Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

L’organisation spatiale des nécropoles protohistoriques de l’Yonne moyenne

Jean-Paul Delor et Henri Leredde

Texte intégral

Introduction

1Le problème des enclos funéraires, circulaires ou quadrangulaires, sert, depuis bientôt vingt ans, de leitmotiv à tous les chercheurs amenés à travailler sur le sud du Bassin parisien.

2Nous nous sommes maintes fois réunis pour lancer le principe d’une base de données qui permettrait de traiter statistiquement et géographiquement les informations recueillies. L’ensemble de ces enclos est évalué à plus de 3 000 pour le département de l’Yonne et seule une infime partie d’entre eux a pu être fouillée, souvent dans le cadre des opérations archéologiques menées en gravières.

3En préambule, j’aimerais préciser le cadre de cette étude. J’ai l’intention de n’évoquer ici que la situation des nécropoles de l’Yonne moyenne et plus précisément celles de l’Aillantais et de la bordure icaunaise sud de la Forêt d’Othe, seules régions où mes travaux ont actuellement abouti. Fruit de plus de 40 années de prospections, la collecte de ces enclos peut maintenant permettre d’évoquer quelques caractéristiques régionales et constatations typologiques d’une part, mais surtout de révéler quelques faits statistiques.

4Cette région a plus particulièrement été choisie :

  • parce que nous y fouillons et prospectons : c’est celle que nous connaissons le mieux ;

  • parce que le Sénonais duquel nous sommes longtemps restés à l’écart était prospecté par d’autres équipes ;

  • parce que plus au sud, les enclos disparaissent presque totalement alors que les tumulus font leur apparition sur les plateaux.

5J’aimerais maintenant préciser qu’en tant que prospecteur aérien je n’ai qu’une approche plutôt stéréotypée de la datation des monuments que j’observe. Cette connaissance me vient de structures fouillées en Auxerrois où elles ne sont pas nombreuses : à peine une cinquantaine. Ainsi m’est-il parfois difficile d’en préciser l’attribution chronologique ; l’homogénéité culturelle d’un ensemble funéraire devient même souvent impossible à évaluer. Les manques d’informations dus à la pratique spécifique de ce type de prospection ne permettent enfin pas d’appréhender une nécropole dans son ensemble avant plusieurs années de recherche. Alors, s’il est relativement facile de distinguer les enclos isolés (et encore ?), j’ai des difficultés à comptabiliser les monuments d’une nécropole pour classer celle-ci dans une des diverses catégories que nous avons précédemment définies : enclos isolés, petite nécropole (2 à 6 monuments), moyenne (7 à 20), grande ou très grande (plus de 20)

6H. Leredde nous a prodigué ses conseils afin que la gestion informatique des données soit la plus efficace possible.

Quelques nécropoles de l’Auxerrois

7Voici à titre d’exemples, quelques sites parmi les plus importants de l’Auxerrois (fig. 1, 2, 3, 4, 5, 6).

La méthode

8Les enclos circulaires et quadrangulaires sont connus au nombre de 620 sur le nord de l’Auxerrois, grâce surtout à la prospection aérienne et moindrement, par les quelques fouilles réalisées depuis trois décennies ; la seule micro-région de l’Aillantais regroupe à elle seule, 241 monuments de formes diverses.

9Devant l’importance des informations collectées, il est donc apparu primordial de synthétiser les données en discriminant, la typologie, la datation et, éventuellement, les caractéristiques pouvant faire apparaître ces monuments comme marqueurs sociaux, révélateurs d’une société hiérarchisée.

10Le point le plus important reste surtout celui de la répartition spatiale et topographique de ces monuments de manière à créer les bases d’une géographie du funéraire qui pourrait révéler celle des vivants. En effet, bien que de grands décapages dus à l’extension des sablières en vallée d’Yonne permettent de mieux appréhender maintenant, l’organisation des fermes, domaines agricoles, voire villages, depuis l’âge du Bronze, les structures d’habitat sont encore trop mal connues.

