Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Quelques éléments sur le travail du bronze à Chassey-Le-Camp (Saône-et-Loire)

À travers une collection ancienne

Émilie Dubreucq

Entrées d'index

Texte intégral

Le camp de Chassey : situation géographique et historique des recherches

1Site éponyme, le camp de Chassey est l’un des habitats les plus célèbres de Bourgogne. Couvrant près de neuf hectares, il mesure 850 m de longueur sur 200 m de largeur. Plateau stratégique entre la vallée de la Saône et de la Dheune, il est entouré de rochers abrupts et de fortes pentes, le destinant naturellement à un rôle défensif. Il possède notamment deux remparts, dit « Le Château » et « La Redoute », qui le barrent au sud et au nord (fig. 1).

2L’histoire de la recherche le concernant, contrairement à sa renommée, est relativement réduite (Thevenot, 1968).

3Les premières fouilles importantes ont lieu dans le deuxième quart du xixe s. réalisées par C. de Longuy, correspondant de la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or.

4Divers amateurs éclairés, dont le très célèbre J.-G. Bulliot, découvreur du Mont-Beuvray, le considère également comme un site phare (Thevenot, 1968). Les recherches reprennent en 1865 sous l’impulsion d’E. Flouest, procureur impérial à Chalon-sur-Saône. Elles se poursuivent avec la collaboration de R. de Coynard, qui fouille alors à Alésia. Un fanum, de nombreuses tombelles et tumulus sont alors découverts. Quelques coupes sont également réalisées dans les deux remparts nord et sud. La documentation relative à ces recherches demeure malheureusement bien imprécise et limitée (Thevenot, 1968). Cependant en 1869, E. Flouest publie une monographie dans laquelle il précise les diverses occupations du site à travers notamment les collections privées de nombreux archéologues amateurs.

5Deux sont particulièrement intéressantes et conséquentes : la collection Perrault ainsi que la collection Loydreau, du nom de leurs découvreurs. Durant les années qui suivirent, peu de recherches significatives ont été effectuées sur le site. Elles ne reprennent qu’en 1925, dirigées par G. Variot. Il tente alors de comprendre l’architecture et la datation du système défensif du camp, en particulier celui du « Château ». Mais, de nouveau, peu de documents émanent de ces fouilles et aucune datation n’est véritablement avancée. En 1953, des travaux sont menés par H. Parriat, originaire de Montceau-les-Mines, suite à l’étude de la collection Perrault, léguée depuis peu à la ville. Il s’intéresse à la zone de « La Redoute » où il effectue diverses tranchées. Une stratigraphie complexe semble découverte sans que la publication s’y rapportant ne soit très claire.

Fig. 1. Plan du site de Chassey-le-Camp (d’après Thevenot, 1997).

6C’est finalement J.-P. Thevenot, auquel nous rendons hommage dans cet article, qui réalisera de nouvelles campagnes de fouilles de 1969 à 1979, localisées principalement au sud du site, dans le rempart de « La Redoute ».

La collection Loydreau

7E. Loydreau, maire et médecin de Chagny, constitua l’une des plus grosses collections d’objets découverts sur le camp de Chassey. De 1866 à 1880, il engagea divers vignerons, dont le père Dubief, pour réaliser les nombreuses fouilles, notamment dans les zones non labourées, jusqu’ici non explorées. Il est cependant difficile actuellement de les localiser précisément. Le but principal des fouilleurs semblait être, avant tout, la découverte de beaux objets et l’enrichissement des collections du docteur Loydreau. Peu de documents, comme pour la plupart des autres travaux, ne subsistent de ces diverses fouilles. Seules quelques planches photographiques illustrent la richesse du mobilier découvert, bien représentatif de la succession des occupations de l’habitat, mises en avant plus tard par J.-P. Thevenot.

Quelques témoins intéressants

8Parmi les milliers d’objets récoltés et conservés de cette collection, une vingtaine illustrent la pratique de l’artisanat du bronze sur le site (fig. 2). Bien entendu, aucune structure : fours et foyers, n’a été retrouvée en relation avec ce mobilier dont la provenance exacte sur l’habitat demeure inconnue.

