Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Approche de l’organisation sociale des communautés du Bronze final des vallées de l’Yonne et de la Haute-Seine

Au moyen de l’analyse spatiale de leurs cimetières

Luc Baray

Texte intégral

Introduction

1Les vallées de l’Yonne et de la Haute-Seine possèdent actuellement la plus riche documentation funéraire des étapes anciennes et moyennes du Bronze final de la France septentrionale ; les découvertes remarquables faites ces dernières années notamment à Courtavant « Bois Pot-de-Vin » ou à Villeneuve-la-Guyard « Prépoux », voire au cours des derniers mois à Passy-Véron et à Migennes, le confirment largement. Cette région se prête donc tout naturellement à un essai d’élaboration d’une typologie des organisations spatiales des cimetières de cette période.

2Après avoir rapidement présenté le cadre chronologique et culturel de l’étude, je présenterai une typologie des organisations spatiales des cimetières de la zone d’étude, élaborée sur la base du calcul de l’indice de proximité emprunté à nos collègues géographes. Je tenterai ensuite de montrer comment, sur le long terme, différentes configurations spatiales peuvent coexister de façon synchrone et comment elles évoluent d’une étape à l’autre au sein d’un même groupe. Comment une société aménage-t-elle son espace pour traduire ses relations sociales et sa hiérarchie, ses statuts et ses oppositions ? Dans la troisième partie, je tenterai de démontrer une certaine homologie entre structure sociale et structure spatiale. Il s’agira entre autres de montrer comment l’espace explicite l’organisation sociale sous-jacente.

Le cadre chronologique

3Le corpus des sites présentés s’étend sur l’ensemble du Bronze final et le début du premier âge du Fer, soit du xiiie au viie s. avant J.-C. Cette période peut être subdivisée en trois étapes, comme l’a proposé P. Brun, qui correspondent aux grandes ruptures qui ont ponctué l’évolution socio-économique et culturelle des populations d’Europe occidentale (Brun, 1984 ; 1986) :

  • Étape 1 : Bronze final I-IIa (1250-1050 avant J.-C.) ;

  • Étape 2 : Bronze final IIb-IIIa (1050-850 avant J.-C.) ;

  • Étape 3 : Bronze final IIIb-Hallstatt C (850-680 avant J.-C.).

La documentation archéologique

4Paradoxalement, après avoir dit que la région était sans doute la plus riche du nord de la France, il apparaît que la documentation disponible est en définitive extrêmement réduite. On ne dispose actuellement des plans que de huit cimetières, dont certains ne sont connus que partiellement. Ces cimetières sont situés le long des vallées alluviales de l’Yonne et de la Haute-Seine, entre les confluents de l’Yonne et de l’Armançon d’un côté et le confluent de l’Aube et de la Seine de l’autre (fig. 1). L’étroitesse du corpus ne doit pas cacher l’inégale répartition quantitative des tombes, par étape chronologique. Pour l’étape I, on dispose de près de 130 tombes réparties sur 5 cimetières différents ; pour l’étape II, sur un nombre équivalent de cimetières, on ne dispose plus que de 78 tombes. La troisième étape est encore moins bien représentée avec seulement 32 tombes réparties sur 4 cimetières. Comme on le voit, l’ensemble de ces données est à peine suffisant pour étayer une analyse spatiale ambitieuse.

5Il existe au sein des cimetières protohistoriques du Sénonais une telle variabilité qu’il serait hasardeux de vouloir les traiter sans tenir compte de leurs spécificités structurelles propres. L’organisation de chaque site répond à une pluralité de critères dont l’examen attentif permet cependant de les regrouper en un nombre limité de types. Parmi les critères disponibles et pouvant faire l’objet d’une analyse fine, on citera, l’organisation spatiale des tombes, leur relation topographique, le nombre et l’agencement spatial des monuments funéraires (enclos circulaires/quadrangulaires, tumulus), la surface occupée et la densité des tombes et des monuments, la durée d’occupation du site. Nous n’examinerons pas ici tous ces critères qui demandent une connaissance approfondie de tous les sites dont certains ne sont pas encore publiés. On rappellera en effet que de tous ces cimetières, rares sont ceux dont on possède le plan complet. Généralement, ce n’est qu’une partie du site qui a fait l’objet de fouilles, le reste étant détruit ou en attente d’être fouillé. Aussi, il ne nous paraît pas inutile d’insister sur l’aspect partiel des documents, et partant, des conclusions qui peuvent être proposées.

Fig. 1. Carte de répartition des sites mentionnés dans le texte. 1 : Courtavant « Bois Pot-de-Vin » (Aube) ; 2 : Courtavant « Les Grèves de la Villeneuve » (Aube) ; 3 : Châtenay-sur-Seine « Les Gobillons » (Seine-et-Marne) ; 4 : Marolles-sur-Seine « Les Gours-aux-Lions » (Seine-et-Marne) ; 5 : Misy-sur-Yonne « Bois des Refuges » (Seine-et-Marne) ; 6 : Villeneuve-la-Guyard « Prépoux » (Yonne) ; 7 : Soucy « Mocques Bouteilles » (Yonne) ; 8 : Champlay « La Colombine » (Yonne).

6Précisons également que la plupart des sites ont subi une érosion plus ou moins importante qui a pu entraîner la disparition d’un nombre variable et non quantifiable de sépultures. C’est ainsi qu’une part non négligeable des enclos circulaires, aujourd’hui vide de toute sépulture, a vraisemblablement été occupée à l’origine. Pour autant, une analyse de l’organisation spatiale interne des cimetières, à partir du calcul de l’indice de proximité, reste néanmoins possible malgré les biais de la documentation.

Typologie des cimetières

7J’ai, dans une étude précédente, exposé les grands principes de l’évolution typo-chronologique des cimetières du Sénonais dans leur contexte régional (Baray et alii, 1994). Je n’y reviendrai pas sinon pour préciser certains aspects non traités dans cette étude. Fondée essentiellement sur l’évaluation des rythmes d’occupation, la première typologie ne laissait qu’une part restreinte à l’analyse intra-site. Seul était pris en compte le mode d’agencement des tombes par étape chronologique, sans démonstration quantitative des rapports spatiaux existant entre elles.

