Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Archéologie aérienne en Europe centrale : la Hongrie

René Goguey

Texte intégral

1Alors qu’en Europe occidentale, et particulièrement en Angleterre et en France, l’archéologie aérienne obtenait des résultats de plus en plus importants, l’Europe centrale était paralysée par l’occupation soviétique. Pourtant signale-t-on, dès 1930, en Hongrie, les rapports entre la photographie aérienne et l’archéologie. À partir de 1970 quelques chercheurs peuvent consulter les archives militaires et réaliser quelques vols, comme Zsolt Visy sur le limes romain de Pannonie (Visy, 1985), mais les contraintes sont telles qu’il est difficile d’organiser des campagnes de prospection systématique, et les moyens manquent pour le faire. C’est le Conseil Régional de Bourgogne, avec J.-F. Bazin, qui propose d’organiser dès 1991 des missions de prospection à bord de l’avion nouvellement acquis pour la « recherche archéologique et scientifique ». La première campagne nous conduisit à Brno, en Tchécoslovaquie, où les aviateurs nous accueillirent comme « les premiers pilotes français à revenir sur leur aérodrome depuis Pégoud ». En 1992, la collaboration établie entre les archéologues du Mont-Beuvray et ceux de l’Université Eötvös Loránd à Budapest nous incita à orienter les recherches sur la Hongrie. D’importants arguments justifiaient ce transfert :

  • la richesse de la Hongrie en sites archéologiques, en particulier pour la protohistoire et l’époque romano-celtique ;

  • la présence de zones géologiquement favorables, telles que les substrats de graviers de la vallée du Danube ;

  • l’appui apporté par le Professeur Miklós Szabó, sans lequel les vols n’auraient pu être que de brèves incursions en « franc-tireur » comme ce fut le cas pour des collègues étrangers. Ainsi Miklós Szabó organisa-t-il chaque campagne au plan scientifique et matériel, obtenant du Ministère Hongrois de la Guerre les autorisations officielles de survol, et l’accueil sur les aérodromes :

  • les financements obtenus au départ du Conseil Régional de Bourgogne et de l’Université Eötvös Loránd à Budapest, complétés de 1995 à 1998 par ceux du Ministère français des Affaires étrangères ;

  • la création, à l’Institut d’Archéologie Eötvös Loránd, d’une structure « Cartographie Spatiale » animée par Zoltán Czajlik.

2Les difficultés rencontrées ont essentiellement été d’ordre météorologique avec, au fil des huit campagnes aériennes, des successions de périodes sèches et très chaudes bénéfiques (effet de foehn à l’est des Alpes autrichiennes, Balaton et Vallée du Danube) et de pluies diluviennes concentrées dans la cuvette des Carpates, noyant la vallée de la Tisza. Des aérodromes différents, répartis sur tout le territoire, ont servi de bases, successivement à Balaton-Sármellék, Nyíregyháza, Kaposvár, Debrecen, Siófok-Kiliti, Budapest. De Budapest les frontières orientales, méridionales ou occidentales sont atteintes en une heure de vol. Mais l’utilisation de bases excentrées permettait de couvrir plus intensément les régions correspondantes, d’où les résultats obtenus au voisinage de l’Ukraine et de la Roumanie autour de Nyíregyháza et de Debrecen à l’est de la Tisza. C’est cependant la branche nord-sud de la vallée du Danube qui offre la plus grande densité de sites, prospectés à de multiples reprises et en peu de temps depuis Kiliti ou Budapest (fig. 1).

3Délaissant la classification chronologique des sites dont on sait qu’elle est d’autant moins assurée qu’en Europe centrale nous n’avons jusqu’ici que peu de références au sol, nous présenterons les sites sélectionnés en trois catégories typologiques : les ouvrages fortifiés, les habitats, les structures funéraires.

Les ouvrages fortifiés

4Ils peuvent subsister en relief, en particulier sur les hauteurs où la photographie oblique fait ressortir le bourrelet de leur rempart et le détail de leur organisation. L’enceinte triangulaire de Szabolcs est la plus visible - elle fut d’ailleurs photographiée dès 1930 - et son origine laténienne est attestée. L’enclos quadrilatéral fossoyé détecté à l’intérieur sur les clichés les plus récents en est-il contemporain ?

Fig. 1. Carte de répartition : les principaux sites étudiés par photographie aérienne en Hongrie de 1993 à 2000.