Fig. 2. Tableau inventaire du mobilier cité.

  • 1 Nous ne citons que quelques auteurs, la liste n’est bien entendue pas exhaustive.

9Les questions de chaîne opératoire du travail du bronze sont désormais bien maîtrisées du fait des nombreuses études et publications sur ce sujet, de l’âge du Bronze à l’époque romaine (Mohen, Bailloud, 1987 ; Chardron-Picault, Pernot, 1999 ; Guillaumet, 2003 ; Hamm, 1999 ; en préparation ; Lehoërff, 1998 ; Pernot, 1993 ; 1998 ; Pernot et alii, 1988 ; Thevenot, 1998)1.

10Différents types d’artéfacts attestent, en effet, de la présence d’un artisanat du bronze sur les sites. Les scories sont, en général, les mieux repérées par l’archéologue. Les demi-produits ou ratés de fabrication, les chutes et les coulures complètent la gamme des déchets issus de cette activité. Les matières premières : les lingots et les objets bruts de coulée illustrent d’autres étapes de la chaîne opératoire. Enfin, certains outils peuvent également confirmer la présence de cet artisanat.

11Dans cette collection, trois lingots (nos 173, 174, 311) composés de deux tiges de section rectangulaire et d’une barre plus épaisse témoignent de la présence de matière première (fig. 3). Elles ont été utilisées pour la réalisation d’objets par martelage comme l’attestent les traces d’enfoncement du métal de la présence de matière première (fig. 3). Elles sont encore largement visibles sur chacune des pièces. Il n’est, cependant pas possible de déterminer si ces lingots de bronze ont été coulés sur place ou acquis par le bronzier, directement sous forme d’alliage. Plusieurs hypothèses peuvent être émises quant à leurs dimensions variées. Les modules différents de ces lingots dépendaient peut-être d’une adaptation à la quantité de matière et/ou de l’alliage pour la pièce ensuite réalisée. Chaque lingot pouvait être également standardisé, mais suivant l’étape d’avancement du travail lors de l’abandon, ils ne possèdent pas la même forme, taille et poids. Sans contexte précis, ces lingots peuvent aussi provenir d’époques différentes d’où leur différence d’apparence.

Fig. 3. Les lingots barres de la collection Loydreau et quelques comparaisons.

12Témoins d’une autre étape dans la chaîne opératoire, des coulures de bronze (no 162) et une scorie attestent de la pratique de la fonderie à Chassey (fig. 4). Au nombre de deux, les coulures possèdent une face plane correspondant à la partie tombée en dehors du moule lors de la coulée. Destinées normalement à la refonte car recyclables, elles sont, tout de même, couramment découvertes sur les sites (Pernot, 1998, p. 109).

13Concordant avec cette pratique, un anneau brut de coulée (no 104) fait notamment partie du mobilier de cette collection (fig. 4). De section ovalaire, il n’est conservé que sur une moitié. Son intérêt réside dans la présence de barbes de coulées, surplus de métal que le bronzier enlève généralement par limage pour rendre la surface de l’objet lisse. De plus, cet anneau semble déformé car la courbure de son arc de cercle n’est pas homogène. L’abandon de cette pièce peut probablement s’expliquer par le fait qu’elle ait été ratée dès la coulée. On peut également remarquer qu’elle n’a pas été recyclée, soit par négligence ou peut-être parce qu’elle était constituée d’un mauvais alliage ?

14Toujours en relation avec l’étape de fonderie, un outil, même s’il n’est pas forcément caractéristique de cette activité, peut être distingué. Il s’agit d’une spatule (no165) à soie qui a pu servir pour le modelage de la cire ou encore à la fabrication des moules non permanents (en argile ou en sable) (fig. 4). Du fait de sa petite taille, elle a pu être utilisée pour la confection de petits objets. On la retrouve couramment dans la panoplie d’outils du bronzier, comme c’est le cas dans le dépôt de Génelard à l’âge du Bronze (Thevenot, 1998), ou au premier âge du Fer, sur l’habitat de Bourguignon-lès-Morey (Dubreucq, 2001).

