Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Deux nécropoles tumulaires inédites de la Bresse jurassienne

Alain Daubigney et Philippe Barral

Texte intégral

Introduction

1Les nécropoles de Petit-Noir, « Bois Chaussemourot », et de Neublans, bois dit « Les Revenues » (Jura) (fig. 1), ont été respectivement découvertes en 1994 et 1996 par A. Daubigney dans le cadre des prospections qu’il mène en Bresse bourguignonne (Saône-et-Loire) et dans la basse vallée du Doubs (Jura) depuis 1992. Les deux nécropoles sont implantées à la limite du plateau bressan sur un horizon géologique PIVa (argiles et argiles sableuses grises à jaunâtres : fig. 1) et sur des sols superficiels aérés. Il ne fait pas de doute que l’état de conservation relativement satisfaisant des tertres est lié au rôle conservatoire qu’a joué la forêt. À l’emplacement des nécropoles, la forêt, d’après l’état de notre documentation, se serait étendue plutôt à partir de l’époque romaine concernant Neublans et plutôt à partir du Moyen Âge concernant Petit-Noir. Les différents tertres n’ont pas été victimes d’une quelconque activité clandestine.

2Reconnue pour la première fois à l’occasion d’une coupe de bois, la nécropole de Petit-Noir est signalée dès l’été 1994, au SRA de Franche-Comté. Elle est ensuite mentionnée dans un rapport adressé au SRA de Bourgogne en 1995 faisant état d’une douzaine de tertres localisés dans la parcelle D 46 du cadastre de Petit-Noir, dans un secteur situé, en plein bois, quelque 200 m à l’ouest de la D. 13 et au nord immédiat de l’Allée Madame (IGN 3125 E : 829,325-4/2217,150-225) (Daubigney, 1995, p. 265). En 1995, le gisement est mieux appréhendé (perception d’une quinzaine de tertres groupés) tandis que le propriétaire forestier est identifié grâce à M. R. Berthod, maire de Petit-Noir. Dans le début de 1996 un contact est noué avec le propriétaire, Monsieur le Marquis de Broissia, pour l’informer et envisager une éventuelle opération archéologique. C’est grâce à l’obligeance de ce dernier que nous pourrons, avec une dizaine d’étudiants de l’Université de Franche-Comté, organisés dans leur Association Sequani Novi, et placés sous la direction de Ph. Barral, opérer d’une part un relevé topographique précis de la nécropole en octobre - novembre 1996 (Barral et alii, 1996) et d’autre part sonder un des tertres en octobre-septembre 1997 (Barral et alii, 1998).

3Dans l’intervalle, la nécropole de Neublans « Les Revenues », avait été partiellement découverte le 14 juillet 1996 (révélation d’une douzaine de tertres), tout également dans une coupe de bois, sur la base d’une indication de Me. S. Puget, maire de Neublans-Abergement, relayant celle de Mr. Martine, agent ONF, informé de nos travaux. L’extension de la coupe pendant l’année suivante, de même que la progression de nos prospections sur place en 1997, révéleront, au final, une vingtaine de tertres groupés, positionnés dans la section ZD du cadastre de Neublans et partagés entre une propriété privée (identique à celle de Petit-Noir, « Chaussemourot ») et la propriété communale. Également située en pleine forêt, à 250 m à l’est de la route de L’Abergement-Saint-Jean à Neublans, la nécropole de Neublans est sise à 1,3 km au sud-est de celle de Petit-Noir (IGN 3125 E : 829,3/2215,850-9). C’est dans le cadre d’un stage de terrain, impliquant une quinzaine d’étudiants conduits par Ph. Barral, que le lever topographique de la nécropole a été réalisé à l’automne 1999 (Daubigney, Barral, 2000). Les prospections que nous avons conduites par la suite sous le couvert forestier environnant les nécropoles n’ont rien apporté de probant.

4Ces diverses actions entraient alors dans un programme beaucoup plus large, centré sur la basse vallée du Doubs, lequel comprend pour problématique essentielle la question du rapport de l’homme à son environnement vu sous un angle diachronique (Barral et alii, 2000 ; Bossuet et alii, 2002 ; Daubigney, 2000 ; Daubigney et alii, 1999 ; 2000 ; Vannière et alii, 2000 ; 2003). Ce programme, dirigé par A. Daubigney, a pris place dans le cadre de l’UMR 6565, Laboratoire de Chrono-Écologie, CNRS - Université de Franche-Comté, dans un thème de recherche sur les formes de gestion territoriale. Le premier intérêt des découvertes de Petit-Noir et Neublans tient dans la mise au jour de nécropoles protohistoriques dans un espace où elles étaient pratiquement insoupçonnées. Elle constituent par ailleurs, au sein d’un corpus de mieux en mieux documenté, un autre témoin de l’ancienneté du peuplement dans une Bresse traditionnellement considérée, au nom d’un certain déterminisme géographique, comme marginale et très peu pénétrée par l’homme avant le Moyen Âge (Brelot, 1954 ; Millotte, 1963 ; Pacaut, 1984).

Fig. 1. Cadre géographique et géologique de la zone d’étude. Localisation des sites étudiés ou mentionnés dans le texte.

Nécropole de Neublans, bois dit « Les Revenues »

Implantation, conservation

5La nécropole a été fixée sur la courbe de niveau des 210 m, juste sur le rebord du plateau bressan qui culmine dans l’arrière-plan nord et est à 212-213 m d’altitude. Sur les flancs sud et ouest de la nécropole, celui-ci s’infléchit à 205 puis 200 m d’altitude. En dépit de ces faibles dénivelés apparents, la nécropole occupe néanmoins une position dominante, renforcée par le fait qu’elle épouse localement le relief d’un éperon surplombant un vallon. Son implantation a donc procédé d’un choix délibéré.

6Un vingt-deuxième micro-relief (de huit à 12 m de diamètre), situé à une trentaine de mètres au sud-ouest du tertre n° 8 (fig. 2), a été pressenti lors d’une prospection d’avril 1999. Cependant, la nature douteuse de ce tertre potentiel, laissé pour compte lors du relevé réalisé à l’automne de la même année, l’écarteront des décomptes qui suivent. Les vingt et un tertres consistent à l’évidence en des buttes artificielles. Leur morphologie et leur distribution dans l’espace ne laissent pratiquement aucun doute sur leur statut de monument funéraire protohistorique même si manque le sondage qui l’attesterait de façon certaine. L’ensemble est partagé par un fossé qui forme limite entre les Bois des Revenues et Chaussemourot et sépare actuellement une propriété forestière privée au nord (douze tertres) et la propriété communale au sud (cinq tertres). Ce fossé figure sur le plan cadastral napoléonien de Neublans réalisé en 1829. Ce drain principal vis-à-vis des aménagements forestiers réalisés sur place, a recoupé, presque dans leur centre, les tertres nos 4, 6, 7, 8 ; les trouvailles qui ont pu être faites à cette occasion n’ont apparemment laissé aucun souvenir écrit ou oral. Certains tertres frappent par leur dissymétrie ; c’est le cas des nos 6, 1 et surtout 2 et 4 pour lesquels la distorsion des diamètres mesurés d’est en ouest et du nord au sud-est de l’ordre de 10 % (fig. 3). On verra là, beaucoup moins l’expression d’une approximation ou d’une volonté initiale dans la réalisation des tertres que l’effet d’une érosion d’origine anthropique (nos 4, 6) ou naturelle (nos 1, 2). Les hauteurs conservées n’ayant pas été mesurées, on n’en dira pas plus sur cette question ni sur les critères que représentent les hauteurs et les volumes des tertres.

Fig. 2. Neublans « Les Revenues » : plan d’ensemble de la nécropole tumulaire (sur fond d’extrait de plan cadastral).

7La nécropole s’inscrit dans un triangle isocèle couvrant une surface approximative de 2,8 ha, alors que le grand coté ouest mesure environ 254 m, le petit coté nord, 188 m, et le coté sud-est, 236 m. Elle se dilate à la fois du nord vers le sud et de l’est vers l’ouest. Trois ou quatre tertres relativement marginaux se placent sur les sommets de ce triangle : le no 20 au nord et surtout les no 16 à l’est (à 60 m environ du tertre le plus proche) et nos 14 et 15 au sud (à 35 m au moins du tertre le plus proche). Dix-sept ou dix-huit tertres, très groupés, occupent dans ce triangle un espace plus central affectant lui-même la forme globale d’un trapèze. L’appréciation que l’on peut porter sur les surfaces des décapages nécessaires à l’édification des tertres (voir infra) laisse également envisager l’existence de deux sous-groupes, nord et sud, dans le plan global de la nécropole (fig. 4).

Fig. 3. Neublans « Les Revenues » : diamètre des tertres.

Diamètres

8On a retenu comme base de calcul le diamètre le plus fort (est-ouest ou nord-sud) de chacun des tertres composant la nécropole (fig. 3). Les diamètres des tertres oscillent entre 9,30 et 23 m, ce qui donne une moyenne générale de 14,9 m. Une première évaluation des composantes qui structurent les diamètres peut être faite à partir d’un découpage simple de l’ensemble par tranche de 5 m, ce qui présentera l’avantage de permettre des comparaisons à partir de la même base de calcul. La nécropole de Neublans présente ainsi la particularité de présenter un spectre assez condensé, excluant pratiquement les extrêmes, réparti en quatre catégories, voire même en trois catégories essentielles. Un tertre se tient entre 5 et 10 m ; sept, soit un tiers, sont compris entre 10 et 15 m ; onze, soit plus de la moitié, ont été évalués entre 15 et 20 m ; deux tertres seulement franchissent la barre des 20 m, sans dépasser celle des 25 m. L’ensemble est donc assez homogène et désigne une nécropole dont les tertres présentent des diamètres plutôt moyens.