5Quelques camps romains de terre peuvent être retrouvés à l’arrière du « limes » sous forme d’anomalies « en forme de carte à jouer » dans un parcellaire encadré par des haies (Ercsi, Tamasi). Mais ils sont le plus souvent arasés et le plan de leurs fossés se dessine dans les cultures, comme à Tokod. Les tours de guet qui jalonnaient le « limes » de Pannonie sont retrouvées sur la rive droite du Danube au sud de Budapest, identifiables à leur double carré concentrique à Rácalmás, Iváncsa, Ercsi. Cette dernière (fig. 2) identifiée comme le « burgus » matrica 5 de l’époque de Valentinien, est implantée à l’avant de grandes enceintes quadrangulaires dont l’une pourrait être une étape militaire romaine voisine de la voie du limes (Goguey et alii, 2003, p. 78-80).

6Un exemple caractéristique de cette juxtaposition a été découvert en 1998 au nord-ouest de la Hongrie, près de la frontière autrichienne. Il s’agit, au nord, d’une vaste plate-forme défendue par deux larges fossés ovalaires alimentés par un ruisseau. Au sud, une fortification à fossés étroits en forme d’étoile à cinq branches. Si en l’absence d’archives la chronologie précise est jusqu’ici inconnue, l’interprétation distingue au nord une motte castrale, au sud une fortification postérieure comparable à celles que R. Agache photographia dans le nord de la France, et datées du siège d’Amiens en 1597 sous Henri IV.

7On sait que l’Italien Paciotto eut en 1567 l’initiative de ce tracé, qui était encore utilisé en 1636 par Louis XIII au siège de Corbie.

Les habitats

8La Pannonie porte, comme tout l’Empire, la marque de Rome dans un grand nombre d’habitats. Ceux-ci vont de la grande forteresse d’Aquincum et de la ville de Gorsium à la modeste ferme romanoceltique. La romanisation est très marquée à l’arrière du limes, avec de grandes villas à cour péristyle sur la rive droite du Danube à Ercsi et à Dunaújváros et autour du Lac Balaton. Mais les prospections aériennes montrent que les bâtiments à structure de bois ont pendant longtemps occupé une place essentielle.

Habitats semi-enterrés et habitats de surface

9Les habitats semi-enterrés laissent de nombreuses traces, mais leur interprétation est délicate. C’est en 1993 dans la vallée de la Tisza que l’attention a été attirée par une multitude de taches sombres, apparemment informes et inorganisées.

Fig. 2. Ercsi : tour de guet du limes romain et enceintes – 20.06.00.

10Bien qu’elles aient pu correspondre à de simples taches d’humidité causées par les inondations, elles ont été systématiquement enregistrées par bandes de photos verticales (fig. 3). Les fouilles menées sur le tracé de l’autoroute M 3 qui doit relier Budapest au nord-est de la Grande Plaine (fig. 4), ont révélé une occupation complexe, mêlant des vestiges néolithiques, du Bronze, du Hallstatt, de La Tène, à des habitats sarmates (Collectif, 1997, p. 34-41, 47-50, 59-61, 87-90, 106-109). C’est aussi sous forme de taches qu’a été découvert en 1996 le site de Kunszentmiklós. Décelé par des variations hygrométriques particulièrement sensibles à l’infrarouge, il s’étend sur une vaste zone dont émergent un grand nombre d’îlots plus secs, traversés par une voie ancienne et de longs fossés. Dans chacun, des taches multiformes plus foncées, généralement pleines, comme celles de Polgar. L’informatique permet de pousser l’analyse de chaque îlot et de distinguer dans certains des structures quadrangulaires, de petits enclos, des fosses… Compte tenu de sa position à une dizaine de kilomètres à l’est du Danube, on peut émettre l’hypothèse d’un lieu où ont séjourné d’importantes populations qui ont pu se succéder au fil des migrations.

Fig. 3. Polgár : traces maculiformes (photo verticale) –04.07.94.

Fig. 4.Polgár : chantier de fouilles au 20.06.00.

Fig. 5. Und : habitat à trous de poteaux – 09.06.93.

11Les habitats de surface sont révélés par les pointillés de leurs trous de poteaux lorsque les conditions géologiques, climatiques et agricoles sont réunies. Ce fut le cas en 1993 à Und, au pied des Alpes autrichiennes, où un champ de blé, sur un fond de polygones de cryoturbation offrait le plan de bâtiments - dont l’un à cinq rangs de trous de poteaux et l’autre en forme de grenier - (fig. 5). Pour certains cette maison pourrait remonter à un néolithique propre à la Hongrie. Sa géométrie semble cependant indiquer un site plus tardif : le quadrillage parfaitement orthogonal de parcellaires - toujours délimité par des trous de poteaux - révélé par la photographie verticale ne serait-il pas l’indice d’un habitat celtique influencé par Rome ?

Habitats agglomérés

12Ce sont les plus nombreux, leur taille étant celle de villages plus ou moins étendus. Ils peuvent être ouverts, souvent associés à des parcellaires, ou délimités par des enceintes qui en assurent la défense.

13Les agglomérations ouvertes

14Deux types en ont été relevés, avec une prédominance pour la Transdanubie dont le Danube assurait la protection.