15Un certain nombre d’objets en cours de fabrication ont été notamment abandonnés et retrouvés dans cette collection.

16Trois objets peuvent être interprétés comme demi-produit de bracelets (nos 89, 90, 163e) (fig. 5). Le premier (no 89) est une tige formant un arc de cercle dont les sections varient plusieurs fois sur la longueur.

Fig. 4. Les témoins de fonderie.

Fig. 5. Les demi-produits de bracelets et leurs comparaisons.

17En effet, l’une des extrémités est ovale, l’autre est plano-convexe et le centre de la tige est de section carrée, dont deux faces ont été en partie arrondies. On observe donc un martelage de la tige non homogène et non terminé par l’artisan. La courbure de cette tige, son épaisseur peuvent être rapprochées d’une ébauche d’un bracelet simple, ou peut-être destinée à être décorée de quelques incisions à ses extrémités non conservées. Des comparaisons peuvent être proposées à travers quelques exemplaires finis, présents dans le corpus de cette collection.

18Une deuxième pièce (no 90) se compose d’une tige de section rectangulaire dont les deux extrémités ont été aplaties et terminées en arrondi. On s’aperçoit notamment qu’elle est légèrement tordue à diverses reprises. De par sa longueur (132 mm) et sa forme, cette pièce peut être attribuée à un bracelet, qui n’aurait pas été replié en arc de cercle. La dernière étape de mise en forme n’a pas été effectuée pour cet objet. Il peut, cependant, être directement rapproché d’une dizaine d’autres bracelets finis (nos 77 à 85 de la collection Loydreau), de section rectangulaire et dont les extrémités sont notamment aplaties et arrondies. Les diverses torsions visibles le long de cette pièce peuvent probablement expliquer les raisons de son abandon, en cours de travail.

19Le troisième demi-produit (no 163e) est composé d’une partie quasi rectiligne de section plano-convexe qui s’élargit et s’épaissit pour terminer aplatie et arrondie à son extrémité. Comme la pièce précédente, la dernière étape de mise en forme n’a pas été réalisée, probablement en raison du bris de la pièce qui est d’ailleurs légèrement plus fine et moins large à l’endroit de la cassure. De nouveau, la présence d’une pièce finie du même type dans cette collection permet de confirmer l’identification de cette pièce comme ébauche de bracelet.

20Trois autres objets peuvent être également associés au terme de demi-produit (nos 91, 163d, 175) (fig. 6). Il s’agit d’une première tige de section carrée, puis d’une tige de section losangique et d’une autre tige de section rectangulaire. La première, légèrement courbe possède tout de même une face en partie arrondie et trois angles droits. L’une de ses extrémités a été aplatie et présente une section rectangulaire. Des traces d’outil se trouvent également à chaque extrémité, impacts de forme quasi triangulaires, témoins probables de l’utilisation d’un poinçon.

Fig. 6. Trois autres demi-produits.

21La seconde tige est vrillée à la moitié de sa longueur, avec l’une de ses extrémités se terminant en pointe et l’autre étant de forme rectangulaire plate (no 163d).

22Enfin, la troisième possède une section rectangulaire, variable d’un bout à l’autre de la pièce. En effet, certaines traces d’enfoncement prouvent un martelage peu homogène, responsable des différences d’épaisseur et de largeur de la tige.

23Il est difficile de déterminer précisément à quels objets étaient destinés ces pièces en cours de fabrication. La seconde peut être interprétée comme une ébauche d’épingle. Pour les deux autres, en revanche, l’identification demeure incertaine. Ce sont avant tout les déformations du métal, aspect gondolé et traces de martelage, qui nous poussent à cette interprétation.