9Une autre évaluation peut se faire à partir d’une sériation statistique s’appuyant sur la recherche de sous-groupes à partir d’effets de seuil dans le registre des dimensions, ce qui permet de comprendre plus finement la composition « sociologique » de la nécropole. C’est ainsi que neuf tertres s’inscrivent entre 9 et 13 m, représentant à la fois la catégorie la plus nombreuse (42 %) et les dimensions les plus faibles. Un autre lot important (sept tertres, soit un tiers de l’ensemble) regroupe les tertres de 15 à 16 m de diamètre. Trois tertres se tiennent entre 17 et 19 m et deux ont des diamètres compris entre 21 et 23 m, qui représentent les valeurs les plus importantes. La nécropole apparaît alors structurée sur la base de quatre classes nettement hiérarchisées, tandis que les trois quarts des tertres ne dépassent pas 16 m de diamètre. Le problème est alors de saisir le pourquoi de telles variables que l’on met en général au compte du statut respectif des défunts et/ou de l’évolution des modes funéraires. Sur cette question, comme sur celle de l’évolution spatiale de la nécropole, l’étude de la répartition de ces classes dans le plan de la nécropole peut éventuellement donner des indications (fig. 4).

10Les deux tertres de la classe 1 (nos 1, 13) sont distants l’un de l’autre d’une centaine de mètres et occupent une position plutôt périphérique, chacun étant susceptible d’entretenir un rapport privilégié soit avec le sous-groupe nord de la nécropole, soit avec le sous-groupe sud. La classe 2 (nos 10, 11, 19) est en revanche très homogène dans la mesure où elle se distribue uniquement dans le plan nord et de façon très groupée, au centre des autres catégories. Installée tant au nord qu’au sud de la nécropole, la classe 3 (nos 4, 5, 8, 9, 12, 14, 15) semble principalement se répartir sur les marges et notamment en fonction du grand coté ouest de la nécropole. Les tertres qui relèvent de la classe 4 sont répartis dans tout l’espace de la nécropole. Ils peuvent occuper une position satellite (nos 20, 21), voire totalement excentrée (no 16), mais s’inscrivent surtout au cœur de la nécropole ; l’hypothèse peut être émise que ce noyau pourrait avoir formé le point d’ancrage de la nécropole.

Développement spatial

11En effet, si l’on raisonne à partir de la répartition respective des tertres, et plus encore à partir de leurs aires de décapages (fig. 4), en soulignant des recouvrements, des proximités ou au contraire des exclusions entre tertres, en indiquant une chronologie relative dans l’édification des tertres en fonction des matériaux prélevés, on peut alors peut-être proposer un ou des schémas sur la chorologie locale, comme nous l’avions tenté pour Chavéria (Daubigney, Vuaillat, 1992, p. 104). On admettra que le rayon de l’aire de décapage, ou mieux de l’aire tumulaire, correspond globalement au double du rayon du tertre (voir infra).

12En effet, il apparaît d’emblée que les tertres 3 et 6, 3 et 2, 7 et 6 sont extrêmement solidaires, non seulement parce qu’ils entrent dans la même classe et présentent dans le détail des valeurs similaires, mais aussi parce que les aires de décapage qui les concernent interfèrent très largement. Ceci laisse penser que leur construction fut assez proche dans le temps. Leur position centrale vis à vis des tertres environnants laisse également croire à leur antériorité dans le développement de la nécropole, au moins en ce qui regarde le groupe sud. Le tertre 1 s’agrège ensuite au couple formé par 3 et 2 et notamment au no 2. D’une façon semblable, le tertre 8, placé dans l’orbite du no 7, s’associe à l’ensemble 6 et 7. Les nos 1 et 8 semblent alors représenter un moment de développement de la nécropole en direction de l’ouest. Les tertres 4 et 5 (qui relèvent de la même classe que le no 8) forment eux aussi un véritable couple par leur morphologie et le recouvrement de leurs aires de décapage. Ils inaugurent une dilatation orientale de la nécropole qui se poursuivra avec le couple 18 et 17, lui-même ancré sur le no 5. Le décrochement spatial des nos 14 et 15, voisins et très semblables entre eux, mais également cousins des nos 4 - 5, 8, peut traduire une phase terminale dans l’élargissement de la nécropole, en direction du sud cette fois et dans une zone légèrement plus basse. Dans le plan nord, on remarquera le rôle organisateur tenu par le couple des tertres 10 et 19, pratiquement imbriqués l’un dans l’autre. Les nos 12 et 11 en représentent des appendices et c’est à partir du no 11 que la nécropole semble s’étendre en direction du nord et de l’ouest avec les nos 9 et 12. Décroché, ou presque, de tout cet ensemble, le no 13 semble postérieur au no 19, auquel il s’arrime, alors que les nos 20 et 16 semblent clôturer l’histoire de ce groupe.

Fig. 4. Neublans « Les Revenues » : classes de diamètres et aires tumulaires (approchées).

13En l’absence de toutes autres données, et particulièrement de données précises sur la position chronologique de chacun des tertres, il est difficile de tracer plus avant un schéma de développement spatial de la nécropole. Dans la mesure où l’on peut y percevoir deux sous-groupes, une question majeure est celle de savoir si ceux-ci ont évolué de façon successive (et dans quel ordre) ou si leur existence fut concomitante. Dans ce dernier cas, et en reprenant le mouvement interne esquissé pour chacun des groupes, la nécropole aurait pu progresser par auréoles successives depuis un noyau théorique représenté par les petits tertres nos 3 et 6. Dans la mesure où le scénario envisagé serait juste, le diamètre des tertres serait donc plutôt indifférent à la chronologie et, à ce point de vue, il semblerait que les plus gros tertres soient ici à considérer ni comme des monuments fondateurs ni comme les témoins d’une apothéose terminale.

Nécropole de Petit-Noir, « Bois Chaussemourot »

Implantation

14La nécropole occupe une position analogue à celle de Neublans. Elle est installée sur la courbe de niveau des 210 m et occupe un éperon à l’extrémité du plateau bressan. Elle aussi gouverne topographiquement son environnement ouest immédiat. De surcroît, elle est placée à 600 m du rebord du talus qui domine par son escarpement et son dénivelé très rapide (courbe des 200 m) la plaine alluviale du Doubs (184 m) (fig. 1). Le gisement se compose de dix-huit buttes, inscrites dans un trapèze (longueur des côtés : 175 m, 175 m, 137 m, 225 m), enfermant environ 3 ha (fig. 5). À première vue, cet espace se départage en trois sous-ensembles. Au nord-ouest, quatre tertres (nos 1, 2, 17, 3) s’alignent en arc de cercle à 209-210 m d’altitude, juste sur le ressaut formé par le plateau avant son tombant occidental. Deux tertres (nos 4 et 15) s’alignent sur la courbe des 210 m dans la partie médiane plutôt plane. Les douze autres tertres sont très groupés au sud-est à une altitude comprise entre 211 et 212 m. Les tertres nos 3, 14, 18, incertains ou trop abîmés, n’entreront pas dans nos décomptes suivants. Là encore, la morphologie des tertres et leur organisation ne laissent aucun doute sur l’interprétation de cet ensemble comme une nécropole protohistorique. La découverte (avril 1998) d’un fragment de tuile à rebords dans une ornière laissée par un engin de débardage dans la proximité sud du tertre no 6 fait envisager une réoccupation de l’endroit à l’époque romaine, confirmant ainsi une observation faite lors du sondage du tertre no 5 en 1997.

Sondage du tertre no 5

15Dans les limites fixées par le propriétaire de la parcelle, le sondage du tertre no 5 a pris la forme d’une tranchée orientée nord-ouest/sud-est, mesurant 19 m de longueur et 2 m de largeur, réalisée manuellement au centre et sur le diamètre présumés du tertre. Sous une faible couche d’humus (2 à 5 cm), la fouille a directement mis en évidence une butte, homogène et assez compacte, constituée de limon beige-jaunâtre et sableux emprunté au sol naturel, et positionnée sur le sol vierge. Ce dernier, caractérisé par une plus grande compacité, présentait une faible pente d’orientation sud-nord et, sur la bordure nord-ouest du tertre, un léger ressaut naturel très probablement exploité par les constructeurs pour asseoir la butte. La masse principale de celle-ci se situait entre les 7 et 15 m (hauteur conservée : entre 0,50 et 0,60 m). Un faible bourrelet concentrique, entourant une légère dépression, remarqué entre les 7-8 et 12-13 m, constitue l’indice d’un arasement sommital de la butte. La présence diffuse sur l’ensemble de la tranchée de micro charbons de bois peut correspondre à un essartage local mais l’hypothèse d’un geste funéraire spécifique est tout également envisageable. À la base et au centre de la butte, deux tessons de céramique protohistorique ont été trouvés dans la partie inférieure de la couche anthropique et un éclat de silex figurait sur le sol vierge. Quatre tessons protohistoriques et quatre fragments de céramique ou de tuile romaine ont été mis au jour dans la partie sud de la tranchée et dans l’épaisseur du tertre. Quatre autres tessons protohistoriques ont été récupérés dans les déblais. Le sondage n’a pas rencontré de vestige humain ni d’aménagement particulier, tel que fossé ou couronne de pierres. Si cette absence de structure funéraire très caractéristique ne permet pas d’identifier de façon certaine le tertre comme un monument funéraire, elle ne discrédite pas non plus l’hypothèse inverse. On peut exclure l’hypothèse de l’inhumation comme celle d’un tertre à sépultures multiples. Les indices recueillis plaident pour l’éventualité d’une sépulture très discrète, la réalité d’un tertre artificiel, lié à une quinzaine d’autres, érigé dans la Protohistoire et remanié à l’époque romaine. Par analogie, il faudra envisager que quelques tertres de faible hauteur ou de diamètre distordu ont pu subir quelques dommages.

