Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Les deux disques terminaux du torque d’or de Vix ont-ils été faits par le même artisan ?

Claude Rolley

Entrées d'index

Mots-clés :

artisan, orfèvrerie, Vix, torque

Texte intégral

  • 1 Pour le détail, et une illustration complète, voir Rolley (C.) dir., 2003.
  • 2 Ces observations développent les remarques faites par J. Renoux à partir de ses photographies, repr (...)

1Cette brève communication n’a d’autre intention que de signaler une question qui s’est posée à nous lors de l’étude du torque d’or de Vix1. Les deux tampons terminaux sont fermés par deux disques coulés à la cire perdue (diam. 2,3 cm). Les modèles de cire avaient été travaillés au tour pour les cannelures, avec des poinçons ensuite. G. Nicolini a noté que des différences de mouluration assurent qu’il y a eu deux modèles différents, c’est-à-dire qu’il n’y a pas eu une matrice unique. On peut probablement aller plus loin, en recherchant en quelque sorte la main de l’artisan, ce que j’esquisse ici en hommage à l’artisan qu’est aussi J.-P. Thevenot2.

2Tout d’abord, les deux disques diffèrent par le nombre des motifs au poinçon. Sur le cercle extérieur (non visible sur les figures reproduites ici), le disque A a cinquante-huit arceaux pointés, le disque B cinquante-neuf. Sur le cercle suivant, le disque A a soixante-dix-sept motifs au perloir, le disque B soixante-dix-huit : on voit (fig. 1, à g.) le raccord : deux cercles se touchent. Le disque A a quarante-cinq croix de Saint-André, le disque B quarante-quatre.

3Pour celles-ci, on voit bien pourquoi il y a place sur le disque A pour une croix de plus. Sur le disque B, on a presque toujours, de deux croix en deux croix, un mince filet de séparation, presque toujours supprimé sur l’autre : la largeur cumulée des filets équivaut à la place d’un motif. Les détails reproduits ici suggèrent l’emploi d’un poinçon qui aurait comporté deux croix, les décalages et les menues irrégularités semblant se reproduire de deux en deux, notamment pour les extrémités des branches des croix. Sur le détail du disque A reproduit ici, on croit bien voir comment, de deux en deux croix, l’artisan, en imprimant le poinçon, a eu soin de recouvrir l’extrémité du poinçon précédent ; mais, entre les deux croix de gauche, il a légèrement décalé en hauteur le second poinçon.

4On notera que l’irrégularité du contour supérieur de la seconde croix en partant de la gauche se retrouve exactement au centre du détail du disque B. Ce serait à vérifier, sur l’original et pas seulement sur photos : on sait combien des jeux de lumière, surtout sur l’or, peuvent déformer des détails.

5Les cannelures sont entièrement différentes d’un disque à l’autre. Sur le disque A, ce sont de larges gorges lisses de section à peu près semi-circulaire. Sur l’autre, elles ont un profil en V, avec une suite de traces d’outil. Dans le premier cas, elles ont été tracées avec un ciselet à tranchant arrondi dans une cire assez molle. Dans le second, l’artisan a en quelque sorte traîné un ciselet à tranchant en V dans une cire nettement plus dure, sans effacer les traces de l’outil.

  • 3 Par exemple sur les deux côtés du cratère de bronze qui est à Sofia : voir Rolley (C.) dir., 2003, (...)

6S’agit-il de variations normales de la part d’un même artisan, qui aurait changé de ciselet et, ayant fait d’abord le disque B, souhaité obtenir des cannelures moins irrégulières sur l’autre ? S’agit-il de deux artisans qui ne travaillaient pas tout à fait de la même façon ? De telles différences ont déjà été observées, et il y a des cas où il est certain qu’on a affaire à deux artisans différents3. Le torque, qui compte près de 40 pièces, représente un très long travail. Le maître d’œuvre, celui qui a conçu ce bijou sans précédent, devait être entouré de toute une équipe...

Fig. 1. Détails des deux disques ; disque B à gauche, disque A à droite (cl. J. Renoux).

Fig. 2. Agrandissements des deux photos de la fig. 1 (cl. J. Renoux).

Bibliographie

Bibliographie

Rolley 2003 : Rolley (C.) dir. – La tombe princière de Vix. Paris : Picard, 2003, 2 vol. : 383 p. 135 pl.

Notes

1 Pour le détail, et une illustration complète, voir Rolley (C.) dir., 2003.

2 Ces observations développent les remarques faites par J. Renoux à partir de ses photographies, reproduites ici.

3 Par exemple sur les deux côtés du cratère de bronze qui est à Sofia : voir Rolley (C.) dir., 2003, ch. 5.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Détails des deux disques ; disque B à gauche, disque A à droite (cl. J. Renoux).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14310/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Fig. 2. Agrandissements des deux photos de la fig. 1 (cl. J. Renoux).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14310/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 334k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search