Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

L’épingle en bronze à tête discoïdale plate de Verrey-sous-Salmaise (Côte-d’Or) dans son contexte

Yves Pautrat et Bernard Benoît

Texte intégral

  • 1 Cf. Mangin, Scherrer, 1988 : cette épingle y était attribuée tantôt au lieu-dit « La Feuillerotte » (...)

1Les prospections de l’un d’entre nous (B.B.), consacrées à la vérification d’informations archéologiques anciennes, ont abouti, pendant l’hiver 2002, à la redécouverte d’une épingle en bronze restée jusque là quasiment inédite. Cette épingle, qui appartient au type « à tête discoïdale plate, col évasé et renflement court annelé sur la tige » (Audouze, Gaucher, 1981), avait été vue et photographiée par l’équipe de M. Mangin et J. Scherrer en 1988, lors de leur prospection archéologique du Haut-Auxois1. Depuis sa découverte et malgré cet inventaire, elle était restée chez H. Carré, son inventeur, et n’avait jamais été reprise dans les publications spécialisées. Nous avons donc voulu ici, porter l’existence de cette épingle à la connaissance des chercheurs, en donner une description détaillée, la situer dans son contexte archéologique local et enfin la comparer sommairement aux autres épingles du même type, à l’échelle de la Bourgogne et de la Franche-Comté.

Localisation du site

2La commune de Verrey-sous-Salmaise est située à un trentaine de kilomètres au nord-ouest de Dijon. « La Tille » est une parcelle cultivée de 21,5 hectares, qui occupe le sommet d’une butte résiduelle entre les vallées de l’Ozerain à l’ouest et de l’Oze à l’est (alt. 513 m). Cette butte est constituée de la classique série sédimentaire du Jurassique moyen formant l’ossature de l’Auxois : sur les pentes, les alternances de couches marneuses et de bancs calcaires à huîtres (Ostrea acuminata) du Bajocien supérieur constituent, sur les marnes, une ligne de suintements (« Les Mouilles »). Vers le haut, les bancs calcaires compacts sont de plus en plus fréquents (calcaires à fragments d’huîtres ou calcaires « lumachelliques »). L’entablement de la butte, enfin, est constitué de calcaires oncolitiques à oolithes cannabines et de « calcaires hydrauliques » du Bathonien inférieur. Les formations superficielles sont d’épaisseur variable sur la parcelle, peu épaisses (10– 15 cm maximum), voire inexistantes sur le sommet où le rocher affleure, remanié par les travaux agricoles en mécanisation moderne.

Circonstances de la découverte et environnement archéologique

3Le déboisement de « La Tille » a débuté en 1966 avant son acquisition, en 1979, par le propriétaire actuel (« Ferme du Giboux »). Des travaux d’épierrement et d’arrachage systématique des souches ont été réalisés avant le passage du concasseur, à partir de 1980. C’est lors de ces travaux que H. Carré a repéré une tige verte dépassant du sol ; croyant à un fragment de fil de cuivre, il est descendu de son tracteur pour la récupérer. L’épingle était donc fichée dans le sol à l’envers, et c’est lors de cette extraction, que la tête aurait pu être légèrement endommagée. Les informations qui suivent, sur l’environnement immédiat de la découverte, ont été fournies par H. Carré, ou observées par nos soins (fig. 1).

4La butte de « La Tille » est bordée, au sud-ouest par une voie romaine se dirigeant vers le site d’Alésia. En contrebas et à l’ouest de la butte se trouve un site gallo-romain (prospections Mangin-Scherrer), tandis qu’à l’est ont été trouvés, en plusieurs endroits distincts, des fragments de meule romaine et de l’industrie lithique sans doute néolithique. Enfin, à peu de distance à l’est, le lieu-dit « La Souille » conserve, sous couvert forestier, des structures de pierres sèches (tertres, murées...) ; la mémoire locale y garde le souvenir d’un tumulus fouillé avant 1914, non documenté.

5L’épingle a été trouvée à l’emplacement d’un tumulus (T 1), connu dès avant le défrichement de la parcelle. Ce tertre funéraire, encore très faiblement perceptible, a été localisé au G.P.S. dans de bonnes conditions de réception en x = 774,07 et y = 2272,86 (coordonnées Lambert II étendu). Avant la mise en culture, il présentait un diamètre de 8 à 10 m, pour une hauteur préservée maximale de 0,80 m. Il était constitué d’une masse de terre, recouverte de blocs calcaires décimétriques ; quelques rares blocs dépassaient 0,50 m de côté. Au cours de l’épierrement, l’enlèvement sélectif des blocs les plus importants n’a pas permis de révéler d’éventuelles structures ; la structure interne du tumulus n’est donc pas connue. Actuellement, le tertre présente un diamètre de 10 à 15 m, pour une hauteur n’excédant pas 0,10 à 0,20 m. Le volume du cailloutis calcaire de surface (provenant du substrat rocheux local) est légèrement plus important à l’emplacement du tumulus, mais aucune organisation n’est visible. La couleur du sol est identique à celle du reste de la parcelle.

Fig. 1. Verrey-sous-Salmaise, « La Tille ». Localisation sur fond I.G.N. et environnement archéologique. Trait plein : limites parcellaires (talus ou chemins) visibles sur photographies aériennes récentes ou au sol ; tireté : limites parcellaires (talus) apparaissant sur la photographie aérienne, mais non visibles au sol ; double trait : voie antique ; 1 et 2 : zones de ramassage de mobilier lithique (éclats de débitage, silex patiné - Néolithique) ; 3 : tumulus fouillé avant 1914 et structures de pierres sèches ; époque indéterminée ; 4 : meule en granit ; 5 : habitat antique ; T1 et T2 : tumulus arasés par les labours (l’épingle provient de T1, carte B. Benoît).

6À 72 m au nord de ce premier tumulus, un second tumulus (T 2) est encore visible. Sa localisation, dans les mêmes conditions, le situe en x = 774,09 et y = 2272,93. Mesurant à l’origine, de 10 à 12 m de diamètre pour une hauteur de 0,80 m à 1 m, son diamètre peut maintenant être estimé, après arasement, à 18 ou 20 m, sa hauteur n’excédant pas 0,30 m. Contrairement au précédent, il est exclusivement constitué de pierres (calcaire provenant du substrat rocheux local). À l’œil, le volume des blocs calcaires de surface est plus important à l’emplacement du tumulus. Quelques-uns (de dimension décimétrique) semblent former une couronne d’environ 5 à 5,50 m de diamètre. La couleur du sol est identique à celle du reste de la parcelle, sauf au centre de la couronne où la terre est plus sombre.