État de conservation du gisement

16D’après le relevé de 1997, six tertres présentent une élévation égale ou inférieure à 0,50 m. La taille réduite du no 16 et surtout des nos 11 et 12 tient peut-être à leur statut de satellite du no 10. En revanche, les très faibles hauteurs des tertres 4 et 15 peuvent s’expliquer par un arasement anthropique, à l’instar de celui qui a touché le no 5. On notera sur le plan de la nécropole que l’accès à ces tertres était facilité par leur dégagement.

17Une grande majorité des tertres (douze sur quinze) présente une dissymétrie plus ou moins accentuée (écart de 0,40 m à 4,1 m) entre leurs axes nord sud et est-ouest (fig. 6). Le diamètre le plus court est le plus souvent le diamètre est-ouest (nos 2, 4, 5, 6, 7, 11, 16) et plus secondairement le diamètre nord-sud (nos 1, 10, 12, 13, 17), sans que l’on puisse donner à ce constat une explication autre que les désordres induits par les travaux forestiers. Dans le cas de sept tertres (nos 1, 2, 4, 5, 6, 10, 13, 16), le différentiel des longueurs dépasse 5 % et peut même atteindre 10 %. On remarquera que certains des individus en question présentaient déjà une hauteur « anormale ». Pour l’essentiel, ces tertres sont localisés dans le plan sud de la nécropole, où l’on trouve également les « tertres » nos 14 et 18, c’est-à-dire dans la zone la plus accessible d’un simple point de vue topographique, aujourd’hui comme hier. Compte tenu de ces restrictions, les calculs que nous pourrons faire concernant la morphologie et le gabarit des tertres auront donc une valeur relative.

Fig. 5. Petit-Noir « Bois-Chaussemourot » : plan d’ensemble de la nécropole tumulaire (sur fond d’extrait de plan cadastral).

Diamètres (fig. 6)

18Les diamètres varient entre 19 et 33,30 m et donnent au total une moyenne de 24,10 m. Aucun tertre n’est inférieur à 15 m. La nécropole se compose de quatre catégories réparties entre 15 et 35 m. La catégorie des 15 à 20 m comprend trois unités (1/5ème). Quatre-vingt pour cent des tertres se déclinent entre 20 m et plus de 30 m de diamètre. Trois tertres dépassent les 30 m de diamètre (un cinquième des tertres) ; deux tertres se situent entre 25 et 30 m. La catégorie la plus nombreuse (sept tertres : 46 %) correspond aux diamètres situés entre 20 et 25 m. L’ensemble se caractérise fondamentalement par des diamètres importants et, de ce point de vue, apparaît relativement homogène.

19Quatre classes peuvent se discerner en tenant compte des seuils hiérarchiques entre groupes de tertres. Trois tertres dont le diamètre tourne autour de 19 m forment la quatrième classe (nos 4, 12, 16 : 1/5ème).

20La classe 3 est représentée par six tertres compris entre 20 et 22 m de diamètre (nos 5, 7, 8, 9, 11, 13 : 40 %). Trois tertres de 24 à 27 m de diamètre composent la classe 2 (nos 6, 15, 17 : 1/5ème) alors que les trois tertres de plus de 30 m de diamètre (nos 1, 2, 10 : 1/5ème) constituent la classe 1.

21Les tertres de la classe 1 se positionnent pour le no 10 dans le groupement sud-est et pour les nos 1 et 2, très voisins, sur le ressaut formé par le plateau. Les tertres de la classe 2 se distribuent indifféremment dans les trois plans de la nécropole. Les tertres de la classe 3 sont uniquement situés dans l’espace sud-est qui concentre également deux tertres de la classe 4 alors que le troisième de cette classe se retrouve dans la zone médiane. On notera que la région sud-est comprend tout à la fois les quatre classes de tertres.

Fig. 6. Petit-Noir « Bois-Chaussemourot » : diamètres des tertres.

Hauteurs, altitudes (fig. 7-8)

22Les hauteurs conservées se tiennent entre 0,25 et 1,30 m. La moyenne des quinze tertres est de 0,69 m. Si l’on opère un découpage des hauteurs par fourchettes de 0,50 m, trois étages seulement s’observent à Petit-Noir. Aucun tertre ne dépasse 150 cm. Trois oscillent entre 1 m et 1,50 m. Six sont compris entre 0,51 et 0,99 m. Six sont en deçà de la barre des 0,50 m. Même en tenant compte des phénomènes d’érosion, on peut donc considérer que les quatre cinquièmes des tertres n’atteignent pas le mètre et que les hauteurs sont ici assez peu tranchées et somme toutes assez modestes par comparaison avec l’importance prise par les diamètres.

23Quatre classes s’observent en fonction des effets de seuil. Dans la classe 4 se retrouvent deux tertres très bas (0,25 m : nos 4, 15). La classe 3 comprend quatre tertres compris entre 0,38 et 0,5 m (nos 5, 11, 12, 16). La classe 2 regroupe six tertres évalués entre 0,7 et 0,95 m (nos 6, 7, 8, 9, 13, 17). La classe 1 est formée des tertres dont la hauteur est comprise entre 1 et 1,30 m (nos 1, 2, 10). Dans la mesure où la classe 4 concerne des tertres probablement érodés, celle-ci est sans doute à grouper avec la classe 3 ; on obtiendrait ainsi une répartition assez similaire à celle que nous donnait le découpage classique. La répartition de ces classes sur le plan de la nécropole n’apporte pas de renseignements très significatifs. Tout au plus pourra-t-on noter que la classe 1 des hauteurs recouvre exactement la classe 1 des diamètres et que la zone sud-ouest de la nécropole offre une représentation des différentes classes, qu’il s’agisse des diamètres ou des hauteurs.

24Dans la mesure où le terrain de la nécropole est affecté d’un léger pendage, nous nous sommes demandé si les constructeurs des tumulus avaient pu tenir compte ou non de ce fait pour, par exemple, compenser des infériorités de taille, mettre en exergue tel ou tel tertre, etc. Ce qui compte dans cet exercice, c’est donc la hauteur atteinte respectivement par les différents tertres (fig. 8).

25Il apparaît dès lors qu’un groupe de sept tertres (nos 6, 7, 8, 10, 11, 12, 13), placés dans l’extrémité sud-est, se détache du reste en dépassant la cote géodésique des 212 m. Dans cette zone, des tertres rangés par leur dimensions dans les catégories plutôt inférieures sont ainsi, grâce au choix topographique qui a présidé à leur installation, nettement réévalués. On notera que les nos 6, 7, 12, 13, quelle que soit leur catégorie initiale, présentent un sommet placé, quasi mathématiquement, à la même altitude (21, 22 ou 17).

26Tout ce groupe domine les autres tertres, y compris les tertres très volumineux de la zone ouest. Enfin, le tertre no 10 affiche sa supériorité, non seulement par sa taille, mais aussi par le contrôle visuel qu’il a sur tout son environnement grâce à un sommet qui culmine à l’altitude de 212,80 m. Le sommet de quatre tertres dépasse 211 m ; de peu pour le no 15, mais plus nettement pour les nos 5, 9, 16. Ce groupe, placé en lisière du précédent, représente ainsi une sorte de marche intermédiaire et centrale entre les zones est et ouest. Les sommets des tertres 1, 2, 4 s’alignent sur la cote 210, qu’ils dépassent quelque peu. Fait remarquable, l’infériorité du petit tumulus 4 (classe 4 des hauteurs et des diamètres) est totalement compensée par le fait qu’il a été installé sur un plancher initial à peine plus élevé ; son sommet dépasse ainsi celui des très gros tertres 1 et 2. Au contraire, dans cette zone ouest, le tertre no 17, compris dans la classe 2, voit sa respectabilité diminuer par le fait que sa hauteur n’a pas compensé un positionnement moins favorable au départ. En dehors de la hiérarchie interne aux tumulus, qui se dégage en fonction de leur gabarit, ce sont donc aussi trois espaces hiérarchisés en gradins qui structurent le plan de la nécropole.

Volumes (fig. 7)

27Le volume des tertres a été calculé en employant la formule usitée pour le calcul de la calotte sphérique. Pour la nécropole de Petit-Noir, les volumes s’étirent de 35 m3 à 526 m3 alors que la moyenne s’établit à 187 m3.

28Un classement par tranches de 50 m3 montre que les tertres se répartissent entre huit catégories différentes, ce qui traduit une certaine hétérogénéité. On remarquera cependant qu’une majorité de tertres ne dépasse pas 150 m3 et que six tertres (40 %) sont d’un gabarit inférieur à 100 m3. Six autres sont compris dans la fourchette des 100 et 200 m3 ou à peine plus. Les tranches comprises entre 250 et 400 m3 ne sont pas fournies, et, au sommet, trois tertres, qui s’individualisent très nettement, s’étagent entre 400 et 550 m3.

29Quatre classes statistiques, relativement équilibrées, peuvent une nouvelle fois s’apercevoir. La classe 1 (435-526 m3) met en évidence les trois tertres qui sortent une nouvelle fois du lot (nos 1, 2, 10). La classe 4 intègre les tertres les moins volumineux (moins de 75 m3) et rassemble cinq individus (nos 4, 5, 12, 15, 16). Les sept tertres qui composent les classes 3 (89-122 m3 : nos 5, 11, 13) et 2 (157-205 m3 : nos 6, 7, 8, 17) permettent d’insister sur le poids de valeurs moyennes qui se déclinent dans le détail sur une assez large palette. La notion d’hétérogénéité qui semblait se dégager plus haut est alors à relativiser.

