Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

La céramique peinte gauloise dans la vallée de la Saône

Groupes techno-typologiques, économie de la production et modes de diffusion

Philippe Barral et Nathalie Huet

Texte intégral

Introduction

1À la fin de l’âge du Fer, la Saône se trouve dans la mouvance de deux grands peuples riverains et rivaux, les Éduens à l’ouest, dont le territoire couvre toute la Bourgogne du sud, les Séquanes à l’est, dont les possessions s’étendent des Dombes à la plaine d’Alsace. La période correspondant à la deuxième moitié du iie s. et au début du ier s. avant J.-C. (La Tène D1) est marquée du sceau du dynamisme économique. Celui-ci se traduit notamment dans l’émergence d’un réseau d’habitats groupés, fortement articulé à la trame des voies de communication naturelles, dans lesquels se concentrent artisanats spécialisés et activités d’échange. La Saône et le Doubs offrent plusieurs exemples de sites de cette catégorie, qui ne sont connus malheureusement que de façon fragmentaire (Barral, Guillaumet, 2000 ; Barral, 2003). Si certaines caractéristiques de ces gisements (faciès culturel, productions artisanales, niveau socio-économique…) ont été bien mises en lumière par le biais de l’étude d’un matériel en général très abondant (par ex. Barral, 2001), d’autres informations essentielles (extension, organisation spatiale…) restent dans l’ombre, faute d’investigations de terrain suffisantes.

  • 1 Pour deux sites, Varennes-lès-Mâcon et Verdun-sur-le-Doubs, la présence d’ateliers de potiers est a (...)
  • 2 Sur cette question, voir notamment Marion, 2002 ; Gouge, Lecomte, 1999 ainsi que les actes du collo (...)

2Le matériel céramique permet d’évaluer le niveau d’intégration économique atteint par ces sites. La comparaison des faciès de céramique indigène des habitats groupés et des établissements ruraux contemporains est de ce point de vue éclairante, montrant bien le rôle dynamique joué par les premiers (Barral, 2002). L’apparition de groupes techno-typologiques et fonctionnels bien différenciés, aux caractères remarquablement standardisés, traduit le développement d’un artisanat céramique spécialisé, implanté dans ces villages1. Les modalités concernant l’apparition et la période de formation de cet artisanat restent toutefois mal connues. En effet, dans notre région, on ne dispose d’une documentation abondante qu’à partir du milieu du iie s. avant notre ère (Barral, 1999 ; Barral, Guillaumet, 2000), moment où les caractéristiques majeures de la production céramique des IIe et Ier s. sont déjà en place. Certains indices permettent de situer la phase de formation de cet artisanat dans le courant de La Tène C1, soit le iiie s., moment auquel semble correspondre justement une étape décisive de cristallisation de l’habitat groupé (Collis et alii, 2000). On dispose dans notre région d’une petite série d’ensembles céramiques (Mirebeau-sur-Bèze, Chevigny-Saint-Sauveur (Côte d’Or), Choisey (Jura), Beure (Doubs) : documentation inédite) qui témoigne de la réalité d’un processus d’évolution des techniques de fabrication (progression du tour, diversification du répertoire morphologique et décoratif, amélioration des modes de cuisson…), dès la phase La Tène B2. Cette évolution technique, qui concerne avant tout la vaisselle de présentation ou de consommation, semble se manifester dans les mêmes termes et suivant des modalités équivalentes sur une large aire géographique, comme l’indique la documentation actuellement disponible sur le Massif central et le sud du Bassin parisien2.

3Au sein de la vaisselle indigène de présentation, les céramiques peintes forment un groupe bien individualisé par un ensemble de critères techniques, décoratifs, morphologiques et fonctionnels. Ce groupe peut lui-même être scindé en sous-groupes, en fonction de caractères distinctifs. L’étude de ces sous-groupes, sous l’aspect des modes de production et de diffusion, permet de mettre en évidence plusieurs niveaux de fabrication et de commercialisation, qui suggèrent une organisation complexe et hiérarchisée de l’artisanat céramique. En cela, les productions de céramiques peintes sont un excellent révélateur des modes de fonctionnement socio-économique de cette période terminale de l’âge du Fer. Ces problématiques ont pu être abordées grâce à deux types d’approches complémentaires, l’étude typologique (formes et décors) et l’étude archéométrique (analyses minéralogique et géochimique des pâtes et des pigments).

Le corpus des sites

4La céramique peinte est présente sur tous les sites de La Tène D1 reconnus dans le val de Saône (Saint-Symphorien-d’Ancelles, Varennes-lès-Mâcon, Tournus, Marloux, Verdun-sur-le-Doubs, Verjux…) (fig. 1). La fréquence des vases à décor peint au sein de la vaisselle dépend naturellement de la nature du site ou de spécificités contextuelles. Ainsi, une fosse du sanctuaire des Bolards à Nuits-Saint-Georges, qui constitue le seul ensemble clos de La Tène finale livré par ce site, se distingue-t-elle par une représentation anormale de vases bouteille peints, qui, corrélée à d’autres traits, invite à reconnaître un dépôt particulier, dans un contexte cultuel (Barral, Guillaumet, 2001). En revanche, sur le sanctuaire de Mirebeau, qui a fourni de nombreux dépôts céramiques de la phase La Tène D1, la fréquence de la céramique peinte est assez comparable à celle que l’on rencontre sur les habitats groupés, à la même période (fig. 1). Au sein des sites d’habitat, la représentation de la céramique peinte dépend clairement de la nature du site (habitat groupé ou établissement rural), mais revêt également une incidence chronologique évidente. Ainsi, globalement, les habitats groupés livrent entre 20 et 45 % de céramique peinte (en NMI du total vaisselle). Mais, à l’intérieur de cette fourchette, la progression de cette catégorie de vaisselle entre les sites de La Tène D1a et ceux de La Tène D1b est très nette (fig. 2). La situation des établissements ruraux est plus complexe, plus contrastée (fig. 3). On discerne en effet deux sous-groupes, l’un où la céramique peinte est faiblement présente (Azé, Tournus, Chevigny), l’autre où elle est bien attestée (Saint-Apollinaire, Authumes). Dans cette dichotomie, le statut socio-économique des sites pourrait jouer un rôle essentiel. On observe ainsi que le faciès mobilier du site d’Authumes distingue ce site (fréquence des importations notamment), qui semble occuper une place élevée dans la hiérarchie des établissements ruraux (Barral, Videau, 2005).

Fig. 1. Représentation de la céramique peinte sur les sites de La Tène D1 du val de Saône, en % par rapport au total de la vaisselle céramique, calculé en NMI.

Fig. 2. Évolution de la représentation de céramique peinte au sein de la vaisselle sur les habitats groupés, à partir de deux exemples de la vallée du Doubs (Ph. Barral).

Fig. 3. Représentation de la céramique tournée à pâte claire sur les établissements ruraux à La Tène D1 (en % par rapport au total vaisselle céramique) (Ph. Barral).

Les productions de céramique peinte

5La moyenne vallée de la Saône est caractérisée par la présence de trois catégories distinctes de céramique peinte, inégalement représentées : la première, prédominante, réunit des bouteilles élancées à décor de bandes colorées limité au haut de la panse (décor peint secondaire) ; la seconde, nettement moins abondante, rassemble des vases de formes variées à décors géométriques rapportés sur un fond coloré ; la troisième, relativement marginale, regroupe des vases aux formes diversifiées à engobe uniforme couleur lie de vin (fig. 4-7).

6Les vases-bouteille à panse fuselée et décor peint secondaire forment un groupe homogène dans leurs caractères principaux : forme élancée en S, dite balustre, pied en couronne et fond soulevé, pâte de teinte uniforme orange à beige avec souvent des inclusions ferrugineuses, surface brute de tournage, bandes colorées rouges ou blanches appliquées en couches peu épaisses… (fig. 4). On observe une uniformisation très poussée de cette production, à l’échelle d’un site ou d’une micro-région, mais, dans un espace géographique étendu, cette catégorie de vases peut être déclinée en très nombreux sous-groupes ou variantes, en fonction de détails morphologiques (forme de la lèvre et de l’anneau porteur, notamment) et décoratifs (agencement des bandes colorées). Par ailleurs, il est à noter que la présence d’un décor peint secondaire distingue une partie seulement de la production de vases bouteille à pâte claire, qu’aucun autre critère ne distingue de celle sans décor. Le décor peint apparaît donc ici comme une option facultative, pour un produit de base donné.

