constater que pour faire baisser le point de fusion, on utilisait du calcaire (CaCo3) durant les travaux sidérurgiques. La présence d’autres minéraux (leucite, quartz) témoigne du fait qu’on se servait également de sable ou de grès pour faire baisser davantage le point de fusion.

Fig. 4. Images typiques microscopiques : scorie silicatée légère (en haut), scorie métallurgique (en bas). (Microphotographie : F. Molnàr, À. Kovács)

Des données relatives à la technologie sidérurgique

18Le « chaînon » qui manque le plus pour la reconstitution de la technologie sidérurgique est le fourneau que les fouilles n’ont pas encore réussi à retrouver. Il faut ajouter que ce fait n’a rien de surprenant dans le contexte archéologique de l’est du bassin des Carpates où parmi tous les habitats contemporains présentant les traces d’activités sidérurgiques, ce n’est qu’à Čečejovce qu’on a pu identifier les restes d’un fourneau sidérurgique (Miroššayová, 1995, p. 21, fig. 4).

19Cependant, la position topographique des restes des différents types de scories ou des tas de calcaire nous permettent de faire des observations intéressantes. Le calcaire est la seule matière première dont nous connaissons la position exacte : il a été mis au jour en majeure partie dans le secteur sud de l’habitat (fig. 3). Selon toute probabilité, les activités sidérurgiques peuvent aussi être localisées dans ce secteur, cette hypothèse étant corroborée par la présence de scories silicatées en grande quantité (fig. 5a). La zone ouest de ce secteur n’a pas encore été fouillée, ses limites nord et sud sont proches de la couche de scories, tandis qu’à l’est et au sud-est, il voisine avec une autre zone « industrielle », celle des fours à céramique. Il est à noter que des produits « utiles » de la sidérurgie, des produits intermédiaires (loupes ?), ainsi que des scories ferreuses, n’ont été découverts que 250 m plus loin, dans les bâtiments du secteur nord de l’habitat dont la structure est plus régulière (fig. 5b). Cela laisse à supposer qu’après la première fusion, les scories silicatées ont été séparées de la substance métallique (les analyses n’ont identifié aucun composant métallique dans les scories découvertes dans le secteur sud) transportée par la suite dans le secteur nord pour sa transformation définitive. La différence de la structure des secteurs nord et sud de l’habitat pourrait éventuellement s’expliquer par l’intensité des activités industrielles concentrées dans la partie sud, par le côté dangereux des activités en question et par la fumée du fourneau sidérurgique et des fours à céramique. La majeure partie des bâtiments de ce secteur n’étaient probablement pas des habitations, mais des ateliers ou des entrepôts.

La provenance des matières premières utilisées en sidérurgie

20D’après les analyses des scories, les minéraux utilisés en tant que matière première sont les suivants : minerai de fer, calcaire, sable ou grès. En ce qui concerne les deux derniers, le sable devait être facilement accessible, étant donné que le gravier pléistocène de la vallée du Sajó est régulièrement entrecoupé de zones sableuses. Il ne devait pas être difficile non plus de trouver du calcaire au pied des monts Bükk dont le composant majeur est justement la roche en question (la métallurgie moderne se sert du calcaire d’une grande pureté de Miskolc-Diósgyőr).

Fig. 5a. La répartition des scories (marquée par la couleur grise) et la répartition du calcaire (marquée par la couleur noire) : Sajópetri - Hosszú-dűlő, zone sud (novembre 2002, cartographie : L. Timàr)