30Au terme de l’examen des trois paramètres qui permettent d’évaluer les tertres, on peut se demander si il y a adéquation de classes pour chacun des individus et les zones qui les intègrent. Concernant la zone ouest, les images se décalquent l’une sur l’autre, ce qui souligne bien l’originalité de ce secteur. On peut en dire presque autant de la zone centrale, où les nos 4 et 15, quelque peu isolés du reste, s’envisagent essentiellement par rapport aux valeurs les plus faibles. L’image que donne la zone sud-est, plus riche aussi, est plus contrastée. Les quatre classes de volumes y sont représentées de façon égale alors que l’image rendue par les hauteurs et les diamètres laissait voir également une certaine diversité. Cependant, trois tertres seulement s’ajustent là, tous paramètres confondus, dans une classe unique ; le no 11 (classe 3), le no 6 (classe 2) et le no 10 (classe 1). Ceci peut constituer un autre indice d’un fonctionnement social séparé, zonal, de la nécropole.

Fig. 7. Petit-Noir « Bois-Chaussemourot » : hauteurs et volumes des tertres.

Dynamique spatiale de la nécropole (fig. 9-10)

31Pour tenter de comprendre le développement progressif de la nécropole nous avons repris le concept d’aire de décapage utilisé à propos de Chavéria, transformé ici en concept d’aire tumulaire. Les principes qui, selon nous, doivent présider à la construction du tertre sont les suivants :

  • les matériaux (terre uniquement) sont prélevés sur place, ce que d’ailleurs la fouille du tertre no 5 a montré ;

  • rassembler 1 m3 de matériaux pour édifier la masse du tertre consiste à décaper, sur une quinzaine de centimètres d’épaisseur, 6,62 m2. Le nivellement réalisé sur place comme la visite des alentours permettent d’aller en ce sens ;

  • la zone correspondante au tertre peut-être rebrassée, mais le décapage s’opère par définition à l’extérieur du futur tumulus ; ceci signifie que les prélèvements de terre devront s’effectuer par extension progressive, en dehors de l’aire d’obédience des tertres déjà construits ;

  • la dépense d’énergie pour réaliser un tertre est telle que les constructeurs ont tout intérêt à prélever la terre immédiatement autour du futur tertre et à prendre appui sur la topographie préexistante.

Fig. 8. Petit-Noir « Bois-Chaussemourot » : hiérarchisation des tertres en fonction de leur position altitudinale.

32L’aire tumulaire (fig. 9) comprendra donc la surface de base du tertre, plus la surface décapée. À titre d’exemple, on développera le cas du tertre no 1 qui a pour surface 870 m2 (diamètre initial : 33, 30 m et rayon : 16,65 m) et pour volume 435,7 m3. La surface à décaper (435, 7 x 6,62) sera de 2884,7 m2 alors que le total de l’aire tumulaire additionne cette dernière et la surface du tertre. Le rayon de l’aire tumulaire se retrouvera en faisant l’opération inverse du calcul de la surface du cercle. Le détail des opérations montre que dans neuf cas sur quinze, le rayon de l’aire tumulaire représente le rayon du tertre multiplié par 1,8 à 2,3. Dans six cas, il se multiplie seulement entre 1,3 et 1,6, mais on remarquera qu’il s’agit de tertres qui ont toutes chances d’avoir été amputé et donc de présenter aujourd’hui des gabarits inférieurs aux réalités du départ. La moyenne générale du coefficient multiplicateur est de 1,8 ; compte tenu de l’érosion qui a affecté une bonne part de la nécropole, on peut alors considérer qu’en règle générale le diamètre de l’aire tumulaire devait être équivalent au double du diamètre du tertre proprement dit. On peut ainsi tester le positionnement respectif des tertres les uns par rapport aux autres et, à partir de la morphologie des tertres, d’une part, et du mouvement d’exclusion ou de rapprochement qui s’esquisse entre aires tumulaires, d’autre part, tenter d’envisager la façon dont la nécropole s’est développée dans l’espace et le temps (fig. 10).

33La zone sud-est donne un ensemble très soudé de dix à douze tertres, particulièrement groupés au nord et au centre. La distribution très serrée des tertres comme la trame des aires tumulaires laisse envisager un processus d’agrégation en continuum, selon une logique d’utilisation maximale et très rapprochée du terrain disponible. Le secteur nord apparaît à première vue structuré par le très gros tertre no 10, entouré de tertres nettement plus petits. Ceux-ci se répondent deux à deux (nos 9 et 11 ; nos 12 et 16), présentant des allures très similaires. Dans la même mouvance, la zone centrale est constituée de la charnière formée par les nos 6, 7, 8 ; leur parenté morphologique, leur appartenance à la classe 2 des volumes et leur proximité laissent penser qu’ils relèvent d’une même série établie dans la foulée. Le tertre no 5, qui présente un diamètre voisin de celui des nos 7, 8, 9, semble s’être greffé sur cette charnière. Le secteur sud (nos 13, 14 et 18 très incertain) apparaît plus lâche et désolidarisé du précédent.

Fig. 9. Petit-Noir « Bois-Chaussemourot » : aires tumulaires.

34On a donc dans cet espace sud-est trois sous-ensembles dont la chronologie relative s’avère très difficile à ordonner. Les caractéristiques du secteur sud peuvent tout autant le classer comme représentant d’une phase de mise en place ou au contraire d’une phase secondaire d’extension de la nécropole. On pourrait d’ailleurs en dire presque autant du groupe nord. Cependant, le caractère quelque peu marginal du groupe sud invite plutôt à la seconde hypothèse. La zone centrale, compte tenu de sa très forte homogénéité et de son emplacement par rapport à l’ensemble pourrait être considérée comme le noyau initial, sauf à considérer qu’elle prend la suite du groupe nord dans l’hypothèse d’un développement nord-sud de tout cet ensemble et en tenant compte notamment des altitudes. Le tertre no 5, un peu plus bas, semble constituer un appendice de cette zone centrale et désigner un développement de la nécropole en direction de l’ouest. Dans le sous-groupe nord, l’antériorité du no 10 ne fait aucun doute, compte tenu de la place centrale qu’il occupe et de la surface de dégagement qu’a nécessité sa construction, sans compter qu’il se trouve au point haut de la nécropole et que son sommet domine tout l’environnement. On pourrait voir en lui le noyau fondateur assorti des satellites représentés par les nos 11 et 12 dans un premier temps et les nos 16 et 9 dans un deuxième temps. On aura remarqué que les tertres nos 5, 9, 16 ont leur sommet situé sous la barre de l’altitude 212 et sont localisés sur le coté ouest de tout cet ensemble sud-est qui vient d’être décrit.

35La particularité de la zone centrale de la nécropole tient dans l’isolement des tertres nos 4 et 15, nettement séparés l’un de l’autre, et bien démarqués du groupe sud-est et du groupe nord-ouest. Cette distribution pose la question de savoir si ces tertres représentent une nouvelle étape de développement en direction de l’ouest ou s’ils sont venus, à la fin de l’histoire de la nécropole, se loger dans un intervalle laissé vide par les deux groupes principaux. On remarquera que ces tertres nos 4 et 15, similaires entre eux par leur gabarit, offrent également des valeurs comparables, par les volumes, les diamètres ou les hauteurs, aux nos 5 et 16 qui leur sont assez proches. Ceci tend à privilégier l’idée que ces tertres de la zone centrale témoignent à leur tour d’une sorte de mouvement latéral en direction de l’ouest. Leur position un peu excentrée, comparable avec la situation observée dans le plan situé le plus au sud de la nécropole, pourrait s’expliquer en fonction des matériaux laissés disponibles par les décapages nécessaires à l’érection des tertres de la zone sud-est, lesquels avaient déjà certainement mordu sur cette partie centrale.

36Dans le plan nord-ouest, le tertre no 17 renvoie au no 15 par son diamètre, aux nos 6, 9, 13 par les hauteurs et aux nos 6, 7, 8 par des volumes plutôt importants (classe 2). Ces homotypies le rapprochent donc, « culturellement », du groupe sud-est, bien qu’il en soit spatialement totalement à l’écart. Dans la zone nord-ouest, il occupe d’ailleurs une place un peu secondaire, bien détachée du couple formé par les nos 1 et 2. Le tertre no 2, qui est le plus gros de toute la nécropole, semble ici placé au centre du dispositif et préexister au no 1, d’allure très comparable et qui semble bien venir se greffer sur le précédent. On peut ainsi estimer que ce couple entre dans le même champ de vision funéraire et sociologique. Ces tertres ont exigé une manutention considérable. Dans la mesure où l’on peut croire que les constructeurs ont limité leur dépense d’énergie et n’ont pas couru la difficulté, on estimera que les matériaux utiles à la construction de ces tertres très volumineux n’ont pas été cherchés en contrebas, sur la nette déclivité qui précède les tertres à l’ouest, mais du coté est, sur le plan très légèrement incliné qui confine d’ailleurs à la zone centrale, presque vide de tertres. Par son altitude et celle des tertres, par le positionnement très précis de ces derniers sur le ressaut offert par le plateau, par leur déploiement en arc de cercle, par son isolement aussi, cette zone offre un faciès très particulier indiquant très probablement une strate à part dans l’histoire de la nécropole. Son originalité peut ainsi lui conférer le titre de pôle initial ou au contraire l’instituer comme dernier héritage.

Fig. 10. Petit-Noir « Bois-Chaussemourot » : classes de volumes et aires tumulaires.

37Dans ce dernier cas, la nécropole se serait progressivement étendue du point haut, et des positions naturelles a priori les plus avantageuses, vers le point bas, ce qui semble plutôt logique. Ceci voudrait dire aussi que la communauté locale aurait presque volontairement confiné les limites de son espace funéraire au seuil topographique du plateau, limitant par là aussi toutes les projections qu’elle pouvait se faire d’elle-même dans l’avenir. On ajoutera que si les tumulus orientaux se trouvent dominés par tous les autres et notamment par le no 10 et ceux dont les sommets atteignent plus de 212 m, le gabarit et l’emplacement choisi des tertres nos 2 et 1, créent un effet de masse incontestable dans le paysage local. C’est du reste le tertre no 2 que nous avons repéré en premier, à l’œil nu, à une distance de plus d’une centaine de mètres, parce qu’il se détachait très légèrement sur la crête. Avec l’hypothèse d’un développement ouest-est de la nécropole, on assisterait alors à un mouvement pendulaire inverse de celui que l’on a envisagé jusque là et qui aboutirait au tertre no 10. Dans les deux cas de figure, avec pour nous une préférence pour envisager une dynamique est ouest, l’ouverture et la clôture de la nécropole seraient consacrées par l’édification d’un très gros tertre.