24La différenciation entre ébauches et chutes n’est d’ailleurs pas toujours évidente. En effet, la séparation entre les deux types de déchets est parfois minime même s’ils ne correspondent pas à la même étape de la chaîne opératoire. Nous avons considéré comme chutes, les pièces comportant des traces de découpes et généralement une forme non attribuable à un objet spécifique.

25Neuf pièces sont concernées par cette distinction : six fragments de tôle (no°160) et trois tiges (nos 163a, b, c) (fig. 7). Les premières ont des formes assez diverses : tôle triangulaire, rectangulaire et possèdent toutes la caractéristique d’être repliées. L’une d’elles, en particulier, comporte des traces de découpe bien visibles sur l’un de ses bords longitudinal. Le fait qu’elles soient enroulées, pliées semble indiquer qu’elles étaient prêtes pour le recyclage : la refonte.

26L’une des tiges (no 163c) est également repliée, probablement pour les mêmes raisons que les fragments de tôle. De section rectangulaire, ses extrémités ont été arrondies et aplaties, rappelant l’une des pièces interprétée plus haut comme ébauche de bracelet. La différence entre les deux n’est d’ailleurs pas leur destination première, la réalisation d’un bracelet, mais plutôt l’étape de la chaîne opératoire que chacune des pièces représente : l’objet en cours de fabrication et l’objet replié, prêt à être recyclé, évoquant l’étape suivante dans le travail du bronzier.

27Une autre tige de section triangulaire illustre également le terme de « chute ». Vrillée, elle comporte le long de l’une de ses arêtes aplatie des traces de découpe. Celles-ci sont d’ailleurs intéressantes à observer car il est possible de calculer l’inclinaison du tranchant de l’outil employé à les réaliser. On peut, en effet, constater que l’artisan ne semble pas avoir voulu réaliser une découpe droite mais plutôt de biais en formant un angle de 60° avec son ciseau. Ce dernier, s’il était employé à chaud comme cela semble être le cas ici, devait posséder un long manche pour que l’artisan ne se brûle pas (Duvauchelle, 1990). Il n’est cependant pas possible d’évaluer la largeur de son tranchant.

28Enfin, une dernière pièce formant un arc de cercle, comprend des impacts de martelage et des arêtes de découpe sur la face interne de sa courbure. L’outil utilisé devait posséder environ trois millimètres de tranchant d’après les traces laissées. L’artisan a certainement employé un petit ciseau ou tranchet lors de sa manipulation. La fonction de ces chutes, comme la pièce précédente et l’un des fragments de tôle, peut assurément correspondre aux déchets issus d’un travail de découpage. Celui-ci a pu être effectué à divers moments de la chaîne opératoire : juste après la fonderie, après une étape de martelage, etc., l’objectif étant d’enlever un trop plein de matière à l’aide d’un objet coupant.

29Les chutes identifiées dans la collection Loydreau sont donc de deux types : pièces inutilisables (en cours de fabrication ou pas) déjà prêtes pour le recyclage et pièces issues de l’activité de découpes (l’une d’elles étant également repliée, prête à la refonte).

30Deux autres pièces (no 150) sont notamment remarquables et il nous a semblé judicieux de les faire apparaître dans cet article. Il s’agit de deux épingles dont la tête au départ enroulée a été dépliée (fig. 8). De ce fait, l’extrémité concernée est aplatie sur 25 mm de long et arrondie. Elle semble également comme martelée car des crans subsistent du dépliage du métal.

31Ce genre de traitement rappelle celui destiné à préparer l’objet à une surcoulée pour l’ajout d’une tête à l’épingle. Dans ce cas, l’artisan aurait peut-être tenté de récupérer ces épingles existantes, pour en réaliser de nouvelles, avec une tête neuve.

32Il n’est cependant pas possible de l’affirmer catégoriquement puisqu’elles ont été ensuite abandonnées.

