Version classiqueVersion mobile

Artisanats, sociétés et civilisations

 | 
Luc Baray

Le dépôt de Taponas (Rhône) : réflexions au sujet des dépôts du Bronze final de la vallée de la Saône

Louis Bonnamour

Entrées d'index

Texte intégral

1La pauvreté relative de la vallée de la Saône en dépôts de la fin de l’âge du Bronze, contraste de manière saisissante avec l’exceptionnelle richesse en découvertes isolées réalisées depuis plus de cent cinquante ans dans le lit mineur à l’occasion des travaux de dragage.

2Avec un cours de 124 km, la « Haute Saône » n’a livré que quatre ensembles d’objets de bronze. Longue de 116 km, la « Petite Saône », de Gray à Verdun-sur-le-Doubs, n’a fourni aucune trouvaille. Sur les 167 km du cours de la « Grande Saône », de Verdun à Lyon, cinq, voire six découvertes d’ensembles attribuables à des dépôts sont, souvent de manière fragmentaire, parvenues à notre connaissance. Encore convient-il d’observer la modicité de ces trouvailles et l’absence totale de grand dépôt. En effet, seuls le dépôt de Beaujeu (70) et celui découvert en 1843 à Chalon, dépassent de peu la cinquantaine d’objets et le poids total des épingles et hameçons du dépôt de Chalon ne semble guère avoir été supérieur à 500 g.

3La présentation de la récente trouvaille de Taponas me conduira à dresser un état rapide de nos connaissances concernant les dépôts de la « Grande Saône ». Ceux de la « Haute Saône » ayant fait l’objet d’une étude récente (Piningre, 1998), ne seront pas pris en compte ici.

Les dépôts de la fin de l’âge du Bronze entre Verdun-sur-le-Doubs et Lyon

Bronze final I

4Villefranche-sur-Saône (69)

5Effectuée en 1875 à l’occasion d’une extraction de sable, la trouvaille effectuée « entre 3 et 4 mètres de profondeur » au lieu-dit « Béligny », toponyme situé en bordure de la rivière, a vraisemblablement été effectuée à l’occasion d’un dragage. La petite série d’objets recueillis à cette occasion (une épingle à collerettes, trois bracelets côtelés ouverts, une « espèce d’agrafe » ainsi que « des anneaux »), peut aussi bien se rapporter à un dépôt qu’à une sépulture enfouie dans la berge sur la rive droite de la rivière (Savoye, 1899, p. 144, fig. 66, 67). En dépit de l’incertitude qui plane sur la nature de cette découverte, je la signale du fait de la présence d’une grande épingle à collerettes mobiles (Bonnamour, 1997), d’un type proche de celles que l’on retrouve dans le dépôt d’Ouroux.

6Ouroux-sur-Saône (71)

7Survenue à l’occasion d’un dragage en 1949, la trouvaille d’Ouroux est mal localisée. Il semble qu’elle soit intervenue non pas au lieu dit « La Mauroy » comme l’a écrit L. Armand-Calliat (1958) mais un peu au nord du port d’Ouroux, peut-être au voisinage du gué dit de « La Casaque » ou du « Port de Varennes » (Dumont, 2002, p. 116-120). Il semble que les ouvriers aient alors fait peu de cas des objets découverts ; alors que deux d’entre eux, par personne interposée, étaient donnés au musée de Chalon, d’autres acquis par un antiquaire, étaient revendus à un collectionneur parisien avant de rejoindre les collections du Musée des Antiquités Nationales et celles du musée de Chalon. Bien évidemment, nous ignorons totalement ce que représentent les quinze objets recensés par rapport à la composition initiale du dépôt. Ont pu actuellement être identifiés comme provenant de cette trouvaille :

  • deux grandes épingles à collerettes mobiles (Armand-Calliat, 1957 ; Bonnamour, 1983 ; 1997) ;

  • trois lames d’épée dont une imitée du type de Ballintober (Bonnamour, 1983 ; Guillaumet et alii, 1999) ;

  • deux grandes pointes de lance à douille (Guillaumet et alii, 1999, p. 52) ;

  • deux haches à talon de type Haguenau (Bonnamour, 1983) ;

  • deux haches à talon de type breton (Bonnamour, 1983) ;

  • quatre haches à talon de type normand (Bonnamour, 1983).