Éléments de comparaison

Contexte micro-régional et régional

38La Protohistoire, en général et sans calage chronologique plus précis, est assez bien représentée dans le canton de Pierre-de-Bresse (Saône-et-Loire), voisin immédiat de nos nécropoles (sur tout ce qui suit : Daubigney, 2003). En effet une cinquantaine de gisements potentiels ont été repérés au sol, en prospection aérienne ou par photo-interprétation sur une dizaine de communes parmi les dix-sept ou dix-huit qui s’assemblent dans le canton. Parmi celles-ci, les plus proches de Petit-Noir et Neublans (Authumes, Fretterans, Pierre, Lays-sur-le-Doubs, Pourlans) tiennent une place importante et on note plus largement qu’aucun des grands secteurs topographiques constituant la géographie micro-régionale (la plaine alluviale, le talus, le plateau bressan) n’échappe à l’inventaire des découvertes. La nature de l’information désigne plutôt des habitats dispersés ou groupés sous la forme du hameau. Le monde des morts est peut-être représenté sur trois communes où la présence de petits ensembles de tertres est suspectée (Dampierre, Saint-Bonnet, Fretterans). Des densités similaires sont reconnues dans la vallée de la Saône à l’ouest (du Verdunois au Tournugeois) et il n’y a pas de raisons de penser que la Protohistoire soit moins présente du côté jurassien, qu’il s’agisse du Finage ou de la Bresse.

39Un certain nombre de découvertes, plus circonstanciées, renvoient à la diachronie, même si là encore, manquent des précisions sur tel ou tel gisement important des environs comme le site fortifié de Rahon (le Mont-Ceint ; Bronze final ? et attribué pour partie au Hallstatt C - D1) ou les tumulus arasés d’Asnans-Beauvoisin (Bronze ancien, moyen ?). Au plus proche, quelques trouvailles sporadiques sont attribuables au Bronze ancien à Lays-sur-le-Doubs (Saône-et-Loire), à Chaussin ou à Saint-Aubin (Jura) alors que le Bronze moyen est représenté à Longwy-sur-le-Doubs et également à Lays et à Saint-Aubin. Des références importantes concernent le Hallstatt final et surtout La Tène ancienne dans le Verdunois (Bragny), du côté jurassien (Asnans) et dans l’espace intermédiaire (Pourlans, Pierre), tout cet ensemble devant se comprendre comme relevant d’une même plaque-tournante articulée sur la basse vallée du Doubs. On en dira tout autant avec les sites très importants de Verdun et d’Authumes concernant La Tène C et D (Barral, 2001 ; Barral, Bossuet, 2002).

40Cependant, dans notre secteur, le gros de l’information couvre le premier âge du Fer et plus encore le Bronze final, à l’instar de ce que l’on peut également constater dans les horizons périphériques. L’ensemble des trouvailles semble bien illustrer un moment net de dynamisation régionale affectant de façon sensible notre basse vallée alluviale. La question de la datation des nécropoles de Petit-Noir et Neublans ne peut être tout à fait indifférente à ce qu’indique leur contexte archéologique.

41Du côté jurassien, diverses trouvailles à Chaussin, Saint-Aubin, Nevy-lès-Dole et Dole, auxquelles s’ajoutent le dépôt de Tavaux, témoignaient depuis longtemps du regain d’activité qui s’opère ici au Bronze final. Plus récemment, la découverte de quatre enclos (non datés) à l’extrémité sud du village de Tavaux (Sandoz et alii, 1994) et de la nécropole à enclos de Choisey (quinze enclos d’origine Bronze final IIIa/b, éventuellement réemployés au Hallstatt ancien : Simonin et alii, 1996 ; Séara et alii, 2001), tout également placée en bordure de la RN 73, confirment cette impression, outre que la nécropole s’offre comme un élément de comparaison parmi les plus intéressants. En direction de l’est, des tumulus ou des petits groupements de tertres ont été étudiés dans le massif jurassien (la Chaux d’Arlier, le plateau d’Ornans - Amancey, le Jura salinois et lédonien, la Combe d’Ain...) (Bichet, Millotte, 1992 ; Millotte, 1992 ; Ganard et alii, 1992 ; Piningre, 1997b ; Piningre, Ganard, 1997).

42Dans la vallée de la Saône supérieure ou moyenne, toute une série d’habitats relevant du Bronze final ou du Hallstatt ancien a été repérée entre Laperrière-sur-Saône (Côte-d’Or) et Saucé (Saône-et-Loire), et notamment dans le Verdunois (Bonnamour, 1985 ; 2000). Dans le Tournugeois, ce sont les nécropoles d’Ormes / Simandre (vingt-trois tertres) et de Lacrost (Les Prés de l’Eau, quarante tertres, Bronze final IIIb pour les quelques tertres fouillés) qui retiennent particulièrement l’attention (Duriaud, 1991 ; 1992). Dans la Bresse, quelques tumulus, a priori isolés, ont été signalés en bordure de la Seille (Romenay, Bantanges, Frangy) et ont été datés du Hallstatt (Barthélémy, 1988). Entre Verdun et Pierre-de-Bresse, un tumulus attribué au Bronze final II par Millotte (1963) a été reconnu à Toutenant.

43Dans le canton de Pierre, nous-mêmes avons recensé une dizaine de gisements relevant de ces phases (du Bronze final IIb-IIIa au Hallstatt) à Montjay, Pierre, Lays et Authumes. Sur cette dernière commune, le secteur qui gravite autour du gisement du « Tertre » (Le Grand Tartre, fig. 1) peut se comprendre comme un noyau très sensible de peuplement. Au demeurant, les résultats d’un sondage palynologique, réalisé dans un ancien étang localisé dans la forêt d’Authumes (Bois Dauphin, fig. 1), se font précisément l’écho, à 1 km de là, dans un endroit très enclavé, d’un processus d’anthropisation aux alentours de 844-546 cal. B. C. (Daubigney et alii, 1999 ; Daubigney, 2005). Cette impression que nous laissait la prospection a été confirmée dernièrement par la fouille d’une fosse Bronze final IIb-IIIa située aux « Coquerilles » (fig. 1), entre ce noyau d’Authumes et Neublans (Jaccottey, 2001). Elle a livré, outre un stock céramique, une pendeloque tout à fait comparable à celle de la ceinture de Blanot (Nièvre), ce qui laisse croire à un habitat d’un certain standing dans les parages, où d’autres indices d’occupation protohistorique ont d’ailleurs été reconnus. De la même façon, un semis de tessons de la fin du Bronze a été collecté sur Neublans nord-ouest, toujours dans la plaine limitrophe du Doubs. À vol d’oiseau, nous sommes là à moins de 2 km des nécropoles de Petit-Noir et de Neublans et si nous devions chercher les habitats susceptibles de leur correspondre, compte tenu de nos résultats d’ensemble, c’est sans doute là que nous infléchirions la recherche. On remarquera qu’à Lacrost, un habitat susceptible de correspondre à la nécropole (Les Varennes) serait distant d’1 km.

Implantation

44Les gisements de Petit-Noir et Neublans se trouvent aujourd’hui en pleine forêt. Il est évident que l’emplacement de ces nécropoles, dont l’environnement et l’espace intrinsèque ont pu faire l’objet de réoccupations, notamment à l’époque romaine, suggère qu’elles ont fonctionné dans un milieu plutôt ouvert. Leur position topographique très précise permet d’ailleurs de penser qu’elles avaient été établies à cet endroit pour un effet d’ordre visuel, ce qui laisse également supposer un certain dégagement de l’espace local par rapport à aujourd’hui. Cela dit, rien ne nous permet ici d’apprécier leur distance au boisement antique et l’importance que ce dernier pouvait prendre. À l’inverse d’opinions admises, l’analyse pollinique faite dans la tourbière proche des Barbouillons, a montré que l’environnement de la nécropole de Chaffois (Chaux d’Arlier) était boisé (Gauthier, 1997). L’exemple montre dès lors qu’il vaut mieux se défier maintenant de toute relation privilégiée entre les constructeurs de tumulus et l’occupation des « pelouses » calcaires des plateaux du Jura et d’ailleurs. À cet endroit, nous rappelons qu’à Petit-Noir et Neublans, nous sommes non seulement dans le bas pays mais aussi sur les terrains marneux de la Bresse.

45La diversité des implantations tumulaires a été relevée. Dans la Chaux d’Arlier, le choix peut se porter sur les buttes, les fonds de dépression, les versants ou les replats. À Yvry (Côte-d’Or), la nécropole a été installée le long d’une petite vallée sèche (Olivier, Triboulot, 1999). À Lacrost, elle est installée en pleine zone inondable, au fond de la vallée. Neublans et Petit-Noir illustrent un cas de figure différent des précédents, tendant à indiquer l’absence de règle en la matière ; mais, en l’occurrence, ce sont des préoccupations topographiques identiques qui ont joué.