33Malgré le peu d’artéfacts (à peine une vingtaine de pièces) liés à l’artisanat du bronze, on peut garantir, sur le site de Chassey, la fabrication d’au moins un type d’objet : des bracelets. Diverses étapes : la fonderie, le martelage et le découpage sont notamment visibles à travers quelques pièces sans que l’on puisse les associer à la fabrication d’objets reconnaissables. Il s’agit dès lors de tenter de dater tous ces artéfacts, dont le contexte, comme nous l’avons déjà dit n’est pas stratifié.

Le problème majeur : la datation de ces artéfacts

34La succession des occupations du site de Chassey est relativement bien connue, notamment grâce aux fouilles réalisées par J.-P. Thevenot. Trois périodes semblent plus densément représentées : le Néolithique moyen, le Bronze final et le Hallstatt final. Quelques vestiges du Bronze ancien, moyen et de La Tène finale sont également présents ainsi que l’époque romaine et mérovingienne à travers notamment un fanum et des tombes médiévales (Thevenot, 1997).

35Faute de contexte précis, seule la datation typochronologique est envisageable pour tenter d’attribuer ces objets à une période donnée. Or, la plupart de ces découvertes ne sont pas caractéristiques d’une époque. Parmi la vingtaine d’objets étudiés, seuls quelques-uns peuvent être associés par typologie : les ébauches d’objets particuliers (épingles et bracelets dont les types sont reconnaissables).

Fig. 7. Les diverses chutes : tiges et tôles.

36Les lingots arborent une forme particulière de barre, probablement dépendante de leur fonction, les rendant pratiques à transporter et à travailler. La question est alors de savoir si cette forme et la manière de la travailler est caractéristique d’une période donnée.

37En effet, deux des exemplaires étudiés (nos 173, 174) sont intéressants pour les traces de martelage et les encoches qu’ils possèdent. Celles-ci sont relativement régulières et rappellent d’autres exemplaires découverts (fig. 3). Nous pouvons citer deux pièces issues de l’habitat de Fort-Harrouard (Mohen, Bailloud, 1987, pl. 80, nos 4 et 32). Datés de la fin du Bronze moyen, les deux lingots-barres sont en association avec de la céramique, des épingles ainsi que des fragments de moules (Mohen, Bailloud, 1987, pl. 80).

Fig. 8. Les épingles à tête déroulée.

38D’autres lingots-barres proviennent également des habitats fortifiés et extérieurs de la Heuneburg (Drescher, 1995 ; Kurz, 2000, pl. 35, no 563). Associés à d’autres vestiges d’artisanat du bronze, ils comportent de nombreuses traces de martelage à intervalles fixes, rappelant l’une des pièces de Chassey (no 173). Cette fois-ci, la datation correspond à un niveau du Hallstatt moyen et final (Ha D1 à D3) (Drescher, 1995 ; Kurz, 2000). Le même phénomène est également visible à La Tène finale à Manching (Allemagne) (Van Endert, 1991, pl. 40, no 730). On ne peut donc absolument pas trancher quant à la chronologie de ces lingots, dont la forme et les traces qui subsistent témoignent finalement de savoir-faire communs aux bronziers protohistoriques. Les pièces encochées attestent probablement d’un prédécoupage du lingot dans le but, peut-être de réaliser de petits objets. R. Drescher, pour le site de la Heuneburg propose même la chaîne opératoire de la fabrication de petits rivets, nécessitant ce traitement de la barre au départ de la manipulation (Drescher, 1995, fig. 45) (fig. 9).

39Pour les épingles à tête enroulée à l’origine, il est difficile d’en envisager la datation car elles sont présentes au Bronze ancien, au Bronze final et à l’époque du Hallstatt (Audouze, Gaucher, 1981). De plus, même si la technique de surcoulée est généralement employée au Bronze final, elle perdure durant la période hallstattienne. Le problème ne peut donc être résolu puisque le site est occupé aux deux époques.

Fig. 9. Schéma de fabrication de rivets à La Heuneburg (d’après Drescher, 1995, fig. 45).