7Les limites d’un parcellaire d’époque indéterminée ont été mises en évidence sur les photographies aériennes (clichés I.G.N. et photo aérienne traitée pour les besoins agricoles) et sont encore très faiblement lisibles au sol. Il s’agit de deux talus : le premier est orienté nord-ouest/sud-est, sensiblement parallèle à la voie romaine, tandis que le second est orienté nord-est/sud-ouest, donc perpendiculaire. Le tumulus T 1 est dans le prolongement du premier talus, auquel il était clairement associé avant arasement par les travaux agricoles récents, son sommet se détachant du talus (témoignage de H. Carré). Rien, dans les photographies aériennes ou le relief conservé, ne permet maintenant de confirmer cette liaison. Ces deux talus étaient exclusivement constitués de terre ce qui explique leur quasi-disparition dans le paysage actuel.

8Un petit anneau en bronze a également été trouvé sur « La Tille ». La face interne du jonc de l’anneau présente une usure bipolaire, probablement dûe à un système de suspension disparu (chaîne ?). Le degré de certitude concernant sa localisation n’est pas suffisant pour pouvoir l’affecter formellement à l’un ou l’autre des tumulus. Aucune autre découverte d’ossement, de cendre, de céramique ou d’autre mobilier métallique, dans ou à proximité des deux tumulus, n’a été rapportée.

Description de l’épingle

9L’épingle à tête discoïdale plate de Verreysous-Salmaise est constituée d’un alliage à base de cuivre et mesure 187 mm de longueur, mais elle est incomplète (fig. 2 ; fig. 6, no 1). Son poids actuel est de 24,65 g. La pointe est émoussée, arrondie et présente sur une face une zone abrasée longue de 8 mm ; elle est en outre noircie sur 1 à 3 mm, détail noté par l’inventeur dès la découverte. La tige est de diamètre constant (4,2 à 4,4 mm), légèrement tordue, et s’évase à sa partie supérieure, au contact avec le disque formant la tête, jusqu’à une largeur de 8,3 mm. Une fissure court sur environ un tiers du pourtour de la jonction tige-tête témoignant probablement d’un début d’arrachement de cette zone. À 50 mm sous la tête, la tige s’élargit en un renflement annelé, long de 14 mm, composé de dix anneaux irréguliers de largeur variable : quatre anneaux supérieurs et cinq inférieurs entourant un anneau central de diamètre maximum (7 mm). Les trois anneaux centraux sont plus larges que les autres (2 mm en moyenne pour l’anneau central ; environ 1,5 mm pour ceux qui l’entourent ; 1 mm, voire moins, pour les autres). Tous sont lisses et aucun ne porte de décor. Un examen attentif à la loupe montre la présence d’irrégularités dans les anneaux (méplats, micro-dépressions linéaires) qui évoquent des irrégularités de travail à la lime ou au ciselet. La tête est constituée d’un disque plat de diamètre approximativement régulier d’environ 30-31 mm, épais de 1,8 mm. Ce disque est abîmé sur un côté : il manque un morceau de la périphérie sur 7 mm de large et la patine superficielle est ponctuellement arrachée dans le prolongement de cette perte de matière. Le disque a été plié vers le bas sur un tiers, puis redressé (lors de la découverte ?), ce qui a provoqué un enlèvement de patine superficielle sur la face inférieure. La patine de la face supérieure porte de fines stries concentriques irrégulières (certaines en spirale) qui témoignent probablement d’un polissage au tour (fig. 3). Sur l’ensemble de l’épingle, la patine est brillante, mais irrégulière avec des arrachements superficiels entre la tête et le renflement fusiforme, ainsi que vers l’extrémité.

Fig. 2. Épingle de Verrey-sous-Salmaise, « La Tille » (dessin J.-R. Bourgeois).

10Nous avons voulu vérifier si la fissure périphérique visible à la jonction tête-tige pouvait résulter d’un procédé de fabrication particulier (soudure ?). Grâce à la collaboration de Gaz de France (J.-P. Roche et O. Bisotti ; Département « techniques gaz services »), nous avons pu radiographier cette épingle. Les clichés obtenus montrent une continuité du métal entre la tige et la tête mais révèlent une fissure interne de la tige, irrégulière et longitudinale, qui apparaît entre la tête et le renflement annelé, dans la partie inférieure de la tige. Il pourrait s’agir d’une fissure due à un travail d’écrouissage postérieur à la coulée de la pièce (fig. 4). Pour valider cette hypothèse, nous avons soumis l’épingle et sa documentation à l’examen de J. Happ, bronzier et expérimentateur. Après discussion avec lui, notre hypothèse de fabrication serait la suivante : l’épingle est coulée selon la technique de la fonte à cire perdue, avec une tige de diamètre important (égal ou supérieur à celui du renflement). Dans un deuxième temps, l’épingle est reprise et finie au moyen de plusieurs opérations distinctes : martelage de la tête à partir du cône de coulée puis polissage probable, façonnage de la pointe, tournage et finition de la tige. Pour valider cette hypothèse, l’épingle de Verrey-sous-Salmaise, et celles qui lui sont semblables, devraient bien sûr faire l’objet d’analyses métallurgiques approfondies.

Fig. 3. Épingle de Verrey-sous-Salmaise, « La Tille ». Face supérieure de la tête, montrant les stries de polissage (cl. Y. Pautrat).

Éléments de comparaison

11Nous avons comparé l’épingle de Verrey-sous-Salmaise avec les épingles de même type connues à l’échelle interrégionale : Bourgogne et Franche-Comté principalement (fig. 5). Certaines des épingles citées dans la bibliographie sont introuvables et, pour les autres, des différences de détail non négligeables apparaissent fréquemment entre les objets originaux et le dessin ou la description donnée par certains auteurs. En outre, des divergences très nettes apparaissent entre les différents auteurs au sujet de la datation et de l’attribution de ces épingles à un type précis. Nous n’avons donc retenu ici que les épingles dont la description conclut à un type identique ou très proche de celle de Verrey-sous-Salmaise.