15- Le type quadrillé : c’est à Bonyrétalap dans une petite vallée de la rive droite du Danube qu’a été découvert en 1998 cet ensemble organisé sur des axes différents du cadastre moderne. Le blé jaunissant est quadrillé par de fines lignes vertes, divisant l’espace en enclos trop petits pour qu’il s’agisse d’un cadastre agraire. Certains sont à pans coupés, séparés du voisin par une ruelle, mais sans rue principale. Des taches vertes, plus grosses que des trous de poteaux, sont par endroits alignées.

Fig. 6. Adony : village et cadastre agraire sur la rive droite du Danube – 20.06.00.

16Rien ne nous permet de dater ce site original. On peut seulement l’interpréter comme un ensemble d’habitats à enclos palissadés et fosses.

17- Le type agricole cadastré : ici l’habitat est inclus dans un parcellaire agricole, différent d’une rive à l’autre du Danube.

18• Adony : les photographies sur céréales de juin 2000 ont mis en évidence ce site inconnu sur la rive droite du Danube au sud de Budaspest. Les « crop marks » sont ici des lignes droites et des points en micro-relief, correspondant à des fossés et à des trous. Malgré leur apparente confusion, elles sont organisées par enclos généralement trapézoïdaux, sans doute palissadés. Les plus petits, parfois emboîtés sont des habitats avec leurs semis de trous de poteaux. Les plus grands sont des champs ou des pâturages. Une rue principale sert d’axe aux habitats (fig. 6).

19• Szalkszentmárton : sur la rive gauche du Danube, le parcellaire photographié en 1993 et en 2000 est délimité par des lignes sinueuses d’étroits fossés, laissant des formes festonnées, circulaires au milieu d’espaces vides. Par endroits sont rassemblés des enclos d’habitats quadrilatéraux à angles arrondis implantés, en désordre, sans rue structurante visible (fig. 7). Quelques-uns sont adjacents, d’autres sont séparés par des intervalles irréguliers. Une petite forme circulaire pourrait être un élément datant.

20Les agglomérations défendues par une enceinte

21La Grande Plaine offre, plus que la Transdanubie, des exemples de ces agglomérations, dont les enceintes peuvent être des fossés, des palissades ou de véritables remparts.

22• Harta et Kunfehértó : ces deux sites, découverts en juin 2000 dans les zones de divagation du Danube et de la Tisza, peuvent être comparés à des sites hongrois datés de l’âge du Bronze. À Harta, l’enceinte est formée d’un seul anneau ovale, long de 200 m, établi sur la rive concave d’un méandre fossile (Goguey et alii, 2003, p. 77-78, fig. 2-3). Le système défensif de Kunfehértó est plus complexe, avec trois fossés circulaires concentriques, un accès en chicane, une structure centrale quadrangulaire.

23• Dabas A : le village est ici établi sur une plate-forme en léger relief qui le met à l’abri des inondations. Les alignements de trous de poteaux donnent le plan des maisons à pans de bois construites perpendiculairement à la palissade d’enceinte. Un enclos quadrangulaire et un chemin sont visibles à l’intérieur de cette petite agglomération dont les éléments sont serrés dans un espace réduit (fig. 8).

24• Középpeszer A : installé dans la plaine, cet habitat peut s’étendre sans autre contrainte que son enceinte, plus symbolique que défensive : une simple palissade curviligne, interrompue par une entrée barrée par une sorte de chicane. À l’intérieur, des enclos d’habitats quadrangulaires disposés au hasard, parfois cloisonnés. L’un par ses recoupements, atteste trois niveaux chronologiques. Des semis de trous de poteaux et des fosses, généralement carrées, sont visibles sur l’ensemble du site, et une structure circulaire occupe l’un des espaces : mais elle ne semble pas funéraire (fig. 9).

Fig. 7. Szalkszentmárton : habitat à enclos quadrangulaires – 17.06.00.

Fig. 8. Dabas A : village groupé sur une plate-forme sèche – 21.06.00.

Fig. 9. Középpeszer A : village à enceinte palissadée – 21.06.00.

25• Középpeszer B : les fonctions d’habitat sont ici moins apparentes car les plans sont incomplets. On peut les déduire des lignes et points circonscrits dans un élément d’enceinte à fossé plus large que dans le site précédent. Ce fossé se referme sur un bastion en U, laissant à l’extérieur un grand enclos quadrilatéral.