40Quant aux bracelets, ils peuvent être distingués en trois types. Le premier correspond au bracelet ouvert de section rectangulaire plus ou moins large dont les extrémités sont aplaties et arrondies. Quelques exemplaires proviennent des niveaux de l’âge du Bronze en Suisse ou en Allemagne sans qu’il soit possible d’en préciser la chronologie exacte (Paszthory, 1985 ; Richter, 1970).

41Le deuxième type est ouvert, de section plano-convexe avec des extrémités notamment aplaties et arrondies. Différent du précédent dans la forme de la section et dans l’épaisseur, ce deuxième type se retrouve également au Bronze moyen et final sans qu’il ne soit un marqueur chronologique précis (Lourdaux, Gomez De Soto, 1998, p. 118).

42Enfin, le troisième type de bracelet devait être de section ovale avec des extrémités affinées. Non caractéristique car très simple, il se retrouve à diverses périodes sans en être un marqueur particulier.

43C’est finalement bien peu de pièces qui peuvent être datées et celles qui le sont, demeurent relativement imprécises. Cependant, il semble que les épingles autant que les bracelets convergent vers une datation à l’âge du Bronze, voir même au Bronze final, comme l’attestent d’autres découvertes de cette collection. Par contre, on ne peut assurer la concordance chronologique entre ces vestiges de l’âge du Bronze et les autres déchets métallurgiques. L’habitat étant aussi largement occupé au Hallstatt final, on peut également supposer une activité bronzière, comme c’est le cas sur la plupart des sites de hauteur de cette période (Sievers, 1984 ; Schweitzer, 1973 ; Lagadec et alii, 1989 ; Piningre, Ganard, 1997). L’outillage ou en tout cas les traces laissées par celui-ci ne nous permettant pas non plus de trancher.

44Cet article avait pour objectif d’ouvrir une fenêtre sur le mobilier métallique de la collection Loydreau, riche d’au moins 350 objets en bronze et fer, pour la plupart inédits. La question de la production d’objets en bronze en représente une infime partie qui nous a semblé tout de même intéressante à aborder dans le cadre de cet hommage à J.-P. Thevenot. Suite à cette étude, il est possible d’affirmer qu’au moins un type d’objets a été produit sur l’habitat de Chassey : des bracelets. D’autre part, il est possible de présumer que cette production ne devait pas toucher de larges circuits commerciaux mais certainement être issu d’un petit atelier diffusant localement comme c’est généralement le cas pour les pièces de parure, en particulier à l’âge du Bronze. En outre, ce sont diverses techniques et outillage qui ont pu être perçues grâce aux traces laissées par les artisans, même si celles-ci ne peuvent être situées dans le temps.

  • 2 Nous tenons à remercier Mme Maurice-Chabard conservatrice du musée Rolin à Autun, Y. Labeaune et A. (...)

45Il ne fait aucun doute qu’une réétude de l’ensemble de la collection Loydreau à la lumière des fouilles récentes permettrait peut-être de préciser et de mieux comprendre ce mobilier désormais sans contexte2.

Bibliographie

Bibliographie

Audouze, Gaucher 1981 : Audouze (F.), Gaucher (G.). — Typologie des objets de l’Âge du Bronze en France. Fasc. VI : Épingles. Paris : Soc. préhistorique française, 1981. 114 p., ill.

Chardron-Picault, Pernot 1999 : Chardron-Picault (P.), Pernot (M.). — Un quartier antique d’artisanat métallurgique à Autun (Saône-et-Loire). Le site du Lycée Militaire. Paris : Maison des Sciences de l’Homme, 1999. 316 p. (Documents d’Archéologie Française ; 76).

Drescher 1995 : Drescher (R.). — Die Verarbeitung von Buntmetall auf der Heuneburg. In : Gersbach (M.). — Baubefunde der Perioden IV c-IV a der Heuneburg. Mainz : Ph. von Zabern, 1995 (Heuneburg Studien ; IX).

Dubreucq 2001 : Dubreucq (É.). — Le petit mobilier en fer du site fortifié de Bourguignon-lès-Morey (Haute-Saône). Mémoire de Maîtrise. Dijon : Université de Bourgogne, 2001. 202 p., 22 fig., 35 pl.