8J’ai, pour montrer ces rapports spatiaux, calculé l’indice du plus proche voisin. Cette méthode d’analyse est fondée sur la mesure de la distance réelle, en ligne droite, qui sépare un point du point voisin le plus proche, et sur la comparaison entre ces distances et celles attendues théoriquement si tous les points étaient distribués de façon aléatoire à l’intérieur de la même surface. Les valeurs de cet indice varient de 0, quand tous les points sont regroupés au même endroit (fig. 2A), à 1 et plus de 1 quand ils présentent une distribution aléatoire (fig. 2B).

Fig. 2. Schémas théoriques de distributions spatiales. A : concentration ; B : distribution aléatoire

9Le calcul de l’indice de voisinage, calculé pour les huit cimetières dont on possède le plan (fig. 3), montre à l’évidence que les tombes des cimetières analysés ne se répartissent pas de façon identique au sein de la zone d’étude mais également d’une étape à l’autre de leur évolution. Seuls les cimetières du Bronze final I-IIa adoptent une distribution groupée. Les autres cimetières du Bronze final IIb-IIIa et du Bronze final IIIb/Hallstatt C présentent au contraire une distribution aléatoire. Notons qu’aucun cimetière ne présente une distribution régulière, ce qui n’a rien d’exceptionnel dans la mesure où d’autres critères comme le sexe ou les liens d’apparentement devaient jouer sur la répartition des tombes. Le calcul de l’indice de proximité permet ainsi de distinguer deux grands types de cimetières : des cimetières à forte concentration des tombes organisées en groupes plus ou moins compacts, qu’on appellera type A et des cimetières à répartition aléatoire, qu’on appellera type B.

Étape 1 - Bronze final I-IIa

10Entre les différents cimetières de l’étape 1 apparaissent des écarts importants dans l’indice de proximité, qui indiquent clairement l’existence des deux types précédemment définis (fig. 4).

11Cimetières de Type A

12Au cours de l’étape I, dans les cimetières de type A, les tombes sont relativement proches les unes des autres. L’espace est densément occupé. La distance entre les tombes varie de 0,30 m à 22 m. Ces cimetières se distinguent également par un nombre élevé de tombes qui varie de 13 (Courtavant « Bois Pot-de-Vin », groupe B) à 23 (« Bois Pot-de-Vin », groupe A) (fig. 5). À Champlay « La Colombine », on compte jusqu’à 14 tombes à inhumation et 3 tombes à crémation (Lacroix, 1957 ; Mordant, 1975) (fig. 6). C’est dans les cimetières de ce type que l’on rencontre les tombes particulièrement riches de l’étape 1 : armes et parures abondantes dont les fameux pectoraux en canine de suidé.

Fig. 3. Tableau de calcul des indices de répartition des sépultures par cimetière et étape chronologique.

13Le cimetière de Champlay « La Colombine » présente le plus bas indice : 0,37, soit une distribution particulièrement groupée. Les 17 tombes (inhumations et crémations) se répartissent sur une surface de 253 m2, soit une densité de 0,06/m2. La distance minimale entre les tombes est de 0,34 m, la distance maximale de 1,72 m ; la moyenne est située à 0,89 m, l’écart type est de 0,51 m.

14À Courtavant « Bois Pot-de-Vin », les indices sont déjà beaucoup plus élevés. La zone A est plus particulièrement dense comparativement à la zone B. Dans la zone B, les tombes sont distantes, en moyenne, de 3,41 m ; l’écart type est de 2,27 m. La sépulture double 90 renfermait un poignard en bronze et les restes d’un pendentif en canine de suidé. Dans la zone A, les tombes se répartissent de façon un peu moins groupée ; la distance moyenne entre chaque tombe atteint 4,76 m, l’écart type est de 4,91 m. Des quatre groupes de tombes, c’est le seul a avoir livré trois tombes avec pendentif en canine de suidé (sépultures 38, 43 et 52).

Fig. 4. Tableau de calcul des distances et écarts types des sépultures par cimetière et étape chronologique.

15Cimetières de Type B

16Il s’agit de cimetières à répartition aléatoire. Dans les zones C et D de Courtavant « Bois Pot-de-Vin », les tombes présentent en revanche une distribution aléatoire. Ce qui apparaît clairement sur le plan du cimetière. La distance moyenne est de 10,29 m pour un écart type de 7,10 m (zone C) ou de 12,60 m pour un écart type de 9,22 m. Les tombes 82 et 108 appartenant respectivement aux zones C et D renfermaient toutefois un poignard en bronze et un pendentif en canine de suidé.

17Pour les autres cimetières à distribution aléatoire, la distance entre les tombes varie de 1,60 m à 17,60 m à Marolles-sur-Seine et de 4 m à 42 m à Misy-sur-Yonne (fig. 4). C’est dans ces cimetières qu’apparaissent les premiers enclos circulaires à tombe centrale. Monuments non attestés dans les cimetières de type A, ces enclos comprennent exclusivement des tombes très riches et toujours à crémation. À Marolles-sur-Seine « Les Gours-aux-Lions », la crémation 5 était située au centre de l’enclos circulaire 5 qui mesurait de 11,5 à 12 m de diamètre externe (Mordant, Mordant, 1970, fig. 52). Elle était accompagnée d’un abondant mobilier composé d’une urne et de son couvercle, de six vases d’accompagnement, d’un rasoir en bronze, d’un poignard en bronze, d’une épingle et d’une pincette en bronze, de divers autres petits mobiliers dont trois fragments de tôle d’or. L’inhumation et la crémation coexistent au sein des mêmes ensembles funéraires, comme à Barbey « Le Chemin de Montereau » (Mor dant, 1988), par exemple.

Fig. 5. Courtavant « Bois Pot-de-Vin » (Aube). Plan de répartition des sépultures du Bronze final I-IIa. Étoile blanche : poignard en bronze ; carré blanc : pendentif en canine de suidé serti de bronze (document original aimablement communiqué par J. Piette ; modifié).