Bronze final IIIa

8Chalon-sur-Saône

9Intervenue à l’occasion de travaux de dragage en bordure de la rive droite de la Saône, à l’extrémité nord du quai de l’actuel Port Ferrier le 28 novembre 1974, cette découverte doit néanmoins être considérée comme une trouvaille terrestre et non comme issue du lit mineur. Des travaux de terrassements réalisés au milieu du xxe s. lors de la construction des aménagements portuaires ont en effet, en cet endroit précis, entamé la berge sur une largeur de plusieurs dizaines de mètres. Le manque de surveillance des travaux d’extraction de la part des ouvriers, n’a probablement pas permis la récupération de l’ensemble des objets. Outre le casque et les trois épées de bronze, seuls en effet deux objets de petites dimensions, une faucille et un bracelet, ont pu être sauvés ; il est probable qu’un certain nombre d’autres éléments n’ont pas été vus et sont retombés à l’eau. La composition exacte de ce dépôt ne peut donc pas être considérée comme connue.

Bronze final IIIb

10Chalon-sur-Saône

11Occasionnée par un dragage en 1843 en bordure de la rive droite de la Saône, à une centaine de mètres en aval du pont Saint-Laurent et longtemps demeurée inconnue, cette découverte a été révélée par la lecture d’un bref article de presse paru le 5 avril 1843 dans le journal « Le Patriote de Saône-et-Loire ».

12Parlant des trouvailles effectuées par les « machines à draguer », l’auteur signale : « la plus singulière de ces découvertes est une espèce de pierre formée de sédiments superposés… l’intérieur de cette masse est rempli d’épingles et d’hameçons agglomérés ». Comme je l’ai mentionné dans le catalogue de l’exposition consacrée à l’archéologie de la Saône (Bonnamour, 2000, p. 77-78), bien qu’aucune certitude absolue n’existe à cet égard il est vraisemblable que cet agglomérat constitué exclusivement d’épingles et d’hameçons de petites dimensions, soudés par l’oxydation, ne soit passé dans la collection Bidault de Grésigny puis Schneider avant d’être mis en dépôt au musée de Chalon. Bien que la majeure partie des planches photographiques illustrant l’ouvrage publié par L. Bidault de Grésigny en 1920, porte pour seule mention d’origine « Vallée de la Saône, lacs suisses et du Jura », l’exemplaire personnel de L. Bidault de Grésigny aujourd’hui conservé dans une bibliothèque privée ainsi que les planches originales, propriété de l’Académie Bourdon au Creusot, portent d’utiles mentions manuscrites. Ces dernières permettent d’attribuer une provenance « Saône » aux douze épingles à tête massive figurant sur la planche XI, aux vingt-quatre épingles à tête enroulée de la planche XII ainsi qu’aux onze hameçons de la planche XVIII. Ces mêmes mentions précisent que les quinze épingles à tête vasiforme de la planche XIII proviennent sans distinction, de la Saône, de Suisse et du Jura et que cinq des dix exemplaires d’épingles à tête sphérique creuse, percée de quatre trous et portant un décor gravé sont identifiées individuellement comme de provenance « Saône ». Une seule de ces dix épingles nous est parvenue, heureusement pour nous, il s’agit de l’une de celles que l’on peut vraisemblablement rattacher à la trouvaille de Chalon. L’homogénéité de ce petit lot d’une cinquantaine d’objets et sa composition exclusive à base d’épingles et d’hameçons, permettent de supposer que nous nous trouvons bien là en présence du reliquat de la trouvaille de 1843 probablement acquise par L. Bidault de Grésigny lorsqu’il débuta ses recherches archéologiques dans la vallée de la Saône à partir de 1875.