  • 3 Dans de bonnes conditions de conservation, beaucoup présentent à l’intérieur des traces d’une enduc (...)

7La répartition géographique de cette production de vases clairement destinés au service des liquides3 permet de discerner un vaste espace culturel intégrant le massif jurassien et l’essentiel des bassins de la Saône et du Doubs, correspondant donc en grande partie au pays séquane.

8Le second groupe (fig. 5-6) apparaît nettement moins homogène, au premier abord. Il réunit les vases dont le principal point commun réside dans la présence d’un décor géométrique, principalement brun, appliqué au pinceau sur un fond qui peut être vierge, mais qui le plus souvent, a été enduit d’un engobe rouge ou blanc, de bonne qualité. Le décor est en général traité en registres, une plage principale, occupant la majeure partie de la panse, encadrée et mise en valeur par des bandes de couleurs différentes appliquées sur le pied et le col. Au contraire du groupe précédent, les vases de cette catégorie présentent toujours une finition très soignée. Les décors sont, à quelques exceptions près, mal conservés, et ont souvent complètement disparu. Il semble cependant, d’après le corpus disponible, que l’on ait affaire de façon quasi-exclusive à des motifs géométriques (résilles, lignes ondulées, échelles, motifs curvilignes…). Ce trait distingue très nettement l’ensemble Saône-Doubs-Massif jurassien (auquel on peut associer également le pays rauraque : Bâle) d’un ensemble occidental réunissant la plus grande partie du pays éduen ainsi que les territoires ségusiave et arverne, c’est-à-dire un espace articulé sur la Loire et ses affluents, qui se caractérise par une fréquence particulière des décors complexes à motifs végétaux et zoomorphes (Guichard, 1987 ; 1994 ; Barral, Huet, 1999).

Fig. 4. Vases bouteille élancés à pâte claire et décor secondaire de bandes colorées rouges et blanches (1 : St-Symphorien-d’Ancelles ; 2, 5 et 6 : Nuits-St-Georges ; 3-4 : Verdun-sur-le-Doubs).

Fig. 5. Vases bouteille à épaulement à décor peint géométrique sur fond rouge ou blanc (1 : Nuits-St-Georges ; 2 : Verdun-sur-le-Doubs).

Fig. 6. Formes hautes (bouteilles et tonnelets) et basses (bols carénés et bols hémisphériques) de vases peints à décor géométrique sur fond rouge ou blanc (1, 7, 12 : Nuits-St-Georges ; 2 : St-Symphorien-d’Ancelles ; 3, 4, 8 : Mirebeau-sur-Bèze ; 5, 6, 9, 10 : Verdun-sur-le-Doubs ; 11 : Verjux).

Fig. 7. Formes de vases peints à engobe uniforme lie de vin ou rouge sombre (1-4 et 6 : Mirebeau-sur-Bèze ; 5 et 7 : Verdun/Doubs ; 8-12 : Alise-Ste-Reine ; 9 et 12 : décor en réserve ; 13-14 : St-Symphorien-d’Ancelles et Varennes-lès-Mâcon).

9Les textures et couleurs de pâtes, les variantes morphologiques, témoignent du caractère non homogène de ce groupe, qui pourrait être la conséquence d’une atomisation de la fabrication (comme dans le cas des vases bouteille à décor peint secondaire) ou alors d’une diversification de l’approvisionnement, résultat d’une diffusion extra-locale de quelques ateliers spécialisés.

10Deux sites de la zone étudiée, Verdun-sur-le-Doubs et Mirebeau-sur-Bèze, se distinguent par la fréquence des vases à décor géométrique. Il semble que le critère chronologique entre ici en ligne de compte, ces deux gisements ayant en commun d’avoir fourni une série de contextes précoces de la fin de La Tène C2 (voir infra, chronologie des productions). Au sein des corpus des deux sites apparaît un type de vase bouteille particulier, de grandes dimensions, à panse élevée et épaulement, dont les caractères très homogènes semblent signaler une production unique (fig. 5). La présence, en nombreux exemplaires, de ce type de vase peint sur des sites distants de plus de 60 km est un argument en faveur de l’existence d’ateliers ayant une compétence régionale, pour une partie au moins de leur production.

  • 4 Tournus– Champsemard : décor de lignes sinueuses verticales sur le haut de la panse entre deux bagu (...)

11Le troisième groupe (fig. 7) correspond à une production de vases à engobe uniforme de couleur violacée, dite lie de vin. Le répertoire morphologique en est assez varié, dominé par des formes de vase tonnelet et des formes basses type bol ou écuelle. Cette catégorie est marginale, illustrée par quelques exemplaires par site, tout au plus, dans la vallée de la Saône. Le site de Mirebeau a livré plusieurs exemplaires de vases peints lie de vin présentant des caractéristiques techniques communes (en particulier, pâte sableuse noirâtre, surface lustrée brunâtre), ce qui semble aller dans le sens d’une unité de production, à l’échelle de ce site. Cette catégorie de céramique peinte est relativement mieux représentée dans la partie nord que dans la partie sud de la moyenne vallée de la Saône. Dans la partie sud (Mâconnais-Tournugeois), les céramiques lie de vin sont absentes, mais cette région a produit une catégorie assez proche, équivalente, de vases de formes basses à engobe uniforme rouge, de qualité médiocre. Dans la partie nord (Dijonnais), le site de Mâlain semble avoir livré d’assez nombreux exemplaires de céramiques lie de vin, dans des contextes de la fin de La Tène D1 et de La Tène D2 (Roussel, 2003, p. 388). Ce trait tisse une relation entre ce secteur du nord Dijonnais et celui de l’Auxois (illustré par les sites d’Alise-Sainte-Reine, Braux, Genay, Villaines-lès-Prévôtes : Barral, 1994), dont le faciès céramique original est caractérisé, entre autres, par une fréquence particulière de ce type de vases (Barral, 2003). On notera que, sous cet aspect, l’Auxois se rapproche du pays sénon, où la céramique lie de vin constitue la seule production de céramique peinte attestée, en dehors de quelques vases à décor géométrique ou figuré, clairement importés des régions voisines (Séguier, 1999). Enfin, parmi ces productions à engobe lie de vin, il faut aussi signaler quelques exemplaires, souvent très fragmentés, à décor incisé ou estampé4 et, de façon assez singulière, des vases à décor de pastilles obtenu par la technique de la réserve, surtout fréquents dans le Morvan et l’Auxois.

Les données chronologiques

12Les trois catégories de céramique peinte de la vallée de la Saône sont déjà présentes dans les contextes les plus précoces dont nous disposions, datables du milieu et du troisième quart du iie s. avant notre ère (transition La Tène C2/D1 et La Tène D1a). On notera toutefois que des disparités régionales ou micro-régionales dans l’apparition et l’évolution de la fréquence relative de ces céramiques. Ainsi, à Mirebeau, dans les contextes de La Tène D1a, les vases à décor géométrique semblent représentés de façon exclusive. Les vases bouteille à décor peint secondaire n’apparaissent sur ce site que dans les fosses de La Tène D1b (inédit). L’évolution apparaît moins tranchée à Verdun, où vases bouteille à décor peint secondaire et vases à décor peint géométrique cohabitent déjà dans les fosses les plus précoces (transition La Tène C2/D1), la progression de la première catégorie, au détriment de la seconde, devenant manifeste entre la phase de transition La Tène C2/D1 et la phase La Tène D1a (fig. 8). Sur les sites d’habitat groupé et d’oppidum du Jura (Grozon, Besançon), datables de La Tène D1b, le déséquilibre entre les deux catégories est encore plus accentué (Barral et alii, 2005). Cette évolution est donc cohérente dans ses grands traits, à l’échelle régionale. On peut avancer que l’augmentation remarquable de la représentation de la céramique peinte sur les habitats groupés a pour corollaire une baisse sensible de la qualité de la production, les vases à décor peint secondaire prenant très nettement le pas sur les vases à décor peint géométrique.