Fig. 1. Turny-Neuvy Sautour « Les Seignelets ». Nécropole à enclos circulaires édifiée le long d’un chemin antique (voir fig. 10).

Fig. 2. Brienon « Terres de Noël ». Nécropole constituée d’enclos circulaires, présentant une partition sous la forme d’une enceinte, déterminant son organisation suivant des orientations orthogonales.

11Afin de pouvoir travailler sur des données plus facilement manipulables, nous avons entrepris d’informatiser nos travaux. Cette opération est en cours et va demander encore beaucoup de temps avant d’être véritablement opérationnelle. Par ailleurs, cette procédure ne trouvera de véritable intérêt que dans son prolongement sur les régions voisines, de la Bourgogne au Jura, le Bassin parisien, la Picardie, la Lorraine et l’Alsace, de manière à tenter, sur une plus vaste échelle, la globalisation d’une telle étude.

12La démarche préparatoire à toute synthèse régionale exige une succession d’opérations qui peuvent se décomposer ainsi :

  • collecter les informations par la photographie aérienne et la fouille ;

  • redresser et interpréter toutes les photographies aériennes en effectuant les rapprochements par secteurs. Incorporer tous les vestiges qui paraissent protohistoriques (enclos isolés ou en nécropoles, Viereckeschantzen, fermes indigènes, habitats, greniers et fossés isolés, chemins antiques, parcellaires fossiles…) ;

  • parallèlement établir les fiches de site : tous les monuments de chaque nécropole font l’objet d’une fiche ; toutes les nécropoles constituent un deuxième fichier ;

  • faire des photocopies de cartes IGN au 1/25000e de manière à les agrandir pour obtenir une échelle de 1/10000e. Dans ce cas 1 cm2 correspondra à 1 ha (une feuille A3 supporte alors 1000 ha). Reporter les enclos, nécropoles, fossés et vestiges annexes sur le plan en se servant des interprétations. Inclure éventuellement les données fournies par la fouille ;

  • disposer d’un fond de carte orohydrographique au 1/25000e (ou le créer en traçant en traits fins de couleur bistre les courbes de niveau, l’hydrographie (bleu) et le carroyage de 1 km2 correspondant aux coordonnées Lambert (noir), que l’on reportera dans les marges) ;

  • tracer en rouge les éléments choisis pour l’étude : enclos, nécropoles et fossés. Dans un souci d’homogénéité de l’information, des signes conventionnels pourraient être utilisés. Dans l’idéal, cette phase nécessiterait l’utilisation d’une cartographie automatisée ;

  • superposer éventuellement un autre calque avec carroyage, coordonnées et numéros d’identification des sites ;

  • effectuer le comptage des structures étudiées par carré d’un ha en superposant une grille tracée sur rhodoïd de 10 x 10 cm, lignée tous les cm. Remplir des fiches de comptage. Dissocier les types de structures suivant la typologie prédéfinie ;

  • saisir ces chiffres à l’aide d’un tableur et d’une base de données, de manière à obtenir des comptages et une visualisation de l’occupation. Ce procédé devrait permettre d’obtenir la vision densimétrique globalisée de ces relevés, qui révélerait, à grande échelle, les zones d’occupations protohistoriques, plus ou moins denses, à l’échelle d’une région, d’une vallée, etc. ;

  • réaliser diverses études permettant de connaître l’altitude moyenne de la nécropole par rapport au cours d’eau et au sommet le plus proche, les écarts entre nécropoles, l’étendue de ces cimetières, leur taux de mixité typologique...

Fig. 3. Gurgy « Les Champs d’eau, Le Plisson ». Nécropole à enclos circulaires édifiée en vallée, sur la basse terrasse.

Fig. 4. Looze « La Côte au Roi ». Nécropole mixte montrant la progression chronologique des monuments, du Bronze final à La Tène finale.