13On peut donc raisonnablement penser que le dépôt découvert dans la Saône à Chalon en 1843, était initialement constitué d’au moins dix hameçons et d’une cinquantaine d’épingles puisqu’un doute subsiste quant au nombre exact d’épingles à tête vasiforme. Le poids total des cinquante-trois objets présumés actuellement conservés au musée Denon est de 390 g dont 36 g pour la seule épingle à tête « céphalaire ». Le poids moyen des cinquante-deux autres objets est donc d’environ 8 g.

14La Truchère (71)

15En 1872, un ensemble d’objets de bronze fut recueilli aux environs de la confluence de la Seille et de la Saône, sur la rive gauche de cette dernière. Signalée par J.-P. Millotte (1963) puis par G. Gaucher (1981) cette trouvaille est très mal connue. Seule la présence, dans les collections anciennes du musée de Tournus, de cinq haches armoricaines à douille, toutes originaires de la Truchère (Jeannet, 1968, fig. 1, 10 et 11 ; fig. 2, 13, 14, 15), semblerait indiquer que ces dernières pourraient provenir d’un dépôt.

Le dépôt de Taponas

16En 1998, lors d’une promenade sur les bords de la Saône, un particulier remarquait la présence sur une étroite plage entre berge et rivière, de petits objets de bronze épars, concentrés sur quelques dizaines de mètres carrés à l’emplacement d’une légère dépression naturelle. De toute évidence arrachés par l’érosion à la berge proche, ces objets ont pu appartenir à un ensemble plus conséquent.

17Averti de cette découverte, j’ai pu me rendre sur place en compagnie de l’inventeur qui a tenu à déposer au musée de Chalon la petite série d’objets de bronze recueillie à l’occasion de deux ou trois ramassages. Seul un petit fragment de lame de faucille a pu être dessiné mais, égaré, n’a pas rejoint le reste des objets découverts à Taponas.

18Le point de découverte se situe sur la rive droite de la Saône à proximité immédiate du point kilométrique 38, à hauteur du lieu-dit « Champrutal », commune de Taponas (Rhône).

19Cet emplacement semble correspondre au débouché ou à l’un des débouchés d’un passage à gué partant de Port Chassy sur la rive gauche et marqué en ce lieu par la présence d’un empierrement parsemé de vestiges gallo-romains.

20En dépit du petit nombre d’objets représentés, comme de la taille modeste de ces derniers (260 g pour douze objets, le fragment de faucille n’ayant pu être pesé), la trouvaille de Taponas offre un double intérêt du fait de sa composition mais aussi de par l’origine géographique des objets qui la composent.

21Nous examinerons successivement ces deux aspects : sur les treize objets identifiés à ce jour comme provenant de cet ensemble, cinq correspondent à des objets sinon neufs, du moins utilisables en l’état ; quatre à des objets usagés ou brisés, les quatre derniers étant assimilables à des rebuts destinés à la refonte, voire à de petits lingots.

22L’examen des trouvailles de Taponas, même si une certaine prudence doit être observée du fait du faible nombre de documents retrouvés, semble montrer une étroite relation entre le poids des objets finis et celui des « lingots ». Nous nous trouvons probablement en présence d’une partie du stock d’un artisan produisant de petits objets, à partir de métal importé ou de récupération, pour les besoins d’un groupe humain local.

23À l’exception du tube dont le poids dépasse à peine 50 g, le poids des différents objets, couteaux, épingles ou pendeloques varie entre 8 et 21 g alors que les quatre petits « lingots » pèsent entre 24 et 30 g. On peut donc aisément imaginer, même si cette solution n’est guère rentable techniquement, la coulée individuelle d’objets de consommation en fonction de la demande et en calculant au plus juste le besoin en matière première indispensable.

24Il convient maintenant d’examiner la trouvaille de Taponas du point de vue de la typologie afin de préciser sa datation de même que l’origine géographique de certains des objets qui la composent.

