Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Épingles du Bronze final à tête discoïde rivetée des vallées du Rhône et de la Saône

Jean Combier

Entrées d'index

Texte intégral

1Les sept épingles en bronze à tête rapportée par rivetage présentées ici proviennent de deux secteurs géographiques bien délimités du bassin du Rhône. Ces pièces mettent en évidence, entre ces deux localisations assez éloignées entre elles, certaines relations anciennes auxquelles on ne s’attendait pas et que d’autres rapprochements pourront permettre de préciser et peut-être d’expliquer. Ces pièces sont soit inédites, soit connues de façon incomplète. Leur observation permet d’aborder plusieurs détails des pratiques artisanales et des thèmes décoratifs en usage à la fin de l’âge du Bronze dans la région considérée. Elles permettent aussi de poser la question de l’aire de répartition du grand groupe des épingles à tête décorée dont elles font partie et de leur appartenance culturelle. La première nous vient de Saint-Marcel-d’Ardèche (Ardèche) et les trois suivantes ont été découvertes ensemble à la Baume des Anges de Donzère (Drôme). Deux des trois autres sont issues de dragages dans la Saône entre Lyon et Mâcon et la dernière a été recueillie autrefois dans une tombe à incinération peu connue de la région mâconnaise. En l’absence de contexte archéologique bien défini, leur chronologie exacte reste à éclaircir (fig. 1).

L’épingle de Saint-Marcel-d’Ardèche

2Jusqu’à présent inédite (fig. 2), elle nous a été aimablement confiée par Mme Veuve Astier, de Soyons (Ardèche), aujourd’hui décédée. Celle-ci se souvenait que cette pièce avait été mise au jour dans un champ de son ancienne propriété de Saint-Marcel-d’Ardèche et que son exploitant la lui avait remise avant la dernière guerre. Les mensurations de cette pièce sont les suivantes : longueur : 194 mm ; diamètre de la tête, qui n’est pas parfaitement circulaire : 20,3 à 21,2 mm ; hauteur de la tête : 16 mm. Son poids est de 38 g. La tige, subcirculaire de section, présente quelques irrégularités ; son diamètre moyen est de 4,5 mm. Selon toute évidence obtenue par coulée, elle semble aussi avoir été légèrement martelée sur enclume, travail qui a fait apparaître des méplats allongés amincissant l’extrémité pointue. Il pourrait s’agir de la réfection par ce moyen d’une épingle plus longue qui aurait été cassée ? L’enclume faisait partie de l’outillage des artisans bronziers comme l’a montré à nouveau le dépôt de Génelard, en Saône-et-Loire, découvert en 1975 à « La Petite Laugère » (Thevenot, 1998). Des zones de corrosion mettent aussi en évidence les défauts de coulée et quelques fines rayures longitudinales sont sans doute des traces d’usage de l’objet. La tige s’amincit vers son sommet et, après avoir traversé la tête, son extrémité a été martelée pour assurer un rivetage, quelque peu décentré. La tête, légèrement ovalisée, est bombée et elle se prolonge par un pied présentant quatre fines incisions circulaires gravées dont la plus haute est très usée et à peine visible. La face supérieure de la tête, très usée également et oxydée, laisse observer avec quelques difficultés un décor géométrique gravé, que l’on peut qualifier de maladroit dans son exécution. Il a été tracé après fixation de la tige et tente de s’adapter à la dissymétrie de la surface apte à être ornée. Ce décor, qui s’inscrit dans un cercle, était constitué d’une étoile à cinq branches pointues, de forme irrégulière, apparaissant « en réserve ». Les surfaces triangulaires, limitées par le cercle extérieur et les branches de l’étoile étaient finement hachurées, comme l’indique notre essai de reconstitution de la figure initiale (fig. 2, b), d’après les fonds de traits profondément incisés qui n’ont pas été effacés (fig. 2, a) ; les stries encore visibles de ce remplissage ont été tracées parallèlement au bord droit des branches de l’étoile, si on les suit du centre vers l’extérieur.

Fig. 1. Carte de répartition des épingles à tête discoïde ou biconique rivetée et décor en étoile : carrés, exemplaires du sillon Saône-Rhône ; points ronds, exemplaires extérieurs (les flèches indiquent que deux d’entre eux sont en dehors de la carte).

Fig. 2. L’épingle de Saint-Marcel-d’Ardèche ; a, décor visible ; b, décor reconstitué (dessins P. Ayroles).