Les constatations statistiques

13L’organisation spatiale des enclos reconnus révèle un développement interne propre à chaque nécropole, répartition chronologique mais peut-être aussi sociale ou hiérarchique. Ainsi la nécropole de Brienon s’organise orthogonalement autour d’une enceinte quadrangulaire de grande taille renfermant divers monuments placés ici en position différenciée. C’est encore le cas des nécropoles du Bronze final qui s’organisent autour d’une sépulture riche à pectoral ou épée (Champlay, Beaumont) dans des zones spécifique de confluences (cf. Barbey, Courtavant, en Bassée et haute Seine).

Fig. 5A. Champvallon « Le Berceau ». Nécropoles constituées presque exclusivement d’enclos quadrangulaires implantés sur les pentes calcaires des reliefs bordant le Tholon.

14Cette organisation permet encore de découvrir une répartition structurée au sein des terroirs où ces nécropoles se développent : orientation, ensoleillement, position des sources, zones géologiques et pédologiques utilisées, altitude par rapport aux reliefs proches...

15Ces données ont besoin d’être complétées de l’inventaire des établissements agricoles connus, mais aussi de celui des sanctuaires (Viereckeschantzen)... Elles indiquent déjà une organisation par rapport aux moyens de subsistance, aux gués, aux rivières et confluences, à des axes de communication différents de ceux utilisés plus tard à la période romaine. Ainsi P. Nouvel a montré que les nécropoles situées au sud de la Forêt d’Othe sont alignées le long d’un ancien chemin subsistant encore à l’époque médiévale, conduisant de Joigny à Troyes mais qui pourrait avoir existé dès l’âge du Bronze. La coïncidence, formulée par ailleurs (Bassée, Acy-Romance), est trop troublante pour ne pas être considérée avec sérieux. De même, un autre alignement de monuments se dirige vers la haute vallée de l’Armançon dès Brienon.

Fig. 5B. Poilly-sur-Tholon « La Montagne, La Borne blanche ». Nécropoles constituées presque exclusivement d’enclos quadrangulaires implantés sur les pentes calcaires des reliefs bordant le Tholon.

16Les fouilles menées en Auxerrois permettent d’établir le tableau typo-chronologique ci-après.

17Sur les 620 enclos connus au nord de l’Auxerrois, 85 % sont regroupés en nécropoles de plus de trois monuments. Je puis indiquer que, pour l’Aillantais, le nombre d’enclos circulaires (116) correspond à 1 enclos pour 8,6 ha, alors que le nombre d’enclos quadrangulaires (125) correspond à 1 enclos pour 8 ha.

18Les enclos à fossés multiples ne constituent que 2 % de l’ensemble et les enclos possédant une entrée sont extrêmement rares.

Tableau typo-chronologique des fouilles menées en Auxerrois

Fig. 6. Villiers-sur-Tholon « Les Terres à la route ». Cimetière mixte qui voisine avec une nécropole à enclos uniquement circulaires. Cette nécropole a été édifiée dans une vallée secondaire et marque l’occupation de terrains périphériquement plus éloignés des vallées principales.

Fig. 7. Exemples de carte densimétrique des enclos sur le secteur de Poilly-sur-Tholon.

Fig. 8. Exemple d’étude statistique : répartition des monuments de l’Aillantais en fonction de leur type (et de leur datation supposée). Les numéros de types de monuments renvoient à la première colonne du tableau ci-après.

19Les premières études montrent enfin que certaines régions semblent avoir été investies différemment par les groupes humains à telle ou telle période. La proportion d’enclos quadrangulaires est de 28 % sur le nord de l’Auxerrois mais très variable suivant les régions considérées : 11 % le long de l’Armançon et 53 % le long du Tholon. L’Aillantais semble peu investi à l’âge du Bronze. Cette région semble en revanche très occupée à La Tène. Les monuments s’alignent sur un axe de pénétration qui se dessine de l’Yonne au Tholon, en direction est/ouest. Ces nouvelles nécropoles marquent l’installation de nouvelles communautés sur des terroirs plus marginaux, au delà de ceux déjà investis dans les vallées principales de l’Yonne ou de l’Armançon. Ces nécropoles, à défaut de révéler les habitats, marquent une forte poussée démographique dans cette région, au second âge du Fer.