Bourgogne

12Dijon (21), « Mirande, Frétois »

13(fig. 6, no°2) Dans sa publication de la collection Millon, en 1913, J. Déchelette mentionne une épingle d’un type très proche de celle de Verrey-sous-Salmaise, provenant de la banlieue est de Dijon, près du hameau de Mirande (Déchelette, 1913). Nous avons retrouvé la trace de cette épingle au Musée Lorrain de Nancy (no d’inventaire CG. 39.03). Les mesures qui nous ont été fournies (longueur : 290 mm, diamètre du disque : 29 mm, épaisseur du disque : 1 mm) corroborent la description de Déchelette : « Épingle à tête discoïdale, plate, rapportée ; tige longue, renflée à quelque distance de la tête, décorée de gravures linéaires ». Nous n’avons pu voir cette épingle, mais les observations et clichés communiqués par le Musée Lorrain indiquent que le renflement est décoré d’un nombre d’anneaux plus important que la moyenne, parallèles mais de largeurs variables, celui du centre nettement plus large que les autres. La portion de tige entre le renflement et le disque est exceptionnellement décorée d’anneaux de largeurs différentes. La tête évasée est elle aussi décorée d’au moins un anneau et, fendue, elle semble emboîtée sur la tige. Une étiquette ancienne masque la face supérieure du disque, dont la tranche semble ciselée.

Fig. 4. Radiographie de l’épingle de Verrey-sous-Salmaise, « La Tille » (cl. J.-P. Roche et O. Bisotti - GDF).

14Dans la même publication, une tige d’épingle provenant de Pontailler-sur-Saône (Côte-d’Or) présente de troublantes similitudes (longueur : 310 mm, renflement de petite taille, col évasé). L’absence de la tête et l’impossibilité de l’examiner nous ont toutefois conduit à ne pas en tenir compte.

15Marey-lès-Fussey (21) (fig. 6, no°3)

16L’épingle de Marey-lès-Fussey provient de la fouille d’une sépulture à inhumation incluse dans le tumulus no°2 de la nécropole tumulaire du « Bois des Fourneaux » composée de quinze tertres (fouilles R. Ratel, 1980). Ce tertre, anciennement fouillé, mesurait environ 14 x 19 m, mais semble avoir été déformé par les déblais des fouilles anciennes. Il est entièrement constitué de pierres sèches. La zone centrale est limitée par un parement externe de forme irrégulière qui constituait peut-être la périphérie originelle du tumulus. Les diverses sépultures sont regroupées à l’intérieur de ce parement, tandis que la périphérie extérieure du tertre peut correspondre à l’éboulement et à l’éparpillement de sa superstructure. Trois inhumations et une incinération ont été relevées, dont certaines ont été attribuées au Néolithique ( ?). L’épingle était disposée en biais, sur le thorax de l’inhumé no°6 qui portait également un bracelet en fer très corrodé au poignet gauche. Cette inhumation était posée sur le substrat rocheux calcaire si l’on en juge par la coupe fournie par le fouilleur. L’épingle est maintenant conservée au musée de Nuits-Saint-Georges (no°92.25.04) (Ratel, 1984).

Fig. 5. Répartition des épingles en bronze à tête discoïdale plate en Bourgogne et Franche-Comté. Côte-d’Or : 1. Verrey-sous-Salmaise, « La Tille » ; 2. Dijon, Mirande, « Frêtois » ; 3. Marey-lès-Fussey, « Bois des Fourneaux » ; 4. Ivry-en-Montagne, « Chaumes d’Auvenay » ; 5. Thury, « Bois de Varisey ». Saône-et-Loire : 6. Chalonnais, provenance inconnue ; 7. Le Villars ; 8. Montbellet, « Jean-de-Saône » (2 épingles). Yonne : 9. Auxerrois, provenance inconnue. Doubs : 10. Refranche, « Les Essarts Poulets ». Jura : 11. Barésia ; 12. Lect « Vouglans » ; 13. Lavans-lès-Saint-Claude (2 épingles) ; 14. Crançot (carte B. Benoît).

Fig. 6. Épingles en bronze à tête discoïdale plate de Bourgogne : Côte-d’Or. 1. Verrey-sous-Salmaise, « La Tille » ; 2. Dijon, Mirande, « Frêtois » ; 3. Marey-lès-Fussey, « Bois des Fourneaux » ; 4. Ivry-en-Montagne, « Chaumes d’Auvenay » ; 5. Thury, « Bois de Varisey » (infographie B. Benoît).

17Elle mesure 250 mm de longueur et semble complète. Elle présente un tête discoïdale plate (diamètre : 21 mm, épaisseur légèrement supérieure à 2 mm) dont la tranche est décorée : un bandeau lisse déborde en léger relief sur les faces inférieure et supérieure du disque, tandis qu’un bourrelet décoré de stries verticales régulières court sur son axe (guillochis probablement réalisé au ciseau). La tige est soudée sur la tête en un cône aplati, long de 0,58 mm, décoré côté tige de cinq anneaux en relief de largeurs variables (0,46 à 0,60 mm) et dont le plus inférieur est lui aussi guilloché. À environ 22 mm sous ces anneaux la tige présente un renflement biconique annelé, long de 1,34 mm, constitué de six anneaux régulièrement croissants, puis de cinq anneaux régulièrement décroissants, encadrant un anneau central de diamètre maximum (1,04 mm). L’anneau central et ceux des extrémités portent le même décor de stries verticales. La tige, rectiligne, est de diamètre constant (env. 4 mm), sauf à proximité du renflement et du col où son diamètre diminue légèrement. Cette diminution résulte probablement d’un travail de finition au tour des anneaux voisins dont une partie de la matière proviendrait de la tige. La radiographie de cette épingle, aimablement prêtée par le musée de Nuits-Saint-Georges, montre le même type de fissure irrégulière interne à la tige que celle de Verrey-sous-Salmaise et l’on est donc en droit de supposer un mode de fabrication analogue.

18Ivry-en-Montagne (21) (fig. 6, no°4)

19L’épingle est complète et mesure 220 mm. Elle possède une tête discoïde plate (env. 22 mm de diamètre), dont le chant porte un décor de stries verticales analogue à celui décrit plus haut pour Marey-lès-Fussey. Le col évasé est composé de trois anneaux de diamètres décroissants. Le renflement biconique est constitué de quatorze anneaux, dont le plus large, au centre, porte le même décor de stries verticales.