21La provenance du minerai de fer est beaucoup plus problématique. Dans l’état de nos connaissances, le gisement de minerai de fer le plus proche se trouve au nord de Miskolc, à 20 km de l’habitat celtique de Sajópetri-Hosszúdűlő tandis que celui de Rudabánya, exploité depuis le Moyen Âge, est situé 30 km plus loin. Selon la carte de Péter Kisházi, dressée d’après les données fournies par l’Institut hongrois de géologie, il y a des gisements de fer limoneux un peu partout dans la région qui s’étend au pied des monts Bükk, c’est-à-dire que la présence de tels gisements est probable dans les environs de Mályi et de Sajópetri. Malheureusement, la carte publiée par János Gömöri ne fournit pas d’informations plus précises (Gömöri, 2000, p. 262) (fig. 6). Ainsi, il n’est pas exclu que le minerai de fer transformé à Sajópetri soit du minerai secondaire contenu dans des sédiments pléistocènes, mais le gisement en question n’a pas encore été identifié. Il faut ajouter ici que l’un des échantillons de scories ferreuses analysés (02.23.1) contenait du cuivre et de l’antimoine, ce qui est caractéristique des minerais de fer de Rudabánya. Néanmoins, les observations relatives à l’extraction de minerais à la Protohistoire semblent corroborer l’hypothèse de l’utilisation de minerais en provenance de gisements locaux, étant donné qu’à proximité des mines identifiées, il y a systématiquement les traces d’activités métallurgiques ; les minerais n’étaient donc pas transportés loin du lieu d’extraction.

22Les archéologues sont devant le même dilemme dans le cas de certains sites de la cuvette de Szendrő dans la vallée du Bódva, où on a aussi découvert des scories ferreuses sur des élévations plates, dans des conditions géographiques analogues à celles de l’habitat de Sajópetri. La quantité considérable de scories ferreuses qui y a été découverte constitue une preuve de la production intensive de fer sur ces sites à la Protohistoire et pendant le Haut-Empire (Czajlik, 2002). Il faut également attirer l’attention sur un habitat de l’époque scythe mis au jour dans la vallée de la Tarna, au sud de Salgótarján, où des preuves matérielles de la sidérurgie (scories silicatées et ferreuses et produits intermédiaires [loupes ?]) ont été découvertes en grande quantité sur une série de petites éminences dépassant à peine du fond de la vallée, c’est-à-dire loin des gisements primaires connus (Vaday, 2003). En l’état actuel des recherches, l’unique site proto historique du nord-est du bassin des Carpates où on a réussi à découvrir non seulement les traces d’activités sidérurgiques, mais aussi le gisement exploité, est l’habitat de l’époque scythe de Čečejovce, situé dans la partie slovaque de la vallée du Bódva ; ici, la production de fer a pu être expliquée non pas par une provenance lointaine, mais par l’extraction locale du minerai (Myroššayová, 1994 ; 1995 ; Mihok, 1994).

Fig. 5b. La répartition des scories (marquée par la couleur grise) et la répartition du calcaire (marquée par la couleur noire) : Sajópetri - Hosszú-dűlő, zone nord (novembre 2002, cartographie : L. Timàr)

23Ces faits semblent appuyer l’hypothèse selon laquelle – à l’instar des débuts de l’exploitation du minerai de cuivre – les matières premières de la sidérurgie celto-scythe auraient été des minerais secondaires alluviaux, présents en petite quantité mais facilement accessibles.

Fig. 6. Gisements de minerai de fer dans le nord-est de la Hongrie (d’après la carte réalisée par J. Ivancsics, publiée par J. Gómóri = Gómori 2000, 62). Couleur noire : gisements de fer primaires, couleur grise : gisements de fer secondaires.

Bibliographie

Bibliographie

Barral et alii 1998 : Barral (P.), Boulud (S.), Guillaumet (J.-P.), Petit (C.). — L’occupation celtique dans la Grande Plaine Hongroise : la campagne de fouille 1998 sur le site de Sajópetri – Hosszú-dűlő. In : Rapport annuel d’activité scientifique. Glux-en-Glenne : Centre archéologique européen du Mont Beuvray, 1998, p. 28-34.

Czajlik 2000 : Czajlik (Z.). — Activités métallurgiques à Velem-Szentvid et à Sajópetri. In : Guillaumet (J.-P.) éd. — Dix ans de coopération franco-hongroise en archéologie 1988-1998. Budapest : Collegium Budapest, Institute for advanced study, 2000, p. 67-76.