Fig. 8. Verdun-sur-le-Doubs (Saône-et-Loire). Représentation comparée des formes de céramique peinte entre contextes La Tène C2/D1 (110 ind.) et La Tène D1 (376 ind.) (Ph. Barral).

13La diminution très rapide des céramiques peintes, entre La Tène D1b et La Tène D2, à Besançon, a toutes chances d’être représentative d’une évolution à caractère régional, même si ce site est pour l’instant le seul gisement bien documenté pour la phase tardive de La Tène finale (fig. 2). On notera que cette baisse drastique des effectifs de céramique peinte s’accompagne d’autres changements conséquents au sein du vaisselier, tant en ce qui concerne les catégories céramique que le répertoire des formes (diminution des vases bouteille au profit des bols hémisphériques, par exemple). Il est troublant enfin d’observer que l’évolution de la céramique peinte dans notre région semble très liée à celle des importations vinaires, la progression puis la décrue de cette vaisselle de service et de consommation des boissons accompagnant de façon assez stricte le mouvement des importations d’amphores Dressel 1 (Desbat, 1998 ; Poux, Selles, 1998).

L’apport des analyses géochimiques et minéralogiques

14Afin de confirmer ces premières hypothèses sur la coexistence de productions à l’échelle microrégionale et d’approvisionnements extra-locaux, des tessons des diverses catégories de céramique peinte précédemment développées ont été prélevés sur la majorité des sites de la vallée de la Saône et alentours.

  • 5 Réalisée par spectrométrie de fluorescence X à l’Institut de minéralogie et de pétrographie de l’Un (...)
  • 6 Partie par million.
  • 7 Section de tesson amincie à 30 mm.

15Deux méthodes complémentaires de caractérisation destructives ont été utilisées (D’Anna et alii, 2003). La première, l’analyse géochimique5, quantifie les différents éléments majeurs ( % : Si, Al, K, Mg…) et mineurs (ppm6 : Ba, Rb, V, Cr…) constitutifs de la pâte des céramiques (argile + minéraux). À partir de méthodes statistiques, il est alors possible d’établir les homogénéités et hétérogénéités de compositions entre ces céramiques et ainsi de définir des groupes vraisemblablement issus de mêmes centres de production. La seconde, l’observation pétrographique de lames minces7, permet de déterminer les principaux minéraux présents dans la pâte et, à partir de ce faciès minéralogique, de cerner les caractéristiques géologiques de potentielles zones d’approvisionnement en matières premières. Elle permet aussi, par observation de la morphologie des minéraux et leur répartition granulométrique, d’évaluer les techniques de préparation des matières premières (ajout de dégraissants ou autres, concassage…).

16Ces analyses s’intègrent dans une recherche plus globale concernant la céramique peinte de la fin de l’âge du Fer de l’ensemble du territoire éduen et des peuples voisins. Ainsi une partie de l’étude s’est intéressé aux vases peints de la partie occidentale du territoire éduen (Mont Beuvray, Decize, Poil), caractérisés majoritairement par des motifs floraux et zoomorphes, de même qu’aux productions du territoire mandubien (Alésia, Villaines-lès-Prévôtes), principalement à engobe lie de vin. Les premiers résultats ont démontré l’homogénéité du groupe à décor végétal et zoomorphe (MB1) distinct des productions du Forez (Guichard et alii, 1991), la forte probabilité de l’implantation d’une zone de fabrication dans le Morvan (granite à deux micas ou microgranite à texture micropegmatite graphique) ainsi que la diffusion de ces vases à longue distance vers les sites d’Alésia et de Varennes-sur-Seine (Huet et alii, 1997). D’autre part, pour les céramiques mandubiennes à engobe lie de vin, a été démontrée la diversité des sources d’approvisionnement ou du moins une évolution dans les modes de production (pour Alésia, deux groupes de compositions différentes ne s’expliquant que par une évolution de la teneur en quartz et oxydes de fer). Ces premières données ont permis d’établir trois groupes de référence (MB1, Al2 et Al3) auxquels seront comparées les analyses ci-après.

17Afin de compléter ces investigations et de confirmer ou infirmer les hypothèses, évoquées dans les paragraphes précédents, fondées sur la typologie, trente-sept échantillons provenant des sites de la vallée de la Saône ont été analysés par ces techniques (fig. 9), notre attention s’étant portée tout particulièrement sur les vases du second groupe à décor géométrique.

Analyse des céramiques des sites de Verdun-sur-le-Doubs et de Mirebeau

18La première conclusion d’importance concerne les céramiques des sites de Verdun-sur-le-Doubs (8) et de Mirebeau-sur-Bèze (16). Les tessons analysés se répartissent selon les catégories suivantes : dix-sept à décor supposé géométrique sur engobe blanc ou rouge, parmi lesquels des fragments de deux vases bouteille complets et d’un vase miniature à engobe blanc, trois à engobe lie de vin, deux supposés à décor peint secondaire et deux autres. Les vases de ces deux sites présentent macroscopiquement de fortes similitudes quant à leur typologie (vases bouteille en majorité à décor géométrique), leur pâte rosée, souvent zonée, à inclusions très fines et leur engobe caractérisé par de nombreuses paillettes de micas.

19Les analyses géochimiques et minéralogiques confirment cette homogénéité. Ainsi leur composition moyenne est caractérisée par un fort pourcentage de silice (SiO2 = 72,5 %) et plus faible d’alumine (Al2O3 = 16 %), faibles taux en calcium (CaO de 0,6 à 2,4 des %) et en fer (Fe2O3 de 3 à 6 %), de fortes corrélations entre éléments (K2O/Al2O3, TiO2/SiO2, Zn/SiO2...). Le données méthodes statistiques (analyse de grappe et analyse factorielle) permet de confirmer la cohérence de ce groupe (seuls six tessons s’en éloignent) et aussi d’attester une même provenance pour un fragment de céramique peinte du site de Mâlain (fig. 10-11). Parmi les minéraux de la pâte, assez fins (taille moyenne 50 µ m), on distingue de rares fragments de roche, micas (quelques muscovites et biotites) et minéraux accessoires (tourmaline, zircon…). En revanche, les feldspaths, exceptionnellement altérés, et surtout les quartz, le plus souvent monocristallins, sont abondants, anguleux ou sous forme d’éclats (fig. 12-13).

Fig. 9. Liste des sites de la moyenne vallée de la Saône ayant fourni des échantillons pour analyse et description sommaire de ces fragments.

20Ces différents arguments permettent d’envisager une même zone de production approvisionnant ces deux sites ainsi que Mâlain. Il faut noter que ce groupe homogène rassemble avant tout les vases à décor géométrique (15), mais aussi les tessons à décor peint secondaire ainsi qu’un des tessons à engobe lie de vin.

21Verdun-sur-le-Doubs se situe à la confluence de la Saône, du Doubs et de la Dheune, dans les terrains calcaires du fossé bressan, en zone alluvionnaire. Mirebeau-sur-Bèze est situé dans le bassin calcaire du Dijonnais, constitué principalement d’affleurements jurassiques et, à l’ouest, de quelques témoins du Crétacé. Les minéraux observés dans les tessons de céramiques peintes sont, quant à eux, révélateurs d’une provenance granitique, sans que suffisamment d’éléments significatifs ne permettent d’en donner une origine plus précise : les associations de minéraux sont rares, il n’y a pas de microgranite, pas d’altération importante, pas de minéraux accessoires significatifs et les quartz sont majoritairement monocristallins. L’origine granitique des minéraux et le faible pourcentage de calcium sont a priori en désaccord avec la fabrication de ces vases dans la vallée de la Saône. En effet, ce type de cortège minéralogique ne peut pas provenir de sables alluvionnaires de la Saône ou de ces affluents, où les minéraux seraient souvent plus émoussés et surtout plus diversifiés. Selon les minéraux identifiés dans ces céramiques, il s’agirait plutôt de fragments de granite semblables à ceux des massifs hercyniens affleurant dans le Morvan (les plus proches sont à 70 km de Mirebeau-sur-Bèze). Il faut cependant noter, sur la bordure occidentale du fossé bressan, non loin de Verdun-sur-le-Doubs, au débouché de la Dheune, les sables de Chagny, formation qui présente des alternances de limons plus ou moins argileux à sables quartzo-feldspathiques micacés, carbonatés ou non.