25Le couteau à soie filiforme (fig. 1, no 1) appartient à un type assez largement répandu déjà représenté dans la vallée de la Saône (Bonnamour, 1969, no 65) mais particulièrement fréquent dans la zone des palafittes (Rychner, 1979, pl. 108). H. Müller-Karpe voit là un fossile directeur du Hallstatt A2, opinion à laquelle se rangent la plupart des auteurs.

26Les trois épingles à tête massive (nos 4, 5, et 6), très proches de certains spécimens du dépôt découvert à Chalon en 1843, trouvent des parallèles dans les multiples exemplaires recueillis dans cette même zone de palafittes au Bronze final II-III (Rychner, 1979, pl. 83-84).

27Le tube annelé (no 7) s’apparente étroitement, de par ses dimensions comme son décor, à un exemplaire provenant de Corcelette (Déchelette, 1910, fig. 106, no 1) et à deux autres spécimens provenant d’Auvernier, datés par V. Rychner du Bronze final IIIb (Rychner, 1979, pl. 129, nos 6 et 7).

28C’est semble-t-il à cette même phase chronologique qu’il convient de rattacher les deux pendeloques de Taponas. La première, de forme triangulaire (no 9), connaît un parallèle étroit, muni de quatre anneaux à la base au lieu de trois, dans le dépôt de Ribiers (Hausmann, 1996, fig. 25, 18), un autre à trois anneaux est publié par Munro mais non localisé (Munro, 1908, fig. 74, 14) alors que des formes proches mais plus complexes, se retrouvent à Auvernier (Rychner, 1979, pl. 92, no 16), ainsi qu’en Allemagne du Sud dans le dépôt de Winklass (Stein, 1979, pl. 112, 1).

29Quant à la pendeloque en forme de rouelle à motif cruciforme (no 8), elle se rattache au type 5 défini par Neva Trampuzö-Orel à partir de l’étude du dépôt slovène de Kanalski Vrh, dépôt totalisant outre de nombreux lingots bipennes, trente-trois rouelles appartenant à sept types distincts dont quatre se rapportent au type 5 (Terzan, 1995 ; Trampuž-Orel, 2001, fig. 4). La majeure partie de ces pendeloques présente une surface gris argent résultant d’un traitement anti corrosion par trempage dans un bain d’étain. Les analyses ont montré pour une même série d’apparence très homogène, de grandes disparités dans la composition des alliages utilisés et la forte proportion d’impuretés. Cette dernière caractéristique qui ne se rencontre pas dans les bronzes slovènes datés du Hallstatt A, laisse penser à Neva Trampuzö-Orel que le dépôt de Kanalski Vrh appartiendrait à la dernière phase du Bronze final.

30C’est également au Bronze final IIIb que se rattachent les dépôts de Larnaud (Coutil, 1914, pl. IV, nos 25 et 29) dans le Jura, et de « La Loubière » à Bénévent-en-Champsaur dans les Hautes-Alpes (Courtois, 1960, fig. 30-34 ; Haussmann, 1996-1997, fig. 7 et 8), dépôts qui ont chacun fourni deux exemplaires de rouelles du type 5. Situé plus au nord, à proximité du lac de Constance, le dépôt de Montlingerberg offre une douzaine de rouelles, dont quatre pendeloques du type 5 de Neva Trampuž Orel. De manière assez évocatrice les cinq dépôts ayant livré ce type de pendeloque, Kanalski Vrh, La Loubière, Taponas, Larnaud et Montlingerberg, sont échelonnés sur une distance de près de 900 km et encadrent de manière étroite l’arc alpin (Trampuzö-Orel, 2001, fig. 1).

Quelques réflexions

31Région fertile, densément peuplée au moins lors des phases terminales du Bronze final, la vallée de la Saône, carrefour de voies de communication, ne présente que de rares dépôts d’objets métalliques de médiocre importance. Certes, les conditions de découverte, ordinairement à l’occasion de travaux de dragage, peuvent expliquer en partie une telle carence. Aucune trouvaille terrestre ne vient toutefois compenser cette pauvreté qui doit, de ce fait, être considérée comme une réalité objective.