18La distribution des tombes est aléatoire dans le cimetière de Marolles-sur-Seine « Les Goursaux-Lions » (fig. 7), qui se singularise d’ailleurs par l’absence de tombe renfermant un pendentif en canine de suidé. Peut-être parce que la plupart des tombes ont été pillées à une période ancienne, l’état actuel de la documentation sur Marolles, comparativement aux tombes de Courtavant, présente un décalage significatif dans l’abondance et dans la variété des mobiliers funéraires de ces deux sites ; Marolles présentant à l’évidence un mobilier moins prestigieux. En revanche, il semblerait exister plus de similitude entre les mobiliers de Champlay « La Colombine » et ceux de Courtavant « Bois Pot-de-Vin ». Tous ces indices suggèrent qu’au cours de cette étape, il devait, d’une part, exister différents niveaux de prestige, et, d’autre part, que l’on pourrait être, à Marolles, sur l’aire d’inhumation d’individus hiérarchiquement moins élevés. À l’autre extrémité se trouve le cimetière de « La Colombine » qui comporte des dépôts relativement riches dont la fameuse canine de suidé.

Étape 2 - Bronze final IIb-IIIa

19À l’étape 2, tous les cimetières adoptent une distribution aléatoire de type B (fig. 3 et 4).

20Cimetières de type B

21Les tombes se répartissent, comme celles de l’étape précédente, sur l’ensemble de la surface du cimetière. Elles sont souvent localisées à proximité de structures monumentales, comme à Villeneuve-la-Guyard « Les Falaises de Prépoux » (Prestreau, 1992) ou à Châtenay-sur-Seine « Les Gobillons » (Bontillot et alii, 1975) où certaines se distribuent, en petits groupes, autour des enclos circulaires de l’étape 1 comme autant de pôles attractifs. Ces petits groupes de tombes ne remettent cependant pas en cause le caractère totalement aléatoire de leur répartition. Sur ces sites, l’écart entre les tombes varie de 2,40 m à 42 m, ce qui donne une distance moyenne de 11 m et un écart type de 9,09 m.

Fig. 6. Champlay « La Colombine » (Yonne). Plan de répartition des sépultures du Bronze final I-IIa. Étoile blanche : poignard en bronze ; carré blanc : pendentif en canine de suidé serti de bronze (d’après Mordant, 1975 ; modifié).

22À Châtenay-sur-Seine « Les Gobillons », les écarts entre tombes varient d’un minimum de 2,40 m à un maximum de 41,93 m, soit une distance moyenne de 11,91 m et un écart type de 11,81 m (fig. 8). À Villeneuve-la-Guyard « Les Falaises de Prépoux », l’écart minimum est de 3 m, le maximum de 40 m, pour une distance moyenne de 13,96 m et un écart type de 8,65 m (fig. 9). À Buno-Bonnevaux (Essonne) (Bédard et alii, 1988), cimetière situé en dehors de la zone d’étude mais retenu à titre indicatif, on note un écart minimum de 6 m et maximum de 40 m, pour une distance moyenne de 19 m et un écart type de 10 m.

Étape 3 - Bronze final IIIb / Hallstatt C

23À l’étape 3, les cimetières présentent une distribution aléatoire de type B, mais toujours à très faible densité d’occupation (fig. 3 et 4).

24Cimetières de type B

25Les cimetières se composent d’une juxtaposition de plusieurs tumulus-enclos renfermant chacun une seule tombe centrale, comme à Soucy « Mocques Bouteilles » (Baray et alii, 1994, fig. 67), ou de petites crémations, sans monument funéraire, dispersées aléatoirement sur l’ensemble de la zone funéraire. Les tombes de cette étape se répartissent sur une surface globalement supérieure à celle des cimetières des étapes précédentes. La distance entre les points extrêmes varie de 36 à plus de 100 m. Les sites de ce type sont de taille relativement importante.

26À Villeneuve-la-Guyard, l’écart entre les tombes est compris entre 9 et 112 m ; la moyenne est de 41 m, l’écart type est de 37,47 m (fig. 9). À Soucy, l’écart entre les tombes varie de 13 à 75 m ; la moyenne est de 39,50 m, l’écart type est de 27,84 m (fig. 10). À Châtenay « Les Gobillons », l’écart entre les tombes varie de 2,41 à 43,50 m ; la moyenne est de 17,45 m, l’écart type est de 22,65 m (fig. 8). À Courtavant « Les Grèves de la Villeneuve », zone centrale, l’écart entre les tombes varie de 5,83 à 27,50 m ; la moyenne est de 13,80 m, l’écart type est de 10 m (fig. 11). L’indice de proximité est de 0,81, soit une répartition des tombes plutôt groupée.

27Comme on le voit, le calcul de l’indice du plus proche voisin permet de reconnaître une organisation spatiale propre à chaque étape chronologique. Les mesures brutes et les écarts types montrent par ailleurs comment on passe progressivement d’une répartition groupée à une répartition totalement aléatoire (fig. 3). Le calcul de cet indice suggère l’existence de rapports spatiaux significatifs entre les tombes dont l’interprétation, pas toujours aisée, permet cependant d’envisager la manière dont la structure sociale des groupes déterminés peut se traduire dans l’organisation interne des cimetières.

28Il est bien évident que l’espace n’est la manifestation que d’un certain état social à un moment donné de la vie des sociétés. Il sert de vecteur aux relations sociales existantes entre les défunts. Il est donc nécessaire de repérer le ou les critères régissant l’organisation interne des cimetières. Ces critères interviennent indépendamment les uns des autres ou concurremment. Les données ethnographiques nous apprennent que les tombes peuvent être organisées en fonction des liens de parenté, en fonction du sexe ou de l’âge des défunts, en fonction du statut de chacun. Au cours du Bronze final, il semblerait, compte tenu de la diversité des modes d’organisation des cimetières, que l’assignation ait été diversement régie.

Fig. 7. Marolles-sur-Seine « Les Gours-aux-Lions » (Seine-et-Marne). A : plan de répartition des sépultures du Bronze final I-IIa et IIb-IIIa ; B : plan de répartition des sépultures du Bronze final IIIb/Hallstatt C (d’après Mordant, Mordant, 1970 ; Gouge, 1993 ; modifiés).