22On doit donc envisager une extraction des matières premières utilisées pour les vases bouteille à décor géométrique à des distances plus ou moins lointaines des sites de consommation mais l’implantation d’une zone de production à proximité de la vallée de la Saône, dans une zone d’arènes granitiques de la bordure du Morvan, paraît tout à fait envisageable.

  • 8 En particulier un tesson de Mirebeau-sur-Bèze provenant d’un vase à engobe blanc et décor de quadri (...)

23Quelques tessons8 s’éloignent notablement des caractéristiques du groupe précédent, en particulier par la présence d’un fort taux de calcium (jusqu’à 16 %) dû à de nombreux fragments de calcite (100 à 200 µ m). Ces fragments ont des provenances différentes des autres, plus en adéquation avec les terrains calcaires proches des sites de Verdun-sur-le-Doubs et Mirebeau.

Analyse des céramiques des autres sites

24Afin de comparer les autres productions de la vallée de la Saône à ce premier groupe de référence (Verdun-Mirebeau), des tessons ont été prélevés sur cinq autres sites (Saint-Symphorien, deux gisements de Tournus, Verjux, Vignolles). La faiblesse et la diversité de l’échantillonnage limitent nécessairement les conclusions (souvent seulement deux tessons par site). Si les fragments d’un même site montrent généralement une grande homogénéité minéralogique et géochimique, aucune relation, ni géochimique, ni minéralogique, ne semble pouvoir être mise en évidence, que ce soit entre ces sites ou avec le groupe de référence.

Fig. 10. Classification par analyse de grappe des différents groupes de référence (en affinité moyenne sur valeurs centrées réduites avec SiO2, TiO2, Al2O3, Fe2O3, MgO, CaO, K2O, Nb, Rb, Th, V, Y, Zn, Zr) (N. Huet).

Fig. 11. Analyse en composante principale des différents groupes de références (sur valeurs centrées réduites avec SiO2, TiO2, Al2O3, Fe2O3, MgO, CaO, K2O, Nb, Rb, Th, V, Y, Zn, Zr) (N. Huet).

Fig. 12. Observation par pétrographie (lumière polarisée) de la pâte d’un échantillon représentatif du site de Verdun-sur-le-Doubs (cl. N. Huet).

Fig. 13. Répartition moyenne des minéraux caractérisés par pétrographie dans les céramiques de Verdun-sur-le-Doubs et Mirebeau-sur-Bèze (N. Huet).

  • 9 Il faut cependant prendre en compte le décalage chronologique éventuel entre Verjux et Verdun : les (...)

25Ainsi les fragments de Saint-Symphorien d’Ancelles, à décor peint secondaire de bandes horizontales rouges et blanches, sont caractérisés par des minéraux de dimensions assez importantes (de 100 à 700 µm), principalement des quartz sub-anguleux à extinction roulante ainsi que des feldspaths dont des plagioclases. Les tessons de Tournus-Champsemard (deux à décor géométrique, un à décor secondaire) présentent aussi une composition assez homogène : grains très fins et quartz anguleux à extinction roulante de taille moyenne (100 - 200 µm) ; seul le fragment de tonnelet lie de vin de Tournus-Clos Roy s’écarte en particulier par ces teneurs en éléments mineurs et s’approche davantage du groupe de référence, même si l’analyse discriminante ne l’infirme pas clairement. De même les deux fragments de Verjux-Mare Grillot à engobe blanc (et décor géométrique ?) ont une composition élémentaire et minéralogique très proche, qui s’éloigne cependant notablement de celle du groupe de référence, alors que Verdun-sur-le-Doubs n’est qu’à quelques kilomètres9. Ces tessons sont beaucoup plus riches en inclusions de type quartz et feldspaths (SiO2 = 79 %, Al2O = 13 %). Vignolles s’individualise avec deux groupes géochimiques et minéralogiques très distincts : deux tessons riches en inclusions de taille moyenne (SiO2 = 70,2 %, Al2O3 = 16,7 %, Fe2O3 = 6,7 %, MgO = 0,9 %, K2O = 2,8 %), alors que les autres sont constitués de très petites inclusions associées à des fragments de quartz et feldspaths de plus gros diamètre (≈ 150 µ m) avec une composition très différente (SiO2 = 76,5 %, Al2O3 = 15,0 %, Fe2O3 = 4,2 %, MgO = 0,25 %, K2O = 1,4 %). Le premier groupe montre d’ailleurs des affinités géochimiques avec les céramiques lie de vin d’Alésia (à confirmer par un échantillonnage plus étendu). Le contexte de découverte doit cependant être pris en considération, puisqu’il s’agit d’une nécropole où les vases ont été retrouvés brûlés et très fragmentés.

26Les cortèges minéralogiques identifiés dans chacune de ces céramiques présentent peu de variétés (quartz, feldspaths, micas…), des éléments géologiques faiblement significatifs et surtout aucun fragment de roche, ce qui limite les conclusions quant aux zones d’extraction des matières premières. Cependant on peut confirmer des homogénéités entre fragments d’un même site et des fortes dissemblances entre sites, aussi bien géochimiques que du point de vue des caractéristiques des minéraux (granulométrie, morphologie), ce qui favorise l’hypothèse d’une multitude d’ateliers pour la production de ces vases peints.

Quelques aspects technologiques

  • 10 Les techniques de caractérisations utilisées, en dehors de celles citées dans le texte, sont l’anal (...)

27En dehors de ces données sur la nature des pâtes, différentes observations10 concernant des aspects technologiques ont été réalisées confirmant la diversité des productions. Ainsi les pâtes des céramiques de la vallée de la Saône se séparent en deux groupes : l’un avec des inclusions de taille moyenne, c’est-à-dire de l’ordre de 100 à 200 µ m (Saint-Symphorien, Tournus-Champsemard et Verjux) et l’autre avec des éléments plus fins, de dimension moyenne 50 µ m, voire moins (Verdun et Mirebeau).

28Par ailleurs, la majorité des céramiques de la vallée de la Saône se distingue par une pâte de couleur uniforme, beige ou rosée, preuve d’une réoxydation complète lors de la phase de refroidissement de la cuisson contrairement à celles du territoire éduen occidental (Morvan) très souvent à pâte zonée (surface claire et cœur sombre : réoxydation incomplète). L’évaluation des températures de cuisson par dilatométrie semble confirmer ces différences puisqu’une température équivalente moyenne de 650° C est déterminée pour les vases à décor figuré de la partie occidentale du territoire éduen alors que pour les échantillons à décor géométrique de Verdun-sur-le-Doubs la moyenne est plus proche de 780° C. Ces données démontreraient donc que les potiers de la vallée de la Saône avaient une meilleure maîtrise de la conduite de la cuisson, température maximale et atmosphère de refroidissement, et/ou disposaient de structures de cuisson plus élaborées.

  • 11 Et donc indétectable par diffraction des rayons X.

29En ce qui concerne la technologie des décors, une comparaison entre les productions à décors géométriques et figurés montre que les productions des éduens de l’ouest ont des épaisseurs moyennes d’engobe moindres (environ 60 µm) que celles de la vallée de la Saône (Mirebeau 75 µm, Saint-Symphorien 105 µm). Les revêtements blancs sont constitués d’un matériau très hétérogène de type argile, composé de minéraux très fins (fig. 14) : quartz, feldspaths ainsi que des muscovites (reflets argentés en surface des vases). Il est en revanche impossible de connaître la nature exacte de ces argiles, très vraisemblablement appliquées avant cuisson, et dont l’agencement minéralogique a par conséquent été transformé. Il s’agit probablement de kaolinite, de structure amorphe à partir de 550° C11, mais blanche par nature et caractérisée par un faible pourcentage de fer (dans notre cas <3,5 %). Seul un fragment de Mirebeau à engobe blanc se distingue de cet ensemble. Il s’agit d’un vase à décor de quadrillage rouge sur fond blanc dont la pâte se distinguait déjà par sa forte teneur en calcite. L’engobe blanc est constitué de fins grains de carbonates (fig. 15, calcite microcristalline) confirmant la production de cette céramique en zone calcaire. L’emploi de matériaux riches en carbonate de calcium a déjà été observé pour des vases peints d’Aulnat (Andrews, 1990). On peut donc penser que, selon la nature géologique de la région de fabrication, les potiers adaptaient leur production aux ressources plus ou moins locales : argiles de type kaolinitique en zone granitique et marnes en zone calcaire.