20Cette épingle provient d’un tumulus de la nécropole des « Chaumes d’Auvenay » fouillée par de Saulcy à la fin des années 1860. L. Olivier, après avoir repris la documentation de ces fouilles anciennes et être retourné sur le terrain, attribue cette épingle au tumulus dit « de la route d’Ivry à la Rochepot », qui n’a malheureusement pu être localisé (Olivier, Triboulot, 1999). Les descriptions anciennes évoquent un tumulus bas, de faible diamètre, « … comme les tumulus à mobilier néolithique de la même région… » (Henry, 1933). L’extrémité d’une autre épingle, des fragments de céramique grossière, deux dents humaines et un morceau de fer à cheval accompagnent cette épingle dans les collections du Musée des Antiquités Nationales, où elle porte le numéro 17059.001.

21Thury (21) (fig. 6, no°5)

22L’épingle de Thury, conservée au musée d’Autun, est pliée en deux endroits, de part et d’autre du renflement annelé. Sa tige est de diamètre constant, 4 mm, et diminue progressivement vers la pointe. Elle est dégradée aux endroits où elle a été pliée et vers la pointe : fissuration et desquamation de la couche supérieure patinée vert tendre, jusqu’à une sous-couche bleutée et, enfin, jusqu’au métal sain de couleur brun sombre. La longueur totale conservée de l’épingle est de 182 mm pliée (188 mm dépliée). Elle possède une tête discoïdale plate de 25 mm de diamètre, non décorée, épaisse de 2,3 mm ; un léger rebord est très partiellement conservé sur la face inférieure. Au col court, en tronc de cône, succèdent sept anneaux de largeurs variables (4 à 6 mm), bien dégagés les uns des autres. L’anneau inférieur, plus large et arrondi que les autres, est relié à la tige par un cône. À 20 mm sous la tête, la partie supérieure de la tige porte un renflement annelé de 30 mm de longueur constitué de dixsept anneaux, de haut en bas : six anneaux minces et serrés en succession très légèrement conique (5,8 mm de diamètre en moyenne), cinq anneaux épais de diamètre constant, bien dégagés les uns des autres (15 mm), cinq anneaux minces et serrés de diamètre décroissant (5,8 mm en moyenne) s’achevant par un sixième légèrement plus large et épais relié à la tige par un cône comme sous la tête. Bien que cette épingle soit en mauvais état général (patine très dégradée), la régularité et la complexité de son décor, l’épaisseur de la tête et sa liaison avec la tige, laissent penser qu’elle a été, elle aussi, coulée d’une seule pièce et travaillée au tour.

23Elle a été recueillie dans une tombe plate proche du tumulus IV de la nécropole du « Bois de Varisey » (fouilles Guillaumet-Maranski, 1981-84). Ce tertre de 1 m de hauteur pour 12 m de diamètre était entièrement construit en terre. Il contenait, sur sa pente sud-est, une sépulture excentrée sous la forme d’une fosse creusée dans l’argile du substrat et délimitée par un caisson de pierres, avec une inhumation en decubitus dorsal. Le mobilier archéologique associé à cette sépulture a été recueilli dans les terriers qui perturbaient la structure : trois anneaux de schiste (entiers ou fragmentés) et les fragments de cinq anneaux de jambe en bronze.

24À proximité de ce tertre, vers le sud, ont été fouillées quatre tombes plates. Au pied de la pente sud du tumulus, une première inhumation (sép. 1) orientée nord-ouest/sud-est, puis, à 3,50 m de la précédente, une seconde sépulture (sép. 2) de même orientation, entourée d’une couronne de pierres de 6 m de diamètre. La troisième sépulture (sép. 3) était à 2,50 m de la seconde. Elle se présentait superficiellement sous la forme d’un pierrier de 3 m sur 1,50 m recouvrant une fosse, creusée dans le substrat, de 0,50 m de diamètre et 0,35 m de profondeur bordée de petits blocs de grès. Dans son remplissage et aux alentours, les fouilleurs ont trouvé des fragments d’os brûlé, des tessons de céramique, ainsi que l’épingle en bronze. La dispersion de ces objets résulte clairement d’une violation de l’incinération. Enfin, une quatrième sépulture (sép. 4) d’orientation nord-ouest / sud-est, se trouvait à 3 m au sud-ouest de la précédente.

25La chronologie des tombes plates est délicate. Les fouilleurs n’ont pu qu’observer la succession rapide de la seconde sur la première (toutes deux posées sur le substrat), via la structure annexe circulaire. Rien ne permet toutefois de les caler dans le temps par rapport aux deux tombes creusées dans le substrat argileux : la troisième contenant l’épingle et la quatrième, indatable (Guillaumet, Maranski, 1982 ; Guillaumet, 1984 ; Maranski, 1984).

26Chalonnais (71) (fig. 7, no°1)

27Il s’agit d’une épingle de provenance inconnue, ayant appartenu à l’ancienne collection J. Chevrier. Elle est longue de 227 mm, très fine et caractérisée par un fort renflement biconique annelé (deux fois trois anneaux lisses encadrant un anneau central portant de fines incisions obliques). La tête discoïdale plate mesure 20 mm de diamètre et porte, elle aussi, de fines incisions obliques sur la partie supérieure de sa tranche. Le disque est « légèrement évidé sur les deux faces » (Bonnamour, 1969) et la patine générale est noirâtre.

  • 2 Elle figure dans le catalogue Martin (1910-1915) sous le no1015 à la page 160.

28Le Villars (71) (fig. 7, no2)

29Le musée Greuze de Tournus possède dans ses collections une épingle d’un type voisin, provenant de la commune du Villars (don Vernay, antérieur à 1910, no d’inv. 82.224). Cette épingle n’est pas accessible et n’a pu être documentée que par sa fiche d’inventaire et deux clichés 2. Elle est longue de 115 mm et présente une tête discoïdale plate, épaisse, de 15 mm de diamètre. La tige, de diamètre irrégulier, est relativement épaisse et présente une zone fortement corrodée vers la pointe. La fiche d’inventaire mentionne un col « nervuré », détail qui n’est cependant pas visible sur les photographies. Un renflement, situé à 15 mm sous la tête, est constitué de cinq anneaux, larges et peu dégagés, très érodés. L’ensemble de l’épingle semble avoir été coulé d’une seule pièce, tête et tige.

30Montbellet (71) (fig. 7, nos 3.1 et 3.2)

31Dans les années soixante-dix, les dragages en Saône, à la hauteur de Montbellet, lieu-dit « Jean de Saône », ont livré deux épingles en bronze très semblables quoique de tailles différentes.