Duvauchelle 1990 : Duvauchelle (A.). — Les outils en fer du musée romain d’Avenches. Bull. de l’Association Pro Aventico, 32, 1990, p. 5-83, 21 fig., 34 pl.

Guillaumet 2003 : Guillaumet (J.-P.). — Paléomanufacture métallique : méthode d’étude. Gollion : Infolio éd., 2003. 156 p., ill. (Coll. Vestigia).

Hamm 1999 : Hamm (G.). — Les objets en bronze en cours de fabrication à Bibracte. Mémoire de Maîtrise. Strasbourg : Université M. Bloch, 1999.

Hamm en préparation : Hamm (G.). — Les ateliers de bronziers du Hallstatt à l’époque gallo-romaine en France du Nord-Est. Thèse de doctorat. Strasbourg : Université Marc Bloch, en préparation.

Kurz 2000 : Kurz (S.). — Die Heuneburg-Aussensiedlung, Befunde et Funde. Stuttgart : Theiss, 2001. 394 p., 52 fig., 46 pl. (Forschungen und Berichte zur Vor-und Frühgeschichte in Baden-Württemberg ; 72).

Lagadec et alii 1989 : Lagadec (J.-P.), Duval (P.), Eveillard (J.), Leroy (M.), Ploquin (A.). — Bilan de sept campagnes de fouilles de la Cité d’Affrique de Messein (1981-1987). Revue archéologique de l’Est, 40-2, 1989, p. 147-197.

Lehoërff 1998 : Lehoërff (A.). — Fabriquer une fibule en Italie Centrale entre le XIIe et le VIIIe siècle avant notre ère. Questions méthodologiques et premières études d’un corpus. In : Rolley (C.) dir. — Techniques antiques du bronze. Dijon : Université de Bourgogne, 1998, p. 45-78 (Publ. du Centre de Recherches sur les Techniques Gréco-Romaines ; 15).

Lourdaux, Gomez de Soto 1998 : Lourdaux (S.), Gomez de Soto (J.). — La parure de la nécropole de l’âge du Bronze final des Ouches à Auzay (Vendée). In : Mordant (C.), Pernot (M.), Rychner (V.) dir. — L’atelier du bronzier en Europe du XXème au VIIIème siècle avant notre ère. Du minerai au métal, du métal à l’objet : Actes du colloque international « Bronze 96 », Neuchâtel et Dijon, 1996. Paris : CTHS, 1998, Tome III, p. 115-128.

Mohen, Bailloud 1987 : Mohen (J.-P.), Bailloud (G.). — La vie quotidienne : les fouilles de Fort-Harrouard. Paris : Picard, 1987. 241 p.- 108 p. de pl. (L’Âge du Bronze en France ; 4).

Paszthory 1985 : Paszthory (K.). — Der bronzezeitliche Arm-und Beinschmuck in der Schweiz. München : C. H. Beck, 1985. X-280 p.- 195 p. de pl. (Prähistorische Bronzefunde ; 10, 3).

Pernot 1993 : Pernot (M.). — Approche de l’artisanat du bronze au Mont-Beuvray : la fabrication de fibules et l’organisation d’un atelier. Revue d’archéométrie, 17, 1993, p. 41-49.

Pernot 1998 : Pernot (M.). — L’organisation de l’atelier du bronzier. In : Mordant (C.), Pernot (M.), Rychner (V.) dir. — L’atelier du bronzier en Europe du XXème au VIIIème siècle avant notre ère. Du minerai au métal, du métal à l’objet : Actes du colloque international « Bronze 96 », Neuchâtel et Dijon, 1996. Paris : CTHS, 1998, Tome II, p. 107-116.

Pernot et alii 1988 : Pernot (M.), Dubos (J.), Guillaumet (J.-P.). — Technologies de fibules du Mont-Beuvray. In : Rolley (C.) dir. — Techniques antiques du bronze. Dijon :

Université de Bourgogne, 1988, p. 59-89 (Publ. du Centre de Recherches sur les Techniques Gréco-Romaines ; 12).