26• Bugyi : découvert en juin 2000 dans la Grande Plaine au sud-est de Budapest et très vite effacé, ce site occupe une telle surface qu’il a été difficile d’en réaliser des vues générales. C’est l’étude des clichés fragmentaires qui permet d’en analyser les éléments :

  • un rempart approximativement orthogonal qui délimite le site sur deux de ses côtés. Il s’agit d’un rempart totalement arasé (la route qui le coupe ne présente pas la moindre dénivelée). Sa trace en est un ruban clair, imparfaitement rectiligne, bordé sur sa face externe par de minces lignes sombres évoquant des trous de poteaux (fig. 10) ;

  • un espace interne constellé de « crop marks » plus vertes, correspondant toutes à des vestiges « en négatif », fossés, fosses et trous de poteaux. On peut reconnaître un chemin avec ses fossés grossièrement parallèles (fig. 11) ;

  • un rectangle en pointillés, donnant l’image d’un bâtiment à une seule travée, implanté un peu à l’écart sur une petite éminence. Le plan est si précis que l’on peut dénombrer une douzaine de poteaux sur les grands côtés, un seul poteau intermédiaire sur le petit côté, et estimer ses dimensions à 28 x 12 m (dimensions calculées d’après les traces de roues d’engins agricoles) ;

  • une bande curviligne en tirets, qui semble être un élément d’enceinte à fossés interrompus.

27Malgré leur richesse, les informations fournies par la photographie aérienne sont incomplètes. En particulier, nous n’avons que deux des côtés de l’enceinte et la porte n’est pas clairement visible. Les structures internes sont disparates. L’hypothèse d’un oppidum de plaine - formulée spontanément en vol - mérite cependant d’être retenue, même si la plupart des oppida connus étaient installés sur les hauteurs, comme Velem, Sopron, Budapest-Gellérthegy, Zempling en Hongrie. Les particularités de Bugyi s’éclairent quand on les confronte aux connaissances acquises sur les oppida des Celtes à l’est de Manching. Ainsi le rempart de type murus gallicus, caractéristique de la Gaule, ne se rencontre plus à l’est de cette limite : il est remplacé par les remparts du type de Kelheim, renforcés et divisés extérieurement par des poteaux verticaux » (Szabó, 2001, p. 75) et à propos des fortifications de Zavist en Bohême : « celles-ci se composaient d’une palissade de bois formant le front sur lequel venait s’appuyer une large rampe de terre et de pierraille armée de grilles de bois » (Motykova et alii, 1991, p. 180). L’enceinte de Bugyi semble correspondre à cette description, avec, dans un environnement géologique différent, un rempart de terre et gravier renforcé par une ou plusieurs palissades (technique dite de Pfostenschlitzmauer). Quant à la discontinuité des structures internes, on la retrouve à Manching où « il est prouvé… qu’à l’intérieur des enceintes fortifiées de grandes dimensions, des aires périphériques non construites étaient destinées au pâturage des troupeaux… avec des enclos pour les chevaux, mais aussi à des cultures » (Maier, 1991, p. 413-414). Mais c’est surtout à Zavist, où les fouilles ont porté sur de plus grandes étendues, que les descriptions et les plans éclairent le mieux les traces d’occupation de Bugyi. L’essentiel est constitué d’enclos, à caractère agricole dominant. Ces « fermes » rassemblent un bâtiment principal, des huttes semi-enterrées, des puits ou citernes « on peut distinguer des structures destinées à l’habitation, des lieux de travail à domicile ainsi que des ateliers artisanaux spécialisés » (Drda, Rybova, 1995, p. 142-143). Le plan de ces « complexes structurés » (Drda, Rybova, 1995, p. 140-141) est très proche de celui qui apparaît sur les photographies aériennes de Bugyi. De même la découverte d’éléments « extra-muros » est-elle confortée par leur présence à l’extérieur des remparts de Zavist. Les indices de niveaux chronologiques superposés observés à Bugyi ne sont pas contredits par l’historique des oppida de Bohême : si l’apogée de Zavist se situe à la première moitié du ier s. avant J.-C., l’oppidum celtique a été précédé de fortifications dès le ve s. avant J.-C. et l’étude de son rempart révèle des phases multiples.

Les structures funéraires

28C’est surtout des nécropoles que les Musées de Hongrie ont tiré leur richesse, avec les fouilles des tombes scythes à l’est du Danube, des nombreux tumulus et tombes plates du Bassin des Carpates qui ont livré, en particulier, pour l’âge du Bronze et la période celtique, des œuvres d’un intérêt majeur. La détection aérienne des nécropoles en élévation a rencontré des difficultés. Leur faible relief aurait exigé des photographies en éclairage rasant d’hiver. Les kourganes n’ont pas émergé des plans d’eau qui se sont étalés sur la Grande Plaine en 1999 et les tells photographiés en juin 1996 dans les méandres de la Tisza (Goguey, 2002, p. 34) étaient des superpositions d’habitats. On peut donc estimer qu’en Hongrie comme en France les structures funéraires en élévation sont, ou préservées par les forêts, donc invisibles en vol, ou arasées par les cultures. C’est sous forme de « crop marks » qu’elles peuvent apparaître dans le paysage aérien. Les plus caractéristiques sont reconnaissables par leur aspect géométrique, soit circulaire, soit quadrangulaire.