Les épingles de Donzère

3Ces trois pièces (fig. 3) proviennent de la Baume des Anges, l’une des cavités de la falaise urgonienne dite du « Robinet de Donzère » dans la littérature géographique, sur la rive gauche du Rhône. Cette grotte a été occupée d’après les documents actuellement connus, depuis le Néolithique récent jusqu’à l’époque gallo-romaine, mais pour des usages variés. Elle a eu à subir à diverses reprises de graves déprédations. En grande partie remanié par des bouleversements dus à ces occupations successives et à des fouilles très anciennes relatées dans les études locales, le remplissage contient un matériel archéologique extrêmement abondant ; il est surtout constitué par des tessons de céramique de l’âge du Bronze. Les travaux pratiqués dans le réseau principal de la cavité pour mettre fin au pillage, de 1966 à 1975, sous la direction de A. Héritier et M. Lambert ont permis de rassembler au dépôt de fouilles de Montélimar un matériel important, étudié depuis en détail par J. Vital. C’est dans un petit diverticule obscur jusqu’alors préservé en profondeur, large de 1,70 m et qui s’ouvre à 25 m de l’entrée dans la galerie principale, qu’un sondage pratiqué par deux jeunes gens a amené la mise au jour des épingles. Les pièces étaient posées à plat, groupées et repliées ensemble sur elles-mêmes, ainsi qu’elles ont été représentées, figure 3. Aucun autre vestige ne les accompagnait dans la couche de sable argileux où elles étaient enfouies, qui se situe entre 0,30 et 0,40 m de profondeur, sous des déblais remaniés. Aucune trace d’aménagement ou de sépulture n’existant à cet endroit, on peut penser qu’il s’agit simplement d’un petit dépôt d’objets précieux enterrés ici et que leur possesseur, selon l’explication donnée en général pour de tels enfouissements n’a pas eu la possibilité de recouvrer. Ce qui paraît certain en tout cas c’est que ces épingles particulièrement longues auraient été serrées ensemble et assez brutalement tordues, les plus allongées deux fois, pour être plus facilement enfouies et dissimulées dans un trou de faibles dimensions. La plus longue, en effet, ne mesure pas moins de 70 cm de longueur. Au cours de cette opération la tige de l’exemplaire no 2 s’est fissurée en deux endroits à la courbure. Malgré de grandes analogies générales ces pièces possèdent des caractéristiques métriques assez différentes, comme le met en évidence le tableau suivant :

Longueur

Poids

Diamètre de la tête

Hauteur de la tête

1

708 mm

97 g

24,8 à 25,0 mm

18,5 mm

2

661 mm

95 g

24,6 à 25,4 mm

17,5 mm

3

505 mm

80 g

23,4 à 24,0 mm

14,0 mm

Fig. 3. Les trois épingles de la Baume des Anges à Donzère (Drôme), dans la position de leur découverte ; 1a, 2a, 3a, décor de la face supérieure de la tête, dans son état actuel ; 2b, vue d’après une radiographie de la perforation de la tête de l’épingle no 2 (dessins P. Ayroles).

4Comme l’épingle de Saint-Marcel, ces trois pièces sont formées par l’assemblage d’une tige sans décor et d’une tête coulée à part, assujettie par rivetage. De longues stries longitudinales serrées se développent sur toute la longueur de ces épingles ; elles font penser à un travail de raclage ou de polissage grossier destiné à régulariser la tige et à éliminer les défauts de surface. D’un diamètre régulier de 5 mm, dans les quinze ou vingt premiers centimètres, la tige s’amincit ensuite régulièrement jusqu’à la pointe. Du côté de la tête son diamètre se réduit brusquement et après l’avoir traversée, son extrémité a été martelée pour la river solidement. Des traces de finition par un léger limage sont visibles à plusieurs endroits sur l’épingle no 3, en particulier à l’extrémité de la tige, pour éliminer de petites bavures de métal occasionnées par le rivetage.