Fig. 14. Observation par pétrographie (lumière polarisée) d’un engobe blanc constitué d’inclusions en majorité très fines du site de Mirebeau-sur-Bèze (cl. N. Huet).

Fig. 15. Observation par pétrographie (lumière polarisée) d’un engobe blanc constitué d’inclusions calcaires du site de Mirebeau-sur-Bèze (cl. N. Huet).

30Pour les décors « rouges » (engobe, bande…), les apparences de surface sont assez diverses (lisse à rugueuse, brillante à mate), de même que les teintes variant du lie de vin (principalement vase totalement engobé) au rouge clair (bandes de décor peint secondaire ou surpeinture). Ainsi les engobes rouge clair, d’une épaisseur variant entre 40 et 50 µ m, semblent souvent les plus dégradés ; ils sont constitués de nombreux minéraux, de quelques dizaines de micromètres, quartz et peut-être feldspaths. Les engobes lie de vin ou rouge foncé sont en général d’une plus faible épaisseur (moyenne 25 µ m) ; observés en lame mince sous lumière polarisée, ils apparaissent rouge intense, quasi opaque, sans discerner de grains ni de minéraux secondaires, à l’exception de lamelles de muscovite, visibles macroscopiquement à la surface des tessons. Ces engobes correspondent aux plus fortes concentrations en fer. Ils ont probablement été préparés à base d’hématite quasi pure (oxyde de fer de formule Fe2 de la Saône. O3) et sont plutôt rares dans la vallée Les décors rouges plus clairs présentent une très grande variabilité de la quantité de fer (entre 5 et 50 %) et ont été réalisés à partir d’argiles riches en fer ou d’ocres, en raison des minéraux observés et de la présence d’illite. En Bourgogne, les gisements d’ocre sont assez fréquents (Toucy, Saint-Amand-en-Puisaye (Mallegol, 1983) avec des taux d’oxydes de fer compris entre 19 et 73 %. La couleur avant cuisson de la matière première appliquée ne peut cependant être connue, des oxydes de fer tels que la limonite ou goethite jaune à l’état naturel se transformant, après une cuisson en atmosphère de refroidissement oxydante, en hématite de couleur rouge.

  • 12 Effectuée au laboratoire de spectroscopie de Thiais avec l’amabilité de Claude Coupry.
  • 13 Plante de la famille des épinards, cuite jusqu’à obtenir un sirop épais utilisé dilué dans l’eau (p (...)

31La peinture brune utilisée pour les décors géométriques est très difficile à caractériser, souvent altérée et d’une épaisseur maximale de 10 µ m, les rares fois où elle est très bien conservée. Seule la spectrométrie Raman12 permet de détecter deux bandes à 1368 et 1601 cm-1 caractéristiques du carbone amorphe et donc de pressentir une origine organique pour cette peinture. Des comparaisons ethnographiques indiquent l’utilisation encore actuellement de jus de lentisque ou caroube au Maghreb (Balfet, 1977) ou de guaco13 chez les Pueblo (Trimble, 1988). Le moment de l’application de ces décors dans la chaîne opératoire reste cependant à déterminer : avant, après ou à la fin de la cuisson ? En effet, certains colorants, de type jus végétal, peuvent être appliqués avant cuisson car leur décomposition, et la perte des couleurs en résultant, n’intervient qu’à très haute température (Rye, 1981). Pour les céramiques peintes de l’âge du Fer, il semble cependant qu’une recuisson au-dessus de 300° C entraîne une disparition complète de la peinture, ce qui indiquerait une application des décors après cuisson. En revanche, d’autres vases à décor de pastilles de la partie occidentale du pays éduen ont sans conteste été décorés avant cuisson, avec des peintures riches en oxydes de fer.

Aires de diffusion et économie de la production des céramiques peintes (fig. 16)

32L’ensemble des analyses effectuées corrobore la classification typologique établie précédemment. Les aires de répartition de ces différentes catégories mettent en évidence trois zones nettement différenciées.

33La première, correspondant principalement au sud de la Nièvre (identifiable avec l’ouest du pays éduen) est caractérisée par une abondance de céramique à décor figuré et à décor de pastillage. La seconde, dans laquelle s’insère la moyenne vallée de la Saône, présente l’association typique de la céramique à décor géométrique (notamment de bouteilles à épaulement) et de la céramique à décor secondaire. La troisième enfin recouvre la partie occidentale de la Côte-d’Or (Auxois) et se définit par la prédominance de la céramique à engobe lie de vin, attestée de façon relativement modeste dans les deux autres zones.

34L’opposition entre l’est et l’ouest de la Bourgogne apparaît pleinement dans le caractère exclusif de ces faciès de céramique peinte (fig. 16) et elle est renforcée par des affinités existant avec les régions limitrophes. Le Morvan-Nivernais est tourné vers le Forez, et de moindre manière vers l’Auvergne (Barral, Huet, 1999 ; Guichard, 1994), au travers des ressemblances de répertoires typologiques et décoratifs. Cependant les analyses physico-chimiques, et les spécificités de motifs et compositions des décors végétaux du Morvan-Nivernais, confirment clairement que les productions éduennes sont distinctes de celles des Ségusiaves. Les analyses ont également confirmé que quelques-unes des céramiques à décor végétal abondantes au cœur du pays éduen (oppidum de Bibracte : Barral, Huet, 1999) avaient été diffusées à moyenne et longue distance vers les régions septentrionales, comme l’Auxois, assez proche (Alise-Sainte-Reine : Bénard, 1999) et la Bassée, plus lointaine (Varennes-sur-Seine : Huet et alii, 1997 ; Séguier, 1999, fig. 16). On soulignera aussi le caractère relativement marginal de cette catégorie de vases sur la plupart des sites du val de Saône. Seuls, en effet, trois fragments à décor figuré, dont un jeton sur lequel on distingue la queue et les pattes arrière d’un animal, ont été retrouvés à Verdun-sur-le-Doubs (sur un effectif total de 750 vases en NMI de céramique peinte). Ce fragment est cependant trop petit pour en déterminer la provenance : territoire éduen occidental ou ségusiave ? L’absence de ce type de céramique dans la vallée de la Saône est sans conteste un indicateur de l’existence d’une déconnexion dans les réseaux de production et de diffusion des céramiques indigènes, entre l’est et l’ouest du pays éduen.

  • 14 Des découvertes nouvelles et le réexamen de collections anciennes permettent de progresser régulièr (...)

35La vallée de la Saône entretient, elle, plus précisément, des relations avec les régions situées à l’est (vallée du Doubs, Jura, Plateau suisse). Ainsi, l’association vases à décor géométrique-vases à décor secondaire apparaît caractéristique d’une vaste zone géographique, une entité Saône-Doubs-Massif jurassien, qui se superpose assez largement au territoire séquane, même si ses limites ne sont pas toutes connues avec précision14. En d’autres termes, ce faciès particulier de céramique peinte semble, sinon correspondre strictement au territoire séquane, du moins éclairer la sphère d’influence économique et culturelle de ce peuple, à La Tène D1.

Fig. 16. Entités mises en évidence à partir des faciès de céramique peinte (d’après Barral, 2003, modifié).