20On observe ainsi une persistance de l’habitat, de l’âge du Bronze à l’âge du Fer, qui démontre un ancrage affirmé de ces populations à des structures agraires ou à un terroir spécifique, avec probablement appartenance et identification à un groupe humain, que ces générations d’individus ont pu conserver durant plus d’un millénaire.

21Les nécropoles se regroupent le long des vallées à 76 % et sont pour l’instant presque inconnues sur les plateaux. La fouille de larges surfaces (près de 40 ha sur la commune de Gurgy) a pu montrer que les sépultures ne sont directement implantées auprès des habitats, mais plus vraissemblablement dans des secteurs réservés, suivant un espacement assez régulier, entre 3 et 4 kilomètres. D’une façon générale, les nécropoles s’établissent rarement sur un sommet (0,4 %), peu fréquemment le long d’un cours d’eau ou en fond de vallée (6,6 %). Les sites de pente, d’ensellement ou de col, sont priviliégiés. Leur altitude moyenne correspond au 1/3 de la dénivellation fond de la vallée-sommet du relief le plus proche.

Fig. 9. Carte de répartition des enclos, au sud de la Forêt d’Othe, le long d’un ancien chemin.

Fig. 10. Cartes de répartition des nécropoles à enclos circulaires et quadrangulaires dans l’Auxerrois.

Fig. 11. Parcellaire protohistorique de Gurgy.

22Plus de la moitié des nécropoles, parmi les plus récentes, comportent dans leur environnement immédiat des fossés rectilignes, simples ou parallèles, souvant organisés en réseau. Il est possible que ces délimitations constituent la matérialisation de parcellaires protohistoriques qui auraient trouvé leur origine dès l’âge du Bronze pour se considérer avec la romanisation.

Conclusions

23Les travaux entrepris par diverses équipes semblent prendre des directions semblables et se compléter. Bien qu’elle paraisse longue et fastidieuse, l’étude des nécropoles ne doit plus être éludée ou abordée superficiellement. Je me réjouis de trouver aujourd’hui des collègues assez inconscients, prêts à travailler, ici et là, sur un projet commun.

Bibliographie

Bibliographie

Delor 1988 : Delor (J.-P.). — Les nécropoles de l’Auxerrois révélées grâce à la photographie aérienne. Bull. de la Soc. des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, 120, 1988, p. 5-24.

Delor 1992 : Delor (J.-P.). — Vers une géographie funéraire : les nécropoles protohistoriques de l’Yonne moyenne. Cahiers archéologiques de Bourgogne, 3, SRA Bourgogne, 1992, p. 26-31.

Delor 1993 : Delor (J.-P.). — Les enceintes quadrilatérales de l’Yonne : fermes ou sanctuaires ? Bull. de liaison du SRA de Bourgogne, 13, 1992, p. 45-47.

Delor 1996 : Delor (J.-P.). — Note sur le parcellaire protohistorique de Gurgy, dans la vallée de l’Yonne. In : Chouquer (G.). — Les formes du paysage, 1. Études sur les parcellaires. Paris : Errance, 1996, p. 27-31 (Coll. L’archéologie aujourd’hui).

Delor, Rolley 1989 : Delor (J.-P.), Rolley (C.). — L’Yonne et son Passé, 30 ans d’Archéologie. Catalogue d’exposition. Musées d’Auxerre, Sens et Avallon, 1989. 345 p., ill.

Delor, Rolley 1995 : Delor (J.-P.), Rolley (C.). — Gurgy (Yonne) « La Picardie » : les ensembles funéraires. In : Fastes des Celtes anciens, catalogue d’exposition, Troyes / Nogent-sur-Seine, 26 mai – 4 sept. 1995. Troyes : Musées de Troyes et Nogent-sur-Seine, 1995, p. 86-91, ill.