5La tête de l’épingle no 1 est conique (fig. 3, no 1a ; fig 4, no 1, à gauche ; fig. 5) : sa base, plate, se raccorde à un pied subcylindrique sans décor. Le bord de la tête porte sur son pourtour de petites incisions, irrégulièrement espacées de 0,5 à 1,5 mm d’intervalle. La surface supérieure de la tête de cette épingle est profondément corrodée par places et laisse apparaître un décor assez imparfait, inscrit à l’intérieur d’un double cercle. Ce motif représente une sorte d’étoile à cinq branches irrégulières, à bords à peu près parallèles et non pas convergents comme c’est le cas sur l’exemplaire de Saint-Marcel. Les secteurs délimités par le cercle gravé et les branches de l’étoile sont finement mais fermement hachurés de stries plus ou moins régulières, parallèles au bord gauche des branches de l’étoile dans quatre cas. Sur le cinquième motif, signalé par une flèche, la striation s’est effectuée parallèlement au bord droit, rompant ainsi le rythme décoratif et atténuant le caractère rayonnant de l’ensemble. Tout se passe comme si le décorateur avait négligé de faire pivoter légèrement la tête de l’épingle, de 70° environ, avant de procéder au hachurage. Les cinq motifs « triangulaires » présentaient autrefois un remplissage complètement gravé mais les « blancs » aujourd’hui apparents sur trois d’entre eux, tels qu’ils ont été reproduits au dessin, ne sont pas des surfaces d’usure comme sur l’exemplaire de Saint-Marcel ; ce sont des plages d’oxydation en cupules, ainsi que le montre la photo (fig. 4). Il reste à signaler que sur cet exemplaire, un des motifs hachurés et l’une des bandes non gravées intermédiaires sont plus réduits que les autres, par manque de place disponible à la fin du travail de gravure. Par ailleurs, plusieurs traits dépassent le bord ou au contraire sont un peu trop courts (fig. 5, vue en macro photo) mais c’est aussi le cas sur les autres pièces.

6Très corrodée, la tête de l’épingle no 2 (fig. 3, no 2a et fig. 4, no 2, au centre) est en tout point semblable à la précédente : conique, à base plate et à pied subcylindrique sans décor. Les têtes des exemplaires 1 et 2 pourraient donc avoir été surmoulées l’une sur l’autre, provenir du même moule ou encore avoir été exécutées à partir de la même matrice de base. Le décor lui-même est très voisin et sans doute de la même main : bord de la tête incisé, motif en « étoile » à cinq branches à bords à peu près parallèles, mais cette fois sans erreur d’orientation des stries. De même que sur l’épingle précédente les cercles délimitant le décor sont en fait constitués par une ligne brisée, montrant bien les sections que le graveur a pu tracer sans lever la main ou sans que la pointe à tracer ne dérape vers l’extérieur, ce qui nécessitait une reprise du trait.

7L’épingle no 3 (fig. 3, no 1a et fig. 4, no 3, à droite) est sensiblement différente des deux autres. Sa tête est légèrement ovalisée et bombée. Elle présente un bord arrondi qui est incisé en série comme sur les précédentes, mais plus régulièrement. Toutefois la face inférieure est à pied conique court et celui-ci n’est pas lisse mais décoré de trois incisions circulaires bien visibles, une quatrième à l’extrême bord du pied, à peu près effacée par l’oxydation pouvant avoir existé sous les trois autres. Deux cercles concentriques indiqués par des flèches, comme les précédents (fig. 4), avaient aussi été tracés sur le bord non tranchant, différemment à ce que l’on observe sur les épingles nos 1 et 2. Mais la différence la plus significative tient au décor de la tête. Le motif en réserve prend un aspect cruciforme, les quatre branches non gravées étant opposées deux à deux et de largeur un peu irrégulière. La striation a été pratiquée un peu plus régulièrement et avec une pointe à tracer différente : les traits gravés sont plus larges et plus profonds, comme on peut le voir nettement sur les photos de la figure 4.