Les structures circulaires

29Il s’agit le plus souvent de tumulus arasés dont la cicatrice, lorsque la masse était en pierre, laisse un disque plein. L’exemple le plus typique est le tumulus princier de Vix en France (Goguey, 1968, p. 114, photo 53). En Hongrie, le site dit « des Cent Tumuli » est connu pour sa fortification de terre qui domine la rive droite du Danube à Százhalombatta– Érd-Ófalu. Sa nécropole tumulaire, arasée par les champs et les jardins, est révélée par des taches claires sur les photos du 13 juin 1993 (Goguey, Szabó, 1995, photo 65). Généralement, c’est un enclos circulaire qui marque l’emplacement du tumulus détruit. Le fossé est parfois si étroit qu’il ne peut être qu’une limite symbolique ou une palissade. Ainsi à Kisbajcs dans la région de Gyor une grappe de petits cercles a été décelée sur les photos verticales de la rive droite du Danube. À Harta, l’enclos découvert en 1997 porte la trace de trous de poteaux et la tache centrale d’une fosse. Le semis de points verts enregistrés sur la même commune pourrait être une nécropole à tombes plates : mais au traitement informatique leur forme circulaire n’est pas probante. À Pornóapáti, les sept enclos photographiés en juin 2000 sont limités à un arc de cercle. À Perkáta, trois enclos sont tangents alors qu’un quatrième, de même taille est isolé. À Nagyreda, l’anneau circulaire partagé entre deux champs modernes est assez large pour correspondre à un important fossé à ciel ouvert. Il est accompagné d’enclos plus petits et de fosses, moins nets dans la prairie. À Szalkszentmárton, trois minces formes circulaires sont mêlées aux lignes de parcellaire et d’habitat découvertes en 1993. Il en est de même à Nagykörös, où un réseau de palissades, approximativement orthogonales, prend appui sur les limites d’une vaste structure circulaire. Deux lignes parallèles, avec pointillé interne font penser à une avenue (fig. 12). Mais dans ce cas, s’agit-il d’un ensemble funéraire aristocratique (et dans cette hypothèse la tache carrée verte révélée par l’informatique au centre de l’enclos serait une fosse), ou d’un site cultuel ?

Fig. 10. Bugyi : oppidum de plaine ? le rempart – 21.06.00.

Fig. 11. Bugyi : oppidum de plaine ? espace interne (enclos, chemin, fosses, trous de poteaux…) – 21.06.00.

30Lengyel, sur les collines de Transdanubie à l’est du Lac Balaton, est connue des préhistoriens comme site éponyme du Néolithique final. Une série d’enclos circulaires ont été découverts en 1993. Le plus important se distingue par la largeur exceptionnelle de son fossé, coupé par la trace de tranchées irrégulières évoquant des fouilles anciennes à la recherche de la sépulture centrale. Cinq petites fosses rectangulaires se dessinent à l’extérieur (fig. 13). À proximité ont été repérés deux alignements parallèles de points verts d’abord considérés comme la trace d’une ancienne perspective du château des Esterhazy voisin. Mais les chablis ne peuvent donner des points aussi précis : il ne peut s’agir que de trous de poteaux. Une telle « avenue » aurait-elle un rapport avec les sites antiques ?

31Dans la plaine sud-orientale de Budapest, les vols du 22 juin 2000 ont détecté autour d’un aérodrome, sur le territoire de Kiskunlacháza, deux nécropoles originales. Elles comportent un grand nombre de petits enclos circulaires adjacents, avec dans chacun un point central (fig. 14). Le traitement numérique de la partie visible (limitée à la parcelle cultivée en blé) et l’échelle calculée à partir des rails d’une voie ferrée et des traces de roues de tracteurs donnent quelques précisions : le diamètre des enclos atteint rarement une vingtaine de mètres, on en compte une centaine dans la parcelle et la fosse centrale est quadrangulaire. Zoltán Czajlik a spontanément interprété cet ensemble comme une nécropole sarmate. Mais dans son ouvrage sur les Sarmates, I. Lebedynsky ne décrit pas les nécropoles dans leur organisation. On sait seulement que dans la culture archéologique « sarmate tardive », à l’est du Don, sur la Volga, au sud de l’Oural, mais aussi entre Dniest et Danube, « la tombe était couverte d’un kourgane bas (0,15 m à 1 m, plus rarement 2 m à 2,50 m) dont le diamètre varie entre 8 et 20 m, quelques grands spécimens atteignant les 30 m » (Lebedynsky, 2002, p. 116). À Kiskunlacháza, la nécropole devait donc apparaître sous forme d’un champ de petits kourganes serrés les uns contre les autres, dans un environnement de grands enclos de toutes formes, de chemins et de fossés. Mais en chronologie relative, on peut voir de multiples recoupements, dont une enceinte rectangulaire à larges fossés qui traverse les kourganes, et lui est donc postérieure.

