Version classiqueVersion mobile

Escolives Sainte-Camille gallo-romain

 | 
Raymond Kapps

Avant-propos

Texte intégral

1De multiples raisons s’opposent actuellement à la rédaction d’une étude exhaustive des recherches archéologiques entreprises sur le site d’Escolives-Sainte-Camille, Yonne. En effet, si les fouilles ont débuté au printemps de 1955, c’est seulement au cours de ces dernières années que la recherche a pris un caractère systématique, et notamment à partir de 1967, date à laquelle l’Etat a fait l’acquisition d’un terrain d’un peu plus de 2 hectares, cadastré no 691-692, section B, et no 13, section ZD. Auparavant les travaux se sont déroulés d’abord dans la zone d’abattage d’un noyer vieux de deux cents ans qui est à l’origine de la découverte du site (cf. pl. 11) ; puis, le manque de moyens financiers et techniques, les inévitables tâtonnements qu’on note toujours au début d’une telle entreprise, le nombre trop réduit des fouilleurs durant une dizaine d’années et la durée insuffisante des campagnes de recherches n’ont pas permis de jeter sur le site une lumière satisfaisante, si bien qu’à l’heure actuelle encore bien des points dont la connaissance est indispensable demeurent obscurs ; aucune entrée, aucun chemin d’accès ne sont connus ; si l’on a mis au jour des thermes et un certain nombre de pièces d’habitation, c’est seulement en 1972 qu’on a saisi le lien qui les unissait ; la source vauclusienne de Creusot située au sud-est donne naissance à un ru dont le cours a été faussé vers le dixième siècle par la construction d’un moulin (voir appendice, p. 101) ; cela a provoqué une retenue d’eau et par conséquent un relèvement général de son niveau, ce qui a changé le faciès existant à l’époque gallo-romaine ; il n’est d’ailleurs pas certain que le ru ait eu alors le lit qu’on lui connaît aujourd’hui. Les travaux de vérification et les sondages qui ont eu lieu au cours de la campagne 1973 semblent conclure à l’existence des vestiges archéologiques dans le lit même du ru, à plusieurs dizaines de centimètres au-dessous du fond actuel.

2Dans ces conditions, après avoir présenté assez largement le site, je trouve raisonnable, pour une première étude, de me limiter à l’un des aspects les plus passionnants d’Escolives : les éléments architecturaux gallo-romains que l’on peut considérer comme appartenant à un même monument.

3Escolives est désormais un haut-lieu de la sculpture antique ; il ne se passe pas une seule campagne de fouilles, depuis 1960, sans que soient mis au jour des éléments architecturaux ou sculpturaux : traiter de tous à la fois serait téméraire, et il importe de faire parmi eux un choix, et de se contenter pour le moment de ceux qui par leur homogénéité et leur nombre constituent un ensemble d’un intérêt exceptionnel, même si, en l’état actuel, il y a de nombreux manques. La tâche est en réalité plus délicate qu’il ne paraît. Les blocs ont été présentés d’excellente façon au dépôt de fouilles, mais leur empilement relatif a souvent gêné la prise de mesures exactes ou même interdit le relevé d’indices architecturaux tels que les trous de louve, d’où une certaine marge d’erreur.

4La direction de la fouille et la rédaction de la présente étude ne se sont pas faites sans des concours précieux et c’est pour moi une grande joie que de pouvoir exprimer ici ma profonde gratitude à tous ceux à qui je dois d’être parvenu à accomplir ce travail. M. André Leroi-Gourhan, professeur au Collège de France, en m’accueillant durant de longues années parmi les stagiaires de son école de fouilles préhistoriques d’Arcy-sur-Cure, m’a initié aux techniques de la recherche archéologique et a toujours appuyé de ses judicieux conseils mes travaux d’Escolives ; M. le doyen Roland Martin, en tant que directeur des Antiquités historiques de Bourgogne, n’a cessé de m’aider et de m’encourager, et, en consacrant en 1967 une bonne partie de son séminaire d’archéologie de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Dijon à l’étude des blocs d’Escolives, m’a singulièrement aidé à connaître l’architecture classique et celle de mon site en particulier ; M. Claude Rolley, successeur de M. R. Martin à la direction de la circonscription, m’a incité à entreprendre la rédaction de cette étude et m’a guidé de ses conseils éclairés ; M. Albéric Olivier, architecte D.P.L.G., directeur du Bureau d’architecture antique de Dijon, a bien voulu dessiner un essai de reconstitution du monument et m’en donner les principales dimensions.

5J’exprime aussi particulièrement ma reconnaissance à toutes celles et à tous ceux qui ont participé aux campagnes de fouilles, à l’extraction des blocs, au classement et à l’inventaire ; leur constant dévouement et leur enthousiasme, leur esprit d’entreprise et leur persévérance, leur amitié même, ont été pour moi le plus précieux des encouragements ; en m’excusant de ne pouvoir les citer tous, je tiens toutefois à nommer Jean-Pierre, Jean-Claude et René Grégoire, François Poplin, Michel Girard, le docteur et Mme Michel Fauquet, Patrick Divaret, Jean-Claude et Catherine Michel, Nicole Duval, Chantal Séguy, Renée-Claude Montembault, Michel Raimbault, Antoine Berntsen, Alain Dargirolle, Sophie de Mijolla, Michel Picaud, Daniel Prost, Philippe et Carole Graillon, Odile Borrély.

6Parmi eux, je veux tout spécialement remercier les stagiaires de la campagne de fouilles de 1973, et surtout Monique Brault et Sylvie Richomme, Jean Bocquentin-Astoul, Francisque Delorme, Bernard Garnier et mon fils Christophe.

7Je n’aurai garde d’oublier ceux qui m’ont apporté cette aide financière sans laquelle des fouilles aussi importantes n’auraient pu être menées à bien ; le Ministère des Affaires Culturelles, le Conseil général de l’Yonne et le Conseil municipal d’Escolives-Sainte-Camille ; ainsi que M. le comte Baudenet d’Annoux et M. Henri Borgnat, qui durant plusieurs années m’ont si volontiers permis de travailler sur leur terrain.

8Enfin je veux remercier les conservateurs de musées et les directeurs de chantiers de fouilles qui en 1971 ont facilité ma tâche et notamment ceux d’Avallon, de Sens, d’Avignon, de Narbonne, de Vienne-en-Val, de Glanum, de Langres, de Saint-Romain-en-Gal, de Bavay, de Chalon-sur-Saône, de Saintes, d’Auxerre et de Châtillon-sur-Seine.

© ARTEHIS Éditions, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search