Les épingles du Val de Saône

8Recueillies lors de dragages vers 1965, les deux premières font partie de la collection Palix, à Trévoux et elles ont pour principal intérêt de montrer, l’une et l’autre, de très grandes affinités avec les épingles de la moyenne vallée du Rhône qui viennent d’être présentées. Leurs lieux de trouvaille, dans les alluvions sableuses du lit de la Saône, ne sont pas connus comme particulièrement bien pourvus en objets de l’âge du Bronze. G. Gallay et B. Huber, qui les avaient signalées il y a une trentaine d’années les attribuent à la fin du Bronze moyen ou au début du Bronze final ; par la très grande longueur de leur tige elles s’apparentent en effet aux très grandes épingles à tige renflée, moulurée ou incisée, dont la longueur est comprise entre 200 et 400 mm et dépassent même cette dimension sur quelques exemplaires exceptionnels. C’est le cas de deux épingles à collerettes identiques trouvées à Ouroux-sur-Saône ; elles ne mesurent pas moins de 655 mm et leur disque terminal, d’un diamètre de 26 mm, est orné de triangles hachurés, neuf pour l’une et dix pour l’autre (Bonnamour, 2000, p. 79). Toutes ces pièces, particulières à l’est de la France, ont été trouvées en assez grand nombre dans la Saône, par exemple aux abords des sites guéables de Saint-Georges-de-Reneins et Saint-Germain-au-Mont-d’Or. Leur usage n’a pas été défini par les spécialistes mais on peut penser que leurs dimensions inusitées, pour ne pas dire géantes ne les prédisposaient pas à un usage courant, mais plutôt cérémoniel, voire funéraire (épingles de linceuls ?).

Fig. 4. Les trois épingles de la Baume des Anges ; la tête en vue supérieure, en haut, et latérale, en bas (cl. G. Taupenas).

Fig. 5. Macrophoto en vue supérieure de la tête de l’épingle no 1, montrant le détail du décor et de la corrosion du métal ; échelle graduée en mm (cl. G. Taupenas).

9La pièce de Saint-Romain-des-Îles (Saône-et-Loire), au dire du dragueur qui l’a recueillie, provient d’un secteur proche de la rive droite de la rivière, à 600 m environ au sud du pont qui franchit la Saône et relie Saint-Romain à Thoissey (Ain). Elle mesure 436 mm et sa longue tige n’est pas décorée. Elle est tellement semblable aux exemplaires 1 et 2 de Donzère qu’il n’est pas utile d’en donner une longue description (fig. 6, no 1) : cinq motifs triangulaires remplis d’incisions en série, parallèles au bord gauche et partant sans doute de celui-ci délimitent en réserve une figure à cinq branches dans lequel on pourrait voir un motif anthropomorphe, bras et jambes écartés ( ?). Le pied, en cône assez court, s’apparente à ceux de Saint-Marcel et de Donzère no 3.

10Nous ne disposons pour la pièce de Parcieux (Ain) que des assertions de l’ouvrier de la drague, comme pour l’épingle précédente : elle aurait été trouvée lors de travaux effectués sur la rive gauche, en face du lieu-dit « Le Bas de Saône », à 500 m environ en amont de la pointe nord de l’île Beyne.

11Son intérêt est de montrer quelques différences par rapport aux cinq précédentes et on pourrait plutôt la rapprocher par son décor du spécimen de Saint-Marcel-d’Ardèche. Il s’agit en effet d’une sorte d’étoile, mais à six et non à cinq branches, assez irrégulièrement réparties sur le disque (fig. 6, no 3). Le travail de hachurage semble avoir été effectué de la même manière que sur les autres exemplaires mais un tracé en pointillé supplémentaire délimite les motifs triangulaires. Deux cercles concentriques incomplets ont été tracés près du bord du disque ; celui-ci est peu convexe et son manchon affecte une forme cylindrique comme sur les épingles 1 et 2 de Donzère. La tige présente par rapport aux autres une différence essentielle : elle est en effet décorée sur 120 mm environ au-dessous de la tête d’une séquence d’incisions circulaires alternant avec des chevrons emboîtés verticaux, pointes en haut ou en bas. Ce décor rappelle celui de certaines épingles à tête en trompette du Bronze moyen mais ne peut servir à une datation quelconque car il est également connu au Bronze final sur des pièces à tête vasiforme des stations du Bourget et du Léman. Cette épingle était certainement très allongée mais sa dimension initiale ne peut être précisée.

12Le dernier exemplaire de la même région provient d’une sépulture à incinération mise au jour par des travaux agricoles à Crèches-sur-Saône (Saône-et-Loire), au lieudit « Les Justices », entre la route nationale et la rivière. Malgré l’ancienneté de la trouvaille (1898), nous possédons grâce à un écrit de M. Guittard, notaire dans cette localité, quelques renseignements sur les circonstances de sa mise au jour. C’est à 0,60 m de profondeur qu’est apparue une urne « en terre noire » qui a été brisée ; non ornée sur la panse elle présentait un col droit haut de 30 mm et contenait des ossements blanchâtres mêlés à des charbons. L’épingle « d’une belle patine verte », était placée au-dessus de ce vase, sous une pierre. La situation actuelle de cette pièce n’étant pas connue malgré de nombreuses recherches il est seulement possible d’en reproduire aujourd’hui le dessin très précis qui en a été fait à l’époque (fig. 6, no 2) et de résumer la description donnée par L. Lex : bien qu’endommagée à sa pointe lors de la découverte elle mesure encore 180 mm de long et son poids est de 50 g. Le disque sommital, renflé, de 35 mm de diamètre, est gravé d’une étoile à six branches autour d’un point central resté en saillie après le rivetage. Il porte trois cercles concentriques et « sa tranche est moletée ». Le point d’attache de la tige est gravé de trois cercles incisés. On peut ajouter que si le décor et les dimensions varient, la forme générale est proche de l’exemplaire no 3 de Donzère.