Fig. 12. Nagykoros : enclos circulaire imbriqué – 21.06.97.

Les structures quadrangulaires

32Les structures à fossés quadrangulaires sont nombreuses dans le paysage aérien. Le plus souvent il s’agit d’enclos d’habitat et de parcellaires. Les plus petites, comparables à ces groupes « d’enclos carrés » si fréquents en France, sont généralement interprétées comme des nécropoles laténiennes. L’exemple de Vix, étayé par les fouilles, montre qu’entre les grandes enceintes et les petits enclos se place une catégorie intermédiaire qui n’est pas toujours funéraire. Ainsi, les petits enclos de Vix « Les Tillies » sont bien des sépultures laténiennes. Mais l’enclos carré de Vix « Les Herbues », plus grand (25 m de côté) et isolé, photographié en 1962 et 1991 (Goguey, 1997, p. 181, fig. 5) fut d’abord interprété par R. Joffroy après quelques sondages comme une nécropole laténienne. Les fouilles de B. Chaume ont montré qu’il s’agissait en fait d’un sanctuaire hallstalttien, soulignant « l’étroite frontière qui semble exister entre les dimensions funéraire et cultuelle du site » (Chaume, Brun, 1997, p. 193-194). Ailleurs, dans les vallées de l’Yonne et des Tilles, en Alsace, en Champagne, on trouve de nombreux exemples de ces enclos intermédiaires, les uns présentant sur les photos aériennes des fosses internes multiples dont les fouilles ont mis au jour les sépultures, les autres apparemment vides, dont le caractère cultuel a parfois été démontré.

Fig. 13. Lengyel : enclos circulaire à large fossé – 13.06.93.

Fig. 14. Kiskunlacháza : nécropole sarmate – 22.06.00.

33Contrairement à ce que nous espérions, nous n’avons pas trouvé en Europe centrale cette multitude d’enclos quadrilatéraux rencontrés en France. Malgré les multiples heures de vol effectuées sur ces régions, Otto Braasch ne donne aucun exemple de ces enclos quadrilatéraux dans les nombreuses photos exposées au colloque « Aus der Luft - Bilder unserer Geschichte » à Prague en 1997 (Braasch, 1997, p. 28-37, photos 141-186). Nous en avions détecté quelques-uns - dont l’un a été fouillé depuis - en 1993 en République Tchèque. La nécropole de Dubnik en Slovaquie a livré un groupe d’enclos funéraires du IIIe s. avant J.-C. (Szabó, 1992, p. 32). Ils sont restés rares en Hongrie. À Kisvejke, un seul, de tracé flou, a été photographié en 1993 sur le bord d’un plateau entaillé par une combe, boisée en aval, aujourd’hui mise en culture à sa naissance. L’occupation protohistorique de cette zone est attestée par le voisinage des petits enclos circulaires de Lengyel. Au nord-ouest de la Transdanubie, l’enclos quadrilatéral isolé enregistré en 1998 à Babót, aux fossés nets et aux angles vifs, ne présente ni entrée ni fosse interne. Dans le site découvert en juin 1995 à Nagydorog entre le lac Balaton et Budapest, deux enclos se dessinent clairement sous la forme inversée de blé couché sur les fossés : l’un carré, à entrée dans le fossé étroit d’une palissade, l’autre rectangulaire à fossé large sans entrée. Aucune fosse interne n’est visible (fig. 15).

34À l’est du Danube les enclos quadrangulaires caractérisés sont tout aussi rares. Près d’Abony, où de nombreuses traces ont été photographiées en 1996, cinq enclos sont assemblés de façon hétérogène. Leur dessin est approximatif, leur taille diverse. Mais dans chacun une tache verte pourrait signaler une sépulture. Ils sont coupés par les deux fossés parallèles d’une vaste enceinte dont l’angle droit est occupé par une maison bipartite. Le détail de l’intersection des fossés confirme l’antériorité des enclos. À Fersotold, un seul enclos carré, à angles légèrement arrondis, est accompagné d’un semis de fosses externes dont l’alignement ne suggère pas un habitat. Il pourrait s’agir d’une nécropole à tombes plates (fig. 16).

Fig. 15. Nagydorog : enclos quadrilatéraux fossoyés – 23.06.95.