Delor, Rolley 2000 : Delor (J.-P.), Rolley (C.). — La nécropole de Gurgy « La Picardie » (Yonne). In : Villes (A.), Bataille-Melkon (A.). — Fastes des Celtes entre Champagne et Bourgogne aux VIIe -IIIe siècles avant notre ère : Actes du XIXème colloque de l’AFEAF, Troyes 1995. Reims, 2000, p. 341-356, 13 fig. (Mémoire de la Soc. Archéologique Champenoise, 15).

Delor et alii 1985 : Delor (J.-P.), Jacob (J.-P.), Leredde (H.), Pellet (C.). — Étude typologique des enclos répertoriés en Basse-Bourgogne grâce à la prospection aérienne. In : Actes du congrès de l’ABSS, Villeneuve-sur-Yonne, 1985, p. 11-18.

Nouvel 1995 : Nouvel (P.). — L’occupation du sol, du IIe siècle avant J.-C. au Ve siècle après, dans la basse vallée de l’Armançon et de l’Armance. Mémoire de maîtrise. Dijon : Université de Bourgogne, 1995. 169 p., ill.

Pellet, Delor 1980 : Pellet (C.), Delor (J.-P.). — Les ensembles funéraires de « La Picardie » - Gurgy (89). Revue archéologique de l’Est, XXXI, fasc. 1-2, 1980, p. 9-54.

Pellet, Delor 1984 : Pellet (C.), Delor (J.-P.). — Nouveaux matériaux du Bronze Final en Auxerrois : la Nécropole du « Crot aux Moines » Beaumont (Yonne). In : Actes du 109ème congrès National des Soc. Savantes, Dijon, Archéologie, II. 1984, p. 11-18.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Turny-Neuvy Sautour « Les Seignelets ». Nécropole à enclos circulaires édifiée le long d’un chemin antique (voir fig. 10).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14277/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 2. Brienon « Terres de Noël ». Nécropole constituée d’enclos circulaires, présentant une partition sous la forme d’une enceinte, déterminant son organisation suivant des orientations orthogonales.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14277/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 3. Gurgy « Les Champs d’eau, Le Plisson ». Nécropole à enclos circulaires édifiée en vallée, sur la basse terrasse.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14277/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Fig. 4. Looze « La Côte au Roi ». Nécropole mixte montrant la progression chronologique des monuments, du Bronze final à La Tène finale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14277/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 5A. Champvallon « Le Berceau ». Nécropoles constituées presque exclusivement d’enclos quadrangulaires implantés sur les pentes calcaires des reliefs bordant le Tholon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14277/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Fig. 5B. Poilly-sur-Tholon « La Montagne, La Borne blanche ». Nécropoles constituées presque exclusivement d’enclos quadrangulaires implantés sur les pentes calcaires des reliefs bordant le Tholon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14277/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Tableau typo-chronologique des fouilles menées en Auxerrois
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14277/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 6. Villiers-sur-Tholon « Les Terres à la route ». Cimetière mixte qui voisine avec une nécropole à enclos uniquement circulaires. Cette nécropole a été édifiée dans une vallée secondaire et marque l’occupation de terrains périphériquement plus éloignés des vallées principales.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14277/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 7. Exemples de carte densimétrique des enclos sur le secteur de Poilly-sur-Tholon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14277/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 8. Exemple d’étude statistique : répartition des monuments de l’Aillantais en fonction de leur type (et de leur datation supposée). Les numéros de types de monuments renvoient à la première colonne du tableau ci-après.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14277/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 9. Carte de répartition des enclos, au sud de la Forêt d’Othe, le long d’un ancien chemin.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14277/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Légende Fig. 10. Cartes de répartition des nécropoles à enclos circulaires et quadrangulaires dans l’Auxerrois.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14277/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende Fig. 11. Parcellaire protohistorique de Gurgy.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14277/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search