Czajlik 2002 : Czajlik (Z.). — Neue Ergebnisse in der Forschung der frühen Eisenverhüttung Nordostungarns (Aggtelek – Rudabánya Gebirge). CommArchHung, 22, 2002, p. 5-14.

Gebhard 1989 : Gebhard (R.). — Das Glasschmuck aus dem Oppidum von Manching. Stuttgart, 1989 (Die Ausgrabungen in Manching ; 11, 290 p.).

Gömöri 2000 : Gömöri (J.). — Az avar kori és Árpád-kori vaskohászat régészeti emlékei Pannoniában (Magyarország iparrégészeti lelöhelykatasztere I. (vasmüv esség). In : The archaeometallurgical sites in Pannonia from the Avar and the Early Árpád Period (Register of industrial archaeological sites in Hungary I. (Ironworking), Sopron, 2000.

Hellebrandt 1992 : Hellebrandt (M.). — Das keltische Zeitalter von Miskolc (rés.) In : Rémiàs (T.) éd. Régészeti tanulmányok Miskolc korai történetéből. Miskolc, 1992, p. 33-74.

Hellebrandt 1999 : Hellebrandt (M.). — Celtic Finds from Northern Hungary. Budapest : Akadémiai Kiadó, 1999. 300 p., ill. (Corpus of Celtic Finds in Hungary ; III).

Jerem 1981 : Jerem (E.). — Südliche Beziehungen einiger hallstattzeitlichen Fundtypen Transdanubiens. In : Die ältere Eisenzeit in den Wojwodina und ihre Verbindungen mit anderen donauländischen und benachbarten Gebieten. Novi Sad, 1981, p. 201-214 (Actes ; XIX).

Jerem 1985 : Jerem (E.). — A review of recent work on the Late Bronze Age and Early Iron Age of Hungary. Bull. of the Institute of Archaeology, 21-22, 1984-85, p. 85-109.

Maráz 1981 : Maráz (B.). — On the survival of the autochtonous population of the Scythian Age in Eastern Hungary (rés.). A Janus Pannonius Múzeum Évkönyve, 26, 1981, p. 97-120.

Mihok 1994 : Mihok (L.). — K počiatkom výroby zěleza (Zu den Anfängen der Eisengewinnung), Slovenskà Archeológia, 42, 1994, p. 69-90.

Miroššayová 1994 : Miroššayová (E.). — Sídlisko z neskorej doby halštatskej Šejovciach (Späthallstattzeitliche Siedlung in Čečejovce), Slovenskà Archeológia, 42, 1994, p. 37-68.

Miroššayová 1995 : Miroššayová (E.). — K počiatkom výroby a spracovánia zčleza na Východnom Slovensku - On beginnings of iron metallurgy in Eastern Slovakia. Študijné Zvesti Archeologického Ústavu, SAV 31, 1995, p. 9-21.

Szabó 1995 : Szabó (M.). — Guerriers celtiques avant et après Delphes : contribution à une période critique du monde celtique. In : L’Europe celtique du ve au iiie siècle avant J.-C. Sceaux : Kronos, 1995, p. 49-67.

Szabó 1998 : Szabó (M.). — Les Celtes à la conquête de territoires. L’archéologue, 36, 1998, p. 15-18.

Szabó 1999 : Szabó (M.). — Scythes et Celtes : recherches protohistoriques franco-hongroises à la Grande plaine hongroise. In : Perrot (M.), Pitavy (F.) éd. — L’homme et la steppe. Dijon, 1999, p. 143-150.

Szabó 2000 : Szabó (M.). — Les recherches franco-hongroises dans la Grande plaine hongroise. Les sites de Polgár et Sajópetri. In : Guillaumet (J.-P.) éd. — Dix ans de coopération franco-hongroise en archéologie 1988-1998. Budapest : Collegium Budapest, Institute for advanced study, 2000, p. 59-66.