Fig. 8. Châtenay-sur-Seine « Les Gobillons » (Seine-et-Marne). Plan de répartition des sépultures du Bronze final (d’après Bontillot et alii, 1975 ; modifié).

29Au Bronze final I-IIa, le nombre élevé de tombes dans la plupart des cimetières, la densité des occupations, la coexistence de groupes de tombes contemporaines sur un même espace funéraire, comme à Courtavant « Bois Pot-de-Vin », la présence à part égale d’hommes et de femmes, le regroupement des tombes autour de pôles attractifs déterminés par des tombes riches, sont les signes de l’existence d’une organisation fortement hiérarchisée régie à la fois par le statut des défunts (ils sont tous dotés de riches parures ou d’armes) et les liens de parenté. Le cimetière communautaire regroupe probablement l’essentiel des adultes des lignages dominants. Il nous restitue ainsi l’image de communautés à forte cohésion sociale. La distribution des tombes selon leur « richesse » au sein de chaque ensemble funéraire permet de mettre en évidence une hiérarchie interne entre groupes familiaux. Le cimetière de Courtavant « Bois Pot-de-Vin » semble ainsi être composé de petites communautés dont le sommet de la pyramide sociale serait partagé par plusieurs familles en compétition. Des sépultures des groupes A, B et C ont livré des marqueurs sociaux hautement signifiants, comme des pectoraux en canine de suidé (sépultures 38, 43 et 52 du groupe A) et des armes (sépulture 90 du groupe B ; sépulture 82 du groupe C) (fig. 5). À Champlay « La Colombine », les sépultures 5 et 101, implantées probablement dans la partie centrale du cimetière, renfermaient pour la première un poignard en bronze et pour la seconde un abondant mobilier composé, entre autres, d’un pendentif en canine de suidé et de jambières en bronze (fig. 6). Une troisième sépulture, non localisée, a livré une épée de type Rixheim (Mordant, 1975).

30D’un point de vue chronologique, il paraît évident que les cimetières de type A correspondent à la phase initiale des implantations du Bronze moyen final et du Bronze final I dans la région. Tous les indices typologiques indiquent une légère antériorité des ensembles de Champlay « La Colombine », Courtavant « Bois Pot-de-Vin », Marolles-sur-Seine « Les Gours-aux-Lions » zone A, sur ceux de Châtenay-sur-Seine « Les Gobillons » ou de Marolles-sur-Seine « Les Gours-aux-Lions » zone B.

Fig. 9. Villeneuve-la-Guyard « Prépoux » (Yonne). Plan de répartition des sépultures du Bronze final (d’après Prestreau, 1992 ; modifié).

31À Marolles-sur-Seine, les tombes de la zone A, qui adoptent une organisation de type A, présentent des caractères typologiques de tradition Bronze moyen final plus marqués que certaines tombes de la zone B, qui présentent en revanche une organisation plus aléatoire. On aurait ainsi sur ce site l’illustration du passage d’une catégorie de site à l’autre. Les sites de type A sont de caractère ancien. Notons par ailleurs que la crémation apparaît à Marolles-sur-Seine uniquement dans le groupe de tombes de la zone B, qui présente des caractéristiques typologiques plus récentes et une organisation comparable à celle de Misy-sur-Yonne « Le Bois des Refuges » (Mordant et alii, 1977) ou de Châtenay-sur-Seine, par exemple.

32Il existerait donc une évolution chronologique au sein même des modes d’organisation des cimetières de l’étape 1. Les cimetières de la phase initiale adoptent une organisation de type plus centripète autour de défunts arborant les signes de leur statut social élevé (pectoraux, armes…). À la phase finale de l’étape 1 et durant toute l’étape 2, l’organisation en fonction des liens existants entre les défunts tendent à se relâcher. Les marqueurs sociaux sont bien moins explicites. La distance entre les tombes augmente, l’organisation paraît moins centripète. La cohésion spatiale autour de défunts privilégiés tend à s’estomper. Ces derniers occupent des positions isolées au sein des cimetières. Isolement d’autant plus marqué que certaines tombes riches de l’étape 1 occupaient le centre d’enclos circulaires, comme à Misy-sur-Yonne « Le Bois des Refuges » enclos 1 crémation 8 (Mordant et alii, 1977, fig. 1), ou à Marolles-sur-Seine « Les Gours-aux-Lions » enclos 5 crémation 5 (Mordant, Mordant, 1970, fig. 1).

33Au cours de l’étape 2, l’intégration de la région dans la vaste entité culturelle RSFO provoque de multiples changements. Les cimetières à occupation dense, dont l’organisation est aléatoire, comme à Villeneuve-la-Guyard, nous renvoient l’image de communautés qui n’affichent plus directement dans le funéraire leur hiérarchie sociale. Certains indices comme la présence d’un monument autour de quelques rares tombes ou la possession de nombreux vases, voire d’objets de prestige, semblent indiquer le maintien cependant d’une forte compétition entre communautés, doublée d’une compétition entre familles pour le contrôle des échanges à longue distance. L’absence de tombes d’enfants richement dotées montre toutefois les limites du système qui ne parvient pas à rester suffisamment stable pour déboucher sur une transmission héréditaire du pouvoir. Le caractère éphémère du contrôle politique par une famille, à l’échelon local, se reflète dans l’absence de tout affichage ostensible de puissance et de prestige.

Fig. 10. Soucy « Mocques Bouteilles » (Yonne). Plan de répartition des sépultures du Bronze final IIIb (d’après Baray et alii, 1994 ; modifié).

34La participation des élites aux échanges à longue distance nécessite en effet un élargissement de la base sociale et territoriale des groupes familiaux. On observe alors une densification des implantations qui ne correspond pas nécessairement à l’hypothèse d’une augmentation démographique. Il est plus juste d’envisager l’hypothèse d’un essaimage des petites communautés sur un espace encore peu occupé à la recherche de nouvelles terres à mettre en valeur. L’occupation de « La Ferme d’Îsle » à Grisy-sur-Seine (Seine-et-Marne), au cœur même de la vallée alluviale, ne débute en effet qu’à partir de la fin de l’étape 1, au cours du Bronze final IIa (Mordant, Gouge, 1992) (fig. 12). On assiste alors à un recentrage des zones funéraires. 70 % des cimetières de l’étape 1 sont alors abandonnés (Baray et alii, 1994, p. 189).