Conclusion

35Malgré les moyens mis en œuvre et les contacts étroits établis avec Budapest, des « missions aériennes » limitées à une dizaine de jours par an sont tributaires des conditions météorologiques locales : d’où une alternance d’années fastes, comme 1993 et surtout 2000, et d’années néfastes où l’avion devait se poser successivement entre deux orages sur un petit aérodrome de la Forêt Noire, puis en Bavière, pour se trouver le lendemain devant un mur de pluie avant d’arriver au lac Balaton, et atterrir, en situation de « mayday », au milieu des MIG 29 d’un aérodrome militaire interdit.

36C’est cependant par centaines que les sites archéologiques ont été répertoriés en Hongrie au cours de ces huit années. Sur ceux antérieurement connus, par les fouilles ou les découvertes fortuites, la photographie aérienne apporte ses images globales et la précision de ses détails : c’est le cas pour la ville de Gorsium, le fort de Tokod, la villa de Polgárdi. Mais plus qu’en Europe occidentale où l’on peut s’appuyer sur un fonds photographique et sur des fouilles nombreuses, le « photo-interprétateur » doit avancer avec prudence devant les structures inhabituelles collectées en Hongrie. Malgré la standardisation ap visibles qu’en France en dehors des villes. On n’en trouve aucune trace dans la Grande Plaine : il n’est que de comparer l’oppidum de Bugyi, avec ses « fermes » que internes hétéroclites, à celui de Bibracte avec ses rues et ses maisons « à la romaine ». La prudence s’impose aussi devant l’apparente lisibilité des clichés réalisés en 2000 à l’est du Danube : ces palissades photographiées par centaines de kilomètres autour des parcellaires, dans les enceintes des villages, dans les enclos d’habitats, ne sont pas toutes protohistoriques. Dans cette région parcourue par les flux et reflux des migrations, quelle est la part des Scythes, des Sarmates, des Celtes ? Les Huns n’ont-ils laissé aucun indice ? Que reste-t-il du Moyen Âge ? Des invasions turques, qui ont si profondément bouleversé la Hongrie, ne subsistet-il aucun ouvrage fortifié ? Comme il est de règle, ce sont les archéologues de terrain qui apporteront les réponses. Que signifie l’élément d’enceinte à entrées multiples de Bugyi, que l’on pourrait être tenté de comparer aux « causewayed camps » néolithiques ? Où sont les sanctuaires ? Quelles Unités Stratigraphiques et quel mobilier dissimulent quelques-uns des plans répertoriés dans l’aérophotothèque « Hongrie 1993-2000 » ? L’archéologie aérienne pose plus de questions qu’elle n’en résout. Mais n’est-ce pas souvent le propre de l’archéologie ?

Fig. 16. Fersotold : enclos quadrangulaire et fosses – 20.06.97.

Bibliographie

Bibliographie

Braasch 1997 : Braasch (O.). — Bemerkungen zur archäologischen Flugprospektion in West und Ost. In : Aus der Luft-Bilder unserer Geschichte : Actes du colloque de Prague, 1997. Dresde : Landesamt für Archäologie, 1997, p. 28-37, photos 141-186.

Chaume, Brun 1997 : Chaume (B.), Brun (P.). — Vix : le Mont Lassois : état de nos connaissances sur le site princier et son environnement. In : Brun (P.), Chaume (B.). — Vix et les éphémères principautés celtiques : Actes du colloque de Châtillon-sur-Seine, 27-29 oct. 1993. Paris : Errance, 1997, p. 185-200.

Collectif 1997 : Collectif. — Utak a Multba : AZ M3 – as autopálya régészeti leletmentései ; paths into the past : rescue excavations on the M3 motorway : catalogue de l’exposition de Budapest, Institut français, 1997. Budapest : Magyar Nemzeti Muzeum, Eötvös Loránd Tudomanyegyetem Régészettudomanyi Intézet, Polgar, 1997, p. 34-41, 47-50, 59-61, 87-90, 106-109.

Drda, Rybova 1995 : Drda (P.), Rybova (A.). — Les Celtes de Bohême. Glux-en-Glenne : Centre archéologique du Mont Beuvray/Paris : Errance, 1995. 191 p., ill. (Coll. des Hespérides).

Goguey 1968 : Goguey (R.). — De l’aviation à l’archéologie : recherches sur les techniques et les méthodes de l’archéologie aérienne. Paris : Technip, 1968. 128 p., 63 photos.

Goguey 1995 : Goguey (R.). — Archéologie aérienne de la Seine au Danube : quelques aspects des récentes recherches sur la Bourgogne et la Hongrie. In : Luftbild Archäologie in Mittel-und Osteuropa : Actes du Colloque de Berlin, 26-30 sept. 1994. Potsdam : Brandenburgisches Landesmuseum für Ur-und Frühgeschichte, 1995, p. 227-235.

Goguey 1997 : Goguey (R.). — Coopération franco-hongroise en Archéologie Aérienne : cinq campagnes de recherches de 1993 à 1997. In : Aus der Luft-Bilder unserer Geschichte : Luftbildarchäologie in Zentraleuropa : Actes du colloque Luftbildarchäologie in Zentraleuropa. Prague, Dresde : Landesamt für Archäologie, 1997, p. 82-89.