Szabó et alii 1997 : Szabó (M.), Guillaumet (J.-P.), Kriveczky(B.). — Sajópetri - Hosszú-dűlő-Késő vaskori település a Kr. e. IV-III. évszázadból - Late Iron Age Settlement from the 4th-3rd century B. C. In : Utak a múltba Paths into the Past. Az M3-as autópálya régészeti leletmentései – Rescue Excavations on the M3 motorway, Magyar Nemzeti Múzeum, Eötvös Loránd Tudományegyetem, Régészettudományi Intézet. Budapest, 1997, p. 81-86.

Szabó et alii 2004 : Szabó (M.), Kriveczky (B.), Czajlik (Z.). — Késő vaskori település Sajópetri határában (Sajópetri - Hosszú-dűlő, (Borsod-Abaúj-Zemplén megye). In : Régészeti kutatások Magyarországon - Archaeological Investigations in Hungary 2002. Budapest : Kőh, 2004, 25-34.

Vaday 2003 : Vaday (A.). — Salgótarján, Ipari Park II lelőhely - Salgótarján, Industrial Park II site. In : Régészeti kutatások Magyarországon - Archaeological Investigations in Hungary 2000. Budapest, 31-37, 2003.

Zirra 1998 : Zirra (V. V.). — Die relative Chrono-logie des Gräberfeldes von Pişcolt. (Kr. Satu Mare, Rumänien). In : Münsingen-Rain, ein Markstein der keltischen Archäologie. Schriften des Bernischen Historischen Museums 2, 1998, p. 145-160.

Notes

1 Les auteurs sont heureux de dédier l’article à J.-P. Thevenot à qui non seulement eux-mêmes, mais aussi l’archéologie hongroise doit beaucoup dans le domaine de la création des rapports fructeux avec l’archéologie française.

2 Otka (Fonds national de recherche scientifique) no°TS040893.

3 En ce qui concerne l’historique des fouilles et les publications qui s’y rattachent, voir Szabó et alii.

4 Les analyses ont été effectuées par le Département de minéralogie de l’Université Eötvös Loránd sous la direction de Ferenc Molnár. Les méthodes mises en œuvre ont été les suivantes : étude métallographique de sections polies, analyses MEB-MSE (Árpád Kovács, Université de Miskolc, Département de métallographie), diffractométrie de rayons X (György Lovas, Département de minéralogie de l’Université Eötvös Loránd).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte hydrographique du site de Sajópetri - Hosszú-dűlő. En bas : carte de la Hongrie : 1. site de Sajópetri, 2. site de Polgár. (Cartographie : A. Bődőcs)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14367/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 2. Scorie silicatée légère (à droite), scorie métallurgique (à gauche). (Photo : Z. Czajlik)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14367/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 3. Bâtiment no°96.18 avec un amas de calcaire. (Photo : K Kozma)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14367/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 4. Images typiques microscopiques : scorie silicatée légère (en haut), scorie métallurgique (en bas). (Microphotographie : F. Molnàr, À. Kovács)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14367/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 5a. La répartition des scories (marquée par la couleur grise) et la répartition du calcaire (marquée par la couleur noire) : Sajópetri - Hosszú-dűlő, zone sud (novembre 2002, cartographie : L. Timàr)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14367/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 5b. La répartition des scories (marquée par la couleur grise) et la répartition du calcaire (marquée par la couleur noire) : Sajópetri - Hosszú-dűlő, zone nord (novembre 2002, cartographie : L. Timàr)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14367/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 6. Gisements de minerai de fer dans le nord-est de la Hongrie (d’après la carte réalisée par J. Ivancsics, publiée par J. Gómóri = Gómori 2000, 62). Couleur noire : gisements de fer primaires, couleur grise : gisements de fer secondaires.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14367/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 332k

Auteurs

Professeur
Institut archéologique
Université Eötvös Loránd
Muzeum Krt. 4/B
1088 BUDAPEST
HONGRIE
archinst@ludens.elte.hu

Chercheur
Institut archéologique
Université Eötvös Loránd
H-1088 BUDAPEST HONGRIE
czajlik@ludens.elte.hu

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search