Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Note sur des épées en bronze à poignées massives de Grigny (Rhône)

Virginie Durand et Dominique Vuaillat

Entrées d'index

Texte intégral

1En amitié pour un spécialiste de la métallurgie, que dire ? Parler des sabres Koto, Shinto ou Shin-Shinto, des écoles, d’Umetada, des Kinaï… ou des provinces du Japon médiéval ? Ceci restera entre nous.

2Plus modestement nous livrerons à cet hommage quelques observations pouvant apporter un petit grain de sable à la technologie des épées de l’âge du Bronze.

3Dans le cadre d’une étude plus générale sur les épées en bronze à poignées massives de l’est de la France, nous avons eu l’opportunité, grâce à l’obligeance de R. Lauxerois, conservateur du Musée des Beaux Arts et d’Archéologie de Vienne, de revoir les épées de Grigny étudiées minutieusement par G. Chapotat en 1973, puis par V. Durand en 1993.

4Des radiographies ont étés réalisées au laboratoire de Vienne sur les exemplaires non examinés sous cet aspect dans l’article de G. Chapotat, excepté l’épée inventoriée sous le n ° Rh 24. Il ne s’agissait que de préciser par cette méthode la morphologie interne de l’objet et de compléter notre corpus, malgré les observations pertinentes déjà faites.

51- Épée du type de Mörigen (inv. 2363/Rh 81). Le pommeau de forme ovalaire est concave et fracturé. La fusée montre un renflement médian flanqué de deux autres moins accentués. Les branches de la garde sont minces, longues et rectilignes. L’échancrure étroite est profonde. La lame est légèrement pistilliforme à ricassos non crantés. La lame possède un bombement axial et ne montre aucune décoration.

6L’interprétation de l’image radiographique montre une poignée massive (une petite bulle d’air est prisonnière de l’un des quillons) à coulée homogène. Cette poignée a été coulée en même temps que la lame, dont le bronze ou le résultat de la coulée est moins homogène. Aucune trace de soie ou de languette de la lame n’est perceptible.

7Cette épée ressemble en moins trapue à celle conservée au Musée de la Civilisation Gallo-Romaine de Lyon (inv. 1966.1) trouvée dans un bras du Rhône à l’île de Bois-Perret (rive droite) dont malheureusement nous n’avons pas de radiographie.

82- Épée du type d’Auvernier ou de Tachlovice (inv. 2194/Rh 3). La poignée brisée au niveau du renflement de la fusée laisse paraître l’évidement caractéristique de ce type d’objet et destiné à insérer de la matière organique. Une échancrure peu profonde et étroite sépare les branches rectilignes de la garde. La lame porte un fort bourrelet axial bordé de deux nervures rejoignant la garde. Le talon possède des ricassos légèrement crantés. Une courte nervure en V rejoint les bords extérieurs de l’écusson. Nervures ou filets ne sont pas des critères suffisants pour attribuer cette arme à l’un des deux types. Seul le pommeau, absent, le permettrait.

9La poignée est massive, sa coulée quasi homogène s’est faite sur la lame ainsi qu’en témoignent des bulles d’air au niveau de la garde et de l’échancrure qui n’ont pu s’échapper. Aucune trace de languette de la lame n’est visible.

103- Épée du type d’Auvernier ou de Tachlovice (inv. 2343/Rh 62). La poignée est brisée au niveau supérieur du renflement inférieur de la fusée où est marqué le départ de l’évidement central. Les branches de la garde sont rectilignes, une extrémité de quillon manque. L’échancrure est profonde et étroite. Des ricassos qui ont pu être crantés marquent le talon de la lame. Celle-ci, pistilliforme est vierge de tout décor. Comme l’exemplaire précédent, son attribution à un type bien défini n’est pas possible pour nous.

11Poignée massive avec quelques bulles d’air. Elle a été sans doute coulée en même temps que la lame dont la coulée du bronze est hétérogène. Aucune trace de soie ou de languette.

124- Épée du type de Tachlovice (inv. 2355/Rh 74). Elle est caractérisée par la partie inférieure du pommeau en forme de nacelle. L’un des ailerons de cette partie de pommeau porte un trou de tenon circulaire. Il était destiné à fixer par un tenon en bronze la partie supérieure, qui fait défaut, sur celle inférieure. La fusée est dotée de l’évidement longitudinal à trois trous de rivets, caractéristique de ce type d’épée. Il permet de fixer par rivets un placage de matière organique (bois, os ou ivoire).

13Poignée massive à évidement central sur la fusée. Un évidement à la partie proximale du pommeau a été ménagé pour recevoir les parties complémentaires du pommeau comme sur les types de référence. Elle a été coulée sur une lame au bronze hétérogène. Aucune languette de la lame n’est visible.

14En conclusion, ces quatre épées à poignée massive coulée en même temps ou sur des lames dont les languettes ne sont pas visibles sont-elles des imitations ou des productions venues de leur secteur d’origine ?

15Nous pensons plutôt, en accord avec L. Bonnamour, à des productions locales, certes influencées, mais dont l’atelier de fondeur reste à découvrir.

Fig. 1. Épées de Grigny (Rhône). Dessins des radiographies. Les numéros renvoient au texte (dessins de V. Durand et D. Vuaillat).

Bibliographie

Bibliographie

Chapotat 1973 : Chapotat (G.). — Les dragages de Grigny (Rhône) : inventaire des trouvailles et études des épées de l’âge du Bronze. Revue archéologique de l’Est, 24, 3-4, 1973, p. 341-359.

Durand 1993 : Durand (V.). — Corpus du matériel protohistorique découvert en milieu fluvial dans la moyenne vallée du Rhône (Lyon-Grigny-Vienne). Mémoire de Maîtrise. Lyon : Université de Lyon, 1993.

Bonnamour 1990 : Bonnamour (L.). — Du silex à la poudre… 4000 ans d’armement en Val de Saône, exposition 1990-1991. Montagnac : M. Mergoil, 1990, p. 196.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Épées de Grigny (Rhône). Dessins des radiographies. Les numéros renvoient au texte (dessins de V. Durand et D. Vuaillat).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14199/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

Auteurs

Attachée de conservation
Musée des Beaux-Arts et d’archéologie
Place Miremont
38200 VIENNE
Tél : 04 74 85 50 42
vir.durand@free.fr

Ex-Conservateur du patrimoine
14, rue Champlain
87000 LIMOGES

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search