Goguey 1997 : Goguey (R.). — Vix : les données de l’archéologie aérienne sur le site et son environnement. In : Brun (P.), Chaume (B.) dir. — Vix et les éphémères principautés celtiques : Actes du colloque de Châtillonsur-Seine, 27-29 octobre 1993. Paris : Errance, 1997, p. 179-184, 6 photographies de couverture.

Goguey 2002 : Goguey (R.). — Des millénaires d’histoire en Hongrie. Archéologia, 395, 2002, p. 32-43, 17 photographies aériennes, 2 interprétations.

Goguey, Szabó 1995 : Goguey (R.), Szabó (M.). — L’Histoire vue du ciel/A történelem madártávlatbó : photographie aérienne et archéologie en France et en Hongrie : catalogue d’exposition. Budapest : Nalors Grafika Kft, 1995. 127 p., 80 photographies, 51 schémas d’interprétation.

Goguey et alii 2003 : Goguey (R.), Czajlik (Z.), Bödöcs. — Recherches franco-hongroises d’archéologie aérienne en Hongrie en 2000. In : Archaeological Investigations in Hungary 2000. Budapest : Kulturalis Örokségvédelmi Hitaval és a Magyar Nemzeti Muzeum, 2003, p. 77-78, fig. 2-3, et p. 78-80.

Guillaumet 2000 : Guillaumet (J.-P.). — Dix ans de coopération franco-hongroise en archéologie 1988-1998 : Actes de la table ronde tenue du 3 au 5 juin 1998 au Collegium. Budapest : Collegium Budapest, 2000. 163 p.

Lebedynsky 2002 : Lebedynsky (I.). — Les Sarmates : amazones et lanciers cuirassés entre Oural et Danube, VIIème siècle av. J.-C.-VIème siècle apr. J.-C. Paris : Errance, 2002. 272 p., ill.

Maier 1991 : Maier (F.). — Les oppida celtiques. In : Les Celtes : catalogue de l’exposition de Venise, 1991, Palazzo Grassi. Milano : Bompiani, 1991, p. 413-414.

Motykova et alii 1991 : Motykova (K.), Drda (P.), Rybova (A.). — La forteresse et le sanctuaire de Zavist. In : Les Celtes : catalogue de l’exposition de Venise, 1991, Palazzo Grassi. Milano : Bompiani, 1991, p. 180.

Szabó 1992 : Szabó (M.). — Les Celtes de l’Est – le second âge du Fer dans la cuvette des Karpates. Paris : Errance, 1992. 205 p., ill. (Coll. des Hespérides).

Szabó 2001 : Szabó (M.). — Celtes de Hongrie : catalogue de l’exposition de Vienne, Musée archéologique de Saint-Romain-en-Gal, déc. 2001-mai 2002. Paris : Réunion des musées nationaux, 2001. 106 p., ill.

Visy 1985 : Visy (Z.). — Der pannonische limes in Ungarn. Budapest : Corvina, 1985. 149 p., 121 ill.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de répartition : les principaux sites étudiés par photographie aérienne en Hongrie de 1993 à 2000.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14292/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Légende Fig. 2. Ercsi : tour de guet du limes romain et enceintes – 20.06.00.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14292/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 3. Polgár : traces maculiformes (photo verticale) –04.07.94.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14292/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende Fig. 4.Polgár : chantier de fouilles au 20.06.00.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14292/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Légende Fig. 5. Und : habitat à trous de poteaux – 09.06.93.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14292/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 6. Adony : village et cadastre agraire sur la rive droite du Danube – 20.06.00.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14292/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 7. Szalkszentmárton : habitat à enclos quadrangulaires – 17.06.00.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14292/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Fig. 8. Dabas A : village groupé sur une plate-forme sèche – 21.06.00.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14292/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Légende Fig. 9. Középpeszer A : village à enceinte palissadée – 21.06.00.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14292/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende Fig. 10. Bugyi : oppidum de plaine ? le rempart – 21.06.00.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14292/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 11. Bugyi : oppidum de plaine ? espace interne (enclos, chemin, fosses, trous de poteaux…) – 21.06.00.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14292/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 983k
Légende Fig. 12. Nagykoros : enclos circulaire imbriqué – 21.06.97.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14292/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Légende Fig. 13. Lengyel : enclos circulaire à large fossé – 13.06.93.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14292/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 14. Kiskunlacháza : nécropole sarmate – 22.06.00.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14292/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 15. Nagydorog : enclos quadrilatéraux fossoyés – 23.06.95.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14292/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 16. Fersotold : enclos quadrangulaire et fosses – 20.06.97.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14292/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search