Piningre, Ganard 1997 : Piningre (J.-F.), Ganard (V.). — Le site fortifié de Bourguignon-lès-Morey (Haute-Saône) : Néolithique, âge du Bronze, 1er et 2ème âge du Fer. Rapport de synthèse 1995-1997. Besançon : SRA de Franche-Comté, 1997.

Richter 1970 : Richter (I.). — Der Arm-und Beinschmuck der Bronze-und Urnenfelderzeit in Hessen und Rheinhessen. München : C. H. Beck, 1970. 195 p., 98 fig. (Prähistorische Bronzefunde ; 10, 1).

Schweitzer 1973 : Schweitzer (R.). — Le Britzgyberg : station du Hallstatt. Bull. du Musée Historique de Mulhouse, 89, 1972, p. 43-64, 14 fig.

Sievers 1984 : Sievers (S.). — Die Kleinfunde der Heuneburg : die Funde aus den Grabungen von 1950-1979. Mainz am Rhein : P. von Zabern, 1984. 2 vol. (Römisch-Germanische Forschungen ; 42 - Heuneburg Studien ; 5).

Thevenot 1968 : Thevenot (J.-P.). — Le camp de Chassey après un siècle de recherches. Mémoires de la Soc. Éduenne, LI, 3, 1968, p. 149-192.

Thevenot 1997 : Thevenot (J.-P.). — Que représente Chassey au premier âge du Fer ? In : Brun (P.), Chaume (B.) dir. — Vix et les éphémères principautés celtiques. Les VIe -Ve siècles avant J.-C. en Europe centre-occidentale : Actes du colloque de Châtillon-sur-Seine, 1993. Paris : Errance, 1997, p. 173-178.

Thevenot 1998 : Thevenot (J.-P.). — Un outillage de bronzier : le dépôt de « La petite Laugère », à Génelard (Saôneet-Loire, France). In : Mordant (C.), Pernot (M.), Rychner (V.) dir. — L’atelier du bronzier en Europe du XXème au VIIIème siècle avant notre ère. Du minerai au métal, du métal à l’objet : Actes du colloque international « Bronze 96 », Neuchâtel et Dijon, 1996. Paris : CTHS, 1998, Tome II, p. 123-144, 9 fig.

Van Endert 1991 : Van Endert (D.). — Die Bronzefunde aus dem Oppidum von Manching. Stuttgart : F. Steiner, 1991. X-158 p.- 62 p. de pl. (Die Ausgrabungen in Manching ; 13).

Notes

1 Nous ne citons que quelques auteurs, la liste n’est bien entendue pas exhaustive.

2 Nous tenons à remercier Mme Maurice-Chabard conservatrice du musée Rolin à Autun, Y. Labeaune et A. Gadéa du Service Archéologique d’Autun pour nous avoir permis de revoir le mobilier de Chassey dans d’excellentes conditions. J.-P. Guillaumet, Cl. Mordant, J.-P. Thevenot également pour leurs conseils.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan du site de Chassey-le-Camp (d’après Thevenot, 1997).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14250/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Fig. 2. Tableau inventaire du mobilier cité.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14250/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 706k
Légende Fig. 3. Les lingots barres de la collection Loydreau et quelques comparaisons.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14250/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Fig. 4. Les témoins de fonderie.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14250/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Fig. 5. Les demi-produits de bracelets et leurs comparaisons.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14250/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 6. Trois autres demi-produits.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14250/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 7. Les diverses chutes : tiges et tôles.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14250/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 8. Les épingles à tête déroulée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14250/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 9. Schéma de fabrication de rivets à La Heuneburg (d’après Drescher, 1995, fig. 45).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14250/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

Auteur

Doctorante
Université de Bourgogne UMR
5594 du CNRS
Centre archéologique européen du Mont Beuvray
58370 GLUX-EN-GLENNE
emiliedubreucq@yahoo.fr

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search