35Au cours de l’étape 3, la compétition sociale s’exacerbe entre les groupes locaux pour le contrôle des échanges à longue distance. L’accès aux cimetières tend à se limiter à une fraction de plus en plus réduite de la population. La fréquence des tumulus et des enclos circulaires, le retour à une bi-ritualisation (inhumation/crémation), la multiplication des armes dans les tombes sont autant de marques d’antagonismes sous-jacents. La hiérarchie sociale s’affirme de nouveau ostensiblement. Pour autant, la transmission du pouvoir ne semble toujours pas héritée mais acquise. L’absence de tombes d’enfants richement dotées plaide en faveur d’une telle hypothèse. On en conclut que c’est essentiellement par leurs qualités propres que les individus acquièrent le pouvoir. Cette hypothèse permet d’expliquer le nombre relativement élevé de sépultures qui renferment une grande épée de bronze ou de fer dans certaines régions, ce qui traduit le caractère essentiellement éphémère des fractions de pouvoir que chacun tente d’obtenir (Baray et alii, 1994, p. 132-133 ; Baray, 2000, p. 205 sq.). Dans la zone d’étude, située en dehors des grandes zones de production de fer comme le Châtillonnais, ou de sel comme la région de Pontarlier en Franche-Comté, les écarts de richesse entre les défunts d’un même cimetière ou d’un cimetière à l’autre sont cependant minimes. La configuration aléatoire des cimetières pourrait s’expliquer par une compétition intercommunautaire et interfamiliale exacerbée (fig. 13).

Fig. 11. Courtavant « Les Grèves de la Villeneuve » (Aube). Plan de répartition des sépultures du Bronze final IIb-IIIa et IIIb (d’après Piette, 1984 ; modifié).

Implications théoriques : de l’évolution typochrono-logique à la structure socio-économique

36Si, comme on vient de le voir, les cimetières semblent bien refléter le degré de différenciation sociale propre à chaque étape chronologique, il convient également de s’interroger sur la nature des habitats contemporains. Il est en effet primordial pour la démonstration de connaître l’importance des groupes humains dont nous étudions les cimetières, car on ne pourra conclure à une certaine homologie entre structure sociale et structure spatiale sans tenir compte des modalités d’organisation de l’habitat.

37On connaît actuellement un nombre important de sites répartis selon un maillage plus ou moins dense, principalement le long des grandes vallées alluviales de la Seine et de l’Aisne. Cependant, si les fosses à ensilage, les greniers surélevés et les semis de trous de poteaux sont actuellement largement attestés, en revanche les plans de maisons, d’unités d’habitation cohérentes de type village ou d’agglomérations d’une certaine importance, ne sont toujours pas aisément identifiables. De très rares sites fortifiés de hauteur sont connus en dehors de la zone d’étude.

38Durant tout l’âge du Bronze, l’habitat semble ainsi se limiter à des fermes isolées, plus rarement à des regroupements de fermes. La ferme type se compose d’une grande maison d’habitation et de quelques annexes (Blouet et alii, 1992, p. 185-186, fig. 2 ; Brun, Pion, 1992, p. 121, fig. 3 ; Brun et alii, 2005, p. 201, fig. 11). Chaque ferme est occupée par un noyau familial ou une petite famille étendue. Le niveau d’intégration villageois n’existant apparemment pas, il apparaît clairement que les cimetières, quel que soit leur mode d’organisation (groupée ou aléatoire), se composent uniquement de groupes familiaux juxtaposés. Se pose alors le problème de l’interprétation des cimetières à monuments multiples comme Marolles-sur-Seine « Les Gours-aux-Lions » (au moins 50 monuments), ou Villeneuve-la-Guyard« Les Falaises de Prépoux » (plus de 20 monuments) et des petits cimetières comprenant 1 à 8 enclos circulaires. On s’abstiendra dans un premier temps de parler de grands ou petits cimetières. Nous avons en effet montré dans l’étude précédente que l’approche quantitative directe par dénombrement des monuments ne fonctionnait pas (Baray et alii, 1994, p. 188-189). Le nombre de monuments repérés ou fouillés dans un cimetière n’est pas toujours en relation avec l’importance de chaque occupation. Il faut absolument tenir compte des phases d’occupation en essayant dans la mesure du possible de quantifier au plus près le nombre réel de structures par phase, autrement dit, il y a un risque de surévaluer un site par rapport à un autre et ainsi de fausser toute la démonstration.

Fig. 12. Grisy-sur-Seine « La Ferme d’Îsle » (Seine-et-Marne). Variation de fréquence des fosses domestiques datées dans les habitats (d’après Mordant, Gouge, 1992).

39Ceci étant, le modèle d’un déplacement cyclique itinérant sur un même terroir, reconnu à Grisy-sur-Seine (Mordant, Gouge, 1992) et en Lorraine (Blouet et alii, 1992), permet de proposer deux formes d’organisation pour tenter d’expliquer la coexistence de ces deux grands types de cimetières dans la zone d’étude (fig. 14) ; ces deux schémas ne s’excluant pas l’un l’autre.