32L’épingle no°1 (collections du G.R.A.T.) est incomplète et mesure 100 mm de longueur. Elle possède une fine tige dont le diamètre oscille entre 2,6 et 2,8 mm. Sa tête discoïdale a un diamètre de 14 mm pour une épaisseur voisine du millimètre. Sa face supérieure montre un léger rebord en relief et sa tranche porte des stries verticales très érodées et partiellement effacées. Cette tête, très mince, semble être soudée sur la tige au moyen d’un épaississement en cône irrégulier qui atteint 4,7 mm ; l’épanchement irrégulier de cette soudure sur la face inférieure du disque est très visible (à moins qu’il ne s’agisse d’irrégularités dues à un martelage peu soigné ?). À 26 mm sous la tête, la tige montre un renflement annelé, long de 4,5 mm, aux anneaux très érodés et peu lisibles (diamètre maximum : 5,3 mm), de haut en bas : cinq anneaux croissants, un anneau central probablement décoré de stries verticales, puis quatre anneaux décroissants. L’état de surface est tout à fait satisfaisant : patine sombre brillante.

33L’épingle no°2 (collections du musée Greuze) mesure 295 mm de longueur et le diamètre de sa tige varie entre 3 et 3,3 mm avant de diminuer régulièrement dans son quart inférieur jusqu’à la pointe (une zone corrodée diminue fortement le diamètre de la tige à 70 mm sous le renflement). Elle est par ailleurs complète. La tête discoïdale est toujours très fine, 0,9 mm d’épaisseur pour un diamètre de 32,3 mm. Comme pour la précédente, la face supérieure montre un très léger rebord en relief, mais aucun décor sur la tranche, ni stries de tournage ou de polissage. Le disque, légèrement ondulé, présente des oxydations irrégulières (vacuoles dont certaines le traversent de part en part) ou des variations de patine. Sous la tête, la tige forme un cône (6,3 mm de diamètre au maximum). Le renflement annelé, situé à 45 mm sous le disque, est décoré d’anneaux très effacés, impossible à dénombrer ; sa longueur est de 14,5 mm et son diamètre maximum de 7,5 mm.

34Les têtes de ces deux épingles sont typologiquement très proches de celle de Verrey-sous-Salmaise, de part leur faible épaisseur. Un procédé de fabrication proche de celui décrit pour Verrey peut prudemment être avancé, auquel il faudrait ajouter un martelage périphérique perpendiculaire à la tête pour créer le petit rebord supérieur.

35Auxerrois (89) (fig. 7, no°4)

36Cette épingle appartient aux collections du musée d’Auxerre (no°X. 11.1). C’est un don du Marquis de Traynel en 1923, mais aucun autre renseignement n’est disponible sur ses conditions de découverte et son contexte (Nicolas et alii, 1975). Elle mesure 150 mm, sa tête est en forme de disque plat et son col est droit (non évasé). S. Berthias (1996) note que le renflement court de la tige est formé de moulures hélicoïdales peu distinctes, peut-être issues d’une mauvaise coulée.

Fig. 7. Épingles en bronze à tête discoïdale plate de Bourgogne : Saône-et-Loire : 1. Chalonnais, provenance inconnue ; 2. Le Villars ; 3.1 et 3.2. Montbellet, « Jean-de-Saône » ; Yonne : 4. Auxerrois, provenance inconnue (infographie B. Benoît).

Franche-Comté

37Refranche (25) (fig. 8, no°1)

38L’épingle provient vraisemblablement de l’un des nombreux tumulus de la commune (tumulus no°14, « Les Essarts Poulet » ?). Si la tête est bien discoïdale, le renflement annelé est réduit à deux anneaux peu saillants. Le col est lisse et évasé. Sa longueur totale est 162 mm, le diamètre de la tête est de 20 mm et la longueur du renflement de 6 mm (Millotte, 1958 ; manuscrit Castan).

39Barésia (39) (fig. 8, no°2)

40La documentation concernant cette épingle est ancienne, puisqu’il s’agit de fouilles de tumulus de la première moitié du xixe s. L’épingle proviendrait du tumulus no°2 de Lemire, sur la droite du chemin Barésia-Clairvaux. Il renfermait un coffre en pierres grossières abritant « un cadavre qui portait une épingle avec un disque terminal et une épée en fer à soie plate endommagée » (Millotte, 1963 ; Rothé, 2001). L’épingle, schématiquement dessinée, présente elle aussi un renflement annelé composé de six anneaux. Il est difficile de préjuger des détails de la tête discoïdale, mais le col est lisse et évasé. Elle mesure 188 mm de long, le diamètre de la tête est de 21,5 mm et la longueur du renflement de 12 mm.

41Lect « Vouglans » (39) (fig. 8, no°3)

42Il s’agit encore d’une découverte ancienne documentée par la correspondance de Girardot (Archives départementales du Jura). Trois sépultures sous tumulus ont livré divers éléments : la première, une grande épée de fer, la seconde, un bracelet massif en fer à légers tampons et la troisième, trois paires de bracelets (non décrits et non figurés) et une épingle à tête discoïdale (diamètre : 30 mm). Elle mesure 210 mm de long et porte un renflement fusiforme (9 mm de longueur) « décoré de six cannelures horizontales » (Pétrequin, Vuaillat, 1971), délimitant une large plage centrale.

43Lavans-lès-Saint-Claude (39) (fig. 9, nos 1.1 et 1.2)

44Il s’agit d’une découverte ancienne mal documentée. Deux épingles en bronze « à disque terminal » furent trouvées dans un tumulus en 1897, en agrandissant le cimetière. Elles sont connues par un dessin conservé à la mairie de Lavans-lès-Saint-Claude. La première mesure 269 mm, la tête a un diamètre de 32 mm et elle possède un renflement annelé de 12 mm de long, à sept anneaux. La seconde mesure 281 mm de long, la tête a un diamètre de 35 mm et le renflement mesure 12 mm ; l’anneau central du renflement (plus biconique que la précédente) et la tranche de la tête portent des stries verticales. Elles présentent toutes deux la particularité d’avoir une tige de section quadrangulaire entre le renflement et la tête (Pétrequin, Vuaillat, 1971).

Fig. 8. Épingles en bronze à tête discoïdale plate de Franche-Comté : Doubs : 1. Refranche, « Les Essarts Poulets » ; Jura : 2. Barésia ; 3. Lect « Vouglans » (infographie B. Benoît).