Fig. 1. 1. Couteau à soie filiforme repliée, lame étroite à dos arqué. Le tranchant, assez altéré évoque une pièce destinée à la refonte, ce que confirmerait la datation « ancienne » de ce type de couteau. Long. : 131 mm, larg. maxi de la lame : 11 mm, poids : 20,5-21 g (inv.02.63.8).
2. Extrémité de lame de couteau sectionnée en diagonale d’un coup de burin. Long. : 48 mm, larg. maxi : 8,5 mm, poids : 3-3,5 g (inv.02.63.8).
3. Extrémité de lame de faucille renforcée par deux nervures. Long. du fragment : 21 mm, larg. : 17 mm, poids ?
4. Épingle à tête massive, légèrement aplatie ornée de trois sillons concentriques. Tige brisée. Long. : 56 mm, diam. de la tête : 16 mm, poids : 13 g (inv.02.63.4).
5. Épingle à tête massive, biconique et décor de sillons horizontaux et de chevrons à la partie supérieure de la tige. Long. : 77 mm, diam. de la tête : 10 mm, poids : 7,5 g (inv.02.63.5).
6. Épingle à tête massive, arrondie. Le décor est constitué par trois sillons horizontaux gravés à la partie supérieure de la tige. Long. : 97 mm, diam. de la tête : 16 mm, poids : 17,5 g (inv.02.63.6).
7. Tube à extrémités très légèrement évasées, orné de seize groupes de deux sillons encadrant, semble-t-il, de très légers bourrelets au relief fortement atténué par l’usure. Long. : 139 mm, diam. : 10 mm, poids : 53 g (inv. 02.63.1). 8. Pendeloque en forme de rouelle à motif cruciforme. Diam. : 45 mm, haut. totale au niveau de la bélière de suspension : 54 mm, poids : 18 g (inv. 02.63.3). Contrairement aux autres objets qui sont presque dépourvus de patine cette pendeloque présente une patine verte d’aspect granuleux.
9. Pendeloque de forme triangulaire constituée, à la base, par trois anneaux tangents reliés par des tiges rectilignes convergentes à un anneau sommital servant de bélière. Larg. : 42 mm, haut. : 48 mm, poids : 19 g (inv.02.63.2).
10. Goutte de bronze de forme ovalaire, nervurée sur une face. Dim. : 34 x 12 mm, poids : 27 g (inv.02.63.12).
11. Rebut de coulée correspondant à l’« entonnoir » de coulée à la partie supérieure d’un moule. Dim. : 30 x 25 mm, poids : 30 g (inv.02.63.9).
12. Fragment indéterminé de forme arquée, évoquant un élément de préhension. Dim. : 26 x 25 mm, poids : 24 g (inv.02.63.11).
13. Fragment de lingot en forme de « carré de chocolat » probablement tiré d’une lingotière à alvéoles préfigurant les moules à alvéoles de La Tène finale. Dim. : 32 x 19 mm, poids : 25,5 g (inv. 02.63.10).

32Quoi qu’il en soit, la composition des dépôts connus confirme les informations livrées par l’ensemble des trouvailles du lit mineur et montre la diversité des courants commerciaux qui viennent converger dans la vallée de la Saône tout au long de cette période (Bonnamour, 2000, p. 109 sqq.).

33Pour le Bronze final IIIb, la récente redécouverte du dépôt trouvé dans la Saône à Chalon en 1843 et surtout celle du dépôt de Taponas, offrent à nos yeux une importance certaine.