40Dans le premier schéma, le déplacement des habitats se fait sur un terroir relativement vaste que l’on peut estimer à environ 7 km2 (fig. 14A). Dans les vallées de la Seine (Mordant, Gouge, 1992) ou de l’Aisne (Brun, Pion, 1992), comme en Lorraine (Blouet et alii, 1992), la distance la plus courte entre deux sites contemporains a été estimée entre 50 et 400 m. Sur le territoire de « La Ferme d’Îsle » à Grisy-sur-Seine, les fouilleurs ont reconnu plusieurs occupations contemporaines espacées les unes des autres de quelques centaines de mètres seulement (fig. 12). Il est probable que durant tout l’âge du Bronze final l’habitat se soit déplacé d’une centaine de mètres en moyenne, au rythme de l’épuisement des terres et de la durée de vie des habitations qui peut être estimée à environ une trentaine d’années, soit une génération. À chaque déplacement, un nouvel espace funéraire est édifié, à proximité du nouveau site, légitimant ainsi l’installation et la prise de possession du sol. Les déplacements cycliques de génération en génération conduisent inévitablement à la réoccupation des mêmes zones funéraires et des mêmes aires d’habitat par des individus appartenant au même groupe familial. La fréquence des recoupements, attestée sur la plupart des sites d’habitat, et la relative densité des tombes et des monuments funéraires par cimetière, semblent vérifier cette hypothèse. Bien entendu, il peut arriver que pour des raisons de commodité d’accès aux zones funéraires, en raison de la petite distance à parcourir entre la nouvelle implantation et l’ancien cimetière par exemple, il n’y ait pas édification d’une zone funéraire à chaque nouveau déplacement de l’habitat. Cette nouvelle édification n’est pas nécessaire, elle est tout simplement hautement probable compte tenu de la relative densité des sites, habitats et cimetières confondus, attestée dans les zones ayant fait l’objet de fouilles intensives. Le dénombrement des sites, même en tenant compte de l’érosion différentielle, ne donne en effet jamais un nombre équivalent d’habitats et de cimetières. Ce schéma est particulièrement adapté aux sites de vallées alluviales où l’on suppose qu’il existe des terroirs de taille importante. À Grisy-sur-Seine, la surface occupée au cours des étapes 1 et 2 a été estimée à 80 hectares.

Fig. 13. Schéma d’évolution du modèle proposé entre le Bronze moyen final/Bronze final I-IIa et le Bronze final IIIb-Halsttat C.

41Dans les zones de confluence, les terroirs sont de taille plus réduite. Pour ces zones, on adopte le schéma d’organisation 2 (fig. 14B). À l’intérieur de ces terroirs, les déplacements sont moins fréquents et se font sur de plus courtes distances. Une plus grande stabilité de la communauté a conduit à n’utiliser qu’un seul et même lieu funéraire dont l’occupation s’est pérennisée. Dans ces zones stratégiques, le contrôle de l’espace est déterminant. Chaque communauté tente d’accaparer une parcelle de cet espace convoité. Les terroirs tendent ainsi à se réduire en raison de la compétition dont ils sont l’objet et ce durant tout le Bronze final. C’est dans les cimetières à occupation pérenne de ces zones stratégiques que l’on trouve les enclos cultuels de type Langgräben, à long fossé ouvert ou non (Marolles-sur-Seine « Les Gours-aux-Lions », Châtenay-sur-Seine « Les Gobillons », La Villeneuveau-Châtelot). À La Villeneuve-au-Châtelot, le monument mesurait 50 m de longueur (Piette, 1984, fig. 2). La présence de ce type de monuments dans les zones de confluence témoigne de la forte emprise spirituelle des communautés qui contrôlaient l’accès à ses sites stratégiques (Lambot, 1989 ; Mordant, Gouge, 1992, p. 145).

42Il y aurait toutefois lieu d’aménager le modèle afin de rendre compte de l’existence de petites zones funéraires situées à peu de distance des grands centres comme Marolles-sur-Seine, « Les Goursaux-Lions ». Ces découvertes n’enlèvent cependant rien à la démonstration si l’on estime que l’accès au cimetière communautaire relève d’une sélection, dont les modalités nous échappent globalement, mais qui cependant semble exclure en priorité les enfants dont l’absence est quasi systématique. Ces petits sites périphériques relèveraient d’implantations secondaires de familles intégrées à l’espace communautaire, mais n’ayant pas accès au cimetière commun : par exemple, des dépendants ou des chefs déclassés.

43L’examen de la fréquence des occupations des cimetières confirme le modèle proposé. Les cimetières qui relèvent du premier schéma se distinguent par la fréquence des phases d’abandon et de réoccupation sur le long terme, ce qui témoigne à n’en pas douter de déplacements cycliques à l’intérieur d’un même terroir. En revanche, on constate que les sites stables durant tout l’âge du Bronze sont essentiellement localisés aux confluences Yonne/Seine (Marolles-sur-Seine « Les Gours-aux-Lions », Villeneuve-la-Guyard « Les Falaises de Prépoux ») ou Seine/Aube (Courtavant « Les Grèves de la Villeneuve »), c’est-à-dire dans les zones pour lesquelles on présume l’existence de terroirs de taille réduite correspondant au second schéma de répartition. Il est symptomatique par ailleurs que ce soient les cimetières à organisation aléatoire de l’étape 1 qui perdurent durant toute la période (Marolles-sur-Seine « Les Gours-aux-Lions », Villeneuve-la-Guyard « Les Falaises de Prépoux », Courtavant « Les Grèves de la Villeneuve »). Ceux dont les tombes sont groupées, relevant sans doute d’une tradition allogène, s’interrompent. Ils ne seront réoccupés et pour une partie d’entre eux seulement, qu’à partir du Bronze final IIIb ou du deuxième âge du Fer (Barbey, Courtavant « Bois Pot-de-Vin », Champlay « La Colombine », Beaumont « Le Crot-aux-Moines ») (Baray et alii, 1994, p. 189 et 191, fig. 166).

44Les confluents présentent, de fait, les plus fortes densités d’occupation comparativement aux vallées proprement dites. Cette répartition différentielle des cimetières entre les vallées et les confluents devrait être particulièrement nette au cours de l’étape 1, comme le suggère le décalage chronologique reconnu, par C. Mordant (Mor dant, Gouge, 1992, p. 145-146 et 148), entre ces deux grandes entités géographiques, les confluents (comme zone stratégique de contrôle des échanges à longue distance) ayant fait l’objet d’une occupation précoce, dès la phase initiale du Bronze final. La localisation aux zones de confluence des pectoraux en canine de suidé est à ce point illustratif de tels phénomènes de contrôle de l’espace (Mor dant, Gouge, 1992, p. 154-161, fig. 20 ; Mor dant, Piet t e, 1996, p. 470). La poussée vers l’ouest des groupes du Bronze final I-IIA s’est sans doute faite dans un contexte de multiples formes de tensions. C’est dans ce contexte que l’on peut expliquer l’émergence des cimetières dans lesquels des éléments d’inégalité sociale sont fortement attestés. Le contexte compétitif et conflictuel est en effet particulièrement favorable à l’émergence de fortes individualités. La prise de contrôle des grands axes de circulation que sont les vallées semble aisément s’expliquer dans un tel contexte où tout se joue sur la mobilité des individus et des biens de prestiges, garants de la position sociale du possesseur.