45Crançot (39) (fig. 9, no°2)

46L’épingle conservée au musée de Lons-le-Saunier proviendrait, non d’un tumulus fouillé au début du xxe s. par L. Coutil (Millotte, Vignard, 1960 ; Coutil, 1914), mais bien d’un dépôt de quelques bronzes : « La cachette de Crançot, près de Lons, appartient au Hallstattien, avec des anneaux de chevilles caractéristiques, un brassard en bronze mince gravé, une tête de lance en bronze et une épingle en bronze du Hallstattien ancien. » (Piroutet, 1936). Sous la tête discoïdale (diamètre : 21 mm), le col évasé porte trois anneaux à sa base. Le renflement est formé de deux séries de quatre ou cinq anneaux encadrant un anneau central décoré de stries verticales incisées. Elle mesure 225 mm, dont 16 mm pour le renflement.

Fig. 9. Épingles en bronze à tête discoïdale plate de Franche-Comté : Jura : 1.1 et 1.2. Lavans-lès-Saint-Claude ; 2. Crançot (infographie B. Benoît).

47Nous n’avons pas retenu l’épingle de Doucier– Collondon provenant de fouilles anciennes de tumulus dont les résultats ont été repris par M. Vuillemey et publiés dans Gallia-Informations (tome III, 1960). Cette épingle, citée dans d’autres publications, comporte une excroissance sur la face supérieure du disque qui la distingue nettement de toutes celles reprises ici (bouton décoratif, tête sertie ou traversée par la tige ?).

Synthèse typologique

48Selon la Typologie des objets de l’âge du Bronze en France (Audouze, Gaucher, 1981), le type de l’épingle de Verrey-sous-Salmaise appartient à une subdivision du groupe des épingles à renflement fusiforme non perforé, groupe faisant partie de la famille des épingles à tête évasée. Les seize épingles décrites ci-dessus, trouvées en Bourgogne et en Franche-Comté, possèdent effectivement une tête discoïde sur un col évasé, de section circulaire ou carrée, et un renflement plus ou moins fusiforme, orné, court. Nous n’avons retenu, en outre, que celles dont le disque est plat (absence d’appendice ou de bouton sur la face supérieure), avec ou sans rebord.

49À l’observation, il existe des différences de dimensions entre les épingles. L’épingle la plus courte, complète, trouvée au Villars (71) mesure 115 mm alors que la plus longue, à Montbellet (71), mesure 295 mm, soit un écart de 180 mm (plus du double !). Le diamètre de la tête passe de 14 mm pour Montbellet (71) à 35 mm pour Lavans-lès-Saint-Claude (39). Les épingles les plus longues ont donc les têtes les plus larges, ce qui n’est pas le cas dans d’autres séries homogènes (Maranski, 1984).

  • 3 Lect « Vouglans » et Verrey-sous-Salmaise, qui ont des têtes hors norme par rapport à leur hauteur.

50Cette morphologie globale des épingles, définie par le rapport de la hauteur de l’épingle au diamètre de sa tête, nous a paru un critère intéressant pour tester quelques analyses statistiques comparatives. De fait, et hormis deux épingles3, notre échantillon se décompose clairement en trois groupes qui pourraient constituer trois variétés du type : celles de petite taille (trois épingles dont la hauteur est comprise entre 100 et 150 mm pour un diamètre de la tête entre 14 et 15 mm), celles de taille moyenne (sept épingles dont la hauteur est comprise entre 162 et 250 mm pour un diamètre de la tête entre 20 et 25 mm) et celles de grande taille (quatre épingles dont la hauteur est comprise entre 269 et 295 mm pour un diamètre de la tête entre 30 et 35 mm). Enfin, si l’on croise ce critère avec la localisation géographique des épingles (onze en Bourgogne et cinq en Franche-Comté), on constate que le diamètre de la tête des épingles de Franche-Comté croît plus vite que celui des épingles de Bourgogne quand la hauteur de l’épingle augmente.

51La position du renflement sur la tige est un autre caractère du type : il se situe dans la partie supérieure de la tige (Maranski, 1984). Nos propres mesures montrent que dix épingles sur seize ont un renflement situé entre 1/6 et 1/5 de la longueur de la tige quand celle-ci est complète.

52Les épingles portent toutes un décor plus ou moins complexe sur une ou plusieurs parties : renflement, tête, voire tige. Si les épingles les plus courtes comportent à l’évidence les décors les plus simples, nous n’avons pu trouver de rapport cohérent entre la hauteur des épingles et l’importance, la localisation ou la complexité du décor.

53Bien que l’échantillon analysé soit très restreint, l’utilisation de mesures statistiques descriptives permet donc de mettre en évidence deux caractères du groupe, le rapport entre le diamètre de la tête et la hauteur de l’épingle, ainsi que la position du renflement sur la tige, et trois « variétés » possibles de taille au sein du type. Cette analyse demanderait à être reprise et prolongée quand la population de ce type d’épingles aura significativement augmenté.

Répartition et chronologie

54D’autres épingles du même type que celles décrites ici sont connues à plus grande distance. Il s’agit d’abord de celles de Suisse (David-Elbiali, 2000) et de l’épingle de Chens-sur-Léman (Haute-Savoie), conservée au musée d’Art et d’Histoire de Genève (Audouze, Courtois, 1970). Il convient également de citer celles de Vernaison « Les Garennes », dans le Rhône (BECK, 1980 ; Bocquet, Hausmann, 2001), ainsi que deux épingles sans provenance du musée gallo-romain de Lyon (V 62-4-8 et V 62-4-10) et une autre de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), conservée à Saint-Germain-en-Laye. La répartition globale de ce type d’épingle, à l’échelle interrégionale, montre une double diffusion, depuis la Suisse vers le centre du Bassin parisien, en passant par les vallées de Côte-d’Or, ainsi que vers la Méditerranée, par la vallée de la Saône. Tout récemment, une épingle de ce type, mais dont le renflement n’est pas décoré (usé ?), a été découverte dans le lit de la Charente à Vibrac (16). Elle demeure trop isolée pour s’intégrer dans ce schéma (Burnez et alii, 2003).

55Traditionnellement datées de la transition Bronze final – Hallstatt, les épingles « à tête discoïdale plate, col évasé et renflement annelé sur la tige » sont maintenant attribuées au Bronze moyen par certains auteurs, qui s’appuient sur des hypothèses d’évolution typologique entre les différents types d’épingle. Même si l’on écarte prudemment l’attribution chronologique fournie par Piroutet pour l’épingle de Crançot, nous constatons, au terme de ce rapide panorama, qu’au moins deux exemplaires, ceux de Marey-lès-Fussey et Barésia, sont sans ambiguïté associés dans une même sépulture avec des objets en fer (épée ou bracelet). L’épingle de Lect « Vouglans » pourrait être dans le même cas. Enfin, pour Thury, D. Maranski précise que : « L’épingle ne peut être rattachée à aucune sépulture de la nécropole, mais est associée à des fragments de céramique datés de la fin du Bronze final » (Maranski, 1984). Nous restons donc partisans d’une datation plus récente, à la charnière Bronze final - Hallstatt, bien qu’une réutilisation tardive ou une perduration de l’utilisation de ces objets dans les rituels funéraires ne puisse être totalement exclue.