36En ce qui concerne la céramique à décor secondaire, malgré de nombreuses caractéristiques communes, il semble que les parties sud et nord de la moyenne vallée de la Saône soient approvisionnées par des ateliers différents. En effet, la typologie des vases de Saint-Symphorien, Varennes et Tournus, à col incurvé rentrant, diffère quelque peu de celle du Verdunois et du Dijonnais, où les vases à lèvre facettée dominent (Barral, 1994). Les quelques analyses réalisées sur ces céramiques semblent confirmer une grande variété de pâtes, même si les analyses pétrographiques et géochimiques ne démontrent pas de différence notable excepté par la présence de nodules d’oxyde de fer assez importante et donc d’un taux de fer plus important. Plusieurs aires micro-régionales semblent pouvoir être mises en évidence, déterminées chacune par les variantes de ces céramiques : Mâconnais-Tournugeois, Chalonnais-Verdunois, Dijonnais.

37Il est plus difficile d’émettre des hypothèses concernant la fabrication des céramiques à décor géométrique (bouteilles à bourrelet et pied en couronne, tonnelets, coupes...). Seul l’ensemble issu du site de Verdun-sur-le-Doubs témoigne d’une grande homogénéité, l’analyse pétrographique permettant d’envisager une provenance de matières premières à proximité de la vallée de la Saône, dans une zone d’arènes granitiques de la bordure du Morvan. Les comparaisons typologiques et surtout géochimiques de ces céramiques avec celles de Mirebeau-sur-Bèze confirment qu’elles sont issues d’une même zone de production, sinon d’un même atelier. On a aussi pu démontrer que des productions de même type avaient été diffusées jusqu’à Mâlain. Il semble donc que l’on soit en présence d’une production dont l’aire de diffusion dépasse assez largement l’échelon local, dont l’origine est peut-être à rechercher près du Verdunois, qui occupe une place stratégique dans le réseau des voies de communications naturelles et terrestres. Ce secteur peut d’ailleurs être identifié comme un foyer probable, précoce, de production et de diffusion d’un autre type de céramique indigène, le pot dit de type Besançon (Barral, 2003).

  • 15 Il s’agit d’un type particulier de grand vase à col et bord mouluré, attesté en petit nombre chez l (...)
  • 16 Il s’agit d’un tonnelet à panse abaissée et à fond plat décoré d’une alternance de bandes rouges et (...)

38Par ailleurs, la présence, sur certains gisements du val de Saône, en dehors des fragments à décor zoomorphe, de quelques éléments allochtones, souligne l’existence d’un phénomène de diffusion marginale, sur de grandes distances, de quelques vases appartenant à la catégorie des céramiques peintes à décor géométrique. Des fragments de vases peints, issus de la moyenne vallée du Rhône, ont ainsi été mis au jour à Saint-Symphorien-d’Ancelles, Varenneslès-Mâcon15 (Barral, 1994, p. 29) et Verdun-sur-le-Doubs (inédit). De même, un vase extrait par dragage de la Saône pourrait provenir du Forez16. Enfin à Mirebeau, un vase à engobe blanc et quadrillage rouge, fabriqué à partir de matières premières calcaires (pâte et engobe) qui pourraient être locales, dénote parmi l’ensemble homogène des vases à décor géométrique, à pâte d’origine granitique. Ces données militent par conséquent en faveur de l’idée d’une diffusion marginale de céramiques peintes, des régions périphériques vers la moyenne vallée de la Saône, l’inverse étant sans doute également vrai.

39En ce qui concerne le troisième groupe, à engobe lie de vin, des détails typologiques et décoratifs suggèrent que derrière une production standardisée se cachent des ateliers multiples, de diffusion assez limitée dans l’espace. Ainsi uniquement pour la région de l’Auxois, où cette catégorie de vases est abondante, deux groupes, macroscopiquement très homogènes, se distinguent nettement par leur minéralogie et leur composition chimique sans qu’aucune importation vers le territoire éduen occidental ou oriental n’ait pu être démontrée. La médiocre qualité des vases découverts dans le val de Saône semble plutôt indiquer une production localisée.

Conclusion

40La céramique peinte de la vallée de la Saône présente une unité indéniable à l’échelle des grands ensembles régionaux. L’association de deux catégories principales de céramique peinte et la nette prédominance de l’une par rapport à l’autre inscrit parfaitement le val de Saône dans un vaste ensemble Saône-Doubs-Massif jurassien, à La Tène D1. Quand on examine les situations locales dans le détail, on est surtout frappé par une impression de foisonnement et d’atomisation de la fabrication. L’homogénéité des fragments trouvés sur chaque site et, au contraire, les dissemblances marquées d’un site à l’autre, à quelques exceptions remarquables près, militent en faveur de l’hypothèse de nombreux foyers de production de vases peints, alimentant chacun un site ou une zone de peuplement d’ampleur limitée. La mise en œuvre de techniques et de répertoires décoratifs similaires va de pair avec l’utilisation de matières premières locales (pigments, argile, dégraissants) et de subtilités microrégionales dans les savoir-faire. Il n’empêche que certains ateliers ou zones de production ont pu avoir, en fonction de critères qui nous échappent encore largement (situation stratégique, tradition de fabrication précoce, existence d’un pôle économique dynamique ?), une production, sinon plus abondante, du moins diffusée plus largement. Il faut donc envisager un fonctionnement à plusieurs niveaux, sous forme de cercles de différentes tailles imbriqués : une diffusion des idées, modèles et techniques donnant une unité à la céramique peinte de la moyenne vallée de la Saône aurait pour corollaire une production extrêmement éclatée, dispersée dans de nombreux ateliers, dont certains ont toutefois une compétence supra-locale. C’est là, toutes proportions gardées, un schéma qui préfigure le mode de fonctionnement des ateliers de potiers galo-romains.

Bibliographie

Bibliographie

Andrews 1990 : Andrews (K.). — Slip decorated iron age ceramics from central France. In : Pernicka (E.), Wagner (G. A.) éd. — Archaeometry’90 : international symposium of archaeometry, Heidelberg, 2-6 April 1990. Basel : Birkhäuser Verlag, 1990, p. 229-236.

Balfet 1977 : Balfet (H.). — Poterie féminine et poterie masculine au Maghreb. Thèse de Doctorat d’Ethnologie. Lyon : Université René Descartes, Lyon, Maison de l’Orient, 1977.

Barral 1994 : Barral (P.). — Céramique indigène et faciès culturels à La Tène finale dans la vallée de la Saône. Thèse de doctorat. Besançon : Université de Franche-Comté, 1994. 3 vol.

Barral 1998 : Barral (P.). — Étude du matériel de la fin du deuxième âge du Fer. In : Chopelain (P.), Barral (P.), Labeaune (R.), Gauchet (F.) dir. — « Val Sully », Saint-Apollinaire (Côte-d’Or). L’occupation d’un terroir de La Tène à l’époque moderne. Document Final de Synthèse. Dijon : SRA Bourgogne, 1998, p. 21-27, fig. 18-21.

Barral 1999 : Barral (P.). — Aspects de La Tène ancienne et moyenne en Côte-d’Or et Vallée de la Saône. In : Villes (A.), Bataille-Melkon (A.) dir. — Fastes des Celtes entre Champagne et Bourgogne aux VIIe -IIIe siècles avant notre ère : Actes du XIXème colloque de l’AFEAF, Troyes, 25-27 mai 1995. Reims : Soc. archéologique champenoise, 2000, p. 447-460 (Mémoires de la Soc. archéologique champenoise ; 15 - Suppl. au Bull. no 4-1999).

Barral 2001 : Barral (P.). — Le village gaulois de Verdunsur-le-Doubs « Le Petit-Chauvort » : un bref bilan des recherches 1996-1999. Trois Rivières, Bull. du Groupe d’études historiques de Verdun-sur-Le-Doubs, 57, 2001, p. 1-9.

Barral 2002 : Barral (P.). — Quelques traits remarquables de la composition et de l’évolution du vaisselier céramique à La Tène finale en pays éduen. In : Méniel (P.), Lambot (B.) dir. — Repas des vivants et nourriture pour les morts en Gaule : Actes du XXVème colloque de l’AFEAF, Charleville-Mézières, 25-27 mai 2001. Reims : Soc. archéologique champenoise, 2002, p. 157-165 (Mémoires de la Soc. archéologique champenoise ; 16).