Les épingles des régions périphériques

13Quatre épingles seulement à tête rapportée (fig. 7), peuvent être citées à l’extérieur de l’axe séquanorhodanien comme tout particulièrement proches des exemplaires étudiés, bien qu’il s’agisse dans trois cas d’un décor un peu plus compliqué, en étoile à sept branches, avec un nombre égal de « triangles » hachurés. Le quatrième exemplaire ne peut être défini à ce point de vue par suite de l’aspect très irrégulier du décor gravé (no°2, Bevaix). On retrouve pour les formes des têtes de ces épingles périphériques (ou plus lointaines) le modèle conique à manchon décoré connu sur les pièces de Donzère no 3 et de Crèches-sur-Saône où il est associé également à un bord arrondi décoré d’incisions en série (no°4, Fontenay-le-Comte). Les trois autres sont plutôt à tête discoïde ou faiblement convexe. La position géographique de ces pièces ne saurait donner lieu à des conclusions très nouvelles quant à leur répartition : la plus proche est celle de Drumettaz-Clarafond, en Savoie (no°1), à proximité de la haute vallée du Rhône. Dans la mesure où l’on admet que le centre d’origine et de diffusion de ces pièces puisse se situer dans la région de la Saône, comme l’hypothèse en a été émise pour d’autres types de l’âge du Bronze, leur apport occasionnel dans la zone-clé des lacs de Savoie et de Suisse n’a rien d’étonnant ; la pièce no 2 de Bevaix (Neuchâtel), à large disque, est d’ailleurs assez atypique par rapport aux autres. Quant aux exemplaires retrouvés vers l’ouest, en Vendée (no°4), et plus loin encore en Espagne (no°3, Font Mayor), ils reflètent simplement le phénomène bien connu de la dispersion à très longue distance de tel ou tel objet isolé, souvent inexplicable et peu significatif d’une réelle voie d’échanges.

Fig. 6. Les trois épingles de la vallée de la Saône : 1, Saint-Romain-des-Îles ; 2, Crèches-sur-Saône ; 3, Parcieux (dessins de l’auteur).

Fig. 7. Décor d’épingles à tête rivetée du Bronze final : 1 et 6, Drumettaz-Clarafond (Savoie) ; 2, Bévaix (Suisse) ; 3 et 5, grotte de Font Mayor (Espagne) ; 4, Fontenay-le-Comte (Vendée) ; 7, région mâconnaise ( ?) ; 8, Esbarres (Côte-d’Or) ; 9, Montgivray (Indre) ; 10, Larnaud (Jura) (dessins repris de L. Bonnamour, Jacq. Combier, G. Cordier, G. Gaudron, J.-P. Millotte et G. de Mortillet).

Types voisins et chronologie

14Il existe en fait d’assez nombreux exemplaires d’épingles de conception comparable, parfois réduites à la seule tête privée de sa tige, mais qui sont pourvues d’un décor beaucoup trop complexe pour être assimilé au groupe strict plus spécialement examiné ici. Quelques-unes, sont reproduites ici (fig. 7), d’après les dessins originaux des auteurs cités en bibliographie. Certaines sont gravées d’une série de petits triangles hachurés avec un motif central particulier qui peut être formé de traits courbes (no°5, Font Mayor), de cercles concentriques (no°10, Larnaud, Jura), d’une étoile elle-même délimitée par une seconde série de triangles et parfois d’une troisième, placée à la face inférieure de la tête (no°8, Esbarres, Côte-d’Or). On retrouve la double série de petits triangles sur des épingles de Drumettaz-Clarafond (Savoie) et de Bannans (Doubs), ainsi que sur un exemplaire d’origine imprécise du Musée des Antiquités Nationales (no°7), mais qui provient probablement de la Saône (ancienne collection mâconnaise de madame Febvre). Le décor le plus élaboré est celui de l’épingle de Montgivray, Indre (no°9), à tête massive, avec la figuration de deux étoiles à huit branches fines et à sept branches larges en réserve sur la face inférieure.