56L’autre constatation importante de notre étude est l’association majoritaire des épingles les mieux documentées avec le domaine funéraire sous tumulus, excepté Thury (incinération extérieure au tumulus), les épingles draguées en rivière, les dépôts de Crançot et de Vernaison, et sans tenir compte des quatre épingles de contexte inconnu. Les tumulus concernés sont généralement des tertres de dimensions moyennes, relativement peu élevés et souvent constitués de terre ou comportant un noyau de terre. Leur arasement par les travaux agricoles peut facilement être à l’origine de découvertes fortuites interprétées plus tard comme « hors contexte ».

Conclusion

57L’épingle de Verrey-sous-Salmaise s’insère donc bien dans les caractéristiques communes à ce type d’objet de parure, tant au niveau typologique (tête en disque mince, col évasé probablement issu du cône de coulée initial, renflement annelé généralement situé à 1/5 ou 1/6 de la longueur totale de la tige), que par rapport à son contexte (tumulus).

58Cette note, rédigée par deux néophytes dans le domaine du mobilier métallique, n’a d’autres buts que d’appliquer avec rigueur les conseils reçus de J.-P. Thevenot : observation attentive de l’objet étudié, description minutieuse, vérification patiente des informations précédemment publiées, comparaisons détaillées et hypothèses prudentes. Nos remerciements vont donc d’abord à lui, ainsi qu’aux chercheurs, conservateurs de musées et spécialistes que nous avons pu rencontrer ou interroger dans le cadre de cette petite étude.

Bibliographie

Bibliographie

Audouze, Courtois 1970 : Audouze (F.), Courtois (J.- C.). — Les épingles du sud-est de la France. München : C. H. Beck, 1970. 74 p., 30 pl. h. t. (Prähistorische Bronzefunde ; XIII, I).

Audouze, Gaucher 1981 : Audouze (F.), Gaucher (G.). — Typologie des objets de l’Âge du Bronze en France. Fasc. VI : Épingles. Paris : Soc. préhistorique française, 1981. 114 p., ill.

Beck 1980 : Beck (A.). — Beiträge zur frühen und älteren Urnenfelderkultur im Nordwestlichen Alpenvorland. Munich, C. H. Beck, 1980. 165 p., 85 pl. (Prähistoriche Bronzefunde ; XX, 2).

Berthias 1996 : Berthias (S.). — Les épingles de l’âge du Bronze en Bourgogne. Mémoire de Maîtrise. Dijon : Université de Bourgogne, 1996. 56 p., 38 pl.

Bocquet, Hausmann 2001 : Bocquet (A.), Hausmann (L.). — Dernières découvertes protohistoriques en Nord-Dauphiné et en Savoie. Bull. de la Soc. préhistorique française, 98-2, 2001, p. 299-310.

Bonnamour 1969 : Bonnamour (L.). — L’Âge du bronze au Musée de Châlon-sur-Saône. Chalon-sur-Saône : Ville de Chalon-sur-Saône, 1969, p. 137, pl. XVIII.

Burnez et alii 2003 : Burnez (C.), Gailledreau (J.-P.), Gomez de Soto (J.), Mallet (N.), Braguier (S.), Pruvost (M.), Geigl (E.-M.). — Nouvelles trouvailles subaquatiques néolithiques et protohistoriques dans la Charente à Saint-Simon et à Vibrac (Charente). Bull. de la Soc. préhistorique française, 100-3, 2003, p. 575-587, 8 fig.

Castan : Castan (A.). — Manuscrit no°1800, Bibliothèque municipale de Besançon.

Courtois 1960 : Courtois (J.-C.). — Les dépôts de fondeur de Vernaison et de La Poype-Vaugris. Cahiers rhodaniens, VII, 1960, p. 11, fig. 7, no°2.

Coutil 1914 : Coutil (L.). — Fouille de neuf tumulus de Champenet, commune de Crançot. In : Actes du Congrès préhistorique de France. Paris : Soc. préhistorique française, 1914, p. 509-513.

David-Elbiali 2000 : David-Elbiali (M.). — La Suisse occidentale au IIe millénaire avant J.-C. Chronologie, culture, intégration européenne. Lausanne, 2000. XXI-570 p., ill., cartes (Cahiers d’archéologie romande ; 80).

Déchelette 1913 : Déchelette (J.). — La collection Million, antiquités préhistoriques et gallo-romaines. Paris : P. Geuthner, 1913. XIII-282 p., ill.

Guillaumet 1984 : Guillaumet (J.-P.). — La transition Bronze-Hallstatt dans les sépultures de la nécropole de Thury, Côte-d’Or. In : Actes du 109ème Congrès national des Soc. savantes, Archéologie, Dijon. Tome II, 1984, p. 45-53.

Guillaumet, Maranski 1982 : Guillaumet (J.-P.), Maranski (D.). — La nécropole de Thury. Mémoire de la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or, XXXII, 1982, p. 30-38.

Henry 1933 : Henry (F.). — Les tumulus du département de la Côte-d’Or. Paris : E. Leroux, 1933. 196 p.

Jannet-Vallat et alii 1990 : Jannet-Vallat (M.), Deyts (S.), Rabeisen (É.). — Il était une fois la Côte-d’Or : 20 ans de recherches archéologiques. Paris : Errance, 1990. 248 p.

Jeannet 1968 : Jeannet (A.). — Catalogue des objets de l’âge du Bronze du musée de Tournus (Saône-et-Loire). Revue archéologique de l’Est, 19, 1 et 4, 1968, p. 69-97.

Mangin, Scherrer 1988 : Mangin (M.), Scherrer (J.). — Carte archéologique générale et métallurgique du Haut-Auxois : 2ème campagne, 1988, secteur central. Rapport dactylographié. Dijon : SRA Bourgogne, 1988. 2 vol.

Maranski 1984 : Maranski (D.). — Un type d’épingle de la transition Bronze final-Hallstatt en Bourgogne – Franche-Comté. In : Actes du 109ème Congrès national des Soc. savantes, Archéologie, Dijon. Tome II, 1984, p. 55-58.