46Dans l’ensemble, il apparaît que la distribution des tertres n’est pas aléatoire. Dans la Chaux d’Arlier, la Combe d’Ain ou le plateau d’Amancey - Ornans les nécropoles sont liées à des points de passage. Sur la Saône supérieure ou moyenne, alors qu’ils jalonnent une grande voie fluviale, leur association à des passages à gué apparaît, au moins pour une part, assez évidente. Pour les mêmes raisons, on ne s’étonnera pas d’en trouver dans la vallée de la Seille, laquelle, dans la Préet la Protohistoire, a vraisemblablement représenté un grand axe transversal. La position de la nécropole de Choisey, placée au débouché du Val d’Amour, à la confluence Doubs / Loue et sur le grand axe Rhône-Saône-Rhin, n’est certainement pas non plus fortuite et indifférente à la question des échanges. La relation très étroite qu’elle entretient avec l’actuelle RN 73, laquelle reprend très exactement la voie romaine Chalon-Besançon, peut même laisser présumer, avec d’autres indices, que l’antiquité de cette dernière peut remonter à l’âge du Bronze.

47En ce qui regarde les nécropoles de Petit-Noir et Neublans, il est clair que leur positionnement est également fonction de l’axe de circulation formé par la rivière (dont Strabon dira qu’elle était navigable) et d’un gué potentiel. Concernant Petit-Noir, nos prospections et un forage pratiqué sur les Couards sud (fig. 1) ont démontré l’existence d’un paléochenal situé au pied même du talus. Le comblement de ce dernier commence à l’époque romaine (Vannière et alii, 2000 ; Bossuet et alii, 2002) et il est ainsi pratiquement certain que la rivière coulait dans la Protohistoire, à 600 m à vol d’oiseau de la nécropole. Par ailleurs, d’après l’ensemble de nos prospections, c’est entre Neublans et nos nécropoles qu’il faut chercher un ou des axes méridiens (en fonction de l’évolution du cours d’eau) réunissant le Finage et la Bresse plus profonde, au nord et au sud de la rivière. De ce point de vue, on aura remarqué que les deux nécropoles se distribuent de part et d’autre de l’actuelle D13, dans laquelle, pour autant, nous ne voyons pas un itinéraire ancien. Il est sûr en revanche que les deux nécropoles se distribuent à l’intérieur d’un faisceau est-ouest, encadrant le bois Chaussemourot, consistant en deux grandes voies transversales découvertes au niveau du bois des Dutartre au nord et de l’Abergement-Saint-Jean au sud. Elles sont attribuables aux périodes médiévale et romaine mais, là aussi, leur plus forte ancienneté peut être envisagée. La seconde, constitue un itinéraire Verdun-Salins et peut entrer dans la série des voies dites du « sel ». Enfin, sans trop conjecturer, on peut donc dire que la situation des deux nécropoles s’inscrit dans une zone carrefour et que les échanges ont favorisé, là encore, l’émergence d’une élite désignée par les tumuli.

Structuration

48Les nécropoles de Petit-Noir et Neublans comprennent respectivement quinze à dix-huit tertres et vingt et un ou vingt-deux-tertres répartis sur deux à trois hectares. Chacune semble composée de deux groupements principaux et se développer par coalescence, de l’intérieur vers l’extérieur, et à partir de considérations d’ordre pragmatique. Les alignements qu’on pourrait y repérer semblent devoir s’interpréter beaucoup plus comme une conséquence du développement progressif de la nécropole que comme le fruit d’intentions de départ. Les deux ensembles sont bien groupés, nettement séparés l’un de l’autre par une distance d’environ 1,3 km. Nous sommes a priori dans l’incapacité de dire si elles correspondent à deux établissements contemporains ou si elles procèdent d’une délocalisation des communautés concernées. Le rapport entre la taille relativement importante des deux ensembles, leur proximité et le territoire que l’on attribue en général (5 à 10 km de diamètre) à de telles entités peut être un indice de chronologie relative.

49Les forts groupements de Petit-Noir et Neublans tranchent nettement avec le modèle de répartition que nous proposent la vallée de la Seille (tertres plutôt isolés, faibles groupements), la vallée de la Saône supérieure (tumulus isolés ou groupements de deux à six tertres séparés d’une dizaine de kilomètres), les zones basses du Jura (éclatement de la répartition avec le Hallstatt D1), et plus largement avec les modes de distribution constatés en Franche-Comté (Millotte, 1992 ; Ganard et alii, 1992 ; Piningre, 1997a et b). Un premier cas de figure, illustré par le secteur des Moidons-Parançot, est celui de nécropoles clairsemées, de petits groupes de tumuli espacés, s’étirant souvent sur plusieurs centaines de mètres et jusqu’à 3 km. Le second cas, fréquent, correspond à des tertres isolés ou à des petits groupes de deux à trois tertres nettement séparés les uns des autres, ces groupes étant également bien distincts dans l’espace (intervalles de 1,2 à 1,4 km sur le premier plateau et de 2 à 5 km dans la Chaux d’Arlier). Le troisième cas de figure est donné par l’exemple de nécropoles groupées comme on en connaît dans la Chaux d’Arlier (Dampierre, quatre tertres alignés ouest-est ; Chaffois, « La Censure » : huit tertres présentant des alignements ou des groupements), où elles sont séparées par 3 à 8 km, ou dans la Combe d’Ain où elles semblent polariser des territoires compris entre 5 et 10 km. Dans l’espace jurassien le facteur chronologique apparaît déterminant pour comprendre les différences spatiales. En effet, si la chronologie interne des tertres et des nécropoles peut s’étirer du Bronze final (voire du Bronze ancien) à l’aube de La Tène, le maximum d’occupation des tombes est atteint vers le Hallstatt D1, moment où semblent aussi se défaire les groupements et se constituer les petites unités tumulaires. A contrario, les nécropoles groupées, pouvant comprendre une dizaine de tertres, relèvent souvent du Hallstatt C. On a ajouté, en général, que les nécropoles de la fin du Bronze final comprenaient des groupes de moins d’une dizaine de tertres (Olivier, Triboulot, 1999).

50Par le nombre de leurs tertres, les nécropoles de Petit-Noir et de Neublans dépassent nettement ce seuil et semblent dès lors ne pas participer à la catégorie précitée. Toutefois, sur la base de ce critère, on peut les mettre en correspondance avec Chavéria (Hallstatt ancien), où l’on trouve seize tertres groupés, également organisés en deux zones (Daubigney, Vuaillat, 1992), avec Choisey, où la nécropole compte une quinzaine d’enclos reconnus sur un total minimum estimé à dixsept ou dix-huit individus (Bronze final III a/b pour la mise en place), avec Yvry, où les trente-deux tertres (alignés sur 300 m de long, sur un axe majeur sud-est/nord-est) relèvent du Bronze final IIIb, avec Lacrost, où on compte quarante tertres attribués au Bronze final IIIb (d’après quelques tumuli), répartis sur une quinzaine d’hectares et parmi lesquels on a noté des groupements. De la même façon pourra-t-on comparer avec des nécropoles lorraines, telles que Cherisey (quarante tertres présupposés du Hallstatt C et D1), Serres (seize tertres potentiellement Hallstatt C - D1) ou Azelot (dix-sept tertres, Bronze final I), à propos desquelles la morphologie des tertres semble un critère discriminant au plan chronologique (Olivier, Triboulot, 2002).

Rituels

51Précisément, en l’absence de données très précises sur les rituels funéraires employés à Petit-Noir et Neublans, faute de fouille quelque peu étendue, ce n’est guère que sur la morphologie des tertres (fig. 11) que l’on pourra s’appuyer pour nourrir ce chapitre et la réflexion sur la chronologie.

52Le sondage du tertre no 5 de Petit-Noir apporte néanmoins quelques éléments. On n’a pas trouvé là de fossé, comme on en a vu à Choisey ; la différence tient essentiellement au fait qu’on n’a pas affaire au même type de monument funéraire, c’est-à-dire l’enclos dans le cas de Choisey et le tumulus dans le cas de Petit-Noir ; la différence n’est donc pas probante. On n’y a pas rencontré non plus de dispositif pierreux (couronne), alors qu’ils sont attestés à Lacrost et dans le Jura. Cette absence est tout à fait normale à Petit-Noir, compte tenu de l’éloignement marqué de toute source d’approvisionnement, et ne constitue donc pas non plus un fait significatif. On n’a d’ailleurs pas plus de pierre à Choisey, alors que la nécropole est pratiquement située au pied d’un massif calcaire. Des similitudes existent en revanche entre les sépultures de Petit-Noir, Choisey et Lacrost : matériaux pris sur place, extrême modestie du mobilier et pratique de l’incinération. À Lacrost, comme à Petit-Noir, le paléosol est apparu pigmenté par des charbons de bois, ce que l’on peut interpréter en terme de simple nettoyage par le feu ou de rituel de purification de l’aire de la sépulture. En tout cas, la coïncidence est ici frappante alors que la présence de charbons a pu être également notée à Choisey et Tavaux. On notera encore que ce tertre no 5 constitue un petit gabarit et peut entrer, encore à ce titre, dans la catégorie des petits tertres à incinération qui constituent, comme à Yvry, le gros des tertres attribuables au Bronze final IIIb.

53À Neublans, 85 % des tertres se situent entre 10 et 20 m de diamètre. La meilleure des comparaisons s’offre ainsi avec le spectre représenté dans la Chaux d’Arlier, où la tranche des 10 à 20 m est également très bien représentée, pour une série de tertres occupés du Bronze ancien au début de La Tène, mais principalement au Hallstatt C et D, avec un primat du D1. Par leur diamètre, les tertres de Neublans s’apparentent aussi avec ceux du secteur salinois qui livrent une chronologie similaire à celle de la Chaux d’Arlier et avec les enclos de Choisey, qui présentent une moyenne sensiblement égale, mais où le faciès général est un peu plus étalé et où la tranche des 10 à 20 m descend sous la barre des 75 %, pour des tertres logés dans le Bronze final III. On notera à cet égard qu’à Yvry les tumulus, attribués au Bronze final, sont très majoritairement (84 %) d’un diamètre inférieur à 15 m. Neublans semble donc s’inscrire dans une certaine norme jurassienne tout en présentant des valeurs un peu plus fortes, avec des tertres d’un diamètre assez large. En revanche, Petit-Noir échappe pratiquement totalement à cette norme ; tous les tertres sont supérieurs à 15 m ; la majorité se tient entre 20 et 30 m, alors qu’un cinquième d’entre eux dépasse les 30 m. Un rapprochement est ici possible avec Chavéria (Hallstatt C) qui représente, du point de vue des diamètres, un cas de figure un peu intermédiaire entre ceux de Neublans et de Petit-Noir.