Fig. 14. Schémas d’organisation spatiale des communautés du Bronze final des vallées de l’Yonne et de la Haute-Seine. A : déplacement cyclique de l’habitat et du cimetière qui lui est associé au sein du terroir ; B : déplacement cyclique de l’habitat autour d’un cimetière au sein du terroir.

Bibliographie

Bibliographie

Baray 2000 : Baray (L.). — Évolution socio-économique et adaptation architecturale : tumulus et concentration du pouvoir en Bourgogne de la seconde moitié du IXe s. au milieu du Ve s. av. J.-C. In : Dedet (B.), Gruat (P.), Marchand (G.), PY (M.), Schwaller (M.) éd. — Archéologie de la mort, archéologie de la tombe au premier âge du Fer : Actes du XXIe colloque international de l’AFEAF, Conques-Montrozier, 8-11 mai 1997. Lattes, 2000, p. 195-211, 14 fig. (Monographie d’Archéologie Méditerranéenne ; 5).

Baray et alii 1994 : Baray (L.), Deffressigne (S.), Le-Royer (C.), Villemeur (I.). — Nécropoles protohistoriques du Sénonais : Serbonnes/La Créole, Michery/La Longue Raie, Soucy/Mocques-Bouteilles (Yonne). Paris : Maison des Sciences de l’Homme, 1994. 227 p., 175 fig., 6 tabl. (Documents d’Archéologie Française ; 44).

Bédard et alii 1988 : Bédard (J.-C.), Vibert (Y.), Degros (J.), Bulard (A.), Tarrête (J.). — Une nécropole à incinérations du Bronze final à Buno-Bonnevaux (Essonne). In : BRUN (P.), Mordant (C.). — Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’urnes : Actes du colloque international de Nemours, 1986. Nemours : Éd. A.P.R.A.I.F., 1988, p. 237-290, 10 fig.

Blouet et alii 1992 : Blouet (V.), Buzzi (P.), Dreidemy (C.), Faye (C.), Faye (O.), Gebus (L.), Klag (T.), Kœnig (M.-P.), Maggi (C.), Mangin (G.), Mervelet (P.), Vanmoerkerke (J.). — Données récentes sur l’habitat de l’âge du Bronze en Lorraine. In : L’habitat et l’occupation du sol à l’Âge du Bronze en Europe : Actes du colloque international de Lons-le-Saunier, 16-19 mai 1990. Paris : CTHS, 1992, p. 177-193, 5 fig. (Documents préhistoriques ; 4).

Bontillot et alii 1975 : Bontillot (J.), Mordant (C.), Mordant (D.), Paris (J.). — La nécropole des Gobillons à Châtenay-sur-Seine (Seine-et-Marne). Bull. de la Soc. préhistorique française, 72, 1975, p. 416-456, 27 fig.

Brun 1984 : Brun (P.). — Modèles diffusionnistes et systèmes chronologiques. In : Transition Bronze final Hallstatt ancien : problèmes chronologiques et culturels : Actes du 109e Congrès national des sociétés savantes, Dijon, 1984, section d’archéologie et d’histoire de l’art, II. Paris : CTHS, 1984, p. 261-277, 16 fig.

Brun 1986 : Brun (P.). — La civilisation des champs d’urnes : étude critique dans le Bassin parisien. Paris : Maison des Sciences de l’Homme, 1986. 168 p., 45 fig., 78 pl. (Documents d’Archéologie Française ; 4).

Brun, Pion 1992 : Brun (P.), Pion (P.). — L’organisation de l’espace dans la vallée de l’Aisne pendant l’âge du Bronze. In : L’habitat et l’occupation du sol à l’âge du Bronze en Europe : Actes du colloque international de Lons-le-Saunier, 16-19 mai 1990. Paris : CTHS, 1992, p. 117-127, 5 fig. (Documents préhistoriques ; 4).

Brun et alii 2005 : Brun (P.), Cathelinais (C.), Chatillon (S.), Guichard (Y.), Le Guen (P.), Nere (É.). — L’Âge du Bronze dans la vallée de l’Aisne. In : L’Âge du Bronze du nord de la France dans son contexte européen : Actes du 125e congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques, Lille, 2000. Paris : CTHS, 2005, p. 189-208, 15 fig., 3 tabl.

Gouge 1993 : Gouge (P.). — La Nécropole de Marolles-sur-Seine « Les Gours des Lions » au Bronze final IIIB – Hallstatt ancien. Bull. du Groupement archéologique de Seine-et-Marne, 32-34, 1991-1993, p. 85-139, 56 fig.

Lacroix 1957 : Lacroix (abbé B.). — La nécropole protohistorique de La Colombine, d’après les fouilles de Georges Bolnat. Saint-Père-sous-Vézelay : Soc. des Fouilles Archéologiques de l’Yonne, 1957, 167 p., ill. (Cahiers d’Archéologie et d’Histoire de l’Art ; 2).

Lambot 1989 : Lambot (B.). — Le Bronze final et le Premier Âge du Fer sur le site d’Acy-Romance (Ardennes). Gallia Préhistoire, 31, 1989, p. 209-258, 44 fig.

Mordant 1975 : Mordant (C.). — La nécropole de La Colombine à Champlay (Yonne), d’après les fouilles et la collection de P. Jacquelin. Revue archéologique de l’Est et du Centre-Est, XXVI, 3/4, 1975, p. 423-441, 6 fig.