34La présence dans le dépôt de Chalon, de cinq épingles à tête sphérique creuse, typiques du groupe des palafittes (Wirth, 1998, fig. 22-23), apparaissait surprenante dans la mesure où ce type d’épingle n’avait jusqu’alors jamais été observé parmi les nombreuses trouvailles de la Saône. Plus étonnante encore est la présence, à Taponas, de trois autres documents relativement rares et spécifiques de la même zone circum-alpine : le tube côtelé, la pendeloque triangulaire et la rouelle à décor cruciforme. La composition de ces deux ensembles confirme, s’il en était besoin, l’étroitesse des relations qui existaient au Bronze final IIIb entre la vallée de la Saône et la zone des palafittes. Elle montre aussi la dépendance de la vallée de la Saône dans l’approvisionnement en matière première de ses ateliers de bronziers et la parcimonie avec laquelle on savait utiliser le bronze pour les besoins de la vie courante.

35Une seconde réflexion vient à l’esprit au sujet de la rareté des dépôts et de la relative pauvreté de la plupart d’entre eux, même si l’on admet l’idée que des dépôts, tel celui d’Ouroux, ou à plus forte raison celui du Port Ferrier à Chalon, aient initialement pu être plus conséquents que ce que nous en connaissons aujourd’hui. Il existe un tel hiatus entre l’abondance des trouvailles du lit mineur, notamment en matière d’armes et particulièrement d’épées (Boulud, 1998), et la faiblesse des dépôts, que l’on est en droit de s’interroger. S’il semble aujourd’hui attesté que la majeure partie des trouvailles protohistoriques liées aux passages à gué (Dumont, 2002) correspond à des dépôts intentionnels, le problème des « cachettes » dites de bronzier apparaît plus complexe et, sauf exceptions, les raisons précises de l’enfouissement nous échappent bien souvent. La majeure partie, notamment dans des cas comme Taponas qui paraît bien correspondre au type même d’un « fonds d’atelier », paraît liée à des raisons accidentelles dont la multiplication à une même période est susceptible de témoigner d’un phénomène d’instabilité sociale.

36Ne pourrait-on penser, dès lors, que la pauvreté de la vallée de la Saône en dépôts du Bronze final pourrait être liée au contraire, à l’existence d’une structure sociale fortement hiérarchisée dont témoignerait l’abondance des objets précieux découverts sur les gués, susceptible d’imposer une relative stabilité ?

Bibliographie

Bibliographie

Armand-Calliat 1958 : Armand-Calliat (L.). — Deux épingles à collerettes trouvées en Chalonnais, à Ouroux. In : Actes du 28ème congrès de l’Ass. Bourguignonne des Soc. Savantes, Châtillon-sur-Seine, mai 1957. Châtillon-sur-Seine : Soc. historique et archéologique, 1958, p. 38-40, 1 pl.

Bonnamour 1969 : Bonnamour (L.). — L’Âge du Bronze au Musée de Chalon-sur-Saône. Chalon-sur-Saône : Ville de Chalon-sur-Saône, 1969. 94 p., 38 pl.

Bonnamour 1983 : Bonnamour (L.). — Une cachette d’objets de l’âge du Bronze (XIIIe siècle avant notre ère) : découverte anciennement dans la Saône à Ouroux. Mémoires de la Soc. d’histoire et d’archéologie de Chalon-sur-Saône, 52, 1982-1983, p. 103-108.

Bonnamour 1997 : Bonnamour (L.). — Les épingles à collerettes dans la vallée de la Saône : état de la question. Revue archéologique de l’Est, 48, 1997, p. 279-285.

Bonnamour 2000 : Bonnamour (L.). — Les « cachettes » de la fin de l’âge du Bronze dans le lit mineur de la Saône ? In : Archéologie de la Saône. Paris : Errance, 2000, p. 77-82.

Boulud 1998 : Boulud (S.). — Les épées de l’âge du Bronze final dans la vallée de la Saône. In : Mordant (C.), Pernot (M.), Rychner (V.) éd. — L’atelier du bronzier en Europe du XXe au VIIIe siècle avant notre ère : Actes du colloque international « Bronze 96 », Neuchâtel et Dijon, 1996. Tome III. Paris : CTHS, 1998, p. 103-114.