Fig. 11. Éléments de comparaison morphologique entre nécropoles.

54Au contraire, concernant les hauteurs, tout rapprochement est impossible entre Petit-Noir, Chavéria ou la Chaux d’Arlier. À Petit-Noir, les tertres sont plutôt bas (inférieurs à 1 m pour 80 %). À Chavéria, le spectre est étiré mais une concentration plus forte entre 0,50 et 1,50 m désigne un ensemble plutôt moyen à haut. La Chaux d’Arlier, où les deux tiers des tumulus sont compris entre 1 et 2 m, se singularise par des valeurs plutôt élevées. Petit-Noir s’apparente alors au cas d’Yvry où les tertres sont très bas et à celui de Choisey où les enclos, en dépit de certaines disparités, ne devaient pas être soulignés de reliefs très importants ; inscrit dans la moyenne, celui de l’enclos 15 a été estimé à 65 m3 pour un fossé de 2 m de large et d’une profondeur de 0,90 à 0,95 m.

55À propos des volumes, Petit-Noir n’est pas conforme aux exemples lorrains, lesquels présentent d’ailleurs une certaine diversité attribuée, suivant un modèle prédictif, à la chronologie relative des nécropoles (Triboulot, 2002). À Serres, la majorité est celle de petits gabarits qui correspondraient au Hallstatt C et D1. À Cherisey, les tertres correspondraient à la même chronologie, alors que les catégories inférieures à 50 m3 et comprise entre 50 et 200 m3 s’équilibrent, ce qui évoque un peu la Chaux d’Arlier. Entre La Chaux d’Arlier, où les tumulus de moins de 100 m3 représentent les trois quarts de l’effectif, et Petit-Noir l’écart est très net. Le spectre des volumes est étiré à Petit-Noir mais une majorité se tient entre 50 et 200 m3, avec une forte représentation des gabarits importants, près de la moitié des tertres dépassant les 150 m3 et un quart les 200 m3. Là encore, ces valeurs sont un peu supérieures à celles de Chavéria qui représente le point de comparaison le plus proche. Dans les deux cas les tumulus inférieurs à 1 m composent aussi 40 % du corpus et la tranche des 100 à 200 m3, un tiers du corpus.

56Si l’on esquisse un bilan, nous ne sommes pas convaincus que les disparités constatées plus haut ont toutes à voir avec la chronologie. Pour Neublans, ne disposant que des diamètres, l’évaluation est difficile. Il semblerait toutefois que le cas soit assez conforme au modèle jurassien, où la chronologie est ouverte mais où prime en même temps le Hallstatt récent. Pour Petit-Noir, les données sur les diamètres et volumes incitent au rapprochement avec Chavéria et donc avec le Hallstatt ancien, mais nous sommes dans l’incapacité de dire si les valeurs plus fortes que l’on constate à Petit-Noir sont à accorder avec une tradition Bronze ancien et moyen des gros tumulus ou s’il faut les placer dans une évolution du Hallstatt ancien vers le Hallstatt D. Les comparaisons sur les hauteurs comme les petits indices donnés par le tertre 5, comme le contexte général, invitent à regarder vers la fin du Bronze final. Les nécropoles de Neublans et Petit-Noir ne seraient donc pas exactement contemporaines alors que la première pourrait être postérieure à la seconde, selon un scénario tout à fait prospectif.

57Il va de soi enfin que les vingt et un tumuli composant la nécropole de Neublans ou les quinze (ou dix-huit) tumuli de Petit-Noir n’ont pas été construits simultanément, mais qu’ils correspondent à une cascade de générations. Le cas un peu similaire de Chavéria montre une histoire assez courte, inscrite de toute façon dans le Hallstatt C, et susceptible de s’être déroulée sur moins d’un siècle (Daubigney, Vuaillat, 1992). À Petit-Noir et Neublans (voire à Choisey), la façon dont le terrain a été employé et le mode de développement des nécropoles plaident plutôt également en faveur d’une histoire assez courte de la nécropole, ce que seule une fouille complète, comme à Chavéria, permettrait d’assurer. Si, de façon relativement arbitraire, on table sur des générations de l’ordre d’une vingtaine d’années et, en moyenne, de quatre tumuli par génération, les cimetières auraient pu se développer sur un peu plus ou un peu moins d’un siècle, en faisant bien sûr abstraction de hiatus et de réemplois possibles comme l’indiquent d’autres modèles jurassiens.

Bibliographie

Bibliographie

Barral 2001 : Barral (P.). — Le village gaulois de Verdun-sur-le-Doubs « Le Petit Chauvort » : un bref bilan des recherches 1996-1999. Trois Rivières. Groupe d’études historiques de Verdun-sur-le-Doubs, 57, 2001, p. 1-9.

Barral, Bossuet 2002 : Barral (P.), Bossuet (G.). — Authumes, Le Tertre (71013002 Saône-et-Loire), Rapport de fouille programmée 28/4 - 15/12 2001. Dijon : SRA Bourgogne, 2002. 100 p + annexes.

Barral, Daubigney 1996 : Barral (P.), Daubigney (A.) et alii — Petit-Noir, Neublans (Jura). Rapport de prospection archéologique. Opération de prospection inventaire 26/10 - 2/11 1996. Besançon : SRA Franche-Comté, 1996. 20 p., 9 fig., 4 ph.

Barral et alii 1998 : Barral (P.) et alii — Petit-Noir. Bois Chaussemourot (39415008) (Jura). Rapport de fouille archéologique, opération de sondage d’évaluation, 29/9/1997 - 11/10/1997. Besançon : SRA Franche-Comté, 1998. 20 p., 9 fig., 4 ph.

Barral et alii 2000 : Barral (P.), Bossuet (G.), Camerlynck (C.), Dabas (M.), Daubigney (A.). — Authumes. Le Tertre (71 013 002 Saône-et-Loire), Rapport d’activité scientifique. Prospections, fouille programmée 12/5/2000 - 15/12/2000. Opération de prospection géophysique. Dijon : SRA Bourgogne, 2000. 117 p. dont 42 fig., 27 ph. + 41 pl. h.t.

Barthèlemy 1988 : Barthélémy (A.). — Le tumulus des Muraignes en prairie de Seille. Annales de l’académie de Mâcon, LXIV, 1988.

Bichet, Millotte 1992 : Bichet (P.), Millotte (J.- P.). — L’Âge du Fer dans le haut Jura : les tumulus de la région de Pontarlier. Paris : Maison des Sciences de l’Homme, 1992. 151 p., ill. (Documents d’Archéologie Française ; 34).

Bonnamour 1985 : Bonnamour (L.). — Les sites de la Saône aux âges du Fer : problématique. In : Les âges du Fer dans la vallée de la Saône (VIIe-Ier siècle avant notre ère) : Actes du septième colloque de l’AFEAF, Rully, 12-15 mai 1983. Paris : CNRS, 1985, p. 25-31 (Suppl. à la Revue archéologique de l’Est ; 6).

Bonnamour 2000 : Bonnamour (L.). — Archéologie de la Saône : le fleuve gardien de la mémoire. Paris / Chalon-sur-Saône : Errance, 2000. 160 p., ill.

Bossuet et alii 2002 : Bossuet (G.), Vannière (B.), Walter Simmonet (A.-V.), Gauthier (E.), Petit (C.), Buatier (M.), Barral (P.), Daubigney (A.). — Caractérisation des changements environnementaux dans la basse vallée du Doubs (Neublans, Jura, France) durant le premier millénaire après J.-C. In : Bravard (J.-P.), Magny (M.) éd. — Les fleuves ont une histoire. Paléo-environnement des rivières et des lacs français depuis 15 000 ans. Paris : Errance, 2002, p. 125-134.

Brelot 1954 : Brelot (J.). — Le peuplement de la Bresse comtoise. Mémoires de la Soc. d’émulation du Jura, 1950-1954, p. 81-82.

Daubigney 1992 : Daubigney (A.). — Prospection thématique « Terroirs antiques du canton de Pierre-de-Bresse. Occupation du sol en Bresse Bourguignonne » : rapport d’activité scientifique 1992. Dijon : SRA Bourgogne ; Paris : CSRA, 1992. 89 p., 4 cartes.

Daubigney 1993 : Daubigney (A.). — Prospection thématique « Terroirs antiques du Canton de Pierre-de-Bresse. Occupation du sol en Bresse bourguignonne » : rapport d’activité scientifique pour 1993. Dijon : SRA Bourgogne ; Paris : CSRA, 1993. 200 p.

Daubigney 1995 : Daubigney (A.). — Prospection thématique « Terroirs antiques du canton de Pierre-de-Bresse. Occupation du sol en Bresse Bourguignonne » : rapport d’activité scientifique pour 1994. Dijon : SRA Bourgogne ; Paris : CSRA, 1995. 2 vol., 272 p., pl.

Daubigney 2000 : Daubigney (A.). — Rapport de prospection inventaire, secteur de Neublans (39) : communes de Neublans-Abergement (Jura) et communes voisines : Petit-Noir, Asnans-Beauvoisin, Rye (39). Besançon : SRA Franche-Comté, 2000. 32 p. dont 4 cartes.

Daubigney 2003 : Daubigney (A.). — Préhistoire et Protohistoire de la Bresse septentrionale. In : Ponsot (P.) dir. — La Bresse, les Bresses II. Saint-Just : A. Bonavitacola, 2003, p. 17-46.