Mordant 1988 : Mordant (C.). — Inhumation 7 de Barbey (Seine-et-Marne), Les Cents Arpents. In : Il y a 3 500 ans : les tumulus de Haguenau et le Bronze moyen en Europe, catalogue d’exposition, musée de Haguenau (6 avril-30 sept. 1988). Haguenau : Musée historique de Haguenau, 1988, p. 84-85, 4 fig.

Mordant, Gouge 1992 : Mordant (C.), Gouge (P.). — L’occupation du sol au Bronze finaldans les vallées de l’Yonne et de la Haute-Seine. In : L’habitat et l’occupation du sol à l’âge du Bronze en Europe : Actes du colloque international de Lons-le-Saunier, 16-19 mai 1990. Paris : CTHS, 1992, p. 133-164, 28 fig. (Documents préhistoriques ; 4).

Mordant, Mordant 1970 : Mordant (C.), Mordant (D.). — Le site protohistorique des Gours-aux-Lions, Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne). Paris : Soc. préhistorique française, 1970. 139 p., 66 fig. (Mémoires de la Soc. préhistorique française ; 8).

Mordant, Piette 1996 : Mordant (C.), Piette (J.). — Diadèmes ou pectoraux du Bronze final de la Haute-Seine et de l’Yonne. In : La Vie Préhistorique. Dijon : Éd. Faton, 1996, p. 466-471, ill. (Soc. Préhistorique Française).

Mordant et alii 1977 : Mordant (C.), Mordant (D.), Bontillot (J.), Paris (J.). — Le Bois des Refuges à Misy-sur-Yonne (Seine-et-Marne), Néolithique, Bronze, Hallstatt. Bull. de la Soc. préhistorique française, 74, 1, 1977, p. 420-462.

Piette 1984 : Piette (J.). — Aspects particuliers du Bronze final III sur le site des « Grèves de la Villeneuve » à Courtavant (Aube). In : Transition Bronze final Hallstatt ancien : problèmes chronologiques et culturels : Actes du 109ème congrès national des sociétés savantes, Dijon, 1984, section d’archéologie et d’histoire de l’art, II. Paris : CTHS, 1984, p. 135-151, 10 fig.

Prestreau 1992 : Prestreau (M.) — Le site néolithique et protohistorique des Falaises de Prépoux à Villeneuve-la-Guyard (Yonne). Gallia Préhistoire, 34, 1992, p. 171-207, 30 fig.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de répartition des sites mentionnés dans le texte. 1 : Courtavant « Bois Pot-de-Vin » (Aube) ; 2 : Courtavant « Les Grèves de la Villeneuve » (Aube) ; 3 : Châtenay-sur-Seine « Les Gobillons » (Seine-et-Marne) ; 4 : Marolles-sur-Seine « Les Gours-aux-Lions » (Seine-et-Marne) ; 5 : Misy-sur-Yonne « Bois des Refuges » (Seine-et-Marne) ; 6 : Villeneuve-la-Guyard « Prépoux » (Yonne) ; 7 : Soucy « Mocques Bouteilles » (Yonne) ; 8 : Champlay « La Colombine » (Yonne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14262/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 2. Schémas théoriques de distributions spatiales. A : concentration ; B : distribution aléatoire
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14262/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Fig. 3. Tableau de calcul des indices de répartition des sépultures par cimetière et étape chronologique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14262/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Fig. 4. Tableau de calcul des distances et écarts types des sépultures par cimetière et étape chronologique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14262/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Fig. 5. Courtavant « Bois Pot-de-Vin » (Aube). Plan de répartition des sépultures du Bronze final I-IIa. Étoile blanche : poignard en bronze ; carré blanc : pendentif en canine de suidé serti de bronze (document original aimablement communiqué par J. Piette ; modifié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14262/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende Fig. 6. Champlay « La Colombine » (Yonne). Plan de répartition des sépultures du Bronze final I-IIa. Étoile blanche : poignard en bronze ; carré blanc : pendentif en canine de suidé serti de bronze (d’après Mordant, 1975 ; modifié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14262/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 7. Marolles-sur-Seine « Les Gours-aux-Lions » (Seine-et-Marne). A : plan de répartition des sépultures du Bronze final I-IIa et IIb-IIIa ; B : plan de répartition des sépultures du Bronze final IIIb/Hallstatt C (d’après Mordant, Mordant, 1970 ; Gouge, 1993 ; modifiés).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14262/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende Fig. 8. Châtenay-sur-Seine « Les Gobillons » (Seine-et-Marne). Plan de répartition des sépultures du Bronze final (d’après Bontillot et alii, 1975 ; modifié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14262/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende Fig. 9. Villeneuve-la-Guyard « Prépoux » (Yonne). Plan de répartition des sépultures du Bronze final (d’après Prestreau, 1992 ; modifié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14262/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende Fig. 10. Soucy « Mocques Bouteilles » (Yonne). Plan de répartition des sépultures du Bronze final IIIb (d’après Baray et alii, 1994 ; modifié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14262/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende Fig. 11. Courtavant « Les Grèves de la Villeneuve » (Aube). Plan de répartition des sépultures du Bronze final IIb-IIIa et IIIb (d’après Piette, 1984 ; modifié).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14262/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Fig. 12. Grisy-sur-Seine « La Ferme d’Îsle » (Seine-et-Marne). Variation de fréquence des fosses domestiques datées dans les habitats (d’après Mordant, Gouge, 1992).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14262/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Fig. 13. Schéma d’évolution du modèle proposé entre le Bronze moyen final/Bronze final I-IIa et le Bronze final IIIb-Halsttat C.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14262/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 14. Schémas d’organisation spatiale des communautés du Bronze final des vallées de l’Yonne et de la Haute-Seine. A : déplacement cyclique de l’habitat et du cimetière qui lui est associé au sein du terroir ; B : déplacement cyclique de l’habitat autour d’un cimetière au sein du terroir.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14262/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

Auteur

Chargé de recherche au CNRS
UMR 5594 du CNRS
Centre de Recherche et d’Étude du Patrimoine
5, rue Rigault
89100 SENS
Tél : 03 86 83 88 90
recherche@cerep-musees-sens.net

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search