Barral 2003 : Barral (P.). — Céramique indigène et groupes culturels : la Bourgogne et ses marges à La Tène finale. In : Plouin (S.), Jud (P.) éd. — Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du Fer : Actes du XXème colloque de l’AFEAF, Colmar-Mittelwihr, 16-19 mai 1996. Dijon, 2003, p. 353-374 (Suppl. à la Revue archéologique de l’Est ; 20).

Barral 2003 : Barral (P.). — Agglomérations ouvertes et oppida dans les plaines de Saône et du Doubs. Bilan et perspectives à partir de l’étude de quelques cas. In : Fichtl (S.) dir. — Les oppida du nord-est de la Gaule à La Tène finale : publication des journées d’étude de Nancy, 17-18 nov. 2000. 2003, 9.199-213 (Archéologia Mosellana ; 5).

Barral, Guillaumet 2000 : Barral (P.), Guillaumet (J.-P.). — Le processus d’urbanisation en pays éduen : un état de la question. In : Guichard (V.), Sievers (S.), Urban (O.-H.) dir. — Les processus d’urbanisation à l’âge du Fer : Actes du colloque organisé par l’Arbeitsgemeinschaft Eisenzeit bei den Deutschen Verbänden für Altertumforschung, Centre Archéologique Européen du Mont Beuvray, 8-11 juin 1998. Glux-en-Glenne : Centre archéologique européen du Mont Beuvray, 2000, p. 65-72 (Bibracte ; 4).

Barral, Guillaumet 2001 : Barral (P.), Guillaumet (J.-P.). — La céramique de La Tène finale (fosse 1182 et niveaux précoces). In : Pommeret (C.) dir. — Le sanctuaire antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges, Côte-d’Or. Dijon, 2001, p. 309-326 (Suppl. à la Revue archéologique de l’Est ; 16).

Barral, Huet 1999 : Barral (P.), Huet (N.). — L’artisanat céramique. In : Gruel (K.), Vitali (D.) éd. — L’oppidum de Bibracte : un bilan de onze années de recherche (1984-1995). 1999, p. 65-73 (Gallia ; 55-1998).

Barral, Videau 2005 : Barral (P.), Videau (G.). — Authumes « Le Tertre » (S.-et-L.) : faciès matériel d’un établissement de la basse vallée du Doubs. In : Kaenel (G.), Martin-kilcher (S.), Wild (D.) éd. — Sites, structures d’habitat et trouvailles du 1er siècle av. J.-C., entre le Haut-Danube et la moyenne vallée du Rhône : Actes du colloque, Zurich, 17-18 janv. 2003, 2005, p. 199-208 (Cahiers d’Archéologie Romande, 101).

Barral et alii 2005 : Barral (P.), Vaxelaire (L.), Videau (G.). — Besançon au Ier s. av. n. è. In : Kaenel (G.), Martin-Kilcher (S.), Wild (D.) éd. — Sites, structures d’habitat et trouvailles du 1er siècle av. J.-C., entre le Haut-Danube et la moyenne vallée du Rhône : Actes du colloque, Zurich, 17-18 janv. 2003, 2005, p. 171-198 (Cahiers d’Archéologie Romande, 101).

Bénard 1999 : Bénard (J.). — L’agglomération de l’oppidum d’Alésia à La Tène D2, un exemple de proto-urbanisation en Gaule. Revue archéologique de l’Est, 48-1997. 1999, p. 119-165.

Collis et alii 2000 : Collis (J.), Krausz (S.), Guichard (V.). — Les villages ouverts en Gaule centrale aux iie et ier siècles av. J.-C. In : Guichard (V.), Sievers (S.), Urban (O.-H.) dir. — Les processus d’urbanisation à l’âge du Fer : Actes du colloque organisé par l’Arbeitsgemeinschaft Eisenzeit bei den Deutschen Verbänden für Altertumforschung, Centre Archéologique Européen du Mont Beuvray, 8-11 juin 1998. Glux-en-Glenne : Centre Archéologique Européen du Mont Beuvray, 2000, p. 73-82 (Bibracte ; 4).

D’Anna et alii 2003 : D’Anna (A.), Desbat (A.), Garcia (D.), Schmitt (A.), Verhaeghe (F.). — La céramique : la poterie du Néolithique aux Temps modernes. Paris : Errance, 2003. 286 p., ill. (Archéologiques).

Desbat 1998 : Desbat (A.). — L’arrêt des importations de Dressel 1 en Gaule. In : Actes du congrès de la SFECAG, Istres, 21-24 mai 1998. 1998, p. 31-36 (Revue Sites, Suppl. au no 64).

Gouge, Lecomte 1999 : Gouge (P.), Lecomte (L.). — L’habitat du Hallstatt final et de La Tène ancienne sur la territoire de la « Ferme d’Isle » à Grisy-sur-Seine (Seineet-Marne) : propositions pour un cadre chronologique. In : Villes (A.), Bataille-Melkon (A.) dir. — Fastes des Celtes entre Champagne et Bourgogne aux VIIe -IIIe siècles avant notre ère : Actes du XIXème colloque de l’AFEAF, Troyes, 25-27 mai 1995. Reims : Soc. archéologique champenoise, 2000, p. 157-180 (Mémoires de la Soc. archéologique champenoise ; 15 - suppl. au Bull. no 4-1999).

Guichard 1987 : Guichard (V.). — La céramique peinte celtique à décor zoomorphe de la fin du second âge du Fer : à propos des découvertes du département de la Loire. Études Celtiques, 1987, p. 103-143.

Guichard 1994 : Guichard (V.). — La céramique peinte des iie et ier s. avant J.-C. dans le nord du Massif Central : nouvelles données. Études Celtiques, XXX, 1994, p. 103-136.

Guichard et alii 1991 : Guichard (V.), Picon (M.), Vaginay (M.). — La céramique peinte gauloise en pays ségusiave aux iie et ier siècles avant notre ère. In : La céramique peinte celtique dans son contexte européen : Actes du symposium international d’Hautvillers, 9-11 oct. 1987. Reims : Soc. archéologique champenoise, 1991, p. 211-227 (Mémoires de la Soc. archéologique champenoise ; 5).

Huet et alii 1997 : Huet (N.), Guichard (V.), Barral (P.), Séguier (J.-M.), Pasquier (I.). — Late La Tène figurative painted pottery : diffusion of a product or a concept ? In : Bouquillon (A.) dir. — Session 4 de la 5ème conférence de l’European Ceramic Society : Ceramic Heritage, Versailles, 22-26 juin 1997. Zurich : Trans Tech publications, 1997, p. 1476-1479 (Key Engineering materials, Vols. 132-136).

Mallegol 1983 : Mallegol (P.). — Les ocres de la Puisaye (Yonne, Nièvre) – Albien. DEA. Dijon : Institut Sciences de la Terre, 1983.

Marion 2002 : Marion (S.). — Recherches sur l’âge du Fer en Île-de-France. Analyse des sites fouillés entre le Hallstatt final et La Tène finale. Chronologie et société. Thèse de doctorat. Paris : Université de Paris I, 2002. 2 vol.

Perrin 1990 : Perrin (F.). — Un dépôt d’objets gaulois à Larina, Hières-sur-Amby, Isère. Lyon : Circonscription des Antiquités Historiques, 1990. 176 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes ; 4).

Poux, Selles 1998 : Poux (M.), Selles (H.). — Vin italique en pays carnute : à propos d’un lot d’amphores Dressel 1 découvert à Chartres, rue Saint-Thérèse. In : Actes du congrès de la SFECAG, Istres, 21-24 mai 1998. Revue Sites, Suppl. au no 64, 1998, p. 207-224.

Roussel 2003 : Roussel (L.). — Mâlain-Mediolanum, une ville gallo-romaine : vingt-cinq ans de fouilles archéologiques 1968-1993. Dijon : Groupe Archéologique du Mémontois, 2003. 493 p., ill., 2 dépliants (Cahiers du Mémontois ; 74).

Rye 1981 : RYE (O. S.). — Pottery technology : principals and reconstruction. Washington : Taraxacum, 1981. IX-150 p., ill. (Manuals on archaeology ; 4).

