Version classiqueVersion mobile

Escolives Sainte-Camille gallo-romain

 | 
Raymond Kapps

Première partie. Présentation du site gallo-romain

Chapitre I. Aperçu topographique

Texte intégral

1Le village d’Escolives-Sainte-Camille est situé à 10 km au sud d’Auxerre, sur la rive gauche de l’Yonne, et se trouve bâti sur le bord des coteaux qui s’élèvent à l’ouest au-dessus de la vallée. Il est desservi par une longue rue (pl. 9) à peu près parallèle à la route nationale 6, qui passe pour recouvrir dans cette zone l’antique voie romaine d’Agrippa. Les vestiges archéologiques se situent dans la plaine qui s’étend au pied du village : préhistoire et protohistoire se trouvent surtout au Pré de la Planche, d’importants vestiges gallo-romains sont enfouis dans le Champ du Maillet, et, plus à l’est, jusqu’au voisinage de la route nationale ; enfin le terrain acquis par l’Etat se décompose en trois parties dont les lieux-dits ont été conservés dans cette étude pour la commodité : un terrain relativement plat ou Pré du Creusot, un terrain plat mais légèrement surélevé par rapport au précédent ou Champ des Tombeaux, et une colline au flanc de laquelle coule la source du Creusot ou Grippe-Soleil (cf. pl. 2) ; l’ensemble recèle des vestiges protohistoriques très bouleversés et épars, d’importantes ruines de l’occupation gallo-romaine et une grande nécropole mérovingienne (plus de 180 sépultures ont été mises au jour depuis 1955) implantée dans les ruines romaines.

  • 1 Paris, 1868. P. 29 : « vestiges d’habitations romaines trouvées au pied de la colline, au-dessous (...)

2Au moment de la découverte fortuite du site, des recherches d’archives ont été faites, mais aucun document intéressant Escolives gallo-romain n’a été trouvé. Seul Quantin dans son Répertoire Archéologique du département de l’Yonne signale la présence de vestiges gallo-romains dans le bas du pays1 (Enfin dans la ferme de M. Henri Borgnat se trouvaient un fragment de sculpture (no 144) appartenant à un élément de corniche dont la provenance n’a jamais pu être précisée — on sait seulement qu’il était là depuis près d’un siècle, et un sarcophage probablement carolingien, en excellent état de conservation, découvert en contre-bas de l’église lors de la construction du chemin vicinal qui monte au pays.

  • 2 Sur cette nécropole, voir la plaquette : R. KAPPS, Remarques préliminaires sur la nécropole mérovi (...)

3Un document intéressant la nécropole mérovingienne se trouve conservé au château de Belombre, sur le territoire de la commune d’Escolives. Il s’agit d’un plan exécuté au XVIIIe siècle où l’on voit le château lui-même et les terres qui en dépendent (pl. 9). Or, une enclave, en forme de trapèze, au pied de la colline de Grippe-Soleil, séparée du Pré du Creusot par un fossé, est dénommée Champ des Tombeaux. La fouille a, depuis 1956, démontré le bien-fondé de cette appellation2).

4Pour ce qui concerne l’origine même de l’implantation de l’homme sur le territoire d’Escolives, il faut rappeler qu’à date très ancienne, les cours d’eau ont constitué des voies naturelles de pénétration. Escolives se trouve non loin de l’Yonne au-dessus d’une vallée relativement large, en tout cas beaucoup plus, à cet endroit, que ne l’est la rive droite. L’honnne a trouvé là un lieu commode pour y vivre et y enterrer ses morts.

5Les recherches archéologiques ont mis au jour deux tombes appartenant au néolithique (rubané récent du Bassin Parisien), les restes d’un vase chasséen, puis tous les maillons de la chaîne des âges, de cette époque au gallo-romain : vases de l’époque du Bronze et de la période des Champ d’urnes, bracelet de Hallstatt, enclos circulaires ou quadrangulaires avec mobilier de la Tène. Ainsi donc, depuis au moins trois millénaires, Escolives a connu la présence de l’homme, présence qui s’est perpétuée jusqu’à nos jours.

6Mais la grande voie de pénétration qu’est l’Yonne n’aurait pas été suffisante pour retenir l’homme sur ce territoire, s’il n’y avait eu des sources. A l’heure actuelle, on en dénombre trois : la première alimente encore aujourd’hui un lavoir et se trouve située à la limite sud-est du village, la seconde est la source du Creusot auprès de laquelle les Gallo-romains ont implanté leurs constructions et la troisième, au nord-ouest, ne se manifeste plus qu’aux grandes périodes de pluie.

7Bien que le nom de Scoliva ne soit attesté qu’à partir du VIe siècle de notre ère, il paraît bon de souligner que son étymologie est précisément tirée de la présence de l’eau. Voici d’ailleurs ce qu’en a écrit Paul Lebel dans la Revue Archéologique de l’Est, 1956, t. VII, fasc. 3-4, p. 369 : « Escolives proviendrait d’une forme mérovingienne Scoliva dans laquelle on trouve le suffixe -iva ajouté au radical scol- qui n’est pas clair. Par comparaison avec le dérivé semblable saliva, tiré d’un thème verbal (latin ou gaulois) Sal- « sauter », « jaillir » et qui qualifiait à cette époque des sources jaillissantes, on peut se demander si scoliva n’est pas la transcription savante d’une forme vulgaire escoliva dans laquelle on pourrait reconnaître le verbe latin excolare (prononcé escolare) « filtrer goutte à goutte ». Puisque Saliva désignait une source abondante, il se peut que Excoliva ait désigné une source coulant goutte à goutte. Les fontaines ne manquent pas à Escolives ; la plus importante est une source vauclusienne dont le débit varie selon les saisons ».

8Le site archéologique d’Escolives n’est pas isolé ; il s’inscrit parfaitement dans le contexte antique régional et national. Ses enclos protohistoriques appartiennent à la longue série qui va, sur les rives de l’Yonne, de Montereau au nord à Sainte-Pallaye au sud. Ses constructions gallo-romaines et sa nécropole mérovingienne ne sont qu’à 10 km de l’antique Autessiodurum, à 8 km de la villa de Sainte-Nitasse où se trouvaient aussi quelques sépultures mérovingiennes, à 6 km de la villa de l’Auberge Neuve repérée par photographie aérienne, à 5,5 km du cimetière mérovingien d’Augy, à 3 km du cimetière antique de Vincelles, à 5,5 km d’une vaste nécropole et de deux villae gallo-romaines, découvertes grâce à la photographie aérienne sur la commune de Cravant.

9On arrêtera là cette énumération qui montre bien la solide implantation sur notre sol des Gallo-Romains comme des Mérovingiens. Cela permet de penser aux rapports que les ancêtres d’Escolives ont pu avoir avec leurs compatriotes plus ou moins proches. Il est bon de le faire remarquer, car cela fait mieux voir les influences qui ont pu s’exercer sur la vie du site d’autant plus, rappelons-le, qu’Escolives était desservi par la grande voie d’Agrippa, dont la fréquentation aux premiers siècles de notre ère devait être importante.

Notes

1 Paris, 1868. P. 29 : « vestiges d’habitations romaines trouvées au pied de la colline, au-dessous du village ».

2 Sur cette nécropole, voir la plaquette : R. KAPPS, Remarques préliminaires sur la nécropole mérovingienne d’Escolives Sainte-Camille, Auxerre, 1974.

© ARTEHIS Éditions, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search