Daubigney, Barral 2000 : Daubigney (A.), Barral (P.). — Petit-Noir, Longwy-sur-le-Doubs, Peseux (Jura). Rapport de prospection thématique. Opération de prospection au sol et lever topographique. Besançon : SRA Franche-Comté, 2000. 42 p.

Daubigney, Vuaillat 1992 : Daubigney (A.), Vuaillat (D.). — Chorologie et chronologie de la nécropole de Chavéria (Jura). In : Kaenel (G.), Curdy (P.) dir. — L’âge du Fer dans le Jura : Actes du 15ème colloque de l’AFEAF, Pontarlier et Yverdon-les-Bains, 9-12 mai 1991. Lausanne, 1992, p. 101-118 (Cahiers d’archéologie romande ; 57).

Daubigney et alii 1999 : Daubigney (A.), Barral (P.), Bossuet (G.), Gauthier (É.). — Rapport de prospection inventaire, secteur de Neublans (39) : communes de Neublans-Abergement (Jura) et communes voisines : Annoire, Longwy, Petit-Noir, Asnans-Beauvoisin (39), Authumes, Fretterans, Pierre-de-Bresse (71). Besançon : SRA Franche-Comté, 1999. 83 p. dont 17 pl.

Daubigney et alii 2000 : Daubigney (A.), Barral (P.), Bossuet (G.). — Canalisation de transport d’éthylène DN 200 (Carlin - Viriat) et archéologie du paysage. Enquête archéologique sur le tronçon Saint-Aubin (39) - Bouhans (71). Besançon : SRA Franche-Comté ; Elf France, 2000. 53 p., cartes.

Daubigney et alii 2005 : Daubigney (A.), Barral (P.), Bossuet (G.), Gauthier (É.), Petit (C.), Richard (H.). — Anthropisation des zones humides, : « fenêtre » sur le cas de la basse vallée du Doubs (Neublans - 39 -, Authumes et Fretterans - 71). In : Petit (C.) dir. — Occupation, gestion et paléoenvironnement des plaines alluviales de l’Âge du Fer à l’Antiquité et le haut Moyen Âge : actes de la table ronde de Laignes et Molesmes, 17-18 septembre 1999. Besançon : Université de Franche-Comté, 2005, p. 79-106 (Annales de l’Université de Franche-Comté ; 786).

Duriaud 1991 : Duriaud (J.). — Lacrost, Les Prés-de-l’eau : une nécropole de la fin de l’âge du Bronze en Tournugeois, vers 800 avant J.-C. Vers, Soc. des amis des arts et des sciences de Tournus, 1991, 12 p. (Bourgogne Archéologique, 11).

Duriaud 1992 : Duriaud (J.). — Nécropoles tumulaires de la vallée de la Saône en Tournugeois. In : Les nécropoles protohistoriques en Bourgogne. Dijon : SRA Bourgogne, 1992, p. 14-17 (Cahiers Archéologiques de Bourgogne).

Ganard et alii 1992 : Ganard (V.), Passard (F.), Piningre (J.-F.), Urlacher (J.-P.). — Nécropoles, pratiques funéraires et société au premier âge du Fer dans le massif du Jura et le bassin supérieur de la Saône. In : Kaenel (G.), Curdy (Ph.) dir. — L’âge du Fer dans le Jura : Actes du 15ème colloque de l’AFEAF, Pontarlier et Yverdon-les-Bains, 9-12 mai 1991. Lausanne, 1992, p. 33-64 (Cahiers d’archéologie romande ; 57).

Gauthier 1997 : Gauthier (É.). — Impact de l’homme sur la végétation de la Chaux d’Arlier (Doubs, France) à partir de l’analyse pollinique. DEA. Besançon : Université de Franche-Comté, 1997. 79 p. + 5 annexes.

Jaccottey 2001 : Jaccottey (L.). — Canalisation de transport d’éthylène DN 200 : Carling (57) - Viriat (01), DFS. Besançon : SRA Bourgogne et Franche-Comté, 2001. 3 vol.

Millotte 1963 : Millotte (J.-P.). — Le Jura et les plaines de la Saône aux âges des Métaux. Paris : Les Belles Lettres, 1963. 2 vol. 452 p., 78 pl.

Millotte 1992 : Millotte (J.-P.). — Les tumulus de la Chaux d’Arlier vers Pontarlier (département du Doubs) : état de la question. In : Kaenel (G.), Curdy (Ph.) dir. — L’âge du Fer dans le Jura : Actes du 15ème colloque de l’AFEAF, Pontarlier et Yverdon-les-Bains, 9-12 mai 1991. Lausanne, 1992, p. 21-30 (Cahiers d’archéologie romande ; 57).

Olivier, Triboulot 1999 : Olivier (L.), Triboulot (B.). — Les fouilles de Félix de Saulcy dans la nécropole des « Chaumes d’Auveney » à Yvry-en-Montagne (Côte d’Or) et les inhumations précoces de la fin du Bronze final dans le nord-est de la France. Antiquités Nationales, 31, 1999, p. 117-139.

Pacaut 1984 : Pacaut (M.). — Histoire de Louhans. Paris : Horvath, 1984.

Piningre 1997a : Piningre (J.-F.). — Les sépultures princières de la vallée supérieure de la Saône et leur contexte. In : Brun (P.), Chaume (B.) dir. — Vix et les éphémères principautés celtiques. Les VIe-Ve siècles avant J.-C. en Europe centre-occidentale : Actes du colloque de Châtillon-sur-Seine, 27-29 octobre 1993. Paris : Errance, 1997, p. 139-148 (Coll. Archéologie aujourd’hui).

Piningre 1997b : Piningre (J.-F.). — Secteur de Salinsles-Bains. Bibliographie, cartes. In : Brun (P.), Chaume (B.) dir. — Vix et les éphémères principautés celtiques. Les VIe-Ve siècles avant J.-C. en Europe centre-occidentale : Actes du colloque de Châtillon-sur-Seine, 27-29 octobre 1993. Paris : Errance, 1997, p. 361-365 (Coll. Archéologie aujourd’hui).

Piningre, Ganard 1997 : Piningre (J.-F.), Ganard (V.). — Le pôle princier de Salins et le Hallstatt du Jura In : Brun (P.), Chaume (B.) dir. — Vix et les éphémères principautés celtiques. Les VIe-Ve siècles avant J.-C. en Europe centre-occidentale : Actes du colloque de Châtillon-sur-Seine, 27-29 octobre 1993. Paris : Errance, 1997, p. 125-138 (Coll. Archéologie aujourd’hui).

Sandoz et alii 1994 : Sandoz (G.), Ganard (V.), Viscusi (V.). — Le site protohistorique et gallo-romain de Tavaux (39), DFS. Besançon : SRA Franche-Comté / AFAN, 1994.

Séara 2001 : Séara (F.) dir. — Étude des occupations mésolithique, protohistorique et gallo-romaine : projet d’aménagement du carrefour de Gevry. DFS de fouilles préventives. Besançon : SRA Franche-Comté / Antenne AFAN Grand-est, 2001.

Simonin 1996 : Simonin (O.) dir. — Choisey (39). « A l’Ormoy », « aux Champins » et « En Paroy ». Approche de l’occupation de la plaine alluviale dans la zone de la confluence Doubs– Loue. DFS de fouilles préventives. Besançon : SRA Franche-Comté, Bourgogne et Rhône-Alpes / Antenne AFAN Grand-est, 1996. 183 p.

Triboulot 2002 : Triboulot (B.). — Étude volumique des nécropoles de tumulus des environs de la vallée de la haute Seille : les groupes funéraires d’Azelot, Cherisey, Serres et Thicourt. In : Olivier (L.) dir. — Le briquetage de la Seille (Moselle) : prospection thématique. Campagne 2002. Metz : SRA Lorraine, 2002, p. 78-97.

Vannière et alii 2000 : Vannière (B.), Bossuet (G.), Gauthier (É.). — Susceptibilité magnétique et indices polliniques, marqueurs de l’impact anthropique et de la dynamique fluviale dans la basse vallée du Doubs (Jura, France) entre le Ier et le VIIIe siècle ap. J.-C. Comptes rendus de l’Académie des Sciences de Paris, Sciences de la Terre et des Planètes, 331, 2000, p. 203-210.

Vannière et alii 2003 : Vannière (B.), Bossuet (G.), Walter (A.-V), Gauthier (É.), Barral (P.), Petit (C.), Buatier (M.), Daubigney (A.). — Land use change, soil erosion and alluvial dynamic in the lower Doubs Valley over the 1st millenium AD (Neublans, Jura, France). Journal of Archaeological Science, 30, 2003, p. 1283-1299.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Cadre géographique et géologique de la zone d’étude. Localisation des sites étudiés ou mentionnés dans le texte.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14349/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Légende Fig. 2. Neublans « Les Revenues » : plan d’ensemble de la nécropole tumulaire (sur fond d’extrait de plan cadastral).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14349/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Fig. 3. Neublans « Les Revenues » : diamètre des tertres.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14349/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Fig. 4. Neublans « Les Revenues » : classes de diamètres et aires tumulaires (approchées).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14349/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Fig. 5. Petit-Noir « Bois-Chaussemourot » : plan d’ensemble de la nécropole tumulaire (sur fond d’extrait de plan cadastral).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14349/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Fig. 6. Petit-Noir « Bois-Chaussemourot » : diamètres des tertres.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14349/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Fig. 7. Petit-Noir « Bois-Chaussemourot » : hauteurs et volumes des tertres.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14349/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Fig. 8. Petit-Noir « Bois-Chaussemourot » : hiérarchisation des tertres en fonction de leur position altitudinale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14349/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende Fig. 9. Petit-Noir « Bois-Chaussemourot » : aires tumulaires.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14349/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Fig. 10. Petit-Noir « Bois-Chaussemourot » : classes de volumes et aires tumulaires.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14349/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende Fig. 11. Éléments de comparaison morphologique entre nécropoles.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14349/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 369k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search