15L’aire d’origine de tous ces modèles qui offrent, on le voit, une grande variété de formes et de décors est d’autant plus difficile à définir que leur dispersion est vaste. Pour J.-P. Millotte (1970, p. 48), le type à tête discoïde provient des stations littorales suisses du Bronze final. Selon F. Audouze et J.-C. Courtois (1970, p. 31), le sous-type à tête discoïdale, convexe ou biconvexe et à décor de triangles hachurés n’existe qu’en France « où il est réparti de la Seine à l’Isère et à l’Indre avec une densité maximum en Bourgogne ». Le regroupement en un sous-type à notre avis homogène des épingles à tête rapportée et décor en « étoile » simple réservée, connu à onze exemplaires, indiquerait une aire de dispersion plus restreinte que celle du groupe tout entier. Nous avons suggéré (fig. 1) que ces épingles se répartissaient selon un axe qui s’étire de la basse vallée de la Saône à la moyenne vallée du Rhône. En ce qui concerne les deux pièces provenant des dragages de la Saône, une seule, celle de Saint-Romain-des-Îles (fig. 5, no 1) offre des affinités frappantes avec le no 3 de Donzère, pour la forme et le décor. Celui-ci est formé d’un motif en réserve qui est assimilable à une étoile mais dont les branches sont parallèles et non convergentes, ce qui est aussi le cas pour les deux autres exemplaires de Donzère. Ce thème décoratif très particulier ne nous est connu que dans ces deux localités de Saône-et-Loire et de la Drôme, à l’exception de l’épingle de Montgivray où il est placé sur la face inférieure de la tête et comporte sept branches (fig. 7, no 9, à gauche). Il est assez curieux de constater cependant que le même motif est connu sur des épingles à tête massive biconique dont la plupart proviennent de l’Yonne (Audouze, 1971), mais exécuté de manière bien différente. En effet sur les six épingles de ce type figurées par l’auteur ce sont les bandes elles-mêmes, au nombre de quatre (disposition cruciforme), cinq ou six qui sont hachurées, au lieu d’apparaître en réserve non gravée.

16Nous ne disposons pas de nombreux éléments permettant d’attribuer une date précise au type d’épingles ici étudié. Celles de la « Cueva de Font Mayor », seraient tardives selon leur découvreur Salvador Vilaseca qui les attribuait au Hallstatt B de Reinecke ; mais E. Vogt a fait remarquer que ce type était apparu dès le Hallstatt A. D’autres auteurs en font même remonter l’ancienneté au Bronze final I (d’après la sépulture de Montgivray) ou plutôt II (selon le matériel associé aux épingles de Drumettaz-Clarafond, et en particulier un bracelet). C’est à cette dernière opinion que nous nous rallierons, en attendant d’éventuelles trouvailles nouvelles dotées d’un contexte. En tout cas l’association à Donzère des deux sous-types à tête discoïde et à tête plus massive biconique, auxquels on a parfois attribué une valeur chronologique différente, indique bien qu’ils sont en fait contemporains.

Bibliographie

Bibliographie

Audouze 1971 : Audouze (F.). — Un type d’épingle rare : les épingles à tête subconique à décor en étoile. Bull. de la Soc. préhistorique française, 68, C.R.S.M. 6, 1971, p. 189-192, 3 fig.

Audouze, Courtois 1970 : Audouze (F.), Courtois (J.- C.). — Les épingles du sud-est de la France. München : C. H. Beck, 1970. 74 p., 30 pl. h. t. (Prähistorische Bronzefunde ; XIII, I).

Bonnamour 1979 : Bonnamour (L.). — Chronique archéologique (Esbarres). Mémoires de la Soc. d’histoire et d’archéologie de Chalon-sur-Saône, 47-1977. 1979, p. 25-66, 12 fig.

Bonnamour 2000 : Bonnamour (L.). — Archéologie de la Saône, 150 ans de recherches. Paris : Errance/Ville de Chalon-sur-Saône, 2000. 160 p., 181 fig.