Millotte 1958 : Millotte (J.-P.). — Les antiquités de l’âge du Bronze. Paris : Les Belles-Lettres, 1958. V-49 p., ill. (Annales littéraires de l’Université de Besançon ; 22 - Archéologie ; 6).

Millotte 1963 : Millotte (J.-P.). — Le Jura et les plaines de Saône aux âges des métaux. Paris : Les Belles-Lettres, 1963. 2 vol., 455 p., ill. (Annales littéraires de l’Université de Besançon ; 59 - Archéologie ; 16).

Millotte, Vignard 1960 : Millotte (J. P.), Vignard (M.). — Catalogue des collections archéologiques de Lonsle-Saunier : les antiquités de l’âge du Bronze. 1960 (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 36 - Archéologie ; 11).

Nicolas et alii 1975 : Nicolas (A.), Duval (A.), Eluère (C.), Mohen (J.-P.), Mordant (C.). — L’Âge du Bronze au musée d’Auxerre. Revue archéologique de l’Est, 26-2, 1975, p. 135-209.

Olivier, Triboulot 1999 : Olivier (L.), Triboulot (B.). — Les fouilles de Félix de Saulcy dans la nécropole des « Chaumes d’Auvenay » à Ivry-en-Montagne (Côte-d’Or) et les inhumations précoces de la fin de l’âge du Bronze final dans le nord-est de la France. Antiquités nationales, 31, 1999, p. 117-139.

Pétrequin, Vuaillat 1971 : Pétrequin (P.), Vuaillat (D.). — Matériaux pour une carte archéologique de la région de Saint-Claude (Jura). Revue archéologique de l’Est, 22, 3-4, 1971, p. 277-294.

Piroutet 1936 : Piroutet (M.). — Essai sur les connaissances actuelles relatives au Préhistorique de la Franche-Comté. Bull. archéologique du Comité des Travaux Historiques (années 1932-33), 1936, p. 517-570.

Ratel 1984 : Ratel (R.). — Quelques tertres côte-d’oriens de la période Bronze-début Hallstatt. In : Actes du 109ème Congrès national des Soc. savantes, Archéologie, Dijon. Tome 2, 1984, p. 35-44.

Rothé 2001 : Rothé (M.-P.). — 038 - Barésia-sur-l’Ain. In : Le Jura (39). Carte archéologique de la Gaule. Paris : Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2001, p. 226.

Notes

1 Cf. Mangin, Scherrer, 1988 : cette épingle y était attribuée tantôt au lieu-dit « La Feuillerotte », commune de Boux-sous-Salmaise (photo), tantôt aux « Étrepis », commune de Verrey-sous-Salmaise (fiche XXV A. G.).

2 Elle figure dans le catalogue Martin (1910-1915) sous le no1015 à la page 160.

3 Lect « Vouglans » et Verrey-sous-Salmaise, qui ont des têtes hors norme par rapport à leur hauteur.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Verrey-sous-Salmaise, « La Tille ». Localisation sur fond I.G.N. et environnement archéologique. Trait plein : limites parcellaires (talus ou chemins) visibles sur photographies aériennes récentes ou au sol ; tireté : limites parcellaires (talus) apparaissant sur la photographie aérienne, mais non visibles au sol ; double trait : voie antique ; 1 et 2 : zones de ramassage de mobilier lithique (éclats de débitage, silex patiné - Néolithique) ; 3 : tumulus fouillé avant 1914 et structures de pierres sèches ; époque indéterminée ; 4 : meule en granit ; 5 : habitat antique ; T1 et T2 : tumulus arasés par les labours (l’épingle provient de T1, carte B. Benoît).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14229/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende Fig. 2. Épingle de Verrey-sous-Salmaise, « La Tille » (dessin J.-R. Bourgeois).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14229/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig. 3. Épingle de Verrey-sous-Salmaise, « La Tille ». Face supérieure de la tête, montrant les stries de polissage (cl. Y. Pautrat).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14229/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Légende Fig. 4. Radiographie de l’épingle de Verrey-sous-Salmaise, « La Tille » (cl. J.-P. Roche et O. Bisotti - GDF).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14229/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 5. Répartition des épingles en bronze à tête discoïdale plate en Bourgogne et Franche-Comté. Côte-d’Or : 1. Verrey-sous-Salmaise, « La Tille » ; 2. Dijon, Mirande, « Frêtois » ; 3. Marey-lès-Fussey, « Bois des Fourneaux » ; 4. Ivry-en-Montagne, « Chaumes d’Auvenay » ; 5. Thury, « Bois de Varisey ». Saône-et-Loire : 6. Chalonnais, provenance inconnue ; 7. Le Villars ; 8. Montbellet, « Jean-de-Saône » (2 épingles). Yonne : 9. Auxerrois, provenance inconnue. Doubs : 10. Refranche, « Les Essarts Poulets ». Jura : 11. Barésia ; 12. Lect « Vouglans » ; 13. Lavans-lès-Saint-Claude (2 épingles) ; 14. Crançot (carte B. Benoît).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14229/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Légende Fig. 6. Épingles en bronze à tête discoïdale plate de Bourgogne : Côte-d’Or. 1. Verrey-sous-Salmaise, « La Tille » ; 2. Dijon, Mirande, « Frêtois » ; 3. Marey-lès-Fussey, « Bois des Fourneaux » ; 4. Ivry-en-Montagne, « Chaumes d’Auvenay » ; 5. Thury, « Bois de Varisey » (infographie B. Benoît).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14229/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Fig. 7. Épingles en bronze à tête discoïdale plate de Bourgogne : Saône-et-Loire : 1. Chalonnais, provenance inconnue ; 2. Le Villars ; 3.1 et 3.2. Montbellet, « Jean-de-Saône » ; Yonne : 4. Auxerrois, provenance inconnue (infographie B. Benoît).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14229/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Fig. 8. Épingles en bronze à tête discoïdale plate de Franche-Comté : Doubs : 1. Refranche, « Les Essarts Poulets » ; Jura : 2. Barésia ; 3. Lect « Vouglans » (infographie B. Benoît).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14229/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 9. Épingles en bronze à tête discoïdale plate de Franche-Comté : Jura : 1.1 et 1.2. Lavans-lès-Saint-Claude ; 2. Crançot (infographie B. Benoît).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14229/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

Auteurs

Archéologue bénévole
35, rue Antoine Bourdelle
21000 DIJON

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search