Séguier 1999 : Séguier (J.-M.). — Un aspect de la romanisation en territoire sénon : la céramique de la fin de l’âge du Fer et du début du Haut-Empire du secteur de confluence Seine-Yonne. In : Tuffreau-Libre (M.), Jacques (A.) dir. — La céramique précoce en Gaule Belgique et dans les régions voisines : de la poterie gauloise à la céramique gallo-romaine : Actes de la table-ronde d’Arras, 14-17 oct. 1996. 1999, p. 335-366 (Nord-Ouest Archéologie, 9, 1998).

Trimble 1988 : Trimble (S.). — Talking with the clay : the art of pueblo pottery. Santa Fe : School of American Research Press, 1988 (2nd ed.). 116 p., ill.

Vaginay, Guichard 1988 : Vaginay (M.), Guichard (V.). — L’habitat gaulois de Feurs (Loire) : fouilles récentes (1978-1981). Paris : Maison des sciences de l’Homme, 1988. 199 p., ill. (Documents d’Archéologie Française ; 14).

Notes

1 Pour deux sites, Varennes-lès-Mâcon et Verdun-sur-le-Doubs, la présence d’ateliers de potiers est attestée par des fours (Varennes) ou restes de fours (Verdun) et d’autres vestiges caractéristiques (pains d’argile, blocs de micaschiste, ratés de cuisson…).

2 Sur cette question, voir notamment Marion, 2002 ; Gouge, Lecomte, 1999 ainsi que les actes du colloque de l’AFEAF de Clermont-Ferrand (mai 2003), à paraître.

3 Dans de bonnes conditions de conservation, beaucoup présentent à l’intérieur des traces d’une enduction noire (de type résine ?).

4 Tournus– Champsemard : décor de lignes sinueuses verticales sur le haut de la panse entre deux baguettes, Mirebeau : tonnelet à lunules estampées.

5 Réalisée par spectrométrie de fluorescence X à l’Institut de minéralogie et de pétrographie de l’Université de Fribourg.

6 Partie par million.

7 Section de tesson amincie à 30 mm.

8 En particulier un tesson de Mirebeau-sur-Bèze provenant d’un vase à engobe blanc et décor de quadrillage rouge, en très mauvais état de conservation en raison du pourcentage de calcite, et un fragment de sole de four découvert à Verdun-sur-le-Doubs.

9 Il faut cependant prendre en compte le décalage chronologique éventuel entre Verjux et Verdun : les périodes d’activité principale semblent assez comparables entre ces deux sites, mais on peut s’interroger sur la concordance entre la phase de fabrication et la période d’activité de ces sites.

10 Les techniques de caractérisations utilisées, en dehors de celles citées dans le texte, sont l’analyse pétrographique pour l’observation sur lame mince et la détermination des minéraux, la diffraction des rayons X pour l’identification des structures minéralogiques et la spectrométrie en dispersion d’énergie couplée à un microscope électronique à balayage (MEB) pour la quantification des éléments.

11 Et donc indétectable par diffraction des rayons X.

12 Effectuée au laboratoire de spectroscopie de Thiais avec l’amabilité de Claude Coupry.

13 Plante de la famille des épinards, cuite jusqu’à obtenir un sirop épais utilisé dilué dans l’eau (pénétration dans la pâte céramique) ou en mélange avec de l’argile. Le sirop peut se conserver pendant plusieurs années (Trimble, 1988) et est appliqué avant cuisson, suffisamment d’oxydes métalliques persistant après cuisson.

14 Des découvertes nouvelles et le réexamen de collections anciennes permettent de progresser régulièrement dans la connaissance de ces limites : deux nouveaux sites d’habitats groupés s’insèrent ainsi pleinement dans cette entité jurassienne, Saint-Germain-en-Montagne (Jura) et Izernore (Ain).

15 Il s’agit d’un type particulier de grand vase à col et bord mouluré, attesté en petit nombre chez les Ségusiaves et les Allobroges (Vaginay, Guichard, 1988, fig. 82, n ° 16 ; Perrin, 1990, fig. 134, n ° 664).

16 Il s’agit d’un tonnelet à panse abaissée et à fond plat décoré d’une alternance de bandes rouges et blanches horizontales et de motifs géométriques bruns (Barral, 1994, pl. 59, n ° 35).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Représentation de la céramique peinte sur les sites de La Tène D1 du val de Saône, en % par rapport au total de la vaisselle céramique, calculé en NMI.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14331/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Fig. 2. Évolution de la représentation de céramique peinte au sein de la vaisselle sur les habitats groupés, à partir de deux exemples de la vallée du Doubs (Ph. Barral).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14331/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 3. Représentation de la céramique tournée à pâte claire sur les établissements ruraux à La Tène D1 (en % par rapport au total vaisselle céramique) (Ph. Barral).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14331/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 4. Vases bouteille élancés à pâte claire et décor secondaire de bandes colorées rouges et blanches (1 : St-Symphorien-d’Ancelles ; 2, 5 et 6 : Nuits-St-Georges ; 3-4 : Verdun-sur-le-Doubs).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14331/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Fig. 5. Vases bouteille à épaulement à décor peint géométrique sur fond rouge ou blanc (1 : Nuits-St-Georges ; 2 : Verdun-sur-le-Doubs).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14331/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Fig. 6. Formes hautes (bouteilles et tonnelets) et basses (bols carénés et bols hémisphériques) de vases peints à décor géométrique sur fond rouge ou blanc (1, 7, 12 : Nuits-St-Georges ; 2 : St-Symphorien-d’Ancelles ; 3, 4, 8 : Mirebeau-sur-Bèze ; 5, 6, 9, 10 : Verdun-sur-le-Doubs ; 11 : Verjux).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14331/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Légende Fig. 7. Formes de vases peints à engobe uniforme lie de vin ou rouge sombre (1-4 et 6 : Mirebeau-sur-Bèze ; 5 et 7 : Verdun/Doubs ; 8-12 : Alise-Ste-Reine ; 9 et 12 : décor en réserve ; 13-14 : St-Symphorien-d’Ancelles et Varennes-lès-Mâcon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14331/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Fig. 8. Verdun-sur-le-Doubs (Saône-et-Loire). Représentation comparée des formes de céramique peinte entre contextes La Tène C2/D1 (110 ind.) et La Tène D1 (376 ind.) (Ph. Barral).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14331/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 9. Liste des sites de la moyenne vallée de la Saône ayant fourni des échantillons pour analyse et description sommaire de ces fragments.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14331/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Fig. 10. Classification par analyse de grappe des différents groupes de référence (en affinité moyenne sur valeurs centrées réduites avec SiO2, TiO2, Al2O3, Fe2O3, MgO, CaO, K2O, Nb, Rb, Th, V, Y, Zn, Zr) (N. Huet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14331/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 11. Analyse en composante principale des différents groupes de références (sur valeurs centrées réduites avec SiO2, TiO2, Al2O3, Fe2O3, MgO, CaO, K2O, Nb, Rb, Th, V, Y, Zn, Zr) (N. Huet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14331/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 12. Observation par pétrographie (lumière polarisée) de la pâte d’un échantillon représentatif du site de Verdun-sur-le-Doubs (cl. N. Huet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14331/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 13. Répartition moyenne des minéraux caractérisés par pétrographie dans les céramiques de Verdun-sur-le-Doubs et Mirebeau-sur-Bèze (N. Huet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14331/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 14. Observation par pétrographie (lumière polarisée) d’un engobe blanc constitué d’inclusions en majorité très fines du site de Mirebeau-sur-Bèze (cl. N. Huet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14331/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Légende Fig. 15. Observation par pétrographie (lumière polarisée) d’un engobe blanc constitué d’inclusions calcaires du site de Mirebeau-sur-Bèze (cl. N. Huet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14331/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Légende Fig. 16. Entités mises en évidence à partir des faciès de céramique peinte (d’après Barral, 2003, modifié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14331/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 483k

Auteurs

Arc’ Antique Nantes
UMR 6566 du CNRS
Université de Rennes 1
arc.antique@wanadoo.fr

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search