Version classiqueVersion mobile

Escolives Sainte-Camille gallo-romain

 | 
Raymond Kapps

Préface

Roland Martin

Texte intégral

1Si les constructeurs des remparts du IVe siècle ont fait un large emploi dans leur maçonnerie des matériaux arrachés aux édifices que les luttes du siècle précédent avaient violemment endommagés, il est plus exceptionnel de trouver, en architecture civile ou domestique, une utilisation aussi totale de blocs empruntés à un édifice antérieur systématiquement démantelé. Cette heureuse trouvaille est pour R. Kapps la récompense d’un effort persévérant et acharné, poursuivi pendant de longues années pour dégager, étudier et conserver le vaste ensemble thermal dont la découverte a suivi l’exploration d’une nécropole mérovingienne qui avait d’abord attiré son attention. Les piscines et les bassins des thermes ont partiellement assuré leurs fondations sur les blocs puissants enlevés à une construction dont l’emplacement n’a pas encore pu être fixé et dont l’identification reste mal assurée. La quantité des blocs, leur état de conservation lorsqu’ils n’ont pas été retaillés ou débités en moellons pour constituer la maçonnerie des murs, les possibilités de raccords et d’association que permet la régularité du remploi soulèvent de nombreux problèmes sur la localisation, la fonction, la vie et la destruction de cet édifice. Ils ne pourront être abordés qu’après la publication descriptive et complète que R. Kapps entreprend dans ce volume ; il met ainsi à la disposition des chercheurs un riche matériel qui retiendra l’attention pour sa valeur architecturale, sculpturale et iconographique. L’étude de l’histoire du décor sculpté, des motifs géométriques ou végétaux, du rinceau animé, de l’iconographie associée aux formes abstraites ou figuratives du décor comme aux structures architecturales, reçoit par cette publication une contribution dont l’exploitation demandera beaucoup de temps, par suite des difficultés qui résultent de l’isolement de la trouvaille, de l’absence de critères chronologiques extérieurs, de l’incertitude des relations à établir entre cet ensemble et la diffusion des formes et des thèmes gréco-italiques dans les régions centrales et septentrionales de la Gaule.

2Pour que cette introduction ne se limite pas à formuler des problèmes et à poser des points d’interrogation, nous sommes heureux de préciser quelques aspects architecturaux du monument en les présentant comme un témoignage de gratitude adressé à R. Kapps, en remerciement de la joie et de l’intérêt qu’il nous a procurés en nous permettant de suivre les phases de sa découverte, d’en affronter et d’en formuler les premiers problèmes, d’en discuter certains aspects dans un séminaire de la Faculté de Dijon où il apportait chaque semaine avec générosité et une grande patience une matière sans cesse renouvelée et originale. C’est au cours de ce séminaire que s’est élaborée la restitution publiée ici (frontispice et planche 1) et sa mise au point par A. Olivier qui a procédé à un nouvel examen des blocs dans le dépôt d’Escolives. Que tous les participants à cette recherche soient ici remerciés.

3La clé de la restitution architecturale a été fournie par la série des blocs de l’ordre, comportant double parement, avec une demi-colonne accolée sur une face et un pilastre rectangulaire sur l’autre. De part et d’autre des éléments de support, le bloc parallélépipédique est complet, avec ses extrémités latérales bien parementées, présentant une encoche recreusée sur son axe médian. Plusieurs de ces blocs conservent, au lieu des plans lisses qui forment les piliers d’encadrement, le départ d’une arcature à triple bandeaux dont la restitution et les exactes dimensions peuvent être fixées par une série de voussoirs de même style et de mêmes proportions. Toutes ces pièces présentent un double parement imposant la restitution d’une construction à deux façades, l’une rythmée par les demi-colonnes, l’autre par les pilastres de faible saillie ; les supports sont flanqués de piliers lisses qui supportent la retombée des arcatures couvrant chaque travée. Les colonnes et les piliers reposent sur des bases de type classique avec double tore que sépare une gorge réduite à un filet en retrait compris entre deux autres filets associés aux tores. On connaît ce type de base attestée en Gaule occidentale, de la Bourgogne à Saint-Rémy-de-Provence, en passant par Lyon. Les chapiteaux relèvent du style corinthien classique ; la corbeille est faite d’une double rangée de feuilles d’acanthe fortement lancéolées, aux folioles bien dégagées et bien découpées. Deux caudicules en émergent qui laissent échapper d’un calice d’acanthes deux branches de volutes opposées, l’une venant s’enrouler sous les rebords en saillie de l’abaque, les autres s’affrontant sur l’axe médian. Les branches des volutes sont enrobées dans deux larges feuilles d’acanthe. Les colonnes sont cannelées dans la partie supérieure du fût et présentent un filet encadrant une moulure convexe dans le tiers inférieur. Ce type de décor est bien connu dans la tradition hellénistico-romaine des deux premiers siècles de notre ère, en Orient comme en Italie.