Courtois 1960 : Courtois (J.-C.). — L’Âge du Bronze dans les Hautes-Alpes. Gallia-Préhistoire, III, 1960, p. 47-108.

Coutil 1914 : Coutil (L.). — L’Âge du Bronze dans le Jura : les palafittes du lac de Clairvaux, la cachette de Briod, la cachette de Larnaud, village larnaudien et hallstattien de Baume-les-Messieurs. In : Actes du 9ème congrès préhistorique de France. Le Mans : Soc. préhistorique française, 1914. Tiré à part 54 p.

Déchelette 1910 : Déchelette (J.). — Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine. Tome II, 1ère partie : âge du Bronze. Paris : Picard, 1910. 512 p.

Dumont 2002 : Dumont (A.). — Les passages à gué de la Grande Saône : approche archéologique et historique d’un espace fluvial (de Verdun-sur-le-Doubs à Lyon). Dijon, 2002. 275 p., ill. (Suppl. à la Revue archéologique de l’Est ; 17).

Frei 1971 : Frei (B.). — Die späte Bronzezeit in Alpinen Raum. In : Ur-und Frühgeschichtliche Archäologie der Schweiz III. Die Bronzezeit. Basel : Schweizerische Gesellschaft für Ur-und Frühgeschichte, 1971, p. 87-102.

Gaucher 1981 : Gaucher (G.). — Sites et cultures de l’âge du Bronze dans le Bassin parisien. Paris : CNRS, 1981, p. 370 (Suppl. à Gallia-Préhistoire ; 15).

Guillaumet et alii 1999 : Guillaumet (J.-P.), Blanchet (J.-C.), Bouet-Langlois (B.), Boulud (S.), Roussot-Laroque (J.), Verney (A.). — La collection Henri Lamarre (1904-1982). Antiquités nationales, 31, 1999, p. 44-115.

Haussmann 1996-97 : Haussmann (L.). — L’Âge du Bronze dans les Hautes-Alpes. Bull. d’études préhistoriques et d’archéologie alpine, VII-VIII, 1996-97, p. 97-180.

Jeannet 1968 : Jeannet (A.). — Catalogue des objets de l’âge du Bronze du Musée de Tournus (Saône-et-Loire). Revue archéologique de l’Est, XIX, 1968, p. 69-97.

Millotte 1963 : Millotte (J.-P.). — Le Jura et les plaines de la Saône aux Âges des Métaux. Paris : Les Belles Lettres, 1963. 452 p., 77 pl. (Annales littéraires de l’Université de Besançon ; 59 / Archéologie ; 16).

Munro 1908 : Munro (R.). — Les stations lacustres d’Europe aux âges de la pierre et du bronze. Paris : Schleicher, 1908. 294 p.

Nicolardot, Gaucher 1975 : Nicolardot (J.-P.), Gaucher (G.). — Typologie des objets de l’âge du Bronze en France. Fasc. 5, outils. Paris : Soc. préhistorique française, 1975. 91 p., ill.

Piningre 1998 : Piningre (J.-F.). — Les dépôts de Franche-Comté : analyse spatiale. In : Mordant (C.), Pernot (M.), Rychner (V.) éd. — L’atelier du bronzier en Europe du XXème au VIIIème siècle avant notre ère : Actes du colloque international « Bronze 96 », Neuchâtel et Dijon, 1996. Tome III. Paris : CTHS, 1998, p. 211-222.

Rychner 1979 : Rychner (V.). — L’Âge du Bronze final à Auvernier. 1979. 137 pl., 42 fig. (Cahiers d’archéologie romande, 16 - Auvernier ; 2).

Savoye 1899 : Savoye (Cl.) — Le Beaujolais prehistorique, Bulletin de la Société d’Anthropologie de Lyon, T. 17, II, Lyon, Rey, 213 p.

Stein 1979 : Stein (F.). — Katalog der Vorgeschichtlichen Hortfunde in Süddeutschland. Saarbrüchen Beiträge zur Altertümskunde, 1979, pl. 112-1.