Combier 1972 : Combier (J.). — Bronze en Savoie, en dehors des stations palafittiques. Albertville : Centre de documentation régionale de la Tarentaise, 1972. 94 p., 36 fig.

Cordier 1976 : Cordier (G.). — Les civilisations de l’âge du Bronze dans le Centre-Ouest et les pays de la Loire moyenne. In : La Préhistoire française. Paris : CNRS, 1976. T. 2, p. 543-560, 10 fig.

Gallay, Huber 1972 : Gallay (G.), Huber (B.). — Nouveaux objets de l’âge du Bronze et du Fer provenant de la Saône. Revue archéologique de l’Est, 23, 3-4, 1972, p. 295-329, 5 fig., 13 pl.

Gaudron 1955 : Gaudron (G.). — Inhumation de l’âge du Bronze final à Montgivray (Indre). Bull. de la Soc. préhistorique française, 52, 3-4, 1955, p. 174-176, 1 fig.

Héritier 1977 : Héritier (A.). — Les épingles de la Baume des Anges. Recherches donzéroises, 3, 1977, p. 2-6, 2 fig.

Millotte 1958 : Millotte (J.-P.). — Catalogue des collections archéologiques de Besançon. Les antiquités de l’âge du Bronze. 1958. 52 p., 14 pl. h. t. (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 22 - Archéologie ; 6).

Millotte 1970 : Millotte (J.-P.). — Précis de Protohistoire européenne. Paris : Armand-Colin, 1970. 320 p., 53 fig., 5 cartes, 4 tableaux.

Mortillet, Mortillet 1881 : Mortillet (G.), Mortillet (A.). — Musée préhistorique. Paris : C. Reinwald, 1881. 100 pl.

Thevenot 1998 : Thevenot (J.-P.). — Un outillage de bronzier : le dépôt de « La petite Laugère », à Génelard (Saône-et-Loire, France). In : Mordant (C.), Pernot (M.), Rychner (V.) dir. — L’atelier du bronzier en Europe du XXème au VIIIème siècle avant notre ère. du minerai au métal, du métal à l’objet : Actes du colloque international « Bronze 96 », Neuchâtel et Dijon, 1996. Paris : CTHS, 1998, Tome II, p. 123-144, 9 fig.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de répartition des épingles à tête discoïde ou biconique rivetée et décor en étoile : carrés, exemplaires du sillon Saône-Rhône ; points ronds, exemplaires extérieurs (les flèches indiquent que deux d’entre eux sont en dehors de la carte).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14217/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Fig. 2. L’épingle de Saint-Marcel-d’Ardèche ; a, décor visible ; b, décor reconstitué (dessins P. Ayroles).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14217/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Fig. 3. Les trois épingles de la Baume des Anges à Donzère (Drôme), dans la position de leur découverte ; 1a, 2a, 3a, décor de la face supérieure de la tête, dans son état actuel ; 2b, vue d’après une radiographie de la perforation de la tête de l’épingle no 2 (dessins P. Ayroles).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14217/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 4. Les trois épingles de la Baume des Anges ; la tête en vue supérieure, en haut, et latérale, en bas (cl. G. Taupenas).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14217/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Légende Fig. 5. Macrophoto en vue supérieure de la tête de l’épingle no 1, montrant le détail du décor et de la corrosion du métal ; échelle graduée en mm (cl. G. Taupenas).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14217/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Légende Fig. 6. Les trois épingles de la vallée de la Saône : 1, Saint-Romain-des-Îles ; 2, Crèches-sur-Saône ; 3, Parcieux (dessins de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14217/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende Fig. 7. Décor d’épingles à tête rivetée du Bronze final : 1 et 6, Drumettaz-Clarafond (Savoie) ; 2, Bévaix (Suisse) ; 3 et 5, grotte de Font Mayor (Espagne) ; 4, Fontenay-le-Comte (Vendée) ; 7, région mâconnaise ( ?) ; 8, Esbarres (Côte-d’Or) ; 9, Montgivray (Indre) ; 10, Larnaud (Jura) (dessins repris de L. Bonnamour, Jacq. Combier, G. Cordier, G. Gaudron, J.-P. Millotte et G. de Mortillet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14217/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 486k

Auteur

Ex-directeur de recherche au CNRS
Reponsable de « l’Axe Préhistoire » à l’Institut de recherche du Val de Saône-Mâconnais

Centre d’enseignement supérieur
18, cours Moreau
71000 MÂCON

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search