4L’entablement est composé d’une architrave traditionnelle à trois fasces que couronne un talon lisse surmonté d’un bandeau plat, d’une frise sculptée et d’une corniche à modillons couronnée d’une doucine décorée de feuilles et d’un bandeau plat orné d’une guirlande de vrilles. Tous les blocs, comme on le verra dans l’étude de R. Kapps, sont traités sur les deux faces, confirmant une construction à double façade, mais le rythme est différent de l’une à l’autre. Au-dessus des pilastres, sur la façade que nous qualifierons de secondaire, le déroulement de l’entablement est rectiligne. Sur la façade principale, tout l’entablement est découpé suivant le rythme des travées, par une saillie au niveau de chaque colonne. La partie saillante de la frise est accentuée par un motif décoratif particulier — en général un masque divin — qui en souligne la valeur et marque le découpage des motifs végétaux ou géométriques ornant la frise et les divers éléments de la modénature des corniches. Ce traitement donne une relative autonomie et crée une certaine individualité pour chacune des travées. Il constitue une base solide pour la restauration de l’entablement et le rapprochement des blocs voisins ou contigus.

5L’ensemble de la restitution qui peut être ainsi fixée avec une relative sécurité, même dans le détail, par les observations techniques et stylistiques, donne un ordre d’heureuses proportions. Les colonnes d’applique atteignent environ 4,50 m de haut, y compris la base et le chapiteau ; le passage sous clé de voûte est d’environ 4 mètres, et la largeur du passage de 2 mètres, pour une distance de 3 mètres approximativement entre les axes. L’entablement, haut de 1,30 m, fournit un rapport équilibré dans la hauteur totale de l’ensemble 1 :4 1/2 (haut, totale, 5,80 m env.). Une étude graphique pourrait sans doute fournir une approche encore plus exacte. La coupe présentée ici permet de sentir le rythme vertical très régulier de cet ordre avec les rapports 1 : 1 : 1 de l’arcature, de l’architrave et de la frise. Nous sommes dans un système de proportions classique qui pourrait avoir quelque valeur chronologique, si toutefois nous étions mieux renseignés sur la fonction de cette construction.

6Le rythme des saillies de l’entablement, avec le jeu des motifs décoratifs, implique un édifice assez développé, comprenant à coup sûr de nombreuses arcades. L’étude des motifs permettra d’en fixer le nombre minimum. Quelle était donc la nature exacte de ce portique ? et quelle en était la fonction ? Il ne peut s’agir d’un arc monumental, ni non plus d’une simple porte que couronnerait un fronton dont nous n’avons, à aucun endroit sur les lits d’attente des corniches, la moindre trace d’implantation, ni le moindre indice dans la diversité des blocs retrouvés. On pense certes au portique qui borde la rue d’accès au téménos de Cybèle à Vienne et dont les premières travées émergent des édifices modernes. Rythme, dispositif et même style permettent d’étonnants rapprochements.

7Le déroulement de ces arcades suggère l’idée d’une enceinte monumentale de téménos, d’une aire sacrée on d’un domaine public ; les encastrements que nous avons relevés sur le parement latéral des blocs porte-colonne, une feuillure dessinée sur l’intrados des arcatures pourrait faire supposer un système de fermeture adaptée à certaines travées, barrières ou grilles ? Il est certain que nous avons une façade extérieure, plus riche avec ses demi-colonnes qu’accompagnent les saillies de l’entablement, et une façade intérieure, plus sobre, mais où le décor reste vigoureux, en tout cas bien visible. On ne saurait donc envisager une façade monumentale de portique couvert en bordure de rue. On en revient donc à l’idée d’une enceinte richement décorée, enveloppant une aire privilégiée, un bassin ? une zone sacrée ? On serait tenté certes de mettre ce monument en rapport avec la source voisine et les cultes éventuels de la fécondité ou des divinités guérisseuses dont plusieurs autres documents, également retrouvés en remploi dans les thermes, attestent l’existence. Mais les fouilles poussées en cette direction sont restées muettes.

8Notre seul propos est ici de présenter ces quelques observations sans doute provisoires sur l’aspect général d’un édifice qui, tout en nous fournissant une très riche série d’éléments, soulève de nombreux problèmes que seule l’étude exhaustive des documents publiés ici permettra de reprendre et de développer.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 250k

© ARTEHIS Éditions, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search