Teržan 1995 : Teržan (B.) — Hoards and individual metal finds from the Eneolithic and Bronze Age in Slovenia, Ljubljana, vol. I, 233 p., 180 pl., vol. II, 278 p.

Trampuž-Orel 2001 : Trampuž-Orel (N.) — Depo Kanalski Vrh-študija o metalurškem znanju in Kovinah na ačetku 1. Tisočletjapr. n. š. traduction anglaise : The Kanalski Vrh hoard a case of study of the metallurgical knowledge ans metal at the beginning of the 1st millenium BC, Archeološki vestnik 52, pp. 143-171.

Wirth 1998 : Wirth (S.) — Grabfunde der späten Bronzezeit und der Urnenfelderzeit von Augsburg-Haunstetten und Friedberg in Bayern, Ein Beitrag zur Vorgeschichtlichen Besiedlung der unteren Lechtals, Ausbruger Beiträge zur Archäologie 1, 201 p., 58 pl., 11 suppléments.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. 1. Couteau à soie filiforme repliée, lame étroite à dos arqué. Le tranchant, assez altéré évoque une pièce destinée à la refonte, ce que confirmerait la datation « ancienne » de ce type de couteau. Long. : 131 mm, larg. maxi de la lame : 11 mm, poids : 20,5-21 g (inv.02.63.8).2. Extrémité de lame de couteau sectionnée en diagonale d’un coup de burin. Long. : 48 mm, larg. maxi : 8,5 mm, poids : 3-3,5 g (inv.02.63.8).3. Extrémité de lame de faucille renforcée par deux nervures. Long. du fragment : 21 mm, larg. : 17 mm, poids ?4. Épingle à tête massive, légèrement aplatie ornée de trois sillons concentriques. Tige brisée. Long. : 56 mm, diam. de la tête : 16 mm, poids : 13 g (inv.02.63.4).5. Épingle à tête massive, biconique et décor de sillons horizontaux et de chevrons à la partie supérieure de la tige. Long. : 77 mm, diam. de la tête : 10 mm, poids : 7,5 g (inv.02.63.5).6. Épingle à tête massive, arrondie. Le décor est constitué par trois sillons horizontaux gravés à la partie supérieure de la tige. Long. : 97 mm, diam. de la tête : 16 mm, poids : 17,5 g (inv.02.63.6).7. Tube à extrémités très légèrement évasées, orné de seize groupes de deux sillons encadrant, semble-t-il, de très légers bourrelets au relief fortement atténué par l’usure. Long. : 139 mm, diam. : 10 mm, poids : 53 g (inv. 02.63.1). 8. Pendeloque en forme de rouelle à motif cruciforme. Diam. : 45 mm, haut. totale au niveau de la bélière de suspension : 54 mm, poids : 18 g (inv. 02.63.3). Contrairement aux autres objets qui sont presque dépourvus de patine cette pendeloque présente une patine verte d’aspect granuleux.9. Pendeloque de forme triangulaire constituée, à la base, par trois anneaux tangents reliés par des tiges rectilignes convergentes à un anneau sommital servant de bélière. Larg. : 42 mm, haut. : 48 mm, poids : 19 g (inv.02.63.2).10. Goutte de bronze de forme ovalaire, nervurée sur une face. Dim. : 34 x 12 mm, poids : 27 g (inv.02.63.12).11. Rebut de coulée correspondant à l’« entonnoir » de coulée à la partie supérieure d’un moule. Dim. : 30 x 25 mm, poids : 30 g (inv.02.63.9).12. Fragment indéterminé de forme arquée, évoquant un élément de préhension. Dim. : 26 x 25 mm, poids : 24 g (inv.02.63.11).13. Fragment de lingot en forme de « carré de chocolat » probablement tiré d’une lingotière à alvéoles préfigurant les moules à alvéoles de La Tène finale. Dim. : 32 x 19 mm, poids : 25,5 g (inv. 02.63.10).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/14193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 603k

© ARTEHIS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search